Le projet fokonolona mivao par les Mpivoy
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Le projet fokonolona mivao par les Mpivoy

on

  • 795 views

 

Statistics

Views

Total Views
795
Views on SlideShare
766
Embed Views
29

Actions

Likes
0
Downloads
5
Comments
0

2 Embeds 29

http://prettyzoely.wordpress.com 27
http://www.slideshare.net 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Le projet fokonolona mivao par les Mpivoy Le projet fokonolona mivao par les Mpivoy Document Transcript

  • Les Mpivoy(co-rameurs du projet Fokonolona mivao) Juin 2010 Le Projet FOKONOLONA MIVAO (Le Fokonolona qui se rénove lui-même) www.fokonolona-mivao.org Contact : Joseph Raharijesy : joseph.raharijesy@wanadoo.fr – 06 87 55 52 17 Page 1 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. S O M M A I R EUn coup dœil rapide sur le projet Fokonolona mivao…………p.03 I – Réalités malgaches actuelles..………………………p.05 II – Le peuple souverain ?..………………………………….p.09 III – Le Fokonolona mivao…………………………………...p.11 IV – Deux voies pacifiques……………………………………p.13 V – Quatre grands pas à franchir…………………………p.15 VI – Stratégie générale…………………………………………p.21 VII – Le Fokonolona mivao et lhumanité……………...p.25Annexe I : Lettre ouverte n° …………………………………...p.29 1Annexe II : Lettre ouverte n° 2 …………………………………p.33 Page 2 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. UN COUP DŒIL RAPIDE sur le projet Fokonolona mivao.1. Le fokonolona est linstitution de lÉtat malgache la plus proche descitoyens et des citoyennes. Cest lensemble des habitants et habitantes,majeur-e-s, de la plus petite subdivision territoriale de la Nation appeléefokontany, ensemble qui a le droit de se réunir en assemblée délibérative etdagir pour exécuter ses décisions. Selon les Constitutions malgaches, "Le Fokonolona ... est la base dudéveloppement." (Art.35 de la Constitution de la IIIe République, art. 152 de lanouvelle Constitution)(Convenons dans ce projet que Fokonolona prend un "f" minuscule(fokonolona) pour parler de lensemble local des citoyennes et de citoyensdun fokontany ou de leur assemblée délibérative et exécutive, et prend un "F"majuscule quand il sagit du principe Fokonolona ou de lensemble de tous lesfokonolona de le République de Madagascar.)2. Le Fokonolona mivao - ny Fokonolona mivao -, cest le Fokonolona qui sedotera d’un trépied de principes rénovateurs : - le fihavanana mivao dans une tri-action collective en bouclespermanentes : chercher ensemble, décider ensemble, progresserensemble (miara-mitady, miara-manapaka, miara-mandroso) pour noublierpersonne ; - la facilitation des activités des fokonolona par lélite malgache ; - et la souveraineté des décisions du Fokonolona qui deviendraalors lautorité suprême de lÉtat malgache. Nous avons proposé et soumis au débat public un schéma de lastructure horizontalisée de la République malgache des fokonolona sousforme de Lettre ouverte n° adressée le 27 février 2009 pour demande de 1diffusion. Nous la reproduisons ici en annexe du présent projet.3. Pour le peuple malgache, le Fokonolona mivao constituera un outilinstitutionnel avec lequel il pourra à tout moment sexprimer et intervenirlégalement, bien avant de descendre dans la rue où il reçoit chaque fois desballes mortelles. Cet outil permettra aussi au peuple dagir directement etefficacement sur son présent et son avenir.4. Le projet Fokonolona mivao est un outil dincitation des fokonolona à semuter en Fokonolona mivao. Le projet Fokonolona mivao est pacifique etpacifiste. Il prétend pouvoir résoudre la crise malgache actuelle dune manièrelogique, efficace et durable. Il rassemble naturellement tous les Malgaches,tous les partis, toutes les organisations syndicales et cultuelles, sansexclusive. Pour se réaliser, il nécessite la participation massive de léliteet du peuple malgaches. Celui ou celle qui sengage à faire avancer ce projetsappelle Mpivoy (co-rameur/co-rameuse). Page 3 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. Le projet Fokonolona mivao est lunique projet de développement pourles 80% appauvris de la population malgache. Il est même urgent pour les 20à 30% totalement démunis. Chaque Malgache a donc le devoir absolude se lancer le plus tôt possible pour co-réaliser le présent projet Fokonolonamivao. Ce projet comprend sept chapitres : - Les réalités malgaches actuelles, - La souveraineté du peuple malgache, - Le trépied de principes fondateurs du Fokonolona mivao, - Les deux voies pacifiques ouvertes pour sa mise en place, - Les quatre grands pas à franchir par ces voies pour y parvenir, - Les moyens humains et matériels pour franchir ces pas avec certitude, - La place du Fokonolona mivao au sein de lhumanité en marche, Et en annexes les deux Lettres ouvertes du 27 février 2009 et du 13 octobre 2009.5. Tout le projet est soumis au débat public malgache ouvert, à lexceptionbien sûr du trépied de principes qui soutient le Fokonolona mivao sans quoi leprojet na plus de raison dêtre.6. Une version malgache de ce projet sera éditée en Boky kely dès quepossible.7. Léquipe du site www.fokonolona-mivao.org : Hanta Korana Ravo Vahinala Raharinirina Vanessa Zafimahova Zénaïde Rahantamalala Augustin Miadana Paul Ad. Andrianantenaina Joseph Raharijesy Julien Rakotoarimanana (alias Dadazily) Précieux Massin Lebitasy Page 4 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. I - RÉALITÉS MALGACHES ACTUELLES (ou les grands faits sociaux et politiques malgaches de ces dernières décennies)A. Le paradoxe malgache.8. Madagascar regorge de gigantesques gisements de richesses naturellesdans son sous-sol, dans ses forêts, dans ses immenses terres arablesaujourdhui très convoitées, dans sa faune et sa flore reconnues pourlabondance de leurs variétés et de leurs spécificités, dans ses sitestouristiques et ses milliers de kilomètres de plage vierge, ses eaux fluviales,lacustres et maritimes, son climat divers, son ensoleillement constant et sonfirmament immense encore peu fréquenté par les humains.9. Mais les 80% du peuple malgache y vivent de plus en plus mal etsenfoncent chaque année dans une misère et une famine indescriptibles. 20 à30% sont même en état de détresse vitale permanente.B. Les vertus sociales des Malgaches. Le fihavanana.10. Concorde sociale entre les individus et entre les familles, quelles quesoient leurs situations sociales et sociétales. Ce sentiment profond dunité devie bien développé dans la tête des "anciens" et "anciennes" (zoky olona), setrouve actuellement bien écorné par le "modernisme" apporté, qui promeutlindividualisme, la concurrence entre individus et entre familles, la frime,ladmiration devant les forts, les gagnants et les enrichis et le mépris desfaibles, des perdants et des appauvris. Lunité nationale.11. Elle découle naturellement du fihavanana entre les diverses ethnies. Maisaussi de la conscience dappartenir à une seule nation (iray firenena, iraytanindrazana), nation qui a son histoire, une seule langue avec plusieursdialectes. Mais aussi du sentiment commun dêtre Malgaches et dhabiter unemême patrie, Madagasikara, davoir été colonisé ensemble par le mêmecolonisateur. Tous les dominants venant de lextérieur ou de lintérieur nontjamais pu casser ce profond sentiment dunité nationale. Page 5 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. Lhospitalité.12. Elle vient aussi du fihavanana appliqué à lhôte étranger. Le bon accueil etle sourire sont toujours au rendez-vous, même dans la pauvreté. Le même"modernisme" concurrentiel et frimeur a remplacé cette joie de recevoir lautrepar la méfiance contre cet autre. Nempêche, tout être humain venant delextérieur de Madagascar est le bienvenu sur toute lîle. Et il ne vient jamaisdans la tête dun ou dune Malgache de chercher à expulser un immigré qui napas commis de faute grave. Cest à se demander de quel côté de la planète serencontre LA civilisation.C. Lexistence dune abondante ressource humaine formée, souventhautement qualifiée.13. Des centaines de milliers de Malgaches sont diplômé-e-s dans tous lesdomaines : santé, éducation, recherche, ingénierie, économie, géologie,agriculture, vétérinaire, judiciaire, journalisme, architecture, management…Des milliers de médecins par exemple sont au chômage, ou sous employés,ou obligés de vivoter dans des activités qui nont rien à voir avec la médecine :chauffeurs de taxis, réparateurs de pneus sur le bord des routes, garagistes…14. Des millions de Malgaches fuient leur pays par crainte de leur présent, deleur avenir et de lavenir de leurs enfants. Une véritable hémorragie decerveaux !D. Lincapacité des autorités malgaches "élu-e-s" à résoudre cegrand paradoxe malgache.15. Les Malgaches ont appris les pratiques électorales à loccidentale depuisquelques années avant loctroi formel de lindépendance de 1960. Depuis, lesMalgaches délèguent tous les quatre - cinq ans leur pouvoir populaire etcitoyen à leurs "élu-e-s". Mais plus les quinquennats passent, pluslappauvrissement populaire saccentue. Une des raisons profondes se trouvecertainement dans la fausseté de ces élections.16. «Jai déjà raconté lhistoire dune campagne électorale que jai vuedirectement dans la brousse malgache. Devant la population affamée, despropagandistes offrirent à chaque votant un billet de 1000 francs malgaches(cétait en 1993-94), et leur promirent den offrir un autre si le candidat proposéaura été élu. Et ça a marché. Aujourdhui, devant lhyper puissance des dollarset des euros, le pauvre Malgache qui veut se présenter pour les intérêts réelsdu peuple malgache na aucune chance dêtre élu. Ces mascaradesélectorales ne peuvent que nuire au sens démocratique même des citoyensmalgaches.» (Faits rapportés par Joseph Raharijesy)17. Les mêmes mascarades délections se répètent, donnant chaque fois lesmêmes effets daccroissement de la misère populaire. Cest ainsi que la nonconfiance aux "élu-e-s" et aux "élections" sest installée et grandit dans lesvillages et dans les villes. Le népotisme, la corruption, le clanisme, la frime, lesmenaces et les représailles constituent les piliers réels du système dominant. Page 6 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. 