Lettonie bts esf_carnet_de_bord_2013

  • 547 views
Uploaded on

Revivez le voyage solidaire des BTS ESF Promo 2011 - 2013 en Lettonie ! Le carnet de bord du voyage enfin disponible !

Revivez le voyage solidaire des BTS ESF Promo 2011 - 2013 en Lettonie ! Le carnet de bord du voyage enfin disponible !

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
  • Quel plaisir de repenser à tous ces supers moment ! Quelle expérience ! Profitez bien de cette opportunité les prochaines promos, car vraiment, ce sont des moments uniques !
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
547
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
1
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. TERMINALE BTS ESF Les ESF au Fil de la Lettonie … Carnet de bord ESF au fil de l’action 2013 INEOPOLE FORMATION – 823, AV DE LA FEDARIE – 81600 0 BRENS
  • 2. Sommaire Présentation du groupe 1 Carnet de bord personnel de - Clémence Marion Jessica Karen Amandine Emmeline Samantha Fabienne Laetitia Wendeline Mélanie Manon Magali, formatrice Stéphanie, formatrice 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 Les actions menées - A la maison de retraite Au lycée d’Etat de Madonas Au centre social A la bibliothèque 16 26 33 43 1
  • 3. Présentation du groupe Nous sommes un groupe de 12 apprenantes, futures Techniciennes en Economie Sociale Familiale. Dans le cadre de nos études en Brevet de Technicien Supérieur, nous avons mené une action à l’étranger, en Lettonie, afin de développer de nouvelles compétences en lien avec l’interculturalité. Nous retraçons, dans ce carnet de bord, nos expériences personnelles, en groupes, nos actions et nos ressentis. Ce voyage est le fruit de notre travail, nous l’avons préparé pendant deux ans. Nous l’avons vu évoluer, grandir, et vivre. Bonne lecture ! Nous avons développé de nouvelles compétences, savoirêtre et savoir faire, en lien avec notre référentiel de compétences professionnelles, grâce à la préparation de ce voyage et lorsque nous l’avons vécu :  Elaboration d’un budget ; constitution de dossiers de financement  Gestion du budget du projet et des actions  Réalisation de l’étude technique de la bibliothèque municipale  Planification et coordination des activités  Elaboration d’une communication adaptée  Développement d’actions partenariales  Analyse des besoins du public letton  Conception et conduite d’actions d’information dans le domaine de la santé et de la prévention  Conception d’animation dans les domaines de l’alimentation  Conception d’animation dans les domaines de la santé  Evaluation des actions 1
  • 4. La vie quotidienne : J’ai pu passer quelques Découverte culturelle : Durant mon séjour, j’ai nuits au sein d’une famille lettone. J’étais donc en totale immersion et malgré la barrière de la langue, j’ai pu communiquer en anglais et par la gestuelle… J’ai pu également apprendre quelques mots lettons ! La famille d’accueil a souhaité me faire découvrir quelques traditions lettones comme les bains lettons et également, l’alimentation. pu découvrir l’alimentation lettone mais également, leur mode de vie. En effet, leur rythme est très différent du rythme français. Très étonnant de voir les magasins fermés à 17h et les rues vides ! Mais cela est du au fait que la nuit tombe très vite. En ce qui concerne le climat, les températures furent « clémentes » : entre -5 et -10° ! Nous avons eu quelques épisodes neigeux ce qui a rendu le paysage letton magnifique et reposant. De Riga à Madona, nous avons pu visiter des châteaux, des institutions, des villages. Ces visites ont rythmé notre séjour qui fut pleins de découvertes ! J’ai pu découvrir la Lettonie au travers de différents regards : lycéens, personnes âgées, instituteurs… ce qui m’a permis d’avoir une vue d’ensemble : histoire, démographie, religion... Les lettons sont très accueillants et très discrets. Je retiendrais de cet échange, deux adjectifs qui qualifient bien, je pense, les lettons : serviables et généreux. En effet, c’est un peuple qui a le cœur sur la main. Immersion professionnelle : Durant mon intervention au sein de la maison de retraite de Madona, j’ai pu découvrir son fonctionnement. A ma grande surprise, il n’est pas si différent de celui de la France. Malgré tout, j’ai pu constater que l’esprit, de manière générale, était très familier. Les relations entre l’équipe soignante et les résidents sont basées sur l’entraide, semblable à celle entre les membres d’une famille : de plus, la structure étant petite, les résidents sont bien connus par l’équipe. Nous avons pu échanger sur nos pratiques professionnelles par la démonstration, par exemple, d’un atelier « Gym douce » mais également par l’animation d’un atelier manuel pour la création d’un semainier. De plus, ne connaissant pas le public « personnes âgées », j’ai pu le découvrir et lever toutes réticences. Professionnellement, cet échange fut enrichissant et m’a permis de me remettre en question à mon retour en France. Autres : Nous avons pu participer à un bal pour la « St valentin » organisé par le lycée de Madona. Il faut savoir que les parents sont très stricts et que les jeunes sortent très peu. De plus, nous avons assisté à la remise des anneaux pendant laquelle chaque classe présente son spectacle de fin d’année. Ce spectacle permet aux jeunes de valoriser leur savoir-faire (musique, danse, théâtre…). En effet, le rythme scolaire leur permet d’accéder à de nombreuses activités culturelles et sportives. Ces dernières sont coûteuses et sont donc signes de prestige. 2
  • 5. La vie quotidienne : Après un vol et les « au revoir aux familles », nous avons atterri à Riga. L’accueil fut très chaleureux. Nous nous sommes ensuite réparties au sein des familles. Dès le lendemain nous avons commencé nos ateliers, avec une première rencontre du personnel ainsi qu’une première visite des locaux. L’après midi, nous avons eu l’honneur de rencontrer Monsieur le Maire. Le samedi, nous avons pu visiter le village d’enfant et rencontrer des enfants présents dans ce village, nous avons donc pu comprendre le fonctionnement d’une telle structure (chose intéressante pour notre culture professionnelle). Les émotions étaient au rendez-vous. Le dimanche était consacré aux rîtes religieux d’une grande majorité des habitants de Madonna. Lundi 18 février, nous avons pu visiter différents établissements (écoles, maison de retraite), nous avons donc pu nous faire une idée sur les modes de vie des personnes. Bien sur nous avons tout de même trouvé le temps de réaliser avec les étudiants les activités que nous avions projetées de réaliser. Le dernier jour étant vite arrivé, nous avons finalisé nos actions, puis nous avons pu inaugurer avec tous les partenaires Letton, le coin Français qui avait été créé dans la bibliothèque. Une projection de notre semaine à pu être visible. Enfin nous sommes retournées à Riga. Nous avons pu visiter cette grande ville remplie d’histoire. La visite étant guidée par Viesturs. Les adieux furent difficiles et émouvants. Découverte culturelle : Nous avons fait Immersion professionnelle : Cet échange énormément de visites, de structures sociales, d’écoles, de monuments. La Lettonie est un pays intéressant de part son vécu, son histoire, les monuments en sont la preuve. Au-delà des monuments nous avons pu partager, des moments avec les étudiants de la ville de Madona, nous avons pu remarquer des différences de modes de vie et des différences de qualités de vie. Ces moments pour moi étaient importants car c’est grâce à cette immersion que nous avons pu réellement être présentes et actives tout le long de ce voyage. m’a permis d’évoluer dans mon identité professionnelle. En effet j’ai pu échanger avec des personnes de cultures différentes, durant l’atelier « initiation au français » que nous avons mené. J’ai également pu travailler en équipe, pour l’aménagement d’un coin français dans la bibliothèque, nous avons également fait preuve d’originalité et d’adaptation. Cette expérience m’a également permis de créer un réseau de partenaires. Mon seul regret quant à mon immersion professionnelle c’est de ne pas avoir pu travailler avec une multitude de public. Il est vrai que j’aurais aimé approfondir mes compétences en faisant des actions avec les personnes âgées, des personnes en situation de précarité ou encore des étudiants lettons. Autres : Pour conclure, je peux résumer ce voyage avec différents mots : chaleureux, émotion, découverte, froid, équipe, repas… Le moment que j’ai le plus apprécié sont la présentation de la France aux étudiants Lettons, le premier jour. Le moment qui m’a le moins plus, c’est lorsque nous sommes allées voir les enfants du village d’enfants. En effet ce fut un moment difficile pour moi, dans le sens ou nous n’avions pas le temps de proposer une activité avec les enfants. Je garde malgré tout de très bon souvenir de cet échange interculturel, autant sur un point de vue 3 professionnel que personnel.
