• Save
Terminaux et Réseaux - Répartir l'intelligence
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share

Terminaux et Réseaux - Répartir l'intelligence

  • 1,626 views
Uploaded on

Mémoire de 3è année du Corps des Telecom ...

Mémoire de 3è année du Corps des Telecom
1995

More in: Technology
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
1,626
On Slideshare
1,601
From Embeds
25
Number of Embeds
2

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 25

http://www.linkedin.com 19
https://www.linkedin.com 6

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Philippe DEWOST IGE2 Terminaux & RŽseaux RŽpartir lÕintelligence Mémoire d’Option de 3ème année Option SICE Département Réseaux Juin 1995
  • 2. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption Table des Matières Table des matières................................................................................................................................................................................ 1 Avertissement.........................................................................................................................................................................................2 Introduction............................................................................................................................................................................................3 1. Terminaux contre réseaux.............................................................................................................................................................5 1.1 Messagerie vocale...............................................................................................................................5 1.2 Téléphone intelligent ou micro communicant?............................................................................... 6 1.2.1 Le terminal téléphonique...................................................................................................................6 1.2.2 Le micro-ordinateur.......................................................................................................................... 7 1.2.3 Y’a-t-il de la place pour d’autres terminaux?................................................................................... 8 2. L’intelligence dans les réseaux......................................................................................................................................................9 2.1 L’exemple de la messagerie...............................................................................................................9 2.1.1 Fonctionnalités d’un système de messagerie.................................................................................. 10 2.1.2 Fonctionnalités du client local........................................................................................................ 11 2.1.3 Segmentation par les usages............................................................................................................11 2.1.4 Messagerie de service online: externalités de réseau......................................................................12 2.2 Autres champs d’application.......................................................................................................... 13 2.2.1 Services de téléphonie évoluée....................................................................................................... 13 2.2.2 Boîte vocale et répondeur inverse................................................................................................... 13 2.2.3 Services confort actuels et futurs.................................................................................................... 14 2.3 Le cas des annuaires.........................................................................................................................15 2.3.1 Importance et limites actuelles de l’annuaire local.........................................................................16 2.3.2 Multiplicité des annuaires locaux....................................................................................................17 2.3.3 Atouts et limites de l’annuaire électronique....................................................................................19 2.4 Conclusion.........................................................................................................................................19 3. Services d’annuaires ......................................................................................................................................................................20 3.1 Constitution d'annuaires locaux..................................................................................................... 20 3.2 Enrichissement de l'annuaire FT....................................................................................................21 3.3 Synchronisation d'annuaires locaux avec l'annuaire fédéral.......................................................21 3.4 Mise en œuvre...................................................................................................................................22 3.5 Format de données........................................................................................................................... 23 3.5.1 Identifiant des fiches annuaires.......................................................................................................23 3.5.2 Statut de l’abonné et droits d’accès.................................................................................................23 4. Modèle des données........................................................................................................................................................................25 4.1 Fiche de contact: principe............................................................................................................... 25 4.2 Fiche de contact: détail par blocs................................................................................................... 26 4.2.1 Description de la personne.............................................................................................................. 26 4.2.2 Description des adresses................................................................................................................. 27 4.2.3 Informations supplémentaires......................................................................................................... 29 4.2.4 Catégories........................................................................................................................................29 4.3 Fiche de contact: conclusions.......................................................................................................... 