Du praticien réfléchi au praticien chercheur : Une transformation identitaire ? Partie 2

  • 3,385 views
Uploaded on

Cet article présente la seconde partie d'un témoignage réflexif d’un professionnel engagé dans un doctorat. Dans notre première partie, nous proposions de présenter le processus doctoral comme un …

Cet article présente la seconde partie d'un témoignage réflexif d’un professionnel engagé dans un doctorat. Dans notre première partie, nous proposions de présenter le processus doctoral comme un parcours initiatique, emmenant le doctorant d'une posture de praticien réflexif vers celle de praticien chercheur : une transformation des postures cognitives, des modes de réflexion et de questionnement, qui n’irait pas sans une certaine transformation identitaire.
Dans cette seconde partie, nous proposons de questionner cette transformation, qui accompagne la construction de l'objet de recherche, au regard de trois facteurs qui l'auront particulièrement marqué dans notre expérience singulière : a) la réflexivité, engagée autour d'un journal de recherche b) la validité de reliance, centré sur le projet de recherche c) la socialisation, au sein de communautés de chercheurs.

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
3,385
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2

Actions

Shares
Downloads
81
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Du praticien réflexif au praticien chercheur : trois facteurs de transformation identitaire (2) ? Philippe-Didier GAUTHIER Doctorant en Éducation à l’Université de Sherbrooke et à l’Université Catholique de l’Ouest. Courriel : phd.gauthier@me.com Du praticien réflexif au praticien chercheur (2) : trois facteurs de transformation identitaire. Résumé Cet article présente la seconde partie d'un témoignage réflexif d’un professionnel engagé dans un doctorat. Dans notre première partie, nous proposions de présenter le processus doctoral comme un parcours initiatique, emmenant le doctorant d'une posture de praticien réflexif vers celle de praticien chercheur : une transformation des postures cognitives, des modes de réflexion et de questionnement, qui n’irait pas sans une certaine transformation identitaire. Dans cette seconde partie, nous proposons de questionner cette transformation, qui accompagne la construction de l'objet de recherche, au regard de trois facteurs qui l'auront particulièrement marqué dans notre expérience singulière : a) la réflexivité, engagée autour d'un journal de recherche b) la validité de reliance, centré sur le projet de recherche c) la socialisation, au sein de communautés de chercheurs. Mots clés: réflexivité, identité du chercheur, validité de reliance, socialisation du chercheur, reliance sociale, praticien chercheur, praticien réflexif. 1. Introduction Pour nous, doctorant, entrer en recherche en éducation, «c'est aussi entrer dans la pensée complexe, non simplifiante, non complète, animée par une tension permanente entre l'aspiration à un savoir non parcellaire, non cloisonné, et la reconnaissance de l'inachèvement et de l'incomplétude de toute connaissance » (Morin, 2005, p. 11-12) Doctorant en éducation, réalisant un parcours original de formation à la recherche franco québécois, nous étudierons dans cette seconde partie de notre témoignage, trois facteurs qui nous semblent explicatifs de la transformation de praticien réflexif en praticien chercheur (Albarello, 2004) : a) la réflexivité dans le processus doctoral, vécue comme un apprentissage non formel du questionnement, et situé dans un plan épistémologique; b) la validité de reliance dans la démarche de recherche, vécue comme un apprentissage formel de la scientificité, et située dans un plan méthodologique; c) l'auto socialisation dans l'univers de la recherche, vécue comme un apprentissage informel, et située dans un plan social. Philippe-Didier Gauthier - Page : 1 / 18
  • 2. Du praticien réfléchi au chercheur praticien : une transition identitaire ? En nous appropriant la figure identitaire du praticien chercheur, que Desgagné et Bednarz (2005, p.255) appellent aussi cochercheur, nous examinerons au regard de notre expérience singulière, quels sont les facteurs qui auront contribué à cette transformation identitaire. Nous examinerons notamment : a) la tension "engagement-distanciation" dans les activités réflexives; b) la validité de reliance dans le cadre du développement des compétences à la démarche de recherche; c) l'auto-socialisation, dans le cadre de la socialisation dans une communauté scientifique. 2. Trois facteurs d’une transformation identitaire : réflexivité, compétence, socialisation Nous souhaitons ici mettre en évidence que ces trois facteurs qui contribueraient à la construction identitaire du praticien chercheur ne vont pas de soi. Ils « émergent » du processus doctoral autour d’apprentissages majeurs formels, non formels ou informels, centrés sur des questions ou des axiomes qui participent aux ruptures et aux reconstructions des liens qui font la transformation identitaire de l’apprenti-chercheur. Figure 3: trois facteurs d’une transformation identitaire du doctorant. 2.1 La réflexivité: quand le journal de recherche de l'apprenti-chercheur révèle l’apprentissage de la tension "engagement-distanciation". Notre premier référent d’une transformation identitaire du praticien réflexif en praticien chercheur concerne le développement de sa réflexivité. 2.1.1 Définir la notion de réflexivité ? Philippe-Didier Gauthier - Page : 2 / 18