  • 6. La vie quotidienne : Dès notre arrivée en Lettonie, et notamment à Riga, Viesturs et Jean Amblard, nous attendaient accompagnés d’une étudiante allemande pour aller jusqu’au bus. Le bus fut le moyen de transport le plus sollicité durant notre immersion en Lettonie. En Lettonie, même en cas de neige importante sur les routes, les transports fonctionnent. La conduite Lettone est très sportive. Par ailleurs, durant l’hiver, les pneus neige, un équipement contre le givre et la glace, ainsi qu’une pelle sont obligatoires. Les soupes apparaissent souvent sur les menus. Les plats sont majoritairement constitués de viandes. La nourriture Lettone est relativement riche en matières grasses. Le pain noir de seigle est populaire. Le matin, au moment du petit-déjeuner, les Lettons boivent du lait, du café ou du thé et mangent des sandwichs, des crudités. Par ailleurs, les œufs et les préparations à base d’œuf sont très populaires au petit-déjeuner. Des repas toujours préparés avec une attention et l’envie de faire découvrir les produits locaux. La vie dans une famille Lettone nous a permis de nous familiariser avec un environnement jusqu’alors inconnu. J’ai suivi avec curiosité leurs modes de vie et de consommation. J’ai pu constater que les appareils tel que la télévision, tiennent une place importante. La Lettonie dispose d’un habitat varié : des immeubles collectifs sans oublier les maisons. Être accueillis dans une famille Lettone m’as permis de découvrir une culture nouvelle, pratiquer et perfectionner mes notions d’anglais et vivre une réelle expérience humaine. Une expérience enrichissante d’un point de vue personnel, en développant mes capacités d’adaptation dans le nouvel environnement et culturel. Découverte culturelle : Différentes visites culturelles ont rythmées notre séjour en Lettonie. Des visites, principalement guidées par Viesturs, Professeur de Français au Lycée d’Etat de Madona et des étudiants qui apprenaient le français. Les visites de structures telles que : la maison de retraite, la bibliothèque, le centre social ; m’ont permises d’appréhender la réalité professionnelle, sociale et culturelle du pays. Des visites enrichissantes, qui m’ont par ailleurs, amenée à porter plusieurs réflexions sur le fonctionnement institutionnel Letton et Français. Immersion professionnelle : Atelier culinaire dans un Centre Social J’ai participé à l’animation d’un atelier cuisine au sein d’un Centre Social. Après de nombreux échanges avec le personnel et la présentation de la structure, nous avons quelques peu modifié les objectifs visés par l’atelier culinaire. En effet, le personnel était désireux de découvrir les recettes traditionnelles de notre région ; de plus, les missions principales de la structure sont différentes d’un centre social Français (aucun atelier cuisine n’est proposé aux usagers et la cuisine était étroite). Durant deux matinées, nous avons réalisés avec quelques salariées deux recettes typiques de notre Région : le Cassoulet et la soupe à l’ail. Un atelier culinaire participatif dans une ambiance détendue et conviviale. 4
  • 7. La vie quotidienne : Habitat logement La maison était composée d’une chambre dans la pièce principale, des équipements sanitaires. Le système de chauffage autre que le notre : ils chauffent avec le bois qui chauffe l’eau qui est distribuée dans un réseau d’eau chaude sanitaire Alimentation : les plats étaient très riches, beaucoup étaient en sauce avec des pommes de terre. Le rythme était différent du notre avec des repas à 8h, 12h, 17h puis 21 heures. Les journées étaient très intenses, nous avions peu de temps pour nous retrouver. J’ai pu cohabiter avec une jeune Lettonne, ce qui m’a permis de m’imprégner de leur mode de vie ! Découverte culturelle : On a pu voir que les Lettons étaient croyants et que la religion pour eux était importante. Pour la scolarité une tradition de fin d’année est réalisée sur le thème d’un spectacle de fin d’année suivie d’un bal type « Américain ». Les Lettons sont des personnes très serviables, ils donnent beaucoup de leur personne et sont très généreux. Immersion professionnelle: J’ai participé à la création d’un projet interculturel, qui nous a permis d’utiliser nos ressources pour créer un partenariat. Cela a aussi renforcé mes savoir être et savoir faire pour collaborer avec une équipe, notamment se répartir les différentes tâches. Une telle expérience nous oblige à faire preuve d’adaptation quand il y a des imprévus. Autres : C’est une expérience très enrichissante qui m’a permis de découvrir un autre univers, une autre culture, et a permis de souder le groupe et d’apprendre à mieux se connaitre. Ce projet nous a permis d’enrichir notre vocabulaire en anglais et découvrir la langue lettonne. Ce projet restera une expérience enrichissante. 5
  • 8. La vie quotidienne : 1 semaine de vie en Lettonie très intense entre visites guidées, ateliers à la maison de retraite, repas (très rapprochés et très copieux !) Pas le temps de se poser mais beaucoup de découverte ! Chaque minute à prendre ! Pas une minute à perdre… Moments agréables le soir lors du retour au beau chalet de montagne, devant la cheminée, à faire fondre de l’eau pour boire, à boire des tisanes et à papoter… Moments où nos pieds gelés et mouillés pouvaient se réchauffer et se reposer! Découverte culturelle : Après m’être posé beaucoup de questions sur la culture, les habitudes de vie des habitants, c’est avec surprise que j’aie découvert la culture du pays ; des gens très accueillants, une gastronomie agréable et de beaux paysages enneigés. J’ai été surprise du contraste entre la ville de Madona en campagne et la capitale Riga très européanisée. C’est également un pays contrasté dans le mode de vie. Les lettons nous ont fait découvrir le fonctionnement de leurs institutions : écoles, bibliothèques...et également des monuments tel que le Château de Cesvaine, lequel les Lettons étaient fières de nous faire visiter même si l’intérieur était totalement délabré mais avec une très belle architecture extérieure. Immersion professionnelle : Pensant arriver dans un « mouroir » comme on peut le dire chez nous, j’ai découvert une maison de retraite très familiale, des professionnelles dévouées et des personnes âgées heureuses. Peu de résidents pour des professionnels compétents qui semblaient prendre le temps pour chaque personne. Similaire à notre fonctionnement en terme d’hygiène, d’aide au repas, de prise en charge… la maison de retraite développe beaucoup d’activités avec les Résidents (sorties, gymnastique douce, repas conviviaux….) J’ai été interloqué par la simplicité de la prise en charge pour certaines activités et par certains moyens qu’ils ont à leurs dispositions, à côté d’une sonde gastrique très rustique, j’ai trouvé des équipements sportifs très modernes. 6
  • 9. La vie quotidienne : Les ESF parées, rendez-vous à l’aéroport de Toulouse à 4h30 (du matin, oui oui !!), départ à 6h30 pour un petit passage par Francfort, et nous voilà arrivées à Riga. Jean Amblard (Contact français) nous attendait avec Viesturs (Prof de français Letton) et Magdaléna (Jeune fille Allemande). Premier repas Letton, premier contact avec nos correspondants sur place, découverte de beaux paysages, la fatigue nous a aussi gagné durant le trajet. Après presque 12h de voyage, nous sommes arrivées à Madona, Dès notre arrivée, nous avons appris que le groupe serait divisé, certaines dans les familles, d’autres dans un gîte. J’ai été accueilli dans une famille Lettonne qui vivait à Madona. Les soirées ont été partagées avec deux étudiantes De belles rencontres ont eu lieu avec les 2 étudiantes qui nous ont accueillies, toutes nos soirées partagées entre rire et larmes. De beaux souvenirs gardés en mémoire. Découverte de la culture Lettonne, par les heures de repas, la gastronomie, les activités pratiquées, les relations sociales, la vie quotidienne, les traditions… Immersion professionnelle : Dès le lendemain de notre arrivée, nous somme allées à la bibliothèque de Madona qui nous a été présentée. En petit groupe (Karen, Marion, et moi-même) nous avons fait une présentation de la France et de la région Midi Pyrénées en vidéo et en musique. La présentation s’est faite en commun avec des étudiantes lettonnes qui ont lu en français, et nous en letton et Anglais pour être comprises de tous. Sachant que leur niveau d’Anglais est très bon. Un premier temps d’interaction s’est alors créé (rire, sourire…). Il a ensuite amené un échange de questions de la part des étudiants Letton, de la directrice du lycée, de la bibliothèque, du centre social et quelques familles d’accueil. Compréhension du fonctionnement de différentes entités : des bibliothèques, de maison de retraite du système scolaire Letton par les différentes visites. Temps d’échange avec les professionnels de la bibliothèque de Madona en Anglais. Proposition du projet puis mise en place d’un espace français dans la bibliothèque au sein de l’espace jeunesse. Nous avons récolté environ 60kg de livres pour adultes et enfants en français. Aménagement de cet espace (affiches, décoration, coussins…). Mise en place d’un atelier français au sein de la bibliothèque en ayant un livret à traduire et un jeu de mime. Mise en place de technique d’animation et de formation ainsi que de technique de design de communication. C’était une très belle expérience d’un point de vue professionnel comme personnel, enrichissante à tout point de vue. Découverte culturelle : Découverte du spectacle de fin d’année d’une classe de 12e (ce qui correspond à la Terminale en France), chants, danses, théâtre… Visite de Cesvaine, son école principale (fermée pour la sécurité, trop de neige sur le toit), son château (visite guidée, histoire du château, traduction par Viesturs, chanter partager, fabrication de bougie…) Potier traditionnel de Madona. Participation à une soirée de Saint Valentin. Et pour clôturer une belle visite de Riga. 7
