Your SlideShare is downloading. ×
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef

1,034

Published on

Travail Préparatoire de recherche- Master Conception Multimédia

Travail Préparatoire de recherche- Master Conception Multimédia

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,034
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
17
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. 2012Master 1 CPEAMPhilippe Bayle ISIC - Université Michel de Montaigne Bordeaux3 "LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE ? " Travail préparatoire de recherche
  • 2. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012Citation « Le texte numérique ouvre la voie à des œuvres d’un nouveau genre destinées à être reçues en dehors de l’univers du livre. En quittant son support traditionnel, la littérature prend le risque d’explorer de nouvelles formes que certains auteurs avaient jusque-là pressenties ou appelées de leurs vœux. » Jean Clément, La littérature au risque du numérique, Revue Document numérique. 2001. Page 132RemerciementsA Cécile pour son soutien,Aux personnels des Bibliothèques universitaires de l’Université Montaigne de Bordeaux 3 et de l’ISICpour leurs conseils,Aux enseignants qui m’ont donné le goût et les clés pour ce travail. 2
  • 3. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012Table des matières Citation ............................................................................................................................................... 2 Remerciements ................................................................................................................................... 2 Table des matières .............................................................................................................................. 3Introduction ............................................................................................................................................ 6 Une révolution est-elle en marche ? ................................................................................................... 6 La France progressivement gagnée .................................................................................................... 6 Le livre numérique en questions ......................................................................................................... 71ère partie : l’objet de recherche et le questionnement ............................................................................. 8 1.1. Qu’est ce que le livre numérique ? .............................................................................................. 8 1.1.1. Le support et le contenu ........................................................................................................ 8 1.1.2. Un texte évolutif sur des terminaux variés ............................................................................ 8 1.1.3. L’hypertexte et l’interactivité : vers un nouveau type de livre ? ........................................... 9 1.2. Comment lécrire ?..................................................................................................................... 10 1.2.1. Un texte et un produit multimédia ...................................................................................... 10 1.2.2. Le rôle des techniciens et des auteurs ................................................................................. 10 1.2.3. Les formats des œuvres, de la plus simple au « livre enrichi » ........................................... 10 1.2.4. Vers de nouvelles narrations ? ............................................................................................ 11 1.3. Comment le lire ? ...................................................................................................................... 12 1.3.1. Le lien du lecteur et de l’œuvre .......................................................................................... 12 1.3.2. La lecture sociale ................................................................................................................ 12 1.3.3. Une lecture plus superficielle ? ........................................................................................... 12 1.3.4. Un autre type de lecteur, une lecture hétérogène ................................................................ 13 1.3.5. Le lien physique avec le texte ............................................................................................. 13 1.3.6. La chaîne du livre et le piratage .......................................................................................... 13 1.4 La fin du livre ou un autre type de livre ? ................................................................................... 15 3
  • 4. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 20121.5. Les disciplines des SIC et des autres sciences abordées ............................................................ 16 1.5.1. « La technologie intellectuelle des formes écrites »............................................................ 16 1.5.2. Une recherche interdisciplinaire ......................................................................................... 161.6. Les références bibliographiques et les aspects de la question .................................................... 17 1.6.1. Le livre numérique : sa définition ....................................................................................... 17 - Les types de livre numérique...................................................................................................... 18 - Les supports du livre numérique ................................................................................................ 20 - L’hypertexte, l’écrit de « bifurcations », le labyrinthe ............................................................... 21 1.6.2. Comment lécrire ?.............................................................................................................. 22 - Quels éditeurs ? Quel cadre légal et éditorial ? .......................................................................... 22 - La question du physique............................................................................................................. 22 - Le code et l’écrivain ................................................................................................................... 23 - Les contraintes techniques et les ressources ............................................................................... 23 - Les écrits numériques, écrits instables ? ..................................................................................... 24 - Le texte numérique et sa mise en forme ; l’architexte ................................................................ 24 - Les signes, leur rôle, leur sens .................................................................................................... 25 - Un nouveau type de littérature ?................................................................................................. 26 - A nouvelles formes, nouveaux rôles .......................................................................................... 26 1.6.3. Comment le lire ? ............................................................................................................... 27 - Le texte et l’utilisateur ............................................................................................................... 27 - La machine et ses contraintes ; le lecteur, interprète du texte ..................................................... 28 - « Lire et voir »............................................................................................................................ 29 - Vers la lecture « zapping », une « hypolecture » ? ..................................................................... 30 - La question du physique dans la lecture ..................................................................................... 31 - Le corps partie prenante du texte numérique .............................................................................. 32 - La diffusion des livres numériques et les géants des réseaux ..................................................... 33 - La lecture et le piratage .............................................................................................................. 34 4
  • 5. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 - Les libraires, espèce menacée .................................................................................................... 35 - La lecture sociale, quand le lecteur écrit… ................................................................................ 35 - Des pratiques hétérogènes de lecture.......................................................................................... 38 1.7. Conclusion : le livre numérique, avenir du livre ? ..................................................................... 39 1.7.1. La fin du livre ou le commencement d’autre chose ?.......................................................... 39 1.7.2. Le silicium et le lecteur ...................................................................................................... 402ème partie : le dispositif de recueil de données ..................................................................................... 41 2.1. Les entretiens personnalisés ...................................................................................................... 41 2.2. Les questionnaires ..................................................................................................................... 41 2.2.1. Les entretiens semi-directifs ............................................................................................... 42 2.2.2. Les entretiens structurés ..................................................................................................... 42 2.2.3. Les thèmes abordés............................................................................................................. 42 2.3. Les analyses de sites internet ..................................................................................................... 433ème partie : bibliographie ..................................................................................................................... 44 3.1. Livres ........................................................................................................................................ 44 3.2. Revues et articles ....................................................................................................................... 45 3.3. Sites Internet .............................................................................................................................. 46 3.4. Etudes ........................................................................................................................................ 47 5
  • 6. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 IntroductionUne révolution est-elle en marche ?Le 19 juin 2012, le magazine Livre-hebdo, journal de référence des libraires et des professionnels dulivre en France, signale sur son site internet 1:« Au premier trimestre 2012, les ventes de livres numériques ont été pour la première fois supérieuresà celles des livres imprimés en « adult hardcover » (premières éditions reliées en fiction et nonfiction), d’après les données rendues publiques par l’Association des éditeurs américains (AAP)(…). »Cela signifie que, dans ces trois premiers mois de 2012, il s’est vendu plus de livres numériques auxEtats-Unis que de livres sur papier neufs.En un an, selon la même source de l’AAP rapportée par Livres-hebdo, entre début 2011 et début 2012,les ventes de livres numériques aux Etats-Unis ont cru de 28,1 % alors que celles du livre papiercroissaient de 2,7%, soit 10 fois moins.Cela marque-t-il l’évolution irrésistible du livre sur support numérique, au détriment du livre imprimésur papier ?Certes, ce phénomène doit être relativisé par ce que se passe ailleurs, et notamment en France où lechiffre d’affaires du livre numérique représente seulement 1% du marché total de l’édition, alors qu’ilpèse 17% des ventes de livres au Etats-Unis.La France progressivement gagnéeIl n’empêche : le succès du livre numérique gagne aussi les esprits en France. Cela se constate àtravers plusieurs signes.Il y a d’abord la nécessité de publier un premier baromètre du livre numérique SOFIA/SNE/SGDL,présenté en mars 2012 au Salon du Livre de Paris, et, dans la même ville, la création en mai 2011 d’unLabo de l’Edition, en plein cœur du Quartier latin, « afin d’aider les acteurs du milieu à appréhenderles enjeux du numérique » 2.Autre signe plus local, mais aussi très symbolique, le lancement en septembre 2013, avec le soutien duconseil régional d’Aquitaine, d’une résidence d’auteurs en écriture numérique, à St Symphorien, enGironde, dans une maison de François Mauriac, prix Nobel de Littérature 1952.Pourtant, la croissance à long terme du livre numérique est prévue, par exemple à l’échelle del’Europe, par l’étude de l’Idate (Institut des Télécommunications en Europe), que Livre-hebdorapporte sur son site en décembre 2011 3 : « le marché du livre numérique représentera 12% des ventesdu secteur 2015. »1 http://www.livreshebdo.fr/economie-et-chiffres/actualites/les-ventes-de-livres-numeriques-depassent-celles-des-nouveautes-imprimees-aux-etats-unis/8791.aspx2 Site de la mairie de Paris : http://www.paris.fr/accueil/actualites-municipales/le-labo-de-l-edition-un-nouvel-equipement-innovant-de-la-ville/rub_9656_actu_98352_port_237853 http://www.livreshebdo.fr/actualites/DetailsActuRub.aspx?id=7842 6
  • 7. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012Le livre numérique en questionsAinsi, une forte révolution du support écrit semble en marche à travers la diffusion de livresnumériques. La rapide croissance dans certains pays des ventes d’e-books et la multiplication dessupports laissent penser que ce nouveau support devrait prendre une dimension spectaculaire.Avec les conséquences que son développement implique sur le livre dans tous ses aspects, le livrenumérique est donc un sujet digne d’intérêt pour un travail de recherche de Master Multimédia.Quelles conséquences aura ce phénomène sur le travail d’écriture, sur les outils et les méthodes pourrédiger un texte à l’écran ? Les relations entre lecteurs et le texte sur écran vont-elles êtreprofondément modifiées par rapport aux liens entretenus avec l’écrit sur papier ? Une nouvellelittérature va-t-elle naître, voire même une nouvelle forme de livre ?Toutes ces questions me semblent pouvoir être résumées par l’énoncé suivant :« Le livre numérique : comment l’écrire et le lire ? » Sommaire de BD numérique sur le site owni.fr 7