29 4.4 Autour de la fiche de contact...........................................................................................................30 5. Numérotation enrichie.................................................................................................................................................................. 31 5.1 Rappel sur les usages....................................................................................................................... 31 5.2 Un exemple : la numérotation à dix chiffres..................................................................................32 5.3 Le numéro enrichi............................................................................................................................ 34 5.3.1 Numéro complet..............................................................................................................................33 5.3.2 Informations “officielles” sur le numéro.........................................................................................34 5.3.3 Usage et propriétés du numéro........................................................................................................34 5.3.4 Chaînes DTMF................................................................................................................................34 5.4 Usages possibles du numéro “enrichi”........................................................................................... 35 Conclusion............................................................................................................................................................................................ 36 Option SICE 1 Juin 1995
  • 3. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption Avertissement La rédaction du présent mémoire aurait du s’appuyer sur des discussions techniques et la lecture de nombreuses spécifications, notamment dans le domaine des réseaux intelligents. Mais le déroulement de cette étude a été “perturbé” par de nombreux événements externes, notamment la participation soutenue de l’auteur à des travaux menés par la Direction Commerciale de France Telecom dans le cadre du projet Mediatel, et pendant ces trois derniers mois ou l’auteur a été très impliqué dans la définition d’une offre de service online et la négociation de partenariats potentiels, pour le compte de sa future affectation (Direction de Programme Mediatel) et avec l’aval du Secrétaire Général du Corps des Telecom. Ceci explique le caractère parfois général de ce rapport, ainsi que ses “déficiences” dans certains domaines techniques “amont” de l’option Réseaux de l’ENST, qui font que le présent travail est à la fois plus restreint et sensiblement différent par rapport à l’objectif et au sujet de départ. L’impossibilité d’obtenir certains rendez-vous (notamment sur TINA) et la disponibilité très tardive de certaines spécifications (dont les spécifications PDI du Consortium Versit™, qui n’ont pu être récupérées qu’il y a quelques jours) ont également contribué à cette redéfinition du sujet et du propos. Nous prions le lecteur de bien vouloir nous en excuser. Option SICE 2 Juin 1995
  • 4. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption Introduction Jusque dans les années 1980, les grands réseaux publics de téléphonie et de données avaient un quasi-contrôle de la valeur ajoutée dans les services de télécommunications. La situation de monopole des opérateurs, et la faible intelligence des terminaux raccordés à ces réseaux permettaient de concentrer l’essentiel des fonctionnalités dans le réseau lui-même, ce qui avait le double avantage d’autoriser une tarification élevée des services de télécommunications, et un contrôle de l’évolution de ces services. Ce modèle apparemment restrictif a pourtant connu des développements extrêmement poussés, que l’aventure du Minitel illustre parfaitement: un terminal peu coûteux et simple d’emploi, entièrement piloté par le réseau (ou plus exactement par les PAVI) a permis le développement de 23000 services en 10 ans, tout en assurant à l’opérateur une place centrale et quasi incontournable dans le développement, le contrôle, et l’exploitation de ces services à forte valeur ajoutée. Mais l’apparition de terminaux capables d’offrir du service par eux-même a progressivement remis en cause ce modèle. Le répondeur téléphonique et le télécopieur en sont sans doute les deux premiers exemples: dans les deux cas, le réseau d’interconnexion se limite à la commutation et au transport de la voix ou de son équivalent, tandis que le service est rendu dans le terminal lui-même. Cette réduction du service rendu par le réseau à un simple rôle de “tuyau” s’est accélérée avec l’apparition de terminaux véritablement intelligents, au sens de leur capacité de stocker et de traiter l’information en local, c’est à dire en dehors de toute connexion. La encore, le répondeur téléphonique en est le premier exemple rudimentaire, et fut le précurseur de l’utilisation asynchrone du RTC. Il fut rapidement rejoint par le micro-ordinateur et les PABX, qui tous deux démultipliaient cette capacité de traitement locale, et on vit apparaître des messageries vocales privées et des BBS. Cette tendance s’est couplée avec une compétition de plus en plus vive dans le secteur du transport, et la baisse des coûts de communication (et par conséquent des marges réalisées sur le POTS) a contraint les opérateurs à chercher ailleurs la valeur ajoutée, alors même que la dérégulation dans le domaine des terminaux leur faisait perdre le contrôle de l’extrémité des réseaux. Si certains opérateurs se sont alors concentré exclusivement sur la part de marché en transport (c’est par exemple le cas de BT, de MCI ou de Sprint) voix/données, d’autres ont essayé simultanément de garder un contrôle sur les terminaux (par le jeu de procédures d’agrément contraignantes et de protocoles “propriétaires”) tout en développant une architecture et des services dits “de réseau intelligent”. Option SICE 3 Juin 1995
