Your SlideShare is downloading. ×
  • Like
La gestion des ressources électroniques - CRFCB 7 jan 2014
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Now you can save presentations on your phone or tablet

Available for both IPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

La gestion des ressources électroniques - CRFCB 7 jan 2014

  • 1,159 views
Published

Gestion au quotidien : …

Gestion au quotidien :
Les principales tâches
La liste AZ des périodiques et le résolveur de liens
Statistiques d’usage
Cas pratique : quels critères pour désabonner ?
Site web
Usability tests
Outil de découverte et ergonomie
Site web sur terminaux mobiles
Perspectives d’évolution nationale
de l’ERMS au SGBm
Le « hub de métadonnées »
Le projet ISTEX
Les FRBR

Published in Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
1,159
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
19
Comments
0
Likes
1

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide
  • Le coût par article en divisant le coût de la ressource par le nombre d’articles
    téléchargés.
  • A l’heure actuelle, peu de fournisseurs de bases de données fournissent des
    statistiques normées COUNTER.
    Ce qui est ennuyeux dans la mesure où l’on ne dispose pas de critère objectif
    pour comparer le taux d’utilisation des bases de données.
  • Autant d’outils qui se déclinent en une multitude de produits.

Transcript

  • 1. La gestion des ressources électroniques CRFCB – 7 janvier 2014 Pierre Naegelen Responsable du Service des Ressources Électroniques & Administrateur de contenus site web Service Commun de la Documentation Université Paul Sabatier Toulouse III
  • 2. PLAN Gestion au quotidien : • • • • Les principales tâches La liste AZ des périodiques et le résolveur de liens Statistiques d’usage Cas pratique : quels critères pour désabonner ? Site web • • • Usability tests Outil de découverte et ergonomie Site web sur terminaux mobiles Perspectives d’évolution nationale • • • • de l’ERMS au SGBm Le « hub de métadonnées » Le projet ISTEX Les FRBR
  • 3. Gestion au quotidien…
  • 4. Les principales tâches : - Organigramme du SCD - Le circuit des ressources électroniques - Présentation de l’équipe du Service des Ressources Electroniques (SRE) - Principales missions
  • 5. Source : « Doc électronique pour les débutants (2/5) : Cycle de vie » Marlenes’Corner [Blog] Par Malène Delhaye
  • 6. • Présentation du Service des Ressources Electroniques  1 bibliothécaire : 75% dont notamment - gestion des ressources Couperin (GC ou non) et non Couperin - au niveau du SCD ou au niveau du PRES  1 Bib Ass (santé): 20%  1 Bib Ass (sciences): 10%  1 conservateur (sciences) : environ 10 % (statistiques JR1 et DR1)
  • 7. Principales missions : • 1) signalement: - Titres isolés, bouquets, etc - Mise à jour des bases de connaissances (résolveur de liens…) • 2) Maintenance: • Problèmes d’accès à tous types de ressources, y compris les accès distants
  • 8. • 3) La collecte et l’exploitation des statistiques d’usage • Permet d’évaluer le service rendu aux usagers • 4) Gestion du budget des ressources électroniques • Suivi des négociations (COUPERIN et hors COUPERIN), relations avec les éditeurs, gestion des abonnements • 5) Travail en interaction avec le PRES Université de Toulouse: Mutualisation des moyens • 6) Promouvoir les archives ouvertes avec les bibliothèques associées et le PRES (moissonneur EPURE)  Depuis janv. 2013 , un conservateur travaille à temps plein sur ce sujet
  • 9. 7) La refacturation au CHU de Toulouse depuis 2011
  • 10. 8) Enquête annuelle : l’ERE (Enquête sur les Ressources Électroniques 9) Rédaction des CCAP (Cahier des Clauses Administratives Particulières) pour différents marchés : périodiques, bases de données, e-books
  • 11. La liste AZ des périodiques et le résolveur de liens
  • 12. Schéma d’un résolveur de liens Base de données - Réf article 1 - Réf article 2 - Réf article 3 - ……………. - Réf article n Bibliothéca ire Base de connaissance = Liste des revues auxquelles l’établissement est abonné Liste A-Z des périodiques électroniques Résolveur de liens s lis tab é Si … né on b ta en em Revue 1 Revue 2 Revue 3 ……….. Revue n’ Accès aux périodiques électroniques en texte intégral Fournisseur
  • 13. Récapitulons… Référence d’article dans une base de données Mon établissement est abonné à la revue en ligne Mon établissement n’est pas abonné Je lis le texte intégral directement Une fenêtre s’ouvre avec le message: « Document en ligne indisponible dans votre établissement » Source : FAQ de Lirel Un « menu » est proposé : j’utilise les liens pour relancer des recherches et essayer de trouver le document sous une autre forme.