  • 8. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 1ère partie : l’objet de recherche et le questionnementDans cette partie, il est proposé de définir les différentes hypothèses que soulèvent ce sujet, d’endiscerner et étudier des variables possibles. Les apports des références bibliographiques sur ces thèmesseront abordés dans un chapitre suivant.Le recensement de ces hypothèses donnera le plan du travail de recherche, points par points, ens’appliquant à suivre, tout en les retrouvant, les questionnements soulevés par l’énoncé : « le livrenumérique, comment l’écrire et le lire ? »Cela signifie qu’il faut commencer par évoquer la nature du livre numérique lui-même, puis lesmoyens et méthodes employés pour écrire ce livre, et enfin, les outils et pratiques que l’on supposeraêtre celles des lecteurs actuels et futurs de « ebooks » (nom anglo-saxons du livre électronique).1.1. Qu’est ce que le livre numérique ?La première étape de ce travail de recherche sur le livre numérique est de définir le livre numérique.Existe-t-il différents types de livres numériques ? Ces types se définissent-ils par les divers supports,ou plutôt par leur contenu ?1.1.1. Le support et le contenuOn peut soutenir l’hypothèse qu’un livre numérique est un écrit d’une certaine longueur qui est publiésur un support issu d’une technique numérique. Cela englobe les livres numérisés, des versions papierscannées et dont les pages sont reproduites sous forme de fichiers numériques. Nous proposons demettre de côté cette forme qui ne paraît être qu’une reproduction d’originaux imprimés pour seconsacrer aux livres spécifiquement numériques.Ainsi, dans un premier temps, la technique et le support priment dans la définition de ce typed’ouvrage. A partir de cette définition de base qu’il faut confronter à de multiples critères, denombreuses questions se posent.On ne peut mettre de côté la question du contenu, du type de texte. Quel lien le texte entretient-il avecle support numérique ? Quelle est sa nature sur un écran ? Le fait qu’un texte s’affiche sur écrannumérique suffit-il à le définir comme livre numérique ?1.1.2. Un texte évolutif sur des terminaux variésLe texte est certainement devenu plus susceptible d’évoluer, plus « mouvant » avec le supportnumérique. Un ouvrage en perpétuelle réactualisation, à l’instar des mises à jour des sites internet,donc en évolution permanente, est-il toujours un livre ? Alors, il faut donner une nouvelle dimension àla dimension du livre, celle qui prend en compte une évolution plus rapide que celle des livres papiersdont les versions et rééditions se font à une allure plus lente, et dans un degré limité, en général.Parle-t-on du même livre numérique sur un support nomade du type liseuse, Smartphone ou tabletteque sur un ordinateur plus classique ? Il peut être soutenue qu’il ya un livre numérique, sousdifférentes formes et pour divers supports. Parfois, la forme dépendra du support.Le livre numérique est-il plus un livre s’il est lu sur un support spécifiquement consacré à lui, commeune liseuse (ou e-Reader), que sur des supports nomades aux utilisations plus larges, sur lesquelles ildoit partager l’attention de l’utilisateur avec des usages de communication, d’internet ? 8
  • 9. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012On peut supposer qu’il sera voué à un support spécifique ou bien aux supports à usage large danscertains cas. Il faut alors se demander quels critères, quelles conditions de pratique vont définir l’usagesur tel ou tel terminal. Il pourra être étudié ces usages différents selon la nature du texte, selon lasituation du lecteur, selon son niveau social qui lui permet de posséder un nombre de terminaux plusou moins grand.1.1.3. L’hypertexte et l’interactivité : vers un nouveau type de livre ?Pour revenir à la définition du livre numérique selon la nature du texte, le livre numérique est-ilforcément un hypertexte, un texte avec plusieurs niveaux de lecture, reliés dans une architecture pardes liens ? Un document avec des hyperliens peut-il encore être considéré comme un livre ?Il faut aussi se demander si l’introduction d’images animées, de sons, d’éléments non écrits dans unouvrage permet encore de qualifier celui-ci de livre. Y aura-t-il une limite à l’interactivité dans untexte, au-delà de laquelle il ne peut plus être défini comme un livre ?On se penchera aussi sur les possibles définitions en cours par les critères techniques, voire même pardes éléments liés au droit et à la fiscalité des œuvres de création !Pour conclure sur cette question de la définition de l’ebook, on se demande si le livre numérique est unlivre comme les autres, ou bien un nouveau type de livre. La liseuse de fabrication française Cybook Odyssey Bookeen 9
  • 10. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 20121.2. Comment lécrire ?Après la définition du livre numérique, vient le deuxième terme de l’énoncé : « comment écrire le livrenumérique ? »1.2.1. Un texte et un produit multimédiaCela recouvre l’étude de la conception du livre numérique, de sa rédaction comme texte, commehypertexte et comme fichier.D’emblée, il est à noter que réaliser un livre numérique signifie écrire un texte, mais aussi créer unproduit multimédia. Ces deux dimensions - rédactionnelle et multimédia - semblent intimement liéeset, surtout, indissociables. Il faut voir si elles le sont vraiment et en quoi ? Cela revient à se poser laquestion : un écrivain peut-il et pourra-t-il encore écrire sans se soucier de cette dimensionhypertextuelle, et plus largement multimédia ?1.2.2. Le rôle des techniciens et des auteursAujourd’hui et dans l’avenir, avec les évolutions des supports et des usages, quels outils, quelslogiciels entrent dans la création du livre numérique ? Il semble plausible que ces outils influent surl’écriture même du texte. Il reste à étudier en quoi et à se poser la question du rôle des techniciens parrapport aux auteurs, du rapport de force entre la machine et l’esprit humain.Durant ces observations sur le lien du texte avec son support numérique, il faut aussi se poser laquestion de la nature de l’écrit d’écran.Une hypothèse que l’on peut envisager est que le style d’écriture va changer sur le support numérique,qu’un langage de phrases plus brèves, plus ramassées en un sujet-verbe-complément, va s’imposerdans la littérature sur ebooks, à l’instar de ce qui se fait sur internet. En cela, il sera intéressant deconsulter des textes de chercheurs traitant de l’écrit d’écran, et en général de la littérature sur supportnumérique.1.2.3. Les formats des œuvres, de la plus simple au « livre enrichi »On peut aussi se demander ce que seront les formats de ces livres, au niveau du format numériquecomme à celui du format physique, celui lié au matériel nécessaire pour « lire » le livre, à la mise enpage possible sur l’écran de ce matériel.On peut parier que les formats numériques dépendront de la nature de l’œuvre elle-même, de laproportion de texte et d’éléments multimédia, de la quantité de documents audiovisuels qu’ellecontiendra.Un livre numérique avec un contenu majoritairement textuel restera proche des formats de publicationde texte numériques, avec des éléments hypertextuels. Le format de type Epub actuellement en cours,inspiré du langage html, ou des formats dérivés de celui-ci, pourrait devenir le standard de ces œuvres.Un ouvrage à forte dimension multimédia devrait utiliser des formats d’applications, comme c’est lecas actuellement pour les ouvrages les plus aboutis sur la tablette IPad. On parle alors de « livreenrichi » ou « augmenté ».La conception des ces ouvrages sera très liée avec le choix de ces formats, leur évolution, lespossibilités de création qu’ils offriront. Le livre numérique sort l’auteur et l’éditeur du monde del’édition papier, et ses langages propres, pour les faire entrer dans le monde de la conception 10
  • 11. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012multimédia. Cela est vrai même dans le cas d’une œuvre limitée pour l’essentiel à du texte avecquelques liens. Dans ce cas, écrire un livre au format Epub revient au développement d’un fichiernumérique, avec ses hyperliens, ses langages à coder et harmoniser, à faire correspondre et fonctionneravec les différents lecteurs et écrans numériques.On retrouve là le problème, évoqué précédemment, du rôle qui serait de plus en plus prépondérant destechniciens informatiques et des développeurs dans la production littéraire avec cette révolution dulivre numérique.« L’Herbier des Fées », livre enrichi pour tablette IPad, de B. Lacombe et S. Perez, publié en 2011 parles éditions Albin Michel et Prima Linea.1.2.4. Vers de nouvelles narrations ?Le changement de langage écrit et la possibilité d’inclure des liens hypertexte et, plus largement, deséléments multimédias (sons, images fixes ou animées comme des films, des cartes interactives) vagénérer probablement de nouvelles narrations.Ces nouveaux types de récit hybride, ces livres enrichis avec textes et éléments multimédias,appartiendront encore à la sphère de l’écrit jusqu’à un point où la dimension multimédia l’emportera.Il reste à définir, si possible, ce que sera cette frontière entre un livre numérique à fort contenumultimédia et une œuvre multimédia non considérée comme un livre.Pour achever sur cet aspect de l’écriture du livre numérique, la question se pose de l’évolution del’acte de l’écrivain et d’auteur, et si un créateur de livre numérique sera seulement un rédacteur detextes avec des connaissances techniques ou s’il sera plus qu’un auteur, mais un vrai concepteurmultimédia. 11
  • 12. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 20121.3. Comment le lire ?Après avoir abordé la définition du livre numérique, la façon dont il est et sera écrit et conçu, letroisième volet consiste en se poser la question de sa lecture, à travers les différents usages et les outilsvariés que l’on pourrait recenser.1.3.1. Le lien du lecteur et de l’œuvreCela conduira à envisager une pratique nouvelle de la lecture et à se poser la question de l’apparitiond’un nouveau type de lecteurs.En effet, on peut se demander légitimement en quoi un livre conçu pour être parcouru sur un supportnumérique voué aussi à d’autres usages, avec des éléments multimédias, comme des sons ou desimages, comprenant des liens vers d’autres textes ou des pages extérieures au livre, va changer lecomportement du lecteur, sa pratique, son lien avec l’œuvre écrite.On peut pousser la question plus avant : le livre numérique s’adressera-t-il à un même type de lecteursou bien touchera-t-il d’autres lecteurs ? Autrement formulé, les amateurs de littérature se retrouveront-ils dans leur passion et leur univers, devenant des usagers du livre numérique ? Ou bien ce typed’œuvre attire-t-il et attirera-t-il d’autres publics, peut-être plus proches des amateurs de produitscomme les jeux vidéo, d’œuvres transmédia ou d’internet ?1.3.2. La lecture socialeAu-delà de la motivation du lecteur d’ebook, on peut envisager les liens différents, par rapport à larelation entre un lecteur et son livre sur papier, que ce lectorat va entretenir avec une œuvre quicontient des liens vers des espaces de critiques, eux-mêmes disposés sur la page du ebook lui-mêmeou bien sur les réseaux sociaux ou dans un site internet spécialisé.Cet aspect est lié à la question de la lecture sociale : comme tous les produits numériques, l’ebooks’annonce déjà comme devant se connecter, et ses usagers avec lui, au Web mondial, et pluscertainement encore à des formes sociales de celui-ci, que ce soit dans les « social networks » déjàexistant ou généralistes (Facebook, Twitter, par exemple), ou bien sur des espaces plus directementconsacrés à la lecture, voire intriqués aux livres eux-mêmes.Cela va certainement tirer le lecteur de la position d’isolement relatif dans laquelle le plongeait lalecture sur livre papier et le conduire à une interconnectivité permanente avec d’autres lecteurs, avecdes éditeurs, des auteurs, des professionnels de la critique.Cela nous mène à postuler que cette interconnectivité va aussi probablement changer le rôle et lanature des critiques de livres, faisant de chaque lecteur un critique potentiel. Les contributions et lesblogs des internautes qui livrent leur avis sur des œuvres et sur de multiples sujets donnent une idée decette lecture interactive et sociale en devenir.1.3.3. Une lecture plus superficielle ?Cette réduction de l’isolement du lecteur, du fait d’une connectivité plus grande de l’ouvrage qu’ilparcourt avec le reste d’internet pose aussi une question déjà abordée à propos des écrits d’écrandepuis leur prolifération avec l’avènement de l’informatique, celle de la lecture profonde.Comme il faudra le rappeler dans cette étude, des chercheurs ont souligné que la pratique des supportsnumériques pose des problèmes de concentration profonde aux usagers de ces supports, de cetteconcentration nécessaire à la lecture autre que superficielle. 12
  • 13. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012Un lecteur sans cesse dévié de son texte par des hyperliens, des images, des navigations vers d’autressites, sera encore plus sujet à cette perte de concentration, et à cette déviation permanente du texte versd’autres tentations.Il faudra donc se demander si le livre numérique ne va pas encore aggraver ces déficiences deconcentration, s’il ne va pas de ce fait engendrer des textes encore plus superficiels et brefs, afin des’adapter à des lecteurs moins capables de lecture soutenue et concentrée.Il est indéniable que le livre numérique va avoir un impact sur la pratique de la lecture, qu’il risque demener, comme les sites internet et autres médias informatisés, à une lecture « zapping », une lecturesuperficielle. Certains auteurs cités plus loin dans ce travail annoncent un autre type de lecture, unelecture de « bifurcations » liée à l’hypertexte, à l’interactivité du texte numérique et ses liensinteractifs.1.3.4. Un autre type de lecteur, une lecture hétérogèneS’il ramène aux écrits des lecteurs que le livre papier a perdus, le livre numérique génèreraprobablement un autre type de lecteur qui sera peut-être différent des amateurs actuels et passés delittérature, un lecteur qui a et aura d’autres attentes. Quels types de textes, de récits, douvrages, serontdemandés par ces lecteurs ? A nouveaux livres, nouveaux lecteurs ? Cela est possible et il faudraétudier en quoi.On peut envisager la possible concomitance de pratiques hétérogènes de lecture, sur des supportsdifférents. Certains lecteurs pourront être en permanence connectés, lisant des ouvrages à fort contenumultimédia, alors que d’autres pourront déconnecter leurs textes du réseau, et choisir de s’intéresser àdes textes à faible contenu multimédia, avec un nombre réduit de liens hypertextes et d’illustrations.Ces pratiques hétérogènes laisseront probablement la place aux livres papier, soit pour des usages àdéfinir, dans des « niches » de lectures encore à deviner, soit pour des générations qui ne voudront pasbasculer totalement dans l’univers numérique de lecture.1.3.5. Le lien physique avec le texteDepuis ses débuts, la lecture numérique sur écran interroge les chercheurs sur la place du physiquedans et durant ces lectures. Lire un livre numérique sur Smartphone, sur tablette ou sur liseuse induitune lecture sur un support plus horizontal, plus léger, plus maniable que l’écran d’ordinateur classique.Cela signifie que cette lecture n’induit pas le même rapport physique avec le texte que la lecture surécran vertical d’ordinateur classique (de bureau ou même de portable).L’écran des mobiles et autres supports nomades est également d’une taille plus petite que les écransd’ordinateur de bureau. Cela aussi change la fonction des organes durant la lecture, par exemple leparcours de l’œil sur le texte affiché. D’une manière générale, il peut être intéressant d’étudier en quoiles comportements et positions des organes physiques avec le texte changent par rapport à ce qu’ilssont avec les supports numériques plus classiques, comme avec les livres papiers.1.3.6. La chaîne du livre et le piratageLa question de la lecture du livre numérique déborde forcément sur la mesure de l’impact que ce typed’œuvre va avoir sur la chaîne du livre et de lédition, sur le métier, le rôle et le statut des éditeurs, deslibraires et les bibliothèques. Un livre qui prend la forme d’un fichier numérique va circuler, demanière gratuite (ce qui concerne les bibliothèques) ou être commercialisé sous des formes biendifférentes que le livre papier. La possibilité de copier les fichiers, de les télécharger va bouleverser,voire menacer, le travail et le rôle des intermédiaires entre l’ouvrage et le lecteur que sont depuis des 13
  • 14. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012siècles les différents métiers du livre, à l’instar de ce que la chaîne de production, de création et dedistribution de la musique et du cinéma ont connu. Il peut être envisagé que la nature numérique dulivre créera un lien plus direct entre le lecteur et l’auteur, ou du moins facilitera l’accès à l’ouvrage.Cela pose aussi la question du piratage des œuvres, et aussi d’une offre légale viable pour y faire face,de tous les problèmes de plateformes de distribution (et d’achat) en ligne et du lien de cessupermarchés en ligne tant avec les éditeurs traditionnels qu’avec des auteurs qui voudraients’autoéditer ou se commercialiser dans l’intermédiaire des éditeurs.Le livre enrichi « Kadath », développé en 2012 par Walrus et Memnos éditions. 14
