Your SlideShare is downloading. ×
L’actualité High-Tech de la semaine : Zynga, Yahoo!, July 4th, eBay, AngelList
L’actualité High-Tech de la semaine : Zynga, Yahoo!, July 4th, eBay, AngelList
L’actualité High-Tech de la semaine : Zynga, Yahoo!, July 4th, eBay, AngelList
L’actualité High-Tech de la semaine : Zynga, Yahoo!, July 4th, eBay, AngelList
L’actualité High-Tech de la semaine : Zynga, Yahoo!, July 4th, eBay, AngelList
L’actualité High-Tech de la semaine : Zynga, Yahoo!, July 4th, eBay, AngelList
L’actualité High-Tech de la semaine : Zynga, Yahoo!, July 4th, eBay, AngelList
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

L’actualité High-Tech de la semaine : Zynga, Yahoo!, July 4th, eBay, AngelList

176

Published on

Le Journal de la Silicon Valley …

Le Journal de la Silicon Valley
http://blogs.lexpress.fr/silicon-valley/

Published in: Technology
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
176
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. L’actualité High-Tech de la semaine : Zynga, Yahoo!, July 4th, eBay, AngelList LE 7 JUILLET 2013 La rubrique organique pour vous donner la température de la Silicon Valley (garantie 100% non sous-traitée) et l’occasion de témoigner sur des tendances… à moins que ce soit juste du buzz : à vous de juger !
  • 2. Lundi : Mark Pincus passe le relais sur Zynga Mark Pincus, le fondateur de Zynga qui passe les manettes de sa startup, l'ex-numéro 1 des jeux sur Facebook, c'est comme la fin d'une époque, et je l'espère pour Zynga (mais je n'y crois guère, sac de pommes de terre...), le début d'une nouvelle ère. Je me souviens bien cette fameuse soirée organisée dans les premiers locaux de la startup de San Francisco, en juin 2008, où j'étais loin d'imaginer qu'elle serait cotée au NASDAQ un jour. Mark Pincus a toujours été la figure de Zynga (après le toutou que vous pouvez voir ci-dessus, garanti d'origine), et c'est incroyable d'imaginer qu'il y ait des centaines de millions de personnes désireuses de payer pour télécharger une vache en rose, ou pour s'offrir un arrosoir en or plaqué pour son jardin magique. Les problèmes que l'on citent souvent pour une "web company", c'est tenir la charge, c'est trouver les moyens de déployer à grande échelle. Pour une société en bourse, l'objectif c'est surtout de durer et tenir ses promesses sur le long-terme. Ce qui fonctionne dans le jeu vidéo, ce sont les jeux qui ont trouvé leur niche, et leur cible : les hardcore gamers, ceux qui jouent "à la vie, à la mort", et qui assureront des revenus sans faillir. Sur des jeux plus simples, grand public, et qui se développent sur des mécanismes plus proches d'une addiction court-termiste, il est difficile de planifier des revenus et de s'y tenir. Racheter des studios ou des équipes ayant développé des jeux à succès tiennent plus du jeu de roulettes et pas d'une stratégie telle qu'on l'attend à Wall Street. L'avenir dira si avoir choisi un grand nom chez un constructeur de console de jeu vidéo, Don Mattrick, ex-patron de "l'interactive entertainment" chez Microsoft, résoudra ce complexe casse-tête conduisant à aligner des downloads dans des tableaux Excel trouvant leurs origines dans un business plutôt difficile à anticiper. Ca tombe plutôt bien, Steve Balmer, patron de Microsoft, avait envie de rajeunir ses cadres chez le géant de Seattle... Suivre Zynga sur Twitter : @Zynga Ne pas perdre le contact avec Mark Pincus sur Twitter : @MarkPinc Suivre Don Mattrick sur Twitter : je vous laisse trouver le bon compte
  • 3. Mardi : Yahoo! continue ses courses avec Qwiki C'est amusant comment la vie d'une startup est faite : alors que Qwiki avait récemment changé de direction, après avoir prétendu changer le monde grâce à sa technologie de recherche multimedia (qui consistait en fait à intégrer des paragraphes sortis de Freebase et Wikipedia), Marissa Mayer, CEO de Yahoo! et accessoirement membre du jury du concours de startups Techcrunch Disrupt gagné par la startup en 2010, s'est rappelé au bon souvenir de la startup New Yorkaise, et s'est probablement dit que ça pourrait faire une belle affaire dans le portefeuille de produits de Yahoo! nouvelle version. Bien qu'à $50 millions, on peut juger que cela semble plus être une offre de récompense pour les investisseurs qui ont mis $10,5 millions au total, qu'un véritable prix de transaction habituel. Il est de toute façon très difficile d'avoir des chiffres précis sur le nombre d'utilisateurs. Le produit devrait être gardé sous son propre nom en tant qu'application iOS. Le lendemain, c'est au tour de Xobni d'être racheté, dont la promesse était de rendre votre boite email et liste de contacts plus intelligente (ça ne m'a pas frappé...). Ce rachat va permettre un quasi- équilbre entre les $48 millions offerts par Yahoo! pour la transaction et les $42,8 millions levés. Ca fait 17 sociétés acquises par Marissa Mayer depuis son arrivée. Suivre Marissa Mayer sur Twitter : @marissamayer
