Your SlideShare is downloading. ×
Partie 1 Besoins
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Partie 1 Besoins

1,568
views

Published on

Published in: Technology, Travel

1 Comment
2 Likes
Statistics
Notes
  • merci bq
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
No Downloads
Views
Total Views
1,568
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
114
Comments
1
Likes
2
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide
  • Dire que cela devient important aujourd’hui Demander si certaines personnes savent ce que c’est
  • Transcript

    • 1. Septembre 2007 Cours Gestion des connaissances 5A M. STOCK
    • 2.
      • Exemples d'applications industrielles
      • Besoins
      Plan du cours
      • Etat de l'art
      • Méthodes de développement
      • Introduction
    • 3. Partie I Introduction à la gestion des connaissances
    • 4. Introduction Gérer la connaissance = regrouper + accumuler + formaliser + conserver + transmettre + réutiliser + valoriser + ... les connaissances des différents métiers de l’entreprise On s’intéresse particulièrement aux connaissances techniques
    • 5. INTRODUCTION KM (Knowledge Management), un terme à la mode ?? Concorde ? Voyage sur la lune ? ?? La gestion des connaissances Pour faire quoi ? Tour EIFFEL ?
    • 6. INTRODUCTION 2 principaux aspects : Evolution du contexte industriel Mieux, plus vite, moins chère Remédier aux erreurs de gestion du passé Facteur rentabilité cours terme >> pérennité de l’entreprise
    • 7. Pour répondre à quels problèmes concrets ? INTRODUCTION La gestion des connaissances
    • 8.
      • On apprend seulement à 10% par la logique déductive, et à 90% par la mise en situation, le mimétisme (prendre les habitudes d’une personne.
      • Avant, le passage par le terrain était considéré comme formateur; maintenant les jeunes sont tout de suite responsables d’affaires.
      • Avant, les gens travaillaient moins dans leur coin
      • J’ai un gros carnet d’adresses; c’est ce qui me permet d’être renseigné, d’anticiper les problèmes
      Analyse de remarques des acteurs Le point de vue des plus anciens : ??
    • 9.
      • On n’a pas suffisamment capitalisé les historiques des affaires, les raisons d’abandon d’un produit...
      • On réinvente la poudre tous les 4 ou 5 ans;
      • Il faudrait faire un grand ménage dans nos archives
      • Quand je suis arrivé, on nous donnait ce document de 1965 (unique exemplaire restant), qui dit l’essentiel sur le sujet et reste une bible.
      • Quand quelqu’un part, même si ses armoires sont bien rangées, le successeur n’exploite pas ces informations
      Analyse de remarques des acteurs Le point de vue des plus anciens :
    • 10.
      • On m’a vaguement attribué un tuteur, mais il n ’est pas assez disponible pour m’aider
      • Je ne sais pas ce que font les autres équipes;
      • Les clients en profitent, quand ils ont un jeune en face d’eux
      • On ne me diffuse pas suffisamment les compte rendus importants
      • Heureusement qu’il y a la machine à café pour se tenir au courant!
      Analyse de remarques des acteurs Le point de vue des plus jeunes :
    • 11.
      • Rédiger, c’est bien, ça force à mettre en forme, à se poser des questions, à dire ce que l’on fait
      • Dans les documents, on a toujours l ’impression que tout va bien; de plus il ne sont pas pédagogiques;
      • On apprend souvent trop tard qu’une étude antérieure a été faite sur le même sujet
      • Quelqu’un de chez nous avait commandité une étude sur le même sujet; je l’ignorais et j’ai failli payer une seconde fois
      Analyse de remarques des acteurs Le point de vue des plus jeunes :
    • 12. Pour répondre à quels problèmes concrets ? INTRODUCTION Connaissances oubliées : acquis antérieurs, solutions « rejetées », échecs et erreurs instructives, historique des décisions. ?? Iceberg de la connaissance Pertes de compétences individuelles : turn-over, départs en retraite d’experts. Pertes de compétences collectives : dispersion équipes projets, réorganisations, fusions difficiles.
