L'ÉQUIPE, Un peu plus près des étoiles
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

L'ÉQUIPE, Un peu plus près des étoiles

on

  • 362 views

 

Statistics

Views

Total Views
362
Views on SlideShare
356
Embed Views
6

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 6

https://twitter.com 6

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

L'ÉQUIPE, Un peu plus près des étoiles Document Transcript

  • 1. 4 MERCREDI 26 FÉVRIER 2014 FOOTBALL LIGUE DES CHAMPIONS – HUITIÈMES DE FINALE ALLER 20:45 SCHALKE 04 BEIN SPORTS 2 REAL MADRID Un peu plus près des étoiles Devenu indiscutable au Real Madrid, Karim Benzema fait l’unanimité en Espagne depuis quelques mois, même s’il ne figure pas encore au rang de grande star. LA CINQUIÈME SAISON en Espagne de Karim Benzema n’est pas encore la plus prolifique (32 buts en 2011-2012, 18 pour l’instant) mais elle est partie pour être la plus sereine. Titulaire indiscutable, l’attaquant français (26 ans) a même profité des trois matches de suspension de Cristiano Ronaldo en Liga pour devenir le meilleur buteur du Real Madrid en 2014 (huit buts en onze matches, toutes compétitions confondues). Un signe supplémentaire de la dimension prise par l’ancien Lyonnais depuis quelques mois. SON STATUT A-T-IL CHANGÉ ? OUI. Ce n’était pas gagné au début de la saison, quand son manque d’efficacité et les sifflets de certains supporters madrilènes l’avaient mis en difficulté. Mais cette mauvaise passe est loin. Aujourd’hui, Benzema marque, Santiago-Bernabeu l’ovationne et il est l’un des piliers de l’équipe de Carlo Ancelotti. Sans concurrent de même niveau à son poste, il n’avait jamais profité d’une continuité semblable. « C’est sa meilleure saison, estime Miguel Angel Diaz, qui suit l’actualité du club pour la radio Cadena Cope. Il est plus mûr, il ne se blesse pas, Cristiano (Ronaldo) répète en permanence qu’il est fondamental... Il a aussi pris de l’importance dans le vestiaire. Aujourd’hui, si l’on doit détacher quatre ou cinq joueurs importants du Real, Karim est dedans. » Par ailleurs, la naissance de son premier enfant et sa relaxe dans l’affaire Zahia, le 30 janvier, nourrissent une image plus consensuelle de Benzema, qui s’était fait remarquer, hors du terrain, par plusieurs incidents de la circulation, le dernier en février2013. EST-IL UNE STAR EN ESPAGNE ? PAS ENCORE. La bicéphalie du football espagnol concentre l’attention des médias et du public sur le Real et le Barça, mais surtout sur Cristiano Ronaldo et Lionel Messi. Derrière eux, l’Espagne adore les vedettes de sa sélection, Iker Casillas, Sergio Ramos ou Andrés Iniesta. Les deux capitai- CARLO ANCELOTTI n’a pas voulu faire planer le doute. L’entraîneur du Real Madrid a annoncé hier qu’il alignerait bien Gareth Bale et non Jesé Rodriguez, pourtant très en forme en ce moment, au poste d’ailier droit. nes du Real forment, de plus, deux couples très people, avec une présentatrice télé et une journaliste connues. Comme Gerard Piqué, avec la chanteuse Shakira. Benzema, lui, mène une vie plus discrète. Il n’a pas de compte Twitter, aujourd’hui l’outil de communication le plus prisé par les vedettes de la Liga, et sa page Facebook enregistre 8,6 millions de « j’aime », deux fois moins qu’Iniesta, par exemple. « C’est l’un des joueurs importants de la Liga mais il faut qu’il passe encore un palier pour être au niveau des Messi, Iniesta, Ronaldo ou Neymar, analyse Bruno Batlle, directeur général de l’agence de marketing sportif Prime Time Sport, basée à Barcelone. Il lui manque encore un peu de régularité et sans doute un titre individuel, par exemple meilleur buteur du