Rapport du Consumer Electronics Show de Las Vegas 2012 par Olivier Ezratty
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share

Rapport du Consumer Electronics Show de Las Vegas 2012 par Olivier Ezratty

  • 6,978 views
Uploaded on

Rapport sur le CES 2012 de Las Vegas par Olivier Ezratty : http://www.oezratty.net/ ...

Rapport sur le CES 2012 de Las Vegas par Olivier Ezratty : http://www.oezratty.net/

Ce rapport se divise en 9 chapitres :
- Panorama complet des offres de TV connectées
- Rôle des smartphones et des tablettes dans l’ensemble des usages des loisirs numériques.
- Point sur les migrations de valeur en cours dans le marché de la photo numérique, ou certaines catégories d’appareils prennent le pas sur d’autres.
- Tour d’horizon des nouveautés dans le marché de l’audio.
- Point sur les technologies d’affichage
- Révolutions en cours dans les interfaces utilisateurs qui deviennent multimodales et multi-sensorielles.
- Evolutions marquantes dans les composants.
- Tour d’horizon des 42 sociétés françaises présentes au CES.
- Le meilleur et le pire du marketing avec son bêtisier.

More in: Business
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
6,978
On Slideshare
6,978
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
41
Comments
0
Likes
2

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Rapport 2012 duConsumer Electronics Show de Las Vegas Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 1 / 244
  • 2. Rapport de visite du Consumer Electronics Show 2012Janvier 2012A propos de l’auteur Olivier Ezratty olivier (at) oezratty.net , http://www.oezratty.net Conseil en Stratégies de l’Innovation 06 67 37 92 41 Olivier Ezratty conseille les entreprises dans l’élaboration de leurs busines plan, stratégies produits et marketing, avec une focalisation sur les métiers de l’image dans les médias numériques (TV, cinéma, photographie). Il leur apporte une triple expertise : technologique, marketing et management ainsi que la connaissance des écosystèmes dans les industries numériques. Il a réalisé depuis 2005 des missions diverses d’accompagnement stratégique pour Bouygues Télécom, SFR, SES Astra, LG Electronics, le groupe Pages Jaunes, Netgem, le groupe Skyrock, L’Oréal, le Crédit Agricole et Grou- pama. Ces missions couvrent par exemple : l’assistance à la création de roadmap produit, l’analyse de positionne- ment et de la concurrence, la définition technologique et marketing de stratégies d’écosystèmes et « d’innovation ouverte », l’assistance à la réalisation de business plans, l’animation de séminaires de brainstorming, ainsi que l’intervention dans des conférences et séminaires sur les tendances du marché. Il est aussi conférencier régulier sur ces différents thèmes. Il est aussi en contact régulier avec l’écosystème des startups au travers de différents rôles :  Expert, membre et président du comité d’agrément de Scientipôle Initiative.  Membre du comité d’investissement du fonds d’investissement Finaréa.  Membre du conseil d’administration de Darqroom, une startup du secteur de la photo numérique. Il est aussi professeur invité dans différentes écoles d’ingénieur et de commerce (Ecole Centrale Paris, Ecole des Mines de Paris, HEC, Rouen Business School) où il enseigne les stratégies et le marketing de l’innovation. En plus du Rapport du Consumer Electronics Show publié chaque année depuis 2006, il est l’auteur du Guide des Startups Hightech en France qui est devenu une référence en France pour les jeunes entrepreneurs. Le tout étant publié sur son blog « Opinions Libres » (http://www.oezratty.net). Olivier Ezratty débute en 1985 chez Sogitec, une filiale du groupe Dassault, où il est successivement Ingénieur Logiciel, puis Responsable du Service Etudes dans la Division Communication. Il initialise des développements sous Windows 1.0 dans le domaine de linformatique éditoriale. Entrant chez Microsoft France en 1990, il y acquiert une expérience dans de nombreux domaines du mix marke- ting: produits, canaux, marchés, communication et relations presse. Il lance la première version de Visual Basic en 1991 ainsi que Windows NT en 1993. En 1998, devient Directeur Marketing et Communication de Microsoft France et en 2001, de la Division Développeurs et Plate-forme dEntreprise dont il assure la création en France. Il quitte Microsoft en 2005 pour se lancer à son compte et se spécialiser dans les médias numériques. Olivier Ezratty est Ingénieur de l’Ecole Centrale Paris. Ce document vous est fourni à titre gracieux et est sous licence « Creative Commons » dans la variante « Paternité-Pas dUtilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France » Voir http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/Illustration de couverture : photo d’un bar dans l’hôtel Mirage. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 2 / 244
  • 3. The CES Report 2012 - English SummaryThis report published every year since 2006 is a condensed view of the year’s innovations in theconsumer electronics space using the Consumer Electronics Show in Las Vegas as a milestone. Itcovers all CE product categories: TV, video, photography, audio, mobility, computing, gaming,home automation and greentechs. It also goes in depth in the components side of these offerings:processors, sensors, network and connectivity, display and user interactions.It can be viewed as a complement tool to blogs and media covering the CES which are usuallyproviding a product-by-product coverage. In this document, you get a global view of the whole con-sumer electronics world. For free.Content comes from various sources: the CES show visit itself, pictures taken on the show floor andin press conferences, vendors press kits, blogs and news sites and at last the invaluable “CES Daily”published by TWICE during the show. The report covers not only the wealth of stuff presented atthe CES, but also some specific offerings from the French market, particularly in the TV space,which is world-class due to the high penetration of IPTV. It also highlights the French CE industrypresence at the CES, how to get there and what can be learned from trying to reach the US andworldwide markets from the CES. The author also keeps an eye on the way CE companies do mar-ket their products, trying to decipher marketing messaging and communication styles, identifyingthe good, the bad and the ugly of marketing practices.This year’s edition is focused on the evolutions of connected televisions, on the whereabouts ofsmartphones, tablets and ebooks and on greentech solutions. It also extensively covers the iPhoneand iPad ecosystems. It describes extensively the progresses made in display technologies such asOLED, Sony’s Crystal LED and glasses-free 3D.The author of this report is Olivier Ezratty, a freelance consultant working with digital media com-panies and startups. He is particularly focused on the way companies can develop their third partyproduct ecosystems, from the technology as well as from the marketing and business standpoints.He is focused on digital TV, digital cinema and digital imaging. Olivier Ezratty English bio can befound on his blog.The report is published under Creative Commons and is available for free and as a PDF file in theauthor’s blog (http://www.oezratty.net). It’s published in French language although it can be auto-matically translated by services like Yahoo Babelfish. If you are interested to handle the translationof this document in another language, such as English or Spanish, don’t hesitate to get in touch withthe author. He will provide you with the Word version of the document to ease the translation pro-cess.The author is also providing customized presentations and versions of the CES Report in the formof conferences or brainstorming sessions for organizations willing to get a broad view of the trendsin the consumer electronics space and to improve their product and services strategies. This can bedone in English or French. Please contact the author to discuss your need, get a proposal and aquote. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 3 / 244
  • 4. Table des matières The CES Report 2012 - English Summary .................................................................................... 3 Table des matières ............................................................................................................................ 4 Introduction ...................................................................................................................................... 7 Pourquoi ce rapport ? .............................................................................................................. 7 Que contient-il ? ...................................................................................................................... 7 Pour qui ? ................................................................................................................................. 8 Comment est-il conçu… si rapidement ? ................................................................................. 8 Mes outils de travail ................................................................................................................ 9 Tendances et marchés .................................................................................................................. 10 Grandes tendances ......................................................................................................................... 11 Tendances du CES 2012 ......................................................................................................... 11 Marche inexorable de l’intégration ....................................................................................... 17 Top des tendances par domaine............................................................................................ 20 Portés disparus du CES .......................................................................................................... 22 Données de marché ........................................................................................................................ 23 Gagnants et perdants ..................................................................................................................... 25 Vue d’hélicoptère .................................................................................................................. 25 Vue qualitative ....................................................................................................................... 25 Vue chiffrée............................................................................................................................ 29 Inside the CES ................................................................................................................................ 30 Dimensions du salon .............................................................................................................. 30 Couverture média du CES ...................................................................................................... 32 Déclin ou pas ? ....................................................................................................................... 33 Visiteurs français .................................................................................................................... 35 Exposants français ................................................................................................................. 36 Pratiques marketing ...................................................................................................................... 42 Le meilleur ............................................................................................................................. 43 Le moins bon .......................................................................................................................... 45 Le pire .................................................................................................................................... 47 Produits et solutions ..................................................................................................................... 48 Vidéo et télévision........................................................................................................................... 50 Grandes tendances ................................................................................................................ 50 Télévisions connectées .......................................................................................................... 53 Solutions des opérateurs ....................................................................................................... 63 Media centers ........................................................................................................................ 68 Logiciels et services ................................................................................................................ 70 Lecteurs Blu-ray ..................................................................................................................... 79 Caméras vidéo ....................................................................................................................... 80 Photo numérique ............................................................................................................................ 87 Reflex ..................................................................................................................................... 90 Hybrides ................................................................................................................................. 92 Bridges ................................................................................................................................... 94 Compacts ............................................................................................................................... 95 Accessoires............................................................................................................................. 97 Audio ............................................................................................................................................. 105 Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 4 / 244
  • 5. Sources audio....................................................................................................................... 106 Amplification ........................................................................................................................ 110 Enceintes .............................................................................................................................. 111 Casques ................................................................................................................................ 116 After-market des iP* ............................................................................................................ 117 Accessoires........................................................................................................................... 123 Ordinateurs personnels ............................................................................................................... 124 Desktops .............................................................................................................................. 125 Laptops................................................................................................................................. 126 Netbooks .............................................................................................................................. 129 Tablettes .............................................................................................................................. 130 Scanners ............................................................................................................................... 134 Impression normale ............................................................................................................. 136 Impression 3D ...................................................................................................................... 137 Mobilité et communication .......................................................................................................... 139 iPhone .................................................................................................................................. 140 Android ................................................................................................................................ 141 Windows Phone ................................................................................................................... 144 eBooks.................................................................................................................................. 144 Equipement automobile ...................................................................................................... 145 Accessoires mobiles divers .................................................................................................. 150 Jeux................................................................................................................................................ 153 Consoles ............................................................................................................................... 153 Accessoires........................................................................................................................... 154 Lifestyle ......................................................................................................................................... 157 Tranches de vie .................................................................................................................... 157 Lieux de vie .......................................................................................................................... 159 Usages divers ....................................................................................................................... 164 Domotique ........................................................................................................................... 172 Robots .................................................................................................................................. 173 Greentechs ........................................................................................................................... 174Composants................................................................................................................................. 181 Processeurs ................................................................................................................................... 182 Technologies ........................................................................................................................ 182 Processeurs pour PC ............................................................................................................ 183 Processeurs embarqués pour set-top-boxes et TV connectées .......................................... 184 Processeurs embarqués mobiles ......................................................................................... 187 Stockage ........................................................................................................................................ 192 Disques durs......................................................................................................................... 192 SSD ....................................................................................................................................... 193 Mémoire flash ...................................................................................................................... 194 Connectivité .................................................................................................................................. 195 Réseaux locaux et Wifi ......................................................................................................... 195 Câblage ................................................................................................................................ 197 DLNA .................................................................................................................................... 198 Capteurs photographiques .......................................................................................................... 200 Capteurs petits formats ....................................................................................................... 200 Capteurs grands formats ..................................................................................................... 201 Capteurs vidéo ..................................................................................................................... 202 Affichage ....................................................................................................................................... 203 Ecrans plats .......................................................................................................................... 203 Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 5 / 244
  • 6. Projection vidéo ................................................................................................................... 215 Affichage 3D ......................................................................................................................... 217 Ecrans pour ebooks.............................................................................................................. 222 Télécommandes, interfaces et capteurs ...................................................................................... 223 Télécommandes ................................................................................................................... 223 Claviers ................................................................................................................................. 224 Souris ................................................................................................................................... 226 Gestuel ................................................................................................................................. 226 Eye tracking.......................................................................................................................... 229 Cerveau ................................................................................................................................ 229 Tactile................................................................................................................................... 229 Son ....................................................................................................................................... 231Annexes ....................................................................................................................................... 232 Glossaire des loisirs numériques ................................................................................................. 233 Sources d’information ................................................................................................................. 240 Historique des révisions du document........................................................................................ 243 Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 6 / 244
  • 7. IntroductionAvant de traiter du fond du sujet dans ce septième rapport de visite du Consumer Electronics Showde Las Vegas, voici quelques éléments d’information sur son origine, sa forme et son processus decréation. Sept ans… âge biblique et âge de raison tout à la fois !Pourquoi ce rapport ?Ce rapport est né en 2006 après ma première visite du CES. J’ai adopté une approche éditoriale àl’opposé de ces nombreux blogs à grand trafic qui diffusent des flots continus d’informations sur lessorties de produits – une photo ou une vidéo et quelques lignes de texte, mais sans vue d’ensemble.Je m’étais dit qu’il y avait matière à traiter de manière transversale, globale et avec du recul lesnouveautés de ce secteur d’activité plein d’innovations. Histoire d’échapper à l’instantané perma-nent qui remplit nos agrégateurs d’informations.Ce rapport peut aussi vous donner l’envie d’aller au CES voire d’y exposer. Il y a bien peu de sa-lons de cette envergure dans le monde. C’est une expérience marquante pour qui s’intéresse àl’électronique grand public et aux nouveaux usages du numérique. Ce rapport ne remplace pas pourautant une visite au CES. Chaque visiteur en retire un regard qui lui est propre et est lié à son sec-teur d’activité. Le vôtre serait immanquablement différent du mien.Et ça marche puisque je constate qu’un nombre croissant de nouveaux français se rendent au CES,en tant que visiteurs ou exposants.Si vous êtes industriels, la visite du CES peut aussi être le moyen d’y développer votre business.Quitte même à y devenir exposant, l’un des moyens de prendre pied sur l’incontournable marchéaméricain. D’où la partie de ce rapport qui décrit la présence française sur le salon.Que contient-il ?Ce rapport fait un point d’ensemble de l’industrie des loisirs numériques. Il tire parti de ma visite duCES mais aussi de ma veille technologique pendant toute l’année passée. Il couvre plusieurs sec-teurs : les médias numériques (télévision, photo, audio), la mobilité avec les smartphones et les ta-blettes, la micro-informatique, la domotique, les jeux tout comme les usages et les greentechs dansleur lien avec le numérique (énergie, batteries, photovoltaïque, transports). A la fois parce que jem’intéresse à tous ces domaines et aussi parce qu’ils sont maintenant tous reliés les uns aux autres.Je m’intéresse ici à de nombreuses dimensions des innovations du secteur : les usages, la complexegénéalogie et imbrication des technologies allant des composants électroniques jusqu’aux logicielset contenus, aux modèles économiques, aux standards, aux stratégies industrielles ainsi qu’aux lo-giques d’écosystèmes.Je cherche aussi à distinguer les phénomènes « moutonniers » de l’industrie des signaux faibles, àsavoir les technologies qui pourraient devenir « mainstream ». C’est toujours une science inexacte.Il faut examiner l’équilibre entre le marketing des fournisseurs, la structure de leurs écosystèmes,les leurres, les fausses bonnes idées, les technologies qui ne sont pas sèches tout comme les facteursde blocage de l’innovation (sociétaux, économiques, industriels).Il faut aussi décrypter l’équilibre délicat entre usages, design et ergonomie et entre possibilitéstechnologiques et modèles économiques. Et aussi identifier les cas où les modèles économiques etles stratégies protectionnistes des grands acteurs (contenus, télécoms, constructeurs) accélèrent ou,le plus souvent, ralentissent la propagation d‘innovations, comme dans le cas de la télévision numé- Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 7 / 244
  • 8. rique. Par ailleurs, ce rapport fait aussi la part belle à divers gadgets, avec leur côté parfois déjanté.Le CES est aussi le salon du superflu et de l’absurde de notre société de consommation !Comme en 2011, j’ai organisé ce rapport pour distinguer clairement les éléments de marché, lesproduits et solutions et enfin les composants associés qui très souvent sont à cheval sur plusieurssecteurs. Tendances et Sous- Tendances Données Acteurs Salon Marketing marchés traitance Tendances Consommation Création Produits et TV & Du PC au Photo Audio mobile Jeux Lifestyle Logiciels et solutions vidéo contenus Accessoires Connec- Composants Processeurs Stockage Affichage Capteurs Interfaces tivité Sources Annexes d’information GlossaireDans chaque partie concernant les produits et solutions, nous commencerons par les grandes ten-dances dans les offres, puis les détaillerons par catégorie en distinguant les outils de consommationet les outils de création de contenu le cas échéant, et enfin, couvrirons les logiciels, les contenus etles accessoires divers.Pour qui ?Ce rapport est destiné à un large public intéressé par les loisirs et médias numériques : profession-nels du secteur de l’électronique de loisir et de l’informatique (médias, télécoms, constructeurs,éditeurs, grande distribution), entrepreneurs et investisseurs des industries numériques, acheteursdans la grande distribution à l’affût de nouveautés, le monde étudiant et enseignant, et les politiques,élus et agents de l’Etat et des collectivités territoriales intéressés par l’innovation dans ce secteur etla prospective associée. Paradoxalement, il intéresse aussi beaucoup les français qui exposent auCES ou le visitent. Les premiers n’ont généralement pas le temps de le visiter et les seconds le visi-tent rarement intégralement comme je le fais.Seule contrainte : disposer de temps pour se poser, sachant que vous pouvez très bien lire unique-ment les chapitres liés aux domaines qui vous intéressent (vidéo, audio, photo, etc). Voire, si vousêtes vraiment très pressés, vous contenter de regarder les images ! C’est fait pour cela ! .Comment est-il conçu… si rapidement ?Cela nécessite une bonne préparation, de l’organisation et une forte concentration pendant trois se-maines. Je rédige ce rapport en utilisant plusieurs sources d’information : le suivi régulier del’actualité sur les sites d’information et la presse, en visitant le CES avec des rencontres approfon-dies sur quelques stands, en rencontrant toute l’année les entreprises du secteur ou en travaillantpour elles comme consultant.Je passe une bonne semaine à Las Vegas : quatre jours du salon qui sont à peine suffisants pour enfaire le tour, et les deux jours qui précèdent sont dédiés à des conférences de presse d’exposants. Larédaction de ce rapport est concentrée dans les deux semaines qui suivent le CES, après mon retouren France. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 8 / 244
  • 9. Quelques mots au passage sur les révisionsde ce document. Il contient sûrement des Restitutions personalisées du CES 2012erreurs ou imprécisions, voire de graves ou- Ce rapport est toujours diffusé gratuitementblis. Pendant quelques semaines après sa sur le blog « Opinions Libres ». Le modèleparution, je tiens compte de tous les retours économique associé est une sorte de Free-de ce genre et réédite le PDF sur mon blog. mium : la version PDF est gratuite et les resti-Qu’ils figurent en commentaire du blog ou tutions orales et personnalisées sont payantes.que vous m’ayez contacté directement paremail. Pour une bonne traçabilité, la liste des Je peux présenter les principaux éléments demodifications apportées au Rapport est four- ce rapport dans des conférences et réunions denie à la fin du fichier, avec leur date et leur travail internes à votre organisation. Le tout enposition dans le document. le personnalisant en fonction de votre activité et des questions que vous vous posez sur les évolutions du marché. Je peux aussi créer desMes outils de travail éditions sur mesure de ce rapport en fonctionJe suis parti cette année au CES avec un net- de votre activité.book Asus 1025PX de 2011 équipé de Win- Voici quelques exemples de questions quidows 7. Cela reste un outil mobile excellent peuvent être traitées à cette occasion :lorsque l’on prend des notes dans les confé-  Comment évolue le marché des TV connec-rences. Je n’ai pas à me plaindre de lenteur tées et des set-top-boxes ? Quelles sont leset je profite d’une autonomie d’environ 8 attentes et comprtements des consomma-heures bien pratique en avion ou la journée. teurs ? Quel rôle vont jouer les tablettes ?J’ai aussi un iPad 2, mais plutôt pour prendredes notes ou lire divers documents et surfer  Quelles sont les stratégies des opérateurssur Internet, mais pas pour mettre en forme dans le monde ? Comment évoluent lesl’information dense qui se trouve dans ce modèles économiques et de fidélisation ?rapport ! Je serais peut-être avec un ultra-  Quels standards peuvent émerger ou êtrebook hybride laptop-tablette l’année pro- encouragés ? Quelles stratégies et tactiqueschaine ! peuvent-être mises en œuvre pour attirer les développeurs d’applications ?Ce rapport est édité sous Word 2010 et géné-ré en PDF par le même logiciel. Côté prises  Quel peut-être l’impact de Google, Apple etde vues, j’ai toujours un Canon EOS 5D Microsoft dans ces marchés ?Mark II et ses optiques. Cette fois-ci, j’ai  Quelles sont les migrations de valeur danssurtout utilisé le très polyvalent 24-70mm le monde des loisirs numériques ? Quel rôle2.8, toujours de Canon. Je récupère mes pho- les smartphones, tablettes et consoles de jeutos en RAW avec Adobe Lightroom 3 qui vont-ils jouer ?tourne convenablement sur mon netbook  Quelles tendances peut-on anticiper en ob-aussi surprenant que cela puisse paraître, servant de près le marché des composantsmais je réalise le gros des traitements une (processeurs, écrans, stockage, réseaux) ?fois rentré chez moi sur un desktop à based’un Intel Core i7 quadcore et deux écrans  A quelle vitesse les nouvelles technologies24 pouces, bien plus confortables. Mes pho- comme le 4K et la 3D vont-elles s’imposertos de ce CES 2012 sont publiées sur le site sur le marché ?français Darqroom. N’hésitez pas à me contacter pour planifier uneMaintenant, c’est à vous d’activer vos neu- telle restitution et en obtenir un devis. Desrones ! formules de sponsoring sont également envi- sageables en complément.Très bonne lecture, Vous en tirerez parti directement et contribue-Olivier Ezratty, janvier 2012 rez financièrement à la pérennité de ce travail apprécié du plus grand nombre. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 9 / 244
  • 10. Tendances et marchésCette partie du Rapport CES 2012 est dédiée aux aspects marchés et macro-économiques du secteurdes loisirs numériques. Nous allons y résumer les grandes tendances dans les offres et les usages,évoquer quelques ordres de grandeur du marché et faire un inventaire des grands acteurs et de leursituation.Nous ferons ensuite un tour du salon qu’est le CES avec ses participants et ses exposants, notam-ment français qui sont de plus en plus nombreux depuis quelques années.Nous traiterons aussi des pratiques marketings des exposants qu’il est intéressant d’observer avecun peu de recul. Le meilleur et le pire du marketing est toujours croustillant ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 10 / 244
  • 11. Grandes tendancesCette première partie comprend une vision d’ensemble des tendances de l’industrie des loisirs nu-mériques en prenant le CES comme « photographie » de l’offre. C’est l’endroit des analyses « ma-cro » et par grand acteur industriel.Tendances du CES 2012Voici donc quelques grandes tendances qui étaient observables cette année au CES, et plus généra-lement tout au long de l’année 2011 et en ce début 2012. Ce n’est qu’une vue d’hélicoptère… desept pages ! Le détail est dans le reste du rapport !TV connectées2012 devait être une année charnière pour les TV connectées, plus mises en avant par les construc-teurs que la 3D sauf chez Panasonic. Après ce CES, l’impression se dégage que les lignes de forcene bougeront finalement pas beaucoup. Les offres évoluent dans le bon sens, mais chacune dansleur silo.Ce marché de la TV connectée reste en effet très fragmenté. Les constructeurs proposent chacunleur plateforme et leur magasin d’applications. Ils multiplient les partenariats dans les contenus avecpar exemple Panasonic avec Disney, LG Electronics avec ESPN et Samsung avec Rovio (AngryBirds). Sans compter les partenariats entre constructeurs et opérateurs satellite, câble et télécoms,notamment chez Samsung qui est ainsi associé à Dish Network, DirecTV, Comcast et Verizon.Ces efforts troublent les consommateurs qui ne souhaitent pas choisir leur TV en fonction des con-tenus auxquels elle donne accès. Heureusement, les offres de vidéo à la demande (VOD) qui comp-tent le plus sont largement disponibles sur ces TV, celles de Netflix et YouTube en tête.Le nombre d’acteurs dans le logiciel pourTV connectée croît aussi sans cesse. Il y aaussi Ubuntu qui s’y met !C’est un marché où pour l’instant personnen’arrive à s’imposer. Pas même Google, quiest encore bien à la peine. On a certes puvoir Google TV sur des écrans LG Electro-nics, en plus de Sony et Vizio, mais c’estun support en catimini que nous offrent cesconstructeurs, un peu comme lorsque cesmêmes constructeurs supportent timide-ment Windows Phone 7. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 11 / 244
  • 12. Et Samsung n’était pas de la partie contrairement aux attentes. On trouve Google chez les construc-teurs chinois qui préfèrent intégrer Android que Google TV, car il est gratuit et ne nécessite pas designer de contrat avec l’américain1. Mais Android nécessite d’y ajouter une interface utilisateur, cequi à son tour est source de fragmentation.Seul un acteur transversal semble tirer son épingle du jeu : Microsoft. Grâce à la XBOX 360 qui estdevenue de facto une set-top-box appréciée des opérateurs2. Avec Verizon en tête aux USA, maisaussi Orange et Canal+ en France ou Sky au Royaume-Uni. Ce Microsoft qui faisait peur à tous lesopérateurs a finalement été retenu comme partenaire stratégique. Il fait moins peur que Google caril se positionne plus comme partenaire technologique que comme un vampire du marché publici-taire de la TV !Les interfaces graphiques des TV connectées restent toujours très approximatives. Les constructeursessayent de s’améliorer avec l’ajout de la commande gestuelle voire vocale et l’augmentation de lapuissance des processeurs qui équipent ces TV, avec notamment des dual core voire quadcore chezSamsung. Ce nest cependant pas bien convainquant en létat. Cependant, les innovateurs peuventsortir de nulle part. Telle cette iFeelSmart, cette petite startup française issue d’Orange Vallée etinstallée dans une suite en bordure du salon. Elle y présentait l’interface utilisateur la plus avancéepour TV connectées et autres objets connectés.En attendant, la TV se trouve dangereusement concurrencée par le « second écran » quest la ta-blette, qui est plus ouverte et moins régulée que la TV. Elle sert à piloter la TV connectée, on ytrouve les fonctions de personnalisation (réseaux sociaux, recommandation, guides de programmeset bientôt de la publicité ciblée) voire on y consomme directement les contenus. Face à ce mouve-ment, les chaînes de TV sont soit avant-gardistes (comme M6) soit prudentes (comme TF1). Quandles migrations de valeur vont inexorablement s’accélérer dans les usages, le réveil va être brutalpour les chaînes !2012 sera une année en demi-teinte pour les TV connectées parce que les lignes ne vont pas beau-coup bouger. Le principal bouleversement pourrait être la très attendue arrivée d’Apple sur ce mar-ché ! Elle secouera le cocotier de l’industrie, poussera les concurrents à prendre plus sérieusementen compte le design de leurs interfaces utilisateurs. Et elle poussera certains à consolider leurs ef-forts de plateformes applicatives.Réseaux sociauxIls sont omniprésents dans les coucheslogicielles des produits présentés. Celase trouve dans les mobiles, les ta-blettes et les TV connectées.Facebook passe du statut de plate-forme de recommandation à celui deplateforme média. De son côté, Twit-ter devient l’outil d’échange en directsur les programmes TV.Facebook et Twitter font leur appari-tion dans les TV connectées Samsung1 Tout du moins en version de base. Si le client souhaite accéder à l’Android Market Place, la box ou la TV devra être certifiée parGoogle. Une tâche que les constructeurs chinois laissent volontiers aux intégrateurs ou opérateurs de ces matériels de commodité.2 Ce n’est pas le cas de la Sony PS3 qui a pourtant des caractéristiques lui en donnant la capacité. La raison est probablement liée àl’approche commerciale. Sony a moins réussi à faire de sa console un produit utilisé en réseau. Et par ailleurs, il a des relations moinsétroites que Microsoft avec les opérateurs télécoms et autres. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 12 / 244
  • 13. et Panasonic avec pour chacun une application qui entoure une version réduite de la chaîne diffuséeen direct.Idem chez le chinois Haier (ci-dessus). L’intégrité de son signal est respectée. Verra-t-on cela enFrance au lieu d’applications où le programme TV est invisible comme sur la Freebox Révolution ?AffichageOn notait la part plus belle donnée aux télévisions 4K qui devraient être commercialisées en 2012,notamment chez LG Electronics et Sharp. La production audiovisuelle démarre dans ce formatcomme nous l’avons vu lors de la visite de l’IBC 2011 d’Amsterdam. Les contenus vont donc arri-ver derrière. Hollywood est en train de numériser, si ce n’est pas déjà fait, ses catalogues de filmsargentiques en 4K. Les films à effets spéciaux sont facilement remastérisables en 4K.Cette migration vers le 4K prendra évidemment du temps : au moins une demi-douzaine d’années.Elle ressemblera au passage au « Full HD » (1920x1080) à partir de son malheureux intermédiairedu « HD Ready » dans le milieu des années 2000 (1280x720), sans compter l’historiquePAL/Secam qui précédait.L’OLED continue de faire des siennesavec les premiers écrans grand format(55 pouces) dans cette technologie,démontrés par LG Electronics (ci-contre) et Samsung. La qualité d’imageest la meilleure du marché et en plusces écrans sont très économes en éner-gie ! La grande question étant la longé-vité des écrans et la capacité à les pro-duire à un coût raisonnable. Il sembleque des progrès aient été faits de cecôté-là.On attend aussi l’arrivée d’écrans trèshaute résolution (2560x1600) pour lestablettes qui pourraient intégrer l’iPad 3 et les tablettes Android courant 2012. Mais on n’en voyaitpas au CES.Enfin, la picoprojection fait des progrès à la fois en résolution (720p) et en luminosité (plus deLED), que ce soit chez 3M (LCOS), Microvision (Laser) ou Texas Instruments (DLP).De son côté, la 3D semble en déclin relatif. Quelques constructeurs ou spécialistes comme StreamTV Networks s’évertuent à créer des solutions « sans lunettes » mais aucune n’est véritablementsatisfaisante. D’autres comme LG Electronics tablent sur le format 4K pour améliorer la qualité desimages 3D. Et pour cause, leur technologie qui exploite un filtrage polarisant divise par deux la ré-solution de l’écran. Donc, en la doublant, on rattrape le coup. Ce que n’ont pas à faire les technolo-gies utilisant le filtrage temporel avec des lunettes dites actives - chez Samsung ou Panasonic - maisqui ont d’autres défauts.MobilitéC’est le changement dans la continuité, à savoir, une flopée de smartphones sous Android, mainte-nant en version 4.0, des processeurs quadcore qui remplacent les dual core au point que l’on parlemaintenant de « superphones ». On observe avec circonspection l’arrivée des processeurs AtomMedfield dual core chez LG Electronics dans des tablettes et smartphones. Cela reste anecdotique,Intel étant à la peine dans ce marché avec un retard dans la basse consommation des processeurs.Les formats de smartphones se diversifient. Samsung a sorti son Galaxy Note, de taille intermé-diaire entre smartphone et tablette. On en voit aussi au format cinémascope. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 13 / 244
  • 14. Les offres matérielles 4G / LTE se multiplient, tout du moins sur le marché américain, associées àcelles des opérateurs tels que ATT, Verizon et Sprint.Les smartphones prennent progressivement le dessus surles « feature phones » et les places de marchéd’applications sont les outils de mesure de la santé des pla-teformes mobiles.Android a dépassé iOS en parts de marché à l’échelle mon-diale et Windows Phone 7 n’arrive pas à trouver sa placeau soleil malgré ses qualités indéniables. On le voyait es-sentiellement sur les stands de Microsoft et de Nokia.De son côté, RIM avait lair bien moribond, échaudé parses pertes de parts de marché et par léchec de sa tablettePlayBook lancée au CES 2011 et dont une nouvelle versionétait annoncée sur ce CES.Côté tablettes, l’iPad domine toujours ce marché. Il y atoujours autant de tablettes au CES sous Android, qui pas-sent aussi sous Android 4.0. Il n’est pas évident d’identifiercomment elles se différencient tellement elles se ressem-blent. Les tablettes Android deviennent des produits decommodité dont la baisse des prix est inexorablement en-clenchée, ce d’autant plus que c’est une foire d’empoigne pour les composants qui les équipent avecdes offres très compétitives comme les processeurs du chinois RockShip, qui exposait commel’année dernière.Le CES est surtout intéressant pour son incroyable richesse d’accessoires pour l’iPad et l’iPhone. Ily a énormément de “crapware”, bien entendu, mais pas mal de sociétés sont véritablement inno-vantes dans le domaine, même si souvent, ce n’est qu’avec quelques bouts de plastique recyclé !Vous en aurez comme lannée dernière un bon inventaire dans le Rapport du CES.Tout ceci est le révélateur d’une véritable lame de fond en termes de transfert de valeur. De plus enplus d’appareils numériques confient plus ou moins volontairement leur interface utilisateur auxtablettes. Ils se dépouillent ainsi d’une partie de leur valeur propre et se banalisent. C’est ce qui esten train d’arriver aux télévisions, dans l’audio et dans la domotique. Cela va évidemment aussi ré-duire le rôle des télécommandes traditionnelles, y compris multifonctions. Et cela pourrait aussitoucher l’univers de la photo numérique. Le même transfert de valeur a lieu des appareils numé-riques vers les services du cloud.Les ebooks suivent quant à eux le chemindes tablettes pour devenir plus généra-listes, notamment avec le Fire d’Amazonqui a lancé la tendance fin 2011. Amoyen terme, les tablettes et les liseusesd’ebooks ne feront plus qu’une seule ca-tégorie de produit. Les éléments déclen-cheurs seront les écrans à encre électro-nique couleur supportant la vidéo. Il yavait très peu de nouveautés sur lesebooks sur le CES. A part le françaisBookeen qui présentait ses nouvelles ta-blettes Odyssey dotées d’une technologie accélérant la vitesse de changement des pages.Il y avait aussi les premières tablettes sous Windows 8, ce dernier arrivant en bêta en février 2012.Avec un enjeu clé : faire en sorte que ces tablettes associent le meilleur des deux mondes : celui du Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 14 / 244
  • 15. PC/Laptop et celui des tablettes. L’interface Metro de Windows 8 est prometteuse mais il faudraattendre les produits finis pour en apprécier les qualités à l’usage.Un symptôme de l’importance de la connectivité, cet article de comparaison des aéroports US pourles geeks dans PCWorld.PhotoCe marché est caractérisé par le déclin descompacts et la montée en puissance des ap-pareils « hybrides ». Ceux-ci cumulent lesavantages des compacts (prix, poids, compa-cité) et des réflex (grands capteurs, objectifsinterchangeables). Avec notammentl’annonce du Fuji X-Pro1, très impression-nant par sa qualité d’image que j’ai pu tester(ci-contre).Certains annoncent même la mort prochainedes appareils réflex « à miroir », trop coû-teux et lourds, et dotés de mécaniques qui enralentissent le fonctionnement. Cela sembleinéluctable et nous verrons quelles technologies permettront de confirmer ou pas cette migration devaleur.Autre phénomène marquant dans la photo, le déclin des cadres photos au profit des tablettes. On nevoyait quasiment plus de cadres photos au CES contrairement aux années passées ! C’est un signequi ne trompe pas ! Les tablettes dont le prix baisse inexorablement ont plein d’avantages que n’ontpas les cadres photos actuels.Et on ne peut pas oublier le cas de Kodak, en faillite, mais qui disposait tout de même d’un stand auCES ! Un beau symbole de ratage d’une révolution technologique alors que la R&D de cette sociétéétait pourtant bien dotée. C’est un peu le Rank-Xerox de la photo, qui avait pourtant une bonneR&D interne mais n’a pas sorti les bons produits à temps !Micro-informatiqueLe CES était le salon des « ultrabooks », ces laptops qui singent le Macbook Air, d’un Apple quin’est présent ni au CES, ni dans aucun salon. Ils s’appuient sur la dernière génération de proces- seurs Intel à basse consommation. Ils sont très fins, le record étant aux alentours de 13mm chez Sam- sung et Acer. La mise en avant de ces ultrabooks se fait au détriment des netbooks qui avaient fleuri depuis 2007. Au CES, on peut toujours aussi admirer les PC sur- gonflés pour gamers. Par contre, il n’y a toujours pas d’offres en masse de PC sous Linux, malgré la présence pour la première fois d’Ubuntu, au fond du South Hall. Windows a encore la dent dure mal-gré toutes les vagues qui auraient pu le décimer depuis une quinzaine d’années.JeuxL’interface gestuelle est reine maintenant que la Wii et la Kinect ont pris leurs marques. Le jeu estun marché plus grand que celui du cinéma, il ne faut pas l’oublier.On trouvait quelques accessoires pour le jeu mais relativement peu de nouveautés de ce côté-là. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 15 / 244
  • 16. Il faut citer celle dun petit français, la plateformede jeu dePawn qui permet d’associer des jeux desociété et des pions réels dont la position,l’orientation et la hauteur sont détectés par lesystème (ci-contre).AudioC’est un domaine contrasté. Le CES présentaitune foultitude de produits communicants, no-tamment sans fil - Wifi et/ou Bluetooth, etd’accessoires pour les produits d’Apple auxquelss’ajoutaient une nouvelle génération de stationsd’accueil audio pour smartphones sous Android.Le standard AirPlay d’Apple de diffusion de la musique entre appareils numériques donned’ailleurs du plomb dans l’aile aux solutions haut de gamme de gestion numérique de la musique.Le son multicanal reste un must pour profiter des DVD et Blu-ray mais la qualité des solutions évo-lue bien peu. On est plutôt dans le règne du son ATAWAD : anytime, anywhere et any device, doncbanalisé mais pas très qualitatif.Le marché de la hi-fi haut de gamme dont l’échantillon présent au CES est assez varié a l’air detoujours vivoter à l’ère artisanale, voire dans le passé. Les stands d’enceintes hi-fi du Venetianmontraient cependant que les fournisseurs avaient un peu changé leur fusil d’épaule. Ils présentaientmoins leurs enceintes haut de gamme à $150K l’unité, mais plutôt des modèles de milieu degamme. Mais pas au point d’élargir réellement le marché adressé.Réseaux et domotiqueIl y a surtout l’arrivée du Wifi 802.11ac qui fait monter le débit théorique à 1,35 Gbit/s, vu notam-ment chez Netgear. Et aussi des solutions à base de courants porteurs de nouvelle générationHomeplug qui montent également à 1 Gbit/s. Ces technologies sont adaptées au partage de vidéostout azimut dans le réseau local et aussi au très haut débit qui commence à alimenter les foyers en100 Mbits/s. Et enfin à la consommation de TV qui est de plus en plus multi-écrans. Chez Netgear,on note le rôle plus important donné au logiciel avec leur outil de monitoring de réseau local. Onvoit aussi arriver des câbles HDMI optiques – permettant de grande longueur - et sans boitiercomme les années précédentes. Toute l’électronique de conversion HDMI-optique est intégrée dansles prises.Il faut aussi signaler la part croissante des appareils photo et des caméras vidéo qui supportent leWifi et permettent ainsi d’alimenter en temps réel le cloud et les réseaux sociaux. Pour un meilleurmonde ? Cela dépend des points de vue !Dans la domotique, on côtoie toujours les mêmes standards et écosystèmes réseaux ZWave,HomePlug et ZigBee. On note le rôle de pilotage pris en charge par les smartphones et tablettes,notamment sous iOS, au détriment de matériels propriétaires. Y compris pour ouvrir sa porte degarage !Il y a aussi des offres de cloud dans le domaine, comme ailleurs. Le cloud était un pipeau visible surpas mal de stands ! Pipeau car mis à toutes les sauces sans que cela ait le même sens d’un fournis-seur à l’autre. Il y a d’abord les services de cloud personnel pour sauvegarder ses données, notam-ment les plus volumineuses. On assiste au couplage entre matériel et services de cloud chez lesconstructeurs, notamment de PC, une approche qui date déjà de quelques années et fut introduiteavec les premiers netbooks. Les contenus streamés audio et vidéo relèvent aussi conceptuellementdu cloud. Et évidemment tous les services de l’Internet tels que les réseaux sociaux sont intégrésdans la notion de cloud, surtout lorsque ceux-ci sont reliés entre eux. Le cloud décharge aussi les Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 16 / 244
  • 17. traitements de nos appareils connectés comme pour la reconnaissance de la parole (Siri) ou le trai-tement de l’image (scanners 3D sur smartphones). Le cloud se retrouve aussi dans les services de e-santé qui collectent les données de différents capteurs biologiques pour produire des rapports parta-gés entre les patients et leurs docteurs.On note de manière anecdotique mais symbolique l’apparition de prises murales pour la chargeUSB de vos appareils mobiles.GreentechsCôté greentechs, la captation de l’énergie solaireest de plus en plus exploitée, notamment pour re-charger nos mobiles, mais aussi des lampes depoche, des radios, tablettes et autres accessoires.Certains produits ou dispositifs captent la chaleurou l’énergie mécanique dans le même but. D’autresse chargent sans contact et par induction, mais cen’est pas forcément très économe en énergie.On voit aussi de plus en plus de piles à combus-tible, maintenant adaptées aux mobiles.Enfin, les produits “verts” se multiplient, telles cescoques d’iPhone réalisées à base de poudres de bois ainsi que des pieds pour caméras et appareilsphoto en bois, tous d’origine allemande.Usages spécialisésDans les usages spécialisés, il y a toujours pleind’applications présentées au CES. La E-santé sedéveloppe pas mal et est toujours bien à l’honneursur le CES (North Hall). La cuisine est aussi de lapartie.Le marché de l’automobile semble toujours encroissance même si je n’ai pas noté d’innovationparticulière cette année, à part chez quelques star-tups. Mais un très grand nombre de constructeursautomobiles exposaient ou même intervenaientdans les keynotes du salon, témoignage du rôlecroissant du numérique dans l’expérience du conducteur et de ses passagers.Marche inexorable de l’intégrationVoici une petite réflexion sur cette tendance historique à l’intégration dans les produits numériques.Elle a fait l’objet d’un débat animé au sujet des tablettes et des liseuses d’ebooks dans le blog Opi-nions Libres.Le point est le suivant : le marché du numérique a tendance à voir à la fois proliférer des objets nu-mériques de toutes sortes mais en même temps, ces objets deviennent de plus en plus généralistes,par le phénomène d’intégration à la fois dans les couches matérielles et les couches logicielles.Les éditorialistes du « CES Daily », ce quotidien distribué aux participants du salon et aussi dispo-nible en ligne, évoquent la notion de « crossover products », quand des catégories de produits mor-dent sur les fonctionnalités d’autres produits (ci-dessus). Et ils l’appliquent aux tablettes, à l’audio,aux produits embarqués dans la voiture et à la vidéo. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 17 / 244
  • 18. Les moteurs de cette intégration sont dans le désordre : le passage au tout numérique, le liant logi-ciel des solutions, des interfaces utilisateurs graphiques polyvalentes, la réduction du nombre deboutons physiques pour gérer tout cela, des capteurs de plus en plus nombreux et le besoin naturelde diminuer le nombre d’appareils mobiles que l’on a sur soi.Le schéma qui suit résume à lui seul ce phénomène d’intégration. En voici quelques exemples : Les GPS se vendaient en masse il y a quelques années. Comme les composants GPS ne coûtent rien et que le reste n’est qu’une affaire de logiciel et de connectivité, le marché des GPS dédiés se fait progressivement absorber par celui des smartphones. Implacable ! Une visite du stand Garmin permettait de s’en rendre comporte : l’affluence n’y était pas bien grande ! Autre symp- tôme : les autoradios 2012 chez Kenwood, JVC et Pioneer délèguent maintenant la fonction de navigation aux smartphones. Plus précisément, ils sont capables d’afficher ces applications, en mode déporté des smartphones. Bref, les nouveaux autoradios/PND deviennent des périphé- riques des smartphones et plus le contraire ! Les appareils photo compacts et les caméscopes, surtout les caméscopes de poche, sont main- tenant en déclin au profit également des smartphones. Pourquoi ? Parce que la qualité des photos et des vidéos prises avec les smartphones s’améliore sans cesse et est largement suffisante pour la plupart des consommateurs. Elle est couplée avec les fonctionnalités de connectivité des smartphones et leur intégration avec les réseaux sociaux. Une photo tout juste prise est immédia- tement partagée sur Facebook (modulo les risques sociétaux que cela génère). Et l’intégration du Wifi dans ces appareils arrive bien tardivement pour ralentir cette migration de valeur. Les appa- reils photos et caméras sont fossilisés car leur plateforme logicielle n’évolue pas et on ne peut pas y installer d’applications, à fortiori connectées. Je pense qu’à terme cela pourrait changer et que certaines gammes d’appareils photos seront construites sur des plateformes ouvertes du type Android. Les tablettes qui absorbent certains des usages de trois appareils en même temps : l’écran de TV, les liseuses et les cadres photos. Là encore, la portabilité, l’interface utilisateur multi-touch et la richesse applicative ont raison des appareils spécialisés qui ne suivent pas. Les chaînes hi-fi intégrées ont depuis longtemps pris le dessus sur les chaînes à éléments sépa- rées. Avec les HTiB (home theater in a box), l’intégration s’est poursuivie avec l’intégration d’un lecteur de DVD, devenu Blu-ray, et du son multicanal 5.1 voire 7.1. Sans compter Netflix, dans le cas des USA.Ce raisonnement ne s’applique cependant pas dans tous les cas de figure. Il y a une multiplicationd’appareils numériques dans le foyer, malgré le fait qu’ils deviennent de plus en plus généralistes. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 18 / 244
  • 19. Les facteurs de forme dépendent du lieu et des applications, de la position (assise, debout, couchée)et de la variété des usages. La marche inexorable de l’intégration Radio Radio-réveil Réveil matin Machines à traitement de texte PC / Mac Chaine hifi à Media éléments séparés Chaines intégrées Center HTiB Lecteur CD Lecteurs DVD/Blu-ray Smart TVs Media players / Netflix Compact camera Caméscopes Réflex SD camera HD camera Feature & Walkman MP3 player smartphones Pocket camcorders GPS + Maps Lecteur Autoradio Personal Navigation K7 audio Devices ebooks Cadres photos Tablettes TV Media Center Console de jeu Set-top-box Contre exemples de l’intégration Ordinateur personnel Tablette Gateway Set-top-box triple-play STB TVParfois, des catégories d’appareils se désintègrent. C’est le cas de la set-top-box triple play qui étaitau départ un tout en un et s’est scindée depuis en deux boitiers : une gateway et une set-top-boxpour la TV, cette dernière étant amenée à terme à disparaître car les TV et les consoles de jeu elles-même deviennent des outils intégrés et généralistes qui permettent de se passer de set-top-boxes.L’autre désintégration est le remplacement du PC par les tablettes pour certains usages. On a ainsiun appareil moins généraliste qui remplace un appareil plus généraliste. C’est essentiellement dû àla portabilité et à l’interface tactile. Mais le PC pourrait revenir dans la danse par le truchement delaptops hybrides avec écran tablette et clavier, le tout sous Windows 8 voire MacOS et Linux. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 19 / 244
  • 20. Top des tendances par domaineEt voici le résumé en une page de tout le document. Difficile de faire plus court ! Vidéo et télévision Affichage  Offres de contenus des constructeurs.  Ecrans OLED 55 pouces LG et Samsung.  La tablette est le second écran de choix.  Sony Crystal LED. Voire le nouveau premier écran.  4K qui pointe du nez.  Marché des TV connectées très fragmenté.  Pico-projection 720p.  Google TV ne s’impose toujours pas.  Ecrans Retina-like pour tablettes.  XBOX 360 devient une set-top-box secon- daire pour bon nombre d’opérateurs. 3D relief Audio  3D sans lunettes qui s’améliore.  AirPlay et DNLA partout.  4K utilisé pour améliorer la 3D sans lu-  Toujours autant d’accessoires audio des nettes. iPhone et iPad.  3D sur mobiles. Mobilité Photo numérique  Mobiles/tablettes 4G / LTE.  Hybrides prennent le pas sur les réflex.  Android leader et migration vers la 4.0.  Fuji Xpro-1, un des meilleurs hybrides.  Quadcores ARM.  Cadres photos tués par les tablettes.  Windows Phone 7 patine encore malgré ses  Lytro fait sa révolution. 50K applications.  Canon 1DX et Nikon D4 pour les pros. Composants Télécommandes et interfaces  Nombreux capteurs et usages associés,  Interfaces multimodales associant gestuelle, surtout dans la santé et le fitness. parole, gyro, notamment dans les TV  Intel Ivy Bridge pour les Ultrabooks.  La reconnaissance des gestes va faire son  Intel Medfield pour revenir dans la course apparition dans les laptops et tablettes. des mobiles et tablettes.  Qualcomm et ARM dans les mobiles. Ordinateurs personnels Réseaux et domotique  Le laptop devient l’Ultrabook.  Wifi 820.11ac, jusqu’à 1 Gbit/s.  Netbooks en déclin, tablettes en croissance.  HDMI optique.  Premières tablettes et hybrides Windows 8.  Pilotage par smartphones et tablettes au dé- triment de plateformes propriétaires. Jeux Greentech  Commande gestuelle généralisée.  Encore plus d’appareils avec cellules photo-  Jeux HTML (Zynga). voltaïques.  Tablette ePawn pour les jeux de plateau.  Smart-metering sur plateformes ouvertes.  Piles à combustible pour recharge de mo- biles. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 20 / 244
  • 21. Les zooms des anciens rapports du CESJ’essaye d’éviter de me répéter d’une année sur l’autre dans mes rapports CES successifs. Celui-ci est le septièmedu genre. Les précédents contenaient des « zooms » qui sont en général toujours d’actualité et que vous pouvezencore consulter. Ils sont consultables à partir du blog « Opinions Libres » surhttp://www.oezratty.net/wordpress/telecharger/publications/.Rapport CES 2012 – 244 pages La marche inexorable de l’intégration (page 17) Les portés disparus du CES (page 21) Le plan marketing des exposants (page 37) Décryptage des technologies OLED et Crystal LED (page 208)Rapport CES 2011 – 246 pages Le rétro éclairage LED des écrans LCD (page 55) Les techniques de la vidéo La résolution des capteurs d’appareils photo.Rapport CES 2010 – 204 pages Le rétro éclairage LED des écrans LCD (page 55) Les techniques de la vidéo en relief (pages 70) Les écrans des ebooks (page 65)Rapport CES 2009 – 192 pages Les fonctionnalités d’un guide de programme (page 30) La vraie résolution des caméscopes grand public (page 46) Les fabricants d’écrans plats (page 52) Les capteurs des appareils photo numériques (page 114) L’impression 3D (page 135) La vidéo surveillance (page 149) Le plan aérien du salon (page 170)Rapport CES 2008 – 178 pages Les consoles de jeu (page 130) Les robots domestiques (page 146)Rapport CES 2007 – 164 pages Chaine de valeur et régulation de la télévision numérique (page 15) Le place shifting (page 28) La bataille du DVD haute définition (page 34) Le HDMI (page 39) Rétro éclairage CCFL et LED (page 48) Les barres de son (page 67) L’autocalibrage du son (page 88)Rapport CES 2006 – 61 pages Les résolutions de la haute définition (page 9) La radio satellite (page 30) Les appareils multifonction (page 56) Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 21 / 244
  • 22. Portés disparus du CESVoici un petit rappel des technologies plus ou moins récentes qui ont disparu du CES au gré dutemps et j’en oublie sûrement plein. Certaines se sont évanouies du fait du passage de l’analogiqueau numérique, d’autres pour des raisons diverses d’obsolescence, de difficultés d’industrialisationou de migration de valeur : Les Laserdisc, remplacés par les DVD à la fin des années 1990. Trop gros, et dont l’image n’était pas encore numérique. Seul le son l’était. Les TV cathodiques, remplacées par les écrans plats dans les années 2000. Les écrans plats SED de Toshiba et Canon, très prometteurs mais qui ne sont jamais entrés en production et ont été abandonnés. Le Mini-Disc, disque magnétique de stockage audio de Sony lancé et abandonné dans les années 1990. Le HD-DVD, qui a perdu la bataille face au Blu-ray en 2007. Le protocole de domotique sans fil de l’espagnol DS2, absorbé par Marvell en 2010. Les écrans LCD à rétroéclairage CCFL remplacés par les LCD LED depuis le milieu des an- nées 2000. Les appareils photo argentiques depuis le début des années 2000. Les cadres photos numériques, remplacés en 2012 par les tablettes, notamment sous Android. Les caméscopes à bande magnétique, VHS, S-VHS et DV, dont le support de stockage est pas- sé aux disques durs puis à la mémoire Flash et aux cartes SD. Prochaine étape : le Wifi. Les PC Media Centers, qui n’ont jamais vraiment décollé, et sont remplacés par les set-top- boxes de plus en plus généralistes et puis par les services en ligne, y compris pour la TV de rat- trapage. Les Tablet PC d’origine, sous Windows sortis en 2002 pour les marchés professionnels et qui pourraient revenir en force sous la forme de PC/tablettes hybrides sous Windows 8. Les premiers prototypes étaient présentés sur le CES 2012 et on en verra sûrement beaucoup sur le CES 2013 après la sortie de Windows 8. Les players MP3, quelque peu éclipsés par les feature phones et les smartphones. Le Flip de Cisco et le Zune de Microsoft. Le Sony Dash, sorte de radio-réveil-tablette présenté en 2010 et 2011, et abandonné. Les personal navigation devices embarqués dans l’automobile. Il semble qu’ils deviennent des périphériques des smartphones et leur délèguent notamment les fonctions de navigation. Les télécommandes universelles à écran, qui sont en train d’être remplacées par les smart- phones.Il y aussi celles qui ne meurent pas comme les disques micro-sillons, les bandes magnétiques et lesamplificateurs à lampes, toujours en usage dans la hi-fi haut de gamme. L’analogique a son charmeet la vie dure ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 22 / 244
  • 23. Données de marchéDeux jours avant le salon, la Consumer Electronics Association présentait son traditionnel état dumarché de l’électronique de loisirs. La CEA qui organise le CES est aussi un organisme de lobbyinget un prestataire d’études de marché. Il est associé pour l’organisation avec la société d’étudesd’origine allemande GfK.Voici quelques points clés extraits des présentations et de quelques recherches complémentaires.Le marché mondial du matériel de loisirs numériques va dépasser le trillion de dollars en 2012 :$1038B exactement, soit +5% de croissance vs 2011 après +8% en 2011 ! Le marché s’était écrouléde 10% en 2009 à $824B et s’est redressé depuis, grâce aux pays émergents.Par comparaison, le marché mondial de la publicité était d’environ $500B en 2011, et celui destélécommunications sera situé aux alentours de $2100B en 2012 – dont $1300B dans la mobilité -et celui du logiciel était d’environ $267B en 2011. Et le marché des services sur Internet ? Il estbien difficile à évaluer. Il agglomère des services qui se rémunèrent sur la publicité - environ 20%du total du marché publicitaire mondial -, d’autres qui sont payants et enfin, toute la sphère ducommerce en ligne qui englobe tous les autres secteurs d’activité.Le marché des pays émergents prend de plus en plus de place et il représentera bientôt la moitié dumarché mondial de l’EGP. Sa part doit passer de 37% à 46% entre 2008 et 2012. En valeur,l’Amérique du Sud représentera la moitié de l’Amérique du Nord en 2012. Le Brésil est le plus grosmarché en Amérique du Sud. Les prix y sont très élevés, notamment du fait de taxes d’importation.Ces données sont intéressantes pour les perspectives d’exportation. La croissance est la plus forteen Europe de l’Est (+18% en 2011), dans les pays émergents de la zone Asie/Pacifique (+17%) puisen Amérique du Sud (+11%) et au Moyen Orient et en Afrique (+8%, toujours en 2011). En 2012,GfK prévoit une baisse du marché de 3% en Europe de l’Ouest, une stabilité en Amérique du Nord,et une augmentation de 18% dans les pays émergents de la zone Asie Pacifique.La CEA et GfK prévoient que la croissance du marché des tablettes va se ralentir. La cannibalisa-tion par les tablettes des ventes d’ordinateurs a été plus faible que prévue par les analystes et a sur-tout affecté les netbooks. Les ultrabooks vont donner l’occasion aux laptops de reprendre du poil dela bête.Par contre, il se vendra plus de smartphones que d’ordinateurs en 2012. Ce qui ne veut en soi pasdire grand-chose car il faudrait comparer les taux d’équipement. Et ils sont en train de converger.Le marché des smartphones est celui qui a créé le plus de valeur dans l’industrie. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 23 / 244
