Your SlideShare is downloading. ×
L'innovation dans la culture, l'apport des NTICI
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

L'innovation dans la culture, l'apport des NTICI

3,264
views

Published on

Intervention au CNAM le 13 janvier 2009 : Le monde de la culture, du patrimoine, des arts, de la création est interpellé à la fois par les progrès considérables des nouvelles technologies de …

Intervention au CNAM le 13 janvier 2009 : Le monde de la culture, du patrimoine, des arts, de la création est interpellé à la fois par les progrès considérables des nouvelles technologies de l'information, de la communication et de l'intelligence (NTICI) et par l'évolution des attentes de la société dans sa relation à l'art et à la culture. L'approche du tourisme sur ces sujets.

Published in: Travel

0 Comments
2 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
3,264
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4
Actions
Shares
0
Downloads
59
Comments
0
Likes
2
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide
  • 1ère vague : le trafic : combien de personnes passent par le site
    2ème vague : audience (combien de personnes remarquent mon offre)
    3ème vague (combien de personnes m’expriment leur besoin et interagissent)
    Réseaux sociaux : Internautes veulent vous trouver ainsi que vos produits sans avoir à chercher (difficile pour ne pas dire impossible)
    Internautes veulent interagir avec vous dans les réseaux sociaux : proposer des avis des conseils pour améliorer vos produits ou renseigner sur une destination, vous promouvoir sans avoir à les payer (génial !)
  • vise à faire vivre à la première personne, une expérience simulée dite « virtuelle » qui donne à utilisateur l’impression d’y être => immersion
    Virtuel comme expérience réelle et actuelle mais médiatisée par une interface, un objet technique => cela va donc du site Internet en passant par un tel mobile, le GPS
    Ne pas isoler la culture du reste : les gens ne sont pas mono-maniaque (moins d’ 1 % qui ne partent que pour la culture) : professionnels toutes disciplinescinéma, architecture, designe etc.
    Tout est au même niveau alors que des endroits sont de qualité médiocre.
  • vise à faire vivre à la première personne, une expérience simulée dite « virtuelle » qui donne à utilisateur l’impression d’y être => immersion
    Virtuel comme expérience réelle et actuelle mais médiatisée par une interface, un objet technique => cela va donc du site Internet en passant par un tel mobile, le GPS
    Ne pas isoler la culture du reste : les gens ne sont pas mono-maniaque (moins d’ 1 % qui ne partent que pour la culture) : professionnels toutes disciplinescinéma, architecture, designe etc.
    Tout est au même niveau alors que des endroits sont de qualité médiocre.
  • Le touriste motivé par la culture choisit une destination vacances pour les occasions culturelles qu’elle offre. Ce type de visiteur s’intéresse principalement aux activités éducatives et aux opportunités d’apprentissage. Il représente moins de 10 % des touristes culturels et peut être joint par l’intermédiaire des sources d’information culturelles plutôt que touristiques. Sinon, ce touriste culturel s’organise seul ; il s’informe et fait lui-même réservations et achats, souvent par le biais d’Internet
    Touriste inspiré : visite des sites renommée : Et puisqu’il désire remplir ses journées au maximum, mais à un coût minimal et dans un temps limité. Le touriste inspiré par la culture visite des sites culturels et historiques de grande renommée et désire faire de son voyage une expérience unique ; il est ainsi plus difficile de le motiver à revenir à un même endroit séjour souvent de trop courte durée, ce touriste est souvent perçu comme un casse-tête par les organisateurs de voyages. - - Contrairement aux motivés, les inspirés par la culture sont intéressés par les destinations connues et réputées. Il est par conséquent difficile de réorienter ces visiteurs vers de plus petites villes ou des régions moins connues, mais recelant tout autant de potentiel, à moins qu’elles ne leur soient proposées à l’intérieur de circuits ou de forfaits où elles sont jumelées à une destination réputée.
    Le touriste attiré : le touriste attiré par la culture peut visiter un musée, assister à un concert, visiter une exposition particulière ou prendre part à tout autre événement culturel sans que cela ne constitue toutefois le but premier de son voyage. L’importance du segment de marché des attirés est notable