  • 14. Statistiques d’usage
  • 15. La gestion des statistiques et l'édition de rapports Les rapports statistiques permettent de définir une politique documentaire: - déterminer le coût à l’article téléchargé pour chaque base de données, revue, e-book ou bouquet - connaître les ressources électroniques les plus consultées - désabonner les revues avec un très faible taux de consultation ou un coût à l’article trop élevé
  • 16. Nombre de téléchargements
  • 17. Coût par article de 2007 à 2012
  • 18. La norme COUNTER (Counting online usage of networked electronic resources) a vu le jour en mars 2004.  Les fournisseurs qui respectent cette norme sont dits : « counter compliant » (voir la liste: http://www.projectcounter.org/articles.html)
  • 19. Plusieurs types de rapports selon le type de ressources: Périodiques: le « Journal Report » • JR1 = Journal Report 1: Number of Successful Full-Text Article Requests by Month and Journal • JR2 = Journal Report 2: Turnaways by Month and Journal • JR3 = Number of Successful Item Requests and Turnaways by Month, Journal and Page Type • JR4 = Total Searches Run by Month and Service
  • 20. Exemple de Journal Report 1 Liste des revues Nb de téléch. par mois Totaux html et pdf
  • 21. Bases de données: • DB1 = Database Report 1: Total Searches and Sessions by Month and Database • DB2 = Database Report 2: Turnaways by Month and Database • DB3 = Database Report 3: Total Searches and Sessions by Month and Service
  • 22. E-books: le Book Report • BR1 = Book Report 1: Number of Successful Title Requests by Month and Title • BR2 = Book Report 2: Number of Successful Section Requests by Month and Title • BR3 = Turnaways by Month and Title • BR4 = Turnaways by Month and Service • BR5 = Total Searches and Sessions by Month and Title • BR6 = Total Searches and Sessions by Month and Service
  • 23. Des ressources importantes • Une quarantaine de plates-formes d’éditeurs • Des ebooks en accroissement constant • Des dizaines de milliers de titres de périodiques » Un nouvel univers de statistiques !
  • 24. Groupe de travail Couperin • Rassemblement national de bibliothécaires dans le groupe de travail Couperin • deux projets
  • 25. • Projet Couperin de  Projet qui s’inspire du portail JUSP au Royaume-Uni portail d'agrégation et d'archivage des statistiques éditeurs : MESURE (Mutualisation pour l’Évaluation des Statistiques d’Usage des Ressources Électroniques)
  • 26. Projet Mesure • Des rapports normés Counter par les éditeurs • Téléchargeable au format SUSHI • 2012 : 3 rapports • UPS établissement pilote
  • 27. Projet Mesure suite 1 • Mesure en phase d’accroissement : 6/7 rapports pour la majorité des SCD français • http://mesure.couperin.org
  • 28. Projet Mesure suite 2 • Limite de Mesure : quid des statistiques non normées • Ne répond pas à « qui interroge quoi ? »
  • 29. Projet ezPaarse • Recueil, analyse, traitement et enrichissement des statistiques locales • Basé sur l’expérience du Cnrs où les usagers doivent s’identifier pour se connecter • Établissement pilote : Université de Lorraine
  • 30. Statistiques locales à l’UPS : d’où partons nous ? En exploitant les statistiques fournies par les éditeurs, on obtient ce genre de graphes… On 12/2013 c le naît on i quo « ? le pas s mai » i « qu ?»
  • 31. Statistiques locales à l’UPS : d’où partons nous ? • Docadis pour les connexions à distance • En 2010 : les connexions par UFR • Disparition des UFR et travail sur le LDap
  • 32. • Statistiques locales à l’UPS : ce qui est fait Le qui ? Des statistiques fines, notamment pour les étudiants Intitulé du profil e p Désignation Étudiants, ventilés par discipline SISE (33 secteurs) et par niveau d’études (bac + 1 à bac + 8) Enseignants-Chercheurs, ventilés par En théorie !!! Pour l’instant, il y discipline a un bug… per personnels de l'université qui ne sont pas enseignantschercheurs int utilisateurs qui ont cliqué depuis un poste du campus sur une URL Docadis; on pourra les ventiler par groupes d’IP rapportés aux bâtiments aut Étudiants ou personnels (y compris enseignants-chercheurs) dont le profil ne correspond pas aux profils définis ci-dessus.
  • 33. Statistiques locales à l’UPS : ce qui est fait • Limite sur le quoi : la plate-forme éditeur et non sur le titre du périodique : attente du projet EzPaarse (qui pourrait aller jusqu’à l’article)
  • 34. Quels critères pour diminuer les coûts ?
  • 35. I) Périodiques électroniques recherche
  • 36. • Statistiques de consultation 2007-2012
  • 37. • Évolution du coût des périodiques recherche
  • 38. Évolution des coûts entre 2012 et 2013 pour les principaux éditeurs de périodiques
  • 39. II) Budget global de la documentation recherche : périodiques, bases de données, e-books
  • 40. Périodiques recherche 2007 en € 2008 2009 2010 2011 2012 2013 1 424 553 1 477 999 1 613 866 1 741 361 1 485 505 1 480 158 1 570 948 Progression en % 3,8 Base 100 7,9 -14,7 -0,4 6,1 103,8 100,0 9,2 113,3 122,2 104,3 103,9 110,3 Bases de données/e-books recherche 2007 en € 2008 2009 2010 2011 2012 2013 176 337 176 050 201 186 202 324 197 418 195 893 205 650 Progression en % -0,2 Base 100 0,6 -2,4 -0,8 5,0 99,8 100,0 14,3 114,1 114,7 112,0 111,1 116,6 Doc Recherche (périodiques, e-books et BDD) 2007 en € 2008 2009 2010 2011 2012 2013 1 600 889 1 654 050 1 815 052 1 943 685 1 682 923 1 676 051 1 776 598 Progression en % Base 100 3,3 100,0 9,7 7,1 -13,4 -0,4 6,0 103,3 113,4 121,4 105,1 104,7 111,0
  • 41. Projection : évolution du budget Doc Recherche entre 2013 et 2017 2013 en € 2014 2015 2016 2017 1 776 598 1 883 194 1 996 186 2 115 957 2 242 914 Progression en % Base 100 6,0 100,0 6,0 6,0 6,0 106,0 112,4 119,1 126,2
  • 42. Montant Elsevier (Freedom Collection) 2007 2009 2010 2011 2012 2013 657 553 en € 2008 615 340 700 398 728 557 623 976 650 983 669 244 Progression en % -6,4 Base 100 4,0 -14,4 4,3 2,8 93,6 100,0 13,8 106,5 110,8 94,9 99,0 101,8 Part facture Elsevier (Freedom Collection) rapportée au budget doc élec recherche en % 2007 2008 41,1 2009 37,2 2010 38,6 2011 37,5 2012 37,1 2013 38,8 37,7
  • 43. III) Quels critères pour diminuer les coûts ?