  • 24. Il devrait représenter 22% en valeur du marché mondial. En Europe de l’Ouest, l’iPhone représen-tait sur Q4 2011 près de la moitié des téléphones distribués et subventionnés par les opérateurs té-lécom. Par contre, le poids économique des PC, desktops et laptops, reste stable, aux alentours de22% à 23% depuis 2008.Les ventes en ligne de produits d’EGP (électronique grand public) ne représentent curieusementencore que 4,6% du total.Aux USA, les progressions les plus fortes de taux d’équipement concernent sans surprise les smart-phones qui sont sur le point d’atteindre celui des TV, les tablettes et les consoles de jeux dont lemarché n’est visiblement pas encore saturé. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 24 / 244
  • 25. Gagnants et perdantsD’une année sur l’autre, il est intéressant de voir ce qui a évolué dans le bon sens ou pas. D’abordavec une vue d’hélicoptère, avec les points marquants de ces sociétés tant d’un point de vue finan-cier que produits et avec une vue financière d’ensemble sur la croissance des uns et des autres.Vue d’hélicoptèreReprenant une petite vue de synthèse des précédents rapports et au vu de l’activité économique, desoffres et de ce qui était le cas échéant présenté au CES, voici la forme respective des principalessociétés du secteur. On compare ici la situation des sociétés à la fin 2011 par rapport à la fin 2010.L’année 2011 semble avoir été difficile pour un grand nombre d’acteurs puisque ce tableau de bordassociant qualitatif et quantitatif penche vers le rouge.On en revient toujours au même : c’est la capacité d’innovation sur des marchés de volume qui faitla différence.La plupart des sociétés dans le rouge ont raté le coche d’innovations majeures : Nokia et RIM pourles smartphones, Kodak pour la photo numérique, Panasonic, Toshiba et Sharp dans la TV, Ninten-do qui s’est essoufflé sur les lauriers de sa Wii, Canon qui est toujours absent dans les appareilsphotos hybrides et Dell absent du marché grand public et qui n’innove pas assez dans ses produits. Mieux portants vs 2010 Situation stable vs 2010 Moins bien portants vs 2010 Amazon AMD Adobe Apple Asus Broadcom Les chinois : Huawei, ZTE, Haier Google Canon Intel LG Electronics Dell Nikon Microsoft HP nVidia Netflix Kodak Qualcomm Samsung Motorola Sony Nintendo STMicroelectronics Nokia Panasonic RIM Blackberry Sharp Sigma Design ToshibaVue qualitative Mieux portants vs Pourquoi sont-ils en meilleur posture ? 2010  Leader incontesté du marché du commerce électronique et des ebooks. Amazon  Lancement du Kindle Fire.  Très bonne croissance sur 2011. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 25 / 244
  • 26.  Bénéficiant d’une croissance Apple insolente, Apple est devenu le premier constructeur américain en 2011 ($127B). Et c’est aussi le constructeur le plus rentable avec 26% de résultat net sur le dernier trimestre record (Q1 FY2012) de $46,33B. A l’échelle mondiale, il ne lui reste plus qu’à dépasser Sam- sung Electronics, ce qui pourrait très bien intervenir dans un ou deux trimestres !  Lancement réussi de l’iPad 2 et de l’iPhone 4S.  Marché dans l’attente d’une TV Apple qui pourrait arriver en 2012.  Excellente santé de l’écosystème matériel et logiciel d’Apple.  Le décès de Steve Jobs n’a pas eu d’impact négatif sur la société. Pour l’instant.  Bonne croissance sur 2011. Intel  Déclin du marché des netbooks qui affecte le marché des Atom  Lancement des ultrabooks sous Ivy Bridge qui permet de compenser et de remonter le revenu moyen par PC.  Dans les mobiles, revient à la charge avec MedField. Pour l’instant peu supporté : LG Electronics, Lenovo et Motorola. Problèmes d’autonomie toujours pas résolus, lié à l’héritage x86 intégré dans le processeur. Le support de ce jeu d’instruction coûte cher à Intel.  Abandon troublant du marché des TV connectées.  A repris des couleurs financièrement sur 2011 dans l’ensemble de ses domaines Nikon d’activité.  Lancement du D4 pour les professionnels.  Mais son entrée dans les hybrides est plutôt décevante avec le J1 et le V1.  A solidement pris pieds dans le marché de la mobilité et l’automobile avec ses proces- nVidia seurs Tegra.  La croissance est revenue sur 2011 après la décroissance en 2010.  Belle part de marché dans les smartphones Android. Qualcomm  Seul à maitriser les SoC (system-on-chip, processeurs intégrés) mobiles intégrant la partie 3G/4G.  Rentrent dans le marché de la TV.  Bonne keynote au CES 2012.  Très belle croissance sur 2012.  Qualcomm fait près de $15B sur 2011. Pas mal pour une fabless de composants mo- biles (société sans usine) !Situation stable vs Pourquoi la situation est-elle plutôt stable ? 2010  Regagne un peu de parts de marché fin 2011 dans les laptops. AMD  Va sortir une nouvelle génération de processeurs destinée à faire baisser les prix des UltraBooks, les Trinity. Après une génération précédente très décevante.  Croissance molle sur 2011. Très concurrencé par les architectures ARM mobiles.  Avait très mal démarré l’année 2011 Asus d’un point de vue financier et s’est rat- trapé sur la seconde moitié de l’année pour terminer avec une croissance de 7% sur 2011.  Affecté par le déclin des netbooks.  Stand rikiki au CES 2012 (ci-contre) et plus de conférence de presse ni d’annonces sur place. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 26 / 244
  • 27.  Toujours le roi des moteurs de recherche et une croissance qui reste respectable. Google  N’arrive pas à percer dans les réseaux sociaux malgré le lancement de Google +.  Google TV ne perce pas suffisamment vite pour impacter le marché.  Android est devenu leader mondial dans les smartphones. Reste les tablettes.  Début des ennuis antitrust aux USA et en Europe.  Rachat de Motorola Mobile qui génère beaucoup d’interrogations.  Difficile passage pendant l’été lors du Netflix débundling des offres d’abonnement DVD et VOD ce qui a ralentit l’envolée de la croissance sur H2 2011.  Démarrage de la croissance internatio- nale avec implantation au Royaume- Uni. Gros investissements de prévus.  Toujours le meilleur dans le placement de ses services dans les produits d’EGP (Smart TV, set-top-boxes, HTiB, etc).  LG reprend des beautés et reconquiert le marché de la TV face à son concurrent Sam- LG sung.  Le constructeur arrivait avec le plein de nouveautés au CES 2012 : un écran OLED de 55 pouces supportant la 3D, une télécommande gyroscopique et voix, une Smart TV Al- liance avec d’autres constructeurs, 80 pays et 1200 applications pour les TV connectées, son propre processeur L9 pour smartphones et TV.  Nouveaux smartphones LG Optimus LTE: 329 DPI, meilleur écran de 2,76 Mpixels, consommation divisée par deux et VMware intégré.  Sort des TV sous Google TV, sous la forme d’une « feature » et reste prudent pour éviter les déboires de Sony !  Possèdent 23% des brevets clés du LTE.  Par contre, résultats financiers décevants sur 2011.  La XBOX 360 est devenue une set-top-box pour de nombreux opérateurs câble, satellite Microsoft et télécoms, ce partout dans le monde.  Windows 8 pourrait faire redevenir l’éditeur dans le jeu des tablettes « généralistes ».  Par contre, Windows Phone 7 ne perce pas malgré le partenariat stratégique avec Nokia.  Idem pour Bing qui patine, même si via Yahoo, sa part de marché est significative aux USA. En Europe, Bing ne perce pas et Microsoft n’a pas de véritable stratégie dans les réseaux sociaux.  Keynote décevante de Steve Ballmer au CES et l’éditeur quitte le CES en 2013.  Toujours leader des TV connectées. Mais son business de dalles TV perd de l’argent. Samsung  Maitrise de la chaine d’approvisionnement de ses principaux produits, ce qui est un avantage concurrentiel énorme.  Leader mondial dans les smartphones et tablettes sous Android  Ecosystème le plus développé dans les contenus et services, après celui d’Apple.  Construisent 90% des panneaux Super -OLED au monde.  Mais résultats financiers décevants sur 2012.  Leurs résultats financiers ont été décevants sur 2011 (-6%), et plombés par la JV ST-ST Microelectronics Ericsson dans les mobiles (-30%). Mais l’activité grand public est en croissance (+8%) et présente de bonnes perspectives.  Présent dans plusieurs domaines en croissance : TV, imaging, automobile, MEMS, etc  Avance technologique dans le Low power CMOS, les SoC pour TV connectées et set- top-boxes en technologie 32nm et 28 nm  Leader du marché des set-top-boxes notamment dans les marchés émergents. Ce sont des produits dont la valeur augmente, poussés par la transition vers la HD et les STB hy- brides dans les pays émergents.  Convergence des plateformes pour set-top-boxes et TV connectées sur 2012.  Migration en cours vers le noyau ARM.  Marché qui se dégage avec Intel, Zoran et Broadcom qui quittent la TV connectée.  STMicroelectronics fournit le gyroscope et l’accéléromètre MEMS de l’iPhone dont les ventes explosent ! Cela doit représenter une grosse partie des $600m de ventes de MEMS, dont les ventes ont presque doublé en 2011. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 27 / 244
  • 28. Moins bien portants Pourquoi vont-ils moins bien ? vs 2010  Flash en déclin. Peu présent dans le salon comme référent technologique. Adobe  Croissance en baisse.  Quittent le marché des TV connectées. Broadcom  Forte concurrence de Qualcomm chez qui se trouve Atheros.  Baisse de la croissance sur 2011.  Le seul constructeur d’appareils photos sans hybrides ! Canon  Résultats financiers décevants sur 2011. Une année de décroissance.  Pas assez diversifié. Dell  N’arrive plus à générer de croissance.  Changements de direction. HP  Abandon de WebOS.  Situation confuse dans le secteur des PC.  En faillite. Va être taillé en pièces. Kodak  Stand maigrichon, orienté prestataires de services photos.  N’a plus d’innovation technologique à montrer pour les consommateurs.  Revente de Motorola Mobile à Google. Motorola  Echec de la tablette Motorola.  Mais un acteur qui compte dans les mobiles sous Android.  Perd des parts de marché. Nintendo  Lancement raté de la 3DS. Les joueurs ne sont pas très attirés par la 3D.  Baisse du prix des jeux liée à l’AppStore.  Ecroulement du chiffre d’affaires et de la profitabilité continus depuis 2009.  L’espoir est placé sur la Wii U qui doit sortir en 2012.  Le ratage du marché des smartphones est catastrophique pour Nokia. Il a enclenché dé- Nokia croissance, licenciements et un douloureux partenariat stratégique de la dernière chance avec Microsoft. -21% de CA sur Q4 2011 vs Q4 2010 et -9% sur l’année !  Lancement des Lumia sous Windows Phone 7 qui n’a pas encore porté ses fruits.  Lancement du Lumia 900 en LTE, et optique à grande ouverture.  Suppression de 17000 emplois sur deux ans. Après 17600 déjà supprimés en 2010. Il Panasonic reste cependant 350000 salariés.  Pas beaucoup d’annonces au CES. Très orientées contenus. Partenariat avec MySpace : pourquoi s’associer avec un loser ?  Toujours arc-bouté sur les TV Plasma dont le marché entame maintenant sa décrois- sance.  Perte de parts de marché. Deux derniers trimestres catastrophiques alors que 2010 avait RIM Blackberry été une bonne année. Départ des dirigeants fondateurs.  A perdu la bataille des smartphones, coincé entre iOS et Android. N’a pas de véritable écosystème applicatif et est trop positionné sur le marché entreprise.  Echec de la tablette Playbook lancée au CES 2011.  Passé de la croissance à la décroissance sur 2011. Sharp  Pas grand-chose à se mettre sous la dent cette année chez Sharp qui semble continuer une descente aux enfers, tout du moins dans l’électronique de loisirs.  Lançait les Sharp Aquos Board, écrans LCD grand format (60 à 80 pouces) destinés aux entreprises pour concurrencer les projecteurs vidéo et ajouter le tactile ou un stylet pour dessiner ou commander l’interface utilisateur. Toujours focalisé sur les TV à très grand format, un tropisme lié au marché américain. En France, le format moyen des écrans est le 37 pouces !  Et puis les Sharp Aquos FreeStyle TV, ces TV qui fonctionnent sur batterie et sans fil en Wifi comme vues sur le CEATEC.  Présentait un système de recharge de batterie fonctionnant en solaire : SunSnap. Rien de très original. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 28 / 244
  • 29.  Perte de parts de marché dans les set-top-boxes. Sigma Design  Diversification intéressante avec Zensys (Z-Wave) et VXP.  Décroissance continue depuis deux ans !  Echec des TV sous Google TV. Sony  La 3D ne perce pas aux USA et Sony avait beaucoup misé dessus.  Pertes de parts de marché dans la TV.  Mais bonne offre et résultats sur les réflex avec ses Alpha.  Mauvais résultats financiers sur 2011.  Pas de conférence de presse au CES cette année. Toshiba  Peu de différenciation côté produits.  Mauvais résultats financiers sur 2011.Vue chiffréeLe graphe ci-contre présente la croissance ou décroissance de chiffre d’affaire du trimestre qui s’estterminé aux alentours de septembre 2011 (certaines entreprises étant décalées d’un mois dans leursrésultats financiers).J’ai conservé le graphe de l’année dernière avec la croissance année sur année (« year over year »)vis-à-vis de 2009 pour voir comment la situation a évolué. Cela permet mieux de mieux sentircomment des sociétés en difficulté en 2010 se sont redressées et le contraire. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 29 / 244
  • 30. Inside the CESDimensions du salonCe CES 2012 confirmait la reprise dans le secteur entamée en 2011. Avec environ 153 000 visiteurs,la fréquentation est en hausse par rapport aux années noires de 2009 et 2010 alors que l’économieredémarre. C’était même la meilleure fréquentation historique du CES, y compris par rapport auxannées pré-Lehmann !Il y avait 3100 exposants, soit 400 de plus par rapport à 2011. Chaque année, il y a des allées et ve-nues de ce point de vue-là. La surface d’exposition était de 1,84 millions de pieds-carrés, répartissur le Las Vegas Convention Center (ci-dessous) et dans l’hôtel Venetian et son centre de congrèsdu Sands. Ceci représente l’équivalent du parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris. Perspective du Las Vegas Convention Center, vue du 34 ième étage du Venetian vers le Nord. Au fond… le désert du Nevada !Cette année, le CES intégrait le salon de la photo PMA dans un hall d’exposition à part dans leSands Expo Center, là où se trouvait auparavant une partie du CES et qui avait été inutilisée en2010 et 2011 du fait de la crise.La proportion de visiteurs étrangers était en légère augmentation, à 22,2%. Non Media, analysts Conferences % Attendees exhibitors Exhibitors International & bloggers attendees Speakers international Exhibitors 2007 143695 82509 49975 27020 7386 3482 343 18,8% 2008 141150 75491 49572 28056 6890 8817 380 19,9% 2009 113085 65726 38318 22359 6547 1997 497 19,8% 2700 2010 126641 76569 40418 24364 7286 1945 423 19,2% 2500 2011 149729 89776 48776 31677 7581 2877 529 21,2% 2700 2012 153000 34000 22,2% 3100La prochaine édition aura lieu du mardi 8 au vendredi 11 janvier 2013, toujours à Las Vegas.En marge du CES ont lieu divers événements et notamment Showstoppers (ci-dessous), une miniexposition pour les médias accrédités qui rassemble une grosse centaine de grandes marquescomme des startups, certaines n’étant pas forcément exposantes sur le CES. Il a lieu dans un grandballroom de l’hôtel Wynn. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 30 / 244
  • 31. Le ballroom de Showstoppers où est organisé chaque année le premier jour du CES à l’hôtel Wynn, avec plus de 100 exposants.Il y a aussi le « CES Unveiled », organisé l’avant-veille de l’ouverture du salon par la ConsumerElectronics Association. Il est construit sur la même formule, avec 75 exposants.Enfin, les célébrités étaient nom-breuses au CES 2012 avec une trèsbonne pêche et notamment JustinBieber (Tosy Robotics), JustinTimberlake (Panasonic), 50cent(Sens), Catherine Murino et Ol-ga Kurylenko des deux derniersJames Bond (ci-contre, sur le standPanasonic), Will Smith (pour lapromotion de Men in Black III en3D), Brian Seacrest (animateur dukeynote de Microsoft), TomHanks (événement Yahoo) etEarth Wind & Fire (sur le standde Sony).On pouvait noter le rôle croissantdes pays émergents. Un signe quiinterpelle : le marché del’électronique de loisirs en Amé-rique du Sud va représenter la moi-tié de celui de l’Amérique du Nord en 2012, dynamisé notamment par le marché brésilien.Le marché intérieur chinois se développe également. Et Haier faisait son apparition sur le salon enplus de SkyWorth, Lenovo et HiSense.Des acteurs comme Qualcomm développent leur activité “CSR/RSE” (Corporate Social Responsibi-lity) dans les pays émergents, dans la lignée de Nokia (cf leur Wireless Reach). On observe aussi laprésence de plus en plus forte des sociétés asiatiques hors de leur ghetto du Hilton et notammentdans la hi-fi. On entend aussi beaucoup parler le Russe au CES !Autre point notable sur l’origine des sociétés exposantes. Il y a bien entendu beaucoup de sociétésaméricaines sur le salon. Mais contrairement à ce qui se passe dans le logiciel et Internet, elles nesont pas majoritairement issues de la Silicon Valley. On en voit de tous les Etats, et en particulier duMichigan, de New York, de Floride et de l’Utah. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 31 / 244
  • 32. On pouvait récupérer un magazine sur l’EGP au Brésil et un autre qui faisait le point chaque jour des annonces au CES … et en chinois.Couverture média du CESAvec plus de 7000 représentants des médias, blogs et analystes, la concurrence est rude pour leRapport du CES. Les grands sites d’information que je n’appelle plus blogs que sont Engadget(leur équipe ci-dessous) et CNET vien-nent avec des équipes de dizaines depersonnes au CES. Un search Googlesur « CES 2012 » renvoie 27 millionsde résultats. Mais un search sur « Rap-port CES » renvoie sur ce Rapport duCES ou ses éditions antérieures.Ces sites écrivent des centainesd’articles sur toutes les nouveautésqu’ils dénichent sur le salon. Ils produi-sent tout autant de vidéos et assurent lelive blogging des conférences de pressecomme des keynotes. Rien ne leuréchappe !Les statistiques d’Engadget font froid dans le dos à l’indépendant que je suis : une équipe d’unetrentaine de personnes et une production de 810 posts, 404 galeries de photos, 208 vidéos et 14podcasts. Elle était dotée de 22 cartes 3G, 40 cartes LTE et 25 appareils réflex.Je m’étais cependant renseigné l’année dernière auprès de l’équipe de la Consumer Electronics As-sociation pour leur demander s’il existait un équivalent du Rapport CES dans le monde. Leur ré-ponse était négative !Bref, il n’y a pas de concurrence sous cette forme ! Un investisseur dirait que c’est parce qu’il n’y apas de marché. Il aurait en partie raison puisque ce rapport est non seulement gratuit mais il n’estpas financé par la publicité ce qui garantit un bon niveau d’indépendance. Ceci étant, avec les con-férences qui suivent la production du Rapport, j’arrive à en rentabiliser l’investissement en temps.Donc, tout le monde est gagnant. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 32 / 244
  • 33. Déclin ou pas ?Au-delà de ce que l’on pouvait voir sur le salon, le débat faisait rage dans les médias et les blogs surle devenir de ce salon. Il exaspère de nombreux visiteurs, notamment dans les médias, car il est tropgrand, très fatigant à visiter, et parce que l’on y trouve beaucoup de choses inintéressantes. Un sonde cloche que l’on trouve chez des grincheux comme Eric Le Ven sur CNet. Mais ces mêmes jour-nalistes qui se plaignent de l’aspect me-too des produits alimentent le phénomène par leur proprecouverture presse du salon, produit par produit, sans beaucoup de recul et sans forcément chercherles innovations planquées aux recoins du salon.L’annonce du retrait de Microsoft du salon à partir de 2013 a certainement jeté un froid. Mais Mi-crosoft n’a jamais eu grand-chose à montrer au CES, son stand n’a jamais été une véritable attrac-tion et il ne donnait jamais lieu à des lancements marquants. Il pouvait servir à exposer les diffé-rents matériels supportant ses logiciels. Des PC ? Ce n’est plus le centre d’intérêt du CES. Dessmartphones ? Il y en a très peu au regard de ceux qui tournent sous Android. Et ne parlons pas destablettes.Par ailleurs, les keynotes de Microsoft sans BillGates avaient perdu de leur saveur. Steve Ball-mer n’a jamais remué les foules ni eu grand-chose à raconter. Ce n’est pas un homme « pro-duit ». C’est peut-être l’explication de la défec-tion : la CEA qui organise le CES aurait de-mandé à Microsoft de laisser sa place de pre-mier intervenant dans ces keynotes. Microsoftl’aurait mal pris et se serait donc retiré. Faisantainsi comme Apple qui ne participe à aucunsalon, même MacWorld, mais dontl’écosystème est malgré tout omniprésent auCES. On notera aussi que l’un des rares éléments forts de Microsoft dans le grand public est laXBOX. Mais le salon de référence du jeu vidéo est l’E3 de Los Angeles qui se tient en juin, pas leCES.Cependant, l’absence prochaine de Microsoft n’est pas une si grosse perte que cela pour le CES.Même si d’un point de vue symbolique, cela sent le roussi pour le CES comme pour tous les grandssalons qui périclitent les uns après les autres.Ce qui serait grave pour le CES serait une défection de Samsung, LG Electronics, Sony ou Panaso-nic qui sont les plus grandes attractions du « Central Hall » avec les plus gros stands du salon. Maison n’y est pas encore. Un panorama à 180° du South Hall, niveau du haut, 600m de long ! Cela représente environ le sixième de la surface totale du CES. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 33 / 244
  • 34. Certains évoquent la concentration du marché de la distribution pour expliquer le déclin à venir degrands salons comme le CES. Cette concentration est forte dans certains pays mais le marché dedétail et de proximité reste significatif dans certains pays comme les USA et sur le milieu-haut degamme. On le retrouve dans l’offre audio hi-fi présentée au CES dans les suites du Venetian.D’autres évoquent le fait que le marché de l’offre se consolide et qu’il y a trop de produits qui seressemblent. Jason Perlow de ZDNet prévoit ainsi la disparition du CES en 2015. Cependant,l’argumentation du « me too » est valable pour tous les salons et tous les marchés concurrentiels.Au risque de me tromper, je pense que l’on enterre le CES un peu trop rapidement. Tout d’abord,contrairement aux salons dédiés à l’informatique d’entreprise comme le Comdex l’était, le CES estun salon de produits matériels grand public. Il est toujours important de les voir “en vrai” pour lesapprécier. On ne peut pas jauger la qualité d’un écran OLED de 55 pouces avec une visio-conférence ou de la réalité augmentée ! Tant qu’il y aura du hardware innovant à montrer, le CESaura de l’intérêt. C’est l’un des rares endroits au monde où l’on peut observer les technologies lesplus avancées, parfois encore à l’état de prototype, telles que les TV connectées ou les écransOLED.Les annonces ? Il y en a toujours pas mal chez les grands comme les petits exposants. Certes, ellesne sont pas majeures. Le marché est mondial. Il se commoditise autour de plateformes clés commecelles d’Apple et Google. Le CES est devenu un salon de l’écosystème de ces plateformes. Lesgrandes annonces sont étalées dans l’année. Mais le CES est aussi un vaste concours Lépine mon-dial. On y trouve beaucoup de pépitescomme dans la plupart des salons, à ceciprès que la dimension est énorme et quil Un incubateur à Las Vegasfaut du temps pour filtrer lensemble. Lancement d’un incubateur à Las Vegas, laNotons toutefois quelques annonces ou pre- ville lance son propre incubateur. Tony Hsieh,mières présentations au CES 2012 : les TV le fondateur de Zappos va investir $300m pourOLED Samsung et LG de 55 pouces, l’écran développer l’attractivité de la ville pour les8K de Sharp, une résolution jamais montrée startups. Les avis sont partagés sur la questionau CES, de nombreux nouveaux ultra-books, car la zone est un peu isolée et le niveaule Fuji X-Pro1 et le Nikon D4 dans la photo, d’éducation n‘y est pas très bon. Mais le rêvela nouvelle set-top-box Hopper de Dish américain et la volonté peuvent faire la diffé-Network, les smartphones et tablettes sous rence !Android 4.0 et les premières tablettes sousWindows 8.Disposer d’un instantané de ce banc de pois-sons en mouvement perpétuel est toujours intéressant. Sans compter le fait que le CES est un ren-dez-vous d’affaire incontournable pour l’ensemble de l’industrie. A l’échelle mondiale, elle con-verge à Las Vegas pour faire du business. Les têtes chercheuses des grandes entreprises, notammentcoréennes, japonaises et américaines, y compris Apple, y font leurs emplettes d’innovations. Et ça,les média ne le voient pas !Il y a bien entendu plein de marques comme iLub, Coby, Polaroid, RCA, Lenovo et autres qui ven-dent des produits me-too commoditisés et n’ont effectivement aucun intérêt. Même les grandesmarques comme Samsung et LG ou Panasonic font du me-too. Mais le CES regorge toujours deplein de pépites. Ce sont généralement des startups mais aussi des fabricants de composants techno-logiques que l’on va ensuite trouver dans les produits finis l’année suivante. Nous avions l’exemplede PrimeSense et de la commande gestuelle l’année dernière. Il faut aller dénicher les pépites dansla bordure du salon ou dans des mini-salons tels que Showstoppers voire dans des suites planquéesdans des hôtels. Pourquoi se plaindre des me-too quand les originaux sont aussi là ? Il faut se don-ner la peine de les chercher. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 34 / 244
  • 35. Heureusement, les grands leaders de l’industrie innovent avec les technologies de base comme lesécrans, les TV connectées, les smartphones et les tablettes. Ils ont des produits standardisés bienconnus et 100 fois vus. Mais c’est l’écosystème qui innove le plus et avec la plus grande diversité.La richesse des accessoires divers que l’on trouve est toujours fascinante tout comme les innova-tions foisonnantes dans les usages et dans des marchés spécialisés comme la santé. Les sociétés asiatiques sont regroupées en cluster, notamment dans le ballroom du Hiltton. Mais on en trouve partout ailleurs. Les plus innovantes sont généralement issues de Taïwan et de Corée.Le CES est aussi intéressant parce qu’il offre une vitrine unique sur le marché mondial. La forteprésence de l’Asie est toujours intéressante, des PME de Shenzhen (14 pages dans le catalogue desexposants !) qui fabriquent tout et n’importe quoi jusqu’à la montée en puissance des grands indus-triels chinois comme HiSense ou Haier.Visiteurs françaisLes visiteurs français sont toujours d’horizons divers : Les médias, télécoms et industriels du secteur des loisirs numériques, surtout pour les respon- sables marketing, stratégie et veille technologique. On croise donc dans les allées des personnes d’Orange, SFR, Bouygues Telecom, Canal+, des principales chaînes TV, de grandes sociétés comme Renault, L’Oréal, la SNCF, EDF et BNP-Paribas. La grande distribution et les services achats dans l’électronique de loisir, invités ou pas par les filiales françaises des grands groupes de consumer electronics. Des managers, marketers et commerciaux des filiales françaises de ces grands groupes (Sony, Toshiba, etc). On entend beau- coup parler français sur les stands des grands constructeurs japonais et coréens ! Il y avait par exemple huit français sur le stand de Sony. Des journalistes de la presse écrite, radio (France Info) et télévision (LCI, Canal+, M6, TF1, BFMTV, GameOne). Les temps ont changé : les services d’information de TF1 et M6 consa- craient un reportage quotidien dans leur édition du soir. Il y a aussi la presse spécialisée dans la hi-fi, la vidéo, et l’informatique grand public. Ils sont parfois invités par les grands fournisseurs, filiales en France de groupes étrangers. Mais de moins en moins. Les temps sont durs. Les blogeurs du consumer electronics : Journal du geek, Gizmodo, Fanny’s Party / Giiks, Clubic, etc. Quelques investisseurs (VCs). J’en ai croisé un qui visitait deux sociétés françaises de son porte- feuille d’investissement présentes sur le salon.Il y avait aussi une nouvelle catégorie de visiteurs et exposants : les marques grand public hors sec-teur du numérique et leurs agences de communication. On notait en particulier la présence de Mau-rice Levy de Publicis dans un panel. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 35 / 244
  • 36. Exposants françaisIl y avait aussi pas mal de sociétés françaises présentes d’une manière ou d’une autre sur le CES.J’en ai dénombré 42 en tout, ce qui est un très bon score. Elles étaient 38 en 2011, un peu plusd’une vingtaine en 2010 et 26 en 2009.Les sociétés françaises présentes pouvaient avoir un stand dans le salon, dans une suite gérée ou paspar le salon, être présentes sur le stand d’un partenaire, intervenir dans un keynote ou une confé-rence de presse.Il y avait même cinq sociétés françaises présentes au « CES Unveiled », un événement réservé auxmédias avant le salon, sur un total d’environ 75. Bravo à Parrot, LaCie, Withings, Sculpteo etQooq !Ces sociétés ont pas mal de points communs : elles viennent de toute la France, elles ont à leur têtede vrais entrepreneurs et des innovateurs, ils en veulent car ils visent le marché mondial. Etant sou-vent dans les industries du matériel, elles ont du trouver des pirouettes pour se financer ou bien onteu au départ une croissance molle. En tout état de cause, elles représentent collectivement un poten-tiel de croissance non négligeable dans les industries numériques en France.Les présents déjà là en 2011 Acoustic Precision : dans la hi-fi haut de gamme à prix serrés, présents au Venetian comme en 2011. Alcatel – Lucent avec un vrai stand dans le South Hall comme en 2011. Ils présentent leurs technologies sous forme de solutions dans différents secteurs d’activité, notamment l’automobile. Aldebaran / Violet-Karotz : le célèbre lapin était présent sur Showstoppers, l’événement en marge du CES et réservé aux médias. Il est passé en 2011 des mains de Mindscape, mal en point, à celles d’Aldebaran, le spécialiste des robots. A l’occasion du CES, une nouvelle version du la- pin Karotz était lancée spécialement pour le marché américain et accompagnée de son « Karotz Store » avec notamment : réveil matin, web radios, histoires pour les enfants en bas âge, météo, embouteillages, bourse, Tai-Chi et live vidéo chats. L’idée est de faire du lapin un lien avec les personnes que l’on aime. Le lapin est doté d’une caméra et on peut voir à distance ce qu’il voit. S’il est dans la chambre à coucher, autant que la liaison soit bien sécurisée ! Il supporte aussi la reconnaissance de la parole. Of course, le lapin peut aussi lire à votre place vos fils sur Facebook et Twitter. Archos était présent avec deux stands dans le South Hall et présentait sa gamme de tablettes sous Android. AWOX : une société qui conçoit des composants et du middleware UPnP et DLNA pour la ges- tion de contenus audio et vidéo. Un habitué du salon. La société présentait ses solutions maté- rielles et logicielles autour de DLNA et aussi d’Android permettant de partager vidéo et musique entre divers appareils. Bookeen : un spécialiste des ebooks établi à Paris, présent depuis plusieurs années au CES qui sortait Cybook Odyssey, une liseuse utilisant la technologie « High Speed Ink System » (HSIS) de leur cru qui accélère l’affichage des pages. CamSports : qui propose une belle gamme de caméras pour les sports extrêmes et aussi une lampe de poche-caméra innovante dans le concept, déjà utilisée par la police et les pompiers. Ils étaient présents pour la seconde fois au CES mais je ne les avais pas repérés en 2011 (ci-dessous à gauche). La société a été créée en 2007 par Christophe Mondière et est située à Estrablin près de Vienne. La société est en croissance rapide depuis sa création et faisait 2m€ de CA en 2011. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 36 / 244
  • 37.  Dane Elec : une société de mémoires également habituée du CES. Devialet, représenté par Audio Plus Services aux USA, un concepteur d’amplificateurs hi-fi haut de gamme. Son pré-amplificateur D-Premier est particulièrement bien carrossé. DXO Labs : le spécialiste du traitement de la photo, avec un bureau au fond du South Hall et pour la seconde fois. Epilog Laser avec son système d’impression laser sur matériaux divers. Focal / JM Lab : enceintes hi-fi et pour la voiture. Présent en 2011 et avant. Mais ici, représenté par son importateur en Amérique du Nord, et sans stand dédié. Gameloft, visible sur le stand de Panasonic, partenaire contenu des TV connectées. Guillemot, au travers de ses marques Thrustmaster et Hercules, pour les accessoires de jeu (ci- dessus à droite). LaCie qui présentait quelques offres de stockage au CES Unveiled. MicroMega : ses amplificateurs étaient encore représentés chez l’américain Audio Plus Services. Il présentait aussi son player WHifi, un récepteur Wifi de musique au standard AirPlay. Il ali- mente ensuite un amplificateur externe. Movea Gyration : le spécialiste de la télécommande gyroscopique était encore présent et dans une suite au Hilton. NetGem, pour la seconde fois dans une suite au Renaissance, rencontrait ses clients et prospects internationaux. Orange qui présentait ON sur un stand de Showstoppers, un mini salon en marge du CES et ré- servé aux médias. Parrot qui présentait pour la troisième année consécutive son hélicoptère à réalité augmentée AD et en lançait sa version 2.0. Et un kit de développement Android basé sur son propre chipset. C’est le français le plus visible sur le CES : il était au CES Unveiled, il a un stand dans le South Hall et un autre en extérieur pour les démonstrations de l’AR Drone. Il avait organisé un con- cours de pilotage de l’hélicoptère dont la vingtaine de finalistes venaient du monde entier. Et on trouvait de plus l’hélicoptère dans la vidéo de jingle du CES projetée avant tous les keynotes. Un best practice de présence au CES ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 37 / 244
  • 38.  SagemCom, figurait dans le catalogue mais sans indication de lieu. Ils devaient donc être dans une suite quelque part dans un hôtel. STMicroelectronics : avec un showroom et une conférence de presse au Four Seasons, au sud de Las Vegas, dont quelques belles démonstrations technologiques évoquées à différents endroits dans ce rapport. A noter qu’ils font converger technologiquement leurs plateformes de proces- seurs pour TV et pour set-top-boxes. SuperTooth, une société des environs de Carcassonne qui est spécialisé dans les kits main libre Bluetooth (les Buddy) et conçoit par ailleurs des soundbars Bluetooth (les Disco). TazTag, qui propose des solutions sans contact, basé à Bruz près de Rennes. Ils sont présents au CES au moins pour la troisième fois. Technicolor, notre industriel des solutions professionnelles de la vidéo. Présent avec un grand stand. Ils présentaient leurs solutions logicielles pour le traitement du workflow cinéma et vidéo, la certification de contenus 3D, etc. J’y ai rencontré la société Arkamys (cf plus bas). Vision Objects, de Nantes, et leur technologie logicielle de reconnaissance d’écriture MyScript Studio, présents au moins pour la seconde fois (ci-dessous à gauche). Volfoni et leurs lunettes 3D bistandards. Ils proposent maintenant un système de polarisation pour projecteurs vidéo. Leur stand était bien visible avec un logo circulaire rotatif visible de très loin dans le South Hall (ci-dessous). Pour mémoire, la société est basée à Villeneuve-Loubet, entre Nice et Antibes. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 38 / 244
  • 39.  Waterfall, le fabricant des enceintes transparentes présent pour la quatrième fois dans une suite au Venetian. Mais sans nouveauté à présenter cette année. Withings, présent sur le CES Unveiled et sur le salon. Ils lançaient un nouveau produit : une balance connectée pour peser les bébés et les enfants (ci-dessus à droite, avant Volfoni, dans le CES Unveiled, avec Cédric Hutchings en pleine interview).Les nouveaux venus de 2012Ils étaient nombreux cette année et il s’agissait de startups. C’est très encourageant ! Arkamys : un spécialiste du traitement du signal audio pour l’automobile, les téléphones mo- biles, tablettes et TV. Ils étaient présents sur le stand Technicolor où ils présentaient une dé- monstration d’un logiciel capable d’adapter le contenu diffusé à un choix d’ambiance (ci-dessous à gauche). Audio Linéaire, un fabricant d’enceintes hifi dont je découvre l’existence, était présent dans une suite au Venetian. Digital Media Systems : était présent dans une suite d’hôtel pour présenter ses solutions d’équipement de salles de cinéma en son multicanal. ePawn : et sa tablette de jeux, présent pour la première fois, dans le South Hall (ci-dessus à droite en pleine interview pour GameOne). Un bel investissement pour eux et de nombreux rendez-vous avec tout leur écosystème potentiel. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 39 / 244
  • 40.  ExoPC était présent sur le stand de ViewSonic pour présenter une table tactile périphérique de PC qui supporte 10 doigts simultanément et s’appuie sur l’interface utilisateur créée par la société. La société créée par le français Jean-Baptiste Martinoli est toutefois basée au Canada. Flash-Dock : startup ayant conçue un dock pour iPhone dédié aux appareils photo réflex. Astu- cieux. iFeelSmart : startup créée par Shy Shriki et Xavier Bringué, deux anciens d’Orange Vallée, qui commercialisent une offre logicielle pour télévisions connectées, set-top-boxes et mobiles parfai- tement intégrée et avec un design qui les place en haut de panier à l’échelle mondiale. Ils étaient dans une suite dans un building très proche du Convention Center et recevaient à tour de rôle leurs clients et partenaires potentiels. Une startup à suivre de très près ce que je ne manquerai pas de faire ! Invoxia : qui propose un téléphone pour entreprise, le Smart Office Phone, qui intègre des fonc- tionnalités de conférence téléphonique, un téléphone VOIP, un dock et amplificateur pour iOS. L’engin se distingue avec ses 8 haut-parleurs et ses 8 micros et la technologie d’amélioration du son In Vivo qui améliore le rendu dans les conférences téléphoniques. L’interface utilisateur tourne sur l’iPhone connecté au téléphone. La société était sélectionnée dans la liste des meil- leurs produits du CES. Kinomap : une startup qui lançait sa « Kinomap Trainer App », une application pour cyclistes leur permettant de faire du vélo d’appartement en utilisant leur iPad pour suivre des parcours en- registrés par d’autres cyclistes. La société se positionne comme la première plateforme de par- tage de vidéos géolocalisées. Kis : le spécialiste de l’impression photo professionnelle pour les labos exposait dans la PMA. NamJek et sa gamme de laptops à double écrans, les UBook. La société est basée à Aulnay sous Bois. Etait… car elle déménage entièrement à San José en Californie. La seule manière de pou- voir développer leur business selon eux. QooQ : son fondateur Jean-Yves Hepp était visiteur l’année dernière et il avait un très beau stand cette année dans le South Hall (ci-dessous à gauche). Il était aussi présent sur le CES Unveiled. L’équipe a été très agréablement surprise par l’intérêt des médias internationaux et surtout américains pour leur tablette dédiée à l’art culinaire. Les journalistes TV se filmaient en train de démontrer la résistance au vin de la tablette (qui est waterproof et donc … wineproof). Le tout pour un budget de $7K qui équivaut à un mois d’agence de RP en France. Et ici, avec un résultat bien meilleur et plus impactant. On pouvait même voir un journaliste de la BBC qui ré- pétait sa présentation avec son cameraman avant de faire le tournage. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 40 / 244
  • 41.  Sculpteo : cette startup que j’avais croisée pour la première fois aux dernières Universités d’Eté du MEDEF 2011, avait un très beau stand dans le North Hall (ci-dessus à droite). Elle propose un service d’impression en ligne d’objets 3D. VisioGlobe et ses services de cartographie et de GPS d’intérieur.Voilà pour la présence française au CES, en pro-gression tant quantitative que qualitative !Il y en a sûrement beaucoup plus, mais on croiseaussi des français qui ont créé leur société auxUSA et y habitent depuis longtemps. J’avais ainsiidentifié Zyxio il y a deux ans.Cette année, c’est au tour de Patrick Zuili, basé enFloride, et créateur de deux sociétés présentes côte à côte au CES : ViewPhone, qui propose uncodec vidéo optimisé pour la visioconférence et PowerQuest, qui conçoit des PC haut de gammepour gamers avec refroidissement liquide et capacité à monter le processeur Intel à 5 GHz. D’où sesdeux badges !Signalons au passage la présence d’une française, Aurélie Cornett, dans l’équipe de vente des standsdu CES de la Consumer Electronics Association !Et puis, je ne résiste pas à la tentation de vousmontrer ces téléobjectifs Angénieux - du groupeThalès - qui étaient utilisés dans la salle des Key-note du Venetian. Ces mêmes objectifs équipesles studios de France Télévisions.Voilà pour la présence française au CES. On peutdire qu’elle s’améliore sans cesse. Elle permetaux entreprises exposantes de développer leurchiffre d’affaires à l’international et pas seule-ment aux USA. Et les autres améliorent leurcompréhensions des enjeux du numérique dansleur business. Comment se rendre au CES ? Question pratique, comment aller au CES ? C’est assez simple : Un vol Paris-Las Vegas coûte moins de 900€. Les escales sont en général Atlanta, Salt Lake City, voire Los An- geles. La compagnie à préférer est Air France, complétée de vols intérieurs avec Delta. J’ai l’habitude de réserver mon vol le plus tôt possible, au mois d’août. Mais les prix restent stables jusqu’au CES pour les vols transatlan- tiques car ils ne correspondent pas à une saison de vacances. Il faut par contre réserver le plus tôt possible son hôtel. Le prix des chambres est très élastique. Pendant le salon, il est au minimum de $100 par nuit (plus taxes) et dépend de la distance au strip et au salon. Hors salon, il descend à la moitié. Après, cela dépend évidemment de l’hôtel. Une suite au Venetian, au Wynn ou au Bellagio coûte quatre fois plus cher que ma chambre du Best Western Mardi Gras qui se trouve juste à côté du Convention Center ! Pour le salon lui-même, l’inscription en ligne est gratuite pour les professionnels du secteur. Il faut aussi s’y pren- dre de préférence à l’avance. Les inscriptions aux conférences hors keynotes sont payantes, sauf pour les personnes accréditées presse/analystes. Il faut ensuite prévoir soit une voiture de location soit un budget taxi pour se déplacer dans Las Vegas. Mais cela reste raisonnable. Au total, repas compris, vous vous en tirez dans le format économique aux alentours de 1500€ modulo le nombre de jours de présence à Las Vegas. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 41 / 244
  • 42. Pratiques marketingComme chaque année, j’observe tout, du meilleur au pire, dans les pratiques de marketing des so-ciétés présentes sur le salon ou organisant une conférence de presse. Voici une revue de détails quise termine au nettoyeur à pression...Tout d’abord, il faut remarquer que faire son marketing sur un salon comme le CES n’est pas unesinécure.Il faut d’abord faire savoir ce que l’on expose et les nouveautés que l’on présente. Cela démarredonc avec les relations avec les médias en amont du salon, avec l’envoi de communiqués de presseet éventuellement une conférence de presse. Certains constructeurs ont ainsi choisi de procéder àleurs grandes annonces quelques semaines avant le CES3. Ainsi, l’attente était créée pour la visitedu salon. C’était le cas pour les écrans OLED 55 pouces de LG Electronics et Samsung.Les médias sont abreuvés d’une véritable pluie d’annonces presse qui n’est pas facile à trier. Lamanière de rédiger et titrer ses communiqués de presse est fondamentale. Le détecteur de bullshitdes médias est très puissant, même s’il mérite de s’améliorer encore !Ensuite, côté stand, les exposants ont peu de temps pour capter l’attention des visiteurs qui passentau pas de charge. Ils doivent faire le choix de ce qu’ils montrent, la tentation étant grande de vouloirtout montrer. Le mieux consiste à se focaliser sur les nouveautés et à bien les mettre en scène etavec une bonne signalétique. Le marketing technologique des coréens et de certains japonais estparfois risible mais il reste efficace pour que l’on comprenne de quoi il s’agit. Voici un petit exemple de rétroplanning pour être présent au CES comme exposant. Sachant que certains ont pu comprimer ce plan- ning en deux semaines dans certains cas. Mais seulement la première fois. Une fois rôdés, les exposants passent par l’ensemble de ce circuit.3 Cf http://ces.cnet.com/8301-33363_1-57354672/leak-week-makes-ces-better-opinion/. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 42 / 244
  • 43. L’emplacement du stand est évidemment important. Il est mis aux enchères par la CEA à la fin dechaque salon. On gagne du terrain d’année en année à l’ancienneté. Il faut éviter les fonds des hallset si possible se rapprocher des stands des grandes marques génératrices de trafic.Se pose la question de l’orientation marketing du stand : orientée produits, scénarios ou usages ?L’expérience montre que les présentations sous forme de scénarios et usages, genre mise en scènedes produits dans un salon ou une chambre, ne sont pas très parlantes. Elles ne fonctionnent quedans le cas d’un « show », d’une présentation de plusieurs minutes voire dans une keynote. Maispas dans le cas d’une présentation statique. C’est pour cela que la dominante des stands reste la pré-sentation de produits voire de fonctionnalités de produits, comme dans le cas des TV chez lesgrandes marques. Il y a bien un ou des chalets pour cela au CES, notamment pour DLNA, et ilsn’attirent pas grand monde. Le public s’intéresse aussi plus aux produits qu’aux solutions : la majo-rité des journalistes présents couvrent le salon produit par produit, et les revendeurs s’intéressentaux produits, à leur prix et à leur marge. Et puis, la référence dans le domaine qu’est Apple, est res-tée très produit dans son approche, y compris dans les légendaires keynotes de Steve Jobs.Le cas des stands de constructeurs automobiles est intéressant. Les véhicules sont tellement tape àl’œil et bien mis en valeur que l’on en oublie facilement tous les produits numériques qu’ils embar-quent lorsque l’on visite les stands de leurs constructeurs ou équipementiers.L’autre point est la différenciation. Comment l’optimiser dans un CES où tout le monde fait à peuprès la même chose ? Les astuces utilisées se situent dans l’affichage, genre livre des records : leplus grand écran de tel type, première mondiale de ceci, etc. Cela attire mécaniquement les visi-teurs. Les stands de produits de commodité ne s’embarrassent pas de ces détails : ils présentent demanière rudimentaire leurs objets et ce qui compte sont les salles de réunion où ils vont discuter lebout de gras avec les grossistes et revendeurs.Et puis, enfin, quels détails techniques sont fournis sur les innovations ? Dans un salon où tous lesconcurrents s’espionnent, la méfiance règne. Elle existe aussi vis-à-vis des médias. Résultat : c’estun gros nuage de fumée qui règne sur certaines innovations, qu’il est difficile de jauger sans détailtechnique. Heureusement, en enquêtant après le salon et en faisant des recoupements, on arrive àtrouver l’origine de la plupart des technologies présentées.Le meilleur Les stands de Samsung et LG Electronics (ci-dessous à gauche et à droite, comme cela, pas de jaloux !) qui sont toujours les plus beaux du salon, et présentent une très grande richesse de nou- veautés et en général de manière assez pédagogique. Le très fort effet de levier d’une présence au CES Unveiled ou à Showstopper, deux mini-salons destinés aux médias présents au CES. Et notamment le cas de la startup française QooQ qui pour moins de $10K a obtenu des retombées presse extraordinaires. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 43 / 244
  • 44.  Dans le même genre, le français Focal qui obtient une excellente review de 11 pages de ses en- ceintes haut de gamme Stella Utopia dans la revue « The absolute sound », distribuée gratuite- ment sur le salon. De quoi générer du trafic sur son stand. Certains stands dans le domaine de la hi-fi qui valorisent encore leur technologie et montrent l’intérieur de leurs appareils (enceintes hi-fi, amplificateurs). C’est l’ingénieur qui parle ! Le stand du français Volfoni, avec son display rotatif dans le South Hall rendant le stand visible de très loin. Les clés USB en bois des kits de presse de Eton et JVC. Bien dans l’air du temps ! Les explications techniques sur la commande gestuelle fournies dans la documentation de Prime Sense. Les stands des constructeurs d’appareils photos comme Canon, Fuji, Nikon ou Panasonic où l’on peut tester les nouveautés et bénéficier des explications de techni- co-commerciaux compétents. J’ai ainsi pu tester le Ca- non EOS 1DX, le nouvel appareil photo hybride haut de gamme Fuji Pro X1 et le Nikon D4. Raytheon et le case study de la police de Los Angeles présenté à Showstoppers qui exploite des laptops durcis pour récupérer tout un tas d’informations sur les personnes contrôlées sur la route. La démonstration est faite par un vrai shérif ! C’est du concret et ça en jette. Motorola qui présente de manière imagée par une pile de CD tout ce que ses mobiles peuvent emmagasiner comme musique (ci-dessus à droite). Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 44 / 244
  • 45.  L’apéro distribué gratuitement sur certains stands (ci-dessous). Mais pas de pastis !Le moins bon La mise en valeur de Google TV chez LG Electronics.: « SmartTV with Google TV », sachant qu’ils avaient à côté leurs TV avec leur propre architecture et sous le label « Smart TV ». A croire que Google TV est une « feature ». Même déception chez Sony. Cela donne un support en demi-teinte et un message confus car les constructeurs supportent plusieurs plateformes. On comprend cela dans les mobiles voire les PC, mais dans la TV, c’est particulièrement déroutant. Par opposition à l’exemple de Prime Sense, les explications – ou absence d’explications tech- niques – de nouvelles technologies fournies sur certains stands comme chez Sony au sujet de son écran Crystal LED ou chez Stream TV Networks pour sa technologie d’affichage 3D sans lu- nette (qui exploite du « matériel et du logiciel », on n’en saura pas plus…). Les constructeurs qui oublient qu’ils ont en face d’eux des médias internationaux dans leurs con- férences de presse et citent rarement la disponibilité de leurs offres et partenariats hors des USA. S’explique par le fait que ces conférences sont organisées et financées par les filiales US des constructeurs. Exception : Samsung qui expose les offres de contenus disponibles hors des USA dans sa zone Smart TV. Les explications de Sisragon dans le guide du CES Unveiled, à récupérer. Impossible de savoir ce qu’ils font ! Le pipeau de Fujitsu avec son smartphone doté d’une caméra de 13 Mpixels et montant à 25600 ISO. On demande à voir les images… Le cloud computing mis à toutes les sauces dans pas mal de stands et fournisseurs et de manière assez abusive, notamment chez Netgear ou D-Link. Les clés USB contenant les kits de presse des exposants… mais sans fichiers dedans. On taira le nom des coupables par charité. Le traitement réservé aux médias par de nombreux exposants : à double tranchant. D’un côté, ils fournissent un press kit avec une clé USB contenant toute la documentation, de l’autre, les atta- ché(e)s de presse créent un écran intermédiaire vis-à-vis des personnes compétentes sur les stands. Au point parfois de faire en sorte que les médias reçoivent moins d’informations que les visiteurs non média du salon. Sans compter le fait que sur certains stands, les médias non US sont moins bien traités que les médias US, majoritaires sur le salon. « Press and appointment only » à la porte du stand Intersil des suites du Venetian, dans la hi-fi (ci-dessous à droite). Encore un truc qui donne envie… Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 45 / 244
  • 46.  La boite qui s’appelle Nixon. Peut-être que c’est porteur pour les gens nés après 1974… La so- ciété distribue des accessoires audio (ci-dessous au centre). Les stands de distributeurs présentant un bric à brac mal segmenté (ci-dessous à gauche) ! Les slides assez mal conçus de la conférence de presse de STMicroelectronics, et notam- ment son disclaimer en début de présentation, alors qu’aucune donnée chiffrée ne figurait dans la présentation. Heureusement, le contenu était de bon niveau et très informatif ! La société Ekenind qui n’a même pas de logo à mettre sur le panneau indicateur de son stand (ci-dessous à gauche). Bon, c’était une société asiatique dans le hall du Hilton qui leur est réservé, mais ce n’est pas une excuse suffisante ! Les stands pas encore ouverts alors que le salon a démarré (ci-dessous à droite, South Hall). Les stands de certains exposants chinois comme BTMC qui alignent des TV sans grand intérêt (ci-dessous à gauche). Seul le prix compte ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 46 / 244
  • 47.  Le stand à la tagline manquant d’imagination (ci-dessous à droite). J’avais vu un stand Russe équivalent à l’IBC d’Amsterdam en septembre 2011 (« A group of companies »). A croire qu’ils se sont copiés ! Le spécialiste des casques et micros Audio Technica n’ayant rien de nouveau à montrer sur le salon, ils axent tout leur marketing sur leurs 50 ans d’existence. Pas très intéressant dans le cadre du CES !Le pire Le mensonge par omission du suédois PowerPukk avec ses piles à combustibles pour mobiles qui se rechargent à l’eau ! Alors qu’il faut acheter une cartouche chimique qui décompose l’eau. Elle n’est pas mentionnée sur leur site ! Son site est particulièrement misleading (trompeur). Heureusement, l’explication fournie sur leur stand du CES était plus complète. Le stand de tablettes griffées Pierre Cardin. Adresse : Shenzhen. Probablement sans l’accord des ayant-droits (ci-dessous à gauche) ! A moins que si, parce la marque a parait-il beaucoup de fabricants sous licence. Les femmes-objets utilisées dans la publicité et la communication, comme chez Alphasonik (ci- dessous à droite). Pas une grosse surprise : ils vendent de l’audio pour automobiles ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 47 / 244
  • 48.  La palme de l’explication technique foireuse va à BSG Technologies, un concepteur de système de traitement du signal audio utilisé notamment dans les automobiles. Si vous y comprenez quelque chose ! A quoi correspondent le X et le Y dans la vue d’oscilloscope ? Le système est pour l’instant mis en œuvre dans un amplificateur à $4000 de la société. Le keynote de Microsoft, sans grande nouveauté à part l’annonce de Kinect sur Windows. Le reste était du réchauffé. Tout comme l’explication alambiquée fournie par Gary Shapiro de la CEA sur le fait qu’il s’agissait du dernier keynote. La cohue des médias au CES Unveiled dans un ballroom trop étroit pour la foule des centaines voire milliers de médias US et internationaux qui se pressaient pour voir les premières nouveau- tés présentées en CES et en avant-première. Claustrophobes s’abstenir ! Le stand vide, un grand classique des salons ! Ici, chez CTS, Crypto Telecommunication Secu- rity. Mais c’est peut-être le sujet qui exige cette discrétion ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 48 / 244
  • 49. Produits et solutionsNous abordons ici les solutions pour créer ou consommer des contenus ainsi que pour communiquerqui sont destinées au grand public.Le découpage reste traditionnel avec le monde de la vidéo et de la télévision, celui de la photo, celuide l’audio, les PC sous toutes leurs formes, les mobiles, tablettes, ebooks et les consoles de jeux. Ilreste valable malgré la tendance de certaines catégories à mordre sur les autres, le cas le plus exem-plaire étant celui de la photo qui mord sur la vidéo et réciproquement, ou les tablettes qui servent àconsommer de la télévision.L’autre relève de l’interpénétration des mondes du PC, des tablettes et des smartphones. L’audio estégalement très connectée au monde des mobiles, ne serait-ce qu’au travers du pivot de marché queconstitue l’offre d’Apple.Cette partie du rapport comme la suivante sur les composants ne prétend nullement être exhaustive.Des manques peuvent vous sauter aux yeux. Ils peuvent être dû au fait que ce Rapport évite les re-dites sur les technologies établies déjà évoquées dans les éditions précédentes. L’autre cas de figureest qu’elles n’étaient ou pas exposées au CES, ou pas très visibles sur place et dans les médias. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 49 / 244
  • 50. Vidéo et télévisionNous allons encore démarrer ce rapport avec le monde de la vidéo et de la télévision qui sont deplus en plus intimement reliés.Ce secteur est en plein bouleversement. Il voit la consommation de vidéo exploser, notamment surles tablettes. La consommation de la télévision est de plus en plus multi-écrans, délinéarisée, « so-cialisée » et elle attire pléthore d’acteurs technologiques qui souhaitent jouer un rôle dans le secteurde la « TV connectée ». De nombreuses migrations de valeur sont en cours, le plus souvent au dé-triment d’acteurs établis comme les chaînes de télévision, les constructeurs de TV et jusqu’aux opé-rateurs et distributeurs de TV payante. Ce sont les acteurs de l’Internet qui prennent du poil de labête, Google et Apple, au travers de leurs nombreux fers au feu dans le secteur de la vidéo et de latélévision.En attendant, le consommateur est un peu perdu. La fragmentation extrême du marché le rend peulisible. Les progrès sont en demi-teinte dans les interfaces utilisateurs, une grande partie des cons-tructeurs de TV n’étant pas des références dans le domaine.Grandes tendancesLe CES 2012 démarrait avec une sorte de coup de tonnerre. Enfin, la révolution en marche étaitévaluée convenablement ! Une étude d’Accenture montrait que la consommation traditionnelle detélévision était en sérieux déclin. Cela nous sortait des études qui nous endormaient en rassurant lesannonceurs sur le fait que les téléspectateurs des pays développés regardaient toujours leurs 3 à 4heures de télévision par jour. Les pays concernés ? Pas seulement les USA, mais également laFrance, l’Allemagne, le Japon, la Chine, le Brésil, l’Inde et la Russie.Que dit cette étude ? Que la consommation traditionnelle de télévision est passée de 71% à 48% del’audience entre 2009 et 2011. Que l’évolution des comportements est beaucoup plus rapide queprévue. Que le poste de télévision traditionnel perd très rapidement du terrain face aux mobiles,tablettes et laptops. Que 44% des possesseurs de tablettes y consomment de la vidéo. Qu’un tiersdes répondants regardent TV et films sur leur PC, et 10% sur leur smartphone. 56% des consomma-teurs ont vu leur comportement modifié par la disponibilité de nouveaux services en ligne. Un tiersont arrêté de louer des DVD.Dans une autre étude, de Informa Telecoms & Media, les solutions dites « over the top » 4 vontprendre le dessus des services managés de l’IPTV en 2013. En 2014, il y aurait 380 millionsd’utilisateurs dans le monde utilisant des sources vidéo OTT comme des TV connectées, consolesde jeux ou box type Apple et Google TV. Il y aurait dans le même temps 163 millions d’utilisateursd’IPTV5.Dans le même temps, la Consumer Electronics Association prévoit que les ventes de TV en 2012vont stagner (+1%) par rapport à 2011. Les constructeurs de TV et de dalles d’écrans ne vontd’ailleurs pas bien dans l’ensemble et nombreux sont ceux qui perdent de l’argent dans ce secteurd’activité, même Samsung qui est le leader mondial.Le phénomène de « cord cutting » qui voit les consommateurs se désabonner à la TV payante, sur-tout le câble aux USA, se poursuit. Il y favorise les acteurs du triple-play et de l’IPTV comme Veri-zon et AT&T.4 Il s’agit des moyens de consommer de la télévision via Internet sans passer par une box d’un opérateur télécom.5 L’étude est intéressante, mais la comparaison est cependant incomplète, il faudrait mettre dans le camp de l’IPTV les box des opé-rateurs type Sky et Canal+ et des câblo-opérateurs. L’équilibre ne serait plus le même. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 50 / 244
  • 51. Ils trouvent de plus en plus les contenus qu’ils recherchent dans les services en ligne : la VOD avecNetflix, la télévision de rattrapage sur les sites des chaînes TV et pour faire simple, le reste surYouTube.Du côté des offres dans la télévision, et notamment le domaine du jour qui est la télévision connec-tée : La consommation multi-écrans est maintenant proposée par tous les acteurs : les constructeurs, les FAI, les fournisseurs de TV payante, les chaînes de TV elles-mêmes, et bien entendu les édi- teurs de middleware. La cohérence et l’intégration des offres restent variables, notamment au ni- veau des interfaces utilisateurs. L’iPad domine évidemment les scénarios utilisateurs. Sauf chez Samsung ! La fragmentation du marché persiste avec des plateformes applicatives et interfaces utilisateurs distinctes d‘un constructeur et d’un opérateur à l’autre. Le marché reste très verticalisé, avec Samsung en tête qui rêve de réussir une stratégie en silo similaire à celle d’Apple. Google n’arrive pas à défragmenter le marché avec Google TV qui est timidement supporté par Sony et depuis le CES 2012 par LG Electronics et Vizio. La prédiction d’Eric Schmidt – la moitié des smart TV vendues mi 2012 seront sous Google TV – est remise à plus tard. La TV dite « sociale » émerge soit sur les TV connectées soit sur le second écran, que ce soit un smartphone ou une tablette (cf les usages mobiles en regardant la TV aux USA selon Nielsen dans le schéma ci-contre). La TV so- ciale recouvre plein de no- tions comme l’accès aux réseaux sociaux où l’on commente les programmes en direct, l’accès à des contenus provenant des utili- sateurs, l’accès aux recommanda- tions des amis ou le chat avec eux. Ce sont ces derniers qui semblent prendre le dessus. Ils présentent l’avantage d’être des environnements moins contraints Bases installées de TV connectées et de tablettes et régulés que le poste de télévi- 900 sion. Les éditeurs de services, 800 contenus et aussi acteurs de la publicité en ligne, y sont plus 700 libres d’innover que sur les TV 600 connectées. De plus, les prévi- 500 sions de ventes montrent que la Connected TV IB base installée des tablettes va dès 400 Tablets TV IB 2012 dépasser celle des TV con- 300 nectées à l’échelle mondiale (cf 200 consolidation ci-contre), et cela 100 ne tient même pas compte des Millions d’unités, monde Sources : DisplaySearch pour les TV smartphones ! C’est un phéno- 0 connectées, iSupply pour les tablettes Consolidation : Olivier Ezratty 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 mène qui n’est pas négligeable ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 51 / 244
  • 52.  Netflix a connu de graves difficultés pendant l’été 2011 en modifiant sa politique tarifaire en séparant les abonnements aux DVD de ceux de la VOD et augmentant du même coup les prix. Les consommateurs l’ont évidemment mal pris. Ceci intervenait au moment même où Netflix se lançait dans de lourds investissements pour conquérir les marchés étrangers. Il n’est peut-être plus l’épouvantail qu’il a été en 2011. Mais il n’en reste pas moins que Netflix et ses concurrents d’envergure mondiale comme Amazon constituent une menace certaine pour les acteurs locaux de la VOD et de la TV payante. Et puis ses résultats 2011 ont été plutôt bons finalement. Cette année, les set-top-boxes n’avaient vraiment pas la cote ! Les opérateurs comme Verizon ne mon- traient même pas la leur au CES 2012 ! En lieu et place étaient valori- sées les TV connectées mais aussi la XBOX 360 qui s’impose discrète- ment comme la set-top-box la plus diffusée. Le nombre de partenariats entre Microsoft et les opérateurs de tout genre, télécoms en tête telcos, est même très impressionnant (cf slide de leur keynote ci-contre). En France, nous avons Orange et Canal+. Il y a Verizon aux USA. Reste à voir quel est l’usage réel. En France, l’offre de Canal+/Sat sur la XBOX n’est pas en HD. C’est en tout cas un beau come- back pour Microsoft après ses déboires avec Mediaroom. L’éditeur revient cependant chez ses clients avec une nouvelle roadmap Mediaroom. En tout cas, les prévisions mondiales sont certes très enthousiasmantes pour les TV connectées, mais il semble que d’ici 2015, les set-top-boxes connec- tées à Internet (dites hy- brides) constituent envi- ron 60% du marché pour 40% aux TV connectées. La télévision hybride associée en Europe au standard HbbTV et au Ja- pon à HybridCast commence à se développer. Elle permet d’enrichir les programmes avec des contenus provenant d’Internet, ce autour d’un ensemble de standards. C’est l’un des rares en- droits où la TV connectée est standardisée, au moins à l’échelle régionale. HbbTV prend du poil de la bête dans pas mal de pays, Allemagne et France en tête. Et il a été adopté par la Chine. Les grands pays peu touchés sont les USA le Royaume Uni avec son propre standard YouView qui a pris beaucoup de retard. Pour l’instant, HbbTV permet aux chaînes de créer leur portail Internet sur les TV connectées. Il reste à en faire une véritable plateforme applicative standardisée pour tous les éditeurs de contenus. L’initiative OpenHbb est peut-être la solution. Il y a aussi une fu- sion salutaire des efforts de standardisation de l’Open IPTV Forum et du Broadcast Mobile Con- vergence Forum au sein de l’OIPF. Cela pourrait amener à la standardisation des services multi- écrans. On peut rêver. En tout cas, ces efforts de standardisation constituent une voie intéressante pour limiter les effets potentiellement négatifs d’une horizontalisation du marché par les acteurs américains du secteur. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 52 / 244
  • 53.  La 3D perd de son lustre. Dans chaque pays, les opérateurs ont mené des tests de diffusion de programmes en 3D. Ils sont peu concluants. A la fois parce que les contenus manquent ou sont insatisfaisants, que la base installée de TV 3D reste encore faible, et aussi parce que les tech- niques d’affichage 3D sont encore pleines de défauts. La symbolique de Canal+ qui abandonne sa chaîne 3D expérimentale est forte. Reste la 3D en salle de cinéma, mais celle-ci est aussi su- jette à discussion. Un grand nombre films en 3D ont été bâclés en 2011 et ont déçu les specta- teurs après le succès d’Avatar fin 2009.Télévisions connectéesAu CES 2012, les TV connectées ou « Smart TV » tenaient le devant de la scène, au détriment nousl’avons vu des set-top-boxes mais aussi des nombreuses solutions de media server et media centerqui pullulaient les années précédentes.Les constructeurs de TV, presque tous japonais, coréens ou chinois, proposent toujours des offrespeu standardisées de « Smart TV ».Cette année, ils se distinguaient surtout par la multiplicité de partenariats bilatéraux dans les conte-nus. C’est une stratégie perdante à terme car les constructeurs n’auront jamais la capacité à avoirune grande richesse de partenariats à l’échelle de chaque pays. Ils sont à long terme condamnés parles plateformes horizontales – Google TV, tablettes ou autres - même si certaines ont encore du malà s’imposer aujourd’hui.Le CES 2012 a vu aussi se multiplier l’usage d’interfaces utilisateurs multimodales par les construc-teurs. La richesse des contenus et des logiciels des Smart TV les poussent à combiner la commandegestuelle ou gyroscopique pour naviguer dans les menus, la commande vocale pour sélectionner descontenus et la reconnaissance faciale pour identifier la personne qui regarde la TV et personnaliserles contenus qui lui sont proposés.S’y ajoutent les premières expérimentations du suivi du mouvement des yeux pour compléter latélécommande gestuelle. Mirametrix Canada a ainsi testé un outil de sélection de films dans Netflix.Les applications envisagées couvrent aussi la publicité pour faire de l’analyse prédictive de ce queles consommateurs regardent dans les publicités. Avec les risques d’intrusion que cela comprend.Nous allons maintenant examiner les nouvelles offres et stratégies des principaux acteurs de la TVconnectée.SamsungLe coréen a fait d’énormes efforts pour dynamiser son écosystème de services et contenus autourde ses TV connectées. Il annonce que le nombre de développeurs sur ses TV connectées est passéde 550 à 25000 en deux ans. Etant leader mondial, les TV connectées de Samsung sont les plus ci-blées par les développeurs d‘applications ! Il y aurait maintenant plus de 1400 applications dispo-nibles sur les Smart TV de Samsung, dont par exemple Angry Birds et Discovery Channel. Sam-sung annonçait aussi un partenariat avec NBC Universal sur la diffusion d’une version 3D de lasérie « Battlestar Galactica ».Samsung a emprunté depuis deux ans des pratiques marketing courantes dans d’autres secteurs (lo-giciels, Internet) en organisant un concours mondial d’applications de TV connectées et multi-écrans : « Free the TV Challenge ». Le gagnant récupérait un chèque de $100K ce qui n’est pas né-gligeable, sans compter une certaine visibilité à l’échelle planétaire. Les trois finalistes étaient Fre-qsho, LetsPlayStop et Party Shots. Freqsho permet aux utilisateurs de disposer de chaînes musi-cales autour d’un artiste et exploitables sur leur smartphone, tablette ou TV connectée (ci-dessous).Lets Play Stop est un jeu de société permettant l’apprentissage du vocabulaire anglais. Et enfin,Party Shots est un outil permettant d’alimenter une TV connectée avec des photos prises avec sessmartphones, histoire d’égayer vos pots et soirées festives. C’est ce dernier qui a gagné le concours. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 53 / 244