Championnat, ou une grande Coupe du monde.» MADRID, STADE SANTIAGO-BERNABEU, 8 FÉVRIER 2014. – Karim Benzema célèbre l’un de ses deux buts marqués contre Villarreal, lors de la victoire du Real en Championnat (4-2). Photo Alberto Martin/EFE/MaxPPP EST-IL INTOUCHABLE ? POUR L’INSTANT, OUI. À plus long terme, c’est encore difficile à affirmer. Le Real et Benzema ont entamé, en septembre, des discussions pour prolonger son contrat (2015), ce qui témoigne de la confiance du club à son égard. «Je me sens bien ici et je pense seulement au Real», disait Benzema, samedi, au cours d’un entretien accordé à Marca, qui lui dédiait sa une. Aujourd’hui, il est indispensable aux yeux des socios, de la presse et des dirigeants mais il sera aussi jugé lors des échéances décisives de la fin de la saison, dès cette semaine avec le retour de la Ligue des champions, ce soir, puis le derby contre l’Atlético, dimanche. LIONEL DANGOUMAU (AVEC F. He.) La « BBC » est d’attaque « Il va jouer parce que, physiquement, il va bien », a expliqué le technicien italien, qui va donc miser sur le trio baptisé « BBC » (Bale, Benzema, Cristiano) en Espagne. Hormis Sami Khedira (rupture des ligaments croisés), personne n’est indisponible pour ce déplacement dans la Ruhr. Même si le Real a perdu ses six derniers matches à l’extérieur contre des clubs allemands en C 1, l’optimisme est de mise du côté merengue, 21 est, avec vingt et un buts, le troisième meilleur buteur de l’histoire du Real Madrid en Ligue des champions, derrière Raul (66) et Cristiano Ronaldo (44). 2 4 0 êêêêêê 2 ON AVAIT imaginé une confrontation un peu plus équilibrée. Certes, le Zénith Saint-Pétersbourg n’avait plus évolué en compétition officielle depuis le 6 décembre, en raison de la trêve imposée en Russie. Mais l’actuel coleader de son Championnat (devancé à la différence de buts par le Lokomotiv Moscou) avait la chance de recevoir un adversaire en difficulté en Bundesliga (3e ), balayé à Hambourg (0-3) trois jours plus tôt. Seulement, Dortmund, finaliste de la précédente édition de cette Ligue des champions (1-2 contre le Bayern Munich), reste une excellente DORTMUND équipe européenne. Il l’a rappelé, hier soir, même s’il faut bien sûr relativiser sa performance au regard de la prestation de son adversaire, rapidement privé d’Archavine, sorti blessé (15e). LEWANDOWSKI, ET DEUX QUI FONT SIX ! Au moins le Borussia s’est-il rassuré offensivement, abolissant tout suspense en moins de cinq minutes. Les Allemands profitèrent ainsi d’entrée des largesses russes sur leur flanc gauche. Ce fut d’abord Lewandowski qui lançait Reus, dont le petit centre pour Mkhitarian était parfait MUNICH – (ALL) DE NOTRE CORRESPONDANT SCHALKE 04 RÉALISE un début d’année 2014 impressionnant. En cinq matches de Championnat, le club de la Ruhr (4e ) a récolté treize points. Il ne compte plus que deux longueurs de retard sur le Bayer Leverkusen (2e) et une sur le Borussia Dortmund. L’objectif initial, une troisième qualification d’affilée pour la C 1, semble nettement plus accessible qu’à la fin septembre, quand il pointait à la quatorzième place… À l’heure d’accueillir le Real Madrid pour la première fois de son histoire, S 04 se montre donc plutôt serein. « Nous avons les moyens de faire un bon résultat et de conserver nos chances pour le match retour », explique Max Meyer, titulaire depuis quelques semaines au poste de meneur de jeu à seulement dix-huit ans. L’entraîneur, Jens Keller, peut de nouveau compter sur son capitaine Benedikt Höwedes, absent depuis le début de l’an- 14 LE NOMBRE DE PASSES DÉCISIVES de l’ancien Lyonnais en Ligue des champions depuis qu’il a