Your SlideShare is downloading. ×
   Z echouement-du-navire  2
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Saving this for later?

Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime - even offline.

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Z echouement-du-navire 2

321
views

Published on


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
321
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
10
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. 07. PIERRE GALLAVARDIN L'ECHOUEMENT DU NAVIRE Introduction Sommaire Bibliographie Pour télécharger l'intégralité du mémoire, cliquez ici Introduction Aucune époque n’a été à l’abri d’accidents maritimes majeurs qui, parfois, ont été meurtriers et ont entraîné d’importantes pollutions maritimes ; les noms de l’« Amoco Cadiz », de l’« Exxon Valdez» et du « Torrey Canyon » sont tristement familiers pour tous ; ce sont tous trois des échouements. Le terme d’échouement est souvent mal utilisé et confondu avec le terme d’échouage. En effet, dans la langue française, il faut distinguer ces deux termes. L’échouage est défini comme la « situation d’un navire qui touche intentionnellement le fond et cesse de flotter». On parle d’« échouage » lorsque un navire est volontairement échoué, par exemple dans un bassin ou une cale sèche (avant de faire le carénage du navire). On parle aussi d’échouage lorsque un navire s’échoue volontairement sur la plage à marée basse sous l’effet de la marée; en effet, l’état de la marée étant prévisible, la situation du navire l’est également. L’échouage a donc un caractère prévisible et intentionnel. L’échouement est défini comme un « arrêt accidentel d’un navire par contact sur le fond ». Lorsqu’un navire est immobilisé accidentellement sur un haut fond, c'est-à-dire dans un endroit où le navire ne dispose plus d’assez d’eau sous la quille pour naviguer, c’est un échouement. L’échouement se produit généralement non loin de la côte mais il peut également se produire au large dans une zone de hauts fonds ou d’écueils. La Cour d’Appel de Rouen, dans un arrêt du 26 avril 1974 « Abeille 14 » et navire « Salat » donne une définition de l’échouement : Il y a échouement lorsque le navire touche le fond ou heurte le rivage et se trouve arrêté faute d’eau suffisante sous sa quille, ou, en des termes moins « heureux » mais de même signification : l’échouement est la situation d’un navire dont la quille est engagée accidentellement sur un fond rocheux ou sableux et ne peut plus se mouvoir par ses propres moyens. La Cour distingue bien l’échouage, opération volontaire, de l’échouement, qui a uncaractère accidentel. Il y a cependant une exception lorsque le navire est échoué volontairement mais où l’on parle d’échouement. Lorsque le navire est sur le point de sombrer, se briser sur des rochers, ou de tomber aux mains d’ennemis ; le capitaine se décide à le mettre à la côte en un endroit qui lui parait favorable, et où il a des chances d’échapper à une perte totale. De même, si le navire est amarré dans un port et que, sous l’effet du vent et des vagues, les amarres risquent de céder, le Commandant peut décider d’échouer le navire dans un endroit du port qui lui parait favorable afin de l’immobiliser en attendant que la tempête soit passée. On parle dans ce cas « d’échouement volontaire ». L’anglais étant la langue de référence dans l’industrie du shipping, il convient d’énoncer la traduction anglaise de l’échouement. En anglais, nous distinguons « grouding » et « stranding » : « Grounding » est le contact intentionnel d’un navire avec le fond pendant que celui-ci est au mouillage ou amarré à quai. Ce contact résultant de la baisse du niveau de la mer. Ce terme sera donc l’équivalent de l’échouage. « Stranding » est la traduction anglaise d’échouement. C’est le contact d’un navire avec le fond qui, ainsi, l’immobilisera. Il a un caractère involontaire mais peut L'ECHOUEMENT DU NAVIRE PAR PIERRE GALLAVARDIN - CD... http://junon.u-3mrs.fr/ad210w00/memoires/2007/m07gapi.html 1 of 5 05/09/2009 14:29
  • 2. également être volontaire dans le cas où le navire est mis à la côte pour éviter unplus grand danger. L’échouement était spécifiquement visé par l’article 350 du Code de commerce, en tant que risque maritime pris à la charge par l’assureur. Aujourd’hui, l’article L.172-11 du Code des assurances dispose : « l’assureur réponde des dommages matériels causés aux objets assurés par toute fortune de mer ou par un événement de force majeure ». L’article 2 des Conditions générales de la Police française d’assurances maritimes sur facultés met aux risques des assureurs les dommages et pertes matériels, ainsi que les pertes de poids ou de quantités, causés aux objets assurés, notamment par échouement, que l’assurance ait été conclue « Tous risques » ou « F.A.P. sauf ». Selon l’article 38 de la loi n° 66-420 du 18 juin 1966 : « Le transporteur est responsable de la mort ou des blessures des voyageurs causées par naufrage, abordage, échouement, explosion, incendie