Your SlideShare is downloading. ×
P.Nemo: Chapitre 3: éthique et eschatologie biblique
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

P.Nemo: Chapitre 3: éthique et eschatologie biblique

1,257
views

Published on

Published in: Education, Spiritual

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,257
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
5
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. La bible au service du progrès
  • 2.
    • La Tsedaqa
    • Un nouveau statut pour l’homme
    • Une rupture avec les anciennes morales
    • La conception du temps chez les Grecs
    • Le temps selon la Bible
    • Les conséquences de ce changement
    • Le messianisme biblique
    • Millénarisme et utopisme
    • Guerre et paix
  • 3. 1) La Tsedaqa « La Tsedaka, Tzedaka, Tsedaqa ou Tzedaqa (prononcer Tzdaqa , en hébreu: צדקה ) est le terme hébreu désignant dans le judaïsme le principe religieux de l’« aumône ». Le radical du mot est le même que dans le terme hébreu désignant la «  justice »  : צדק   » Définition La morale biblique incite à une Tsedaqa, dans le sens où elle considère comme injuste le sort des pauvres et insupportables les maux de l’humanité (guerres, péchés humains…). Si l’auteur énonce l’hypothèse que l’élément qui à amené la civilisation occidentale à vouloir le progrès est le judéo-christianisme, et non juste le christianisme, c’est parce que la Tsedaqa, issue du judaïsme est un élément extrêmement important de cette nouvelle morale.
  • 4. La justice romaine est une justice d’égalité en terme fini, et n’était en rien une justice de compassion. La morale biblique amène avec la Tsedaqa une morale et une justice de compassion. Elle souhaite donc une meilleur égalité sociale. La notion biblique du « péché originel » n’est pas une quelconque faute collective commise par l’humanité. Les hommes sont pécheurs dans la mesure où ils sont indifférents à la misère des autres.
  • 5. 2) Un nouveau statut pour l’homme Selon Levinas, c’est l ’acceptation de ce péché originel, de cette dette non contractée et jamais acquittable, qui constitue l’ humanité de l’homme. Si l’homme ne se sentait pas responsable pour autrui, alors l’homme ne serait qu’une substance amorale (dépourvue de morale) comme la pierre ou les étoiles. C’est l’éthique biblique qui amène l’homme à se sentir responsable des autres, notamment grâce à la Tsedaqa. C’est donc l’éthique biblique qui donne à l’homme son humanité. Selon la morale biblique, il y a plus de mérite à voir les problèmes qu’à les résoudre. C’est d’ailleurs ce que font les prophètes bibliques, qui nous montrent des problèmes qu’il faut résoudre
  • 6. 3) Une rupture avec les anciennes morales Les anciennes morales La morale biblique L’homme dépend de son destin Le destin de l’homme dépend de lui même On ne peut aller à l’encontre de son destin On peut toujours changer son destin Le monde ne peut pas changer Le monde peut toujours changer et évoluer La justice est un Mishpat La justice est une Tsedaqa La miséricorde est une faiblesse La miséricorde est une bonté Les dieux et les rois ne peuvent pas être miséricordieux Dieu et les rois peuvent être miséricordieux
  • 7. 1) La conception du temps chez les Grecs Les grecques voit la progression du monde comme un cycle et ont donc une conception cyclique du temps. Le temps cyclique se caractérise par 3 axes: le retour, le moment, la spirale
  • 8. a)Le retour : Il s'agit d'une période, et représente donc un eternel renouvellement, ou plutôt un intervalle de temps qui revient identique à lui même. Nous pouvons prendre pour exemple la division d'une année en quatre saisons distinctes les unes des autres, se répétant tout les ans. b)Le moment : Le moment correspond lui aux évènements interne du cycle, chaque moment est considéré comme unique et incomparable. Il ne s'agit plus du cycle, mais de ce qui se conclut en son intérieur. c)La spirale : Les grecques représente donc le temps comme une succession cyclique de différentes ères. La spirale représente l'ensemble des cycles les plus court incrusté dans les cycles plus long (d'où la représentation sous forme de spirale) y ajoutant ainsi une certaine orientation.
  • 9. 2) Le temps selon la Bible Suite au Judaïsme, le christianisme développe une nouvelle pensée de temps, passant ainsi d'une pensée cyclique du temps à une linéarité, ce temps ne comprend aucun retour, l'homme est libre de ses choix et ne peux donc pas revenir en arrière. Le temps linéaire est en fait un temps répertoriant l'histoire comme une succession d'évènement, il considère donc les faits et non la succession d'évènement récurent au fil des ans La bible illustre ce principe par le fait que le déluge n'a pas été provoqué pour être recommencé dans quelques années, mais pour prendre un nouveau départ, montrant ainsi une sorte d'alliance entre Dieu et son peuple « Je ne maudirai plus jamais le sol à cause de l’homme (…) ; plus jamais je ne frapperai tous les vivants comme je l’ai fait. Tant que durera la terre, semailles et moisson, froidure et chaleur, été et hiver, jour et nuit ne cesseront jamais. » (Genèse 8, 21b-22)
  • 10. 3) Les conséquences de ce changement Ce changement provoque ainsi la fin du syst è me cyclique. L’homme arrête de penser le temps comme étant cyclique, mais plutôt comme étant linéaire. L’homme fait dès lors attention à ces actes, car dès lors que le temps est linéaire, toutes ses actions ont une conséquence. L’homme pense le monde désormais comme étant histoire, et son humanité est dès lors la substance spirituelle de cette histoire. Cette transformation va donc prendre plusieurs forme.
  • 11. 1) Le messianisme biblique Définition de messianisme Croyance en la venue d’un sauveur ou d’un libérateur qui mettra fin l’ordre présent, considéré comme mauvais, et instaurera un ordre nouveau dans la justice et le bonheur. Dans la Bible, le christ porte la figure du sauveur qui se sacrifie pour les hommes. Il montre que l’amour est plus fort que la mort.
  • 12. 2) Millénarisme et utopisme Définition du millénarisme Ensemble de croyances à une règne terrestre eschatologique du Messie et de ses élus, censé devoir durer mille ans Le millénarisme, d’abord condamné par l ’Eglise constantinienne, a toujours été présent dans peuple chrétien, jusqu’à sa grande résurgence au Moyen-âge. Les millénaristes utilisent l’apocalypse de St Jean comme référence. Cependant, l’apocalypse n’est pas un milléranisme en soit. C’est une description de ce que serait la fin des temps.
  • 13. Définition de l’utopisme Ce terme est composé de la préposition négative grecque ou et du mot topos qui signifie lieu . Le sens d' utopie est donc, approximativement, « sans lieu », « qui ne se trouve nulle part ». L’utopie est une société idéal mais imaginaire, telle que la conçoit ou la décrit un auteur donné. L’utopie apparaitra lors de la découverte des deux Amériques. Les colons partant vers le nouveau monde pensent arriver dans un monde parfait, dans une Utopie.
  • 14. 3) Guerre et paix L’éthique biblique pouvait donc se manifester de deux manière: 1) Une manière violente, exprimée par le millénarisme, qui entend massacrer tous les méchants dans un ultime combat eschatologique. Cette branche s’est d’ailleurs prolongée jusqu’à l’époque moderne avec les doctrines révolutionnaires de gauche et de droite. 2) Une manière plus pacifique, exprimée par le messianisme biblique, qui souhaite faire venir le Dernier Jour non pas par le sang, mais par l’amour, la vérité, la responsabilité des Hommes et la rationalité du Droit et de la Science. Cette branche s’est prolongée jusqu’à nos jour avec le développement des idéaux des démocraties libérales.