18. Depuis février 2009, les dirigeants narrivent plus à gouverner, et le peuple gouverné ne veut plus obéir aux gouvernants : la situation est devenue insurrectionnelle en permanence. E. Lexistence historique des fokonolona. 19. Le fokonolona est une institution locale créée à la fin du XVIIIème siècle par le roi Andrianampoinimerina pour que les habitants et habitantes dun territoire suffisamment restreint, appelé aujourdhui fokontany(*), délibèrent ensemble et réalisent ensemble leurs décisions collectives pour résoudre leurs problèmes locaux : problèmes de naissance et de décès, de sécurité, de justice, de riziculture, de propriétés foncières, déchanges ; les autorités supérieures intervenaient en cas dincapacité des fokonolona. 20. Le pouvoir colonial français et les autorités malgaches successives jusquà ce jour ont préservé cette institution. Mais ils lont instrumentalisée pour mieux asseoir leur domination. Ainsi, les fokonolona deviennent aujourdhui «des assemblées locales destinées à faire avaliser les décisions des tenants du pouvoir et à les faire exécuter, sans plus.» (Julien Rakotoarimanana, dit Dadazily, journaliste et consultant à Antananarivo). 21. Mais depuis quelques décennies, le pouvoir central est déficient dans beaucoup de domaines. Dans les cas de défaillance aiguë, dans la sécurité et la justice par exemple, les fokonolona prennent linitiative de le remplacer. 22. « Jai été témoin dactions libres initiées par les fokonolona dans la brousse du Betsileo de 1993 à 1996. Ils se mettaient à fonctionner, avec une efficacité absolue, dans les domaines où le pouvoir officiel, local ou central, était en déficience totale. Entre autres dinam-pokonolona créés et appliqués, jai assisté à la lutte contre les dahalo (vols de bœufs) et contre les vols de proximité, à la confection et à la réalisation dun projet collectif contre la pénurie de riz sur le marché local pendant les périodes de "soudure", à la réparation collective des canalisations deau potable dans un gros village équipé en eau courante… Cest çà les fokonolona libérés, aujourdhui. Ils existent, et heureusement quils existent. Ils ne peuvent pas toujours fonctionner au grand jour car le pouvoir central taxe ces dina dillégaux et traque leurs promoteurs.» (Faits rapportés par Joseph Raharijesy) 23. Notons deux autres propriétés très importantes des fokonolona. Ils existent sur lensemble du territoire de Madagascar dune manière homogène*. Ils sont laïcs, comme lest lÉtat malgache dont ils font partie intégrante.(*) Il y a 17.857 fokontany sur lensemble du territoire Madagascar. Page 7 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao.Page 8 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. II - LE PEUPLE SOUVERAIN ? 24. Pour nous, Mpivoy (co-rameurs du projet Fokonolona mivao), la souveraineté suprême sur le territoire de Madagascar appartient au peuple malgache et à lui seul. 25. Or, certains Malgaches semblent étonnés, estomaqués même, quand nous annonçons cette vérité pourtant reconnue par le monde entier. 26. Il est vrai que pratiquement le peuple malgache na aucun pouvoir. Sil en avait une bribe, il ne se serait pas laissé senliser dans son actuel état de délabrement total. Les peuples sont dépourvus de moyen de leur souveraineté. 27. La Constitution de toutes les grandes Républiques commence par lénoncé de cette clause fondamentale : le pouvoir suprême appartient au peuple souverain. Mais aucune Constitution de ces grandes Républiques ne précise les moyens concrets et efficaces de cette souveraineté, saisissables directement et à tout moment par le peuple. Omission volontaire ou non ? - Les conséquences sont graves : quand la même souveraineté déléguée à des "élu-e-s" se retourne contre le peuple, celui-ci se trouve impuissant et sans recours. 28. Cette injustice flagrante découle du rapport des forces entre les partisans de deux conceptions opposées de la société : pyramidale et horizontale. 29. Toute société pyramidale est fondée sur la concurrence et la loi du plus fort, comme dans les jungles animalières. Les inégalités sociales et sociétales y sont donc des conséquences normales, voulues, irréductibles et croissantes à linfini. Les partisans de cette société sont des pyramidalistes ou des jungliers. 30. Dans une société horizontale, légalité pour tous et toutes par le haut en dignité, en droits, en pouvoirs et en libertés constitue la règle fondamentale et inviolable. Une telle société nest accessible que par les êtres humains. Ses partisans sappellent donc les horizontalistes ou les humanisants (*). 31. Beaucoup, appartenant aux classes les plus appauvries, aspirent encore, non à légalité des droits et des pouvoirs, mais à la "promotion" individuelle égoïste pour gravir les gradins de la pyramide sociétale en place. Quils sachent quils participent ainsi au maintien de cette pyramide : ils sont donc pyramidalistes et ont une mentalité junglière. Il y a encore malheureusement des millions de ces cas surtout dans les grandes Républiques. Dautres heureusement, obligé-e-s de gravir les échelons de la pyramide pour pouvoir respirer un peu, rejoignent en même temps ceux et celles qui se battent pour faire écrouler la pyramide junglière et construire une société humanisante(*).*Humanisant : qui œuvre pour sortir de la mentalité junglière et pyramidaliste, mentalité commune aux bêtes mentalisées (reptiles et mammifères non humains) et aux humains bestialisés, et pour accéder à la logique du toi-et-moi horizontal, solidaire et universel pour vivre bien ensemble sur notre planète commune, mentalité spécifiquement humaine, acquise par éducation et volonté. Page 9 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao.32. Le concept de souveraineté populaire étant naturellement horizontaliste,les forces pyramidalistes largement majoritaires omettent exprès de préciserdans les Constitutions les moyens de la souveraineté des peuples. Cependant, les peuples sont et restent légitimement souverains.33. Tout bébé humain naît avec cent milliards de neurones dans sonnéocortex, ce qui lui octroie une mémoire mentale immense, inépuisable pourtoute sa vie individuelle. Ceci, que le bébé soit fille ou garçon, et quels quesoient sa couleur de peau, son origine paysanne ou citadine, sonappartenance sociale et sa provenance géographique sur la planète. Ainsi,chaque humain est une unité de puissance potentielle géante et égale entretoutes.34. Un peuple est formé par la juxtaposition non organisée de ces unités depuissance sociale dune nation. Leur mise en ordre horizontal pour résisteret/ou pour construire constitue une puissance absolue, imbattable, qui signe lasouveraineté du peuple.35. Les pyramidalistes dominants déploient un effort considérable, comme unechape de plomb, pour empêcher par tous les moyens cette mise en ordrehorizontal des unités de puissance populaire. Malgré cette chape constante,les peuples parviennent de plus en plus à se soulever ensemble, pour faire ladémonstration de leur souveraineté. Cest le moteur de tous les grandsmouvements sociaux de lhistoire de lhumanité. Mais si les dominants arrivent quand même à supprimer tous les moyensde cette souveraineté, lêtre humain isolé, écrasé par la domination etlexploitation, oriente sa puissance pour se supprimer. Lapparition et la rapidemultiplication des suicides au travail dans la France néolibérale (ultrapyramidale) daujourdhui démontrent clairement la nocivité de cette absence,dans la Constitution, dorganisation de lexpression du peuple et de moyenconcret et permanent de sa souveraineté. Le peuple malgache a aussi démontré à plusieurs reprises sa souveraineté.36. Sans moyens légaux pour sexprimer, encore moins pour imposer savolonté, ce grand peuple est descendu dans la rue et a bloqué tout lappareiléconomique, administratif et politique au moins trois à quatre fois depuis 1960.Certes, ces manifestations populaires ont fini par être manipulées etinstrumentalisées, faute dorganisation constitutionnalisée du pouvoirpopulaire. Mais cest dire que quand les cent milliards de neurones de chaqueMalgache sont trop mal menés, ils se manifestent durement.37. Eh bien, le Fokonolona mivao sera une grande école pour convertir enforces horizontalistes humanisantes toutes les mentalités pyramidalistes quifoisonnent encore actuellement à Madagascar. En même temps, il constitueraloutil nécessaire et suffisant pour la réappropriation et le maintien de lasouveraineté par le peuple malgache. Page 10 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. III - LE FOKONOLONA MIVAO (ou : Le trépied fondateur de lauto rénovation du Fokonolona)38. Le Fokonolona malagasy doit se rénover pour que le peuple puisserésoudre efficacement tous ses problèmes. Dans son article 35, la Constitutionde la République de Madagascar attribue avec raison un rôle primordial auFokonolona : "Le Fokonolona est la base du développement". Or, il ne peut yavoir de développement populaire sans auto éducation populaire. Et pourque celle-ci joue pleinement son rôle développeur, il faut quelle soitconstructrice et que chaque construction décidée soit responsable etsouveraine. Le Fokonolona est donc constitutionnellement habilité à jouer cerôle hautement éducatif.39. Trois principes nouveaux sont nécessaires. Ils ont été publiés dans notreLettre ouverte n° du 27 février 2009. 