Your SlideShare is downloading. ×
  • Like
Le Défi Urbain et Rural de la Décennie
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Now you can save presentations on your phone or tablet

Available for both IPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Le Défi Urbain et Rural de la Décennie

  • 689 views
Published

Atteindre l'OMD relatif à l'eau potable et à l'assainissement

Atteindre l'OMD relatif à l'eau potable et à l'assainissement

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
689
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
13
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. A T T E I N D R E L ’ O M D R E L A T I F À L’EAUPOTABLEETÀL’ASSAINISSEMENT LE DÉFI URBAIN ET RURAL DE LA DÉCENNIE
  • 2. A T T E I N D R E L ’ O M D R E L A T I F À L’EAUPOTABLEETÀL’ASSAINISSEMENT LE DÉFI URBAIN ET RURAL DE LA DÉCENNIE
  • 3. Catalogage à la source: Bibliothèque de l’OMS Atteindre l'OMD relatif à l'eau potable et à l'assainissement le défi urbain et rural de la décennie. 1.Mise en valeur des ressources en eau. 2.Eau potable - ressources et distribution. 3.Assainissement. 4.Alimentation eau. 5.Objectifs du millénaire pour le développement. I. Programme Conjoint OMS/UNICEF de Surveillance de l'Approvisionnement en Eau et de l'Assainissement. II. Organisation mondiale de la Santé. III.UNICEF. ISBN 978 92 4 256325 2 (Classification NLM: WA 675) © Organisation mondiale de la Santé et UNICEF, 2007 Tous droits réservés. Il est possible de se procurer les publications de l’Organisation mondiale de la Santé auprès des Editions de l'OMS, Organisation mondiale de la Santé, 20 avenue Appia, 1211 Genève 27 (Suisse) (téléphone : +41 22 791 3264 ; télécopie : +41 22 791 4857 ; adresse électronique : bookorders@who.int). Les demandes relatives à la permission de reproduire ou de traduire cette publication – que ce soit pour la vente ou une diffusion non commerciale – doivent être envoyées aux Editions de l'OMS, à l’adresse ci-dessus (télécopie : +41 22 791 4806 ; adresse électronique : permissions@who.int) ou à l'UNICEF Fonds des Nations Unies pour l'Enfance, 3 UN Plaza, New York, NY 10017, Etats-Unis d'Amérique. Les appellations employées dans la présente publication et la présentation des données qui y figurent n’impliquent de la part de l’Organisation mondiale de la Santé ou de l'UNICEF aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. Les lignes en pointillé sur les cartes représentent des frontières approximatives dont le tracé peut ne pas avoir fait l'objet d'un accord définitif. La mention de firmes et de produits commerciaux ne signifie pas que ces firmes et ces produits commerciaux sont agréés ou recommandés par l’Organisation mondiale de la Santé ou l'UNICEF, de préférence à d’autres de nature analogue. Sauf erreur ou omission, une majuscule initiale indique qu’il s’agit d’un nom déposé. L’Organisation mondiale de la Santé et l'UNICEF ont pris toutes les dispositions voulues pour vérifier les informations contenues dans la présente publication. Toutefois, le matériel publié est diffusé sans aucune garantie, expresse ou implicite. La responsabilité de l'interprétation et de l'utilisation dudit matériel incombe au lecteur. En aucun cas, l'Organisation mondiale de la Santé ou l'UNICEF ne sauraient être tenues responsables des préjudices subis du fait de son utilisation.
  • 4.  CONTENTS Avant-propos...................................................................................................................... 2 Définitions et sources des données.............................................................................. 4 Objectif de ce rapport...................................................................................................... 5 Les enjeux de la décennie «L’eau, source de vie».......................................................... 6 Eau potable: couverture.................................................................................................... 8 Eau potable: tendances sur la période 2005–2015...................................................10 Eau potable: disparités entre zones urbaines et zones rurales..............................12 L’eau potable dans les zones urbaines et rurales au cours de la décennie «L’eau, source de vie».........................................................................................................14 Assainissement: couverture...........................................................................................16 Assainissement: tendances au cours de la décennie «L’eau, source de vie»..........18 Assainissement: disparités entre zones urbaines et zones rurales.......................19 Assainissement: perspectives dans les zones urbaines et les zones rurales.......20 Eau potable et assainissement: suivi de la situation..................................................22 La mission du PCS...........................................................................................................26 Couverture en eau potable et en assainissement au niveau national, régional et mondial en 1990 et 2004..........................................................................28 Atteindre l’OMD relatif à l’eau potable et à l’assainissement: bilan de la situation au niveau mondial et régional en 1990 et 2004, et efforts à entreprendre au cours de la période 2005-2015................................40 Groupements régionaux OMD....................................................................................41
  • 5. Avant-propos Pas de santé, de survie, de croissance ni de développement sans eau potable, sans assainissement et sans hygiène; pourtant, pour une grande partie des plus démunis de la planète, ces biens de première nécessité restent un luxe.En effet,plus de 1,1 milliard de nos contemporains n’ont pas accès à de l’eau de boisson provenant d’une source améliorée, et ils sont 2,6 milliards à être privés d’assainissement de base. De fait, il est tellement évident que l’eau potable et l’assainissement de base sont essentiels pour la santé qu’on risque de les considérer comme allant de soi.Quant aux initiatives visant à réduire la mortalité imputable aux diarrhées, ou à atténuer l’incidence de maladies telles que l’ascaridiase, la dracunculose, l’ankylostomiase, la schistosomiase et le trachome, elles sont vouées à l’échec si les principaux intéressés n’ont pas accès à l’eau potable et à l’assainissement de base. C’est sans compter les effets indirects d’une telle carence: en effet, pour les millions d’enfants d’âge scolaire infestés par des parasites intestinaux à cause d’installations d’assainissement défectueuses et du manque d’hygiène, c’est la capacité même d’apprendre qui se trouve compromise. Les Objectifs du Millénaire pour le développement ont défini l’itinéraire commun que nous devons suivre pour combattre la pauvreté, l’inégalité, la faim et la maladie. La communauté mondiale s’est engagée à réduire de moitié le nombre de personnes n’ayant pas accès de façon durable à l’eau de boisson salubre et à l’assainissement de base. Dans le cadre de la décennie pour l’action «L’eau, source de vie», le présent rapport s’intéresse à la cible des OMD relative à l’eau potable et à l’assainissement et examine les deux problèmes majeurs à surmonter pour y parvenir:d’une part,la rapidité du rythme actuel d’urbanisation, qui nécessite un effort soutenu rien que pour parvenir à maintenir les taux de couverture actuels,d’autre part la dramatique situation des populations rurales encore privées d’accès à l’eau potable et à l’assainissement de base, situation qui nous impose de procéder à une mobilisation de ressources sans précédent afin de réduire l’écart considérable qui sépare les populations urbaines et rurales à cet égard. L’Afrique sub-saharienne reste la région où la situation demeure la plus préoccupante; en effet, entre 1990 et 2004, le nombre de personnes n’ayant pas accès à l’eau potable y a augmenté de 23%, celles privées d’assainissement de plus de 30%. Si l’on veut atteindre la cible relative à l’eau potable et à l’assainissement dans la région, il est indispensable que tous les acteurs concernés intensifient leur action de manière concertée. Nous appelons tous les pays à définir des objectifs atteignables, à élaborer des plans d’action réalistes et à prévoir les ressources financières et humaines nécessaires pour garantir à leur population un accès durable à l’eau potable et à l’assainissement de base,tout en tenant compte des besoins fondamentaux des plus vulnérables et des plus démunis.Cet effort doit être entrepris non seulement pour des raisons humanitaires, mais aussi parce qu’il est rentable, parce qu’il permet de réduire considérablement les coûts de la santé, et parce qu’il influe directement sur les trois facteurs qui constituent le fondement de la lutte contre la pauvreté: la santé, l’équité et la croissance économique.
  • 6.  L e présent rapport du Programme commun OMS/ UNICEF de surveillance de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement (PCS) porte sur la cible des OMD qui a été définie comme suit: réduire de moitié, d’ici à 2015, le pourcentage de la population qui n’est pas durablement approvisionnée en eau potable et qui ne dispose pas d’assainissement de base. Les indicateurs utilisés pour apprécier le chemin parcouru en direction de cette cible sont: • la proportion de la population urbaine et rurale bénéficiant de manière durable d’un approvisionnement en eau amélioré; • la proportion de la population urbaine et rurale disposant d’un assainissement amélioré. Le premier indicateur - la proportion de la population urbaine et rurale approvisionnée en eau potable - correspond au pourcentage de personnes ayant accès à des sources d’approvisionnement ou à des points de distribution améliorés (voir liste ci- dessous). Les technologies d’approvisionnement en eau dites améliorées permettent en principe d’obtenir une eau plus saine que celles considérées comme non améliorées. De même, le second indicateur – la proportion de la population disposant de l’assainissement de base – correspond au pourcentage de personnes utilisant des installations d’assainissement améliorées (voir liste ci-dessous). Là encore, des installations améliorées offrent de meilleures conditions d’hygiène que les installations qualifiées de non améliorées. On trouvera une description plus précise de ces installations dans la publication du PCS Core questions on drinking water and sanitation for household surveys (www.wssinfo.org). Les données démographiques, notamment les projections, ainsi que la ventilation des populations rurales et urbaines proviennent de la Division de la population des Nations Unies: World population prospects: the 2004 revision (POP/ DB/WPP/Rev.2004/2/FI – Février 2005. Les données utilisées pour calculer les pourcentages de la population utilisant les différents types d’approvisionnement en eau et d’installations d’assainissement proviennent de recensements et d’enquêtes auprès des ménages représentatifs à l’échelle nationale. La plupart des données ponctuelles utilisées par le PCS proviennent des Enquêtes démographiques et sanitaires (DHS), des Enquêtes par grappe à indicateurs multiples (MICS), des Enquêtes sur la mesure des niveaux de vie (LSMS) et des Enquêtes sur la santé dans le monde (WHS). Les autres enquêtes par sondage qui ont aidé le PCS à établir ses estimations sont: • Les questionnaires sur les grands indicateurs du bien-être • Les enquêtes sanitaires et nutritionnelles • Les enquêtes sur le budget des ménages • Le projet pan-arabe d’enquêtes sur la santé de la famille (PAPFAM) • Les enquêtes sur la santé génésique. Les estimations présentées dans le présent rapport s’appuient sur plus de 500 recensements et enquêtes représentatifs au plan national effectués au cours des 20 dernières années. L’analyse des données fournies par ces enquêtes permet au PCS d’évaluer la couverture en eau potable et en assainissement et d’extrapoler des tendances nationales, régionales et mondiales. On trouvera davantage de renseignements sur la méthode de calcul utilisée pour cette extrapolation à l’adresse suivante: http:// www.wssinfo.org/pdf/ Policies_Procedures_04.pdf. Définitions et sources des données Sources d’approvisionnement en eau améliorées > Eau sous canalisation alimentant le domicile, la parcelle ou la cour > Borne-fontaine/fontaine publique > Puits tubé/puits foré > Puits creusé protégé > Source protégée > Citerne d’eau de pluie Sources d’approvisionnement en eau non améliorées > Puits non protégé > Source non protégée > Tonne montée sur une charrette > Eau en bouteillea > Camion-citerne > Eau de surface (rivière, réservoir, lac, étang, ruisseau, canal, canal d’irrigation) Installations d’assainissement amélioréesb > Chasse d’eau raccordée: - au tout-à-l’égout - à une fosse septique - à des latrines à fosse > Fosse d’aisance améliorée et autoventilée > Fosse d’aisance avec une dalle > Latrines sèches (à compost) Installations d’assainissement non améliorées > Chasse d’eau sans raccordementc > Fosse d’aisance sans dalle ou fosse en plein air > Latrines à seau > Toilettes ou latrines suspendues > Pas d’installations (brousse, champs) a L’eau en bouteille n’est considérée comme améliorée que si le ménage utilise pour la cuisine et l’hygiène personnelle de l’eau provenant d’une source améliorée. b Seules les installations non partagées ou non publiques sont considérées comme améliorées. c Les excréments sont évacués en direction de la rue, de la cour ou de la parcelle, d’un égout à ciel ouvert, d’un fossé, d’une voie de drainage ou d’un autre lieu.