  • 3. Du praticien réflexif au praticien chercheur : trois facteurs de transformation identitaire (2) ? Le grand dictionnaire de l’Office Québécois de la langue française1 nous apprend que la réflexivité est la «propriété que présente une particule, une onde d'être renvoyée par réflexion». Cette notion n’est pourtant pas redéfinie en sciences humaines malgré de nombreuses recherches qui la font évoluer depuis près de 30 ans. Nous les résumerons ici en référence notamment à Shön (1994), Saint-Arnaud (2001), Heyraud-Lemaître (2002) , Morandi (2003) et Alheit et Dausien (2005) sous une forme stratifiée qu’implique la prise en compte de différents niveaux de réflexivité: - L’action (la mise en œuvre de l’action n’est pas subordonnée à un acte de la conscience réfléchie : mise en œuvre de savoirs tacites) - La pratique réflexive qui implique deux types de réflexions étroitement liés (en référence à l’épistémologie de l’agir professionnel): o L’acte réfléchi (la pratique réflexive ne porte pas sur la pensée, mais sur l’action et en cours d’action : penser à ce que l’on fait tout en le faisant : paradigme de l’expertise); o L’acte réfléchissant (prise de conscience postérieure à l’action des caractéristiques de cette action et de l’acteur, une réflexion sur l’action, un exercice conscient d’un pouvoir de reprise : paradigme de l’incertitude); - L’apprentissage réflexif (hypothèse qu’un sujet apprenant s’auto formant est à la fois sujet et objet de la situation d’apprentissage); - L’apprentissage biographique (qui intègre à la fois les apprentissages curriculaires, les apprentissages non formels sur les lieux de travail, la formation comme processus biographique intégrant la stratification complexe de la réflexivité biographique, et la biographicité des expériences sociales). De même, Brunelle (2000, p.86) en appelle à trois niveaux réflexifs: le niveau de l’action, le niveau de la réflexion, le niveau de la réflexivité, ce dernier étant caractérisé par des apprentissages transférables à d’autres situations. 2.1.2 La réflexivité dans le processus doctoral 1 Adresse: http://www.granddictionnaire.com Philippe-Didier Gauthier - Page : 3 / 18
  • 4. Du praticien réfléchi au chercheur praticien : une transition identitaire ? Lors d’un séminaire sur les méthodes de recherche, le professeur Julio Fernandes2 nous met en garde : «il n’y a pas "une" méthode scientifique (…), que l’on peut donner à un débutant pour qu’il devienne chercheur. Il n’est pas exact que toute recherche a un cheminement linéaire, infaillible et unique, capable d’assurer le caractère "scientifique" au processus de recherche. Il existe plutôt une démarche d’apprentissage actif, une psychologie de la connaissance empirique, qui est la réflexion critique que toute personne peut faire de son action et de sa pensée, et il existe aussi tout l’outillage adéquat permettant de comprendre de façon critique la réflexion collective sur des sujets concrets». Notre réflexivité s’est exercée à travers de nombreuses activités doctorales, notamment: la critique d’une recherche bibliographique; l’analyse critique de travaux de recherches; l’analyse d’articles scientifiques; des débats sur les critères de la scientificité; la critique réciproque d’articles produits par les doctorants; le retour d’expérience de doctorants français et québécois; la présentation publique de posters scientifiques; le retour d’expérience sur des recherches, sur la pratique restituante et l’éthique de la recherche par des chercheurs accomplis; l’échange de critiques réciproques sur les projets de recherche des doctorants; et la tenue d’un journal réflexif sur son parcours doctoral et sa recherche. 2.1.3 Le journal de recherche et la tension réflexive "engagement-distanciation" Notre journal de recherche est initié sous l’impulsion du professeur Marcel Trudel3. Cette pratique prend ses racines en recherche ethnosociologique. Remi Hess nous rappelle qu’il trouve ses origines et ses bonnes pratiques dans un ouvrage de Marc-Antoine Jullien en 1808, mais que les origines de cette pratique se trouvent déjà dans les "livres de raisons" dès le XIVème siècle. Rémi Hess précise que «l’écriture diaire et l’observation quotidienne et minutieuse donne, sinon une sagesse, du moins une certaine distance par rapport aux choses et à soi-même. C’est un passage nécessaire pour clarifier ses propres idées, et se donner les moyens de produire quelque chose de personnel» (1998, p.135). Mais les recherches les plus récentes montrent que la dimension formative d’un journal de recherche, pris également dans sa dimension biographique, «remet au sujet lui-même la prise en charge de sa démarche de formation et la définition de ses besoins» (Delory- 2 Séminaire doctoral à Sherbrooke animé par le Professeur Julio Fernandes, en 2005. 3 Séminaire doctoral à Sherbrooke animé par le Professeur Marcel Trudel, en 2005. Philippe-Didier Gauthier - Page : 4 / 18
  • 5. Du praticien réflexif au praticien chercheur : trois facteurs de transformation identitaire (2) ? Momberger, 2007, p.122). Notre écriture réflexive au sein de notre journal de recherche nous permet de mettre en évidence ce qu’Albarello (2004) appelle la coexistence de deux positions paradoxales, pour tout processus de recherche mené par le praticien chercheur: l’engagement et la distanciation. Inspiré des travaux d’Elias (1995), l’axe «engagement (dans l’amélioration de sa pratique) - distanciation (critique sur sa pratique)» ouvre un espace de réflexion dans un rapport dialectique, qui caractérise spécifiquement le praticien chercheur. Cette tension paradoxale a été mise en évidence par Boutinet (1983, p.20): «tenter une analyse de la pratique implique toujours un double mouvement de distanciation du réel sous forme de théorisation, et de retour au réel sous forme d’examen attentif des situations référentielles auxquelles l’individu est ou a été confronté». 