240. Les trois principes se complètent de telle sorte que labsence dun principedétruit lefficacité des deux autres.Principe fondateur n° : 1 LE FIHAVANANA MIVAO.41. Cette concorde sociale, chère aux Malgaches, doit se réinstaller danschaque fokontany (territoire dun fokonolona), par une auto-éducationpopulaire permanente et tri-active en boucles constantes : chercher ensemble, décider ensemble, progresser ensemble (miara-mitady, miara-manapaka, miara-mandroso),incluant dans cette triple action la clause essentielle de ne jamais laisserpersonne de son fokontany exclue de la progression démocratique etsociale en cours.Principe fondateur n° : 2 LE RÔLE FACILITATEUR DE LÉLITE MALGACHE.42. Tous les "Gasy nahita fianarana" (qui ont eu la chance de sinstruire), avecou sans diplôme, devront apporter une aide technique aux fokonolona, et nonle dominer ni le détourner. Aide à linformation préparatoire des réunionsdélibératives, aide à la réussite du déroulement de ces réunions, assistancetechnique à la réalisation des décisions prises. Et plus particulièrement : Aide à la création dune caisse nationale inter fokonolona pour recevoir et gérer ensemble toutes les aides financières de toutes provenances pour le secours des plus démunis de chaque fokontany ; Page 11 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. Aide à la démarche pour la suppression immédiate de la "dette" extérieure et des plans dajustement structurel y afférents ; Aide à la rénovation des services publics et à leur extension dans les domaines où le service public est nécessaire ; Aide à la construction, à la réalisation et au suivi des projets décidés ; Aide à la maîtrise de la monnaie malgache (lariary), du crédit en monnaie malgache, du commerce extérieur et intérieur équitable et du change nécessaire, en vue de re-localiser léconomie ; Aide à la formation initiale et permanente des personnels nécessaires à lexploitation conservatrice, écologique et partageuse des richesses naturelles du pays ; Aide à consommer, en faisant connaître les responsabilités sanitaires, sociales et écologiques du consommateur, du local au planétaire.Principe fondateur n° : 3 LA SOUVERAINETÉ DU FOKONOLONA.43. Le Fokonolona constitue le seul outil efficace pour que le peuple malgachepuisse casser tous les facteurs qui le paralysent. Il peut et doit prendre toute laresponsabilité de ses actions : aucune autorité ne devra le superviser niopposer un veto à ses décisions. Page 12 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. IV - DEUX VOIES PACIFIQUES (ou : Quel chemin suivre pour y arriver ?)44. Éliminons tout de suite la voie armée : par des militaires ou par deséléments civils qui prennent le pouvoir par les armes. Cette voie nous estfoncièrement étrangère. Elle briserait les vertus sociales nationales desMalgaches et ne pourrait mener quà la défaite sans appel et durable descombattants pour les intérêts fondamentaux du peuple malgache.45. Dans la Chapitre "LE PEUPLE SOUVERAIN ?", nous avons décrit lesdeux conceptions, horizontale ou pyramidale, de toute société dhumains. Enrapport avec ces concepts, il y a deux voies pour mettre en placele Fokonolona mivao : une voie horizontale, et une voie verticale. A. La voie horizontale : cest notre voie principale.47. Sachons quactuellement dans chaque fokontany, la majorité desindividus, mineurs ou majeurs, et des familles, sont dans un état de détressevitale : dénutrition, faim ou famine, pas deau potable, maladies, handicapspsychomoteurs, mineur-e-s orphelin-e-s, âgé-e-s invalides et sans revenu.46. Dans la voie horizontale, ce sont les citoyens et les citoyennes desfokontany qui prennent linitiative dutiliser les assemblées délibératives dufokonolona pour résoudre, ensemble, tout de suite tous les problèmes qui lesclouent dans cet état. En première urgence. Et par lapplication de la tri-action (chercher ensemble, décider ensemble, progresser ensemble) aidée etfacilitée par les "instruit-e-s" du coin - ou venant dailleurs -, pour transformerle fokonolona en acteur local de leur auto-secours et de leur auto-libération.48. Nous, "nahita fianarana" diplômé-e-s ou non, horizontalistes oupyramidalistes, avons le devoir absolu dinciter et dencourager les fokonolonaà sauto-secourir, de leur suggérer toutes les pistes possibles et de leurapporter lassistance technique à leurs initiatives dans la ferme volonté de lesfaire réussir. Évidemment selon nos compétences.49. Cette voie est horizontale ou horizontaliste parce que, initiée par lepeuple, elle tend à transformer la communauté locale en une grande familleunie par la volonté de triple solidarité spécifique de lêtre humain : unesolidarité secouriste en cas durgence vitale frappant un membre de lafamille, une solidarité compensatrice en cas de handicap, et une solidaritéémancipatrice entre tous les membres sans exclusive. Le tout sans esprit dedonnant donnant.50. Cette voie est notre voie principale, car nous, les Mpivoy, la prenonsavec fermeté et ne la lâcherons pas jusquà la réalisation totale de notre projet. Page 13 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. B. La voie verticale : une voie éventuelle.51. Ici, ce sont nos autorités élues qui organiseraient ou faciliteraient cesprises dinitiatives par les citoyens et les citoyennes des fokontany pourrésoudre eux-mêmes leurs propres problèmes.52. Les pouvoirs supérieurs ne pourront plus instrumentaliser les fokonolonamivao sans en amputer un ou deux éléments de son trépied constitutif (voir laChapitre LE FOKONOLONA MIVAO). Auquel cas, nous, les Mpivoy,prendrions les mesures nécessaires pour rétablir le ou les élémentsmanquants du trépied. Toujours pacifiquement.53. Initiée den haut par des pyramidalistes au pouvoir, cette voie sannonceutopique ou illusoire. Mais nous, les Mpivoy, convaincus que notre projet est etrestera irremplaçable pour soustraire le peuple malgache de sa misère noireactuelle, avons toujours lespoir quun Président de la République deMadagascar, horizontaliste, prendra un jour directement ou indirectementcette voie. Voilà pourquoi nous ne sommes pas et ne seront jamais lesennemis des autorités malgaches en place. Mais en même temps, nouspoursuivrons sans relâche et avec la même intensité notre voie principale.54. Par contre, les horizontalistes (cest-à-dire les partisans de légalité pourtous et toutes en dignité, en droits, en pouvoirs et en libertés) qui accèdent àdes postes de responsabilité dans la pyramide sociétale existante peuvent etont même le devoir dœuvrer directement ou indirectement pour inciter lesfokonolona à se prendre en charge. Page 14 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. V - QUATRE GRANDS PAS À FRANCHIR (ou : Les étapes prévisibles de la mise en place du Fokonolona mivao)55. Le projet Fokonolona mivao est un projet de société. Cest un projet de latransformation pacifique de la République de Madagascar actuelle, qui estpyramidale, en République des fokonolona mivao, qui sera horizontale. LeFokonolona mivao constituera à la fois le moyen de la souveraineté du peuplede Madagascar, et loutil de ce pouvoir suprême pour gérer toutes les affairesconcernant le peuple et le territoire national malgaches.56. Lobservation minutieuse de lévolution de la situation politique,économique et sociale depuis le mois de février 2009 nous permet de prévoirquatre grands PAS pour mettre en place le Fokonolona mivao : a- la sensibilisation populaire, b- lauto-secours et lauto-développement par et pour les fokonolona, c- ladoption dune nouvelle Constitution de la République malgache, d- et la mise en application de cette nouvelle Constitution.57. Le projet Fokonolona mivao étant, à notre profonde conviction, la seulesolution réelle pour les 80% appauvris de la population malgache, nousfranchirons ces quatre grands PAS quelles que soient les suites de la crisepolitique actuelle.Premier grand pas : La