• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
L’actualité High-Tech de la semaine : Shazam, Yelp, Coursera, Pebble, Lyft
 

L’actualité High-Tech de la semaine : Shazam, Yelp, Coursera, Pebble, Lyft

on

  • 294 views

Le Journal de la Silicon Valley

Le Journal de la Silicon Valley
http://blogs.lexpress.fr/silicon-valley/

Statistics

Views

Total Views
294
Views on SlideShare
294
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    L’actualité High-Tech de la semaine : Shazam, Yelp, Coursera, Pebble, Lyft L’actualité High-Tech de la semaine : Shazam, Yelp, Coursera, Pebble, Lyft Document Transcript

    • L’actualité High-Tech de la semaine : Shazam, Yelp, Coursera, Pebble, Lyft LE 14 JUILLET 2013 La rubrique organique pour vous donner la température de la Silicon Valley (garantie 100% non sous-traitée) et l’occasion de témoigner sur des tendances… à moins que ce soit juste du buzz : à vous de juger !
    • Lundi : Shazam selon La Fontaine Par moment, le milieu de la "tech" me fait penser à des fables de La Fontaine. Dans le cas de Shazam, l'application mobile permettant d'identifier les chansons que l'on soumet à cette technologie, on veut nous faire croire qu'un boeuf n'est en fait qu'une grenouille. Shazam est une technologie assez géniale, mais il n'y a pas grand chose à faire avec, cela reste une commodité. Seulement voilà, la startup a eu besoin d'investissements de la part de VCs pour faire connaître le produit, la marque, la développer géographiquement et sur un maximum de plateforme. Donc, ces Messieurs Dames en veulent pour leur argent. Alors ils essayent d'inventer toute sorte d'histoires autour de ce qui restera à jamais : une application cool, qu'on utilise une fois par mois, et pour lequel on est éventuellement prête à payer au téléchargement un modeste montant, et basta. L'opérateur sud-américain America Movile basé à Mexico City (plus de 250 millions usagers à travers le continent américain) vient de faire une bonne opération : un investissement de $40 millions pour avoir une histoire commerciale un peu branchée à ses abonnés qui achèteront leur smartphone avec l'application Shazam pré-téléchargée : la belle affaire ! Forcément, la startup alignent les chiffres avec 262.9 millions d'abonnés (téléchargements ?!), 10 millions de tags chaque jour (9 milliards au total), 70 millions d'utilisateurs actifs, 140 marques mondiales ayant utilisé Shazam dans des spots TV, etc. Il n'en reste pas mois que Shazam a été plutôt naïf dans ses tentatives de monétisation de son application qui était gratuite à l'origine. Se comporter comme une techno rigolote et pratique à utiliser pour des campagnes de publicité ne rendra jamais une startup rentable sur le long terme et capable de se hisser au hit parade des succès financiers, n'en déplaisent à ces investisseurs, à qui je souhaite toutefois d'arriver à leurs fins. Suivre Shazam sur Twitter : @Shazam
    • Mardi : du nouveau chez Yelp Ce qui est en train d'arriver à Yelp est une belle leçon de comment guérir du startupisme. C'est quoi, le startupisme ? C'est le fait pour une société de rester engluée dans son business model initial, généralement un modèle gratuit, dont la seule possibilité qui semble exister pour apporter un peu de revenu est le fameux modèle du 20e siècle : le revenu publicitaire. Lors de la récente conférence organisée par VentureBeat à San Francisco, le CEO de Yelp, Jeremy Stoppelman, annoncé que Yelp allait proposer un service de livraison à domicile de repas. L'idée est de permettre à tous ces consommateurs venant surfer sur le site de passer à l'étape suivante : acheter. Yelp avait déjà un pied dans ce business avec le partenariat signé avec le site de réservation de restaurant basé à San Francisco OpenTable, mais cette fois tout le processus d'achat se fera sans quitter le site, grâce aux services fournis par les startups Eat24 et Delivery.com. Le service sera disponible dans un premier temps sur San Francisco et New York. Yelp avait déjà commencé à se diversifier avec l'option "Call to Action" afin de permettre au commerçant d'adresser des promotions en direct au utilisateurs de Yelp. Avec cette possibilité nouvelle de creuser un peu plus la relation avec ses utilisateurs, en permettant en même temps de créer une nouvelle ligne de revenus (et je suis curieux de voir le résultat, tant Yelp est une marque forte aux États-Unis), Yelp est en train de faire un grand pas, et vous pensez bien qu'ils ne vont pas se contenter de servir des repas à domicile... Des partenariats sont en cours avec Booker, Demandforce (une filiale du groupe Intuit) et MindBody pour des prises de contacts directs pour d'autres catégories. Yelp est entré en bourse en mars 2012, et son action vaut un peu moins de $40 ($22 à l'introduction), a déclaré un chiffre d'affaires de $138 millions au 31/12/2012, avec une perte de $19 millions. Yelp constate en moyenne 10 millions de visites sur ses applications mobiles : une autre priorité avec notamment la possibilité de générer du contenu et suggérer des lieux, des actions. Ensuite, l'internationalisation doit surement devenir à terme un focus. Elle a bientôt tout d'une grande, Yelp. Suivre Yelp sur Twitter : @Yelp