    • 13. Pour répondre à quels problèmes concrets ? INTRODUCTION
      • Compétences collectives : surmonter les difficultés dues à la division du travail et à l’éloignement, au travail en partenariat
      • Compétences/connaissances ignorées : on ne connaît pas toujours ceux qui savent faire; on partage mal nos connaissances des clients, on ignore des solutions nouvelles (veille insuffisante)
      ??
    • 14. INTRODUCTION Non Est-ce que la gestion des connaissances c'est quelque chose de nouveau ? L ’entreprise gère depuis longtemps ses savoir-faire sous de multiples formes. ?? Attention aux effets de mode!!
    • 15.
      • Le savoir-faire codifié : (reproductible, répétitif): les procédures et les processus, l’assurance qualité
      • Le savoir-faire « mis en boîte » : outils, machines, produits...
      • Le savoir-faire « documenté» : les archives, placards, le système documentaire, l’encyclopédie
      Les connaissances déjà formalisées ??
    • 16.
      • Le savoir-faire informatisé : bases de données, CFAO, logiciels, workflow...
      • La gestion des compétences: organisation du travail, DRH, formation tutorat...
      • Le savoir-faire « rétrospectif : l ’activité de retour d ’expérience
      • L’ouverture sur l ’extérieur : veille technologique, partenariats
      Les connaissances déjà formalisées
    • 17. INTRODUCTION Et la gestion des données …(les SGDT)? ?? Ce n’est plus suffisant Face aux quantités de données disponibles Aujourd’hui, besoin de gérer des connaissances ( contexte et mécanismes d’utilisation des données).
    • 18.
      • La richesse principale d’une entreprise, c’est :
          • réalisations
      personnel Données Connaissances : capital majeur de l’entreprise Connaissances
          • matériel
      logiciel
    • 19. Il faut donc développer des méthodes et des outils pour améliorer et optimiser la « gestion » des connaissances disponibles au sein de l'entreprise INTRODUCTION - Diversité - Complexité - Aspects humains Faire face aux évolutions du monde industriel :
    • 20. Partie II Les évolutions du monde industriel
    • 21. Répondre aux exigences et aux évolutions du monde industriel… Pourquoi cette recherche de « Qualité Totale » Les objectifs Réduire le temps pour commercialiser Réduire le coût total du produit Augmenter la standardisation et la modularité des produits Améliorer l’échange d’informations Augmenter la personnalisation du produit Augmenter le champ de prédiction Améliorer la qualité des produits
    • 22. Les évolutions du monde industriel S’inscrire dans le triangle coût-Qualité-Délais Rester compétitif = Coûts Compétitivité Qualité Délais
    • 23. Répondre aux exigences de diminution des coûts imposées par les Donneurs d’Ordres Coûts Maîtriser les coûts de développement des projets Exemple : impose aux fournisseurs de diminuer les prix de X% par an. Exemple : Chrysler
    • 24. Respect des délais : contrainte importante Délais Diminution constante de la durée des projets : Exemple : conception d’une automobile : - avant 5 ans - aujourd’hui 3 ans - objectif de 22-24 mois Exemple : EADS Idem en aéronautique
    • 25. La spirale de la compétitivité Fort niveau de compétitivité Entreprise Maîtrise des processus + de compétitivité Objectif de « Qualité Totale » Maîtrise des coûts des projets + de Qualité Respect des délais
    • 26. La spirale de la non-compétitivité Faible niveau de compétitivité Entreprise Travail dans l’urgence Moins compétitif Coûts des projets non maîtrisés Pb de Qualité Non respect des délais
    • 27. Les évolutions du monde industriel Ce n’est plus suffisant Et aujourd’hui ?? Coûts Compétitivité Qualité Délais Réactivité Innovation
    • 28. Et aujourd’hui ? Diversité Réactivité Mondialisation de la concurrence + - Innover - Se spécialiser - Travailler en collaboration - Travailler en ingénierie simultanée Les évolutions du monde industriel
    • 29. Innovation Pourquoi innover ? « Si l’avantage compétitif d’une entreprise ne repose que sur ses équipements, ses concurrents n’auront aucun mal à la rattraper en réalisant les mêmes investissements » Ryuji FUDUDA Faire autrement que la concurrence, faire mieux.