    Claude Origet, l’auteure du Que sais-je ? sur le tourisme culturel « à une époque où les styles de vie s’entrechoquent, la même personne peut passer de l’un à l’autre modèle » et ainsi être qualifiée de touriste « motivé » lors d’un voyage et de touriste « attiré » à l’occasion d’un autre type de séjour
  • Le tourisme comprend “l’ensemble des activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours dans les lieux situés en dehors de leur environnement habituel à des fins de loisirs, pour affaires et autres motifs ” selon la définition internationale.
    “Les séjours à dominante culturelle demeurent le principal facteur d’attractivité de la France en tant que destination touristique, pour la quasi-totalité des personnes interrogées, devant les courts séjours dans les principales villes, les séjours à la campagne, le tourisme itinérant et les séjours balnéaires”. Enquête d’IPSOS/Maison de la France, “Analyse de l’impact touristique de la France et de son positionnement à l’étranger”. Synthèse 18 janvier 2007″.
    Pour autant, on ne peut pas dire non plus qu’elle “ne compte pas”! Car si elle n’a pas de retombées calculées, de nombreuses études font état cependant sa force d’attractivité - de 40 à 60% selon l’enquête annuelle d’IPSOS/Maison de la France pour la motivation d’un voyage des touristes venus de l’étranger (80 millions d’arrivées) en France.
  • Rêver – sélectionner
    Se faire connaître (jouer sur un atout spécifique ou différenciant)Marketing viral, emailing, intermédiaires vidéos, interactivité
    2. Fournir une information complèteOffre promotionnelle, dernières minutes, Itinéraires transports, événements, aides à la décision, newsletters, flux rss
    3. Réserver
    Faciliter la réservationFacilité recherche sur le Web, aides à la sélection, aides à navigation (ergonomie)
    4. Rassurer – préparer
    Préparation du séjourMail de « rassurance », aides à la préparation, itinéraires dynamiques, enrichissement du voyages : loisirs… -> Pratico-pratique
    5. Pendant le séjour
    Après le séjour
    Après le séjour (poursuivre le voyage et relation client)Newsletter, promotion,blogs de voyageurs, évaluation clients, sites communautaires
  • vise à faire vivre à la première personne, une expérience simulée dite « virtuelle » qui donne à utilisateur l’impression d’y être => immersion
    Virtuel comme expérience réelle et actuelle mais médiatisée par une interface, un objet technique => cela va donc du site Internet en passant par un tel mobile, le GPS
    Ne pas isoler la culture du reste : les gens ne sont pas mono-maniaque (moins d’ 1 % qui ne partent que pour la culture) : professionnels toutes disciplinescinéma, architecture, designe etc.
    Tout est au même niveau alors que des endroits sont de qualité médiocre.
  • vise à faire vivre à la première personne, une expérience simulée dite « virtuelle » qui donne à utilisateur l’impression d’y être => immersion
    Virtuel comme expérience réelle et actuelle mais médiatisée par une interface, un objet technique => cela va donc du site Internet en passant par un tel mobile, le GPS
    Ne pas isoler la culture du reste : les gens ne sont pas mono-maniaque (moins d’ 1 % qui ne partent que pour la culture) : professionnels toutes disciplinescinéma, architecture, designe etc.
    Tout est au même niveau alors que des endroits sont de qualité médiocre.
  • « Géo services » : nouvelle coqueluche du voyageur
    Permet visiter lieu à son gré et à son rythme
    Selon ses envies
    Dans la langue de son choix
    A la vitesse de son choix
    Sans passer par un groupe
    Cela permet de visiter la la ville à son gré, selon ses envies, dans la langue de son choix et la vitesse de son choix, sans être assujetti à un groupe et à ses contraintes. Concept m-tourisme (recevoir l’information et des services touristiques).
    Voyage « à la carte  »
  • GPS permet de reconstituer un parcours pendant les vacances et créer de nouvelles formes de souvenirs (partager)
    GPS permet de proposer des vues et un parcours de lieux touristiques facilement navigables sur une carte
  • Google sur téléphone portablehttp://www.google.com/gmm/index.html Google mobile google maps
    A noter également : 8% des
    détenteurs de mobiles en France sont des « mobinautes » (3 millions de personnes 11% de + en un an).