    • Mercredi : MOOC, un nouveau code à retenir avec notamment Coursera Alors que le monde de l'éducation évolue dans l'espace du numérique, aux États-Unis (surement un peu partout sauf en France, le pays des acquis sociaux, et son désormais célèbre mammouth), des acteurs comme Coursera sont en train de préparer le support éducatif de demain, et ça marche plutôt bien pour eux. MOOC : Massive open online course, une véritable explosion de nouveaux acteurs digitaux. Coursera, un conte de fée à la sauce Silicon Valley : fondée en 2012 par deux professeurs de Stanford, l'un ancien professeur associé en intelligence artificielle, Andre Ng (également très interessé par le machine learning...), et Daphné Koller, dédiée au Computer Science Department depuis 1995, après un "postdoctoral researcher" obtenu à UC Berkeley. Basés à Mountain View, première levée de fonds en avril 2012 pour $16 millions en avril 2012, puis $6 millions en juillet 2012, puis $43 millions un an plus tard. C'est à se demander d'où viennent ces chiffres, et surtout où vont-ils ?! EdX, un site non lucratif, a obtenu un financement de $60 millions via Harvard et MIT, $20 millions pour Udacity : la course au millions, on verra pour la facturation plus tard, montrez moi vos courbes ?! 33 top universités dans le monde proposent à travers Coursera des cours online, gratuitement. Pourquoi ? "Pace que leur technologie permet de la diffuser auprès de potentiels millions d'étudiants, pas seulement quelques centaines". One line machine learning, étant donné les profils, il ne faut pas s'étonner qu'il y ait une technologie derrière. Sept langues sont d'ores et déjà disponibles, et les types de cours, leurs présentations, la qualité des contenus rend le tout particulièrement attrayant. Le catalogue en langue non anglaise en est à son début, il faudra être patient. Ce qui est particulièrement intéressant, c'est aussi le fait de ne pas négliger le désir des étudiants d'être sur les réseaux sociaux en proposant des connexions avec Facebook, Twitter, Google+. Coursera, l'essayer, c'est l'adopter ! Suivre Coursera sur Twitter : @Coursera
    • Jeudi : Pebble, l'Internet des objets se porte bien Pebble, l'un des succès de Kickstarter en 2012 avec plus de $10 millions obtenus sur un objectif de $100.000 pour sa "montre intelligente", poursuit sa croissance avec l'annonce de pré-commande de 275.000 articles, et 1 millions de téléchargements de son application mobile. Qui porte une montre de nos jours, alors qu'il est si simple de regarder l'heure sur son téléphone ?! Le pari de la startup de Palo Alto de proposer une montre connectée à son smartphone permettant d'avoir des alertes en cas d'appels ou de réception d'emails, de SMS ou de notifications sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter) semble sur une bonne voie. Il est également possible d'avoir un suivi de ses activités sportives (golf, jogging, vélo...). Rien de révolutionnaire a priori, mais un succès populaire qui se confirme en proposant un produit au design assez marqué, dont il est possible de modifier l'apparence, avec trois choix de coloris pour le moment. L'entreprise a presque 30 salariés désormais, dont les principales préoccupations sont de permettre de livrer la demande, et réfléchir aux prochaines fonctionnalités à proposer, ayant récolté un tour de serie A de $15 millions auprès d'un investisseur. Un accord exclusif de distribution a été signé avec BestBuy. Suivre sur Twitter : @Pebble
    • Vendredi : Lyft vend Zimride Voici une belle histoire concernant une startup qui a su intelligemment évoluer dans son métier de base. Au départ, il y avait Zimride. Un site web créé en 2007 destiné à aider les internautes à trouver des personnes permettant de faire du co-voiturage pour des longs trajets, pour les universités et les entreprises. Plutôt bien vu, car il n'y a pas véritablement de solutions de co-voiturage disponibles, même si dans les faits des bouts de services existent, sans avoir véritablement décollé : Ridenow, Carpoolworld font figures d'ancêtres mais les données ont véritablement changé. Le co-voiturage est complètement rentré dans les moeurs dans la baie de San Francisco, et par exemple la gare routière de San Francisco prend désormais en considération ce moyen de locomotion. En attendant, Zimride a eu les plus grandes difficultés à développer son traffic, jusqu'à lancer les voitures à moustache : Lyft. Des $ en suffisance sur le compte en banque ($85 millions pour le moment), et surtout la vente désormais officielle Zimride (le site et de son système de réservation) au géant de la location Enterprise Holdings (les marques Enterprise, Alamo et National), qui va permettre à la startup de se concentrer sur son application mobile, et qui lui a donné une opportunité de valoriser ses actifs, avec du cash à la clé ! Cette transaction est l'exemple flagrant qu'il existe des synergies industrielles possibles entre le monde des startups et les grosses entreprises. Tout est une question d'intelligence de business, et c'est une belle preuve de maturité de la part des équipes de Lyft, entre autres. Suivre Lyft sur Twitter : @Lyft
    • Voilà, c’est fini, à la semaine prochaine pour de nouvelles actualités et aventures ! Mon compte sur Twitter pour me contacter : https://twitter.com/PhilJ