La violence contre les femmes et les filles : Faits et chiffres by Dites NON Tous Unis
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

La violence contre les femmes et les filles : Faits et chiffres by Dites NON Tous Unis

on

  • 1,051 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,051
Views on SlideShare
907
Embed Views
144

Actions

Likes
0
Downloads
4
Comments
0

2 Embeds 144

http://prettyzoely.wordpress.com 143
http://translate.googleusercontent.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    La violence contre les femmes et les filles : Faits et chiffres by Dites NON Tous Unis La violence contre les femmes et les filles : Faits et chiffres by Dites NON Tous Unis Document Transcript

    • Violence contre les femmes Faits et chiffresLa violence contre les femmes et les filles est un problème dont les proportions sont pandémiques.Sur la base des données de pays disponiblesi, jusqu‟à 70% des femmes subissent des violencesphysiques et sexuelles dus à des hommes au cours de leur existence – en majorité par des maris,des partenaires intimes ou quelqu‟un de connaissance. Chez les femmes âgées entre 15 et 44 ans,les actes de violence causent plus de décès et de handicaps que le cancer, le paludisme, lesaccidents de la circulation et les guerres combinées.ii Violation des droits de l‟homme peut-être laplus généralisée que nous connaissions aujourd‟hui, la violence contre les femmes dévaste des vies,fracture les communautés et met un frein au développement. Elle prend de nombreuses formes etsurvient un peu partout : violence domestique au foyer, abus sexuels des filles à l‟école, harcèlementsexuel au travail, viol par des maris ou des étrangers, dans les camps de réfugiés ou comme tactiquede guerre.Fémicide ─ tuer des femmes parce qu’elles sont des femmes  Aux Etats-Unis, un tiers des femmes assassinées chaque année sont tuées par des partenaires intimes.iii  En Afrique du sud, une femme est assassinée toutes les 6 heures par un partenaire intime.iv  En Inde, 22 femmes ont été tuées quotidiennement dans le cadre de meurtres liés à la dot en 2007.v  Au Guatemala, deux femmes sont assassinées en moyenne chaque jour.viTraite des êtres humains  Les femmes et les filles constituent 80% des quelque 800.000 personnes faisant l‟objet d‟un trafic annuellementvii, la majorité (79%) faisant l‟objet d‟une traite pour exploitation sexuelle.viiiPratiques néfastes  Environ 100 à 140 millions de filles et de femmes dans le monde ont subi des mutilations génitales féminines, plus de 3 millions de filles d‟Afrique étant chaque année exposées aux risques occasionnées par cette pratique.ix  Plus de 60 millions de filles dans le monde sont des mariées impubères âgées de moins de 18 ans, principalement en Asie du Sud (31,1 millions) et en Afrique sub-saharienne (14.1 millions).xViolence sexuelle contre les femmes et les filles  On estime que 150 millions de filles âgées de moins de 18 ans ont subi une forme quelconque de violence sexuelle pour la seule année 2002.xi  Jusqu‟à 1 femme sur 4 subit des violences physiques et/ou sexuelles pendant la grossessexii, ce qui augmente le risque de fausse couche, de mortinatalité et d‟avortementxiii. Jusqu‟à 53% des femmes physiquement abusées par leurs partenaires intimes reçoivent des coups de poing ou de pied dans l‟abdomen.xiv  A São Paulo, au Brésil, une femme est agressée toutes les 15 secondes.xv  En Equateur, les adolescentes signalant des violences sexuelles à l‟école ont identifié les professeurs comme auteur de ces violences dans 37% des cas.xvi
    • Le viol comme méthode de guerre  On estime que 250.000 à 500.000 femmes et filles ont été violées au cours du génocide rwandais de 1994.xvii  En République démocratique du Congo orientale, au moins 200.000 cas de violences sexuelles, impliquant principalement des femmes et des filles, ont fait l‟objet de rapports depuis 1996, bien que les chiffres réels soient considérés comme bien supérieurs.xviiiLe coût de la violence contre les femmes  La violence domestique coûte à elle seule environ 1,16 milliard de dollars E.U. au Canadaxix et 5,8 milliards de dollars E.U. aux Etats-Unis.xx En Australie, on estime que la violence contre les femmes et les enfants coûte 11,38 milliards de dollars E.U. par an.xxiHarcèlement sexuel  Entre 40% et 50% des femmes des pays de l‟Union européenne subissent des avances sexuelles et des contacts physiques non sollicités, ou autres formes de harcèlements sexuels sur leur lieu de travail.xxii  Aux Etats-Unis, 83% des filles âgées entre 12 et 16 ans ont subi une forme quelconque de harcèlement sexuel dans les écoles publiques.xxiiii García-Moreno, Claudia. et al. 2005. WHO Multi-Country Study on Women’s Health and Domestic Violence againstWomen. OMS, Genève: 46; Johnson, Holly, N. Ollus et S. Nevala. 