    Par exemple, le besoin de « services annexes » : étude de PhoCusWright Travel 2.0 Consumer
    Technology Survey indique que 30% des voyageurs aimeraient recevoir offres spéciales sur les
    restaurants et les événements durant leur voyage.
    Mobile 2,4 milliars de mobile (presque moitié population mondiale sur 6 milliars surévalué car plusieurs ont plusieurs portable environ 30 % pop
    mondiale a donc un portable.
    L’utilisation des médias sociaux est déjà bien ancrée auprès de la clientèle qui nous intéresse: les voyageurs. Selon une étude de TIA/Ypartnership
    TravelHorizons, les deux tiers des voyageurs d’agrément branchés visionnent ou écoutent des vidéos et des segments audio sur Internet. De plus, 40%
    lisent des blogues, partagent des photos et participent à des tours virtuels. La prochaine étape consiste à entrer en communication avec eux.
    Pour les consommateurs, Internet est plus qu’un lieu où trouver de l’information et transiger. C’est aussi l’endroit idéal pour interagir avec les
    réseaux d’affaires et personnels. Toutes les communautés, les groupes d’intérêt qui existaient dans la vraie vie comportent désormais des équivalents
    dans les médias sociaux. Nouvelle manne pour le marketing? Voici quelques pistes de réflexion pour s’y retrouver.
    http://veilletourisme.ca/2008/02/26/quelle-est-votre-strategie-pour-les-medias-sociaux Claude Péloquin
    http://www.breakingtravelnews.com/article/20070905094526234 étude 2007
    Les utilisateurs de médias sociaux liés aux voyages dépensent deux fois plus (Compte rendu de conférence)
    Analyse rédigée par Claude Péloquin
    L’engouement entourant les médias sociaux et les entreprises Web 2.0 ne dérougit pas. Cela dépasse l’effet de mode et on leur associe de plus en plus
    une valeur économique. Les spécialistes du marketing parlent désormais de la stratégie du SMO (social media optimisation) en remplacement du
    traditionnel SEO (search engine optimisation). Aussi, signe de son importance, le tourisme 2.0 séduit-il grandement les fonds d’investissement privés
    alors que les campagnes de financement significatives se multiplient.
    Voici une synthèse de deux présentations entendues lors la dernière conférence de PhoCusWright, Braving the Long Tail, qui s’est déroulée en novembre
    dernier à Orlando.
    Dans un panel présenté par Yahoo! et comScore Networks, des experts ont parlé de l’importance pour les gestionnaires d’accepter le fait que les
    médias sociaux sont ici pour y rester. Les entreprises doivent dorénavant relever le défi de développer des relations avec la clientèle; elles ne
    peuvent plus se contenter d’envoyer des messages publicitaires impersonnels. Après le ROI (return on investment), on parle même maintenant du ROE
    (return on engagement).
    Les entreprises doivent découvrir ce qui passionne leur clientèle. La clé, c’est de la faire participer, d’être en mesure de communiquer avec elle.
    Avec tous ces médias sociaux qui sont omniprésents, il existe une multitude de possibilités pour y arriver. Présenter une petite application aux
    quelque 60 millions d’utilisateurs de Facebook en est un exemple
    Iphone d'apple -> le premier à s'orienter vers l'usage de service en ligne : lien vers google maps et météo
    Mobile World Congress 2008 influence Iphone principale fonctionnalité affiché le GPOS la plupart présente plusieurs modèles et TeleAtlas prséentent
    des cartes pensées pour le piéton Alain De Taeye directeur teleAltas "d'améliorer l'expérience de la promenade en ville. Ces produits aideront les
    utilisateurs-piétons à mieux s'orienter dans des lieux qui ne connaissent pass, en empruntant des itinéraires agréables"
    On ne connecte plus les lieux mais les personnes - Connecting people "Pub Nokia« 
  • Intérêt audioguide est porteur de liberté et d’autonomie pour les visiteurs qui interprètent lla proposition dans ce sens et non pas comme une contrainte.
    La logique d’accompagnement l’emporte sur le sentiment d’être assisté oou « enfermée dans une logique de parcours dirigiste. Apprendre des choses, apprendre à voir
    De s’intégrer dans la logique de commercialiser et de développer des services autour de la visite brute
    De répondre à la tendance d’individualisme
    Ne pas demander sa direction : cf les garçons qui préfèrent mourir que demander chemin
    Aider : apprendre à voir et permettre d’apprendre
  • Transcript