sensibilisation du peuple malgache et de son élite.Nous sommes en plein dans la réalisation de ce PAS.58. La sensibilisation porte en fait sur quatre objectifs précis : a- faire connaître lexistence du projet Fokonolona mivao pour résoudre la crise malgache actuelle, politique, économique et sociale ; b- convaincre de son unicité pour les 80% appauvris de la population malgache - cest-à-dire il ny a pas dautre solution pour eux -; c- persuader de son urgence pour les 20 à 30% les plus démunis ; d- donner des forces et des moyens au mouvement pour le Fokonolona mivao par lengagement du plus grand nombre possible de réalisateurs et de réalisatrices du projet (voir notre Rubrique "STRATÉGIE GÉNÉRALE"). Page 15 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao.59. Sachons que les étapes suivantes du projet Fokonolona mivao ne pourrontse réaliser convenablement que quand la très grande majorité des Malgachesseront acquis sur ces quatre points.60. Il faut donc programmer selon nos forces et nos moyens actuels, quiévolueront : - dabord sensibiliser les Malgaches internautes et les ami-e-s du peuple de Madagascar, en leur demandant de diffuser la sensibilisation en réseaux ; - et ce sera selon les compétences, les possibilités et les initiatives des Mpivoy, les anciens comme les nouveaux, que ce premier grand pas va saccélérer ou non.61. Il sagit de faire naître et développer lespoir et lenthousiasme populaireset de déclencher ladhésion du plus grand nombre de Malgaches à notreprojet. Un objectif chiffré des résultats sur ces valeurs est pratiquementimpossible à déterminer. Il faudra pourtant trouver une méthode, un moyen,dévaluation les résultats.62. Jusquà présent (Juin 2010), nous ne comptons que très peu de réalisa-teur/trice-s, qui se mouillent chemises et corps pour ramer cet énorme bateauquest le projet Fokonolona mivao, seul projet pour les 80% appauvris.63. Comme moyens, nous utilisons : - une liste de discussion denviron 1200 internautes, fonctionnant au moins une fois par semaine, avec demande à ceux et celles qui le désirent de diffuser en réseaux autour deux ; - un site Internet www.fokonolona-mivao.org en version française ; bientôt nous donnerons la version en malgache sur le même site ; - un Livret Fokonolona mivao, (entre vos mains), contenant lensemble du projet Fokonolona mivao, en français ; - un Bokikely Fokonolona mivao, le même livret en malgache, pour une prochaine diffusion et explication massive dans toute la population malgache ; - et un dépliant qui donne dune manière laconique mais clair, en français, les douze solutions aux douze problèmes majeurs du peuple de Madagascar.64. Nous sommes certains que de nombreuses nouvelles forces viendrontnous rejoindre, apportant dautres moyens et dautres méthodes desensibilisation massive. Page 16 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao.Deuxième grand pas : L’auto-secours et lauto-développement des habitant-e-s par les fokonolona.65. Sachons que près du tiers de la population malgache vit actuellementdans un état de détresse vitale. Et ceci dans tous les fokontany deMadagascar sans exception. Nous déclarons cette catastrophe humaine etsociale comme un tsunami social permanent. Les fokonolona coordonnésprendront le relais de la sensibilisation sur cette situation de cataclysme socialsans arrêt. Et les communautés internationales doivent, devront, le traitercomme tel.66. Sachons que les autorités malgaches sont actuellement tellementplongées dans la recherche de solution à la crise politique que les individus etles familles en détresse vitale sont laissés seuls à eux-mêmes, sans aucunespoir dassistance ni aujourdhui ni demain ni dans les mois et années quiviennent. Le jour où le pouvoir malgache sera stabilisé, nous, les Mpivoy,demanderons aux autorités établies demprunter la Voie verticale pour la miseen place du Fokonolona mivao (voir notre Rubrique "DEUX VOIESPACIFIQUES").67. Sachons enfin que les ONG (Organisations non gouvernementales) enœuvre sur place ne peuvent apporter que des gouttes deau dans un Saharade misère.68. Il ny a donc rien de plus normal, de plus humain, de plus légitime, de pluslégal même, que le fokonolona de chaque fokontany prenne linitiative deredresser les têtes, de se réunir, de chercher ensemble et de déciderensemble pour apporter un secours immédiat aux plus démunis qui setrouvent en danger vital.69. Chaque fokonolona de chaque fokontany constitue lorganisme public lemieux placé pour inventorier les dégâts, pour faire en coordination avec tousles autres fokonolona un appel national et international daide financière, pourconstituer une caisse nationale inter-fokonolona de secours, et pour organiserensemble les actions de secours selon les trois principes du fihavanana mivao: chercher ensemble, décider ensemble, progresser ensemble. Et aveclassistance technique des "instruit-e-s" malgaches.70. Il est évident que si les fokonolona pourront sauto-secourir - et noussommes certains quils le peuvent - ils seront aussi capables de sauto-développer mutuellement pour rendre durables les résultats obtenus. Lesrichesses naturelles existent partout, les ressources humaines aussi (voirnotre Rubrique "RÉALITÉS MALGACHES ACTUELLES"). Les techniciensmalgaches "tia tanindrazana" (patriotes) formeront les fokonolona dans lamaîtrise de la monnaie malgache, du crédit en monnaie malgache et ducommerce extérieur équitable et responsable. Sachons que le peuplemalgache a son droit le plus absolu sur tous les biens communs de lhumanitéet sur leur cogestion démocratique. Page 17 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao.71. Chaque "Gasy nahita fianarana" (instruit-e, diplômé-e ou non) a le devoirimpératif de se mobiliser, selon leurs moyens et leur situation géographique : - pour inciter son fokonolona à prendre les initiatives nécessaires à cet auto-secours local, - pour lui donner les informations et suggestions pertinentes et pour faire réussir techniquement les initiatives et les décisions de ce fokonolona. Les "nahita fianarana" ne doivent jamais instrumentaliser le peuple et le fokonolona pour des intérêts égoïstes ou claniques.72. Ce deuxième grand PAS dauto-secours local dans le cadre de la mise enplace du Fokonolona mivao peut commencer sans attendre le total succès dupremier PAS. Mais plus nombreux auront été les Malgaches acquis-e-s sur lesquatre points de la sensibilisation, plus le deuxième PAS aura une réellechance de réussir.Troisième grand pas : L’adoption dune nouvelle Constitution, celle de la République des fokonolona.73. Capables de sorganiser pour sauto-secourir et pour sauto-développer,les fokonolona sont aussi capables dorganiser une Assemblée constituante.Les forces humaines et les moyens utilisés seront fixés par la coordination desfokonolona ayant ainsi fait preuve de leur capacité dinitiatives, dorganisationet de réalisation de projets.74. Les constituants devront normalement être des missionnaires de chaquefokonolona ou des fokonolona dun firaisana ou dun fivondronana. Noussouhaitons que les Corps constitués actuellement naient pas droit à desreprésentants spéciaux.75. Les missionnaires qui représenteront les fokonolona dans la Constituantedevront faire figurer dans les premières lignes de la nouvelle Constitution : - la souveraineté du peuple malgache et les moyens permanents et efficaces de cette souveraineté, le Fokonolona mivao avec ses trois principes fondateurs, - et lorganisation institutionnalisée de lauto-éducation populaire permanente comme fonction primordiale des fokonolona. Page 18 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao.Quatrième grand pas :Le suivi de lapplication de la nouvelle Constitution.76. Le rôle des réalisateurs et réalisatrices du projet Fokonolona mivao nestpas terminé à la fin du troisième PAS. Car lapplication effective de la nouvelleConstitution rencontrera des difficultés pour plusieurs raisons dont deuxparticulièrement : - la non expérience à lhorizontalité sociétale (voir notre Rubrique "IDÉES ET SUGGESTIONS CONSTRUCTIVES / Un peu de sociobiologie pour mieux comprendre" sur notre site www.fokonolona-mivao.org ). - les crocs-en-jambe et autres peaux de banane que nhésiteront pas à lancer les nostalgiques de la jungle interhumaine.77. Les ressources humaines et les moyens nécessaires pour ce derniergrand PAS seront assurés par les réalisateurs et réalisatrices du présentprojet qui constitueront alors un observatoire institutionnalisé, doté de moyenslégaux dintervention, sur lapplication des trois principes fondateurs duFokonolona mivao. Page 19 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao.Page 20 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. VI - STRATÉGIE GÉNÉRALE (Ou : Avec quelles forces humaines et quels moyens matériels ?)78. Notre expérience depuis février 2009 nous montre quil y a deux catégoriesde RÉALISATEURS et RÉALISATRICES du projet Fokonolona mivao :- Les ENGAGÉ-E-S, qui se mouillent totalement, chemise et corps, avec la ferme volonté dy arriver. Ils et elles se sont surnommés les Mpivoy.