  • 44. Contexte budgétaire • Contribution au redressement des comptes publics + maîtrise salariale : - 75 k€ en 2013 pour le SCD - 105 k€ minimum en 2014 • Incertitude des marchés et variations de la parité €/$ • Imprévisibilité des hausses de coûts imposées par les éditeurs (exemple : IEEE en 2013), malgré la réussite du consortium COUPERIN avec certains éditeurs (0% d’inflation en 2014 pour Lippincott, Wiley-Blackwell…)
  • 45. 1 critère : le coût par article ? er
  • 46. 2 ème critère : On ne garde que les revues dans lesquelles les chercheurs de l’UPS publient ?
  • 47. Identification des revues dans lesquelles nos chercheurs publient Revues dans lesquelles les chercheurs de l’UPS publient d’après le WoS Avec limitation aux Avec limitation aux années 2010-2011 années 2010-2011 Revues auxquelles l’UPS est abonnée
  • 48. Identification des revues dans lesquelles nos chercheurs ont publié en 2010-2011
  • 49. Ce critère est souvent considéré comme absurde : « Il n'y a aucun rapport entre les revues dans lesquelles on publie et les publications qu'on lit et auxquelles l’UPS est abonnée »  Critère non retenu !
  • 50. 3ème critère : exploitation des statistiques de connexion à DOCADIS Problèmes : 1) Les connexions DOCADIS ne représentent qu’une partie des usages  Critère non retenu ! 2) Les statistiques fournissent des logs par plateforme et non par titre 3) Actuellement, bug pour l’exploitation par profils des logs des enseignantschercheurs
  • 51. 4 ème critère : Élimination des revues non présentes dans le Journal Citation Report (Web of Knowledge) ?
  • 52. Taux de couverture en 2011 des revues du JCR de 2010 Nombre de titres dans JCR 12591 Nombre de titres accessibles UPS 7407 Taux de couverture UPS en % 58,83
  • 53. Format Prix total € HT facturé Titre ISSN Editeur JOURNAL OF THE AMERICAN DENTAL ASSOCIATION ONLINE - SITE LICENSE /FOR ACADEMIC INST HOSPITALS GOVT AGENCIES/ 1943-4723 ONLINE 313,73 COMPTES RENDUS MATHEMATIQUES DE L ACADEMIE DES SCIENCES = MATHEMATICAL REPORTS OF THE ACADEMY /EXCEPT CANADA/ 0706-1994 PAPER 71,34 JOURNAL OF DIFFERENTIAL GEOMETRY - INCLS SURVEYS IN DIFFERENTIAL GEOMETRY SUPPLEMENT - PRINT + ONLINE 0022-0396 PRINT + ONLINE 980,87 REED ELSEVIER 157,18 EASTVIEW INFORMATION SERVICES EASTV ADA PUBLISHING CO INC CANADIAN MATHEMATICA L SOCIETY VESTNIK MOSKOVSKOGO UNIVERSITETA - SERIIA I MEKHANIKA I MATEMATIKA 0579-9368 PAPER AMERICAN JOURNAL OF PHYSIOLOGY - CONSOLIDATED ED - ONLINE - TIERS 1-3 /ALL EXCEPT CHINA/ /FOR INSTITUTIONS/ 2163-5773 ONLINE 3 530,37 AMER PHYSIOL SOC LUCIA TAYIEL AMERICAN JOURNAL OF PUBLIC HEALTH - ONLINE SINGLE SITE /FOR INSTITUTIONS/ 1541-0048 ONLINE 685,42 AMER PUBLIC HEALTH ASSN AMERICAN JOURNAL OF SPORTS MEDICINE - ONLINE /FOR EUR MID AFR AUA/ /FOR INSTITUTIONS/ 1552-3365 ONLINE 767,89 SAGE PERIODICALS INC HISTORY AND PHILOSOPHY OF THE LIFE SCIENCES PRINT + ONLINE /FOR INSTITUTIONS/ 0391-9714 PRINT + ONLINE 372.87 GIANNINI EDITORE PRINT +
  • 54. ISSN JOURNAL OF CLINICAL ORTHODONTICS - PRINT + ONLINE 0022-3875 PRINT + ONLINE 306.05 JCO INC JOURNAL OF CLINICAL PHARMACOLOGY - ONLINE /FOR EUR MID AFR AUA/ /FOR INSTITUTIONS/ 1552-4604 ONLINE 762,20 WILEYBLACKWELL LEARNING MEMORY 1549-5485 ONLINE 496,40 COLD SPRING HARBOR LABORATORY 1543-3080 PRINT + ONLINE 655,17 HUMAN KINETICS PUBLISHERS INC SPORT HISTORY REVIEW - PRINT + ONLINE 1087-1659 PRINT + ONLINE 312,86 HUMAN KINETICS PUBLISHERS INC BUP PHYSIQUE CHIMIE 1770-1368 PAPER 206,04 UNION DES PHYSICIENS REVUE D INTELLIGENCE ARTIFICIELLE - PRINT + DIGITAL ED 0992-499X PRINT + ONLINE 344,18 LAVOISIER JOURNAL OF PHYSICAL ACTIVITY & HEALTH - PRINT + ONLINE Format Prix total € HT facturé Titre TOTAL 8 912,88 Editeur
  • 55. 5ème critère : Identification de périodiques en doublons ou en triplons par rapport aux abonnements du CNRS et de l’Inserm ?
