Le projet Plan4allInteropérabilité pour laplanification spatialeMauro Salvemini, Franco Vico, CorradoIannucci (redacteurs ...
2
Le projet Plan4allInteropérabilité pour la planification spatiale                       3
4
Le projet Plan4allInteropérabilité pour la planification spatiale Rédacteurs en chef Mauro Salvemini Franco Vico Corrado I...
Le projet Plan4allInteropérabilité pour la planification spatialeMauro Salvemini, Franco Vico, Corrado Iannucci (rédacteur...
SOMMAIRELe mot des rédacteurs en chef                                                                                9Préf...
8
Le mot des rédacteurs en chef                                    Corrado Iannucci, Mauro Salvemini, Franco Vico          I...
Le chapitre 8 traite de l’architecture en réseau qui supporte des solutions interopérables pour lesdonnées de planificatio...
Préface  11
12
Préface                                      Tomas Mildorf, University of West Bohemia        La proposition du projet de ...
14
L’IDG pour la e-planification        Zorica Nedović-Budić, PhD, Professeur, University College Dublin, School of Geography...
qui servent à signifier et à étiqueter des processus de planification et des phénomènes tels qu’ils sontcompris dans diffé...
Suite au projet “Towntology”, Laurini (2007) suggère une approche par laquelle les définitions initiales(sous-ontologies) ...
données et d’applications thématiques sont rares. Hopkins et al. (2005) fournissent un jeu de schémasconceptuels pour l’or...
besoins de membres participant et de prendre des dispositions complémentaires pour que les membres quine participent pas p...
passent en revue une large gamme de points de vue pour la mise en place de l’évaluation des IDG.Cependant, quelque soit le...
Avant propos             Bruce McCormack, European Umbrella Organisation for Geographic Information (EUROGI)        La pla...
Les éléments sous forme de faits sur les circonstances concrètes ne représentent pas l’uniqueapport à la prise de décision...
Quel défi représente l’interopérabilité pour la planification ?              Mauro Salvemini, Automated Mapping Facilities...
c’est ?” et “quels sont les composants des sols ?” ne sont pas traitées à cause du manque d’informationsinterprétatives fo...
soutenable pour les citoyens. Donc en principe, l’interopérabilité peut se retrouver soutenue par ceux quisouhaitent entre...
existantes sur les difficultés objectives qu’implique l’obtention d’une interopérabilité diffuse et largementacceptée.    ...
Chapitre 1 La planification spatiale et les TIC (Technologies de l’Information et de la                                   ...
Figure   1.1:   Modèle   simplifié   de   vagues    de   Kondratieff   (2009),   Source:   Rursus,   Wikipediahttp://en.wi...
Une transformation rapide déferle actuellement sur les grandes villes industriellement avancées.Les anciennes idées et hyp...
croissance dans l’industrie de loisirs, qui utilise la construction d’images et la création de réalités virtuelles(ex. ima...
savoir tacite et pour l’apprentissage de par des rencontres fortuites. On peut donc affirmer que la distanceest d’une impo...
• des outils “nomades” qui facilitent les modes de vie mobiles, tels que les téléphones               portables, le sans f...
Tableau 1.1: L’information à l’ère Urbaine, ISOCARP Congrès 2002, Source: Mitchell, 2002.1.4. La Planification Spatiale et...
pour cent de la population européenne habitent en zones urbaines de plus de 50 000 habitants. D’ici 2020,à peu près 80 pou...
interdisciplinaire et globale tendant à un développement équilibré des régions et à lorganisation physiquede lespace selon...
développement et les interventions politiques futures, que ceux-ci aient ou non un rapport avec la gestionde l’aménagement...
En ce qui concerne la mise en œuvre de la planification spatiale, l’aboutissement des objectifs deplanification régionale/...
pays en voie de développement. Ce développement aura une incidence sur les sociétés                dans leur ensemble et s...
opportunités d’utiliser les TIC pour permettre aux régions, aux grandes villes et aux zones rurales departiciper à de nouv...
La base économique changeante met de plus en plus souvent en évidence les tendances actuellesdans le développement spatial...
quelles actions doivent être entreprises pour promouvoir l’aboutissement du principe ainsi adopté. Lesgagnants seront ceux...
42
Chapitre 2                   L’interopérabilité, l’IDG et la planification spatiale                      Manfred Schrenk, ...
2.1.1. La Directive INSPIRE           La directive INSPIRE (INfrastructure for SPatial InfoRmation in Europe) a pour objec...
2.2.1. Un processus linéaire de planification bien défini        Selon Meise et Volwahsen (1980), on peut décrire la plani...
ce qui signifie qu’il intègre constamment de nouveaux éléments, y compris de nouvelles évolutions pendantle processus de p...
prennent souvent le rôle de consultant, ils guident et orientent le processus. Les acteurs se trouventhabituellement à des...
différentes façons dont les individus et les institutions, publics et privés, gèrent leurs affaires communes.C’est un proc...
Figure 2.2 : Des données vers l’information, la connaissance et la sagesse pour un meilleur processus de prisede décision....
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Plan4all Book in French language
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Plan4all Book in French language

5,751

Published on

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
5,751
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
7
Actions
Shares
0
Downloads
75
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Plan4all Book in French language

  1. 1. Le projet Plan4allInteropérabilité pour laplanification spatialeMauro Salvemini, Franco Vico, CorradoIannucci (redacteurs en chef)Vanessa C Stone, François Salgé (trad.) 1
  2. 2. 2
  3. 3. Le projet Plan4allInteropérabilité pour la planification spatiale 3
  4. 4. 4
  5. 5. Le projet Plan4allInteropérabilité pour la planification spatiale Rédacteurs en chef Mauro Salvemini Franco Vico Corrado Iannucci Traduction Vanessa C Stone François Salgé 5
  6. 6. Le projet Plan4allInteropérabilité pour la planification spatialeMauro Salvemini, Franco Vico, Corrado Iannucci (rédacteurs en chef)Vanessa C Stone, François Salgé (traducteurs)© 2011 by Plan4all Consortium – 2012 pour la traductionCe livre par le consortium Plan4all et les chapitres individuels sont sous licenceCreative Commons Attribution 3.0 Licence.ISBN 978-88-905183-2-4 (pour la version originale en anglais) 6
  7. 7. SOMMAIRELe mot des rédacteurs en chef 9Préface 11Chapitre 1 : La planification spatiale et les TIC (technologies de l’information et de la communication) Didier Vancutsem 27Chapitre 2 : L’interopérabilité, l’IDG (Infrastructure de données géographiques) et la planification spatiale Manfred Schrenk, Julia Neuschmid, Daniela Patti, Wolfgang Wasserburger 43Chapitre 3 : Le Projet Plan4all Tomáš Mildorf, Václav Čada, Otakar Čerba, Karel Janečka, Karel Jedlička, Jan Ježek, Radek Fiala 57Chapitre 4 : Systèmes de planification en Europe et IDG Manfred Schrenk, Julia Neuschmid, Wolfgang Wasserburger 67Chapitre 5 : Le rôle que jouent les métadonnées et les données géographiques dans la planification spatiale et les IDG Štěpán Kafka, Karel Charvát 83Chapitre 6 : Définitions des modèles de données Plan4all Flavio Camerata, Vincenzo Del Fatto, Monica Sebillo, Franco Vico 101Chapitre 7 : Une expérience collatérale : le Groupe de Travail Thématique (Thematic Working Group : TWG) sur l’Usage des Sols François Salgé 125Chapitre 8 : Le rôle des Architectures de Réseaux IDG dans la Planification Spatiale Stein Runar Bergheim 137Chapitre 9 : Les Projets Pilotes de Plan4all : l’harmonisation des données et l’interopérabilité Petr Horák, Martin Vlk, Šárka Horáková, Miloslav Dvořák, Lea Maňáková… 157Chapitre 10 : La planification spatiale et la Directive INSPIRE : le point de vue des acteurs de Plan4all Corrado Iannucci, Bino Marchesini 169Chapitre 11 : Quelques enseignements tirés de la coopération sur le projet Plan4all Mauro Salvemini, Corrado Iannucci, Franco Vico 187Présentation des partenaires 195A propos des auteurs 217Glossaire 227 7
  8. 8. 8
  9. 9. Le mot des rédacteurs en chef Corrado Iannucci, Mauro Salvemini, Franco Vico Il est rare qu’un projet financé par la Commission Européenne donne lieu à un livre faisant lasynthèse des résultats du projet et de ses accomplissements, et ce pour plusieurs raisons. Dans ce cas, alorsque les activités du projet étaient toujours en cours, Plan4all a réfléchi à ce sujet et a conclu qu’il était utilede préparer un tel livre, partant surtout du principe que les résultats accomplis en matièred’interopérabilité de la planification spatiale devraient être partagés avec les communautés élargies auniveau de l’Union Européenne comme au niveau international. Le projet Plan4all a pu produire des résultats techniques qui présenteront certainement un intérêtpour les urbanistes, les experts en IG et les informaticiens. En plus de ces résultats techniques, le projetPlan4all a encouragé activement l’échange d’idées et d’expériences entre ces communautésprofessionnelles, dont le besoin de dialogue plus approfondi s’est révélé lors des ateliers mis en place par leprojet. Pour être fructueux, ce dialogue nécessite un langage commun, qui traverse les frontières etcontraintes des ‘dialectes’ particuliers à chaque discipline. Le projet Plan4all avait pour objectif decontribuer à ce langage commun ; ce livre, qui se concentre davantage sur les approches que sur les détailstechniques, est aussi le fruit de cet effort. Les chapitres 1 et 2 définissent les contextes de la planification spatiale et des TIC et le besoind’interopérabilité des données de planification spatiale ; le concept essentiel de l’Infrastructure de DonnéesGéographiques est aussi introduit ; Le chapitre 3 donne une vue d’ensemble du projet Plan4all dans sa totalité, avec sa structure enmodules de travail ; Le chapitre 4 est une synthèse de la planification spatiale dans les états membres de l’UE, avec desproblématiques qui se ressemblent et des solutions qui différent, parfois même au sein d’un même pays ; Le chapitre 5 décrit les métadonnées et leurs catalogues en tant qu’outils pour le partaged’informations ; Les chapitres 6 et 7 traitent des modèles de données qui représentent le point de convergenceentre les informaticiens et les experts du domaine de la planification spatiale ; 9
