Reflets	
  	
  de	
  la	
  rencontre	
  eco.villages	
  2013	
  
Le	
  29	
  août	
  dernier,	
  une	
  centaine	
 ...
  	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
opportunités	
  existent.	
  «Il	
  y	
  a	
  du	
  potentiel	
  touristique	
  sur	
  l’été	
 ...
  	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
Il	
  a	
  également	
  évoqué	
  quelques	
  pistes	
  tout	
  à	
  fait	
  personnelles	
  po...
  	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
électrique	
  ou	
  hybride	
  est	
  une	
  possibilité.	
  Elle	
  a	
  l’avantage,	
  dans	
...
  	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
(dont	
  l’OT,	
  la	
  commune,	
  quatre	
  écoles,	
  des	
  entreprises	
  et	
  une	
  crè...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Compte rendu eco.villages2013v3sml

387

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
387
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Compte rendu eco.villages2013v3sml

  1. 1.     Reflets    de  la  rencontre  eco.villages  2013   Le  29  août  dernier,  une  centaine  de  personnes  ont  participé  à  la  2e  édition  d’eco.villages,  un  congrès   baptisé  «Shift  to  green»  de  manière  informelle  lors  de  sa  première  édition  en  2012.  La  journée,  qui   s’articulait  autour  des  innovations  pour  un  futur  durable  des  villages,  et  de  ceux  de  montagne  en   particulier,  proposait  quatre  débats  à  thème  et  des  présentations  courtes.  Les  participants,  -­‐  parmi   lesquels  des  politiciens,  des  décideurs,  des  investisseurs,  des  techniciens  et  une  belle  représentation   locale  –  ont  apprécié  la  diversité  des  débats  ainsi  que  les  six  firestarters,  présentant  des  innovations   technologiques  déjà  en  application.     Père  du  concept  de  l’empreinte  écologique,  -­‐  qui  permet  de   quantifier  l’impact  de  l’activité  humaine  sur  la  Terre  -­‐  Mathis   Wackernagel  a  dialogué  en  ouverture  avec  Michael  Liebreich,   co-­‐fondateur  du  forum  eco.villages.  Une  semaine  après  que   diverses  associations  écologistes  avaient  annoncé  le  «jour  du   dépassement»,  soit  que  l’homme  a  consommé  toutes  les   ressources  naturelles  que  la  Terre  produit  en  un  an,   provoquant  un  équilibre  délicat,  l’ingénieur  d’origine  suisse  a   apporté  explications  et  pistes  de  changements.  «Le  seul   indicateur  qui  dit  que  l’on  peut  se  développer  encore,  c’est  la  proportion  de  ressource  naturelle  par   personne.  Or  celle-­‐ci  ne  cesse  de  diminuer  alors  que  la  population  est  en  pleine  croissance.  Cela  ne  peut  pas   fonctionner,  on  ne  peut  pas  maintenir  à  long  terme  le  niveau  de  consommation  actuel.  Je  ne  suis  pas   opposé  au  système  économique,  ni  à  la  croissance.  Mais  il  faut  que  les  acteurs  des  milieux  industriels  et   financiers  comprennent  qu’ils  n’ont  aucun  intérêt  à  dilapider  les  ressources  naturelles.»  A  l’échelle   régionale  ou  locale  d’un  village,  le  calcul  de  l’empreinte  écologique  est  tout  à  fait  possible.  «Cela  revient  à   réfléchir  à  notre  propre  consommation,  et  à  se  demander  très  concrètement  quelle  empreinte  nous  laissons   sur  la  planète.  Nous  pouvons  tous  agir  à  notre  niveau.»,  conclut  Mathis  Wackernagel.  Calculateur  sous  :   www.footprintnetwork.org/calculator.   Lors  du  deuxième  débat  modéré  par  Brindusa  Fidanza,   „Comment  réconcilier  les  besoins  des  villages  avec  ceux  des   centres“,  le  panel  était  composé  de  Daniel  Wiener,  CEO   d’ecos  à  Bâle,  d’OIga  Vázquez  Ruano,  urbanise,  de  Jérôme   Christen,  directeur  romand  de  l’Agence  des  énergies   renouvelables  et  de  l’efficacité  énergétique  et  de  Jean-­‐Marc   Udriot,  syndic  de  Leysin  et  président  de  la  Communauté  des   intérêts  touristiques  des  Alpes  vaudoises.  