    • 30. Réactivité Pourquoi nécessaire d’être très réactif ? Savoir réagir vite Répondre plus rapidement que la concurrence « Faire mieux et plus vite que la concurrence »
    • 31. Autres évolutions Processus deviennent de plus en plus complexe :
      • Complexité des produits
      • Pluridisciplinarité de l’équipe (+ entreprise étendue)
      • Diversité des procédés
      • Disciplines propres à l’ingénieur
      • Disciplines nouvelles : Qualité, CFAO
      • Disciplines « carrefour » : design, ergonomie, marketing, créativité
      De multiples discipline :
    • 32. Autres évolutions Chef de projet Informations produit Analyse des besoins Conception Fabrication Métrologie Nouvelles connaissances et source de justification des décisions Qualité CFAO Ergonomie Créativité Sécurité Environnement
    • 33.
      • Travailler dans l’entreprise étendue
      Autres évolutions
      • Nouvelles contraintes :
    • 34. L ’entreprise étendue Données d’entrées Produit fini Sous-Traitants Fournisseurs Partenaires Clients Recherche Consultants Veille Technologique Entreprise
    • 35. Autres évolutions Démarche de conception séquentielle Ingénierie simultanée Nouvelles contraintes :
    • 36. Ingénierie simultanée 206 208 Semaines C2 104 Semaines
    • 37. Méthode global de conception Autre aspect augmentant la complexité : Démarche de conception séquentielle Ingénierie simultanée Etape 1 Etape 2 Etape 3 Etape 4 Etape 1 Etape 2 Etape 3 Etape 4 Durée du projet Concept simple, mise en place très complexe
    • 38. Ingénierie simultanée Développement de produit Conception générale Conception détaillée Intégration Validation Qualification Contrôle Approvision nement Fabricat ion Industrialisation Réduction du cycle de 30% INGENIERIE SEQUENCIELLE Développement de produit Qualification Conception générale Conception détaillée Intégration Validation Approvision nement Fabrication Contrôle Production Analyse du besoin INGENIERIE SIMULTANEE Analyse du besoin
    • 39. Ingénierie simultanée Nouvelle stratégie de décision au plus tôt
    • 40. Ingénierie simultanée Nouvelle stratégie de décision au plus tôt
    • 41. Ingénierie simultanée Nouvelle stratégie de décision au plus tôt au plus tard
      • Introduire l’ensemble des contraintes des différentes phases de développement (prise en compte des contraintes des autres métiers)
      • Quantifier au plus tard la valeur des paramètres
      • Définir des espaces admissibles pour les paramètres
      • Choix des valeurs prises en fin de développement
      => Besoin des connaissances des autres métiers
    • 42.
      • Réduire les cycles de vie et les coûts de production
      • Améliorer la qualité
      • Développer l’innovation
      • Travailler dans l’entreprise étendue
      Résumé des évolutions industriels Tels sont les challenges actuels de l’entreprise.
    • 43.
      • Pérenniser les connaissances de l’entreprise
      • Utiliser au mieux ce capital de connaissances
      • Développer des partages de connaissances (partenariats)
      Résumé des évolutions industriels Comment répondre à notre niveau à ces exigences
    • 44. Partie II Les besoins
    • 45. S ’inscrire dans une démarche de « Qualité totale» Evolution de la norme : ISO 9000-2000 Demande une maîtrise des différentes étapes du cycle de vie d’un produit et des connaissances constituant un métier. Votre vision de la qualité ??