  10. 10. Le chapitre 8 traite de l’architecture en réseau qui supporte des solutions interopérables pour lesdonnées de planification spatiale ; le chapitre 9 montre qu’il est possible de déployer de telles solutions interopérables ; le chapitre 10 synthétise les résultats et suggestions recueillis à travers des ateliers au niveau despays ; et le chapitre 11 présente quelques-uns des commentaires et suggestions contribués par lespartenaires du Consortium, tel qu’ils ont été postés sur le blog du projet. En fin douvrage se trouve une présentation des 24 partenaires qui ont coopéré au sein duConsortium Plan4all. Ils viennent de 15 pays différents, avec des compétences différentes et sont actifs dansdivers secteurs dont le domaine universitaire, l’administration publique, le secteur privé, des organismespaneuropéens et des organismes nationaux. La diversité des partenaires de Plan4all est un facteur de lacomplexité du projet tout en étant son point fort. On peut considérer cette liste comme un échantillon européen représentatif des entités conscientesdes problèmes et des solutions possibles pour l’interopérabilité et l’harmonisation des données liées audomaine de la planification spatiale. Cet échantillon peut aussi servir de référence pour toutes actionsfutures possibles dans ce domaine. Les rédacteurs en chef aimeraient tout d’abord remercier Krister Olson, qui en tant qu’Officier duProjet, a autorisé et soutenu l’idée spécifique de la production de ce livre, parmi les diverses publications duprojet. Tous les membres du consortium ont contribué à ce livre mais on doit une reconnaissanceparticulière aux auteurs des chapitres qui résument les travaux effectués pendant la durée du projet. Nousremercions aussi tout particulièrement Tomáš Mildorf, responsable du processus de réalisation du livre avecEUROGI, qui a géré les ressources nécessaires. Julia Leventon a été d’une grande aide de par sa révision patiente de l’anglais et Francesco Buscemia exprimé sa créativité dans le dessin de la couverture et dans sa supervision de l’impression. La publication de ce livre n’a été possible que grâce à l’effort conjugué de toutes les personnescitées. Les Rédacteurs en chef 10
  11. 11. Préface 11
  12. 12. 12
  13. 13. Préface Tomas Mildorf, University of West Bohemia La proposition du projet de Plan4all a été montée alors que je faisais mon stage au Joint ResearchCentre à Ispra. Après négociation avec la Commission, le projet a démarré en mai 2009. A cette époque,chacun avait sa propre vision des résultats futurs de Plan4all, celles-ci ont plus tard convergé vers unobjectif et une compréhension communs. 24 partenaires issus de 15 pays européens ont démontré lafaisabilité de l’harmonisation des données de planification spatiale, malgré la diversité de leurs langues,cultures et disciplines. Énormément de travail a été fait pour faire un très grand pas en avant versl’interopérabilité des données de planification spatiale. Je tiens à remercier tous les partenaires qui ontassumé la responsabilité de l’exécution du projet, tous les partenaires affiliés qui ont contribué avec leurexpertise, et tous les acteurs et parties prenantes qui nous ont fait part de leurs résultats et commentaires. La contribution de Plan4all n’est pas uniquement une solution pour les politiquesenvironnementales de la Commission Européenne ; il convient de le voir comme un cadre qui peut êtreexploité à tout niveau de gouvernement, par de nombreuses organisations dans les secteurs public et privéet dans les activités transfrontalières. Plan4all lance aussi un défi pour les activités de suivi et pour d’autresrecherches sur la planification spatiale et le partage des données. 13
  14. 14. 14
  15. 15. L’IDG pour la e-planification Zorica Nedović-Budić, PhD, Professeur, University College Dublin, School of Geography, Planning and Environmental Policy (Faculté de Géographie, Planification et Politique Environnementale) Les urbanistes furent parmi les premiers et les plus visibles des utilisateurs des technologies géo-spatiales à partir du moment où ces dernières sont devenues plus largement accessibles et moinsonéreuses au début des années 1980, et ce jusqu’à aujourd’hui (Masser and Craglia 1997, Warnecke et al.1998). Sur une période courte de moins de deux décennies, nous sommes passés de systèmesd’informations géographiques (SIG) autonomes à des infrastructures de données géographiques (IDG). Lesobjectifs à terme aussi bien de la mise en œuvre de SIG que des initiatives d’IDG – de promouvoir ledéveloppement économique et d’encourager la durabilité environnementale – sont tous étroitement liés àl’objectif général de la planification (Masser 2005). Cependant, avec toutes les dynamiques technologiquesqui ont modulé les façons dont les données spatiales sont récupérées, manipulées et partagées, un aspectqui est resté stable est la nature principalement générique des interfaces, fonctionnalités et cadres desupport. Le projet Plan4all traite la question essentielle de l’adaptation de la mise en œuvre de l’initiatived’IDG européenne – la Directive INSPIRE – aux besoins de la planification spatiale telle qu’elle est pratiquéeà travers l’Union Européenne (UE). Pour que les IDG soient compris et viables, on reconnait l’importance du contexte – substantif,culturel, socio-économique (Masser 2005, Nedović-Budić et al. 2011). La diversité des systèmes deplanification à travers les 29 pays représente une tache importante et difficile pour l’équipe Plan4all. En2006, la classification de familles de planification européennes qui s’appuyait sur le projet 2.3.2 del’Observatoire en réseau de l’aménagement du territoire européen et de la cohésion territoriale (ORATE)(ndlt : ORATE correpsond en l’anglais à EPSON – the European Observation Network for Territorial Development andCohesion), a identifié cinq groupes juridiques de systèmes de planification : britannique, allemand,scandinave, napoléonien et est-européen (Lalenis 2007). Plusieurs phénomènes déterminent la nature de laplanification en plus de cette typologie qui se fonde sur les systèmes légaux. Parmi ceux-ci, les traditions –compréhensive-intégrée, régional-économique, planification de l’usage des sols et urbanisme – ainsi que lessystèmes administratifs et la distribution du pouvoir et de l’autorité parmi les divers niveaux territoriaux. Cette complexité et cette diversité dans la planification entrainent nécessairement : a/ de la qualitéet de la quantité dans les données, les documents d’urbanisme et les définitions et terminologies associées 15
  16. 16. qui servent à signifier et à étiqueter des processus de planification et des phénomènes tels qu’ils sontcompris dans différents contextes culturels et socio-politiques ; b/ des fonctions de planification tellesqu’elles sont requises par les lois en matière d’urbanisme et par les circonstances locales et les analysespertinentes, les demandes et systèmes daide à la décision ; et c/ le réseau d’acteurs impliqués dans leprocessus de planification, avec la nature de leur participation, allant de producteurs et utilisateurs dedonnées à diverses parties prenantes. Respectivement, ces domaines correspondent aux trois grands axesdu projet Plan4all – la définition des métadonnées, le modèle de données et l’architecture des services enréseau.Les METADONNEES pour les données de planification Les participants dans le processus de planification utilisent de nombreux types d’information dontdes rapports analytiques formels et des mesures quantitatives, complétés par des interprétations,arguments et définitions associés aux questions et activités de la planification (Innes, 1998). Les processusde décision et d’élaboration de politiques de la planification dépendent d’informations localisées précises,d’une compréhension approfondie des questions et tendances sociétales globales et de considération d’unéventail d’intérêts des acteurs. Chez les organismes de planification, des actions importantes demoissonnage, de diffusion, d’interprétation, d’analyse et de présentation de données sont entreprises tousles jours. Les informations de planification sont souvent intégrées et ces processus demandent souventl’utilisation de données représentées à diverses échelles allant des grandes échelles (ex; 1:5000) aux petiteséchelles (ex. 1 :25000) avec des limites de territoires dérivées de processus institutionnels, administratifs ouanalytiques (ex. des territoires de compétence de l’autorité de planification, des arrondissements oucantons, des secteurs de recensement, des quartiers ou subdivisions, des zones d’analyse de la circulation,des pâtés de maisons, des parcelles) ainsi que des limites définies par l’écologie (ex. zones critiques, bassinshydrographiques et bassins versants, bassins atmosphériques et habitats). De plus, il y a des informationsgraphiques, numériques et textuelles dans les documents d’urbanisme – plans, ordonnances et rapports. Bien évidemment, les métadonnées sont le premier sujet pour un IDG quand on cherche àcomprendre les divers jeux de données – leurs origines, contenus, objectifs, formats et accès, entre autres.La diversité des termes employés dans le domaine de la planification dans les différents pays et régionsd’Europe complique sérieusement la tâche. Afin d’assurer une planification transculturelle ettransfrontalière, les traductions doivent être sous-tendues par une compréhension des ontologies urbaines. 16
  17. 17. Suite au projet “Towntology”, Laurini (2007) suggère une approche par laquelle les définitions initiales(sous-ontologies) sont recueillies à l’aide d’un outil de décision avant d’être consolidées à l’aide d’un outilqui permettrait la transformation de définitions verbales ou multimédia en logiques descriptives quipeuvent être codées en OWL. L’auteur insiste que le problème des langues est le défi majeur à dépasser àl’aide de solutions créatives. Le Thésaurus Environnemental Multilingue Général (General MultilingualEnvironmental Thesaurus - GEMET), mis en place par le Réseau d’Information et d’Observation del’Environnement Européen (European Environment Information and Observation Network - Eionet :http://www.eionet.europa.eu/gemet/about) propose une approche pragmatique à la communication dansla très grande diversité de l’environnement linguistique et culturel. Pour résoudre les questions de termes etdéfinitions interopérables, la recherche fondamentale sur les ontologies de planification, leur comparaisonà travers différentes cultures et les IDG incorporées sont essentielles.Des MODELES de DONNEES pour des processus de planification intelligents L’intelligence dans la planification est le niveau le plus élevé dune hiérarchie qui commence par lesdonnées et se continue par l’information et la connaissance. L’intelligence est atteinte grâce à la conversionde données en formes plus élevées par le biais d’analyse statistique, de modélisation, de simulation,d’analyse des systèmes et de systèmes daide à la décision (également connus sous le nom de ‘systèmesdaide à la planification’ – planning support systems ou PSS). La fonction d’intelligence dans la planificationfournit du support à tous les autres programmes locaux de planification – planification avancée (stratégies àlong terme), résolution de problèmes (projets à court terme) et l’administration et la gestion dudéveloppement. Cette aide à l’analyse et à la décision est nécessaire pour une large gamme de domaines,tels que l’usage des sols, le développement économique, la protection de l’environnement, la santépublique, le logement, les transports et l’infrastructure et la fourniture des services publics, les installationset équipements, entre autres. La rationalité instrumentale (fonctionnelle) et communicative (substantive) en tant que fondementsthéoriques clés de la planification, permettent de saisir l’évolution du rôle des technologies et outils géo-spatiaux dans la pratique de la planification (Nedović-Budić, 2000). Guhathakurta (1999) affirme que lescontributions des technologies spatiales sont capables de transcender la dichotomie de “communiquer /calculer” puisque la planification s’appuie aussi bien sur des faits que sur des valeurs. Les tentatives deconceptualisation des activités de planification et daide nécessaire et de traduire ces derniers en modèles 17