La  table-­‐ronde  a   notamment  clairement  mis  en  évidence  les  divergences  de   vue  entre  les  citadins  –  qui  refusent  que  campagne  et  montagne  se  transforment  -­‐  et  les  gens  des  villages,   qui  veulent  une  vie  économiquement  vialbes  dans  leur  région.    Les  décisions  prises  lors  des  dernières   votations  ont  imposé  de  nouvelles  contraintes  légales,  ainsi  que  l’a  montré  Daniel  Wiener  en  introduction.   Des  contraintes  auxquelles  s’ajoutent  celles  induites  par  le  changement  climatique.  Malgré  cela,  des  
  2. 2.             opportunités  existent.  «Il  y  a  du  potentiel  touristique  sur  l’été  et  l’automne»,  a  relevé  Jean-­‐Marc  Udriot,   soulignant  que  le  changement  climatique,  et  l’élévation  des  températures  prolonge  la  saison  estivale  en   montagne.  Il  est  également  ressorti  que  du  point  de  vue  tant  de  l’aménagement  du  territoire  que  du   développement  durable,  on  ne  peut  plus  laisser  faire  le  marché  et  que  les  collectivités  publiques  doivent   être  aidées.  Le  besoin  de  renouer  le  dialogue  entre  villes  et  campagnes  a  aussi  été  mis  en  exergue.  «Il  faut   reconquérir  les  citadins,  qui  ne  se  rendent  pas  compte  que  les  villages  doivent  vivre»,  estime  Jérôme   Christen.  La  volonté  du  Conseil  fédéral  d’atteindre  à  moyen  terme  une  société  à  2000  watts,  et  donc  la   nécessité  de  diminuer  de  deux  tiers  la  consommation  d’énergies  non  renouvelables  ,  a  également  été   relevée  comme  une  opportunité  pour  les  villages.  Dans  ce  cadre,  des  techniques  comme  les  petites   centrales  hydrauliques,  la  biomasse  ou  l’éolien,  joueront  en  effet  des  rôles  clés.       Invité  en  tant  que  président  de  Solar  Impulse,  Bertrand  Piccard   a  apporté  sa  vision  du  développement  durable.  „Nous  disons   toujours  que  Solar  Impulse  ce  n’est  pas  un  projet  „green“  car   pour  moi  cette  notion  est  toujours  basée  sur  cette  imitation  de   la  qualtié  de  vie  par  obstruction,  par  interdiction  ou  par   limitation  telle  qu’en  vogue  jusqu’à  la  fin  des  années  90  mais   c’est  un  projet  „clean“,  c’est  à  dire  propre,  qui  permet  de   concilier  les  besoins  humains  de  vie,  de  confort  et  de  mobilité   avec  une  diminution  draconienne  de  l’impact  environnemental.   Si  toutes  les  technologies  que  nous  avons  sur  Solar  Impulse  en  termes  de  moteur  électrique  de  très  haut   rendement,  de  batteries,  de  panneaux  solaires,  de  systèmes  d’éclairage,  de  panneaux  ultra-­‐légers,   d’isolation  thermiques,  si  toutes  ces  technologies  là  étaient  utilisées  massivement  dans    le  monde,   aujourd’hui,  on  pourrait  déjà  diviser  par  deux  la  consommation  énergétique  de  l’humanité  et  produire  la   moitié  du  reste  avec  du  renouvelable.  Pourquoi  est-­‐ce  que  cela  ne  se  fait  pas?  Parce  que  chacun  attend  que   l’autre  fasse  le  premier  pas.  Parce  que  les  gouvernements  pensent  que  c’est  aux  industriels  d’investir  dans  les   nouvelles  technologies,  les  industriels  pensent  que  c’est  au  gouvernement  de  légiférer.  Le  public  est  prêt  à   rouler  en  voiture  électrique,  à  isoler  sa  maison  mais  attend  désespérément  que  tous  ces  produits  arrivent  au   consommateur  final.  Et  c’est  ce  manque  d’esprit  de  pionnier,  d’initiative,  qui  explique  que  l’on  se  trouve   toujours  aujourd’hui  avec  des  technologies  qui  ont  cent  ans  alors  que  les  technologies  de  demain  sont  déjà   accessibles“.    