- et les ACQUIS-E-S au projet, des hommes et des femmes qui veulent bien donner des coups de pouce éventuellement, mais qui préfèrent observer, au moins momentanément.79. Tout-e Malgache ou ami-e du peuple de Madagascar, adulte, peut devenirréalisateur ou réalisatrice (engagé-e ou acquis-e-s) du projet Fokonolonamivao. Il suffit de communiquer, soit à un ou une engagé-e connu-e, soit via lesite http://www.fokonolona-mivao.org, son nom et prénom et son adresseemail (obligatoire) ou à défaut son adresse postale ou n° de téléphone. Cesexigences servent à linter-communication, à la discussion et à la convivialitéqui se créent et qui sont indispensables entre les Mpivoy.A. Une stratégie qui se résume en simples initiatives dindividus et de groupes.80. Nous, réalisateurs et réalisatrices de ce projet, reconnaissons limportancemonumentale de ce projet. Nous en connaissons lobjectif, la République desfokonolona, projet mis à la connaissance du public par nos Lettres ouvertes du27 février 2009 et du 16 septembre 2009.81. Nous sommes convaincu-e-s que ce projet est nécessaire et unique pourles 80% appauvris de la population malgache, et il est même urgent pour les20 à 30% les plus démunis.82. Nous avons décrit deux voies pacifiques et nous prévoyons quatre grandspas à franchir pour la mise en place du Fokonolona mivao.83. Notre stratégie générale, qui répond à la question quelles forces et quelsmoyens pour franchir ces grands pas avec succès, se réduit en définitive à laseule question des ressources humaines, cest-à-dire à la nature particulièredu mouvement des réalisateurs et réalisatrices et à celle des relations entreeux.B. Singularités du mouvement pour le Fokonolona mivao.84. Le mouvement citoyen pour le Fokonolona mivao englobe les deuxcatégories de réalisa-teur/trice-s : les engagé-e-s (Mpivoy) et les acquis-e-s.85. Il sagit dun simple mouvement de citoyennes et de citoyens, bénévoles,indépendants les uns des autres. Les relations entre les Mpivoy sontstrictement horizontales, cest-à-dire à égalité, entre eux, de considération, dedignité, de droits, de pouvoirs et de libertés. Page 21 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao.86. Le mouvement na donc pas de leader : chaque Mpivoy est unepersonnalité unique au monde, libre, responsable, une personnalité en autoconstruction constante. Ni guide, ni star.87. Le mouvement na ni président, ni secrétaire, ni trésorier. Chaque Mpivoy"sengage" à co-réaliser le ou les PAS communs à franchir, seul-e, en groupeou en équipe, en prenant des initiatives autonomes personnelles, libres etresponsables. Le Mpivoy garde donc toute sa liberté de pensée et daction etest entièrement responsable de ses actes, financièrement, devant la société etdevant la justice.88. Le mouvement pour le Fokonolona mivao ne relève pas pour autant delanarchie, car les initiatives individuelles visent à la réalisation dun butcommun - la mise en place du Fokonolona mivao -, et se soumettent à desrègles dhorizontalité, dentente et de convivialité entre Mpivoy, de pacifisme etde responsabilités.89. Le mouvement pour le Fokonolona mivao sinterdit toute clanisation dumouvement (clan = groupe dindividus hostiles, contre un autre ou dautresgroupes). Il porte haut la volonté de ne jamais claniser le peuple malgache. Ilnest ni une organisation syndicale ni un parti politique. Il na aucune vocationà soutenir des candidats personnels contre dautres candidats personnels.Son seul candidat au pouvoir, cest le Fokonolona mivao.90. Le mouvement pour le Fokonolona mivao nest pas une secte. Il travailleau grand jour, et dune manière transparente. Il œuvre pour tous lesressortissants des fokontany malagasy, sans exclusive (tsy vaky volo), quelsquen soient le sexe, lorigine ethnique, le revenu et la fortune, lappartenancereligieuse et philosophique. Il est pacifique et pacifiste. Il na peur de personnecar il nest lennemi de personne.91. La communication de masse, le débat public, ladhésion des Malgaches auprojet et les initiatives pacifiques des Mpivoy auprès des fokonolona et desautorités constituent les seules forces davancement du mouvement pour leFokonolona mivao vers son objectif.C. Relations entre les Mpivoy.92. Les Mpivoy doivent respecter entre eux ce quils souhaiteraient sétablirentre les citoyens et les citoyennes de chaque fokonolona : lhorizontalitésociétale, contenue dans le fihavanana mivao (voir "LE FOKONOLONAmivao").93. Mais contrairement à la proximité entre les citoyens et les citoyennes dunfokontany, les Mpivoy sont géographiquement très éloignés les uns desautres. Chaque Mpivoy prend donc des initiatives autonomes, individuelles oude groupe, et en assume toutes les responsabilités juridiques et financières. Page 22 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao.94. Les Mpivoy pratiquent la synergie de leurs compétences et de leurspossibilités individuelles : "Izay tsy mahay sobika mahay fatambary". Pour quecette mise en synergie se fasse dans les meilleures conditions, les Mpivoy ontla ferme volonté dappliquer entre eux légalité de considération,lintelligence collective, et la convivialité permanente. Légalité de considération (ou lhorizontalité sociétale) entre les Mpivoy.95. Chaque Mpivoy apprend à pratiquer lhorizontalité sociétale entre Mpivoy :il/elle considère tout-e autre Mpivoy à égalité de dignité, de droits, de pouvoirset de libertés que lui ou elle, et réciproquement. Et ceci quelle que soit sonâge (majeur-e forcément), son sexe, son origine sociale et géographique, sonniveau détudes, son revenu et sa fortune individuels, son titre et rang social,son opinion, sa religion, sa nationalité, la date du début de son engagement.Opposer un non à une initiative responsable prise par lautre Mpivoy faitpreuve dune relation verticale, de supérieur à inférieur, paralysante etbestialisante. Par contre, donner ou accepter amicalement un conseil est unetransaction horizontale. La pratique de lintelligence collective.96. Lintelligence collective est une intelligence spécifiquement humaine (parrapport aux autres espèces animales). Elle ne peut sobtenir que par le va-et-vient entre lexpérience et la réflexion individuelles dun côté et de lautre ledébat ouvert et laction collective.97. Dans le cadre de la réalisation de chaque PAS du projet Fokonolonamivao, les Mpivoy ont un programme concerté dactions et des initiativespersonnelles ou de groupe à mener (voir "QUATRE GRANDS PAS ÀFRANCHIR").98. Sengageant dans la co-réalisation de ce PAS, chaque Mpivoy prendlibrement une ou des initiatives quil ou elle estime pouvoir bien mener à partirdu lieu où il/elle habite, avec les moyens dont il/elle dispose, en tenant comptede son cadre familial et de ses activités professionnelles ou autresengagements associatifs, et en cohérence avec ses propres convictionspolitiques, religieuses, philosophiques…99. Il ou elle doit rendre compte aux autres Mpivoy de ses décisions relativesau projet commun, de ses résultats, de ses réflexions ou des leçons quil peuten tirer. À son tour, il ou elle doit recevoir des nouvelles des autres Mpivoy etleur exprimer ses félicitations et son encouragement – indispensables pourdonner ce puissant carburant affectif dit "punch" à chacun-e -, ses conseilséventuels dami-e Mpivoy, voire ses remarques acerbes au besoin. Page 23 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. La convivialité permanente entre Mpivoy.100. Pratiqué jusquà présent, cet échange permanent a créé et maintenu unlien convivial avéré nécessaire entre Mpivoy et a développé une intelligencecollective certaine. Il y a eu des heurts et il y en aura toujours. Mais nos avonseu la volonté de nous exprimer sincèrement et de nous écouter les uns lesautres, et nous nous plions aux recommandations toujours judicieuses etapaisantes des modérateurs comme notre Francine qui SE surnomme NENYFrancine. Nous avons une haute appréciation de nos relations de camaraderieétablies depuis plusieurs mois déjà.101. Lavancée vers la mise en place du Fokonolona mivao bénéficiera ainside limagination, de la volonté et de la compétence des Mpivoy. Ellebénéficiera surtout des capacités progressivement développées àcommuniquer en réseaux et à débattre entre amis ou en public.Communication et débat ne sont pas des "kabary" inutiles ou superflus, aucontraire : sans ces échanges, toute action peut se régresser dans le chacunpour soi à courte vue, dans léparpillement anarchique qui ne peut nous menerquà léchec. Et plus il y aura de Mpivoy, plus vite le but du mouvement seraatteint.D. Réalisation assurée du Fokonolona mivao par la présente stratégie générale.102. Cette stratégie générale met à contribution les compétences, les talentset les possibilités matérielles et financières des Mpivoy. Les forces de notrestratégie se mesureront donc au nombre des réalisateurs et réalisatrices et àlintensité de leurs initiatives. Limportance et lefficacité de nos moyensviendront des moyens mis en œuvre par ces Mpivoy pour faire aboutir leursactions.103. Cette stratégie générale singulière, fondée sur légalité scrupuleuse dedignité entre Mpivoy et sur la liberté responsable dinitiatives individuelles,correspond parfaitement à nos conditions actuelles : nous sommes éloignésles uns des autres ; beaucoup sont éloignés de Madagascar ; nous sommesobligés de rester là où nous pouvons trouver à vivre ou à survivre ; noussommes tous et toutes plus ou moins engagée-s dans des activitésprofessionnelles, sociales, culturelles, politiques, associatives ; et pour lemoment Internet nous permet heureusement de nous communiquer aisémentet presque en temps réel.104. Cette stratégie générale nous évitera toute contrainte administrative dedéclaration dexistence, de cotisations des membres, donc pas de trésorerie,pas de bilans annuels obligatoires. Nous espérons que par elle, nous pouvonsviser le zéro fisc et le zéro tribunal.105. En positif, elle assurera la continuité automatique de la réalisation du projetFokonolona mivao, en cas de déficience ou de disparition dun ou de plusieursMpivoy, sans problèmes de succession de rôle de qui que ce soit. Ce qui garantira lamise en place un jour ou lautre du Fokonolona mivao comme moyen, efficace etdisponible à tout moment, et comme symbole, de la souveraineté du peuplemalgache, ce grand peuple à qui nous sommes tous et toutes redevables. Page 24 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. VII - LE FOKONOLONA MIVAO ET LHUMANITÉ (Ou : Quelle place le Fokonolona mivao prendra-t-il dans lhumanité en marche ?) 