  • 10. La vie quotidienne : Immersion professionnelle : Le fait d’avoir pu passer quelques nuits dans une famille lettone a transformé ce voyage en une véritable aventure culturelle ! Avoir la chance de pouvoir vivre comme les Lettons durant quelques nuits restera à jamais dans ma mémoire ! L’appartement, la télévision en letton, les petits déjeuners, les routes verglacées, la voiture allemande, leur talent artistique et les « cup of tea » à la betterave ont marqué mon séjour, mais aussi ma vie ! « Paldiès » à eux pour tout… A travers ces quelques jours en mission dans maison de retraite de Madona, j’ai pu découvrir les types de public institutionnalisés en Lettonie. J’ai aussi pu découvrir une autre manière d’organiser la vie quotidienne dans un établissement médico-social, et ainsi, comparer et analyser les pratiques que nous avons, en France et en Lettonie. Le travail d’équipe est primordial dans nos métiers de carrières sociales et il était intéressant de noter les différences dans l’approche de la vie d’équipe et du rapport à la hiérarchie. Découverte culturelle : L’accueil, extrêmement chaleureux, m’a permis d’oublier le grand froid et les 3 mètres de neige afin de profiter pleinement de cette expérience unique : Cuisine, langue, paysage, manière de vivre… Avec du poulet et des poissons panés accompagnés de pommes de terres, des vins très sucrés et clairs, du Cranberry et des soupes à chaque repas, la cuisine lettone m’a parfois surprise, mais surtout m’a fait oublié la sensation de faim ! Les paysages blancs immaculés et magnifiques, l’immersion chez Lauma, une étudiante lettone, les « bains » nordiques, les visites culturelles, les discussions cahin caha en anglais à propos du soviétisme, du chômage et de l’euro m’ont permis de mieux appréhender le pays, d’essayer de le comprendre leurs coutumes, leur économie, leurs politiques sociales, et d’être plus à l’écoute et plus ouverte sur le monde qui m’entoure. Nous avons aussi pu, grâce à Viesturs, le professeur de français du lycée de Madona, découvrir et visiter des bibliothèques, des écoles et des maison de retraite, afin de comprendre l’histoire du pays, ses infra structures et son fonctionnement institutionnel actuel. 8
  • 11. La vie quotidienne : En partant en Lettonie, je me suis donnée l’objectif personnel de réaliser une approche de la vie quotidienne lettonne. J’ai pû alors constater les difficultés d’accès à l’emploi, appréhender le niveau de vie, le mode d’éducation scolaire avec notamment l’apprentissage de plusieurs langues dés le plus jeune âge, le système de protection sociale letton. De même j’ai été étonné par la place des loisirs qui régissent leur vie quotidienne et plus particulièrement le sport et la musique. Immersion professionnelle: Communication, prévention, discussions autour de l’alimentation et des conduites à risques (tabac, l’alcool et cannabis) avec des groupes classes d’adolescents ne parlant pas la même langue et dont on ne connait que très peu de caractéristiques : rien de mieux pour une technicienne ESF que de parfaire ses compétences en développant des actions de prévention à l’étranger. Découverte culturelle : La Lettonie a subi de fortes influences politiques puisqu’elle a été occupée par l'union soviétique de 1940 à 1991. En visitant des villes ou des institutions comme des maisons de retraites, en échangeant avec les Lettons et notamment à propos de leur culture ou encore de leur vie quotidienne, on perçoit quelques contours culturels de la Lettonie. Contours que je n’observais jusqu’à présent que dans les livres d’histoires et qui méritent d’être partagés. 9
  • 12. La vie quotidienne : Le pays rencontre des similitudes avec le nôtre, notamment des périodes de crises qui creusent des écarts de niveau de vie. J’ai été accueillie dans une famille lettone ou j’ai pu appréhender le quotidien de celle-ci. Cependant la barrière de la langue et l’éloignement de la ville de Madona m’a conduit à rejoindre l’auberge ou d’autres rencontres ont été possibles. Des biélorusses étaient présents pour disputer les championnats de courses d’orientation en ski de fond organisés par la ville de Madona. Dans l’Habitat Les systèmes de chauffe-eau sont souvent associés à la combustion du bois, et utilisé pour le bain. Pour le chauffage central le bois est aussi l’énergie la plus utilisée. Les dépenses sont souvent limitées au strict minimum, les Lettons ne sont pas sur un système de sûr consommation. Découverte culturelle : les lycéens lettons sont pour la plupart bilingues les langues les plus pratiquées : Letton, Français, Anglais, Allemand. La culture est très présente dans les apprentissages : les arts, la musique, beaucoup de jeunes lettons jouent d’un instrument. Le sport est également très représenté, à Madona, championnat de course d’orientation en ski de fond qui met en compétition plusieurs pays du Nord. L’architecture Lettone garde des traces de l’ancien régime (communautaire russe), cependant, nous avons eu l’occasion de visiter de nouvelles structures (établissements scolaires) qui montre une ouverture sur la mondialisation. Pour ce qui est des visites, Viesturs nous avez concocté un programme bien chargé qui nous a permis de mieux comprendre ce Pays. Autres : les Lettons sont très accueillants et chaleureux. Mais le pays est très froid en hiver !!! Une journée type d’un étudiant letton : 9h : école 12h : diner 15h : sortie école, Après-midi culturelle, sportive 17h30 : repas du soir Immersion professionnelle : Pour préparer notre immersion, afin de pouvoir communiquer avec nos correspondants professionnels Lettons du centre social, nous avons réalisé des outils spécifiques : un livret de recette. En amont, nous avons réalisé des recherches et communiqué avec nos correspondants de façon à connaître au mieux le public, les lieux et matériel à notre disposition. Un travail en partenariat avec les différentes structures lettones a été réalisé. Cependant la langue a été pour nous un frein important. En amont nous avons aussi réalisé des dossiers de demande de subventions auprès de partenaires financiers. L’accueil chaleureux organisé par les professionnels du centre nous a permis notre bonne immersion. 10
  • 13. La vie quotidienne : Ce séjour à été l’occasion de découvrir un autre mode de vie. En effet en étant dans une famille d’accueil cela permet d’être immergé dans la culture du pays et de découvrir comment ils vivent au quotidien. Cela à été un séjour riche en expérience et en découverte. Découverte culturelle : Ce séjour m’a permis de découvrir un autre fonctionnement qu’en France notamment au niveau de la scolarité ou une place importante est donné à la culture : musique, art, danse, sport, langue étrangère. Au niveau de l’architecture malgré la présence de bâtiments de l’aire communiste, il y a de nouveaux bâtiments qui ont été construis, très moderne qui montre une ouverture sur l’extérieur Immersion professionnelle : Durant le séjour j’ai eu l’occasion de développer des compétences propre au technicien en Economie Sociale Familiale parmi lesquelles -élaborer et gérer un budget -élaborer une communication à destination de différents publics -évaluer les actions mise en place Autres : Les Lettons ont été très accueillants, autant au centre social que dans les familles. Cela à été une expérience enrichissante au niveau professionnel mais aussi au niveau personnel. J’ai pu rencontrer des personnes qui m’ont touchées et je reste en contact avec certaines. 11