2.1.4 La tension réflexive "engagement-distanciation" comme apprentissage des postures épistémologiques. Ainsi, notre journal de recherche, associé aux travaux collectifs de notre programme doctoral met en évidence comment, progressivement, l’apprenti chercheur renforce son engagement ou implication dans la pratique professionnelle, dans un mouvement de référentiation (Albarello, 2004, p.79-95). Dans le même temps, il renforce intentionnellement, à d’autres moments de son parcours doctoral, sa distanciation ou son détachement, dans un mouvement de théorisation. «Et c’est par cette double démarche de théorisation et de référentiation que la pratique va progressivement acquérir de la consistance, c’est-à-dire peu à peu faire parler toute l’expérience dont elle est porteuse» (Boutinet, 1983, p.20). C’est enfin dans ce mouvement double que la réflexion épistémologique de l’apprenti chercheur peut se construire « l’adulte apprend à situer ses propres connaissances dans leur contexte d’élaboration. Il devient capable de cognitions sur les cognitions » (ibid., p.22). 2.2 La validité de reliance: quand le raisonnement circulaire dans la méthodologie de recherche de l'apprenti-chercheur révèle l’apprentissage de la scientificité, dans une épistémologie postmoderne Le second référent de notre transformation identitaire de praticien réflexif en praticien chercheur concerne le développement de compétences spécifiques, associées à quelques "qualités". Charlier (2005) souligne les difficultés et les quatre principaux temps d'un Philippe-Didier Gauthier - Page : 5 / 18
  • 6. Du praticien réfléchi au chercheur praticien : une transition identitaire ? parcours de recherche-action-formation: a) l'action; b) la construction de la problématique; c) l'élaboration du cadre conceptuel et du dispositif méthodologique; d) le temps de l'écriture et de la communication. L'auteur souligne les conditions que doivent remplir les praticiens chercheurs, c'est-à-dire les compétences qu'ils doivent développer. 2.2.1 À propos de compétences à la recherche Pour Albarello (ibid., p.26), le praticien apprenti chercheur doit «passer du modèle des critères de l’action, pour s’orienter vers le modèle et les critères de la recherche» et mobiliser des compétences pour effectuer cette transition. Par compétence, nous entendons «possibilité pour un individu, de mobiliser de manière intégrée, des ressources en vue de résoudre une famille de situations-problèmes» (Roegiers, 2001, p.66). Ainsi pour passer du terrain social, dans lequel il est acteur, vers un champ d’étude vis-à-vis duquel il est chercheur, l’apprenti chercheur devra, pour construire son objet de recherche, développer des compétences spécifiques pour: «a) la prise de recul par rapport à son objet; b) l’inscription de sa recherche dans un contexte institutionnel et temporel; c) faire émerger le phénomène qui sera au centre de la recherche; d) circonscrire son champ d’étude; e) adopter un angle disciplinaire prioritaire; f) limiter son objectif spécifique; g) identifier un cadre théorique; h) intégrer les éléments du cadre théorique dans l’hypothèse; i) définir son hypothèse de recherche» (Albarello, ibid., p.28). Albarello associe à ces neuf compétences, des qualités, qu’il nomme "vertus, telles que la lucidité, la prudence, la conviction et l’éthique, l’écoute, le renoncement, l’humilité et l’audace (mais dans la cohérence), l’empathie, l’adaptabilité et la continuité (et persévérance), la créativité et la simplicité du chercheur (ibid., p.25-95). À ces compétences et qualités, nous pouvons ajouter des compétences méthodologiques, rédactionnelles (rédaction scientifique), communicationnelles, et de maîtrise des critères de scientificité. 2.2.2 Les critères de scientificité dans le projet de recherche d’un praticien chercheur Une revue non exhaustive d’une vingtaine d’ouvrages sur les méthodologies de recherche en éducation montre l’acuité de la question des critères de scientificité d’une recherche. Ces ouvrages présentent des étapes, souvent diffuses et dispersées, de réflexivité sur la Philippe-Didier Gauthier - Page : 6 / 18
  • 7. Du praticien réflexif au praticien chercheur : trois facteurs de transformation identitaire (2) ? démarche de recherche ou de contrôle circulaire de la scientificité, parfois de façon intégrée au processus de recherche ou à ses étapes (Quivy, Van Campenhoudt, 1995; Van der Maren, 2004; Beaud, Weber ; 2003; Hadji, Baillé, 1998; de Landsheere, 1974; Guyot, Pujade-Renaud, Zimmermann; 1974 ; Desroche, 1981; Paquay, Crahay, De Ketele, 2006) ; une instrumentation plus ou moins formelle (Mialaret, 2004; A.Jones, 2000; Le Bouedec et Tomamichel, 2003; Tessier, 1993), ou selon les types de recherche (Paillé, 2006; Karsenti et Savoie-Zajc, 2004; Albarello, Digneffe, Hiernaux, Maroy, Ruqouy, Saint- George, 1995; Lessard-Hébert, Goyette, Boutin, 1997). Notons seulement cette remarque d’un chercheur, à propos de la scientificité par les niveaux de l’assertorique4 puis de l’apodictique5: «Il ne saurait exister dans le domaine de l’éducation de positivisme possible: les faits éducatifs ne vivent jamais en paix les uns avec les autres, la position de l’un se fait toujours à la fois au détriment et grâce à l’autre. Et comprendre fondamentalement la situation globale, c’est déceler le réseau de ses antagonismes et de ses complémentarités » (Hannoun, 1982, p.50). Pourtois et Desmet (1997) ont étudié l’évolution de l’instrumentation scientifique utilisée dans les recherches en éducation, sur la base de l’analyse de 575 articles issus de revues françaises et américaines. Ils concluent à une forte évolution dans les années 90 de l’instrumentation traditionnelle, autour d’une conception élargie des sciences humaines (p.98), prenant en compte, de nouvelles techniques (triangulation, validité de signifiance). Dans l’épistémologie des méthodes qualitatives, Mucchielli (2004, p.71-77; p.293) évoquent de nombreux critères de scientificité: les critères de validation comme l’acceptation et la constance internes, la confirmation externe, la complétude, la saturation, mais aussi la crédibilité, la transférabilité, les triangulations, la fiabilité, la validité de signifiance… Paillé (2003, p.294) confirme la multiplicité des critères de validité en recherche qualitative dans une épistémologie postmoderne. Barbier (2001, p.310) faisant référence au passage du terrain des pratiques au champ de recherche, recommande «de ne pas reprendre systématiquement les critères classiques de validité de 4 Assertorique : Hannoun la définit comme « le caractère de l’objet dont l’existence peut être considérée comme fortuite (niveau des faits observables), 1982, Revue francaise de pédagogie, N° 59, p.49. 