  • 56. En résumé, on a retenu un faisceau de 3 critères de désabonnement. Par ordre d’importance décroissante :
  • 57. Les usability tests
  • 58. 1. Les usability tests « Usability tests » : procéder à des tests auprès des usagers afin de dégager les points forts et surtout les points faibles d’un site, afin de l’améliorer. L’utilisabilité, usabilité ou encore aptitude à l'utilisation est définie par la norme ISO 9241-11 comme « le degré selon lequel un produit peut être utilisé, par des utilisateurs identifiés, pour atteindre des buts définis avec efficacité, efficience et satisfaction, dans un contexte d’utilisation spécifié ». [Source : Wikipedia] Vitesse et Vitesse et rapidité rapidité “ Usability means that people who use the [site] can do so quickly and easily to accomplish their own tasks” (Dumas et Redish) Petit échantillon “It takes only five users to uncover 80 percent of high-level usability problems”. (Jakob Nielsen) redesign “Usability is an iterative process of testing/redesign, retesting/redesign, & retesting/redesign.” (Luther) retesting Processus itératif testing Source : Bohyun Kim & Marissa Ball - Florida International University
  • 59. Un excellent exemple d’ usability test : le blog de la NCSU Library Méthode : • une trentaine d’usagers pris au hasard dans le hall de la bibliothèque est sollicitée pour tester la navigation sur le site • Une liste de 15 tâches leur est proposée. Ils doivent effectuer 4 des 15 tâches et indiquer dans un questionnaire par quel chemin ils sont passés
  • 60. Les usability tests pratiqués par la NCSU Library Ce qui permet de lister les points forts et les points faibles.
  • 61. Les usability tests pratiqués par la NCSU Library
  • 62. Usability tests pratiqués en juin 2013 • une trentaine d’usagers pris au hasard dans le hall de la bibliothèque est sollicitée pour tester la navigation sur le site • une liste de 15 tâches leur est proposée. Ils doivent effectuer 4 des 15 tâches et indiquer dans un questionnaire quel chemin ils ont emprunté
  • 63. Usability tests pratiqués en juin 2013 Deux difficultés apparaissaient : 1) Arriverait-on à solliciter une trentaine d'usagers? 2) Si l'on affichait une quinzaine de tâches en demandant à l'usager interviewé de n'en remplir que quatre de son choix, ne courait-on pas le risque que les usagers interviewés choisissent à peu près tous les quatre mêmes questions (les plus faciles ou celles du début de la liste) ?
  • 64. Solutions… 1) Si les usagers ne viennent pas à nous, c'est à nous de venir à eux... En troquant un ordinateur de bureau contre un ordinateur portable, nous avons pu facilement nous déplacer d'une table à l'autre entre les groupes d'étudiants installés... 2) Le responsable du S.I. a créé un logiciel permettant d'afficher aléatoirement 4 questions parmi les 18 que nous avions préparées. Autre intérêt du logiciel : les réponses étaient stockées en temps réel dans un tableur, permettant une exploitation rapide et simple.
  • 65. L'ergonomie de l'outil de découverte peut être améliorée La question 14 se présentait ainsi : "Vous faites une recherche et vous souhaitez obtenir en une seule interrogation des articles provenant de différentes bases de données. Comment faites-vous ?" Or il se trouve que les deux ordinateurs portables n'affichaient pas exactement la même page d'accueil…
  • 66. Site « normal » : Site test :
  • 67. Trois défauts mis en lumière par les usability tests 1) Les usagers ne trouvent pas les pages thématiques
  • 68. Solution proposée : Rendre le bouton plus visible et/ou ajouter un lien hypertexte sous le bouton, lien qui serait intitulé "Accès thématiques". C'est une option similaire qui a été choisie par le site de la NCSU Library :
  • 69. 2) Les usagers ne voient pas l'icône présente dans le pied de page leur permettant d'accéder à "BloBuss", le blog de la BU Sciences. Solution proposée : Les actualités du site web ne doivent pas dupliquer en entier les billets du blog. Elles doivent comporter un lien "Lire la suite dans BloBuss". Cette solution ferait d’une pierre deux coups ; elle permettrait : - d’accroître les taux de consultation de BloBuss - d’éviter le danger de la désindexation du site ou du blog par les moteurs de recherche du fait de la similarité des textes : il s’agit du problème des « contenus dupliqués ».