  • 15. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 20121.4 La fin du livre ou un autre type de livre ?En guise de conclusion générale à ce plan d’étude, on peut avancer l’hypothèse que le livre numériqueva bouleverser la notion même de livre, sa conception, son écriture, le rapport du lecteur avec l’œuvreécrite.La Banque mondiale a publié, le 17 juillet 2012, un rapport estimant que « près des trois quarts deshabitants de la planète disposent dun téléphone portable et le nombre dabonnements souscrits sur le 4globe devrait bientôt dépasser celui de la population mondiale. »Le journal Le Monde qui l’évoque précise en outre que « le rapport estime par ailleurs que larévolution du mobile nen est quà ses débuts et quelle devrait encore se propager grâce à la chute desprix des téléphones portables et au perfectionnement des réseaux de bande passante à travers lemonde. »Le même rapport a compté que plus de 30 milliards d’applications ont été téléchargés à l’échellemondiale en 2011.Cela prédit un avenir de développement colossal aux supports nomades. Il est fort probable que, parmiles multiples services et documents auxquels ces supports donnent accès, les livres numériquesprendront leur place. Et que le téléphone intelligent et mobile sera le terminal sur lequel ces livres seliront.Il reste à deviner si tous les livres ou bien certains types d’écrits seront plus particulièrementsusceptibles d’être téléchargés et lus sur ces téléphones : les écrits de type pratique, scolaire,universitaire, des fictions faciles d’abord, peut-être sous forme de micro-feuilletons, plus ou moinsillustrés d’images, elles-mêmes plus ou moins animées, épisodes reçus à intervalle régulier surl’écran…Ces perceptives annoncent une révolution complète du livre, une mutation du rapport de l’humain àl’écrit qui est une base de notre civilisation, donc peut-être, une mutation profonde, et probablementdéjà en cours, de la société humaine et de sa capacité à transmettre les connaissances et les œuvres del’imaginaire.On ne pourra pas éviter de chercher de premières réponses aux questions qui font échos aux défislancés par l’informatique à notre culture : le livre numérique, est-il encore un livre ? Est-ce la fin dulivre ou le commencement d’un autre type de littérature ? Cela conduit à s’inspirer de la conclusion deFrançois Bon à son propre ouvrage, « Après le livre » 5 : « Nous sommes déjà après le livre ».Une ébauche d’étude peut certainement finir sur cette hypothèse, que résume la phrase de FrançoisBon : le processus de création de livres parvient, avec l’ebook, au stade postérieur à celui du livre telque nous le connaissons depuis la naissance de l’imprimerie, à la fin du 15ème siècle, et son assemblageen cahiers. Nous sommes au début d’une nouvelle ère de l’écrit et de la littérature.4 http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/07/17/pres-de-75-des-terriens-possedent-un-telephone-portable_1734969_651865.html5 « Après le livre », François Bon, Seuil, 2011, P269-270. 15
  • 16. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 20121.5. Les disciplines des SIC et des autres sciencesabordéesAprès de premières lectures, ce travail semble devoir sappuyer sur des domaines des sciences del’information et de la communication (SIC) et des autres sciences telles que :la sémiologie, l’ergonomie, l’épistémologie, l’étude de lécrit écran, l’analyse des usages, destechnologies, la sociologie de la lecture, des pratiques de la lecture et de l’écriture, l’histoire de lécritet de ses supports, l’histoire du livre.1.5.1. « La technologie intellectuelle des formes écrites »Pour expliquer combien il est nécessaire que ce travail d’étude sur le livre numérique s’inscrive dansces divers secteurs de recherches, on peut puiser dans l’ouvrage collectif 6, « Lire, écrire, récrire:objets, signes et pratiques des médias informatisés », d’Emmanuël Souchier, Yves Jeanneret et JoëlleLe Marrec.Ces auteurs précisent, en page 26, que leur recherche « revendique plusieurs définitions de ladimension signifiante des pratiques écrites ». Cette recherche se nourrit de la « sémiotique héritéed’Anne-Marie Christin, qui convoque l’idée d’une forme visible qui donne accès à une lecture- « lapensée-de l’écran », s’inspirant en les prolongeant de l’« approche fonctionnelle » de Roy Harris(« qui définit l’écriture comme une intégration du texte dans un contexte ») et de la dimension déceléepar Jack Goody de « technologie intellectuelle des formes écrites et des logiques qu’elles suggèrent ouimposent à la pensée et à la mémoire. »Plus loin, ils disent l’importance d’une « démarche ethnosémiologique « située » », puis, en page 27,ils évoquent: « une véritable intersémiotique couvrant aussi bien les textes de la machine que lecontexte d’espaces, d’objets, de signes divers. »1.5.2. Une recherche interdisciplinaireAutres éléments qui peuvent aider à savoir sur quelles disciplines doit s’appuyer un travail sur le livrenumérique, les phrases de ces auteurs en page 32 du même ouvrage : « L’analyse des médiasinformatisés ne peut en effet être envisagée par ses seules composantes disjointes, mais bien àl’articulation -à l’interstice-et dans l’interaction des différentes disciplines qu’elle convoque ». Ilscitent ceux qui portent ces disciplines : « informaticien, sémiologue, ethnologue ou sociologue », dontles auteurs ont constaté qu’ils sont très vite confrontés « aux limites mêmes des disciplines » quand ils’agit de l’étude du « texte », de la « technique » et de « l’usage ».Auparavant, en page 29, ils avaient affirmé faire appel, dans leur recherche sur les « médiasinformatisés », à une « recherche interdisciplinaire », pratiquant un « chassé-croisé méthodologique ».Comme ils le disent en page 28, à propos du domaine des médiations qui est leur champ de recherche,étudier l’écrit numérique soulève la nécessité de prendre en compte « la multiplicité des dimensionsinterreliées ».D’où cette multiplicité des domaines des SIC en particulier, et des sciences en général, à aborderdurant cette étude sur le livre numérique.6 Toutes les références sont citées en fin de ce travail, dans la 3ème partie. 16
  • 17. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 20121.6. Les références bibliographiques et les aspectsde la questionDans ce chapitre, il va être précisé les relations qu’il y a entre les références bibliographiques et lesdifférents aspects abordés : en quoi ces références ont été utiles pour la définition de l’objet d’étude,l’élaboration du questionnement, le recensement des différentes hypothèses envisageables.Cela peut se faire en reprenant le plan proposé précédemment pour ce travail, par points principaux.Les références bibliographiques sont citées en détail dans la dernière partie de cette étude.1.6.1. Le livre numérique : sa définitionPour ébaucher une définition du livre numérique, on peut commencer avec un article de François Bon,intitulé : « Pour une définition du livre numérique » :« On n’a pas besoin de définition du livre numérique pour le lire. (...) Si on utilise l’expression livrenumérique, on le spécifie par rapport au livre non numérique, donc un objet matériel lié à un contenuprécis, qui s’est progressivement constitué (dès avant le codex) en notion de livre, a pris son essor vial’imprimé pour continuer d’évoluer jusqu’à l’époque moderne, mais soudain, en deux ou troisdécennies (déjà) s’est laissé dérober que sa nécessité d’objet soit liée à sa nécessité de contenu. »Ainsi, cet auteur souligne paradoxalement qu’il n’y a pas de livre numérique, que le contenu « livre »déborde le support et qu’il n’est pas lié au support matériel, ce qui ferait qu’un livre numérique unlivre en tant que tel. En quelque sorte, il y a « le » livre, sous différentes formes dépendant des diverssupports matériels. Ceci est un point de vue à discuter.Kindle Touch Fire, une gamme de supports de la liseuse à la tablette.Pour approfondir les relations entre le support technique et matériel et le contenu textuel, élémentsdont est fait le livre numérique, il faut puiser dans l’ouvrage « Lire, écrire, récrire » de EmmanuëlSouchier, Yves Jeanneret et Joëlle Le Marrec. En pages 36-37, ils livrent une tentative de définition dutexte dans les dispositifs techniques : « un objet symbolique qui circule et qui participe des échangessociaux ? » Selon eux, un livre, un texte ne sont pas isolés, stables, ne l’ont jamais été. Ces auteurs 17
  • 18. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012précisent (P.37) : « Objet communicationnel, le texte anticipe pour partie son usage et soninterprétation possible », en « tension permanente entre homogénéité et hétérogénéité. » Ce serait direl’importance du dispositif technique dans élaboration et compréhension du texte. « Tout texte »,disent-ils page 38, est « façonné par les propriétés matérielles du média et ses matériauxsémiotiques ». Un texte n’est donc pas seulement un discours autonome et toutes ces questionsconcernent le livre numérique.Mais, selon les mêmes auteurs, le texte a la tendance de « dissocier une organisation sémiotique de sonsubstrat technique. » Pour cette raison, les auteurs inventent le terme de « textiel » qui « permettrait dedécrire l’hybridité ou l’ambigüité de statut de ce qui est en jeu ». En page 92, dans la note 51, ilsprécisent : « le concept de textiel ne remplace pas le concept de texte, mais l’implique dans un objetcomplexe. Le textiel est texte et technique en même temps. » En page 314, ces chercheursinsistent : « Le textiel est un état émergeant de la forme-texte entendue comme ensemble matériel etorganisé de signes à l’écran. » Ce terme repose sur l’idée qu’« il n’y a pas de clivage entre texte ettechnique ».Voilà qui semble parfaitement correspondre aux termes entrant en jeu dans le livre numérique, et êtreutile pour le comprendre et de définir !La question de la définition du livre numérique comme œuvre originale ou bien comme œuvremultimédia dérivée du texte peut trouver un apport intéressant à travers la question des auteurs deBande dessinée, qui ont signé en mars 2010, dans Le Monde, un « Appel pour des règles du jeu dulivre numérique », repris dans l’ouvrage collectif édité par le Conseil d’analyse de la société « Larévolution du livre numérique : état des lieux, débats, enjeux », à la page 132. Ces auteurs proclament :« diffuser une bande dessinée sur un téléphone portable ou sur un écran d’ordinateur, est-ce diffuserl’œuvre originale, son adaptation ou une œuvre dérivée ? »La question qui peut être élargie à l’ensemble des œuvres écrites pose le problème de la nature du livrenumérique (fut-il une BD) par rapport au livre sur support papier, le rapport entre l’œuvre sur lesupport traditionnel et l’œuvre sur les nouveaux supports informatiques.En page 158 du livre « La révolution du livre numérique : état des lieux, débats, enjeux », l’éditriceTeresa Cremisi parle de « création hybride », de projets éditoriaux qui « tirent parti des potentialitésoffertes par le numérique (adjonction de musique, de vidéos, de « bonus » en tous genres, etc.) ». Cesprojets hybrides posent, selon elle, « la question de l’œuvre, de son unicité et de son intégrité dans lamesure même où des déclinaisons plus ou moins multimédia peuvent être désormais envisagées. »Ces références qui aident à définir le livre numérique et sa nature ouvrent donc sur le problème de sadéfinition par les différents types de livres numériques.- Les types de livre numériqueDans l’article « Réseaux, savoirs et société. Menaces et opportunités », Marc Guillaume aide à unedéfinition du ebook en recensant des réalités très diverses que le terme « livre numérique » recouvre :- « la numérisation des textes qui réduit les coûts et les délais d’impression des livres ordinaires etpermet des tirages très limités, voire à l’unité » (allusion aux livres imprimés à la demande, procédéqui se développe en ce moment) ;- « la présentation des livres et leur commerce sur internet » via les « librairies virtuelles » dont « lechiffre d’affaires progresse régulièrement » ; 18
  • 19. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012- la réalisation de cédéroms et de dvd, qui « permettent une lecture hypertextuelle » et « surtout utiliséspour les encyclopédies et les applications pédagogiques » ;- « la lecture et éventuellement le téléchargement de journaux, de revues scientifiques ou de livres surle web. » ;- enfin, le « recours à un terminal spécialisé », évidemment les liseuses d’ebooks plus aboutisaujourd’hui qu’en 2001, date de rédaction de cet article.Sur le blog Sobookonline, dans l’article intitulé « l’affordance des livres numériques », JosephEsposito distingue quant à lui 6 formats de livres numériques :« Le livre institutionnel : c’est le livre homothétique, la version PDF d’un livre papier, totalement figé,et qui n’est pas prêt de disparaître (…)L’eBook classique : c’est l’Epub, en fait, très proche du livre-papier et qui autorise seulement quelquesmodifications mineures (changement de police, annotations/soulignements, dictionnaire). Il peut êtrelu sur différentes surfaces. La tablette IPad d’Apple propose une véritable bibliothèque à compléter via connexion internet.Le livre augmenté (« Enhanced book ») : il ne comprend pas seulement du texte, mais des vidéos,photos, sons. S’il s’est considérablement développé, il ne peut pas remplacer totalement le livreinstitutionnel et l’ebook classique : tous les livres ne peuvent en effet pas faire l’objet d’un teltraitement (les manuels scolaires sont plus adaptés).Le livre mobilisateur (« Muscular book ») : c’est le livre réajustable, réinscriptible, annotable,comparable, qui implique une participation corporelle et intense du lecteur (en tension, à bras-le-corps). C’est finalement un livre dont le texte s’étire et dont on peut déjà observer les transformationsavec des services comme Evernote (j’aime) ou Zotéro (j’adore). 19
  • 20. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012Le livre social : avec lui, le contenant est le manitou-web en personne. Il peut prendre des formesvariées : simples commentaires qui entourent le texte ; votes pour choisir la fin d’un livre ; livre-wiki,en gestation permanente. Evidemment, la question de la prise en compte et de l’intégration descommentaires/critiques/demandes/votes des lecteurs se pose aux auteurs.Le « livre-Staccato » : il s’agit d’un livre écrit selon des contraintes précises, qui sont celles des SMS(140 caractères). Le terme « Staccato » renvoie à une notion musicale, le phrasé en notes détachées. Ilévoque donc un livre bref, une suite de mots articulés en une phrase concise, par petites touchessuccessives. »Ainsi, ces deux typologies des livres numériques aident à définir celui-ci non seulement selon lesdifférents formes qu’il peut et pourra emprunter, mais aussi selon les multiples fonctionnalités qu’ilproposera. On peut constater que le livre numérique recouvre des œuvres et des modalités allant de lasimple version numérique d’un texte à un ouvrage « augmenté » de dispositifs multimédia, et même àdes écrits brefs relevant de messageries instantanées (SMS).Tout en donnant des éléments de réponse, ces références confirment donc les questions posées, lors del’ébauche de plan, sur le statut et la nature du livre numérique, sur la manière de le concevoir, de leproduire et de le diffuser. Ce sera une réalité multiple dans laquelle ce ne sera pas seulement du textequi sera en jeu.- Les supports du livre numériqueQuel support matériel pour ce livre numérique ? Quelle diffusion pour celui-ci ?Pour étudier le lien du texte avec son support matériel, avec "sa matérialité", on peut s’inspirerd’Emmanuël Souchier qui, dans son article « Une écriture schizophrène ? », écrit : « Depuis sesdifférentes origines, l’écriture existe à travers la relation « intime et pérenne » qui l’unit à sonsupport. » Il parle aussi de la « présence concomitante du support et du signe écrit dans sa réalitéphysique, matérielle et iconique. »Ensuite, il précise un aspect du lien entre support et écrit à reprendre quand il faudra aborder le rôle dutechnicien dans la réalisation du livre numérique : « Pour la première fois de son histoire, l’homme n’aplus directement accès à son écriture : pour avoir accès à la trace de son écriture, l’homme a besoind’un dispositif technique et d’une source d’énergie adéquate pour faire fonctionner ce dispositif. »Dans son ouvrage paru en 2011, « Après le livre », dans le chapitre dont le titre (« Un téléphone est-ilun livre ? ») touche à plein cette question du support pour l’écrit, François Bon souligne, page 78 etsuivantes, un aspect intéressant de cette nature du support. Il explique qu’avec un « téléphone-ordinateur (Smartphone) », l’utilisateur obtient « l’accès à des ressources denses aussi bien qu’à desinformations pointues, et la capacité à glisser d’un d’une ressource lente (livre) à un fil d’actualité-quel que soit l’endroit où vous êtes amenés à vous déplacer… »L’auteur rappelle le rôle des réseaux et de la connectivité permanente dans l’usage que le lecteur peutfaire du livre numérique : « avec le streaming, par Wifi ou 3G, le flux continu de donnéesaccessibles ».Ainsi, ces références contribuent à comprendre l’importance du support matériel qu’est l’écran et leterminal électronique dans le livre numérique, dans la façon de le concevoir, de le lire, d’en faireusage. Elles rappellent également que ce support matériel et l’ebook sont liés au réseau et à la capacitéde s’y connecter. 20