  3. 3.             Il  a  également  évoqué  quelques  pistes  tout  à  fait  personnelles  pour  la  station  des  Diablerets,  qu’il  connaît  et   apprécie  de  très  longue  date.    „Le  village  des  Diablerets  aimerait  se  positionner  comme  un  ecovillages,   utilisant  beaucoup  de  ces  technologies  propres.  Mais  pour  que  ce  soit  viable,  il  faut  également  attirer  des   touristes,  il  faut  également  que  l’économie  locale  puisse  y  trouver  son  compte  et  là,  il  y  a  un  développement   à  faire  au  niveau  des  pistes  qui  descendent  du  massif  des  Diablerets,  notamment  des  pistes  qui  descendent   du  Scex  Rouge  sur  le  Pillon,  qui  peuvent  représenter  l’un  des  plus  beaux  domaines  de  freeride  de  Suisse.   Evidemment,  il  faut  trouver  le  bon  équilibre  entre  l’écologie  et  le  développement  touristique“.   Un  rapide  état  de  l’avancement  des  projets  Les  Diablerets  vert  –  développement  durable  pour  la  commune   d’Ormont-­‐Desus  –  a  été  présenté  par  Jean-­‐Marie  Schlaubitz,  municipal  et  responsabe  du  projet.  Avec   notamment  pour  ambition  de  de  venir  éergétiquement  neutre,  remontées  mécaniquest  et  trains  inclus.  Il   s’agit  pour  l’heure  de  d’évelopper  l’efficience  énergétique  notamment  à  travers  la  biomasse  (projet  réalisé)   du  photovoltaïque  (un  projet  sur  une  toiture  privée  a  été  réalisé  cette  année),  de  l’hydroélectrique  (travaux   préparatoires).  Sur  le  plan  touristique,  l’idée  est  de  devenir  une  station  interantionalement  reconnue  pour   sa  politique  de  développement  alpin  authentique  et  durable.       Lors  du  troisième  débat,  modéré  par  François  Vuille   d’E4tech,  le  panel  était  composé  de  Konstantin  Tselenis,   directeur  des  investissements  chez  Quadia  SA,  de  Greg   Kats,  présient  de  Capital-­‐E,  de  Laurent  Balsiger,  direceur  de   l’énergie  pour  le  Canton  de  Vaud,  d’Olivier  Augé,  directeur   du  projet  TOSA  chez  ABB  et  de  Philippe  Durr,  directeur   commercial  de  Romande  Energie.  Quid  du  futur  de  l’énergie   et  des  villages,  thème  de  cette  table-­‐ronde?  Il  en  ressort   qu’à  l’échelle  d’un  village,  on  peut  trouver  des   investissements  qui  aient  des  retours  sur  investissements   intéressants  et  ce  malgré  des  échelles  relativement  petites.    „Les  nouvelles  technologies  sont  à  disposition.   Il  faut  trouver  des  projets  pilotes  et  les  villages  sont  tout  à  fait  adaptés“,  a  estimé  Olivier  Augé,  directeur  du   projet  de  bus  électrique  TOSA  chez  ABB.  Directeur  de  l’énergie  pour  le  Canton  de  Vaud,  Laurent  Balsiger  a   insisté  sur  la  nécessité  d’une  planification,  notamment  à  l’aide  de  l’outil  proposé  par  le  Canton  appelé  „Outil   de  concept  énergétique  pour  les  communes“.  Celui-­‐ci  permet  de  faire  un  inventaire  de  ce  qui  existe  dans  les   communes,  d’estimer  les  potentiels  et  de  dégager  des  pistes.  La  table-­‐ronde  a  également  permis  de  dresser   quelques  pistes  pour  réduire  l’empreinte  carbone  des  villages  en  gérant  mieux  les  transports.  „La  voiture  