  • 70. 3) L'URL du site (http://scd.univ-tlse3.fr) n'est pas parlante pour les usagers. Solution proposée : nouvelle URL http://bibliotheques.univ-tlse3.fr
  • 71. Amélioration de l’ergonomie de l’outil de découverte
  • 72. Amélioration de l’ergonomie de l’outil de découverte
  • 73. Solutions propriétaires EBSCO Discovery Service (EBSCO) OCLC WoldCat local (OCLC) Primo (EXLibris) Summon (SerialsSolutions) Solution libre Trove (Bibliothèque nationale d’Australie)
  • 74. Difficultés liées aux Outils de découverte (DT = Discovery Tools) • Couverture des éditeurs français • Besoin de vues par bibliothèque ou groupe de bibliothèques • Langue de recherche, classement pertinent des résultats • La base de connaissance reste une boîte noire • Résultats parfois incompréhensibles • Redondance du travail de corrections
  • 75. L'ergonomie de l'outil de découverte peut être améliorée La question 14 se présentait ainsi : "Vous faites une recherche et vous souhaitez obtenir en une seule interrogation des articles provenant de différentes bases de données. Comment faites-vous ?" Or il se trouve que les deux ordinateurs portables n'affichaient pas exactement la même page d'accueil…
  • 76. Site « normal » : Site test :
  • 77. Idée : les lecteurs sont perdus par l’abondance des résultats proposés et n’utilisent pas les facettes en aval. Il faut donc proposer des facettes en amont… Exemple : Queensland University of Technology Library
  • 78. Autres exemples d'amélioration de l'ergonomie de l’outil de découverte CSU San Marcos Libraries Duke University Libraries Emory Libraries NCSU Libraries
  • 79. Sites web de bibliothèques et terminaux mobiles
  • 80. Sites web de bibliothèques et terminaux mobiles 4 façons de rendre accessible un site sur un terminal mobile : - Via une application mobile native - Via un site web mobile - Via un site responsive web design - Via une seconde feuille de style
  • 81. Une application mobile native… •Une application nécessite d’être téléchargée par l’usager (ainsi que ses mises à jour) •Il faut prévoir autant d’applications que de systèmes d’exploitation
  • 82. Site web mobile... • Bordeaux 3 • Soit l’usager doit composer une adresse URL spécifique, soit la version mobile s’affiche automatiquement dès que le terminal mobile est détecté •Il s’agit toujours d’un site simplifié, voire appauvri
  • 83. Site web mobile... • University of Arizona Library • University of Michigan Library
  • 84. Site web mobile... • Ball State University Libraries • Oregon State Universities Libraries Pour voir d'autres réalisations, se reporter à http://www.libsuccess.o index.php?title=M-Libraries
  • 85. Un site en responsive web design Concept récent (2010). Idée : l’apparence du site s’adapte à la taille de l’écran. Le site est « fluide » (les images se réduisent, la police se modifie, les blocs se déplacent, etc) Ouvrage de référence : Responsive web design par Ethan Marcotte • Cette fois-ci on n’a plus deux sites (ou un site + des applications) mais un seul • Le site sur terminal mobile présente quasiment le même contenu que sur un ordinateur de bureau
  • 86. Un site en responsive web design Liste sélective de sites d’universités: •Harvard University •College Mount University •University of Nebraska-Lincoln •Chapman University •Claremont McKenna College •University of Colorado Boulder •Drexel University •Florida International University •University of California at Los Angeles (UCLA) •Arkansas State University •University of California San Diego Pour une liste plus complète : HigherEd RWD Directory Rares sites de bibliothèques en responsive design •Allison Library (Regent College) (pas très convaincant) •The University of Arizona Library – Special Collections ( collections patrimoniales) Autres sites de bibliothèques : Responsive Design Sites: Higher Ed, Libraries, Notables
  • 87. Identification des points de rupture 320 pixels Appareils à petit écran, comme les téléphones en mode portrait 480 pixels Appareils à petit écran, comme les téléphones en mode paysage 600 pixels Petites tablettes, comme le Kindle d’Amazon (600x800) et le Nook de Barnes & Noble (600x1024) en mode portrait 768 pixels Tablettes de dix pouces comme l’iPad (768x1024) en mode portrait 1024 pixels Tablettes comme l’iPad (1024x768) en mode paysage ainsi que certains ordinateurs portables, netbooks et ordinateurs de bureau 1200 pixels Écran large, principalement les ordinateurs portables et de bureau Source : Ethan Marcotte. Responsive Web Design, p. 114 Voir aussi : 5 outils pour tester les sites responsive design
  • 88. Une seconde feuille de style Une seconde feuille de style s’ouvre quand un terminal mobile est détecté • BUA (Angers)
  • 89. Questions qui se posent pour un site de bibliothèque, quelle que soit la solution choisie Les forfaits sont-ils un obstacle à la recherche documentaire sur terminal mobile? - Les smartphones permettent de se connecter au WiFi La plupart des nouveaux forfaits de smartphones ne sont plus basés sur une durée de connexion Catalogue, liste A-Z de périodiques, thèses, archives ouvertes : Qu’est-ce qu’on fait s’ils ne sont pas lisibles sur un écran de petit format ? Roue de secours : un outil de découverte en version mobile… E-books et Bases de données : Faut-il signaler les e-books et bases de données (version mobile ?) - Bases de données : un grand nombre d'éditeurs proposent des versions mobiles (se reporter à Bibliopedia) E-books : Situation contrastée. Exemple: tous les e-books Springer ont une version mobile mais pas ceux de Cyberlibris
  • 90. Conclusion : un changement de méthode pour la conception de site web est en train de voir le jour : réfléchir au mobile en premier... "Si vous pensez d'abord aux appareils mobiles, vous devez vous mettre d'accord sur ce qui compte le plus. Vous pouvez ensuite appliquer la même logique à la version bureau/ordinateur portable du site Web". Luke Wroblewski
  • 91. Les ERMS
  • 92. Q Qu’est-ce qu’un ERMS ? Qu’est-ce qu’un ERMS ? SOMETHING WEIRD Akbar Simonse
  • 93. ERMS = Electronic Resource Management System Un logiciel documentaire • Conçu pour répondre aux problématiques de la gestion des ressources électroniques. • Installé localement ou hébergé. • Appelé à s'appuyer sur un service de veille et de mise à jour des données fluctuantes. • Appelé à échanger avec d'autres outils (SIGB, portail documentaire, résolveur de liens, outil de découverte...)