  • 21. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012- L’hypertexte, l’écrit de « bifurcations », le labyrintheAvant la possibilité de se connecter via internet, la véritable révolution de l’écriture numérique, sonapport novateur dans la forme même de l’écrit, réside probablement dans l’invention de l’hypertexte.Il faut s’appuyer sur ce qu’en dit Jean Clément, dans son article « La littérature au risque dunumérique », publié dans la revue Document numérique.En page 127, il en rappelle d’abord l’origine, située hors du champ de la littérature : « L’hypertexte, ausens informatique du terme, a d’abord été un outil de recherche documentaire destiné à faciliter lanavigation dans des bases de données en s’affranchissant des contraintes d’une structuration troprigide et de langages de requête trop simplistes. »En page 119- 120, il décrit cette construction textuelle différente de la forme traditionnelle, linéaire :« Cette structure réticulaire, théorisée dès 1945 par Vannevar Bush puis par Ted Nelson en 1965 sousle nom d’hypertexte, est constituée de « noeuds » (les textes) et des liens qui les relient entre eux etque le lecteur peut activer ou non au cours de sa lecture. (…) Ce dispositif a pour corollaire unefragmentation des textes et de la lecture. » Il note encore que cet outil créé pour la documentation offreune « vraie nouveauté » dans la « constitution d’une structure en réseau qui permet de reconfigurerl’ensemble des documents selon une très grande variété de parcours répondant à des logiques quitiennent mieux compte des préoccupations des lecteurs. »Ainsi, en page 127-128, il développe les conséquences de l’hypertexte dans l’écriture, dès lors que cetype de lien est introduit dans la narration écrite : « La bifurcation, dans l’hypertexte, c’est lapossibilité de quitter une ligne de récit au profit d’une autre en cliquant sur un mot ou une phrase, deconstruire un parcours de lecture personnalisé chaque fois que l’auteur propose un lien de ce type.L’incise relève du même mécanisme, mais elle se présente plutôt comme une digression, un pas decôté dans la marche de la narration, l’occasion offerte d’une description de paysage, de rappel d’unsouvenir, etc. Dans les deux cas, l’hypertexte instrumente une démarche que le papier rend hasardeuse.Cette liberté offerte au lecteur tend à faire de lui un véritable interlocuteur, voire un complice dansl’élaboration du texte donné à lire. » Il évoque « une prolifération non contrôlée et non maîtrisable desliens hypertextuels qui plonge le lecteur dans un véritable labyrinthe. »Ainsi, le livre numérique est l’enfant non seulement de l’électronique et du réseau numérique, maisavant tout de l’hypertexte. C’est cette possibilité de bifurquer dans le texte qui change la nature mêmede l’écrit numérique.Ce récit non linéaire n’est pas l’apanage de l’écrit numérique, comme le démontre Jean Clément enpage 128 : « A vrai dire, l’hypertexte littéraire n’est que la réalisation matérialisée de tendances quiétaient déjà présentes dans le livre classique. » Il cite divers auteurs dont Jose Luis Borgès et sesréflexions de fictions différentes dans son ouvrage justement nommé « Fiction », et même la littératureorale, linéaire car l’auditeur doit subir le récit sans revenir en arrière, mais, « dans la mesure où elle estimprovisée, elle autorise des variantes que seul connaît le conteur et parmi lesquelles il peut faire unchoix. »Cependant, avec l écriture numérique et sa dimension hypertextuelle, « l’auteur coopère avec seslecteurs dans l’émergence de parcours énonciatifs singuliers et non reproductibles. »On reparlera de cette coopération avec le lecteur dans des chapitres suivants. Retenons déjà que le récitfait de bifurcation, non linéaire, devient systématique, plus ample, général avec l’écrit numérique. Etque cet aspect fait du livre numérique une étape nouvelle dans la vie des supports et des œuvresproduites. 21
  • 22. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 20121.6.2. Comment lécrire ?Quel style d’écriture pour le livre numérique ? Quelle méthode décriture est et sera employée pour cetype d’œuvre ? Quelles seront les évolutions du contenu avec le changement de support ? Y aura-t-ildes types décrit prioritairement dévolus au livre numérique (des niches) ? Si oui, lesquels?Les textes de référence ouvrent des réponses sur ces points.- Quels éditeurs ? Quel cadre légal et éditorial ?Va-t-on vers des livres publiés uniquement en numérique, avec des éditeurs ne publiant pas une seulepage sur papier ?Sur son blog Prospective du Livre, Lorenzo Soccavo, chercheur indépendant en prospective du livre etde lédition, donne une liste d’éditeurs francophones spécialisés dans le livre numérique. En juin 2012.il recense déjà près de 80 éditeurs « pure players », c’est-à-dire publiant uniquement des livresnumériques. Ce chercheur en donne une définition : « Un éditeur pure player est un entrepreneur quipublie des livres exclusivement dans des formats numériques à destination des nouveaux dispositifs delecture. »Il croit utile de préciser ensuite : « A l’heure des e-incunables, du passage de l’édition imprimée àl’édition numérique, il peut s’agir, par extension, d’une « société fournissant des logiciels applicatifsdédiés à l’édition de livres numériques enrichis et/ou qui propose ses services comme coéditeurtechnique à des éditeurs de livres imprimés. » »D’où sa distinction en deux listes, l’une recensant les éditeurs « pure players francophones » , et uneautre, les « prestataires de services et coéditions... »- La question du physiqueDans « Après le livre », François Bon avance une remarque utile pour la compréhension duchangement du rapport physique avec le support numérique. En page 31 et suivantes, il note que « ce qui nous manque n’est pas visuel » dans le livre numérique. Il explique que la vraie différence physique dans le rapport lecteur-livre numérique tient dans le manque de contact de la surface, de l’épaisseur du livre. Dans l’imaginaire des lecteurs, un « grand » roman est épais ! En littérature classique, la forme manuscrite anticipe et appelle l’épaisseur du livre. Les familiers de l’ordinateur et de la forme d’écriture numérique ne passeront plus forcément par l’épaisseur. L’ordinateur procède, explique encore l’auteur, à une structuration verticale des ressources et applications (corbeille, dossiers…). Cette « spatialisation structurelle » implique d’autres formes d’écriture. Dans le chapitre 4 de son livre intitulé « Faut-il une table à nos ordinateurs ? », il remarque que « plus que jamais, avec le numérique, le corps écrit. » La main un des organes physiques déterminants dans la lecture de l’ebook. 22
  • 23. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012A la page 105 et dans les suivantes, il s’interroge sur l‘influence de ce nouveau rapport physique avecle support numérique dans l’acte d’écrire : l’ordinateur, « compagnon de nos écritures », est-il « apte àrecevoir le premier surgissement, le plus fragile de l’écriture, comme le crayon » ?- Le code et l’écrivainFrançois Bon cite un article de Walter Benjamin, « Sens unique » (en page 127 de « Après le livre »),un texte évoquant dans les années 1920 l’écriture altérée par la publicité et les journaux et des formesnouvelles liées au « chaos économique » : « Des poètes (…) ne pourront collaborer à cette écriturepictographique que s’ils se rendent accessibles les domaines dans lesquels (…) s’effectue l’édificationde cette écriture : par le diagramme artistique et technique. »Cette citation semble tellement appropriée aux temps de l’écriture « pictographique » que génèrent lesréseaux numériques sociaux. Elle signifie aussi que l’auteur doit se rendre accessibles les contraintestechniques ! En informatique, il s’agit du code à propos duquel François Bon conseille aux auteurs, enpage 128 de son ouvrage : « S’approprier nous-mêmes le vocabulaire et la technique du Web, y êtreautonome. »Voilà qui ouvre aussi la discussion sur le rôle du développeur dans la création du livre numérique.Dans son article « Une écriture schizophrène ? », Emmanuël Souchier décrypte la relation de latechnique , de ceux qui la possèdent, et de l’auteur de texte : « Cet espace de transformation (coucheslogicielles qui vont du traitement machinique à l’écrit d’écran socialisé) est un espace qui, pour lesusagers, s’étale de l’invisible au lisible, de l’incompréhensible au manipulable : un espace technico-sémiotique dont le premier niveau est inaccessible à l’homme (impulsion électronique dans la matièremémoire) et dont le reste (codes, langages) est réservé à une minorité de techniciens ou d’aficionados./Le pouvoir de l’écrit a changé de mains et de castes : typographes et gens du livre ont cédé la placeaux informaticiens. »- Les contraintes techniques et les ressourcesDans leur livre « Lire, écrire, récrire », E. Souchier, Y. Jeanneret et J. Le Marec précisent, en page 23 :« On ne peut produire un texte à l’écran sans outils d’écriture en amont. »En page 133 de son ouvrage « après le livre », François Bon poursuit sur le lien entre supporttechnique et contenu : « De tous temps (…), les contraintes techniques de reproduction et de diffusionmatérielle du texte ont précédé la fixation et stabilisation des formes de fiction. » Et de citer l’intérêtde Rabelais pour l’apparition de l’imprimerie. En page 147, il insiste sur l’éventail élargi de ressourcedont dispose l’auteur d’écrits numériques : « Le navigateur concentre une large part des outils quetraditionnellement requiert l’écriture- à commencer par la variété des dictionnaires. » Notrebibliothèque est utile pour écrire.Mais, s’étonne François Bon, « comment se référer à notre exiguë bibliothèque personnelle quand lecadre même qui nous sert d’écritoire donne accès à bien plus vaste ? » En clair : on ne peut pas écriresur support numérique sans les ressources de connaissances qu’offre l’univers numérique, et enparticulier internet. Quel rédacteur écrivain sur outils numériques peut se passer de ces ressources, desencyclopédies en ligne, y compris de Wikipédia, encyclopédie gratuite, contenant des savoirs parfoiscontestés ? 23
  • 24. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012- Les écrits numériques, écrits instables ?Dans « Après le livre », en page 264, François Bon souligne que la composition d’une œuvre ne serévèle « qu’à mesure qu’on l’écrit, ce n’est pas quelque chose qui s’amorce avec le numérique. » Ildécrit comment cette progressivité existait déjà chez Marcel Proust.En page 265, il insiste : « Dans notre histoire de la littérature, tant d’œuvres qui nous paraissentaujourd’hui comme des arborescences stables, des organisations compactes et massives, se sontpourtant constituées en restant tout au long dans cette étape. Ce n’est pas là, en soi, une rupture parrapport à l’histoire de l’imprimé : des œuvres majeures (Maupassant, Loti, mais aussi en partieMaurice Blanchot, Walter Benjamin, Henri Michaux) sont des recompositions partielles sous forme delivre de parcours ébauchés sous d’autres formats. »En page 267, il indique : « Ce qui change dans la narration est ce qui n’a jamais changé en elle, unchamp de tenseurs entre l’écart réflexif et la pratique solitaire d’une discipline, la bibliothèque quinous sert à l’exprimer, et l’expérience directe du monde. » Selon lui, le numérique déplace chacun deces rois champs, et « principalement celui de notre expérience au monde. »Ces observations induiraient donc que l’espace de rédaction numérique, que ce soit un site, ou unsupport nomade, n’est pas un espace clos. Le récit est inséré dans notre relation au réel.Si elle est avérée, la mutation de l’écrit sur support numérique produit donc, d’après ces références, unobjet non clos et moins stable que l’écrit sur papier ! Cependant, la création fractionnée e en étapes,l’écriture progressive d’une œuvre n’est pas née avec l’écrit numérique.- Le texte numérique et sa mise en forme ; l’architexteComment l’écrire signifie comment mettre en page, organiser, présenter l’écrit d’écran ?Dans leur livre « Lire, écrire, récrire », en page 24, E. Souchier, Y. Jeanneret et J. Le Marrec éclairentl’importance de la mise en forme du texte pour son appropriation par le lecteur: « Les modesd’appropriation du texte d’écran passent en premier lieu par l’institution de formes écrites et par leurreconnaissance : organisation de l’espace visuel, « pensée de l’écran », calibrage, organisation descadres, choix matérialisés par un acte de lecture gestualisé… »En page 25, ils notent à propos de l’écriture numérique : « Plus fondamentalement, l’écriture a unstatut particulier au sein des médias informatisés car elle en est tout à la fois l’objet et l’outil. » Al’écran, « entre le texte, l’image et l’image du texte, l’essentiel advient à travers un texte mis en scènegrâce à des procédés « architextuels », eux-mêmes programmés par le texte informatique. »Ils donnent une définition de cette notion d’architextuel en page 23-24 : « Du banal traitement de texteau logiciel d’écriture multimédia, on ne peut produire un texte à l’écran sans outils d’écriture situés enamont. Ainsi le texte est mis en abîme dans une autre structure textuelle, un « architexte » qui le régitet lui permet d’exister. Nous nommons architexte (de arkhè, origine et commandement), les outils quipermettent l’existence de l’écrit à l’écran et qui, non contents de représenter la structure du texte, encommandent l’exécution et la réalisation. Autrement dit, le texte naît de l’architexte qui en balisel’écriture. »Ils précisent encore « structure hybride, héritée tout à la fois de l’informatique, de la logique et de lalinguistique, l’architexte et un outil d’ingénierie textuelle qui jette un pont nécessaire entre latechnique et les langages symboliques. » 24
  • 25. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012Selon ces auteurs, le texte numérique ne se suffit pas à lui tout seul et nécessite d’autres dimensions.En page 25, ils le disent autrement : « Les médias informatisés sont définis comme des « machines àtexte » auxquelles on accède et que l’on manipule à travers et par l’écriture. »Pas de texte qui, pour « advenir aux yeux du lecteur puisse se départir de sa livrée graphique etmatérielle. Sans support, sans dessin, « l’image du texte », il ne saurait y avoir de texte, non plus qued’écriture. » Ils préviennent de la nécessité de saisir le texte numérique d’une manière différente queles autres textes : « Prendre en compte la dimension graphique, visuelle de l’écriture et, plusgénéralement, de l’information écrite, implique un autre regard, une attention autre que celled’ordinaire dévolue au texte. »Cette dimension graphique, visuelle fait selon ces auteurs, que le texte présente une résistancephysique, matérielle.Jean Clément, en pages 121-122 de son article « La littérature au risque du numérique », décrit desconséquences de la dimension graphique des écrits numériques : « A la différence du papier qui fige letexte dans une forme définitive, l’écran de l’ordinateur peut accueillir des mises en page et des choixtypographiques… modifiables à vue. Cette simple possibilité redonne aux auteurs et/ou aux lecteursune partie des prérogatives des éditeurs quant à la disposition matérielle du texte que lira le lecteur. Demanière plus spectaculaire, la mobilité ouvre la possibilité d’afficher des textes animés, dynamiques,mis en scène pour la lecture sur écran. »- Les signes, leur rôle, leur sensEn page 156 de leur livre collectif, E. Souchier, Y. Jeanneret et J. Le Marrec précisent ce que le lecteurvoit sur l’interface de l’ordinateur : « L’écrit d’écran est truffé de signes, il est surdéterminé ». Ilspoursuivent : « certains de ces signes sont purement passeurs, d’autres ne le sont pas du tout-pasd’action, pas d’effet de clic, pas de lien-, d’autres sont encore hybrides-destinés à la lecture et aupassage. » Quelles conséquences cela a-t-il sur la création et la réception de ce texte ?Les signes passeurs sont, pour ces auteurs, ceux qui servent au passage d’un niveau à l’autre del’hypertexte, qui en permettent la fonctionnalité, comme les hyperliens. L’enjeu, disent les auteurs estmoins leur définition que « de comprendre comment le lecteur perçoit et reçoit ces signes passeurs. »Il s’agira d’essayer de détecter la nature des signes, quels signes sont passeurs dans le livre numérique. Dans le livre enrichi, des éléments d’images peuvent être des signes passeurs. 25