  • 7.  L e présent rapport présente les estimations de la couverture en eau potable et en assainissement par pays et par région OMD en 2004. Il indique le nombre de personnes ayant pu bénéficier de ces services depuis 1990, année de référence pour la mise en œuvre des OMD, et recense les difficultés à surmonter pour être en mesure d’atteindre la cible relative à l’eau potable et à l’assainissement dans les dix prochaines années. Il compare les progrès accomplis et indique les régions qui sont en bonne voie, celles où les progrès sont réels mais insuffisants pour atteindre la cible, et celles qui ont peu de chances de réussir. Compte tenu de l’évolution incessante de la dynamique démographique entre zones rurales et urbaines, le CPS a étudié les différentes difficultés auxquelles les zones urbaines et rurales risquent d’être confrontées, notamment l’inégalité entre ces zones, l’accélération de la croissance démographique urbaine et l’insuffisance de la couverture dans les zones rurales. Le rapport analyse également l’évolution de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, en examinant les tendances observables dans les zones urbaines et rurales et en essayant de déterminer si l’on peut en conclure que la réalisation de l’OMD relatif à l’eau potable a des chances d’être atteint. Il met en lumière les efforts qu’il convient de déployer dans les zones rurales, où des milliards de personnes ne sont toujours pas desservies et où la croissance démographique est presque étale, et les compare aux mesures à prendre dans les zones urbaines, où le taux de couverture est élevé mais où l’urbanisation avance rapidement. Le rapport établit également une comparaison entre le taux de couverture prévu pour 2015 en fonction de l’évolution observée entre 1990 et 2004, et l’OMD relatif à l’eau potable et à l’assainissement. Les statistiques présentées ici ont été établies à partir d’informations recueillies auprès des usagers (et non des prestataires de services) et qui, de ce fait, ne sont affectées ni par les différences de définition que l’on donne de l’accès d’un pays à l’autre, ni par les influences politiques susceptibles de biaiser les données relatives à la couverture. De ce fait, les données du PCS sont vraisemblablement plus fiables et se prêtent mieux à des comparaisons que les données des rapports nationaux officiels. Suite à des ajustements rétroactifs effectués sur la base de ces informations, récentes et plus exactes, les taux de couverture présentés dans les précédents rapports du PCS sont annulés et remplacés par ceux figurant dans le présent rapport. Objectif de ce rapport
  • 8.  L es trois enjeux de la décennie «L’eau, source de vie» sont les suivants: conserver les acquis; prendre rapidement les mesures nécessaires pour que les milliards de personnes vivant dans des zones rurales encore non desservies puisent accéder à l’eau potable et à des services d’assainissement; intensifier les efforts dans les zones urbaines pour pouvoir faire face à la croissance démographique, en accordant une attention toute particulière aux bas revenus et aux déshérités. Selon le PCS, il faudra, en gros, doubler les efforts accomplis au cours des 15 dernières années pour atteindre l’OMD relatif à l’assainissement et les accroître d’un tiers pour atteindre l’objectif concernant l’eau potable. Compte tenu de ce que 1,2 milliard de personnes ont pu accéder à la fois à l’eau potable et à l’assainissement entre 1990 et 2004, il faudra encore une progression de 1,6 milliard de personnes entre 2005 et 2015 pour atteindre l’OMD relatif à l’assainissement et de 1,1 milliard de personnes pour réaliser l’objectif relatif à l’eau potable (figures 1 et 2). Les chiffres du rapport mettent en évidence une réalité brutale, à savoir que, sauf avancée décisive, l’OMD relatif à l’assainissement risque fort de ne pas être atteint. Malgré tous les progrès accomplis, il ne semble pas que le monde soit en bonne voie pour atteindre cet objectif. Pour y parvenir, il faudrait en effet que 450 000 personnes supplémentaires aient chaque jour accès à ces services entre 2005 et 2015, ce qui suppose un quasi doublement des efforts actuellement consentis. Même si le monde dans son ensemble est sur la voie de la réalisation de l’OMD relatif à l’eau potable, il semblerait que l’on assiste à un certain fléchissement. De fait, pour atteindre l’objectif, il faudrait desservir 300 000 personnes supplémentaires par jour au cours des dix prochaines années, et, à cette fin, accroître d’environ un tiers les efforts déployés aujourd’hui. Il est certain que certaines régions atteindront l’objectif relatif à l’eau potable et à l’assainissement, et que d’autres, si la tendance actuelle se poursuit, n’y parviendront pas. En Afrique sub-saharienne, par exemple, région qui a enregistré une croissance de 85% de sa population urbaine entre 1990 et 2004, le nombre de citadins n’ayant accès ni à une eau de boisson saine ni à l’assainissement de base a doublé entre 1990 et 1994. Dans la même région, le nombre de personnes vivant en zone rurale privées d’accès à une eau potable améliorée était, en 2004, cinq fois supérieur à celui des citadins dans la même situation; le nombre de personnes n’ayant pas accès à l’assainissement amélioré étant quant à lui presque trois fois supérieur à celui des citadins non desservis. Compte tenu de 0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000 8000 2015 (si l'objectif est atteint) 2015 (projection) 20041990 Population desservie Population (en millions) Année 4092 5320 6300 6425 1187 1069 919 794 Population non desservie Projected desservie (projection) Population non desservie (projection) Population desservie si l'objectif est atteint Population qui restera non desservie si l'objectif est atteint > Le nombre de personnes ne disposant pas d’un approvisionnement en eau amélioré n’a baissé que de 118 millions entre 1990 et 2004. Figure 1 Population mondiale avec et sans accès à un approvisionnement en eau amélioré en 1990, 2004 et 2015
  • 9.  la lenteur de la progression, de la faiblesse du taux de couverture et de l’énorme écart entre zones rurales et zones urbaines en termes de couverture, il est peu probable que l’Afrique subsaharienne atteigne la cible de l’OMD. La réalisation de l’OMD relatif à l’eau potable et à l’assainissement représente un gigantesque défi. Les chiffres parlent d’eux- mêmes. Pour y parvenir, il faudra en effet, d’ici à 2015, mettre en place une infrastructure de services permettant d’assurer l’accès à l’eau potable à 1,1 milliard de personnes supplémentaires, et à 1,6 milliard de personnes en ce qui concerne l’assainissement. Il faudra également faire le nécessaire pour prévenir le délabrement actuel et futur de l’infrastructure dû aux carences de l’administration, aux problèmes d’amortissement, aux difficultés d’exploitation et d’entretien, et, d’une manière générale, à une certaine absence de rigueur dans la gestion. Des progrès rapides s’imposent si l’on entend rompre le cycle de la pauvreté, de l’illettrisme, du logement insalubre et de la maladie. La voie à suivre est déjà toute tracée: le rapport final du groupe de travail des Nations Unies chargé du projet du Millénaire sur l’eau et l’assainissement1 recommande en effet une série d’initiatives, allant des mesures à prendre pour compenser l’énorme retard de l’assainissement de base sur l’eau potable à l’adoption de procédés institutionnels, financiers et technologiques innovants mettant l’accent sur les besoins des ménages les plus démunis. Pour atteindre l’OMD relatif à l’eau potable et à l’assainissement, il sera nécessaire d’accélérer la fourniture des services, et cela à toutes les étapes du cycle - mobilisation des ressources (financières et humaines), conception et planification, construction, mise en service et maintenance - en accordant une attention toute particulière aux besoins des catégories les plus démunies et les moins bien desservies de la population Il importe désormais que le secteur ne progresse plus par à-coups, mais dans le cadre d’un processus de développement continu et durable. Si l’on considère que nous avons déjà parcouru les deux tiers du chemin qui sépare l’année de référence (1990) de l’année fixée pour l’OMD, il est évident que le rythme actuel de progression est insuffisant. Il est par conséquent urgent de passer à la vitesse supérieure, de gagner en efficacité et d’accélérer les investissements si nous tenons à atteindre la cible. 0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000 8000 2015 (si l'objectif est atteint) 2015 (projection) 20041990 Population (en millions) Année 2569 3777 4829 5414 2710 2612 2390 1805 Population desservie Population non desservie Population desservie (projection) Population non desservie (projection) Population desservie si l'objectif est atteint Population qui restera non desservie si l'objectif est atteint Figure 2 Population mondiale avec et sans accès à un assainissement amélioré en 1990, 2004 et 2015 > Le nombre de personnes ne disposant pas d’un assainissement amélioré n’a diminué que de 98 millions entre 1990 et 2004. > Si la tendance observée sur la période 1990-2004 se poursuit jusqu’en 2015, il s’en faudra de plus d’un demi- milliard de personnes pour que l’objectif relatif à l’assainissement soit atteint. 1 Groupe de travail des Nations Unies chargé du projet du Millénaire sur l’eau et l’assainissement. Health, dignity, and development: what will it take? Londres, Earthscan, 2005.
  • 10.  E n 2004, un total de 5,3 milliards de personnes (83% de la population mondiale utilisaient de l’eau provenant de sources améliorées (figure 5), contre 4,1 milliards (78%) en 1990. Mais, du fait de la croissance démographique, le nombre de personnes non desservies n’a pas changé de manière substantielle depuis cette dernière date. Un sixième environ de la population mondiale – 1,1 milliard de personnes au total – n’ont toujours pas accès à une eau de boisson améliorée, et 84% d’entre elles vivent dans des zones rurales. Les statistiques mondiales voilent une situation franchement alarmante dans certaines régions en développement (figures 3, 4 et 5). En Afrique sub-saharienne, malgré les progrès enregistrés – le pourcentage de la population desservie est passé de 49% à 56% entre 1990 et 2004 – il faudra faire un effort important pour pouvoir atteindre l’objectif visé - 75% - d’ici à 2015. Environ 80% de la population non desservie est concentrée dans trois régions:Afrique sub- saharienne,Asie de l’Est et Asie du Sud. La couverture dépasse les 78% dans toutes les régions, à l’exception de l’Afrique sub- saharienne et de l’Océanie, où elle s’élève respectivement à 56% et 50% (figure 5). Elle est supérieure à 90% en Amérique latine et dans les Caraïbes, en Afrique du Nord et en Asie occidentale. Dans les régions en développement, les deux tiers des personnes qui ont pu accéder à un approvisionnement en eau amélioré entre 1990 et 2004 ont pu disposer d’un raccordement à domicile ou d’un robinet extérieur (eau courante), alors qu’un tiers ont pu accéder à d’autres types d’équipements améliorés (puits protégés, bornes-fontaines, etc.). Il semble que les pays en développement concentrent leurs investissements sur Eau potable: couverture Figure 3 Couverture en eau de boisson améliorée en 2004 > L’Afrique sub-saharienne continue de progresser dans la fourniture de services à la population non desservie, avec une augmentation de 7 points de pourcentage entre 1990 et 2004. Les taux de couverture actuels sont pourtant extrêmement faibles. Au rythme actuel de développement l’Afrique sub-saharienne ne sera pas en mesure d’atteindre l’OMD relatif à l’eau potable. Pays comptant plus de 50 millions d’habitants en 2004a Couverture en eau potable (%) 2004 1990 Actuelle Nécessaire pour atteindre la cible de l’OMD Chine 70 77 79 Inde 70 86 79 Indonésie 72 77 80 Brésil 83 90 88 Pakistan 83 91 88 Bangladesh 72 74 80 Nigéria 49 48 65 Mexique 82 97 87 Viet Nam 65 85 76 Philippines 87 85 91 Ethiopie 23 22 46 Egypte 94 98 96 Turquie 85 96 90 République islamique d’Iran 92 94 94 Thaïlande 95 99 97 République démocratique du Congo 43 46 60 Myanmar 57 78 70 a Par ordre démographique décroissant > La majorité des pays les plus peuplés sont en bonne voie pour atteindre l’OMD relatif à l’eau potable. Tableau 1 Progrès enregistrés vers la réalisation de l’OMD relatif à l’eau potable dans les pays en développement les plus peuplés
  • 11.  des systèmes centralisés permettant le branchement du domicile ou d’un robinet extérieur au réseau d’adduction d’eau. Même lorsque des sources d’approvisionnement en eau améliorées sont accessibles, il faut encore déployer des efforts très importants pour améliorer l’accès aux services. Le branchement à un réseau de distribution public permet de consacrer une plus grande part de la consommation à l’hygiène, et il est avéré que c’est la formule qui, tout en présentant le coût par habitant le plus élevé, donne les meilleurs résultats sur le plan sanitaire. En 2004, seulement 44 % de la population des pays en développement ont pu disposer d’eau de boisson grâce à un branchement au réseau ou à un robinet extérieur (figure 5). On observe cependant d’énormes disparité d’une région à l’autre: alors que 16% seulement de la population a accès à l’eau potable par un raccordement au réseau en Afrique subsaharienne, 20% en Asie du Sud, 21% en Océanie et 28% en Asie du Sud-Est, les chiffres sont beaucoup plus élevés en Asie de l’Est (70%), en Afrique du Nord (76%), en Amérique latine et dans les Caraïbes (80%) et en Asie occidentale (81%). Asie occidentale 18 Asie du Sud-Est 98 Asie du Sud 226 Asie de l'Est 302 Afrique sub-saharienne 322 Afrique du Nord 13 Océanie 4 Régions développées 13 Communauté des Etats indépendants 21 Amérique latine et Caraïbes 50 1 1 Figure 4 Population (en millions) n’ayant pas accès à un approvisionnement en eau amélioré en 2004 (par région) > Près de 50% de la population mondiale sans accès à une eau de boisson améliorée se trouvent en Asie de l’Est et en Asie du Sud, et 30% vivent en Afrique sub-saharienne. Figure 6 Temps nécessaire pour aller chercher l’eau en Afrique Pourcentage de la population disposant de l'eau courante à domicile Changements observés sur la période 1990-2004 (en %) Couverture en 2004 (en %) Pourcentage de la population ayant accès à d'autres types d'approvisionnement amélioré +5 0 +9 +2 +8 +6 +13 +6 +7 +7 -1 -1-5 0 5 10 15 83 99 92 80 91 91 91 85 82 78 56 50 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 O céanie Afrique sub-saharienne Asie de l'Est Asie du Sud-Est Asie duSud Asie occidentale Am érique latine etCaraïbes Afrique du N ord Régionsen développem ent Com m unauté desEtats indépendants Régions développées M O N D E Figure 5 Couverture en eau de boisson améliorée en 2004 (par région) >Alors que 80% de la population du monde en développement ont accès à un approvisionnement en eau de boisson amélioré,quel qu’en soit le type,44% seulement disposent d’un branchement alimenté par une canalisation. > Si le pourcentage de la population ayant accès à une eau de boisson améliorée dépasse aujourd’hui les 80% enAsie du Sud et enAsie du Sud-Est,les taux de couverture en eau courante à domicile n’y atteignent respectivement que 20% et 28%,soit guère plus que le niveau enregistré enAfrique sub-saharienne (16%). > EnAfrique,des millions de femmes et d’enfants parcourent chaque jour de longues distances pour aller chercher de l’eau (Figure 6).En moyenne,un membre du ménage (généralement une femme ou un enfant) a besoin d’une demi-heure environ pour se rendre au point d’eau,puiser de l’eau et revenir,ce qui n’est pas sans inconvénients pour la scolarité des enfants et l’égalité entre garçons et filles.
  • 12. 10 S i 1,2 milliard de personnes supplémentaires ont pu bénéficier d’un approvisionnement en eau amélioré au cours de la période 1990-2004, il n’en demeure pas moins qu’en chiffres absolus, le nombre de personnes non desservies n’a baissé que de 118 millions en raison de la croissance démographique. Si la tendance actuelle se poursuit, on devrait enregistrer d’ici à 2015 une diminution de la population non desservie de 150 millions de personnes. Malgré cette amélioration, on dénombrera encore plus de 900 millions de personnes sans accès à l’eau potable en 2015, dont les trois quarts dans les zones rurales. En Afrique sub-saharienne, malgré une progression de 7% de l’approvisionnement en eau amélioré entre 1990 et 2004, le nombre effectif de personnes qui restent privées d’accès a augmenté de 60 millions. L’évolution actuelle de la couverture indique que, d’ici à 2015, le nombre de personnes non desservies va augmenter de 47 millions en Afrique sub- saharienne (figure 7). Eau potable: tendances sur la période 2005-2015 -100 -50 0 50 100 150 Afrique sub-saharienne Océanie Afrique du Nord Asie occidentale Asie du Sud-Est Amérique latine et Caraïbes Asie de l'Est Asie du Sud Population (en millions) Augmentation du nombre de personnes non desservies au cours de la période 2005-2015 Diminution du nombre de personnes non desservies au cours de la période 2005-2015 Monde -47 -1 1 5 5 25 30 139 150 Figure 7 Evolution probable (projection) par région en développement, du nombre de personnes (en chiffres absolus) qui ne bénéficieront pas d’un approvisionnement en eau amélioré au cours de la période 2005-2015 si la tendance observée entre 1990 et 2004 se poursuit jusqu’en 2015 Tableau 2 Pays les moins avancés qui doivent plus que doubler les taux d’augmentation enregistrés sur la période 1990-2004 pour pouvoir atteindre l’OMD relatif à l’eau potable d’ici à 2015. Pays les moinsavancés Augmentationannuelle de la population desservie (en milliers) Facteur d’accroissement nécessaire 1990–2004 (effectif) 2005–2015 (nécessaire) Ethiopie 319 4 312 13.5 République démocratique du Congo 628 3 009 4.8 Niger 192 719 3.8 Maldives 4 14 3.7 Togo 76 277 3.7 Madagascar 241 834 3.5 Vanuatu 2 8 3.4 Mozambique 230 764 3.3 Yémen 327 1 073 3.3 Guinée 126 396 3.1 Haïti 89 263 3.0 Comores 12 32 2.7 Burundi 121 322 2.7 Libéria 54 142 2.6 Bénin 147 366 2.5 Mali 235 556 2.4 Ouganda 583 1 349 2.3 Zambie 164 372 2.3 Bangladesh 1 933 4 160 2.2 Mauritanie 55 117 2.1 Soudan 528 1 124 2.1 Samoa 1 2 2.1 Angola 295 603 2.0 Djibouti 11 23 2.0 > Beaucoup de pays comptant parmi les moins avancés devant plus que doubler leurs efforts pour atteindre l’OMD relatif à l’eau potable. > Si la tendance actuelle se maintient jusqu’en 2015, le nombre de personnes (en chiffres absolus) privé d’approvisionnement en eau potable devrait diminuer de 150 millions; l’Afrique sub-saharienne comptera alors 47 millions de personnes non desservies de plus qu’en 2004.