    • 1. 1 L’innovation dans la culture, l’apport des NTICI Le volet économique et touristique L’innovation comme incitation et réponse aux besoins des touristes Philippe Fabry – Responsable nouvelles technologies – ODIT France philippe.fabry@odit-france.fr Au CNAM – le 13 janvier 2009
    • 2. 2 Internet L’évolution des modèles économiques Parler DialoguerVisibilité 1ère vague 2ème vague 3ème vague
    • 3. 3 Données de cadrage Ventes en ligne 5,3 Milliards € Europe : 50 Milliards €
    • 4. 4 Un marché dominé par quelques sociétés Agences en ligne : une concurrence féroce
    • 5. 5 Données de cadrage Internet, source d’information/achat pour préparer/réserver voyage 56 % des internautes français ont acheté ou réservé un voyage sur Internet 23 % ont eu recours exclusivement à Internet pour acheter une prestation de voyage. Etude Médiamétrie/NetRatings pour la Fevad, mai 2008
    • 6. 6 Données de cadrage Internet, source d’information/achat pour préparer/réserver voyage 2/3 des touristes européens utilisent Internet The social technographics of European online Travelers, Cabinet Forrester, mars 2008
    • 7. 7 Tourisme culturel Typologie Le touriste motivé par la culture (5 %) Le touriste inspiré par la culture (10-15 %) Le touriste attiré par la culture (75-80 %) Marion Bywater, « The Market for Cultural Tourism in Europe », Travel & Tourism Analyst, The Economist Intelligence Unit, no 6, 1993
    • 8. 8 Tourisme culturel Un tourisme difficile à quantifier 6 motifs de la visite des touristes (Direction du Tourisme, Organisation Mondiale du Tourisme) : 1. Loisirs, détentes, vacances 2. Visite à des parents ou amis 3. Santé (thermalisme, thalassothérapie…) 4. Affaires et motifs personnels 5. Missions ou réunions diverses 6. Autres (pèlerinage, manifestations sportives, voyage scolaire…) Retombées économiques (attractivité culturelle de la France 40-60 %)
    • 9. 9 Tourisme et TIC Penser les 3 temps du « séjour » Partager Usages numériques et continuum temps : Penser les services sur les 3 temps
    • 10. 10 Le touriste Quelles attentes ?
    • 11. 11 1. Se faire connaître 2. Fournir information complète 3. Faciliter la réservation 4. Préparation du séjour 5. Pendant le séjour 6. Après le séjour Tourisme et TIC Concevoir des services numériques pour satisfaire les attentes des touristes Séduire Satisfaire et convaincre Fidéliser Visibilité
    • 12. 12 Les objectifs 1/2 Quelle demande et quelle offre ? Répondre aux attentes des touristes Faciliter la préparation du voyage Une invitation au voyage (« donner envie en donnant à voir »)
    • 13. 13 Les objectifs 2/2 Quelle demande et quelle offre ? Donner accès à la globalité de l’offre : hébergement, transport, restauration, événementiel, culture et autres activités, mais… Aider au choix et hiérarchiser Expérience : réelle et actuelle (GPS, mobilité…), médiation
    • 14. Pendant le séjour (services aux visiteurs) Services de géolocalisation (aides à la visite), offre SMS, terminaux mobiles, visites mp3, audioguides, gps, puces RFID… Où puis-je aller ? Que puis-je trouver ? Que puis-je faire ? Informer « in situ » Aider les touristes à mieux comprendre A faire son choix Outils d’interprétation du réel Voyager - visiter En bref
    • 15. Les enjeux d’aujourd’hui et de demain : m-tourisme La connexion permanente – GPS un des maillons de la chaîne (mobiquité - unimédia) • Souvenirs (photos) • Cartographie • GPS…
    • 16. Le tout en un : tourisme & TIC de demain ? Ubimédia – ATAWAD
    • 17. 17
    • 18. 18 Réalité augmentée Prospective
    • 19. 19 Sekai Camera http://tonchidot.com/
    • 20. 20 Sekai Camera Vers de nouveaux modèles économiques ?
    • 21. 21 Vidéo de démonstration : les TAGS http://blip.tv/file/1257055
    • 22. 22 Les services numériques en situation de mobilité Une des réponses de la demande des touristes  Synonyme de liberté : perçu comme source d’autonomie et non de contrainte  La logique d’accompagnement l’emporte sur le sentiment d’être assisté ou « enfermé dans une logique de parcours dirigé et dirigiste »  Accompagner - apprendre à voir et permettre d’apprendre ? Le plaisir de comprendre (médiation)
    • 23. Développer son offre multimédias (des services autour de la visite brute) Toucher un nouveau public mais auquel il faut proposer d’autres activités Un touriste mobile : où s’arrêter, que voir, que faire ? Penser à l’information in situ (événementiel) Conclusion Enrichir le réel et accompagner : le dialogue permanent
    • 24. Mon blog « Tourisme et TIC » Les TIC appliquées au tourisme 24 www.tourisme-tic.com / philippe.fabry@gmail.com
    • 25. 25 L’innovation dans la culture, l’apport des NTICI Le volet économique et touristique L’innovation comme incitation et réponse aux besoins des touristes Philippe Fabry – Responsable nouvelles technologies – ODIT France philippe.fabry@odit-france.fr Au CNAM – le 13 janvier 2009