ou tout sinistre majeur, sauf preuve à sa charge que l’accident n’est imputable ni à sa faute ni à celle de ses préposés ». Selon les Règles d’York et d’Anvers 1994 (règle V) : « Quand un navire est intentionnellement mis à la côte pour le salut commun, qu’il dût ou non y être drossé, les pertes ou dommages en résultant et subis par les propriétés engagées dans l’aventure maritime commune seront admis en avarie commune ». Les dépenses pour alléger le navire échoué et les dommages en résultant sont également admis en avarie commune (Règle VIII). Malgré le fait que les naufrages, les collisions entre navires et les échouements restent relativement rares par rapport à l’importance du trafic maritime, ils peuvent avoir des conséquences désastreuses sur l’intégrité du navire, sur la vie humaine et sur l’environnement. Ces catastrophes ont néanmoins eu des conséquences juridiques bénéfiques : L’élaboration et l’enrichissement de règlements, lois et conventions. Par exemple, les grandes pollutions marines ont entraîné une évolution des règles de sécurité à bord des navires pour prévenir la pollution et également une augmentation des plafonds d’indemnisation des victimes. L’échouement est toujours causé par l’accumulation de plusieurs facteurs. Le défaut de préparation du voyage, l’information nautique erronée, la mauvaise gestion des ressources passerelle et la pression commerciale des chargeurs pourront être des causes d’échouement. Les statistiques sur les demandes d’indemnisations sont un outil intéressant pour connaître l’origine des accidents maritimes. Le Club de Protection et d’Indemnités UK Club révèle qu’environ 80% des échouements ont pour origine l’erreur humaine. Cette erreur humaine pourra être due à un défaut dans la conduite du navire et dans l’estimation de la position, à une mauvaise communication entre le pilote et le Commandant, à un défaut de compréhension de l’information nautique. Hormis l’erreur humaine, les mauvaises conditions météorologiques, une avarie de barre ou de l’équipement de propulsion, un manque de tenue de l’ancre au mouillage pourront également être des causes d’échouement. Comme nous venons de l’énoncer, les causes d’échouement sont nombreuses et variées. On constate que les progrès technologiques ne peuvent garantir à eux seuls la sécurité à bord des navires. En effet, le manque de formation des marins et la mauvaise organisation du travail à bord apparaissent comme les causes contemporaines les plus importantes et les plus difficiles à enrayer afin d’éviter de nouvelles catastrophes maritimes. Un navire échoué peut parfois sortir de cette situation par ses propres moyens : en se déhalant avec l’aide de ses ancres, en faisant gîter fortement le navire, ou à marée haute, en vidant ses ballasts. Généralement, le recours à un remorqueur est nécessaire. Dans une mer forte l’échouement peut entraîner la destruction progressive du navire qui va talonner violemment le fond à chaque vague. Si, par ailleurs, l’échouement se produit sur un écueil entouré d’eaux profondes, le navire risque de couler après avoir été brisé par la mer. Ces situations peuvent entraîner de catastrophiques pollutions marines. Le navire victime d’un échouement risque sa perte. En effet, dans certains cas il ne sera pas renfloué soit parce qu’il n’est pas possible de le renflouer parce que le navire est trop endommagé, soit parce que le coût des réparations est supérieur à la valeur du navire. L'ECHOUEMENT DU NAVIRE PAR PIERRE GALLAVARDIN - CD... http://junon.u-3mrs.fr/ad210w00/memoires/2007/m07gapi.html 2 of 5 05/09/2009 14:29
  • 3. Ainsi, ce mémoire est divisé en trois grandes parties : La première partie est consacrée aux causes des échouements. Après avoir exposé brièvement le régime juridique de l’investigation après un accident maritime, nous allons étudier, à travers une analyse de cas réels d’échouements ayant eu lieu ces dernières années, les principaux facteurs d’échouements. Ces cas d’échouements sont vus à travers l’oeil d’un expert technique dans le but d’identifier leurs causes. Le facteur humain étant une cause en constante augmentation, nous ,mettrons l’accent sur l’organisation du travail à bord des navires et la compétence des équipages. La deuxième partie de cette étude présente les grandes lignes du régime juridique de l’échouement qui, contrairement à l’abordage, n’est régi par aucune convention spécifique ; c’est donc le droit maritime général qui s’applique. Dans cette partie, nous présenterons de manière synthétique le droit applicable à l’armateur, au fréteur, au transporteur, à l’affréteur et aux ayants droits à la marchandise. Ensuite, nous exposerons les deux institutions du droit maritime que sont l’assistance maritime et les avaries communes, celles-ci pouvant fréquemment s’appliquer en cas d’échouement. La troisième partie de ce mémoire énonce les mesures correctives et les mesures préventives qui peuvent être appliquées après un échouement. Les mesures correctives sont les mesures