  • 54. Samsung propose aussi trois nouveaux services: Family Story, Fitness et Kids. Le premier sert àpartager les photos de la famille, le second de gérer ses activités sportives, et le dernier daider lesenfants à profiter de contenus éducatifs. L’histoire ne dit pas d’où viennent ces logiciels ni commentni si ils seront adaptés aux différents marchés.D’un point de vue technologique : Samsung lançait sa Smart TV ES8000 dotée d’un processeur double cœur. Ce dernier permet- trait de changer de tâche rapidement, par exemple entre un jeu et une vidéo Netflix, et aussi de rendre la navigation Internet plus fluide. Bonjour le zapping forcené ! Dans sa conférence de presse, le constructeur a même annoncé que ses TV connectées intégreraient prochainement des processeurs à quatre cœurs. Il s’agit dans tous les cas probablement de déclinaisons des proces- seurs Exynos à cœur ARM que l’on trouve aussi dans les smartphones et tablettes Galaxy. Samsung annonçait que ses Smart TV allaient devenir « upgradables » grâce à un slot où serait insérable une carte de mise à jour logicielle et matérielle de la TV. C’est le genre de chose qui a l’air séduisante sur le papier mais limitée dans la pratique, faute de standardisation. Quel sera le prix et le rythme de ces mises à jour ? Quelle part des mises à jour seront uniquement logi- cielles ? Sans oublier les trois générations de TV connectées de Samsung qui ne sont pas up- gradables. Samsung démontrait l’interaction avec ses Smart TV avec la commande gestuelle, vocale et la reconnaissance faciale pour l’authentification de l’utilisateur. Elles exploitent une caméra HD et deux micros intégrés dans la TV. Samsung poursuit sinon les améliorations de son service de partage de contenus AllShare qui permet de partager facilement ses contenus entre TV, smartphones, tablettes, appareils photo et ordinateurs. Il s’agit semble-t-il de leur implémentation du standard DLNA dont nous parlerons plus loin dans ce rapport.Dans sa communication officielle, Samsung indiquait sinon « continuer sa collaboration interna-tionale avec Google en 2012, afin de développer et de fournir la meilleure expérience télévisuellepossible à ses clients.”. Belle langue de bois qui reste à déchiffrer vu que Samsung ne propose pourl’instant aucune offre commune avec Google !Terminons ce petit tour de Samsung en images… Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 54 / 244
  • 55. Samsung lançait AdHub, une plateforme de publicité pour ses Les TV connectées de Samsung permettent de consommer en TV connectées. Ces publicités se retrouveront dans la pagemode « over the top » ou via leur set-top-boxes, les contenus de d’accueil de ces TV, et bien entendu pas dans les programmesdes principaux opérateurs américains de TV payante : DirecTV TV. Elles pourront être 3D et interactives, c’est-à-dire cliquables et Dish Network pour le satellite, Comcast pour le câble et pour accéder à des contenus vidéo complémentaires des Verizon pour l’IPTV. annonceurs. Parmi ses nombreux partenariats dans les contenus, Samsung Le Media Hub de Samsung fonctionnait sur les smartphones et propose une offre de concerts audio et vidéo sur ses TVtablettes Galaxy et tourne maintenant sur leurs TV connectées. Il connectées. Avec notamment Pandora, Muzu.tv et MTV. Semble s’appuie sur la technologie Mgo app de Technicolor. focalisés sur le marché américain. Comme l’année dernière, l’interface Smart TV de SamsungSamsung propose une large offre de VOD et dans tous les pays. propose une fonction de recommandation capable d’exploiter Avec VideoFutur et TF1 pour la France. transversalement tous les catalogues de contenus référencés. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 55 / 244
  • 56. Les Smart TV Samsung ont maintenant une application Les Smart TV Samsung supportent maintenant ChatOn, son Facebook qui permet de suivre le flux de discussion sur un système de messagerie unifiée déjà disponible sur smartphones et programme tout en le regardant. tablettes. C’est l’équivalent de iMessage d’Apple. Le Smart TV non équipées de caméras peuvent être complétées Les Smart TV dotées d’une caméra peuvent utiliser une de caméras additionnelles. Pour Skype et aussi pour la application Skype. télécommande gestuelle.LG ElectronicsEn matière de TV connectée, LG Electronics se distinguait du lot en annonçant l’intégration deGoogle TV dans son offre. Mais cette intégration n’est pas facile à interpréter, les messages marke-ting associés étant assez sibyllins.Il s’agit de « Smart TV with Google TV ». Elles intègrent le logiciel Google TV mais avec un me-nu principal qui a été personnalisé pour LG Electronics et lui donne des airs de famille avec sonservice Netcast propriétaire. Derrière, il semble que l’interface classique de Google TV soit utilisée,jusqu’au magasin d’applications Android Market Place. La personnalisation du menu d’accueilsemble être un nouveau pas fait par Google pour faire accepter sa solution de Smart TV aux cons-tructeurs qui ont peur de perdre leur capacité à se différencier. Mais au vu des déclarations du cons-tructeur, on se demande si l’intégration concerne véritablement Google TV ou plutôt le systèmed’exploitation Android, sa market place et la fonction de recherche de Google TV. Il n’y a aucunsigne de « guide de programme » dans l’annonce, une fonction pourtant importante pour consom-mer la télévision en direct. On peut faire de la « Smart TV » aussi pour le live !Google TV est censé apparaître dans toutes les nouvelles Smart TV de LG Electronics sur 2012.Elles intégreront un processeur double-cœur à base de noyau ARM L9 doté d’un moteur graphiqueà quatre cœurs. Il remplacera des processeurs Broadcom précédemment utilisés.Ces téléviseurs Google TV supporteront l’affichage 3D avec lunettes passives mais seulement pourles contenus. Ils convertissent aussi automatiquement les contenus 2D en 3D. L’interface utilisateurde Google TV ne semble pas encore fonctionner en mode 3D. Il faudra probablement attendre uneprochaine version. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 56 / 244
  • 57. L’ensemble est pilotable par une télécommande gyroscopique dotée d’un trackpad et d’un clavierau dos. On peut saluer LG pour cette intégration d’une télécommande multimodale, de la 3D et deGoogle TV avec une page d’accueil très visuelle et homogène.LG montrait aussi comment consommer et partager ses contenus sur ses tablettes et smartphones enpassant de l’un à l’autre. Là où le message de LG est délicat à interpréter, c’est lorsque le construc-teur annonce continuer à poursuivre le développement de sa propre plate-forme Smart TV NetCast,qui sera intégrée dans 60 % des téléviseurs lancés en 2012. NetCast accueille ses propres applica-tions et services, en doublon avec ceux que l’on trouve dans Google TV. Bref, LG ne met pas tousses œufs dans le même panier !Dans le même temps, LG fait partie d’un consortium de constructeurs avec Sharp et Philips sur lastandardisation d’applications connectées autour de HbbTV. L’un n’empêche pas l’autre, maisHbbTV constitue un troisième moyen de disposer d’applications sur les TV connectées de LG, enplus de Netcast et de Google TV. Le support de HbbTV par les TV LG n’est pas mis en avant auCES puisqu’il ne concerne que certains pays européens comme la France et l’Allemagne.Au passage, il faut signaler que ces TV LG sous Google TV seront lancées sur le marché US en2012 mais pas avant 2013 en Europe.Quid des partenariats dans les contenus ? Ils étaient moins mis en avant par LG au regard de Sam-sung ou Panasonic. Il y avait surtout Gaikai et sa plateforme de jeux en cloud. La page d’accueil des « Smart TV with Google TV » se La télécommande Magic Motion des Google TV de LG intègre démarque de la version standard de Google TV et emprunte au un trackpad, la commande gyroscopique ainsi qu’un clavier au système Netcast de LG. dos. Elle permet aussi la commande vocale. LG propose un « Content Browser » pour naviguer dans les La zone « Smart TV with Google TV » n’était pas bien grande contenus partagés sur le réseau domestique. Probablement une sur le stand de LG. implémentation de de DLNA, comme le AllShare de Samsung. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 57 / 244
  • 58. Dans ses modèles « non Google TV, LG propose une autre LG démontrait une fonction « Kinect » avec capteur télécommande gyroscopique similaire à celle que l’on Prime Sense sur ses TV, avec des jeux. L’histoire ne dit pouvait voir en 2011. Pas sûr que cela soit si pratique à pas comment le capteur va être commercialisé. utiliser.PanasonicAu CES 2012, Panasonic annonçait surtout des partenariats contenus pour ses TV connectées : avecMySpace – et avec Justin Timberlake sur scène, Flixter, Disney, NBC sur les jeux olympiques.Mais le constructeur n’avait visiblement pas grand-chose de nouveau à proposer d’un point de vuetechnologique. MySpace apparait sur les Smart TV Panasonic, avec une Le magasin d’applications Viera de Panasonic n’a pas l’air interface utilisateur pas vraiment conçue pour une TV. d’avoir changé par rapport à 2011. Panasonic démontrait une application Twitter sur ses TV Idem pour Facebook. Reste à intégrer les deux dans une même connectées, permettant de suivre les commentaires d’une interface ? émission en direct. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 58 / 244
  • 59. Panasonic propose les BD de Disney sur ses TV connectées, ce Mais on se demande s’il est approprié de lire des BD sur la TV. qui est plutôt original. La tablette semble plus adaptée ! Mais son modèle commercial semble être celui-ci. Il sera fourni Panasonic présentait un prototype de télécommande simplifiée avec ses nouveaux lecteurs Blu-ray et certaines smart TV. C’est avec touchpad. une télécommande à boutons et touchpad, mais pas gestuelle.Signalons un partenariat entre Panasonic et l’israélien Ooyala pour fournir les contenus vidéosstreamés sur les TV connectées du constructeur. Le premier opérateur à en tirer parti sera TheCountry Network.SonySony a toujours deux fers au feu en matière de TV connectée avec sa propre architecture et un mo-dèle sous Google TV. Celui-ci n’ayant pas eu le succès escompté en 2010 et 2011, Sony reste pru-dent sur Google TV.Malgré tout, deux nouveaux boitiers supportant Google TV ont été annoncés : le lecteur Blu-rayNSZ-GP9 et le player média NSZ-GS7 qui doivent être commercialisés aux USA et même en Eu-rope d’ici l’été 2012.Une nouvelle télécommande pour les TV Google TV est apparue avec un touchpad, un clavier ré-troéclairé, la captation de mouvements et la commande vocale. Rien ne manque au programme !A noter aussi qu’il semblerait que Sony passe à l’architecture ARM aux dépens de l’Atom d’Intelpour ses TV connectées. Ce d’autant plus qu’Intel a annoncé fin 2011 qu’il se retirait du businessdes TV connectées pour ne se consacrer qu’à celui des set-top-boxes.Côté contenus, Sony Entertainment Network devient une marque chapeau pour tous les contenusdiffusés dans ses TV et autres appareils (tablettes, smartphones, consoles de jeux, PC). Sony lanceun nouveau service « PlayMemories Online », une offre de cloud pour y stocker et partager ses pho-tos et vidéos personnelles sur l’ensemble de ses appareils Sony. « PlayMemories Studio » est laversion pour les consoles de jeu PS3 et « PlayMemories Mobile » pour les smartphones comme sonnom l’indique. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 59 / 244
  • 60. J’ai découvert un service de TV hybride sur des TV connectées Dans le grand stand Sony, les TV « Powered by Google TV » Sony qui fait penser à HbbTV. Mais impossible d’en savoir plus étaient toujours là, mais pas très mises en valeur. sur la technologie utilisée. Personne ne pouvait me répondre sur le stand Sony. La nouvelle télécommande pour Google TV de Sony va faire Mais on n’échappe pas au clavier, derrière, comme chez LG oublier la précédente. Son design est plus épuré et elle est Electronics. Il faut bien pouvoir utiliser le moteur de recherche gyroscopique en plus d’être vocale. de Google TV.Promotion de la « Simple Wireless Connection » pour connecter La fonction de recherche… apanage de Google TV. les appareils photos et caméras aux TV connectées. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 60 / 244
  • 61. Sony propose le streaming des Blu-ray dans le réseau Sony propose comme de nombreux constructeurs l’usage de domestique. Est-ce une mise en œuvre d’Ultra-Violet ? Skype sur ses TV connectées, ici équipée d’une caméra externe.ToshibaPas de conférence de presse cette année pour Toshiba. Traduction : Toshiba ne doit pas se portertrès bien aux USA ! Il semble par contre que le constructeur reprenne un peu des couleurs en Eu-rope et en France.Son haut de gamme de Smart TV CEVO intègre le fameux processeur Cell qui avait été présenté en2010 au CES 2010. Et une interface utilisateur de télécommande classique intégrée dans ses tablettes. Elle s’appelle « TRAC » pour Toshiba est l’un des rares à présenter un guide de pro- « tablet remote app capability ». Peut-être une meilleure gramme convenable dans ses TV connectées. approche que ces télécommandes multifonctions que nous avons vues chez les autres constructeurs.Il est dommage que Toshiba Places – à base de technologies françaises Netgem et WizTivi - qui estdéployé en Europe ne voie pas le jour sur le marchéaméricain.Les nouveaux modèles de TV lancés au CES sontles L7200 et L6200, des TV 3D LCD-LED avec leWi-Fi et un design épuré (« thin bezel »). Mais lepied reste traditionnel, contrairement à Samsung etLG qui ont adopté des pieds plus design en forme deU.Elles intègrent MediaShare, l’interface graphiqueDLNA pour l’accès aux contenus du réseau domes-tique. Ainsi que la fonction « Send & Play » qui permet d’envoyer un contenu d’une tablette vers laTV. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 61 / 244
  • 62. Autres constructeursVoici quelques autres nouveautés présentées au CES concernant les TV connectées : Vizio se distinguait par le lancement de TV au format 21:9 (2560x1080 pixels) de 50, 58 et 71 pouces pour profiter des films en Cinemascope/Panavision sans les barres noires. Et surtout par le support de Google TV sachant que le constructeur continue de sup- porter les Yahoo! Widgets. Leur solution de TV connectée « Vizio Internet Apps » (VIA) intègre les services d’Amazon Instant Video, Hulu Plus, Netflix, Vudu, Rhapsody, Pandora, Flickr, Facebook, Twitter et les applications du Yahoo Connected TV Store. Ils intè- grent aussi le service de recommandation M-Go de Technicolor comme Samsung. Vizio propose aussi un boitier OTT sous Google TV, le Vizio VAP430 Stream Player. Il est doté d’une télécommande avec touchpad. Vizio sorti- ra aussi un lecteur Blu-ray Google TV, le VBR430 3D. Les deux permettent d’apporter Google TV à la base installée de TV non connectées. Signalons que Vizio est un constructeur fabless qui couvre uniquement le marché américain. Lenovo introduisait le K91, une autre TV sous Android 4.0, de 55 pouces. Elle présente la parti- cularité d’être équipée d’un processeur Qualcomm SnapDragon 8060 tournant à 1,5 GHz que l’on a plus l’habitude de voir dans les smartphones et tablettes. Elle est aussi dotée dune web- cam de 5 Mpixels pour être piloté être par la voix et par les gestes, pour la reconnaissance faciale et aussi pour la visioconférence. La télécommande est gyroscopique et peut servir de manette de jeu. Lenovo cible visiblement les marchés chinois et américains, vue la grande taille de l’écran. Son interface utilisateur d’origine inconnue avait l’air particulièrement bien faite et beaucoup plus fluide que tout ce que l’on peut voir sur des TV connectées. Elle supporte des jeux de bonne qualité du fait des capacités du processeur SnapDragon. HiSense propose des TV sous Android supportant la commande gestuelle. Ces TV intègrent une caméra 2D. Haier faisait de même en annonçant aussi des TV sous Android. Il montrait aussi un prototype de TV commandée par le cerveau pour changer de chaîne et monter ou baisser le son. Nous ver- rons plus loin pourquoi Android a la faveur des constructeurs chinois, au détriment de Google TV. Sharp sortait une nouvelle TV LCD 80 pouces avec le support de la 3D et la technologie Qua- tron introduite en 2010 qui ajoute un pixel jaune aux pixels RGB du LCD pour améliorer le ren- du général des couleurs. Comme au CEATEC, ils présentaient des TV fonctionnant sans fil avec batteries, et sur des formats allant de 20 à 40 pouces. Le constructeur poussait sinon ses Aquos Board, des TV tactiles pour les environnements professionnels et éducatifs.AppleApple est attendu comme le Messie en 2012 avec une ou plusieurs iTV dotées probablement d’uneversion élaborée du logiciel de la box Apple TV et d’un système de reconnaissance vocale pour lacommande. On sait qu’elle serait probablement fabriquée par LG Electronics.Le marché l’attend et la craint à la fois. Comme ce fut le cas pour les smartphones et la tablette, cesTV attendues comme le Graal pourraient définir un nouveau standard de marché que tous les autresconstructeurs vont ensuite laborieusement essayer de copier.De nombreuses questions sont en suspens : quels tuners va-t-elle supporter, intégrera-t-elle un guidede programme linéaire (EPG), quelle sera sa résolution, sa technologie d’affichage, sa connectique ?Intègrera-t-elle des fonctions de recommandation ? Quelle sera la part donnée à la consommation deTV en direct ? Quelle mode d’utilisation multi-écrans avec l’iPhone et l’iPad sera proposé ? Quelle Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 62 / 244
  • 63. télécommande matérielle ? Classique ? Gyroscopique ? Avec un clavier ? Ou simplement, une ap-plication pour l’iPhone ? Et le tout à quel prix ? Rendez-vous dans quelques mois pour les ré-ponses !Si elles arrivent, ces TV seront en tout cas assez faciles à vendre sur le marché naturel des utilisa-teurs de Mac et iPod, iPhone et iPad, ce qui fait des dizaines de millions d’utilisateurs et quelquesbons milliards de dollar supplémentaires de chiffre d’affaire pour alimenter la croissance d’Apple.Mais l’inertie du marché de la TV est plus grande que celui des mobiles à cause d’un taux de re-nouvellement plus faible : 5 à 10 ans contre 18 mois en moyenne.Solutions des opérateursMême si les TV connectées occupent le devant de la scène, il est toujours intéressant d’observer ceque proposent les grands opérateurs du câble, du satellite et de l’IPTV. Tous attendent de voir leurbox phagocytées par les Smart TV et autres solutions dites « over the top ».L’offre aux USAAux USA, le marché est en train de se transformer graduellement. Le câble perd des parts de mar-ché. Les consommateurs le quittent pour l’IPTV et le satellite. Ou plus simplement pour des solu-tions « over the top » utilisant leur connexion Internet. Le marché américain semble être celui quipermet le plus aux solutions « over the top » de se développer, malgré le carcan du câble surl’ensemble du territoire.DirecTV : le premier opérateur de satellite aux USA se différenciait cette année par une intégrationtrès poussée de Facebook dans l’expérience utilisateur, pour voir ce que ses amis regardent à la TVet commenter les programmes. Une application iPad permet de déclencher un enregistrement sur saset-top-box d’une émission signalée par ses amis. A noter également la capacité à consommer lescontenus TV dans les Smart TV de Samsung.Dish TV : le numéro deux de la TV par satellite aux USA était bien le seul à mettre en évidence sesset-top-boxes. Il faut dire qu’ils en annonçaient au CES la nouvelle mouture avec Hopper et Joey.Hopper est une set-top-box polyvalente de 2 To de stockage et dotée de troistuners, d’une connectivité Wifi, Bluetooth, ZigBee et MoCA. Elle peut enre-gistrer six programmes simultanément et en streamer quatre en direct dans lefoyer. Elle propose une offre de musique via 60 chaînes de radio de Sirius-XM et neuf chaînes « latinos » - normal, ils sont 50 millions aux USA. Ellepropose un service de TV de rattrapage, y compris pour les émissions encours (le « Prime Time Anytime ») mais uniquement sur PC et navigateur Web. Les nouvelles set-top-boxes de Dish n’intègrent pas de navigateur web ! Le service comprend aussi de la vidéo à lademande via BlockBuster @ Home avec 6000 nouveaux titres en plus des 10000 existants. Dish faitdans l’original en associant à son abonnement à la TV payante, un abonnement aux DVD/Blu-rayde Blockbuster à l’ancienne. Sorte de réplique à Netflix qui a fait le pas inverse en dissociant son Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 63 / 244
  • 64. offre de DVD et de S-VOD. Sinon, Dish propose un bouquet de 20 chaînes HD. En complément deHopper, Dish propose Joey qui en est un « extender » permettant de lire les contenus provenant deHopper et de les présenter sur une autre TV. Mais on peut aussi utiliser une télévision connectéeSamsung pour ce faire.Dish s’intéresse aussi aux régions enclavées avec le lancement de Dish Unplugged, un service dePush-VOD par satellite de films, intéressant pour les clients qui n’ont pas accès au haut débit.L’offre est complétée par du haut débit par satellite de 12 Mbits/s via le satellite de ViaSat, pour$80 par mois avec les services de Dish Networks. ViaSat-1 est le satellite de plus grande capacité aumonde avec 72 faisceaux qui couvrent l’Amérique du Nord. Il double la capacité par rapport à sonhomologue KA-SAT qui couvre l’Europe. Il a été lancé en octobre 2011 et utilise la bande de fré-quence Ka. Le débit total du satellite de 150 Gbit/s. Il fournira un service de 10 Mbit/s en downloadet 2 Mbits/s en upload pour environ 1 million de foyers. Il ne faudra donc pas qu’ils utilisent leservice tous en même temps ! Car si on compte bien, 150 Gbit/s divisé par 10 Mbits/s, cela fait15000 foyers, pas un million ! Pour une set-top-box, l’interface utilisateur est d’un bon Le design de la nouvelle set-top-box « Hopper ». niveau et assez fluide à l’usage. Elle est d’origine Nagravision. Les fonctions de TV de rattrapage ne fonctionnent que sur PC et navigateurs et sur certaines chaînes seulement. Négociation de droits oblige…Comcast : les opérateurs du câble étaient discrets au CES 2012. Comme DirecTV, ils proposent deconsommer leurs contenus sur les Smart TV Samsung et aussi sur les XBOX 360. Comcast, premiercâblo-opérateur aux USA avec 23 millions d’abonnés, a aussi signé un partenariat avec le groupeDisney qui permet d’offrir aux abonnés ses contenus Premium sur tous les écrans du foyer, en directet à la demande, une tendance lourde du marché qu’Hollywood semble avoir accepté.Verizon : le leader de l’IPTV (avec AT&T et son service U-Verse) propose lui aussi ses servicesFiOS TV dans les Xbox 360 pour accéder aux chaînes TV en direct et avec support de Kinect. Maisil est curieux de découvrir que la TV de rattrapage n’a pas l’air d’exister chez eux. Ils s’appuient surle « Fair Use » (équivalent de notre exception de la copie privée) et encouragent l’usage du PVR de Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 64 / 244
  • 65. la set-top-box. La TV de rattrapage est compliquée àmettre en œuvre aux USA car elle nécessite de négo-cier les droits avec un très grand nombre de chaînes.La version XBOX de FiOS est d’ailleurs limitée à 26chaînes, celles avec qui des deals ont été signés. Veri-zon se lance aussi dans les services de domotique,histoire d’augmenter l’ARPU des foyers, d’environ$10 par mois. Avec la gestion de l’énergie, de la tem-pérature, de la mise en route et de l’arrêt à distanced’appareils et télésurveillance au programme, le toutcontrôlable à distance via son smartphone. Prochaineétape : la télésanté. Fin 2011, Verizon comptait 16,5 millions d’abonnés à FiOS, soient 900000 deplus qu’un an auparavant.Signalons que la chaîne HBO s’est aussi mise au multi-écrans et diffuse ses contenus en VOD. Leservice HBO Go est intégré dans les abonnements des diffuseurs de la chaîne avec une applicationAndroid et iPhone tout juste lancée en novembre 2011.Côté USA, l’évolution de TiVO, l’emblématique inventeur du PVR mérite toujours le détour. Lasociété a été durement affectée par l’intégration verticale du marché chez les opérateurs. Sonpremier client, DirecTV, avait décidé de faire ses propres box, avec middleware NDS (la sociétéappartenant au même actionnaire que DirecTV, News Corp de Murdoch). Idem pour les câblo-opérateurs Comcast et Cox. Et le succès a été mitigé horsdes USA, sauf avec ONO en Espagne.TiVO a actuellement deux millions d’abonnés à sonservice de guide de programmes associé à leurs boxes.Mais leur activité génère toujours de très fortes pertes($24m sur un CA de $64,8m en augmentation de 27% surQ3 2011).Leur dernière box est la Premiere Elite DVR, une versionretail de la Premiere Q, diffusée par les opérateurs et qui comprend quatre tuners TV HD. Ellecontient un disque dur de 2 To, est faite pour le câble et supporte le MoCA pour la diffusionmultiroom sur l’infrastructure du câble des foyers.Ils ont sinon signé un accord de diffusion de leur box avec Virgin Media et ils attaquent à nouveaules clients de DirecTV en 2012. Et des TV connectées de chez Best Buy en marque distributeursintègrent les services de TIVO, mais sans PVR.L’offre en FranceEn un an, la part de l’IPTV en France est passée de 23,9% à 27,5% des foyers. Elle dépasse le satel-lite (22,8%) et le câble (8,5%), la TNT représentant 62,6% des moyens de réception de la TV fin Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 65 / 244
  • 66. 2011. La France est ainsi le seul pays au monde où l’IPTV domine tous les moyens de réception dela TV payante. C’est une originalité que l’on doit à un plan d’équipement en ADSL de bon niveaudepuis une dizaine d’année et à l’irruption du triple-play et des boxes, inaugurée par Free.Petite revue rapide des opérateurs et de leurs offres de « TV connectée », passant par leur box ouune approche multi-écrans : SFR avait lancé sa Neufbox Evolution fin 2010. Elle ne semble pas avoir connu un succès phé- noménal, l’opérateur ayant perdu des parts de marché en 2011 au profit de Free (cf le graphe un peu plus loin). A noter qu’une version pour TV connectée, Samsung en tête, de l’interface utili- sateur de la Neufbox Evolution, a été lancée fin 2011 et réalisée par WizTivi. Le logiciel de la Neufbox Evolution avait été réalisé par la société marseillaise WyPlay et sur un design de NDS France. SFR a lancé quelques innovations comme la capacité de naviguer dynamiquement dans un concert avec son iPad. Free se porte plutôt bien et a regagné des parts de marché après son lancement de la Freebox Revolution, disponible depuis début 2011. Au point que l’opérateur était dépassé par son succès et n’arrivait pas à livrer sa nouvelle box. L’interface utilisateur de la Freebox Player (partie TV) était prometteuse mais a été livrée en pièces détachées. Il a fallu plus de six mois pour retrouver le guide de programme qui avait disparu par rapport à la Freebox 5 ! Free a multiplié les sorties d’applications et les ajouts de contenus en 2011. Il a notamment ajouté une application Facebook et une autre pour Twitter. Mais malheureusement, sans affichage du programme TV en cours pour ne pas heurter les chaînes. Evidemment, rappelons le lancement de Free Mobile le jour même où démarrait le CES 2012. Mais c’est sans grand rapport avec le sujet de la TV connectée. Bouygues Télécom annonçait le 24 janvier 2012 sa nouvelle set-top-box « Sensation » fa- briquée par Samsung et contenant un proces- seur Atom Groveland (CE4200). Elle est au goût du jour côté configuration matérielle avec quatre ports Ethernet Gigabits, un disque dur de 320 Go, un optimiseur de Wifi Optimizair de Celeno, un port SD, cinq ports USB, un port e-Sata pour connecter un disque dur externe, une manette de jeux et une télécommande RF classique. Et surtout, une interface développée en Flash qui a l’air d’être très bien réalisée et homogène. Elle sera d’ailleurs portée sur les set-top- boxes existantes de l’opérateur, d’origine Thomson/Technicolor et ses principales fonctionnalités sont aussi disponibles sur tablettes. Le tout avec le support de la TV en 3D. Tout semble y être ! ceci est complété par un boitier Huawei de hotspot 3G/Wifi et les appels de la box vers les mo- biles sont gratuits en France. Orange est un peu le dernier de la classe dans les évolutions récentes des set-top-boxes d’opérateurs IPTV. Sa nouvelle set-top-box qui doit tourner sous processeur Atom a pris près de Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 66 / 244
  • 67. deux ans de retard. Un prototype avait été présenté dans le keynote d’Intel du CES 2010 ! Ce re- tard semble dû entre autres à des conflits internes au groupe. Orange Vallée avait travaillé sur un concept assez avant-gardiste d’interface utilisateur, qui aurait été refusé par le reste du groupe. D’où la création d’une spin-off qui va la commercialiser, iFeelSmart, dont nous parlons plus loin. Dans le même temps, l’offre IPTV d’Orange TV a été rendue disponible sur XBOX 360 et avec le support de la Kinect. Une manière de temporiser ? Probablement pas. En tout cas, le grand pa- radoxe est que depuis un an, la part de marché d’Orange en acquisition de nouveaux clients s’est redressée. Canal+ et CanalSat ont lancé une nouvelle stratégie multi-écrans en septembre 2011. Elle har- monise les interfaces utilisateurs entre set-top-boxes (la Cube G5), smartphones, tablettes. La XBOX 360 et Kinect sont aussi supportées. Canal a aussi lancé Canal+ Infinity, un service de SVOD sachant que les chaînes de CanalSat ont également une mini-offre de SVOD intégrée. On se dirige allègrement vers des abonnements qui vont associer la TV payante à la SVOD (vidéo à la demande par abonnement). CanalSat prévoit sinon de continuer d’augmenter son offre de chaînes HD diffusées par satellite. Numericable lançait début janvier 2012 sa nouvelle set-top-box (ci-contre) qui intègre toutes les fonctions en un seul boitier (modem, routeur, TV). Elle est d’origine SagemCom et est équi- pée d’un processeur Intel Atom Groveland. La France est déci- dément le premier marché mondial pour Intel dans la TV connec- tée ! Il ne reste plus que Canal+ et SFR dans les gros opérateurs, qui ne sont pas sous Intel, et sont tous les deux chez STMicroe- lectronics. Pour 60€ par mois, on dispose d’un débit pouvant at- teindre 200 Mbits/s, de quatre tuners TV permettant de regarder plusieurs programmes en même temps sur le même écran ou sur les différents écrans de la maison, d’un lecteur Blu-ray, de deux lignes téléphoniques, d’un disque dur amovible de 500 Go et d’une télécommande biface et gy- roscopique (avec clavier au verso). Elle est connectée à l’ensemble des écrans de la maison. Elle intègre le chat sur Facebook. Les chaînes sont disponibles chez soi mais aussi en mobilité, via Internet et grâce à la technologie Videoscape de Cisco (cf le Rapport CES 2011 qui la décrit).Du côté des chaînes, chacune fait en sorte de sup-porter au mieux les nouveaux écrans capables derecevoir la TV, et de s’aventurer dans le terrain dela « social TV ». M6 a lancé son application pourla Xbox 360 et Kinect. Elle est associée au « PassM6 », un abonnement à 7,99€/mois permettant devisionner des séries USA dès le lendemain de leurdiffusion américaine, en HD et avec sous-titrage.Au programme se trouve aussi M6 Talk, un agré-gateur de Facebook et Twitter et un EPG de troissemaines. France Télévisions déploie son servicePluzz couvrant toutes les chaînes du groupe surl’ensemble des écrans.Dans l’ensemble, le consommateur français a ac-cès à une offre de très bon niveau chez les opérateurs que nous avons cités, que ce soit au niveaudes box, surtout les plus récentes, qu’au niveau des solutions multi-écrans.Pendant ce temps, le petit monde médiatico-politique s’agitait autour de la TV connectée et desrisques qu’elle fait peser sur les chaînes TV. Nous avons eu droit à un colloque du CSA et à un rap- Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 67 / 244
  • 68. port sur le sujet, piloté par Marc Tessier6. Rapport qui propose une douzaine de mesures. Au menu :raccourcir la chronologie des médias concernant la VOD (ce qui est mal parti…), assouplir la rè-glementation sur la diffusion de films à la TV, l’homogénéisation de la réglementation de la publici-té à la TV sur tous les écrans, soutenir l’usage de standards ouverts (comme HbbTV), et enfin, re-voir le régime de la TVA à l’échelle européenne pour éviter les distorsions de concurrence généréespar Amazon qui est basé au Luxembourg et Apple en Irlande.L’offre au Royaume UniA l’instar de Canal+ en France, l’offre de contenus de l’opérateur satellite dominant Sky est main-tenant disponible sur la XBOX 360. Et évidemment sur tous les autres écrans, tablettes et Internet.BBC fait un carton avec son iPlayer utilisable sur tous les écrans pour bénéficier de la TV de rat-trapage des chaînes de l’opérateur public.Le HbbTV local, YouView, prend du retard et n’est toujours pas déployé. C’est FreeView, leurTNT, qui est opérationnel.Citons enfin la startup Zeebox UK, qui propose de compléter la consommation de TV avec descontenus sociaux synchronisés, notamment en liaison avec Twitter (original…). La publicité quiapparait dans l’application est synchronisée avec celle qui apparait dans le flux de la chaîne regar-dée. Le service en ligne est partenaire de différentes chaînes comme celles de la BBC, du bouquetSky et Channel 4. Sky a annoncé au moment du CES 2012 avoir pris 10% des parts de la sociétépour une valeur de $15m, donc une valorisation – un peu délirante - de $150m pour Zeebox. Lasociété a été fondée par un développeur du iPlayer de la BBC, Anthony Rose. Zeebox n’est pourl’instant pas utilisable hors du Royaume-Uni, sauf à passer par un Proxy.Media centersEncore un changement marquant cette année, ces boitiers étaient moins présents au CES 2012.On trouve de moins en moins de Media Server, Media Streamers et autres Media Centers. Commesi le cloud avait gagné la partie et que les services associés arrivaient un peu partout, et notammentdans les box des opérateurs et surtout dans les TV connectées. Une grande partie des fonctionnalitésde ces boites se trouvent maintenant intégrées dans les TV connectées. Netgear a lancé en septembre 2011 son NeoTV strea- ming player, un boitier qui permet en théorie de trans- former sa TV en Smart TV. Toujours le même topo : le boitier permet d’accéder aux services de VOD type Netflix et aux contenus de son réseau local. La nouveauté cette année est l’ajout d’un logiciel de télécommande pour tablettes. Arris propose son Moxi Media Gateway Platform qui est une set-top-box généraliste agrégeant tous les contenus imaginables avec six tuners câble HD et un PVR de 500 Go. C’est un concurrent de TiVo qui n’a pas l’air d’être mieux en point.6 Détails dans cet article de Pascal Lechevallier : http://www.zdnet.fr/blogs/digital-home-revolution/exclusif-reunis-par-le-cnc-les-professionnels-du-cinema-veulent-privilegier-le-maintien-de-la-chronologie-des-medias-actuelle-39767719.htm. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 68 / 244
  • 69.  Roku est le grand concurrent de l’Apple TV aux USA. Ses petits boitiers qui vont de $60 à $100 permettent de streamer sur toute TV une très grande richesse de conte- nus provenant de services en ligne. 400 sont référencés avec l’inévitable Netflix, Amazon Instant Video, Hulu Plus, Pandora et HBO GO. Il y a aussi l’accès aux ser- vices de partage de photos et de musique. La version à $100 donne un accès gratuit à Angry Birds et dispose d’une télécommande gyroscopique. Le produit est en train d’être lancé au Royaume Uni du fait de l’arrivée dans le pays de Netflix. Roku lançait également son Streaming Stick, une box de la taille d’une grosse clé USB qui se connecte sur le port HDMI d’une TV suppor- tant le « Mobile High-Definition Link ». Il ajoute donc les fonctions d’accès aux services Roku à une TV qui n’est pas connectée. Petit détail : les TV qui supportent le MHL sont généralement des Smart TVs, chez Samsung et Toshiba ! Simple.TV lançait un petit boitier associant PVR sur la TNT américaine (ATSC) et applications Internet. Les émissions enregistrées sont streamables sur les différents écrans comme avec une Slingbox. Un abonnement op- tionnel de $5 par mois permet de streamer ses contenus hors de chez soi. Le boitier est à $149. Il table sur le fait qu’un grand nombre de contenus des networks sont diffu- sé gratuitement par la voie hertzienne et que la VOD style Netflix comble le reste des besoins. Boxee est cette startup israélienne découverte il y a main- tenant trois ans au CES. Elle vient de lever $16,5m dans un troisième tour de financement, portant le total à $26,5m, l’essentiel chez des VC américains. Elle est spé- cialisée dans les logiciels pour media streamers permet- tant, c’est maintenant une routine, de visualiser sur sa TV toutes sortes de contenus en ligne gratuits (YouTube, Flickr) et payant (VOD Netflix, etc). Son logiciel était jusqu’à présent distribué dans le boitier Boxee de D-Link (ci-contre) qui semble-t-il n’a pas été un grand succès. Il est maintenant intégré dans Iomega TV with Boxee, au choix avec ou sans disque dur. Le Iomega utilise un Atom CE4100 dans le boitier D-Link. Boxee a sinon an- noncé un dongle tuner TNT HD à $50 pour le boitier Boxee dédié au marché nord-américain. Il permet d’ajouter la réception des chaînes gratuites des grands networks aux boitiers tournant sous Boxee. Autre nou- veauté, la capacité de récupérer des contenus streamés par une Slingbox sur une Boxee. Un programme d’une chaîne payante du câble ou du satellite récupéré sur une Slingbox va pouvoir être envoyé via le réseau local sur une Boxee de la maison. Enfin, Boxee annonçait que la version 1.5 de son logiciel pour PC allait être la dernière. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 69 / 244
  • 70. Logiciels et servicesGoogleLe leader du search a plusieurs marrons au feu dans la TV connectée : Google TV, Android, You-Tube et Widewine.Comme 2011, l’année 2012 risque d’être en demi-teinte pour Google TV. Après un début désas-treux des ventes en 2011, trois des partenaires clés des débuts en 2010 ont lâché Google : Logitechqui a jeté l’éponge avec son boitier OTT Revue, Dish Networks qui ne démontrait pas Google TVsur son stand contrairement au CES 2011, et Intel qui a décidé d’abandonner le marché de la TVconnectée. Sony continue quant à lui de soutenir Google TV du bout des doigts.En 2011, Google a lancé Google TV2.0 pour reprendre pied. Avec uneinterface utilisateur améliorée, un An-droid 3.1 sous le capot et l’intégrationde la market place d’Android. LGElectronics et Vizio ont annoncé auCES 2012 leurs TV et boitiers sousGoogle TV, même si c’est de manièreun peu ambiguë. Marvell et MediaTekont remplacé Intel comme partenairesau niveau des System on Chip, il enfallait bien ! Et au niveau des contenus,Google pouvait mettre en avant quelques partenariats en attendant que les chaînes de TV classiquescourbent l’échine : le studio Vivid Entertainment qui offre aux USA des contenus adultes en VODen streaming et en HD7 et OnLive, une offre de Cloud Gaming.Trois acquisitions peuvent avoir un impact sur l’offre de Google : celle de Motorola Mobile quiajoute des set-top-boxes, celle de SageTV qui comprend des fonctions de Media Center etd’enregistrement et de saut de publicité automatique. Et enfin, Widewine et ses DRM. Si on lesreprend dans l’ordre : Motorola permettrait à Google TV de faire son apparition dans les offresd’opérateurs câble, satellite voire IPTV. Googlene les privilégiait pas initialement car il était Android vs Google TVeffrayé par la longueur des cycles de vente etl’inertie des déploiements par rapport aux Si Google TV n’était pas très présent au CES, on pou-ventes de TV connectées dans la distribution vait cependant croiser un grand nombre de stands affi- chant des TV et des boitiers sous Android. Ce sont es-classique. Au bout du compte, il faudra peut- sentiellement des sociétés chinoises : Haier, HiSense,être en passer par là ! Côté Sage, difficile de se Skyworth et Lenovo, sans compter la myriade de cons-prononcer. S’agissait-il de l’acquisition d’une tructeurs, souvent originaires de Shenzhen.équipe ou d’une technologie ou les deux ? On Pourquoi Android ? Parce qu’il est open source et peut-ne sait jamais trop. Quant à Widewine, la socié- être exploité sans contrat avec Google, ce qui n’est pasté a conservé une certaine indépendance et son le cas de Google TV. Le label « Android TV » estDRM a été mis en open source. Est-ce que cette même utilisé par certains, probablement de manière abusive. La couche d’interface utilisateur de ces pro-solution va permettre de séduire les opérateurs duits est généralement tierce-partie et aussi open source.d’Hollywood et les chaînes de TV ? C’est pourquoi les boxes et TV Android sont souventEnfin, reste le cas particulier de Samsung. Un démontrées avec un simple navigateur, Chrome. Quand à l’accès à la market place d’Android, il est possiblepartenariat a bien été annoncé mais aucun pro- mais nécessite une certification du device par Google.duit au CES. Le coréen se réserve visiblementpour le reste de l’année 2012 pour faire ses annonces.7 Un type de partenariat dont on ne voit pas la couleur chez les constructeurs de TV connectées. Tout du moins, ils ne sont pas mis envaleur sur le CES et cela se comprend. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 70 / 244
  • 71. Et dans tout ça, n’oublions pas la raison d’être de Google TV pour Google : capter une part del’énorme gâteau de la publicité à la TV. Ils auront beau dire que le gâteau peut grandir, cela ne peutse faire qu’au détriment des acteurs traditionnels que sont les chaînes de TV gratuites qui vivent dela publicité. Chez le chinois Express Luck International (Shenzhen), une Des box sous Android, encore chez des chinois. TV sous Android présentée avec un simple navigateur. Des Smart TV du chinois Haier sous Android Mele Android Smartbox, encore de Shenzhen.MyGica ATV510, une box OTT sous Android 4.0 équipée d’unprocesseur ARM Cortex A9 CPU tournant à 800 MHz d’origine Là encore, c’est du Android. Et c’est chez Skyworth. non précisée.Reste à évoquer le cas de YouTube, qui faisait l’objet de l’intervention de Robert Kyncl de Googledans un keynote. Il y prévoit que la majorité des contenus télévisuels seront consommés par Internet,75% en 2020. L’offre YouTube s’y prépare avec en offres de services déjà disponibles : YouTubeHD, YouTube 3D, les chaînes YouTube et l’application YouTube Leanback sans compter les appli- Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 71 / 244
  • 72. cations d’accès à YouTube qui sont dans toutes les TV connectées. Il y aurait plus d’activationsd’Android que de bébés qui naissent chaque jour. Les 800 millions d’utilisateurs de YouTube leconsomment à raison de 3,75 heures par mois en moyenne. Soit environ 4% de leur consommationtélévisuelle. Et cela ne devrait faire qu’augmenter !UbuntuCanonical, l’éditeur de la fameuse distribution Ubuntu basé à Londres, lançait au CES un prototyped’une version de sa distribution Linux pour les TV connectées.Dotée d’un bon design basé sur l’interface d’Ubuntu pour les netbooks, elle ne sera pas personnali-sable par les constructeurs visés comme clients. Canonical vise les constructeurs de TV « tier 2 ». Ils’agit d’embarquer le logiciel dans les TV, pas de créer des PC / Media Centers.Les services sont classiques : TV en direct via tuner câble, satellite et TNT US et Europe, vidéo à lademande, PVR et support d’applications, fonction de recherche, playlist personnalisée par utilisa-teur et une fonction de streaming des contenus de votre réseau et de vos PC sur la TV. Il y a aussiun lien avec les smartphones et les tablettes pour l’envoi d’informations complémentaires sur lesprogrammes visionnés et la création d’expériences multi-écrans. On pourra commencer à visionnerun programme sur un écran, faire pause, et ensuite retrouver la suite sur un autre écran là où l’on afait la pause.Canonical prendra en charge les services de cloud pour gérer cette interface. Le modèle écono-mique ? Pas publié pour l’instant. Il relèvera probablement du service autour du cloud. Le guide de programmes (EPG) d’Ubuntu TV L’interface de sélection de film à la séance. La fonction de recherche et de recommandation de films.NDSNDS avait un stand au Wynn mais je n’ai pas pu les voir cette année. Par contre, je les avais vusavant, à l’IBC d’Amsterdam en septembre 2011 et en automne, au siège de NDS France où se Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 72 / 244
  • 73. trouve une bonne partie de la R&D du groupe israélo-anglo-américano-français leader mondial dumiddleware pour les opérateurs de TV payante. Il équipe notamment les boxes de DirecTV, de Skyau Royaume Uni, de Canal+ en France et de Zon au Portugal. Dans ce dernier cas, NDS a mis enœuvre Snowflake, son interface utilisateur, conçue par Olivier Lacour et son équipe en France.Cette interface est l’une des plus élégantes et avancées du marché dans les set-top-boxes et TV con-nectées.Snowflake en est actuellement à sa révision 12 où la notion de recommandation perfuse dans toutel’interface utilisateur et de manière explicite, où les réseaux sociaux sont intégrés dans l’expérienceutilisateur, où les films de VOD sont découpés en séquences en reprenant les menus des DVD cor-respondants.Il est intéressant dans les recherches sur les interfaces utilisateurs de voir à quel point les détailscomptent et qu’il est possible d’innover dans les moindres recoins.En voici quelques exemples : Le « branded zapping » qui utilise les deux secondes de gap lorsque l’on change de chaîne sur une set-top-box. Ce temps est mis à contribution pour jouer une petite vidéo appelée interstitiel, réduisant ainsi la perception de l’attente. Cet interstitiel peut-être un logo de la chaîne, un jingle ou un élément de sponsoring (« brought to you by… »). Ces contenus peuvent être poussés sur la box dans un canal technique du broadcast (câble, satellite) ou bien via Internet lorsque la box est hybride et connectée. Le concept de l’overfly pour l’accélération dans un pro- gramme vidéo (ci-contre). Il consiste à découper la séquence avec des vignettes permettant de savoir précisément où l’on est et où l’on va dans le programme. La géolocalisation des scènes de films pour en savoir plus sur les lieux correspondants. La généralisation des scénarios multi-écrans où la tablette devient la tour de contrôle de l’expérience utilisateur.GraceNoteGracenote est à l’origine un service de diffusion de musique en marque blanche.L’éditeur propose maintenant plusieurs briques logicielles adaptées aux Smart TV : Gracenote Entourage qui intègre une fonction d’Automatic Content Recognition. Elle reconnait à partir d’un second écran type tablette ou smartphone le programme qui est en train d’être joué sur la TV8. Cela permet ensuite d’ajouter de l’interactivité dans le second écran en synchronisa- tion avec le programme TV. La fonction est basée sur du fingerprinting audio, où le son contient une empreinte non audible et reconnaissable uniquement par traitement numérique. La fonction pourrait aussi être directement intégrée dans les TV connectées. EyeQ, une sorte de guide de programme enrichi et personnalisable par les opérateurs couvrant la TV broadcast mais également les contenus Internet récupérables à la demande. Il intègre aussi une fonction de recommandation, un must dans le domaine. Mais l’origine n’est pas publiée.8 Rappelle ce que fait la startup française Egonocast. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 73 / 244
  • 74.  MoodGrid : pour la sélection de la musique en fonction des attributs et l’inspiration du moment. Cela rappelle le DNAvigation du français Arkamys. Un partenariat avec Twitter pour intégrer les « Twitter Verified Accounts » de mu- siciens et autres artistes dans les logiciels de Gracenote. Cela permet d’y intégrer les flux Twitter de ces artistes. Le tout est associé à d’autres services dans le domaine de la musique. MusicID, VideoID, et VideoExplore. VideoID et MusicID sont des services d’accès aux métadonnées des contenus sur support physiques. Ils sont notamment utilisés par des constructeurs tels que LG dans leur lecteur Blu-ray.OperaOpera est un éditeur norvégien de navigateursweb pour systèmes embarqués. Il cible tout par-ticulièrement les TV connectées. La société oc-cupe déjà 750 personnes !Opera profitait du CES 2012 pour présenter son« Opera TV Store », un magasin d’applicationsde Smart TV écrites en HTML 5. Il reste àl’intégrer dans les TV connectées et cela peutprendre du temps.iFeelSmartiFeelSmart est une startup créée par Shy Shriqui et Xavier Bringué deux anciens d’Orange Vallée etdu Technocentre. Ils pilotaient le projet de création de la prochaine set-top-box TV d’Orange. Ilsavaient conçu une interface utilisateur bien au point et fonctionnant harmonieusement sur TV,smartphone et tablette, y compris dans des scénarios double écran où la tablette pilote la TV. Ellepermet une navigation dans les chaînes, programmes, guides de programmes, données enrichies surles programmes (live, différé, VOD) et intègre parfaitement les réseaux sociaux comme Facebooket Twitter. L’ensemble a été testé et validé avec plusieurs focus groups en France et au RoyaumeUni avec un total de 60 utilisateurs. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 74 / 244
  • 75. L’interface est particulièrement fluide. Développée en OpenGL, elle repose sur les technologiesmatérielles du moment et notamment des SoC rapides comme l’Atom d’Intel. Elle a été conçueavec l’aide d’un designer renommé : Dale Herigstad, détenteur de quatre Emmy Awards et concep-teur des effets visuels du film Minority Report. Après un deal signé avec Orange dans le cadre d’unspin-off, iFeelSmart désormais 100% indépendant de lopérateur, commercialise ce produit auprèsd’opérateurs IPTV, du câble, du satellite et de fabricants de téléviseurs connectés.D’un point de vue matériel, leur solution logicielle requiert des processeurs du niveau de l’AtomSodaville et Groveland et Qualcomm Snapdragon. Un partenariat avec Qualcomm a amené leursolution à être la première interface disponible sur la nouvelle plateforme SnapDragon MPQ pourSmartTV, annoncée au CES 2012 et introduite pour la première fois dans les TV de Lenovo sousAndroid.Leur interface fonctionne entre autres avec la commande gestuelle et le SDK de PrimeSense, maissans avoir de pointeur à l’écran. Le parti pris est de valider les commandes gestuelles avec un petitmouvement sec de la main vers l’avant. La commande gestuelle est également exploitée pour desjeux de manière optimale.A ce stade, il n’est pas possible d’en dire et montrer plus ! Dommaaaaage !Autres startupsBalayons ici quelques autres startups intéressantes du secteur de la TV connectée ou du secondécran, et ceci d’est qu’un échantillon : Moovida de la startup espagnole Fluendo Embedded propose un logiciel gratuit de navigation en 3D dans les contenus. Le logiciel présenté la première fois au CES 2011 semble toujours en bêta. L’interface utilisateur est prometteuse. Mais elle reste très incomplète. Elle est probablement amenée à être intégrée dans d’autres produits en OEM. NetUp est une startup russe qui propose (entre autres) une solution IPTV tournant sous Android et processeurs ARM. C’est le genre d’interface utilisateur assez simplifiée que l’on pourrait voir Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 75 / 244
  • 76. apparaître dans les TV et set-top-boxes chinoises utilisant Android. Mais le choix est réalisé par l’opérateur IPTV qui la déploie, pas par le constructeur. ConnecTV est une plateforme de social TV pour votre second écran, la tablette ou votre laptop. Elle est destinée à y présenter les informations complémentaires des programmes visionnés sur l’écran principal : résultats sportifs, statistiques, ce que vos amis en pensent sur les réseaux so- ciaux, et de la publicité contextuelle. Le système est en bêta et fonctionne avec les principales chaînes TV américaines. Il s’appuie sur une reconnaissance automatique du contenu joué sur votre TV, probablement à base de comparaison sonore, un peu comme le principe de Shazam, mais appliqué aux chaînes TV en live. Avec ou sans cette startup, basée à San Francisco, ce genre d’usage est fait pour se développer très rapidement. Au détriment de l’interactivité intégrée dans les Smart TV elles-mêmes. Plizy est une startup franco-américaine créée par Jonathan Benassaya, le créateur de Deezer qu’il a quitté il y a deux ans. C’est un outil social pour tablette de découverte de contenus vidéos de toutes sortes qui s’alimente notamment par les flux de vos réseaux sociaux. Vous pouvez ainsi naviguer facilement dans toutes les vidéos qui ont été « postées » par vos amis sur Facebook et Twitter. Vos amis peuvent vous recommander des vidéos. Vous pouvez créer ou consommer des chaînes thématiques selon vos besoins : artistes, thèmes, et bookmarquer vos contenus préférés ou à regarder. Les chaînes que vous visualisez sont relinéarisées pour vous et vous pouvez zapper d’un clip à l’autre. Bref, c’est une expérience sociale de la TV sur tablette qui vaut le détour. Et à terme, on la retrouvera aussi sur les TV connectées. On peut déjà envoyer les vidéos sur une Apple TV via Airplay. Les vidéos sont récupérées en streaming et peuvent être téléchargées pour être consommées en mode déconnecté (dans la version payante). Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 76 / 244
  • 77.  Shelby.tv est une autre startup qui propose un service voisin de celui de Plizy qui collecte les vidéos indiquées par vos amis sur Facebook et Twitter. Miso est une application de social TV sur second écran (tablette, smartphone, web) qui permet de converser avec ses amis via les réseaux sur les show que l’on regarde, de voir ce qu’ils regardent, de gagner des points et des badges virtuels. Dijit et son guide de programme social pour second écran qui exploite ce que l’on aime et ce que nos amis regardent. Il est complété d’une solution de télécommande universelle de TV pour zap- per sur la bonne chaîne. Kwarter, créée aux USA par Carlos Diaz, le fondateur de BlueKiwi, est une application de se- cond écran sur le sport qui profite des coupures publicitaires pour capter l’attention de l’utilisateur et lui proposer de rentrer en contact avec ses amis regardant la même compétition sportive, de parier sur les événements à suivre, de partager contenus et informations, etc. GetGlue est une autre application de social TV pour voir ce que font ses amis sur la TV, un peu comme le Devantlatélé français. D’ailleurs, leur interface d’accueil est très voisine ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 77 / 244
  • 78. Nous sommes en pleine phase expérimentale pour toutes ces applications pionnières. C’est une« petite bulle » avec beaucoup de tests comme pour tout marché en émergence. Ces projets peuventplus facilement être validés ou non à l’échelle du marché américain. Pour ce qui est de la France,c’est un peu plus difficile.HbbTVPoint de HbbTV sur le CES 2012 et pour cause : les démonstrations que l’on y trouve couvrent es-sentiellement le marché américain. De surcroit, les stands des grands groupes asiatiques sont géréspar leur filiale américaine ! Donc, le support de HbbTV dans les TV connectées de Samsung, LG,Sony et Panasonic n’est pas du tout mis en avant.Pour rappel, HbbTV permet l’intégration de contenus Internet autour des chaînes de TV. Ce conte-nu est diffusé au choix par le canal Internet ou par le canal broadcast DVB (TNT, satellite ou câble).Seul France Télévision utilise ce dernier pour une partie des contenus, pour que le service fonc-tionne en mode réduit même lorsque la TV n’est pas connectée à Internet. Les autres chaînes pas-sent exclusivement par le canal Internet.En France, HbbTV a vu le jour sur les écrans en mai 2011 avec une première expérimentation au-tour de Roland Garros menée par France Télévision9. Depuis, l’ensemble des chaînes du PAF de laTNT se sont activées pour lancer leurs services HbbTV.France Télévisions a lancé son portail HbbTV en septembre 2011, dont le développement a été réa-lisé comme pour Roland Garros par WizTivi.M6 a lancé son portail, réalisé par ATOS. TF1 a aussi lancé le sien.ARTE a aussi lancé son portail, réalisé par sa branche allemande. Les chaînes allemandes on le saitavaient un an d’avance sur la France dans le déploiement de HbbTV.NRJ a son portail également avec ses radios, la catch-up de NRJ12, aussi réalisé par Wiztivi. On ytrouve un guide de programmes, qui n’est malheureusement pas sélectionnable !Direct 8 / Star et BFM prévoient un lancement entre janvier et avril 2012.Le service de TF1 a été lancé à l’automne 2011.Enfin, l’AFDESI a lancé MesServices.tv, un portail de services indépendant des chaînes réalisé parAltran.9 Cf http://www.oezratty.net/wordpress/2011/lancement-hbbtv-en-france/. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 78 / 244
  • 79. A noter que tous les téléviseurs 2011 et plus récents supportent HbbTV, mais la fonction n’est pasactivée par défaut. Il faut aller dans la configuration pour la mettre en route chez LG et Samsungtandis qu’elle est activée par défaut chez Sony, Panasonic et Toshiba.UltraVioletUltra-violet est un ensemble de standards du consortium DECE (Digital Entertainment ContentEcosystem) permettant l’usage de films sur les différents appareils connectés du foyer. Il permetnotamment de consommer le contenu d’un DVD Blu-ray sur différents écrans. Il est censé aussifonctionner avec de la vidéo à la demande téléchargée. Après deux années de retard, les premiersDVD Ultra-Violet sont arrivés aux USA fin 2011.La mise en œuvre d’Ultra-Violet passe par la déclaration en ligne de ses différents appareils numé-riques amenés à lire les vidéos. Le service est opéré par la société américaine Neustar qui avait unstand au CES 2012. C’est un petit peu usine à gaz et l’adoption par les consommateurs reste uneinconnue par rapport à la consommation de vidéo dans des abonnements S-VOD type Netflix.Les premiers appareils capables de lire les vidéos Ultra-Violet sont apparus sur le marché, notam-ment chez Samsung.Lecteurs Blu-rayLes lecteurs Blu-ray sont aujourd’hui la source de vidéo de la meilleure qualité qui soit : avec unevidéo 1080p faiblement compressée et un son multicanal de très bonne qualité, lui aussi peu ou pascompressé, notamment dans les formats DTS Master Audio et Dolby Digital TrueHD, et enfin, lesupport de la 3D avec l’ensemble de ces caractéristiques. Ils ont cependant le défaut d’être lents à ladétente. Lancer un Blu-ray et démarrer son film est parfois une épreuve redoutable pour le cinéastepressé que l’on peut facilement être. Heureusement pour les éditeurs, les ventes de Blu-ray com-mencent enfin à décoller et à compenser partiellement la baisse drastique des ventes de DVD.Les lecteurs Blu-ray intègrent de plus en plus des fonctions de set-top-boxes et TV connectées etnotamment l’accès à des services de vidéo à la demande comme Netflix. Les constructeurs qui pro-posent des TV connectées et des lecteurs Blu-ray partagent en effet les mêmes couches logiciellesde TV connectées sur leurs lecteurs Blu-ray. Il semble néanmoins qu’il ne soit pas toujours possibled’accéder aux magasins d’applications Smart TV de ces marques pour ajouter des applications auxlecteurs.A noter que Google TV est intégré dans un lecteur Blu-ray chez Sony ainsi que chez LG Electronics.C’était le cas d’un lecteur chez Samsung au CES 2011 mais il semble être discrètement passé auxoubliettes.Enfin, les lecteurs Blu-ray accèdent souvent aux contenus de votre réseau via DLNA. Ce sont aussides « cross over products » de plus en plus polyvalent ! Leur prix est maintenant tout à fait raison- Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 79 / 244
  • 80. nable, ayant descendu à moins de 200€ pour les modèles de milieu de gamme des grandes marques.Côté design, ils se ressemblent tous. Leurs fonctionnalités techniques sont généralement très voi-sines. Ils doivent d’ailleurs utiliser des composants électroniques très standardisés. Le Sony BDP-S780 a la particularité d’être doté d’un navigateur web, ce qui vous fait une belle jambe surtout dans la mesure où il ne supporte pas le Flash, ce qui vous rappellera ce qui se passe chez un certain Apple. Et aussi d’une ribambelle d’applications dont Skype. Il est doté d’une fonction d’ajustement de l’effet 3D et est capable de convertir des contenus 2D en 3D, une fonction que l’on trouve aussi dans un grand nombre de téléviseurs 3D. Le modèle plus haut de gamme BDP-S790 est capable d’upscaler des vidéos en 4K ce qui ne sert pour l’instant pas à grand monde. Le LG Electronics BD670 propose plein de services en ligne : Netflix, Amazon, Cinemanow, Vudu, Pandora, Hulu Plus (aux USA), Picasa et Google Maps. Panasonic propose dans son DMP-BDT210 un détecteur de présence de la main pour ouvrir ou fermer le tiroir du disque, un avantage à double tranchant ! J’espère que c’est une fonction que l’on peut facilement désactiver pour éviter les désagréments. En plus de tous les services en ligne habituels déjà cités, le lecteur propose Skype. Avec quelle caméra ? Montée en USB ? L’engin est aussi doté d’un lecteur de cartes SD pour lire vos photos. Le DMP-BDT500 est doté d’une électronique plus haut de gamme avec un convertisseur numérique/analogique de 32 bits, un upscaler de meilleure qualité, des connecteurs en or, et une alimentation haut de gamme qui est censée améliorer la qualité de la vidéo. Il convertit aussi les images 2D en 3D. Et est doté de deux sorties HDMI. Sa télécommande ci-dessous à gauche comprend un touchpad. Samsung et son BD-E6500 supporte la 3D, le Wifi pour accéder aux services en ligne. On peut de plus le télécommander avec un smartphone sous Android. Il est aussi doté d’une double sortie HDMI.Caméras vidéoCôté caméscope grand public, les principales nouveautés sont la généralisation du Wifi intégré,chez Panasonic, Canon et d’autres. Il n’est malheureusement toujours pas standard dans les reflex nidans les hybrides d’ailleurs.Les capteurs sont plus grands, surtout dans les modèles de milieu de gamme et haut de gamme, d’oùune meilleure sensibilité pour la prise de vue en basse lumière. Une évolution alimentée par la fonc-tion de prise de vue vidéo des reflex, qui sont dotés de grands capteurs par rapport à ceux des camé-ras vidéo. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 80 / 244
  • 81. Caméras vidéos semi-professionnelles et professionnellesL’année 2011 a été marquée par l’annonce en septembre du très attendu Canon EOS C et PL. CEsont des caméras qui utilisent des objectifs Canon EF (photo) ou PL (cinéma). Dotées d’un capteurde 8 Mpixels Super 35 mm capable de générer un vrai 1080p avec pour chaque pixel 1080p, 2 pho-tosites verts, 1 bleu et 1 rouge. Elle n’est pas encore disponible mais les premiers tests réalisés pardes cinéastes d’Hollywood sont très positifs. Outre la capacité d’utiliser les objectifs EF pour lemodèle C, cette caméra se distingue par son prix, $12K, très abordable dans le marché des camérasprofessionnelles.Canon propose de nouvelles optiques « cinéma » à monture PL. La différence avec les objectifs EFdes reflex ne se situe pas vraiment dans l’optique mais plus dans la mécanique, notamment sur lesbagues de contrôle de la mise au point et du zoom, qui sont en général manuels.Sinon, citons quelques autres caméras professionnelles apparues en 2011 : Panasonic répondait en 2011 au phénomène des reflex full frame faisant de la vidéo comme le Canon 5D Mark II avec son AG-AF101 dotée d’un capteur d’images fonctionnant sur 18 bits (vs 14 bits chez Canon) en technologie CMOS de 12 Mpixels et 4/3 de pouces. Sony faisait de même avec sa PMW-F3 dotée d’un capteur Super35 EXMOR (13,3 x 23,6 mm). Elle complète les F35 qui sont plus professionnelles. Le format « Super 35 » est en fait un demi full frame, ou l’équivalent de l’APS-C des reflex d’entrée de gamme Canon. JVC a aussi présenté une caméra 4K, la GY-HMQ10, déjà vue au CEATEC en octobre 2010 (ci- dessous à gauche). Elle utilise un capteur de 8 Mpixels d’un demi-pouce. Elle génère une image 3840x2160 (que l’on pourrait appeler du 4K vidéo, car le vrai 4K cinéma est du 4096x2160). Elle monte au 60p, à savoir qu’elle peut donc générer des ralentis. Elle sera disponible en mars Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 81 / 244
  • 82. 2012 pour $5K. Travers de taille : l’image 4K est décomposée en quatre images 2K qui sont en- voyées dans autant de sorties HDMI. Après, bon courage pour rassembler ces quatre images en une !Caméscopes amateursComme chaque année, les grandes marques annoncent de nouveaux modèles de caméscopes grandpublic. De plus en plus d’entre eux supportent le Wifi, c’est la principale nouveauté cette année. Ilssont sinon de plus en plus compacts. Ils sont maintenant tous Full HD, et leurs capteurs également(sans upscaling), la question ne se pose plus. Les nouveaux Canon Vixia HFM52 ($750), 50 et 500, et HFR32 ($550), 30 et 300 intègrent maintenant le Wifi et l’accès direct à YouTube tout comme le support de DLNA. Ils se distinguent par leur zoom (x10 pour les 5x et x50 pour les 3x) et leur capteur (1/3 de pouces et 2,37 Mpixels pour les 3x, un capteur plus petit, de 1 / 4,85 pouces et 3,28 Mpixels pour les 5x). Fin des modèles SD pour cette an- née ! Panasonic sortait les HC-V700 et HC-V700M qui utilisent des capteurs de haute sensibilité 1MOS et peuvent exploi- ter l’adaptateur VW-CLT2 pour la prise de vue stéréosco- pique 3D. Ils sont dotés d’un bon zoom optique 21x. Pana- sonic sortait sinon tout un tas d’autres caméscopes plus bas de gamme. Et il y avait aussi la Z10000 qui filme en 2D et 3D (ci-dessous) avec deux capteurs CMOS, annoncée en août 2011. Elle peut filmer en mode macro à 30 cm du su- jet. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 82 / 244
  • 83.  JVC sortait sept nouveaux modèles à capteur CMOS ré- troéclairé, dont quatre modèles avec Wifi intégré. Le GZ- 250 (wifi, 16 Go de mémoire intégrée, capteur de 2 Mpixels CMOS) a une optique ouvrant à 1.8 et un zoom x40. Le GZ-V500 est doté d’un capteur de plus grande ré- solution (3,33 mpixels) et surtout d’un objectif qui ouvre à 1.8 en grand angle ce qui est très rare pour ce genre de ca- méra. Et en plus, elle peut faire du 60 fps et du 300 fps, utiles pour générer de bons ralentis. Les Sony HDR-CX580V et HDR-PJ580V se perfection- nent, le premier passant sur un capteur CMOS de 20,4 Mpixels et adoptant un grand angle de 26,8 mm. Le haut de gamme de la série 700 passe à 24,1 Mpixels avec grand angle de 26 mm et 32 Go de mémoire. Il introduit la stabili- sation « Balanced Optical Steady Shot », 13x plus efficace que lancienne stabilisation grâce un un bloc optique se dé- place au lieu de la lentille. Sony introduisait sinon au CES son HDR-TD20V, qui filme en 3D avec deux capteurs. Samsung lançait quatre caméscopes dont deux supportant le Wifi, comprenant le QF20. Il a la particularité de pouvoir filmer en position verticale, avec un détecteur d’horizontalité qui adapte l’affichage dans l’écran intégré. Le canadien Tamaggo propose une caméra au design ovoïde pour prendre des vues à 360°. Elle devrait être commercialisée à moins de $200. Le capteur fait 14 mpixels, ce qui est bien utile pour capter des images ana- morphiques qui doivent ensuite être redressées par logiciel. L’appareil est connectable en Bluetooth à votre mobile et comprend un écran de 2 pouces de diagonale. Un logiciel dédié permet de se déplacer dans les panoramas à 360° réa- lisés avec l’appareil. A noter que l’appareil ne prend que des photos et pas de vidéo. Les panoramiques réalisés dé- pendent de l’orientation de l’appareil (ci-dessous). Ceci dit, la mode des photos panoramiques commence à être un peu fatigante. Car on ne peut pas prendre toutes ses photos dans ce mode là et cela fait encore un appareil de plus. Mieux vaut finalement utiliser une optique adaptée pour iPhone.Caméscopes de pocheEncore une catégorie de produit qui bat de l’aile. Ces caméscopes de poche popularisés par le Flip,achetés puis abandonnés par Cisco et aussi par Kodak ont l’air de péricliter. Ils sont probablement Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 83 / 244
  • 84. phagocytés par la fonction vidéo des smartphones, d’autant plus que les capteursdes smartphones les plus récents sont d’une qualité voisine de celle de ces camés-copes de poche.A ceci près que les smartphones ne disposent pas de support de stockage amovible.Mais ils sont reliés… au cloud grâce au Wifi et à la 3G !Samsung lançait le W300 dans cette veine (ci-contre).La mode est plutôt maintenant aux caméras sportives, vues juste après.Caméras sportivesCes caméras sont très à la mode depuis un an. Elles permettent de réaliser des prises de vue specta-culaires lors que l’on se déplace dans les moyens de transport ou dans les sports plus ou moins ex-trêmes (ski, parapente, surf, parachutisme, motocross, etc).Les caméras ne sont pas particulièrement innovantes d’un point de vue technologique. Elles utili-sent des capteurs vidéo classiques, en général de petit format et un stockage mémoire fixe ou amo-vible type carte SD. Elles supportent généralement le Full HD (1920x1080) et on trouve quelquesmodèles qui filment aussi en 3D.La marque la plus connue dans les caméras sportives est sans conteste GoPro. Son HD HERO2supporte le 120 fps ce qui permet de créer de beaux ralentis. Elle combine le 1080p et la prise dephotos de 10 mpixels. GoPro propose une version 3D avec une coque plastique intégrant deuxGoPro assemblées à l’envers. Une GoPro peut être complétée par le Wi-Fi BacPac et une télécom-mande Wifi pour diffuser son contenu en direct.L’autre format courant est le « tube », comme chez Contour, montée sur pieds (ci-dessous àgauche) ou avec un Steadicam Smoothee (ci-dessous à droite) : Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 84 / 244