106. Le combat pour les droits humains traverse toute lhistoire de lespèce humaine, sans grand succès jusquà présent. En ce début du XXIème siècle, lhumanité est fortement menacée dautodestruction par la jungle interhumaine néolibérale. Le projet Fokonolona mivao constitue un combat décisif pour les droits humains à Madagascar. Sa réussite contribuera au salut de lhumanité. A. «Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits». Est-ce une farce ? 107. «Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits.» Cet article 1er de la Déclaration universelle des droits humains par lONU le 10 décembre 1948 reste lettres mortes jusquà ce jour, soixante ans plus tard. Pourquoi ? 108. Cet article 1er horizontalise la société humaine : il met tous les êtres humains au même niveau sociétal(*) et social(*). Cet alignement soppose frontalement à notre représentation mentale du monde humain : pyramidale. Nous verrons plus tard que cette représentation pyramidale est anormale, mais elle simpose de telle sorte que nous la croyons même unique et indispensable. Beaucoup pensent en effet quil faut des dirigeants "intelligents" et des dirigés qui le sont moins ou pas, quil faut des supérieurs souverains et des inférieurs assujettis, quil faut des riches et forcément des pauvres, etc. Les promoteurs de fatalisme et de défaitisme arrivent même à bloquer toute bonne idée horizontaliste en marche en la taxant dutopie, et tout le monde répète bêtement après eux : "cest une utopie, cest une utopie". Et on clôt la discussion. Or, la merveilleuse Sécurité Sociale française par exemple na jamais existé avant la Révolution française, elle a atteint son apogée dhorizontalisation des Français en matière de soins médicaux après la Libération de 1945. Une pyramide dinégalités humaines se constitue ainsi dans nos têtes et dans les faits par routine, défaitisme et fatalisme. À son sommet juchent naturellement les prédateurs grands bénéficiaires du système. Ils structurent la société en ordre hiérarchique. Ils accentuent les inégalités sociétales et sociales qui se transmettent de générations en générations en sapprofondissant. Adieu larticle 1er de la Déclaration des droits humains.(*)“Sociétal” correspond à toute organisation des humains : association citoyenne, politique, religieuse, syndicale ; administration, entreprise publique ou privée, institution, Etat, organismes internationaux.(*)”Social”, dans notre projet, correspond aux moyens individuels et collectifs pour vivre. Page 25 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. 109. Les bénéficiaires du système ne sont pas les seuls à soutenir cette pyramide artificielle génératrice dinégalités sociales. Tous ceux et celles, qui se trouvent en bas de léchelle sociétale et espèrent pouvoir un jour accéder aux divers gradins de la pyramide, votent pour soutenir cette pyramide des inégalités. À ce soutien paradoxal par le vote sajoutent lattentisme, le défaitisme et le fatalisme bien entretenus den haut. Conséquence, beaucoup dentre nous pensent que la pyramide est la seule structuration sociale possible. Cest ainsi quils ont enterré larticle 1er des droits humains depuis belle lurette. 110. Pourtant, en nous soumettant à cette logique sociale pyramidale, nous ne faisons quimiter la jungle animalière, qui constitue lunique logique sociale des autres vertébrés mentalisés (1). Les bêtes nont apparemment pas besoin de larticle 1er des droits humains dans leur jungle animalière. Très majoritairement bestialisé-e-s, nous mettons cet article, nous aussi, à la poubelle. B. Larticle 1er de la Déclaration des droits humains nous différencie des bêtes. 111. Notre intelligence mentale est infiniment plus puissante que celle des bêtes mentalisées (*). Tout bébé humain naît avec cent milliards de neurones dans son néocortex, ce qui lui donne une mémoire mentale inépuisable durant toute sa vie individuelle. Les autres animaux mentalisés ont beaucoup moins de neurones et leurs souvenirs seffacent toujours au bout dun délai plus ou moins court si les circonstances de leur mémorisation ne se répètent pas à rythmes réguliers. Un lézard au bout de quelques minutes, un cheval au bout de quelques semaines. 112. Limmense mémoire mentale de chaque être humain garde des souvenirs ineffaçables, quil soit féminin ou masculin, et quels que soient sa couleur de peau, son origine sociale et sa provenance géographique sur la planète. Chaque fois que nous rencontrons un être humain quel quil soit, regardons bien son crâne et disons-nous que sous ce capot crânien, il y a près de cent milliards de neurones et surtout des capacités mentales aussi puissantes que celles que nous avons sous le nôtre. Alors, pourquoi refusons- nous, dans nos comportements, actes et faits larticle 1er des droits humains ? 113. Le bébé humain grandissant devient majeur quand il se trouve autonome. Cest-à-dire quand il devient responsable de sa propre existence, ou responsable - ou co-responsable en couple - de la subsistance dune famille.(*)Animaux mentalisés : ce sont les reptiles et les mammifères dont nous. Ces animaux ont un triple cerveau : un cerveau reptilien, le plus ancien, le cerveau des instincts et des automatismes neuromusculaires et hormonaux pour la survie immédiate ; un cerveau mammalien (de mammifère) ou limbique, émetteur de nos affectivités premières ; et un troisième cerveau, le plus récent, appelé néocortex, une simple mémoire, vide au départ de notre vie individuelle. Chaque jour qui passe, pour nous adapter aux divers milieux et circonstances que nous présente notre planète Terre, nous enregistrons dans cette mémoire les essais dactes suivis de succès ou déchecs parfois mortels. Ce sont des expériences heureuses ou malheureuses qui construisent et perfectionnent notre intelligence mentale. Nous sommes donc des êtres mentalisés. Page 26 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. Pour pouvoir survivre ou mieux vivre au moins localement, un êtrehumain majeur a acquis dans son immense mémoire mentale un ensemblesuffisant dexpériences personnelles : un savoir suffisant sur sonenvironnement naturel et social, des convictions personnelles, un savoir-fairetechnique et technologique, un savoir vivre avec les voisins. Personne dautrene peut connaître mieux que lui ses propres problèmes vitaux, sesexpériences et performances personnelles et ses aspirations profondes. Ce socle dacquis mentaux dun être humain majeur est forcémentdifférent dun individu à lautre. Mais il a la même valeur vitale et sociale quecelui de nimporte quel autre être humain majeur, que celui-ci soit savant ouignorant, en haut ou en bas de léchelle sociétale et sociale. En nous rappelantla puissance phénoménale cachée sous le capot crânien de chaque êtrehumain vivant, nous ne pouvons quapprouver lexactitude et limportance delarticle 1er des droits humains.114. Limmense mémoire mentale de lêtre humain adulte lui permet de choisirentre deux logiques sociales qui sexcluent lune lautre : soit la jungleinterhumaine, pyramidale, soit le vivre bien ensemble, forcément dunemanière horizontale. Ce choix, conscient ou instinctif, se fait dans le couple,dans le quartier, à lentreprise, dans la cité, dans le pays, dans le monde. Ces deux logiques sont sociobiologiques. Cest-à-dire elles sontnécessaires, lune ou lautre, pour survivre ou mieux vivre en présence desautres êtres humains, sur notre vaisseau spatial commun à tous et toutes.Ainsi, larticle 1er des droits humains savère totalement inutile dans la jungledes humains bestialisés, mais devient fondamental dans le vivre bienensemble.C. Larticle 1er de la Déclaration des droits humains devient aujourdhui une urgence vitale pour lhumanité.115. Lespèce humaine existe depuis environ trois millions dannées