Paul verlaine la méprise d'une existence
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Paul verlaine la méprise d'une existence

on

  • 2,269 views

 

Statistics

Views

Total Views
2,269
Views on SlideShare
2,241
Embed Views
28

Actions

Likes
0
Downloads
11
Comments
0

5 Embeds 28

http://www.edmodo.com 21
http://severidistabia.edmodo.com 3
http://wwwmadremiraqueluna3.blogspot.com 2
http://wwwmadremiraqueluna3.blogspot.com.es 1
http://wwwmadremiraqueluna3.blogspot.fr 1

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Paul verlaine la méprise d'une existence Paul verlaine la méprise d'une existence Presentation Transcript

  •              Paul Verlaine     la  méprise d'une existence
  • L'homme et son oeuvre  
    • Alcooliste,homosexuel,mais désireux d'un bonheur conjugal simple et père d'un enfant,un homme toujours écartelé entre la foi et la sensualitè,entre des reves d'ascète et une existence déréglée.
    • Si, de par son style, Verlaine est le poète de l'ambiguïté, cela doit également être pris au sens moral: d'abord attiré vers le bonheur conjugal que lui promet Mathilde Mauté, puis cédant aux attraits du scandale avec Rimbaud, jusqu'à ce qu'une peine de trois ans de prison le ramène à la foi catholique, conversion qui ne l'empêche d'ailleurs ni de retomber dans les pires vagabondages ni de vanter ses amours homosexuels, Verlaine a toujours été l'être des convictions fuyantes.
    • L'alternance entre des tendances opposées se manifeste dans les titres et le ton de ses recueils aussi.
  • Poésies
      • Poèmes saturniens , dont la Chanson d'automne (1866)
      • Fêtes galantes (1869)
      • La Bonne Chanson (1872)
      • Romances sans paroles (1874)
      • Sagesse (1880)
      • Jadis et naguère (1884)
      • Amour (1888)
  •  
      • Parallèlement (1889)
      • Dédicaces (1890)
      • Femmes (1890)
      • Après trois ans (1865)
      • Hombres (1891)
      • Bonheur (1891)
      • Chansons pour elle (1891)
      • Liturgies intimes (1892)
      • Élégies (1893)
      • Odes en son honneur (1893)
      • Dans les limbes (1894)
      • Épigrammes (1894)
      • Chair (1896)
  • Proses  
      • Les Poètes maudits (1884)
      • Louise Leclercq (1886)
      • Les Mémoires d'un veuf (1886)
      • Mes Hôpitaux (1891)
      • Mes Prisons (1893)
      • Quinze jours en Hollande (1893)
      • Vingt-sept biographies de poètes et littérateurs    (parues dans  Les Hommes d'aujourd'hui )
      • Confessions (1895)
      • Romances sans paroles , suivi de Cellulairement
    • Il convient de remarquer le retour de certaines mot-clés dans le titre,limbe,par exemple ou chair,ou liturgie,qui renvoient à l'influence de Baudelaire.
  • De la musique avant toute chose
    • 'C'est la musique l'art à laquelle Verlaine veut rapprocher la poésie,ce qui va lui permettre de unir son talent de poète et de musicien à sa sensibilité pour les images.
    • C'est cette exigence de suivre le rythme psychologique et d'imiter le rythme musical qui le pousse à choisir des vers impairs "plus vague et plus soluble dans l'air,sans rien en lui qui pèse ou qui pose "un vers (de 5 à 15 pieds) qui laisse suspendu la définition de l'image.
    • Rien de plus détestable pour Verlaine que la définition nette ,définie de l'image,qui rien ne laisse à l'imagination du lecteur,qui définit les contours de manière précise et nette,comme la voulaient les Parnassiens.
  •  
      • Souvent le terme chanson définit ses oeuvres ,où des mots qui concerne le domaine de la musique sont présents dans ses compositions.
    • Chanson d'automne
    • Les sanglots longs Des violons De l'automne Blessent mon coeur D'une langueur Monotone.
    • Tout suffocant Et blême, quand Sonne l'heure, Je me souviens Des jours anciens Et je pleure Et je m'en vais
    •   Au vent mauvais Qui m'emporte Deçà, delà, Pareil à la Feuille morte
  •      L'impressionisme littéraire de Verlaine     
    • Contemporain des peintres impressionistes,Verlaine peint avec les mots.Comme les tableaux impressionistes suggèrent l'impression que la nature imprime en eux-memes,sans s'intèresser à la reproduire de manière didascalique,linéaire ,ses compositions lyriques introduisent une esthéthique de la suggestion,de l'impression qui sera la caracteristique principale de son style.
    • " C'est de beaux yeux derrière les voiles,
    •    C'est le grandjour tremblant de midi,