  • 85. Chez le français CamSports, on trouve un catalogue complet de caméras sportives en 1080p ainsiqu’une paire de lunettes comprenant une caméra. Leur caméra 3D « 3D Fusion Camera » est dotéede deux capteurs Full HD de 5 Mpixels et optiques avec un écartement similaire à celui des deuxyeux (à droite dans l’image de gauche ci-dessous). Elle comprend aussi un écran de contrôle. Ilsont aussi un modèle Full HD Extreme, tournant à 60 FPS, pour créer des ralentis. Le plus originalchez eux est le Patroller, une lampe de poche LED qui intègre une caméra 720p grand angle dotéede quatre heures d’autonomie et rechargeable. Elle est utilisée notamment par les forces de police etles pompiers. Je n’ai pas vu cela ailleurs (ci-dessous à droite).Sur la PMA, on pouvait voir une caméra CamOne montée sur un avion téléguidé Pelican (ci-dessous à gauche) et une Midland (à droite). La gamme des caméras de CamOne n’est pas sansrappeler celle de CamSports. Sans compter le nom !Il y a aussi les Replay XD1080, qui se distinguentpar une lentille grand angle de 135° montée sur uncapteur de 5 mpixels. Elle dispose d’une sortie HDMIpour diffuser en live le contenu filmé. Ainsi qued’une entrée audio stéréo pour utiliser un micro exté-rieur optionnel.Enfin, dans le plus exotique, citons ces caméras infra-rouges chez GoScam, pour le dépannage automobile(ci-dessous à gauche). Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 85 / 244
  • 86. Et puis, en croissance, une vogue de caméras d’espionnage ou de surveillance, ici dans un robottélécommandé chez GoScam (ci-dessus au centre) et dans une petite voiture chez Wi-Spi (ci-dessusà droite).VisioconférenceC’est un domaine que nous n’allons faire que survoler. J’ai visité le stand de Vidyo sur Showstop-per. La société propose une solution de visioconférence à plusieurs personnes très efficace. Ellefonctionne maintenant sur tous les écrans imaginables, dont les smartphones et tablettes.Il y a aussi ViewPhone et son codec vidéo optimisé pour les visioconférences en HD. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 86 / 244
  • 87. Photo numériqueLe marché de la photo numérique est lui aussi en pleine évolution. Il est moins structurant pourl’industrie que celui de la télévision, mais ses ramifications sont importantes avec d’autres secteurscomme celui des smartphones.On assiste à une banalisation du contenu « photo », l’un des plus partagés sur Internet. Avec uneflopée de startups dans le domaine : Path, Color, Facebook, Twitter, sans compter les spécialistestype Flickr ou Smugmug, où l’on peut partager ses photos. La création de photos avec les smart-phones est en explosion. Cette banalisation rend plus difficile la vente de photos. Le métier de pho-tographe professionnel est de plus en plus difficile, autant que celui de journaliste. Même si dans lesdeux cas, il reste de la technicité et de l’art dans le métier.Le secteur de la photo numérique est marqué des migrations de valeur entre types d’appareils : La connectivité se développe pour les appareils photos et surtout les compacts, par le Wifi le plus souvent. Et en lien avec divers services en ligne de partage de photos. On trouve cela chez Panasonic, Samsung et Sony. On note cette volonté d’éviter l’isolation numérique des appareils photo qui sont devenus les moins connectés de nos objets numériques par la force des choses. Mais cela semble une approche bien tardive chez tous ces fabricants. Les appareils compacts se font tailler des croupières par les smartphones et leurs ventes sont continuellement en lent déclin. Les capteurs des smartphones, certes bien petits, atteignent allè- grement les 10 millions de pixels et supportent la vidéo Full HD, parfois intègrent un zoom op- tique et un mode panorama automatique sans compter la fonction HDR 10. Bien entendu, leur mi- nuscule optique ne vaut pas celle des appareils compacts, mais elle tient la charge pour de nom- breux usages courants et les utilisateurs de smartphones passent leur temps à alimenter leur time- line de réseau social avec leurs smartphones alors que c’est laborieux avec des compacts. Les compacts sont de plus en plus nombreux à être connectables en Wifi et à intégrer un GPS. Une tendance qui ne s’étend pas curieusement aux hybrides et aux réflex même hauts de gamme. Dommage. Ventes d’appareils photos – Constructeurs Japonais – Jan-Novembre de chaque année En valeur (milliards de Yen) En unités (millions)1800 1201600 10014001200 80 Appareils photos à Appareils photos à1000 optiques fixes optiques fixes 60 800 Appareils photos à Appareils photos à 600 40 optiques optiques interchangeables interchangeables 400 20 200 0 0 Source : CIPA 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2005 2006 2007 2008 2009 2010 201110 High Dynamic Rendition, pour combiner plusieurs photos en une seule et mieux rendre les hautes et basses lumières extrêmes. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 87 / 244
  • 88.  Les appareils bridges sont un peu entre deux chaises, entre les compacts et les hybrides. Ce sont des appareils avec un zoom de fort rapport – jusqu’à x25 - et de qualité, mais qui sont générale- ment équipés d’un petit capteur voisin de celui des compacts. Ils sont pratiques, intégrés, mais leurs petits capteurs limitent la qualité des images notamment en basse lumière, faiblement rat- trapée par les flashes intégrés, trop proches du capteur. Et leurs optiques sont généralement à faible ouverture et non interchangeables. Ces appareils vont certainement souffrir face aux hy- brides. Dans les nouveautés qui se généralisent, la prise de vue de photos 3D avec une seule op- tique et capteur. Ça marche comment ? Données France Les appareils hybrides tiennent le haut du pavé et captent des parts de marché aux reflex (cf données GfK ci-dessus pour la France). Les ventes d’hybrides pourraient dépasser en unités celles des reflex en 2015 selon la revue américaine TWICE. Le débat commence à battre son plein sur le déclin inéluctable des reflex11. Voici les arguments pour et contre la fin des reflex au profit des hybrides : o Les appareils réflex sont lourds, comprennent des pièces mécaniques dont des pièces d’usure comme le rideau ou le miroir. Mon EOS 5D acheté en 2006 vient ainsi de me lâ- cher, le rideau ayant cassé. La réparation coûte plusieurs centaines d’Euros et pas évi- dente à justifier pour un appareil aussi ancien. C’est l’obsolescence programmée ! L’emploi d’un miroir pivotant freine la réduction de la taille et du poids de ces boitiers. Et l’adoption de ces appareils est alimentée par le mal de dos ! J’en connais quelques-uns parmi vous qui ont abandonné leur réflex à cause de cela ! o Les hybrides sont capables de prendre plus de photos par secondes que les réflex. C’est lié à l’évolution de la puissance des processeurs et à l’absence de mouvements méca- niques (miroir, rideau) dans les hybrides par rapport aux reflex. Même si on peut faire jusqu’à du 10 FPS avec de bons reflex. Et 8 FPS largement suffisant avec un Canon EOS 7D.11 Cf http://www.stuckincustoms.com/2012/01/04/dslrs-are-a-dying-breed-3rd-gen-cameras-are-the-future/. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 88 / 244
  • 89. o La qualité des écrans de contrôle et des viseurs des hybrides les desservent. Elle est en- core moyenne, mais la résolution des écrans intégrés dans les viseurs augmente réguliè- rement, cf mon CR du CEATEC. o Il y a peu d’hybrides « full frame » à part le bien coûteux M9 de Leica, qui est pourtant moins sensible que les reflex pros. Mais cela pourrait changer. o Les catalogues d’optiques à grande ouverture sont encore limités pour les hybrides, no- tamment le format « Four Third ». o A la charge des hybrides, ceux-ci sont encore assez chers, et peuvent facilement dépasser 1000€, or à ce prix-là, on obtient un très bon reflex demi-format. o Les photographes professionnels restent encore attachés à leur reflex et leurs optiques. Comme beaucoup d’évolutions du marché, c’est par le grand public que le marché se transforme. Il faut aussi remarquer l’arrivée de l’appareil plénoptique de Lytro en 2012 qui permet de pren- dre des photos sans se soucier de la mise au point et de la faire ensuite en définissant par logiciel dans l’appareil ou sur Mac le plan de référence de la photo qui sera net. Le format de l’appareil est curieux, en longueur, probablement conditionné par l’optique interne qui répond à des carac- téristiques particulières pour permettre cet effet. Le capteur est complété par une matrice de mi- crolentilles qui permettent de capter des rayons lumineux et leur incidence. Par utilisation d’algorithmes de ray tracing le logiciel associé à l’appareil est capable d’identifier la distance d’origine des rayons. L’inconvénient est que cela diminue sensiblement la résolution des photos gé- nérées. Et le facteur de forme de l’appareil est vraiment curieux pour un usage courant. L’appareil était présenté dans une suite… mais j’ai loupé la présentation ! Les cadres photos se font dépasser par les tablettes, plus polyvalentes et surtout, plus mobiles et faciles d’usage grâce au multitouch, très rarement présent dans les cadres photos. Il existe ce- pendant un différentiel de prix encore en faveur des cadres photos. Mais les tablettes low-price sous Android descendent assez bas, aux alentours de 100 à 150 Euros, au point de devenir com- pétitives face aux cadres photos. Ces derniers pâtissent d’un environnement logiciel rudimentaire, rarement très ergonomique, pas ouvert et rarement connecté également. Et sans interface tactile. Alors que la tablette est mobile et peut se positionner debout comme un cadre photo. Bref, elle est utilisable dans un plus grand nombre de contextes. Une révolution qui reste à enclencher : l’ouverture des appareils photo avec l’usage de systèmes d’exploitation ouvert type Android et de magasins d’applications pour enrichir l’expérience utili- sateur. Cela me semble inéluctable sur le moyen terme. C’est une question de temps. Cf mon ar- ticle sur le hacking des appareils photos. Dans l’éclairage de studio qui est un domaine un peu à part ne concernant pas encore le grand public, l’éclairage continu prend de la graine face aux flashes de studio, notamment via les éclai- rages LED dont on peut maintenant contrôler la température de couleur. L’intérêt est une baisse de consommation et un plus grand confort de prise de vue car on a un véritable « what you see is what you get » dans le contrôle de la lumière alors qu’avec les flashes de studio, la lumière in- candescente dite de contrôle ne génère pas le même éclairage que le flash lui-même. L’éclairage LED avait fait d’abord son apparition dans la vidéo, et puis il rentre dans le domaine de la photo. Par contre, on ne peut pas facilement mélanger un éclairage LED avec un éclairage incandescent car cela mélange des températures de couleur différentes. Il vaut mieux donc homogénéiser son éclairage. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 89 / 244
  • 90. L’année 2011 aura été aussi marquée par plusieurs échecs industriels marquants. Tout d’abord, lerachat de l’activité photo de Pentax par Ricoh en juillet 2011. Il y a surtout la mort définitive quis’annonce pour Kodak qui est en liquidation aux USA, mais qui avait son stand de taille habituelleà l’entrée du South Hall. Et puis Hasselblad qui change de main, ou d’investisseur et n’est visible-ment pas très en forme.Et enfin, Olympus qui traverse une crise sans précédent lié au maquillage de ses comptes par sesanciens dirigeants et par la démission du président qui était censé remettre de l’ordre dans tout ça.Le tout a été complété par la crise industrielle consécutive au tsunami au Japon qui a bloqué la pro-duction de nombreux composants dans le secteur de la photo et ralenti l’activité économique del’ensemble du secteur. Ceci devrait se résorber entièrement au printemps 2012. Le hall du Sands qui abritait la PMA, intégrée cette année dans le CES. Un salon à lui tout seul dans un énorme salon !Autre élément marquant, l’intégration du salon PMA dans le CES cette année. Le PMA tombait endéconfiture et avait lieu habituellement à Las Vegas en mars. La zone « PMA » du CES 2012 occu-pait la moitié du grand hall du Sands Expo Center et était de taille respectable (ci-dessous). On ytrouvait pas mal de marques allemandes regroupées à l’entrée, beaucoup de stands chinois qui fa-briquent maintenant tout le matériel photographique de studio : flashes, boites à lumières, supportsde caméras et appareils photos, des marques professionnelles comme Noritsu, quelques marquesd’appareils photo comme Pentax, sachant que Canon et Nikon étaient ailleurs, dans le Central Halldu Convention Center (LVCC).ReflexDans le haut de gamme professionnel, Canon et Nikon ont marqué le coup avec deux annonces im-portantes : Canon et son EOS 1D X (ci-dessous à gauche) qui combine tous les avantages en un seul appa- reil : full frame de 18 mpixels, grande sensibilité de 52K ISO en standard, et 205K en mode étendu, et mode rafale de 12 images par secondes en RAW. Il est doté d’un autofocus de compé- tition de 61 collimateurs et d’un système de mesure de l’exposition de 100000 pixels (l’iTR AF) qui détecte les objets et les visages. Côté CPU, il tourne avec deux processeurs DIGIC5+, et dis- pose de deux slots Compact Flash. Disponible en mars 2012 en théorie. On attend sinon toujours le 5D III et le 7D II. J’ai pu le tester à 51K ISO sur le stand Canon et le résultat, quoique très bruité, est tout de même impressionnant. Le flash est vraiment mort cette fois, tout du moins hors du studio. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 90 / 244
  • 91.  Nikon et son D4 (ci-dessus à droite) annoncé juste avant le CES 2012 et qui dispose de caracté- ristiques voisines à celles du 1DX de Canon : capteur full frame de 16,2 Mpixels et gamme ISO qui monte aussi à 205K en mode étendu et un mode rafale de 11 images par seconde sachant que le buffer permet de tenir 10 secondes dans ce mode ! L’approche est en ligne avec celle de Ca- non pour l’abandon de la guerre des pixels en faveur de celle de la sensibilité. C’est aussi l’un des moyens de permettre un mode rafale approchant les 10 images par seconde. Ceci étant, Ni- kon avait précédé Canon dans cette approche. Autres détails utiles : il existe trois modes vidéo 1080p correspondant à différents facteurs de « crop » de l’image sur le capteur. En gros, en full frame, on capte toute l’image et cela s’adapte aux optiques Nikon full frame. Il y a un mode dit 1080p qui correspond à environ le quart de la surface du capteur et équivaut à faire un zoom. Et un mode intermédiaire qui est adapté aux optiques DX de la marque, faites pour les capteurs de- mi-format. Le réglage automatique des scènes s’appuie sur un capteur de 91K pixels RGB qui comprend une fonction de détection de visage. Et l’autofocus est à 51 points, l’un des points forts de la marque face à Canon. Autre particularité : une prise Ethernet intégrée à l’appareil, sa- chant que le Wifi reste un dongle externe optionnel. Un truc pour distinguer un appareil pro Canon, à gauche, d’un Nikon à droite : le viseur rond chez le Nikon et rectangulaire chez Canon. Il y a sinon à peu près autant de boutons dans l’un comme dans l’autre de ces deux nouveaux appareils !Pour ces deux appareils, on pouvait faire des tests mais pas avec sa carte mémoire. Impossible doncde tester de près les appareils pour voir ce que donnent des photos en basse lumière après traitementdu RAW.Pour ces deux appareils adaptés à la fois au studio et au sport, certains regretteront la résolutionmoyenne. Dans les faits, elle est largement suffisante sauf lorsque l’on recadre trop ses images.Rappelons-nous que l’EOS 5D disposait de « seulement » 12,6 mpixels. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 91 / 244
  • 92. Le plus innovant dans les réflex reste Sony avec ses appareils SLT à miroir fixe semi-transparent.Dans ce procédé, une partie de l’image va vers le capteur et l’autre vers le capteur d’autofocus àdétection de phase (AF), qui est plus efficace que les autofocus utilisant le capteur principal del’appareil photo. Il n’y a pas de prisme pour le viseur mais un écran OLED de grande résolution (2mpixels). L’avantage est que l’autofocus peut fonctionner de manière continue y compris en modevidéo, ce qui est une grosse lacune des réflex actuels. L’inconvénient caché est une baisse probablede sensibilité car toute la lumière de l’optique ne va pas dans le capteur photographique. Et la batte-rie se vide plus vite. Cette technologie se trouve dans le A77, doté d’un capteur full frame de 24mpixels, après les A55 et A33. Elle devrait intégrer à terme l’ensemble des appareils de la gammeAlpha de Sony.HybridesCette catégorie d’appareil est apparue il y a quelques années. Ce sont des appareils à optique inter-changeable avec de grands capteurs par rapport aux compacts mais sans miroir. Ils sont dotés d’unécran de contrôle et parfois d’un viseur à écran numérique. Ils sont censés associer le meilleur descompacts (compacité, poids) et des reflex (qualité d’image, basse lumière, et choix d’optiques). Onen trouve maintenant chez tous les constructeurs à l’exception notable de Canon qui pourrait trèsbien en lancer un en 2012. Le CES 2012 a donné lieu au lancement du Fuji X-Pro1, un hybride haut de gamme dans la lignée des X10 et X100. Avec de nouvelles optiques XF asphériques, X-mount, cap- teur CMOS X-Trans format APS-C et un nouveau viseur. Op- tiques fixes à grande ouverture : un 14mm à 2.8, 18 mm à 2.8, un 35mm à 1.4, et un 60mm 2.1 macro. Le boitier est à 1700€, ce qui est bien cher. C’est le prix d’un 7D ! Mazette. La légèreté a un sacré prix ! Avec 16 mpixels, sa résolution apparente est meilleure que celle d’un Canon EOS 5D Mark II de 21 mpixels. Cela vient de l’absence d’un filtre antialia- sing permise par un arrangement différent des photosites RGB sur le capteur, à l’apparence aléatoire (cf schéma ci- dessous). J’ai pu faire des tests avec un appareil sur leur stand en montant au passage à 4000 ISO. Le résultat était très pro- bant : une belle sensibilité et netteté pour des photos prises en basse lumière. L’appareil complète la gamme Fuji qui avait déjà le X10 et le X100. A noter son look très « Leica ». Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 92 / 244
  • 93.  Le Sony NEX-5N est un bel hybride qui monte à 25K ISO grâce à son grand capteur de 16,2 Mpixels EXMOR de 23,4x15,6 mm (APS-C). Il supporte la vidéo Full HD dont le 1080p 60p ce qui permet de tourner des ralentis. Son mode ra- fale fonctionne à 10 images par seconde, ce qui est l’un des avantages de ces appareils dont la vitesse de ce mode dépend du processeur et pas de la mécanique. Comme de nombreux compacts et hybrides, il intègre une fonction HDR et une fonction panorama automatique. C’est l’un des meilleurs hy- brides du moment. Il y a aussi le Sony NEX-7 (ci-contre) qui devrait être bientôt disponible, doté d’un capteur APS-C EXMOR de même taille, mais de 24 Mpixels et montant à 10 images/seconde, le même que dans le Sony Alpha A77. Il ajoute aussi un viseur électronique. C’est l’un des meilleurs hybrides du moment. Lancé en septembre 2011, le Samsung NX200 combine un format miniature et un « gros » capteur APS-C de 20,2 Mpixels - ce qui est peut-être un peu trop. Il monte à 12800 ISO ce qui est pas mal sur le papier et le mode rafale est de 7 images par seconde, y compris en mode RAW. Côté vidéo, nous avons le 1080p de rigueur enregistré en H264. L’écran de contrôle AMOLED est un peu limite avec une résolution de 640x480. Et l’appareil est un peu cher, à $900. Panasonic Lumix GF3 est l’hybride compact de la marque au format micro 4/3 comme les autres avec un capteur de 12,1 Mpixels qui monte à 6400 ISO. Son prix est raisonnable à $500. Dans le haut de gamme, Panasonic propose son DMC- GX1 avec un capteur de 16 mpixels, toujours en micro 4/3, et qui est censé monter à 12800 ISO, un autofocus plus rapide, une meilleure stabilisation et diverses autres fonctionnalités logicielles. Ce qui met le prix à $800. A noter que les prix in- diqués pour ces hybrides comprennent généralement un zoom d’entrée de gamme allant du grand angle au téléobjectif. Nikon a lancé son V1 à grands renforts de publicité en 2011, mais c’est un appareil hybride intermédiaire dans ses caracté- ristiques techniques de base. Son capteur CMOS de 10 Mpixels et 13,2x8,8 mm est assez petit au regard des autres hybrides du marché, même s’il monte en théorie à 6400 ISO. Il sait générer des vidéos en 1080p, ce qui est maintenant standard. Son mode rafale de 10 images par seconde est cor- rect. Mais son ergonomie des menus est assez moyenne et il est assez cher, à 800€. Nikon propose une version d’entrée de gamme de cet appareil, le J1, à $600. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 93 / 244
  • 94.  Le JVC GX-PX1 est un hybride à cheval entre la photo et la vidéo. La vidéo est 1080p/60p. En mode photo, on peut jouer au mode rafale à 60 images par seconde sur 5,7 mpixels. Sa mémoire interne est de 32 Go mais on peut ajouter une carte mémoire SD/SDHC/SDXC. Le zoom optique de x10 n’atteint pas les performances des meilleurs hybrides. Le capteur a une sensibilité maintenant classique qui monte à 6400 ISO. Fina- lement, c’est le facteur de forme qui est plus original que les caractéristiques techniques en photo et vidéo. L‘Olympus Pen Mini E-PM1 est l’un des plus petits hybrides du marché. Il est doté également d’une belle interface utilisa- teur en couleur. Son capteur Live MOS de 12,3 Mpixels de format Micro 4/3 (17,3 x 13 mm) monte à 12,8K ISO et 5 images par seconde. Pour un poids plume de 265g. Il est rela- tivement abordable, à $500. Le Pen EP3 est un appareil plus haut de gamme que le précédent, mais est doté du même cap- teur. Son autofocus est plus précis, à 35 points et le proces- seur est différent et plus rapide. Citons le Pentax Q qui est avec l’Olympus Pen Mini l’un des plus petits hybrides du marché. Doté d’un capteur de 12,4 Mpixels supportant la vidéo Full HD et un mode rafale de 5 images par seconde. Pour $750.BridgesLes bridges sont des appareils tout en un qui combinent un zoom à fort rapport et un capteur detaille en général assez faible, similaire à celle des compacts. Ils sont généralement très abordables. L’Olympus SP-810UZ sorti en juillet 2011 est doté d’un capteur de 14 Mpixels et d’un zoom x36 de 24-864mm avec une ouver- ture convenable de 2.9-5.7. Mais la vidéo est limitée au 720p ce qui traduit le choix d’un processeur de puissance intermédiaire. L’appareil peut prendre des photos 3D. Mais bon, le prix est as- sez bas, à $330. C’est l’avantage des bridges : tout en un et assez abordable. Olympus sortait au CES 2012 un bridge avec Wifi intégré, le SP-620UZ. Avec un capteur de 16 Mpixels et un zoom x21 dé- marrant à 25 mm, avec vidéo 720p. Le 720UZ a quant à lui un capteur de 14 Mpixels mais un zoom de plus grande amplitude, x26 démarrant à 26mm mais de la vidéo 1080p. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 94 / 244
  • 95.  Lancé pendant l’été 2011, le Panasonic Lumix FZ150 est assez standard avec un bien petit capteur CMOS de 12 Mpixels qui fait 1 / 2,33 pouces, malheureusement légion dans les bridges, un zoom x24 de 25-600 mm, la vidéo Full HD et un mode rafale de 12 images par seconde à basse résolution, mais limité à 5,5 images par seconde en pleine définition. Il permet aussi prise de photos en 3D. Pour 450€. Leica V-Lux 3 avec capteur 12,1 Mpixels CMOS avec un zoom 4.5-108mm d’ouverture 2.8-5.2 et support de la vidéo 1080p60. C’est en fait un Panasonic DMC-FZ150 recarrossé par Leica, d’où un prix bien plus élevé, de 750€, justifié en partie par un bundling avec Photoshop Elements et Premiere Elements d’Adobe. Question de standing, pas de qualité de photo ! Mais avec un capteur d’une telle taille, je pense qu’il faudrait aller voir ailleurs chez Leica pour avoir et une bonne image, et le standing !CompactsNous n’allons pas tous les passer en revue tant il y en a. En nombre d’appareils, c’est une catégoriebien représentée dans les lancements au CES 2012 comme chaque année. Mais ces appareils se res-semblent beaucoup les uns les autres. Canon lançait au CES 2012 son G1X qui succède implicitement au G12 et dont le nom permet d’éviter un « G13 », le compact le plus haut de gamme souvent apprécié des photographes profes- sionnels pour son mode manuel, son support du RAW 14 bits et une fabrication solide. Cet appareil est une innovation car c’est un compact professionnel à objectif fixe et qui intègre un grand cap- teur de 18,7mm x 14mm de 14,3 mpixels, montant à 12800 ISO (à comparer aux APS-C des reflex d’entrée de gamme Canon qui font 25,1 × 16,7 mm). Les appareils à grand capteur sont généra- lement des hybrides, à optiques interchangeables. L’optique du G1X est assez classique avec un zoom x4 allant de 28mm à 112 mm ouvrant de 2,8 à 5,8. Le mode vidéo 1080p est supporté (vs le 720p du G12). Le processeur est un Digic 5. L’écran de contrôle est toujours mobile. Et malheureusement, pas de Wifi intégré ! Ce beau cap- teur a un prix puisque cet appareil sera commercialisé à $800, soit $300 de plus que son prédé- cesseur, le G12, sorti en 2010. Bref, c’est pas mal, mais on se demande si Canon va un jour sortir un hybride. Le Fuji X100 est un excellent compact au look rétro et doté d’un capteur APS-C de 12,3 Mpixels montant en théorie à 12800 ISO. Il est équipé d’un objectif 35mm ouvrant à 2.0. C’est le seul compact que je connaisse qui soit doté d’un aussi gros capteur. Il est doté d’un viseur électronique. Il est complété par le X10 (ci-contre), sorte de Mini X100, qui remplace cet objectif par un zoom manuel 28-112 qui ouvre à 2.0-2.8 ce qui est une performance pour l’ouverture en mode téléobjectif. Ici, le viseur est optique. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 95 / 244
  • 96.  Samsung annonçait au CES six appareils compacts intégrant le Wifi et notamment le haut de gamme WB850F avec un capteur CMOS BSI (rétroéclairé) de 16 Mpixels et un zoom x21 démarrant à un bon grand angle de 23mm et allant donc jusqu’au 483mm ce qui est exceptionnel pour un compact, car c’est un facteur de zoom que l’on trouve plutôt habituelle- ment dans les bridges. Il est doté d’un écran de contrôle AMOLED de 3 pouces. Pour 380€. Polaroid innove en sortant sa SC1630 Smart Android Camera, un appareil compact sous Android. Le premier du genre. Il est doté d’un zoom x3, d’une liaison 3G inté- grée en plus du Wifi, du Bluetooth et d’un GPS. Cela fait pas mal de temps que j’attendais cela 12! Son capteur est de 16 Mpixels et de 1/2,33 pouces, soit celui d’un appa- reil compact d’entrée de gamme. Il filme en 720p. L’appareil peut exploiter toutes les applications tierces parties Android et on suppose qu’il utilise les API stan- dards de Google pour accéder au capteur photo et vidéo. Le facteur de forme est celui d’un gros smartphone doté d’un objectif de compact. Pourquoi pas. Mais on n’est pas très éloigné des smartphones qui sont dotés d’un cap- teur de plus de 10 Mpixels et d’une belle optique comme Nokia ont su en produire. Canon sortait son S100 qui est doté d’un GPS et d’un capteur de 12 Mpixels qui monte en théorie à 6400 ISO. Faut voir… Il est équipé du processeur Digic 5 de la dernière génération. Il sait générer des fichiers RAW ce qui est encore rare sur les compacts. Son objectif est intéressant avec une focale de 24mm et un zoom x5, ouvrant à 2.0 en 24 mm. Nikon Coolpix S8200 qui a l’air pas mal avec un zoom x14 qui démarre au grand angle, à 25-350mm. Sensibilité clas- sique jusqu’à 3200 ISO avec son petit capteur 16,1 Mpixels de 11mm de diagonale. Il fonctionne en mode Auto ISO. Il filme en Full HD et génère des panoramas en tournant la ca- méra. Fuji FinePix XP150 est un appareil compact « durci », water- proof (10m), résistant à une chute de 2 mètres, au froid (- 10°C) et à la poussière. Intègre un GPS vu qu’il est conçu pour les baroudeurs (le XP100 en est dépourvu). freezeproof to 14°F (-10°C).12 Cf http://www.oezratty.net/wordpress/2010/le-hacking-des-appareils-photos/. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 96 / 244
  • 97.  Fuji annonçait ses FinePix F770EXR, F750EXR et F600EXR. Le premier est doté d’un GPS et d’un capteur 1/2” de 16 Mpixels EXR-CMOS adapté aux basses lumières. Les deux premiers ont un zoom x20 de 25-500mm. Ils ont un mode rafale de 8 images par seconde en pleine résolution. Plus la vidéo 1080p et avec son en stéréo. Polaroid, avec sa Z340 Instant Digital Camera est un modèle numérique doté d’une imprimante utilisant la technologie Zink qui sort des photos au format 4x3. Son capteur est de 14 mpixels et Polaroid n’en indique pas la taille ce qui signifie qu’il doit être bien petit. La batterie permet d’imprimer 25 photos. Après, il faut la recharger ! Minox, et son Digital Classic Camera DCC 5.1 Gold Edition, un appareil de luxe miniaturisé. Son capteur de 5,1 Mpixels est un peu rikiki, homothétique à la taille de l’appareil. Il sait tout de même aussi capturer des vidéos. Sa focale est fixe, à 42mm en équivalent 24x36mm et ouvre à 2.0 ce qui est bien. Il ne doit pas y avoir beaucoup d’or dans cet appareil puisqu’il est vendu 379€. Citons pour terminer dans cette catégorie, un appareil photo un peu à part de 1500€ de la startup lilloise Giroptic permet- tant la capture d’images à 360°. Il est doté de trois capteurs de 10 Mpixels et trois objectifs fish-eye. Le logiciel de gestion du panorama a été créé par le français Kolor. Il n’est pas sans rappeler la caméra de Tamagoo que nous avons vue précé- demment.AccessoiresEn vrac, quelques nouveaux accessoires dans le secteur de la photo numérique, y compris pouriPhone : Ce kit MirrorCase pour photographier avec l’iPhone à plat chez rhpMultimedia. Il en existe également une version pour l’iPad. Pas sûr qu’au bout du compte l’ensemble soit si discret que ce- la car le kit est facilement reconnaissable même si sa fonction ne saute pas aux yeux au premier abord ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 97 / 244
  • 98.  Les kits d’optiques pour iPhone pullulent. Il y a ainsi celui d’Olloclip sorti en octobre 2011. Qui comprend un fisheye, un grand angle et un ma- cro dans un seul engin. C’est le plus compact qui soit disponile à priori. On en trouve un du même genre chez Schneider Optics avec leur iPro. Ou aussi le Photojoj Te- lephoto avec un zoom d’équivalent 200 mm, et enfin le Lens Dial avec trois objectifs – fish- eye, grand angle, téléobjectif - montés sur pla- teau rotatif.. Kit de lentilles pour iPhone grand angle et fish-eye chez iPro Lens. Pour $199. Chez TurtleNeck, on propose le le SLR Mount qui est carrément un adaptateur pour objectif de reflex Canon ou Nikon pour l’iPhone. Un peu too much ! La startup New-Yorkaise Kogeto Dot qui a levé $120K propose un objectif 360° pour iPhone à $79. Ils ont aussi « Lucy » qui fait cela de ma- nière stand-alone, et avec deux micros. L’ensemble produit des photos et vidéos à 180° dans lesquelles on peut naviguer avec la souris dans un logiciel idoine. L’image étant anamor- phosée par logiciel, on perd évidemment en ré- solution et l’image résultante est de qualité assez moyenne. C’est plus un jouet qu’autre chose. Les professionnels de la prise de vue multi- angles utilisent des systèmes à caméras mul- tiples comme ceux de 3D4U et Camargus. Idem chez Go Pano, et en moins discret en tout cas pour un iPhone (ci-contre, à gauche). La société propose le même genre d’engin pour des appareils compacts, et jusqu’aux caméras RED (ci-contre, à droite). Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 98 / 244
  • 99.  Ion vous propose un scanner de photos et diapo- sitives qui se connecte directement à un iPhone. C’est assez incongru car l’iPhone n’est pas un excellent support de stockage et d’archivage. Il faut ensuite passer par iTunes pour récupérer les fichiers et les caser dans un support de stockage durable. Mais bon, ce joujou est vendu à seule- ment $49. En 2011, on a vu fleurir des concepts d’appareils photo hybrides utilisant l’iPhone comme CPU et écran de contrôle. Ce ne sont que des concepts, pas des produits commercialisés ! L’un avec une coque Leica « i9 » du cabinet de design Black Design Associates (à gauche). L’autre créé par le studio ADR (à droite), avec un design plus épuré qui « pourrait » être créé par Apple. Avec un pico-projecteur intégré, des objectifs interchangeables, connectivité BlueTooth et 10 mpixels. Le concept est intéressant car il reste à inventer des appareils photos « ouverts » avec de bonnes caractéristiques pour la photo (grand capteur et bonne optique) et une plateforme maté- rielle et logicielle ouverte pour y intégrer toutes sortes d’applications et une bonne connectivité, d’où l’iPhone. Ceci dit, ces concepts ne sont pas très éloignés du Polaroid SC1630 qui tourne sous Android et que nous avons déjà cité. Mosaic Engineering propose un filtre anti-aliasing pour capter de la vidéo dans un Canon EOS 5D Mark II. Il s’installe dans la cage du miroir de l’appareil, mais empêche ensuite de prendre des photos en mode non Live View, le miroir étant bloqué en position le- vée. C’est un bien curieux concept. Ce d’autant plus que le 5D II est déjà équipe d’un filtre anti-aliasing. Kits de geotagging pour réflex Nikon chez l’allemand foolography. Il s’agit de minuscules dongles qui se fixent sur votre Nikon (D200, D300, D700, D2x, D3x, ) et se connectent en Bluetooth à votre GPS. Ils permettent d’enrichir les données EXIF de vos photos avec les coordonnées GPS, sans avoir à faire de mani- pulation sur votre ordinateur pendant le dérushage des photos. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 99 / 244
  • 100.  Flash-Dock, un dock iPhone pour appareil reflex d’une boite française. Au départ, on se demande à quoi cela peut bien servir. Et au bout du compte, c’est très astucieux. Voici quelques scéna- rios d’usage d’applications disponibles sur l’AppStore pour la photo : le pilotage de la lampe LED de l’iPhone pour éclairer un sujet en très basse lumière et permettre à l’autofocus de fonction- ner, la réception de photos en Wifi via une carte EyeFi et tag GPS et l’envoi ensuite via l’iPhone, un niveau pour vérifier l’horizontalité de l’appareil et une application de calcul de pro- fondeur de champs en fonction de l’ouverture et de la focale. Support iPad pour réflex en composite, le Tabie qui est ac- croché à un support Scorpion de chez CamCaddie. L’iPad peut servir de prompteur, d’horloge, voire afficher la vidéo en cours de tournage (avec quelques bidouilles logicielles au passage car l’iPad n’a pas d’entrée vidéo HDMI connectable à votre réflex, seulement une sortie). Les moniteurs externes pour appareil reflex sont très nombreux sur le marché. Ils sont indispensables dès que l’on fait de la vidéo et pour faire la netteté en mode manuel. Dommage que l’iPad ne puisse pas ser- vir à cela ! Il ne dispose que d’une sortie HDMI, pas d’une entrée ! Chez Swivi, on trouve un tel écran de 5,6 pouces et son support multi-angles. Le système est relativement abordable, à $300. Cette protection pour objectifs d’appareils photos de la société Beta Shell est déroutante. Elle résiste aux bombes ! le problème, c’est que le photographe, lui, en général, ne résiste pas aux bombes. Même avec un gilet pare-balles. C’est pour aller faire des reportages en Afghanistan ? Bon, à leur décharge, ces protections résistent à d’autres formes d’intempéries et aléas. Les photographes ont bien besoin de protéger leur pré- cieux matériel en conditions extrêmes (rallyes, sports extrêmes, etc). Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 100 / 244
  • 101.  Ces pieds d’appareils photo ou caméra en bois de frêne de chez l’allemand Berlebach sont écolos, lé- gers et antistatiques. Je découvre ! Alors, écolo-bobo ou pas ? En tout cas, ce sont des produits assez abor- dables dans l’ensemble. Un trépieds pour reflex est à 200€. Vous connaissez sûrement les Gorilla Pod de Joby, on les voyait au CES depuis de nombreuses années. Comme il se doit, ils sont maintenant copiés par des fabricants chinois tels que ce MMMBEL. Le pire, c’est que la copie est brevetée selon sa brochure ! Alors, sont-ce les brevets d’origine de Gorilla, ou d’autres brevets ? Le XShot est un bras articulé qui permet de se prendre soi-même en photo avec son iPhone. Cela existait déjà pour les appareils compacts avec une monture à vis. Il suffisait d’inventer la version que l’on peut attacher à un iPhone, et hop ! il faut prévoir $30 pour le bras té- lescopique et $35 pour l’attache spéciale pour l’iPhone qui peut par ailleurs s’installer sur n’importe quel tré- pied ! Le marketing de la société qui commercialise ce produit est plutôt bien fait avec un site qui présente les meilleures photos de ses clients. Chez CustomSLR, on propose le C-Loop HD Camera Strap Mount, un petit accessoire à $30 qui permet d’accrocher son reflex à sa sangle par le bas, ce qui se- rait parait-il plus confortable. Les rigs de tournage vidéo pour réflex ne sont plus l’apanage de marques américaines comme Zacuto, qui fabriquaient ou pas en Chine, selon. On en trouve en pagaille chez des fabricants chinois tels que Shanghai Ring Light Digital Technology, vu sur la zone PMA du CES. C’est de la mécanique toute simple ! Espé- rons qu’au moins, cela permettra d’en baisser sérieu- sement le prix public. Les photographes-cameramen sont aussi des agents de la mondialisation et des délo- calisations ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 101 / 244
  • 102.  C’est la même chose avec les Cinematics de PCHood (Shenzhen) qui équipent spécifiquement les Canon 5D Mark II avec ce genre de rigs et même des optiques de cinéma à grande ouverture. Le kit ci-contre (sans l’objectif) est commercialisé au prix public de $2400, soit à peu près le prix du boitier nu Canon. Pour ce prix, on a tout ce qu’il y a dans l’image sauf l’appareil photo et son objectif. Donc un trépied, les diverses fixations, les contrôles de l’optique (ci-dessous), l’écran de contrôle avec un splitter HDMI, un micro et un amplificateur de micro, la batterie et le repose épaule. Le tout est fourni avec sa valise. Tout de même ! Le Lens2Scope est un adaptateur optique de 185 grammes qui transforme votre téléobjectif photo en lunette de vue. L’engin provient de Taïwan. Intéres- sante réutilisation de vos téléobjectifs ! D’habitude, c’est le contraire, avec un adaptateur reflex pour les lunettes de vue à fort grossissement. Chez Kalabhai, on propose des armoires de stockage d’objectifs déshumidifiantes Digi-Cabi. A priori, pas besoin de cela en France. C’est utile dans les climats très humides comme en Inde. Comme quoi, même dans la photographie, il peut y avoir des spécificités de marché inattendues ! En France, on fait la même chose, mais pour conserver le vin voire les cigares (comme chez EuroCave) ! Cet éclairage LED annulaire présente la caractéris- tique de pouvoir fonctionner aussi bien en éclairage continu qu’en mode flash. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 102 / 244
  • 103.  Un écran de contrôle de grand format en HDMI pour votre reflex doté d’un cache. Utile pour la vidéo car la mise au point est généralement manuelle pour la prise de vue vidéo avec les reflex, sauf avec les Sony Alpha de nouvelle génération. Ces kits d’optiques chez l’allemand Novoflex permettent d’adapter vos optiques de marque à différents appareils y compris à des compacts. Gère notamment les formats Canon, Nikon, Micro Quatre-Tiers, Leica M, Samsung NX, Pentax K et Sony Alpha et NEX. Après les laptops et les smart- phones, voici venu le temps de personnaliser ses objectifs. C’est ce que propose LensSkins. Au moins, avec ça, vous serez encore plus discret ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 103 / 244
  • 104.  Ce lab d’impression photo 3D de la société Hong-Kongaise LO3D à $75K utilise un appareil photo spécifique à trois optiques, le LDC-1 (ci-dessous à gauche). Plus un cadre photo numé- rique de 7 pouces. L’ensemble rappelle l’offre 3D de Fuji de bout en bout (appareil photo, cadre photo, tirage en ligne). Il produit des photos avec un film lenticulaire qui n’a pas besoin d’être collé sur la photo car il est utilisé directement pour le tirage avec envoi de la photo 3D au travers des microlentilles (schéma ci-dessous) ce qui est assez astucieux. Pourquoi trois lentilles dans l’appareil de prise de vue ? Pour donner deux points de vue sur la photo car cela donne deux paires de vues stéréoscopiques qu’il est facile de balayer avec un réseau lenticulaire.Le CES étant un salon orienté matériel, on n’y voyait pas grand-chose pour les solutions de traite-ment d’image (retouche, gestion) ou de publication. Ce sujet ne sera donc pas traité ici. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 104 / 244
  • 105. AudioLe CES 2012 est un des rares grands salons du numérique où l’on trouve une richesse d’offres dansl’audio. Les domaines couverts par le salon sont très larges : l’audio d’entrée de gamme, notammentavec l’aftermarket des TV à écran plat, les accessoires audio des mobiles, jusqu’à la hi-fi très hautde gamme qui est cantonnée dans les suites de l’hôtel Venetian et dont la visite est un véritable par-cours initiatique. Ma couverture de l’audio balaye tous ces domaines en vous faisant découvrir desaccessoires pratiques qui vous concerneront peut-être mais aussi des produits inaccessibles qui nesont présents ici que pour faire rêver.Voici quelques grandes tendances de ce CES 2012 dans le domaine de l’audio : La musique consommée provient de plus en plus d’Internet : que ce soit la radio et les abonne- ments à la Spotify et Pandora. Ce d’autant plus que ces abonnements sont souvent intégrés dans des offres mobiles ou triple play. C’est le cas de Deezer chez Orange et de SFR en France. Cela conduit à une mort lente du support matérialisé qu’est le CD audio. De plus en plus de produits sans fil : les casques (avec réducteurs de bruit ou qui font vibrer les os au lieu du tympan) et les enceintes mais aussi l’usage d’AirPlay qui est maintenant utilisé dans les amplificateurs, les HTiB et autres docks pour produits Apple sans compter les TV Phi- lips qui intègrent AirPlay. La montée en puissance des mobiles sous Android génère un effort sur le Bluetooth pour assurer la même fonction. Tout comme le DLNA. L’équipement hi-fi passe de plus par la vente d’équipements de complément des TV à écran plat dont le son intégré est toujours aussi anémique, au gré de la diminution de leur épaisseur. Avec moins de trois centimètres d’épaisseur, difficile de faire quoi que ce soit de bien, surtout dans le bas du registre sonore. D’où les bonnes ventes de barres de sons et autres systèmes hi-fi qui ac- compagnent la TV. Un moyen comme un autre d’augmenter le panier moyen du consommateur ! Les smartphones et les tablettes jouent un beau rôle. Ils peuvent être à la fois sources de conte- nus envoyés sans fil aux enceintes et jouer aussi le rôle de télécommande de son installation, comme c’est le cas dans plein d’autres domaines (TV connectée et/ou sociale, domotique, etc). Le nombre de produits complémentaires de l’iPhone et de l’iPad dans le domaine de l’audio est toujours aussi incroyable. Il n’y a pas d’évolution notable de la qualité du son dans les produits courants. Les oreilles s’habituent malheureusement au son compressé. J’ai vu un bon nombre de stands de hi-fi gérer leur démo via AirPlay avec un iPhone ! Il y a d’ailleurs une assez faible pénétration des véri- Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 105 / 244
  • 106. tables installations 5.1 dans l’équipement domestique. La complexité des standards associés et du câblage perdent le consommateur moyen. La radio HD est déployée aux USA, au Royaume Uni et pas encore en France. La hi-fi traditionnelle se meurt un peu. Les constructeurs haut de gamme se résignent à des- cendre en gamme pour aborder des marchés de volume. Deux exemples vus avec McIntosh et Meridian. Et le vinyle a toujours la cote !Sources audioVoyons ici des sources audio qui alimentent ensuite les amplificateurs et/ou directement les en-ceintes audio.Intégrés et HTiBLes « Home Theater in a Box » sont des chaînes hi-fi ou audio-vidéo qui intègrent dans un seul boi-tier les sources audio : Internet, CD audio, DVD/Blu-ray, lecteur support de stockage USB, dockpour iPhone et un amplificateur. Ils sont accompagnés d’enceintes externes ou internes.Ces HTiB sont concurrencés par les barres de son qui équipent les TV. Les HTiB modèles ont ten-dance à passer au 2.1 pour simplifier la donne et ont tendance à délaisser le 5.1. C’est le cas chezBoston Acoustics et Harman Kardon. Deux beaux docks Android design chez Samsung, en 2.0 Le Sony Muteki RDH-GTK33iP shelf system est une sorte de (stéréo intégrée) et puis le DA-E750, un dock capable de boombox pour votre iPhone de 420 Watts ! De quoi organiser un supporter à la fois les iPhone et les smartphones et pot animé dans votre entreprise ou votre appartement. Il dispose communicants sans fil, et supportant AirPlay. Il est aussi d’une entrée USB. Il peut s’installer horizontalement ou équipé d’un amplificateur hybride transistors/lampes. verticalement. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 106 / 244
  • 107. L’Acoustic Research ARAP50 est un petit système Boston Acoustics SoundWare XS Digital Cinema, un kit d’amplification intégré supportant Airplay. $199.99. d’amplification et d’enceintes fait pour accompagner votre TV à écran plat. Les HP seront très discrets dans vos coins de murs. Le Violet3D est un système d’amplification et d’enceintes 5.1 pour votre salon sans fil, chaque haut-parleur étant auto-amplifié.Dans les satellites, les haut-parleurs sont omnidirectionnels et montés verticalement. Un système spécial à trois micros est fourni pourle calibrage de la pièce (il fait penser au système de calibration du français Trinnov). Le plus original est que les satellites sont dotés d’une douille de lampe incandescente standard ! On peut donc les brancher en lieu et place de lampes dans son installation, ou biensur le stand fourni avec. Le caisson de basse est quant à lui un peu léger, avec un haut-parleur de 6 pouces seulement, orienté vers le bas et alimenté par un amplificateur de 100W.La Bang & Olufsen Beolit 12 est une petite enceinte portable Les Libratone sont de petites enceintes autoamplifiées originalesà deux voies (deux tweeters et un woofer de 4 pouces) et sans supportant Airplay, d’origine danoise. Elles font 47 cm de haut et fil supportant AirPlay. On peut aussi la brancher en Ethernet son omnidirectionnelles. Revue de détail ici chez Clubic.sur son réseau local. Elle dispose de huit heures d’autonomie. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 107 / 244
  • 108. Le Philips DS3880W est un étonnant système doté de quatre LG sortait un dock pour iPhone cubique supportant AirPlay, lehaut-parleurs. Il fonctionne sur batterie. Et il supporte AirPlay. ND8520. C’est un système 2.1 de 80 W.Lecteur de CDPas grand-chose à signaler dans cette catégorie de produits en déclin. On n’entend même plus parlerdes lecteurs SACD (la version haute définition du CD audio).J’ai juste remarqué cet étonnant lecteur de CD, leBoulder 1021 Disc Player avec son grand écran.C’est un lecteur qui récupère sur Internet les mé-tadonnées des disques joués pour afficher leurcontenu de manière riche. Au-delà, il possèdetoute l’électronique haut de gamme pour restituerla richesse audio des CD.Contrairement aux apparences, ce n’est pas unserveur média qui engorge le contenu des CD. Etla bête vaut tout de même $17K.TurntablesLes microsillons ont toujours la cote chez les amateurs de bon son et on trouve toujours son lot deplatines haut de gamme au Venetian. Vous pouvez consulter les précédents Rapports du CES pouren découvrir. Je ne cite ici que ce que j’ai pu découvrir de nouveau dans le domaine. Voici de belles platines « Paris » de Oracle Audio, microsillon et CD-audio. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 108 / 244
  • 109. Chez ORB Feel, on vous propose une étonnante planche à repasser les microsillons à $3500. Elle chauffe légèrement les disques gondolés pour leur donner une nouvelle jeunesse et éviter de détruire les saphirs de vos belles platines de lecture. Fascinant non ?Serveurs de musique et multi-roomLes marques haut de gamme les plus connues dans cette catégorie de produits sont Olive et Naim.Il y a aussi Audeeva, Burmester, Cambridge Audio, Con Brio, Pathos, QAT et Simaudio, quiexposaient tous au Venetian.Ces serveurs de musique étaient moins visibles cette année. La catégorie de produits semble concur-rencée par la combinaison des iPad, iPod et iPhone et d’AirPlay pour envoyer leur contenu sur desappareils de diffusion supportant le WiFi qui sont de plus en plus nombreux. Et qui plus est, lesserveurs de musique comme ceux de Bladelius sont maintenant fournis avec une application decontrôle sous iPad.Il faut aussi compter avec le standard DLNA qui joue ce rôle.Comme ce que propose le français Awox avec sa carte wifi –ci-contre - qui supporte toutes les stacks DLNA pour l’envoi demusique d’une tablette ou d’un smartphone à une sourced’amplification disponible. ci-dessous à gauche. La tablettesous Android à droite lui envoie à distance les morceaux demusique à jouer.Prototype de boombox Android au look de Klipsh qui utilise le La commande du boombox précédent à l’aide d’unemême ODM chinois que AWOX et doté de la carte AWOX Wifi application sur tablette Android qui utilise le DLNA. La de réception des musiques via DLNA. musique peut être envoyée de n’importe quelle source DLNA vers n’importe quel appareil audio DLNA capable de la jouer. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 109 / 244
  • 110. Les serveurs de musique Meridian Soolos 200 sont maintenantentièrement pilotable par iPad, et bénéficient d’une baisse de prix. Il en va de même pour les serveurs Embla de Bladelius, dotés Celui-ci peut stocker 5000 CD-audio en « lossless » (sans d’un bel écran de contrôle tactile en couleur. compression). Le modèle plus haut de gamme 600 permet d’alimenter six zones différentes.AmplificationL’amplification est une catégorie de produits à part dans la hi-fi moyenne et haut de gamme. Nousmettons dans cette catégorie les amplificateurs audio-vidéo intégrés, assez peu présents au CES etque je vais zapper dans cette partie. Il y a aussi les amplificateurs de la hi-fi haut de gamme dontcertains sont encore à lampe et que nous allons survoler ici même.Onkyo présentait dans son haut de gamme un amplificateur audio- Les Constellation Audio Hercules sont minimalistes dans vidéo capable d’afficher en incrustation les images des différentes leur design extérieur mais pas leur prix ($140K la paire). 125 sources vidéo disponibles pour en faciliter la sélection avec la kg l’amplificateur pour 1000 W sous 8 Ohms. Il est en fait télécommande. Il fait aussi de l’upscaling vidéo vers le 4K. Il est constitué de plusieurs modules de 150 W mis en parallèle,doté d’un DIDRC (Dynamic Intermodulation Distorsion Reduction histoire de s’assurer d’une excellente qualité de la Circuitry), un dispositif électronique qui réduit la distorsion reproduction sonore. Le tout avec une alimentation de 1500 générée par l’amplification. C’est sinon un systèmes à 9 canaux. Watts. Et l’aération de la bête a l’air bien conçue vu sonLes amplis Onkyo ont sinon une technologie QDEO de suppression format de radiateur vertical ! du bruit de désentrelacement de l’image. Etonnamment, Samsung présentait une démonstration audioDécouverte de cet Asus Xonar Essence One Amplifier, un produit avec une amplification mixte à lampe et semi-conducteurs tout original pour cette marque. Il s’agit d’un amplificateur de qualité en expliquant schématiquement le bien-fondé de la solution,pour casque qui peut aussi servir de carte son externe pour un PC ! ci-dessus. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 110 / 244
  • 111. Cet amplificateur à lampe de 200 W, le 833TNT de Le français Devialet exposait le D-Premier au design très l’américain Audio Power Labs semble battre les records avec recherché. C’est un préamplificateur et un amplificateur stéréo des lampes 833C qui font plus de 15 cm de hauteur et ont été numérique. Cf la documentation, très bien faite. L’amplificateur développées dans les années 40 ! L’amplificateur contient un tient en position debout ou à plat. système de refroidissement à liquide pour les maintenir à une température assurant leur bon fonctionnement. Un amplificateur à lampe abordable, c’est rare ! Vu chez Napa Vu chez Viola Audio Laboratories, ce bel assemblageAcoustics. Le NA-208A de 25W, à $400. Et il ne fait pas cheap ! d’amplificateurs stéréo 2x200W. 54 kg chacun. Les Mark Levinson No.53 sont desamplificateurs numériques à découpage de500W. Il faut admirer la construction avecles quatre bobines de cuivre (en haut) et les énormes capacités (en bleu). La bête estvendue $25K et il en faut une par enceinte.EnceintesComme chaque année, nous allons faire ici le tour de produits qui ont peu de chances de se retrou-ver chez vous, mais qui peuvent fasciner par leurs caractéristiques, leur design, et aussi leur prixastronomiquement délirant pour le commun des mortels. Certains utilisent des procédés de fabrica-tion originaux pour la caisse des enceintes. D’autres se distinguent par les haut-parleurs utilisés. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 111 / 244
  • 112. Ces enceintes démontrées dans les suites du Venetian présentaient toute une excellente écoute maisil était bien difficile de les départager. Tout d’abord, chaque exposant a son jeu de test différent quiva valoriser soit les aigus, soit les graves, soit la diffusion spatiale. On peut évidemment, si on a letemps, se balader avec son propre CD de test et le lire dans chaque stand. Ensuite, les amplificateursne sont pas les mêmes, tout comme le décor. Magico Technologies lançait ses Q7 (la Les Morel Fat Lady sont construites en Les Eslelon XA Diamond sont de belles société est basée à Berkeley) qui sont des fibres de carbone et de verre. Avec deuxenceintes aux formes épurées et construites enceintes réalisées avec des plaques woofers de 9 pouces, un medium de 6en fibres de carbone. 86 kg l’unité et $64K d’aluminium usinées dans la masse. Avec pouces et un tweeter de 28 mm. Elles la paire. un très bon rendement de 94 db. 180K€ supportent jusqu’à 1000 W. et 349 kg l’unité ! Dingue ! Les Avant Garde Acoustics sont de belles enceintes allemandes avec de grands hauts parleurs à pavillon, une technique rarementemployée qui procure un grand rendement (en gros, le bruit généré vs les watts injectés dans l’enceinte). Les pavillons sont en résine de plastique injectée (Polymère ABS), un matériau qui évite les résonances. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 112 / 244
  • 113. Les Dream 360 Reference (Dream = Dynamic Realistically Les Meridian M6 à $8K la paire sont plus abordables que les Enhanced Audio Module), sont des enceintes qui rayonnent à enceintes habituelles de ce constructeur anglais. Mais le woofer 360°. Elles sont Wi-fi via un codec non compressé à 96KHz orienté vers le bas fait seulement 6 pouces. Et il n’y a qu’un mais sont aussi alimentables en analogique avec une prise tweeter large bande en haut. Le format de l’enceinte lui permetclassique optique ou coaxiale. Chaque enceinte supporte 500W, d’être omnidirectionnelle mais elle reste cependant légère engrâce à un woofer de 10 pouces, deux medium de 6,5 pouces et puissance. Ce sont des enceintes autoamplifiées et connectées à la deux tweeters. source audio en SpeakerLink, un câble Ethernet classique. La technologie DSP employée est expliquée ici.Les 8T de l’américain Status Acoustics (Utah) sont d’étonnantes enceintes avec un caisson de basses de trois woofers en aluminium de 10 pouces disposes en triangle. Le caisson haut médium-aigus comprend quatre mediums et un tweeter à cone en béryllium. L’ensemble qui pèse 143 kg peut absorber jusqu’à 1000W sous 4 Ohms. $50K la paire ! Les californiennes NTT Audiolab 103MK2 sont de belles Les Perfect8 Point MK.II reprennent les idées du français enceintes construites en medium (MDF). Chaque section de Waterfall avec ces enceintes en verre et ne sont pas les seules. Lahaut-parleur est isolée phoniquement de l’autre. Elles exploitent partie tweeter et medium est « ouverte » (pas de caisson fermé) et les meilleurs composants disponibles dont un câblage en le caisson est équipé de deux woofers de 10 pouces. Mais la copie aluminium ainsi que des capacités haut de gamme Mundorf est bien chère, à $115K la paire ! Cap. A $158K, elles font cependant moins fantasmer que les autres. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 113 / 244
  • 114. Les SonicBlades de l’australien LiquidBase (ci-dessous) sont à Les Wisdom Audio LS4 utilisent également des hauts-parleurs à membranes électrostatiques, une technique utilisée depuis des membrane électrostatiques, au neomidium. Il faut leur adjoindre décennies pour améliorer la qualité et la diffusion des aigus et un subwoofer séparé pour le canal des graves.des medium, notamment chez Magnepan. La technologie n’est pas nouvelle mais le design utilisant une plaque de verre est nouveau et est de bonne facture.Les Rockport Technologies Arrakis sont sorties Les belles Finale du californien Enigmacoustic ont un design jamais vu. Pour en 2011. Faites de bois usiné dans la masse par le reste, cela a toutefois l’air bien classique avec deux woofers de 205mm (8machine-outil 3D. Elles font plus de 420 kg et sont pouces), un medium et deux tweeters. Bon, ces tweeters Presto savent monter dotées de deux woofers de 15 pouces sur le côté, à 40 KHz, ce qui est une performance. Mais vos oreilles probablement pas, deux medium graves de 8 pouces, 2 medium de même si l’on sait qu’une montée en fréquence hors du spectre de l’audible 5,25 pouces, et un tweeter. 225K€ la paire. améliore la finesse de restitution du haut spectre audible ! Bon, en tout cas, votre chien pourra certainement en profiter. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 114 / 244
  • 115. Ces ViolinSpeaker sont des enceintes chinoises pour le moins originales puisqu’un Belles enceintes en bois plein chez lehaut-parleur est intégré dans un violon. La question est de savoir si cela peut servir à Taïwanais Dionysus (ci-dessous à gauche).autre chose qu’à jouer de la musique d’instruments à cordes ! Est-ce que le violon ne Le woofer est intégré dans un caisson qui créé pas de résonances supplémentaire par rapport à celle qui est déjà intégrée dans reprend la forme de tonneaux de vin, d’où l’enregistrement ? le nom du produit. C’est censé être optimisé d’un point de vue acoustique. L’ensemble est fabriqué avec du cèdre du Canada. Ils ont même un modèle construit avec un vrai tonneau de vin. Linn Audio of New Hampshire propose ses Reference Granite, des enceintes Les Wilson Audio Alexandria XLF énormes qui vont jusqu’au plafond. Elles pèsent chacune 225 kg et sont dotées de ($195000 la paire) sont construites avec un deux woofers de 15 pouces, d’un medium à pavillon et de deux tweeters. Le matériau composite et sont particulièrement concepteur recommande d’utiliser trois amplificateurs séparés pour alimenter chaque bonnes dans le grave, d’autant plus qu’elles enceinte, dont un à lampe pour le medium du fait de son très bon rendement. Ils sont dotées de deux woofers de tailles n’exposaient malheureusement pas au CES donc je n’ai pas pu admirer cette belle différentes pour bien couvrir le spectre bas.installation inaccessible au commun des mortels. Brochure ici. La paire d’enceinte est vendue environ $50K. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 115 / 244
  • 116. Sur ce site web de vente d’enceintes de luxe ainsi que sur celui- Et les Westlake Audio SM-1 à $269K (475 kg chacune, ci- ci, j’ai trouvé les enceintes les plus chères du marché. Il y a dessous à droite). A ce stade, au-delà du prix, ces enceintes sontnotamment cette une paire de Moon Audio Titan à $500K. 1,4 surtout inaccessibles aux planchers d’appartement et il vaudra tonne chacune ! Elle a été abriquée à juste trois exemplaires, mieux les placer en sous-sol et sur une bonne dalle de béton armé signés par leur créateur. Cela va de soi ! ! Je passe sur les Shape Audio Organic Harmonic qui sont en or et à $7m (millions !) la paire mais dont la sonorité ne doit pas être au niveau. Bon, c’est comme les yachts de luxe, on sait que ça existe et ça ne peut servir qu’à fantasmer… ou pas.Bon, nous allons arrêter là ce petit tour des enceintes hi-fi les plus folles. Il est infini, ce d’autantplus qu’il s’agit d’une activité d’artisanat. La plupart de ces constructeurs fabriquent leurs enceintesen quantité très limitée, souvent moins d’une dizaine de paires par an ! C’est d’autant plus in-croyable que dans pas mal de cas, les haut-parleurs eux-mêmes sont réalisés sur mesure pourchaque modèle d’enceinte. On est loin de logiques industrielles et de volume !CasquesDans les tendances, nous avons de nombreux casques sans fil et nous n’allons pas les énumérer.Il y a aussi cette mode des casques qui ne rentrent pas dans l’oreille et sont placés juste à l’entrée del’oreille et font vibrer les os du crâne. La technologie développée par Kyocera était démontrée chezKDDI au CEATEC sur un smartphone et aussi au CES 2012. On la trouvait au CES chez Af-terShokz. Ces casques n’isolent pas du bruit extérieur, contrairement à ceux qui, dans une autremode qui a démarré il y a quelques années, suppriment ou plutôt atténuent le bruit extérieur.J’ai surtout noté l’arrivée des casques audio Vpulse qui sont particulièrement bons dans les bassesde chez Velodyne (ci-dessus à droite). Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 116 / 244
  • 117. C’est l’entreprise californienne qui fabrique d’excellents caissons de basse sur une très large gammede prix. Ce casque est concurrencé par Harman qui avec son AKG550 sort un casque avec deshaut-parleurs de 5cm, le plus grand format jamais intégré dans un casque.Citons aussi le lancement d’un casque design et wireless dans la bande de 2,4 GHz chez SMS Au-dio avec le soutien du rapper 50cent, présent sur le stand le second jour du salon pour le plaisir deses fans à qui il signait un poster. Il devait être caché derrière le molosse lui servant de garde ducorps sur la photo ci-dessous à droite. Le casque est à $400 tout de même.Il y a aussi beaucoup de casques avec réducteur de bruit ambiant, une technologie qui existe depuisune dizaine d’années au moins. Et enfin, quelques casques avec amplificateur intégré et réducteurde bruit comme le PSB M4U sachant que le casque peut fonctionner même si les piles sont absentesou mortes.After-market des iP*Nous allons faire ici un petit tour de la diversité des accessoires pour iPhone et iPad vus au traversdu CES 2012. Il faut dire que près d’un tiers des stands de ce salon y sont dédiés. C’est un véritablesouk ! Vous trouverez cependant des accessoires spécifiques à la photo dans la rubrique photo.Accessoires audioCe marché s’est un peu essoufflé en 2011, tiré par le ralentissement des ventes d’iPod. Mais heureu-sement, le relais a été pris par les accessoires pour les iPhone et les iPad. Les fonctions sont parfoisles mêmes qu’avant, et seul le facteur de forme de l’appareil Apple à accueillir peut changer, entrel’iPod, l’iPhone et l’iPad.The Ion Piano Apprentice à $100, Toujours chez ion, le truc dans la Encore chez Ion, un système de Karaokéil en existe avec des claviers plus guitare pour apprendre à jouer. Et le pour votre iPad.grands, et aussi avec des batteries, système de scan de photos pour des tables de mixage de DJ. iPhone. Pour moins de $100. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 117 / 244
  • 118. Encore chez iOn, cet accessoire On pouvait admirer la boombox la Line 6 propose son Mobile In, un petit d’iPad est un simple périphérique plus grande du monde chez Behrin- dongle qui relie votre iPhone à votre de commande pour les jeux ger. 10000 W et deux woofers de 18 guitare électrique et permet d’y ajouter d’arcade. Leur catalogue produit pouces de large ! Donc, 5000 W par tous les effets sonores imaginables via vaut vraiment le détour ! haut-parleur. Ces mêmes HP doivent l’application Mobile POD. L’iPhone avoir un gros débattement. Par com- remplace la pédale de guitare. Pro- paraison, les caissons de grave de blème : l’iPhone n’a pas (encore) Velodyne alimentent leur woofer de d’interface pour le pied ! L’iPad à la 18 pouces avec un amplificateur de rigueur… 1250 W.La RadioVault de Cannon Securi- Un accessoire audio entièrement Toujours chez Innovative Technolo- ty Products est une station analogique chez Innovative Techno- gies, ce clavier-téléphone. Idéal pour le d’accueil audio avec radio-réveil logies. Il amplifie le son qui sort des bureau, chez soi ou au travail. Juste à doublée d’un coffre-fort pour ran- haut-parleurs en bas de votre iPhone côté, la version sans le clavier. ger vos objets précieux. Elle fonc- 4/4S avec un petit cornet en caout-tionne avec un lecteur d’empreintes chouc. Et ça se vend ? Au moins, pas digitales. besoin de batterie ! Même genre, mais juste avec le Chez onanoff, cette coque pour iPad Accessoire pour l’iPhone chez Fashion combiné téléphonique. qui se double d’un haut-parleur, en Electronics. On dirait que c’est fait pour apparence électrostatique plat. la voiture. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 118 / 244
  • 119. L’iPhone contrôle un petit robot qui se déplace et permet de faire de la vi- Enceintes au look Mondrian chez un sio-conférence avec … son chat ? certain Coifier, vu dans le South Hall Lancé en novembre 2011, l’IM2 de Tascam est un beau micro stéréo professionnel qui se place en des- sous de son iPhone ou iPod Touch, voire iPad. Il sup- porte de très hauts niveaux de bruit (125db) donc estidéal pour enregistrer des concerts… en douce. Mais iln’est pas le premier à être apparu dans cette catégorie. Oui, il n’y a pas de quoi être fier de ce dock tout rose…Supports et chargeursRangement iPad sur porte manteau Le socle pour iPad qui tourne sur lui- Des valises pour iPad chez un chinois de chez Uniq. Bon bon. Pourquoi même. Shenzhen, avec chargement de batterie pas… intégré. Utile pour l’événementiel et les hôtels. Ou pour Karl Lagerfeld ! Ca ressemble à un Macbook Air, Une variante du précédent avec le Vu chez nVolutions, un chargeur mais c’est une coque et un clavier clavier en avant, en apparence un peu d’iPhone à l’huile de coude. On le fait pour iPad dotés d’une batterie de moins confortable pour les poignets. tourner sur un pivot et ça le charge. Mais 8000 mAh, ce qui porte il faut être patient. l’autonomie de l’ensemble à prèsde 20h, soit de quoi aller en Austra- lie en avion. On trouve cela chez Zagg et aussi chez Phaeton. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 119 / 244
  • 120. Un support léger pour iPad. Il ne Chez Innovative Technologies, on Chez Life Phorm, un support en forme doit pas coûter bien cher en ma- propose plusieurs supports d’iPad d’araignée. Avec l’avantage d’être assez tières premières ! pour la cuisine. Il se replie en dessous polyvalent car pas limité à l’iPhone. Et du dock qui affiche l’heure et com- on peut l’accrocher n’importe où, même prend des haut-parleurs. en pente.Chez Mobile Monitor Technologies, le Monitor2Go ajoute Ce support d’iPhone tient au poignet. Cela remplace laun grand écran de 15,6 pouces à votre iPad, qu’il peut con- montre, mais en moins discret. Il faut surtout avoir les tenir. L’écran pivote dans tous les sens. Et l’ensemble se muscles avec pour faire genre ! C’est aussi un produit deconnecte aussi à votre Macbook et à votre iPhone. Disponi- saison… pour l’été et la plage ! bilité au printemps 2012.CoquesBeaucoup de bling-bling au programme pour ces coques destinées aux iPhone et iPad ! Il en fautpour tous les goûts !Chez Innovative Technologies, on Liquidel propose à votre smartphone Dans la même veine, une coque vous propose une coque avec un un traitement pour le rendre water- d’iPhone pour le rendre entièrement cadenas. Dès fois que… proof. Il faut le plonger dans un li- amphibie chez DriSuite. Le waterboar- quide qui va le recouvrir d’une nano ding d’iPhone est à la mode ! couche de protection aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur et isoler électriquement tous les composants. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 120 / 244
  • 121. Des coques des coques… Encore des coques pour iPhone Ou en allégé, pour iPad. En silicone et en couleur Même topo. Une attache pour tenir son iPhone avec juste un doigt ! Encore des coques iPhone, très Les mêmes pour l’iPad. Chez Miveu, une coque qui s’accroche à bling bling une sangle qui s’attache autour de vous.Celle-là est faite pour l’escalade ! Il y en a pour tous les goûts. Cette Une coque « pouf » chez My Bean Pad.L’iPad tient tout seul à la sangle. petite mallette pour iPad est de chez Dire que l’on créé des boites juste pour Hello Kitty. ce genre de produit ! Mais bon, ce n’est pas bête pour la chambre des adoles- centes ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 121 / 244
