L’actualité High-Tech de la semaine : HyperLoop, Bustle, Chegg, Swiftype, Ubuntu Hedge et Indiegogo
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

L’actualité High-Tech de la semaine : HyperLoop, Bustle, Chegg, Swiftype, Ubuntu Hedge et Indiegogo

on

  • 227 views

Le Journal de la Silicon Valley

Le Journal de la Silicon Valley
http://blogs.lexpress.fr/silicon-valley/

Statistics

Views

Total Views
227
Views on SlideShare
227
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

L’actualité High-Tech de la semaine : HyperLoop, Bustle, Chegg, Swiftype, Ubuntu Hedge et Indiegogo L’actualité High-Tech de la semaine : HyperLoop, Bustle, Chegg, Swiftype, Ubuntu Hedge et Indiegogo Document Transcript

  • L'actualité High-Tech de la semaine : HyperLoop, Bustle, Chegg, Swiftype, Ubuntu Hedge et Indiegogo LE 11 AOUT 2013 La rubrique organique pour vous donner la température de la Silicon Valley (garantie 100% non sous-traitée) et l’occasion de témoigner sur des tendances… à moins que ce soit juste du buzz : à vous de juger !
  • Lundi : Elon Musk, le Tintin des temps modernes C'est amusant à quel point Elon Musk, cet entrepreneur américain né en Afrique du Sud, est en train de marquer l'imaginaire des personnes qui écrivent sur la Silicon Valley et les technologies... beaucoup le compare à Tintin, ce jeune reporter qui n'a peur de rien. Et franchement, ça fait un bien fou de voir un entrepreneur qui a déjà plutôt bien réussi "se mettre au service" de projets de plus en plus impressionnants mais néanmoins utiles, et non prétendre vouloir connecter la planète entière pour des prétendues raisons humanitaires, quand on sait ce qu'Internet est capable de produire dans la famille des traqueurs pour de basses raisons publicitaires. Après Paypal, le système de paiement en ligne, Tesla et sa voiturette de luxe électrique, SpaceX, la navette qui fera bientôt des allers-retours entre l'espace et la planète Terre, voici HyperLoop, un nouveau système de transport alimenté par l'énergie solaire qui devrait relier San Francisco à Los Angeles en... une demi-heure ! Naturellement, le projet reste à affiner avant d'être validé industriellement, mais ce diable de Musk a pensé à ce que d'autres n'ont pas osé prononcer avant lui : le coût d'abord de l'installation (entre $6 à 10 milliards, bien loin des $70 milliards d'un autre projet de construction de train à grande vitesse), avec l'éventualité de transporter des véhicules, un transport écologique nourri à l'énergie solaire, un véhicule sécurisé ("une sorte de tube à basse pressurisation au sein duquel des capsules sont transportées à faible et à grande vitesse, reposant sur des coussins d'air pressurisé"), avec des départs toutes les 30 secondes, le tracé pourrait suivre l'autoroute I-5 et ainsi ne pas poser de problèmes d'environnement... Le monde de la technologie a besoin de plus de Musk en son sein, mais malheureusement il faut reconnaître qu'il a quelque chose d'assez exceptionnel ! Suivre Elon Musk sur Twitter : @ElonMusk
  • Mardi : focus sur ce qu'est un serial entrepreneur de la Silicon Valley Bryan Goldberg est le jeune homme sur la gauche de cette photo. Nous sommes en 2009, il vient d'être célébré, avec ses trois autres camarades, un des meilleurs jeunes entrepreneurs en technologie par BusinessWeek. Ce sont les fondateurs de Bleacher Report, qui a été créé sur un constat très simple : tous les médias aux États-Unis qui parlent de sport (ESPN, Sports Illustrated...) ignorent ce que les fans peuvent penser de leur sport, de leur équipe... C'est justement ce qu'a fait Bleacher Report : parler de l'actualité du sport par l'intermédiaire des fans. En 2009, l'équipe a levé déjà $9 millions(un peu plus d'un an après le lancement du site web), puis ce sera deux autres tours pour un total de $32,5 millions avant que Time Warner Bros ne les rachète en août 2012 (aux alentours de $200 millions). L'équipe a eu l'intelligence de confié les rênes de l'entreprise à un CEO spécialiste, Brian Grey. Et aujourd'hui ? Après un passage à l'écriture sur le site web dédié aux mondes des startups et la Silicon Valley, PandoDaily, Bryan a décidé de se remettre en selle sur un sujet du moment : le média toujours, mais consacré au fashion cette fois. Avec un bon chèque en banque ($6,5 millions sans grand effort), et de beaux investisseurs dont notamment Google Ventures et Time Warner Investments (quelle surprise), Bryan va s'attaquer au marché avec Bustle occupé par Vogue Magazine et ses 1 millions de visiteurs uniques par mois. Facile de lever $10 millions de nos jours, quand on a déjà fait ses preuves dans la Silicon Valley... Cela n'a pas empêché notre ami de faire une petite erreur de jeunesse, en ayant eu la faiblesse de parler de son propre lancement sur PandoDaily (normal, il a les codes d'accès) en des termes.... disons qu'il a un peu arrangé l'histoire de la concurrence et du marché à sa façon. Comment lui en vouloir, il a fait amende honorable... et il n'a que 29 ans. Tout est facile si à cet âge là. Suivre Bustle sur Twitter : @Bustle