sur laplanète Terre. Jusquà présent, lhumanité a vécu et vit toujours une dizaine dejungles interhumaines : le patriarcat, lesclavage, le servage, le royalisme, lecolonialisme, le néocolonialisme ou impérialisme, le capitalisme libéral sousses trois formes usurière, actionnariale et spéculative, le présidentialisme,les dictatures y compris stalinienne et le néolibéralisme. Tous ces systèmes sont jungliers et reposent sur la domination-prédation par une poignée de personnes sur toutes les autres. Ils sont touspyramidaux, génèrent naturellement et automatiquement des inégalitéssociales qui se creusent inexorablement et à linfini. Ils déclenchent ainsi tousles conflits sociaux, armés ou non, sans exception.116. Tant que les acquis scientifiques et technologiques de lhumanité étaientmodestes, vivre côte à côte entre humains dans un ordre de domination-prédation imposé par ces divers systèmes jungliers était plus ou moinssupportable entre voisins et relativement anodin pour lespèce humaine. Page 27 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao.117. Maintenant que les avancées scientifiques et technologiquesparviennent, sous limpulsion de la logique junglière dominante, à créer,fabriquer et disséminer des armes de destruction humaine massive et desproduits de dévastation rapide de lenvironnement planétaire, maintenantque ces avancées scientifiques et technologiques prennent une progressionfulgurante (exponentielle), lhumanité aborde un tournant périlleux pour sapropre existence. Il ne sagit plus de choisir entre deux logiques sociales, entre lapyramidale et lhorizontale. Labandon de la logique sociale pyramidale dansles têtes, dans les institutions, entre les individus et entre les États devientune urgence vitale. Sinon, lhumanité va irrémédiablement vers sonautodestruction totale et définitive. Il est grand temps que les hommes et lesfemmes shumanisent (*). À commencer par respecter larticle 1er des droitshumains.D. Le Fokonolona mivao sera une réponse positive forte à cette urgence vitale pour lhumanité118. Le Fokonolona mivao répond parfaitement à cet appel urgent pour sauvernotre espèce. Le monde malgache actuel est pyramidal. La pyramidalité sociétale est lacause unique de tous les conflits sociaux à Madagascar et dans le monde. LeFokonolona mivao horizontalisera la société malgache. Voilà en trois phrases(syllogisme) lidéologie fondamentale du Fokonolona mivao. Elle nest pas uneutopie, elle est urgente à réaliser.119. Et les réalisateurs et réalisatrices du projet Fokonolona mivao, qui sesont donné le surnom de Mpivoy (co-rameur), auront participé grandement etactivement au salut de lespèce humaine et, soit dit en passant, … au retourtriomphal de larticle 1er et des articles suivants de la Déclaration universelledes droits humains de 1948.(*) Shumaniser : sortir de la mentalité junglière et pyramidaliste et accéder à lalogique du toi-et-moi horizontal, solidaire; universel et responsable pour vivre bienensemble sur notre planète commune, par éducation et volonté. Page 28 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao.Annexe I : Lettre ouverte au peuple et aux ami-e-s du peuple de Madagascar. Sept propositions concrètes pour renforcer lefficacité de la voie de sortie de crise par et pour le fokonolona. Nous soussignés, Francine Ranaivo et Joseph Raharijesy, simplescitoyens malgaches soucieux du devenir du Peuple et de la Nation malgacheset sans prétention à aucun poste électoral, adressons cette lettre ouverte aupeuple de Madagascar, à ceux et celles qui détiendront les hautesresponsabilités de lÉtat malgache, au FFKM (Conseil des Églises Chrétiennesde Madagascar) et à tous les amis et amies du peuple de Madagascar. Pendant plus dun siècle maintenant, le peuple de Madagascar a subi ladomination et le parasitisme permanents de puissants prédateurs* venus delextérieur. Mais il a toujours su et pu conserver ses forces dunité nationale, depacifisme conscient, dentraide entre Malgaches et dhospitalité à tout"étranger". Ceci, grâce surtout aux églises chrétiennes malgaches, enparticulier protestantes et catholique, puissances nationales devenues degrandes forces populaires à Madagascar. En conséquence, ce peuple mérite le retour, le respect et ledéveloppement de sa souveraineté nationale et citoyenne. Cette doublesouveraineté malgache simpose, à notre profonde conviction, commeun préalable incontournable pour éradiquer la pauvreté à Madagascaret pour que les Malgaches et lÉtat malgache puissent assumerpleinement toutes leurs responsabilités dans le maintien de lacapacité biogénique de notre planète Terre. Aujourdhui où la situation devient insurrectionnelle, le peuple doit prendrecourageusement mais pacifiquement le contrôle de la Nation malgache et neplus le lâcher. Comment ? Nous lui proposons lauto-réactivation immédiate dufokonolona, solution déjà avancée par dautres citoyens malgaches avantnous. Nous avons déjà développé trois des arguments de la pertinence dufokonolona*. Par la présente lettre, nous avançons sept propositions concrètespour garantir la réussite des fokonolona mivao. Mais quelle que soit la voie desortie de la crise actuelle, les sept propositions suivantes resteront toujoursvalables pour résoudre rapidement la misère populaire et le sous-développement. Page 29 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. 1. Nous proposons que les fokonolona se réactivent. Quils sérigent eninstances co-délibératives de base de lÉtat. Quils organisent la survie et lemieux vivre de la population locale sans oublier les orphelins mineurs et lesimpotents par handicap et/ou par lâge avancé. Et quils participent en mêmetemps à la mise en place dune Constitution par laquelle, en saidant de nospropositions, ils prendraient la maîtrise constante et définitive de toutes lesaffaires de la Nation. 2. Entre les fokonolona, nous proposons une structurationhorizontale. Nous proposons un système délibératif horizontal. Chaque fokonolonadécide et exécute ses décisions sur tous les problèmes locaux. Il émet desdécisions primaires en ce qui concerne les responsabilités nationales etinternationales. Les fokonolona dun Fivondronana élisent au suffrage universelun-e député-e de Fivondronana qui légifèrent en Assemblée nationale. Lesfokonolona ont le pouvoir de destituer leurs élu-e-s à tout moment, et disposentde linitiative de proposition de lois et de proposition et dorganisation deréférendum constitutionnel. Nous proposons un système exécutif composé dun gouvernementnational collégial élu par lAssemblée nationale et responsable devant elle. Legouvernement nomme et a le pouvoir de révoquer un exécutif collégial parFaritany, un exécutif collégial par Fivondronana , un exécutif collégial parFiraisana, et une représentation de lÉtat malgache pour les affairesinternationales et mondiales (ONU), qui défendrait en permanence la paix dansle monde, le désarmement général et la logique sociale du toi-ET-moi* solidaireet horizontal - et non celle du moi-OU-toi* concurrentiel et vertical - entre lesindividus, entre les peuples et les États. Nous proposons un système judiciaire indépendant du système délibératifet du système exécutif. Nous proposons que la justice soit dabord etessentiellement sociale et éducative, et ne devienne répressive quen toutdernier recours. Nous proposons une présidence collégiale et tournante de laRépublique malgache, composée chaque fois dun homme et dune femme,présidence qui tourne par trois ans sur les six provinces, élue au suffrageuniversel provincial. La collégiale présidentielle est le chef suprême de lasécurité publique, veille au respect de la Constitution, organise les cérémoniesnationales et représente lÉtat malgache dans les cérémonies internationaleset mondiales. 3. Les député-e-s ne seraient donc plus que des missionnaires desfokonolona : Ils coordonneraient les décisions primaires au niveau delAssemblée nationale, négocieraient celles incompatibles entre les fokonolonaintéressés, et légifèreraient conformément aux décisions primaires ainsicoordonnées. LAssemblée nationale nommerait le Gouvernement aprèsconsentement majoritaire des fokonolona. Elle ne pourrait destituer leGouvernement quaprès acceptation majoritaire des fokonolona qui auraient étésaisis dune proposition argumentée de destitution. Page 30 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. 4. Nous proposons que la santé, léducation, le logement et leravitaillement en denrées alimentaires, en eau potable et en énergiesrelèvent par la Constitution des responsabilités strictes de lÉtat malgache,donc du monopole de services publics et dentreprises publiques démocratiséset mis en péréquation*, co-gérés par les fokonolona. 5. Les fokonolona doivent avoir la maîtrise absolue et permanente dela finance : maîtrise de la monnaie malgache, des banques démission et dedépôts, du change, du crédit, des transferts de fonds à lintérieur du territoirenational et vers lextérieur du territoire, de lemploi des aides publiques venantdes pays offrant, de la co-gestion des biens communs de lhumanité.Parallèlement, se dotant dun service financier public national, les fokonolonadoivent favoriser les initiatives individuelles et collectives de formation initialeet continue, de créations demplois, de sécurité sociale* pour tous et toutes, desatisfaction des besoins populaires de première nécessité, dun pouvoirdachat populaire suffisant pour que chacun et chacune vive décemment. 