    • 46. Les principaux enjeux ?? Partager et enrichir un capital de connaissances. Optimiser les processus Pérenniser les compétences Favoriser l’innovation
    • 47. Gérer un capital de compétences Restructuration Pérenniser les savoir-faire des experts Pertes de compétences ? =
    • 48. Besoin de faire partager les connaissances Travail dans l’entreprise étendue = Collaboration, partenariat Optimisation des projets à un niveau global, à la place du développement d’optimums locaux
    • 49. Optimiser et standardiser les processus Utilisation des meilleures démarches et solutions de l’entreprise. Diminution coûts des projets amélioration des processus =
    • 50. Favoriser l ’innovation Pour survivre, l ’entreprise doit innover Elargir le champ des connaissances disponibles Méthode Triz (Outil Tech-optimizer)
    • 51. Géométrie 2D3D Modèle du produit Couple produitprocess Automatisation des processus Nécessite intégration des connaissances métiers KM 1980 1990 1995 2000 S ’inscrire dans les évolutions des démarches de conception de produit (CFAO) Prendre en compte des informations plus proches de chaque métier
    • 52. Les évolutions
    • 53. Besoins liés à l’évolution des recherches en génie industriel
      • Recherche de compétitivité :
      • On s’intéresse aujourd’hui à la disponibilité des connaissancescompétences pour réaliser les tâches
      • Améliorer la technique
      • Optimiser l’organisation
    • 54. Besoins liés à l’évolution des outils informatiques Coupler les outils informatiques à des bases de connaissances Développer des systèmes d’un niveau d’automatisation plus élevé
      • Evolution exponentielle des données disponibles sous une forme numérique
      • Apparition de nouvelles technologies (NTIC)
    • 55.
      • - Exigences industrielles (coûts, délais, qualité, +.)
      • Erreurs de gestion du passé
      • Evolutions des techniques, des technologies et des outils disponibles.
      • Accroissement exponentiel des quantités de données disponibles
      • Un besoin accru de partager des informations
      Conclusion sur les besoins
    • 56. Conclusion sur les besoins Aujourd’hui, il devient indispensable pour les entreprises de se soucier de la gestion de leur capital de connaissances Il faut donc développer des méthodes et des outils spécifiques pour améliorer et optimiser cette « gestion » des connaissances
    • 57. Partie III Quelques applications industrielles
    • 58. Les étapes d’une gestion des connaissances : A faire au tableau IDENTIFIER RE-UTILISER FAIRE EVOLUER FORMALISER RECUEILLIR ENREGISTRER Connaissances d’une organisation VALIDER
    • 59. Exemples industriels
        • AEROSPATIALE :
        • Mise en œuvre d'un recueil collectif des connaissances, réunir les anciens experts avec les nouvelles recrues.
        • Création d'une base de données techniques multimédia à partir des retours d'incidents, des faits techniques en fabrication et aux essais.
    • 60. Exemples industriels
        • Centre spatial à KOUROU :
        • une base de cas comprenant
        • 30 champs,
        • un thesaurus de 7500 mots
        • avec 2000 mots clés d'indexation.
    • 61. Exemples industriels
        • CHRYSLER :
        • un outil de base de connaissances "Book of Knowledge" comportant 1300 thèmes :
        • base de données électroniques accessible par Intranet permettant de stocker les meilleures démarches de conception et de process décelées lors d'un projet pour en faire bénéficier les autres équipes de développement.
    • 62. Exemples industriels
        • EDF (projet DIADEME) :
        • système de gestion collective des connaissances associant à une masse documentaire des outils permettant d'accéder aux documents existants et de produire de nouveaux documents via le réseau.
    • 63. Exemples industriels
        • PECHINEY :
        • mise en œuvre d'une base de données internes où figure un certain nombre de communications, de publications internes et externes.
        • SNECMA :
      Capitaliser le savoir-faire "maison", faire retranscrire par les experts tout l'historique de la conception des nouveaux moteurs
    • 64. Exemples industriels
        • CEA :
        • Développement de systèmes experts,
        • optimisation du cycle des Retours d’Expériences en utilisant la méthodologie REX [MAL94].
        • VALEO :
      Projet de gestion des connaissances, partage des info. sur intranet (insiste sur la qualité des documents)
    • 65. Exemples industriels
        • PSA, TECH AEROSPACE  :
        • production d'un bréviaire de connaissances en utilisant la méthodologie CYGMA [SER99].
        • RENAULT  :
        • démarche de Mise En Règle de l'Expérience (MEREX) qui propose de capitaliser les expériences acquises d'un projet à l'autre
    • 66. Exemples industriels
        • STEIN HERTEY :
        • recueil des questions récurrentes, des points sensibles du métier résumés en divers éléments de connaissances.
        • SOLLAC :
      Création d’un pôle IA, démarche de gestion des connaissances