  • 122. Et puis, il y avait Liquidwood et ses coques pour iPhone faits en résine et de bois, d’origine alle-mande :Claviers Une combinaison clavier et socle plutôt élégante pour votre iPad chez Un clavier invisible chez The Invisible In2uit. Mais pour un poste de travail fixe. Key-pad. C’est une couche plastique en relief qui se met sur l’iPhone. Et le stylet pour iPad de E-Fun, l’APEN A5. C’est un stylet actif avec une batterie de 90 heures d’autonomie. Il transforme l’iPad en tablette à stylet pour écrire et dessiner à main levée. Il nécessite le placement d’un accessoire audessous de l’iPad. Au vu des démonstrations disponibles sur YouTube, la latence a l’air trop importante pour du dessin à main levée. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 122 / 244
  • 123. AccessoiresChez Arkamys, vu sur le stand de Technicolor, onpropose en OEM une technologie d’amélioration duson pour les systèmes embarqués, notamment mobiles,automobile et TV. Ils ont aussi un logiciel de naviga-tion dans votre bibliothèque musicale qui exploite le« génome » des morceaux de musique, DNAvigation.Il permet d’écouter sa musique en enchaînant automa-tiquement des morceaux proposant un tempo et unmood équivalent. Le système classifie automatique-ment votre musique en identifiant le tempo, les har-moniques, la dynamique et les basses. De plus, lesmeilleurs effets audio sont automatiquement activés enfonction de la nature de ce morceau. L’application estsurtout commercialisée en OEM à des fabricantsd’appareils grand public ainsi que dans l’automobilepour des véhicules haut de gamme ou comme dans 3DSound de la Mégane chez Renault.L’application Studio 6 transforme votre iPad en ana-lyseur d’acoustique de votre pièce. Il est complété parun adaptateur pour micro extérieur connectable enXLR, un iAudioInterface2. Encore un exemple devaleur captée par la tablette !Sinon, le SoundEgg est une caisse ovoïde permettantde s’isoler avec un son 5.1 généré par cinq haut-parleurs et un subwoofer de 10 pouces. C’est fait pourjouer ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 123 / 244
  • 124. Ordinateurs personnelsCette rubrique au nom un peu usurpé couvre tous les ordinateurs multifonctions dotés d’un grandécran, ce qui intègre les desktops, les laptops, les tablettes ainsi que leurs périphériques comme lesscanners et les imprimantes. J’ai regroupé tout cela ensemble, ce d’autant plus que les usages destablettes mordent sur ceux des laptops dans un grand nombre de cas.Le PC a fêté ses 30 ans en 2011, l’IBM PC ayant été lancé en 1981. Les PC pré-IBM existaient ce-pendant depuis la fin des années 1970. IBM a été un facteur de standardisation de ce marché quis’est depuis bien diversifié. En trente ans, le PC a bien changé de forme et de fonction. Il a survécuà l’arrivée de l’Internet et de la mobilité. Cela reste l’outil de travail et de création le plus polyvalentqui soit, notamment lorsque l’on est en position assise. Mais de nombreux autres objets numériqueslui ravissent cette polyvalence, en particulier les tablettes et les consoles de jeux.Le PC est ainsi condamné à évoluerpour être de plus en plus polyvalent,notamment en mobilité. D’où ces nou-velles catégories de laptops que l’onappelle « hybrides » et qui associent leformat laptop à celui de la tablette, leclavier étant détachable ou non del’écran. Ces Tablet PC d’un nouveaugenre, car tactiles, devraient représenterla moitié des ventes de PC portablesd’ici 2017 selon Display Search (ci-contre).Ce n’est pas si nouveau que cela. Ce qui l’est, c’est l’émergence de systèmes d’exploitation commeWindows 8 qui sont censés être adaptés aux deux modes d’utilisation : le tactile et le couple cla-vier/souris. La zone Windows 8 était d’ailleurs l’un des rares endroits attirant vraiment la foule surle stand de Microsoft (ci-contre).Côté business, le marché du PC est un secteur àfaible marge. Il est partagé entre grandesmarques américaines (Dell, HP et aussi Apple)et asiatiques (Acer, Asus, Toshiba, Lenovo, etc).HP a failli quitter ce marché juste avant le dé-part de Leo Apoteker qui voulait transformer leconstructeur en éditeur de logiciel et société deservice. Meg Whitman qui l’a remplacéecomme CEO est revenue sur cette décision.Dans le domaine des portables, les netbooks quiavaient le vent en poupe depuis 2007 commen-cent à patiner. A la fois du fait des constructeurs et des consommateurs. Les constructeurs n’aimentpas trop cette catégorie de produit vendue à moins de 300€ et à très faible marge. Les consomma-teurs sont de leur côté un peu refroidis par les performances moyennes de ces machines. Et ils setournent de plus en plus vers les tablettes comme « second ordinateur » derrière leur PC ou leurMac.D’où l’arrivée des ultrabooks poussés par Intel. Ils permettent aux constructeurs de revenir vers lesconsommateurs avec des machines plus chères et aux consommateurs de bénéficier de laptops à lafois légers et puissants. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 124 / 244
  • 125. Autre évolution : de plus en plus de constructeurs vendent leur machine avec une solution de stock-age de données dans le « cloud ». Asus avait lancé cela il y a quelques années avec ses Eee PC aumoment où leur capacité de stockage était limitée (en disque SSD). La tendance a été reprise depuispar un grand nombre de constructeurs et au-delà des netbooks : il y a AcerCloud, iCloud chez Apple,etc. Chacun ambitionne de stocker vos données communes à vos différents appareils numériques.Reste à savoir si les constructeurs sont les mieux à même d’offrir ce genre de service par rapport àdes pure players comme Dropbox ou Box.net.DesktopsCela fait des années que les desktops n’intéressent plus grand monde à part les gamers et les entre-prises qui équipent les postes de travail de personnels sédentaires.Les PC desktop pour le marché domestique sont affectés par la mode des PC intégrés dans l’écran,ces derniers profitant de l’arrivée d’écrans tactiles multitouch de grand format. Et ces PC peuventsortir de la cuisine (HP TouchSmart) pour aller dans le bureau, notamment chez Samsung (ci-dessous à gauche) et Siragon (ci-dessous à droite). Chez ce dernier, le PC comprend entre autresun écran Full HD de 23 pouces, un tuner TV, un lecteur Blu-ray et une webcam.Sinon, le CES est toujours le lieu où l’on peut découvrir des PC pour gamers surgonflés, notammentau niveau de l’alimentation, du refroidissement, le tout pour alimenter des cartes graphiques bran-chées sur plusieurs écrans. Nous avons par exemple ce PC de iBuyPower avec son afficheur enfaçade (ci-dessous à gauche) et l’Ultimate Gaming PC vu chez nVidia (ci-dessous à droite) équipéde cartes graphiques GTX580 SLI qui ne sont pas particulièrement nouvelles. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 125 / 244
  • 126. Chez Thermaltake, qui n’exposait pas au CES2012, on peut admirer le Level 10, impressionnantetour pour gamer, en blanc comme le veut la modeinspirée par Apple. Le boitier semble bien refroidiet on peut y place un grand nombre de périphé-riques internes comme 5 disques durs 3,5 pouces etquatre accessoires au format 5 ¼ de pouces. Ledesign est disponible en blanc (ci-contre) ainsiqu’en noir. Il y a même le casque qui va avec !Côté refroidissement liquide et PC de compétition, citons la solution Compucold de Powerquestqui peut faire monter un processeur Intel Core i7 2600K à 5,2 GHz. Le boîtier utilise aussi une cartenVidia GTX 580 Supercharged. Commentça marche ? La technologie Compucold uti-lise des refroidisseurs en aluminium à chan-gement de phase (vapeur/eau) qui sont acco-lés aux processeurs CPU et GPU. Le circuitde refroidissement est intégré dans un boitierqui rentre dans l’unité centrale (ci-dessous àgauche). Ce serait la technologie de refroi-dissement la plus efficace du marché selonson fabricant.LaptopsLe CES 2012 était l’occasion pour Intel et les constructeurs de valoriser la nouvelle catégorie delaptops qu’ils cherchent à imposer : les ultrabooks.Qu’est-ce qu’un ultrabook au juste ? C’est Intel qui en donne la définition. Il s’agit d’un laptopd’une épaisseur de moins de 21mm équipé d’un processeur Intel Core, qui démarre très rapidement,qui sort d’hibernation en moins de 7 secondes et offre au minimum cinq heures d’autonomie. Ilssont généralement équipés de ports USB 3.0 et de sortie vidéo HDMI. Pour atteindre ces perfor-mances, un ultrabook de compétition se doit d’intégrer un support de stockage de type SSD malgrél’impact que cela peut avoir sur leur prix. Le SSD présente aussi l’avantage de pouvoir être danscertains cas intégré directement dans la carte mère, histoire de contribuer à la finesse du laptop. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 126 / 244
  • 127. L’épaisseur de la partie CPU et clavier passe de 9,5mm à 6,5mm grâce à la soudure directe du pro-cesseur sur le circuit de la carte mère sans socket, ce qu’Apple avait demandé en 2008 à Intel pourson Macbook Air ! L’écran peut passer de 5mm à 3 mm. On arrive à une épaisseur totale théoriquede 1 cm, mais le record est de 13 mm.D’ici un an, la définition évoluera sans doute et on parlera de « ultrabook tablets » tant l’interfacetactile devient incontournable dans les usages.Pour autant, il n’y avait pas tant d’ultrabooks que cela au CES 2012. Moins d’une dizaine de nou-veaux modèles. Et ils n’étaient pas bien mis en évidence dans les stands, comme chez Samsung ouLG.D’autres intègrent dans les couches logicielles la reconnaissance vocale, souvent d’origine Nuance,la société derrière la solution Siri d’Apple. Il y a aussi parfois de la reconnaissance des gestes profi-tant de la webcam intégrée dans l’écran.Les ultrabooks arrivent-ils à égaler les Macbook Air ? Pas encore. Tout d’abord, rares sont ceux quiutilisent un châssis en aluminium. La plupart utilisent encore des coques en plastique, plus cheap etmoins solides. Seuls certains ultrabooks se distinguent avec un clavier rétro-éclairé que l’on trouvedans les modèles qui les inspirent, les Macbook Air. Enfin, ils sont équipés de Windows 7 qui n’estpas … MacOS !La gamme de prix des ultrabooks est assez large, de 700€ en théorie à près de 2000€.Petit tour de piste des principaux ultrabooks du CES 2012, qui n’y étaient pas forcément tous expo-sés : Samsung présentait sa série 9, vue en prototype l’année dernière et qui devrait enfin sortir en 2012. Ces ultrabooks haut de gamme construits avec un châssis en aluminium brossé font 13 mm d’épaisseur à comparer aux 17 mm d’épaisseur des derniers Macbook Air. Ils bootent en 9,8 se- condes et sortent du mode veille en 2 secondes. Ils offrent 10 heures d’autonomie, en théorie. Dans les entrailles, un Core i5 ou i7 basse consommation et un disque SSD de 128 ou 256 Mo. Ils pèsent 1,26 kg, soit le poids d’un netbook. Mais avec un écran de 13,3 pouces au lieu de 9/10 pouces. Le tout aux alentours de 1500€. On trouve aussi des ultrabooks moins haut de gamme dans la série 5. Asus Zenbook UX31 ressemble à la série 9 de Samsung avec un 13,3 pouces de 1600x900 pixels, 7 heures d’autonomie sur le papier et 5 en pratique et un SSD de 128 Go. Il était annoncé au CES 2012 avec un modèle en rose doré (ci-dessous à gauche, of course) en plus d’un modèle alu déjà annoncé en octobre 2011. Son épaisseur est de 17 mm, exactement comme un Macbook Air. Il exploite la technologie audio ICEPower qui s’appuie sur un amplificateur « classe D » très éco- nome en énergie. Seul défaut, classique chez Asus : une caméra intégrée de seulement 300K pixels. Windows 7 y boote en 23 secondes à comparer aux 17 secondes d’un Macbook Air de dernière génération. Il est assez abordable, aux alentours de $1000€. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 127 / 244
  • 128.  Acer Aspire S5 serait le plus fin au monde avec une épaisseur de 15 mm pour 1,4 kg (ci-dessus à droite). Raté, Samsung est plus fin… mais certes, pas encore disponible ! Il contient un port Thunderbolt, ce qui est encore rare dans les ultrabooks. Le reste est du classique. Toshiba Z830 fait 15,9 mm d’épaisseur. Son écran de 13,3 pouces fait 1366x768 pixels. Il boote Windows 7 en 21 secondes et est censé avoir 8 heures d’autonomie. Le clavier est rétro- éclairé. C’est un modèle que l’on peut trouver aux alentours de $800€ avec un SSD de 128 Go. Lenovo iDeaPad Yoga est un ultrabook convertible en tablette en faisant pivoter l’écran - tactile et multitouch - de 13 pouces et 1600x900 pixels derrière l’unité centrale. Il fait 17 mm d’épaisseur au total, comme un Macbook Air, comme quoi ce dernier n’est pas ce qui se fait de mieux en termes de flexibilité ! C’est plutôt une machine destinée à être équipée de Windows 8. Elle représente probablement une catégorie entière d’ultrabooks qui se généralisera à partir de 2013, après l’arrivée de Win- dows 8. Si ce dernier est un succès. Sony présentait des concepts de Vaio ultra- books, sans les nommer ainsi sur son stand. Il prépare surtout la sortie de Windows 8 avec des prototypes de laptops/tablettes hy- brides ! Dell sortait son XPS 13, un 13,3 pouces comme son nom l’indique, et de 18 mm d’épaisseur ce qui n’est pas ce qui se fait de mieux. La coque de l’écran est en alumi- nium et l’unité centrale en fibre de carbone. Le reste est classique, avec un SSD de 128 Go et 8 heures d’autonomie. Pour $1000€. HP a son Envy 14 Spectre avec un design « plat » contrairement à nombre d’ultrabook, qui le fait ressembler plus à un Macbook Pro qu’à un Macbook Air. Il fait cependant 20 mm d’épaisseur. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 128 / 244
  • 129. Au fait, qui fabrique tous ces ultrabooks ? Pas leurs marques, bien entendu. Ce sont les construc-teurs taïwanais dont les usines sont en Chine, Quanta en premier. Ci-dessous quelques données in-dicatives de leurs ventes respectives sur 2011 et une estimation 2012 (source : DigiTimes). Top-4 Taiwan-based notebook makers shipments, 2011-12 (m units) Company 2011(e) 2012(f) Growth Quanta Computer 54.70-55.00 57.43-60.50 5-10% Compal Electronics 39.00-40.00 49.00-49.60 25-27% Wistron 30.00-31.00 33.00-35.00 10-15% Pegatron Technology 15.00 18.00 20%Citons enfin ce laptop original avec deux écrans de chez Namjtek, reprenant une idée d’Acer vueen 2011 avec son Iconia 6120. Seul l’écran du clavier est tactile, l’écran principal ne l’est pas. Celapeut servir à piloter Photoshop, en mettant toutes les barres d’outils en bas. En lieu et place du cla-vier virtuel. Autre application: le logiciel de DJ sur le clavier.NetbooksDifficile de trouver de nouveaux netbooks sur ce CES 2012 ! La vague 2007-2011 est bien terminée.Les netbooks se distinguent du lot par leur poids (1,2 kg environ) et surtout un prix très bas, généra-lement situé entre 200€ et 300€. Leur bas prix les rend intéressants pour les porte-monnaie serrés,notamment dans les pays émergents où ils sont très populaires.Intel a bien sorti une nouvelle génération de processeurs Atom « Cedar Trail » dédiée aux netbooksqui augmente marginalement leur performance de 18%, mais surtout qui double celle du graphismeet ajoute le support des vidéos 1080p (downscalées) tout en préservant une autonomie qui sur lepapier peut aller de 10 à 12 heures, ce qui se fait de mieux pour tout laptop. Ce sont tout de mêmedes double-cœurs maintenant.C’est Asus qui propose la gamme la plus étendue de netbooks. Ses Eee PC 1025C et1025CE équi-pées de l’Atom Cedar Trail font 12 heures d’autonomie, avec un de 10,1 pouces à la résolution clas-sique de 1024 x 600 pixels.Les analystes indiquent que les netbooks sont concurrencés par les tablettes. Les chiffres de ventesemblent l’attester mais sans qu’une relation de causalité claire soit établie entre le déclin des ventesde netbooks et la folle croissance des ventes de tablettes. Lorsque le netbook est le principal outil detravail, il est faiblement concurrencé par les tablettes. Lorsqu’il est un outil portable qui complèteun desktop ou un laptop, alors là, oui, il peut être concurrencé par les tablettes. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 129 / 244
  • 130. TablettesLe CES 2012 est un salon bipolaire côté tablettes : d’un côté vous avez tout un tas d’accessoirespour l’iPad alors qu’Apple n’y expose pas et de l’autre, vous avez plein de tablettes sous Androidvoire sous d’autres systèmes d’exploitation, mais quasiment, sans écosystème d’accessoires.C’est à l’image du marché des tablettes qui reste largement dominé par l’iPad. L’iPad 2 sorti début2011 n’a pas vraiment d’équivalent, même si les tablettes de Samsung et Toshiba rivalisent avec luicôté poids et épaisseur. L’ergonomie d’Android s’améliore de version en version, mais ce n’est pasencore ça. Android a cependant pour lui une plus grande ouverture et flexibilité qu’iOS.Le marché des tablettes sous Android est à l’image de celui des TV connectées : il est très fragmen-té. A part Samsung, aucun acteur n’arrive vraiment à se faire une place au soleil. La concurrence estrude et les prix baissent. Aucune tablette significative n’a d’ailleurs été lancée sur ce CES. Et pourcause ! Où pourraient-elles innover du point de vue matériel ? Essentiellement au niveau de l’écran.Mais les dalles très haute résolution n’arriveront pas en volume avant la mi-2012. Donc, il faut pa-tienter.Le phénomène le plus marquant de 2011 et du CES 2012 est de constater à quel point les tablettes etsurtout l’iPad deviennent des télécommandes universelles de notre vie numérique. Elles absorbentinexorablement l’interface utilisateur d’un tas de produits numériques. Aujourd’hui, les TV connec-tées, l’audio et la domotique. Et demain ? Les appareils photo ? Ce n’est pas prêt de s’arrêter ! Lestablettes ont enclenché un mouvement de migration de valeur sans précédent car en dépouillant denombreux appareils de leur valeur ajoutée logicielle, les tablettes les appauvrissent et les commodi-tisent. Cela explique en tout cas pourquoi, selon eMarketer, un foyer américain sur trois aura unetablette en 2013.L’arrivée de Windows 8 va sans doute redistribuerles cartes, surtout vis-à-vis d’Android. Les laptopsdeviendront une variante des tablettes actuelles. Aulieu d’avoir un marché diversifié de laptops, onpourra dire que c’est le marché des tablettes qui s’estdiversifié. Les tablettes hybrides sous Windows 8, sielles réussissent à percer, permettront aux utilisa-teurs de bénéficier de la plus grande flexibilité quisoit pour à la fois créer et consommer. Jusqu’à pré-sent, les tablettes hybrides comme l’excellent AsusPrime Transformer (ci-contre) ne perçaient pas carAndroid qui l’équipe n’est pas encore considérécomme un système d’exploitation « de bureau » parles entreprises.A terme, on peut aussi s’attendre à ce qu’Apple sorte un Macbook Air avec un écran tactile réver-sible.L’autre élément de prospective à envisager est l’impact des tablettes sur le marché des entreprises.De nombreuses applications comme dans la santé où les commerciaux itinérants peuvent se satis-faire des tablettes actuelles. Mais les tablettes hybrides seront probablement une fois bien peaufi-nées les « form factors » qui permettront aux constructeurs de revenir à la charge dans les entre-prises pour mettre à jour tout le parc des laptops.Phénomène intéressant : on parlait d’objets intelligents et d’objets communicants. Plus ça va, plusles objets sont effectivement communicants. Mais l’intelligence est déportée et c’est la tablette quila consolide. Sans compter le cloud. La tablette devient le pivot de l’intelligence des objets. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 130 / 244
  • 131. Tablettes sous AndroidCertains s’attendaient à ce que Noël 2011 soit celui des tablettes Android. Cela n’a pas été le cas.Les constructeurs de tablettes Android n’ont pas la vie facile. Le marché est ultra-dominé par Apple,sans compter l’arrivée d’Amazon avec son Kindle Fire sous Android. Les tablettes Android se dif-férencient peu l’une de l’autre et leur interface utilisateur, quoi que plus ouverte, reste plus difficiled’abord que celle de l’iPad. Comme c’est un marché très concurrentiel, leur prix baisse et lesmarges avec, et sans les volumes de vente. Et les mises à jour constantes d’Android (2.1, 2.3, 3,3,2, .4.0) peuvent troubler les développeurs comme les consommateurs. Seul Samsung s’en tire ho-norablement avec sa gamme de Galaxy Tab qui s’élargit constamment. Samsung propose une gamme très complète de tablettes dans la famille Galaxy Tab aux formats 7 pouces, 8,9 pouces et 10,1 pouces, sans compter le Galaxy Note à 5,5 pouces. La 10.1 est équipée d’un processeur nVidia Tegra 2. Au CES, Samsung a surtout annoncé une tablette 7,7 pouces LTE pour l’opérateur Verizon. Le Kindle Fire d’Amazon est une tablette de 7 pouces en cou- leur. Elle est intéressante car c’est un produit dérivé d’une li- gnée de liseuses. Il devient généraliste dans ses usages (livres, presse, vidéo, musique, web) tout en étant ouverte seulement au travers d’un magasin de contenus et d’applications spéci- fique à Amazon. C’est une sorte d’Android « fermé » avec son propre application store et un navigateur lui aussi spécifique, le Silk, qui exploite le cloud d‘Amazon et ses « Amazon Web Services ». Silk présente la particularité de déléguer le calcul de génération des pages aux Web Services d’Amazon pour op- timiser les performances si le débit disponible le permet. Toshiba présentait au CES sa tablette Android Excite X10, qui serait la plus fine du monde avec 7,7 mm d’épaisseur, à compa- rer aux 8,8 mm de l’iPad 2. Elle est dotée d’un écran 10,1 pouces comme son nom l’indique, et d’un processeur Texas OMAP 4430 à 1,2 GHz. Le reste est du grand classique. Toshiba présentait également des « concepts » des tablettes de 5,1 pouces au format cinéma (1 : 2,35, ci-contre), une de 7,7 pouces et une autre de 13,3 pouces au CES. Sony montrait sa S Tablet, lancée en 2011 au design élancé unique en son genre et qui facilite la prise en main. Son prix a récemment baissé de $100 aux USA pour passer à $399 dans une configuration à 16 Go et une diagonale de 9,4 pouces ce qui est déjà pas mal. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 131 / 244
  • 132.  Panasonic lançait ses Tough Pad A1 et B1, deux tablettes dur- cies comme ses laptops Tough Books. L’A1 fait 10 pouces et $1300. La B1 est une 7 pouces. Durcies comment ? Elles résis- tent non seulement aux chocs et à la chaleur mais sont égale- ment waterproof. Signalons aussi le Asus PadPhone qui n’est pour l’instant qu’un concept, avec une tablette 10 pouces au format 4x3 qui intègre un smartphone, présenté au salon Computex de Taipei en décembre 2011. La batterie de la tablette peut recharger celle du smartphone tandis que la connexion 3G/LTE du smartphone peut servir à la tablette. Pourquoi pas ! Citons cette tablette indienne Aakash non exposée au CES. Elle est vendue $35 et coûte en fait $60 car elle subventionnée par l’Etat. Sa configuration est sous-dimensionnée : écran résis- tif de 7,7 pouces et 800x400 pixels supportant des stylets d’où l’intérêt dans l’éducation, un processeur Connexant, 256 Mo de RAM et 2 Go de mémoire Flash de stockage, Android 2.2, un navigateur UniSurfer développé par DataWind, GPRS + WiFi, trois heures d’autonomie, 350g et deux ports USB. Mais cela va s’améliorer. Le français Archos qui était présent au CES 2012 est numéro deux en France derrière Apple, avec 22% de parts de marché. Il dispose d’une gamme très large de tablette Android tant en termes de prix que de formats. Elles se distinguent aussi par le processeur embarqué, un Texas OMAP pour le haut de gamme et des processeurs Rockship pour l’entrée de gamme, et la con- nectivité, 3G pour le haut de gamme avec ses G9 (ci-contre, en haut). Archos cherche à devenir le leader des tablettes bon marché, anticipant un élargissement de ce marché. C’est pour- quoi il a lancé des tablettes low cost sous la marque Arnova, aux formats 8 et 10 pouces. Elles sont à moins de 200€ ce qui est une performance ! Les premières moutures avaient un écran tactile résistif et les dernières, dites G2, sorties l’été 2011, ont une matrice capacitive (la 10 pouces G2 ci-contre). Dans la lignée des tablettes à bas prix, nous avons en France la société Memup, un fournisseur de solutions de stockage et multimédia fondé en France en 1991 par Franck Kalifa. Elle propose aussi des tablettes « low prices ». On s’en tire à 170€ pour des formats 7 / 8 pouces. A ce prix-là, on n’a évidemment pas le processeur le plus puissant ni la dernière version d’Android.En 2011, Dell a abandonné ses petites tablettes Streak 5 et 7 pouces sous Android. Mais devraitrevenir à la charge en 2012. Au minimum avec une tablette sous Windows 8.Le bien bizarre Nook bi-écran et 3G de Barnes & Noble qui disposait d’un petit écran couleur LCDet d’un grand écran e-ink serait lui aussi abandonné. Par contre, le Nook Color qui dispose d’un seulécran couleur, LCD, se porterait bien. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 132 / 244
  • 133. Tablettes sous WindowsLa bêta de Windows 8 est prévue pour février 2012. Les développeurs ont une pre-release à semettre sous la dent depuis la conférence Build de septembre 2011 à Anaheim en Californie. Il yavait de ce fait assez peu de tablettes démontrées sous Windows 8 sur le CES. En plus du Lenovoque nous avons déjà cité, il y avait : Une tablette « concept » chez Sony avec un écran pivotable sur le clavier. La Kupa. X11, une tablette supportant le multi-touch et un stylet avec 10 heures d’autonomie. Il est possible que cette tablette utilise la technologie DuoSense de Ntrig, évoquée dans le Rapport CES 2011.Tablettes sous d’autres systèmes d’exploitationEn dehors d’iOS, Android et peut-être Windows, il n’y a pas beaucoup de salut pour les tablettes. Le HP TouchPad, de même format que l’iPad et lancé début 2011 avec WebOS a été un échec cuisant. Elle a été abandon- née en août 2011 moins de 8 mois après son lancement. Les ventes étaient ridiculement basses. Et l’eau du bain a été jetée avec le bébé puisque HP a au passage décidé d’abandonner WebOS qui avait été acquis en avril 2010 pour $1,2B. Cela peut surprendre mais c’est une attitude typiquement améri- caine : quand on se plante, on le reconnait et on jette l’éponge au lieu de persévérer inutilement. Faut-il rappeler les raisons de cet échec ? Un système comme WebOS pouvait difficile- ment s’imposer face à iOS et Android pour créer son propre écosystème d’applications. Comme de surcroit, la tablette elle- même n’était pas spécialement différente des nombreuses ta- blettes Android, elle n’avait aucune chance ! Elle était belle cette tablette RIM PlayBook tournant sous QNX et lancée au CES 2011 ! Même flop que le TouchPad, mais pas abandonnée pour autant. Il en existe même une ver- sion 2.0, commercialisée à un prix plutôt avantageux de $300 pour 64 Go de mémoire dans une offre spéciale. C’est peut- être un bon compagnon d’un BlackBerry, mais ce n’est pas suffisant. Pas d’écosystème, pas de marché ! D’ailleurs, c’est aussi ce qui plombe le BlackBerry en ce moment. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 133 / 244
  • 134. ScannersLe domaine des scanners n’est pas ce qu’il y a de plus excitant. Pourtant, chaque année, on dénichede véritables innovations dans ce domaine au CES 2012 ou dans l’actualité. C’est parti…Le CES 2012 regorgeait de scanners à base de caméras sur pied l’année dernière. C’était alléchantcar ils permettent de scanner très rapidement un grand nombre de page. Curieusement, on n’envoyait quasiment plus cette année. Sauf avec cette LampCam qui sert aussi de lampe de bureau àLED au passage (ci-dessous à gauche) et comprend trois prises USB pour recharger vos mobiles.Elle est dotée d’un capteur de 5 Mpixels et peut capter des images jusqu’au format A3, et aussi desvidéos, comme une démonstration d’application mobile.Il y a aussi cette variante vue chez Piqx Imaging avec un scanner caméra qui s’accroche à l’écrande votre laptop (ci-dessous à droite). Il est surtout doté d’un logiciel permettant la reconnaissanceautomatique de la mise en page, la correction de perspective, l’orientation automatique, la correc-tion automatique de balance des blancs et la réduction de bruit.Côté scanner de livres à plat, le coréen 4D Culture propose son eBook-Scaner (oui, avec un seuln…). Le principe est simple et exploite deux caméras CMOS de 2 Mpixels ce qui est assez faible(ci-dessous à gauche). La société propose une grande panoplie de scanners 3D à base de caméraCMOS et de laser. Cela commence avec un « 3D Whole Body Scanner » qui comme son noml’indique peut scanner un corps complet en 7 secondes avec plusieurs lasers et en exploitant uneméthode de triangulation. Le Solidshot V scanne les objets par envoi de lumière structurée. Le X-Scan R scanne les objets avec un rayon laser. Le i-View scanne aussi les visages à base de laser(non dangereux pour les yeux).Le Hovercam Impress de Pathways scanne aussi les livres et s’appuie aussi visiblement sur unecaméra mais il tourne les pages tout seul (ci-dessous à droite). Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 134 / 244
  • 135. On pouvait voir un autre scanner 3D chez ScanBull, à base de webcam et de plateau rotatif. C’est lemême principe que celui que met en œuvre la startup française Digiteyezer, qui pourrait aussi utili-ser ce matériel. Quelle résolution pour un scanner-caméra ? Pour scanner une page en 300 DPI, ce qui per- met d’avoir un très bon résultat lorsqu’elle con- tient des photos, il faudrait disposer d’un cap- teur de 8 à 9 mpixels, que l’on ne trouve pas encore dans ces scanners alors qu’ils sont lar- gement disponibles sur le marché. Pour 200 DPI, le capteur doit faire 3,8 mpixels. Un modèle avec un capteur de 2 mpixels est donc un peu léger tandis qu’à 5 mpixels, cela commence à être correct. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 135 / 244
  • 136. HP a intégré un scanner caméra qui remplace letraditionnel scanner à plat dans son imprimantecouleur multifonction Laserjet Pro 200 ColorMFP (ci-contre). Ce que l’on appelle del’innovation par l’intégration car ni l’imprimantemultifonction ni le scanner n’ont l’air de casserla baraque en termes de capacités ou de vitessed’impression. La raison ? Les utilisateurs photo-graphient de plus en plus d’objets pour lesmettre en vente sur Internet et le scanner à platn’y est pas adapté !Enfin, Fujitsu, propose son ScanSnap N1800,un scanner en réseau pour entreprise. Capable descanner 40 pages 20 pages recto-verso par mi-nute. Mode des tablettes oblige et comme surcertaines imprimantes multifonctions HP, il estdoté d’un grand écran tactile. Il peut directementalimenter des systèmes comme Microsoft Sha-repoint.Impression normaleFausse bonne idée chez Casio avec ce Memopri, un petit engin où l’on peut taper du texte, utiliserdes modèles et imprimer cela sur des sortes de post-it de largeur variable selon l’alimentation. On sedemande quel peut-être le marché visé. Mais Casio est coutumier de ce genre d’innovation un peudéjantée, on l’avait vu en 2011 au sujet des compact dans la photo. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 136 / 244
  • 137. Signalons également dans la même veine ces im-primantes LabelManager 500TS de Dymo, unesociété du 20ème siècle qui cherche à survivrecomme les Polaroid et autres Kodak de ce monde.Le machin imprime des étiquettes, mais pas desnoms en relief sur plastique comme il y a quelquesdécennies. Juste sur des étiquettes collantes clas-siques. Cela peut se relier avec un logiciel dédiétournant sur PC, le Dymo Label Software. Bon,pour le bureau, cela permet toutefois d’avoir unétiquetage propret des systèmes de rangement.Impression 3DLà, on est en pleine mode. L’impression 3D bientôt dans les chaumières ? Certains sont peut-être unpeu imprudents dans leurs prévisions, mais cela en prend le chemin même s’il faudra encorequelques années avant que cela se concrétise.Ce marché est symbolisé par l’imprimante en kit de MakerBot que l’on trouvait très bien valoriséesur un stand du South Hall. Il est impressionnant de voir ce qu’elle permet de produire, notammentdans le domaine du jouet. Elle utilise comme consommable des fils de plastique de couleur. Uneseule couleur est imprimée à la fois. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 137 / 244
  • 138. Egalement au CES, le français Sculpteo propose un service d’impression 3D en ligne. Il sert pourl’instant beaucoup au prototypage et ses clients sont issus d’entreprises de toutes tailles. Mais lasociété se prépare à un développement de la demande grand public pour la création d’objetspersonnalisés. La société propose l’impressiond’objets avec un complément d’émaillage et decuisson qui durci le matériau de l’impression. Ceprocédé serait spécifique à Sculpteo. L’impressionest en général réalisée avec des imprimantes de Z-Corp mais Sculpteo peut faire appel à d’autrestechniques d’impression 3D selon la demande etavec des sous-traitants. Le service d’impressionest ainsi disséminé dans plusieurs pays dont laFrance, Israël et les USA. Les clients peuventaussi partir de modèles existants fournis dans uneapplication iPhone et iPad.De son côté, Cubify propose des logiciels et services d’impression en ligne d’objets 3D pour legrand public et les professionnels. Il s’appuie sur sa propre imprimante 3D, la Cube, voisine decelle de Makerbot, qui utilise aussi des fils de plastique comme consommable et est commercialiséeà $1300. Il y avait aussi un scanner 3D sur leur stand, utilisant une simple caméra. Une solution quime rappelle celle du français Digiteyezer. Enfin, curieuse découverte d’une imprimante 3D capable de le faire avec du chocolat et d’autres matières alimentaires chez Essential Dynamics ! Vous avez bien lu ! On peut aussi l’utiliser avec du silicone, du ciment ou du plastique. Bref, l’engin est très poly- valent. Cela peut servir aussi bien en laboratoire… qu’en cuisine ! Une im- primante 3D dans chaque cuisine pour créer ses desserts du samedi soir ? Bon, on se calme !Le tour ne serait pas complet sans citerShapeways, cette startup de New Yorkqui est une sorte de YouTube des mo-dèles 3D qui peuvent être publiés, parta-gés et même modifiés. C’est une sorte deplace de marché grand public de modèles3D. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 138 / 244
  • 139. Mobilité et communicationLe CES 2012 est le salon qui consacre à la fois Android et l’iPhone. Le premier est sur tous lesstands de constructeurs et est devenu la première plateforme mondiale de smartphones, le secondl’est chez les accessoiristes en tout genre.Il y a certes un grand nombre de smartphones qui sont annoncés chaque année sous Android, maiscomme dans le cas des tablettes, leur différenciation est assez faible, à part la taille de l’écran. D’oùle fait que tout le monde remarque le Galaxy Note de Sam-sung (ci-contre), avec ses 5,5 pouces de diagonale, un hy-bride smartphone/tablette. Ces smartphones passent pro-gressivement à la version 4.0 d’Android qui se met à ni-veau pour certaines fonctionnalités avec iOS 5.0 et faitmieux dans quelques autres. Ils adoptent des processeursquadcore qui remplacent les dual core et leur GPU pro-gresse pour le jeu et la vidéo. Et la résolution de leursécrans continue d’augmenter, certains modèles commechez Sony atteignant les 1280x720 pixels.L’arrivée timide des processeurs Atom Medfield dual-coredans des smartphones LG Electronics et Lenovo est unnon-événement d’autant plus qu’ils n’étaient même pasmontrés sur CES 2012, tout du moins chez LG.Comme en 2011, le CES 2012 a surtout donné l’occasionaux constructeurs de mettre en avant leurs modèles adaptésà la 4G / LTE proposée par les opérateurs tels que ATT,Verizon et Sprint. Le CES 2012 attire une large majorité devisiteurs américains, il ne faut pas l’oublier !On sentait aussi l’impact du lancement de Siri dans l’iPhone 4S. Il a redonné une jeunesse à la re-connaissance de la parole et à la commande vocale même si les progrès accomplis par Apple restentincrémentaux par rapport à l’état de l’art antérieur. Il consacre aussi l’usage du cloud pour complé-ter l’intelligence des appareils connectés, une partie du traitement de reconnaissance de la paroleétant réalisé sur des serveurs. Cela impacte non seulement les mobiles mais d’autres produitscomme les TV connectées, nous l’avons vu. Reste à ouvrir les APIs de Siri.Android a largement dépassé iOSen parts de marché des smart-phones, surtout aux USA (46,9%fin novembre 2011 vs 28,7%pour l’iPhone selon comScore).De son côté, Windows Phone 7n’arrive pas à trouver sa place ausoleil malgré ses qualités indé-niables. Microsoft perd même desparts de marché ce qui est uncomble (de 5,7% à 5,2% entreaoût et novembre 2011, toujoursselon comScore). On voyait Win-dows Phone 7 essentiellement surles stands de Microsoft et de No-kia. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 139 / 244
  • 140. L’écosystème ne réussit pas à Microsoft pour l’instant, malgré un magasin d’application qui a at-teint le respectable niveau de 50000 applications. Autre loser, RIM qui est sur une pente très glis-sante et dont on se demande comment il va reprendre des forces (de 19,7% à 16,6% entre août etnovembre 2011 aux USA). Il n’a pas réussi à créer un écosystème avec son BlackBerry et encoremoins avec sa tablette PlayBook. La bataille des plateformes est impitoyable et elle est perdue pourRIM dont la valeur ajoutée historique tournait autour de la messagerie. A l’heure des réseaux so-ciaux, la messagerie, c’est has been, surtout dans le grand public. Autre victime de 2011, AdobeFlash dont Apple va finir par avoir la peau malgré son support sous Android. C’est lié à la largeadoption de HTML 5 pour le développement d’applications mobiles portables.Côté soubresauts industriels, l’année 2011 a été marquée par le partenariat entre Microsoft et Nokiaet par l’acquisition de Motorola Mobile par Google, que l’on ne sait pas encore vraiment interprétercar on ne sait pas ce que Google va faire de la société. Il y a aussi le transfert complet de Sony-Ericsson chez Sony, du fait de la migration du mar-ché vers les smartphones. Ericsson se concentre surl’infrastructure. Cela rappelle un peu la stratégie deThomson / Technicolor lorsqu’ils se sont séparés desproduits grand publics repris par la marque RCA etdes chinois TCL.L’année 2011 a aussi été marquée par une belle ba-taille sur les brevets mobiles13. Apple pourrait collec-ter jusqu’à 10 dollars de royalties par device Androidauprès des constructeurs (et pas de Google) à compa-rer aux 5 dollars que Microsoft récupèrerait desmêmes constructeurs. Les sources sont encore peufiables sur ces montants. C’en serait en tout cas ter-miné de la « gratuité » d’Android.Il n’est donc pas étonnant de tomber sur ce panneau qui annonce clairement la couleur sur le standde LG Electronics : nous avons le plus gros portefeuille de brevets dans le LTE, donc ne nous cha-touillons pas avec les vôtres !iPhoneL’année 2011 a donné lieu au lancement de l’iPhone 4S alors que tout le monde attendait un iPhone5.0 au design reprenant celui de l’iPad 2. La veille du décès de Steve Jobs ! L’annonce a quelquepeu déçu les analystes car le design de l’appareil n’a pas changé. Mais la mise à jour sous le capotétait conséquente avec un nouveau processeur double cœur, plus puissant graphiquement et un cap-teur photo pour filmer en 1080p/i. Le reste n’est qu’affaire de logiciel avec notamment SIRI. Il y aaussi eu le lancement d’iOS 5.0 avec son lot de nouveautés.On encense régulièrement Apple, mais on oublie que son logiciel iTunes a l’air d’être toujours aussipeu fiable dans la synchronisation, tout du moins sur PC. La faute à Windows ?Alors, quid de l’iPhone 5.0 ? LTE, NFC, plus grand, plus petit, plus fin,quoi d’autre ? Apple génère dans les médias un business de rumeurstoujours florissant. La première source devient les fournisseurs d’Appleen Asie chez qui le secret est bien difficile à conserver malgré les tonnesde NDA signées avec la firme de Cupertino.13 Cf http://www.oezratty.net/wordpress/2011/les-dessous-de-la-bataille-entre-apple-et-google/. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 140 / 244
  • 141. L’autre source de prédictions : l’évangile numérique selon Steve Jobs écrit par Walter Isaacson,dont on cherche à interpréter voire sur interpréter chacun des mots. Et encore, ce n’est écrit ni enAraméen, ni en Hébreu, ni en Latin, mais en simple Anglais !AndroidAndroid fait des progrès constants avec un rythme de mises à jour soutenu. Son interface utilisateurs’améliore mais reste inférieure à celle d’iOS côté élégance et simplicité. Mais le système bénéficied’une plus grande ouverture. C’est la même dualité qu’entre MacOS et Windows.La nouvelle version Android 4.0 « Ice Cream Sandwich » va apparaitre dans les modèles de 2012de smartphones. En attendant, la plupart sont encore présentés en version 2,3. Les smartphone 2.3seront-ils upgradables en 4.0 ? Cela dépend du smartphone et de son constructeur.Ses nouveautés ? Certaines relèvent du rattrapage par rapport à iOS5 et d’autres sont plus origi-nales : Une nouvelle interface utilisateur moins “geek”, promis, on ne le fera plus ! Avec une amélioration de l’écran d’accueil, des widgets de taille modifiable et un clavier un peu plus ergonomique, Quelques fonctionnalités empruntées à l’iPhone : copie d’écran, na- vigation multi-écrans dans les applications, nouvelles polices de ca- ractères conçues pour les écrans haute-résolution, tabs dans le navi- gateur Internet, amélioration de la boite vocale, création d’un dossier en glissant une icône sur une autre et des boutons virtuels qui rem- placent les boutons en dur dans les smartphones. L’enregistrement instantané de la voix, d’un seul bouton. Logon avec reconnaissance du visage. La technologie est connue, reste à savoir si elle fonctionne bien dans tous les cas. Au vu des démonstrations, on en doute un peu. L’envoi d’un SMS à quelqu’un qui appelle pendant un autre appel. Des informations sur la consommation de “data”. On n’en attendait pas moins de Google ! Des nouvelles fonctions de caméra avec partage dans les réseaux sociaux, gestion d’autofocus et de stabilisation, et création de panoramas (ci-contre). La consolidation des informations issues des réseaux sociaux dans le carnet d’adresse. Android Beam utilisant le NFC pour les achats et le partage d’informations. Améliorations de détails dans Gmail et le calendrier, ainsi que dans YouTube, Maps, Google+ et Google Music. De meilleures fonctions d’accessibilité.Côté smartphones, quoi de neuf ? A la fois dans les annonces de 2011 et celles du CES 2012 ? Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 141 / 244
  • 142.  Deux smartphones sous Intel Medfield, chez LG Electronics et Lenovo. Une puce test de cet Atom a été benchmarkée et a ob- tenu une meilleure note que les actuels SoCs ARM à l’exception de la consommation dans l’affichage de vidéos. On va aussi trouver des tablettes avec ce processeur. Reste à véri- fier leur autonomie réelle, l’un des points faibles potentiels. Après ses Samsung Galaxy S II (dual-core Exynos 4210, écran Super AMOLED Plus, ci-contre) de 8mm d’épaisseur, le co- réen devrait sortir son Galaxy S III, pas encore annoncé, avec un processeur Samsung Exynos 4412 quad-core à 1,5GHz et noyau ARM9. Il serait 30% plus efficace et plus rapide que le dual-core du Galaxy S2. Enfin, ce n’est pas sûr. Annonce pos- sible pendant le MWC de Barcelone fin février/début mars 2012. Le Samsung Galaxy Note avec un écran de 5,3 pouces AMO- LED de 1280x800 pixels, donc un format intermédiaire entre smartphone et tablette était mis en avant par Samsung avec un gros investissement publicitaire et un peu partout dans Las Ve- gas. Il fait 9,63 mm d’épaisseur et tourne sous Android 2.3. Un bon format pour gérer ses photos, consommer vidéos et jeux ou prendre des notes car il fonctionne aussi avec un stylet suppor- tant la pression, le S Pen, en plus du tactile classique. Pour le reste, il est un peu gros. Il intègre aussi une radio FM. Samsung a aussi annoncé son SPH-M580 qui présente la parti- cularité de se recharger à l’énergie solaire grâce à une cellule photovoltaïque placée sur le dos du téléphone. Doté d’un cla- vier « à la BlackBerry », il n’a pas une configuration bien mus- clée. Sa coque est en plastique recyclé ce qui permettra d’ajouter quelques lignes dans le rapport de Corporate Social Responsibility de 2012 du coréen. Sorti fin 2011, le Samsung DoubleTime est sous-calibré comme le SPH-580 avec un écran de même résolution, et avec un clavier. Il faut bien remplir la gamme avec des smartphones couvrant un large spectre de prix. C’est ce que demandent les opérateurs, et les consomma- teurs. Et le clavier reste un must pour les utili- sateurs férus de SMS et d’emails, et aussi, uti- lisant beaucoup les réseaux sociaux qui sont en standard dans ces appareils (Facebook, Twitter au minimum). Le LG Optimus 3D sorti en 2011 intègre un dual-core Texas OMAP 4, deux objectifs pour la 3D et un écran 3D sans lu- nettes. Un peu gadget ! Le Huawei Ascend P1 S serait le plus fin smartphone Android du monde, avec 6,7 mm d’épaisseur. Avec écran de 960x540 pixels et un processeur Texas OMAP à 1,5 GHz. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 142 / 244
  • 143.  Sony lançait son Xperia S, un smartphone de 4,2 pouces en résolution 720p au goût du jour avec un Snapdragon 3 de Qualcomm, une caméra 12 Mpixels capable de pren- dre des photos 3D en bougeant la caméra et des films en 1080p et le NFC. Puis le Xperia Ion, qui sur la même base que le S ajoute le LTE pour le marché américain. C’est le premier modèle de la série NXT, qui ne porte plus la griffe Sony-Ericsson. De son côté, rappelons la sortie en avril 2011 du Xperia Play qui est un hybride console de jeu portable et smartphone, confirmant le rôle des mobiles dans le jeu. Motorola, la filiale de Google lançait aussi le Droid 4, doté d’Android 4.0 et aussi d’un clavier coulissant, avec un SoC Texas OMAP à 1,2 GHz et un écran de 940x560 pixels. Il y a aussi le Flipout, doté d’un clavier rota- tif. Ça doit être d’un pratique ! LG DoublePlay sorti fin 2011 avec son clavier en deux parties et un second écran tactile au milieu. Le problème est que l’écran principal n’a qu’une résolution de 320x480 pixels. Quel gâchis ! Les concepteurs étaient certes créatifs, mais cela semble un peu raté. Le Kyocera Echo est doté d’un double écran 3,5 pouces de 800x480 pixels, sorti début 2011. Il filme en 720p et tourne avec un SnapDragon de Qualcomm à 1 GHz. Il a été spéciale- ment conçu pour l’opérateur Sprint aux USA. Le smartphone qui veut se faire tablette ? Pourquoi pas. Cela entre en concur- rence avec de gros smartphones comme le Galaxy Note, qui est plus équilibré. Fujitsu se faisait remarquer au CES 2012 en présentant des smartphones de compétition avec notamment un quadcore équipé d’un capteur 13 Mpixels sensé atteindre 12K ISO. C’est impossible avec des pixels si petits, ou si, c’est possible, en fai- sant de la bouillie de pixels ! Et 13 Mpixels pour un capteur de smartphone, c’est vraiment beaucoup trop !Enfin, je décerne la palme de l’innovation qui ne sert à rien au partenariat entre DTS, SharpHuawei et Samsung. Il s’agit d’intégrer la technologie de décodage du format DTS Ultra Mobiledans des smartphones et tablettes. Elle figure notamment dans des tablettes Huawei et le smart-phone LG H2X vendu par T-Mobile. Pourquoi cette palme ? Le format DTS n’est appréciablequ’avec une bonne installation de home cinema 5.1. Alors, avec les HP ou les écouteurs d’unsmartphone ou d’une tablette, c’est vraiment donner de la confiture aux cochons ! Dans le détail, ils’agit en fait de deux fonctionnalités : DTS Envelo pour améliorer le rendu des voix et DTS Boostpour améliorer l’épaisseur du son. Faut-il un format spécial pour cela ? Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 143 / 244
  • 144. Windows PhoneCette rubrique sera assez courte vu le faible nombre d’annonces autour de Windows Phone 7pendant le CES 2012. La principale était celle du Nokia Lumia 900 avec le support du LTE qui sera commercialisé via AT&T aux USA. Il reprend les bases du Lumia 800 annoncé fin 2011, avec un écran plus grand, de 4,3 pouces au lieu de 3,7 pouces, en AMOLED dans les deux cas, proba- blement d’origine Samsung. Les Lumia 710 et 800 ont un beau design, mais pas de caractéristiques spécifiques au niveau matériel. Un processeur Snapdragon monocœur de Qualcomm, une caméra de 8 mpixels, un écran de 800x480 pixels avec une protection Gorilla Glass de Corning comme la majorité des smartphones et des tablettes. Leur prix est toutefois assez concurrentiel, avec $500 pour le 800 et $350 pour le 710. Ce qui permet de le proposer dans des abonnements télécoms à très peu de frais. RAS chez les autres constructeurs : LG, Samsung, HTC, ils ont tous au moins un ou deux modèles sur Windows Phone 7.0 mais il fallait s’accrocher pour les trouver sur leurs stands. Bref, Microsoft a bien du mal à trouver des effets de levier efficaces pour contrer Android et ne parlons pas d’iOS. Les progrès notables concernent les applications, au nombre de 50000. C’est déjà ça. Et l’ensemble des smartphones WP7 se distingue par l’usage de processeurs Qualcomm Snapdragon qui leur apporte une belle fluidité dans l’interface utilisateur. Les accessoires ? Pas de folie comme autour de l’iPhone ! Il fallait se rendre sur le stand de Nokia pour en admirer quelques-uns (ci-contre).eBooksEncore à cause des tablettes, cette rubrique fond comme neige au soleil. Il yavait assez peu de nouveautés à se mettre sous la dent au CES.Le français Bookeen présentait le Cybook Odyssey qui utilise des écranstraditionnels eInk avec un seul format de 5,5 pouces et leur technologie HSISqui permet d’accélérer le changement de page et les animations dansl’interface utilisateur par rapport aux ebooks classiques sous eInk. Ils utili-sent sinon un SoC OMAP de Texas. Dans ses Cybook Orizon, Bookeen utili-sait une autre technologie d’encre électronique, de SiPix. Mais les écransSiPix présentent moins de contraste que les deux technologies d’écran noir etblanc de e-ink, la Pearl et la Vizplex 14 . Bookeen prévoit-il de sortir desebooks d’un format supérieur au 5,5 pouces ? Il semble que oui.14 Cf comparaison ici : http://blog.the-ebook-reader.com/2010/11/03/sipix-vs-e-ink-ereader-screen-technologies-compared/. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 144 / 244
  • 145. Le chinois Hanvon a lancé fin 2011 son Ectaco Jetbook Color (ci-dessous à gauche), un ebookutilisant l’écran couleur e-Ink Triton, de format 9,7 pouces et 1600×1200 pixels. Il est aussi tactileet doté du Wifi. Son prix : 500 $. Pas vu malheureusement au CES ! Le e-Ink Triton peut afficher4096 couleurs différentes. Mais son temps de mise à jour est compris entre 120 ms et 980 ms ce quiexclut tout support de la vidéo.Le coréen Kyobo a sorti fin 2011 un ebook avec l’arlésienne des écrans couleur : un 5,7 poucestactile de 1024x768 pixels Mirasol de Qualcomm (ci-dessus au centre), couplé à un processeurQualcomm Snapdragon S2 (mono-cœur) et tournant sous Android 2.3. Un modèle équivalent auraitété commercialisé également en Chine sous la marque Banbook Sunflower. L’écran Mirasol sup-porte la vidéo. Cf ici.Au détour du salon, découverte d’un eBook au positionnement original, le G-Cube Energenie (ci-dessus à droite) : remplacer les imprimantes. Il s’utilise connecté en USB à votre PC et est vu parWindows ou MacOS comme une imprimante. C’est un ebook au format de 9,7 pouces en technolo-gie e-ink. Pas bête ! Est-ce que cela suffit pour changer les comportements ? Et comment navigue-t-on dans les documents qui doivent immanquablement s’entasser dans l’ebook ?Equipement automobileL’automobile est un eldorado pour les industries du numérique. Que ce soit en première monte oudans l’after-market. Les systèmes embarqués sont de plus en plus sophistiqués. Les automobilistessont intéressés par ce qui rend la conduite plus efficace et plus sûre. D’où l’importance de la naviga-tion, de plus en plus alimentée en temps réel avec informations sur le trafic et la météo, aussi enmode UGC, les données provenant du cloud en général et aussi des autres systèmes de navigationsde l’ensemble des automobilistes. Les systèmes embarqués permettent aussi de trouver des placesde parking libres.Un véritable salon de l’autoDe nombreux constructeurs étaient présents cette année au CES 2012 : Audi, Chrysler, Ford,GM/OnStar, Hyundai/Kia, et Mercedes-Benz. Ford et Daimler intervenaient même dans les key-notes. Certains de ces constructeurs sont exposants depuis de nombreuses années au CES. Il fallaitaussi compter sur les nombreux véhicules d’exception exposés sur les stands d’équipementiers au-dio-vidéo comme Pioneer, Kenwood ou encore nVidia.Il faut dire que l’audience professionnelle du CES est particulièrement geek et constitue ainsi unbon cœur de cible de prescripteurs et acheteurs de véhicules plutôt haut de gamme et plutôt bienéquipés en gadgets numériques.Voici un petit tour photographique avec pour commencer, une Audi installée dans un stand éclairéde manière extraordinaire avec un plafond de plusieurs mètres de hauteur de néons et générant desreflets inédits sur les véhicules. Il y avait aussi une De Lorean. Rappelez-vous, celle qui avait étémodifiée dans « Retour vers le Futur » (ci-dessous à droite) ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 145 / 244
  • 146. Et puis, une Ferrari et une Fisker, d’un constructeur Californien que je ne connaissais pas, n’étantpas spécialiste du domaine. La Fisker Karma est une voiture électrique hybride dotée en prime depanneaux solaires sur son toit avec une autonomie en mode électrique de 50 miles ! Un peu limitepour traverser Los Angeles ou la Silicon Valley avec, mais l’essence peut prendre le relais ! Elle estvendue $100K.Et une Ford Evos, puis une Tesla rechargeable par induction, même si ce procédé n’est ni nouveauni ce qu’il y a de plus efficace car il entraîne une certaine déperdition d’énergie.Et pour terminer, une Mercedes et une Cam Am Spyder vue sur le stand de Massive Audio, quil’a customisée pour y intégrer tout un tas de gadgets audio. Cette bizarrerie à trois roues sortie en2010 pourrait bien faire partie de l’arsenal de Batman. Elle est dotée d’un moteur bicylindre de 998cm3 et pèse 421 kg et pour 25K€. Sans les gadgets de Massive Audio ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 146 / 244
  • 147. Question bête au passage : sur les stands des constructeurs, on voit toujours des voitures prototypesdont les portes s’ouvrent par le haut alors qu’elles ne sont que très rarement commercialisées ?Pourquoi donc ? Parce que cela fait rêver et que c’est moderne, même si cela fait des décenniesqu’on en voit ainsi. Mais elles doivent coûter trop cher à fabriquer et ne sont pas si pratiques quecela. On ouvre plus rapidement une porte traditionnelle !Autoradios et équivalentsLes autoradios ou « personal navigation devices » embarqués développent leur connectivité, no-tamment avec les smartphones Android au-delà des iPhone. Ils leurs délèguent même les fonctionsde stockage, notamment de musique voire de GPS dont ils affichent à distance l’interface de naviga-tion. Ils se connectent en USB ou Bluetooth. Ces systèmes embarqués sont sinon reliés à un tas deproduits et services tierces-parties ! Les interdépendances de services sont très nombreuses commevous allez le voir.Au menu… Le lancement de Pioneer AppRadio 2, un système embarqué alimenté en contenus par votre smartphone. Il ajoute la compatibilité avec les derniers smart- phones Android et se connecte via Mobile High De- finition Link (MHL) ou un câble micro HDMI. L’écran est un classique 7 pouces tactile de 800 x 480 pixels. Il y a aussi une liaison Bluetooth et une entrée pour une caméra vidéo comme celles que l’on met à l’arrière du véhicule… pour surveiller ses ar- rières. Chez JVC, les PND permettent le contrôle de fonctions de sélection de morceaux et de stations de radio Internet sur des appareils Android, et ajoute la possibilité de mieux contrôler le choix de morceaux dans des services tels que Pandora (j’aime, j’aime pas, gestion des stations préférées, etc…). La fonction « iPod Out » permet d’afficher des fonctions graphiques provenant d’un iPod ou un iPhone. Il supporte aussi la HD Radio, de plus en plus standardisée aux USA. Kenwood lance une nouvelle mouture d’un PND, le DNX7190HD qui est relié à un nombre incroyable de services : il supporte maintenant Pandora, il récupère la musique des smartphones sous Android en plus du support existant de l’iPhone, il se relie aussi avec l’application de navi- gation Garmin tournant sur un iPhone (avec visualisation réaliste de la route), il affiche les em- bouteillages en mode dynamique et prédictif avec son système Navteq Live Traffic intégré, il re- çoit la radio satellite Sirius-XM et la radio numérique terrestre HD-Radio, il se connecte au sys- tème SYNC de Ford (reconnaissance vocale) et il intègre le système Bluetooth Parrot. Ouf, c’est terminé ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 147 / 244
  • 148.  Clarion utilise aussi la technologie Bluetooth de Parrot dans ses PND. Il propose également le contrôle du service Pandora et le support de Sirius-XM tout comme de la HD Radio. C’est donc du pareil au même. Mbrace2 de Mercedes est le système de navigation et multimédia du constructeur. Il accède aux incontournables Facebook, Twitter, Yelp et Google Street View. Cadillac propose son système CUE avec capteurs de proximi- té, interface haptique, et multi-touch, reconnaissance de la pa- role. Les « Cadillac User Experience » seront installés au prin- temps 2012 en première monte dans les Cadillac XTS Sedan. Utilise un processeur à 3 cœurs ARM 9 et un système de re- connaissance de la parole d’origine Nuance, la société qui est derrière le SIRI d’Apple. Chez Chrysler, on propose le système Uconnect Touch avec un écran tactile de 8,4 pouces ! Comme les systèmes précé- dents, il s’appuie sur votre smartphone pour un grand nombre de fonctionnalités. C’est un kit de communication main libre pour votre smartphone avec reconnaissance de la parole. L’écran supporte les autres fonctions habituelles d’un PND : GPS, musique, radio, etc. Audi propose Connect qui s’appuie sur du mobile broadband (aux USA, HSPA 7,2 Mbit/s chez T-Mobile) avec Google Earth/Maps/StreetView. Plus les embouteillages en temps réel. Bref, toute la panoplie de Google est embarquée dans le pro- duit ! Parrot avait lancé son Asteroid au CES 2011. Il s’agit du premier autoradio connecté à Internet du marché. Il permet le chargement d’applications diverses pour en compléter les fonctionnali- tés comme : cartographie, météo, détection de radars (modulo les restrictions qui viennent de s’appliquer en France), musique et indication de stations-services et parking les plus proches. Il revenait à la charge dans cette édition avec trois nouveaux modèles. L’Asteroid d’origine est re- baptisé Asteroid Classic. Les nouveaux modèles sont le Asteroid CK, doté d’un écran 3,2 pouces (ci-dessous à gauche), l’Asteroid NAV (ci-dessous à droite) qui comme son nom l’indique in- tègre une fonction GPS de navigation, puis l’Asteroid 2DIN qui comprend un écran plus grand, de 6,2 pouces, le support de plusieurs caméras embarquées dans le véhicule (rangée suivante, à Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 148 / 244
  • 149. gauche) et une télécommande avec plus de boutons. Enfin, Parrot propose toujours son kit de développement permettant à des ensembliers d’intégrer la technologie Asteroid dans leur produit en marque blanche (seconde rangée à droite).L’ensemble tourne avec un System on Chip à base ARM créé spécialement par Parrot. Mais Parrot n’est pas seul. Il est déjà imité par des alter-ego Chinois qui proposent des systèmes embar- qués sous Android. Reste à savoir avec quelle infras- tructure logicielle. Et ça, la documentation chinoise ne le précise pas. Sur le stand de RIM (BlackBerry), on pouvait décou- vrir la plateforme applicative CAR2 de QNX basée sur HTML5 qui permet aux développeurs de person- naliser les applications et services pour leurs systèmes embarqués. Le système était démontré sur une Porsche Carrera. Il s’agit pour être plus clair d’un « framework » permettant de développer des applications portables… tant que son run-time est disponible sur la plateforme cible. Le run-time intègre un Webkit. Les applications développées peuvent fonctionner de manière connectée ou déconnectée.Autres services et outilsBeaucoup d’outils d’avertisseurs de radars… mais qui sont moins en vogue en France depuis leurinterdiction par décret du 4 janvier 2012 et sont devenus des « assistants d’aide à la conduite ».Chez Cobra Electronics et son iRadar System qui fonctionne en mode communautaire, les utilisa-teurs pouvant signaler facilement un radar qu’ils croiseraient sur leur route. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 149 / 244
  • 150.  Le marché américain regorge de détecteurs de radars. Ils ne sont pas interdits comme en France depuis quelques semaines. Le système Escort est un mini détecteur de radar fonctionnant en Bluetooth et exploitant des données UGC (user generated content). LiftMaster est un système qui permet d’ouvrir sa porte de ga- rage avec son iPad ou son iPhone. Pourquoi pas… Intérieur et tableau de bord de voiture sont personnalisables chez Chrysler. La personnalisation est réalisée par un designer utilisant une tablette grand format de chez Wacom. Le grand règne de la personnalisation et du marketing 1 to 1 est passé par là ! Mais on est déjà habitué à cela dans l’industrie auto- mobile. iOnRoad est une application iPhone d’origine israélienne qui sert à éviter les collisions. Elle utilise la caméra de l’iPhone pour les détecter. Il faut juste installer l’iPhone avec une fixa- tion sur le pare-brise pour que cette caméra pointe dans la bonne direction. Prolifération de rétroviseurs intelligents, dont celui de Rydeen. Il intègre un miroir classique qui s’obscurcit si la vue arrière est trop lumineuse, un microphone Bluetooth relié à votre smart- phone, et un écran contenant un système de navigation GPS pouvant aussi afficher l’image d’une caméra placée à l’arrière du véhicule. Le système exploite aussi le service GuidePoint qui permet de retrouver son véhicule, qu’il soit volé ou que l’on soit perdu. Documentation PDF ici. On trouve aussi une borne AirPlay/DLNA pour la voiture comme la Kivic One Wireless Entertainment Gateway. Elle se connecte à l’autoradio par un câble standardisé et permet d’y écouter la musique qui vient de vos iPhone et autres mobiles, grâce au réseau Wifi créé pour l’occasion. Cela remplace les horribles kits d’émission/ réception de signal audio sur bande FM qui ne marchaient jamais correctement. Le boîtier com- prend aussi une sortie HDMI au cas où. On trouvait aussi au CES 2012 des amplificateurs du signal pour la réception mobile 2G/3G/4G.Accessoires mobiles divers Commençons ce tour d’horizon par une technologie originale présentée sur le stand de Casio, le « Visible Light Communication » aussi appelé « LiFi ». Elle permet d’envoyer un signal nu- mérique d’un objet à l’autre en passant par de la lumière modulée émise par une ou plusieurs Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 150 / 244
  • 151. LED. Un peu comme de la fibre optique, mais sans fibre ! La modulation n’est pas perceptible par l’œil humain. Une sorte d’équivalent en plus simple du Bluetooth. Les scénarios imaginés sont divers et tournent le plus souvent autour des smartphones, pour recevoir des informations sur une boutique (ce qu’elle contient, promotions), sur les gens (leurs coordonnées, en opt-in évidemment) ou le prix d’un produit. On se dit « pourquoi pas »… ou bien que les ingénieurs de Casio et surtout leurs marketeurs fument parfois un peu trop la moquette. On l’avait vu les an- nées passées avec leurs fonctionnalités de création de versions « peinture » des photos prises avec leurs compacts. Mais c’est du sérieux. Il y a même un standard sur la modulation de la lu- mière pour émettre des données binaires, le IEEE 802.15.7. Cf également cette intervention de Harald Hass à TED en juillet 2011. AnyMode est une société d’accessoires dédiée aux produits mobiles de Samsung : Galaxy et Galaxy Tab. Ça change des accessoires pour iPad et iPhone ! Explication : la boite est coréenne ! Une oreillette Bluetooth originale chez AZECA (Atlanta). Le boitier se clipse sur votre épaule, par exemple sur votre col de chemise, et vous pouvez tirer l’oreillette par son fil rétractable pour la mettre sur votre oreille, ce uniquement lorsque vous recevez un appel sachant que le boitier contient un vibreur pour vous alerter. C’est censé éviter la fatigue de votre oreille et d’éviter d’avoir l’oreillette dedans en permanence. Un carrousel de filtres et de lentilles spéciales pour Galaxy II chez Holga (ci-dessous). Ça fait un peu plus cheap que les accessoires photo pour iPhone ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 151 / 244
  • 152.  Des coques design pour transformer les smartphones LG en montres, les Spectrum. La classe ! Des chargeurs en libre-service GoCharge. Pas nouveau, mais curieux que cela ne se développe pas en France dans les lieux de passage. Peur du vandalisme ? FXI Technologies et son PC le plus petit du monde qui tient dans une clé USB avec une sortie HDMI. Il ajoute par exemple une connexion Internet à une TV non connectée, via la sortie USB. La clé contient un processeur ARM complété d’un GPU à quatre-cœurs ARM Mali. Il est Wifi et Bluetooth. Il contient 1 Go de RAM, exten- sible par carte microSD. Il tourne sous An- droid ou Ubuntu. L’entrée USB sert à l’alimentation ou bien à être connectée à un périphérique de stockage externe. Dans ce cas-là, c’est ce périphérique qui va l’alimenter. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 152 / 244
  • 153. JeuxCette rubrique sera survolée assez rapidement. La « Gaming Zone » du CES 2012 comprenait pleind’accessoires divers, dont quelques nouveautés valant le détour, que voici que voilà.Le monde du jeu est particulièrement affectépar le virus de la commande gestuelle, avec laWii et surtout la Kinect de la XBOX 360 quifait un tabac. La technologie de Sony à based’une boule blanche (PS Move) semble biendépassée par rapport aux deux premières. Laconsole de jeu est ainsi l’un des rares domainesoù Microsoft a réussi ses paris dans le grandpublic.Le marché se diversifie avec de plus en plus deconsoles portables, des jeux sur les autres de-vices, notamment dans les smartphones et les tablettes sans compter les TV connectées et le PC quicontinue d’être de loin le plus polyvalent, puissant et ouvert des produits numériques pour le jeu.Zynga, Farmwille, AngryBirds sont bien connus mais pas grâce aux consoles de jeux. Et une grandepartie des applications pour Facebook sont des jeux dans ce que l’on appelle le « casual gaming ».Cela impacte l’industrie des jeux de manière durable sur leurs prix, orientés résolument à la baisse.ConsolesVoici un petit tour d’horizon des quelques nouvelles consoles de jeu apparues en 2011. Elles sontsurtout mobiles. La Nintendo 3DS Handheld est apparue en 2010. Ce qui est étonnant est qu’elle ait été commandée à 5000 exemplaires par le Musée du Louvre pour accompagner les visiteurs. Elles rem- placeront les audioguides à l’ancienne. La Nintendo contiendra ainsi un guide interactif et 3D du musée avec des parcours adaptés en fonction de l’audience, comme les enfants. La Nintendo Wii U avec son contrôleur en forme de manette- tablette a été présentée à l’E3 de Los Angeles en juin 2011 mais ne sera pas disponible avant mi 2012. Mais des problèmes de mise au point pourraient retarder cette échéance. Cette nou- velle console de salon est dotée d’un écran tactile de 6,2 pouces, d’une caméra, d’un accéléromètre, de haut-parleurs et la manette de jeu est intégrée. La console devrait être HD ce qui n’était pas le cas de la Wii. Dans la même veine, l’accessoiriste Razer présentait un proto- type de tablette Fiona intégrant sur ses côtés deux manettes de jeux. Le principe consiste à utiliser l’accéléromètre et le gyros- cope intégré dans la tablette. Elle ajoute un système de retour de force, probablement avec une sorte de vibreur intégré. Détail original : elle tournera sous Windows 8. Elle est donc destinée aux « PC gamers » qui souhaitent bénéficier d’une nouvelle expérience de jeu. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 153 / 244
  • 154.  La Sony PS Vita, ex NGP à 249 Euros est une petite console portable dans la lignée de la PSP. Elle compatible avec le PS Move, le globe lumineux qui permet la détection de mouve- ments dans les jeux avec les PS3. La Sony Xperia Play est quant à elle un smartphone sous An- droid dotée d’un gamepad intégré coulissant, lancé au MWC 2011 après le CES 2011 et vendu plus de 300€ en France ou in- tégré dans les offres d’opérateurs mobiles comme Virgin Mo- bile. Il est équipé d’un processeur Snapdragon Qualcomm mo- nocœur . Encore un produit hybride « crossover » de plus ! Il a beau être sous Android, il manquerait de jeux adaptés et serait donc plutôt une déception.De son côté, le dashboard de la XBOX 360 évolue. Il a adoptél’interface métro commune avec Windows Phone 7 et le futurWindows 8. Il a été diversement apprécié comme tout changementd’interface utilisateur. Il sert aussi de base au développement desinterfaces d’accès aux contenus télévisuels proposés par de nom-breux opérateurs télécoms et médias dans le monde (Canal+,Orange et M6 en France).AccessoiresVoici quelques accessoires de jeu découverts avant ou pendant le CES 2012 : Gametel propose un gamepad, une manette de jeu sans fil qui transforme un smartphone Android en petite console de jeu portable. Elle fera ressembler votre smartphone à un Sony Xpe- ria Play. Ion propose une solution voisine avec son iCade- Mobile, ci-dessous, mais pour iPhone. Ce volant plein de boutons chez Thrustmasters est une ré- plique de celui de la Ferrari F1 2011 dénommée Integra T500. Tout y est, y compris 25 boutons de contrôle. Le volant fonc- tionne à la fois avec une PS3 et sur PC. Cependant, ce n’est que le volant, vendu à 100€. Il faut lui adjoindre le cockpit qui va avec et est vendu 500€ et sur PC, il vaudra mieux avoir une configuration bien gonflée avec une carte nVidia de compéti- tion. La Ferrari, ça se mérite ! Comme leur nom l’indique, les « Inflatable Cars for Nintendo Wii » de CTA sont des petites voitures gonflables pour jouer avec sa Wii. Et elle ne coûte que $30. A préférer donc au vo- lant Ferrari précédent pour les parents soucieux de leur bud- get ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 154 / 244