  • 26. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012Les premiers de ces signes passeurs sont évidement les liens hypertextes qu’évoquent Jean Davallon etYves Jeanneret, dans leur article « La fausse évidence du lien hypertexte », en page 52. : « Il y a avanttout la reconnaissance de lexistence de couches de textes qui rendent possible le fonctionnement deces signes passeurs, cest-à-dire la reconnaissance de tout l’architexte qui assure la liaison entre le texteaffiché décran et linfrastructure technique (…) »Cette remarque pose la question de la littérature à l’heure de l’hypertexte, de l’usage de l’hypertextedans l’écriture littéraire, et dans le livre en général !Anne Guibert-Lassalle, dans son article « Le livre, personnage en danger », précise en page 626 : « denouveaux styles littéraires apparaissent qui brouillent la distinction entre blog et livre, écritureordinaire et conception littéraire. » L’auteur conclue : « Ces nouveaux romans sont caractérisés par untexte moins structuré, rédigé sans plan d‘ensemble apparent. La syntaxe et le lexique sont ceux de lalangue orale et les préoccupations celles du quotidien. »Alors, le livre numérique va-t-il engendrer un nouveau type de littérature ?- Un nouveau type de littérature ?En page 159 du livre « La révolution du livre numérique : état des lieux, débats, enjeux », l’éditriceTeresa Cremisi évoque les « keita Shusetsu », les « livres pour mobiles », ces textes diffusés parchapitres sur téléphones portables au Japon. Elle soulève une question qui touche à l’écriture desfutures créations écrites numériques : « le livre numérique va peut-être déboucher sur la renaissance dufeuilleton littéraire ! On pourra peut-être louer de textes comme on loue des DVD ! »Elle précise que l’édition se dirigera peut-être vers des déclinaisons différentes d’une même œuvreécrite : « un fichier spécialement destiné aux IPhones, un format en simple hypertexte pour les liseusesélectroniques et un format papier classique. » dans ces multiples variantes, elle imagine un roman« peut être entrecoupé d’images et de sons, ou encore inclure une interactivité… »Sur le site des éditions numériques Walrus Books, éditeur spécialisé dans les œuvres enrichies, JulienSimon publie un article dont le titre est un appel explicite à « Repenser la narration face aunumérique ».Jean Clément évoque, en page 127 de « La littérature au risque du numérique », de « nouvellesformes narratives » dont il dit : « En réalité, nous sommes au début d’une ère nouvelle et de nouvellesformes discursives devront être inventées pour que l’hypertexte trouve sa légitimité dans l’espaced’écriture ainsi ouvert ».- A nouvelles formes, nouveaux rôlesCes nouvelles formes de narration découlant de l’hypertexte et sa nature de fichier numériqueinflueront forcément sur la façon de produire le livre numérique. Plusieurs références choisiesmontrent que ces évolutions du livre vont aussi modifier la façon de le publier, de l’éditer, le diffuser.Elles modifieront aussi les relations entre auteurs et tous les éléments de cette chaine de création, ainsique leur rôle, notamment celui de l’éditeur.Dans l’ouvrage collectif édité par le Conseil d’analyse de la société, « La révolution du livrenumérique : état des lieux, débats, enjeux », à la page 129, François Samuelson, premier agentlittéraire en France, certifie : « je ne crois pas du tout dans la chimère selon laquelle les écrivainspourraient, demain, s’affranchir des éditeurs. « A ses yeux », est-il précisé en page 118 du mêmeouvrage, « la question des droits numériques est au cœur des discussions entre auteurs et éditeurs. » 26
  • 27. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012Surtout avec « un fichier numérique bien moins cher que le livre papier », tous les équilibres de lachaîne de production, de stockage, de commercialisation et de distribution des livres sont bouleversés.Et cela influera sur le rôle de ceux qui écriront, concevront, fabriqueront les ouvrages numériques, surla nature de leurs œuvres, leur longueur, leur découpage, la structure de leur narration. Ce querappelle, dans le même ouvrage, en page 151, l’éditrice franco-italienne Teresa Cremisi : « la chaîneéditoriale a évolué avec une extrême rapidité au cours des derniers mois » (de l’année 2010).François Samuelson souligne, en page 125, que les frais de fabrication d’un livre numérique (unfichier) sont moitié moins élevés pour un éditeur qui augmente de ce fait sa marge de 50% par rapportau livre papier. Pourtant, la rémunération des auteurs dans le cas du livre numérique est plus bassedans la plupart des contrats. Teresa Cremisi souligne, en page 152, que « dans la chaîne du livre, c’estcertainement la vente en ligne qui constitue, à ce stade, l’étape la plus fondamentale de cetterévolution. » et que cela concerne les livres numériques mais aussi « papier », « de plus en plus delecteurs utilisant le net pour trouver, choisir et commander leurs livres. »Ainsi, le livre numérique révolutionne la conception même du livre, l’acte d’écriture, mais aussi toutela chaîne de traitement éditorial et de diffusion qui prolonge l’acte du créateur du texte… jusqu’aulecteur, dont de nombreux auteurs de référence se demandent aussi quelles évolutions sa pratique etses usages vont subir.1.6.3. Comment le lire ?L’aspect fondamental que les auteurs de référence abordent en général à propos de la lecture du livrenumérique est le type de lecture qu’un écrit d’écran, sur support électronique, va engendrer. Unelecture qui se rapproche de la navigation sur média électronique ne va-t-elle pas souffrir d’un manquede concentration, de profondeur ? Si c’est le cas, elle engendrera donc d’autres liens entre lecteur ettexte, et modifiera même la nature et le contenu des textes proposés sur le livre numérique.- Le texte et l’utilisateurDans son article « Le livre, personnage en danger », à la page 625, Anne Guibert-Lassalle avance :« Les logiciels de recherche numériques sur internet nous ont déjà accoutumés à ce mode de lecturetransversale et pointilliste », qu’auparavant l’auteur oppose à ce qu’elle qualifie de « lecture cursivetraditionnelle » à laquelle, selon elle, notre culture doit se montrer « infidèle ».Après avoir décrit combien l’hypertexte change l’abord de l’écrit par le lecteur, Jean Clément, enpages121-122 de « La littérature au risque du numérique », souligne l’importance de l’interactivité,« c’est-à-dire la possibilité pour le lecteur d’intervenir dans le processus même de l’écriture par deschoix qui influeront sur les textes qui lui seront donnés à lire, ou plus simplement sur l’ordre danslequel ils apparaîtront à l’écran. »Dans l’ouvrage « Lire, écrire, récrire », E. Souchier, Y. Jeanneret et J. Le Marec évoquent en page 81les « deux représentations courantes de ce qu’est la lecture de l’écrit de réseau. La première considèreque lire, c’est faire- au sens de naviguer- ; l’autre, que faire c’est lire- au sens de s’informer. Pour lapremière, il n’y a pas de texte mais de l’usage ; pour la seconde, il n’existe que de l’information, toutle reste relevant de la technique. » Ils soulignent donc le rôle de la technique et du support matérieldans l’écrit numérique.Ces deux représentations concernent-elles le livre numérique où il ya navigation, mais différente quesur internet ? A laquelle des deux cas se réfère-t-il ? Faut-il « chercher à comprendre comment le texteconduit l’utilisateur « à faire pour lire », alors qu’il est venu « lire pour faire ». » ces deux cas defigure sont-ils pertinents pour le livre numérique ? Parle-t-on de la même navigation, du même acte de« faire » dans un ebook qui simule le feuilletage de pages de livre, et dans un site internet ? 27
  • 28. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012Les questions à approfondir sont : le livre numérique est-il un texte en réseau comme les autres, mêmes’il n’est pas un site internet ? Il est obtenu via le réseau, peut-être actualisé via le réseau, déjà et de enplus en plus commenté en permanence sur des sites spécialisés, ou sur les pages des ebooks eux-mêmes, via la connectivité qui relie le livre ouvert au réseau. Ces analyses sur l’écrit de réseausemblent donc pouvoir être utilisées pour le livre numériqueEn page 92 de leur livre, les chercheurs se demandent : « Comment lit-on sur l’écran ? Comment s’yrepère-t-on et qu’en retient-on ? » Questions à prolonger pour le cas de cet écran de liseuse ou tablette,si différent, en position verticale plus qu’horizontale. Ils poursuivent : « En quel sens y-a-t-il du textesur les supports numériques ? » Dans le cas qui nous intéresse, en quel sens y-a-t-il un livre sur lelecteur nomade de livre numérique, sur le Smartphone, la tablette ? Les auteurs disent partager l’avisde Roger Chartier (Cf. références en note page 52) : « le changement de matérialité du texte n’est pasle simple transfert d’un objet inchangé. »Selon tous ces auteurs, le livre numérique paraît donc être autre chose que le « transfert » du livrepapier sur support électronique. Il se passe un changement radical du livre avec le passage au livrenumérique. Une autre sorte de livre semble bien en train de naître, du point de vue de l’écrivaincomme de celui du lecteur.- La machine et ses contraintes ; le lecteur, interprète du texteCes auteurs nous aideront aussi à comprendre la nature même du texte numérique affiché sur l’écrandu lecteur de livre numérique.En page 26 de « Lire, écrire, récrire », ils précisent : « le signe est considéré comme polysémique et« structurellement dépendant de son contexte » (note P.26 : expression empruntée à Anne MarieChristin, « l’image écrite ou la déraison graphique ».) D’où le « rôle central du lecteur ». Selon eux,celui est dit « actif ». Il « intègre dans son activité interprétative le texte (l’écriture) ainsi que lecontexte. »En page 96, ils prolongent leur hypothèse : « les médias informatisés proposent une forme de texteparticulière. » Ils rajoutent : « nous sommes face à un texte qui n’en est pas tout à fait un. » Ilsrecensent les « changements majeurs dans la forme du texte ». En pages 97-98, ils remarquent : « alorsque le texte est imprimé sur le support papier, il est ici seulement stocké dans une « matière-mémoire » au sein de la machine. » Ce qui rompt « le lien matériel qui unit traditionnellement le signeau dispositif médiatique ».Ils évoquent les « contraintes d’affichage » qui font « l’originalité du média » : « pour la première fois,l’écrit est cantonné sur une surface exigüe et unique, précisant « le média et le cadre se confondentdans la peine unicité de l’espace de lecture. ».Le texte en réseau est « un objet structuré à plusieurs niveaux dont une partie seulement « est présenteaux yeux du lecteur. » Ils observent que cela a des conséquences sur les pratiques du lecteur, sur larelation texte/lecteur (P.99). « Il devient d’abord plus difficile de distinguer l’utilisation d’un objettechnique de l’acte de lecture. » 28
  • 29. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 Le texte est stocké dans une « matière-mémoire au sein de la machine ».Ainsi, lecture et utilisation de la machine sont étroitement liées. Ce qui a des conséquences sur lafaçon même dont le lecteur reçoit le texte numérique, « la mise en contexte de l’écrit est de moins enmoins assurée explicitement par le texte et de plus en plus portée à la charge du lecteur ». Cela induitl’importance du lecteur, de celui qui interprète le texte.En page 99, les auteurs poursuivent : « Le texte (note : en réseau) devient un objet mobile, auxcontours multiples, enchevêtrés, superposés, si bien qu’il appartient au lecteur de reconnaître leslimites du texte, et même de se poser ou de ne pas se poser la question de ces limites. »Ainsi, on peut en conclure qu’un lecteur de livre numérique ne sera pas un lecteur de livre papier. Quele même lecteur devant le même texte affiché sur écran ou imprimé sur papier ne recevra pas cet écritde la même façon, qu’il le lira et l’interprètera de manière différente.- « Lire et voir »En page 191, les auteurs de « Lire, écrire, récrire » expliquent que « l’écrit d’écran privilégiesciemment l’organisation graphique de la page. » Ils précisent : « la page écran », très hétérogène,« mélange dans un même espace plusieurs niveaux de discours. Ce qu’on désigne comme signespasseurs, ce sont des éléments de texte qui forment l’une des composantes du texte global mais qui ontaussi une autre fonction : celle d’amener à/vers un autre élément de texte qui n’est pas immédiatementprésent dans le cadre général mais qui peut être sollicité pour apparaître (…). »On comprend qu’ils titrent le paragraphe suivant : « entre lire et voir ». Cela met en valeur l’aspectgraphique du texte écran, ses différents niveaux de visualisation et de lecture, ses signes passeurs : ilfaut se demander en quoi cela se retrouve sur le livre numérique, qui semble un texte moins« habillé », moins « mis en scène », plus sobre dans sa mise en page. Le livre numérique serait doncd’abord un objet qui se « voit ».Les chercheurs soulignent dans leur ouvrage le décalage entre l’espace de représentation et espace réelgénéré par l’organisation du texte : au sein de cet espace, s’élaborent de nouveaux comportements delecture. Quels sont ces nouveaux comportements avec le livre numérique ? Quelles différences y-a-t-ildans ces comportements avec ceux observés dans la lecture sur internet, et dans la lecture des livressur papier ? 29
  • 30. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012- Vers la lecture « zapping », une « hypolecture » ?Dans son ouvrage « Après le livre », François Bon se demande, en page 129, si lire sur écran est un« zapping permanent », une « lecture balayage ». Cela revient-il à une régression car, se demande-t-il,« nous ne saurions plus prendre le temps et l’écart nécessaire à la lecture dense ? » Il note que« Internet privilégie les formes brèves » et qu’il existe déjà sur média numérique une littérature dutexte court avec les blogs.En page 120 de son article « La littérature au risque du numérique », Jean Clément insiste sur ce que lelivre électronique peut générer comme dégradation de la lecture : « Apparenté au zapping télévisuel, ilfait craindre à certains les dangers d’une « hypolecture ». »Dans « Lire, écrire, récrire », Souchier, Jeanneret et Le Marec décrivent, en page 192, la lecture écrancomme « d’abord une lecture de survol et de repérage » : est-ce vrai aussi pour les livres numériques ?Qu’en est-il de la lecture profonde liée aux livres papier, même si ces livres sont lus par des lecteursassidus ?Cette lecture, poursuivent-ils, demande une manipulation d ‘outils, qui, loin d’être « intuitive »,demande un « apprentissage long ». cette lecture demande qu’il existe une « culture commune » entreconcepteur et lecteur. La question peut être posée : quelle est cette culture commune pour la lectureécran des livres numériques entre concepteurs et lecteurs ? Ce sera probablement une culturedifférente que celle entre écrivain et lecteurs de livres traditionnels.Marc Guillaume, dans l’article « Réseaux, savoirs et sociétés », en page 157, dédramatise cesnouvelles formes de lecture : « Les nouvelles pratiques de « lecture », de « savoir » et de « pensée » nesont pas à rejeter- à supposer que cela soit possible- mais à transformer. Elles constituent, commetoute technique, à la fois une menace et une opportunité qui ne se substitueront pas aux anciennespratiques mais s’y ajouteront en les transformant et en se transformant elles-mêmes. »François Bon, quant à lui, en page 145 de « Après le livre », pose le problème sur le plan de laconcentration du lecteur face à de multiples attirances liées aux écrans : « La relation dense, maisunivoque que nous avions à la lecture, saurons-nous un jour la transporter sur l’écran, ou s’agit-il denous ouvrir, nous lecteur, à une expérience basée sur d’autres perceptions ? Sur l’écran, plusieursfenêtres ouvertes simultanément, plusieurs tâches qui se prolongent et s’effectuent ensemble. Maislisant un livre imprimé, ne le quittons-nous pas aussi à notre gré pour rêverie, note ou conversation, demême que sur la tablette on jette un œil aux derniers messages à la coupure de chapitre ? »Il résume ensuite : « La lecture dense est un apprentissage long et collectif. La lecture-écran est plussoumise à tentation- c’est comme la gourmandise. Quel risque pour la pensée et l’écriture ? » Etensuite, il se pose la question face à une « masse profuse d’informations : comment ne pas craindreque notre capacité très certaine à passer de la lecture rapide à la lecture dense n’en soit pas affectée ? »En page 147, il dit encore : « En passant au cadre imposé par l’écran, c’est donc plutôt la simultanéitédes contenus que leur pluralité qui définit le changement. »Ainsi, sur tablettes et liseuses, il est décelé une possible concurrence à l’attention portée par le lecteursur son livre, du fait des e-mails, réseaux sociaux, sites Web à consulter, toutes sortes de sollicitationsqui placent la lecture dans un processus de « zapping » du lecteur-usager du terminal.En page 147 de son livre, lui-même amateur de lecteur et auteur de livres papier ou numériques,François Bon affirme, face à la multiplication des « si commodes fenêtres » dévolues aux messages entemps réel (Twitter et autres réseaux), « aux mails et messageries instantanées, à la musique enécoute », que « ce que le livre portait en lui d’isolement (que la marge et la couverture symbolisaient),il nous revient à nous de le construire- et d‘éduquer à le construire. » 30