  • 94. Les ERMS libres ou sous licence, installés localement ou hébergés Paul Linton
  • 95. Les ERMS commercialisés
  • 96. Les ERMS libres Installation locale Coral (University of Notre Dame) E-Matrix (North Carolina State University) OLLARA (University of Wisconsin
  • 97. DEMO…
  • 98. Cas des établissements pilotes Résolveur de liens Linksource (EBSCO) SFX (ExLibris) Maison AtoZ (EBSCO) Liste A à Z 360 Core (SerialsSolutions) SFX (Ex Libris) Millenium KB ERMS SIGB Horizon Loris Aleph E-SUP ENT K-SUP Maison Dreamweaver CMS Typo 3 DRUPAL Spip Amethys 127
  • 99. Objectifs et caractéristiques Mike Stimpson
  • 100. Le modèle vertical Intérêt – Le consortium négocie une grosse partie des ressources payantes des membres : ce modèle soulagerait donc sensiblement les membres. – La qualité des données entrées est garantie. Inconvénient – Chaque membre doit assurer seul la gestion des métadonnées des ressources non négociées par COUPERIN.
  • 101. Le modèle collaboratif Principe et intérêt – Plusieurs acteurs interagissent ; – Différentes informations alimentent un même ERMS (compte central) ; – Toutes les ressources y sont collectivement gérées ; – Ce compte central alimente les comptes membres ; Inconvénient – Fort risque de perte de contrôle des données entrées => nécessite une solide organisation.
  • 102. La solution retenue : le modèle collaboratif Les raisons objectives de ce choix : – COUPERIN = gros “fournisseur” des ressources des membres ; – une ressource non négociée par Couperin (payante ou libre) est au minimum utilisée par 5 membres ; – les membres utilisent les mêmes catégories de métadonnées et 70 à 80% de leurs valeurs ne sont pas spécifiques à une institution.
  • 103. L’institution 5 est membre du PRES mais pas du consortium Couperin. L’institution 4 est membre du PRES et du consortium Couperin
  • 104. Pourquoi le projet a échoué ?
  • 105. Calendrier 2009-2011 • Juillet 2009 : fin de la rédaction du CCTP par le GTERMS • Octobre 2009 : embauche du consultant Marc Maisonneuve de Tosca • 21 octobre 2009: première réunion ABES/Tosca/Couperin • 3 novembre 2009 : conclusions de Tosca • un pilote, 5 établissements, • un dialogue compétitif, un portage par l’ABES • 12 et 19 novembre 2009 : validation du projet par les CA de l’ABES et COUPERIN
  • 106. Calendrier 2009-2011 • Décembre 2009 : le conseil d’administration de Couperin adopte le principe d'un pilote avec cinq établissements : – – – – – Institut national de recherche en informatique et automatique (INRIA) Université Bordeaux 1 Université Lumière Lyon 2 Université Paris Descartes Université de Toulouse (PRES de Toulouse) Panel reflétant une diversité de structures et de disciplines du consortium
  • 107. Calendrier initial… Rédaction des pièces constitutives du marché Semaine 11 à 16, 2010 Publication de l'appel d'offre par l'ABES Semaine 17 : avril 2010 Remise des réponses des candidats Semaine 25 : juin 2010 Analyse des offres et auditions des candidats Semaine 26 : juillet Semaine 37 : septembre Remise des offres définitives par les candidats Semaine 39 : octobre 2010 Notification Semaine 40 : octobre 2010 Déploiement de l'ERMS, formations A partir de semaine 41 Admission Mai 2011 Fin du pilote Mai 2012
  • 108. Calendrier final… Rédaction des pièces constitutives du marché Semaine 11 à 16, 2010 Publication de l'appel d'offre par l'ABES Semaine 17 : avril 2010 Remise des réponses des candidats Semaine 25 : juin 2010 Analyse des offres et auditions des candidats Semaine 26 : juillet Semaine 37 : septembre Remise des offres définitives par les candidats Semaine 39 : octobre 2010 Notification Semaine 40 : octobre 2010 Déploiement de l'ERMS, formations A partir de semaine 41 Ajournement de la Validation d’Aptitude Avril 2011
  • 109. Les raisons de l’ajournement du projet… • Points bloquants - L’héritage des données et l’architecture du système - Architecture logicielle trop rigide pour les institutions membres de PRES ou les institutions requérant plusieurs instances • Défauts majeurs - L’outil de signalement - La recherche - La gestion des métadonnées d’acquisition - La formation et la langue employée dans les présentations et les supports 140 28/03/2012