  18. 18. données et d’applications thématiques sont rares. Hopkins et al. (2005) fournissent un jeu de schémasconceptuels pour l’organisation des données de planification, des acteurs, des atouts, des actions, dessituations de décision, et de plans et darchitecture système pour la mise en œuvre dun langage dedescription adapté à la planification (Planning Markup Language - PML; Figure 1). Figure 1 : Eléments du Modèle de Données de Planification (Planning Data Model) (d’après Hopkins et al 2005)SERVICES RESEAU pour la e-Planification La planification nécessite le travail en réseau et l’implication de divers acteurs – certains serontimpliqués dans le moissonnage de données et / ou dans la diffusion d’information, d’autres participerontaux processus de planification et aux décisions. Parmi les sources et /ou destinataires primaires etsecondaires on compte des bibliothèques, des agences nationales, territoriales et locales, d’autresorganismes publics et quasi-publics, des organismes d’enquêtes, et des organismes et groupescommerciaux. Les participants au processus de planification se trouvent aussi dans un large éventaild’autres institutions publiques pertinentes et chez des acteurs privés, tels que des entreprises et descitoyens individuels ainsi que des organismes et groupes à but non lucratif. Dans l’idéal, une IDG doit profiter à toutes les entités impliquées – en tant que moyen d’échange dedonnées, d’accès, de communication et de travail en réseau. En particulier, il convient de satisfaire les 18
  19. 19. besoins de membres participant et de prendre des dispositions complémentaires pour que les membres quine participent pas puissent profiter des contenus IDG – données et /ou services. Au fur et à mesure que lenombre de participants augmente, le réservoir de données sélargit pour permettre la réalisationd’avantages supplémentaires et d’économies d’échelle. Les bénéficiaires de l’évolution des IDG fournissentle moyen de travailler en réseau et de référencer diverses sources de données et d’assurer la cohérence etla compatibilité du développement des données transcendant les limites administratives etorganisationnelles. A des fins de planification, les IDG faciliteraient et soutiendraient également leprocessus de planification lui même. La recherche qui permet de mettre en place des services réseau et depersonnaliser les outils des TIC et les outils géo-spatiaux les plus récents pour qu’ils servent les objectifsdes IDG, est essentielle pour assurer et augmenter leur utilité pour la planification.La prochaine étape – validation et évaluation Le projet Plan4all traite de trois éléments nécessaires pour qu’une IDG soit utile aux objectifs deplanification – les métadonnées pour les données de planification ; les modèles de données et schémasd’application pour le processus de planification (intelligent) ; et les services réseau en guise d’infrastructuretechnologique pour soutenir les activités de planification en ligne (accès, manipulation, échanges etcommunications). Le projet valide aussi ses résultats et recommandations via un banc d’essai à grandeéchelle. De façon semblable, une évaluation holistique des outils IDG est nécessaire. L’accès, l’intégrationhorizontale et verticale, la flexibilité, la pertinence et le mouvement des ressources d’informations spatialessont importants pour une planification et une élaboration de politiques efficaces. Cependant, les preuvesqui illustrent les bienfaits qu’espèrent et que retirent les urbanistes des IDG sont pour la plupartanecdotiques. Les provisions pour la recherche future doivent évaluer l’utilité des IDG pour la mission deplanification, ses fonctions et acteurs. Pour en apprendre plus sur la manière dont les IDG existants satisfontles besoins en informations de planification, il convient d’évaluer les données fournies aux niveauxnationaux, régionaux et locaux ou celles développées à travers des initiatives et programmes coopératifs,suivant les critères spécifiés. Par exemple, Nedović-Budić et al. (2004) suggèrent les critères suivants :conscience des efforts et produits IDG ; disponibilité des données ; accessibilité des données ; pertinencedes données à la planification locale ; flexibilité /adaptabilité des données aux demandes de permisd’urbanisme ; effet sur la prise de décision ; et impact sur la coopération locale. Crompvoets et al. (2008) 19
  20. 20. passent en revue une large gamme de points de vue pour la mise en place de l’évaluation des IDG.Cependant, quelque soit le point de vue, il est important de savoir si les IDG ont un effet réel et si oui,comment celui-ci s’opère. Ces éléments formeront la base de l’amélioration des IDG et de leur adaptationaméliorée à la nature et aux besoins de la planification.RÉFÉRENCESCrompvoets, Joep, Abbas Rajabifard, Bastiaan van Loenen and Tatiana Delgado Fernandez (Eds.) A Multi-View Framework to Assess Spatial Data Infrastructures. Wageningen, The Netherlands: Space for Geo-Information (RGI), Wageningen University; Melbourne, Australia: University and Centre for SDIs and LandAdministration, Department of Geomatics, The University of Melbourne.Hopkins, Lewis D., Nikhil Kaza and Varkki George Pallathucheril. 2005. Representing urban developmentplans and regulations as data: a planning data model. Environment and Planning B: Planning and Design 32:597-615.Innes, J.E., 1998, Information in Communicative Planning. Journal of the American Planning Association,64(1), 52-63.Lalenis, Konstantinos. 2007. Typology of EU national governance and spatial planning systems. PLURELproject WP2.2.LAURINI Robert, (2007) "Pre-consensus Ontologies and Urban Databases", In "Ontologies for UrbanDevelopment", Publié par Jacques Teller, John R. Lee and Catherine Roussey , Springer Verlag, Studies inComputational Intelligence, 61, pp. 27-36Masser, Ian, et Massimo Craglia. 1997. The diffusion of GIS in local government in Europe. In Geographicinformation research: Bridgingthe Atlantic, Massimo Craglia et Helen Couclelis, eds. London: Taylor &Francis.Masser, Ian. 2005. GIS Worlds. Redlands, CA: ESRI Press.Nedović-Budić, Zorica. 2000. Geographic Information Science Implications for Urban and Regional Planning.Journal of the Urban and Regional Information Systems Association 12(2): 81-93.Nedović-Budić, Zorica, Mary-Ellen F. Feeney, Abbas Rajabifard, et Ian Williamson. 2004. Are SDIs Serving theNeeds of Local Planning? Case Study of Victoria, Australia and Illinois, USA. Computers, Environment andUrban Systems 28(4): 329-351.Nedović-Budić, Zorica, Joep Crompvoets et Yola Georgiadou (Eds). 2011. Spatial Data Infrastructure inContext: North and South. Boca Raton, FL: CRC Press.Saab, David J. 2009. A conceptual investigation of the ontological commensurability of spatial datainfrastructures among different cultures. Earth Sci Inform 2:283–297.Warnecke, Lisa, J. Beattie and C. Kollin. 1998. Geographic information technology in cities and counties: anationwide assessment. Chicago, IL: Urban and Regional Information Systems Association. 20
  21. 21. Avant propos Bruce McCormack, European Umbrella Organisation for Geographic Information (EUROGI) La planification de l’usage des sols, la planification spatiale, la planification physique,laménagement du territoire, sont parmi d’autres, des termes employés pour décrire le processus de prisede décision en ce qui concerne l’utilisation des sols et des bâtiments. Quelque soit le terme employé, unechose est certaine : que les décisions prises sur l’utilisation des sols, des bâtiments ou d’autres structuresont un effet sur chaque citoyen, de façon directe, tous les jours. Les impacts ne sont cependant pasréservés à la vie quotidienne des citoyens mais touchent tout autant les conditions nationales et mondiales. Il est très instructif de regarder un simple exemple qui met en évidence les larges ramifications desdécisions de planification. Si les documents d’urbanisme exigent des villes qu’elles grandissent de façoncompacte, il y aura une tendance contre l’autorisation de construction de maisons individuelles à lacampagne pour des urbains, ainsi, les trajets domicile-travail seront réduits et en découlera une réductionde l’émission des gaz à effet de serre ; la biodiversité serait moins menacée, la qualité de l’eau des ruisseauxde campagne ne souffrirait pas de systèmes d’assainissement insuffisamment entretenus ; et enfin unélément, et non des moindres : des économies significatives seraient faites au niveau de la fourniture deservices essentiels. L’exemple ci-dessus souligne un aspect de la planification – son rôle pour éviter des effets négatifs.Cependant, la planification a la capacité de modeler de grandes tendances de croissance et d’aménagementurbain local afin de produire de nouvelles circonstances positives. Par exemple, à une échelle plus large, lefait de se concentrer sur de nouveaux développements économiques peut aider à créer des économiesd’agglomération qui aident à soutenir une croissance économique durable à long terme. A l’échelle locale,l’utilisation créative de la topographie, des panoramas, de l’orientation, de l’aspect et de la végétationexistante, accompagnée d’une conception sensible, adaptée au contexte, peut créer des lotissements àforte sensation d’ancrage local, qui peuvent se protéger de comportements antisociaux, restent abordableset ont un aspect agréable. La planification de qualité, qui évite le négatif et récolte le positif, demande une base forte, solide,de faits recueillis, elle-même construite sur de bonnes informations pertinentes et à jour. Elle nécessiteaussi des outils utiles pour la manipulation de l’information. 21
  22. 22. Les éléments sous forme de faits sur les circonstances concrètes ne représentent pas l’uniqueapport à la prise de décision de planification, bien entendu. D’autres apports importants sont les normes etvaleurs des citoyens, des communautés et de la société dans son ensemble, des considérations politiques,filtrées à travers des représentants élus, les moteurs financiers dans une économie de marché, ainsi qued’autres facteurs. Plan4all ne prétend pas traiter des normes et valeurs, ni des questions politiques ou autres, mais àla place, considère directement les aspects clés de la base essentielle que sont les informations et outils quisous-tendent un système de planification de qualité. La géographie ou la localisation est au cœur de la planification de l’usage des sols et cet aspect doitse sentir dans chaque aspect de la base de connaissances de la planification. EUROGI est une organisationfaite non pas d’urbanistes, mais d’organisations orientées vers les informations géographiques (IG), qui sontcomposées elles-mêmes de jusqu’à 6500 membres (organisations et individus) à travers l’Europe.L’engagement fort envers le progrès de l’utilisation des IG et la superbe base d’expertise que nous avons àdisposition sont tous deux, sans aucun doute, des facteurs significatifs du succès du projet Plan4all. Cettefusion de spécialistes de la localisation et urbanistes s’est avérée enrichissante pour tous les participants,elle a donné des résultats utiles qui seront particulièrement bénéfiques aux urbanistes dans leur missiond’amélioration de la base de connaissances sur laquelle ils fondent leurs actions. Je suis donc particulièrement ravi que EUROGI ait joué un rôle clé dans le projet et plusprécisément, je suis très heureux qu’elle se soit chargée de produire ce livre. Je suis convaincu qu’à traversce livre, l’impact de Plan4all sera décuplé et marquera de façon significative la communauté élargie de laplanification. Enfin, de la part d’EUROGI, j’aimerais remercier tous les participants de leurs apports et des longuesheures et réflexions profondes auxquelles ils ont contribuées. Vos efforts seront récompensés, notammentpar l’utilisation généralisée de ce livre. 22