  • 14. La vie quotidienne : Découverte culturelle : Une expérience de deux nuits dans une famille : beaucoup de discutions autour de la France et de ma région d’origine (le Gers) qu’ils connaissaient ; le père faisait de la peinture et malgré la vétusté de la maison, la pièce réservée à sa passion était immense et magnifique. Puis le reste du séjour dans une auberge : très beau chalet tout en bois ; et cohabitation avec des biélorusses très sympathiques qui étaient là pour la compétition de biathlon nationale. Les visites : nous avons visité beaucoup d’espaces religieux ; puis Riga la capitale, très touristique et totalement différente comparé à la petite ville où nous étions le reste de la semaine. De beaux paysages blancs ne neige… De plus, la Lettonie comme je me la suis imaginée selon ce que on nous avait décris et la véritable Lettonie sont totalement différentes. De belles rencontres et des souvenirs pleins la tête, c’est la quantité de neige qui m’a le plus impressionnée et leur façon de vivre avec (conduite sur la neige et le verglas, en voiture mais aussi en bus !!) ; bien différente de la France. UNE SUPER EXPERIENCE !!!! La nourriture : les repas étaient très copieux et beaucoup à base de soupe et de pomme de terre, ce qui était très adapté aux températures (-10 à 15°C toute la semaine et -25°C le dernier jour). Nous avons également visité un village d’enfant et fais la rencontre de quelques uns d’entre eux. Ils ont une culture très développée puisque tous savent faire au moins d’un instrument de musique et prennent toutes les fêtes au sérieux, nous y étions pour la Saint Valentin et les familles ont offert à tous un petit quelque-chose Immersion professionnelle : Nous avons fait des ateliers sur l’alimentation et sur le tabac, la drogue et l’alcool, au sein du lycée pour trois classes différentes. Le premier jour où nous devions vérifier nos outils de communication et être accueillis par la responsable ou des professeurs ; nous avons été mises dans une classe et avons dû nous débrouiller avec trois jeunes filles qui apprenaient la langue française. Cela fût très compliqué. Puis lors des deux autres ateliers que nous avons menés, Viesturs notre guide durant le séjour et traducteur pour l’occasion, nous a bien aidé et nous a permis de nous faire comprendre !! Nous avons fait découvrir aux élèves notre mode de vie et avons fait de la prévention sur le tabac la drogue et l’alcool. Nous avions également amené des éthylotests que nous leur avons distribués et des bonbons à la violette typique de notre région. Les ateliers n’ont pas été très enrichissants d’un point de vue culturel et échanges humains mais plutôt dans la conception d’outils car la barrière de la langue nous a mis en grande difficulté pour avoir des échanges avec les élèves, de plus nous n’avons pu rencontré la responsable et elle-même n’est pas venu voir notre travail, ce qui m’a un peu déçue. 12
  • 15. La vie quotidienne : Lors de notre arrivée à Madona, J’ai eu la chance d’être accueilli par une famille. Lorsque j’ai été présentée à la famille, j’ai pu constater qu’ils ne parlaient pas français, ni aucune des langues que je pouvais maîtriser, ils parlaient russe, letton ou anglais. Et là je me suis dit « comment on va faire pour communiquer ? ». Ma crainte par rapport à la communication est vite partie. Je suis tombée sur une famille formidable, ils ont fait beaucoup d’effort pour communiquer avec moi ! Chaque soir , je découvre de nouveaux divertissements et coutumes (course de voiture sur la neige, cérémonie avant la remise des diplôme, un bal pour la saint valentin, visite de leurs famille, découverte des lieux de travail des parents, remise des médailles, découverte du costume traditionnel et les tradition culinaire). C'est une famille qui a pris le temps de m'accueillir et de m’intégrer dans leur vie pendant une semaine. Découverte culturelle : Les visites : nous avons visité beaucoup de lieux et de monument. Nous avons aussi visité Riga qui est la capitale de la Lettonie. Madona et Riga sont de villes complètement différentes. Riga est très touristique. On a peut découvrir les paysages sous la neige, c'était magnifique. La nourriture : Les différents repas ont été faits par l'école maternelle de Madona. Les plats sont très copieux, composés essentiellement de soupe, de pomme de terre et de poisson ou viande fris Leur culture est très différente de la notre. Les enfants font généralement au moins un instrument de musique et beaucoup de sport. Ils prennent les fêtes très aux sérieux comme la saint valentin. Pour la saint valentin qui était le jour de notre arrivé, ils ont fait les « choses en grand », c'est à dire qu'ils ont organisé un bal, les établissements scolaires étaient décorés. Les élèves jouent le jeu, ce sont les garçons qui ont invité les filles. Tout le monde se prête à la tradition, ils s'offrent des cadeaux et même la famille m'a offert des cadeaux (des fleurs). Autres : J'ai passé une semaine inoubliable, la famille a été formidable avec moi, ils m'ont fait partagé beaucoup d'expériences et nous avons créé un lien, au jour d'aujourd'hui nous sommes toujours en contact. Cela a été mon premier séjour en immersion totale et j'ai aimé au point de vouloir renouveler cette expérience. J'ai pour projet d'y retourner ou d'inviter ma famille d'accueil. 13
  • 16. Immersion professionnelle : Nous avons fait des ateliers sur l’alimentation et sur le tabac, la drogue et l’alcool, au sein du lycée pour trois classes différentes. Le premier : nous devions vérifier nos outils de communication et être accueillis par la responsable ou des professeurs. Cela ne sait pas déroulé exactement comme nous avons pu l'imaginer. Nous avons été mises dans une classe et avons dû nous débrouiller avec trois jeunes filles qui apprenaient la langue française. Cela fût un peu plus compliqué que prévu, mais nous avons réussi. Puis lors des deux autres ateliers que nous avons mené, Viesturs notre guide durant le séjour et traducteur pour l’occasion, nous a bien aidé et nous a permis de mieux nous faire comprendre auprès des élèves et ainsi de pouvoir échanger davantage avec eux sur les différentes pratiques, loi et consommation entre les deux pays!! Nous avons fait découvrir aux élèves notre mode de vie et avons fait expliqué la prévention qui est faite en France concernent le tabac la drogue et l’alcool. Nous avions également amené des éthylotests que nous leur avons distribué et des bonbons à la violette typique de notre région. Les ateliers n’ont permis de mettre à disposition mon savoir que j'ai acquis lors de mon apprentissage au sein d'une structure de prévention de soins en alcoologie et addictologie. D’un point de vue culturel et les différents échanges humains cela m'a étais très enrichissent pour moi. Dans la conception d’outils la barrière de la langue nous a mis en difficulté pour avoir des échanges avec les élèves. Malgré la barrière de la langue nous avons su nous adapter. Ce fût une expérience inoubliable et enrichissante. 14
  • 17. La vie quotidienne : La Lettonie reste un pays européen et donc la vie quotidienne reste rythmée par des impératifs habituels : vie professionnelle/vie familiale/loisirs….Le voyage s’est fait en février et donc le climat était en conséquence en Europe de l’est à savoir neige (que je redoutais) et froid…Mais vu les prévisions que vous avions fait nous avons était épargnées seulement 20/30 cm de neige et -12°C. Découverte culturelle : Immersion professionnelle : Ce séjour nous a permis de nous immerger dans une culture lettone très peu connu, pour ma part. Un premier accueil agréable, mais très froid au niveau des contacts humains (comparée à notre culture méditerranéenne). De retour, je peux dire que la population reste très pudique (distance soviétique) sur les relations humaines en public et une fois que la relation de confiance est établi la relation en deviens plus chaleureuse. L’immersion professionnelle, s’est engagée dés la naissance du projet, en effet référente de cette promotion sur l’action professionnelle, nous avons souhaité avec mon binôme favoriser la destination et la recherche d’un consensus classe face aux réalités de terrain et financières. Ensuite, le soutien logistique mis en place demande des compétences en méthodologie de projet et de partenariats. Le fait de rencontrer des professeurs lettons a permis de découvrir d’autres rythmes scolaires et une ouverture culturelle énorme (danse, chant, sport….). Enfin, l’accompagnement du groupe fut intense en Lettonie, pour gérer la logistique en plus de la barrière de la langue (avec mon anglais très médiocre…) mais impliquant une nouvelle relation aux apprenants. Des personnes qui ont le cœur rempli d’espoir (fin la puissance soviétique et très ouvert culturellement. La culture est très féminine, 80 % des mots sont de genre féminin et la population est majoritairement féminine, de plus le rôle du chef de famille est souvent associé à la femme…. Autres : Une rencontre humaine indéfinissable, avec une personne au grand cœur, Viesturs qui a été mes yeux et ma bouche durant cette immersion. Une expérience riche en émotions (professionnelles mais aussi humaines) qui me laisse en tête un excellent souvenir. 15