rejoint le Real en 2009-2010. Sur cette période, aucun attaquant ne fait mieux. surtout après un week-end qui a permis au club de prendre seul la tête de la Liga. Ronaldo, qui vient de purger trois matches de suspension en Championnat, est de plus « particulièrement motivé », selon son entraîneur. F. He SAINT-PÉTERSBOURG (Russie), STADE PETROVSKI, HIER. – En marquant quatre buts à l’extérieur, les joueurs de Dortmund ont singulièrement accru leurs chances de qualification pour les quarts de finale. Photo Interpress/Reuters Surclassé ce week-end en Championnat, Dortmund s‘est rassuré à Saint-Pétersbourg, au moins offensivement. Z. ST PÉTERSBOURG Le club de la Ruhr a récupéré plusieurs blessés et pris treize points sur quinze possibles en 2014 en Bundesliga. KARIM BENZEMA Le Borussia en force (1-0, 4 e ). Puis, encore du côté droit, l’international arménien trouvait dans la surface Grosskreutz, finalement préféré à Aubameyang, dont la remise intelligente dans la surface profitait à Reus (2-0, 5e). La différence entre les deux formations était trop patente pour s’attendre à un retournement de situation, même si le Zénith s’efforça de se livrer davantage après la pause. Il revint d’abord à 1-2 par Chatov, à la suite d’un tir sur le poteau de Rondon, préalablement hors jeu (1-2, 57e). Et après que le Borussia se fut détaché par Lewandowski, concrétisant de près un long unedeux avec Piczczek (3-1, 61 e ), Hulk tentait de redonner encore espoir à un stade dont une tribune était fermée, en raison du comportement violent et raciste Schalke a retrouvé des forces 96% de ses ultras (*). Son penalty récompensait le meilleur joueur « russe » du jour (2-3, 69 e ) et mettait en exergue les atermoiements d’une défense centrale allemande privée de Hummels (cheville) et Subotic (genou). Mais la force de Dortmund reste évidemment son potentiel offensif et son jeu collectif, qui excellaient encore quand Reus décalait Lewandowski pour son doublé (4-2, 71 e ). Un but, son sixième en sept matches de C1 cette saison, qui, avant même le match retour, le 19 mars, sem- ble déjà, pour le Borussia, synonyme de qualification pour les quarts de finale. F. L. D. (*) Lors de la phase de groupes, contre l’Austria Vienne (AUT, 0-0), le 1er octobre 2013. ZEN. ST-PÉTERSBOURG (RUS) LA PART DES ÉQUIPES qui se sont qualifiées après avoir gagné 4-2 à l’extérieur au match aller. Sur 27 cas précédents dans les Coupes d’Europe depuis la saison 1970-1971. 2 4 B. DORTMUND (ALL) Mi-temps : 0-2. 15 000 spectateurs environ. Arbitre : M. Collum (ECO). Buts. – ZEN. ST-PÉTERSBOURG : Chatov (57e), Hulk (69e s.p.) ; B. DORTMUND : Mkhitarian (4e), Reus (5e), Lewandowski (61e, 71e). Avertissements. – Zen. St-Pétersbourg : Anioukov (54e), Faizouline (81e) ; Bor. Dortmund : Piszczek (68e). ZEN. ST-PÉTERSBOURG : Lodigine – Anioukov (Smolnikov, 84e), Neto, Lombaerts (cap.), Criscito – Faizouline (Kerjakov, 84e), Witsel – Hulk, Chatov, Archavine (Timochtchouk, 15e) – Rondon. Entraîneur : L. Spalletti (ITA). B. DORTMUND : Weidenfeller – Piszczek, Friedrich, Papastathopoulos, Schmelzer – Sahin, Kehl (cap.) – Reus (Hofmann, 85e), Mkhitarian (Aubameyang, 70e), Grosskreutz (Durm, 90e + 1) – Lewandowski. Entraîneur : J. Klopp. née à cause d’un claquage à une cuisse. Ce dernier sera aligné comme arrière droit face à Cristiano Ronaldo. Éloigné des terrains pendant près de deux mois (cuisse), le prometteur Julian Draxler (20 ans) débutera sur le banc, mais il devrait entrer en seconde période. En pointe, Klaas-Jan Huntelaar, qui a retrouvé son meilleur niveau depuis fin janvier après une indisponibilité de quatre mois (genou), va affronter le club