  23. 23. Quel défi représente l’interopérabilité pour la planification ? Mauro Salvemini, Automated Mapping Facilities Management GIS Italia (AMFM) Depuis le début des années 90, au sein de la culture et des pratiques des communautés techniqueset professionnelles européennes, on prête de plus en plus attention aux questions d’interopérabilité, suiteaux initiatives scientifiques et techniques et ensuite grâce à la directive INSPIRE. Il est intéressant de noterque dans un environnement multiculturel et multilingue comme l’Europe, autrefois l’interopérabilité étaittraitée principalement dans des contextes scientifiques spécifiques et d’abord à un niveau théorique et àdes fins commerciales et institutionnelles. Plus tard, l’interopérabilité a été considérée du point de vue pluspratique dans le but de résoudre des questions urgentes, principalement liées au partage des données lorsdes différentes phases des catastrophes naturels et de la gestion des risques. L’information concernant la terre et le territoire, autrefois appelée ‘cartographie’, futhistoriquement considérée comme étant strictement enracinée dans la civilisation autochtone, et traitéecomme telle. Il en découlait que toute initiative qui évoquait l’interopérabilité des informationsgéographiques (IG) avait une incidence directe sur les cultures locales. Le fait qu’il y a presque 70 ans, lesnations européennes étaient encore en guerre et utilisaient leurs propres cartographies militaires classifiéeset civiles, est une considération grossière mais indiscutable qui éclaire la nouvelle pratique de partage dedonnées géo-spatiales, telle qu’elle a été favorisée par la décision politique du Parlement Européen qui aapprouvé la directive INSPIRE. Donc, la directive INSPIRE, plus que d’autres actions techniques etadministratives, a une incidence forte sur la culture locale qui décrit le territoire et la terre où l’histoireancestrale et les origines de toutes les populations trouvent leurs racines. Aujourd’hui, la dimensionmulticulturelle, si bruyamment favorisée par les média et la toile, ne fait qu’égratigner la surface d’uneréelle compréhension du territoire tel qu’il est connu et perçu par les communautés locales. Lesimpressionnants outils comme Google permettent aux utilisateurs de connaitre et percevoir des aspectsphysiques de territoires sous forme d’une vraie image qui est réellement et pleinement compréhensible partoute personne ayant déjà une connaissance suffisante de la zone. Les étiquettes (‘tags’) volontairementsemés sur les images Google aident certaines catégories spécifiques d’utilisateurs en étayant leurcompréhension, mais ces étiquettes ne suffisent pas à assurer l’interopérabilité d’une compréhensionapprofondie du territoire et de ses composants. La société contemporaine qui utilise les outils « géo-toile »librement disponibles s’intéresse à où aller et à comment y aller, tandis que des questions de “qu’est-ce que 23
  24. 24. c’est ?” et “quels sont les composants des sols ?” ne sont pas traitées à cause du manque d’informationsinterprétatives fournies par la toile. L’interopérabilité de la connaissance détaillée des terres reste unobjectif difficile à atteindre à cause de la résistance au partage des informations culturelles que cachent lesdonnées géo-spatiales. L’interopérabilité n’est acceptée qu’à condition qu’elle ne touche ni aux intérêtsspécifiques, ni aux données personnelles, et qu’elle n’ait pas d’incidence sur des questions sensibles tellesque la foi, la religion, les coutumes locales ou les intérêts personnels. Il existe néanmoins quelques exemples très efficaces d’applications d’interopérabilité qui fontfonctionner des services bien établis dont des transactions bancaires, la livraison de fret et de biens, lesmouvements de passagers et un nombre constant de services d’administration électronique ( ‘e-government’) ; tous ces services fonctionnent aux niveaux nationaux et internationaux, tout en résolvantdes problèmes transfrontaliers. Les techniques et outils TIC allant des services web aux standards decommunication, qui sont utilisés pour assurer le fonctionnement de ces systèmes complexes, emploientl’architecture définie et juridiquement affirmée par INSPIRE. Pour évoquer l’essence thématique d’INSPIRE,les 34 thèmes de données spatiales dans les annexes deux et trois de la directive dépeignent un scénariocomplexe, caractérisé par des problèmes que les Etats Membres devront traiter lorsqu’ils invoquent ladirective elle-même et l’interopérabilité entérinée par des textes de loi. Le processus d’interopérabilitésemble être gravement flou en ce qui concerne la manière dont on traitera les données pour la planificationspatiale afin de les partager avec l’IDG européenne. Dans ce sens, le projet Plan4all s’est avéré une occasionunique d’approfondir les connaissances de cette question et d’ouvrir la voie à l’acceptation de sept schémasde données parmi les 34 répertoriés dans les annexes INSPIRE. Les divergences évoqués sont générésprincipalement par le caractère hétérogène des populations qui perçoivent, comprennent et gèrent leterritoire à l’aide de leurs propres schémas culturels. L’interopérabilité est une forme intelligente et fructueuse d’homogénéité, qu’il convient dedévelopper et de favoriser car actuellement, elle n’a pas le même sens ni la même pertinence pour toutesles communautés et populations. Ceci est particulièrement vrai de nos jours où partout dans le monde,mais plus spécifiquement en Europe, on peut noter la tendance politique et sociale de régions et d’autresadministrations locales à affirmer leur indépendance du gouvernement national et des administrationscentrales, souvent sous prétexte d’affirmer de fortes différences culturelles. Il est de fait que ces mêmespopulations et partis qui soutiennent l’indépendance locale, des règles et même des lois locales et desprocédures administratives locales, apprécient les services publics interopérables pour assurer une vie 24
  25. 25. soutenable pour les citoyens. Donc en principe, l’interopérabilité peut se retrouver soutenue par ceux quisouhaitent entretenir l’indépendance des cultures locales. Cependant il faut vérifier l’échelle del’interopérabilité afin de vérifier l’application d’un modèle véritablement interopérable et non d’un modèleintra-opérable. L’intra-opérabilité est la capacité de divers systèmes et organisations de travailler ensemble(intra-opérer) à l’aide de standards propriétaires ou de standards qui ne sont pas ouverts. Cette approcheassure peut-être le contrôle parfait d’un flux de travail au sein du système et de l’organisation spécifiques,mais elle rend extrêmement difficile la combinaison de jeux de données et l’interaction des services sansintervention manuelle répétitive. Il convient d’évaluer soigneusement les différences entre les modèlesinteropérables et intra-opérables de données et de fonctions utilisés en planification spatiale, dansl’administration électronique et dans les domaines des TIC. La sphère privée est aussi très pertinente pour l’interopérabilité. Les gens apprécient le partage desdonnées à condition qu’il n’empiète pas sur les sphères personnelle et privée et à condition qu’il facilitél’efficacité des services fournis par les autorités publiques. Certaines communautés peuvent se refermer etse méfier de l’interopérabilité lorsque leur propre approche à la classification de la propriété concrète desterres et des bâtiments n’est pas pleinement respectée. Les quelques considérations concernant les approches privées et publiques à l’interopérabilité,démontrent aussi bien une envie d’interopérabilité qu’une détermination de conserver l’opérabilité et laconnaissance au niveau locale ou autochtone. Ce double objectif ne peut être atteint qu’en privilégiantl’intra-opérabilité organisationnelle et la pratique intra-communautaire. En tant que région du monde et zone densément peuplée, l’Europe jouit d’un patrimoine cultureldiversifié et les communautés enracinées dans ce territoire ont leurs propres compréhensions et usages deszones habitées où tant de siècles d’histoire et de tradition sont présents. Dès que l’interopérabilité touche àces aspects, elle devient culturellement et techniquement très difficile. Une preuve de cette difficulté setrouve dans le fait qu’il faille évoluer entre des langues et des dialectes afin de comprendre descaractéristiques spécifiques de ces territoires. Lors de la lecture du territoire de cette manière, la granularitédes informations géographiques augmente spectaculairement jusqu’à aboutir à l’histoire de la propriété enparcelles individuelles, qui traite souvent d’histoire pluriséculaire. A travers l’initiative et la directive INSPIRE, l’Europe favorise un processus particulièrement difficilede dépassement de l’information interprétative géo-spatiale afin de rendre interopérable la connaissance etd’améliorer l’efficacité des actions. Cependant, il convient de prendre au sérieux des considérations 25
  26. 26. existantes sur les difficultés objectives qu’implique l’obtention d’une interopérabilité diffuse et largementacceptée. Dans le climat économique actuel et vu la pénurie relative de ressources, le besoin de la promotionet du partage des meilleures pratiques se fait pressant afin de démontrer qu’il est possible d’obtenir debons résultats en interopérabilité tout en employant des ressources durables. La planification spatiale estcruciale aussi bien pour démontrer la faisabilité de l’interopérabilité appliquée aux territoires et auxétablissements humains que pour la gestion des terres et des villes. Le projet Plan4all peut facilementdevenir un monument dans ce contexte. 26
  27. 27. Chapitre 1 La planification spatiale et les TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) Didier Vancutsem, ISOCARP1.1. Introduction Au cours de ces dernières 250 années, nous avons vécu cinq révolutions technologiques majeureset chacune d’entre elles a été liée à une innovation technologique spécifique (1771, La Première RévolutionIndustrielle en Grande Bretagne, fondée sur la mécanisation de l’industrie du coton ; 1829, l’Age de laVapeur et des Chemins de Fer ; 1875, l’Age de l’Acier et de l’Electricité ; 1908 l’Age du Pétrole, del’Automobile et de la Production de Masse ; et 1971, l’Age de l’Information et des Télécommunications).Chaque invention technique a apporté des avantages et des inconvénients qui ont influé sur le bien-être etla prospérité de l’humanité. Mais d’une façon ou d’une autre, elles ont crée les conditions d’une longuepériode de croissance économique comme processus de développement économique, habituellementdécrit comme une série de vagues (vagues de Kondratieff) (Kondratieff, 1925). 27