  • 13. 11
  • 14. 12 Eau potable: disparités entre zones urbaines et zones rurales L’ accès à un approvisionnement en eau amélioré est sensiblement plus élevé dans les zones urbaines que dans les zones rurales (figures 8 et 9). Dans ces dernières, et cela dans la quasi-totalité du monde en développement, le niveau de couverture en eau potable provenant d’une source améliorée est inacceptable (figures 9 et 10). Dans les zones urbaines, la couverture en eau potable est restée identique (95%) entre 1990 et 2004; dans les zones rurales, elle est passée de 64% en 1990 à 73% en 2004. Dans 27 pays en développement, moins de 50% de la population rurale ont accès à une eau de boisson améliorée (figure 9). Figure 8 Couverture en eau de boisson provenant d’une source améliorée dans les zones urbaines en 2004 Figure 9 Couverture en eau de boisson provenant d’une source améliorée dans les zones rurales en 2004
  • 15. 13 Nombre de personnes non desservies (en millions) 0 200 400 600 800 1000 1200 2015 (Projection) 20041990 107 1080 899 170 240 679 Zones urbaines Zones rurales Zones urbaines (projection) Zones rurales (projection) Année Figure 11 Population mondiale (en millions) sans accès à un approvisionnement en eau de boisson amélioré dans les zones urbaines et rurales en 1990, 2004 et 2015 (projection fondée sur une extrapolation de la tendance constatée entre 1990 et 2004) Population (en millions) 270 52 264 38 199 27 73 25 34 17 14 4 10 3 4 0.4 Population rurale Population citadine 0 50 100 150 200 250 300 Océanie Afriquedu Nord Asieoccidentale Am ériquelatine etCaraïbes Asiedu Sud-Est Asiedu Sud Asiedel'Est Afrique sub-saharienne > Dans les régions en développement, 84% de la population non desservie vivent dans les zones rurales. Figure 10 Population urbaine et rurale (en millions) sans accès à un approvisionnement en eau amélioré dans les régions en développement en 2004
  • 16. 14 L’eau potable dans les zones urbaines et rurales au cours de La décennie «L’eau, source de vie» L e monde dans son ensemble est en bonne voie pour atteindre l’OMD relatif à l’eau potable. Ce constat réjouissant ne doit cependant pas occulter deux difficultés de taille – à savoir, les inégalités de couverture entre zones rurales et zones urbaines, et l’accélération de la croissance démographique urbaine dans les régions en développement – qui, même si elle ne compromettent pas les chances d’atteindre l’objectif, semblent devoir peser fortement sur la tendance. Les zones rurales sont très largement en retard sur les zones urbaines pour ce qui est de la couverture en eau potable améliorée. En effet, même compte tenu de la progression du taux de couverture entre 1990 (64%) et 2004 (73%), quelque 900 millions de personnes sont encore privées d’accès. Si cette tendance se poursuit, on obtiendra en 2015 une couverture de 80% et l’accès d’environ 300 millions de personnes, ce qui n’empêchera pas que 700 millions de personnes resteront encore non desservies.Vivant souvent dans des communautés marginalisées et isolées, les habitants des zones rurales, dont de nombreuses femmes et de nombreux enfants, doivent chaque jour passer des heures à aller chercher l’eau loin de leur domicile. Dans certains pays, le taux de couverture est en régression (tableau 3). Les difficultés qui se posent dans les zones urbaines sont différentes. La couverture en eau potable y est restée pratiquement inchangée au Population(enmillions) Année Population urbaine Population non desservie (zones urbaines) Population desservie (zones urbaines) 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 2015 (projection) 20041990 2171 107 2943 170 3629 240 Population(enmillions) Année Population non desservie (zones rurales) Population desservie (zones rurales) 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 2015 (projection) 20041990 1921 1080 2377 899 2671 679 Population rurale Figure 12 Evolution de la couverture: population urbaine et rurale avec et sans accès à un approvisionnement en eau de boisson amélioré en 1990, 2004 et 2015 (projection) > La population urbaine disposant d’un approvisionnement en eau de boisson amélioré a augmenté d’environ 36% entre 1990 et 2004. Malgré ce progrès important, le nombre de citadins non desservis continue d’augmenter. Population(enmillions) Année Population urbaine Population non desservie (zones urbaines) Population desservie (zones urbaines) 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 2015 (projection) 20041990 2171 107 2943 170 3629 240 Population(enmillions) Année Population non desservie (zones rurales) Population desservie (zones rurales) 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 2015 (projection) 20041990 1921 1080 2377 899 2671 679 Population rurale > Le nombre de ruraux disposant d’un approvisionnement en eau de boisson amélioré a augmenté de 24% entre 1990 et 2004, et l’effectif des personnes non desservies tend à décroître. Malgré cet important progrès, la proportion de ruraux encore privée d’accès reste excessivement élevée (27%).
  • 17. 15 cours des quinze dernières années (95%). Ce résultat remarquable risque toutefois d’être compromis par la croissance démographique prévue pour la période 2005-2015 (selon les estimations de la Division de la population des Nations Unies, les effectifs de citadins devraient grossir de 755 millions de personnes). Il est réjouissant de constater que – pour autant que le taux de couverture en zone urbaine reste inchangé – 685 millions de nouveaux citadins pourront avoir accès à l’eau potable entre 2005 et 2015. Une analyse de l’évolution de la couverture dans les zones urbaines et rurales (figure 12) montre clairement que l’essentiel des efforts déployés pour atteindre l’OMD relatif à l’eau potable portera sur les zones urbaines. Il se pourrait que les pouvoirs publics accordent la priorité à l’accès à l’eau potable en milieu urbain en raison des conditions d’hygiène effroyables dans lesquelles vivent les habitants des taudis, conditions qui insultent à la dignité humaine et représentent par ailleurs une menace sanitaire énorme pour une population déjà fragilisée et qui, en raison d’une surpopulation croissante, de l’absence chronique d’installations sanitaires, de systèmes d’élimination des ordures inadéquats, d’un approvisionnement en eau insuffisant pour les besoins de base en matière d’hygiène personnelle ou domestique, est exposée au risque permanent d’épidémies de maladies diarrhéiques. Les zones rurales restant cependant très en retard sur les zones urbaines en ce qui concerne la généralisation de l’accès à l’eau potable, il convient d’intensifier les efforts et d’augmenter les investissements pour réduire le nombre de personnes encore privées d’accès dans les zones rurales et atténuer l’énorme risque sanitaire que fait courir à ces dernières l’absence d’infrastructure permettant de disposer d’une eau de qualité. Il convient de prendre en considération un aspect important de la question, à savoir le type d’accès à l’eau de boisson améliorée. Dans les régions en développement, la couverture des zones urbaines est élevée (92%) et 70% de la population urbaine disposent de l’eau courante à domicile. En revanche, 25% seulement de la population ont accès à ce type de service dans les zones rurales. Le raccordement à un réseau de distribution assure un service de meilleure qualité et permet notamment de disposer des quantités d’eau potable nécessaires pour répondre aux besoins du foyer en matière de santé et d’hygiène. Lorsque les habitants ne disposent pas de l’eau courante à domicile et doivent faire un trajet de plus de cinq minutes pour s’approvisionner en eau, on peut s’attendre à ce qu’ils ne consomment pas plus que les quantités strictement nécessaires aux besoins quotidiens pour l’hygiène, la boisson et la cuisine (soit 20 litres par jour et par personne). Tableau 3 Pays dans lesquels la couverture en eau potable provenant de sources améliorées est en train de diminuer (à l’exception des pays comptant moins de 300 000 habitants en 2004) Couverture en eau potable dans les zones rurales en 1990 (%) Couverture en eau potable dans les zones rurales en 2004 (%) Baisse (en points de pourcentage) enregistrée sur la période 1990–2004 Maldives 95 76 19 Ouzbékistan 91 75 16 Algérie 89 80 9 Colombie 78 71 7 Ethiopie 15 11 4 Yémen 68 65 3 Maroc 58 56 2 Nigéria 33 31 2 Tableau 4 Pays enregistrant une baisse de la couverture en eau potable dans les zones urbaines Couverture en eau potable dans les zones urbaines en 1990 (%) Couverture en eau potable dans les zones urbaines en 2004 (%) Baisse (en points de pourcentage) enregistrée sur la période 1990-2004 Libéria 85 72 13 Iles Marshall 95 82 13 Nigéria 80 67 13 Yémen 84 71 13 Algérie 99 88 11 Mozambique 83 72 11 Samoa 99 90 9 République démocratique du Congo 90 82 8 Haïti 60 52 8 Kenya 91 83 8 Philippines 95 87 8 Soudan 85 78 7 Vanuatu 93 86 7 Chine 99 93 6 Comores 98 92 6 Myanmar 86 80 6 Burundi 97 92 5 Indonésie 92 87 5 Ouzbékistan 99 95 4 Madagascar 80 77 3 Maldives 100 98 2 Zimbabwe 100 98 2 > Environ 10% des pays ont enregistré depuis 1990 une baisse de deux points de pourcentage ou plus du taux de couverture en eau potable dans les zones urbaines, probablement en raison d’une très forte croissance démographique
  • 18. 16 Assainissement: couverture E n 2004, seulement 59% de la population mondiale avait accès à une installation d’assainissement, quel qu’en soit le type (figure 13). En d’autres termes, 4 personnes sur dix dans le monde n’avaient pas accès à un assainissement amélioré, et étaient obligés de déféquer en plein air ou d’utiliser des installations non hygiéniques, s’exposant ainsi au risque de contracter des maladies liées au manque d’hygiène. Si la couverture en assainissement a augmenté (elle était de 49% en 1990), il faudra déployer de très gros efforts pour qu’elle atteigne le niveau de 75% visé par l’OMD. Les investissements dans l’infrastructure d’assainissement se font dans le cadre de projets à long terme. Pour être en mesure de réaliser l’OMD relatif à l’assainissement, il sera nécessaire de mettre en place des approches novatrices permettant de réduire le délai entre les prises de décision et l’offre effective des services. Les statistiques mondiales cachent la situation dramatique de certaines régions en développement (figure 14). Si le taux moyen de couverture est de 50% dans les régions en développement, seulement une personne sur deux a accès à une forme quelconque d’installation sanitaire améliorée. Les régions présentant le taux de couverture le plus faible sont l’Afrique sub-saharienne (37%), l’Asie du Sud (38%) et l’Asie de l’Est (45%). L’Asie occidentale (84%) affiche le taux de couverture le plus élevé des régions en développement. Deux sur trois des personnes non desservies vivent en Asie du Sud ou en Asie de l’Est (figure 15). Si, dans de nombreuses villes, l’important est d’accroître le nombre de toilettes reliées au tout-à- l’égout, lui-même connecté Changements enregistrés entre 1990 et 2004 (en points de pourcentage) Couverture en 2004 (en %) +10 +1 +15 +3 +9 +12 +18 -1 +21 +18 -1 +5 -5 0 5 10 15 20 59 99 83 50 84 77 77 67 53 45 38 37 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 Afrique sub-saharienne Asie du Sud Asie de l'Est O céanie Asie du Sud-Est Afrique du N ord Am érique latine et Caraïbes Asie occidentale Régionsen développem ent Com m unauté des Etatsindépendants Régionsdéveloppées M O N D E Figure 13 Couverture en assainissement amélioré, par région, en 2004 Figure 14 Couverture en assainissement amélioré en 2004 > Plus de 80% de la population mondiale ne disposant pas d’un assainissement amélioré vivent en Asie méridionale, en Asie de l’Est et en Afrique sub-saharienne. > Au cours de la période 1990-2004, on a enregistré 1,2 milliard de nouveau accédants à l’assainissement. On constate cependant que 2,6 milliards de personnes étaient encore non desservies en 2004, faible progression par rapport au 2,7 milliards de personnes non desservies en 1990.