  • 110. Les raisons de l’ajournement du projet… • Défauts mineurs - Le système de notes - Le système d’alertes - L’exportation dynamique vers les sites et portails - La gestion, lourde, des importations • Points positifs - La base de connaissance, sa complétude et la rapidité de sa mise à jour - L’export de notices MARC - Le lien entre les outils 28/03/2012
  • 111. Le projet national de SGBm
  • 112. BSN • La Bibliothèque scientifique numérique fait partie des Très Grandes Infrastructures de Recherche (TGIR) portées par le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR). • Les segments d'activité de la BSN sont les suivants :          BSN1 - Acquisition des revues (courant) et des archives BSN2 - Dispositif d'accès et d'hébergement BSN3 - Dispositifs de signalement BSN4 - Archives ouvertes BSN5 – Numérisation BSN6 - Archivage pérenne BSN7 - Éditions numériques BSN8 - Fourniture de documents, prêt BSN9 - Formations, compétences, usages
  • 113. SGBm Définition • le remplacement de l’acquisition d’un système local par un abonnement à un service dans les nuages (« Software as a Service ») ; • l’usage, par toutes les bibliothèques abonnées au service, d’un seul système commun • l’adaptabilité des fonctions du service aux différentes bibliothèques (paramétrage et interface de programmation) et la disponibilité d’une plateforme de création et de partage de nouveaux services (« Service Oriented Architecture ») ; • l’intégration et la rationalisation des circuits de traitement des collections physiques et des ressources en ligne : acquisitions/gestion de licences, catalogage/édition de métadonnées, circulation/gestion des accès, OPAC/découverte ; • l’intégration et la rationalisation des multiples systèmes locaux : SIGB, prêt entre bibliothèques, liste AtoZ, ERMS, base de connaissance, résolveur de liens, moteur de recherche fédérée, bibliothèque numérique ; Source : « Le projet de SGBm : État des lieux et perspectives ». Par Jean Bernon. Ar(abes)ques N°70 AVRIL-MAI-JUIN 2013
  • 114. Source : « Projet de Système de gestion de bibliothèque mutualisé de l’ABES ». Par Jean Bernon. Journées réseau de l’ABES 20 juin 2012
  • 115. Solutions propriétaires Worldshare Management System (OCLC) depuis 2011  176 bibliothèques Alma (EXLibris) depuis 2012  155 bibliothèques Intota (SerialsSolutions) en phase bêta Solution libre Kuali Open Library Environment (Université de Caroline du Nord) en cours
  • 116. Solutions propriétaires (à venir) Sierra (Innovative) Virtua (VTLS) Liste non exhaustive !
  • 117. Source : « Réunion des directeurs et du comité technique. 28 janvier 2013 »
  • 118. Le projet de l’ABES • • Projet débuté en 2011 Actuellement 12 établissements pilotes : Université du Maine Université de Clermont-Ferrand Université de Lille 3 Cité des sciences PRES (COMUE) Université de Toulouse Université de Bordeaux BIU de Montpellier Universités d'Artois et Littoral Université du Havre Université de Lorraine Université Paris Descartes Université de Pau
  • 119. Le projet de l’ABES Source : « Plus que 10 jours pour commenter l’étude d’impact ! ». Blog « Système de gestion de bibliothèque mutualisé »
  • 120. • La position adoptée par le CA de l’Abes, le 31 mai 2013 :  ChoixLa positionavec comme objectif-cible, à du scénario 2 de l’Abes terme, d’arriver au scénario 1  Réalisation d’une étude remplacement de CBS préalable sur le  Choix de la procédure de dialogue compétitif Source: ««Vers la réinformatisation du réseau des bibliothèques Source: Vers la réinformatisation du réseau des bibliothèques de l’Université de Toulouse. »» Par Loïc Ducasse. Journée Réseau de l’Université de Toulouse. Par Loïc Ducasse. Journée Réseau SICD Toulouse. 44 juin 2013 SICD Toulouse. juin 2013
  • 121. Eléments-clés du projet : • Lancement d’un dialogue compétitif en 2014 • Financement : le dialogue compétitif sera financé sur le budget de l’ABES sans être refacturé ni aux sites pilotes, ni au réseau. • Migration des sites pilotes en 2016 • L’ABES accompagnera ensuite la démarche de nouveaux groupes d’établissements qui souhaiteraient rejoindre le système. • Le projet de SGBM n’impose rien en matière de système local. En revanche si certains services nationaux, comme le catalogage partagé ou le PEB, migrent vers le système choisi par les sites pilotes tous les établissements qui souhaitent continuer à utiliser ces services devront changer de plate-forme pour ces services. Source: ««Le SGBM ààla veille des fêtes. »» Source: Le SGBM la veille des fêtes.