  28. 28. Figure 1.1: Modèle simplifié de vagues de Kondratieff (2009), Source: Rursus, Wikipediahttp://en.wikipedia.org/wiki/File:Kondratieff_Wave.svg Ces innovations technologiques, caractéristiques pour chacune des périodes de révolutiontechnologique, ont eu une influence fondamentale sur le comportement humain et par conséquence sur lasociété. Ces influences sont sensibles à tous les niveaux de la vie quotidienne : les conditions de vie, delogement et de loisirs entre autres. Elles ont changé nos habitudes et notre culture. Elles ont aussi uncertain nombre d’aspects en commun. Tout d’abord, des technologies spécifiques peuvent s’appliquer àtoute une gamme de processus de production différents, générant ainsi des innovations aussi bien auniveau des processus que des produits. Ensuite, grâce à cette caractéristique, elles génèrent toute une sériede nouvelles applications. Troisièmement, à cause d’une demande toujours plus grande pour cet ensembled’innovations, elles créent et moulent de nouveaux complexes industriels, caractérisés par un grandnombre de liens horizontaux et tournés vers l’avenir : tout est entre-lié. Parmi les cinq révolutions technologiques, trois sont directement liées aux moyens de transport etde communication. Les développements du moteur à vapeur, du moteur à combustion et de la technologiede la micro-puce pendant les années 60, représentent ensemble le passage du déplacement des biens versune plus grande facilité dans le déplacement des personnes et dans l’échange de l’information et des idées.L’intégration de la technologie numérique et des ordinateurs a abouti au développement de la technologiede la communication et à l’introduction du terme TIC (Technologies de l’Information et de laCommunication). En termes de la révolution microélectronique en marche, nous sommes encore au milieud’un processus d’apprentissage. Vu les développements en cours en informatique en nuage (‘cloudcomputing’), écrans multi-tactiles, systèmes intelligents pour maisons et communications, haut débit etdiffusion de l’information, aussi liés aux nanotechnologies, il paraît évident que les Technologies del’Information et de la Communication vont bientôt dominer notre façon de vivre. Un aspect est cependantévident lorsque l’on regarde ces dernières 250 années : le changement technologique implique deschangements aussi bien techniques qu’organisationnels (Van der Knaap & Linge, 1987). Il est encore difficile d’évaluer les effets des TIC sur l’organisation de la société et sur la planificationurbaine et spatiale parce que le sujet est très complexe et la révolution microélectronique est toujours encours. Il est néanmoins évident que l’influence des TIC n’est pas directe mais indirecte via des tendancessociales et économiques qui génèrent des changements de comportement chez chaque individu en société,des changements dans l’économie et par conséquence dans la culture. 28
  29. 29. Une transformation rapide déferle actuellement sur les grandes villes industriellement avancées.Les anciennes idées et hypothèses sur le développement, la planification et la gestion de la grande villeindustrielle moderne semblent de moins en moins utiles. Des notions jusque-là acceptées sur la nature del’espace, du temps, de la distance et des processus de la vie urbaine sont remises en question, elles aussi.Les frontières séparant ce qui est privé de ce qui est public au sein des villes se déplacent vite. La vieurbaine paraît plus volatile, plus accélérée, plus incertaine, plus fragmentée et plus déconcertante qu’à toutmoment depuis la fin du siècle dernier. L’usage des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) est en évolution constantedepuis dix ans. Il est devenu la norme aujourd’hui dans le contexte de la planification urbaine et spatialeeuropéenne. Pendant une journée de travail normale désormais, l’urbaniste va publier des informations viainternet, communiquer via e-mail, utiliser des messageries instantanées (tchat) et la réalité virtuelleinteractive en temps réel pour montrer les résultats d’un processus de planification. Un développement réelest la philosophie de l’e-planification (« e-planning ») qui fait référence à l’usage des processusélectroniques pour fournir des services de planification et de développement, tels que le traitement enligne (via internet) des demandes de permis et la fourniture d’informations accessibles sur la toile telles quedes cartes, des réglementations et les textes législatifs des états ou des collectivités territoriales. Cesprocessus sont déjà en place dans de nombreuses administrations à travers le monde et génèrent un retourpositif avec le soutien ferme des gouvernements, de l’industrie et des populations.1.2. Le changement industriel et l’émergence des TIC Le changement technologique comporte de nombreuses conséquences. Impliquant deschangements techniques, il peut avoir des conséquences sur l’utilisation des matériels et des équipements,ainsi que sur l’organisation des processus de travail. Son impact n’est pas limité au seul processus deproduction, mais dans le cas des innovations fondamentales, qui sont adoptées par l’ensemble de la société,ses effets se font sentir à tous les niveaux et peuvent mener à des changements organisationnels. Dans cecontexte, des questions se posent sur la nature et la direction de l’introduction sur le territoire et dansl’espace physique de toute une gamme de TIC au cours des deux dernières décennies. Les nouvellesindustries des TIC sont les conséquences de l’intégration de la télécommunication numérique, del’informatique et des médias, il existe donc désormais toute une nouvelle branche d’activités en forte 29
  30. 30. croissance dans l’industrie de loisirs, qui utilise la construction d’images et la création de réalités virtuelles(ex. images en 3D, Second Life, Web 2.0). L’impact des TIC sur les industries existantes a été varié. Les TIC ont baissé les coûts de productiondes produits existants, changé le type et la qualité de produits eux-mêmes par la différentiation desproduits comme elles ont augmenté les possibilités de personnalisation des produits. Ces changements sefont de plus en plus visibles dans la modification de l’organisation de la production. Bien que l’on puisseconstater un grand nombre de changements de la sorte, ceci ne laisse pas entendre que l’investissementdans les TIC mène directement à une augmentation de la productivité : c’est ce que l’on appelle le paradoxede la productivité (cf. Nooteboom, 1990). Les coûts des investissements en TIC sont visibles et mesurables,mais l’on ne peut mesurer les retours de manière directe, à cause du grand nombre d’effets indirects qui ysont associés. Pendant les années 1960, l’économie industrielle a mûri (Rostow, 1960); la priorité qui étaitjusqu’alors donnée aux moyens de production, s’est déplacée vers les biens de consommation durables et laconsommation de masse. Cette transformation structurelle de l’économie a généré un déplacement de lademande de ressources en énergie physique vers le savoir et l’information. Les technologies émergentes del’information et de la communication ont permis une croissance économique rapide depuis les années1980. L’accès à l’information est devenu un facteur crucial et stratégique dans la production des biens etdes services. Ce phénomène a eu un impact sur l’organisation de la production et a mené, entre autres, à lamise en place d’un nouveau rôle pour les cadres intermédiaires dans les grandes organisations comme danscelles de taille moyenne en ce qui concerne la conversion de la production et la transmission deconnaissances. L’augmentation de l’importance de l’information et du savoir aux différents niveaux desorganisations a eu un impact considérable non seulement sur la façon de gérer l’information et sontransfert entre les individus et entre les organisations, mais aussi sur le rôle de la distance comme facteurdans le processus de transfert. La distance est devenue un concept multidimensionnel ; en tant que barrièreà la communication, elle a tendance à devenir négligeable en temps réel lorsque l’information est codifiéeet disponible dans le domaine public (The Economist, 1996). En revanche, lorsque la communicationimplique le transfert de savoir tacite, la distance est extrêmement pertinente, la proximité et le contactdirect sont essentiels pour une communication réussie. De même, la proximité et le contact personneldirect génèrent les conditions nécessaires à la naissance de la confiance, importante pour le transfert du 30
  31. 31. savoir tacite et pour l’apprentissage de par des rencontres fortuites. On peut donc affirmer que la distanceest d’une importance déterminante pour un grand nombre de processus de communication. Les types decommunication sont de plus en plus variés ; l’effet spatial de cette gamme toujours plus étendue fait quel’on voit deux processus contradictoires se mettre en place simultanément. Ils consistent d’un côté, en unprocessus de déconcentration des activités économiques lié à l’accès facile aux différents apports et ausavoir codifié, et de l’autre, en un processus de concentration associé à la disponibilité de l’informationstratégique et du savoir tacite, qui sont tous deux indispensables pour les fonctions de gestion et decontrôle.1.3. Les télécommunications et l’urbanisme Les grandes villes et l’aménagement du territoire sont de plus en plus sujets à l’influence de l’usagedes TIC dans le cadre des changements industriels. Comme l’a formulé Cedric Price, on peut décrirel’évolution des grandes villes à l’aide d’une analogie avec des œufs : L’œuf dur correspond à la ville fortifiée,l’œuf au plat à la ville industrielle, les œufs brouillés à l’agglomération urbaine polycentrique. WilliamMitchell (1999) propose un quatrième modèle d’évolution urbaine - “huevos rancheros”, des œufsmélangés à d’autres ingrédients, pour représenter la ville numérique. Figure 1.2: La ville vue comme un œuf, Source: Price (1970) Les tendances émergentes de l’évolution urbaine sont soutenues par : • des réseaux de télécommunication tels l’internet et la technologie ADSL; 31
  32. 32. • des outils “nomades” qui facilitent les modes de vie mobiles, tels que les téléphones portables, le sans fil, les ordinateurs portables, les PDAs, smart phones, bipeurs, GPS etc. • l’intelligence en réseau décentralisée, embarquée partout, dans l’internet lui-même y compris dans l’informatique en nuage; et • les services IP, les capteurs, la fourniture intelligente en électricité, la tarification électronique des routes et la navigation (Mitchell, 1999). Les réseaux de communication numériques sont une infrastructure urbaine d’un nouveau genre,emboîtant le pas aux réseaux de fourniture en eau, de traitement des déchets, de transport, de fournitureen électricité, de téléphone et de télégraphe. Ils reproduisent souvent les routes et nœuds des réseauxprécédents qui fragmentent les activités et espaces urbains comme ils les re-combinent. Les nouvelles infrastructures de réseaux relâchent sélectivement les liens spatiaux et temporelsentre les activités. Les exigences latentes de proximité et de contigüité dans les implantations humainesdeviennent réalité. Ceci génère de la fragmentation et de la re-combinaison simultanées de types urbains etde formes spatiales. Certains types d’aménagement de l’espace peuvent disparaître, d’autres se transformeret de nouveaux types et formes émerger. A l’ère de l’information, ce sont des combinaisons différentes d’interactions locales et à distance,ainsi que des modes de communication synchrones et asynchrones, qui constituent la ‘colle’ qui maintientla cohésion des communautés. De multiples options existent simultanément, avec des coûts et avantagesdifférents. Les citoyens peuvent faire leur choix entre elles avec ce que l’on appelle une ‘économie deprésence’ de plus en plus complexe. La relation entre les formes d’aménagement du territoire et les modes de communication estillustrée dans le tableau 1.1. ci-dessous. L’émergence de la société de l’information se manifeste par unglissement massif au travers de la diagonale du tableau, depuis l’interaction synchrone locale vers lacommunication asynchrone dispersée. Ces glissements affectent les marchés et les organisations ainsi queles communautés, puisqu’ils génèrent un nouveau cycle de fragmentation et de re-combinaison de types etformes d’aménagement du territoire. 32