2008. Violence Against Women: An InternationalPerspective (Enquête internationale sur la violence contre les femmes-IVAWS), Springer Science + Business Media, LL,New York: 39; Kishor, Sunita, et K. Johnson. 2004. Profiling Domestic Violence – A Multi-Country Study. (Enquêtesdémographiques et sanitaire-DHS) ORC Macro, Calverton, Maryland: 12; et autres enquêtes démographiques et sanitairesde divers pays disponibles.ii Organisation mondiale de la santé 1997iii Département américain de la Justice, Bureau des programmes de justice, Bureau des statistiques, 2007. Homicide trendsin the U.S-Intimate Homicides. [http://ojp.usdoj.gov/bjs/homicide/intimates.htm] (Disponible le 29 avril 2009).iv Sur la base de données de 1999. Mathews, Shanaaz, N. Abrahams, L. Martin, L. Vetten, L. van der Merwe, et R. Jewkes.2004. “Toutes les six heures, une femme est assassinée par son partenaire intime.” A National Study of Female Homicide inSouth Africa. Gender and Health Research Group, Medical Research Council, Tygerberg: 2.v National Crime Records Bureau. 2008. “Chapitre 5: Crime contre les femmes.” Crime in India 2007. Ministère de l‟Intérieur,New Delhi: 2. Pour une discussion sur les décès liés à la dot, voir Garcia-Moreno, Claudia. 2009. “Inégalité des sexes etdécès liés au feu en Inde.” The Lancet, Vol. 373 (9671).vi Sur la base des données de 1999. Mathews, Shanaaz, N. Abrahams, L. Martin, L. Vetten, L. van der Merwe, et R.Jewkes. 2004. “Toutes les six heures, une femme est assassinée par son partenaire intime.” A National Study of FemaleHomicide in South Africa. Gender and Health Research Group, Medical Research Council, Tygerberg: 2. Basé sur lesdonnées du Procurador de los Derechos Humanos, dans lesquelles 11% de 6.292 homicides (692) concernent desfemmes. Procurador de los Derechos Humanos. 2009. “Procurador de los Derechos Humanos Presente Informe Annual 2008.”Procurador de los Derechos Humanos, Guatemala.vii Ce chiffre n‟inclut pas les millions de personnes qui font l‟objet d‟un trafic au sein des frontières nationales et est basé surdes calculs de 2006. Voir Département d‟Etat américain. 2008. Trafficking in Persons Report June 2008. Bureau du Sous-Secrétaire à la démocratie et des affaires mondiales et Bureau des Affaires publiques, Washington, DC: 7.viii Sur la base des données 2006 de 61 pays. Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC). 2009.Rapport mondial sur le trafic de personnes. ONUDC, Vienne: 11.ix Organisation mondiale de la santé, „La mutilation génitale féminine‟, Fiche d’information No. 241 (Genève, OMS: mai2008). Consultable sur http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs241/en/ (18 mars 2009), référencé dans Feldman-Jacobs et Clifton, Female Genital Mutilation/Cutting: Data and Trends (Washington DC, Population Reference Bureau,2008: 1), UNICEF. Mutilation génitale féminine: Une exploration statistique (2005); FNUAP, page Internet “Egalité des sexes– Pratiques néfastes”: http://www.unfpa.org/gender/practices1.htm (Consulté le 18 mars 2009); et OMS. Eliminer lamutilation génitale féminine: une déclaration interinstitutions ONUSIDA, PNUD, CEANU, UNESCO, FNUAP, UNCHCR,UNHCR, UNICEF, UNIFEM, OMS. (Genève, OMS: 2008).
    • x Ces chiffres représentent les données pour 2006 issues des bases de données mondiales de l‟UNICEF sur l‟Enquête engrappes à indicateurs multiples, les enquêtes démographiques et sanitaires et autres enquêtes nationales, 1987–2006.UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l‟enfance). 2008. ChildInfo: Statistiques par région: protection de l’enfant. UNICEF,New York: [http://www.childinfo.org/marriage.html].xi Selon l‟Organisation mondiale de la santé, sur la base des estimations réalisées par Andrews, G., et al. 2004. “Abussexuels sur les enfants,” Chapitre 23 dans Ezzati, M., et al. 2004. Comparative Quantification of Health Risks: Global andRegional Burden of Disease Attributable to Selected Major Risk Factors. Vol. 2. OMS, Genève: 1851-1940 et données de laDivision de la population du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies pour la population âgéede moins de 18 ans. Voir OMS. 2006. Global Estimates of Health Consequences due to Violence against Children. Note desynthèse pour l‟Etude des Nations Unies sur la violence à l‟encontre des enfants. OMS, Genève, cité dans le Rapportd’expert indépendant sur l’Etude des Nations Unies sur la violence à l’encontre des enfants. Nations Unies, Genève: 10.xii Heise, Lori, M. Ellsberg et M. Gottemoeller. 