6. LÉtat malgache doit garantir le pluralisme et lindépendancejournalistiques. 7. Nous proposons à lélite amie et collaboratrice du peuple*, quellesoit ou non malgache, de se mettre à la disposition des fokonolona. Nous proposons à chaque membre de cette élite - dont nous deux faisonspartie - la mise en priorité absolue des intérêts démocratiques, économiques etsociaux du peuple, donc le refus de toute corruption financière. Nous luiproposons la fierté de résister à la course aux gradins proposés par lesprédateurs extérieurs et intérieurs, et de respecter les choix électoraux desfokonolona. Nous lui proposons dapporter aux fokonolona, sans esprit deretour, ses idées, ses compétences, ses expertises, son savoir en matière denivellement par le haut des pouvoirs dachat populaires dans le monde, enmatière de larrêt du remboursement de la "dette" odieuse, en matière demonnaies, en matière de crédits pour la formation et la création demplois, enmatière de droits financiers de lÉtat malgache dans les richesses produites àMadagascar et dans les biens communs de lhumanité, en matière de mise enplace dune sécurité sociale* pour tous et toutes, etc. Les fokonolona ainsi mivao éradiqueraient la corruption des responsablespar le haut et par le bas, anéantiraient les trafics illicites et établiraient mieuxque quiconque la sécurité et la solidarité - le toi-ET-moi* horizontal et fraternel- dans et entre les fokontany. Page 31 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao. Par cette lettre ouverte, nous voulons démontrer la pertinence* etlopportunité actuelle de la rénovation du fokonolona. Nous soumettonsévidemment nos propositions au débat public pour apporter les améliorationsnécessaires. Mais nous avons la certitude que les Malgaches majeur-e-s* réuni-e-s dans ces assemblées souveraines de proximité et dansune pratique dintelligence collective* sont absolument aptes à sortirrapidement leur pays de la famine, de la pauvreté et du sous-développement. Ce nest pas une utopie car toutes les conditions sontaujourdhui réunies pour réaliser cette prise en charge pacifique et citoyennedes affaires malgaches par le peuple lui-même. Avec sa longue et grande expérience dinsoumission pacifique et pacifisteà loccupant prédateur (*), avec ses vertus bien trempées dunité nationale, depacifisme conscient et dhospitalité à toute épreuve, le peuple de Madagascardoit reprendre courageusement sa souveraineté par la rénovation dufokonolona. Cest le moment. La communauté internationale doit respecter cegrand peuple et laider à réussir son dessein national. Lettre ouverte publiée ce 27 février 2009, par Joseph Raharijesy et Francine Ranaivo, simples citoyens malgaches. (*) Ceux et celles qui désirent avoir plus de précisions sur ces notions peuvent les demander à joseph.raharijay@wanadoo.fr qui les donnera GRA-TUI-TE-MENT. Page 32 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao.Annexe II : Lettre ouverte n° 2au peuple et aux ami-e-s du peuple de Madagascar. Trois principes rénovateurs du Fokonolonapour quil devienne loutil efficace de lauto-secours et de lauto- développement du peuple malgache. Nous soussignés, Francine Ranaivo, Joseph Raharijesy, Brice Randrianasoloet Julien Rakotoarimanana et Précieux Massin Lebitasy, simples citoyens malgachessoucieux du devenir du Peuple et de la Nation malgaches et sans prétention à aucunposte électoral, adressons cette 2ème lettre ouverte au peuple de Madagascar, à tousles responsables des fokonolona, à lélite malgache, à ceux et celles qui détiennentou qui détiendront les hautes responsabilités de lÉtat malgache, au FFKM (Conseildes Églises Chrétiennes de Madagascar) et à tous les amis et amies du peuple deMadagascar. Madagascar est dans une situation insurrectionnelle : les gouvernants narriventplus à gouverner, et le peuple ne veut plus obéir aux gouvernants. La grandemajorité des Malgaches des villes et de la campagne ont perdu leur confiance enleurs "élus" et, pire, ils ne voient pas leur salut dans les élections prochaines. Nousappelons solennellement tous nos compatriotes à refuser catégoriquement toutetentative de guerre civile, à sopposer à toute démarche pour nous monter les unscontre les autres. Car heureusement, le peuple malgache dispose de deux grands atouts. Sonpremier atout se trouve dans sa triple culture profonde dunité nationale, defihavanana (concorde sociale) doublé de pacifisme volontariste et dhospitaliténaturelle. Son deuxième atout est lexistence dun outil démocratique de proximité : leFokonolona. Les différentes autorités malgaches depuis la colonisation jusquà présent nontpas aboli le Fokonolona. Mais elles lont instrumentalisé pour asseoir solidement leurdomination sur le peuple. Les 80% de la population sen trouvent dans un état dedétresse vitale permanente. Eh bien, le peuple peut et doit saisir tout de suite cetteinstitution où les citoyens et les citoyennes peuvent se réunir et décider ensemblelégalement. Il peut et doit la saisir pour résoudre dune façon collective, directe etpacifique tous ses problèmes, petits et grands, qui le mettent dans cet état humain etsocial désastreux. Pour y parvenir, le peuple réuni en Fokonolona peut sériger en acteur de sonpropre secours. Il peut et doit se donner trois principes fondateurs, trois conditionsnécessaires et suffisantes pour être efficaces : le fihavanana mivao, le rôlefacilitateur de lélite malgache, et la souveraineté des décisions des fokonolona(dinam-pokonolona). Page 33 sur 34
  • Le projet Fokonolona mivao.Principe fondateur n° : Le FIHAVANANA MIVAO. 1 Cette concorde sociale, chère aux Malgaches, doit se réinstaller dans chaquefokontany, par une auto-éducation en trois actions permanentes : chercherensemble, décider ensemble, progresser ensemble (miara-mitady, miara-manapaka, miara-mandroso), incluant dans cette triple action la clause essentielle dene jamais laisser personne de son fokontany oubliée sur le bord du chemin. Seuls les habitants de chaque fokontany connaissent leurs vrais problèmesvitaux au quotidien – et non des experts ou autres spécialistes, encore moins undictateur -. Et lexpérience a démontré quavec la méthode "métaplan", ils peuvent lesrésoudre ensemble tout de suite.Principe fondateur n° : Le rôle facilitateur de l élite malgache. 2 Tous les "Gasy nahita fianarana", avec ou sans diplôme, devront apporterune aide technique aux fokonolona, et non le dominer ni le détourner. Aide àlinformation préparatoire des réunions délibératives, aide à la réussite dudéroulement de ces réunions, aide à la réalisation technique des décisions prises. Enparticulier : - Aide à la démarche pour la suppression immédiate de la "dette"extérieure et des plans dajustement structurel y afférents, aide à la rénovation desservices publics et à leur extension dans les domaines où le service public estnécessaire. - Aide à la construction, à la réalisation et au suivi des projets décidés. -Aide à la maîtrise de la monnaie malgache (lariary), du crédit en monnaie malgache,du commerce extérieur et intérieur équitable et du change nécessaire. - Aide à laformation initiale et permanente des personnels nécessaires à lexploitationrationnelle et écologique des richesses naturelles du pays. - Aide à consommer enconnaissance des responsabilités sanitaires, sociales et écologiques nécessaires, dulocal au planétaire.Principe fondateur n° : La souveraineté du Fokonol ona. 3 Les fokonolona constituent les seuls outils efficaces pour que le peuple puissecasser tous les facteurs qui le paralysent. Ils peuvent prendre toute la responsabilitéde leurs actions. En conséquence, aucune autorité ne devra les superviser niopposer un veto à ses décisions (dina). Dans une lettre ouverte n° du 29 février 2009, nou s avons émis SEPT 1PROPOSITIONS CONCRÈTES pour la structuration de la nouvelle République desfokonolona mivao. Nous avons ouvert un site Internet www.fokonolona-mivao.org pour ceux etcelles qui désirent connaître tout le projet Fokonolona mivao : son fondement sur lesréalités malgaches actuelles, le trépied base du Fokonolona mivao, les DEUX VOIESPACIFIQUES ouvertes pour nous y amener, les QUATRE GRANDS PAS ÀFRANCHIR dans ces voies, et les ressources en femmes hommes et en moyens(Stratégie). En rénovant ainsi le fihavanana malagasy, avec laide sincère et active de sonélite et en imposant la souveraineté de ses décisions, chaque fokonolona deviendraà la fois un instrument efficace et irremplaçable pour lutter contre la pauvreté et unegrande école de la vie pour chaque citoyen et chaque citoyenne pour shumaniser.Car "On ne naît pas homme, on le devient" (Érasme). La présente lettre ouverte est publiée ce 13 octobre 2009 par Francine Ranaivo, Joseph Raharijesy, Brice Randrianasolo, Julien Rakotoarimanana et Massin Lebitasy. Page 34 sur 34