  • 18. La vie quotidienne : Originaire de l’ile de la Réunion, ce voyage en Lettonie s’est avéré être un véritable choc culturel. J’ai eu l’occasion de séjourner dans la maison d’hôte du père noël : Un chalet en bois perdu dans une boule de neige. J’ai à contre cœur abandonner mes tongs et chaussé pour la première fois des bottes. Moi, prête à affronter les contrées neigeuses de cette belle blanche ! La nourriture était pleine de curiosité : Couleur, saveur, etc. Ce séjour restera une parenthèse extraordinaire de ma vie ordinaire. Découverte culturelle : Immersion professionnelle : Les contrées lettones regorgent de foret, de lac gelé, et de paysage majestueux. Une impression de mystère emplit l’atmosphère. Ce séjour m’a donné l’occasion de me questionner sur les différences culturelles entre la France et la Lettonie : Pratiques éducatives ; L’importance donnée à l’épanouissement personnel (Danse, musique, etc.) ; La bienveillance des lettons et leurs envies de nous faire partager toutes leurs merveilles ; l’évolution de l’architecture ; Les vestiges de l’URSS ; etc. Ce voyage m’a offert une première opportunité d’accompagner un groupe d’apprenantes dans le cadre d’un projet interculturel. J’ai pu faire appel à quelques notions d’anglais : Surprise ! Lorsqu’on le pratique, compréhension et vocabulaire reviennent assez naturellement. Par ailleurs, j’ai su collaborer avec des partenaires autour d’un projet, et mobiliser toutes les compétences associées. Mon objectif pour la prochaine fois : Au-delà de la communication, de la partie méthodologique, être plus efficace sur la logistique, forte de cette première expérience. Autres : En synthèse je retiens : des lettons chaleureux et accueillants ; un pays plein de richesses culturelles ; une mosaïque d’émotion (de l’excitation et de la peur ; des joies et des pleurs ; des moments de grande tendresse et des remises en question ; des déceptions peut être mais aussi pleins de belles surprises). Mais cette multitude d’émotion est également à mon sens ce qui fait la richesse d’un tel périple ; c’est ce qui fait qu’il sera formateur pour tous ; c’est ce qui fait qu’ensemble nous avons vécu une aventure extraordinaire. Pour ma part…je n’en garde aujourd’hui que le meilleur. 16
  • 19. 17
  • 20. Introduction Labdien ! Bienvenue à la maison de retraite de Madonas ! Nous avons échangé des E-mails avec la Directrice, Mme MADERNIECE, bien en amont de notre arrivée sur le sol Letton. Ces échanges nous ont permis de dessiner les contours de notre aventure auprès des personnes âgées de ce pays blanc. Nous avons pu discuter - du fonctionnement de la structure (professionnels, rythme…) du public accueilli (dépendance, besoins…) des activités proposées (animation, sorties, gym douce…) Ces informations en poche, nous avons réfléchis aux pratiques des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes en France, afin d’échanger sur nos méthodes. Nous avons choisi d’accès notre travail sur la gymnastique douce et au moins un atelier manuel. Afin d’être opérationnelles dès notre arrivée, nous avons élaboré nos activités et outils avant le départ. Ainsi, cet investissement en amont nous a permis de : - acheter des produits régionaux afin de partager gustativement avec eux, et créer du lien par la dégustation élaborer un power point afin de nous présenter aux résidants Lettons regrouper différents produits cosmétiques afin de leur offrir une trousse de manucure préparer un livret de gymnastique douce, traduit et imagé afin de lever la barrière de la langue commander sur internet du matériel de gymnastique douce spécialisé afin de leur en faire cadeau 18
  • 21. Présentation et dégustations : Après une visite guidée de la maison de retraite et la rencontre avec les résidants et l’équipe pluridisciplinaire, nous nous sommes présentées à l’aide du power point imagé afin de faciliter la compréhension de tous. Nous avons ensuite préparé une dégustation des produits du terroir que nous avions amenés (gâteaux bretons, foie gras, confit de figue et d’oignons, pain d’épice et bonbons à la violette). Les résidants et le personnel ont beaucoup apprécié de gouter les mets, particulièrement le foie gras ! Tous ont beaucoup rigolé pendant ce moment partagé ! Dès cette première séance, nous avons observé la difficulté de la barrière de la langue : Personne à la maison de retraite ne parlait ni Français, ni Anglais, ni Allemand. Seul le Russe et le Letton leur étaient connus : Nous avons donc usé et abusé du langage para verbale. - - La rencontre autour de l’alimentation a permis que chacun s’exprime grâce à l’attitude. Cela nous a aussi permis de tisser un lien avec les résidants de manière très rapide et efficace. Le power point nous a permis de nous présenter sans parler 19
  • 22. Manucure et soin des mains : Après l’effort … le réconfort ! Très pratiqué en France dans les EHPAD, nous avons proposé un temps de manucure, soin des mains. Pour ce faire, nous avions préparé à leur intention une trousse de manucure composée de vernis, de dissolvant, de crème et d’huile de massage, un kit de manucure ainsi que des cotons colorés. Bien plus qu’une activité occupationnelle, la manucure permet de travailler l’estime de soi et surtout un rapprochement entre les usagers et les animateurs de la séance. Une dame en portait déjà, mais la plupart n’en avait jamais mis. Une dame a même pleuré d’émotion. 20
  • 23. Animation d’un atelier « Gym douce » franco-lettone : Nous avons eu la chance de pouvoir échanger autour de la gymnastique douce, avec Lolita, l’animatrice référente de la gymnastique douce. Dans un premier temps, Lolita nous a fait une démonstration d’une séance type de gymnastique douce. Elle nous a montré les exercices qu’elle proposait munie de son matériel. Nous avons été très surprises des moyens qu’elle avait et des techniques qu’elle utilisait. Très dynamique, elle a de suite enflammée l’assemblée. Le matériel dont elle disposait était bien supérieur à ce que l’on peut trouver dans certaines EHPAD en France. Nous avons participé à la séance, au même titre que les résidants. Nous avons appris de nouvelles techniques, en étant en complète immersion. Les techniques d’animation de Lolita nous ont permis de découvrir de nouveaux savoirs faire pour notre vie professionnelle à venir. 21
  • 24. Suite à cette démonstration, nous avons proposé la séance que nous avions préparée ainsi que le livret. Foulards colorés, balles, musique, ballon sensoriel étaient de la partie ! Au vu de la disposition dans la salle des résidants, pour une meilleure dynamique et pour être à la hauteur de leur attente, nous avons réajusté au dernier moment notre séance, et avons décidé de la mener à trois. L’animation a duré entre trente et quarante minutes. La séance s’est décomposée en plusieurs parties : - Echauffement Travail haut du corps Travail bas du corps Etirement Relaxation Chacune de nous a su trouver sa place dans l’animation. D’un point de vue professionnel cet exercice a été enrichissant ; certaines ont mis en pratique pour la première fois cet atelier et d’autres ont renforcées leurs pratiques. A la fin de la séance, nous avons offert les livrets de gym douce ainsi que le matériels. 22
  • 25. Animation d’un atelier manuel : création d’un semainier Très commun dans les établissements d’accueils en France, le semainier, est souvent accroché dans la pièce commune. Il permet d’affirmer les marqueurs spatio temporels en signalant les animations à venir, les anniversaires, la date, les saisons…. C’est donc armées d’une planche de bois et d’accessoires de décorations que nous avons proposé aux résidents de réaliser leur semainier. Découpage, collage, peinture, scrapbooking, dans les rires et la bonne humeur, ont permis de le confectionner de manière efficace et avec la participation de tous. Nous avons été très étonnées de la dextérité et de la patience dont ils faisaient preuve. Celles-ci attestaient de leur habitude à participer à des ateliers manuels. D’ailleurs en guise de souvenir, nous avons reçu de leur part des bouteilles recouvertes de papiers. 23
  • 26. Nos ressentis Cette expérience a été très enrichissante professionnellement et humaine. Lors de notre arrivée, nous avons été très surprises de l’accueil qui nous a été réservé. Nous étions attendues dans le bureau de la directrice autour d’un cup of tea à la betterave et de chocolats. Nous nous sommes de suite imprégnées de l’ambiance très soviétique. Ensuite nous avons été embarquées par Lolita et la directrice pour visiter les locaux et rencontrer tous les résidants. Nous nous sommes senties comme emportées dans un tourbillon mêlant euphorie et appréhension. Nous avons rencontré des résidants très grabataires et dépendants, nous en avons même parfois été gênées car nous avions l’impression de nous introduire dans leurs intimité. Néanmoins nous avons compris par la suite que cela été normale et que la proximité faisait partie de leur fonctionnement. Le personnel est très tactile et très proche des personnes âgées. L’ambiance très familiale encourage probablement cette pratique. Les présentations faites, nous avons été conduites au bureau qui allait être le notre pendant ces 2 jours d’immersion où un nouveau goûter nous attendait. Comme par tout ailleurs dans le pays la sensation de faim se fait oublier. Outre les actions dont nous avons déjà parlé, nous avons participé à la vie quotidienne de la maison de retraite, en particulier le repas du midi. Très rapidement, nous nous sommes retrouvés séparées dans des chambres afin d’aider à la prise du repas et tout aussi rapidement Lolita est venue nous chercher pour que nous allions manger, sans avoir fini d’aider au repas. Durant les 2 jours nous nous sommes senties comme dans un tourbillon, sans que nos pieds touchent terre. Le temps est passé très vite et nous aurions aimé quelques heures de plus même si émotionnellement ce fut un gros investissement. Celui-ci s’est d’ailleurs traduit par les pleurs communs à notre départ. Nous avons partagé des moments uniques ; chanson, danse et bonne humeur. Ces instants resteront à jamais graver dans notre mémoire d’humain et de professionnelles. Paldies à tous pour nous avoir permis de vivre une telle expérience. Samantha, Clémence, Amandine. 24