  33. 33. Tableau 1.1: L’information à l’ère Urbaine, ISOCARP Congrès 2002, Source: Mitchell, 2002.1.4. La Planification Spatiale et les TIC en Europe Au cours des derniers siècles, la vision de la planification spatiale a profondément changé : par lepassé, la planification spatiale était liée davantage à un monde de la propriété traditionnel, en harmonieavec la nature. Dans son livre “La cité à travers lHistoire” (1961, rééd. 1989 Marseille, Agone) LewisMumford décrit la vision idéale de la cité que l’on peut décrire comme une ‘ville organique’, où la culturen’est pas usurpée par l’innovation technologique mais au contraire, prospère avec elle. Cependantaujourd’hui, le monde est de plus en plus urbanisé. La mondialisation et le développement durable influent sur la planification spatiale aujourd’hui ; laglobalisation exige de nouvelles façons de gouverner la ville pour profiter de ses avantages, alors que ledéveloppement durable exige de nouvelles attitudes à l’égard de la façon de vivre en général. Ce contextedoublement difficile impose des changements et des réformes structurelles dans les structuresadministratives des pays, y compris dans le modèle traditionnel d’urbanisme et dans les mécanismes demise en œuvre, lesquels étaient tous visiblement incapables de répondre aux problèmes économiques,sociaux et environnementaux existants. Aujourd’hui les grandes villes d’Europe sont face à des défis majeurs. Les chiffres suivants sontlargement acceptés comme donnant une vision grossière mais parlante de la situation actuelle : plus de 60 33
  34. 34. pour cent de la population européenne habitent en zones urbaines de plus de 50 000 habitants. D’ici 2020,à peu près 80 pour cent habiteront des zones urbaines. Ce chiffre pourrait être bien plus élevé, parexemple en Belgique ou aux Pays Bas, et l’avenir urbain de notre continent est directement affecté parusage urbain des sols. Le progrès technologique et la globalisation du marché génèrent aussi de nouveauxdéfis pour les grandes villes européennes. Le paysage urbain et les structures sociales font l’objet d’unprocessus de transformation fondamentale, et l’usage des sols passe d’une zone de ville ou de ville-régionen déclin vers la croissance d’une autre (Vancutsem, Plan4all 2010). A l’origine, la planification de l’usage des sols, l’urbanisme et l’aménagement du territoire étaientdes termes que l’on employait pour évoquer la planification de la distribution des personnes et des activitéssur un territoire. Au début des années 60, une Assemblée Consultative du Conseil de l’Europe a soulevé desinquiétudes, reflétées dans la présentation en mai 1968 d’un rapport historique sur l’aménagement Spatialdu Territoire “Un problème Européen” (“Un problème Européen”, 1968). En conséquence, une premièreConférence Européenne de Ministres responsables de l’Aménagement du Territoire en 1970 à Bonn lançales activités du Conseil de l’Europe liées à la planification spatiale. La planification spatiale inclut tous les niveaux de la planification de l’usage des sols y comprisl’urbanisme, l’aménagement du territoire au niveau régional et national, la planification environnementaleet la planification au niveau de l’UE et à d’autres niveaux internationaux. La planification de l’usage des solsest le terme employé pour décrire une branche de la politique publique, qui recouvre diverses disciplinesqui cherchent à ordonner et à réguler l’usage des sols de façon efficace et éthique. Lorsqu’il est considérécomme un processus, l’urbanisme traite davantage de l’intégration des disciplines de l’usage des sols et dela planification des transports, explorant ainsi une large gamme d’aspects de l’environnement bâti et social.La planification régionale, en tant que branche de la planification de l’usage des sols, traite de la localisationdes activités, des infrastructures et de l’augmentation des logements à travers une zone du territoire plusétendue que la seule ville individuelle. Il y a plusieurs définitions de la planification spatiale. Une définition de référence se trouve dans laCharte Européenne de l’Aménagement du Territoire, adoptée en 1983 par la conférence des ministresresponsables de l’aménagement du territoire régional : “Laménagement du territoire est lexpressionspatiale des politiques économique, sociale, culturelle et écologique de toute société. Il est à la fois unediscipline scientifique, une technique administrative et une politique conçue comme une approche 34
  35. 35. interdisciplinaire et globale tendant à un développement équilibré des régions et à lorganisation physiquede lespace selon une conception directrice. (Charte Européenne de l’Aménagement du Territoire, 1983 p 1). L’aménagement du territoire n’est donc pas un concept unique, ce n’est pas une procédure, ni unoutil. C’est un ensemble de concepts, procédures et outils qui doit être taillé sur mesure selon la situationspécifique si l’on veut aboutir à des résultats souhaitables (par extrapolation, la planification spatiale‘stratégique’ aussi). La planification spatiale consiste donc en une approche plus large, plus inclusive quiréfléchit au meilleur usage du territoire et donne une plus grande envergure à la promotion et à la gestiondes changements sur le terrain par les organismes politiques et autres. Ce à l’inverse de l’aménagement duterritoire traditionnel qui se concentre sur la réglementation et la gestion des terres. En Europe, les termes‘territoire’ et ‘cohésion territoriale’ sont de plus en plus souvent utilisées, notamment dans la Stratégie2020 de l’Union Européenne («Stratégie Europe 2020», 2010). Dans la planification spatiale stratégique, l’urbaniste doit contribuer à : • évaluer l’environnement (analyse des atouts, faiblesses, opportunités et menaces (NDLT : analyse AFOM dit ‘SWOT’ en anglais) les tendances externes, les forces et les ressources disponibles ; • identifier et réunir les principaux acteurs ; • développer des stratégies et une vision à long terme réalistes, prenant en compte les structures du pouvoir, les incertitudes, les valeurs concurrentes etc. ; • concevoir des structures d’élaboration de plans, développer du contenu, des images et un cadre de décision à travers lequel influer sur le changement spatial et le gérer ; • générer de la compréhension mutuelle, des façons de construire le consensus, des manières de mobiliser les organisations pour influer sur différents lieux de discussion ; • préparer des décisions (à court et à long terme), préparer l’action et la mise en œuvre ; et suivre et gérer le retour d’information. Nous pouvons donc dire que l’aménagement du territoire est la réflexion sur ce qui peut et doit sepasser et où-est-ce que cela doit se passer. Il étudie l’interaction entre des politiques et pratiquesdifférentes à travers l’espace régional et considère le rôle des lieux dans un contexte plus large. Il va bien au-delà de la planification traditionnelle de l’usage des sols et met en place un cadre stratégique pour guider le 35
  36. 36. développement et les interventions politiques futures, que ceux-ci aient ou non un rapport avec la gestionde l’aménagement du territoire officiel.1.5. La dimension européenne de la planification spatiale. Parce que la planification spatiale contribue à une meilleure organisation spatiale en Europe et àtrouver des solutions à des problèmes qui dépassent le cadre national, son but est de créer un sentimentd’identité commune dans les relations nord-sud et est-ouest. Le bien-être humain et les interactions avecl’environnement constituent la préoccupation principale de la planification spatiale, ses objectifs étant defournir à chaque individu un environnement et une qualité de vie propices à l’épanouissement de sapersonnalité dans un cadre organisé à l’échelle humaine. Selon le Conseil de l’Europe, la planification spatiale doit être démocratique, globale, fonctionnelleet prospective (Conseil de l’Europe, Charte Européenne, Torremolinos, 1983) : • démocratique : elle doit être conduite de façon à garantir la participation des populations concernées et de leurs représentants politiques ; • globale : elle vise à assurer la coordination des différentes politiques sectorielles et leur intégration dans une approche globale ; • fonctionnelle : elle doit tenir en compte l’existence d’une appartenance régionale, fondée sur des valeurs, une culture et des intérêts communs, et ceci parfois au-delà des frontières administratives et territoriales, tout en tenant compte des réalités constitutionnelles des différents pays ; • long terme: elle doit analyser les tendances et les développements à long terme des phénomènes et interventions économiques, sociaux, culturels, écologiques et environnementaux et en tenir compte dans son application. La planification spatiale doit aussi prendre en compte l’existence d’une multitude d’acteursindividuels et institutionnels qui influent sur l’organisation de l’espace, l’incertitude inhérente à toute étudeprévisionnelle, les forces du marché, les particularités distinctives des systèmes administratifs et toutes lesdifférentes conditions socio-économiques et environnementales. Elle doit cependant s’efforcer deréconcilier ces influences de la façon la plus harmonieuse possible. 36
  37. 37. En ce qui concerne la mise en œuvre de la planification spatiale, l’aboutissement des objectifs deplanification régionale/spatiale est essentiellement une question politique. Nombreuses sont les agencesprivées et publiques qui contribuent à travers leurs actions à développer et à changer l’organisation del’espace. La planification spatiale implique une volonté d’intégration interdisciplinaire, de coordination et decoopération entre les autorités concernées. Elle doit être fondée sur la participation citoyenne active. En 1999, les ministres responsables de l’aménagement du territoire dans les états membres de l’UEsignèrent un document intitulé « Schéma de développement de lespace communautaire » (SDEC). Bien quele SDEC n’ait aucun caractère obligatoire et bien que l’Union Européenne n’ait aucune compétence officielledans le domaine de l’aménagement du territoire, le SDEC eut une influence certaine sur la politiqued’aménagement du territoire dans les régions européennes et dans les états membres. C’est le SDEC qui mitla coordination des politiques sectorielles de l’UE à l’ordre du jour politique. Au niveau européen, le terme ‘cohésion territoriale’, dont les aspects fondamentaux sont ledéveloppement durable et l’accès aux services, est de plus en plus largement employé. Il est, par exemple,mentionné dans le projet du Traité de l’UE (Constitution) comme compétence partagée de l’UnionEuropéenne; il est également inclus dans le Traité de Lisbonne. Le terme fut plus précisément défini dansun document de cadrage à Rotterdam, fin 2004. On en étend davantage la définition grâce aux donnéesempiriques fournies par le programme de l’Observatoire en réseau de l’aménagement du territoireeuropéen (ORATE- ESPON en anglais) dans un document intitulé : «The Territorial State and Perspectives ofthe European Union » (L’état et les perspectives territoriaux de l’Union Européenne) A la conférence des ministresen mai 2007 à Leipzig, un document politique intitulé « L’Agenda territorial» fut signé pour poursuivre leprocessus commencé à Rotterdam.1.6. L’Impact des TIC sur la Planification Spatiale La société de l’information représente une nouvelle ère économique dans l’histoire de l’humanité(Castells, 1996). Il s’agit de la quatrième ère après l’ère agraire, l’ère industrielle et l’ère du service. On doitdonc considérer l’impact des TIC sur le changement spatial et sur le développement comme partieintégrante du développement de la société de l’information. Cependant, en ce qui concerne l’interactionentre la planification spatiale et les TIC, il est important de spécifier les aspects suivants : • le développement de la société de l’information se passe de différentes façons et à des vitesses différentes dans tous les pays développés, et désormais progressivement dans les 37