  • 19. 17 Asie du Sud-Est 183 Asie occidentale 31 Amérique latine et Caraïbes 125 Communauté des Etats indépendants 48 Régions développées 7 Afrique du Nord 35 Afrique sub-saharienne 463 Asie de l'Est 761 2,6 milliards de personnes non desservies dans le monde Asie du Sud 761 Figure 15 Population (en millions) ne disposant pas d’assainissement amélioré, par région, en 2004 On sait que, s’agissant des zones rurales, l’Ethiopie possède l’un des taux de couverture en assainissement les plus bas du monde. Une telle situation a mis le gouvernement et les donateurs en demeure de trouver les moyens d’accélérer considérablement la mise en place des équipements d’assainissement, tant pour assurer la réalisation de l’OMD que pour améliorer la situation sanitaire de la population. En 2003, les pouvoirs publics ont mis en oeuvre deux nouvelles stratégies dans la région d’Amhara, dans le but d’élargir la couverture et de desservir la totalité de la population. Dans cette région, qui compte 19 millions d’habitants, 90 000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque année de maladies liées à l’eau et à l’assainissement. Lors du lancement du projet, la couverture en assainissement de la région atteignait tout juste les 3,8%, avec la construction annuelle d’une centaine de latrines dans chaque district. En 2005, le nombre moyen de latrines construites par district était de 26 400 par année, dont 90% fonctionnent. Ces progrès spectaculaires s’expliquent avant tout par les méthodes utilisées, et notamment par l’abandon de la stratégie axée sur la production et la distribution de dalles de latrines en faveur des techniques de marketing social. Par ailleurs, les connaissances de plus en plus précises de la populations locale, sa sensibilisation de plus en plus vive au lien entre assainissement et santé ont suscité une demande de services de meilleure qualité et ont modifié les comportements. Une étroite concertation avec les dirigeants locaux et les agents de vulgarisation, associée à l’utilisation des écoles comme catalyseurs du changement ont en outre permis de multiplier le nombre de bénéficiaires et de stimuler la demande. En effet, le projet visait moins la transformation des comportements individuels qu’une évolution sociale globale permettant d’assurer une couverture de l’ensemble de la population. Les aides aux ménages ont été totalement supprimées, tandis qu’étaient introduites des technologies appropriées et peu coûteuses que la population a volontiers accepté de prendre à sa charge. Pour atteindre l’OMD, il faudrait que 2,2 millions de latrines soient construites et mises en service dans la région d’Amhara d’ici à 2015. Si les progrès se poursuivent, voire s’accélèrent grâce au marketing social, cela sera chose faite en 2009. Le marketing social au service de la promotion de l’assainissement en Ethiopie Tableau 5 Progrès accomplis dans la réalisation de l’OMD par les pays comptant plus 50 millions d’habitants. Bilan de la situation en 2004. > La moitié des pays en développement les plus peuplés sont en bonne voie pour atteindre l’OMD relatif à l’assainissement et accomplissent de réels progrès Pays comptant plus de 50 millionsa d’habitants en 2004b sanitation coverage (%) 2004 1990 Actuelle Nécessaire pour atteindre la cible de l’OMD Chine 23 44 46 Inde 14 33 40 Indonésie 46 55 62 Brésil 71 75 80 Pakistan 37 59 56 Bangladesh 20 39 44 Nigéria 39 44 58 Mexique 58 79 71 Viet Nam 36 61 55 Philippines 57 72 70 Ethiopie 3 13 32 Egypte 54 70 68 Turquie 85 88 90 Thaïlande 80 99 86 République démocratique du Congo 16 30 41 Myanmar 24 77 47 a La république islamique d’Iran ne figure pas dans cette liste faute de données. b Par ordre démographique décroissant. à des usines de traitement des eaux qui fonctionnent, la priorité dans les zones rurales sera d’utiliser les techniques du marketing social pour promouvoir les divers types d’installations d’assainissement adaptées à l’échelon local.
  • 20. 18 Assainissement: tendances au cours de la décennie «L’eau, source de vie» E n 2004, 2,6 milliards de personnes dans le monde, dont 2 milliards vivant dans les zones rurales, ne disposaient pas de l’assainissement de base. Les progrès enregistrés au cours des 15 dernières années sont restés relativement limités. Depuis 1990, le nombre de personnes ne disposant pas de l’assainissement de base n’a diminué que de 98 millions. Pour atteindre l’OMD relatif à l’assainissement, il faudra que 1,6 milliard de personnes supplémentaires puissent disposer d’un assainissement amélioré au cours des dix prochaines années, objectif dont la réalisation sera particulièrement difficile dans les pays en développement (figure 17). La population non desservie aura ainsi diminué de 800 millions, passant de 2,6 milliards en 2004 à 1,8 milliard en 2015. -100 -50 0 50 100 150 200 250 Afrique sub-saharienne -91 Asie occidentale -3 Océanie -1 Afrique du Nord 11 Amérique latine et Caraïbes 24 Asie du Sud-Est 55 Asie du Sud 69 Asie de l'Est 157 Population (en millions) Augmentation du nombre de personnes desservies au cours de la période 2005-2015 Diminution du nombre de personnes non desservies au cours de la période 2005-2015 World 221 > Si la tendance actuelle se maintient jusqu’en 2015, le nombre (en chiffres absolus) de personnes sans assainissement amélioré va reculer de 221 millions. > L’Afrique sub-saharienne comptera toutefois 91 millions de personnes non desservies de plus qu’en 2004. Figure 16 Changement (en chiffres absolus) de la population ne disposant pas d’un assainissement amélioré au cours de la période 2005-2015, par région en développement, par projection jusqu’en 2015 du taux de couverture observé entre 1990 et 2004 0 10 20 30 40 50 60 O céanie Afrique du N ord Asie occidentale Asie du Sud-Est Am érique latine etCaraïbes Asie de l'Est Afrique sub-saharienne Asie du Sud 51 35 10 29 10 6 3 0,3 Population (en millions) > Pour atteindre l’OMD relatif à l’assainissement, il faudra que 140 millions de personnes supplémentaires puissent être desservies chaque année dans les régions en développement. Figure 17 Nombre moyen (en millions) de personnes supplémentaires devant accéder chaque année à l’assainissement amélioré pour que l’OMD puisse être atteint, entre 2005 et 2015, par région en développement
  • 21. 19 Assainissement: disparités entre zones urbaines et zones rurales A l’échelon mondial, la couverture des zones urbaines en assainissement amélioré est passée à grand peine de 79% à 80% entre 1990 et 2004. Dans les zones rurales, en revanche, le taux de couverture reste extrêmement faible (39%), et cela malgré une progression de 13 points de pourcentage au cours de la même période (figures 18 et 19). D’une part, le taux de couverture progresse systématiquement plus lentement dans les zones rurales que dans les zones urbaines; on compte ainsi, en moyenne, plus de trois personnes non desservies en zone rurale pour un seul citadin dans ce cas. D’autre part, dans la plupart des pays en développement, l’exode rural, conjugué à la croissance naturelle de la population urbaine, accroîtra le nombre de citadins non desservis. Les données démographiques devraient connaître des évolutions dans le temps, avec notamment, à partir de 2007, une population urbaine plus importante que la population rurale à l’échelon mondial. Entre l’année de référence (1990) et l’année prévue pour l’objectif (2015), le nombre de ruraux privés d’accès à l’assainissement de base va décroître, alors que le nombre de citadins dans le même cas va augmenter (figure 20). La situation relative de la population rurale restera cependant très défavorable en 2015: le nombre de personnes non desservies sera deux fois plus élevé dans les zones rurales que dans les villes. Figure 19 Couverture en assainissement amélioré dans les zones rurales en 2004 Nombre de personnes non desservies (en millions) 0 500 1000 1500 2000 2500 2015 (projection) 20041990 475 2235 2001 611 692 1698 Zones urbaines Zones rurales Zones urbaines (projection) Zones rurales (projection) Année Figure 20 Population mondiale ne disposant pas d’un assainissement amélioré dans les zones urbaines et les zones rurales en 1990, 2014 et 2015 (par extrapolation à l’horizon 2105 de l’évolution constatée entre 1990 et 2004) % served with other improved water sources % served with household connections 80 39 10098 92 67 73 33 96 91 86 59 62 49 81 56 81 43 69 28 63 27 28 53 0 20 40 60 80 100 Afrique sub-saharienne Asie du Sud Asie de l'Est O céanie Asie du Sud-Est Am érique latine etCaraïbes Afrique du N ord Asie occidentale Régionsen développem ent Com m unauté des Etatsindépendants Paysdéveloppés M onde Zones rurales Zones urbaines Couverture en 2004 (en %) Figure 18 Disparités entre zones urbaines et zones rurales en matière d’assainissement, par région, en 2004 >A l’échelon mondial,la couverture en assainissement reste deux fois moins importante dans les zones rurales que dans les zones urbaines.
  • 22. 20 L e taux de couverture en assainissement a atteint 59% au niveau mondial en 2004, ce qui signifie que 611 millions de citadins et, chiffre effarant, 2 milliards de personnes dans les zones rurales ne disposent pas d’assainissement amélioré. Dans les zones rurales, la couverture en installations d’assainissement améliorées est passée de 26% en 1990 à tout juste 39% en 2004. Si cette tendance se poursuit, la couverture n’aura atteint que 49% en 2015. En d’autres termes, la moitié environ de la population rurale restera encore privée d’assainissement de base (figure 21). Assainissement: perspectives dans les zones urbaines et dans les zones rurales Tableau 6 Pays ayant enregistré une croissance démographique supérieure à 20% entre 1990 et 2004 et ayant réussi à réduire le nombre de citadins privés d’assainissement amélioré Pays Diminution (en chiffres absolus) de la popu- lation ne disposant pas d’assainissement (1990–2004) (en milliers) Mexique 8 063 Viet Nam 3 889 Myanmar 3 458 Egypte 2 964 Pakistan 1 882 Equateur 815 République dominicaine 571 Guatemala 412 Thaïlande 394 Paraguay 366 Senegal 297 Chili 284 Haïti 140 République arabe syrienne 96 Philippines 44 Honduras 30 L’assainissement dans les zones detaudis Bien que les enquêtes actuelles menées sur des échantillons de ménages tiennent compte des zones de taudis urbains, la taille des échantillons de la plupart des enquêtes ne permet pas une ventilation précise des données sur ce type d’habitat par rapport à l’ensemble des zones urbaines.Toutefois, des données montrent que la couverture des zones de taudis est bien inférieure à la moyenne des zones urbaines. Le problème de l’assainissement dans les zones d’habitat précaire est très aigu et complexe en raison d’une forte densité de la population, de mauvaises infrastructures urbaines, du manque d’espace, du manque de sécurité de l’occupation et de la pauvreté persistante. Beaucoup de zones d’habitat précaire utilisent des installations communes qui à l’évidence offrent un meilleur niveau d’assainissement que des pratiques telles que la défécation à l’air libre, l’évacuation des fèces avec les déchets solides ou les célèbres « toilettes volantes ».Toutefois, chaque fois que possible, le but du développement de l’assainissement urbain doit être de fournir des solutions durables telles que des égouts de petit calibre et des systèmes de collecte de type condominial avec traitement efficace des eaux usées, en particulier lorsque l’eau de boisson est distribuée par le réseau de distribution public. Lorsque les options ci-dessus ne sont pas réalisables, des toilettes communautaires bien construites et bien entretenues sont probablement la solution la plus acceptable pour de nombreux taudis urbains.
  • 23. 21 Les projections en matière de croissance démographique sont véritablement de nature à nous inquiéter: en effet, si le rythme actuel de progression se maintient, le taux de couverture ne progressera que de deux points de pourcentage entre 2004 (80%) et 2015 (82%). Cette augmentation minime traduit en réalité le fait qu’en 2015, 81 millions de personnes viendront grossir dans les zones urbaines l’effectif déjà privé d’assainissement de base en 2004, soit 611 millions de personnes. Au moment où les villes doivent relever un défi considérable en matière d’assainissement, personne ne semble de soucier de ce qui se passe dans les zones rurales dans ce domaine.Avec 2 milliards de personnes non desservies en 2004 dans les zones rurales (soit deux personnes sur trois), chiffre qui devrait atteindre 1,7 milliard en 2015, la généralisation de l’assainissement en milieu rural nécessite une action massive et soutenue, qui seule permettra de réduire sensiblement l’écart de couverture entre zones rurales et zones urbaines. Population(enmillions) Année Population rurale non desserviePopulation rurale desservie 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 2015 (projection) 20041990 765 2235 1275 2001 1653 1698 Population(enmillions) Année Population urbaine Population rurale Population urbaine non desserviePopulation urbaine desservie 0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 2015 (Projection) 20041990 1804 475 2502 611 3176 692 Figure 21 Evolution de la couverture: population urbaine et rurale avec et sans accès à un assainissement amélioré en 1990, 2004 et 2015 (projection) > Malgré une augmentation de presque 40% du nombre de citadins disposant d’un assainissement amélioré au cours de la période 1990-2004, le nombre de personnes non desservies continue d’augmenter dans les zones urbaines. > Seulement 39% de la population rurale mondiale ont accès à un assainissement amélioré,quel qu’en soit le type.Malgré les progrès enregistrés,49% seulement de la population rurale mondiale sera desservie en 2015 si la tendance prévue se confirme. > Selon les projection actuelles, le nombre de citadins sans accès à un assainissement amélioré aura augmenté de presque 50% entre 1990, année de référence, et 2015, tandis que le nombre de ruraux non desservis va reculer d’environ 25%.