  • Mercredi : Chegg en cours d'introduction en bourse Ceux qui ont expérimenté le parcours du combattant des étudiants aux États-Unis comprendront assez bien les raisons du succès de Chegg : les livres de scolarité coûtent les yeux de la tête, et les queues pour récupérer son matériel sont sans comparaison avec ce que les étudiants français peuvent imaginer. Avec Chegg, c'est service livraison à la masion en moins d'une semaine, et pourquoi acheter un livre alors que louer revient moins cher ?! Et comme justement nous sommes aux États-Unis, et que cela fait un certain temps que Chegg est en service (depuis 2005), l'ex-startup de Santa Clara aux $195 millions levés depuis sa création vient de décider qu'il était temps de passer aux choses sérieuses et faire sonner la cloche du NASDAQ incessamment sous peu. La société réalise un chiffre d'affaires de plus de $200 millions désormais, reste en pertes ($49 millions en 2012) et elle a besoin de disposer de plus de moyens pour mettre à distance une certaine concurrence comme Kno (basée à Santa Clara également, quel hasard...), ou anticiper celle d'Amazon. Chegg propose désormais ses services dans plus de 6.400 universités dans le pays, donc parallèlement à l'entrée de nouveaux administrateurs venant d'entreprises influentes (dont le CEO des San Francisco 49ers, Jed York, pour l'anecdote...), c'est $150 millions que l'entreprise va chercher à acquérir sur les marchés financiers. Suivre Chegg sur Twitter : @Chegg
  • Jeudi : voici pour l'incubateur YCombinator est si populaire Les incubateurs de startups ont poussé comme rarement ces dernières années, aux États- Unis et ailleurs, mais aucun à ce jour n'a réussi à arriver à la cheville de l'école de startups fondée par Paul Graham et son équipe à Mountain View, YCombinator... Dernier exemple en date : la startup Swiftype, lancée en janvier 2012, basée à San Francisco et dont l'objet est de proposer un moteur de recherche optimisé pour des sites web et des applications mobiles. Ce type de facilités aide la navigation sur les sites, favorise la conversion et les tableaux de bord proposés pour les analyses de données de navigation pour les sites ont convaincu 9 investisseurs différents de mettre $1,7 millions au pout pour voir. Typiquement, il est difficile pour une startup d'apporter des éléments solides et tangibles en terme de validation de business ou de marché en moins de 2 ans. Mais la garantie "morale" apportée par le sérieux mis par Paul Graham à faire réussir ses pépites garantit un taux assez élevé de chance de pouvoir faire une levée de fonds qui va suivre la modeste participation apportée par YCombinator lors du passage dela startup dans son programme. Et c'est là toute la réussite d'un incubateur, qui peut ainsi rentrer dans ses frais et gagner de l'argent lors de levées de fonds ultérieures... ou décider de rajouter au pot si un rêve est en train de se réaliser. Voici donc une autre belle affaire pour YCombinator, la suite au prochain numéro. Et il est intéressant au passage de noter cette constante spécialisation des différentes fonctions que l'on peut trouver sur un site web, ici avec le search et Swiftype, ou d'autres solutions pour les tutoriels, les agents virtuels, les outils de chat, etc., poussée oar des startups en quête de niches. Suivre Swiftype sur Twitter : @Swiftype
  • Vendredi : il n'y a pas que Kickstarter dans la vie... il y a aussi Indiegogo On a beaucoup entendu parler de Kickstarter, le site web qui permet de se faire financer le lancement de son produit grâce aux dons que les personnes physiques peuvent effectuer en direct sur le site, sans d'autres intermédiaire : il suffit de mettre son produit en musique grâce à une page de lancement permettant de décrire le produit, de mettre une vidéo, d'expliquer les objectifs, d'évaluer les risques... C'est ensuite à vous de faire l'effort de faire fonctionner la viralité (le mot que l'on utilise dans le monde digital en lieu et place du bouche à oreille) qui dépendra de votre efficacité sur les réseaux sociaux tout autant que de l'intérêt intrinsèque de votre idée. Kickstarter est basé à New York et occupe beaucoup le terrain sur ce secteur. De l'autre côté du pays, il y a Indiegogo, basé à San Francisco, qui vient de batter son propre record de levée de fonds avec Ubuntu Edge, qui se présente comme la Formule 1 des mobiles avec des caractéristiques hors normes par rapport aux iPhone et autres Android, associées à des matériaux rendant le produit exceptionnel en tant qu'expérience utilisateur. Malheureusement, la compagnie Canonical, à l'origine du projet, n'a réussi à obtenir qu'un peu plus de $12 millions par rapport à un objectif de $32 millions, ce qui paraissait absolument incroyable à atteindre !
  • Voilà, c’est fini, à la semaine prochaine pour de nouvelles actualités et aventures ! Mon compte sur Twitter pour me contacter : https://twitter.com/PhilJ