5 Apoditique : Hannoun la définit comme le caractère de l’objet dont l’existence pouvait ne pas être. 1982, Revue francaise de pédagogie, N° 59, p.49. Philippe-Didier Gauthier - Page : 7 / 18
  • 8. Du praticien réfléchi au chercheur praticien : une transition identitaire ? la démarche de recherche scientifique, comme critère de validité de recherche en intelligibilité». Mais c’est une rencontre avec une collègue chercheure6 à Paris X, qui devait nous conduire à une réflexion sur la validité de reliance, dans le cadre de notre recherche qualitative, située dans le paradigme de la complexité et de la rationalité avec: a) la vigilance sur les données; b) la réflexion sur les principes organisateurs de la théorie; c) la réflexion sur la cohérence logique (Morin, 1981, p.146). 2.2.3 L’apprentissage de la validité de reliance dans le projet de recherche Pourtois, Desmet et Lahaye (2001) définissent comme points charnières d’une recherche, l’ensemble des étapes clés d’une recherche (problématique, paradigme, hypothèses, concepts opératoires, indices, indicateurs, données, méthodes d’analyse, …, synthèse conclusion). Pour ces auteurs, au-delà des critères de scientificité habituels (validité, fidélité, fiabilité, triangulation, validité de signifiance) chaque point-charnière peut faire l’objet d’une argumentation contrôlée par vérification circulaire en rapport avec tous les autres points charnières de l’espace recherche. Ainsi, «une chaîne d’argumentation s’élabore et permet d’expliciter la correspondance de chacun d’entre eux. Cette chaîne d’argumentation retrace l’historique de la recherche et examine la concordance des étapes du questionnement du chercheur. (…) Cette mise à plat du cheminement historique de la recherche que sont les étapes du questionnement permet ensuite au chercheur de mettre en œuvre la validité de reliance. Celle-ci fait appel aux arguments qui contribuent à justifier la concordance entre les choix effectués par le chercheur aux différents points charnières» (ibid. p.28). Dans cette logique de validité de reliance, la recherche n’est plus un processus linéaire dont certaines étapes sont sur-validées, et d’autres oubliées, sur le plan de la scientificité. Au contraire, la recherche s’ouvre dans un espace, à l’intérieur duquel le processus de recherche est conjoint au processus circulaire de mise en cohérence de chaque étape avec toutes les autres. 6 Rencontre avec Annie Jezegou, praticienne et chercheure en éducation au laboratoire SERIA de Paris X. Philippe-Didier Gauthier - Page : 8 / 18
  • 9. Du praticien réflexif au praticien chercheur : trois facteurs de transformation identitaire (2) ? 2.2.4 La validité de reliance comme mise à l’épreuve et développement des compétences de l’apprenti chercheur Confronté au double apprentissage du processus de recherche et de la validité de reliance, l’apprenti chercheur a dû s’organiser, au moment de l’élaboration de son projet de recherche. Celui-ci a été conçu comme une ruche, dont chaque alvéole (correspondant à un des points charnières) communique avec toutes les autres. À chaque étape d’avancement du projet de recherche, le contenu de chaque alvéole (problématique, paradigme, hypothèse, …) est réexaminé, questionnée au regard de celle qui vient d’être étudiée. La rédaction du projet de recherche intègre la mention des points argumentés ou révisés, assurant ainsi la traçabilité de l’argumentation, dans une logique rétroactive de « reliaison » (Bolle de Bal, 1987, p.585), tout en assurant l’équivalence d’importance de chaque point charnière. À titre d’exemple, au cours de la formulation de nos hypothèses provisoires, nous décidons d’introduire dans la méthodologie de notre recherche une étape de restitution, puis de critique, par les personnes interrogées, de l’interprétation des résultats de notre recherche, afin de vérifier la validité écologique de notre interprétation en lien avec la pertinence de ces hypothèses provisoires. Ainsi, pour l’apprenti-chercheur, la validité de reliance correspond à l’apprentissage de l’humilité, de l’inachevé, de la relativité, du questionnement permanent et de la conscientisation et de l’explicitation de ses propres cheminements de chercheur, apprentissage de la transparence et de l’argumentation dans une épistémologie postmoderne (Habermas, 1987). 2.3 L'auto-socialisation du doctorant dans les équipes et les communautés de chercheurs Le troisième axe de notre transformation identitaire de praticien réflexif en praticien chercheur concerne la socialisation. 2.3.1 La reliance sociale, comme principe fondateur de la socialisation de l’apprenti chercheur Le néologisme de "reliance" est née en 1963 d’un sociologue des médias, Roger Clausse. Il a été largement conceptualisé par le sociologue Bolle De Bal (1981, 1996), définissant Philippe-Didier Gauthier - Page : 9 / 18
