Résumé/summary Filtres Caves JIFA 2012
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Résumé/summary Filtres Caves JIFA 2012

on

  • 1,389 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,389
Views on SlideShare
1,389
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
4
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Résumé/summary Filtres Caves JIFA 2012 Résumé/summary Filtres Caves JIFA 2012 Document Transcript

  • Titre: Quand poser un filtre cave temporaire ou définitif?Auteur: Guy-André Pelouze Chirurgien thoracique et cardiovasculaireInstitution: Centre Hospitalier de Perpignan, 66046 Perpignan, FranceRésuméTout traitement préventif est l’objet de controverses et les filtres n’échappent pas à cetteconstatation depuis que les premières interruptions de veine cave ont été pratiquées, parligature puis par clip et ensuite par ce que l’on a d’abord nommé des parapluies. Prévenirl’embolie pulmonaire est le but de l’implantation d’un filtre cave. C’est donc à partir del’évaluation du risque d’embolie que l’indication peut être évaluée. En cas de risque faible c’est àdire sous traitement anticoagulant bien conduit et non compliqué cette indication est sansbénéfice s’agissant d’un traitement invasif, non efficace à 100% et non dénué de complications.Ajoutons que l’implantation percutanée ne change rien à l’affaire puisque les complications nesont pas principalement liées à la voie d’abord mais au dispositif et à son interaction avec levaisseau. Lorsque le risque est élevé en particulier en cas de contre-indication au traitementanticoagulant l’implantation est validée car le filtre permet en particulier de diminuer le nombred’embolies pulmonaires symptomatiques ou fatales. Il reste alors à décider du type de filtre, dela voie d’implantation et de la date éventuelle de retrait. Les bases factuelles de ces choix sontenvisagées. Dans les cas intermédiaires la décision est plus difficile. Tout d’abord parce que lerisque d’embolie pulmonaire de la thrombose veineuse profonde est évolutif. Il semble que desfacteurs non allopathiques aient contribué à diminuer le risque général au moins enpostopératoire dans les 20 dernières années (chirurgie mini-invasive ou percutanée, leverprécoce et séjour en ambulatoire, anesthésie loco-régionale...) et que certains traitementsphysiques apportent un niveau de protection supplémentaire (compression pneumatiqueintermittente, stimulation musculaire). Ensuite parce que le risque ne s’éteint pas de la mêmefaçon avec le temps notamment si existe une pathologie thrombophilique congénitale ouacquise. C’est pourquoi il est urgent de disposer de données récentes obtenues avec les filtresactuels dans des pathologies homogènes pour pouvoir élargir ces indications sur des basesrobustes. Or depuis la mise sur le marché des filtres temporaires les implantations ont connuune augmentation significative alors que les études cliniques contrôlées restent peunombreuses. L’étude PREPIC a bien démontré l’intérêt des essais contrôlés et dans l’attente denouveaux résultats (PREPIC 2) il semble raisonnable de s’en tenir aux indications classiques quisont rappelées et de choisir un filtre temporaire en particulier chez les patients ayant une longueespérance de vie. Les autres indications devraient uniquement être envisagées dans des essaiscliniques. Mais l’avenir des filtres caves sera aussi déterminé par l’innovation avec en particulierde nouveaux filtres et la concurrence de nouveaux médicaments ou traitement physiques.
  • Title: When to implant a permanent or retrievable filter in the vena cava?Author: Guy-André Pelouze Thoracic and cardiovascular surgeonInstitution: St John hospital, 66046 Perpignan, FranceSummary:Vena cava filters have been used for decades to prevent pulmonary embolization from deepvein thrombosis. First interruption of the vena cava was performed surgically by ligature,subsequently clip and eventually umbrella and filters. Filter implantation is now performedpercutaneously. These devices have been showed effective to trap thrombi in the short and thelong term but in the perspective of the whole life they didn’t demonstrated any improvment inlife expectancy. Consequently on the long term their potential benefit should be balanced withdevice related complications. Some of these complications tend to increase with time and all arebetter reported now due to improved follow up of those patients. Because filter implantation hasrather been based more on opinion than facts, there is a tremendous need of data to improve thedecision making process in front of such difficult cases and regarding the prophylactic natureof this treatment. The PREPIC study was a first step in this way but other studies are neededbefore clear statements could be given to physicians and patients. In the meantime we shoulduse appropriate indications for every type of filter on an individually based strategy. It meansthat we should focus on classic indications and retrieve filters when possible and reasonablepreferably fatal pulmonary embolism caval filetrin patients with a long life expectancy. Other indications should be evaluated in controlledstudies some of which are due in the short future. Aside clinical evidence the future of partialinterruption of vena cava will also be driven by innovation with new devices to come and theconcurrence of new drugs and physical prevention of thrombosis. Consequently it is not yet timeto throw the filter out with the coagulated blood.