  • 24. 22 L e Programme commun OMS/UNICEF de surveillance de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement (PCS) s’appuie sur des informations relatives aux ménages (enquêtes par sondage auprès des ménages, recensements nationaux, etc.) pour estimer, au niveau national, l’utilisation d’eau potable améliorée et de services d’assainissement. Dans le passé, les données relatives à la couverture provenaient de questionnaires adressés aux gouvernements, ces derniers fournissant quant à eux des estimations fondées sur leurs propres définitions et reprenant les données fournies par les compagnies des eaux ou par toute autre source nationale ou internationale d’informations. Le recours de plus en plus fréquent aux enquêtes auprès des ménages a considérablement amélioré la qualité et la comparabilité des informations. Eau de boisson «salubre», assainissement «de base» et notions approchantes Le groupe de travail sur l’eau et l’assainissement du Projet du Millénaire définit l’eau de boisson saine comme une eau salubre propre à la consommation et disponible en quantités suffisantes pour satisfaire les besoins d’hygiène, et l’assainissement Eau potable et assainissement: suivi de la situation
  • 25. 23 de base comme la technologie la moins coûteuse permettant d’assurer l’évacuation hygiénique des excréments et des eaux ménagères, susceptible d’être utilisée dans des conditions de sécurité et de dignité et propre à assurer un milieu de vie propre et salubre tant à domicile qu’aux abords de ce dernier.2 Bien qu’acceptées en principe d’un commun accord par tous les spécialistes de l’eau et de l’assainissement, ces définitions posent cependant le problème délicat du contrôle: de fait, la salubrité et la quantité sont difficilement mesurables dans le cadre des enquêtes auprès des ménages sur lesquelles le PCS s’appuie pour procéder à ses estimations. La mesure de la salubrité nécessite, outre une série d’analyses physiques, chimiques et microbiennes, une inspection sanitaire des sources d’eau de boisson. L’analyse de la qualité de l’eau suppose que les enquêteurs aient des connaissances approfondies de la question, qu’ils soient équipés des instruments nécessaires et qu’ils disposent en outre du matériel perfectionné qui leur permettra d’analyser les résultats et les intégrer dans une base de données. Toutes ces activités débordent largement le cadre des enquêtes auprès des ménages, qui, outre les questions relatives à l’eau et à l’assainissement, portent également sur des domaines comme la santé, la pauvreté et la démographie. Pour pallier ces difficultés, le PCS a recours aux catégories «amélioré» ou «non amélioré» (voir page 4), lesquelles peuvent être utilisées sur la base des informations provenant des enquêtes auprès des ménages. Les sources d’approvisionnement en eau «améliorées» sont celles qui garantissent en principe un niveau de salubrité plus élevé que les sources «non améliorées». De même, les installations d’assainissement «améliorées» sont celles qui sont censées garantir un niveau d’hygiène plus élevé que celles entrant dans la catégorie «non améliorées». Il est vraisemblable que la proportion de la population disposant d’une eau de boisson salubre sera moins élevée que celle des usagers d’une source dite améliorée. Toutes les personnes qui disposent de sources ou d’installations améliorées ne les utilisent pas nécessairement de manière effective. C’est la raison pour laquelle le PCS, soucieux de fournir des estimations réalistes, a retenu l’utilisation comme principal indicateur des progrès réalisés dans le domaine de l’eau et de l’assainissement. Les estimations de couverture du PCS sont exprimées en pourcentage de la population utilisant les Les données du PCS montrent que la plupart des installations sanitaires utilisées sont privées et sont donc immédiatement accessibles aux membres du ménage. Dans les zones urbaines des pays en développement, beaucoup de ménages partagent les toilettes ou utilisent des toilettes publiques. Leur proportion est généralement inférieure à 20%, mais l’enquête démographique et sanitaire de 2003 a permis de constater qu’au Kenya 63% des ménages urbains partagent des toilettes améliorées. L’enquête sur la santé dans le monde de 2004 révèle que 84% des ménages ghanéens partagent l’usage des latrines à fosse sèches. Dans les quartiers urbains les plus pauvres et dans les bidonvilles, des millions de personnes sont contraintes d’utiliser des toilettes publiques ou partagées ou de déféquer en plein air ou dans des sacs ou autres récipients, car souvent elles vivent dans des lieux trop exigus pour permettre la construction de toilettes privées. S’agissant des toilettes publiques ou partagées, la préoccupation majeure du PCS porte sur la propreté de ces installations (facteur souvent déterminant pour les usagers) et sur le risque sanitaire que comporte leur utilisation. On peut faire valoir qu’il est préférable d’utiliser des toilettes publiques ou partagées que de se soulager en plein air. Dans certains endroits, les installations publiques offrent à l’usager une solution hygiénique, sans risque sanitaire et peu coûteuse. Avec le développement de l’urbanisation, la concentration de plus en plus forte de personnes disposant de très bas revenus, l’augmentation du nombre de locataires et d’habitats informels, il est probable que les citadins vont de plus en plus utiliser les toilettes publiques ou partagées. Si le PCS admet que ces dernières représentent une amélioration certaine par rapport aux formes d’assainissement rudimentaires, il est peu probable qu’elles offrent des conditions d’hygiène satisfaisantes et que leur utilisation soit viable à long terme, en particulier pour les femmes et les enfants, deux raisons pour lesquelles il convient de ne pas les considérer comme des installations améliorées. Pour l’heure, le PCS ne considère pas les toilettes publiques ou partagées comme des installations améliorées. La question va toutefois être réexaminée dans le cadre d’une étude réalisée en commun par l’OMS, l’UNICEF et ONU- Habitat. Le PCS doit-il considérer les personnes qui utilisent destoilettes publiques ou communes comme disposant d’un assainissement amélioré? 2 Lenton R,Wright AM, Lewis K. Health, dignity and development: what will it take? NewYork, UNDP, 2005.
  • 26. 24 sources d’eau et les installations d’assainissement améliorées. Pour plus de détails sur les méthode retenue pour estimer la couverture, voir le site suivant: http://www. wssinfo.org/pdf/Policies_ Procedures_04.pdf. Dans le présent rapport, cependant, tout comme dans les précédents rapports du PCS, il est question d’accès, soit le terme utilisé dans la formulation de l’objectif des OMD relatif à l’eau potable et à l’assainissement ainsi que dans celle des indicateurs correspondants. La question de la qualité de l’eau de boisson est de plus en plus préoccupante, en raison tant de la contamination microbienne que des taux alarmants de produits chimiques (arsenic et fluor, par exemple) que l’on peut relever dans l’eau dans bien des régions du monde.Avec le concours du Royaume-Uni, l’OMS et l’UNICEF sont en train de mettre au point une étude pilote destinée à évaluer la qualité de l’eau de boisson provenant de diverses sources d’approvisionnement améliorées en Chine, en Ethiopie, en Jordanie, au Nicaragua, au Nigéria et au Tadjikistan.A l’exception de la Chine, ces études seront représentatives au niveau national et permettront d’associer aux chiffres de couverture fournis par le PCS une représentation assez précise de la qualité de l’eau. La notion de couverture La qualité de la couverture en eau potable et en assainissement de base dépend de plusieurs facteurs. Le PCS étudie actuellement les éléments suivants, afin d’améliorer ses estimations de couverture. Les bidonvilles des zones périurbaines Les enquêtes nationales par sondage à partir desquelles le PCS établit les estimations de couverture des pays fournissent parfois des données représentatives de la situation d’une région, d’une province, voire d’une ville entière, mais ces données ne peuvent pas être ventilées de manière à permettre de déterminer les besoins spécifiques de lieux tels que les villages, les petites villes ou les bidonvilles urbains. Des données détaillées de cet ordre sur l’étendue de la fourniture des services dans chaque quartier n’en sont pourtant pas moins nécessaires pour permettre de planifier les investissements qu’il convient de consacrer aux systèmes d’approvisionnement en eau et à l’équipement sanitaire. Les enquêtes par sondage, même lorsqu’elles visent expressément tel ou tel bidonville, ne fournissent qu’une coupe transversale qui ne rend pas compte du niveau de couverture dont bénéficie l’ensemble du bidonville et qui ne permettra pas au responsable du plan de cibler tel ou tel quartier ou telle ou telle rue et d’en tirer des conclusions plausibles sur leur niveau de couverture. De même que les données nationales concernant la couverture dans les zones rurales ne sont pas représentatives de la situation d’un village ou d’un district donnés, celles qui portent sur les zones urbaines ne sont pas représentatives de la situation de telle ou telle ville ou petite agglomération, à plus forte raison de celle d’un quartier bien défini ou d’un bidonville particulier. Temps nécessaire pour se rendre au point d’eau Si, dans les zones rurales, les habitants se trouve à moins de trente minutes aller et retour d’un point d’eau, ils pourront, pour la plupart, rapporter assez d’eau potable pour satisfaire leurs besoins fondamentaux en matière de boisson, de cuisine et d’hygiène. En revanche, lorsque l’aller et retour prend plus de trente minutes, la quantité d’eau rapportée est, d’une manière générale, insuffisante pour répondre à ces besoins3 . Comme la plupart des enquêtes par sondage comportent une question sur l’éloignement du point d’eau, le CPS étudie la possibilité d’utiliser ces réponses pour préciser ses estimations de couverture en y faisant figurer la facilité d’accès. Disparités entre hommes et femmes Etant donné que les données relatives à l’eau et à l’assainissement ont toujours été recueillies auprès des ménages, et non pas des individus, nous ne disposons pas aujourd’hui de données spécifiques pour chaque sexe. La dernière série d’enquêtes par grappe à indicateurs multiples, ainsi que les dernières enquêtes démographiques et sanitaires, comportent une question sur le membre du ménage responsable de la collecte de l’eau. Il sera ainsi possible de confirmer, chiffres à l’appui, que ce sont les femmes et les jeunes filles, qui, le plus souvent, sont chargées d’aller chercher l’eau. Traitement des eaux domestiques On sait désormais que le traitement des eaux domestiques comporte d’énormes avantages sur le plan sanitaire, grâce notamment à la diminution des maladies d’origine hydrique. Des questions sur le traitement des eaux domestiques figurent désormais dans la plupart des principaux questionnaires utilisés par le PCS, et l’on pourra ainsi disposer de davantage de données sur cette question. Cependant, même si les personnes qui utilisent une source non améliorée traitent l’eau utilisée à la maison, rien ne garantit qu’ils pourront en disposer en quantités suffisantes.Autrement dit, le traitement de l’eau à domicile, aussi utile soit-il sur le plan sanitaire, ne saurait remplacer une installation d’approvisionnement en eau sur laquelle on peut compter à tout moment. 3 Cairncross, 2000 Eau potable et assainissement: suivi de la situation
  • 27. LA CIBLE DE L’EAU POTABLE 25
  • 28. 26 La mission du PCS L e Programme commun de surveillance de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement, dont la mise en œuvre est assurée conjointement par l’OMS et l’UNICEF, porte sur la cible 10 de l’objectif 7 des Objectifs du Millénaire pour le développement, qui vise à réduire de moitié, d’ici à 2015, la proportion de la population qui n’a pas accès de façon durable à un approvisionnement en eau potable et à des services d’assainissement de base. La réalisation de cet objectif est essentielle pour le développement durable et l’éradication de la pauvreté et de la faim. Le PCS part du principe qu’il est indispensable de contrôler l’accès à l’eau potable et à l’assainissement si l’on veut que les besoins des catégories les plus vulnérables et les plus marginalisées de la population mondiale dans ces deux domaines deviennent véritablement des priorités. L’action du PCS s’inspire de la Déclaration du Millénaire, du Plan de mise en œuvre de Johannesburg, du Document final du Sommet mondial de 2005, de la résolution de l’Assemblée générale proclamant la période 2005- 2015 Décennie internationale d’action «L’eau, source de vie», ainsi que du document final de la 13e session de la Commission du développement durable des Nations Unies. La mission du PCS est d’informer les décideurs et la société civile des tendances observées et des progrès accomplis dans les domaines de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement, par la publication et la diffusion de rapports annuels. Le PCS se charge également de répondre aux demandes d’analyses de données émanant d’institutions nationales on internationales, de la société civile et des médias. Le PCS établit ses rapports en s’appuyant sur une analyse des données provenant d’enquêtes auprès des ménages représentatives an plan national. Le PCS veille à ce que les informations recueillies soient comparables d’un pays à l’autre et dans le temps en promouvant l’adoption de normes, de définitions et de méthodes communes. Le PCS s’attache à renforcer les capacités des pays à assurer, à la demande, le suivi nécessaire dans le secteur, en promouvant l’utilisation de méthodes normalisées, en facilitant l’accès aux données, en promouvant l’utilisation des guides et des instruments correspondants, et en encourageant la collaboration entre pays en développement. Le PCS s’efforce également d’introduire progressivement des informations sur la qualité de l’eau dans ses rapports, de manière à pouvoir rendre compte de manière plus exacte de l’évolution de l’indicateur de l’OMD relatif à l’accès durable à l’eau de boisson salubre. Le PCS s’efforce de travailler en collaboration avec toutes les principales organisations concernées par l’approvisionnement en eau et l’assainissement, par l’intermédiaire d’un groupe consultatif technique. C’est d’abord au niveau des bureaux régionaux et de pays de l’OMS et de l’UNICEF que s’articulent les activités menées au plan national.
  • 29. 27 Les enquêtes actuelles ne fournissant pas d’informations fiables sur la qualité de l’eau, tant à la source qu’au domicile, les informations du PCS portent sur les sources d’approvisionnement en eau potable améliorées, soit celles qui, tout en répondant à un certain nombre de critères touchant la protection de la source et le traitement de l’eau, ne fournissent pas nécessairement une eau salubre. Pour être en mesure d’examiner le lien entre les sources améliorées et la qualité de l’eau fournie par ces dernières, l’OMS et l’UNICEF ont mis au point une méthode d’enquête permettant une évaluation rapide de la qualité de l’eau de boisson. Cette méthode est fondée sur une technique d’échantillonnage en grappes (sur le modèle des enquêtes à indicateurs multiples de l’UNICEF). Il s’agit de sélectionner, sur la totalité du territoire d’un pays donné, les diverses sources d’approvisionnement en eau de boisson, puis de procéder à différents tests, sur la base des paramètres microbiens, physiques et chimiques appropriés, puis de les soumettre à une inspection afin de détecter tout risque de contamination. Pendant la période 2004- 2005, cette méthode a été utilisée dans six pays pilotes: Chine, Ethiopie, Jordanie, Nicaragua, Nigéria etTadjikistan. Le projet comporte notamment: la mise en place de comités directeurs nationaux; l’élaboration d’une formule d’enquête fondée sur la méthode; la formation du personnel de terrain, avec l’aide de consultants internationaux; la collecte et l’analyse d’échantillons d’eau; l’inspection sanitaire des points d’eau; l’analyse des données et l’établissement des rapports. Les paramètres utilisés pour apprécier la qualité de l’eau, tant à la source qu’au domicile, sont les suivants: organismes coliformes thermotolérants, streptocoques fécaux, pH, turbidité, aspect, teneur en nitrates, en fluorures, en arsenic, fer, cuivre et en chlore libre et total. Les résultats des projets pilotes ont fourni un bon aperçu de la qualité de l’eau de boisson dans les six pays. Il est arrivé, par exemple, que les enquêtes nationales sur les principaux paramètres sanitaires permettent de déceler des sources d’approvisionnement contaminées à l’arsenic qui n’avaient pas encore été répertoriées. Les résultats obtenus dans les six pays sont en cours d’analyse, et la comparaison entre pays des principales observations fera l’objet d’un rapport de synthèse. L’une des principales préoccupations des promoteurs de la méthode est de doter les pays des capacités nécessaires à sa mise en œuvre. Les pouvoirs publics seront ainsi mieux à même d’élaborer des programmes d’évaluations régulières de la qualité de l’eau de boisson, qui devraient permettre de promouvoir une panoplie de mesures efficaces permettant de réduire les risques de contamination de l’eau de boisson dans les zones reconnues comme les plus vulnérables à cet égard. Evaluation rapide de la qualité de l’eau de boisson: méthode d’enquête
  • 30. 28 Couverture en eau potable et en assainissement au niveau national, régional et mondial en 1990 et 2004 Couverture en eau potable améliorée Population Total Zones urbaines Zones rurales Couverture en assainissement amélioré Pays, régions et territoires Année Total (en milliers) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Afghanistan 1990 14 606 18 82 4 1 10 6 3 0 3 7 2 2004 28 574 24 76 39 4 63 15 31 0 34 49 29 Afrique du Sud 1990 36 877 49 51 83 55 98 87 69 24 69 85 53 2004 3 112 44 56 96 69 99 96 94 47 91 99 84 Albanie 1990 3 289 36 64 96 -- 99 96 94 -- -- 99 -- 2004 3 112 44 56 96 69 99 96 94 47 91 99 84 Algérie 1990 25 291 51 49 94 66 99 85 89 46 88 99 77 2004 47 208 57 43 88 64 99 87 73 32 65 79 46 Allemagne 1990 79 433 85 15 100 100 100 100 100 97 100 100 100 2004 82 645 88 12 100 100 100 100 100 97 100 100 100 Andorre 1990 52 94 6 100 -- 100 100 100 -- 100 100 100 2004 67 91 9 100 -- 100 100 100 -- 100 100 100 Iles Anglo-Normandes 1990 142 32 68 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 149 30 70 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Angola 1990 10 532 26 74 36 0 23 1 40 0 29 61 18 2004 15 490 36 64 53 6 75 15 40 1 31 56 16 Anguilla 1990 9 100 0 -- -- -- -- -- -- 99 99 -- 2004 12 100 0 60 45 60 45 -- -- 99 99 -- Antigua-et-Barbuda 1990 63 35 65 -- -- 95 -- -- -- -- 98 -- 2004 81 38 62 91 84 95 90 89 79 95 98 94 Antilles Néerlandaises 1990 191 68 32 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 181 70 30 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Arabie Saoudite 1990 16 379 78 22 90 89 97 97 63 60 -- 100 -- 2004 23 950 88 12 -- -- 97 97 -- -- -- 100 -- Argentine 1990 32 581 87 13 94 69 97 76 72 22 81 86 45 2004 38 372 90 10 96 79 98 83 80 45 91 92 83 Arménie 1990 3 545 67 33 -- 87 99 97 -- 68 -- 96 -- 2004 3 026 64 36 92 86 99 97 80 66 83 96 61 Aruba 1990 66 50 50 100 100 100 100 100 100 -- -- -- 2004 98 45 55 100 100 100 100 100 100 -- -- -- Australie 1990 16 873 85 15 100 -- 100 -- 100 -- 100 100 100 2004 19 942 92 8 100 88 100 -- 100 -- 100 100 100 Autriche 1990 7 729 66 34 100 100 100 100 100 100 100 100 100 2004 8 171 66 34 100 100 100 100 100 100 100 100 100 Azerbaïdjan 1990 7 212 54 46 68 43 82 66 51 16 -- -- -- 2004 8 355 50 50 77 47 95 76 59 19 54 73 36 Bahamas 1990 255 84 16 -- -- 98 -- -- -- 100 100 100 2004 319 90 10 97 70 98 69 86 80 100 100 100 Bahreïn 1990 493 88 12 -- -- 100 100 -- -- -- 100 -- 2004 716 90 10 -- -- 100 100 -- -- -- 100 -- a Les chiffres pour le Bangladesh ont été corrigés des niveaux de contamination à l’arsenic, sur la base des enquêtes nationales dirigées et approuvées par le gouvernement.