  • 5. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption Cette problématique de localisation centrifuge/centripète de l’intelligence et donc de la valeur ajoutée recèle plusieurs oppositions: • Opposition en terme de coûts: pour un service donné, le coût de localisation dans un terminal est a priori inférieur à celui de la localisation dans le réseau, du fait de la nécessité de déployer le service dans tout le réseau pour le rendre accessible à tous les terminaux. D’autre part, les cycles de développement dans le domaine de la micro-informatique sont actuellement plus courts (environ 6 mois) que dans le domaine des réseaux (un an ou plus), tandis que la décroissance des coûts informatiques reste d’un facteur 100 tous les 10 ans contre un facteur 10 sur la même période pour les coûts de télécommunications. • Opposition en terme d’usage: l’avènement du stockage et du retraitement d’informations en local à faible coût s’est accompagnée d’une sensibilité de plus en plus forte aux libertés privées. La disposition des utilisateurs à confier tout ou partie de leurs données à un réseau d’opérateur est de plus en plus hésitante face aux solutions de gestion locale et de communication point à point. Il n’en reste pas moins que certains services nécessitent absolument l’intervention du réseau d’opérateur, et n’ont d’intérêt que si celui-ci offre de l’intelligence: les messageries évoluées avec garantie de service, et les futurs systèmes à agents illustrent l’importance du rôle de médiation d’un réseau intelligent. Un autre domaine tout aussi crucial est celui des annuaires, pour lequel la compétence de l’opérateur est indispensable, du fait même de son rôle de fédération. Une bataille est donc engagée, terminaux contre réseaux, et nous allons préciser dans une première partie comment en quoi les terminaux continuent de prendre l’avantage pour l’instant. Nous examinerons dans une deuxième partie quels sont les services (actuels ou futurs) pour lesquels l’intelligence des réseaux est prépondérante. Nous serons ainsi conduits à mettre en valeur l’importance de l’annuaire ainsi que ses faiblesses. Les trois parties suivantes nous permettront alors de développer des propositions de services d’annuaires fondées sur un enrichissement de ceux-ci, et de montrer que ceci passe par un effort de standardisation dans les échanges de données personnelles. Nous commenterons très brièvement dans la conclusion de ce mémoire la convergence de ces travaux avec les premières spécifications que vient de publier le consortium Versit. Option SICE 4 Juin 1995
  • 6. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption 1. Terminaux contre Réseaux Il est important de comprendre le rôle qu’ont les terminaux “intelligents”, c’est à dire offrant des services locaux, sur l’usage même des réseaux de communication. Après l’analyse du cas du répondeur vocal, qui permet de mesurer l’effet et les enjeux de cette intelligence déportée à l’extérieur, nous évaluerons l’impact de la dernière génération de terminaux intelligents: les micro-ordinateurs. 1.1 Messagerie vocale La messagerie vocale est l’exemple type d’un détournement de l’usage traditionnel du RTC, qui a permis a un marché immense de se développer hors du contrôle des opérateurs. Avec le répondeur en effet, tout le monde a pu se doter à faible coût d’un usage asynchrone du téléphone jusque là réservé à ceux qui employaient des secrétaires. Cette technologie, fondée sur des composants à très faible coût (enregistrement analogique sur support standard, puis digital), a su exploiter des protocoles très simples et largement supportés par la plupart des réseaux publics (signalisation DTMF) pour offrir des fonctionnalités qui sont vite devenues indispensables, et qui surtout ont modifié les stratégies téléphoniques des utilisateurs, et ce hors du contrôle des opérateurs de téléphonie. En effet, l’abonné absent est subitement devenu joignable: une communication qui n’aboutissait pas s’est transformée en deux communications. Le trafic téléphonique a été modifié (plus d’appels, mais plus courts), avce renforcement du trafic le soir, où la première activité était d’écouter ses messages, puis d’y répondre. Il est devenu possible de faire avancer des projets par échange d’informations concrètes, et par répondeur interposé. Des phénomènes de saturation sont également apparus, souvent pour des raisons culturelles et d’éducation: personnes n’osant pas laisser de message à une machine, grands parents s’adressant au répondeur à la troisième personne, intoxiqués consultant leur répondeur à tout bout de champ... La possibilité d’interrogation, voire d’intervention (changement d’annonce, ...) à distance par simple usage de codes DTMF a d’ailleurs joué un rôle crucial dans l’ubiquité et la délocalisation du numéro de téléphone: même hors de chez soi, on devenait joignable grâce à l’interrogation à distance et aux publiphones de l’opérateur. Puis d’autres terminaux vocaux ont fait leur apparition, dans les entreprises grâce à la sophistication des PABX, et dans les services vocaux à valeur ajoutée. La fonctionnalité s’est enrichie grâce à des interfaces de navigation (toujours fondées sur la signalisation DTMF) permettant d’avoir accès à de l’information, voire à des services plus complexes tels que la commande de biens et de services, ou le faxback. France Telecom est un des seuls opérateurs à avoir réussi à s’intercaler entre les utilisateurs et les services, par le biais du kiosque Audiotel, mais cette offre se limite au réseau d’accès et à la facturation, tandis que l’essentiel de la valeur ajoutée reste lui dans les services, c’est à dire dans les terminaux. Option SICE 5 Juin 1995
  • 7. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption Les premières tentatives de messagerie vocale publique, marquant une tentative des opérateurs de reprendre du terrain aux terminaux, ont alors vu le jour. En dehors de Mémophone (dont nous n’avons pu obtenir les résultats commerciaux), les services existants, commercialisés aussi bien par des compagnies de téléphone locales que par des tierces parties aux Etats-Unis, sont tous proposés pour environ $10 par mois. Malgré un argumentaire marketing convaincant (évolutivité, disponibilité, fonctionnalités riches), cette solution reste très chère comparée aux $40 qu’il faut débourser une fois pour toutes pour l’achat d’un répondeur situé chez vous, avec la garantie (même fictive) de confidentialité apportée par une solution locale. 1.2 Téléphone intelligent ou micro communicant? 