  • 27. Quelques photos : 25
  • 28. 26
  • 29. 27
  • 30. Introduction : La commande venant de Lettonie demandait à notre groupe : « D’animer des discussions avec des étudiants Lettons, au sujet de la santé, de l’éducation etc. ; et la possibilité de travailler avec eux la langue française ». Ces interventions concerneront les étudiants Lettons scolarisés au lycée de Madona. Préparation de l’intervention : Nous avons, avant notre départ pour la Lettonie, préparé nos interventions. Pour avoir de plus amples informations concernant l’âge et le nombre d’étudiants présents, nous avons envoyé un mail joint à la directrice du lycée, à notre correspondant français et notre correspondant en Lettonie. Malgré nos relances, ce mail est resté sans réponse. Nous avons donc dû nous adapter et improviser, en choisissant de préparer deux interventions :   l’une sur le thème de l’alimentation l’autre sur les addictions (tabac, alcool et drogue). Nos outils étaient des diaporamas avec beaucoup d’images et peu de textes ; ainsi que des affiches, concernant les deux thématiques abordées. Nous avons également acheté des éthylotests, et des produits alimentaires de nos régions ; notamment des bonbons à la violette et du nougat pour les distribuer à la fin de nos interventions. Première intervention : Nous n’avions pas prévu d’avoir une intervention dés notre arrivée. Nous devions rencontrer la responsable afin de faire valider notre travail et organiser les derniers détails pour les prochaines interventions (vérification du texte et de sa traduction par exemple). Néanmoins, nous avons été mises en situation devant une classe sans trop d’explication. Nous nous sommes donc adaptées en essayant de créer un dialogue, en présentant le diaporama sur l’alimentation et en faisant un jeu de traduction de mots français/letton. 28
  • 31. Deuxième et troisième intervention : Nous avons fait remonter nos difficultés de communication et nous avons pu réajuster notre intervention. De ce fait, Viesturs, professeur de français en Lettonie, a pu se détacher pour être présent et nous aider à communiquer. Cela nous a donc permis de réaliser notre intervention plus efficacement. Nous avons également lors de ces ateliers distribués les éthylotests aux élèves. Puis nous leur avons fait gouter des bonbons à la violette et le nougat. Nous avons fini l’intervention par le questionnaire d’évaluation. Evaluation : Thème de l’alimentation (17 élèves) Compréhension des outils 94 % 6% Le thème abordé 82% 12% Outils utilisés 76% 24% Compréhension du sujet 88% 12% Adaptation des outils 94% 6% Dynamique de groupe 76% 24% Satisfaction générale 94% 6% Interventions des animatrices 94% 6% 29
  • 32. 3 « merci » : paldies !! 3 jeunes on essayé d’écrire en français leur prénom et nous ont mis un petit mot pour nous remercier . Thème des addictions : (23 élèves) Compréhension des outils 83% 22% Le thème abordé 83% 17% Outils utilisés 70% 30% Compréhension du sujet 91% 9% Adaptation des outils 57% 43% Dynamique de groupe 61% 39% Satisfaction générale 91% 9% Interventions des animatrices 65% 30% 4% 30
  • 33. Compétences mise en œuvre :       Réalisation d’outils professionnels Promotion de la santé par des actions concernant l’alimentation Gestion d’un projet Conception, organisation et mise en œuvre d’actions collectives à visée éducative Production de documents professionnels et techniques Animation et suivi du travail d’équipe  Adaptation d’outils professionnels à un public définit. Nos ressentis : De très bons souvenirs malgré un début un peu difficile (à cause de la barrière de la langue). Les jeunes ont beaucoup participés et semblaient vraiment intéressés. Accueil chaleureux. Belle leçon de vie de part leur relations sociales lettones. La découverte d’une ouverture d’esprit face à la culture : les loisirs vraiment favorisés, la maitrise d’un instrument de musique ou d’un sport. Le moment le plus drôle fû lorsque nous avons essayé de gonfler un éthylotest et que celuici a fait des siennes, devant toute la classe, un grand moment de solitude mais beaucoup de rires !! 31
  • 34. Quelques photos : 32
  • 35. 33
  • 36. Introduction Suite à l’invitation du lycée d’Etat de Madona, le projet « ESF Au Fil de la Lettonie » a vu le jour. Cet établissement scolaire nous a proposé diverses immersions professionnelles au sein de différentes structures sur la période du 14 au 21 février 2013. Nous avons décidées de faire plusieurs groupes de travail afin de mieux répondre à l’invitation. Concernant la demande émanant du centre social, Laetitia, Wendeline et Jessica avons répondu présentes. En tant que Techniciennes en Économie Sociale Familiale nous réalisons de nombreuses interventions collectives sur le terrain; nos attitudes professionnelles à adopter sont variées : une capacité à s’organiser et être méthodique dans le montage du projet et une capacité à prendre en compte les caractéristiques du public visé de l’animation. Par ailleurs, l’entente et la complémentarité de notre groupe feront la cohérence du projet. Des prises d’initiative en amont du déroulement de l’animation, mais aussi lors de l’activité seront des atouts essentiels dans la réussite des ateliers culinaires proposées au personnel du Centre social de Madona. Pour la réflexion de l’animation, l’organisation, et le déroulement de celle-ci, nous étions trois Techniciennes en Économie Sociale Familiale, nous avons travaillé en équipe durant une vingtaine d’heures sur la semaine antérieure au projet. 34
  • 37. Les missions de la structure  Répondre aux politiques locales de la ville  Accompagner socialement, administrativement et financièrement de la population de Madonas et de 14 villes voisines. Les différents services Le bureau d’accueil : oriente les usagers au sein de la structure, apporte une aide financière et/ou matérielle. Un service pour chaque public Le salon de coiffure Le service d’aide à domicile : offre un service de portage des repas, et un service d’aide à l’entretien du logement. Les bureaux de différents partenaires : associations (croix rouge, …), psychologue, pédagogue … Le Service de distribution de repas pour un public défavorisé (soupe populaire) La salle informatique La Chapelle : la directrice du centre lit la messe Le service orphelinat (accueil de 30 enfants dans un rayon de 40km de Madonas) : organisation famille d’accueil et de l’adoption. Le Service d’hébergement d’urgence : accueille en période hivernale (de novembre à avril) des personnes sans domicile fixe Capacité : 6 places 35
  • 38. Le public accueilli 65 personnes maximum au repas (soupe populaire) ce qui correspond à 1300 personnes par mois Personnes âgées, aide à domicile (20 pers.) Sans Domicile Fixe Sans emploi Personnes alcooliques Mineurs Personnes en situation de handicap Gens du voyage Familles Sortants de prison Les professionnels L’équipe se compose de 10 salariés : Directrice Sous directrice Assistantes sociales Agents administratifs et techniques Leurs missions : Accueillir des personnes défavorisées (soins de bien être, repas, …) Accompagner socialement, financièrement les personnes administrativement et Distribuer des colis alimentaires (produits du colis européen) Ventes diverses pour récolter des fonds pour la structure (organisation de concert+ vente de billets) Décorer les différentes pièces de la structure Travailler en partenariat (réunion de travail) 36