  • 31. 29 Couverture en eau potable améliorée Population Total Zones urbaines Zones rurales Couverture en assainissement amélioré Pays, régions et territoires Année Total (en milliers) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Bangladesh a 1990 104 047 20 80 72 6 83 28 69 0 20 55 12 2004 139 215 25 75 74 6 82 24 72 0 39 51 35 Barbade 1990 257 45 55 100 -- 100 98 100 -- 100 99 100 2004 269 52 48 100 -- 100 100 100 -- 100 99 100 Bélarus 1990 10 266 66 34 100 -- 100 -- 100 -- -- -- -- 2004 9 811 71 29 100 71 100 89 100 25 84 93 61 Belgique 1990 9 967 96 4 100 100 100 100 100 90 100 100 100 2004 10 400 97 3 100 100 100 100 100 100 100 100 100 Belize 1990 186 48 52 -- -- 100 92 -- -- -- -- -- 2004 264 48 52 91 81 100 99 82 63 47 71 25 Bénin 1990 5 178 34 66 63 7 73 18 57 1 12 32 2 2004 8 177 45 55 67 12 78 25 57 2 33 59 11 Bermudes 1990 60 100 0 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 64 100 0 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Bhoutan 1990 1 642 5 95 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 2 116 9 91 62 -- 86 81 60 -- 70 65 70 Bolivie 1990 6 669 56 44 72 53 91 78 49 22 33 49 14 2004 9 009 64 36 85 73 95 90 68 44 46 60 22 Bosnie-Herzégovine 1990 4 308 39 61 97 -- 99 95 96 -- -- 99 -- 2004 3 909 45 55 97 85 99 95 96 77 95 99 92 Botswana 1990 1 429 42 58 93 24 100 40 88 13 38 61 21 2004 1 769 52 48 95 46 100 62 90 28 42 57 25 Brésil 1990 149 394 75 25 83 74 93 90 55 28 71 82 37 2004 183 913 84 16 90 79 96 91 57 17 75 83 37 Brunéi Darussalam 1990 257 66 34 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 366 77 23 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Bulgarie 1990 8 718 66 34 99 89 100 97 97 72 99 100 96 2004 7 780 70 30 99 90 100 97 97 72 99 100 96 Burkina Faso 1990 8 532 14 86 38 4 61 24 34 1 7 32 3 2004 12 822 18 82 61 6 94 31 54 0 13 42 6 Burundi 1990 5 670 6 94 69 3 97 32 67 1 44 42 44 2004 7 282 10 90 79 5 92 42 77 1 36 47 35 Iles Caïmanes 1990 26 100 0 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 44 100 0 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Cambodge 1990 9 738 13 87 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 13 798 19 81 41 9 64 36 35 2 17 53 8 Cameroun 1990 11 651 40 60 50 12 77 26 31 2 48 59 40 2004 16 038 52 48 66 14 86 25 44 2 51 58 43 Canada 1990 27 701 77 23 100 -- 100 100 99 -- 100 100 99 2004 31 958 81 19 100 88 100 100 99 -- 100 100 99
  • 32. 30 Couverture en eau potable améliorée Population Total Zones urbaines Zones rurales Couverture en assainissement amélioré Pays, régions et territoires Année Total (en milliers) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Cap-Vert 1990 355 44 56 -- -- -- -- -- 4 -- -- -- 2004 495 57 43 80 25 86 41 73 4 43 61 19 République centrafricaine 1990 3 000 37 63 52 2 74 4 39 0 23 34 17 2004 3 986 43 57 75 4 93 9 61 0 27 47 12 Chili 1990 13 179 83 17 90 86 98 98 49 25 84 91 52 2004 16 124 87 13 95 91 100 99 58 38 91 95 62 Chine 1990 1 155 305 27 73 70 48 99 81 59 36 23 64 7 2004 1 307 989 40 60 77 69 93 87 67 57 44 69 28 Chine, RAS de Hong Kong 1990 5 704 100 0 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 6 963 100 0 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Chine, RAS de Macao 1990 372 99 1 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 457 99 1 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Chypre 1990 681 65 35 100 100 100 100 100 100 100 100 100 2004 826 69 31 100 100 100 100 100 100 100 100 100 Colombie 1990 34 970 69 31 92 77 98 94 78 41 82 95 52 2004 44 915 77 23 93 86 99 96 71 51 86 96 54 Comores 1990 527 28 72 93 31 98 50 91 23 32 62 20 2004 777 36 64 86 14 92 31 82 4 33 41 29 Congo 1990 2 484 48 52 -- -- -- -- -- 4 -- -- -- 2004 3 883 54 46 58 28 84 49 27 4 27 28 25 République démocratique du Congo 1990 37 764 28 72 43 22 90 79 25 0 16 53 1 2004 55 853 32 68 46 9 82 27 29 1 30 42 25 Iles Cook 1990 18 61 39 94 -- 99 -- 87 -- 97 100 91 2004 18 72 28 94 -- 98 -- 88 -- 100 100 100 République de Corée 1990 42 869 74 26 -- -- 97 96 -- -- -- -- -- 2004 47 645 81 19 92 85 97 96 71 39 -- -- -- République démocratique populaire de Corée 1990 19 690 58 42 100 -- 100 -- 100 -- -- -- -- 2004 22 384 61 39 100 77 100 81 100 71 59 58 60 Costa Rica 1990 3 076 54 46 -- -- 100 99 -- -- -- -- 97 2004 4 253 61 39 97 92 100 99 92 81 92 89 97 Côte d’Ivoire 1990 12 657 40 60 69 21 73 47 67 4 21 37 10 2004 17 872 45 55 84 24 97 48 74 5 37 46 29 Croatie 1990 4 517 54 46 100 -- 100 95 100 -- 100 100 100 2004 4 540 59 41 100 83 100 95 100 65 100 100 100 Cuba 1990 10 537 74 26 -- 65 95 77 -- 31 98 99 95 2004 11 245 76 24 91 74 95 82 78 49 98 99 95 Danemark 1990 5 140 85 15 100 100 100 100 100 100 100 100 100 2004 5 414 85 15 100 100 100 100 100 100 100 100 100 Djibouti 1990 558 75 25 72 32 76 41 59 5 79 88 50 2004 779 84 16 73 35 76 41 59 5 82 88 50 Suite
  • 33. 31 Couverture en eau potable améliorée Population Total Zones urbaines Zones rurales Couverture en assainissement amélioré Pays, régions et territoires Année Total (en milliers) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) République dominicaine 1990 7 090 55 45 84 63 98 85 66 35 52 60 43 2004 8 768 60 40 95 80 97 92 91 62 78 81 73 Dominique 1990 72 68 32 -- -- 100 98 -- -- -- -- -- 2004 79 72 28 97 87 100 98 90 58 84 86 75 Emirats Arabes Unis 1990 1 868 83 17 100 -- 100 -- 100 -- 97 98 95 2004 4 284 85 15 100 79 100 80 100 70 98 98 95 Egypte 1990 55 673 43 57 94 61 97 89 92 40 54 70 42 2004 72 642 42 58 98 85 99 99 97 74 70 86 58 Equateur 1990 10 272 55 45 73 55 82 74 61 32 63 77 45 2004 13 040 62 38 94 68 97 82 89 45 89 94 82 Erythrée 1990 3 038 16 84 43 6 62 40 39 0 7 44 0 2004 4 232 20 80 60 9 74 42 57 0 9 32 3 Espagne 1990 39 303 75 25 100 99 100 99 100 99 100 100 100 2004 42 646 77 23 100 99 100 99 100 99 100 100 100 Estonie 1990 1 584 71 29 100 80 100 92 99 51 97 97 96 2004 1 335 70 30 100 90 100 97 99 73 97 97 96 Etats-Unis d’Amérique 1990 255 539 75 25 100 100 100 100 100 100 100 100 100 2004 295 410 80 20 100 100 100 100 100 100 100 100 100 Ethiopie 1990 51 040 13 87 23 0 81 2 15 0 3 13 2 2004 75 600 16 84 22 5 81 32 11 0 13 44 7 Iles Falkland (Malvinas) 1990 2 50 50 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 3 100 0 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Iles Féroé 1990 47 34 66 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 47 38 62 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Fidji 1990 724 42 58 -- -- -- -- -- -- 68 87 55 2004 841 52 48 47 20 43 32 51 7 72 87 55 Finlande 1990 4 986 61 39 100 92 100 96 100 85 100 100 100 2004 5 235 61 39 100 97 100 100 100 92 100 100 100 France 1990 56 735 74 26 100 99 100 100 100 95 -- -- -- 2004 60 257 76 24 100 100 100 100 100 100 -- -- -- Gabon 1990 957 68 32 -- -- 95 -- -- -- -- -- -- 2004 1 362 85 15 88 45 95 52 47 8 36 37 30 Gambie 1990 936 25 75 -- -- 95 -- -- 3 -- -- -- 2004 1 478 26 74 82 12 95 39 77 3 53 72 46 Georgia 1990 5 460 55 45 80 50 91 75 67 19 97 99 94 2004 4 518 52 48 82 57 96 85 67 28 94 96 91 Ghana 1990 15 479 36 64 55 16 86 40 37 2 15 23 10 2004 21 664 46 54 75 19 88 37 64 4 18 27 11 Gibraltar 1990 27 100 0 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 28 100 0 -- -- -- -- -- -- -- -- --
  • 34. 32 Couverture en eau potable améliorée Population Total Zones urbaines Zones rurales Couverture en assainissement amélioré Pays, régions et territoires Année Total (en milliers) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Grèce 1990 10 160 59 41 -- 84 -- 91 -- 73 -- -- -- 2004 11 098 61 39 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Grenade 1990 96 32 68 -- -- 97 -- -- -- 97 96 97 2004 102 41 59 95 82 97 93 93 75 96 96 97 Groenland 1990 56 79 21 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 57 82 18 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Guadeloupe 1990 391 98 2 -- -- 98 98 -- -- -- -- -- 2004 445 100 0 98 98 98 98 93 75 64 64 61 Guam 1990 134 91 9 100 -- 100 -- 100 -- 99 99 98 2004 167 94 6 100 -- 100 -- 100 -- 99 99 98 Guatemala 1990 8 894 41 59 79 49 89 70 72 34 58 73 47 2004 12 295 47 53 95 76 99 89 92 65 86 90 82 Guinée 1990 6 217 25 75 44 9 74 31 34 1 14 27 10 2004 9 202 36 64 50 11 78 28 35 1 18 31 11 Guinée-Bissau 1990 1 016 24 76 -- -- -- -- -- 0 -- -- -- 2004 1 540 35 65 59 5 79 15 49 0 35 57 23 Guinée équatoriale 1990 353 35 65 -- 4 -- 12 -- 0 -- -- -- 2004 492 49 51 43 8 45 17 42 0 53 60 46 Guyane 1990 729 33 67 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 750 38 62 83 53 83 66 83 45 70 86 60 Guyane française 1990 116 75 25 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 183 75 25 84 79 88 83 71 65 78 85 57 Haïti 1990 6 867 29 71 47 9 60 27 42 2 24 25 23 2004 8 407 38 62 54 11 52 24 56 3 30 57 14 Honduras 1990 4 867 40 60 84 58 92 82 79 42 50 77 31 2004 7 048 46 54 87 75 95 91 81 62 69 87 54 Hongrie 1990 10 365 62 38 99 86 100 94 98 73 -- 100 -- 2004 10 124 66 34 99 94 100 95 98 91 95 100 85 Inde 1990 849 415 26 74 70 19 89 53 64 8 14 45 3 2004 1 087 124 28 72 86 19 95 47 83 8 33 59 22 Indonésie 1990 181 414 31 69 72 10 92 27 63 2 46 65 37 2004 220 077 47 53 77 17 87 30 69 6 55 73 40 République islamique d’Iran 1990 56 674 56 44 92 84 99 96 84 69 83 86 78 2004 68 803 67 33 94 -- 99 96 84 -- -- -- -- Iraq 1990 18 515 70 30 83 76 97 94 50 33 81 95 48 2004 28 057 67 33 81 74 97 94 50 33 79 95 48 Irlande 1990 3 515 57 43 -- 98 100 99 -- 96 -- -- -- 2004 4 080 60 40 -- 98 100 99 -- 96 -- -- -- Islande 1990 255 91 9 100 100 100 100 100 100 100 100 100 2004 292 93 7 100 100 100 100 100 100 100 100 100 Suite
  • 35. 33 Couverture en eau potable améliorée Population Total Zones urbaines Zones rurales Couverture en assainissement amélioré Pays, régions et territoires Année Total (en milliers) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Israël 1990 4 514 90 10 100 100 100 100 100 98 -- 100 -- 2004 6 601 92 8 100 100 100 100 100 98 -- 100 -- Italie 1990 56 719 67 33 -- 99 100 100 -- 96 -- -- -- 2004 58 033 67 33 -- 99 100 100 -- 96 -- -- -- Jamaïque 1990 2 369 51 49 92 61 98 88 86 33 75 86 64 2004 2 639 52 48 93 70 98 92 88 46 80 91 69 Japon 1990 123 537 63 37 100 95 100 98 100 91 100 100 100 2004 127 923 66 34 100 96 100 98 100 91 100 100 100 Jordanie 1990 3 254 72 28 97 94 99 97 91 87 93 97 82 2004 5 561 79 21 97 93 99 96 91 81 93 94 87 Kazakhstan 1990 16 500 57 43 87 62 97 89 73 27 72 87 52 2004 14 839 56 44 86 62 97 89 73 27 72 87 52 Kenya 1990 23 430 25 75 45 23 91 59 30 11 40 48 37 2004 33 467 41 59 61 28 83 52 46 12 43 46 41 Kirghizistan 1990 4 395 38 62 78 47 98 79 66 27 60 75 51 2004 5 204 34 66 77 45 98 79 66 27 59 75 51 Kiribati 1990 72 35 65 49 25 76 46 33 13 25 33 21 2004 97 49 51 65 36 77 49 53 22 40 59 22 Koweït 1990 2 143 95 5 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 2 606 96 4 -- -- -- -- -- -- -- -- -- République démocratique populaire lao 1990 4 132 15 85 -- -- -- -- -- 6 -- -- -- 2004 5 792 21 79 51 14 79 44 43 6 30 67 20 Lesotho 1990 1 593 17 83 -- 4 -- 18 -- 1 37 61 32 2004 1 798 18 82 79 16 92 53 76 8 37 61 32 Lettonie 1990 2 713 70 30 99 -- 100 -- 96 -- -- -- -- 2004 2 318 66 34 99 81 100 93 96 59 78 82 71 Liban 1990 2 741 83 17 100 -- 100 100 100 -- -- 100 -- 2004 3 540 88 12 100 98 100 100 100 85 98 100 87 Libéria 1990 2 136 42 58 55 11 85 21 34 3 39 59 24 2004 3 241 47 53 61 0 72 1 52 0 27 49 7 Jamahiriya arabe libyenne 1990 4 334 80 20 71 54 72 54 68 55 97 97 96 2004 5 740 87 13 -- -- -- -- -- -- 97 97 96 Liechtenstein 1990 29 21 79 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 34 21 79 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Lituanie 1990 3 698 68 32 -- 76 -- 89 -- 49 -- -- -- 2004 3 443 67 33 -- 80 -- 92 -- 56 -- -- -- Luxembourg 1990 378 86 14 100 100 100 100 100 98 100 100 100 2004 459 92 8 100 100 100 100 100 98 100 100 100 Ex-République yougloslave de Macédoine 1990 1 909 58 42 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 2 030 60 40 -- -- -- -- -- -- -- -- --