1.2.1 Le terminal téléphonique Le téléphone reste le terminal de communication de loin le plus répandu, et sa popularité tient sans doute à sa simplicité d’usage inégalée. Dans les pays anglo-saxons, à forte tradition orale (par opposition à notre culture latine très ancrée dans l’écrit), on peut pratiquement tout faire par téléphone, y compris des transactions et des achats de biens ou services (pour peu qu’on soit muni de ces deux compléments indispensables que sont les Pages jaunes et une carte de crédit). Si les services se sont étoffés avec l’apparition de serveurs vocaux, le terminal proprement dit a connu peu d’évolutions, en dehors du sans fil (téléphones d’intérieur ou véritables mobiles) qui concerne surtout le mode d’utilisation. Sur le plan des fonctionnalités, quelques mémoires, éventuellement un répondeur assorti sont les seules évolutions fonctionnelles qu’ont connues les terminaux grand public. Dans le domaine professionnel sont apparus avec les PABX des solutions propriétaires, dont les plus évoluées présentent cependant toujours la même interface homme-machine (des boutons et parfois un écran) pour gérer les fonctionnalités offertes par ces PABX, fonctionnalités très largement sous-exploitées en raison notamment d’une ergonomie insuffisante et de la nécessité de mémoriser de nombreuses procédures à base de successions de codes. Il ne faudrait pas oublier les derniers produits France Telecom, notamment le Sillage et ses déclinaisons, qui se rapprochent du “screenphone”, qui forment l’exception qui confirme la règle. Ces terminaux intègrent en effet la fonction Minitel et un répertoire local que l’on peut directement constituer à partir de la récupération d’adresses effectuée sur l’annuaire électronique. Mais il s’agit d’une solution propriétaire, aux capacités de traitement local limitées, et qui implique l’utilisation d’un répertoire qu’on ne peut ni importer, ni exporter. Il est clair que donner plus d’intelligence au terminal téléphonique supposerait de le doter à terme d’un système d’exploitation, même allégé, ce qui semble difficile à réaliser compte tenu du coût de développement d’une tel produit. D’autre part aucun constructeur de terminaux téléphoniques n’a actuellement la maîtrise logicielle suffisante pour réaliser avec succès un tel développement. Option SICE 6 Juin 1995
  • 8. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption 1.2.2 Le micro-ordinateur Le micro-ordinateur a suivi de son côté une trajectoire inverse. Après avoir vu son intelligence (c'est à dire sa capacité de traitement et de stockage local) s’accroître de manière phénoménale (d’un facteur 100 a 1000 en dix ans) tandis que son prix décroissait fortement, il est devenu en mesure de communiquer les informations qu’il détenait ou produisait. Ce développement des fonctions de communication s’est d’abord effectuée dans un contexte scientifique, puis professionnel avec l’avènement du “client-serveur”, avant de se banaliser progressivement dans les connexions point à point et dans les accès réseau via RTC avec l’explosion du marché des modems, le dernier avatar de cette communication tous azimuts étant l’engouement actuel pour Internet et la multiplicité des offres de connectivité BBS ou IP. Par sa capacité de stocker et de traiter localement de plus en plus d’information à des coûts toujours décroissants, le micro-ordinateur s’impose donc progressivement comme le terminal idéal pour gérer de multiples communications asynchrones: télécopie monoposte ou en réseau, courrier électronique, et plus récemment accès IP. Si on laisse de côté les télécommunications d’entreprise fondées sur le couple LAN/PABX, il reste que sur les marchés des particuliers et du SO-HO1 , l’usage du RTC depuis un micro-ordinateur est en forte croissance. Là encore, les réseaux publics de télécommunications ne sont que plus les “tuyaux” par lesquels transite une valeur ajoutée externe, créée dans les terminaux. Les fonctions de téléphonie sont apparues plus tardivement, en raison de la complexité de leur implémentation sur micro (gestion des entrées/sorties son, des processus d’établissement et de réception d’appel, et surtout de l’absence de standard dans les protocoles de communication entre PABX et terminaux dans le monde de l’entreprise), et du coût des solutions disponibles. Mais à partir du moment ou le poste de travail est capable de gérer les communications asynchrones et les annuaires qui les accompagnent, et où l’intérêt d’une interface graphique dans la gestion de la téléphonie est devenu évident, la pression du marché a conduit les principaux constructeurs de matériel et de logiciel à développer des solutions de téléphonie. La plupart de ces solutions sont encore insuffisantes, malgré la présence dans les deux OS les plus répandus (Windows et MacOS) d’architectures et d’API de téléphonie, et ce depuis 1993. Une solution de téléphonie sur PC vaut encore environ $200 à $300, tandis qu’Apple est sur le point de proposer des solutions de téléphonie intégrée dans le mêmes fourchettes de prix. Cette unification de tous les processus de communication, asynchrone et téléphonie, sur un même terminal micro-informatique devrait donc s’accélérer dans les mois qui viennent, et se renforcer avec l’arrivée des premiers modems voix-données, soit de technologie propriétaire (Multitech) soit au standard D-SVD émergent auxquels sont déjà ralliés ATT, Intel, Hayes et US Robotics. Ces nouveaux modems donneront la possibilité de mélanger sur RTC conversations téléphoniques et échanges de 1 Small Office-Home Office, segment de marché en très forte croissance et concernant les petites PME, les professions libérales et les télétravailleurs. Option SICE 7 Juin 1995
  • 9. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption données, ce qui renforcera encore plus le micro-ordinateur dans son rôle de terminal de communications multifonctions. Ce tableau serait incomplet si on omettait de mentionner l’imminente sortie de la machine Be, développée depuis 5 ans par Be, Inc sous la direction de Jean-Louis Gassée, ex N° 2 d’Apple. Animée par deux processeurs PowerPC 603, munie d’un système d’exploitation propriétaire multitâche temps réel, cette machine a été entièrement conçue autour de la communication, et propose en standard la gestion de la téléphonie analogique (avec fonction de répondeur), de la télécopie, du son via une interface MIDI, et même des appareils électriques via une interface IX-10. Vendue autour de 15.000 F (prix public estimé), cette machine vise dans un premier temps le marché des développeurs et des bidouilleurs avertis, ainsi que le SO-HO, grâce a sa capacité de gérer plusieurs postes téléphoniques et d’être “vue” depuis le réseau comme un PABX. Notons enfin la présence d’une base de données relationnelle dynamique en standard au cœur de l’OS, ce qui permet à la Be-Box d’offrir un service d’annuaire unifié. Cette dernière fonctionnalité préfigure sans doute la migration et l’unification au cœur des futurs OS de tous les annuaires qui accompagnent séparément les applications de communication dédiée (annuaire d’e-mail, de fax, gestionnaire de contacts). 1.2.3 Y a-t-il de la place pour d’autres terminaux? Si on excepte le Minitel (qui est autant une réussite qu’un cas à part), peu de solutions intermédiaires semblent actuellement envisageables, qui présentent les avantages des deux extrêmes que sont le téléphone (simplicité d’emploi, coût) et le micro-ordinateur (interface graphique, paramétrages et automatisation, supports de communication multiples). Nous l’avons déjà souligné, l’ajout d’intelligence dans un téléphone est beaucoup plus difficile que l’ajout de capacités téléphoniques dans un terminal déjà intelligent. Les tentatives de screenphone existantes présentent une IHM encore trop pauvre, des possibilités d’évolution réduites, et une ouverture vers l’extérieur (import/export) quasi inexistante. La menace que représentent les micro-ordinateurs pour les réseaux de téléphone publics, en terme de localisation de l’intelligence et de la valeur ajoutée, est donc bien réelle. Option SICE 8 Juin 1995