  • 39. Actions menées Vendredi 15 février Nous avons visité le centre social pour la première fois (avec une étudiante qui nous traduisait le Letton en Anglais). Nous avons été accueillies au centre social par la directrice pour une visite des lieux avec une présentation des différents services proposés par le centre social. Nous avons également pu visiter les locaux et plus particulièrement la cuisine où aura lieux nos activités futures. Ensuite nous nous sommes réunies autour d’une table avec différentes professionnelles du centre où le fonctionnement de la structure nous a été présentée Salle de restauration ou sont (organigramme, chiffres, territoire, …). accueilli les usagers Pour conclure cet après midi nous avons discutées de nos actions à venir, afin que nous puissions faire les derniers réajustements. Cet après midi nous a permis de rencontrer les professionnelles, connaitre le fonctionnement du centre social et nous adapter aux attentes et besoins de la structure (locaux, matériel disponible, déroulement, public, …). Par ailleurs, un nouveau planning prévisionnel à été rédigé. Des réajustements ont également eu lieu concernant le plan d’action (recettes, …) Cette première rencontre fût enrichissante d’un point de vue professionnel notamment et rassurante en vue des objectifs visés par nos actions. Après les réajustements effectués nous avons décidé de réaliser une recette par mâtinée. Lundi 19 février Premier jour d’activité. A notre arrivée nous avons été accueillies par les professionnelles avec lesquelles nous réaliserons l’activité. Nous leurs avons présentées le livret de recettes traditionnelles que nous avions préparé en amont en leur expliquant les recettes que nous allions effectuer durant ces deux jours. Nous avons ensuite rangé les différentes denrées alimentaires en leurs donnant celles qui ne seraient pas utilisées mais qui figures dans le livret de recettes afin qu’elles puissent les réaliser ultérieurement. 37
  • 40. Ce premier jour sera donc consacré à la soupe à l’ail recette typique du Tarn (Lautrec). Dégustation de produits Letton Nous leurs avons ensuite expliqué le déroulé de la recette. Nous les avons guidé dans la recette, afin qu’elles puissent se l’approprier. Nous avons fait une petite dégustation avec de la saucisse sèche, du vin blanc de Gaillac, du foie gras, elles nous ont également fait gouter des spécialisés locales. Puis nous avons dégusté la soupe à l’ail, au début il n’y avait que les salariées avec lesquelles nous avons cuisiné puis peu à peu les autres professionnelles du centre se sont jointes à nous. Ce fût un moment de partage entre nos deux pays et régions. Nous en avons profités pour leurs offrir les affiches de la région Midi-Pyrénées qu’elles se sont empressées d’afficher dans la cuisine. Ces affiches ont également été un support d’échange entre nos région, nous avons ainsi pu leur monter d’où été originaires les produits qu’elles avaient dégustées plus tôt. Une fois la cuisine rangée, elles nous ont invités à participer au service du repas aux usagers (soupe populaire). Nous avons ainsi pu rencontrer les usagers du centre social et échanger quelques mots de la vie quotidienne avec eux. Moment de la dégustation (une affiche Midi-Pyrénées est visible sur le réfrigérateur) La gastronomie Française à été très apprécié !! Un vrai régal pour les papilles Lettonnes Service du repas aux usagers composé de pain, jus de fruit et une soupe. Mardi 20 février En ce deuxieme et dernier jour d’activité lorsque nous sommes arrivées dans la cuisine qui sentait encore les embruns de la veille, nous avons été accueilliees par les professionnelles avec lesquelles nous allions cuisiner. Cette matinée était consacrée au gâteaux au chocolat mais les salariées nous ont fait la surprise de nous monter une recette locale qui est généralement réalisée pendant les fêtes. Préparation du plat Letton 38
  • 41. Nous avons donc commencé par le gateau au chocolat (afin qu’il puisse refroidir), puis nous avons réalisé avec l’aide des Lettones leur recette qui est à base de porc fumé et d’épôtre. Durant le temps de cuisson nous avons préparé l’aperitif découverte : pour le côté Français il était composé de roquefort, de vin rouge de Gaillac, de pruneau au lard et pour le côté Letton de beurre de chanvre, de lait fermenté, de petit gateaux, de cornichons marinés. Comme le premier jour les professionnelles nous ont rejoint pour déguster petit à petit. Table de dégustation Franco-Lettone Après la dégustation nous avons donné aux professionnelles les différents présents amenés de France. Les Lettones nous ont également donné quelques présents souvenir du temps passé avec elles. Nous sommes allée servir le repas (soupe populaire) aux usagers comme la veille, nous avons observé que les usagers venaient plus facilement vers nous. Il est arrivé le temps des aurevoirs, chargés en émotion !! Ces deux matinées d’action au centre social ont été riches en échanges et en émotions, malgrès la barrière de la langue nous avons pu échanger tant sur les pratiques professionnelles que sur nos modes de vies. 39
  • 42. Compétences mises en œuvre Afin de réaliser ce projet, le développement des ateliers culinaires en partenariat fût une nécessité. Nos motivations principales de travailler en partenariat sont variées. D’une part, nous disposons de moyens financiers limités ; nous souhaitions par conséquent réaliser une démarche de coopération en faisant appel à l’échelon régional notamment afin d’offrir au personnel du Centre Social des affiches sur les produits alimentaires et les paysages de notre région. Quelques échanges de mails ont eu lieu avec la Directrice du Centre Social, afin de connaître les attentes et besoins de la structure. Viesturs, professeur au Lycée d’Etat de Madona avait un rôle de traducteur. En effet, la barrière de la langue était bien présente ; sur place un jeu de devinettes et mimes s’est rapidement installé. Ce jeu a facilité nos échanges et a instauré une relation conviviale, appréciée par tous. L’amont du projet consistait à définir les attentes et besoins repérés par les professionnelles travaillant au Centre Social. Après avoir définis les objectifs de l’animation, le partage des missions de chacune d’entres nous fût nécessaire. Par ailleurs, nous nous sommes réparties les tâches organisationnelles, le travail de production de support écrit et visuel (tel que le livret de recettes traditionnelles). Nous avons été capables de travailler en équipe de façon dynamique et efficace. Planifier et coordonner des ateliers culinaires au sein d’une structure encore méconnue dans un pays de l’Est, nous a demandées une grande capacité d’anticipation (achat et transport de denrées alimentaires typiques de notre Région) et d’adaptation (public visé par l’animation restant peu défini à notre départ). Dès notre arrivée en Lettonie, nous sommes parties à la rencontre des professionnelles travaillant dans le Centre Social. Nous avons questionnées la Directrice de la structure sur le fonctionnement général, les missions et le personnel. Ces échanges nous ont permis de s’adapter aux professionnelles et aux moyens présents sur la structure (cuisine étroite disposant de peu d’ustensiles de cuisine par exemple). L’élaboration d’un budget prévisionnel pour nos ateliers culinaires fût nécessaire afin d’anticiper au mieux les dépenses et les ressources à sollicitées. De plus, l’animation de deux ateliers cuisine est aussi l’une des compétences sollicitées. La mise en place de ces animations a nécessité l’analyse des besoins des professionnelles, la visualisation du matériel mis à disposition. Nous avons par ailleurs, créé un livret de recettes traditionnelles imagé afin de faciliter la compréhension. L’évaluation des animations réalisées a eu lieu au travers d’une grille d’observation, ainsi qu’une grille d’auto-évaluation. 40
  • 43. Evaluation Nous avons étaient accueillis par la Directrice et l’ensemble du personnel du Centre Social. Un accueil plutôt ludique, dû à la barrière de la langue. Après de nombreux échanges avec le personnel et la présentation de la structure, nous avons quelques peut modifié les objectifs visés par l’atelier culinaire. En effet, le personnel était désireux de découvrir les recettes traditionnelles de notre région ; de plus, les missions principales de la structure sont différentes d’un centre social Français (aucun atelier cuisine n’est proposé aux usagers et la cuisine était étroite). Par ailleurs, le matériel, les ustensiles de cuisine mis à disposition étaient en nombre insuffisant pour proposer un atelier cuisine collectif. Durant deux matinées, nous avons réalisés avec quelques salariées deux recettes typiques de notre Région : la soupe à l’ail et le moelleux au chocolat. Un atelier culinaire participatif dans une ambiance détendue et conviviale. De plus, le personnel nous a permis un échange professionnel enrichissant en nous proposant de participer à une de leur mission, le service de « la soupe populaire » aux personnes les plus démunies de la ville. Ressentis Ce projet commun « ESF Au Fil de la Lettonie », fût une expérience riche. L’immersion professionnelle au sein d’une structure sociale nous a permis d’appréhender les réalités professionnelles d’un pays de l’Est. Une expérience enrichissante. EXPERIENCES PARTICIPATIF ECHANGE ENRICHISSANT BONNE HUMEUR EMOUVANT PARTAGE ACCUEILLANT CONVIVIAL 41
  • 44. Page photos Laetitia, Wendeline et Jessica Bienvenue au Centre Social à Madonas ! a Petit zoom sur les locaux Echangeons nos talents culinaires avec le personnel du Centre Social 42
  • 45. 43