o ù i l a évo l u é d e j a nv i e r à août 2009. L’attaquant néerlandais n’en garde pas de bons souvenirs, notamment parce que les dirigeants du Real ne l’avaient pas inscrit en C 1, lui préférant le milieu français Lassana Diarra. « J’ai oublié cet épisode depuis longtemps, a-t-il expliqué, hier. De toute façon, au Real, tout est politique. » ALEXIS MENUGE SCHALKE 04 (ALL) - REAL MADRID (ESP) 20 : 45 Veltins-Arena, en direct sur beIN Sports 2. Arbitre : M. Webb (ANG). SCHALKE 04 : Fährmann – Höwedes (cap.), F. Santana, Matip, Kolasinac – K.-P. Boateng, Neustädter – Farfan, Meyer, Goretzka – Huntelaar. Remplacants : Hildebrand (g.), Hoogland, Papadopoulos, Fuchs, Obasi, Draxler, Szalai. Entraîneur : J. Keller. Absents : Aogo, Höger (genou), Uchida (cuisse), Clemens (pubalgie), Unnerstall (g.) (choix de l´entraîneur). Suspendus : aucun. Suspendus au prochain avertissement : Neustädter, Höger. REAL MADRID : Casillas (cap.) – Arbeloa, Pepe, S. Ramos, Marcelo – Modric, Xabi Alonso, Di Maria – Bale, Benzema, C. Ronaldo. Remplaçants (à choisir parmi) : D. Lopez (g.), Varane, Coentrao, Carvajal, Nacho, Casemiro, Isco, Illarramendi, Jesé, Morata. Entraîneur : C. Ancelotti (ITA). Absent : Khedira (genou). Suspendus : aucun. Suspendus au prochain avertissement : aucun. EXPRESSO L’UNFP RÉPOND AUX PRÉSIDENTS DE CLUB À la suite de la publication, hier, de notre dossier sur la crise de la gouvernance du foot professionnel, le syndicat des joueurs (UNFP) a répliqué par un communiqué sévère à l’encontre des présidents de clubs : « Les problèmes du football professionnel français ne viennent pas des familles ou de la gouvernance de la LFP, mais bien de l’opposition permanente, de la guéguerre perpétuelle entre les présidents de clubs, qui privilégient les intérêts personnels à la cause commune, qui n’ont pas de vision à long terme, de projet pertinent en dehors d’une réforme, qui leur donnerait tous les pouvoirs… » n LES PERTES SE CREUSENT POUR OL GROUPE. – La holding chapeautant l’Olympique Lyonnais (OL Groupe) a creusé ses pertes au premier semestre de la saison 2013-2014, pénalisé, selon le club, par la taxe à 75 % sur les hauts revenus. Sur le semestre clos au 31 décembre dernier, la perte nette du groupe plonge à 14,1 M€ contre 8,8 un an auparavant. La taxe à 75 %, applicable sur les années 2013 et 2014, pèserait « à hauteur de 4 M€ » sur les comptes. n PARIS-SG : CAVANI AVEC LA CÉLESTE. – Edinson Cavani a été retenu par le sélectionneur uruguayen Oscar Tabarez pour affronter l’Autriche, en amical, le 5 mars prochain à Klagenfurt. L’attaquant du PSG (27 ans), absent depuis trois semaines en raison d’une blessure à la cuisse droite, doit reprendre l’entraînement collectif aujourd’hui et faire son retour à la compétition pour le Classique face à Marseille, dimanche. A.C. n BENFICA : MARIO COLUNA EST DÉCÉDÉ. – Mario Coluna, l’un des plus grands footballeurs portugais, est décédé hier des suites d’une crise cardiaque, à l’âge de soixante-dix-huit ans. Né au Mozambique, alors colonie portugaise, il a fait l’essentiel de sa carrière au Benfica Lisbonne (1954-1970). Capitaine des Aigles de Lisbonne et de la sélection portugaise, il a remporté deux Coupes d’Europe des clubs champions (1961 et 1962, un but dans chaque finale), dix titres de champions du Portugal et 6 Coupes du Portugal, en plus de la 3eplace à la Coupe du monde 1966. Il a fini sa carrière de joueur en France, à l’OL, de 1970 à 1972, jouant 19 matches lors de la première saison et inscrivant deux buts. UE UIS ATTAQ6H DANS L D’HUI 1 AUJOUR INTERNET / MOBILES / TABLETTES DeBonneville - Orlandini PATRICE EVRA CHEZ LUIS FERNANDEZ