  • 10. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption 2. L’intelligence dans les réseaux Nous venons de voir comment, sur le RTC, la valeur ajoutée avait été attirée à l’extérieur du réseau par l’enrichissement fonctionnel des terminaux connectés, en soulignant le cas extrême du micro-ordinateur. Par la puissance de stockage et de traitement local qu’il possède, il est à la fois le terminal de communication asynchrone idéal, et sera bientôt une alternative intéressante au téléphone. La problématique pour les opérateurs de télécommunications est donc de trouver et de déployer des services à valeur ajoutée qui leur permettent de conserver un avantage concurrentiel soutenable alors même que la bataille sur le transport est devenue quasi exclusivement une affaire de tarifs. Ces offres de service doivent donc satisfaire les critères suivants: • Apporter une réelle différence par rapport à un service équivalent sur terminal: idéalement, offrir des fonctionnalités que seul un réseau peut offrir. • Etre déployées et évoluer au moins aussi vite que la micro-informatique • Le faire à coût comparable ou inférieur à l’équivalent sur terminal D’après Jean-Bernard Stefani (CNET Paris A): “Les opérateurs peuvent cependant tirer profit de certains savoir-faire particuliers. Par exemple: la facturation, la sécurité, le contrôle et la gestion de ressources. En principe, avec la mise a disposition de “tuyaux flexibles”, il n'y a pas de service qui soit offrable par un opérateur télécom qui ne soit aussi offrable par les “terminaux”. En fait, la distinction même entre réseau et périphérie ne se justifie plus et la notion de terminal n'a plus grand sens: si un terminal peut exploiter des fonctions de signalisation pour contrôler des ressources du réseau de transport, ce “terminal” doit être considéré comme faisant partie intégrante du réseau. Par contre, il existent des configurations de mise en oeuvre de services qui peuvent être plus ou moins optimales d'un point de vue économique. Par exemple, fournir des fonctions de diffusion (“broadcast', “multicast”) est plus économique dans des configurations reparties (et donc impliquant des noeuds “internes” au réseau): ce qui signifie que les opérateurs ont a priori les mieux placés pour offrir ces services au meilleur prix.” La principale difficulté pour un opérateur est donc de constituer une offre de médiation entre ses clients et leurs fournisseurs, qu’il s’agisse de fournisseurs d’information, de biens, ou de service 2.1 L’exemple de la messagerie Le rôle de médiation au delà d’un simple transport peut être appliqué aux services de messagerie publique. L’opposition habituelle entre les messagerie SMTP et l’architecture X400 (mais aussi d’autres architecture plus propriétaires telles que les messageries de service online) tient surtout à la qualité de service offerte par X400, qui n’a pas d’équivalent dans le monde Internet malgré les efforts dispersés qui sont faits pour assurer des transmissions de bout en bout, ou de délivrer des accusés de réception, voire d’utiliser des protocoles de cryptage entre deux clients finaux: dans le modèle Internet/SMTP, le réseau ne fait que du routage et du transport de paquets. Option SICE 9 Juin 1995
  • 11. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption Mais le relatif insuccès d’X400, et le semi-échec d’un opérateur de France Telecom dans le déploiement d’une offre de messagerie X400, montrent que l’arbitrage entre l’ouverture nécessaire d’un système de messagerie et la qualité de service est très difficile. Dans les caractéristiques clés d'un système de messagerie, il y a d'abord son ouverture: les fonctionnalités ou la simplicité d'emploi d'une messagerie passent au second plan si un minimum d'interconnexion n'est pas assuré. Le relatif échec de Minicom se trouve principalement dans ce constat, et toutes les messageries des services online proposent désormais une interconnexion avec le reste du monde, le plus souvent via Internet, qui soit dit en passant retrouve là sa nature première de réseau de réseaux. Mais une fois assurée l'interconnexion avec le plus grand nombre, les messageries se différencient cependant selon deux axes majeurs: les fonctionnalités du système de messagerie proprement dit, et celles du client local. Ces fonctionnalités permettent non seulement de satisfaire des besoins clients exprimés ou à venir, mais peuvent être également à l'origine de phénomènes d'externalités de réseau qui doivent être vus comme des sources d'avantages concurrentiel soutenables. 2.1.1 Fonctionnalités d’un système de messagerie Les fonctionnalités du système de messagerie concernent principalement: • l'adressage: destinataires multiples, mise en copie, copie aveugle, annuaire de messagerie • la gestion des messages expédiés: possibilité de reprise sur un message déjà expédié mais non lu, notification de réception/lecture des messages expédiés, ou plus largement possibilité de consulter l'état de tous les messages déjà expédiés. • la sécurité: garantie de service, confidentialité, non répudiation, authentification, etc... • l’intelligence du moteur de messagerie: filtrage des messages (avant récupération dans la BAL), rejet des messages indésirables (avec notification) de type publicitaire ou harcèlement, gestion des priorités, répondeur de type "vacation mail" ("je ne pourrai pas consulter ma messagerie avant le tant, en cas d'urgence..."), support de messages types (formulaires, images, pièces jointes) facilitant les transactions en ligne, couplage avec un list processor (diffusion d'informations à une liste de destinataires qui se sont abonnés en envoyant un message automatiquement traité), etc... • supports multiples: reroutage vers un système de télécopie, reroutage postal, reroutage téléphonique avec synthèse vocale (mais problèmes inhérents au contenu des messages: fautes d'orthographes, sigles, abréviations, smileys, ...) Option SICE 10 Juin 1995