  • 46. Introduction « Nous avons choisi de travailler sur le projet bibliothèque, car c’est une expérience inédite pour chacune de nous. En effet l’aménagement d’un espace de vie, est une compétence qui peut être difficilement mise en œuvre au sein de nos structures. Cette action était donc intéressante à réaliser… » 44
  • 47. Présentation de la France: En France nous avons pu préparer différents outils, à destination des partenaires Lettons. Ils avaient pour finalité de restituer le contexte de notre présence en Lettonie. Un power point ainsi qu’une vidéo ont pu être présentés à l’ensemble des participants. Les objectifs : L’objectif principal de cette intervention était : - Etablir un premier contact avec les partenaires Lettons Quant aux objectifs spécifiques, ils étaient de : - Faire une présentation de l’ensemble de la classe ainsi que de notre projet Partager le patrimoine culturel de notre pays Echanger sur nos différentes interventions lors du séjour Le contenu des outils : Les outils étaient adaptés au public car ils étaient traduit en trois langues : Anglais, Français et Lettons. Concernant la traduction Lettone les étudiants ont pu nous corriger. Pour la vidéo, elle était compréhensible de tous grâce aux différentes illustrations. Déroulement de l’action : Afin de favoriser l’échange, nous avons demandé à des étudiants de participer à la présentation. Un échange linguistique a donc pu être réalisé (les étudiants Lettons lisaient le texte en Français à l’inverse les français parlaient Lettons). Cet échange a pu créer un moment de convivialité. A la fin de la présentation, des questionnements ont émergé, notamment sur les modalités d’alternance ainsi que sur les différentes formations proposées dans notre établissement. Chaque groupe (maison de retraite, centre social, lycée et bibliothèque) a pu se présenter auprès des professionnels concernés par leurs actions. Par la suite, nous nous sommes renseignées sur les modes de vie des Lettons ainsi que sur leur rythme scolaire. Les compétences de technicienne en Economie Sociale Familiale développés : - Travail en équipe Adaptation au fonctionnement et aux moyens de la structure Prise en considération du public dans son environnement et dans sa culture Proposer des outils à dominance visuelle pour un public non-francophone 45
  • 48. Aménagement d’espaces Français: Suite à une commande institutionnelle l’action principale de notre séjour était fondée autour de l’aménagement d’un coin Français à la bibliothèque municipale Dans un premier temps, nous avons préparé cette action en collectant différents types de livres Français. Par la suite, nous avons acheté des décorations typiquement Françaises (carte de France, tour Effel…). Pour une meilleure organisation, nous avons répertorié les livres récoltés afin de faciliter notre arrivée en Lettonie. Nous avons fait appel à un partenaire qui a pris en charge les frais de transports des livres. Suite à notre arrivée en Lettonie, nous avons proposé le projet aux professionnels de la bibliothèque, qui a été validé. Un coin nous a été confié dans l’espace jeunesse. Au vue de l’espace qui nous était réservé, il était important de faire preuve d’imagination, d’organisation afin de répondre aux besoins et à la demande de la structure. Il était difficile d’utiliser et de transformer les étagères sur lesquelles les livres allaient être posés. Nous avons donc décidé d’utiliser du papier pour recouvrir l’étagère aux couleurs du drapeau Français. Cette technique a donc permis de ne pas abîmer le matériel qui était à notre disposition. Celui-ci pouvait donc être réutilisable. Avec l’aide d’une étudiante, nous avons pu finaliser la décoration prévue pour cet espace. Nous avons réceptionné les livres le jour de l’inauguration. Ils ont été triés selon les âges de lecture avec les professionnels de la structure. Les livres ont été répertoriés selon le classement « Dewey » par les professionnels. De plus, certains livres ont été redistribués à d’autres bibliothèques du secteur. Par la suite, les livres ont été exposés, ce qui a permis une inauguration de cet espace Français. En remerciement, nous avons aménagé la classe de Viesturs (professeur de Français) avec des livres d’apprentissage, ainsi qu’une décoration adaptée à l’apprentissage et à l’envie de découvrir la France (proverbe Français, carte de France, affiches de monuments). A travers cette action d’aménagement, les compétences et les tâches effectuées sont: - Organisation technique de la vie quotidienne dans un établissement o Aménagement de l’espace o Participation à la conception d’espace o Analyse du besoin et de la demande o Propositions de solutions, mise en œuvre et évaluation 46
  • 49. Atelier Franco-Lettons: Nombre 10 Public concerné Date : Jour/Mois/Année Horaires Date/horaire 18/02/2013 Caractéristique Professionnels de la bibliothèque Etudiants Lettons durée 2h00 Nom des animateurs 3 apprenties TESF Lieu Bibliothèque de Madonas (espace jeunesse) Objectifs généraux : Répondre à la demande des professionnels Apprentissage de notion de la langur Française Objectifs Outils utilisés Différentes phases (déroulement) Compétences ESF Objectifs spécifiques : Echange linguistique Favoriser le lien social Favoriser l’inter culturalité Prendre en compte les besoins du public et l’hétérogénéité du groupe Adapter les outils d’animations - Livret Franco-Letton - Carte « mimes » - Grille d’évaluation Matériel nécessaire Etapes Salle (prêté par la bibliothèque) - Préparation de chaque Tables outil, Chaises - Mise en place de la salle Tableau (adaptée à l’apprentissage, Feutres à l’échange et à la visibilité) Lettres aimantées - Accueil des participants Grille d’évaluation - Présentation du livret - Présentation de chacun à l’aide de livret - Traduction du livret - Présentation du jeu de mimes - Jeu de mime en français pour les Lettons - Jeu de mime en Letton pour les Français - Evaluation - Evaluer les besoin du public - Animer une séance d’apprentissage - Adapter les techniques d’animations aux réalités de terrain - Définir les objectifs - Travailler en équipe - Evaluer l’animation - Etre capable de se répartir les tâches organisationnelles - Constituer une documentation professionnelle 47
  • 50. Nos ressentis  Présentation de la France L’échange nous a permis de créer un premier lien avec nos correspondants Lettons. La participation des étudiantes Lettones nous a montré l’implication envers notre accueil et notre projet. Ils se sont mobilisés pour nous intégrer au mieux dans leur ville en impliquant les étudiants Lettons dans nos groupes de travail. Cela avait pour but de favoriser le lien et de diminuer les difficultés linguistiques.  Aménagements d’espaces Français Tout au long de ce projet, des liens ont été tissés avec les professionnels. L’anglais était la langue que nous utilisions quotidiennement, il en résulte une progression de notre part. Les retours perçus par les professionnels de la bibliothèque nous ont touchés dans le sens où notre joie et bonne humeur étaient appréciées de tous. Etant parties avec peu de moyens matériels le résultat final correspondait à nos attentes et à celles des professionnels. Concernant la salle de classe de Viesturs, l’effet de surprise a créée une émotion. Sa joie s’est manifestée par la visite « guidée » de sa classe, auprès des étudiants et des professeurs de l’établissement.  Atelier Franco Lettons Nous avons eu des difficultés en début d’animation pour créer une dynamique de groupe cependant nous avons pu faire preuve d’adaptation et enfin créer l’effet attendue. Nous avons opté pour le jeu de mimes ce qui a permis que chaques participants passent un moment agréable et convivial. Le point fort de cette séance est la participation active de chacun. Suite à cela, les rôles se sont inversés et nous nous sommes retrouvées en position d’apprenante. « Nous pouvons donc conclure en disant que ce voyage nous a permis de progresser sur notre éthique professionnelle. Nous en gardons de très bons souvenirs, c’était une très belle expérience… » 48
  • 51. Quelques photos : 49
  • 52. 50
  • 53. Merci à Inéopole Formation, au réseau des MFR, au Conseil général du Tarn, au Conseil Régional Midi-Pyrénées, à la Commission Solidarité d’Inéopole Formation, au Crédit Mutuel sans qui ce projet d’échange interculturel n’aurait jamais vu le jour. Merci à Magali BARTHAS et Stéphanie DELCLOS de nous avoir accompagnées dans cette aventure. Egalement, nous remercions chaleureusement Tarn & Dadou, Nature & Progrés, Elemen’Terre, Fimosaïque, la Web radio de M.BLOCHER et la mairie de Brens. Nous remercions également l’ensemble de nos formateurs de nous ont aidé d’une quelconque manière. Mais surtout, MERCI à Monsieur Jean Amblard, Monsieur Vietsurs RIKVEILIS, et les directeurs des structures pour leurs accueils chaleureux et aux étudiants Lettons. Au nom de l’association ESF au Fil de l’Action, nous remercions l’ensemble des acteurs qui ont permis à cette belle semaine de rencontre Européenne de voir le jour. 51