  • 155.  Cette souris tordue et en métal chez Mad Catz, la Cyborg MMO 7 est dédiée aux jeux type World of Warcraft et Lord of the Rings et on peut paramétrer dessus jusqu’à 78 actions via 13 boutons, un switch à trois positions et un autre à deux posi- tions (ouf, car 13*3*2 fait bien 78). La souris comprend même un petit trackpad dit « 5D button » ainsi que des LED de cou- leur réglable pour l’éclairer de l’intérieur qui donnent des indi- cations sur l’usage des boutons. Elle s’ajuste aussi en longueur pour votre main d’où le bouton de réglage au milieu. On peut aussi changer le repose main, trois modèles étant fournis avec la souris. Au passage, c’est une souris de précision de 6400 DPI utilisant deux lasers. Le prix n’est pas encore annoncé. La plateforme de jeu Arena du français ePawn est une véri- table nouveauté. Techniquement, c’est un écran qui détecte la position, l’orientation et la hauteur de dizaines de pions posés dessus. C’est un périphérique connecté en USB et HDMI à une tablette, un smartphone ou un PC sur lequel tourne un jeu de société. Le réalisme des jeux et la rapidité de réaction de l’écran au mouvement des pions sont sidérants. Une nouvelle catégorie de jeux de société va pouvoir naître grâce à ce produit très innovant15. Lancé fin 2011, le GameChanger Games Board for iPad est une sorte de plateau de jeu pour iPad vendu $80, d’origine hol- landaise. L’iPad se clique dedans et le board détecte par la pression l’appui sur différentes zones du plateau et quatre pions fournis dans le package. Le procédé n’est pas expliqué (RFID ?). Il y a un « skin » du board pour chaque jeu. Le pro- duit est livré avec quatre skins/jeux. Et notamment Magic School Bus de Scholastic qui rappellera des souvenirs à cer- tains. L’histoire n’indique si l’identité des pions est détectée par le plateau de jeu. Cela n’a pas l’air d’être le cas, donc l’application iPad est un peu aveugle sur ce qui se passe réel- lement sur le plateau ce qui est un peu intrigant. Parrot lançait au CES 2012 son AR-Drone 2.0, une nouvelle version qui arrive deux ans après le lancement de la première au CES 2010. Elle apporte comme nouveauté une caméra HD 720p et une évolution de son logiciel de pilotage disponible sous iOS et Android pour smartphones et tablettes (AR FreeFlight 2.0). Celle-ci permet d’enregistrer les vidéos prises par le Drone et de partager les données de vol. Autres nouveau- tés intégrées : la détection de formes dans le logiciel de pilo- tage, un capteur de pression, de nouvelles hélices plus effi- caces, un magnétomètre permettant un repérage par rapport à lappareil de contrôle (smartphone, tablette). Le prix reste in- changé, à $300€. On attend les chiffres de vente de l’AR Drone qui devraient être rendus publics en février 2012 dans la publi- cation des résultats financiers de Parrot. On peut compter sur au moins 200000 unités.15 Plus de détails sur ePawn ici : http://www.oezratty.net/wordpress/2012/epawn-et-sa-plateforme-de-jeu-arena/. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 155 / 244
  • 156.  Vu cette mallette pour XBOX 360 comprenant un écran plat 720p chez Gaems. Dénommée « XBOX 360 Travel Case », elle permet d’embarquer tout ce qu’il faut pour jouer avec sa XBOX. Petit détail : ils ont oublié la place pour les manettes de jeu dans la boite ! Bon, pour $250, il ne faut pas se plaindre ! Découvert ce siège de jeu très réaliste chez nVidia proposé par VRX Simulators, le iMotion. Il y a non seulement trois écrans fonctionnant en 3D mais la position des écrans est réglable tout comme celle du siège. Il est doté d’un système Bose à 5 en- ceintes. L’ensemble est installé sur des pistons du canadien D- BOX pour créer à la fois mouvements de roulis et tangage et aussi des vibrations type infrasons. Les Immersive Motion BLE/Smart Motion Sensors de Aiken Labs sont des capteurs Bluetooth de mouvements neuf axes. Ils fonctionnent avec des jeux Android et plus tard avec iOS. Visi- blement, ces capteurs sont faits pour être fixés sur des objets tels que des épées, pour ajouter du réalisme aux jeux. Pour la seconde année consécutive, on pouvait admirer les balles robot de Sphero de Orbotix au CES. L’année dernière, elles étaient à l’état de prototype. Maintenant, c’est un produit vendable. Elles se pilotent avec un des jeux disponibles sur smartphone : iPhone ou Android. Notamment un jeu de golf. Pour tricher… noter que la balle se recharge par induction. Pas de câble, pas de prise ! Elle est vendue $130. Orbotix est une startup du Colorado créée début 2010 qui a levé $6m.Voilà, c’est terminé pour les gamers. Passons aux choses plus sérieuses maintenant ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 156 / 244
  • 157. LifestyleCette rubrique comprend tout ce qui ne rentre pas dans les autres. Avec des produits liés à la viecourante, par tranche d’âge, pièces de son logis, et pas forcément liés au numérique. J’y intègre éga-lement tout ce qui concerne les greentechs, la domotique et les robots. Le parcours est loin d’êtreexhaustif. Comme pour le reste de ce rapport, je me focalise sur ce qui m’a semblé plus ou moinsnouveau cette année au CES 2012 ou dans l’actualité. Vous pouvez à loisir consulter les précédentsrapports du CES si cette rubrique vous intéresse.Tranches de viePour les enfantsAu-delà des jeux que nous avons déjà vu, certaines sociétés cherchent à adapter des produitsclassiques pour les enfants en bas âge.C’est le cas de la TellyBear, une tablette de 8 pouces pour les enfants. Elle est positionnée sur desusages adaptés aux enfants : la visioconférence avec les parents, la lecture et le jeu. L’objet vient deTaïwan. Je ne serais pas étonné que l’engin fonctionne sous Android, mais la littérature ne le men-tionne pas et le produit est préchargé avec des histoires. Il semble que GrimmPress qui en est àl’origine soit un éditeur de contenus. Ceci explique donc cela.La Genius Kids Designer (ci-dessus à droite) n’est pas une tablette interactive tactile contrairementaux apparences. C’est plutôt une tablette Wacom pour les enfants, servant d’interface à des logicielsde dessin sur PC. C’est vendu moins de 40€ et ilne faut donc pas en attendre des miracles.Le site web Android4kidz permet de téléchargerune application gratuite pour Android qui va gui-der les enfants dans un univers ludique et éduca-tif. C’est un peu comme ces navigateurs pourenfants qui circonscrivent leur parcours sur Inter-net à ce qui est censé les concerner. C’est un peula même chose, mais pour les tablettes tournantsous Android. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 157 / 244
  • 158. Samsung sortait au CES 2012 un Baby Caremonitor. Ce n’est qu’une simple webcam wifique vous pouvez fixer au mur pour surveiller àdistance ce que font vos enfants (jusqu’à cequ’ils la cassent ou la hackent). Il faut tout demême prévoir le fil d’alimentation venant d’untransformateur extérieur. A moins que vous nelui fassiez traverser le mur chez vous ! Petit dé-tail : la caméra est équipée d’une LED infra-rouge permettant de filmer la nuit votre chérubinqui dort. Elle est aussi équipée d’un micro etd’un haut-parleur, donc vous pourrez même luiraconter une histoire pour l’endormir. A distance. Le tout pour $149. C’est beau les parents du21ième siècle !Produits pour les seniorsPassons de l’autre côté de l’existence avec les produits pour senior. Comme il y en a proportionnel-lement plus que les enfants dans les pays dits développés, il y a plus de produits qui leur sont adap-tés. Mais nous n’en allons pas faire le tour pour autant.Le premier est de Zomm, une société de l’Oklahoma, vue au CES Unveiled,qui propose un petit appareil Bluetooth relié à son smartphone. Celui-cipermet d’appeler un service de secours en appuyant sur un seul bouton. Onatterri alors sur un service de concierge qui sait alors qui prévenir et traiterles principaux cas d’urgence. Cela cible les gens anxieux ou ayant des pro-blèmes de santé. Problème : le Bluetooth, ce n’est pas ce qu’il y a de plussûr ! Qui surveille le bon fonctionnement du Bluetooth ? Le concierge ?Le second est un téléphone pour seniors vu chez Emporia. Rien de nouveau,vraiment rien. Ce qui est marrant est de découvrir son alter-ego très similaire vu chez Enjoy Group,une société de Hong-Kong qui exposait au Hilton. Il est très possible que le Emporia soit une ver-sion personnalisée et haut de gamme fabriquée par la même usine que celle de l’exposant chinois.Le CES a ceci de particulier que l’on peut découvrir les marques et leurs propres usines dans lemême salon ! Fascinant, non ? Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 158 / 244
  • 159. Lieux de viePassons les pièces de la maison une par une et ce que l’on peut y mettre qui n’a pas été déjà abordédans les rubriques précédentes.SalonVu ces cadres d’écrans pour TV design chez Art Motion, une société située en Floride et ce n’estpas par hasard. Ils ciblent les maisons de retraités aux USA, nombreuses… en Floride ! Plusieursmodèles sont proposés : le premier qui s’installe au-dessus d’une TV déjà posée au mur, le secondqui remplace un système d’attache existant et dans lequel on place la TV et enfin, une version deluxe dotée de 10 haut-parleurs dans les deux fenêtres persiennes. Bon, c’est très kitch et il en fautpour tous les goûts, surtout aux USA !CuisinePar contre, là, il y a de quoi se mettre quelques innovations sous la dent.Commençons, cocorico oblige, par lessolutions du français QooQ qui exposaitpour la première fois avec un très beaustand dans le South Hall ainsi que sur leCES Unveiled. La startup de Jean-YvesHepp commercialise à la fois une ta-blette dédiée à la cuisine qui résiste àtout et propose des contenus adaptés quisont aussi disponibles sur les tablettesdu marché comme l’iPad.Ce sont des recettes de cuisine réaliséespar des cuisiniers de renom et filméesdans les propres studios de la société. Ily en a déjà 3500 ! Le tout étant complé-té de 250 vidéos sur les techniques de base de la cuisine, des fiches sur les ingrédients et sur le vin.Le logiciel de navigation dans les recettes est très bien fait. Sur le CES, QooQ montrait la versionTV connectée de son application sur TV Samsung. Les autres marques de TV seront égalementsupportées. La tablette de QooQ est entièrement fabriquée en France. C’est dans l’air du temps. Lescontenus sont disponibles dans des formules d’abonnement, le top étant l’abonnement annuel à 99€. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 159 / 244
  • 160. QooQ n’est évidemment pas seul sur ce créneau. Onpeut noter le Netchef Kitchen Recipe de Sungale. Ils’agit aussi d’une tablette, de 8 pouces, mais installéedans un dock imposant et chargée avec 500 recettes decuisine. Le contenu pouvant bien entendu être mis àjour grâce à la « technologie du cloud » sur Internet. Ladisponibilité est prévue pour août 2012, pour $320.Comme on est bien chauvins, on va dire que ça fait tocet que c’est moins bien que la solution de QooQ.LG et Samsung démontraient sinon comme d’habitude depuis de nombreuses années leurs réfrigé-rateurs à écrans « intelligents » sur le CES. Ce sont des « Smart Fridge » dans la lignée des « SmartTV », dotés d’écrans tactiles de format allant du 5 au 9 pouces selon les modèles. Sont-ce toujoursles mêmes démonstrations ? Non, elles évoluent d’une année surl’autre. Est-ce que ces frigos vont suivre votre consommation demayonnaise pour commander le pot qui va bientôt manquer survotre site de vente en ligne ? Pas vraiment, mais on n’en est pasloin.Chez LG, l’écran vous propose des recettes en fonction de ce quele frigo contient voire de vos contraintes alimentaires. Il suit aussila date de péremption des aliments qu’il contient. Comment fait-il ? Vous scannez votre ticket de caisse avec votre smartphone, ethop, par magie, cela met à jour la base de ce que le frigo contient.Cela me rappelle la startup Skerou de la première saison de LeCamping. Ça sent la démonstration qui n’est pas facile à répliqueren pratique ! LG vous propose aussi de refroidir en cinq minutesune canette de soda grâce à de l’air pulsé et un système qui se-coue la canette. Chez Samsung, on propose de regarder la TV devotre set-top-box du câble sur l’écran du frigo. Ce qui n’est pasvraiment lié à la fonction de base du frigo, mais tout à fait àl’American lifestyle !Les fabricants d’électroménager rivalisent sinon d’imagination pour faire baisser la consommationd’énergie de l’ensemble de leurs appareils électroménager, modulo celle de l’écran qui est rajouté.C’est le cas de Haier qui mettait en évidence des gains importants et se focalisait moins sur les« Smart Truc ». LG propose aussi le suivi de sa machine à laver à distance avec son smartphone,qui envoie un SMS quand la lessive est terminée. Les objets connectés se généralisent, y comprisdans la cuisine ! Les frigos coréens intelligents sont vendus au minimum à $3000. Il y a probable-ment plus d’avenir aux solutions indépendantes comme le QooQ ou les supports de stockage d’iPadpour placards de cuisine que nous avons déjà vus. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 160 / 244
  • 161. Ce n’est pas numérique du tout, en apparence tout du moins :Thermador présentait la Freedom Induction Cooktop, uneplaque de cuisson à induction où l’on peut poser ses casse-roles n’importe où. Pratique en effet. Reste à savoir si c’estefficace d’un point de vue énergétique. Au passage, la plaqueest dotée d’un écran tactile couleur de 6 pouces pour être pilo-té. Il indique où se trouvent les casseroles placées sur laplaque. On n’en attendait pas moins ! Ça sera à $5K. Aïe !Enfin, ce n’est pas plus numérique mais j’adore. Cet Eggiesétait présenté dans une émission de téléachat qui servait dedémonstration sur le stand de Samsung. C’est un petit réci-pient en plastique dans lequel on verse le contenu d’un œufentier et qu’on le fait ensuite cuire à l’eau. Cela donne un œufdur très facile à démouler. Génial non ? Comme je ne visiteplus la Foire de Paris depuis longtemps et sa zone des gadgetsde cuisine, cela existe peut-être depuis longtemps et m’avaitdonc échappé. $10 pour les six Eggies ! C’est du plastique !ChambreDécouvert ces lits télécommandés de iComfort. C’est nouveau ? Non, pas du tout ! Je vous les metsjuste pour la mascotte !On passera rapidement et discrètement sur les sex toys féminins du suédois Lelo, dont les expo-santes m’ont alpagué à la vue alléchée… de mon badge rouge « Presse ». La particularité de cesengins est de fonctionner en Bluetooth pour leur commande. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 161 / 244
  • 162. Ils vibrent en fonction de l’orientation et du mouvement de la télécommande. On n’arrête pas leprogrès dans les plaisirs solitaires… ou pas ! Petits et grands modèles disponibles, selon les besoins.ToilettesSuite logique, avec ces toilettes japonaises de chez l’américain Brondell, les Swash 1000. C’est unproduit d’after-market qui s’installe sur des WC classiques. Il faut juste une prise de courant et unearrivée d’eau. Le système comprend toutes les fonctions des WC japonaises, avec réglage del’arrosage du derrière, de la température de l’eau et aussi le séchage à l’air chaud, bien pratique.En effet, une fois que vous avez le derrière tout mouillé dans ces WC japonais, le PQ n’est pas bienpratique pour se sécher ! J’en ai fait l’expérience au Japon ! Le tuyau d’arrosage de l’engin est aussiréglable pour une fonction bidet destinée à la gente féminine, et notamment pour les femmes en-ceintes, pendant leurs règles ou celles qui sont « sexuellement actives » (selon la brochure, bienve-nue aux USA, le pays de la communication explicite !).Le produit est bien compact et plutôt bien designé. L’histoire ne dit pas si on peut le piloter avecson iPhone. Peut-être faudra-il attendre sa version 2 ! La version Ecoseat 100 d’entrée de gammes’alimente juste avec la pression de l’eau et ne nécessite pas d’alimentation électrique.Chez ce même Brondell, on trouve une autre lunette de WC qui intègre un système de désodorisa-tion intelligent qui s’active une fois une personne assise dessus et qui pompe les mauvaises odeurs àla source. Malheureusement, ce système n’est pas intégré dans les Swash ! Et on ne peut pas super-poser deux lunettes l’une sur l’autre. Trop bête ! Allez, pour comprendre et bien rigoler, visionnezcet hilarant extrait du dessin animé Cars 2 sur les WC japonais.Notons que comme pour les téléphones destinés aux seniors, les chinois s’y mettent aussi. D’où cevague équivalent chinois du Swash vu au Hilton, mais de moins bonne facture. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 162 / 244
  • 163. GarageChez Lift Master, on peut contrôler sa porte de garage avec son iPad. Fallait y penser ! Il y avaitmême aussi une solution pour piloter l’arrosage de son jardin, toujours avec une application iPad.BureauJ’ai aussi découvert ce système de rangement de dossiers RFID hallucinant de iMicroData Corpo-ration, dénommé iMD Smart Filing System. L’inventeur est chinois, la boite américaine et elleavait sur son stand son avocat en propriété intellectuelle. Logiciel pour indiquer que l’on va classerun dossier. La pochette contient un composant NFC. Celui-ci est encodé. Le dossier est ensuite pla-cé dans un tiroir de rangement.Quand on le cherche, on le demande au logiciel et alors, une LED du bon tiroir s’allume et une LEDsur le dossier dans le tiroir. On le retrouve directement, quel que soit l’ordre de rangement dans les Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 163 / 244
  • 164. tiroirs. Astucieux mais un peu compliqué. Il y a un PC au-dessus du meuble de rangement. Cela n’apas l’air bien scalable même si le système peut théoriquement gérer jusqu’à 530000 dossiers. Apartir d‘un certain nombre de dossiers, il faut prévoir une grosse LED pour éclairer la zone ou lapièce où il se trouve !Usages diversSanté et fitnessIl y avait comme chaque année pléthore de solutions dans ce domaine au CES 2012. La santé est unenjeu économique énorme aux USA, notamment au niveau préventif. Les assurances privées sonttellement chères que les américains sont prêts à dépenser pour maintenir leur forme. Le vieillisse-ment de la population y est aussi pour quelque chose dans le développement de ces solutions.Ce marché n’est cependant pas une sinécure comme en témoigne l’arrêt de l’activité de GoogleHealth début 2012. Microsoft Health Vault reste en lice, aux USA. Malgré tout, il y a de plus enplus de solutions qui associent des produits matériels et des services en cloud. Elles se développentavec la multiplication des solutions de capteurs miniaturisés permettant notamment de mesurer lapression (donc le pouls ou le poids) et les mouvements (donc la dépense énergétique).Voici un petit inventaire des solutions présentées au CES 2012 :BodyMedia mesure de la consommation de calories parvotre corps. La solution est très connue et visible. Elleexploite un bracelet de mesure couplé à une applicationpour smartphone. Le tout est commercialisé avec unabonnement. Le bracelet contient un capteur de tempé-rature, du pouls, de la sueur et du nombre de pas. Ilpermet de mesurer les calories brûlées. L’utilisateurpeut enregistrer ce qu’il mange pour identifier les calo-ries ingérées. Le tout avec un support d’iOS et Androidvia Bluetooth.Fitbit a l’air de faire la même chose pour le suivi del’activité physique et sportive quotidienne. Les donnéessont téléchargées en wifi sur le site Internet du servicelorsque l’utilisateur est proche de la station d’accueilbranchée sur son PC. Le logiciel qui suit l’activité phy-sique donne ensuite des recommandations d’activités àpratiquer pour maintenir le rythme et la forme.Le suivi de la glycémie pour les diabétiques génère tout un tas d’initiative notamment liées àl’iPhone. Plusieurs solutions sont disponibles : un lecteur de glycémie miniature qui se connectedirectement à un iPhone par sa prise d’alimentation et interagit avec une application associéecomme l’iBG*Star. Ou l’équivalent, connecté sans fil à l’iPhone en Bluetooth comme celui demyglucohealth qui était exposé au CES 2012. Le sans-fil est probablement plus approprié. Les lec-teurs de glycémie AccuCheck Nano ont quant à eux un lecteur infrarouge optionnel connecté enUSB au PC ou Mac, pour récupérer les glycémies dans un logiciel web associé. La question est desavoir si les glycémies sont ensuite partagées ou non avec les diabétologues. C’est ce que proposeTelcare avec son lecteur de glycémie qui ressemble à un smartphone et est doté d’un écran couleuret d’une connexion data cellulaire. Le lecteur est à $150, ce qui est plus cher que les lecteurs tradi-tionnels qui sont à moins de $100 voire $50. La batterie est à recharger tous les mois. Contrairementaux piles qui durent des mois dans les lecteurs traditionnels. Le « smart » a donc un prix dansl’autonomie ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 164 / 244
  • 165. Les droits d’accès aux données sont contrôlés par lepatient. Reste à savoir si les diabétologues peuvent oudevraient suivre au jour le jour ces tableaux. Le principedu suivi du diabète est de favoriser l’auto surveillance,pas de développer une dépendance vis à vis des diabéto-logues. Ces outils basés sur le cloud sont donc superfé-tatoires pour la plupart des patients. Ils sont adaptés auxpatients qui se suivent mal d’habitude. Mais les outilsde ce genre ne changent pas forcément les mauvaiscomportements de patients qui se laissent aller.Segterra propose son service InsideTracker qui associe une prise de sang tra-ditionnelle réalisée dans une clinique deleur réseau avec l’analyse des résultatsdans leur site web sécurisé. Les donnéescomprennent des bilans lipidiques, glycé-miques, minéraux et vitaminiques.L’application vous propose alors des ob-jectifs de progrès, notamment en matièrede nutrition. Et de mesure le résultat avecde nouvelles prises de sang. En gros, lelogiciel vous raconte en détail ce que vousraconte d’habitude votre médecin généra-liste et que vous ne comprenez pas !Bref, ce service est une sorte d’évolutiondu business model de la prise de sang.Magellan, un autre acteur du GPS, présentait son GPSdestiné aux sportifs pour mesurer leur rythme d’activitéet tout le toutim. Le exPlorist est à $129. Mais bon, ontrouve ses fonctionnalités dans nombre d’applicationspour iPhone. A quoi bon s’embarrasser avec un devicede plus ? Bon, certes, l’appareil est waterproof.La Motoactv de Motorola est une montre GPS dédiéeau fitness qui suit votre activité, votre rythme cardiaquetout le toutim. Elle sert aussi de DJ via sa fonction deplayer MP3. Elle est compatible avec les périphériquesinterfacés en ANT+ comme les vélos d’appartement (cfexplications sur ce standard ANT+ dans le Rapport CES2011 ou dans le glossaire). Pour $250. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 165 / 244
  • 166. Withings présentait au CES 2012 sa balance pour bébé connectée à Internet, quatrième objet con-necté du français après la balance pour adultes, le tensiomètre et le baby care system. La balance estWiFi, Bluetooth et Bluetooth Smart (Bluetooth Low Energy). Le tout est évidemment combiné àune belle application iPhone. Ils annonçaient aussi la solution Health Cloud qui stocke dans lecloud vos données de santé et s’intègre avec les produits de Withings et les logiciels tierce-parties.40 services font appel aux APIs de Withings et représenteraient 40 millions d’utilisateurs.Tanita sort un BC Ironman Radio Wireless SegmentalBody Composition Monitor (plus court tu meurs…). Unappareil qui mesure la composition du corps (poids,masse graisseuse, eau, os, muscles) pour chaque partiedu corps : les membres et le torse, avec huit électrodes.Pratiquement, c’est une balance qui est dotée de deuxpoignées que l’on tient avec chaque main. Elle est utilenotamment en cas de rééducation de membres pour réé-quilibrer le corps. Elle communique avec l’extérieur viale protocole ANT+ que nous avions vu dans le RapportCES 2011 et qui est exploité par d’autres appareils dansl’univers médical/fitness et notamment les montresGarmin.iHealth sort une balance connectée en Bluetooth, sorte de me-too de celle de Withings. Mais pas deWifi par contre. Le tout connecté à une application. Le systèmesemble cependant moins ouvert que celui de Withings.Zensorium présentait Tinké (ci-dessus à droite), un dongle pouriPhone qui calcule un score de « bien-être » mesuré après avoirappuyé le doigt dessus pendant une minute. Cela doit mesurer lepouls. Dans la lignée, Basis propose une montre à capteurs mul-tiples qui suit les battements de cœur et d’autres paramètres telsque la consommation de calories liée aux mouvements (grâce àun gyroscope et accéléromètre).Somnologic et son « Sleep Infuser », un système de suivi et dé-clenchement du sommeil. Il produit un son d’ambiance (pluie,vent, etc) qui s’estompe progressivement pour aider les insom-niaques à s’endormir. C’est parait-il le résultat de longues annéesde recherche. Pourquoi pas !Gear4 “Renew SleepClock” audite votre sommeil et vous en faitun compte-rendu dans votre smartphone ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 166 / 244
  • 167. Audax propose un système de suivi de santé et de la forme qui s’appuie sur un réseau social de pa-tients affectés des mêmes troubles de santé. La société est basée à Washington DC, ce qui n’est pasétonnant. Un grand nombre de sociétés du secteur de la santé sont situées dans la région.Plus original, le podomètre de Strriiv est associé à un système de donation à des organisations cari-tatives basées sur les résultats du coureur.PixelOptics lance en production ses lunettes emPower à focale variable contrôlées électronique-ment. Les prototypes avaient été présentés en 2011. Elles sont disponibles chez 1000 opticiens auxUSA. Mais comment ça marche au juste ? A creuser.Vu ces étranges lunettes chez 4iii qui affichent des LED de cou-leur en dessous du verre pour donner des indications programméesà l’utilisateur. C’est une sorte de viseur tête haute pour les athlètesqui leur fournit les informations nécessaires sur leur rythme. Unpeu tiré par les cheveux !Côté ouïe, j’ai découvert cette caméra belge pour faire des prothèses auditives chez Lantos Tech-nologies (ci-dessus à droite).Enfin, on pouvait voir ce Proton de la société Ion Torrent, un analyseur d’ADN (semiconductorsequencer) sur le stand de Scientific American. Ce séquenceur ADN décode votre génome en unejournée et pour $1000 avec tout cela com-porte comme implication dans la détection depathologies et terrain génétique favorable oupas. Il fonctionne avec un capteur CMOSvoisin de celui d’un appareil photo capablede décoder 660 millions de génomes en unejournée. Comment ça marche ? Assez com-pliqué à comprendre et à expliquer. Ces cap-teurs CMOS ont des transistors à effet dechamps qui détectent la quantité d’ionsd’hydrogènes générés par la polymérisationde l’ADN. On peut mettre un peu plus d’unmillion de ces transistors sur ces capteursCMOS. La machine est vendue $150K.Comme l’impression 3D, encore un truc qui va devenir mainstream dans peu de temps ! Littératuresur la question ici et là. Avec les technologies de big data, ce n’est rien de moins que la guérison descancers grâce à l’analyse génétique et à des traitements ciblés qui est anticipée. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 167 / 244
  • 168. EducationRAS. Oui, je n’ai rien vu dans ce domaine cette année !Mais je n’ai pas forcément bien cherché.FashionSur le stand de Prime Sense, on pouvait bien voir unmannequin tester virtuellement et en temps réel des robessur l’écran d’une télévision. La solution exploite la détec-tion complète du corps par le SDK de Prime Sense, maisle réalisme de la robe était moyen. Cela reste le métierd’éditeurs de logiciels spécialisés.Mais j’ai été plus intrigué par la société Gemoro qui pro-pose au grand public des outils qui sont d’habitude réser-vés aux joailliers professionnels : Un testeur de diamant, qui en mesurant la réflectivité des pierres de déterminer de quelle matière il s’agit. Le résultat s’affiche avec un simple code couleur sur l’appareil : vert ou rouge (ci-dessous). Pour $119. Un modèle plus cher, à $225, per- met aussi d’identifier la moissanite et les saphirs blancs. Le AuRACLE AGT1, un testeur d’or qui détermine le nombre de carats du métal de 6K à 24K ou s’il s’agit de platine. L’appareil semble mesurer la résistivité du métal (ci-dessous à droite). Pour $429. Enfin, divers nettoyeurs de bijoux à ultrasons (dont le modèle rose ci-dessus à gauche). Pour $60. Des modèles plus haut de gamme intègrent le nettoyage à la vapeur et aux ultrasons ($199). Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 168 / 244
  • 169. Tous ces produits sont des outils professionnels dont des versions grand public sont mises sur lemarché pour étendre le business de leur fabriquant. Cela correspond à une période où les foyers sontpeut-être soucieux de la valeur de leurs biens et donc sont prêts à investir pour la mesurer par eux-mêmes.CoutureChez Brother, on peut admirer depuis quelques années leursmachines à coudre dotées d’un écran plat et connectées àInternet, capables d’y récupérer des modèles, notamment debroderie.Cette année, le constructeur présentait pour la première foissa PR1000, un engin permettant de faire de la broderie enmode multi-fils. L’enfin est plein de technologies numé-riques : l’InovaChrome LED Thread Color System, qui dé-tecte la couleur de chaque bobine de fil dans sa position etl’affiche sur l’écran ainsi qu’avec 10 LEDs capablesd’afficher 300 couleurs différentes, l’écran LCD tactile 16x9de 9 pouces, d’origine Sharp et un scanner, le InnovEye, quipermet d’afficher en grand sur l’écran la zone en train d’êtrebrodée. Le système emmagasine sinon 110 modèles stan-dards de broderie préprogrammés. Précisons que l’on peut brancher cette machine sur un PC viaune liaison USB.Brother propose par ailleurs un logiciel qui permet de transformer tout modif scanné en un motifpour la broderie avec cette machine. Cela va de soi !MontresLa montre Im Watch, d’origine italienne, tourne sous une version modifiée d’Android 1.6. Elle estdotée de son propre magasin d’applications, et pour cause, celles-ci doivent être adaptées à l’écran240x240 de la montre. En plus d’afficher l’heure de manière numérique ou dans un cadran, lamontre peut afficher vos informations Facebook et Twitter, gérer vos SMS et appels téléphoniques(via micro et haut-parleur intégrés) et diverses autres applications d’informations (news, météo) enplus de jouer votre musique. D’où vient la connexion data avec l’extérieur ? De votre smartphoneavec qui elle est reliée par Bluetooth. Selon le look, les prix vont de 250€ à 600€. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 169 / 244
  • 170. Il y a aussi des « watch phones » (ci-dessus à droite). La société WIMM propose une véritable pla-teforme de développement d’applications qui repose sur une montre pleine de capteurs.Services en ligne diversQubeey, la société qui veut recréer un Internet à la sauce portail de services, on lui souhaite bonnechance. Elle fonctionne sous la forme d’un widget qui remplace le navigateur et permet d’accéder àtout un tas de services, dont un chat, un search et des fils de news. La startup a été créée en mars2011 aurait 25 collaborateurs, et surtout, déjà un « Executive VP of Entertainment & Strategic Al-liances ». Ça ne me dit rien qui vaille !Le taïwanais Muzee se positionne quant à lui comme le numéro un du « cloud multimédia ». Il pro-pose une application livrée sur une clé USB à $80 qui permet d’accéder à toutes sortes de contenusgratuits sur Internet : 20000 radios, 200000 livres électroniques, 5000 chaînes TV, 350000 vidéos et10000 jeux. Le tout serait-il disponible dans un pays où règne la licence globale ? Non, pas vrai-ment. Le site ne fait que surfer que les contenus gratuits qu’il a référencés. En guise de cloud, ilutilise celui des autres. La solution cible surtout le marché des pays en voie de développement. Letout est aussi associé à une tablette de 7 pouces aux formes arrondies.DiversLe gadget vraiment futile par excellent : le Feedair est un petit afficheur de texte en LED dérou-lante que l’on peut facilement paramétrer avec son iPhone ou son smartphone sous Android. Il y amême une « communauté » d’utilisateurs. On a le choix de quatre couleurs. Pour la carrosserie del’engin, pas pour les messages, tout en LED rouges. La connectivité proposée est le Wifi. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 170 / 244
  • 171. Le Snaptracks Pet Tracker est un GPS pour retrouver votre animal domestique qui se serait échap-pé (ci-dessus à droite). J’en avais déjà vu les années passées.Lucidium et son application iPad qui propose de personnaliser ses objets, en fait, plutôt ses goo-dies : tee-shirts et mugs.Et puis, la visite de ce camion « Twister » dit « Doppler on Wheels » valait le détour, avec radarDoppler et antennes diverses, bourré d’écrans de visualisation, d’une dizaine de e PC et de serveursLenovo pour analyser les ouragans et les tornades. Il est exploité par une association d’une dizainede personnes financée par la NSF (National Science Foundation) du gouvernement fédéral améri-cain. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 171 / 244
  • 172. DomotiqueJe n’ai pas eu le temps cette année de parcourir en détail les stands des standards de connectique endomotique que sont Homeplug, Zigbee et Zwave. C’est là que l’on trouve tout un tas de briques desolutions domotiques pour contrôler sa consommation électrique, son chauffage, ses fenêtres et quesais-je encore.La grande tendance cette année, homothétique àl’ensemble des secteurs est la généralisation des solu-tions de contrôle logicielles construites sur l’iPhone etsur l’iPad voire sur mobile Android (en second choix).Aucun acteur n’y échappe, pas même le leader du mar-ché américain qu’est Control4. C’est aussi le cas deSavants (ci-contre). Cela enlève mécaniquement de lavaleur aux stations de contrôle propriétaires du marchéavec au bout du compte, un impact à terme sur les prixdes solutions.Cette standardisation des solutions de pilotage aura unimpact positif sur le déploiement des solutions de domotique !L’autre évolution concerne les capteurs d’ambiance qui alimen-tent ces systèmes. J’ai pu en découvrir qui fonctionnent de ma-nière autonome chez STMicroelectronics, grâce à une batteriealimentée par l’énergie lumineuse suffisante pour faire tourner unprocesseur ST32 Low Power et ce qui va avec, notamment descapteurs divers : température, accéléromètre, magnétomètre, etc.Le tout émet sous TCP-IP V6 en 6LowPan16 modifié pour êtreencore plus « low power ». Ce sont les premiers objets IPV6communicants et autonomes. Avec plein d’applications domotiques en vue et aussi dans la mainte-nance industrielle.Autre évolution : le design et la simplicité. C’est le cas de Nest et de son thermostat de nouvellegénération qui apprend au fur et à mesure et n’a qu’un seul bouton (ci-dessous à gauche). Un designminimaliste Applesque qui s’explique en partie par le fait que le créateur de la société est un anciend’Apple. Il faut tout de même une alimentation secteur, qui va traverser le mur si c’est là que l’oninstalle la chose. Il communique avec le reste de l’installation domotique en Wifi. Le produit estaccessible en ligne pour $249 et uniquement pour le marché US pour commencer.16 IPv6 LoW Power wireless Area Networks Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 172 / 244
  • 173. Belkin annonçait de son côté une série d’accessoires sous la marque WeMo (i) combinant un détec-teur de mouvements et un interrupteur à distance contrôlable en WiFi et avec une application poursmartphones. Rien de bien nouveau si ce n’est que ces accessoires sont bon marché, aux alentoursde 40€ à 60€ chacun, l’application smartphone pour les piloter étant gratuite.RobotsOn croise toujours des robots au CES, mais pas tous. Ce sont les robots de téléprésence comme ce-lui de Gostai vu avec un Jean-Michel Billaut dedans à LeWeb 2011. Certains ont un iPad pour lavisioconférence, comme le Teleme de Mantaro. Pourquoi s’embêter avec un système spécifique ?On trouve aussi beaucoup de robots jouets ainsi que les fameux robots aspirateurs, le Roomba ayantété copié à l’infini.Phénomène marquant en robotique : les robots humanoïdes ont moins la cote car on n’arrive tou-jours pas à en faire qui fonctionnent bien et pour un usage commercial. Par contre, les exosquelettesse développent et se commercialisent, comme chez Ekso Bionics. Ils nécessitent moinsd’intelligence artificielle pour fonctionner et sont plus faciles à mettre au point. Ils permettent derépondre à un besoin immédiat : réduire les handicaps moteurs.Alors, voici ce que l’on pouvait voir au CES 2012 : A.M.P. (Automated Music Personality), le robot qui danse au rythme de la musique. Et qui se déplace pour vous faire écouter la musique là où il est et où vous êtes. Ci-dessous le robot en question avec sa télécommande. Topy Industries et son robot qui monte les marches d’escalier. Il est adapté à l’exploration de zones dangereuses après désastres et autres catastrophes naturelles ou pas (ci-dessous à gauche). Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 173 / 244
  • 174.  TOSY Robotics démontrait ses petits robots qui dansent au son de votre musique. La société a trouvé le moyen d’avoir Justin Bieber sur son stand, ce qui a du générer beaucoup d’émoi et une belle cohue, que je n’ai pas vue, la photo ci-dessus n’étant pas de moi ! Xybotyx présentait son Xybot, le premier qui soit créé « exclusivement pour l’iPhone ». En guise de robot, ce n’est qu’un petit socle d’iPhone motorisé et télécommandé permettant d’utiliser Facetime pour surveiller ce qui se passe à distance et pourquoi pas, entretenir une con- versation avec son chat.GreentechsDans le domaine des greentechs, nous avions cette année encore plus de produits s’alimentant enénergie solaire, de nouvelles piles à combustibles pour mobiles, des produits plus green au niveaudes matériaux et des capteurs d’énergie ambiante chaleur ou mécanique. Et tout ceci se retrouve leplus souvent dans des accessoires pour les produits d’Apple. Et puis, cela continue avec la rechargede batteries par induction, y compris pour les voitures, comme déjà vu au CEATEC. Mais ce n’estpas très green pour autant.Production d’énergieNous avions donc énormément de solutions de chargeurs solaires. Ilen existe pour iPhone, on en trouve dans des sacs à dos. Elles sontintégrées dans un tas d’appareils comme chez Eton : dock iPad, Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 174 / 244
  • 175. radios, etc. Et enfin, dans des coques pour Kindle d’Amazon et pour iPad.Exemple : le Sherpa50 Solar Recharging Kit qui comprend un système à trois panneaux solairespliant et une batterie de stockage de l’énergie ainsi collectée. Elle peut être aussi chargée par le sec-teur. Elle sert à recharger ses mobiles et des lampes de poche. La société est basée à Salt Lake City.D’un point de vue technologique, notons l’émergence de films photovoltaïques souples et transpa-rents qui pourront recouvrir tout un tas d’objets de la vie courante. On peut notamment compter surles films de la société française Wysips qui permettent de recharger un mobile. Elle n’est pas laseule à faire cela comme vu au CEATEC. Le rendement énergétique est de 100 Watts au mètre car-ré, soit le quart de celui des cellules photovoltaïques classiques. Mais comme le film est transparent,il peut être utilisé dans un tas de contextes. L’idée n’est pas de recharger intégralement les batteriesde nos mobiles mais d’en améliorer l’autonomie.Autre startup française à signaler dans le solaire, Solaire2G qui associe énergies solaire photovol-taïque et énergie thermique dans un même panneau pour le toit des maisons ou immeubles collec-tifs. Très astucieux !Le CES 2012 regorgeait de produits à recharge solaire. En voici quelques-uns d’emblématiques : Le Voyager classic de chez Kaito est une radio chargeable par énergie solaire ou huile de coude avec la manivelle intégrée comprend également un éclairage LED astucieux permettant de lire des cartes et un chargeur pour iPhone On trouvait un produit équivalent chez Eton et une boombox chez Rukus : Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 175 / 244
  • 176.  Enfin, voici une lampe de camping astucieuse à recharge solaire vue sur un stand chinois du Hil- ton :Stockage et transport d’énergieLe secteur des batteries est en plein bouillonnement. Des chercheurs travaillent notamment sur desbatteries plus efficaces et supportant un plus grand nombre de charges.C’est le cas du professeur Yi Cui de Stanford. Ilplanche sur le nombre de charges supportables parles batteries Sodium-Ion ou Potassium-Ion (en lieuet place du Lithium). Sa technologie supporterait40000 charges en conservant 83% de la charge alorsque les batteries Lithium-Ion ne supportent que1000 cycles. Le système utilise des matériaux plutôtlourds et ainsi plutôt adapté à des systèmes destockage d’énergie industriels. Autre technologieissue du même laboratoire : une batterie transpa-rente et souple (ci-contre). Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 176 / 244
  • 177. J’ai aussi vu que l’on pourrait un jour créer des batteries à base de nanodynamite pour stocker del’énergie plus efficacement. Une batterie est toujours un moyen de stocker une énergie chimiquepotentielle, alors pourquoi pas une énergie explosive si elle est contrôlable ?D’un point de vue pratique, j’ai apprécié cette Rescue 7000, une batterie de 7000 mAh rechargeablepar énergie solaire photovoltaïque et sur le secteur chez Revolve. La coque elle-même est faite avecun composite de plastique et de poudre de bois recyclés. La batterie du dispositif est remplaçable. Etvous avez deux prises USB, histoire de l’utiliser pour recharger en même temps votre smartphone etvotre tablette.Côté chargeurs à induction, il y a l’embarras du choix avec des coques adaptées à l’iPad, à l’iPhoneou aux Kindle. On charge même les voitures électriques par induction. Le plus original est ce saccontenant un indicateur de charge pour les objets qu’il contient, vu chez Fulton (ci-dessus à droite).Côté pile à combustible, le suédois Power Pukk (leur site) vu sur Showstoppers propose un sys-tème d’alimentation de mobiles à base de pile à combustible. Il se rechargerait avec de l’eau ! Onrigole bien ! Au mieux, l’eau serait utilisée pour produire de l’hydrogène avec du courant électriquepour recharger une pile à combustible. En fait, après les avoir vus, il y a bien de l’eau qui est utili-sée pour recharger la pile à combustible, mais elle est combinée avec un composant en poudre so-lide actif fourni dans une cartouche qui décompose chimiquement l’eau en hydrogène et en oxygène.Le potentiel énergétique du chargement est donc d’origine chimique. Pas dans l’eau ! Et il y a bienun consommable qui coûte quelque chose. On ne sait d’ailleurs pas combien il revient de la fabri-quer ni quel est son bilan carbone. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 177 / 244
  • 178. Consommation d’énergieNotons que le marché du « smart metering » ne se porte pas si bien que ça. En septembre 2011,Google a annoncé l’arrêt de son service Power Meter. Et Cisco a fait de même avec sa suitelogicielle Mediator.Au CES 2012, j’ai surtout remarqué un changement de paradigme avec l’arrivée de prises secteurintégrant des prises USB ! Vues chez trois marques américaines : Voxx, Current Werks et NewerTechnology. Ces prises doivent d’ailleurs contenir un transformateur miniaturisé car l’USB est ali-menté en 5V si je ne me trompe pas.Eclairage LEDPlus ça va, plus il y en a évidemment. La question est de savoir comment ce type d’éclairage vaprogresser. Les lampes qui sont dans le commerce ont une luminosité assez faible en général aupoint de nous abîmer les yeux quand on en installe chez soi. Elles ont aussi une température de cou-leur assez froide. Ce sont deux domaines où des progrès sont accomplis avec des LED plus puis-santes et à meilleur rendement, et des LED blanches à température de couleur plus chaude. Enfin, leprix des lampes à LED été divisé par deux en un an et cela devrait continuer ainsi.Sharp a lancé en 2011 une LED d’éclairage de puissance avec une efficacité énergétique de91lm/W et qui consomme 25W. Par comparaison, les LED des lampes domestiques font 1 W etcelles des éclairages de sono vont de 3 à 6 W. Elles sont fournies sous deux modèles avec des tem-pératures de couleur assez chaudes, de respectivement 3000K et 2700K. Le marché visé ?L’éclairage professionnel, notamment pour les magasins. Sharp a également sorti des modèles de15W.Chez Philips, on a créé la Luxeon Rebel, une LED dotée d’un miroir métallique qui permet d’éviterles pertes de lumière. La lampe résultante de Philips peut générer 910 Lumens avec seulement 9,7W. Et en plus, elle est omnidirectionnelle. 900 lumens, c’est ce que génère une lampe à incandes-cence de 60 W. Avec deux LED de ce type, on va donc pouvoir allègrement dépasser les 100 Wincandescents.Au CES comme dans les salons précédents (SATIS, IBC), j’ai noté le développement de l’éclairageLED pour lumière continue en vidéo et en photo, et avec réglage de température de couleur. Le toutse trouve maintenant intégré dans des boites à lumières pour un éclairage tamisé, pratique dans laphoto de studio sans flash. Plein de constructeurs chinois qui s’y mettent comme on pouvait le voirdans la zone PMA du CES. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 178 / 244
  • 179. TransportsAu-delà des voitures électriques déjà évoquées dans la partie Mobilité de ce rapport, on trouvait auCES 2012 quelques nouveaux moyens de locomotion électriques originaux.Tout d’abord, ces chaussures électriques dotées d’un moteur, les Acton Spnkix. Assez lourdes,mais faciles à porter si l’on en croit par les vidéos de présentation disponibles. Elles se pilotent avecune télécommande très simple.Il y avait une variante avec un monocycle motorisé de Solowheel :Et puis, cette trottinette électrique de Trikke : Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 179 / 244
  • 180. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 180 / 244
  • 181. ComposantsNous allons ici couvrir différentes technologies de composants qui sont intégrés dans les produits etsolutions de la partie précédente.La plupart sont à cheval sur plusieurs catégories de produits numériques : les processeurs, la con-nectique et les réseaux, le stockage, les capteurs, l’affichage. Dans certains cas comme pourl’affichage, il s’agira tout de même de produits finis, mais qui ne se suffisent pas à eux-mêmes. Parexemple, un moniteur n’est rien sans l’ordinateur qui s’y connecte. Un écran de TV n’est rien sansles fonctionnalités de « Smart TV » qui vont avec.Ce marché des composants est stratégique. On y trouve de nombreux acteurs industriels très profi-tables, parfois dominants dans leur secteur. Intel dans les processeurs généralistes, Qualcomm,Broadcom et ST Microelectronics dans les processeurs spécialisés, Samsung et LG dans la produc-tion d’écrans plats intégrés ensuite dans les téléviseurs et moniteurs d’autres marques comme Sonyou Toshiba.Cette partie vous permettra dans certains cas de faire un peu de prospective. Quelques exemples :les micro-écrans des viseurs d’appareils photo et caméras vont bientôt atteindre le 720p, et proba-blement le 1080p d’ici deux ans. Cela accélérera la mort des appareils réflex et leur remplacementpar les appareils photo dits « hybrides » ! Autre exemple : les progrès, encore lents, dans les écransà encre électronique en couleur conditionneront le positionnement relatif entre liseuses et tablettes.Enfin, les évolutions des standards de connectique et des réseaux impacteront les usages de con-sommation de contenus au sein du foyer et via Internet. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 181 / 244
  • 182. ProcesseursLes processeurs restent au cœur de tous nos objets numériques. Et pas seulement dans nos ordina-teurs personnels. C’est un monde hétéroclite avec un grand nombre d’acteurs plus ou moins spécia-lisés.L’innovation y est permanente avec pour cette année : L’augmentation du nombre de cœurs dans les processeurs embarqués. Le quad-core va devenir la norme dans les smartphones et les mobiles. Ces processeurs annoncés en 2011 arrivent dans les mobiles 2012. La poursuite de l’augmentation de l’intégration de fonctions 3G dans les CPU mobiles, chez Qualcomm avec ses Snapdragon mais aussi chez STMicroelectronics. L’intégration de fonctions graphiques de plus en plus puissantes dans les processeurs mobiles, tirées par la vidéo haute résolution et le jeu. De nombreux mouvements sismiques chez les acteurs et notamment Broadcom et Intel qui se retirent de la TV connectée. Mais Intel qui repart à l’attaque dans les mobiles avec Medfield qui semble plus prometteur que ne l’était l’architecture précédente, Moorestown. L’arrivée de processeurs et mémoires FinFET, notamment chez Intel, qui entretient la course à l’intégration qui se poursuit en visant le 14 nm d’ici 2015.TechnologiesDiscrètement, les techniques de fabrication des microprocesseurs évoluent.2011 a été marquée par la décision d’Intel de modifier la structure de ses transistors dans ses pro-cesseurs “Ivy Bridge” qui arriveront sur le marché à la mi-2012. Ces Ivy Bridge sont la troisièmegénération des processeurs Core. Leur niveau d’intégration passe de 32 nm (Core 2) à 22 nm et lafréquence des processeurs serait augmentée en moyenne de 300 MHz.Ils sont construits avec des transistors dits « FinFET », une technologie permettant d’éviter lesfuites de courants, et structurée plus verticalement sur le substrat en silicium. Le tout permet depoursuivre la miniaturisation des processeurs et la réduction de la consommation électrique. L’IvyBridge est 37% plus rapide et consomme moitié moins que ses équivalents en technologie classiqueen 32 nm.Cette technologie abusivement dénommée « transistors 3D » est un choix controversé dansl’industrie. Le gros concurrent d’Intel qu’est le fondeur taïwanais TSMC trouve qu’elle n’est pasvalable d’un point de vue économique. L’équilibre entre l’augmentation de puissance et la baisse deconsommation ne serait pas le bon, avec ce que cela implique comme enjeux dans les processeursmobiles où Intel est mal placé. Illustration: Bryan Christie Design Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 182 / 244
  • 183. Mais la technologie est aussi applicable aux mémoires RAM. La technologie 3D réduit de la con-sommation par deux, augmente la bande passante et augmente le niveau d’intégration.Xilink produit de son côté des FPGA – dont il est l’inventeur - par empilage de quatre couches,créant un composant de 7 milliards de transistors. Là encore, avec une réduction de la consomma-tion électrique. Les FPGA sont des processeurs dont la structure matérielle est « program-mée » après sa fabrication. Ils sont utilisés principalement dans les systèmes embarqués. Mais lemarché des FPGA est tout petit, quelques milliards de $ à comparer aux dizaines de milliards de$ dans les processeurs et les mémoires.Autre technologie à noter, les processeurs en plastique ! Une équipe belge de l’Université de Leu-wen/Liège a présenté pour la première fois à l’ISSCC de San Francisco (International Solid-StateCircuits Conference) un microprocesseur organique de 4000 transistors en logique 8 bits. Ils ne sontpas bien puissants pour l’instant. Ils pourraient aider à concevoir des écrans plus souples et moinschers mais aussi des capteurs divers plus faciles à installer sur des surfaces non planes comme destuyaux ou… le corps humain. Il existe même une conférence dédiée à l’électronique en plastique.Processeurs pour PCCe marché est évidemment dominé par Intel avec plus de 80% de parts de marché tant sur les lap-tops et desktops et 95% sur les serveurs. Il est suivi par AMD avec environ 18% du marché desk-top/laptops et 5% du marché des serveurs. Il y a aussi le taïwanais VIA qui cherche à se faire uneplace au soleil avec ses architectures compatibles x86 pour systèmes embarqués. Il propose mêmeun quadcore 64 bits qui est censé être le plus économe en énergie du marché, produit en technologie40 nm et tournant jusqu’à 1,46 GHz.IntelDu plus petit au plus gros, l’actualité d’Intel est toujours aussi chargée !Malgré les baisses de ventes de netbook, Intel continue de faire évoluer son offre Atom, ce d’autantplus que cette architecture est déclinée dans un grand nombre de domaines, dans le marché del’embarqué, dans les set-top-boxes et mobiles. La dernière mouture des Atom est la « Cedar Trail »en 32 nm qui supporte la vidéo 1080p y compris celle des Blu-ray ainsi que les sorties HDMI etDisplayPort. Elle intègre le GPU GMA 3600/3650 et un contrôleur de mémoire intégré qui doubleles performances graphiques par rapport à la génération précédente d’Atom. Les netbooks intégrantAtom peuvent toujours atteindre 10 heures d’autonomie. Cedar Trail supporte aussi le WiDi (Wire-less Display) et Intel Wireless Music qui permettent d’envoyer vidéo et musique vers un autre appa-reil. Ce sont les équivalents d’AirPlay d’Apple. Les références sont les Atom N2600 et N2800, as-sociés au NM10 Express Chipset. Il y aussi les Atom D2500 et D2700 pour des desktops d’entréede gamme et autres systèmes embarqués. Ces processeurs tournent toujours à 1,6 GHz et leur GPUà 420 MHz ou 640 MHz selon les modèles. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 183 / 244
  • 184. Pour les desktops/laptops, l’offre à venir est donc « Ivy Bridge », les Core de troisième générationqui doivent sortir mi-2012. Ils intégreront le support natif du NFC pour le paiement avec cartes decrédit dûment équipées. Après Ivy Bridge, Intel sortira une quatrième génération de Core dite Has-well qui diminuera encore la consommation électrique, de 30%, et divisera notamment par 20 laconsommation en mode veille par rapport au Core i5 actuel. Ces processeurs Core sont toujoursdéclinés sur plein de référence avec un nombre de cœurs qui varie de un à quatre et avec des ver-sions pour desktop et des versions basse consommation pour laptops, maintenant dénommés Ultra-books.Côté serveurs, Intel continue d’être un leader incontesté. Il travaille sur des versions à 10 cœurs deses processeurs Xeon. Son architecture Intel MIC (Many Integrated Core) vise l’intégration de 48cœurs dans un seul chip et vise le calcul de haute performance (HPC) et les serveurs du cloud.L’ambition est aussi de réduire la consommation électrique côté serveur et de passer de 200W pourune puissance de 100 Gflops aujourd’hui à 2W en 2018.AMDLe petit concurrent d’Intel semble bien mal en point. Cette année, pas de stand au CES comme lesannées précédentes, mais une suite dans un hôtel en marge du salon.AMD essaye de se refaire une santé avec sa nouvelle génération de processeurs dite « Trinity » quisuccédera courant 2012 à l’existante « Llano » et sera gravée en 32 nm chez TSMC (vs 22 nm pourIntel Ivy Bridge). Elle est déclinée sous trois versions : pour desktops, laptops et tablettes. Ces pro-cesseurs sont comme les Llano appelés des « APU » (Application Processing Unit), l’appellationmarketing d‘AMD pour décrire des processeurs multicœurs qui intègrent un GPU. Ces processeursconsomment de 17 W (ultrabooks, comme les Core 2 d’Intel, qui sauront toutefois descendre à 12,5W) à 100 W pour les desktops. Les cœurs sont de génération « Bulldozer » et je vous passe le détailde ce qu’ils contiennent.Côté performances, Trinity apporte sur ultrabooks un gain de 25% de puissance par rapport àl’architecture Llano et 50% pour la partie graphique, qui est dérivée des chipsets Radeon HD 6900.Sur les desktops, les gains sont moindres, de 15% pour le CPU et 25% pour le GPU. Dans sa suite àLas Vegas, AMD a démontré un laptop Asus sous Trinity capable d’alimenter trois écrans simulta-nément, avec un jeu (Dirt 3), une vidéo 1080p et une conversion de fichier vidéos.La différence se situera surtout sur les prix par rapport à Intel, comme d’habitude car le grand pu-blic a bien du mal à s’y retrouver pour benchmarker les performances de ces divers processeurs auxnoms de code alambiqués. Trinity permettrait surtout aux constructeurs de proposer des ultrabooksmoins chers, aux alentours de $500. Si cela met un peu de pression sur Intel pour baisser les prix,qui s’en plaindra ?Processeurs embarqués pour set-top-boxes et TV connectéesQui dit « Smart TV » dit processeurs et ils se doivent d’être de plus en plus puissants pour suivre lerythme d’ajout de fonctionnalités. La bataille est donc rude pour équiper aussi bien les TV connec-tées que les set-top-boxes des opérateurs, un marché qui reste en croissance à l’échelle mondiale.Se disputent sur ce terrain : STMicroelectronics qui fait converger dans NewMan et Orly les architectures et les kits de dé- veloppement de ses processeurs pour set-top-boxes et pour les TV connectées. Intel qui avec son Atom Groveland reste dans le jeu du marché des set-top-boxes IPTV et autres. Notamment en France où il s’est taillé une part du lion de marché en gagnant successivement Free, Numericable, Bouygues Télécom et Orange (dans l’ordre d’arrivée des box sur le marché). Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 184 / 244
  • 185.  Qualcomm qui entre dans la danse et cherche à imposer ses Snapdragon dans les TV connectées. Ils sont intégrés dans une TV Lenovo sous Android 4.0 qui intègre la reconnaissance vocale mais l’histoire ne dit pas qui a développé l’interface utilisateur. Ils sont aussi dans des modèles chez Philips, Sony et Vizio. Qualcomm va aussi devoir faire l’apprentissage des DRM et autres CAS (conditional access systems) qu’il faut supporter selon les opérateurs et pays. Marvell fait de même en faisant la promotion de ses SoC pour équiper les smart TV et boitiers over-the-top sous Google TV. Samsung qui intègre maintenant son Exynos dual-core et bientôt quad-core dans ses propres Smart TV et qu’il cherche à vendre à d’autres constructeurs. Panasonic a aussi son processeur UniPhier pour Smart TV et lecteurs Blu-ray avec un noyau ARM Cortex A9 tournant à 1,4 GHz. Et Toshiba avec son Cell qui équipe ses modèles Cevo. L’américain Sigma Design qui semble perdre des parts de marché dans les set-top-boxes. Des sociétés taïwanaises comme M-Star et Mediatek ou chinoise comme Rockship qui cou- vrent le bas du spectre du marché en fonctionnalités et prix. Ce sont toutes des fabless qui s’appuient souvent sur TSMC pour fondre leurs composants. Mediatek lançait au CES un nou- veau SoC adapté aux TV connectées 3D fonctionnant avec lunettes passives comme actives. M- Star équipe par exemple les TV connectées de Toshiba d’entrée de gamme. Et Rockship est pré- sent dans les set-top-box chinoises d’entrée de gamme notamment celles qui tournent sous An- droid.Sachant que Broadcom, Zoran et Intel ont annoncé en 2011 qu’ils quittaient le terrain de jeu de laTV connectée. Le premier parce qu’il n’y avait pas beaucoup de clients et vient de perdre LG Elec-tronics et le dernier, refroidi par l’expérience malheureuse de Google TV avec Sony et Logitech.ST MicroelectronicsJ’ai eu l’occasion de participer à la conférence de presse de STMicroelectronics qui avait lieu enmarge du CES 2012 et était animée par Philippe Lambinet, le patron de son activité grand publicIl a fait une analyse intéressante du marché des SoC pour set-top-boxes et TV connectées. C’est unmarché porteur pour plein de raisons. Il est en forte croissance dans les pays émergents, notammentdu fait de la transition à la HD et vers des set-top-boxes hybrides (câble, TNT ou satellite + IP) etoù STMicroelectronics est bien positionné. Il s’agit de produits dont la valeur augmente régulière-ment du fait de la multiplicité des usages : support de HTML 5, d’Android, des bibliothèques gra-phiques Qt et OpenGL, du jeu et des scénarios d’usage multi-écrans. Usages abondamment présen-tés dans son showroom avec des démonstrations utilisant les réalisations de ses clients ainsi que desdémonstrations réalisées par STMicroelectronics lui-même.D’où un certain plaisir à affirmer que STMicroelectronics disposerait des SoC les plus puissants dumarché pour équiper les set-top-boxes avec ses processeurs de class 4, les Orly. Le tout en techno-logie 32 nm et 28 nm avec cœur ARM Cortex-A9 Mpcore et GPU Mali 400 MP accompagné d’unupscaler Faroudja et de la capacité à décoder deux flux 1080p simultanément.D’où une convergence technologique entre les SoC pour set-top-boxes et pour smart TV qui inter-viendra courant 2012 avec les nouvelles lignes Newman (pour les smart TV) et Orly (pour les set-top-boxes) dites de classe 4. Ces deux lignes de SoC partageront le même kit de développementlogiciel. Une grande partie des démonstrations faisait la part belle aux noyaux ARM, les SoCd’entrée de gamme continuant à être développés avec le noyau historique ST40.STMicroelectronics continue de déployer une stratégie d’écosystème pour supporter dans des « ac-celeration package » de nombreuses plateformes logicielles du marché : Android, MicrosoftPlayReady et les autres DRM et CAS du marché, Adobe Air ou des services comme YouTube,Netflix et BBC iPlayer. Ils supportent aussi le navigateur Opera, très utilisé dans les Smart TV. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 185 / 244
  • 186. L’avantage pour les constructeurs est que ces packages intègrent les licences logicielles associées etleur simplifient la vie car pré-intégrés.Autre business lié aux smart TV : les caméras où STM est aussi un acteur important. Dans les TV,elles servent à la télécommande gestuelle, à la visioconférence, à la personnalisation des contenuspar la reconnaissance faciale, au contrôle parental, aux publicités ciblées et aussi au contrôle del’ambiance lumineuse et de l’énergie si il n’y a personne dans la pièce. Donc, du pain bénit !BroadcomBroadcom n’est pas très connu en France pour son activité dans les set-top-boxes. Il n’y a aucunclient de déployé chez les opérateurs. Il est par contre supporté par Netgem, dans ses déploiementsde set-top-boxes à l’étranger. On trouve surtout les technologies de Broadcom dans les couchesréseau. Un processeur Broadcom équipe ainsi la Freebox Server (gateway). Ils ont tout un tas decomposants dans le Wifi et sont de gros promoteurs du 802.11ac qui permet de dépasser les 1Gbits/s.Au CES 2012, leurs annonces côté set-top-boxes relevaient de leur écosystème, avec notamment lesupport des Reference Kits de l’opérateur américain du câble Comcast. On suppose que cela lesaidera à cibler d’autres opérateurs US utilisant ce kit avec leurs processeurs BCM7425 et BCM7428,les plus généralistes et puissants de leur gamme qui permettent de créer des set-top-boxe alimentantplusieurs écrans simultanément dans le réseau du foyer, souvent via l’interface réseau MoCA ducâble.Dans la même veine, Broadcom a annoncé l’intégration du SDK de Sling Media dans ses SoC.Broadcom a sinon adopté la technologie de capture de mouvements de 3DiJoy Technologies pourtransformer les set-top boxes utilisant ses SoC en consoles de jeu. Cela concerne le BCM7231 quiintègre par ailleurs le Bluetooth.Enfin, même s’il ne s’agit pas de SoC à forte valeur ajouté, Broadcom est bien content d’équiper lesTV connectées en composants Wifi et Bluetooth. Il annonçait au CES 2012 que LG Electronics lesavait retenus pour intégrer le Bluetooth dans ses TV pour les relier à leur télécommande gestuelle.Sigma DesignSigma Design a profité du CES 2012 pour présenter l’EasyTV, son “Ultra-Thin Set-Top-Box De-sign”. Il s’agit d’un reference design de nano-set-top-box qui se branche sur le secteur, utilise lescourants porteurs HomePlug AV et décode les flux HD IPTV pour les envoyer sur une TV via une Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 186 / 244
  • 187. sortie HDMI. Le petit boitier supporte aussi le standard Z-Wave RF pour les télécommandes et con-trôler ainsi tout un tas de composants de domotique.Le petit boitier est équipé d’un processeur SMP8670. C’est un SoC à bas coût optimisé pour lesapplications « over-the-top » tournant notamment sous Adobe AIR for TV et Adobe Flash. Il sup-porte au passage les principaux DRM et CAS du marché (NDS, Nagra, Viaccess, Widevine, DTCP,etc), Android, Microsoft Windows CE et Linux, Opera, Qt, etc.Processeurs embarqués mobilesIntelAprès des années d’échecs, Intel revient donc à l’attaque dans le mar-ché des mobiles. Et là, il ne s’échine plus à imposer « ses » referencedesign d’appareils dont personne ne veut comme ces « Mobile Inter-net Devices ». Il cible pragmatiquement les smartphones et les ta-blettes tournant sous Android.L’arme pour ce faire ? Son architecture Medfield et son processeurZ2460 qui intègre un cœur Atom 1,66 GHz et un GPU SGX540 dePowerVR à 400 MHz en gravure de 32 nm. Il supporte l’encodagevidéo 720p et le décodage 1080p, le Wifi, le Bluetooth et la radio FM.Il aurait de meilleures performances en termes de vitesse quel’ensemble des SoC à noyau ARM du marché. Sa frugalité en con-sommation électrique serait correcte, sauf dans l’affichage de vidéo.La technologie va passer ensuite au 22 nm puis au 14 nm, un niveaud’intégration où Intel sera le premier à avoir des capacités de produc-tion, d’où d’autres perspectives de réduction de consommation etd’augmentation de puissance. L’objectif : dominer le marché Android.Les obstacles : ces processeurs n’intègrent pas la partie data/3G et GPS comme dans ceux de chezQualcomm et STMicroelectronics. Donc, la BOM (bill of materials) est plus lourde pour les cons-tructeurs de mobiles et tablettes.Les clients ? Pour l’instant, ils sont au nombre de trois de déclarés : LG Electronics, Lenovo et Mo-torola, les deux premiers ayant annoncé un smartphone sous Medfield au moment du CES 2012.Chez Lenovo, il s’agit du K800 qui sera distribué par l’opérateur Unicom en Chine d’ici mi 2012.Reste à transformer l’essai avec des constructeurs faisant plus de volume et pourquoi pas HTC.Samsung et LG Electronics semblent hors de portée puisqu’ils disposent de leur propre processeurpour mobile (Exynos et L9). Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 187 / 244
  • 188. QualcommDans les mobiles, Qualcomm est clairement l’un des leaders du marché des smartphones et tablettessous Android. Il est présent avec ses Snapdragon dans le Dell Venue Pro, tout un tas de smart-phones HTC, Samsung Focus, le Mo-torola Droid Incredible, le LG Nitro,le Samsung Galaxy S et aussi denombreux smartphones sous Win-dows Phone 7 dont les Lumia de No-kia.Qualcomm présente la particularité depropose des SoC très intégrés avec lesparties CPU et GPU habituelles, maistoutes les piles réseau et communica-tion ainsi que le GPS.En 2011, Qualcomm a fait un peu leménage dans sa gamme de proces-seurs Snapdragon pour les regrouperen quatre catégories par gamme devitesse d’horloge (tableau ci-contre).Un tableau synthétique qui permettrade vous y retrouver lorsque vous sou-haiterez comparer la puissance dedeux smartphones ou tablettes équi-pés d’un Snapdragon.Au MWC 2011, Qualcomm a sinonannoncé qu’il sortirait un Snapdragonquadcore (ARM) à 2,5 GHz quiconsommera 75% de l’énergie despremiers Snapdragon à 1 GHz. Celalui permettra d’équiper des tablettestournant non seulement sous Androidmais également sous Windows 8.Le double cœur MSM8960 Snapdra-gon 4 avec un modem 3G/LTE inté-gré sera le premier à supporter Win-dows 8. Il sera suivi par un Snapdra-gon 4 APQ8064.Qualcomm continuera par ailleurs d’équiper tout un tas de mobiles avec des composants spécialisésdans la partie réseau/télécom.Le meilleur qui pourrait arriver à Qualcomm dans les mobiles au-delà se s’imposer avec leSnapdragon serait de réussir son pari avec son écran à encre électronique couleur Mirasol dont nousavons déjà parlé et dont nous reparlerons plus loin dans les technologies d’affichage.nVidiaLa transformation de ce spécialiste indépendant des processeurs graphiques est intéressante. Leaderà l’origine des GPU de cartes graphiques pour PC, il s’est transformé rapidement en un acteur quicompte dans le domaine de la mobilité. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 188 / 244