  • 12. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption 2.1.2 Fonctionnalités du client local Les fonctionnalités du client local de messagerie portent plutôt sur: • affichage/composition: message en texte stylé, multi-polices, support de la couleur • asynchronisme réel: possibilité de composer/répondre en offline, consultation périodique/automatisée de la BAL, notifications à l'initiative du système. • gestion locale du mail: BAL multiples, filtrage et agents locaux, forwarding, exportation vers traitement de texte, recherche full text sur plusieurs messages ou plusieurs BAL, encodage/décodage et gestion transparente des pièces jointes. • annuaire local: incorporation de l'adresse de l'émetteur dans l'annuaire du récepteur, création de listes, import/export vers d'autres applications notamment des PIMs,... • fonctions intelligentes: couplage du client mail avec des fonctions de gestion de contact ou d'agenda, messages intelligents comportant une petite IHM: de l'hypertexte type HTML avec des liens accessibles directement depuis le contenu d'un message (option-clic sur une adresse e- mail, référence à une zone du service, référence http...), jusqu'à MagicMail de General Magic ou un message peut contenir un exécutable,... Ces fonctionnalités sont classées par ordre prospectif croissant, des fonctionnalités "de base" jusqu'aux services "plus sexy" qui sont en cours d'investigation ou de développement chez plusieurs constructeurs. Mais c'est principalement sur ces fonctionnalités, qui toutes visent à structurer et à simplifier (voire "raccourcir") l'acte de communication pour le banaliser, qu'un service online peut encore se différencier aujourd'hui. 2.1.3 Segmentation par les usages Cette analyse nous conduit à distinguer deux usages de la messagerie qui peuvent délimiter deux segments de marché: • Un usage sporadique (de 1 à 5 messages reçus/émis par jour) peut caractériser les particuliers et les débutants: il correspond à un annuaire limité à une dizaine d'adresses, et l'offre actuelle de messagerie des grands services online est dans ce cas suffisante. • Un usage intensif (De 5 à 50 messages par jour) qui caractérise les professionnels ou les "branchés" (particuliers haut de gamme) correspond à un annuaire d'une centaine d'adresses. Il suppose une ergonomie différente, de multiples BAL, et se traduit par une demande orientée productivité (le mail peut être très consommateur de temps). Ces utilisateurs utilisent soit leur messagerie d'entreprise, soit une messagerie SMTP sous Unix avec accès depuis un PC ou un Mac, depuis une application comme Eudora (de Qualcomm). Option SICE 11 Juin 1995
  • 13. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption Nous écartons ici volontairement le segment restreint décrit par un usage massif (De 50 à 2000 messages par jour) qui caractérise les gourous, les administrateurs système, les services commerciaux (VPC, hotline, animation, Bill Gates). La messagerie y est alors couplée avec des systèmes spécialisés de filtrage, de réponse automatique, etc... Enfin, les systèmes de messagerie sont appelés à une double évolution qui accompagne l'explosion du trafic et la banalisation du mail: le premier volet concerne les moteurs de messagerie, le second les terminaux et applications clientes. Cette évolution se traduira par une capacité à assister l'utilisateur à gérer un volume de plus en plus important de messages, et à l'intégration des fonctionnalités de messagerie au coeur même des futurs OS. Bientôt il ne sera plus rare d'avoir plusieurs messageries, et l'intégration de celles-ci comme l'unification des annuaires seront les deux prochains défis majeurs à relever. A cet égard, l’architecture PowerTalk (Apple) illustre bien cet effort de faire converger en une boite aux lettre universelles différents services de communication (y compris la télécopie) hétérogènes. 2.1.4 Messagerie de services online: externalités de réseau Il est donc clair que la messagerie est un élément de différenciation clé pour un service online. Si un opérateur de télécommunications est par exemple capable d'offrir des services de sécurité (authentification, non-répudiation, notarisation), tout en maintenant une utilisation de la messagerie gratuite (à part la notarisation par exemple), il aura là un produit d'appel très concurrentiel. Reste à lui ajouter un maximum de fonctionnalités à la fois côté moteur et côté client, de manière à ce qu'elle devienne la messagerie principale des particuliers (et de quelques professionnels y compris les SO- HO). La segmentation des utilisateurs de messagerie pourrait inspirer une segmentation analogue de l'offre de messagerie d’opérateur. Le cas de la messagerie MagicLink est à part: certes celle-ci est une des grandes forces de l'architecture General Magic, mais elle n'est pas "détachable" de leur offre puisqu'elle repose simultanément sur l'OS MagicCap côté client et sur Telescript côté réseau. Un des principaux avantages du micro est sa capacité de retraitement et de stockage en local. Du coup, les utilisateurs gèrent leur messagerie en mode non-connecté, et leur BAL se trouve sur le micro, le serveur de messagerie ne stockant que les messages fraîchement reçus ou à envoyer. Le stockage permanent du mail ne sera donc confie à la plateforme que lorsque l'utilisateur consultera son mail depuis un terminal bête (Minitel) ou depuis un terminal qui n'est pas le sien. Sinon, il préférera vraisemblablement garder ses infos personnelles sur sa machine personnelle. Cet exemple met donc en valeur les phénomènes d’externalité de réseau: si une messagerie est à la fois ouverte (par le bais de passerelles, ou bien parcequ’elle s’appuie sur le couple SMTP/MIME) et permet donc de communiquer avec l’extérieur du réseau, mais que seuls les abonnés à ce réseau peuvent bénéficier de fonctionnalités que des terminaux seuls ne peuvent pas offrir, notamment en ce qui concerne la qualité de service, la sécurité, et la notarisation, la différence peut alors se faire en faveur du réseau. Mais cette “répartition” des fonctionnalités entre terminal et réseau n’est possible Option SICE 12 Juin 1995