  • 31. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012Ce serait donc une question de rééducation du lecteur et de sa capacité d’attention et d’isolement dansun environnement fractionné en de multiples fenêtres-écrans. Cet apprentissage est peut-être lié à laquestion du corps et des sens dans la lecture du livre numérique.Cependant, François Granier, en page 152 de son article « Lire et écrire à lheure du numérique »,évoque l’avis plus nuancé de Robert Darnton, directeur de la bibliothèque universitaire d’Harvard,dans son livre « Apologie du livre. Demain, aujourd’hui, hier » paru en 2010 : « Robert Darntondéconstruit une idée reçue : la lecture segmentée, le butinage de texte... seraient consubstantiel àl’irruption du numérique et nous éloignerait de la réflexivité, apanage d’une lecture suivie réaliséegrâce au livre. »En page 120 de son article « La littérature au risque du numérique » Jean Clément décrit cesdéviations de l’attention du lecteur dues aux liens hypertextes dont il a dit, comme cela a étécommenté en début de ce travail, qu’ils génèrent un écrit de bifurcation : « Affranchi de sonassujettissement à l’ordre séquentiel des pages et de la linéarité du discours de leur auteur, le lecteurpeut, à chaque fois qu’un lien se présente, bifurquer vers d’autres textes au gré de ses centres d’intérêt,consulter des informations complémentaires ou s’engager dans une dérive qui l’emportera parfois trèsloin du texte initial. En s’en remettant pour sa lecture à la liberté du lecteur, l’hypertexte déconstruitl’ordre du texte et dépossède son auteur d’une partie de son autorité et de son intention auctoriale. »Pour certains auteurs, la lecture d’hypertextes serait donc préjudiciable à la qualité de lecture, à laprofondeur d’attention. Pour d’autres, cette « lecture segmentée » ne serait pas un privilège dunumérique, ce qui remet en question cette perte de profondeur supposée liée au livre numérique. JeanClément qui parle de la littérature « au risque du numérique » ne cherche pas à noircir le tableau. Ilcroit surtout que si cette lecture « casse l’ordre linéaire », du nouveau va sortir dans le champs de lacréation littéraire.- La question du physique dans la lectureQue disent les auteurs choisis comme références sur la posture physique et les fonctions des sens dansla lecture du livre numérique, ce texte qui se visualise sur l’écran d’un terminal électronique ? Cesquestions recoupent des points abordés sur le même thème du physique dans le chapitre sur l’écrituredu livre numérique.En page 120 de son article « La littérature au risque du numérique », Jean Clément décrit bien lesavantages du livre numérique sur le plan de l’usage physique : « il séduit les habitués du livre enpréservant certaines de ses caractéristiques essentielles. A l’inconfort de la lecture sur écran quiimpose au lecteur de rester mal assis devant son ordinateur de bureau, il substitue les avantages de lamobilité. Il tient dans la main, peut s’emporter partout et offre une assez bonne lisibilité. »Le ebook combine donc une plus grande commodité par rapport aux deux supports dont on lerapproche et dont il semble provenir: le livre papier et l’écran d’ordinateur classique.A la page 28 de « Après le livre », François Bon note que la composition d’un livre est avant toutmentale, que le geste de tenir un livre est lié à la conscience de « où on en est », à la possibilité deretrouver la lecture, même sans marque-pages. Il note que les livres numériques proposent cesfonctions, mémorisation, navigation dans la linéarité du texte, qui les rapprochent de l’usage que l’onpeut faire d’un livre papier. 31
  • 32. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 Les supports mobiles, comme les tablettes, offrent plus de liberté de manipulation.En page 30, il remarque que l’espace vertical de l’épaisseur du livre devient celui de la navigationdans la machine, et que cela passe par une interprétation mentale. Le livre numérique sous formatEpub crée un fichier par chapitre, ce qui reproduit la structure classique du livre papier.La verticalité de l’écran et de l’écrit numérique a été prophétisé par Walter Benjamin qui évoquait lesévolutions de l’écrit à travers les médias modernes, dans l‘article « Sens unique », cité dans son livrepar François Bon : « Elle (l’écriture) qui, il y a des siècles, commença progressivement à se déposer,en passant de l’inscription dressée à l’écriture manuscrite qui repose inclinée sur des pupitres, pourfinalement se coucher dans l’imprimerie, commence maintenant à se relever tout aussi lentement. Lejournal est déjà davantage lu à la verticale qu’à l’horizontale. Le film et la publicité contraignentl’écriture à se soumettre totalement à la dictature de la verticale. »La verticalité de l’écran ressort donc d’une tendance entamée avec l’invention du journal papier ou despublicités et affichages muraux, lus à la verticale. Mais qu’en sera-t-il de la liseuse ou de la tablette sisouvent emportées sur les genoux, posées presque à l’horizontal comme un livre papier ?En page 126, François Bon note à ce propos que le livre papier tenu à la main, est en mouvementconstant, ou bien, il est posé sur la table d’une salle de lecture de bibliothèque, où le rapport est fixe. Ilen tire l’observation suivante : « avec la tablette et le clavier directement intégré à l’écran tactile, onpeut adopter toutes les positions du carnet, et superposer la page d’écriture à la page lue, comme onécrit en marge du livre. »- Le corps partie prenante du texte numériqueSouchier-Jeanneret- Le Marrec, dans « Lire, écrire, récrire », en page 102, évoquent la question duphysique : « Lorsqu’on s’intéresse aux postures corporelles d’un lecteur en relation avec un médiainformatisé, on peut distinguer le corps physique (réel) et le corps sémiotisé à l’écran, métaphorisédans les architextes, les icônes des outils et des procédures (…). » « Le corps est en partie prenante dela constitution du texte numérique qui n’est pas désincarné, même s’il est en partie virtualisé à traversses compensations sémiotiques. » Ensuite, ils concluent : « Trois niveaux agissent en synergie dans laconstitution du texte numérique : corporel, technique et sémiotique. » 32
  • 33. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012Selon ces chercheurs, le corps joue un rôle dans l’inscription du texte, numérique, son actualisation(avec les dimensions techniques et sémiotiques) et aussi dans « l’interprétation du texte », dans une« théâtralisation », un « discours d’accompagnement » qui « renoue » avec « l’investissement séculairedu corps dans l’acte de lecture ».En quoi cela est-il vérifiable dans le livre numérique. En quoi le lecteur d’ebook s’investitphysiquement ? Les auteurs abordent, en page 100, le « geste de la saisie » dont ils disent qu’il est« relatif » avec l’espace d’un tapis de souris, mais qu’il est « absolu » dans le cas d’une tablettegraphique. Cette dernière observation vaut certainement aussi, et encore plus, pour les tablettestactiles, les Smartphones et les readers d’ebooks !En page 119, ils disent que « dans l’univers de l’imprimé (…), la manipulation permet de construireune relation informationnelle du sujet aux objets : la main explore, tâtonne (…) » Avec le livrenumérique, le doigt devient le pointeur, et manie une page virtuelle dans une analogie avec le gesteeffectué avec le livre papier, qu’il retrouve. Et pourtant, il peut être affirmé qu’il y a aussi autre chosedans ce geste, une dimension qui relève de ce geste de saisie liée au dispositif numérique.Mais, avec le livre numérique sur des supports nomades que l’on tient dans la main, on peutcertainement se demander si les postures physiques se définissent moins dans l’espace, commel’observent les auteurs à propos des ordinateurs de type bureau en page118, par « distribution del’engagement entre plusieurs mobiliers-chaises, tables- et accessoires-clavier, souris, écran-(…) ».Le livre numérique se heurte, peut-être plus encore que les autres écrits d’écran, du fait de saprétention à être un livre, aux deux « décalages cognitifs majeurs » entre écrit traditionnel et écritd’écran, recensés par les auteurs en page 118 : « la difficulté de ramener le média écran aux schèmeslargement hérités de l’imprimé » et « la présence, sous une forme transformée, des gestes moteurs etperceptifs ordinaires. »Il faut donc approfondir les « relations du texte avec les postures corporelles », abordées ensuite parles auteurs, dans le cas du livre numérique. En gardant dans l’esprit la note no 73 des auteurs, en page119, plus vraie aujourd’hui qu’à l’époque de la rédaction de l’ouvrage : « Il est intéressant de constaterd’ailleurs que la recherche technologique tend à vouloir ramener sans cesse les médias informatisésvers des artefacts qui s’inspirent des objets traditionnels : « livre électronique » qui tient dans la main(mais qu’on ne peut feuilleter), stylo-caméra capturant l’écriture manuscrite, « papier numérique »,écrans plastiques souples manipulables, etc. »Va-t-on vers un livre numérique simple artefact du livre papier, ou vers une interaction du corps globalavec le livre, vers un prolongement du tactile tel qu’il est utilisé dans les tablettes ou les jeux vidéos oùle corps devient une interface totale du jeu et de l’univers numérique ? Allons-nous vers « un livremobilisateur » ?Pour cela, il faut suivre les pistes ouvertes dans l’article « Un livre interactif qui exploite latechnologie de la Kinect » publié sur Sobookonline, le site du chercheur Marc Jahjah.Mais une telle œuvre qui se lit avec tout le corps, avec un dispositif créé pour une console de jeuxvidéo, est-elle encore un livre ?- La diffusion des livres numériques et les géants des réseauxLe lecteur du livre numérique va-t-il être un lecteur pirate ?L’évolution du monde de la musique enregistrée de ces dernières décennies le prouvent : qui ditfichiers numériques dit piratage possible et le meilleur moyen de lutter contre un piratage des livres est 33
  • 34. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012d’offrir une offre légale viable, c’est-à-dire à un prix qui paraît légitime, qui respecte les droits desauteurs et reste abordable pour les consommateurs, dans des conditions techniques confortables.Dans le livre « La révolution du livre numérique : état des lieux, débats, enjeux », en page 159,l’éditrice Teresa Cremisi insiste sur ce point : « les éditeurs auraient tout intérêt à avancer en offrantune offre légale. Hors offre légale, en effet, ne reste plus que le piratage, la dilapidation de nos talentset l’absence de protection pour les auteurs. »L’éditeur Bernard Fixot, en page 165 de cet ouvrage publié par le Conseil d’analyse de la société,prophétise « une bataille rangée entres les grands leaders du livre dans l’univers numérique, à savoirAmazon, Apple et Google. » Et il rappelle tous les enjeux de cette guerre économique, les questionsindustrielles derrière la bataille pour la vente des livres numériques : « Si Amazon, Google ou Applene gagnent rien sur ces ventes, ils se rattrapent avec leurs liseuses. »Les éditeurs traditionnels ou nouveaux doivent donc se soucier de proposer une offre légale quidissuade la propagation de fichier piratés, qui respectent les droits des auteurs et les intérêts deslecteurs, mais surtout qui leur laisse un espace dans le marché du livre numérique, aux côtés de cesgéants. Bernard Fixot avertit, en page 166 : « Si les éditeurs français ne s’entendent pas sur une offreeuropéenne commune concernant le prix, le risque est grand de voir Google et Amazon-de surcroîtconcurrents- multiplier les accords séparés avec les diverses maisons sur la question des prix. » Face àces géants d’origine américaine, en page 168, il encourage ces éditeurs français et européens de« présenter un front unie » et de créer « une seule plate-forme commerciale commune, où l’on viendrasimplement acheter un livre. »- La lecture et le piratageEn page 176, sur la question du piratage, il observe des limites entre le devenir du monde du livre etcelui du disque, touché par la révolution numérique avec un temps d’avance : « on comprend que lesinternautes piratent dans le monde entier une chanson de Madonna, mais pirater un livre ? Nouspouvons espérer que le piratage des livres intéressera moins de monde. »Sans nier le plus grand attrait pour les masses de la musique commerciale par rapport au livre, cesobservations semblent cependant omettre les phénomènes d’engouement de millions de lecteurs,souvent jeunes, pour des ouvrages comme les « Harry Potter » ou « Millenium ». Ces lecteurspotentiels et enthousiastes sont des usagers habiles d’outils et réseaux numériques, au point d’êtrequalifiés de « digital natives ». A l’instar de ce qu’ils pratiquent avec les fichiers vidéos ou musicaux,ils n’auront aucun problème ni aucune mauvaise conscience pour faire sauter les fragiles protectionsposés sur les fichiers que sont les livres numériques, les DRM.Dans l’étude « Quelle stratégie numérique pour les éditeurs de livres ? » de Patricia Gendrey , celle-ciobserve, dans le chapitre 2, Section 1 (« Les freins à lever pour l’émergence d’une économienumérique »), sous-section 2 (« les enjeux techniques ») : « Les DRM (Digital Rights Management)sont de plus en plus critiqués (…) Il est très facile pour les pirates de supprimer les DRM. Denombreux tutoriels présents sur internet enseignent aux cyberpirates l’art et la manière de contournerla contrainte. »Ainsi, rien de plus facile pour un lecteur de pirater un livre ! L’étude analyse : « L’une des raisons dupiratage serait l’absence d’offre légale de livre numérique. Ainsi, le livre de Michel Houellebecq a-t-ilété massivement piraté, jusqu’à sa mise à disposition sous forme digitale. (…) Le piratage sera limitési les contenus numériques sont proposés à un prix bien inférieur au livre numérique, comme tend à ledémontrer une étude conduite par GfK. » 34