1999. “Mettre fin à la violence contre les femmes.” Population Reports. SeriesL. No. 11. Programme d‟information démographique, Johns Hopkins University School of Public Health, Baltimore: 17 etGarcia-Moreno, Claudia et al. 2005: 66.xiii Sur la base des résultats de 20 sites sur 21 inclus dans deux enquêtes de pointe sur la violence contre les femmes.García-Moreno, Claudia, et. al. 2005: 64; et Kishor, Sunita and K. Johnson. 2004: 86.xiv Sur la base des statistiques démographiques de 14 sites. García-Moreno, Claudia, et. al. 2005: 66.xv Sur la base de l‟étude nationale menée par la Perseu Abramo Foundation in 2001. Conseil économique et social. 2008.Implementation Of The International Covenant On Economic, Social And Cultural Rights. E/C.12/BRA/2. Nations Unies,New York: 32. Cité dans Centro de Intercambio y Servicios Cono Sur Argentina (CISCSA). 2005. Tools for the Promotion ofSafe Cities from the Gender Perspective. Córdoba: 12.xvi Sur la base d‟un échantillon de 600 étudiants et étudiantes âgés de 14 à 17 ans issus d‟écoles publiques et privéesurbaines et rurales. Cordero Velásquez, Tatiana et Vargas, Gloria Maria. “Moi aussi… Harcèlement et abus sexuels dansles écoles équatoriennes.” CONAMU, Atelier sur la communication des femmes, Quito: 34-35, cité dans Plan. 2008. LearnWithout Fear: The Global Campaign to End Violence in Schools. Plan, Woking: 23.xvii Rapporteur spécial de la Commission des droits de l‟homme des Nations Unies. 1996. Rapport sur la situation des droitsde l’homme au Rwanda (E/CN.4/1996/68). Nations Unies, New York: 7.xviii UNICEF République démocratique du Congo, cité dans Conseil de sécurité. 2009. Rapport du Secrétaire généralconformément à la résolution 1820 du Conseil de sécurité, S/2009/362. Nations Unies. New York: 5.xix Ces chiffres incluent les dépenses médicales, dentaires et sociales directes, les coûts de prévention et les pertes deproductivité indirectes, sur la base des estimations annuelles de 1993. Montant calculé en dollars E.U. à partir de 1,5milliard de dollars canadiens sur la base du taux de change de 1,2901 des Comptes nationaux de la base de donnéesstatistiques des Nations Unies pour 1993. Day, Tanis. 1995. The Health Related Costs of Violence Against Women: The Tipof the Iceberg. Commandé par le Canadian Advisory Council on the Status of Women, The Centre for Research on ViolenceAgainst Women and Children, University of Western Ontario: 18 cité dans Day, et. al. 2005. The Economic Costs ofViolence Against Women: An Evaluation of the Literature (Exposé d‟expert en préparation de l‟Enquête approfondie duSecrétaire général sur toutes les formes de violence contre les femmes). The University of Western Ontario, Ontario: 61.xx Ce chiffre comprend les coûts sanitaires directs et les pertes de productivité indirectes découlant de la violence d‟unpartenaire intime sur la base des estimations annuelles de 1995. National Center for Injury Prevention and Control. 2003.Costs of Intimate Partner Violence Against Women in the United States. Centers for Disease Control and Prevention AtlantaBA: 2, cité dans Assemblée générale. 2006: 137.xxi Données calculées pour la violence d‟un partenaire intime et d‟une personne n‟étant pas un partenaire, sur la base destaux de prévalence estimés pour 2007-2008 et comprenant les coûts individuels et publics direct et indirects liés auxdépenses de souffrance, sanitaires, juridiques et d‟emploi, entre autres. Le chiffre a été calculé en dollars E.U. à partir de13,6 milliards de dollars australiens (taux de 2007-2008) sur la base du taux de change de 1.1951 des comptes nationauxdes bases de données statistiques des Nations Unies pour 2007. The National Council to Reduce Violence against Womenand their Children. 2009. The Cost of Violence against Women and their Children. Commonwealth of Australia, Canberra: 4.xxii Directorate-General for Employment, Industrial Relations and Social Affairs. 1998. Sexual harassment at the workplace inthe European Union. Commission européenne, Bruxelles: iii, cité dans Assemblée générale. 2006. Etude approfondie surtoutes les formes de violence contre les femmes : Rapport du Secrétaire général, 2006. A/61/122/Add.1. Nations Unies,New York: 42.xxiii Sur la base d‟une étude représentative au niveau national menée chez les étudiantes et les étudiants de niveau 8 à 11.American Association of University Women. 2001. Hostile Hallways: Bullying, Teasing, and Sexual Harassment in School.AAUW, Washington D.C.: 4, cité dans Assemblée générale. 2006: 42.