    •   C'est par un ciel d'automne attiedi,
    •    le bleu fouillis des claires étoiles!
  •       La nuance        
    •   (...) Rien de plus cher que la chanson grise
    •   Où l'indècis au Précis se joint.
    • (...)
    • Car nous voulons la Nuance encor,
    • Pas la couleur,rien que la nuance!
    • Oh! la nuance seule fiance
    • Le reve au reve et la flute au cor!
    • Encore en opposition au Parnasse de Théophile Gautier Verlaine souligne l'importance de l'indécision des images. Mais cette affirmation et la réference au reve,suggère aussi l'idèe d'une dimension de conscience suspendue qui permet une approche à la dimension de l'au-delà.
    •  
    •  
  •    Romances sans paroles  
      • Dans les Romances sans paroles Verlaine se dégage de façon bien plus radicale que dans ses recueils précédents de la tradition poétique: Verlaine a souvent recours aux vers impairs et, au contraire de ce qu'exigent les règles de la prosodie, l'alternance des rimes masculines et féminines n'est pas systématiquement appliquée.  
    •  
      • D'ailleurs, Verlaine tord le cou à l'éloquence et se concentreà capter l'instant dans ce qu'il a de plus fugitif ou l'exaltation devant la beauté que le poète exprime de la manière la plus directe possible.
    •  
      • Verlaine a longtemps voulu dédier ses Romances sans paroles à Arthur Rimbaud . Il va de soi que cela n'aurait été que justice, tant l'influence du poète d' Une Saison en enfer a été déterminante, et ce tout autant sur les sentiments et les événements évoqués par Verlaine dans son recueil que sur la conception de la poésie qui s'y est fait jour
    •  
    •  
    •  
    •   Il est évident encore la réference à la musique (la romance est
    •    une chanson simple et sentimentale accompagnée au piano) 
    •   mais le titre est paradoxal puisq'il n'existe pas de vers sans
    •    paroles.
    •   Verlaine met l'accent sur la mélodie et la musicalitè de ses
    •   pomes(23) rèsultat d'un long travail.est d'un raffinement extrème.
    •   Le poème qui suit a été mis en musique par Gabriel Fauré et
    •   Claude Debussy.  
  •  
    • Il pleure dans mon cœur " Il pleure dans mon cœur" est le 3ème poème de la
    •   section initiale ariettes oubliées de Romances sans paroles ". Il pleut doucement sur la ville.       (ARTHUR RIMBAUD) Il pleure dans mon cœur Comme il pleut sur la ville ; Quelle est cette langueur Qui pénètre mon cœur ?0 bruit doux de la pluie Par terre et sur les toits ! Pour un cœur qui s'ennuie 0 le chant de la pluie ! Il pleure sans raison Dans ce cœur qui écœure. Quoi ! nulle trahison ? ... Ce deuil est sans raison.C'est bien la pire peine De ne savoir pourquoi Sans amour et sans haine Mon cœur a tant de peine!
  •       Sagesse
    • Rédigè en prison ou après la libération,le recueil est organisè en trois livres:
    • 1. raconte les luttes intimes entre de vieux péchées et les forces de conversion
    • 2. verlaine dialogue avec Dieu et la Vierge Marie sur un ton familier et respectueux
    • 3. c'est le livre du retour au monde,le poète évoque ses vicissitudes (la rupture avec Verlaine,la crise,la prison) en gardant les distances.
    •  
  •        la Décadence
    • Verlaine est le premier à avoir parlè de décadence dans Les Poètes maudits (1884)
    • (...) le mot de décadence suppose des pensées raffinées d'extrème civilisation,une haute culture littéraire,une ame capable d'intènsives voluptés. (...) C'est(...) ce sentiment qui m'a dicté le sonnet que vous connassez Je suis l'Empire à la fin de la Décadence.
  •  
    • Langueur
    • Je suis l'Empire à la fin de la décadence, Qui regarde passer les grands Barbares blancs En composant des acrostiches indolents D'un style d'or où la langueur du soleil danse. L'âme seulette a mal au coeur d'un ennui dense. Là-bas on dit qu'il est de longs combats sanglants. O n'y pouvoir, étant si faible aux voeux si lents, O n'y vouloir fleurir un peu cette existence ! O n'y vouloir, ô n'y pouvoir mourir un peu ! Ah ! tout est bu ! Bathylle, as-tu fini de rire ? Ah ! tout est bu, tout est mangé ! Plus rien à dire! Seul, un poème un peu niais qu'on jette au feu, Seul, un esclave un peu coureur qui vous néglige, Seul, un ennui d'on ne sait quoi qui vous afflige
  •  
    • LES DÉLIQUESCENCES POÈMES DÉCADENTS d'Adoré Floupette avec sa vie par MARIUS TAPORA  par Henri Bauclair etGabriel Vicaire