  • 36. 34 Couverture en eau potable améliorée Population Total Zones urbaines Zones rurales Couverture en assainissement amélioré Pays, régions et territoires Année Total (en milliers) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Madagascar 1990 12 045 24 76 40 7 80 28 27 1 14 27 10 2004 18 113 27 73 46 6 77 16 35 2 32 48 26 Malaisie 1990 17 845 50 50 98 -- 100 98 96 -- -- 95 -- 2004 24 894 64 36 99 94 100 98 96 87 94 95 93 Malawi 1990 9 459 12 88 40 7 90 44 33 2 47 64 45 2004 12 608 17 83 73 7 98 29 68 2 61 62 61 Maldives 1990 216 26 74 96 20 100 77 95 0 -- 100 -- 2004 321 29 71 83 22 98 76 76 0 59 100 42 Mali 1990 8 894 24 76 34 2 50 8 29 0 36 50 32 2004 13 124 33 67 50 11 78 29 36 2 46 59 39 Malte 1990 360 88 12 100 99 100 100 100 96 -- 100 -- 2004 400 92 8 100 100 100 100 100 96 -- 100 -- Ile de Man 1990 70 51 49 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 77 52 48 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Iles Mariannes septentrionales 1990 44 89 11 98 -- 98 93 100 -- 84 85 78 2004 79 94 6 99 -- 98 -- 97 35 95 94 96 Maroc 1990 24 696 48 52 75 41 94 75 58 9 56 87 27 2004 31 020 58 42 81 57 99 86 56 17 73 88 52 Iles Marshall 1990 47 66 34 96 -- 95 -- 97 -- 74 88 51 2004 60 67 33 87 -- 82 -- 96 -- 82 93 58 Martinique 1990 360 91 9 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 394 96 4 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Maurice 1990 1 057 40 60 100 100 100 100 100 100 -- 95 -- 2004 1 233 44 56 100 100 100 100 100 100 94 95 94 Mauritanie 1990 2 030 44 56 38 12 32 20 43 5 31 42 22 2004 2 980 63 37 53 25 59 32 44 13 34 49 8 Mexique 1990 84 296 72 28 82 77 89 86 64 52 58 75 13 2004 105 699 76 24 97 90 100 96 87 72 79 91 41 Etats fédérés de Micronésie 1990 96 26 74 88 -- 93 -- 86 -- 29 54 20 2004 110 30 70 94 -- 95 -- 94 -- 28 61 14 République de Moldova 1990 4 364 47 53 -- -- 97 -- -- -- -- -- -- 2004 4 218 46 54 92 41 97 78 88 9 68 86 52 Monaco 1990 30 100 0 100 100 100 100 -- -- 100 100 -- 2004 35 100 0 100 100 100 100 -- -- 100 100 -- Mongolie 1990 2 216 57 43 63 28 87 49 30 1 -- -- -- 2004 2 614 57 43 62 28 87 49 30 1 59 75 37 Montserrat 1990 11 9 91 100 -- 100 98 100 -- 96 96 96 2004 4 25 75 100 -- 100 98 100 -- 96 96 96 Mozambique 1990 13 429 21 79 36 8 83 33 24 1 20 49 12 2004 19 424 37 63 43 8 72 18 26 2 32 53 19 Suite
  • 37. 35 Couverture en eau potable améliorée Population Total Zones urbaines Zones rurales Couverture en assainissement amélioré Pays, régions et territoires Année Total (en milliers) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Myanmar 1990 40 753 25 75 57 5 86 18 47 1 24 48 16 2004 50 004 30 70 78 6 80 16 77 2 77 88 72 Namibie 1990 1 398 27 73 57 29 99 83 42 10 24 70 8 2004 2 009 33 67 87 48 98 77 81 33 25 50 13 Nauru 1990 9 100 0 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 13 100 0 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Népal 1990 19 114 9 91 70 6 95 41 67 3 11 48 7 2004 26 591 15 85 90 17 96 52 89 11 35 62 30 Nouvelle-Calédonie 1990 171 60 40 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 233 61 39 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Nouvelle-Zélande 1990 3 411 85 15 97 -- 100 100 82 -- -- -- 88 2004 3 989 86 14 -- -- 100 100 -- -- -- -- -- Nicaragua 1990 3 960 53 47 70 53 91 85 46 16 45 64 24 2004 5 376 58 42 79 60 90 84 63 27 47 56 34 Niger 1990 8 472 16 84 39 3 62 19 35 0 7 35 2 2004 13 499 23 77 46 8 80 35 36 0 13 43 4 Nigéria 1990 90 557 35 65 49 14 80 32 33 4 39 51 33 2004 128 709 48 52 48 9 67 15 31 3 44 53 36 Niue 1990 2 50 50 100 -- 100 100 100 -- 100 100 100 2004 1 100 0 100 100 100 100 100 80 100 100 100 Norvège 1990 4 241 72 28 100 100 100 100 100 100 100 100 100 2004 4 598 80 20 100 100 100 100 100 100 100 100 100 Oman 1990 1 843 62 38 80 25 85 35 73 8 83 97 61 2004 2 534 78 22 -- -- -- -- -- -- -- 97 -- Ouganda 1990 17 758 11 89 44 3 80 24 40 0 42 54 41 2004 27 821 12 88 60 1 87 7 56 0 43 54 41 Ouzbékistan 1990 20 515 40 60 94 59 99 88 91 40 51 69 39 2004 26 209 36 64 82 46 95 83 75 25 67 78 61 Territoire palestinien occupé 1990 2 154 66 34 -- -- 94 -- -- -- -- -- -- 2004 3 587 72 28 92 81 94 88 88 64 73 78 61 Pakistan 1990 111 698 31 69 83 25 95 60 78 10 37 82 17 2004 154 794 34 66 91 27 96 49 89 15 59 92 41 Palaos 1990 15 73 27 80 -- 73 -- 98 -- 70 76 54 2004 20 70 30 85 -- 79 -- 94 10 83 96 52 Panama 1990 2 411 54 46 90 85 99 96 79 72 71 89 51 2004 3 175 57 43 90 86 99 96 79 72 73 89 51 Papouasie-Nouvelle- Guinée 1990 4 114 13 87 39 11 88 61 32 4 44 67 41 2004 5 772 13 87 39 12 88 61 32 4 44 67 41 Paraguay 1990 4 219 49 51 62 30 81 60 44 2 58 72 45 2004 6 017 58 42 86 58 99 82 68 25 80 94 61
  • 38. 36 Couverture en eau potable améliorée Population Total Zones urbaines Zones rurales Couverture en assainissement amélioré Pays, régions et territoires Année Total (en milliers) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Pays-Bas 1990 14 952 60 40 100 98 100 100 100 95 100 100 100 2004 16 226 66 34 100 100 100 100 100 100 100 100 100 Pérou 1990 21 753 69 31 74 57 89 75 41 16 52 69 15 2004 27 562 74 26 83 71 89 82 65 39 63 74 32 Philippines 1990 61 104 49 51 87 24 95 41 80 8 57 66 48 2004 81 617 62 38 85 45 87 58 82 23 72 80 59 Pitcairn 1990 0 -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 0 -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- -- Pologne 1990 38 111 61 39 -- 88 100 97 -- 73 -- -- -- 2004 38 559 62 38 -- 98 100 99 -- 96 -- -- -- Polynésie française 1990 195 56 44 100 98 100 99 100 96 98 99 97 2004 253 52 48 100 98 100 99 100 96 98 99 97 Porto Rico 1990 3 528 72 28 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 3 932 97 3 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Portugal 1990 9 983 47 53 -- 72 -- 97 -- 50 -- -- -- 2004 10 441 55 45 -- 92 -- 97 -- 86 -- -- -- Qatar 1990 467 89 11 100 -- 100 100 100 -- 100 100 100 2004 777 92 8 100 -- 100 100 100 -- 100 100 100 Réunion 1990 604 81 19 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 773 92 8 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Roumanie 1990 23 207 53 47 -- 54 -- -- -- -- -- -- -- 2004 21 790 55 45 57 49 91 79 16 13 -- 89 -- Royaume-Uni 1990 56 761 89 11 100 100 100 100 100 98 -- -- -- 2004 59 479 89 11 100 100 100 100 100 98 -- -- -- Fédération de Russie 1990 148 370 73 27 94 76 97 86 86 49 87 93 70 2004 143 899 73 27 97 82 100 93 88 52 87 93 70 Rwanda 1990 7 096 5 95 59 1 88 24 57 0 37 49 36 2004 8 882 20 80 74 8 92 34 69 1 42 56 38 Sahara occidental 1990 218 89 11 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 330 94 6 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Sainte-Hélène 1990 5 40 60 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 5 40 60 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Saint-Kitts-et-Nevis 1990 41 34 66 99 -- 99 -- 99 -- 95 96 96 2004 42 31 69 99 72 99 72 99 72 95 96 96 Sainte-Lucie 1990 138 27 73 98 -- 98 -- 98 -- -- -- -- 2004 159 31 69 98 75 98 75 98 75 89 89 89 Saint-Marin 1990 24 92 8 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 28 89 11 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Saint-Pierre-et-Miquelon 1990 6 83 17 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 6 83 17 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Suite
  • 39. 37 Couverture en eau potable améliorée Population Total Zones urbaines Zones rurales Couverture en assainissement amélioré Pays, régions et territoires Année Total (en milliers) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Saint-Siège 1990 1 100 0 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 1 100 0 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Saint-Vincent-et-les Grenadines 1990 109 40 60 -- -- -- -- -- -- -- -- 96 2004 118 59 41 -- -- -- -- 93 73 -- -- 96 Iles Salomon 1990 317 14 86 -- 11 -- 76 -- 1 -- 98 -- 2004 466 17 83 70 14 94 76 65 1 31 98 18 El Salvador 1990 5 110 49 51 67 45 87 74 48 16 51 70 33 2004 6 762 60 40 84 64 94 81 70 38 62 77 39 Samoa 1990 161 22 78 91 -- 99 -- 89 -- 98 100 98 2004 184 22 78 88 57 90 74 87 52 100 100 100 Samoa américaines 1990 47 81 19 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 63 92 8 -- -- -- -- -- -- -- -- -- SaoTomé-et-Principe 1990 117 37 63 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 153 38 62 79 25 89 34 73 19 25 32 20 Sénégal 1990 7 977 40 60 65 22 89 50 49 4 33 53 19 2004 11 386 50 50 76 46 92 75 60 17 57 79 34 Serbie-Monténégro 1990 10 156 51 49 93 81 99 98 86 64 87 97 77 2004 10 510 52 48 93 82 99 98 86 64 87 97 77 Seychelles 1990 72 50 50 88 88 100 100 75 75 -- -- 100 2004 80 50 50 88 88 100 100 75 75 -- -- 100 Sierra Leone 1990 4 078 30 70 -- -- -- -- -- 1 -- -- -- 2004 5 336 40 60 57 12 75 30 46 1 39 53 30 Singapour 1990 3 016 100 0 100 100 100 100 -- -- 100 100 -- 2004 4 273 100 0 100 100 100 100 -- -- 100 100 -- Slovaquie 1990 5 256 56 44 100 95 100 99 99 89 99 100 98 2004 5 401 58 42 100 96 100 99 99 93 99 100 98 Slovénie 1990 1 926 51 49 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 1 967 51 49 -- -- -- -- -- -- -- -- -- Somalie 1990 6 674 29 71 -- 1 -- 3 -- 0 -- -- -- 2004 7 964 35 65 29 1 32 3 27 0 26 48 14 Soudan 1990 26 066 27 73 64 34 85 75 57 19 33 53 26 2004 35 523 40 60 70 26 78 46 64 13 34 50 24 Sri Lanka 1990 17 786 21 79 68 11 91 36 62 4 69 89 64 2004 20 570 21 79 79 10 98 32 74 4 91 98 89 Suriname 1990 402 65 35 -- -- 98 -- -- -- -- 99 -- 2004 446 77 23 92 81 98 91 73 48 94 99 76 Suède 1990 8 559 83 17 100 100 100 100 100 100 100 100 100 2004 9 008 83 17 100 100 100 100 100 100 100 100 100 Suisse 1990 6 834 68 32 100 100 100 100 100 99 100 100 100 2004 7 240 68 32 100 100 100 100 100 99 100 100 100