  • 122. Cartographie des applications du SI métier de l’ABES Webstats application des statistiques (commune à toutes les applications) ABESstp application d’assistance (commune à toutes les applications) THESES Theses.fr Portail des thèses françaises STAR Dépôt des thèses électroniques STEP Sujets de thèses en préparation CALAMES Bases des manuscrits Signets des Universités Numes Corpus numérisés SUDOC PEB prêt entre bibliothèques WinIBW Application de catalogage PSI Interface publique de consultation Guide méthodologique SudocAD (projet de recherche) IdRef (Autorités Sudoc) CBS Cœur du Sudoc APCC extraction des données (ABES) Colodus (à venir) Base XML Sudoc SudocMobile Interface publique pour mobile SELF Interface d’extraction des données (utilisateurs) API Modification Exemplarisat° auto WebServices pour IdRef Licences Nationales (ABES) MicroWebServices (webservices) Bibserv / GTD Transferts réguliers Demandes d’exemplarisation (utilisateurs) Périscope BASE XML & API SUDOC Archives Elsévier Reverse Proxy (à venir) Source : « Le SGBm au carrefour des chemins ». Par Jean Bernon. Le projet SGB au carrefour des chemins2013 JABES. – Journées ABES, 16 mai 2013
  • 123. Source : « Projet de Système de gestion de bibliothèque mutualisé de l’ABES ». Par Jean Bernon. Journées réseau de l’ABES 20 juin 2012
  • 124. Source : « Projet de Système de gestion de bibliothèque mutualisé de l’ABES ». Par Jean Bernon. Journées réseau de l’ABES 20 juin 2012
  • 125. Source : :««Du comité aux sites Source Du comité aux sites pilotes »» pilotes
  • 126. L’articulation du projet de SGBM et du projet de KB nationale des ressources électroniques La KB nationale des ressources électroniques sera constituée • à partir des données saisies par les établissements dans le SGB, • par les bases de connaissance open source GOKb et Knowledge Base+. GOKb Global Open Knowledgebase. GOKb est un projet de base de connaissance ouverte piloté par l’Université de Caroline du Nord pour le compte de la communauté d’universités américaines de recherche participant à la fondation Kuali. Celle-ci développe des logiciels open source pour ses membres et notamment le SGB KualiOLE (Open library environment).
  • 127. L’articulation du projet de SGBM et du projet de KB nationale des ressources électroniques Source : « Une base de connaissance mutualisée : Knowledge Base + ». Par Liam Earney.
  • 128. L’articulation du projet de SGBM et du projet de KB nationale des ressources électroniques Source : « L’articulation… » Blog Système de Gestion de Bibliothèque mutualisé, de l’Abes.
  • 129. Projet de Discovery Tool national Source : Couperin
  • 130. Le projet de « hub de métadonnées »
  • 131. Nouveau projet d’établissement (2012-2015) de l’ABES « Dans le cadre du hub de métadonnées, l’ABES offrira le service suivant à tous les établissements: redistribution dans n’importe quel format des métadonnées enrichies récupérées dans n’importe quel format auprès des éditeurs. Outre la conversion de format, l’ABES apportera une plus-value aux métadonnées en termes de structuration, de richesse et d’interconnexion de l’information avec d’autres bases. » Les enjeux Le hub est une partie de la réponse aux enjeux suivants : • Signalement de la documentation électronique • Les métadonnées fournies par les éditeurs sont souvent inexactes, pauvres et mal structurées.  garantir l’accès à ces documents, notamment via les résolveurs de lien. • Les catalogues de bibliothèque ne sont plus les outils privilégiés des lecteurs. Les métadonnées qui passent par l’ABES et ses réseaux doivent être redistribuées le plus largement possible, y compris en direction des outils de découverte ou des résolveurs de lien commerciaux.
  • 132. Le projet ISTEX
  • 133. Projet ISTEX • • • • Initiative d’excellence de l’Information Scientifique et Technique. Le projet ISTEX s’inscrit dans le programme « Investissements d’Avenir », initié par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, dont l’ambition est de renforcer la recherche et l’enseignement supérieur français sur la scène mondiale. Ce projet est porté par quatre partenaires : le CNRS, l’ABES, Couperin et l’Université de Lorraine agissant pour le compte de la Conférence des Présidents d’Université (CPU). Signée le 19 avril 2012 par l’ANR (Agence Nationale pour la Recherche), l’Etat et le CNRS, la convention d’attribution d’aide au projet s’élève à 60 millions d’euros sur trois ans dont 55 millions d’euros consacrés aux acquisitions des ressources documentaires et 5 millions d’euros alloués à la création de la plateforme destinée à héberger les données.
  • 134. Les FRBR
  • 135. Œuvrede Lisboa Os mistérios Les mystères de Lisbonne roman (1854) FRBR Expressionfrançais Traduction. Langue : Manifestation Les mystères de Lisbonne. M. Lafon, 2011. – 1 vol. (603 pages) ISBN 978-2-7499-1404-6 Item Cote : 869.33 CAS Journée CRFCB/ABF – Toulouse 27 mai 2013 « FRBR / RDA - Du modèle à la norme ». Par Philippe Lepape. Journée d’étude CRFCB/ABF du 27 mai 2013 168 Philippe Le Pape, ABES
  • 136. Des questions ? Question Mark. Par Winged Wolf. CC BY-NC-ND 2.0. Source: Flickr
  • 137. Merci de votre attention ! pierre.naegelen@univ-tlse3.fr Blog : Numeribib