  • 4. Mercredi : un July 4th pas comme les autres On ne rigole pas avec les droits constitutionnels aux États-Unis. Cette indépendance a été chèrement gagnée (avec le concours des autorités en charge de la France à l'époque d'ailleurs, ceci dit en passant), et l'histoire de Prism et de la cyber-surveillance de la NSA n'a pas encore été digérée... Du coup, un mouvement s'est créé sous l'impulsion de l'organisation Fight for the Future pour protester contre l'utilisation arbitraire d'internet selon eux non conformes aux droits des citoyens américains et des sociétés telles que WordPress.org, Namecheap, Reddit, Mozilla, Cheezburger, MoveOn, et l'EFF, pour protester sur leurs sites web contre l'initiative de la NSA avec la redirection vers un site de pétition. Pas Facebook. Pas Google. Une belle occasion de remuer une nouvelle fois les lobbies en tous genre, pour la bonne cause : la sauvegarde de la confidentialité des informations. Sortant d'un récent voyage par avion assorti de 3 arrêts dans des aéroports de 3 pays différents, je me suis demandé ce que la sécurité serait sans un minimum de filtrage des passagers, et par extension, comment imaginer les états assurer un minimum de sécurité nationale sans un minimum de contrôles. A la vitesse où va l'information, et étant donné l'impact sur notre société, comment garantir à la fois la confidentialité et la sécurité ? Edward Snowden a sans doute eu raison de révéler le pot aux roses, mais il est grand temps de prendre conscience que nos informations n'ont plus aujourd'hui la certitude d'être inviolable. Chaque lettre tapée et rendue accessible sur Internet peut être un jour récupérée, ré-utilisée, vendue, exploitée, traquée, hackée. C'est ainsi.
  • 5. Jeudi : July 4th, un bon jour pour les Belges On connaissait les Diables Rouges, le surnom de l'équipe nationale belge de football, un pays quelque peu malmené dans son histoire ces derniers temps, victime d'une guerre de ses deux communautés francophone et néerlandophone... C'est au tour de ses startups de faire parler d'elle, la souveraine Belgique, le lendemain de l'annonce de l'abdication du Roi Albert II, avec l'annonce de l'acquisition par eBay de deux sites 2dehands.BE (le flamand) & 2ememain.BE (le francophone) qui représentent à eux deux 5,5 millions de visiteurs uniques par mois. Ces deux sites rejoindront l'offre Classifieds Group d'eBay, présente à ce jour dans 25 pays. eBay se renforce donc sur ce territoire et se localise petit à petit à travers le monde. L'oiseau fait son nid. Suivre eBay sur Twitter : @eBayINC
  • 6. Vendredi : AngelList, site incontournable sur le financement des startups Naval Ravikant, c'est le startup boy par excellence, qui est en train de se faire une place au soleil dans le royaume des stars de la Silicon Valley. Au delà de ses réussites dans la revente de certaines de ses investissements à Twitter ou encore Google, c'est aussi le fondateur du site web AngelList, qui est en train de devenir un site majeur pour qui souhaite faire référencer sa startup et trouver les investisseurs de ses rêves : plus de 100.000 startups listées, plus de 500 introductions réalisées entre des entrepreneurs et des investisseurs sur AngelList par semaine...18.000 investisseurs accrédités (on ne s'improvise pas investisseurs aux États- Unis, il faut montrer patte blanche), qui ont assuré à ce jour 3.000 investissements. Environ. Le création de sa startup est devenu un sport pratiqué dans bien des pays, et la principale friction provient essentiellement de la recherche de financement pour développer son produit. Même si nos recommendations vont dans le sens de bien réfléchir avant de se lancer dans l'aventure, et qu'il est préférable de pouvoir s'autofinancer avant de faire appel au capital, il semble que chacun puisse avoir sa chance dans cette lotterie, et donc, si vous pensez argent, vous, créateurs de startups, pensez AngelList ! Suivre AngelList sur Twitter : @AngelList Suivre Naval Ravikant sur Twitter : @Naval
  • 7. Voilà, c’est fini, à la semaine prochaine pour de nouvelles actualités et aventures ! Mon compte sur Twitter pour me contacter : https://twitter.com/PhilJ

×