  • 10. Du praticien réfléchi au chercheur praticien : une transition identitaire ? la reliance sociale comme concept psychosociologique, « acte ou le résultat de cet acte, de créer des liens d’établir ou de rétablir une liaison entre les acteurs sociaux séparés, dont l’un au moins est une personne: de réunir ou remettre en rapport ou en communication des acteurs distincts, disjoints ou isolés» (ibid., 1981, p.16). Dans les pas du sociologue, et en tant que praticien et apprenti-chercheur, nous avons fait, au début de notre doctorat, un constat de carence de liens avec le monde de la recherche. Or, les efforts certains des équipes encadrantes françaises comme québécoises, pour nous accueillir et nous "relier" à eux, ne sont pas suffisants pour prétendre à une intégration significative au sein de leurs équipes, et encore moins au sein d’une communauté scientifique. Dès lors, pour le doctorant curieux de cette communauté et attentif à cette intégration, nécessairement partielle, une démarche de socialisation plus proactive s’imposait : une démarche d’auto-socialisation. 2.3.2 Quand l'auto-socialisation répond aux « aspirations de reliance sociale » de l’apprenti-chercheur Le praticien réflexif, devenu apprenti-chercheur se trouve confronté à la question de se construire des compétences spécifiques, qu’il ne pourra mettre à l’épreuve qu’en participant à des activités de recherche, et donc en se socialisant dans le monde de la recherche. Mais il doit réaliser ces apprentissages sans pour autant abandonner les autres rôles et identités (professionnelles, sociales, familiales, associatives, citoyennes). Engagé volontaire dans ce projet de recherche, cet apprenti-chercheur mobilise avant tout des ressources motivationnelles propres, inscrites dans un travail biographique, un projet professionnel ou projet de vie. « Chaque individu, tenu de se faire l’acteur biographique de sa propre vie, est ainsi renvoyé à un travail biographique intense pour tenter de rétablir de la continuité et de la cohérence entre des histoires plurielles marquées par la dispersion, la fragmentation, la dissociation » (Delory-Momberger, 2003, p.130). Ce que l’auteur appelle, en sociologie, l’auto-socialisation, «c’est le processus par lequel les membres des sociétés postmodernes travaillent à leur individuation en recherchant eux- mêmes les ressources de leur socialisation» (ibid., p.130). L’auteur montre ainsi que la réponse aux aspirations de reliance sociale ne va pas de soi: «(…) dans la société postmoderne, l’individu est contraint d’établir par lui-même des liens et des modèles de Philippe-Didier Gauthier - Page : 10 / 18
  • 11. Du praticien réflexif au praticien chercheur : trois facteurs de transformation identitaire (2) ? coordination entre les "possibles biographiques" multiples et multiformes des mondes sociaux auxquels il participe» (ibid., p.130). L’auto-socialisation dans la communauté scientifique, pour un apprenti chercheur, consiste à se construire une stratégie répondant à ses besoins et aspirations de reliance sociale (Bolle De Bal, 1981) avec les membres des équipes, des laboratoires, des réseaux et des communautés de recherche, avec lesquels il souhaite développer des échanges formatifs autour d’activités scientifiques. 2.3.3 Les trois voies d’une auto-socialisation au travers un processus doctoral Durant plus de trois années, depuis le début du doctorat, notre effort de socialisation et d’intégration au sein de la communauté scientifique s’est réalisé sur trois voies principales. La première voie consistait à saisir la main tendue de nos chercheurs encadrants pour participer aux travaux en cours dans les équipes. Ce fut le cas dans une participation à un projet de valorisation des compétences par le portfolio, pour des publics en difficulté, au sein de l’équipe du Grill (Groupe de recherche sur l’illettrisme), une équipe du LAREF7. Ce fut le cas au sein de l’équipe CAFORE (Carrières, Formation et Ressources Humaines), une équipe du CERIPSA8, pour participer à une publication collective. Ce fut le cas également dans une participation à des appels d’offres régionaux de recherche inter établissements et fédérateurs de la recherche en Pays de la Loire. Enfin, l’organisation de deux colloques scientifiques a fortement marqué nos apprentissages de doctorant. La deuxième voie consistait à participer, chaque fois que possible, aux travaux réflexifs, journées et séminaires organisés par la communauté scientifique, qu’il s’agisse des sciences humaines ou des sciences exactes. Nous avons ainsi assisté à une douzaine d’évènements scientifiques en France et au Québec, séminaires, conférences, soutenances de thèses, et autres journées d’études. La troisième voie, beaucoup plus proactive encore, se devait d’être une confrontation plus forte et audacieuse avec la communauté scientifique : une dizaine de communication ou de publications, issue des travaux et études préparatoires à notre recherche, ont été 7 LAREF : Laboratoire de Recherche en Education et Formation de l’Université Catholique de l'Ouest. 8 CERIPSA : Centre d’Etude et de Recherche de l’IPSA de l’ Université Catholique de l'Ouest. Philippe-Didier Gauthier - Page : 11 / 18