  • 14. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption que si l’opérateur de la messagerie maîtrise les fonctionnalités du/des client(s) de messagerie qui se trouvent dans les terminaux. Atteindre cet objectif par des développements en interne semble presque illusoire, car ceci suppose des compétence en OS et en IHM pour micros qu’aucun opérateur ne maîtrise vraiment. Y parvenir en spécifiant et en passant des accords avec des partenaires extérieurs semble plus raisonnable, mais fait courir un risque de mise sur le marché tardive. La solution la plus adaptée reste sans doute de passer des accords de partenariats forts avec un ou plusieurs constructeurs, ce qui permet d’avoir recours à des technologies “sur étagère”, et de diminuer les cycles de développement/adaptation. 2.2 Autres champs d’application Cet exemple met donc en valeur les phénomènes d’externalité de réseau: si une messagerie est à la fois ouverte (par le bais de passerelles, ou bien parcequ’elle s’appuie sur le couple SMTP/MIME) et permet donc de communiquer avec l’extérieur du réseau, mais que seuls les abonnés à ce réseau peuvent bénéficier de fonctionnalités que des terminaux seuls ne peuvent pas offrir, notamment en ce qui concerne la qualité de service, la sécurité, et la notarisation, la différence peut alors se faire en faveur du réseau, à condition d’atteindre rapidement une masse critique d’abonnés. L’importance de ce dernier point peut être illustrée par le réseau PersonaLink, déployé par ATT pour les terminaux sous OS MagicCap: l’intelligence est répartie entre terminal et réseau, ce dernier s’appuyant sur la technologie agent Telescript. Mais au bout d’un an, PersonaLink ne compte que 6000 abonnés: le bénéfice de s’y abonner est donc très marginal. 2.2.1 Services de téléphonie évoluée Il y a cependant d’autres domaines, d’autres services ou se pose la question du partage de l’intelligence entre terminaux et réseau: il s’agit de tous les services évolués liés à la téléphonie. Nous laissons volontairement de côté les services de réseau intelligent où la fonctionnalité majeure est le rerouta ge d’appel (N°s verts, azur), car ils n’ont pas d’équivalent dans les terminaux: ce sont les économies réalisées sur le reroutage des appels qui justifient ces services. En revanche, la question d’autres services “confort” peut se poser. Nous examinons donc ici un certain nombre de services existants ou à venir pour essayer d’en préciser la localisation par rapport au réseau ou au terminal. 2.2.2 Boîte vocale et répondeur inverse Nous avons déjà traité le cas de la messagerie vocale “classique”, mais les évolutions prévisibles (fonctions de navigation, boîtes vocales multiples) apparaîtront d’abord sur le terminal intelligent (cycles de développements courts) qu’est le micro-ordinateur. De plus, l’apparition de “stratégies” individuelles de communication impliquée par ces nouvelles fonctionnalités (se souvenir de l’impact qu’a eu le répondeur) sera grandement facilitée par l’interface graphique qui vous permettra de “voir” arriver vos appels entrants (par exploitation du caller ID) et de les gérer en conséquence: message d’accueil contextuel et personnalisé (je ne suis pas là ou je suis occupé, bonjour Option SICE 13 Juin 1995
  • 15. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption Pierre j’ai bien noté ton appel, ...), boites vocales multiples, interrogations par mot des passe, message d’attente, demande de rappel, ... Le micro étant capable d’associer vos communications avec d’autres événements qu’il suit également(agenda, pense-bête, courrier électronique), il est le terminal idéal pour vous aider à gérer le flux toujours croissant d’informations auquel vous serez confronté. Cet avantage du micro par rapport au réseau (boite vocale publique consultable par téléphone) s’exprime donc à la fois en termes d’interface et de liens avec d’autres processus. Qu’est-ce maintenant que le répondeur inverse? C’est la possibilité, lorsque mon correspondant est occupé, et que je n’ai pas un besoin urgent de lui parler de vive voix, d’enregistrer mon message, et de confier à mon terminal ou au réseau le soin de rappeler jusqu’à ce qu’il décroche. Alors le message est lu (le système précisant au destinataire qu’il s’agit d’un message enregistré), un menu sommaire à touches permettant de réécouter le message si besoin. On peut également imaginer qu’il soit possible de répondre directement à ce message: le téléphone de l’appelant sonne alors et, si celui-ci ne prend pas l’appel, la réponse est stockée sous forme de message retour. Une réponse décalée dans le temps est aussi envisageable, surtout si dans le message original figure, codé en DTMF, le N° de téléphone de l’appelant. Comment implémenter une telle fonctionnalité? La logique technique pure voudrait qu’elle soit placée dans le réseau, sans doute aux côtés d’un système de messagerie publique. Ceci permettrait en effet de libérer immédiatement la ligne de l’appelant, et de confier au réseau le soin d’acheminer le message. Il ne s’agit donc pas exactement d’un système de messagerie vocale en ce que l’appelé n’a pas forcément de boîte vocale, ou que celle-ci n’est pas toujours activée en cas d’occupation. Mais dans ce cas là, comment préciser au réseau l’heure limite de rappel en fonction de l’appelé? Combien de temps faudrait-il à France Telecom par exemple pour déployer et commercialiser un tel service? La même implémentation dans un micro-ordinateur ne concerne qu’une évolution d’un logiciel de gestion de la téléphonie. Il est vrai en revanche que le codage DTMF du numéro de l’appelant est plus lourd que l’exploitation du caller ID qui permet plus simplement de rappeler l’appelant en exploitant l’intelligence du réseau. On peut appliquer ce raisonnement à d’autres cas dérivé de la messagerie vocale: certains utilisateurs par exemple sont encore “surpris” et “gênés” lorsqu’ils tombent sur l’annonce d’un répondeur, et lorsque retentit le bip sonore, ils sont pris de court, ne savent pas quoi dire, et raccrochent. Dans ce dernier cas, l’offre de service viendra certainement du terminal pour des raisons d’ergonomie. 2.2.3 Services confort (actuels et futurs) Le terminal apparaît donc comme plus approprié que réseau dans tous les cas où il faut configurer des services de téléphonie, définir des profils, modifier des fonctionnalités. La présence d’une interface graphique, le stockage local, et surtout les liens existants ou possibles avec d’autres processus externes expliquent cet avantage. Si on considère maintenant des fonctions de contrôle de la téléphonie, portant par exemple sur Option SICE 14 Juin 1995