  38. 38. pays en voie de développement. Ce développement aura une incidence sur les sociétés dans leur ensemble et sera à l’origine de changements fondamentaux dans la vie économique et sociale. Le savoir et les individus qualifiés deviendront les facteurs les plus importants dans la production ; • le développement des technologies de l’information et des communications sera le moteur principal de la mise en place de la société de l’information ; • l’émergence des technologies de l’information et des communications rend possibles de nouvelles façons de travailler et d’organiser les activités et structures industrielles, publiques et personnelles. La mondialisation jouera un rôle de plus en plus prépondérant dans ces processus ; • la modification de la signification de l’espace, du lieu, de la distance et du temps comme déterminants de localisation. C’est Castells (1996) qui suggère le concept probablement le plus connu des changements dans les rôles de l’espace, du lieu, de la distance et du temps à l’ère de l’information, lorsqu’il introduit les concepts de l’espace des flux, l’espace des lieux et le temps intemporel. Le résultat sera un monde virtuel qui fonctionnera côte à côte avec celui du cadre physique conventionnel. De tels développements auront un effet profond sur le développement spatial et la planificationspatiale. Les conséquences de l’emploi des TIC dans la production et dans les services vont changer lesfaçons de faire traditionnelles dans la gestion des entreprises de l’industrie, des services et d’autresorganismes, aussi bien qu’elles changeront plus largement la vie de tous les jours (Mitchell, 1999 et 2003 ;Castells, 2001 et 1996). Ces développements constituent le moteur fondamental des changements spatiauxet sont évoqués par de nombreux scientifiques et futurologues. Des développements majeurs sont en coursdans les secteurs de l’industrie, des services, de la situation géographique des entreprises, de nouvellespratiques de travail, du logement et de la circulation routière conventionnelle. Les TIC ont une incidence significative sur le changement spatial et les conséquences peuvent êtreplutôt surprenantes. Cette imprévisibilité crée inévitablement des problèmes difficiles pour les urbanistes.Du point de vue de l’aménagement du territoire urbain et régional, le changement spatial est toujours unemenace autant qu’une opportunité. Cependant, les changements actuellement en cours offrent des 38
  39. 39. opportunités d’utiliser les TIC pour permettre aux régions, aux grandes villes et aux zones rurales departiciper à de nouveaux types de développement. De nouvelles tendances de développement peuventaussi menacer l’avenir de ces zones. Les urbanistes doivent donc trouver des moyens de prévenir ceséventuels effets négatifs. D’un autre côté, parmi les questions évoquées aujourd’hui par des organismes légaux et descabinets d’urbanisme, nous trouvons la décentralisation, la gouvernance multi-niveaux, la participation dupublic, les approches ‘de bas en haut’, le gouvernement local, l’approche régionale, les politiquesenvironnementales, la planification stratégique, les budgets participatifs, les conseils de régions, lespartenariats public-privé, les liens administratifs, les agenda 21 locaux, les concepts de faibles émissions encarbone et le changement climatique, l’intégration horizontale et verticale. Au début du XXIème siècle on attend beaucoup de la planification spatiale, de nombreuxphénomènes vont influencer la planification spatiale européenne : le progrès scientifique dans lestechnologies de communication, la génétique, la microbiologie mais aussi l’efficacité énergétique et latechnologie des données. Cependant, certaines recommandations restent en place (ISOCARP, IMPP 2009) : • planifier à long terme l’usage et la gestion des ressources • atteindre des objectifs de planification indépendamment de la croissance économique • améliorer la participation publique et la mise en place • influencer la politique à travers une planification mieux adaptée aux besoins du public • promouvoir une éthique professionnelle robuste par le biais d’évaluation continue. En ce qui concerne la mise en place des TIC dans la planification, il serait souhaitable de prendredavantage en compte l’infrastructure TIC dans la planification et les plans, plus que nous ne le faisonsaujourd’hui.1.7. Conclusions Les TIC sont le moteur principal du développement de la société de l’information / de laconnaissance / des réseaux, et en tant que tel, devraient se trouver prises en compte de façon plusspécifique dans l’aménagement du territoire urbain et régional. Du point de vue de la planification, il existeun potentiel encore inexploité dans l’utilisation des applications des TIC dans le développement spatial. 39
  40. 40. La base économique changeante met de plus en plus souvent en évidence les tendances actuellesdans le développement spatial, où le savoir et les personnes hautement qualifiées deviennent les facteursles plus significatifs dans la production comme dans de nouvelles questions de fonctions et d’organisation.En raison de ces changements, les manières traditionnelles de gérer des entreprises dans l’industrie, lesservices et dans d’autres organismes vont changer, tout comme les activités de la vie de tous les jours. Enoutre, les pré-requis pour la localisation des diverses activités vont changer à leur tour puisqu’ils serontpoussés par de nouveaux moteurs culturels, sociaux, économiques et techniques, qui auront aussi deseffets rapides et spectaculaires sur la modification spatiale de notre territoire. Les changements attendus sont divers. L’arrivée de grandes zones urbaines est considérée commeune conséquence du développement de métropoles globales. Le développement au sein de ces zones sedispersera. Il y a également des possibilités émergentes pour de nouveaux types de communautés. En ce qui concerne l’avenir des petites villes et des zones rurales, des développements à petiteéchelle peuvent encore être possibles. Les nouveaux modes de vie et les caractéristiques distinctives deslieux vont cependant jouer un rôle de plus en plus important dans les décisions prises quant à où installercertains types d’activités. Si les urbanistes veulent influencer de nouveaux développements spatiaux, ils doivent incorporerl’impact du développement de la société de l’information et des TIC dans la planification régionale eturbaine. Certains indicateurs suggèrent que ceci n’est pas encore le cas. Plusieurs arguments peuventinfluer sur la re-localisation d’activités actuelles ou sur des décisions quant à de nouveaux sites : laconcurrence, des solutions moins chères, des activités avec une fonctionnalité améliorée et la possibilité demettre en place des solutions jusqu’alors impossibles... Donc, les responsables de la planification urbaine etrégionale doivent œuvrer activement en faveur de l’application de l’impact du développement de la sociétéde l’information et des TIC sur les pratiques de planification. Dans le cadre de ces processus, de nouveauxtypes de conflits entre les grandes villes, les municipalités et les régions feront surface. Il existe un besoin significatif de plus de recherche sur l’impact spatial de l’application des TIC engénéral, et sur des domaines spécifiques de la planification en particulier. Il faut également développer denouvelles méthodes, théories et modèles. De surcroît, les programmes de formation à l’urbanisme et deformation continue devraient être mis à jour, tout comme les dispositions juridiques pour la planification. Lapremière chose à faire est de s’assurer que toutes les autorités compétentes en matière d’urbanismedécident d’incorporer les TIC comme nouvel élément de la planification et des plans et qu’elles décident de 40
  41. 41. quelles actions doivent être entreprises pour promouvoir l’aboutissement du principe ainsi adopté. Lesgagnants seront ceux qui comprennent le mieux le nouvel ordre spatial émergent.REFERENCESM. Castells, La Société en réseau, Fayard, 1998 (Castells, M., (1996), The Rise of the Network Society),M.Castells, lÈre de l’Information Vol 1: La société en réseau Fayard 2001 (The Information Age: Economy,Society and Culture Vol. I. Cambridge, MA; Oxford)CEMAT, Conférence européenne des ministres responsables de lAménagement du territoire (1983)Conseil de l’Europe, Charte Européenne Torremolinos 1983ISOCARP (2009), International Manual of Planning Practice, ISOCARP The HagueKnaap, G. A. van der and Linge G. J. R. (1987), Technology and industrial Change, London, Croom HelmMitchell, W. (1999), e-topia, MIT Press CambridgeMitchell, W. (2002), Planning and design for the information age, ISOCARP The HagueMumford, L. La cité à travers lHistoire (1961, rééd. 1989), Marseille, Agone, 2011 (The City in History: ItsOrigins, Its Transformations, and Its Prospects, Mariner Books, London)Nooteboom, B. (1999), Inter-firm alliances, analysis and design, London, RoutledgeNooteboom, B. (2009) Evolutionaire economie. Economisch Statistische Berichten, 94 (4571), 655, TilburgUniversityRostow, W. W. (1960), Les Étapes de la croissance économique. Un manifeste non-communiste. WhitmanWalt Rostow, Économica, 1997. 1960. (The stages of economic growth, London, Cambridge Press)Plan4all D 2.1, 2009 Clusters of leading organizations in SDI for spatial planning,http://www.plan4all.eu/simplecms/?menuID=37&action=article&presenter=Article (accessed 28.07.2011) 41
  42. 42. 42
  43. 43. Chapitre 2 L’interopérabilité, l’IDG et la planification spatiale Manfred Schrenk, Julia Neuschmid, Daniela Patti, Wolfgang Wasserburger CEIT ALANOVA – Central European Institute of Technology – Institute of Urbanism, Transport, Environment and Information Society2.1 Le concept de l’IDG et le besoin d’interopérabilité L’objectif premier de l’usage des technologies de la géo-information pendant le processus deplanification, est de gérer et transmettre l’information pour améliorer le processus décisionnel. LesSystèmes d’Information Géographique (SIG) sont parmi les outils les plus élémentaires pour les organismesde planification spatiale publics et privés. Ils servent d’outil de soutien à la décision aussi bien pour lesexperts techniques que pour les décideurs. La quantité de données spatiales disponibles est toujours plusgrande, l’usage des SIG se répand, et progressivement les organismes s’intéressent de plus en plus aupartage de données aussi bien en interne qu’avec d’autres organismes. C’est cette tendance qui a mené audéveloppement de structures de données spatiales qui s’appuient sur la technologie des ‘web services’ etsur les formats de données standardisés pour permettre aux usagers d’accéder à des données distribuées àtravers divers organismes. Les Infrastructures de Données Géographiques (IDG) sont des ensembles de donnéesgéographiques, de métadonnées, de normes, d’outils et dutilisateurs, liés entre eux de façon interactiveafin d’utiliser les données géographiques. Le développement actuel des IDG va vers la combinaison desdifférents types d’acteurs, de fournisseurs de données, dutilisateurs, de données, de technologies, denormes, de législation et aussi d’initiatives de mise en œuvre. Le développement des IDG s’appuieprincipalement sur la Cartographie sur le Web et sur l’Architecture Orientée Services ; il est aussi influencépar les approches Web 2.0, toujours plus courantes, qui facilitent le partage interactif de l’information, laparticipation active, l’interopérabilité, la conception centrée utilisateur et la collaboration. 43