  • 12. Du praticien réfléchi au chercheur praticien : une transition identitaire ? soumises. Cette démarche, éprouvante par ses enjeux personnels, cognitifs et sociaux, constitue pourtant un formidable levier de motivation pour l’apprentissage de la recherche, un apprentissage de la "reliaison" à travers l’indispensable rigueur de l’écriture scientifique, souvent point faible du praticien (Albarello, 2004, p.109). Nous avons ainsi soumis nos travaux aux comités scientifiques de plusieurs colloques et revues françaises et canadiennes. 2.3.4 Implications identitaires d'une auto-socialisation du doctorant en recherche Pour nous, apprenti-chercheur, ces trois voies se sont constituées progressivement en "stratégie d’auto-socialisation", répondant à la fois à une quête identitaire et à une volonté de comprendre "qui sont ces chercheurs qui savent si bien réfléchir?". Ce fut une entreprise de démystification, d’exploration humaine et sociale par approche directe, de professionnalisation (Jobert, 1985), avec une exigence éthique (Laplante, 2005) d’écoute et d’assertivité épuisante mais productive. L’une des plus grandes découvertes réalisées concerne la structuration des activités de recherche, au sein des universités, des grandes écoles, des laboratoires, puis des équipes. D’apparence libre, la recherche est en réalité soumise à des pressions sociétales, politiques, institutionnelles et productives (économiques). Ces pressions impactent de plus en plus fortement le comportement des enseignants-chercheurs, et en particulier de nos directeurs de thèses. La seconde surprise concerne l’accueil largement ouvert, réservé aux praticiens, en quête d’un apprentissage de la recherche, dans le cadre doctoral. Cette attitude d’ouverture et d’écoute aide largement le praticien à moins "se sentir comme un imbécile ignorant" dans cet univers du savoir. Le point le plus marquant de notre auto-socialisation dans les communautés et les nécessaires réseaux de recherche (Pineau, 1985) concerne le processus d’évaluation formative qu’il provoque. La discussion, le débat scientifique, l’écoute, le questionnement provoque chez l’apprenti chercheur une sorte de parangonnage cognitif et relationnel, (qui n’est pas imitation, mais conflit socio-cognitif et expérimentations d'attitudes (Davis, 2005)), c’est-à-dire contribution au développement des compétences spécifiques du chercheur: «réflexion, rigueur, choix et renoncements, ouverture, veille…» (Albarello, 2004, p.124). Finalement, à ce stade de notre processus doctoral (avancé à 50% environ), et à l’instar de Desroche qui parle de "greffe spécifique" (1981, p.159), notre démarche d’auto-socialisation, proactive de la part du doctorant, contribue pour une Philippe-Didier Gauthier - Page : 12 / 18
  • 13. Du praticien réflexif au praticien chercheur : trois facteurs de transformation identitaire (2) ? grande part à «entretenir et développer la double appartenance à deux communautés de pratiques, celles du terrain d’action et celle de la communauté scientifique» (Bougeois, ibid.). 3. Conclusion Notre expérience singulière dans un dispositif doctoral franco-québécois montrerait que les activités individuelles, collectives, et sociales, programmées ou d’initiative personnelle sont imbriquées, et contributives à la transformation identitaire du doctorant, au travers de trois référents ou facteurs : le développement de la réflexivité, des compétences spécifiques du chercheur et de la reliance sociale dans les communautés de recherche. Nous les schématisons ci-dessous. Figure 4: trois facteurs clés de la transformation identitaire du praticien réflexif, en praticien chercheur, en lien avec les types d’activités (individuelles, collectives, sociales) du programme doctoral et de son environnement. Apprendre à construire son objet de recherche dans le paradigme de la complexité, apprendre à construire son identité de praticien chercheur postmoderne dans le domaine de l’éducation, c’est, selon notre expérience: - Sur un pôle réflexif, l’apprentissage du questionnement, du réglage de la tension « engagement – distanciation » qui se réalisent au travers de toutes les activités réflexives, très diffuses, le plus souvent non formelles, et à dominante individuelles. Ces apprentissages impactent fortement la prise de posture épistémologique du doctorant. Philippe-Didier Gauthier - Page : 13 / 18
  • 14. Du praticien réfléchi au chercheur praticien : une transition identitaire ? - Sur un pôle formatif centré sur le développement de compétences spécifiques à la recherche, l’apprentissage de la démarche de recherche, des critères de scientificité et de la validité de reliance se réalise de façon plus formelle, à travers toutes les activités programmées du dispositif doctoral, à dominantes collectives. Ces apprentissages impactent fortement le développement des compétences méthodologiques de l’apprenti- chercheur. - Sur un pôle social, centré sur le développement de la reliance sociale, l’apprentissage du monde de la recherche et l’auto-socialiation se réalisent de façon nettement informelle, à travers toutes les activités habituelles des équipes, laboratoires et événements de la communauté scientifique. Au delà, une nouvelle question se pose. Comment l’accompagnement des apprentis- chercheurs, dans un programme doctoral, soutient-il cette difficile transformation identitaire de praticien chercheur ? Nous laisserons le soin à nos aînés, nos encadrants et directeurs de thèse, le soin de répondre à cette douloureuse question (Le Bouëdec et La Garanderie, 1993; Le Bouëdec et al, 2001; le Bouëdec et Tomamichel, 2003; Donnay et Charlier, 2006; Jézégou, 2009). Références Albarello, L., Digneffe, F., et Hiernaux, J. (1995). Pratiques et méthodes de recherche en sciences sociales. Paris: A. Colin. Albarello, L., et Bajoit, G. (2007). Apprendre à chercher : L'acteur social et la recherche scientifique. Bruxelles: De Boeck. Albarello, L., et Bourgeois, É. (2004). Devenir praticien-chercheur : Comment réconcilier la recherche et la pratique sociale. Bruxelles: De Boeck Université. Alheit, P., et Dausien, B. (2005). Processus de formation et apprentissage tout au long de la vie : Travail biographique, construction de soi et formation. L' Orientation Scolaire Et Professionnelle, 34(1), 57-83. Barbier, J. (2001). La construction des champs de pratiques en champs de recherches. J. Baudoin, & J. Friedrich (dir.). Théorie de l'action et éducation (p. 305-317). Bruxelles: De Boeck. Barbier, J. (1985). Analyser les démarches de recherche : enjeux et impasses de la recherche en formation. Éducation permanente, 80, 103-123. Beaud, S., et Weber, F. (1997). Guide de l'enquête de terrain : Produire et analyser des données ethnographiques. Paris: Éditions La Découverte. Blanchard, P., et Ribémont, T. (2002). Méthodes et outils des sciences sociales : Innovation et renouvellement. Paris ; Budapest ; Turin: L'Harmattan. Bolle de Bal, M. (1981). Nouvelle alliance et reliance : Deux enjeux stratégiques de la recherche-action. Revue De l'Institut De Sociologie, 36, 573-587. Bolle De Bal, Marcel. (1981). La reliance : Connexions et sens. Connexions, 33, 9-36. Philippe-Didier Gauthier - Page : 14 / 18