  • 35. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012- Les libraires, espèce menacéeQuel rôle pour les libraires, ces premiers intermédiaires entre le lecteur et le livre, à l’heure dunumérique ? Sont-ils appelés à disparaitre comme les disquaires ? Certains leur prédisent un avenir deconseillers-références auprès des lecteurs sur les réseaux numériques.Françoise Salmon en témoigne, en introduction de son article « Devant le livre numérique » paru en2010 dans la revue Projet, en page 11 : « Le commerce de la librairie, considéré jusque récemmentcomme très traditionnel, est heurté de plein fouet aujourd’hui par la modernité, au travers de la venteen ligne (comme dans bien d’autres secteurs) et surtout de l’arrivée sur le marché du livrenumérique. »En page 14, elle rappelle qu’à l’échelle européenne, « Les prévisions vont dans le sens d’uneaugmentation très rapide des ventes de contenus au format électronique : elles dépasseraient celles auformat papier d’ici dix ans. »Elle cite en page 15 Martine Prosper, responsable de la branche livres-édition au syndicat CFDT, « laforce du libraire, dans un monde numérique, c’est le contact humain, l’échange, la discussion, leconseil… Comme la littérature, l’humain n’est pas soluble dans la technologie. On se prend même àrêver des occasions nouvelles que pourrait apporter le numérique : postes d’impression/reliure pourproduire des livres à la demande, stations de consultation permettant au lecteur de se constituer desouvrages à la carte en compilant les contenus de diverses sources, bornes de téléchargement d’ebooks[…] La création d’un ou plusieurs portails de vente en ligne des librairies indépendantes est un enjeumajeur, gage du maintien de la diversité culturelle. »Le libraire pourrait encore se chercher un pole d’intermédiaire et de conseiller dans le livre numérique.A part pour des travaux d’impression à la demande d’ouvrages, n’est-ce pas illusoire ? Et commentécrit un auteur dans un monde où il n’a plus ces intermédiaires entre lui et ses lecteurs ?Là entre en jeu la question de la « lecture sociale ».- La lecture sociale, quand le lecteur écrit…Comme cité précédemment à propos de la lecture « zapping », Jean Clément constate, dans son article« La littérature au défi du numérique », en page 120, que « l’hypertexte déconstruit l’ordre du texte etdépossède son auteur d’une partie de son autorité et de son intention auctoriale. »Nous avons vu aussi que ce chercheur pense que le lecteur devient un acteur de la lecture,désappropriant par l’interactivité et l’hypertexte l’auteur de son œuvre. Il confirme un plus loin : « Enintroduisant le lecteur au sein du dispositif textuel, en faisant de celui-ci une partie prenante d’unsystème d’énonciation, l’auteur transfère au profit du lecteur une partie de ses privilèges. Surl’internet, le triangle auteur/texte/lecteur est encore modifié d’une autre façon. L’auteur peut inviter lelecteur à sa table de travail, celui-ci se fait parfois scripteur, l’écriture peut devenir collaborative oucollective. »Cette « introduction du lecteur au sein du dispositif textuel » trouve son aboutissement, dans le livrenumérique dans ce que l’on nomme la « lecture sociale ».Dans l’article publié courant 2012 sur son blog Sobookonline, « A la recherche désespérée de lalecture asociale (I) : discours et représentations », ouvrant une série de textes sur ce thème, MarcJahjah (rédacteur pour la revue en ligne de l’Ina (Inaglobal.fr) et maintenant en thèse à l’EHESS sousla direction de Christian Jacob) tente une définition de ce type de lecture appelée « sociale » : « Lalecture sociale est ainsi qualifiée quand elle s’exerce justement sur des médias dits sociaux, un média 35
  • 36. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012étant un moyen, une technique et un support de diffusion de l’information. » Il cite ensuite lesprincipaux sites, français et anglo-saxons, qui se consacrent à cette lecture : GoodReads, Babélio,LibraryThing, aNobii, BookGlutton… On peut y ajouter : ReadMill, Kobo, Inkling, BookNode,BookLiners…Après s’être étonné qu’une lecture puisse être considérée comme « a-sociale », il resserre cettedéfinition : « Ce qui est généralement entendu par « lecture sociale » est donc :- Le livre- Un dispositif de regard sur la lecture et les livres. »Il poursuit : « un réseau numérique de « lecture sociale » est un réseau qui désigne comme objet dediscussion les livres et la lecture mais le fait en plus savoir, le met en scène et se produit autour de cesobjets. C’est, là encore, un métaréseau en ligne dont les dominantes sont le livre et la lecture. »Ainsi, la lecture sociale comprend l’œuvre, le livre texte lui-même, mais aussi tout un dispositif lié auréseau qui permet de lire ce livre, de le commenter, de le « mettre en scène » sur des sites spécialisésou dans les marges du livre numérique, sur l’écran du terminal de lecture.Le chercheur journaliste précise ensuite : « Goodreads, Librarything et compagnie ne sont donc pasplus ou moins sociaux qu’une feuille de papier : ils ont juste plus tendance à le dire, à le signifier, àmettre en scène leur socialisation, à se décrire comme tel. » Selon cet auteur, cette mise en scène, cettecirculation de l’information sur la lecture, sur le livre, sont la vraie nouveauté de la lecture par lesréseaux numériques dits sociaux et qui lui vaut le qualificatif de « sociale ».L’article suivant de la série, nommé « catégorisation et cartographie », va nous aider à mieux cernerces pratiques. D’abord, l’auteur relève que cette lecture est liée à « d’autres expressions (« Lectureparticipative », « Lecture collaborative », « Lecture 2.0 », etc.) », associées elles-mêmes « à lamutation du « Web 2.0 » (« Réseaux sociaux » aujourd’hui, demain autre chose) » et au « discoursidéologique » qui accompagne ce « Web 2.0 ».L’auteur discerne deux types principaux d’action que désigne la lecture sociale : 1. « La possibilité d’ « exprimer ses pensées » sur une lecture (le plus souvent d’un livre ou d’un « texte littéraire »; je ne me concentrerai donc pas ici – ou peu – sur la lecture de journaux ou de blogs, par exemple, parce qu’ils mobilisent moins de discours, rendent moins compte de tensions et convoquent donc moins de mises en scène), de « partager un extrait de livre sur Facebook ou Twitter« /une « expérience » (ou de les alerter d’un passage qui aurait été abondamment commenté), de « répondre à des commentaires de lecteurs » (ou d’avoir « une conversation avec un lecteur« ), de « lire avec des amis« , de « synchroniser les annotations d’un professeur dans le manuel d’un élève« , d’ « enrichir l’expérience communautaire » , de « créer un espace commun autour d’un livre » , etc. 2. Ces possibilités s’expriment sur des « espaces » qui proposent des fonctionnalités dites « sociales » (la page d’un éditeur ou un livre numérique, par exemple, où serait implanté une boîte de commentaires; le hastag #lecturedusoir sur Twitter ou le partage de signets; les clubs de lecture sur Facebook, etc.) ou qui sont plus spécialisés, comme les réseaux ou les « communautés » de lecteurs. »Marc Jahjah tente une catégorisation de ces lectures sociales et distingue deux types principaux :l’autour et l’entour. L’autour permet la « manipulation du paratexte » et l’entour, celle du texte lui-même. 36
  • 37. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 La lecture sociale et ses deux catégories, selon Marc Jahjah« L’autour du texte, soit la manipulation du para-texte » comprend « des réseaux » qui « permettentseulement de d’ajouter/faire circuler du contenu éditorial (évaluer, commenter, partager, tager, lister)aux fiches de livres (ce matériau de base) » et « en plus de l’éditer (ajouter une couverture, modifierune date de parution, un lieu, etc.). »Un autre pilier de cet « autour du texte » ou « paratexte » sont les groupes de lecture (cercles, clubs,forums), « c’est-à-dire les structures différentes des réseaux, qu’on peut là aussi distinguer, entre ceuxqui se caractérisent par des sociabilités placées sous l’égide d’une marque » et ceux qui restentindépendants, approchés par ces marque ».L’ « entour » recouvre un dispositif dans lequel « le niveau de proximité avec le livre est très fort »avec le lecteur. Cela concerne par exemple les moyens de mettre des commentaires dans la marge dutexte ou en surlignage du texte lui-même. Ces annotations et interventions se font sur les sites ouréseaux d’internet, mais aussi sur les liseuses. Ce qui rend perméables les deux catégories basées sur lamanipulation du paratexte ou du texte. Marc Jahjah cite l’exemple d’une des principales liseuses :« Kobo, par exemple, intègre depuis peu le système de critiques/commentaires/votes de GoodReads,probablement pour accroître le référencement de ses fiches de livres sur le web. »En guise de conclusion provisoire, reprenons le constat de Marc Jahjah, si pertinente dans l’étude de lalecture du livre numérique : « la lecture est une activité éminemment scripturale. »Dans son étude « Quelle stratégie numérique pour les éditeurs de livres ? », Patricia Gendrey traite dela lecture sociale dans sa partie 4 consacrée aux nouvelles formes d’édition, dans une sous-sectionintitulée « a book is a place », expression que l’on peut traduire par « un livre est un lieu ».Ce titre est repris de l’intervention de Bob Stein, directeur de l’Institute for the future of book, auforum « Tools of Change for Publishing » qui s’est tenu en 2009. Ce chercheur a dévoilé une nouvelledéfinition du livre en le définissant comme tel : « A book is a place where readers – and sometimes 37
  • 38. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012authors- congregate ». Selon lui, un livre est donc un lieu où les lecteurs, et parfois les auteurs, serassemblent. Cette phrase exprime de manière imagée que le web 2.0 met en contact les gens, que lelecteur peut désormais communiquer en temps réel avec d’autres ou tout simplement avec des amis,faisant partager ainsi ses lectures.Cela résume bien qu’avec la lecture sociale, le livre numérique n’est plus un objet, une œuvreseulement, mais un nœud d’échanges et de messages.- Des pratiques hétérogènes de lecturePour conclure cette partie sur la lecture du livre numérique, il semble intéressant de se pencher sur laréflexion de l’éditrice Teresa Cremisi, en page 186 du livre collectif « La révolution du livrenumérique : état des lieux, débats, enjeux » publié par le Conseil d’analyse de la société en2011 : « des habitudes de lecture très hétérogènes se développeront selon les préférences des individuset des groupes, lesquels peuvent avoir des niveaux d’exigence intellectuelle très différents. Nousallons assister à une accumulation et à une diversification des usages du livre et de la lecture (…). »Ainsi, toutes les formes de lecture envisagées par ces auteurs choisis pour le livre numérique commeréférence se distribueront certainement de manières très variables. On peut deviner qu’il y aurad’abord le partage des usages entre livres imprimés sur papier et livres sur support électroniques.L’hétérogénéité prévue par l’éditrice touchera aussi certainement le livre numérique dans sesdifférentes formes.Les auteurs du livre du Conseil d’analyse de la société résument la problématique sur ce sujet et e ;sinconnus dans les lignes suivantes : « nous raisonnons à partir de ce qu’est le livre numériqueaujourd’hui sans pouvoir mesurer ce qu’il sera demain. »Pottermore, tiré du célèbre best seller Harry Potter. Quand le livre numérique enrichi se rapprochedu jeu vidéo ou du cinéma. 38
  • 39. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 20121.7. Conclusion : le livre numérique, avenir du livre ?1.7.1. La fin du livre ou le commencement d’autre chose ?Quel avenir pour le livre numérique, et pour le livre en général ? La croissance de l’un menace-t-ellecelle du livre imprimé, et l’existence même du livre en tant que tel ?Dans l’ouvrage collectif publié par le Conseil d’analyse de la société « La révolution du livrenumérique : état des lieux, débats, enjeux », à la page 135, François Samuelson, premier agentlittéraire en France, souligne qu’aux Etats-Unis, pays le mieux équipé en Smartphones et liseusesnumériques, « les éditions numériques connaissent une forte croissance, avec 200% d’augmentationentre mai 2009 et mai 2010. » Dans le même livre collectif, l’éditrice franco-italienne Teresa Cremisirappelle que de 2009 à 2011, la part des livres numériques sur l’ensemble des ventes de livres estpassée de 3 à 10%. Ces chiffres sont corroborés par les plus récents donnés par Livre Hebdo et cités endébut de ce travail.Un des auteurs qui se soucient le plus de l’avenir face aux évolutions des supports numériques estAnne Guibert-Lassalle, dans son article, « Le livre, personnage en danger ». Elle remarque, en page621 que « la désaffection des jeunes, l’actualité maussade du marché de l’édition et la concurrence denouveaux médias imprègnent d’angoisse une société qui a vécu du livre et qui s’interrogedouloureusement sur son avenir. » et, en page 622, elle note « la multiplication d’enquêtesuniversitaires sur la désaffection des enfants et des adolescents pour la lecture. » Puis elle constate enpage 623 que « le livre n’est pas un objet quotidien comme les autres. » Elle avertit enfin en page 625 :« Internet n’est pas seulement en train de révolutionner la lecture, il menace de multiples manièresl’existence du livre, qui pourrait bien se raréfier en tant qu’objet de papier. Mais sa fabrication n’estpas seule en cause. Les nouveaux médias affectent aussi la diffusion, la conservation, la création etl’édition du livre. »Françoise Salmon, dans l’article « Devant le livre numérique », publié en 2010, signale,, en page 12 :« le monde de l’édition et de la librairie a compris que le livre numérique était désormais une réalité, etcelle-ci fait peur. » (…) Aux Etats-Unis, « pour certains titres (scientifiques), les ventes au formatnumérique dépassent les ventes au format papier. »Elle souligne l’arrivée, déjà en 2010, date de la publication de son article, le succès montant des e-readers (liseuses) nouvelle génération. L’auteur constate aussi qu’entre Amazon et Apple, « unesituation de quasi-monopole (de duopole) existe donc déjà outre Atlantique ». Françoise Salmonrelativise cependant cette marée du livre numérique en citant un ouvrage de Martine Prosper,« Edition, l’envers du décor » : « Encore faut-il que l’offre suive et surtout l’envie des lecteurs. Car si,dans le domaine de la lecture « utile » (…) le basculement vers le numérique semble à peu prèsinéluctable, le pari reste entier pour la lecture « plaisir »…tant que le livre imprimé n’a pas trouvémeilleur que lui. »Ceci est une façon de souligner les limites techniques, de confort de lecture des readers électroniques.Depuis 2009, date de la parution de l’ouvrage cité, et 2010, date de l’article, les liseuses et tablettes onténormément progressé. Mais est-il envisageable que ces supports ne paraissent jamais valoir aux yeuxdes lecteurs (au propre comme au figuré) les livres papiers pour la lecture plaisir ? S’ils y parviennentdans un délai plus ou moins proche, quelle technique, quel type d’affichage, quelle encre, queldécoupage des livres, quelle conception des textes permettront aux ouvrages numériques de rivaliseravec ceux sur papier ? 39
  • 40. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 20121.7.2. Le silicium et le lecteurPour se poser la question de l’évolution de la pratique de la lecture et de la manipulation des texteslittéraires, il faut écouter ce qu’en disent E. Souchier, Y. Jeanneret et J. Le Marrec, en page 39 de leurouvrage « Lire, écrire, récrire » : « la notion d’usage a contribué à éclairer les conditions d’insertiondes « technologies de l’information » dans les pratiques ordinaires. »Cette notion sera utile pour comprendre comment le livre numérique et ses supports s’intègrent dans lavie des lecteurs.Selon Marc Guillaume, dans son article « Réseaux, savoirs et sociétés », en page 157, le supportélectronique menace la notion même de lecteur, son isolement nécessaire : « Le silicium peuple lesréseaux d’autres innombrables mais nous prive de l’altérité radicale et de l’intelligence de l’autre,laquelle naît des relations interpersonnelles aussi bien sur le plan émotif qu’intellectuel. Or, ces plans,déjà indûment séparés par une tradition qui remonte à Descartes, s’éloignent encore du faut des usagesvirtuels.»François Bon, en page 269 de son ouvrage « Après le livre », évoque « un monde mouvant » danslequel « Les supports (…) évoluent de mois en mois. » Il se déroule donc une mutation rapide etbrutale du support écrit, aussi « irréversible et totale que les précédentes mutations de l’écrit, et desusages et formes de lecture que chacun a initiés. » Anne Guibert-Lassalle, dans « Le livre, personnageen danger », en page 626, lance un avertissement au monde littéraire et de l’édition : « L’économie dudisque musical et celle du film sur DVD ont été frappées en premier », par l’arrivée du numérique etl’établissement dans les esprits du droit d’accès gratuit.. « L’édition de livres(…) pourrait être laprochaine victime… »En page 132 de « la littérature au risque du numérique », Jean Clément croit que l’écrit en général varelever le défi du numérique : « Cette diversification des modes de consommation de la littératures’accompagne d’un nouveau développement de ses modes de création. Le texte numérique ouvre lavoie à des œuvres d’un nouveau genre destinées à être reçues en dehors de l’univers du livre. Enquittant son support traditionnel, la littérature prend le risque d’explorer de nouvelles formes quecertains auteurs avaient jusque-là pressenties ou appelées de leurs vœux. »Des perspectives optimistes qui font écho à cette annonce de Walter Benjamin (dans « Sens unique »)datant de 1927, citée par François Bon, en page 123 de son ouvrage « Après le livre », une prophétieque, durant la rédaction de ce mémoire sur le livre numérique, il faudra vérifier, et toujours garder àl’esprit : « Tout indique que le livre sous sa forme traditionnelle approche de sa fin. » L’avenir du livre, numérique ou papier…ou les deux ? 40