  • 189. Sur ses deux stands du CES 2012, nVidia mettait en valeur ses processeurs embarqués Tegra, no-tamment dans les systèmes de navigation automobiles (en première monte chez Tesla, Audi etLamborghini – ci-dessous).Le Tegra 2 équipe quelques smartphones et tablettes du marché, même chez Samsung. Le nouveauTegra 3, un quadcore, équipera le prochain Asus Transformer Prime, cette tablette à clavier sousAndroid.Le SoC repose sur 4 cœurs ARM Cortex A9tournant à 1,3 GHz et une puce graphique Ge-Force 12 cœurs qui supporte notamment la 3Dstéréoscopique. Le Tegra 3 possède un cin-quième cœur basse consommation qui sert auxtâches peu gourmandes en énergie commel’écoute de la musique ou jouer des vidéos, quisollicitent surtout les GPU. Le Tegra 3 est éga-lement doté d’une technologie PRISM qui sert àoptimiser l’éclairage LED des écrans pour di-minuer la consommation jusqu’à 40%. Enfin, ilintègre la fonction DirectTouch, qui déchargeles panneaux multitouch des écrans et est censée diminuer la consommation d’ensemble du deviceet d’améliorer la réactivité des fonctions tactiles.Texas InstrumentsAvec sa famille de processeurs embarqués OMAP, Texas est un autre gros poids lourd du marchémobile. Il équipe actuellement les feature phones ou smartphones de Nokia, Motorola (Droid), deSamsung, Sony. Dans les tablettes, il est présent dans le Nook Color, le Kindle Fire d’Amazon etles tablettes Archos haut de gamme.Sa roadmap OMAP est bien remplie avec son lot de variantes dans la vitesse et le nombre de cœurs.Mais comme Intel, il n’intègre ni GPS ni fonctions modem dans ses SoC.En 2011, il a notamment annoncé un dualcore OMAP 4 ciblant les mobiles haut de gamme et lesfutures tablettes sous Windows 8. Il s’agit du OMAP 4470, tournant à 1,8 GHz et gravé en techno-logie 45 nm. Il contient un double cœur ARM Cortex-A9, deux ARM Cortex-M3 à 266 MHz dédiéaux traitements multimédia. La résolution supportée peut aller jusqu’à 2048 x 1536 pixels et traitertrois écrans Full HD à la fois. La partie graphique est assurée par un GPU PowerVR SGX544 unpeu plus puissant que celui de l’architecture Medfield d’Intel.Après les OMAP 4 sortiront les OMAP 5 qui seront gravés en 28 nm, et pro-bablement fabriqués par TSMC. Ce sont des dual-core ARM Cortex-A15tournant à 2 GHz. Quelle est la différence entre un Cortex A15 et un A9 ?Voici un tableau de comparaison récupéré sur le site d’ARM (ci-dessous).Vous êtes bien avancés maintenant ! Je comprends qu’un cœur A15 intègre uncontrôleur d’interruption et est capable de monter plus haut en fréquenced’horloge (2,5 GHz). C’est le plus puissant des cœurs d’ARM. Après, c’est du chinois !Notez bien que dans ces listes interminables de fonctionnalités (PowerVR, ARM, …), il s’agit deblocs de fonctionnalités d’origines diverses qui sont intégrés dans le « System on Chip ». Les SoCsont des processeurs multifonctions qui intègrent des « blocs d’IP » externes. Ces blocs sont lesdessins de « bouts de processeurs » vendus sous forme de royalties par des sociétés comme ARM,PowerVR ou Imagination Technologies. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 189 / 244
  • 190. RockShipRockShip est une société fabless de conception de systems on chips basée en Chine à Fuzhou. Elledétient 80% du marché chinois et est présente dans les mobiles ou tablettes d’entrée de gamme deconstructeurs tels que Samsung, Sony, Toshiba et Archos (notamment dans ses Arnova).Au CES, Rockchip présentait son dernier SoC pour mobiles et tablettes, le RK2918 qui est posi-tionné pour tourner avec Android 4.0. Il est doté d’un cœur ARM Cortex A8 tournant à 1,2 Ghz etsupporte tout le toutim (codecs audio et vidéo, 1080p, 2D et 3D). Sa particularité serait un supportd’Adobe Flash 11 qui n’est pas disponible en standard dans Android 4.0.AutresSignalons quelques autres acteurs du marché mobile : ST-Ericsson et ses processeurs Nova dont le A9600 en 28 nm doté d’un double cœur Cortex A15 qui n’est pas sans rappeler le Texas OMAP 5. A ceci près qu’il est doté d’un moteur graphique Imagination Technologies. Les Nova sont utilisés dans un modèle HTC sous Android. Certains modèles intègrent un modem 3G. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 190 / 244
  • 191.  Le chinois Telechip qui équipe les tablettes d’entrée de gamme du français Memup. Parrot qui a discrètement acquis DibCom en août 2011 après avoir acquis Varioptic. Il devient ainsi un acteur clé des composants pour mobiles. Ce d’autant plus que les chipsets Bluetooth et pour son Asteroid comme pour son Drone sont déjà conçus en interne, à partir de noyaux ARM. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 191 / 244
  • 192. StockageAlors, aura-t-on encore besoin de disques durs chez soi pour faire ses sauvegardes ? Va-t-on toutmettre « dans le cloud » ? On n’y est pas encore. Tout d’abord parce que la structure de coût ducloud n’est pas si avantageuse que cela pour le consommateur pour les gros volumes de données.Ensuite, parce que le débit montant des liaisons haut-débit est rarement très élevé et adapté à la sau-vegarde de gros volumes de données. Et puis, il y a les habitudes.Ceci étant, pour des données non-média, donc hors photos et vidéo, la sauvegarde des données enligne est tout à faire généralisable. Les volumes de données sont raisonnables. C’est ce qui poussedes startups à créer des « coffres forts électroniques » pour sauvegarder factures et autres docu-ments administratifs. Pour le reste, il existe plein de solutions type Dropbox, Box.net, iCloud etautres SkyDrive pour sauvegarder ses données.Disques dursOn en a encore besoin et la pénurie due aux inondations en Thaïlande démarrées en juillet 2011 asemé la pagaille dans une bonne part de l’industrie. Cela a amené à une pénurie de disques durs,notamment de grande capacité. Les prix ont augmenté au point de presque doubler comme lemontre le graphe de gauche ci-dessous, récupéré sur le site RueMontgallet. La pénurie se résorberaitd’ici mars 2012. Comme de surcroit le marché est assez contrôlé par les deux leaders mondiaux quesont les américains Western Digital et Seagate, il n’est pas impossible qu’il y ait du « price fixing ».Côté capacité, on ne peut pas dire que les progrès de ces dernières années soient fulgurants. Ontrouve des disques de 3 To en 3,5 pouces. Hitachi a annoncé un disque de 4 To à $400, le Deskstar5K4000 mais il n’est pas bien rapide puisqu’iltourne à 5900 rpm. Un modèle externe sera dispo-nible à $420. Côté 2,5 pouces, on plafonne à 1 To.Dans les systèmes de stockage et de sauvegarde,on peut noter comme nouveautés : LaCie présentait au CES sa série de systèmes de stockage utilisant la connectique Thunder- bolt d’Intel. Il y avait notamment le Little Big Disk de 2 To fonctionne en Thunderbolt et eSATA. Le plus gros est le 4big Quadra, un système RAID de 4, 8 ou 12 To. LaCie présen- tait aussi le eSATA Hub Thunderbolt Series, une sorte de hub qui permet de connecter deux Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 192 / 244
  • 193. disques en eSATA à un port Thunderbolt d’un Mac. Comme le eSATA monte à 6 Gbit/s qui est le débit maximal d’un disque, et que Thunderbold est plus rapide (10 Gbit/s), on obtient ainsi le maximum du débit possible sur son Mac. Hitachi a lancé en 2011 son G-RAID de 8 To avec également le support de Thunderbolt (ci- dessus à gauche). Il utilise deux disques de 4 To de Hitachi. Dans la lignée de cartes mémoire « disque dur » vues les années précédentes, on peut noter l’OCZ RevoDrive Hybrid (ci-dessus à droite), une carte PCI qui en occupe deux slots sur la carte mère et intègre 100 Go de mémoire NAND très rapide et un disque dur de 1 To qui tourne à 5400 tours/minutes (moins bon, il aurait été préférable d’avoir un 7200 rpm). La carte est vue par le PC comme un disque dur de 1 To qui dispose d’un cache d’un dixième de sa capacité. Ce- la donne une performance en lecture voisine de celle d’un SSD pour les fichiers les plus fré- quemment utilisés, soit le système, vos applications et vos données habituelles. A noter que le disque de 1 To de 2,5 pouces est amovible et donc substituable par un autre au gré de l’augmentation de la capacité de ce genre de disque dur. Pour l’instant, on est effectivement can- tonné à 1 To.SSDAprès les Macbook Air, les disques SSD équipent maintenant les laptop Ultrabooks avec desdisques de 128 Go ou 256 Go. Ils deviennent un véritable marché de volume après quelques annéesde flottement. Cela génère une baisse des prix sensible. Avant, on se contentait de configurationshybrides, notamment sur desktops, avec un SSD de taille moyenne pour le système d’exploitation etles applications et un ou plusieurs disques durs classiques pour les données. Les SSD progressentrégulièrement dans la baisse de leurs prix, dans leur capacité et aussi dans leur vitesse d’écriture etde lecture.Ceci étant, on ne voyait pas tant de SSD que cela au CES 2012. D’autant plus… qu’il n’y a rien àvoir !Samsung a annoncé en 2011 la production de SSD en SATA 3.0. Le haut de gamme est le PM830avec un modèle qui atteint 512 Go.Intel a lancé sa nouvelle génération de SSD baptisée « Postville Refresh » gravée en 25 nm, contre34 nm pour la génération précédente, et en SATA 3. La capacité peut monter jusqu’à 600 Go. Lesvitesses d’écriture et de lecture s’améliorent respectivement d’environ 180% et 10%. Et le débitpasse de 100 Mo /s à 220 Mo.A noter que LaCie se lance aussi dans les SSD. Son Little Big Disk est décliné dans un modèleavec deux disques SSD de 120 Go. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 193 / 244
  • 194. Mémoire flashA part les dizaines de kits de presse fournis sous forme de clés USB, quoi de neuf dans ce do-maine ?Tout d’abord, la généralisation de la version 3.0 de l’USB qui est dix fois plus rapide que la version2.0, et va jusqu’à 5 Gbit/s, soit à peu près le débit de lecture d’un disque dur. On trouve donc desdisques externes avec port USB 3.0, des ports USB 3.0dans les laptops et netbooks, et des clés USB classiquesaussi en USB 3.0. Leur capacité continue d’augmenterpuisque l’on en trouve maintenant à 256 Go (pour plus de500€…).Cloud oblige, on voit se développer sinon des solutionshybrides telles que le Maxell AirStash Wireless Drive. Ils’agit d’une clé USB dans laquelle on peut glisser une carteSD. Vue d’un PC ou d’un Mac, c’est une clé USB destockage. Mais elle est aussi dotée d’un point d’accès Wifi-N qui sera visible sous iOS sachant que la clé contient aussiune batterie rechargeable pour la rendre autonome. Ensuite, à partir de votre iPad, vous pouvez ac-céder à cette clé avec une application supportant WebDAV comme WebDAV Navigator (gratuite).Il existe aussi des cartes SD intégrant le Wifi. On connait les EyeFi pour appareils photos. Et bien,Toshiba a lancé en septembre 2011 un produit équivalent, le FlashAir. Avec 8 Go de stockage in-terne.Enfin, pour le fun, on pouvait trouver ces clés USB en bracelet, notamment chez Mohzy. Etd’autres, personnalisables par le glissement d’une photo dans une rainure en plastique transparent.On n’arrête pas le progrès ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 194 / 244
  • 195. ConnectivitéRouteurs dual-band, Wifi 802.11ac à 1 Gbit/s, administration à distance via Internet du réseau localet Thunderbolt sont les principales actualités de ce CES 2012. Et les standards de réseau de la do-motique que sont HomePlug, Z-Wave et Zigbee continuent de voir leurs écosystèmes respectifs sedévelopper.Réseaux locaux et Wifi2012 sera l’année du Wifi 802.11ac. Pour en saisir l’impact, petit retour historique sur l’évolutiondes standards du Wifi : Le 802.11b montait à 11 Mbit/s. Le premier largement déployé. Le 802.11g montait à 55 Mbit/s. Le 802.11n monte à 450 Mbit/s. Il est arrivé progressivement au milieu/fin des années 2000. Le standard a mis du temps à se sédimenter. Les offres se sont appuyées longtemps sur des versions provisoires du standard. Le 802.11ac qui arrive maintenant monte en théorie à 1,35 Gbit/s. Au point qu’il est plus rapide que vos disques durs lorsqu’ils accèdent à de petits fichiers et évidemment que votre accès Inter- net haut débit. Il permet de streamer/diffuser des contenus vidéos de tous formats dans le réseau domestique, y compris le 4K qui arrivera dans les chaumières d’ici la moitié de la décennie. Ce Wifi utilise une technologie de concentration de faisceau de l’émetteur vers le récepteur. Il est censé consommer moins d’énergie.Signalons au passage la technologie FlashLinq de Qualcomm pour la communication dans unrayon de 1 km maximal et sur un débit théorique de 15 Mbit/s qui est supposée consommer moinsd’énergie que le WiFi. Le système semble fonctionner sur le principe du mesh networking, ouchaque élément du réseau collabore avec l’autre pour étendre la portée du réseau. Qualcomm vacommercialiser le système en Corée du Sud, chez SK Telecom. Donc, cela ne nous concerne pasencore.NetgearNetgear lançait au CES 2012 un nouveau routeur Wifi, le WN2500RP. Il est double-bande et fonc-tionne en 2,4 GHz et 5 GHz et utilise une certaine technologie FastLane qui « offre des perfor-mances optimales pour le streaming vidéo et le jeu en ligne ». Impossible de trouver comment celafonctionne. On dirait que cette technologie consiste à gérer le Wifi de manière plus ou moins pro-priétaire pour le rendre plus rapide.La société lançait son WNDR4700 Media Storage Rou-ter, fourni avec ou sans un disque dur de 2 To, le supportWifi double bande avec 450 Mbit/s dans chaque canal,quatre ports Gigabits, et deux ports USB 3.0. Le tout cer-tifié DLNA. Cela rappelle le concept de la Freebox Ser-ver Revolution ! Mais ce n’est pas un modem ADSL pourautant. Et le format du boitier est certes sympathiquemais pas bien pratique. Ce genre d’engin se pose plutôt àplat dans un coin que debout comme cela. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 195 / 244
  • 196. Et puis un répéteur Wifi, le N900 Video & Gaming, le premier produit à supporter le 802.11ac cequi ne sert pas à grand-chose tant que l’on n’a pas de terminal doté de la fonction. Cette version duWifi ne sera exploitable pratiquement qu’à partir de 2013 lorsqu’arriveront tablettes, laptops etautres set-top-boxes qui le supporteront !Enfin côté logiciels et services, Netgear démontrait Genie, une application client Mac/PC qui per-met de contrôler l’usage de son réseau local, de gérer le contrôle parental, de visualiser la cartogra-phie du réseau, le trafic internet par appareil connecté et aussi de gérer l’accès d’utilisateurs invitésà Internet en les empêchant d’accéder au réseau local. Et puis, une fonction de déconnexion instan-tanée du réseau pour les invités, au cas où. La fonction « My Media » transforme aussi un smart-phone en télécommande et permet d’envoyer des contenus DLNA vers une télévision. Netgear peutaussi transformer une imprimante USB en imprimante au standard AirPrint pour les produits Apple.Et puis nous avons aussi le « ReadyShare Cloud system » qui vous permettra d’accéder à un disquedur connecté au port USB de votre routeur Netgear à partir d’Internet. Une vision un peu extensivede la notion de cloud tout de même !D-LinkD-Link annonçait son « Cloud router », le Dir 605L qui en guise de cloud vous permet justed’administrer votre routeur à distance sur Internet et à partir de votre smartphone iOS ou Android.C’est le « personal big brother » puisqu’il permet de savoir quels sites sont visités par les utilisa-teurs chez soi. A part cela, c’est un routeur tout ce qu’il y a de plus normal.D-Link continue de faire évoluer son portail Mydlink qui est un service en ligne permettant de sur-veiller à distance ce qui se passe chez soi. Pas seulement la configuration de son routeur comme vuprécédemment, mais également ses enfants via télésurveillance IP, avec la D-Link Cloud Camera5000 qui est télécommandable et est dotée d’un slot microSD permettant d’enregistrer localementce que la caméra voit, et de manière contrôlée à distance. Elle fonctionne en 720p.Courants porteursCela évolue aussi de ce côté-là avec l’arrivée du « Next gen Powerline » à 1 Gbit/s (IEEE 1901),qui fait suite au HomePlug AV à 200 Mbit/s et au HomePlug 1.0 à 14 Mbit/s.Netgear lançait les prises Powerline 500 Nano qui convertissent une prise murale secteur en con-nexion réseau haut débit. Avec un débit allant jusqu’à 500 mbits/s, sachant que les connexionsEthernet des boitiers sont en 1 Gbits/s, ce qui permet de bénéficier de la coucher transport à 500Mbits/s du courant porteur.ZWaveLa technologie de réseau domotique sans fil ZWave n’évolue pas. Le stand présentait les produitssupportant ZWave, c’est tout. Cf la longue liste des produits supportés, avec 500 produits. Rappe-lons que Z-Wave est une filiale de Sigma Design qui fournit donc les composants de communica-tion nécessaires à son implémentation sachant qu’une seconde source existe depuis 2011, le japo-nais Mitsumi. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 196 / 244
  • 197. ZigBeeZigBee est un autre standard de réseau sans fil domotique plus ou moins concurrent du précédent àceci près qu’il est un standard de jure. L’alliance du même nom regroupe 420 membres qui propo-sent tout un tas d’appareils interconnectables via ZigBee. Il est pas mal utilisé par les télécom-mandes et d’autres objets communicants, thermostats, prises de courant intelligentes, outils de me-sure de consommation électrique.CâblageIntel ThunderboltAnciennement dénommé LightPeak, Thunderbolt est une technologie d’origine Intel qui doit servirde connectique universelle pour supporter les DVI, HDMI, DisplayPort, USB, FireWire et SATAen s’appuyant sur un câblage en cuivre ou via fibre optique, et capable en théorie de monter à 10Gbit/s.La première mouture de Thunderbolt a été lancée avec des câbles électriques classiques, la versionen fibre optique suivra. La connectique Thunderbolt est la même que celle du mini DisplayPort,utilisée dans les Macintosh. Mais les câbles sont différents. Le DisplayPort présente l’avantage dedéjà fonctionner à des débits allant jusqu’à 17,28 Gbit/s dans sa version 1.2, avec un câble élec-trique de 3 mètres.De nombreux systèmes de stockage externe supportent Thunderbolt et ont été annoncés avant oupendant le CES 2012 : chez LaCie comme nous l’avons déjà vu, chez Western Digital, chez ioSafe,chez OCZ et Elgato qui proposent des disques SSD externes en connectique Thunderbolt. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 197 / 244
  • 198. Disponible sur les récents Macintosh, la technologie devrait sinon arriver dans les PC dans le cou-rant de l’année 2012 et notamment dans certains ultrabooks tels que le Acer Aspire 5 ou le LenovoThinkpad Edge 430. Cela permettra à Intel de vendre un composant de plus à ses OEM !HDMIVus chez Rainbow Fish, ces câbles HDMI optiques plus simples etminiaturisés que l’année dernière. Le HDMI optique ne passe plus pardes boitiers !WidiWidi est une autre spécification d’Intel qui permet cette fois-ci de con-necter sans fil des sources à des écrans pour transférer de la vidéo FullHD. C’est un peu l’analogue du Wireless HDMI. Sauf qu’ici, celapasse sans câble et sans dongle pour peu que le Widi soit bien supportédes deux côtés. Les concepteurs de SoC sont en train de l’intégrer dans leur roadmap ce qui faitqu’entre 2012 et 2013 le Widi sera supporté dans les set-top-boxes des opérateurs de TV payante.Reste à faire de même avec les constructeurs de TV et d’écrans, sinon il faudra un adaptateur et onsera revenu à l’usine à gaz du Wireless HDMI.HDBaseTCréée en juin 2010, l’alliance HDBaseT Alliance créée par LG Electronics, Samsung Electronics,Sony Pictures Entertainment et Valens Semiconductor vise à promouvoir la technologie du mêmenom permettant de relier par un seul câble les différents produits de son système de loisirs numé-riques. Le système vise surtout les applications vidéo. Le câble en question doit pouvoir transférerde la vidéo non compressée jusqu’à 10,2 Gbit/s (donc du 4K voire du 8K), supporter des câblesallant jusqu’à 100m, avec des câbles réseau standards style CAT 5E/6, le tout avec des prises RJ45classiques. Le câble doit pouvoir envoyer une alimentation électrique jusqu’à 100 W. Et l’ensembledoit supporter l’USB, le HDCP (protection des contenus envoyés en Full HD à un écran) etl’Ethernet 100 Mbit/s.Alors, c’est le successeur ou le concurrent de quelle technologie ? HDBaseT est positionné commeun successeur généraliste de l’HDMI. Mais il fait aussi un peu penser à Thunderbolt.DisplayPortAppréciable, ce petit boitier de chez ioGear, le Dual Mini Display Port qui permet de brancher à unensemble écran/souris/clavier jusqu’à quatre Macintosh ! Je veux le même en HDMI et pour PC !DLNAPour mémoire, DLNA est un ensemble de standards qui permettent d’accéder aux contenus d’unappareil à partir d’un autre dans un réseau domestique. Il est intégré dans un grand nombre de pro-duits : les TV connectées, les set-top-boxes, les PC, les smartphones et tablettes (via une applicationou nativement, selon). Le scénario le plus classique jusqu’à présent consistait à utiliser l’interface Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 198 / 244
  • 199. DLNA d’une télévision connectée pour aller chercher des photos ou une vidéo dans l’arborescencede son réseau et dans un dossier partagé sur son PC ou sa Freebox Revolution (pour ne donnerqu’un exemple…). Une fois trouvée, on la joue. Et cela passe par le Wifi ou Ethernet selon la ma-nière dont ont été connectés tous ces appareils en réseau.Cela rappelle un peu le principe de AirPlay, l’équivalent propriétaire d’Apple, qui permet parexemple d’envoyer de la musique à partir d’un iPhone ou d’un iPad à un appareil capable de la re-cevoir par son « client » AirPlay. Cela peut-être un HTiB pour jouer la musique de son iPhone. Oula TV pour en jouer une vidéo.J’ai noté deux nouveautés concernant la mise en œuvre de DLNA au CES 2012 : Une application iPhone et iPad, MediaConnect qui permet de contrôler le partage de contenus et par exemple d’envoyer un fichier d’un folder réseau DLNA vers n’importe quel système pour le jouer (son ou vidéo, selon) tel qu’une télévision connectée supportant DLNA. L’application est en freemium et il ne va pas bien loin puisque l’on ne peut profiter que des trois premiers fichiers de n’importe quel répertoire. Après, c’est 6€. Je l’ai testée, ça marche ! Sur un même modèle, le partage de films protégés par DRM via DTCP-IP, avec comme source une set-top-box d’un opérateur de TV payante. Les démonstrations étaient faites avec le leader américain du câble, Comcast sur le stand d’Intel. Samsung présentait le même scénario sur son stand mais pour DirecTV, le leader américain de la TV par satellite. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 199 / 244
  • 200. Capteurs photographiquesLe domaine des capteurs photographiques est évidemment intéressant à observer de près car lesinnovations que l’on y trouve impactent dans l’année qui suit les offres d’appareils photos, caméraset smartphones. Mais ces capteurs se retrouvent aussi dans les systèmes de vidéosurveillance ainsique dans différents robots, si ce n’est dans les systèmes de commande gestuelle. Leurs applicationssont larges !On trouve des nouveautés intéressantes aussi bien dans les petits capteurs que dans les grands.L’absurdité de la course aux pixels a toujours court, surtout dans les petits capteurs pour mobiles.C’est assez curieux car au-delà de 6 Mpixels dans un smartphone et appareil compact, la résolutiondu capteur devient quasiment supérieure à celle de l’optique associée ! Et surtout, plus les pixelssont petits sur les capteurs, plus le bruit est grand. 5 Mpixels sont largement suffisants pour un ti-rage papier A4, alors, pour alimenter Facebook, pourquoi aurait-on besoin de 12 voire 16 Mpixels ?Heureusement, dans le cas des réflex, cette course semble s’être ralentie voire arrêtée. Canon etNikon ont privilégié des capteurs raisonnables de 16 et 18 Mpixels (full frame) pour mettre en avantla sensibilité aux basses lumières.Qui sont les grands acteurs de ce marché ? Ils sont nombreux. On peut citer par exemple Sony,Awaiba, Aptina Imaging, CMOSIS, OmniVision, STMicroelectronics, Kodak et Dalsa pourn’en prendre que quelques-uns. Canon et Nikon conçoivent leurs propres capteurs pour leurs appa-reils photos et caméras.Sony est particulièrement performant avec ses capteurs XMOR utilisant une technologie BSI-CMOS pour « back side illumination », décrite dans le Rapport CES 2011. Et il les améliore sanscesse. Dans le BSI, les transistors de contrôle des photosites du capteur sont en dessous de ces der-niers et pas au-dessus. Ils permettent aux photosites de capter plus de lumière et donc d’être plussensibles aux basses lumières. La technologie est utilisée dans les capteurs photos et vidéo de Sony,qui les revend à d’autres fabricants. On la trouve aussi chez OmniVision.L’autre tendance intéressante est d’éviter l’usage de filtres antialiasing, comme dans les Leica M9et le Fuji Xpro-1, grâce à une disposition différente des photosites sur les capteurs. Le résultat : desimages plus nettes ! C’est quand même plutôt utile !Capteurs petits formatsLa technologie de « back-side illumination » est maintenant courante dans les mobiles. OmniVisionqui en est l’un des leaders l’a amélioré avec son OmniBSI-2, fabriqué par TSMC en technologie 65nm. Les photosites font maintenant 1,1 micron de largeur, pour 1,4 dans la technologie précédente.D’où un accroissement du nombre de pixels ou une miniaturisation encore plus poussée des cap-teurs, que l’on retrouve notamment dans les smartphones et tablettes.Mais c’est chez Pelican Imaging que l’on trouve une innovation très intrigante : des capteurs mo-biles « multicapteurs ». A savoir, le remplacement d’un seul capteur par une grille de 5 x 5 micro-capteurs photo pour les mobiles. Cela permettrait en théorie d’améliorer la qualité des images, dereconstituer des vues 3D voire de gérer la profondeur de champs un peu comme avec l’appareil plé-noptique de Lytro. Cela rappelle les télescopes à plusieurs miroirs comme le MMT du Mont Hop-kins au sud de l’Arizona. Mais bon, cette startup de Mountain View qui a levé $17m n’est pas bienbavarde sur son site, donc il est difficile d’en savoir plus.Enfin, dans ce domaine, petit passage sur le stand de Sunny Opotech, une société chinoise qui fa-brique des modules de capteurs photo et vidéo. Elle assemble des capteurs vidéo et photo dans desmodules prêts à l’emploi avec leur optique qui sont ensuite intégrés dans les appareils photos et Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 200 / 244
  • 201. autres smartphones. Ces modules peuvent intégrer un zoom optique ou des lentilles liquides commecelles du français Varioptic (acquis par Parrot en 2011), et les capteurs vont jusqu’à 16 Mpixels. Lasociété a une roadmap sur trois ans qui donne une idée des avancées à venir dans l’intégration deces modules (ci-dessous).Capteurs grands formatsKodak a vendu son activité capteurs au fonds d’investissement Platinum Equity en 2011. Pourmémoire, ils sont à l’origine du capteur full frame du Leica M9 et aussi de ceux de nombreux appa-reils double-format de studio comme les Hasselblad.La société belge CMOSIS s’est distinguée en annonçant le CHR70M, un capteur de 170 Mpixelsdestiné aux applications industrielles, soient 10000x7096 pixels. Bref, pas encore pour le grand pu-blic et votre prochain reflex. D’autant plus que 170 Mpixels ne servent à rien dans ce cas-là. Le Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 201 / 244
  • 202. capteur a l’air de faire environ la taille d’un capteur réflex plein format puisque ses photosites font3,1 microns de large.Les plus gourmands en pixels sont en fait les industries aé-rospatiales et militaires. Pour preuve cette solution de prisede vue de photos de 1,8 gigapixels réalisée pour l’armée amé-ricaine avec Boeing. Elle est embarquée dans un Humming-bird qui est un drone hélicoptère déployé en Afghanistan etvole à 6 km d’altitude d’où il peut photographier d’un coup70 km2 de terrain. Elle utilise un système Argus-IS de laDARPA (ci-contre).Ces photos énormes sont réalisées avecquatre télescopes contenant chacun 92 capteurs de 5 mpixels.Les 368 images générées sont assemblées ensuite par logiciel.Et en effet, 92 x 5 x 4 = 1840, donc bien 1,8 gigapixels. Un sacré mode panorama qui mettrait àgenoux votre Photoshop CS5 ! Le programme a nécessité un investissement de $18m.Capteurs vidéoTant que l’on est dans l’extrême, citons enfin cette caméra capable de prendre 1 trillion17 d’imagessecondes et de voir… passer la lumière. Tout est expliqué ici. Désolé pour cette dernière incartadedans des domaines pas vraiment grand public !17 Un trillion = un milliard de milliards ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 202 / 244
  • 203. AffichageDes viseurs de caméscopes aux projecteurs de cinéma numériques 4K en passant par les écrans deTV connectées 3D et la picoprojection, les technologies d’affichage sont à la fois très diverses etbénéficient d’évolutions permanentes. Elles sont généralement incrémentales et même impercep-tibles. Mais parfois, on sent quelques soubresauts en anticipant que l’une d’entre elles pourraitprendre le dessus, comme l’OLED sur le LCD. On n’en est jamais trop sûr tant les incertitudestechnologiques et industrielles restent fortes. Certaines présentations inédites de nouvelles techno-logies d’écran comme le Crystal LED de Sony sont tellement entourées de nuage de fumée qu’ilfaut creuser pour en comprendre à la fois le contenu technique et les enjeux de marché. C’est toutcela que nous allons décortiquer dans cette partie toujours aussi passionnante.Ecrans platsLe marché de la production des écrans plats est toujours contrôlé par les coréens Samsung et LGainsi que par les Taïwanos-chinois AUO et CMO ainsi qu’un grand nombre d’autres constructeurschinois. La consolidation industrielle de ce marché se poursuit. Avec notamment Samsung qui arécupéré toutes les parts de Sony dans leur Joint-Venture commune de production d’écrans LCD, S-LCD, créé en 2004.Le marché mondial de vente de TV s’est stabilisé en 2011 par rapport à 2010, du fait d’un début desaturation du marché en écrans plats et à la crise économique qui marque les pays développés. Lemarché devrait timidement redémarrer avec une croissance de 2% et des ventes de 254 millionsd’unités en 2012 selon NPD Display (graphe ci-dessous).Le LCD continue de dominer largement le marché, lui-même étant en train de poursuivre sa transi-tion vers le rétro-éclairage LED. Cela accentue le déclin du Plasma qui devient absolu et plus seu-lement relatif, sa dernière année de croissance ayant été 2010 (+30%) due à son avantage prix trèsprononcé sur le LCD à l’époque. En 2011, les ventes de Plasma auraient baissé de 11% à 16,3 mil-lions d’unités et devrait descendre en dessous de 10 millions d’unités en 2015. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 203 / 244
  • 204. Le Plasma est poussé essentiellement par Panasonic dont c’est encore la principale technologied’affichage et entretenu par Samsung et LG qui l’utilisent pour couvrir le bas du spectre de prix deson offre de TV.Ce sont les grands formats d’écrans – au-dessus des 40 pouces - qui bénéficieront de la plus fortecroissance (+12%, et +18% pour les plus de 50 pouces) ce qui explique le grand nombre d’écranssupérieurs au format 55 pouces que l’on pouvait voir au CES, au-delà de l’effet démo recherché :les 60, 65, 70 voire 85 pouces étaient courants sur les stands coréens et japonais.Les formats inférieurs au 40 pouces déclineraient de 3% dans le même temps. Les TV de grandformat bénéficient d’un fort effet de baisse de prix. Les 50 pouces sont maintenant aux environs de$1000€18 et même les 60 pouces sont tombés aux alentours de $2000€. Et ce phénomène n’est pasl’apanage des USA, traditionnellement friands de grands formats du fait d’une taille moyenne supé-rieure des habitations. Il est aussi fort en Chine qui sera toujours d’après NPD Display la seule ré-gion où les formats 50 pouces et supérieurs vont représenter plus de 10% du marché d’ici 2015.Plus généralement, c’est la baisse des prix qui entraine une augmentation du format moyen des TVvendues. En France, le point de départ est assez bas puisque le format moyen des écrans de TV yétait de 31,2 pouces en 2011 (selon GfK, données ci-dessous) !Les premiers grands écrans OLED devraient arriver sur le marché pendant la seconde moitié de2012, mais à des prix supérieurs à $4000€. Leur part de marché devrait rester marginale pendantquelques années.Côté 3D, il s’en serait vendu 23 millions d’unités en 2011 et il s’en vendrait 100 millions d’unitésen 2015, soit un gros tiers du marché. La demande n’a pas été si forte que cela en 2011, notammentaux USA. Mais les constructeurs ne désespèrent pas d’imposer cette technologie, permettant depréserver un meilleur niveau de prix pour leurs TV tout comme les fonctions de TV connectées.18 Je mets $ et € en boutade car un prix en $ est transformé par les constructeurs par un prix équivalent en Euros, quel que soit le tauxde change Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 204 / 244
  • 205. LCDLes TV LCD s’imposent technologiquement, même si le format LCD est loin d’être parfait. Lesconstructeurs continuent d’améliorer à la marge la qualité de l’image. Cela commence par les évo-lutions graduelles de l’éclairage par LED où l’on sent que les constructeurs reviennent à la chargeavec le rétroéclairage (LED backlighting) en lieu et place de l’éclairage sur le côté (edge LED). Cedernier présentait l’avantage d’être économique et de permettre de baisser l’épaisseur des écransmais il en résulte un éclairage pas suffisamment homogène des dalles LCD.L’autre évolution marquante depuis quelques années est la réduction de la taille du cadre qui en-toure l’écran (bezel). Samsung comme LG proposent des écrans avec un bezel de moins de un cen-timètre, voire de 5 à 6 mm.La conséquence est que les TVse ressemblent de plus en plus.Alors, comment se différencierdans le design ? Cela passe parle socle qui chez Samsung (ci-contre en haut) comme chez LGElectronics (ci-contre en bas)adopte une forme en U.Le logo de la marque doit êtreaussi visible et déborde del’écran comme ici chezSamsung. Et il faut prévoir unemplacement au-dessus del’écran pour une caméra, de plusen plus, présente pour un tasd’applications.Voici maintenant quelques évolutions technologiques dans les écrans LCD, marque par marque :Samsung et LG reviennentau LED backlighting dansleurs LCD haut de gamme.Le système est passé de cen-taines de LED à des milliersde LED qui se miniaturisentdonc fortement. Samsungappelle cela le « MicroDimming Ultimate ».L’équivalent chez LG Elec-tronics est le « Nano FullLED ». Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 205 / 244
  • 206. Le tout est associé à un trai-tement numérique en troispasses pas facile à piger dansles explications fournies. Lerésultat est un meilleur rendudes contrastes et notammentdes noirs, qui sont la bête…noire des écrans LCD !Samsung améliore par ail-leurs les noirs dans ses LCDavec le « Real Black Pro ».Cela donnerait un ratio decontraste de 10 millions pourun. Ça marche comment ? Unfiltre noir réduit la réflexionde lumière sur l’écran. C’estune technologie semble-t-ilcomplémentaire de la précé-dente et qui s’applique aussiau edge LED qui est encoreen vigueur dans les entréesde gamme chez Samsung.Sony présentait aussi un « In-telligent Peak LED » quiaméliore le contraste de sesécrans LCD. C’est peut-êtreune technologie issue deSamsung qui le pourvoit enécrans LCD de grand format.Sony propose aussi son « 3DSuper Resolution » et le « In-ternet Super Resolution »,deux techniques pour amélio-rer le contraste des images.Qu’il faut toujours prendreavec circonspection. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 206 / 244
  • 207. Sony est aussi à l’origined’une technologie appeléeTruBlack qui évite les refletssur les écrans LCD et amé-liore le rendu des noirs. Elleexploite un film antiréflexionqui est placé entre le panneaude verre et sa protection styleGorilla Glass, et un film enrésine opto-élastique en des-sous du verre.Samsung présentait un bel écran 75 pouces en 1080p et LCD-LED dans sa série ES8000 (ci-dessous). Mais c’est un grand classique. C’est un écran qui supporte la 3D, toujours en technologieà base de lunettes actives. Il intégrera le contrôle vocal et par les gestes.Dans les grands formats, Sharp et LG se battent en duel. Le premier présentait un LCD LED de 80pouces (LC-80LE844U) et le second un modèle de 84 pouces, le plus grand LCD 3D « du monde ».Mais le LCD fait aussi des progrès dans les petits formats !La résolution « Retina » devient la nouvelle norme dans les mobiles. Hitachi Displays a ainsi sortiun écran LCD de 4,5 pouces (le format du Galaxy Note) en 720p (1280x720 pixels). A comparer auRetina de l’iPhone 4 qui fait 960x640 pixels sur 3,7 pouces qui est d’origine LG Display et entechnologie LCD AH-IPS. Ce qui donne une densité équivalente.LG Electronics présentait sur son stand du CES 2012 ses smartphones utilisant un écran « TrueHD ». Soit une résolution 1280x720 en 4,5 pouces, équivalente à ce que l’on vient de voir chez Hi-tachi. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 207 / 244
  • 208. Dans son Galaxy S II HD LTE, Samsung intègre un écran de 4,65 pouces en 720p, ce qui donneune résolution en DPI encore supérieure aux écrans précédents !Samsung a annoncé en mai 2011 la sortie prochaine d’unécran de 10,1 pouces à 300DPI, d’une résolution de2560x1600 pixels (XQGA) et utilisant un arrangement depixels dit « PenTile RGBW » qui intègre un pixel blanc enplus des pixels RGB, ce qui permet de diminuer la consom-mation par diminution du rétroéclairage LED.LG Display devrait faire de même. C’est le type d’écran que l’on attend dans l’iPad 3 et qui devraitsignificativement améliorer le confort de lecture des textes. Le 300 DPI va devenir la norme d’icifin 2012 à la fois dans les smartphones et dans les tablettes !Toshiba a poussé encore plus loin en annonçant en 2011 un écran LCD de 6,1 pouces avec la mêmerésolution de 2560x1600 pixels, ce qui donne 495 DPI (dots per inch). Cela devient bien extrêmecar probablement inférieur à la résolution de l’œil. Pour l’instant, aucun appareil qui intègre cetécran n’est en vue. Résolutions d’écrans en DPI Mobile ou écran Taille d’écran Résolution DPI iPhone 4 et 4S 3,5 pouces 960x640 329 Samsung Nexus et Galaxy S II HD LTE 4,65 pouces 1280x720 316 Samsung 10,1 pouces 2560x1600 299 Toshiba 6,1 pouces 2560x1600 495Sharp a annoncé en 2011 qu’il mettait au point une technologie LCD dénommé IGZO qui se subs-tituerait à l’IPS généralement utilisé (quand ce n’est pas du TFT ou du LTPS…). IGZO estl’abréviation de « Indium, Gallium et Zinc », les oxydes utilisés dans le panneau. Ceux-ci permet-traient de réduire les besoins en rétroéclairage du panneau LCD, d’améliorer la résolution et de ré-duire les coûts de fabrication.Mais de quoi s’agit-il au juste dans le sandwich qu’est un écran LCD ? Il s’agit des matériaux utili-sés dans la couche de transistors qui active l’orientation des LCD. Ils remplacent le polysiliconehabituellement utilisé dans la matrice TFT. A noter au passage, tant qu’on y est, que ces écrans sonttous « IPS », à savoir In-Phase-Switching, la technologie d’orientation des cristaux liquides qui aremplacé il y a longtemps celle de « Twister-Nematic ». Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 208 / 244
  • 209. LED IPS : in-phaze switching TFT : thin film transistor LTPS : low-temperature polysilicon IGZO : indium-galium-zinc Schéma récupéré sur : http://www.tmdisplay.comTerminons dans le LCD avec cette mode du LCDtransparent, où le rétroéclairage est séparé del’écran LCD, comme dans un cadre photo ParrotDia sorti en 2011. Il donne la possibilité de crée dessystèmes de PLV (promotions sur lieu de vente)originaux comme ci-contre.OLEDJusqu’à présent, on entendait parler d’OLED pour les écrans destinés aux appareils photos et mo-biles (chez Samsung, avec leur AMOLED) et pour des TV de petits formats (jusqu’au 27 pouces,mais jamais vraiment commercialisées). L’OLED n’a jamais pu percer dans les TV. Il présentecertes des avantages certains : très bon rendu des couleurs, excellent contraste et faible consomma-tion. Mais la technologie est dure à mettre au point : des couleurs primaires qui ne s’usent pas à lamême vitesse et des technologies de fabrication pas au point dans les grands formats.Et bien, on en revient ! Samsung et LGElectronics ont en effet relancé l’OLEDcette année en présentant chacun au CES2012 un écran 55 pouces OLED en 1080p(respectivement Samsung KN55ES9000 etLG 55EM9600). Le tout avec des taux decontraste de 100000 pour 1 et de rafrai-chissement de 600Hz, excellent pour la 3Dà lunettes actives. C’est un progrès quan-tique à ce que l’on voyait précédemment.Et de plus, ils annoncent que ces écransseront commercialisés d’ici fin 2012 ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 209 / 244
  • 210. La durée de vie de ces écrans serait simi-laire à celle d’un écran LCD. Ils utilise-raient un phosphore bleu d’origine DuPontet Universal Display qui a une durée devie équivalente à celle des écrans LCD.L’écran LG utiliserait quatre couleurs pri-maires ce qui n’est pas sans rappeler leQuatron de Sharp introduit en 2010.La demi-vie du phosphore bleu est de42000 heures. Le rouge et le vert ont unedemi-vie supérieure de 100000 à 150000heures. Certains utilisent un filtre bleupour compenser la plus faible durée de viedu bleu.Une lampe CCFL d’un écran LCD dure 60000 heures et l’équivalent LED qui le remplace depuisquelques années dure environ 150000 heures. Que représentent 42000 heures ? A raison de 3 heuresde TV par jour, donc environ 1000 par ans, cela donne une durée de vie théorique de 42 ans. Enlaissant allumer la TV toute la journée (16 heures), cela donnerait une durée de vie de 7 ans. Bref,de quoi tenir !L’OLED est plus efficace énergétiquement car cette technologie émissive génère moins de déperdi-tion énergétique tandis qu’avec un LCD, 50% du rétroéclairage en LED ou CCFL est perdu du faitde l’utilisation d’un filtre polarisant et 60% ensuite dans les filtres de couleur. Donc, on perd 70%de l’énergie lumineuse en tout. LG WOLED-CF Samsung Super OLED (cc) Schéma: Olivier Ezratty Filtres RGB Lumière OLED blanches OLED de couleurLes technologies OLED de Samsung et LG se distinguent dans le détail : LG utilise des matrices de pixels blancs OLED avec des filtres de couleur RGB d’origine Ko- dak19 pour trois pixels sur quatre, le quatrième restant blanc, de manière analogue au « PenTile RGBW » du LCD précédemment vu. Cette technologie s’appelle WOLED-CF. Samsung utilise un « Super OLED », en OLED de couleurs primaires RGB classiques, sans filtres.Chacun doit prétendre générer le meilleur rendu et il faudra attendre de disposer de modèles com-merciaux pour se faire une idée de la question.Chez Samsung et LG, la finesse de l’écran est d’environ 5 mm mais on ne sait pas ce qu’il en serapour les produits finis une fois qu’ils intégreront toute électronique.19 Brevets de Kodak achetés par LG Display en 2009. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 210 / 244
  • 211. Les démonstrations de ces écrans OLED étaient évidemment époustouflantes. Il faut cependant rap-peler que ce genre de démonstration exploite souvent des images de très bonne qualité et avec untaux de compression très faible. Tant que l’on n’a pas d’images de TV ou de cinéma à se mettresous la dent, il est difficile de se faire un avis.Ces écrans OLED devraient être commercialisés dès la mi-2012 à moins de $6K. Avec une capacitéde production moyenne de 10000 unités par mois.Sur son stand, Samsung présentait un usageoriginal de son écran OLED avec deux imagesdifférentes projetées et captées par les utilisa-teurs avec des lunettes de filtrage actives. C’estune application spécifique de l’affichage 3D.Au lieu de l’utiliser pour envoyer deux imagesdifférentes aux deux yeux, on envoie deuximages totalement différentes et chaque lunetten’en affiche qu’une seule pour chaque utilisa-teur. Vous suivez ? Ça a l’air quelque peu fu-tile…En dehors de Samsung et LG, AUO a présenté en 2011 des écrans AMOLED transparents et tac-tiles de 65 pouces et de 6 pouces. Première application : un distributeur automatique. On pourrait levoir apparaître sur des pare-brises de voiture ou des vitrines de magasins. Mais je n’ai pas vu cettetechnologie au CES 2012. Et elle ne sert à rien dans le cas des écrans de TV !Petit rappel au sujet des micro-écrans qui servent dans les viseurs d’appareils photos et de camérasvidéo. J’avais pu voir chez Rohm au CEATEC de tels micro-écrans OLED avec une résolution de800×600 pixels (SVGA) et un ratio de contraste de 30000 pour 1. Cette technologie pourra atteindrele SXGA soient 1024×768 pixels. Tout ceci rentre dans un rectangle de quelques millimètres decôté ! Les écrans Retina et leurs 329 DPI sont de la gnognotte à côté ! Cette technologie provient deeMagin, elle-même utilisant des travaux de recherche de Kodak. L’amélioration de la résolution deces écrans OLED est très importante pour les viseurs des appareils photo hybrides qui utilisent degrands capteurs mais pas de miroirs contrairement aux appareils reflex. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 211 / 244
  • 212. Crystal LEDSony présentait ce qui avait l’apparence d’une variante de technologie OLED : un écran « « CrystalLED » de 55 pouces utilisant des nano-LED émissives RGB pour chaque pixel du 1080p, soit uneLED par pixel rouge, vert et bleu de l’écran.Il s’agit d’une technologie émissive comme l’OLED à ceci près que l’émission ne vient pas decomposés dits organiques, mais de LED plus classiques, à base de cristaux.En tout cas, l’image est très contrastée et les noirs bien meilleurs. Pas évident cependant de voir surla photo ci-dessous que le Crystal LED donne une meilleure image que le LCD+LED classique.D’autant plus que l’on peut observer une barre de synchronisation dans la version Crystal LED.Le résultat par rapport au LCD est : 3,5 fois plus de contraste Un meilleur rendu des couleurs grâce à un spectre de couleurs affichable plus grand (Gamut). Un meilleur temps de réponse (x10).Et par rapport à l’OLED : Une meilleure résistance des LED dans le temps. Une fabrication qui serait moins chère, en particulier pour les grands formats. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 212 / 244
  • 213. Cette technologie était bien mystérieuse pendant la visite du CES : impossible d’avoir quelque dé-tail que ce soit sur le stand de Sony. En creusant sur Internet, on découvre qu’il pourrait s’agir d’unedéclinaison du procédé de « Quantum Dot LED ». Le procédé aurait été conçu dans le laboratoireAtsugi Technology de Sony basé à Kinagawa, à l’ouest de la baie de Tokyo.On espère en tout cas que ces écrans n’iront pas rejoindre le cimetière des technologies promet-teuses et abandonnées, déjà occupé par feu le SED et aussi par le FED qu’avait expérimenté Sonysans succès.PlasmaContre vents et marrées, Panasonic continue de faire avancer la technologie Plasma qu’il est le seulà mettre en avant. Même si Samsung et LG Electronics continuent de commercialiser des écransPlasma et de les exposer sur leur stand au CES.Panasonic indiquait ainsi avoir obtenu une nouvelle baisse de la consommation électrique qui passede 82W à 59W dans des 42 pouces pour le TC-L42ES par rapport au TC-L42E3.Samsung présentait des avancées équivalentes de réduction de consommation d’énergie dans leurplasma mais elles n’étaient pas chiffrées sur leur stand.Affichage 4KL’affichage 4K était toujours présent, comme chaque année depuis que je vais au CES, sur lesstands des grands constructeurs. Il a toujours été présenté à l’état de prototype chez Samsung et LGElectronics, et aussi chez Panasonic avec son énorme plasma de 150 pouces.Mais ces écrans arrivent maintenant en production. Les constructeurs aimeraient bien les vendrepour monter en gamme et lutter contre l’inexorable baisse desprix qui affecte leur secteur avec la banalisation des TV.Quelques tendances poussent les constructeurs à promouvoir leursTV 4K : Hollywood qui numérise ses films argentiques en 4K pour mieux valoriser son stock. La production cinéma qui se lance dans le 4K, avec des camé- ras vidéo de nouvelle génération comme la Sony F65 et les RED 4K. Les considérations techniques : le 4K est la résolution qui s’approche le plus de celle du 35mm argentique et qui permet de ne plus détecter les pixels d’une image jusqu’au tiers d’une salle de cinéma. L’adoption du 4K va donc commencer d’abord par les salles de cinéma. Mais la majorité d’entre elles sont équipées de projecteurs vidéo 4K, le plus souvent en tech- nologie DLP. Cela va prendre du temps de mettre à jour cette base installée, déjà chèrement ac- quise. L’usage d’écrans 4K est intéressant pour afficher de la 3D passive sans perte de résolution comme avec les écrans 1080p où une ligne verticale sur deux est dédiée à chacun des yeux.Comment diffuser des contenus 4K dans le grand public ? Avec essentiellement des disques Blu-rayqui est prêt pour cela d’un point de vue physique et stockage. Il reste à standardiser le format vidéoet la compression. Côté Internet, il faut compter environ 30 mbits/s de bande passante, ce qui réduitles opportunités pour la VOD, la TV en direct et le streaming. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 213 / 244
  • 214. Au CES 2012, nous avions donc côté 4K : Sharp qui présentait un écran 4K ainsi qu’un écran 8K (7680x4320 pixels), ce dernier ayant déjà été présenté à l’IBC 2011 d’Amsterdam en septembre 2011 et au CEATEC de Tokyo en octobre 2011 (ci-contre). LG Electronics et un écran 4K de 84 pouces en LCD/LED. Le 4K qui est sous l’appellation « Ultra Definition » chez LG. Samsung présentait un écran 4K de 70 pouces en LCD-LED. Il y en avait aussi chez Toshiba, avec de la 3D sans lunettes et chez Panasonic.Multi-écrans sur PCL’affichage multi-écrans sur PC et Macintoshbénéficie maintenant de la connectique USB 3.0rapide qui est très répandue. Les dongle USB3-HDMI deviennent légion pour ajouter un ouplusieurs écrans en 1080p à son ordinateur, sansdépendre de la carte graphique intégrée dans ledesktop ou le laptop. Cela permet de se créer desconfigurations à trois écrans alors que l’on estgénéralement limité à deux écrans.Ainsi J5 Create propose un dongle USB3-HDMI.Display Link fait la même chose, soit lui-même soit ses partenaires OEM qui intègrent sa techno-logie comme Zotac Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 214 / 244
  • 215. L’épaisseur des écrans au CESLes écrans présentés au CES se distinguent toujours parla qualité de l’image. Mais le design et l’épaisseur sonttoujours mis en avant.Depuis que je parcours le CES, j’observe toujours cesécrans de TV, quelle que soit la technologie, qui sontextra-plats. Moins de 1 cm depuis 2006, et moins de 5mmdepuis pas mal de temps. Notamment pour les nouveauxécrans OLED de Samsung et LG Electronics.Cette faible épaisseur est permise par plusieurs élémentstechnologiques :Les écrans LCD sont éclairés sur le coté par des barres deLED très fines qui ont remplacé il y a environ 5 ans lestubes en néon dits CCFL qui étaient un peu plus épais.Les écrans OLED qui utilisent une technologie émissivesont encore plus fins, moins de 1mm d’épaisseur au total,coque exclue. Un écran OLED « nu » est un film plas-tique flexible !Les technologies de plastique et de verres ont aussi fait des progrès. On sait créer des matières plusfines et plus rigides. Le meilleur exemple est le verre spécial Gorilla de Corning, maintenant danssa version 2, est encore plus fin et solide. Il équipe des smartphones, tablettes, laptops et écrans deTV. Dans ces derniers, c’est la version la plus épaisse qui est utilisée, d’au moins 1mmd’épaisseur.L’électronique des écrans présentés au CES est toujours déportée à l’extérieur de l’écran alorsqu’elle doit généralement être dedans pour les produits du commerce. Il est trop compliqué devendre une TV avec une STB externe.Projection vidéoProjection vidéo classiqueIl y a toujours trois principales familles de technologies qui se partagent le marché de la projection : Le DLP de Texas qui fournit sa technologie à un grand nombre de constructeurs, des pico- projecteurs aux projecteurs de cinéma type Barco ou Christie. Il s’agit de puces à micro-miroirs qui réfléchissent plus ou moins une lumière blanche. Les DLP sont soit tri-DLP avec trois puces et un prisme soit avec une roue tricolore tournante pour l’entrée de gamme. Le Tri-LCD provenant essentiellement d’Epson qui a ses propres projecteurs et fournit sa tech- nologie à d’autres constructeurs. Avec des cristaux liquides traversés par une lumière blanche et un filtre de couleur pour chaque couleur primaire et un prisme pour rassembler les trois faisceaux lumineux. Le SXRD (Sony), DILA (JVC) et autres LCOS qui sont une variante du précédent avec des cris- taux liquides placés sur un miroir, éclairé par une lumière blanche. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 215 / 244
  • 216. Les évolutions de ces projecteurs concernent maintenant plutôt l’éclairage, qui passe parfois enLED, ainsi que le support de la 3D, le plus souvent avec des lunettes actives qui évitent d’ajouter unfiltre polarisant actif devant la lentille du projecteur.Les projecteurs de salon Full HD sont maintenant aux alentours de 1000€, ce qui en fait un très bonrapport qualité prix pour obtenir une image de grande taille par rapport aux grands écrans plats deformats supérieur au 55 pouces.Voici quelques projecteurs notables : Les Epson PowerLite Home Cinema 3010 ($1600) qui supporte la 3D, et le PowerLite Home Cinema 5010 ($3000) qui est plus lumineux et contrasté que le précédent. Le JVC DLA-X70R et sa technologie de miroir semi réfléchissant pour générer une image 4K avec un système DLP 2K dénommée e-Shift, que l’on trouve notamment dans le DLA-X90R. Lancé en septembre 2011 à $8K. Le Sony VPL-VW1000ES, un 4K (4096x2160) en technologie SXRD de 2000 lumens. Casio présentait une nouvelle série de projecteurs vidéo en technologie DLP qui remplacent les lampes halogènes par un éclairage associant des LED et un Laser : les XJ-A141, XJ-A146, XJ- A241, XJ-A246, XJ-A251 et le XJ-A256 (ci-dessus à droite). Sur certains modèles, l’éclairage RGB est obtenu avec une LED rouge, un laser bleu et un laser bleu qui émet une lumière verte par conversion avec un élément au phosphore. Dans d’autres, le rouge et le bleu viennent d’une LED et le rouge d’un laser bleu converti en rouge avec aussi un élément au phosphore. Cette ini- tiative est liée aux velléités écologiques du constructeur. Le rendu n’est par contre pas particuliè- rement bon pour l’image. Cela concerne les projecteurs vidéo à la fois pour entreprise et l’équipement domestique. Les prix semblent abordables. Digital Projection International lance le DPI dVision Scope, un projecteur au format cinéma large (Panavision / Cinemascope, 1 : 2,35). C’est un format dit “ultrawidescreen” avec une réso- lution de 2560 x 1080 pixels (en matrice DLP), qui permet de se passer de lentille anamorphique qui diminue la luminosité et le contraste de l’image. Le projecteur détecte automatiquement les barres noires dans les contenus pour changer le format d’affichage. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 216 / 244
  • 217. PicoprojectionPlus de luminosité, de pixels, de Wifi et même de 3D sont au rendez-vous de la picoprojection cetteannée.Texas propose maintenant une puce Pico HD à la résolution WXGA de 1366×768 pixels. Les pro-jecteurs qui l’utilisent peuvent aller jusqu’à 500 lumens ce qui est pas mal, ils peuvent aussi récupé-rer des vidéos streamées via une liaison Wifi, avoirun port HDMI en entrée et supporter le Bluetooth.Exemple de projecteur qui en est doté : l’OptomaPK320 capable de générer des images de deuxmètres de diagonale (avec 100 lumens) et le BenQJoybee GP2 qui dispose d’un connecteur iPhone.Cette technologie a aussi été visiblement intégréedans un caméscope de Sony, le HDR-PJ10, dansson écran de contrôle. Il génère une belle image deplus de 1m de diagonale de très bonne qualité. Elleétait évidemment démontrée dans un box noir surle stand de Sony (ci-dessous).Même type de progrès chez Microvision avec son module PicoP Gen 2 au laser qui supporte le720p (1280x720). La technologie sera intégrée dans ses picoprojecteurs ShowWX. Microvisionn’échappe pas à la mode de la 3D, qu’il supporte avec le PicoP Gen 2 et des lunettes polarisantes.Et 3M propose sa technologie LCOS qui pour l’instant monte moins en résolution, à 800x600 enformat 4x3 plutôt orienté entreprise que grand public. Les projecteurs de 3M montent en luminositéet sont à éclairage LED, mais plafonnent à 50 lumens, comme avec le MP180.Affichage 3DLa 3D était toujours promue par les constructeurs de TV sur le CES 2012 mais avec un peu moinsd’insistance qu’en 2011. Ils mettaient plus l’emphase sur les fonctionnalités de « Smart TV ». Lemarché et les usages de la 3D décollent en effet plutôt doucement. Les films – de qualité – ne sontpas bien nombreux en 3D et c’est plutôt du côté des jeux que l’offre s’est bien développée, commel’année dernière.La 3D n’a pas décollé aux USA, mais curieusement, elle monte plus rapidement en puissance enChine, où la chaîne publique CCTV a lancé une chaîne-test en 3D début 2011. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 217 / 244
  • 218. Les constructeurs découvrent aussi qu’il y a 6 à 10 millions de personnes affectées de « mono-vision » aux USA ! C’est-à-dire des consommateurs qui ne peuvent pas profiter de la 3D.L’affichage 3D progresse mais on n’y est pas encore. On découvre tout un tas de tentatives de 3Dsans lunettes, qui sont toutes basées sur les mêmes principes de barrières de parallaxe ou de réseauxlenticulaires. J’ai pu observer la plus convaincante chez Stream TV Networks.Samsung aurait vendu 12 millions de TV 3D. La moitié de leurs gammes 2012 seront en 3D. Ils ontbâti des partenariats pour que des contenus 3D soient streamés via Internet. Notamment avec NBCUniversal pour la série Battlestar Galactica.Affichage 3D sans lunettesJe vais me focaliser ici sur les techniques d’affichage sans lunettes car les techniques d’affichage3D avec lunettes n’ont pas changé depuis 2011. Voir les deux précédents Rapports du CES pour ensavoir plus sur le sujet, et notamment sur la différence entre lunettes actives et lunettes passives(polarisantes). On trouvait évidemment des démonstrations d’affichage 3D sans lunettes chez Sam-sung, LG, Sony et autres Toshiba. Mais impossible de les différencier et de les classifier. Elles utili-sent toutes des barrières de parallaxe ou des réseaux lenticulaires. Ces derniers donnent générale-ment de meilleurs résultats. Dans les deux cas, on perd en résolution car la moitié des pixels affi-chés par l’écran est orientée optiquement vers l’œil droit et l’autre vers l’œil gauche.Stream TV Networks présentait sa technologie « Ultra-D 3D » d’affichage 3D sans lunettes surécran LCD. Quand on leur demande comment elle fonctionne, la réponse est « c’est une combinai-son de matériel et de logiciel ». On est bien avancé avec ça ! Du point de vue du résultat, c’est plu-tôt probant. On peut effectivement voir de la 3D sans lunettes et selon plusieurs angles de vue. Cequi permettrait à plusieurs personnes d’en profiter dans le salon des particuliers.En y regardant de près sur l’écran, on constate qu’il s’agit d’une barrière lenticulaire placée devantl’écran LCD. J’ai l’impression que la technologie s’appuie sur une variante de la technique de lasociété française Alioscopie. Cette dernière utilise des barrières lenticulaires qui permettentd’afficher quatre paires d’images 3D, ce qui permet de donner l’impression de tourner autour de lascène en se déplaçant. Mais la technique nécessite une prise de vue à huit caméras, ce qui est à lafois lourd et pas du tout standard. Ici, il est possible que la technique employée soit d’envoyerquatre paires de la même image 3D.Dans la démonstration effectuée dans une salle de réunion, un logiciel était employé pour paramé-trer la profondeur des effets (ci-dessous à droite). Cette fonction est destinée à être exploitable di-rectement à partir d’une télécommande. La société propose aussi une fonctionnalité de conversionautomatique de contenus 2D en 3D, sans que celle-ci, assez standard maintenant, n’ai visiblementde rapport avec la technique d’affichage 3D utilisée. La société prévoit de commercialiser « satechnologie » aux constructeurs de TV. Comme ils sont très sollicités ! Wait and see ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 218 / 244
  • 219. Une autre société, Dimension Technologies, présentait sa propre technologie d’affichage 3D sanslunettes exploitant un « Time Multiplexed Backlighter », qui permet d’éviter toute perte de résolu-tion, comme dans les barrières de parallaxe et réseaux lenticulaires. Il est bien difficile de com-prendre comment cela fonctionne. J’imagine le procédé comme l’écran LCD est doté de deux ré-troéclairage LED directionnels, avec une orientation différente permettant d’envoyer la moitié despixels à l’œil gauche et l’autre à l’œil droit. Un multiplexage temporel permet d’envoyer alternati-vement l’image de droite avec l’éclairage 1 et l’image de gauche avec l’éclairage 2. La persistancerétinienne fait le reste. Le truc aurait été vendu à l’armée américaine.De son côté, le japonais Pic-3D propose de transformer un écran 2D en écran 3D sans lunettes enlui ajoutant un film qui comprend un réseau lenticulaire. Le film qui peut s’installer aussi sur unsmartphone ou une tablette selon le format est associé à une application gratuitement téléchargeable.Il est aussi disponible aux formats de 12, 15, 21,5 et 23 pouces correspondant aux principaux moni-teurs de laptops et desktops. Détail : ce n’est vendu pour l’instant qu’au Japon et les contenus 3Ddoivent être convertis par un logiciel fourni par cette société. On peut douter de l’efficacité du sys-tème, que je n’ai pas pu tester, car les systèmes lenticulaires nécessitent en général un placementavec une précision du niveau du micron sur l’écran pour être bien alignés sur ses colonnes de pixels.L’affichage 3D sans lunettes le plus impressionnant est sans conteste la démonstration que j’ai puvoir au CEATEC de Tokyo en octobre 2011 et produite par « LInstitut National Japonais des Tech-nologies de lInformation et de la Communication (NICT). Il s’agit d’une présentation sur un écrande 200 pouces de diagonale. La projection était très confortable, une fois placé dans l’axe de l’écranet dans un angle de + ou – 13° par rapport à la perpendiculaire de l’écran. Le système évite le phé-nomène de “cross over” désagréable lorsque l’on se déplace et que l’on “tourne” autour de l’image3D car plusieurs vues 3D sont disponibles selon l’angle de vue. La projection s’appuie sur unénorme bloc de 57 projecteurs “Full HD” éclairés par LED projetant par derrière sur un écran spé-cial doté de diffuseurs à base de lentilles rondes. Comme avec les réseaux lenticulaires, les lentillespermettent d’envoyer la lumière dans différentes directions vers le spectateur. Les projecteurs sontcalibrés pour envoyer des pixels vers le réseau de lentilles de l’écran. Ils sont eux-mêmes situé dansun cône d’environ 13° derrière l’écran. Il doit y avoir un traitement numérique impressionnant pourenvoyer les pixels dans la bonne direction sur la bonne lentille.Ce mastodonte dont la qualité d’image est impressionnante n’est évidemment pas fait pour le grandpublic. Il pourrait être démontré en avril 2012 au NAB de Las Vegas et avec un système plus simpleà base de 3 projecteurs. Ils prévoient aussi d’aller dans l’autre sens et de créer un modèle à base de200 projecteurs vidéo. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 219 / 244
  • 220. A quoi cela sert-il ? Surtout à faire avancer l’état de l’art car cela relève de travaux de recherche. LeNICT mériterait une visite d’une bonne journée à lui seul au vu de la documentation fournie sur leurstand !Autres technologies 3DDans le domaine de la 3D, on peut aussi signaler :VEFXi et son 3D Bee qui est un petit boitier de conversion 2D vers 3D à $399. Attention, cettefonction est de plus en plus intégrée en standard dans les TV 3D !Sensio est un spécialiste canadien dela compression d’image 3D dans uneimage 2D. C’est une sorte de « Dol-by » de la 3D qui n’utilise pas la tech-nique du « side by side » ou uneimage 3D est générée en 2D en acco-lant les deux images droite et gauchecôte à côte en divisant par deux soitleur hauteur soit leur largeur. Leurtechnologie logicielle serait intégréedans les décodeurs de nombreuses TV3D du marché. Ils proposent un nou-veau service de streaming 3D« 3DGO » pour diffuser des images àla qualité Blu-ray dans un flux 2Dunique. Ils prévoient de proposer 100 titres en 2012. Chez qui, ce n’est pas bien clair.Lunettes 3DPassons en revue les lunettes qui permettent en complément des écrans de profiter d’images en 3D. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 220 / 244
  • 221.  Première découverte intriguante aux CES, ces lunettes 3D actives waterproof, chez Shenzhen Jingsheng Technologies. Pourquoi waterproof ? Pour pouvoir les passer en machine à laver, un besoin pour les salles de cinéma ! Fallait y penser et le faire ! Par contre, le besoin n’existe pas pour les lunettes passives qui sont jetables. Sony propose une nouvelle génération de lunettes actives très légères. Le français Volfoni continue de proposer ses lunettes 3D bistandards (actives, passives). Sa gamme est complétée par un système de projection 3D polarisant pour projecteurs vidéos. Et aussi un convertisseur de signal qui rend ses lunettes compatibles avec toutes les TV 3D existantes (ci-dessous). Vu ces lunettes de visée tête haute chez l’israélien Lu- mus. C’est un prototype à ce stade. Elles sont dotées de picoprojecteurs, probablement d’origine Microvision qui envoie une image sur les verres de la lunette. C’est fait pour afficher des informations dont vous pouvez définir la distance de focalisation. Pourquoi pas pour la con- duite ? Les lunettes Infinicolor de la société française Trioviz (qui n’exposait pas au CES) sont censées apporter la 3D à des écrans 2D. La solution est faite pour les jeux. La so- ciété fournit un SDK pour convertir des jeux 2D en 3D stéréoscopique. Les lunettes doivent ensuite gérer un af- fichage 3D stéréoscopique par filtrage temporel, syn- chronisé avec l’affichage. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 221 / 244
  • 222.  Sensics lançait au CES 2012 ses SmartGoggles, des lu- nettes de réalité virtuelle permettant « une vue à 360° » qui embarquent un ordinateur sous Android et adaptent l’image en fonction de l’orientation de la tête. Reste à faire développer les jeux et applications en tirant parti ! Ces lunettes sont une véritable innovation par rapport aux lunettes de réalité virtuelle classiques qui ne font qu’envoyer deux images différentes dans chaque œil et que l’on trouve chez pas mal de fournisseurs.Ecrans pour ebooksQualcomm présentait sur son stand son écran 5,7 Mirasol, qui est dispo-nible uniquement en Chine et en Corée comme nous l’avons vu dans larubrique des ebooks. La première usine était une unité de production deprésérie. Seule la seconde qui est en cours de finalisation aura une grandecapacité industrielle de production. Trois milliards de dollars ont été in-vestis dans l’affaire ! Pour mémoire, Mirasol est une technologied’affichage à microcapsule d’encre électronique en couleur qui permetd’afficher de la vidéo. Mais le nombre de couleurs est limité à 65536.On ne pouvait toujours pas voir d’écran utilisant la technologie de Li-quaVista, cette société achetée par Samsung début 2011.E-Ink et Epson ont annoncé en 2011 la combinaison d’écran noir et blancà encre électronique et d’un contrôleur supportant une définition de 300dpi, voisine de celle de l’écran Retina de l’iPhone 4. Soient 2400×1650 pixels pour une diagonaleassez grande de 9,68 pouces.Le même E-Ink démontrait un écran à encre électronique en couleur sur Showstoppers. Il est inté-gré dans le Ectaco Jetbook eReader, une liseuse de 300 dpi en développement chez Epson. Le rendun’était pas bien extraordinaire et la fréquence de rafraichissement de l’écran ne lui permet pasd’afficher de la vidéo (ci-dessous à gauche).Enfin, Silicon Image présentait ses écrans Pixel Qi qui ont la particularité de fonctionner à la foiscomme des LCD classique (rétroéclairés) ou comme de l’encre électronique (sans rétroéclairage).Et cela fonctionne en plein soleil. Mais pas grandement adopté (ci-dessus à droite). Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 222 / 244
  • 223. Télécommandes, interfaces et capteursLes constructeurs se cherchent toujours pour créer des outils de commande des ordinateurs et autrestélévisions ou set-top-boxes. La tendance est toujours d’utiliser son smartphone comme télécom-mande mais de nombreuses variantes apparaissent ou se développent, ce que nous allons voir danscette partie.Fait marquant de ce CES, et notamment dans la TV, c’est la combinaison de plusieurs interfacesdifférentes pour créer des expériences utilisateurs les plus souples possibles : le geste, la reconnais-sance faciale pour le logon, le suivi du mouvement des yeux, la reconnaissance de la parole et lacommande vocale et enfin, la télécommande gyroscopique. La télécommande gestuelle se généra-lise au point qu’elle met du plomb dans l’aile des télécommandes gyroscopiques qui commençaienttout juste à s’installer sur le marché. Résultat, cette technologie va plutôt servir dans le domaine dela santé et du fitness comme nous l’avons vu précédemment.Ce marché des télécommandes et interfaces utilisateurs s’appuie sur un écosystème dense de socié-tés industrielles qui conçoivent et fabriquent des capteurs souvent miniaturisés. On peut citer Mura-ta (qui fait un peu de tout), VTI (3D MEMS, gyroscopes, accéléromètres, inclinomètres),Bosch (MEMS, automobile, accéléromètres, angulomètres, capteurs de pression, filiale Akusticapour les micros), Kionix (accéléromètres et gyroscopes), STMicroelectronics (micros MEMS,accéléromètres, GPS, caméras) et Movea (gyroscope et accéléromètre).TélécommandesLes télécommandes sont un peu un musée des horreurs du numérique. Notamment lorsque les cons-tructeurs essayent d’y fourrer un clavier. En effet, Smart TV obligent, le clavier est une interfaceutile pour taper une recherche dans l’interface utilisateur. Malgré tout, le meilleur clavier, c’est…pas de clavier et plutôt un écran tactile.Alors, c’est parti pour les horreurs ! La SMK-Link Wireless Ultra-Mini La Perpetual Kid Cool Gamer La télécommande manette de jeux et clavierTouchpad Keyboard pour PC et Mac couple Calculator intègre en gros une plus complète chez Veho, la Mimi wifi un clavier et un touchpad et 2 touches de calculatrice dans une manette de Keyboard & Air Mouse qui est compatible fonctions et le bouton Start de Windows jeux. Pour juste $14. Pour calculer Windows et Mac via un dongle USB. media Center. Elle est vendue $69. ses scores ? Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 223 / 244