  • 15. Du praticien réflexif au praticien chercheur : trois facteurs de transformation identitaire (2) ? Bolle de Bal, M. (1996). Voyages au coeur des sciences humaines : De la "reliance". tome 1, reliance et théories. Paris: Éd. l'Harmattan. Bolle de Bal, M. (1996). Voyages au coeur des sciences humaines : De la reliance. tome 2, reliance et pratiques. Paris: Éd. l'Harmattan. Bouchard, S., et Cyr, C. (2005). Recherche psychosociale : Pour harmoniser recherche et pratique. Sainte-Foy: Presses de l'Université du Québec. Bourgeois, E. (2004). Préface. L. Albarello (dir.), Devenir praticien chercheur (p. 5-8). Bruxelles: de Boeck. Boutinet, J. (1983), Logique de la formation initiale, logique de la formation continue : Contribution à une réflexion sur l'action, l'expérience et la pratique. Cahiers De l'IPSA, 6, 4-30. Brunelle, J. (2000). Quand un stage vise le développement de la réflexivité des enseignants stagiaires... G. Carlier, J. Renard & L. Paquay (dir.). La formation continue des enseignants : Enjeux, innovation et réflexivité. (p.83-109). Bruxelles: de Boeck. Charlier, B. (2005). Parcours de recherche-action-formation. Revue des sciences de l'éducation, XXXI, n°2, 259-272. Davis B. (2005). Trois attitudes dans la recherche en éducation : autour de l'explicite, de l'implicite, et de la complicité. Revue des sciences de l'éducation, XXXI, n°2, 397- 416. De Landsheere, G., et Mialaret, G. (1974). Introduction à la recherche en éducation. Paris: A. Colin-Bourrelier. Delory-Momberger, C. (2007). Histoire de vie, processus de formation et théorie de l'apprentissage. F. Simonet-Tenant, V. Bonnet, A. Coudreuse, C. Delory- Momberger, Christine (dir.), Le propre de l'écriture de soi (p. 122-128). Paris: Téraèdre. Delory-Momberger, C. (2003). Biographie et éducation : Figures de l'individu-projet. Paris: Anthropos. Delory-Momberger, C., et Wulf, C. (2005). Histoire de vie et recherche biographique en éducation. Paris: Anthropos : Economica. Desgagné, S., Bednarz, N. (2005). Médiation entre recherche et pratique en éducation : faire de la recherche "avec" plutôt que "sur" les praticiens. Revue des sciences de l'éducation, XXXI(2), 245-258 Deslauriers, J. (1987). Les méthodes de la recherche qualitative. Sillery, Canada: Presses de l'Université du Québec, 1987. Desroche, H. (1981). Apprentissage en sciences sociales et éducation permanente. Paris: les Editions ouvrières, 1981. Donnay, J., et Charlier, E. (2006). Apprendre par l'analyse de pratiques : Initiation au compagnonnage réflexif. Namur : Presses universitaires de Namur ; Sherbrooke (Québec): Éd. du CRP. Dubois, J., et Agence universitaire de la francophonie (2005). La rédaction scientifique : Mémoires et thèses : Formes régulières et par articles. Paris: Estem. Elias, N., Chartier, R., et Hulin, M. (1995). Engagement et distanciation: Contributions à la sociologie de la connaissance. Paris: Pocket. Festinger, L. et Katz, D. (1963). Les méthodes de recherche dans les sciences socials. Paris: Puf. Philippe-Didier Gauthier - Page : 15 / 18
  • 16. Du praticien réfléchi au chercheur praticien : une transition identitaire ? Fortin, M. F., Côté, J. et Filion, F. (2006). Fondements et étapes du processus de recherche. Montréal: Chenelière Éducation. Gauthier, B. (2003). Recherche sociale : De la problématique à la collecte des données. Sainte-Foy: Presses de l'Université du Québec. Guidère, M. (2004). Méthodologie de la recherche : Guide du jeune chercheur en lettres, langues, sciences humaines et sociales : Maîtrise, DEA, master, doctorat. Paris: Ellipses. Guyot, Y., Pujade-Renaud, C. et Zimmermann, D. (1974). La recherche en éducation. Paris: Éditions E.S.F. Habermas, J. (1987). Théorie de l'agir communicationnel. Paris: Fayard. Hadji, C., et Baillé, J. (1998). Recherche et éducation : Vers une nouvelle alliance : La démarche de preuve en 10 questions. Paris: De Boeck-Université. Hannoun, H. (1982). Situations conflictuelles et méthodes de recherche en éducation. Revue Française De Pédagogie, 59(Juin-Juillet-Août), 46-50. Hess, R. (1998). La pratique du journal : L'enquête au quotidien. Paris: Anthropos, 1998. Heyraud-Lemaître, C. (2002). Autoformation et pratique réflexive : le cas des adultes à l'école nationale de la santé publique. (Thése de doctorat, Université François Rabelais (Tours)). Huberman, A. M., Miles, M. B., De Backer, C. et Lamongie, V. (1991). Analyse des données qualitatives : Recueil de nouvelles méthodes. Bruxelles: De Boeck Université. Jézégou, A. (2009, à paraître). Diriger par soi-même sa formation et ses apprentissages. Villeuneuve, L. et al. (dir.) Les accompagnements pédagogiques. Bruxelles, De Boëck Université. Jobert, G. (1985). Processus de professionnalisation et production du savoir, Éducation permanente, 80, 125-145 Jones, R. A., Burnay, N., Servais, O. et Vandendorpe, F. (2000). Méthodes de recherche en sciences humaines. Paris ; Bruxelles: De Boeck Université. Jullien, M. (1808). Essai sur une méthode qui a pour objet de bien régler l'emploi du temps, premier moyen d'être heureux. Paris: Firmin-Didot. Karsenti, T., et Savoie-Zajc, L., (dir.) (2004). La recherche en éducation : Étapes et approches. Sherbrooke: Éditions