prises par le Commandant, l’armateur, les sociétés de classification ou tout autre organisme susceptible d’amener une aide substantielle dans la gestion du sinistre et afin d’en limiter les conséquences. La deuxième section de ce chapitre fait un état des lieux des mesures préventives en matière de sécurité maritime prises ces derniers mois afin d’enrayer les accidents maritimes. Enfin, nous ouvrirons le débat sur les besoins en formation et la pénurie des officiers de la marine marchande. Haut de page Sommaire INTRODUCTION..........................................................................................page 4 CHAPITRE 1 : Les échouements et leurs causes .......................................page 9 Section 1 : L’investigation après accident............................................................page 9 Section 2 : Causes d’échouement : étude de cas réels.........................................page 14 Section 3 : L’élément humain et la gestion de la sécurité......................................page 32 CHAPITRE 2 : Le régime juridique de l’échouement.................................page 42 Section 1 : Le régime juridique de l’armateur en cas d’échouement ...................page 42 Section 2 : L’échouement dans le contrat de transport de marchandises ............page 47 Section 3 : L’échouement dans le contrat d’affrètement.....................................page 52 Section 4 : Le navire victime d’échouement : Institutions du droit maritime.........page 57 CHAPITRE 3 : Mesures correctives et préventives en cas d’échouement ...page 64 Section 1 : Les mesures correctives suite à l’échouement .................................page 64 Section 2 : Les mesures préventives en matière de sécurité maritime..................page 72 L'ECHOUEMENT DU NAVIRE PAR PIERRE GALLAVARDIN - CD... http://junon.u-3mrs.fr/ad210w00/memoires/2007/m07gapi.html 3 of 5 05/09/2009 14:29
  • 4. BIBLIOGRAPHIE.......................................................................................page 81 TABLE DES ANNEXES..............................................................................page 83 TABLE DES MATIERES............................................................................page 92 Haut de page Bibliographie Ouvrages généraux Pierre Bonassies & Christian Scapel, « Traité de droit maritime » ; Ed LGJD, 2006. Philippe Boisson, Politiques et Droit de la Sécurité Maritime ; Ed. Bureau Veritas. P.Chauveau : Traité de droit maritime. Librairies techniques, Paris 1958. Rémy Cuisigniez, « La réglementation de sécurité à bord des navires marchands » ;Ed infomer, 2004. Lavergne-Lafage, Les transports par mer, 4ème Ed. Georges Ripert, droit maritime, Tome II, collection Haller, Paris 1929, Ed Rousseau et Cie. Rodière, Traité général de droit maritime, Evénements de mer, 151, n°153. Ouvrages spéciaux Dr Phil Anderson, The Mariner’s role in collecting evidence in light of ISM”. 3rd Ed 2006, the Nautical Institute. ITOPF Hand book 2006/2007 Guidance to master, Gard P&I, 2nd Ed. Bridge procedures guide, edition ICS (International Chamber of Shipping). Strandings and their causes, Capt R.A. Cahill. The Nautical Institute, 2001. Articles François Arradon, « Contribution aux réflexions sur les mesures nécessaires pour éviter de futures catastrophes ». DMF 2000.607. Jacques Barrot, allocution pendant la 94ème session (maritime) de la Conférence Internationale du Travail. Genève, le 23 février 2006. Lettre d’armateurs de France, 24 février 2006. J-P. Beurier, « La sécurité maritime et la protection de l’environnement : évolutions et limites », DMF L'ECHOUEMENT DU NAVIRE PAR PIERRE GALLAVARDIN - CD... http://junon.u-3mrs.fr/ad210w00/memoires/2007/m07gapi.html 4 of 5 05/09/2009 14:29
  • 5. 2004.645 Isabelle Corbier. Commentaire de trois décisions relatives à la faute nautique, DMF 2004, p. 635-641, C. Duong, La compétence des équipages, facteur clef de la sécurité maritime, Bureau Veritas, Juin 1994. G. Figuière, « Arbitrage et expertise », Gazette CAMP, Printemps 2007. Luc Grellet, avocat au barreau de Paris. DMF 2001.614, « Faut-il réformer les systèmes d’investigations ». Ghislaine Tirilly, « Horaires de travail, sommeil et vigilance chez les marins : quelles incidences sur les risques d'accidents en mer? ». INRET. The challenge facing shipping over multinational crewing. Lloyd’s List, 2 March 1993. Marine Accident Investigation Branch, etude de Juillet 2004 « Bridge Watchkeeping safety Study ». Patrick Vigneron-Larosa, président de la confédération des associations de la marine marchande. Lettre ouverte à Dominique Bussereau, secrétaire d’état aux transports, 08 juin 2007. Site internet www.afcan.org www.arbitrage-maritime.org www.bea-mer.fr www.cdmt.org www.cedre.fr www.cesam.fr www.emsa.europa.eu www.imo.org www.maiif.net www.mcga.gov.uk www.meretmarine.com. www.osrlearl.com. www.ukpandi.com. Haut de page L'ECHOUEMENT DU NAVIRE PAR PIERRE GALLAVARDIN - CD... http://junon.u-3mrs.fr/ad210w00/memoires/2007/m07gapi.html 5 of 5 05/09/2009 14:29