  • 40. 38 Couverture en eau potable améliorée Population Total Zones urbaines Zones rurales Couverture en assainissement amélioré Pays, régions et territoires Année Total (en milliers) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) République arabe syrienne 1990 12 843 49 51 80 69 94 92 67 46 73 97 50 2004 18 582 50 50 93 84 98 96 87 72 90 99 81 Swaziland 1990 865 23 77 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 1 034 24 76 62 23 87 52 54 14 48 59 44 Tadjikistan 1990 5 303 32 68 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 6 430 24 76 59 34 92 79 48 20 51 70 45 République-Unie de Tanzanie 1990 26 231 22 78 46 10 85 33 35 3 47 52 45 2004 37 627 36 64 62 18 85 43 49 3 47 53 43 Tchad 1990 6 055 21 79 19 2 41 10 13 0 7 28 2 2004 9 448 25 75 42 4 41 10 43 2 9 24 4 République tchèque 1990 10 306 75 25 100 83 100 97 100 41 99 99 97 2004 10 229 74 26 100 95 100 97 100 91 98 99 97 Thaïlande 1990 54 639 29 71 95 28 98 70 94 11 80 95 74 2004 63 694 32 68 99 38 98 85 100 16 99 98 99 Timor-Leste 1990 740 8 92 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 887 8 92 58 12 77 28 56 11 36 66 33 Togo 1990 3 961 29 71 50 4 81 14 37 0 37 71 24 2004 5 988 36 64 52 4 80 12 36 0 35 71 15 IlesTokélaou 1990 2 0 100 94 0 -- -- 94 0 39 -- 39 2004 1 0 100 88 0 -- -- 88 0 78 -- 78 Tonga 1990 94 31 69 100 -- 100 -- 100 -- 96 98 96 2004 102 33 67 100 75 100 72 100 76 96 98 96 Trinité-et-Tobago 1990 1 215 69 31 92 77 93 81 89 68 100 100 100 2004 1 301 76 24 91 77 92 80 88 67 100 100 100 Tunisie 1990 8 219 58 42 81 61 95 87 62 26 75 95 47 2004 9 995 64 36 93 74 99 94 82 38 85 96 65 Turkménistan 1990 3 668 45 55 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 4 766 46 54 72 53 93 81 54 29 62 77 50 IlesTurques et Caïques 1990 12 42 58 100 -- 100 -- 100 -- -- 98 -- 2004 25 48 52 100 68 100 78 100 60 96 98 94 Turquie 1990 57 300 59 41 85 62 92 70 74 51 85 96 70 2004 72 220 67 33 96 92 98 96 93 83 88 96 72 Tuvalu 1990 9 44 56 89 -- 92 -- 89 -- 78 83 74 2004 10 60 40 93 -- 94 -- 92 -- 90 93 84 Ukraine 1990 51 891 67 33 96 -- 99 -- 90 -- 96 98 92 2004 46 989 67 33 96 76 99 89 91 48 96 98 93 Uruguay 1990 3 106 89 11 100 -- 100 97 100 -- 100 100 99 2004 3 439 93 7 100 96 100 97 100 84 100 100 99 Vanuatu 1990 149 19 81 60 38 93 80 53 28 -- -- -- 2004 207 23 77 60 39 86 74 52 28 50 78 42 Suite
  • 41. 39 Couverture en eau potable améliorée Population Total Zones urbaines Zones rurales Couverture en assainissement amélioré Pays, régions et territoires Année Total (en milliers) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Raccordement au réseau (%) Total (%) Zones urbaines (%) Zones rurales (%) Venezuela 1990 19 735 84 16 -- -- -- 79 -- -- -- -- -- 2004 26 282 88 12 83 81 85 84 70 61 68 71 48 IlesVierges américaines 1990 104 88 12 -- -- -- -- -- -- -- -- -- 2004 112 94 6 -- -- -- -- -- -- -- -- -- IlesVierges britanniques 1990 17 47 53 98 97 98 97 98 97 100 100 100 2004 22 64 36 98 97 98 97 98 97 100 100 100 Viet Nam 1990 66 206 20 80 65 9 90 40 59 1 36 58 30 2004 83 123 26 74 85 24 99 73 80 6 61 92 50 Iles Wallis-et-Futuna 1990 14 0 100 100 99 -- -- 100 99 -- -- -- 2004 15 0 100 100 99 -- -- 100 99 80 -- 80 Yémen 1990 12 086 21 79 71 35 84 67 68 26 32 82 19 2004 20 329 26 74 67 23 71 59 65 10 43 86 28 Zambie 1990 8 377 39 61 50 23 86 53 27 3 44 63 31 2004 11 479 36 64 58 16 90 41 40 2 55 59 52 Zimbabwe 1990 10 565 29 71 78 34 100 97 69 8 50 69 42 2004 12 936 35 65 81 32 98 81 72 5 53 63 47 Monde 1990 5 279 513 43 57 78 49 95 80 64 26 49 79 26 2004 6 389 266 49 51 83 54 95 78 73 30 59 80 39 Régions développées 1990 933 678 72 28 100 97 100 99 99 91 100 100 99 2004 1 002 984 75 25 99 97 100 99 95 89 99 100 98 Communauté des Etats indépendants 1990 281 489 65 35 92 71 97 86 84 43 82 92 63 2004 278 264 64 36 92 72 99 90 80 39 83 92 67 Régions en développement 1990 4 064 346 35 65 71 37 93 70 60 19 35 68 17 2004 5 108 018 43 57 80 44 92 70 70 25 50 73 33 Afrique du Nord 1990 118 431 49 51 89 58 95 83 82 34 65 84 47 2004 152 085 52 48 91 76 96 92 86 59 77 91 62 Afrique Sub- Saharienne 1990 517 251 28 72 49 16 82 45 36 4 32 52 24 2004 734 641 36 64 56 16 80 36 42 4 37 53 28 Amérique Latine et Caraïbes 1990 443 751 71 29 83 70 93 85 60 32 68 81 36 2004 553 725 77 23 91 80 96 90 73 45 77 86 49 Asie de l’Est 1990 1 226 156 30 70 71 50 99 82 59 36 24 64 7 2004 1 388 052 42 58 78 70 93 87 67 57 45 69 28 Asie du Sud 1990 1 175 198 27 73 72 21 90 56 66 9 20 54 8 2004 1 528 108 30 70 85 20 94 50 81 8 38 63 27 Asie du Sud-Est 1990 439 844 32 68 76 16 93 42 68 4 49 70 40 2004 548 525 43 57 82 28 89 50 77 11 67 81 56 Asie occidentale 1990 137 281 62 38 85 68 94 83 70 45 81 97 55 2004 194 170 66 34 91 81 97 94 79 56 84 96 59 Océanie 1990 6 434 23 77 51 21 92 69 39 7 54 80 46 2004 8 712 25 75 50 21 80 57 40 9 53 81 43
  • 42. 40 Régions Eau potable Assainissement Couverture (%) Couver- ture nécessaire pour être dans les temps pour atteindre la cible de l’OMD (%) Cible de l’OMD (%) Réduire de moitié le nombre de personnes non desservies Progrès réalisés en direction de la cible de l’OMD Couverture (%) Couverture nécessaire pour être dans les temps pour atteindre la cible de l’OMD (%) Cible de l’OMD: réduire de moitié le nombre de personnes non desservies (%) Progrès réalisés en direction de la cible de l’OMDb Population Population Accroissement annuel moyen (en millions) Accroissement annuel moyen (en millions) De la population desservie Néces- saire pour atteindre la ciblea De la population desservie Néces- saire pour atteindre la cible a Total (en milliers) Zones urbaines (%) 2015 2015 1990 2004 2004 2015 1990– 2004 2005– 2015 1990– 2004 1990 2004 2004 2015 1990– 2004 2005– 2015 1990– 2004 Régions en développement 5 902 147 49 71 80 80 86 78.2 100.2 Dans les temps 35 50 55 68 76.2 146.3 Progrès réels mais insu- ffisants Afrique du Nord 181 096 56 89 91 93 95 2.3 3.3 Dans les temps 65 77 76 83 2.7 3.3 Dans les temps Afrique Sub- Saharienne 934 261 43 49 56 65 75 10.5 28.8 En retard 32 37 52 66 7.1 34.5 En retard Amérique Latine et Caraïbes 634 103 81 83 91 88 92 8.9 8.0 Dans les temps 68 77 78 84 8.6 10.4 Dans les temps Asie de l’Est 1 476 616 51 71 78 80 86 14.2 18.4 Dans les temps 24 45 47 62 22.2 28.8 Dans les temps Asie du Sud 1 801 401 34 72 85 80 86 30.5 24.7 Dans les temps 20 38 44 60 22.1 50.8 Progrès réels mais insuf- fisants Asie du Sud-Est 623 400 51 76 82 83 88 7.8 9.8 Dans les temps 49 67 65 75 9.9 10.2 Dans les temps Asie occidentale 240 871 69 85 91 90 93 4.0 4.8 Dans les temps 81 84 87 91 3.5 5.6 Dans les temps Océanie 10 399 26 51 50 66 76 0.1 0.4 En retard 54 53 68 77 0.1 0.3 En retard Communauté des Etats Indépendants 272 596 64 92 92 94 96 -0.2 0.5 Dans les temps 82 83 87 91 0.0 1.8 Dans les temps Régions développées 1 044 682 78 100 99 100 100 3.9 5.5 Dans les temps 100 99 100 100 4.4 4.8 Dans les temps MONDE 7 219 425 54 78 83 85 89 81.9 110.5 Dans les temps  49 59 65 75 80.5 163.7 Progrès réels mais insuf- fisants  a Les totaux indiqués ne correspondent pas à la somme des valeurs régionales. b Dans les temps: couverture non inférieure de plus de 5% à celle requise pour être dans les temps en 2004. Progrès réels mais insuffisants pour atteindre l’objectif: couverture en progression et comprise entre 5% et 10% de la couverture nécessaire pour être dans les temps en 2004. En retard: couverture inférieure d’au moins 10% à celle nécessaire pour être dans les temps en 2004. Atteindre l’OMD relatif à l’eau potable et à l’assainissement: bilan de la situation au niveau mondial et régional en 1990 et 2004, et efforts à entreprendre au cours de la période 2005-2015
  • 43. 41 Figure 22 Groupements régionaux OMD utilisés pour la présentation des estimations du PCS > Pour évaluer les progrès accomplis dans la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement, l’Organisation des Nations Unies a classé les pays en trois catégories: régions développées, régions en développement, et pays de la Communauté des Etats indépendants. Les régions en développement sont elles-mêmes divisées en sous-régions (Figure 22). Groupements régionaux OMD
  • 44. MDGREgionalgroupings 43 Crédits photo: UNICEF Photolibrary Design: www.paprika-annecy.com
  • 45. Le monde maintient le cap en direction de l’OMD relatif à l’eau potable, mais il semble que l’on assiste à un certain fléchissement. Compte tenu du rythme actuel de progression, il s’en faudra sans doute de plus d’un demi- milliard de personnes pour que l’objectif relatif à l’assainissement soit atteint. - Chaque année, l’eau polluée et l’absence d’assainissement tuent au moins 1,6 million d’enfants de moins de cinq ans – soit plus de huit fois le nombre des victimes du tsunami de 2004. - Au début de la décennie «L’eau, source de vie», 1,1 milliard de personnes n’avaient pas accès à une source d’eau de boisson améliorée. - 84% de la population ne disposant pas d’un approvisionnement en eau amélioré vivent dans les zones rurales. - 2,6 milliards de personnes, soit plus de 40% de la population mondiale, n’utilisent pas de toilettes et défèquent en plein air ou dans des endroits insalubres. En 2004, plus de trois personnes sur cinq vivant dans les zones rurales, soit plus de 2 milliards de personnes, n’avaient pas accès à une installation d’assainissement de base. - Si la tendance actuelle se poursuit, 1,7 milliards de ruraux environ seront encore privés d’assainissement de base en 2015. - En 2004, la couverture en assainissement était deux fois plus importante dans les zones urbaines que dans les zones rurales. - Même si 73% des ruraux disposent d’un approvisionnement en eau amélioré, 30% seulement ont l’eau courante à domicile. Ne pas se laisser dépasser par la croissance démographique, tel est le principal défi que doivent relever les zones urbaines; pour maintenir les niveaux actuels de couverture jusqu’en 2015, il faudra être en mesure de desservir 700 millions de citadins au cours des dix prochaines années. - L’exode rural pose des difficultés considérables aux urbanistes; il est d’une importance capitale d’étendre les services de base en matière d’eau potable et d’assainissement aux zones périurbaines et aux quartiers pauvres pour répondre aux besoins des plus démunis et prévenir les épidémies de choléra et autres maladies d’origine hydrique dans ces lieux fréquemment surpeuplés. - En milieu urbain, la couverture en eau potable (95%) n’a pas variée depuis 1990. La couverture en assainissement n’y a augmenté que d’un point de pourcentage (de 79% à 80%). - Entre 1990 et 2004, le nombre de personnes qui ont pu accéder à un approvisionnement en eau et à un assainissement améliorés s’est élevé, respectivement, à 770 millions et à 700 millions environ. Organisation mondiale de la Santé Avenue Appia 20 1211 Geneva 27 Switzerland www.who.int United Nations Children’s Fund 3 UN Plaza NewYork, NY 10017 USA www.unicef.org