  • 41. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 2ème partie : le dispositif de recueil de données2.1. Les entretiens personnalisésJe compte mener des entretiens auprès de chercheurs et spécialistes sur le thème du mémoire et sesdiverses variables. Ces entretiens seront des entretiens d’information en face à face, ou bien partéléphone et par mail si les circonstances ne permettent pas une rencontre directe.Les personnalités choisies pour ces entretiens : • Emmanuël Souchier, professeur en Sciences de l’information et de la communication, enseignant à l’École nationale supérieure des télécommunications, responsable de section au centre d’étude de l’écriture, co-auteur notamment de « Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés ». Thèmes de l’entretien : les spécificités de lecture écran « adaptées » au livre numérique, notamment sur les supports mobiles tels que Smartphones, liseuses et tablettes. • François Bon, auteur de « Après le livre », paru en 2011 sur la révolution du livre numérique, ingénieur des Arts et métiers, auteur et éditeur de livres numériques, intervenant dans plusieurs ateliers d‘écriture et cours. Thèmes de l’entretien : les pratiques nouvelles d’écriture, de lecture, de conception et de diffusion, liées au livre numérique. • Lorenzo Soccavo, chercheur indépendant en prospective du livre et de lédition, créateur et animateur du blog Prospective du Livre. Thèmes de l’entretien : l’avenir de la littérature, de l’édition, des pratiques et usages d’écriture, de lecture et de critique (lecture sociale) dans la mutation vers le livre numérique. • Marc Jahjah, ancien étudiant en littérature (Master II de lettres modernes à Paris IV Sorbonne) et en multimédia (Mastère spécialisé à l’Ina et Télécom ParisTech), ancien étudiant en Sciences de l’Information et de la Communication au Celsa (Master II recherche), toujours rédacteur pour la revue en ligne de l’Ina (Inaglobal.fr), et maintenant en thèse à l’EHESS sous la direction de Christian Jacob. Il est l’auteur et l’animateur du blog de référence Sobookonline, consacré au livre numérique. Thèmes de l’entretien : les modèles actuels et à venir des livres numériques ; les types de narration, d’écriture, de structure d’œuvre liés au livre numérique ; la lecture sociale, les annotations, les formes d’échanges et de collaboration autour du livre numérique.2.2. Les questionnairesJe compte réaliser des questionnaires auprès de divers publics d’utilisateurs de livres numériques,d’auteurs et d’éditeurs de livres numériques.Je pense aussi interroger des écrivains, libraires et éditeurs encore peu engagés dans le livrenumérique. 41
  • 42. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 20122.2.1. Les entretiens semi-directifsCes entretiens seront semi-directifs dans un premier temps, auprès des acteurs du livre numériquecontactés de manière assez directe : mail, téléphone, rencontre, afin d’élaborer un questionnaire plusprécis et de l’affiner.Cette méthode semi-directive demande un échange plus direct avec l’interlocuteur afin de rebondir surses réponses, de poser de nouvelles questions, d’affiner et faire évoluer le questionnaire.Un questionnaire sera établi par type d’acteurs du livre numérique, plus ou moins impliqués ouspécialisés : auteur, lecteur, éditeur, critique, animateur de blogs et sites, libraire…2.2.2. Les entretiens structurésEnsuite, dans un deuxième temps, une fois ce questionnaire plus structuré établi par public, je pensel’utiliser afin de recueillir des informations avec une méthode plus directive, sur des modèles dequestionnaire établis suite aux entretiens semi-directifs précédents.Les publics se verront adressés les questionnaires ou orientés vers ceux-ci par mails, messageriesinstantanées, réseaux sociaux. Les questionnaires pourront être mis en ligne sur un serveur de travailcollaboratif du type Google Doc.2.2.3. Les thèmes abordésLes sujets sur lesquels les publics seront questionnés tournent autour des aspects fondamentaux de laréalisation, de la lecture et de la diffusion du livre numérique, selon le rôle de chacun des publics :- Quelles pratiques déjà actuelles du livre numérique, en tant que lecteurs, auteurs, contributeurcritique, éditeur ? Quelles pratiques envisagées dans l’avenir ?- Quels usages, quels types de textes sont concernés en priorité par le livre numérique ?- Quels changements dans la pratique des auteurs, des lecteurs, des diffuseurs ? Quelles difficultés delecture, d’écriture, de diffusion ?- Quels nouveaux types d’échanges entre auteurs et lecteurs, entre consommateurs et diffuseurs(libraires du monde réel ou sur internet) ?- Quelles attentes de la dimension multimédia du livre numérique ? Quelles possibilités nouvelles etquelles limites ?- Y-aura-t-il une perte de qualité de lecture, d’écriture ? En cas d’affirmative, laquelle ou lesquelles ?- Quels types d’œuvres sont et seront à lire de préférence sur support numérique ? Quels autres usagesde la lecture (sur papier ?) et du multimédia font les personnes interrogées ?Les thèmes de questionnement restent évidemment ouverts, tout en devant être encore resserrés dansleur formulation, cela après les premiers entretiens semi-directifs, comme expliqué précédemment. 42
  • 43. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 20122.3. Les analyses de sites internetDe nombreuses informations sont à recueillir dans l’analyse des sites web spécialisés : blogsd’actualités dans ce domaine du livre numérique comme dans celui des supports et des logiciels, sitesd’auteurs, sites de diffuseurs, de maison d’éditions numériques, de constructeurs sites de chercheurs…Certains de ces sites sont répertoriés dans la liste bibliographique des pages suivantes.Les principaux avantages de ces sources sont :- qu’elles fournissent une variété d’informations sur les multiples thèmes concernant le livrenumérique, thèmes techniques, de contenu littéraire, de création multimédia…- qu’elles sont réactives aux nouveautés, techniques, commerciales, de contenus, au niveau mondial,avec liens vers d’autres ressources, et actualisation en temps réel des données au fur et à mesure del’évolution des phénomènes, des pratiques, des sorties des œuvres, des supports, des logiciels.Ces publics seront trouvés sur les sites internet spécialisés, sur les pages des réseaux sociauxconsacrées à ces thèmes du livre numérique ou par prises de contact plus directes par les sites demicroblogging comme Twitter. La lecture sociale : des contributions de lecteurs sur un ouvrage via la librairie numérique cyberlibris. 43
  • 44. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 3ème partie : bibliographieIl est demandé une bibliographie raisonnée dans laquelle seront explicités les types de supports pris encompte et les documents consultés, ou analysés en partie ou globalement. Il semble que le détail desréférences bibliographiques citées dans le chapitre 1.6 de la première partie de ce travail, en lien avecles aspects principaux de la question posée, répond à ces demandes.Les listes bibliographiques qui suivent donnent l’essentiel des documents utilisés ou en cours delecture pour le travail préparatoire actuel et le mémoire qui suivra.Ces références sont classées par types. Elles ont été et seront exploitées partiellement ou en majeurepartie selon leur longueur et leur pertinence avec le sujet. Les liens internet cités sont valables et enfonction à la date du 31 juillet 2012.3.1. Livres- Sens unique. Walter Benjamin.Traduit de lallemand par Jean Lacoste ; Editions 10/18 (ou Editions Maurice Nadeau).- La révolution du livre numérique : état des lieux, débats, enjeux. Auteur : Claude Capelier.Contributeurs : Eric Deschavanne, Luc Ferry, Jean-Noël Jeanneney, Alexandra Laignel-Lavastine,Bruno Racine, Marc Tessier Editeur : Odile Jacob pour le Conseil d’analyse de la société. Lieu depublication : Paris Date de publication : impr. 2011, cop.2008 . Collection : Penser la société. ISBN :978-2-7381-2575-0- Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés.Contributeurs : Yves Jeanneret , Joëlle Le Marec, Emmanuël Souchier. Éditeur : Bibliothèquepublique dInformation Lieu de publication : Paris .Date de publication : impr. 2003 Collection :Etudes et recherche. ISBN : 2-84246-071-5.- Apologie du livre. Demain, aujourd’hui, hier, Robert Darnton ,Paris, Éditions Gallimard collection Essais NRF, 2011, (traduction : Jean-François Sené).- Modèles économiques d’un marché naissant : le livre numérique. Françoise Benhamou, OliviaGuillon.Culture Prospective, Département des études, de la prospective et des statistiques, Ministère de laCulture et de la Communication, 2010. « Edition, l’envers du décor », édition Lignes, 2009.- Après le livre. François Bon.Editions du Seuil, 2011. ISBN 978.2.02.105534.4.- L’Édition électronique, Marin Dacos et Pierre Mounier.Editions La Découverte, 2010.- Ebookz : étude sur l’offre numérique illégale des livres, Mathias Daval,Motif, 2012.- La Grande Conversion numérique, Milad Doueihi,Editions du Seuil, 2008.- Hypertextes et hypermédias : réalisations, outils, méthodes, J.P. Balpe., A. Lelu., I. Saleh,Paris, Editions Hermès, 1995. 44
  • 45. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 20123.2. Revues et articles- Jean Davallon Jean, Yves Jeanneret. La fausse évidence du lien hypertexte. In: Communication etlangages. N°140, 2ème trimestre 2004. pp. 43-54. doi : 10.3406/colan.2004.3266- Françoise Salmon, Devant le livre numérique , Projet, 2010/2 n° 315, p. 11-15. DOI :10.3917/pro.315.0011- Anne Guibert-Lassalle, Le livre, personnage en danger, Etudes, 2007/12 Tome 407, p. 621-628.- Marc Guillaume, Réseaux, savoirs et sociétés. Menaces et opportunités, les Cahiers du numérique,2001/3 Vol.2, P.137-161.- François Granier, Lire et écrire à lheure du numérique, Revue Sociologies pratiques, 2012/1 n° 24,p. 150-155. Presses de Sciences Po. DOI : 10.3917/sopr.024.0150- Jean Clément, La littérature au risque du numérique, Revue Document numérique, numéro« Nouvelles écritures » 2001/1 Vol. 5, p. 113-134. DOI : 10.3166/dn.5.1-2.113-134 >>- Emmanuel Souchier, Une écriture schizophrène ? Le texte à l’heure d’internet. BCP 2003.- François Bon, Pour une définition du livre numérique. Blog le Tiers-livres,http://tierslivre.net/spip/spip.php?article2765.- Article sans auteur référencé Près de 75 % des Terriens possèdent un téléphone portable, journal LeMonde, 17 juillet 2012. http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/07/17/pres-de-75-des-terriens-possedent-un-telephone-portable_1734969_651865.html- Joseph Esposito, L’affordance du livre numérique, blog Sobookonline.http://www.Sobookonline.fr/livre-numerique/livre-social/laffordance-appliquee-aux-livres-numeriques/- Alain Giffard, Critique de la lecture numérique : The Shallows de Nicholas Carr, site de la RevueSkhole.fr (http://skhole.fr/critique-de-la-lecture-num%C3%A9rique-shallows-de-nicholas-carr-par-alain-giffard).- Fabrice Rousselot, article Ecrivains, l’aubaine eBook, journal Libération, jeudi 3 mai 2012.- Julien Simon, Repenser la narration face au numérique, sur le site des éditions Walrus Books.http://www.walrus-books.com/2011/03/repenser-la-narration-face-au-numerique/- Hubert Guillaud, Le marché du livre électronique est-il en panne ?, article publié le 30 mars 2012,sur le blog dHubert Guillaud, rédacteur en chef d’Internet Actu.net.(http://lafeuille.blog.lemonde.fr/2012/03/30/le-marche-du-livre-electronique-est-il-en-panne/)- Article de Marc Jahjah, Bibliocratie : le crowdfunding à la française, sur le blog ebouquin.http://www.ebouquin.fr/2012/06/14/bibliocratie-le-crowdfunding-a-la-francaise/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ebouquin%2Farticles+%28eBouquin+-+Articles%29- Article sans auteur répertorié, Un livre interactif qui exploite la technologie de la Kinect, sur le blogSobookonline (http://www.Sobookonline.fr/author/sobook/), animé par Marc Jahjah. 45
  • 46. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012- Série d’articles A la recherche désespérée de la lecture asociale, publiés sur le blog Sobookonline,par Marc Jahjah. Article d’entrée : A la recherche désespérée de la lecture asociale (I) : discours etreprésentations à l’adresse : http://www.Sobookonline.fr/livre-numerique/livre-social/a-la-recherche-desesperee-de-la-lecture-asociale/ . Liens vers les articles suivants de la série en bas de la page.Autre article cité dans le présent travail, le cinquième de la sérié, intitulé Catégorisation etcartographie : http://www.Sobookonline.fr/livre-numerique/livre-social/a-la-recherche-de-la-lecture-asociale-v-categorisation-et-cartographie/.3.3. Sites Internet- http://bouquineo.wordpress.com/ blog avec de très bonnes liste de liens vers réseaux et e-libraires…et très bonnes explications sur les matériels, les formats…- http://www.ebouquin.fr/ Un blog d’actualités du livre numérique de Clément Monjou.- http://www.tierslivre.net/ Le blog de François Bon, auteur, enseignant et éditeur de livresnumériques.- http://www.Sobookonline.fr/ Le site du chercheur Marc Jahjah, spécialiste de la lecture numérique.- http://www.actualitte.com/ Les univers du livre- http://www.livreshebdo.fr/ Le site du magazine des professionnels du monde de l’édition.- http://www.walrus-books.com/ Maison d’édition spécialisée du livre numérique, un vrai laboratoire.- (http://www.ple-consulting.blogspot.fr/2011/04/plus-de-30-editeurs-pure-players.html), blogProspective du Livre de Lorenzo Soccavo, sur lequel il publie une liste d’éditeurs francophonesspécialisés dans le livre numérique et tente une définition des éditeurs » pure players », c’est-à-direpubliant uniquement des livres numériques. Liste régulièrement remise à jour.- http://socialmediaclub.fr/ le site de social média club, actualités des actions sur les réseaux sociaux. La page de présentation d’un livre numérique sur le site de l’éditeur publie-net.- http://www.publie.net/ Editeur numérique, coopérative animée par François Bon.- http://www.actialuna.com/fr Editeur de livres enrichis. 46
  • 47. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT LECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012- http://www.immateriel.fr/ distributeur de livres numériques, très actif.- http://www.numilog.com/ Librairie numérique.- http://www.babelio.com/ Librairie numérique, très impliquée dans la lecture sociale en français, avecun recensement des « livres les plus actifs » de la semaine, selon les contributions postées par leslecteurs-internautes, les connexions, les citations…- http://www.lemotif.fr/fr/ Site du Motif, observatoire du livre en Ile-de-France. Source d’informationstrès riche.- http://www.touchenoire.eu/touchenoire.html Editeur et diffuseur de livres numériques.- http://cyberlibris.typepad.com/news/ Librairie numérique en français développant la lecture sociale etcollaborative.3.4. Etudes- Quelle stratégie numérique pour les éditeurs de livres ? Patricia Gendrey.MBA Marketing et Commerce sur Internet 2009/2010. Sous la direction de Vincent Montet. Le livre numérique se lit aussi sur IPod : la lecture dans la paume de la main… 47

×