  • 224. Une autre télécommandes mixant manette de jeu et clavier chez La plus loufoque des télécommandes avec un clavier au format Cideko. bizarre, chez TiRemote. La Smart Remote Controller est encore un engin hybride. Cette télécommande simplifiée devant pouvant aussi servir de manette de jeu, et de clavier au verso. Chez Genius, télécommande miniature pour piloter sa présentation, avec un petit pad pour contrôler la souris. Plutôt un bijou.ClaviersLes innovations dans les claviers classiques pour ordinateurs continuent comme si de rien n’était.Le format QWERTY/AZERTY a la peau dure depuis le milieu du 19ième siècle et celui nous en dé-barrassera ne semble pas encore vraiment né. A moins qu’il ne s’agisse de celui qui est mort, SteveJobs ? Chez Abkey, encore un clavier censé résoudre tous vos problèmes de frappe et à géométrie variable. On leur souhaite bien du courage. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 224 / 244
  • 225.  Le clavier Optimus Popularis de Art Lebedev avec ses touches OLED est dans le commerce à $690 l’unité. C’est bien cher et le prix à payer pour pouvoir disposer d’un clavier aux touches paramétrables. La version à six touches est à $185. J’avais vu les premières démonstra- tions de cette technologie il y a quelques années au CES. Dommage que le design final soit très décevant ! Les scénarios de mobilité sont aussi créateurs d’opportunités pour les inventeurs. D’où ce clavier bi- zarre à dix touches de chez In10Did, l’invention qui laisse typiquement pantois. Elle est censée s’utiliser sur des volants de jeux ou dans votre voiture ! Dix touches, comme le nombre de doigts. Deux des touches servent à l’équivalent de SHIFT et CAP. Bon, avec ça, vous n’êtes pas près de taper un accent circonflexe sur un e ! Un clavier projeté chez Prodigy. On en voyait pas mal depuis des années. Maintenant, il s’agit de produits adap- tés aux iPhones. Pas sûr que cela soit si pratique que ce- la. Et il faut une surface blanche sous le coude. Le logiciel de clavier invisible de l’israélien SnapKeys a un fonctionnement original. Il rappelle un peu les idées de la startup française Tikilabs. L’application pour An- droid présente en overlay sur votre application quatre zones de lettres en mode SMS : celles qui ont des ronds (O, R,…), celles avec un point en bas (T, I, V), celles avec deux ou trois points en bas (M, W) et celles avec une barre en bas (E, L, …). Plus une fonction d’autofill du texte avec un dictionnaire de mots. Le clavier peut disparaître une fois que l’on s’y est habitué. Ça n’a pas l’air très convaincant à l’usage mais il faut peut-être s’y habituer. Cela fait partie des potentielles bonnes idées qui ne sont finalement pas si bonnes que cela ! Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 225 / 244
  • 226.  Enfin, le clavier logiciel Touchpal Keyboard de chez CooTek fonctionne sur Android uniquement car ce sys- tème est plus ouvert qu’iOS pour la substitution du cla- vier du système. Il permet de taper beaucoup plus vite son texte en glissant le doigt sur le clavier, une technique maintenant bien connue. Voir la vidéo ici.SourisVoici donc quelques souris innovantes croisées au CES cette année, l’objectif étant généralement laminiaturisation et l’adaptation à l’usage avec des laptops et netbooks. Quelques ? En fait, je n’en aitrouvé qu’une. Il y avait aussi la Cyborg déjà vue dans la rubrique des accessoires pour les jeux.Il s’agit d’une souris sans fil et sans batteriechez Genius. Le lézard ? La batterie est rempla-cée par une grande capacité qui se charge trèsrapidement. Cela reste cependant conceptuelle-ment une batterie. Dommage que l’on ne fassepas encore « d’energy harvesting » pour rechar-ger sa souris. Comme elle bouge tout le temps,cela devrait être possible de récupérer son éner-gie mécanique non ?GestuelIl y avait encore plus de stands présentant la commande gestuelle ou jeux à la Kinect, mais le plussouvent sur des TV.Il y a deux technologies principales qui se battent en duel sur ce marché : celle de l’israélien PrimeSense et celle du belge SoftKinetic.Prime Sense utilise une caméra CMOS classique, qui filme la vue en couleur, et une autre qui filmedes patterns de lignes infrarouges dits « Light Coding » envoyés par un émetteur IR. Elle en déduitla structure 3D de ce qu’elle voit et en temps réel. Un SDK fourni au développeur tout ce qui estnécessaire pour interpréter la scène. Il est capable d’identifier les parties du corps. Le système fonc-tionne pour la main, les membres et le corps entier. Il détecte le contexte du corps (assis, debout,etc) et est de capable détecter plusieurs personnes à la fois et l’environnement de la pièce. Il est aus-si capable d’exploiter la voix. Le traitement du signal réalisé dans un SoC PS1080 d’origine PrimeSense qui est vendu en OEM par ce dernier.Sur leur stand, on pouvait voir une application classique de jeu, une autre tout aussi classique depilotage de Smart TV et enfin, une autre, plus originale et déjà citée d’habillage virtuel.C’est dans l’approche écosystème que Prime Sense se démène et cela leur réussit plutôt bien. Ils ontcompris le truc et toutes les astuces pour en créer ! Ils ont d’abord un « NiTE Middleware » pourNatural Interaction. C’est le nom de leur SDK exploitant les capteurs exploitant la technologieLightCoding. Le développement logiciel s’effectue en C++, C# ou Java. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 226 / 244
  • 227. Prime Sense propose de plus trois places de marché : Une place de marché de jeux en marque blanche supportant la commande gestuelle : App- side.com, proposée aux constructeurs de TV, set-top-boxes ou PC media centers. SideKick, une place de marché de jeux pour les développeurs et agrégateurs de jeux supportant la commande gestuelle pour TV connectées, PC et consoles de jeux. Cela comprend les jeux pour la Kinect de la XBOX 360 ainsi que le capteur Xtion de Asus pour PC qui exploite le refe- rence design et le SoC de Prime Sense. OpenNI Arena, une place de marché de développeurs valorisant leur travail.Au passage, Microsoft a annoncé que la Kinect serait supportée sur PC sous Windows en février2012. Le packaging n’a pas été précisé.Au-delà de Microsoft, on pouvait observer la technologie de Prime Sense mise en œuvre dans pleinde stands et visiblement, notamment chez LG (ci-dessous à gauche), Haier (ci-dessous à droite,avec le capteur Prime Sense intégré dans le Xtion Pro Live d’Asus20) et ZTE.De son côté, SoftKinetic utilise ce qu’on appelle des caméras « Time of Flight » (TOF) qui mesu-rent le temps que met la lumière pour arriver dans un capteur CMOS à partir de son envoi par unémetteur infrarouge. L’avantage est que le système fonctionne bien de près (20 cm) et SoftKineticentend en tirer parti pour élargir le marché de la reconnaissance des gestes à la commande de mo-biles et PC.20 On reconnait un capteur de technologie Prime Sense à ses trois lentilles : deux caméras et un émetteur infrarouge. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 227 / 244
  • 228. Ils annonçaient ainsi au CES 2012 ce qu’ils appellent le “Near Mode”. Il fonctionne à la fois surleur caméra DepthSense existante, la DS311 et leur middleware iisu qui tourne sur plateformeTexas OMAP 4 mais également sur leur nouvelle caméra DS320 qui quadruple la résolution parrapport à la DS311.Sur leur stand, on pouvait assister à une démonstration d’interface de Smart TV avec des « trailingpoints » pour voir où l’on en est. Et sans geste pour valider la commande, juste le fait de ne pasbouger sur un bouton, ce qui est peut-être perturbant.Chez Samsung, on pouvait voir une démonstration de télécommande gestuelle de Smart TV com-binée à la reconnaissance faciale pour le logon et à la commande vocale dans les menus hiérar-chiques. Le gestuel prend le relais pour la commande d’interfaces en 2D où il n’y a pas de hiérar-chie. Comme choix de film en VOD. Il semble que la télécommande gestuelle s’appuie sur la camé-ra embarquée dans la télévision. La technologie n’est pas précisée mais il est clair qu’il ne s’agit pasde celle de Prime Sense.Chez STMicroelectronics, j’ai pu découvrir ce prototype de table hexagonale à commande ges-tuelle réalisé par l’ISORG et le CEA. C’est basé sur l’utilisation de capteurs infrarouge. Les scéna-rios envisagés ne sont pas précisés !Enfin, terminons avec cette variante de commande gestuelle chez (un autre israélien) Microvisionavec un anneau réfléchissant (ci-dessous à droite) exploité de concert avec leurs projecteurs Picovi-sion à base laser de la même marque. L’anneau réfléchi le rayon laser et le renvoie vers l’émetteurqui est doté d’un capteur. Cela permet de pointer du doigt dans l’image projetée. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 228 / 244
  • 229. Eye trackingLe suédois Tobii démontrait sa solution d’Eye Trackingau CES Unveiled. Il avait était expérimenté pour la pre-mière fois sur un laptop Lenovo en 2011. Ce contrôle parl’œil doit permettre de gérer la sélection de boutons, ledéfilement et la sélection d’objets. Les premiers produitsgrand-publics exploitant cette technologie sont censésarriver à partir de 2013. C’est surtout dans le domaine dujeu que ce type d’outil pourrait percer.CerveauRien de nouveau dans les capteurs sur le CES cette année.Par contre, Haier qui cherche décidément à se faire remarquer a démontré un prototype de com-mande de TV via le cerveau, utilisant probablement un des casques de capteur de stress utilisés parAriel Garten dans ses démonstrations à LeWeb en 2010 et 2011. La commande par le cerveau per-mettait de changer de chaîne et d’augmenter ou baisser le son, entre autres. Mais bon, c’est encoreun peu prise de tête, au propre et au figuré. Cela reste très expérimental.TactileOn pouvait découvrir quelques technologies intéressantes sur ce CES 2012 relatives aux interfacestactiles, notamment sur grands écrans. Les deux premières étaient présentées dans deux petits standsdu Hilton, là où d’habitude on trouve des produits « me-too » sans grand intérêt. Mais là, il s’agit desociétés qui ont développé leur propre technologie. D’autres visent à rendre les interfaces tactilesencore plus réalistes comme la très intéressante technologie haptique de Senseg. Chez TimeLink (Shenzhen, Chine), on propose des kits d’ajout d’interface tactile à des écrans LCD traditionnels de moyens et grands formats, notamment pour les iMac de 27 pouces. La technologie « Surface Light Wave » créée par TimeLink permet de détecter jusqu’à 32 points simultanément21. Le procédé n’est pas bien documenté sur leur site. Il semblerait qu’il utilise un ou plusieurs capteurs de lumière qui exploitent une technique d’interférométrie pour détecter les21 Voir une comparaison de différentes techniques d’écran tactile sur : http://www.tianxing.org/plus/list.php?tid=138. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 229 / 244
  • 230. doigts qui coupent une lumière émise dans le cadre du système. La société propose également sa propre table tactile « à la Surface », mais trois fois moins chère que celle de Microsoft. Le taiwanais iDTI propose une technologie d’écrans tactiles sans ajouter une couche dans le sandwich des écrans LCD (schéma ci-dessus à droite). Elle utilise la matrice TFT du LCD pour détecter la position des doigts. Cela fonctionnerait aussi bien pour le tactile que pour l’usage d’un stylet. La technologie est exploitable sur des écrans de toutes tailles, des smartphones aux TV. Elle serait sur le point d’être mise en production sur un moniteur de 21 pouces sachant que la société a été créée en 2003 ! Le finlandais Senseg propose une technologie pour écran tactile qui utilise des champs électrostatiques pour donner l’impression de parcourir du doigt des textures variées. L’illusion est rendue grâce aux dif- férents niveaux de friction provoqués par la varia- tion des champs électrostatiques, ce qui donne bien l’impression de toucher une surface physique autre qu’un écran tactile basique ! Cela fait partie de la ca- tégorie des interfaces dites « haptiques ». Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 230 / 244
  • 231.  Atmel équipe déjà pas mal d’écrans tactiles de smartphones et tablettes avec ses micro- contrôleurs et films pour interfaces tactiles. Il supportait déjà des écrans tactiles à matrice capaci- tive fonctionnant aussi avec des stylets. La nouvelle version de sa technologie annoncée au CES 2012 est le « maXTouch S ». Elle est adaptée aux petits écrans des smartphones, ajoute le sup- port du stylet et permet en théorie de gagner 1mm en épaisseur. La technologie mixte tac- tile/stylet que l’on avait vu chez Ntrig l’année dernière a visiblement pas mal de concurrents ! Enfin, citons la table Surface 2 de Microsoft que l’on pouvait voir sur le stand de Samsung, la SUR40. Elle avait été présentée en prototype au CES 2011 et elle est maintenant disponible pour $9000. C’est un écran 40 pouces LCD utilisant la technologie PixelSense et elle gère jusqu’à 50 points de contact simultanément. PixelSense est une technologie Microsoft mise en œuvre côté matériel par Samsung. Il s’agit d’un film de capteurs placé en dessous de l’écran LCD qui est capable de scanner par infrarouge ce qui se passe sur l’écran et avec une précision de l’ordre du pixel. Il détecte ainsi les doigts et les mains mais est capable de scanner grossièrement des feuilles imprimées placées dessus ce qui est assez impressionnant (ci-dessous à droite).SonJ’ai pu voir de près des micros MEMS chez STMicroelectronics et leurs applications diverses pourmobiles. Vous pouvez apprécier la taille du micro qui est soudé sur un petit circuit imprimé quis’intègre dans une oreillette.Une démonstration de capture de son ultra-directive était réalisée avec deux de ces micros et unmicrocontrôleur STMicroelectronics, exploitant la technologie logicielle HD-PA de SoundChip SA,une startup Suisse partenaire de STMicroelectronics depuis juillet 2011. C’est le même genre detechnologie qui permet d’éliminer le bruit ambiant ou sa propre voix lorsque l’on parle avec desécouteurs comme celui-ci-dessus. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 231 / 244
  • 232. AnnexesVoilà, le tour du CES est ainsi terminé.Pour le compléter voici un petit glossaire mis à jour chaque année, mais qui ne prétend pas êtrecomplet. Il vous permettra de déchiffrer une partie du jargon technique utilisé dans le document.Vous avez aussi une liste de sources d’informations sur Internet, liées notamment à la presse écriteque l’on peut ramasser sur le CES.Et enfin, un chrono des révisions de ce document. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 232 / 244
  • 233. Glossaire des loisirs numériquesVoici ici non pas un dictionnaire complet sur le sujet des loisirs numériques mais quelques-uns desnombreux et nouveaux termes utilisés dans ce document. Si vous êtes perdus sur d’autres termes,une solution simple : Wikipedia !2K : résolution 2048x1080 utilisée dans le cinéma numérique, ATSC : standard de la télévision numérique hertzienne auxet voisine du 1080p, 1920x1080. USA, équivalent de la TNT en France. Il a définitivement rem-4K : résolution 4096x2160 utilisée également dans le cinéma placé le NTSC en février 2009. Le Mobile ATSC est sa décli-numérique, notamment au niveau de la post-production. Elle naison pour la télévision mobile aux USA.correspond physiquement à la résolution des films argentiques AVCHD: l’Advanced Video Codec High Definition est un35mm. Cette résolution n’est pas utilisée dans des produits nouveau format d’enregistrement vidéo introduit par Sony etgrands publics. Au CES 2012 apparaissaient les premiers écrans Panasonic. Il est adapté au stockage numérique de la haute« commerciaux » dits 4K mais qui utilisent une résolution voi- définition sur DVD enregistrable, sur disque dur et sur cartesine : le 3840x2160 qui représente quatre fois le 1080p en sur- mémoire type SD Card ou Memory Stick Pro. C’est un formatface. Des projecteurs vidéo professionnels existent en 4K depuis utilisé dans les caméscopes HD amateurs qui donne à la fois une2005, notamment chez Sony. image de bonne qualité et un bon taux de compression puisqu’ilAAC : format de compression de la musique créé par Apple utilise le MPEG-4 AVC (H.264).pour ses iPod Blu-ray : format de DVD haute définition d’origine Sony. C’estAftermarket : dénomination du marché des produits complé- le standard du marché depuis 2008 après l’extinction du HD-mentaires et accessoires d’un produit ou d’une catégorie de DVD promu par Toshiba.produits donnés. L’aftermarket dans l’automobile comprend par Bridge : se dit des appareils photos intégrés avec un capteurexemple les autoradios qui remplacent les « premières montes » classique de compact et une optique performante comprenant unou les GPS. L’aftermarket de l’iPod et de l’iPhone comprend zoom de grand facteur d’agrandissement. Ils sont plus gros quetous les « dock », les coques et autres accessoires, sans compter les compacts.les applications de l’AppStore. Broadcast : se dit de la diffusion de la télévision par lesAirPlay : technologie d’Apple pour la transmission de musique moyens traditionnels (câble, satellite, hertzien) par oppositiond’un appareil à l’autre et sans fil. Elle permet de constituer un au streaming vidéo qui est fait à la demande (unicast) ou passystème de diffusion de la musique multi-room. AirPlay est (multicast). C’est aussi l’appellation des technologies et pro-supporté depuis iOS 4.2 dans les iPhone et iPad. duits de tournage de vidéo professionnelle. Une « caméraAMOLED : « Active Matrix OLED », variante de la technolo- broadcast » est une caméra qui tourne des images répondant auxgie d’affichage OLED qui présente une meilleure durée de vie. exigences de qualité des chaînes de télévision. Après, il y a lesIls sont utilisés dans certains appareils photo comme chez Sam- caméras « cinéma », qui poussent un peu plus loin l’exigence etsung. La technologie permet aussi de créer des écrans souples. fonctionnent aussi à 24 images par seconde.Android : le système d’exploitation pour smartphones de BSI CMOS : Back-side illumination, technique de capteurGoogle, également utilisé dans des téléphones fixes multimédia photo et vidéo utilisée notamment chez Sony dans ses EXMOR,à écrans et autres appareils embarqués. qui permet de mieux capter la lumière. Les transistors sont en dessous au lieu d’être au-dessus des diodes captant la lumièreANT+ : c’est un protocole propriétaire de communication sans (photosites).fil pour les objets communicants qui est utilisé notamment dansle domaine du fitness et de la santé. Il présente l’avantage d’être CableCARD : standard de carte à puces de contrôle d’accès auxà très basse consommation électrique et d’être très flexible dans contenus télévisés payants sur le câble aux USA. Il fonctionne àles topologies de réseau supportées (broadcast, peer to peer, etc). l’aide d’un lecteur de cartes à puces comme sur un décodeurles composants sont à source multiple : Texas Instruments, Canal+ (qui utilise lui le système Mediaguard de Nagravision).Nordic Semiconductor et Dynastream. Le débit monte en théo- Les set-top-box des opérateurs américains du câble supportentrie à 1 Mbit/s et la portée va jusqu’à 30 mètres. Cette technolo- tous ce standard matériel et logiciel. Il en va de même de cer-gie concurrence le Zigbee et le Bluetooth. tains téléviseurs conçus pour le même marché américain. L’évolution récente de ce standard est le tru2way.Apple TV : la set-top-box d’Apple qui permet de récupérer descontenus Internet, sur iTunes / QuickTime, et sur son réseau, et CableLabs : association qui regroupe les câblo-opérateursde les visualiser sur son écran. Un peu délaissée par le construc- américains qui est à l’origine des standards CableCard etteur et qui s’est peu imposée notamment du fait de l’absence de tru2way et aussi de l’OpenCable, une spécification poursolution pour regarder les chaînes de télévision diffusées par les l’architecture matérielle et logicielle des set-top-boxes du câblemoyens habituels du broadcast (TNT, satellite, câble, IPTV). aux USA, rebaptisée tru2way au CES 2008.ARM : société anglaise qui a créé une architecture de proces- Capteur : « sensor » en américain. Dans les appareils photos etseur RISC du même nom qui est intégrée dans de nombreux caméras, c’est le circuit électronique qui récupère les signauxprocesseurs embarqués sous forme de « propriété intellec- lumineux de l’optique de l’appareil pour former une imagetuelle ». A savoir que le dessin du processeur est acheté à ARM numérique. Ces capteurs à technologie CCD ou CMOS sontpour être intégré dans des SoC (system on chip) intégrant fabriqués avec des techniques voisines de celles des micropro-l’ARM ainsi que d’autres composantes comme des briques en cesseurs. On trouve sinon des capteurs dans un tas d’autressilicium de décompression audio et vidéo. domaines : géolocalisation, présence, mesure de la pression, de la température, de l’orientation magnétique (boussole électro-ARPU : « average revenue per user », utilisé chez les opérateurs nique), de l’accélération, etc.télécoms, dans le web et dans les métiers des contenus. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 233 / 244
  • 234. CAS : Conditional Access Systems, les systèmes de protection Crapstore : surnom que l’on pourrait donner au CES au vu dude l’accès aux contenus TV diffusés en direct, par TNT, satellite point précédent.ou câble. Ils reposent le plus souvent sur une protection maté- Crystal LED : technologie d’affichage émissive commerielle avec un secret de décryptage stocké dans une carte à puce l’OLED conçue par Sony et présentée pour la première fois auet/ou dans le processeur de la set-top-box. CES 2012.Catch-up TV : service en ligne permettant de visualiser une DECE : le « Digital Entertainment Content Ecosystem »est àémission récente que l’on a ratée. Elle est souvent proposée l’origine de l’initiative UltraViolet (http://www.uvvu.com/)pendant quelques semaines suivant sa diffusion. Le service est lancée en juillet 2010 de solution universelle de protection dessouvent gratuit tant pour les chaînes gratuites que pour les films et programmes vidéo, et ensuite, de musique.abonnés à des bouquets de chaînes payantes. On le trouve soitsur les sites web des chaînes de télévision, soit parfois dans les Direct download : ou téléchargement direct, solution de télé-set-top-boxes des diffuseurs. chargement de contenus, souvent piratés, qui ne passe pas par des logiciels pair à pair mais directement par la fonction deCCD : technologie de capteurs photo et vidéo. sauvegarde de fichiers sur le bureau du navigateur. N’est doncCCFL : « Cold cathode fluorescent lamps », ce sont les lampes pas détectable par les ayant droits, sauf à installer des sondesà néon qui servent au rétroéclairage des écrans plats LCD. chez tous les fournisseurs d’accès Internet !Depuis 2008, les constructeurs les remplacent de plus en plus DirectX : interface de programmation de Windows destinée à lapar des LED qui consomment moins d’électricité. D’ici 2014, la création d’applications multimédias intégrant son, vidéo, effetsmajorité des écrans LCD seront à rétro-éclairage LED. graphique en 3D, notamment pour les jeux. Elle en est à saCDMA : l’un des standards de la 3G mobile, utilisé principale- onzième version.ment aux USA et en Asie. Il a été conçu à l’origine par Qual- DisplayPort : standard de connexion avec les écranscomm. d’affichage numériques qui équivaut au HDMI. Il transmet leCEA : Consumer Electronics Association, qui a deux activités : son multicanal et l’image numérique non compressés. Il estl’organisation du CES, et la réalisation d’études de marché dans supporté en majorité par des acteurs de l’industrie informatique,le marché de l’électronique de loisirs. notamment par les fabricants de cartes graphiques ATI et nVi-CEATEC : équivalent du CES qui a lieu à Tokyo en octobre. dia ainsi que par Intel et AMD (maison mère d’ATI). Son avan- tage clé est d’être sans royalties, contrairement au HDMI quiCloud Computing : se dit des services logiciels disponibles coûte environ 5cents par device supporté, complété d’une rede-pour un utilisateur ou un développeur de logiciels et qui pro- vance annuelle de $10K. A noter également les solutions deviennent de serveurs sur Internet et sont le plus souvent reliés cartes graphiques haut de gamme qui supportent jusqu’à 6entre eux. Un développeur peut faire appel à des ressources du écrans différents, en général avec une connectique DisplayPort.« cloud » pour créer son application en assemblant des serviceslogiciels d’origine variée (le stockage de données chez Amazon DLNA : Digital Living Network Alliance, association et en-S3, les serveurs d’application avec Windows Azure, la re- semble de spécifications de produits de loisirs interconnectables.cherche avec Google Search, les réseaux sociaux avec Twitter et Un produit « DLNA » supporte un chapelet de standards maté-Facebook, la gestion commerciale avec Sales Force, etc). riels et logiciels facilitant son interconnexion avec d’autres appareils numériques. C’est par exemple le cas des téléviseursCMOS : technologie de fabrication de circuits intégrés qui est connectés capables de lire les contenus audio, photo et vidéo denotamment utilisée pour créer des capteurs photos et vidéo. votre réseau de micro-ordinateurs. Le tout grâce à une interfaceC’est la technologie la plus répandue, qui a surpassé le CCD. logicielle de navigation dans l’arborescence des répertoiresCMOS rétro éclairé (ou back side illumination) : variante de la partagés sur ces PC. DLNA est devenu le moyen standard detechnologie précédente ou les transistors sont placés derrière les connecter son informatique à ses téléviseurs et autres produitscellules à diode qui reçoivent la lumière et pas devant. Cela de loisir connectés en réseau.donne des capteurs plus sensible à la lumière. DLP : technologie de projection vidéo d’origine Texas Instru-Codec : logiciel de décodage d’un format audio ou vidéo. Un ments basée sur l’éclairement de micro-miroirs activés électri-lecteur média comme QuickTime ou Windows Media Player est quement. Elle est employée dans les projecteurs vidéos. Avan-installé conjointement avec plusieurs codecs pour pouvoir lire tage : un rendu cinéma et des noirs de bonne qualité. Inconvé-plusieurs formats de fichiers. Souvent, pas tous. L’utilisateur est nient : un effet optique désagréable avec les projecteurs utilisantainsi amené à installer des codecs supplémentaires pour lire les une roue multi-couleur tournant entre l’objectif et la puce con-formats non supportés nativement. On trouve aussi des codecs tenant les micro-miroirs. Il existe une variante, le DLP-Pico,dans les set-top-boxes et dans les mobiles. utilisé dans les pico-projecteurs, de la taille d’un smartphone.Composantes / Components : branchement entre source et DMD : technologie d’affichage pour projection vidéo dérivéeaffichage vidéo avec trois câbles, généralement pour passer le du DLP.noir/blanc, le rouge et le bleu, le vert étant calculé par soustrac- DMips : Dhrystone MIPS, est une unité de mesure de la per-tion du premier avec les deux suivants. Il peut aller jusqu’au formance de calcul de processeurs, utilisée notamment pour les1080i, et sans protection des contenus. L’image est correcte processeurs embarqués comme dans les set-top-boxes.mais de qualité légèrement inférieure à celle que génère uncâblage HDMI. Downscaling : opération consistant à réduire la résolution numérique d’une image.CPL : courants porteurs en ligne, technologie de réseau numé-rique exploitant le câblage électrique. Ils font passer des signaux DRM : Digital Rights Management, technologies de contrôlenumériques en haute fréquence, noyés dans le 50 Hz (ou le 60 d’accès aux contenus numériques appliquées en particulier auxHz). Un filtre à l’arrivée enlève le courant alternatif pour ne systèmes de type PC, players multimédias et autres set-top-conserver que les hautes fréquences et ensuite les convertir en boxes. Ces technologies vont maintenant jusqu’aux écrans avecnumérique. Les principaux standards de CPL sont le HomePlug le HDCP qui crypte les contenus HD via la connectique HDMI.et le HD-PLC. DVB : ensemble de protocoles de transmission de la télévisionCrapware : diminutif américain pour les gadgets qui ne servent numérique. DVD-S pour le satellite, DVB-T pour la TNT,à rien et que l’on trouve en quantité astronomique sur le CES. DVB-H pour la télévision mobile. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 234 / 244
  • 235. DVI : spécification de câble reliant le plus souvent les ordina- Feature phones : se dit des mobiles qui ne sont pas des smart-teurs aux écrans plats. Le connecteur transmet généralement à la phones. Ils sont dotés de fonctionnalités (features) diversesfois l’image dans un format de signal analogique (le DVI-A, comme un appareil photo voire un GPS, mais sont plus res-similaire au VGA) et numérique (le DVI-D). treints en capacités de communication. En général, ilsDVR : digital video recorder, fonction ou appareil n’accèdent pas à Internet. Par ailleurs, ils sont équipés d’und’enregistrement de la télévision, généralement sur disque dur, système d’exploitation propriétaire. Ce qui n’empêche pas celuimais aussi sur DVD inscriptible. de l’iPhone, un smartphone, d’en être également un. Mais les progrès aidant, les features phones sont de plus en plus riches etEbooks : livres électroniques permettant de lire des livres (de à un coût abordable, gommant petit à petit la frontière avec lestextes) avec un poids très léger. Ils sont construits généralement smartphones.autour d’un écran LCD à cristaux liquides bistables consom-mant peu d’énergie. FiOS : solution IPTV de Verizon aux USA.EDGE : standard de téléphonie mobile numérique moyen débit, Form factor : facteur de forme, ou forme physique d’un maté-qui peut atteindre 200 kbit/s. C’est une extension du GSM riel. On utilise par exemple ce terme pour évoquer les formesutilisée notamment dans le premier iPhone qui présente que peut prendre un matériel d’une catégorie commel’avantage de pouvoir s’appuyer sur les infrastructures GSM l’ordinateur personnel. Le netbook ou le smartbook sont ainsiexistantes des opérateurs, en attendant les déploiements à des « form factors » des PC. Plus ou moins gros, plus ou moinsgrande échelle de l’UMTS, qui est plus rapide. design, avec tel ou tel type d’écran ou d’interface utilisateur, etc.Edge LED : technologie de rétroéclairage des écrans LCD Freemium : concept de service ou logiciel qui est gratuitutilisés dans les télévisions à écran plats depuis 2008. Dans jusqu’à un certain point et payant après. Les utilisateurs de lacette variante, deux fines barres de LED sont placées sur les version payante financent le service pour les autres. Le toutcôtés gauche et droit d’une plaque de verre réfléchissante. pouvant être éventuellement complété par un financement pu-Celle-ci réfléchit la lumière orthogonalement vers les cristaux blicitaire.liquides de la matrice LCD. Cette technique nécessite un faible FTTH : “fiber to the home”, c’est la connexion des foyers ennombre de LED et permet de créer des téléviseurs très plats fibre optique, qui assure le plus haut débit pour l’accès aux(moins de 1 cm). La variante est le Backlight LED, où les LED services Internet, pouvant atteindre 100 Mbit/s, voire plus. Ellesont placées derrière l’écran LCD. se substitue à l’ADSL qui utilise des câbles en cuivre.EGP : électronique grand public. La catégorie des produits Full HD: correspond à la capacité à traiter et afficher la vidéomatériels des loisirs numériques. Un terme utilisé dans la distri- haute définition au format 1080p, soient 1920 points par 1080bution et les études de marché. lignes en mode progressif.e-ink : société de Cambridge (USA) concevant des écrans LCD Full frame : se dit d’un appareil photo réflex qui dispose d’unpour les ebooks. Ils sont dits « bistables » car du courant élec- capteur ayant la taille de l’ancienne pellicule argentique, le 24 xtrique n’est nécessaire que pour changer l’état des cristaux 36 mm. La plupart des réflex d’entrée de gamme ont un capteurliquides (du noir au blanc). Les écrans consomment ainsi peu plus petit (environ la moitié de la surface). Et les capteurs desd’énergie car l’image n’est modifiée que lorsqu’on tourne la compacts sont encore plus petits.page des livres électroniques. e-ink a été racheté en 2009 par le Gamut : pour faire simple, l’étendue de la palette de couleursTaïwanais PrimeView International. La plupart des ebooks noir qu’un système d’affichage est capable de traiter ou de visualiser.et blanc (Kindle d’Amazon, Sony Reader, Plastic Logic, etc) Le Gamut des systèmes actuels n’est pas capable de reproduiresont équipés d’écran LCD e-ink. La société propose maintenant tout le spectre visuel, il ne fait que s’en approcher.des écrans couleur à encre électronique. L’amélioration du Gamut, par exemple des écrans plats, con-EMS : Electronic Manufacturing Service, type d’outsourcing de siste à augmenter la palette de couleurs disponibles pourfabrication électronique où le donneur d’ordre conçoit lui- l’affichage et d’améliorer ainsi son réalisme. C’est le choixmême l’ensemble de son produit, et sous traite risqué de Sharp qui a ajouté le jaune au triplet rouge/vert/bleul’approvisionnement comme la fabrication du matériel. C’est le en 2010.modèle utilisé par Apple, Archos comme par Free avec ses GMRS : General Mobile Radio Service, une bande de fré-Freebox. quence pour la radio mobile, les talkie-walkies, qui est dispo-EPG : Electronic Program Guide, le guide de programme qui nible aux USA dans les 462 MHz. L’équivalent européen estpermet de sélectionner les chaînes TV à visualiser ou enregistrer dans les 446 MHz.sur une set-top-box ou un Media Center. On en trouve aussi GPU : Graphical Processing Unit, le processeur graphiquedans les décodeurs TNT et les téléviseurs. spécialisé qui peut compléter le CPU (central processing unit)ePub : format de livre électronique recomposable à la volée des ordinateurs, set-top-boxes et mobiles. Principaux fabri-selon le format de l’écran. cants : nVidia et ATI.eSATA : external SATA, spécification de branchement et de H.264/MPEG-4 AVC : format de compression vidéo de plus encâble permettant de relier un appareil numérique, souvent un PC plus utilisé pour diffuser la vidéo tant sur IP qu’en haute défini-ou un laptop, à un système de stockage externe. Permet tion. Avec un bon taux de compression, meilleur que celui dud’obtenir un grand débit de transfert de données. Se substitue à MPEG2 utilisé aujourd’hui dans la télévision satellite.l’USB. On a vu apparaître les premiers laptops avec prise eSA- Haptique : se dit d’un écran tactile qui réagit mécaniquementTA en 2007. au toucher pour donner l’impression d’utiliser un clavier tradi-EV-DO : un autre standard de transmission de données numé- tionnel. Cette fonctionnalité s’appuie le plus souvent sur unrique pour mobiles utilisé notamment aux USA. Il équivaut à et vibreur, comme ceux qui équipent les mobiles.concurrence l’UMTS, y compris aux USA où les deux cohabi- HbbTV : standard logiciel de télévision connectée proposée partent. Il est notamment utilisé par Verizon. des industriels et médias européens, et suivis par les industrielsFabless : se dit des entreprises qui conçoivent des circuits inté- asiatiques. Définit la manière d’associer des contenus télévi-grés (processeurs, GPU, etc) mais en font sous-traiter la fabrica- suels broadcast et des contenus provenant d’Internet. Est dé-tion à des sociétés tierces telles que STM ou TSMC. ployé en Allemagne, France, Tchéquie, Russie et a été adopté par la Chine. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 235 / 244
  • 236. HDCP : dispositif de protection contre la copie dans le câblage LCD : technologie d’affichage pour écran plat utilisée égale-HDMI qui relie les sources à l’affichage. Il génère un temps de ment dans les projecteurs vidéo. Elle est basée sur des cristauxcommutation un peu gênant lorsque l’on change de source. liquides qui laissent passer plus ou moins de lumière d’un rétro-HD-Radio : standard de diffusion de la radio en numérique sur éclairage à tubes de néons ou en LED. C’est la technologie lales ondes hertziennes aux USA. Il est pris en charge dans de plus courante pour les TV à écrans plat et pour les écrans platsnombreux autoradios, Personal Navigation Devices ainsi que d’ordinateurs. Avantages : légèreté, prix. Inconvénients, quidans l’équipement audio de la maison, notamment les HTiB. s’estompent avec les progrès technologiques : le rendu des contrastes et des noirs. Le rétro éclairage des LCD se fait parHDMI : type de prise et câblage permettant de relier diverses CCFL (néons) ou pas LED.sources vidéo haute définition entre elles, et jusqu’à l’affichage.Un câble HDMI permet de « transporter » à la fois le son et la LED : diodes électroluminescentes. Se retrouvent dans auvidéo numérique. Il existe plusieurs versions du HDMI : du 1.0 moins deux technologies clés : les éclairages à basse consom-au 1.3A. mation, et le rétroéclairage des écrans plats LCD. Dans ce der- nier cas, les LED peuvent être construites sur des plaques pla-HDR : « high dynamic range », technique de la photo numé- cées derrière la plaque des cristaux liquides (backlight) ou surrique permettant de combiner plusieurs photos d’une même des tubes placés à gauche et à droite de l’écran (edge). Uneprise avec une captation de lumière différente (par ouverture ou variante du LED backlighting consiste à varier l’éclairage destemps de pose différents), pour mieux faire ressortir les détails LED pour améliorer le contraste des images ainsi que le rendudans les basses et hautes lumières. De plus en plus courante des noirs. Dans ces écrans, il y a plusieurs centaines de LEDdans les appareils compacts et aussi dans les smartphones tels plates réparties derrière la surface de l’écran dont l’éclairageque l’iPhone. varie en fonction du niveau de gris moyen de l’image. CommeHD-SDI : spécification de liaison haute définition par liaison une LED éclaire de manière diffuse autour d’elle, un processeursérie. Est utilisée dans certaines caméras vidéos professionnelles. numérique calcule pour chaque pixel LCD le niveau d’ouverture à lui apporter en fonction de la courbe d’éclairage des LED.HomePlug : standard le plus courant pour les réseaux à cou- Bref, le résultat est un fort contraste entre les noirs et les blancs,rants porteurs. Le HomePlug 1.0 supporte les bas et moyens mais c’est compliqué à mettre en œuvre.débita et le HomePlug AV étant fait pour le haut débit, avecjusqu’à 189 Mbit/s. LiveView : fonctionnalité maintenant courante dans les appa- reils réflex permettant de voir à l’écran l’image qui va être priseHomePNA : équivalent du précédent, pour le transport IP sur par l’appareil. Elle facilite le cadrage et se substitue ainsi àcâble coaxial et ligne téléphonique domestique. Va jusqu’à 200 l’usage de l’oculaire optique. Les générations précédentes deMbit/s. Utilisé par les FAI aux USA. Concurrent de MoÇA sur réflex n’affichaient l’image qu’après la prise de la photo. C’étaitle câble. lié au fait qu’en temps normal, le capteur est caché par un ri-HSPDA : High speed downlink packet access, technologie 3,5G deau noir et par le miroir qui est abaissé pour envoyer l’imageatteignant des débits allant jusqu’à 1,8 voire 3,6 Mbit/s. vers l’oculaire. Avec le LiveView, le miroir est levé et le rideauHTiB : Home Theater in a Box, catégorie de produit “tout en un” ouvert pour que la lumière provenant de l’objectif éclaire enqui gère l’audio et la vidéo pour la maison avec un lecteur de permanence le capteur. Le défi technique consiste à fabriquerDVD ou Blu-ray. Ils sont maintenant de plus en plus connectés des capteurs qui ne consomment pas trop de courant ni nepour accéder aux services en ligne de streaming audio et vidéo. s’usent trop. En mode LiveView, l’oculaire n’est plus utilisable.HTPC : Home Theater PC, format de PC – souvent des Win- Lossless : se dit d’une technique de compression, souvent dudows Media Center - pour le home theater qui s’intègre dans son, qui n’enlève pas d’information et conserve intacte la quali-une chaîne audio-vidéo. té du son lors de sa décompression.HybridCast : équivalent japonais de l’HbbTV européen pour la LTE : Long Term Extension, dénomination des réseaux mo-télévision hybride associant programmes broadcast et contenus biles de quatrième génération à très haut débit, dans la normeprovenant d’Internet. UMTS. Le débit théorique maximum est de 326 Mbit/s.iPhone : le smartphone d’Apple, annoncé en janvier 2007, M-Commerce : Mobile Commerce, les applications de com-disponible depuis juin 2007. En 2010, il en était à sa troisième merce en ligne pour les mobiles.génération, le 3Gs. MCE : Media Center Extension, l’un des noms donné àiPod Touch : équivalent de l’iPhone, mais sans la 3G, mais l’extension logicielle Media Center de Windows (depuis XP).avec la connectivité Wifi. Très populaire. Les ventes Devenu ensuite un petit nom décrivant les PC utilisant cetted’applications sur l’AppStore ont été supérieures sur l’iPod fonction.Touch que sur l’iPhone fin 2009. MediaFlo : technologie de broadcast de la télévision sur mobileIPTV : télévision sur IP, ou télévision passant par Internet. Plus promue par Qualcomm aux USA. Les fréquences allouées dansprécisément, se dit des solutions de télévision proposées par les la bande des 700 MHz permettent de supporter un choix de 22opérateurs télécom et utilisant une set-top-box connectée à chaînes. Le système a été abandonné en octobre 2010.l’ADSL ou à la fibre. Par opposition, la Web TV est la télévi- MediaGuard : solution de contrôle d’accès et de cryptage de lasion que l’on peut recevoir sur son navigateur Internet. société suisse Nagravision qui est utilisé par Canal+ dans sesLBS : location based services, se dit de tous les services Internet, décodeurs. Il utilise un lecteur de cartes à puces. Il est possiblemobiles et logiciels qui reposent sur la géolocalisation de de se procurer de tels lecteurs pour les connecter à un tunerl’utilisateur. satellite dans un PC « Media Center » fait sur mesure mais ce n’est pour l’instant pas une pratique encouragée ni documentée par Canal+. MediaRoom : nom de Microsoft TV, la technologie de diffu- sion de la télévision via l’ADSL de chez Microsoft (IPTV). MEMS : « microsystème électromécanique », microsystème comprenant un ou plusieurs éléments mécaniques et électro- nique servant de capteur et/ou dactionneur. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 236 / 244
  • 237. MHP : c’est un middleware basé notamment sur Java et HTML OLED : organic LED, technologie d’écran plat utilisant dessur lequel sont développés des applications et services interac- composés organiques. Permet d’obtenir des écrans très plats, untifs pour les set-top-box de réception de la TV numérique. très bon rendu des couleurs et des noirs et consommant peuMID : mobile internet device, dénomination des petits appareils d’énergie. La fabrication des écrans est dure à mettre en œuvremobiles permettant l’accès sans fil à Internet, via le wifi et/ou et les écrans avaient jusqu’à présent une faible durée de vie. Cesles standards de la téléphonie mobile (GSM, GPRS, EDGE, obstacles sont progressivement levés par les fabricants. SonyUMTS, etc). Ces appareils sont plus grands que les téléphones. présentait au CES 2008 des téléviseurs à écrans OLED de 11Et plus petits que les laptops. pouces de diagonale dont la commercialisation a démarré cou- rant 2008, mais très chèrement – plus de 2000€. En 2010, lesMPEG4 : format vidéo et audio multimédia riche adapté à la écrans OLED restaient cantonnés aux petits formats, chers etdiffusion sur support physique ou pour du streaming, avec diffusés au compte-goutte et puis le 55 pouces est arrivé cheztechniques de compression héritées notamment du MPEG2. Il Samsung et LG en 2012. Il y a sinon l’AMOLED de Samsungest notamment utilisé pour la TNT payante et HD en France. qui en est une variante et est exploitée dans les mobiles.MPEG7 : complément de métadonnées du MPEG4 pour décrire OLPC : « one laptop per child », une initiative et une associa-le contenu des programmes. tion lancée par Nicholas Negroponte - l’ancien patron du Me-Multiroom : fonctionnalité de diffusion de l’audio et de la diaLab du MIT, visant à équiper les enfants des écoles des paysvidéo dans plusieurs pièces. S’appuie de plus en plus sur le wifi en voie de développement avec des ordinateurs portables sim-pour le transport. plifiés adaptés aux enfants. Leur énergie provient d’une batterie rechargeable à la main, le stockage des fichiers se fait sur mé-MOQ : Minimum Order Quantity. Entendu sur les stands chi- moire Flash, le laptop est convertible en tablette et fonctionnenois. C’est la quantité minimale de commande d’un produit en avec des logiciels libres dont Linux. L’idée était de les fabriquerusine. avec un coût de $100. Ce coût serait actuellement de $180. LesNAS : Network Access Storage, système de stockage de don- premiers déploiements ont eu lieu au Pérou et en Uruguay. Lesnées indépendant connecté au réseau. Dans les loisirs numé- ordinateurs sont achetés à prix coûtant par les gouvernements etriques, c’est un petit dispositif contenant un ou plusieurs distribués ensuite dans les écoles.disques durs sur lequel sont partagés les fichiers multimédias OpenHbb : extension ouverte de HbbTV, qui couvre notam-(télévision, vidéo, photo, musique) exploités par les différents ment la manière de développer et publier ses applications.appareils de la maison : PC, set-top-boxes, consoles de jeux, etc. Overclocking : technique d’augmentation de la vitesse desNetbook : depuis fin 2007, la dénomination des laptops processeurs dans des desktops, surtout de jeu, passant par lad’entrée de gamme, vendus à moins de 400 Euros et dotés en mise en œuvre de mécanismes de refroidissement du processeur,général d’un processeur basse puissance et basse consommation notamment avec air voir eau ou autre liquide réfrigérant.comme l’Atom d’Intel. A l’exception notable d’Apple, la plu-part des constructeurs de micro-ordinateurs ont des netbooks à Over the top : appellation de solutions de consommation deleur catalogue. En 2010, leur configuration est typiquement : un contenus, notamment TV, qui ne passent pas par les set-top-processeur Atom 450 à 1,66 GHz, un disque dur de 160 Go de boxes des opérateurs télécom ou bien de canaux dits « mana-2,5 pouces, 1 Go de mémoire, réseau Ethernet et Wifi, un écran gés ».10 pouces et Windows 7 ou Linux, et une batterie d’une auto- PaaS : “platform as a service”, service en ligne sur Internetnomie d’au moins 7 à 8 heures. Pour environ 1,5 kg. d’infrastructure réseau et applicative associant base de donnée,NFC : near field communication, technologie de communica- middleware et autres outils de gestion. Exemples : Amazon EC2tion numérique de courte portée, utilisée notamment dans les et S3, et Windows Azure.badges sans contact et dans de futures applications de com- PLV : promotion sur lieu de vente. Se dit des outils marketingmerce avec les mobiles. d’une marque dans un point de vente. Prend par exemple laNo-name : se dit d’une société asiatique qui fabrique des pro- forme d’un présentoir, d’un affichage dynamique, etc.duits banalisés, avec une marque inconnue et sans marketing. PND : Personal Navigation Device. Se dit des systèmes deProduits qui sont destinés en général à être diffusés soit dans les navigation GPS utilisés notamment dans l’automobile. Les PNDmarchés des pays en voie de développement, soit repris par des sont devenus progressivement des produits généralistes inté-distributeurs (marques de distribution, etc). grant des fonctions multimédia (musique, vidéo) et de commu-OCAP : OpenCable Applications Platform est une spécification nication (lien avec mobile et avec Internet).équivalente à MHP, destinée au développement logiciel de Pro-Am: “professional amateur”, terme apparu avec le web 2.0services TV interactifs, mais destinée au marché nord-américain. et la création de contenus, notamment vidéos, par des amateurs.Elle a été créée par le consortium CableLabs. Comme MHP, Ce sont des amateurs qui utilisent des outils semi-professionnelselle est basée sur Java et HTML. pour créer des contenus ensuite diffusés via le Web.ODM : Original Device Manufacturer. C’est un modèle de PVR : Personal Video Recorder, système qui enregistre lasous-traitance de fabrication de matériel où le client spécifie son télévision sur disque dur.besoin et l’ODM conçoit le matériel et le fabrique en fonctionde ce cahier des charges. RAW : format de fichier des appareils photos numérique qui sort directement du capteur. Les réflex savent tous générer ceOEM : Original Equipment Manufacturer. C’est une modèle de format qui est ensuite traité par logiciel pour reconstituer unesous-traitance de fabrication de matériel où un client achète des image et en générer une forme lisible par les principaux logi-produits sur étagère et appose sa marque dessus. Couramment ciels de photo, comme le JPEG. Le RAW présente l’intérêtutilisé dans les marques distributeurs. d’être le « négatif numérique » de l’appareil, sans traitement. Il contient tous les détails de haute et de basse lumière et peuvent donner lieu ensuite à un traitement pour les faire ressortir. A contrario, le JPEG généré par les réflex et compact est compres- sé et contient moins de détails dans les lumières (chaque pixel de couleur est codé sur 8 bits alors qu’il l’est sur 12 à 14 bits dans le RAW). Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 237 / 244
  • 238. Réalité augmentée : technique consistant à ajouter une image SLI : scalable link interface, technologie utilisée par nVidiade synthèse animée sur une image réelle. On en trouve dans dans les PC destinés le plus souvent aux jeux pour utiliser plu-différents jeux et services, notamment à destination des mobiles, sieurs cartes graphiques en parallèle pour générer une seulepour, par exemple, afficher sur l’image prise avec la caméra du image vidéo. Ce genre de configuration améliore le rendu pho-mobile, des informations superposées à l’image sur les lieux toréaliste des jeux 3D… mais coûte assez cher et est réservé auxvoire personnes filmées (promotions dans les magasins, menus passionnés.des restaurants, etc). Smartbooks : se dit des netbooks dotés d’une connexion 3G.Reference design : se dit d’une spécification de matériel réali- Smart Grid : se dit des réseaux de distribution de l’électricitésée par un fabricant de composant ou de logiciel, et destinée à qui en optimisent le fonctionnement par des traitements numé-servir de modèle pour les constructeurs exploitant ces compo- riques, pour notamment optimiser la production et la consom-sants ou logiciels. mation, réduire la consommation lorsque nécessaire si la capaci-Relief : se dit de la télévision et du cinéma en trois dimensions. té de production baisse, et plus généralement, faire des écono-Le terme « relief » est plus précis que « 3D » car la 3D couvre mies d’énergie.aussi les interfaces graphiques générées en synthèse graphique Smart Metering : décrit les solutions de mesure etsous trois dimensions dans l’ordinateur mais affichées en 2D. d’optimisation de la consommation électrique à l’intérieur duRoaming : se dit notamment d’une activité numérique que l’on foyer comme au niveau global.va pouvoir poursuivre d’un appareil à un autre ou d’un moyen Social Media : nouveaux médias – essentiellement numériquesd’accès à un autre. Dans la mobilité, cela peut être de passer – dont les contenus sont totalement ou partiellement créés parautomatiquement du réseau GSM ou 3D à une connexion Wifi les lecteurs. C’est le cas des « journaux participatifs », despour appeler quelqu’un ou naviguer sur Internet. Cela peut « wikis », des « blogs » (au niveau des commentaires) commerelever aussi de la consultation d’une vidéo sur un appareil, de de la vidéo (sur YouTube, Dailymotion).faire « pause » puis de voir la suite sur un autre appareil. SPDIF : standard de connectique numérique pour la transmis-RoHS : Reduction of Hazardous Substance : réglementation sion du son multicanal. Existe en mode câble coaxial ou eneuropéenne qui limite la quantité de métaux lourds comme le câble optique. Permet de relier par exemple un lecteur de DVDMercure et interdit le plomb dans les produits électroniques. ou une set-top-box avec un amplificateur audio-vidéo.SaaS : software as a service SSD : solid-state drive, technologie de stockage de donnée quiSATA : standard reliant la carte mère des ordinateurs aux se substitue aux disques durs à plateaux tournants et utilise de ladisques durs, assurant un haut débit de transfert de données mémoire flash. Avantages : accès plus rapide aux données,(jusqu’à 3 Gbit/s théorique). Est maintenant couramment utilisé résistance aux chocs car pas de pièces mécaniques, faible con-dans les PC, en lieu et place du « PATA » ou ATA, pour « pa- sommation de courant, absence de bruit. Inconvénient : coûterallel ATA». Les disques se connectent à la carte mère avec un plus cher que les disques durs à capacité identique.petit câble au lieu d’une nappe de câble que l’on avait toujours SoC (System on Chip) : processeur qui comporte plusieursdu mal à tordre pour lui faire faire le parcours allant du disque à unités de traitement : un CPU classique pour le calcul (à base dela carte mère. La technologie SATA permet de mettre en œuvre noyau ARM le plus souvent) et des blocs de traitements spécia-le « hot swapping » pour changer de disque sans arrêter un lisés comme pour la sécurité, la compression ou la décompres-système, notamment dans les NAS. Le SATA 3 est la dernière sion de fichiers audio et vidéo, le GPS, la radio/3G. Les deuxitération du standard, avec des débits très élevés. catégories les plus classiques de SoC dans le grand public sontScaler : appareillage ou composant électronique qui change la les processeurs mobiles et les processeurs pour set-top-boxes.résolution d’une image vidéo. Par opposition, un micro-processeur classique ne contientSD : cartes de stockage mémoire pour appareils photos et camé- qu’une unité de calcul générique avec un jeu d’instruction com-ras vidéos. Limitées à 2 Go. plexe.SDHC : cartes de stockage mémoire pour appareils photos et Staas : “storage as a service”, service de stockage de donnéescaméras vidéos qui dépassent les 2 Go et ont un débit plus en ligne sur Internet.rapide que les cartes SD. Subwoofer : caisson de basse, la fonction ou l’enceinte dédiée àSDXC : cartes SD qui permettront d’avoir une capacité de la restitution des basses fréquences dans un système audio.stockage dépassant 32 Go et allant jusqu’à 2 To. Il faudra ce- Correspond aussi au « .1 » des systèmes multicanaux comme lependant attendre quelque temps pour que le silicium atteigne 5.1 ou le 7.1. C’est le canal dédié aux basses extrêmes dans leune densité permettant d’en mettre autant sur une seule puce. Dolby Digital, le DTS, et toutes leurs variantes.Set-top-box : se dit des boitiers de réception de la télévision STB : set-top-box, terme générique décrivant un boitier quidiffusés par les opérateurs du satellite, du câble ou de l’IPTV. reçoit des médias numériques et se connecte à un affichageIls récupèrent les contenus télévisuels et les envoient sur le vidéo.téléviseur. Ils sont dotés d’un guide de programme pour sélec- TCO : « total cost of ownership », coût global de possessiontionner les chaînes, le plus souvent d’un enregistreur (PVR ou d’un appareil qui intègre la maintenance, les pièces à changerDVR), et de plus en plus, permettent l’accès à des contenus régulièrement, etc.provenant d’Internet. Thunderbolt : nouveau standard de connectique haut débitSet-top-box hybride : se dit d’une set-top-box qui associe la proposé par Intel, permettant de transférer 10 Gbit/s de donnéesréception des chaînes de télévision par le câble, le satellite ou la entre périphériques. Sert à la fois à relier un ordinateur à unTNT et des contenus provenant d’Internet comme la catch-up écran ou à un périphérique de stockage. Sorte de successeur deTV ou la vidéo à la demande. l’USB 3.0. Arrivé en premier sur les Macbook d’Apple, puisShowstoppers @ CES: « mini-CES » pour les médias organi- dans les laptop Ultrabooks à base Intel.sés par une agence indépendante et pendant le CES dans un ToF (Time of Flight) : technologie de capture de mouvement àhôtel à Las Vegas. Avec une centaine d’exposants, et organisée base de caméra infrarouge qui mesure le temps que met chaquedans un grand « ballroom » de l’hôtel Wynn. pixel infrarouge à arriver à la caméra. Cela permet d’obtenir la profondeur de chaque pixel dans l’espace. Et complète éven- tuellement la capture d’une image en couleur classique. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 238 / 244
  • 239. TriLCD : technologie de projecteurs vidéo utilisant trois LCD, UWB : ultra wide band, technologie de communication sans filun pour chaque couleur primaire. Les LCD sont identiques, et à très haut débit (400 Mbit/s) et moyenne portée (moins deéclairés par la même lampe par un jeu de miroirs. La lumière 10m) destinée au transfert de la vidéo numérique, notammentqu’ils émettent passe ensuite au travers d’un filtre de couleur vers des écrans plats. Commercialisée sous la forme du « Wire-primaire et est ensuite regroupée avant l’optique du projecteur lessHD ».par un prisme pour reconstituer une image avec les trois cou- VOD : vidéo à la demande. Qui peut fonctionner par deuxleurs primaires. Le TriLCD est fabriqué principalement par un biais : le téléchargement ou le streaming. Dans le premier cas,consortium piloté par Epson. on n’accède pas au programme immédiatement mais sa qualitétru2way : nouveau nom du standard OpenCable, de définition d’image et de son peut être optimale. Dans le second cas, lade l’architecture des set-top-boxes du câble aux USA, qui per- consommation est immédiate, mais la qualité est potentielle-met notamment la gestion de services interactifs via le canal IP. ment limitée par le débit du système de diffusion (votre lignetru2way s’appuie sur MHP et Java. ADSL en général).TWICE : « This Week In Consumer Electronics », un maga- VOIP : voix sur IP, technologie faisant passer les liaisons télé-zine hebdomadaire sur l’actualité du consumer electronics, phoniques par le réseau Internet.distribué sur le CES, et éditeur du CES Daily, le quotidien Wimax : standard de communication haut débit sans fil etparaissant pendant le salon. longue portée, adapté à la fois aux mobiles, et à l’accès fixeTwitter : service de microblogging, devenu en 2008/2009 un Internet dans des zones non couvertes par l’ADSL ou la fibredes réseaux sociaux phares de l’Internet. Il fait partie des ser- optique. N’a pas le vent en poupe face à la 4G et au LTE. Estvices maintenant intégré dans les smartphones et aussi les TV poussé essentiellement par Intel.connectées. Windows Media Center : fonctionnalité logicielle de WindowsUEFI : nouvelle génération de BIOS destinée à accélérer le permettant de transformer un PC en set-top-box capable detemps de démarrage des PC. C’est une spécification d’origine recevoir et gérer les contenus multimédias : télévision (hert-Intel devenue le standard UEFI. Apparait dans les nouveaux PC zienne, câble, satellite selon le tuner installé dans le PC), photos,de 2011. vidéos, musique. Elle est d’abord apparue dans une versionUltra-notebook : les laptops les plus légers des constructeurs spécifique de Windows XP dite « Windows XP Media Centerde PC. Mais bâtis sur des processeurs « normaux », et pas sur Edition » distribuée en OEM via les constructeurs de PC, puis ales processeurs bas de gamme du type Atom. été intégrée directement dans les éditions Premium et Ultimate de Windows Vista puis de Windows 7.Ultra-violet : standard du consortium DECE permettant l’usagede films sur les différents appareils connectés du foyer. Il per- WirelessHD : standard et consortium de communication sans filmet notamment de consommer le contenu d’un DVD Blu-ray à haut débit de moyenne portée pour relier un ordinateur ou unesur différents écrans. Mais il fonctionne aussi avec de la vidéo à set-top-box avec un écran plat haute définition et transférer lela demande. Après deux années de retard, les premiers DVD signal vidéo sans compression. Assimilable à du « HDMIUltra-Violet sont arrivés aux USA fin 2011. sans fil », il est en effet souvent mis en œuvre avec un émetteur et un récepteur qui se branchent de part et d’autre sur les prisesUMPC : ultra-mobile PC, format de PC portables miniatures HDMI.poussé par Microsoft et Intel, et utilisant donc une version deWindows. Une catégorie de PC qui n’a jamais vraiment décollé. WirelessUSB : mise en œuvre de l’Ultra Wide Band pour la transmission très haut débit sans fil à courte et moyenne portée.Upscaling : technique consistant à convertir une image vidéo(ou photo)d’une résolution donnée dans une résolution supé- ZigBee : standard de communication sans fil à faible débit pourrieure, correspondant généralement à la résolution du dispositif les usages domotiques basé sur des spécifications IEEE.d’affichage. L’upscaling peut être réalisé dans plusieurs en- Z-Wave : technologie propriétaire de communication sans fil àdroits : dans un caméscope, dans un lecteur de DVD, dans un faible débit pour les usages domotiques créée par la sociétéamplificateur audio-vidéo, dans un convertisseur dédié, ou dans danoise Zensys. Elle concurrence le ZigBee.l’affichage lui-même.U-Verse : solution IPTV d’AT&T aux USA. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 239 / 244
  • 240. Sources d’informationEt pour terminer, quelques liens utiles, notamment sur les sites des magazines distribués sur le salonainsi que de certains blogs ayant fait un bon compte-rendu de ce salon.Il y a bien entendu les CES Daily que l’on récupère sur le salon et qui sont téléchageables en PDF.Les vidéos des keynotes sont consultables à partir de ce lien.Généralisteshttp://www.cesweb.org/ : le site du salon, qui contient les vidéos des keynotes.http://www.twice.com/ : excellent hebdo d’information sur l’actualité du Consumer Electronics auxUSA, destiné aux retailers. L’hebdomadaire est archivé sur http://www.twice.com/archive. Lesjournalistes de TWICE sont ceux qui rédigent les articles du « CES Daily » l’épais quotidien tabloïddistribué sur le salon.http://www.dealerscope.com : magasine pour la distribution.http://www.cepro.com : magazine pour les installateurs audio/vidéo.http://www.retrevo.com : un moteur de recherche sur les produits du consumer electronics qui meten avant les informations vraiment utiles en premier: la documentation, les reviews et bancs d’essaides produits, les sites du fabricant, les blogs et seulement à la fin, les sites de vente.http://www.engadget.com/ : blog d’actualité sur le consumer electronics qui était partenaire officieldu CES 2012 et y avait envoyé son habituelle armée de bloggeurs. Mais peut-on les appeler ainsimaintenant ?http://www.bornrich.org/ : un site fascinant sur les produits de luxe, haut de gamme, dans toutes lescatégories, et pas mal fourni dans l’électronique de loisirshttp://www.ubergizmo.com : blog tenu par des français établis à San Francisco, Eliane Fiolet etHubert Nguyen. Et leur couverture du CES sur http://www.ubergizmo.com/?s=CES+2012.Audio / Vidéohttp://www.hometheatermag.com, la référence du home theater aux US.http://www.widescreenreview.com: mensuel d’information sur le home cinéma avec des bancsd’essais (projecteurs vidéo, écrans,…) très bien documentés. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 240 / 244
  • 241. http://www.stereophile.com et leurs articles sur toutes les nouveautés hi-fi du CES, la partie hi-fi dece rapport ne comportant qu’une petite fraction de ce que l’on peut voir au CES. Voir par exemplehttp://www.stereophile.com/category/ces-2012.http://www.cst.fr : site intéressant sur le cinéma numériquehttp://www.dtvmag.com : site de « Digital TV & Sound »http://www.hemagazine.com/ : site de « Home Entertainment »http://www.broadcastingcable.com : sur l’industrie du câble.http://www.homemediamagazine.com : un autre magazine sur l’équipement audio.http://www.picoprojecteurs.com/ : un blog français dédié aux pico-projecteurs !http://www.projectorcentral.com : bonne base de données de projecteurs vidéoshttp://www.tvweek.com/ : actualité de la TV aux USAhttp://www.videohelp.com/glossary?all : glossaire vidéo très complet.Cinéma numériquehttp://www.digitalcinemareport.com/ : sur le cinéma numériquehttp://www.dcimovies.com/ : standards du cinéma numériqueMobileshttp://www.servicesmobiles.fr : bon blog français sur la mobilité.Automobilehttp://autoelectronics.com/Photohttp://www.shutterbug.com : photo professionnellehttp://www.ppmag.com : photographie professionnellehttp://www.dpreview.com/ : analyse en détail de tous les appareils photo du marchéhttp://www.icinsights.com : études de marché et technologiques sur les capteurs (payantes)Informatiquehttp://www.laptopmag.com: sur les laptops et la mobilitéhttp://www.notebookreview.com : bancs d’essais de laptops.http://www.maximumpc.com : « maximum PC, minimum BS ». Décortique bien les produits maté-riels du monde du PC.http://www.pcworld.com/ : l’un des rares mensuels encore vivant dans le secteur de la micro.http://www.extremetech.com/ : très bon site sur l’informatique et ses composantshttp://www.spectrum.ieee.org très bonne source d’articles scientifiques dans tous les domaines.Domotiquehttp://www.multiroom.fr : blog français sur les solutions multi-room, focalisé sur les télécom-mandes et réseaux domestiques.http://www.remotecentral.com/ : site spécialisé dans les télécommandes. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 241 / 244
  • 242. http://www.systemscontractor.com/ : site des professionnels de l’installation home cinéma US.http://www.robotreviews.com/ : blog spécialisé dans les robots domestiquesJeuxhttp://www.vgchartz.com/ : statistiques et parts de marché sur les consoles de jeuElectroniquehttp://www.eetimes.com/ : Electronic Engineering Times, qui couvre l’actualité des composantshttp://www.eetimes.com/design : les archives d’une série d’articles du EETimes sur le décorticagedes composants électroniques d’appareils grand publics comme l’iPhone ou les grandes consoles dejeu.http://www.ifixit.com/: site qui décortique les composants électroniques des gadgets numériques etnotamment des mobiles. En plus de fournir des manuels de démontage et de réparation gratuits.Etudes de marchéhttp://www.gfk.fr/ : analyse les ventes grand public dans la distributionhttp://www.parksassociates.com/ : analyses qualitatives sur l’électronique de loisirhttp://www.isuppli.com/ : analyses quantitative et qualitative sur le marché et les composantshttp://www.displaysearch.com : études de marché sur l’affichage. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 242 / 244
  • 243. Historique des révisions du document Numéro de version Date Modifications 1.0 27 janvier 2012 Première version publiée sur http://www.oezratty.net 1.01 28 janvier 2012 Correction au sujet de la Fisker Karma, voiture électrique hybride. Compléments au sujet d’Arkamys. Compléments sur accessoires photo dans les pages 98 et 99. Compléments dans les pages 142 et 143 sur les smartphones Android. Ajout du dock DA-E750 de Samsung page 106. Quelques ajouts dans le meilleur et le pire du marketing (Audio Tech- nica et CTS). Ajout d’une machine Brother dans la partie lifestyle. Ajout d’un boitier multi-écrans Display Port de chez ioGear. Précisions sur la caméra 4K de JVC. Compléments techniques au sujet de l’impression 3D de LO3D. Corrections orthographiques diverses. 1.02 29 janvier 2012 Corrections orthographiques diverses. Compléments sur le camion « Doppler on Wheels ». Compléments sur le Samsung NX200 ainsi que sur pas mal d’autres appareils photos hybrides, bridges et compacts. 1.03 30 janvier 2012 Ajout de la société ExoPC dans les exposants français. Ajout des caméscopes Sony. Compléments au sujet du XShot et de plein d’autres accessoires photo. Encore des corrections d’orthographe. C’est un puits sans fond. 1.04 31 janvier 2012 Petits compléments rédactionnel divers dans la hi-fi, surtout sur les enceintes. Ajout d’ANT+ dans le glossaire.Vous êtes lecteur, expert, fournisseur et avez détecté des erreurs dans ce rapport ? Il y en a sûre-ment ! N’hésitez alors pas à me contacter (olivier@oezratty.net) pour me les signaler. J’effectueraialors des mises à jour de ce rapport tout en mettant à jour le chrono dans le tableau ci-dessus.Ce rapport est téléchargeable à partir de : http://www.oezratty.net/wordpress/2012/rapport-ces-2012. Illustration de dos de couverture : éclairage du stand Audi, North Hall. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 243 / 244
  • 244. Compte-rendu de visite du CES de Las Vegas 2012 – Olivier Ezratty – Janvier 2012 - Page 244 / 244