  4. 4.             électrique  ou  hybride  est  une  possibilité.  Elle  a  l’avantage,  dans  des  profils  escarpés,  d’avoir  une  efficacité   énergétique  démultipliée“,  a  évoqué  Olivier  Augé.  „Au  niveau  des  transports  publics,  c’est  un  challenge  car   environ  40  à  50%  du  coût  d’exploitation,  c’est  le  salaire  du  chauffeur.  La  différence  de  technologie  va  elle   représenter  10  à  15%  de  la  facture  globale.  Mais  on  va  souvent  regarder  que  cet  aspect  là  car  c’est  un   investissement“.     Le  quatrième  débat,  „Les  nouveaux  secteurs  économiques   pour  une  croissance  durable“  avec  Patrick  Jermann,   directeur  exécutif  du  Center  for  digital  education  (CEDE)  à   l’EPFL,  Laurent  Matile,  avocat  et  enseignent  en   management  durable  à  la  HEC-­‐HEG  Genève,    était  modéré   par  Mark  Halle,  directeur  de  l’Iisd  (International  institut  for   sustainable  development).  Lors  de  son  introduction,   Patrick  Jermanna  mis  en  lumière  les  formidables   opportunités  qu’offrent  les  MOOCS  (Massive  open  online   courses).  „Alors  qu’un  professeur  aura  10'000  élèves   durant  toute  son  existence  académique,  un  de  nos  courts,  donné  par  quatre  professeurs,  a  touché  150'000   étudiants  en  une  année“.  Les  élèves  suivent  les  cours  du  lieu  qui  leur  convient,  donnant  des  perspectives   économiques  pour  les  villages  également.     Le  5e  débat  „Un  tourisme  durable“,  modéré  par  Daniel   Wiener,  et  qui  accueillait  Marie-­‐Gabrielle  Ineichen-­‐ Fleisch,  directrice  du  secrétariat  d’Etat  à  l’économie,   Frédéric  Borloz,  syndic  d’Aigle  et  Sébastien  Angelini,   hôtelier  à  Villars,  co-­‐fondateur  de  la  Table  Verte  de  Villars   et  manger  en  développement  durable,  a  permis  de   confronter  le  cadre  et  les  moyens  mis  en  place  au  niveau   national  avec  les  besoins  et  les  opportunités  au  niveau   local  et  régional.  Sébastien  Angelini  a  notamment   présentée  l’initiative  Table  verte  à  Villars,  qui  a  débouché   sur  un  label  autoproclamé  „eco-­‐partenaire“.  A  ce  jour,  13  membres  de  la  station  villardoue  sont  partenaires  
  5. 5.             (dont  l’OT,  la  commune,  quatre  écoles,  des  entreprises  et  une  crèche).  Chacun  des  membres  s’engage  à   développer  chaque  année  son  catalogue  de  prestations  avec  des  mesures  environnementales  et  sociales.     Enfin,  faute  d’avoir  pu  l’accueillir  aux  Diablerets  en  raison  du   début  de  l’année  académique,  l’architecte  Toshiko  Mori  était   en  vidéoconférence  (photo:  son  collaborateur  Landon  Brown)   depuis  l’université  d’Harvard.  Elle  nous  a  présenté  un  aperçu   de  sa  vision  d’un  développement  durable  pour  les  villages  de   montagne  qui  tiennent  compte  d’une  intérgration  des   facteurs  paysages,  infrastructures,  écologies,  mais  aussi  de  la   population  locale,  des  tradition  et  du  savoir-­‐faire.  Sa  vision   devrait  faire  l’objet  d’un  sémnaire  futur  aux  Diablerets  avec   des  étudiants  de  la  Harward  University  Graduate  School  of  Design.   Vous  trouverez  une  galerie  d’images  ainsi  qu’une  revue  de  presse  sur  notre  site  www.eco-­‐villages.ch.  Nous   remercions  encore  chaleureusement  le  public,  les  sponsors,  les  participants  aux  débats  et  conférenciers,  les   firestarters,  les  modérateurs  ainsi  que  le  staff  de  Diablerets  tourisme  et  les  bénévoles  qui  ont  contribué  au   succès  de  cette  deuxième  édition.   La  3e  édition  d’eco.villages  se  déroulera  le  jeudi  28  août  2014  aux  Diablerets.  Nous  nous  réjouissons  d’ores   et  déjà  de  vous  y  accueillir.  Nous  articulerons  la  journée  principalement  autour  des  deux  axes  suivants:   - Le  tourisme  et  notamment  quelles  perspectives  pour  l’après-­‐ski  et  après  le  ski     - L’esprit  d’entreprise:  comment  faire  des  choses  innovantes  lorsqu’on  est  entrepreneur  dans  les   Alpes  ou  un  village     Un  projet  d’atelier  est  également  en  cours  d’élaboration.  Vous  faites  partie  de  notre  mailing  liste  et  recevrez   donc  régulièrement  des  informations  de  notre  part.  Au  plaisir  de  vous  retrouver  en  2014!   Pour  eco.villages,     Corinne  Feuz    

×