du CRP. Lani-Bayle, M. (2002). Écrire une recherche : Mémoire ou thèse. Lyon: Chronique sociale. Laplante, B. (2005). Cheminement éthique d'un chercheur engagé en recherche collaborative. Revue des sciences de l'éducation, XXXI, n°2, 417-440. Laurencelle, L. (2005). Abrégé sur les méthodes de recherche et la recherche expérimentale. Québec: Presses de l'université du Québec. Lavoie, L., Marquis, D., et Laurin, P. (1996). La recherche-action : Théorie et pratique : Manuel d'autoformation. Sainte-Foy, Québec: Presses de l'Université du Québec. Le Bouëdec, G., Crest, A. d., Pasquier, L., Stahl, R., et Lhotellier, A. (2002). L'accompagnement en éducation et formation : Un projet impossible ?. Paris ; Montréal ; Budapest: L'Harmattan. Le Bouëdec, G., & Tomamichel, S. (dir.). (2003). Former à la recherche en éducation et formation : Contributions didactiques et pédagogiques. Paris: L'Harmattan. Le Bouëdec, G., de La Garanderie, A., et Avanzini, G. (1993). Les études doctorales : Le Philippe-Didier Gauthier - Page : 16 / 18
  • 17. Du praticien réflexif au praticien chercheur : trois facteurs de transformation identitaire (2) ? cas des sciences de l'éducation : Contribution à un accompagnement personnalisé des mémoires et des thèses. Paris: L'Harmattan. Lenoir, Y. (1994). Quelques réflexions sur la classification des recherches scientifiques. Document pédagogique non publié. Lenoir, Y. et Laforest, M. (1996). La bureaucratisation de la recherche en éducation et en sciences sociales : Constats, impacts et conséquences. Sherbrooke: Éditions du CRP, Faculté d'Éducation, Université de Sherbrooke. Lerbet, G. (1995). Les nouvelles sciences de l'éducation : Au coeur de la complexité. Paris: Nathan pédagogie. Lessard-Hébert, M., Goyette, G. et Boutin, G. (1997). La recherche qualitative : Fondements et pratiques. Bruxelles ; Paris: De Boeck Université. Leutenegger, F., Saada-Robert et M. (2002). Expliquer et comprendre en sciences de l'éducation. Bruxelles: De Boeck. Maxwell, J. A., et Soulet, M. (1999). La modélisation de la recherche qualitative : Une approche interactive. Fribourg (Suisse): Editions universitaires. Mezirow, J., Bonvalot, G. et Bonvalot, D. (2001). Penser son expérience : Une voie vers l'autoformation. Lyon: Chronique sociale. Mialaret, G. (2004). Méthodes de recherche en sciences de l'éducation. Paris: Presses Universitaires de France. Morandi, F. (2003). Pragmatisme et pratiques en éducation : Réflexions sur le principe d'action selon le pragmatisme de Pierce, James et Dewey, Éduquer: Pratiquer, Pratiques et pragmatisme en éducation et formation, n°6, 7-17. Morin, E. (2005). Introduction à la pensée complexe. Paris: Éditions du Seuil. Morin, E. (1981). Pour sortir du XXeme sciècle. Paris: Nathan. Mucchielli, A. (2004). Dictionnaire des méthodes qualitatives en sciences humaines et sociales. Paris: A. Colin. Ngongo Disashi, P. (1999). La recherche scientifique en éducation. Louvain-la-Neuve: Academia Bruylant. Olivier, L., Bédard, G. et Ferron, J. (2005). L'élaboration d'une problématique de recherche : Sources, outils et méthode. Paris ; Budapest ; Torino: l'Harmattan. Paillé, P. (2006). La méthodologie qualitative : Postures de recherche et travail de terrain. Paris: A. Colin. Paillé, P. et Mucchielli, A. (2003). L'analyse qualitative en sciences humaines et sociales. Paris: Armand Colin. Paquay, L., Crahay, J-M. et De Ketele. (2006). L'analyse qualitative en éducation. Des pratiques de recherche aux critères de qualité. Hommage à Michael Huberman. Bruxelles: De Boeck. Pineau, G. (1985). Pour une recherche-formation en éducation permanente en réseaux. Éducation permanente, 80, 147-158. Poisson, Y. (1990). La recherche qualitative en education. Québec : Les Presses de l'Université du Québec, 1990. Pourtois, J., Desmet, H., & Lahaye, W. (2001). Les points charnières de la recherche scientifique. Recherche en soins Infirmiers. 65, 29-52. Pourtois, J. et Desmet, H. (1997). Epistémologie et instrumentation en sciences humaines. Wavre (Belgique): Mardaga. Pourtois, J. et Desmet, H. (2002). L'éducation postmoderne. Paris: Presses universitaires Philippe-Didier Gauthier - Page : 17 / 18
  • 18. Du praticien réfléchi au chercheur praticien : une transition identitaire ? de France. Quivy, R. et van Campenhoudt, L. (1995). Manuel de recherche en sciences sociales. Paris: Dunod. Robert, M. (1982). Fondements et étapes de la recherche scientifique en psychologie. Montréal; Paris: Chenelière et Stanké; Maloine. Roegiers, X. (2001). Une pédagogie de l'intégration. Compétences et intégration des acquis dans l'enseignement. Bruxelles: De Boeck. Rongère, P. (1975). Méthodes des sciences sociales. Paris: Dalloz. Roy, G. et Larose, F. (2004). La diffusion des résultats de recherche. T. Karsenti, & L. Savoie-Zajc (dir.), La recherche en éducation : Étapes et approches (p. 235-255). Sherbrooke: CRP-Université de Sherbrooke. Saint-Arnaurd, Y. (2001). La réflexion dans l'action : Un changement de paradigme. Recherche Et Formation, 36, 17-27. Schön, D. A. (1994). Le praticien réflexif : à la recherche du savoir caché dans l'agir professionnel. Traduit et adapté par Jacques Heynemand et Dolorès Gagnon. Montréal: Éditions Logiques. Strauss, A. L., Corbin, J., et Soulet, M. (2004). Les fondements de la recherche qualitative : Techniques et procédures de développement de la théorie enracinée. Fribourg: Academic Press Fribourg. Tessier, G. (1993). Pratiques de recherche en sciences de l'éducation. Rennes: Presses Universitaires de Rennes. Tremblay, R. et Perrier, Y. (2000). Savoir plus : Outils et méthodes de travail intellectuel. Montréal: Chenelière / McGraw-Hill. Van der Maren, J. (1996). Méthodes de recherche pour l'éducation. Montréal : Presse de l'Université de Montréal Philippe-Didier Gauthier - Page : 18 / 18