  44. 44. 2.1.1. La Directive INSPIRE La directive INSPIRE (INfrastructure for SPatial InfoRmation in Europe) a pour objectif d’établir uneInfrastructure Européenne de Données Géographiques. Elle est entrée en vigueur en mai 2007. La directivedéfinit l’IDG comme « ...des métadonnées, des séries de données géographiques et des services dedonnées géographiques ; des services et des technologies en réseau ; des accords sur le partage, laccès etlutilisation et des mécanismes, processus et procédures de coordination et de suivi établis, exploités ou misà disposition conformément à la présente directive » (EC, 2007, art. 3.1). INSPIRE ne cherche pas à établirde nouvelles infrastructures, mais se fonde sur les infrastructures déjà mises en place par les États Membres; infrastructures rendues interopérables par des règles de mise en œuvre communes ( implementing rules : IR)et des mesures établies au niveau de la Communauté. Le but est l’alignement des législations nationalespour atteindre un résultat commun au sein des États Membres Européens. Bien que la Directive soit spécifiquement destinée à soutenir la politique environnementaleeuropéenne, INSPIRE a un impact significatif sur la communauté européenne de la géo-information. Unemise en œuvre réussie de la directive INSPIRE pourrait représenter un grand progrès vers le partage efficacede l’information en guise de soutien à la résolution des problèmes. INSPIRE représente une base solide surlequel bâtir une plus large interopérabilité de la planification en Europe, puisqu’elle prend en compte lesnormes et pratiques actuelles dans le domaine des IDG et résume bien le point de vue de la plupart desacteurs. Parmi les actions qui visent à soutenir le processus de mise en œuvre de la Directive INSPIRE, leprogramme de la Commission Européenne « eContent-plus » a financé le projet Plan4all, qui agit sur laquestion de l’harmonisation et l’interopérabilité des données de planification spatiale.2.2. Une vue d’ensemble du processus de la planification Pour comprendre le rôle que joue l’IDG dans la planification spatiale, il faut prendre un peu de reculet regarder ce qu’est la planification et comment elle fonctionne. Des interprétations différentes de laréalité font qu’au lieu d’une seule et unique théorie du processus de la planification spatiale, il en existeplusieurs interprétations. D’un côté, la planification spatiale est une science technique avec desméthodologies définies ; de l’autre, c’est aussi un processus créatif, unique en son genre, avec des résultatsimprévisibles. 44
  45. 45. 2.2.1. Un processus linéaire de planification bien défini Selon Meise et Volwahsen (1980), on peut décrire la planification spatiale comme une solutiontechnique à des problèmes spatiaux. La planification spatiale est un processus linéaire idéal composéd’étapes définies. Ces étapes sont la collecte d’information ; la structuration de la problématique ; ladéfinition des objectifs ; l’analyse de l’information ; le développement du plan, de l’évaluation dupronostique et de l’évaluation globale. La planification consiste donc en plusieurs étapes et processusvisant à résoudre des problèmes spatiaux.2.2.2. L’équilibre entre la réglementation et la réalité Lendi (1988) a décrit la planification spatiale d’un point de vue juridique. La planification spatiale estconsidérée comme une mission publique et comme un système politico-administratif inscrit dans lalégislation nationale. Lendi évoque une certaine tension entre la réglementation et la réalité. Si cettetension est trop forte, la planification deviendra utopie et l’acceptation générale dont elle jouit diminuera.Si cette tension est trop faible, la planification ne servira qu’à réaliser la réalité et deviendra redondante.Ainsi, la planification spatiale n’est pas une série d’actes administratifs, mais un processus politique.2.2.3. La planification intégrative contemporaine Fürst (1996a and 1996b) et Selle (1994 and 1996) distinguent la ‘planification traditionnelle’ de la‘planification contemporaine’. D’un point de vue temporel, ‘la planification traditionnelle’ se caractérise parle développement linéaire inflexible d’un plan et de sa mise en œuvre, sans que les activités de planificationsoient durables à long terme. D’un point de vue spatial, ‘la planification traditionnelle’ fait référence aux‘îlots de planification’ que sont les divisions thématiques au sein des services administratifs, et d’un pointde vue institutionnel, la planification est effectuée par l’autorité qui en est responsable. La planificationcontemporaine’ par contre, est un processus plus flexible et moins linéaire. Les effets secondaires et lesrésultats des processus de planification doivent être surveillés afin d’intégrer les nouveaux résultats dans lesprocessus de planification en cours. La planification est plus intégratrice et vise à coordonner et à équilibrerles différents intérêts. ‘La planification contemporaine’ traduit ce caractère intégrateur non seulement auniveau thématique mais aussi au niveau spatial. C’est pour toutes ces raisons que la planification nefonctionne pas selon une marche à suivre fixe, standardisée mais qu’elle consiste toujours en un processuscomplexe, unique en son genre, qui implique non seulement des taches techniques et des méthodesdéfinies mais aussi énormément de créativité. Le processus de planification n’est pas linéaire mais continu, 45
  46. 46. ce qui signifie qu’il intègre constamment de nouveaux éléments, y compris de nouvelles évolutions pendantle processus de planification (des changements dans les infrastructures, de nouvelles données/informations etc.). Ces éléments influencent constamment les acteurs puis le résultat de la planification (lesplans, les rapports explicatifs etc.) L’on peut dire que le cycle de la planification ne prend jamais fin et quelorsqu’un cycle se termine, le suivant a déjà commencé. Figure 2.1 : les IDG, fournisseurs de données dans le cycle perpétuel de la planification Figure 2.1 décrit le cycle de la planification spatiale comme une interaction d’évènements réels dumonde dynamique, de plusieurs acteurs et des apports et productions de données.2.3 Qui sont les acteurs et quels sont les différentes perspectives de planification ? Dans le processus de planification, il y a différents acteurs qui ont tous des origines, rôles, intérêtset intentions propres, mais qui sont tous liés les uns aux autres et doivent donc arriver à un accord. Uneapproche ’écologie politique’ (Bryant et Bailey, 1997) suppose que le territoire est fortement influencé parla manière dont les différents acteurs interagissent au niveau local et vice-versa. Les intérêts des acteurs auxdifférents niveaux peuvent être complémentaires et/ou contradictoires et peuvent mener à différents typesd’alliances (Kaiser, 1995). On peut définir deux types principaux d’acteurs : le privé et le public. Les principaux acteurs publicssont les intervenants politiques, les organismes de planification, les administrations urbaines, labureaucratie locale, les gestionnaires dinfrastructure et la police. Les principaux acteurs privés sont leshabitants, les agriculteurs, les entrepreneurs et les spéculateurs, les promoteurs immobiliers. Les urbanistes 46
  47. 47. prennent souvent le rôle de consultant, ils guident et orientent le processus. Les acteurs se trouventhabituellement à des niveaux territoriaux et administratifs différents tels que des niveaux nationaux,régionaux et locaux.2.3.1. Les acteurs et leurs rôles Tableau 2.1 : Les acteurs impliqués dans le processus de planification spatiale (notions éditées et étenduesselon Plan4all D2.1, 2009) Il paraît important de développer un genre de « trilogue » (Engelke, 2008) entre les acteurs publics,le secteur privé et la politique, pour intégrer les perceptions émergentes d’un problème, et de cette façon,de combler le fossé entre la planification et la mise en œuvre, et entre les objectifs à long terme et lesobjectifs à court terme (Engelke, 2008).2.3.2. Du gouvernement vers la gouvernance Vu l’implication de multiples acteurs publics, privés et politiques dans la fourniture des servicespublics, les ‘réseaux recherche-décision’ prennent de plus en plus d’importance au sein des structures degouvernance. Ces réseaux comprennent des liens inter-organisationnels et des dépendances quipermettent l’échange de recherches qui sont nécessaires à l’accomplissement d’objectifs communs (Rhodes,1996). La Commission sur la gouvernance mondiale définit la gouvernance comme : « la somme des 47
  48. 48. différentes façons dont les individus et les institutions, publics et privés, gèrent leurs affaires communes.C’est un processus continu de coopération et d’accommodement entre des intérêts divers ou conflictuels. »(Commission sur la gouvernance mondiale 1995 pg 2). L’on appelle ‘gouvernance multi-niveaux’ un systèmedans lequel les intéractions verticales (entre niveaux de gouvernement) et les intéractions horizontales(entre acteurs gouvernementaux et non-gouvernementaux) ont lieu à tous les niveaux (Flinders and Bache,2004).2.3.3. Les intérêts trans-thématiques La planification spatiale revêt un caractère interdisciplinaire, ce qui signifie qu’elle touche presquetous les domaines thématiques tels que les aspects environnementaux, économiques et sociaux. La visionactuelle dit que dans le processus complexe de la planification, un élément unificateur est l’Infrastructurede Données Géographiques qui, tel un fil, coud ensemble les différents thèmes de la planification, les airesgéographiques, les acteurs et les niveaux administratifs. L’IDG est globalement reconnu comme un outil fondamental permettant aux utilisateurs de mieuxs’informer et de mieux informer, prenant en compte autant que possible la complexité de l’information.Pourtant le défi pour la planification spatiale est d’utiliser et de lier entre elles les données de façon à ceque l’information et la connaissance puissent s’en dégager, pour aboutir enfin à de meilleures décisions,plus transparentes. Voir figure 2.2. 48
  49. 49. Figure 2.2 : Des données vers l’information, la connaissance et la sagesse pour un meilleur processus de prisede décision.2.4. Le besoin de données spatiales interopérables à jour. L’information numérique sur la planification spatiale a toujours été gérée aux niveaux nationaux,régionaux et/ou locaux, ce qui a pour résultat un ensemble de jeux de données qui ne sont pas toujourscompatibles les uns avec les autres. Traditionnellement, la standardisation des activités de planificationspatiale a été plutôt insuffisante. Parmi les principaux défis se trouvent l’hétérogénéité des jeux de donnéeset des sources, des lacunes en termes de disponibilité, un manque d’harmonisation entre les jeux dedonnées aux différents niveaux, la duplication des informations ainsi que la perte de temps et de ressourceslors de la recherche des données nécessaires. Ces difficultés ont caractérisé la situation européenne en cequi concerne la planification spatiale (Ryser & Franchini, 2008). Il est clair que la situation ne réunit pas lescritères nécessaires à l’accomplissement des objectifs de la planification dans un contexte mondial. Les réglementations d’aménagement du territoire d’un pays peuvent être difficiles à comprendredans un pays limitrophe, même pour des spécialistes. Il est quasiment impossible de comparer lesréglementations d’aménagement du territoire à travers l’Europe, notamment pour les investisseurs et 49

×