  • 16. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption des restrictions de temps quotidiens, ou des restrictions de numéros, on s’aperçoit qu’un tel service peut être rendu de manière équivalente sur le terminal (qui n’a même pas besoin dans ce cas d’être un micro-ordinateur, un screenphone suffit largement) et dans le réseau. Mais le coût de déploiement de cette simple fonction est prohibitif comparé à l’achat d’un terminal équipé de ce type de “contrôle parental”. Prenons un autre cas, celui de la gestion de l’urgence (ou priorité absolue). L’établissement d’une communication avec une personne par tous les moyens possibles peut être réalisée à la limite plus facilement par un micro que par le réseau: dans combien de temps les services de PCN seront-ils prêts, et à quel coût, alors qu’une fonctionnalité similaire sur micro est réalisable dès lors qu’on a une carte de visite complète et à jour des moyens de joindre cette personne? Le principale problème à régler est alors de joindre le destinataire par téléphone en cas d’occupation. Du côté du réseau, le service de signal d’appel peut être utilisé, mais il n’indique aucun degré d’urgence. Il n’y a pourtant que l’opérateur de télécommunications qui puisse faire passer l’appel en priorité, en attendant les modems voix-donnée ou la généralisation du RNIS (utilité du mini-message, mais là encore, c’est au terminal de le décoder et de le traiter). Revenons enfin aux services confort: ceux-ci sont a priori l’apanage du réseau, qui seul est capable d’offrir signal d’appel, transfert d’appel, et conversation à trois. Cette prééminence risque d’être menacée par la machine Be, dont des évolutions prévoient l’intégration de telles fonctionnalités par ajouts logiciels: la Be-Box sera ainsi “vue” du réseau comme un PABX dont elle reprendra certaines fonctionnalités, dont le transfert d’appel2 . 2.3 Le cas des annuaires L’examen précédent des services de télécommunications valorisant les réseaux d’opérateur montre que dans presque tous les domaines, les terminaux sont ou seront bientôt capable d’offrir des fonctionnalités équivalentes, pour un coût moindre, et avec une mise sur le marché (développement, commercialisation) plus rapide. La menace que représentent ces nouveaux terminaux et le glissement de la valeur ajoutée hors des réseaux (en dehors des fonctions d’acheminement et de routage qui subsisteront pour des raisons purement économiques) est donc bien réelle. Il est cependant un domaine ou les opérateurs, et France Télécom en particulier, conservent une maîtrise absolue d’un service que des terminaux ne pourront fournir. Il s’agit du domaine dans lequel le rôle de fédération de l’opérateur est irremplaçable: les annuaires et l’exploitation des services liés à ces annuaires. 2 Cette information nous a été confirmée le 4 Juillet 1995 par Jean Calmon, représentant de Be en Europe Option SICE 15 Juin 1995
  • 17. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption 2.3.1 Importance et limites actuelles de l’annuaire local Depuis quelques années, on voit fleurir sur le marché de la bureautique professionnelle et grand public des logiciels dédiés à la gestion des contacts et des emplois du temps, individuels et collectifs. Il y a deux ans environ sont alors apparus les premiers vrais PIM3 , qui proposent une gestion intégrée des contacts, des rendez-vous, des tâches4 et des prises de notes. Ils se distinguent les uns des autres essentiellement sur deux plans: la richesse et l’existence de liens. La richesse a surtout trait au nombre de champs (prédéfinis ou libres) utilisés pour la description des contacts, à la possibilité de regrouper ceux-ci en catégories, ou de composer des numéros de téléphone via un modem, en passant par les différentes “vues” possibles, les options de tri, d’import/export, et la qualité de l’interface graphique. L’existence de liens permet quand à elle d’établir des relations dynamiques entre des rendez- vous, des personnes, des tâches, et des notes. Si ces liens sont encore rudimentaires (pas de récapitulatifs ni de typage de ceux-ci), ils permettent cependant d’avoir à portée de la souris les coordonnées de celui avec lequel on a rendez-vous, ou la liste des rendez-vous prévus avec une personne donnée: cette fonctionnalité justifie à elle seule l’utilisation de ces assistants électroniques par opposition au classique couple “papier” agenda+répertoire. La communication et la gestion des contacts se font donc de plus en plus de manière électronique. Mais cette informatisation, censée initialement décharger l'utilisateur de tâches répétitives ou redondantes (recopie d'adresses, mises à jour croisées, etc...) est loin d'avoir atteint son but, ce qui ralentit d’ailleurs le développement du marché; les premiers adeptes de ces technologies, qui ont déjà fait l’effort de la saisie de leurs informations personnelles/professionnelles, sont dès lors réticents aux manipulations supplémentaires et fastidieuses exigées par le passage d’un produit à un autre. Il existe en effet peu de logiciels adoptant la même représentation des personnes des adresses, et des plannings. Le transfert des données d'un ancien produit vers un autre plus récent, la synchronisation même des données entre un agenda électronique de poche et un PC se heurtent souvent à des différences de représentation. Il ne s'agit pas là d'une question de format de fichier (la plupart des produits savent importer/exporter des fichiers ASCII codés en Tab/Return5 au minimum), mais bien de représentation conceptuelle et organisationnelle des données personnelles/professionnelles et de leur traitements. De plus, sachant que ces produits sont in fine destinés à recueillir, manipuler, organiser et surtout communiquer de petits morceaux d’information, se pose la question des adresses en général. Par adresse nous entendons tout couple (système de transport, chemin d’accès) permettant d’entrer en 3 Personal Information Manager 4 Non au sens de la gestion de projet mais plutôt de la “To Do List” 5 Les différents champs sont séparés par des tabulations, et les enregistrements le sont par des retours chariot Option SICE 16 Juin 1995
  • 18. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption contact avec un individu ou une organisation: adresse postale, numéros de téléphone, de télécopie, de serveurs accessibles par des modems, adresses électroniques pures (Internet) ou liées à un service online (CompuServe, AOL, eWorld,...). S’il ne revient pas à ces logiciels d’établir les communications par eux-mêmes (encore qu’on puisse imaginer des prises de contrôles de logiciels de communication via des langages de script, mais nous n’en sommes pas encore là), il leur est en revanche nécessaire de pouvoir alimenter les fichiers d’annuaire locaux de ces logiciels, autrement dit de considérer la base de données de contacts comme le centre d’une architecture client-serveur. Or ceci n’est pas non plus le cas actuellement, notamment du fait de la pauvreté sémantique des adresses. Cette pauvreté sémantique complique encore tout dès qu’il s’agit de communiquer une adresse à d’autres personnes par voie électronique: il n’existe aucune représentation standard des adresses, même postales, l’exemple le plus patent étant celui du numéro de téléphone. 2.3.2 Multiplicité des annuaires locaux Nous venons de voir que de nombreuses communications n’ont pas lieu, ou ont lieu dans de mauvaises conditions, parce qu’il est encore trop rare d’avoir la bonne information, au bon moment, au bon endroit, et au bon format. On voit ainsi se côtoyer sur les micro-ordinateurs de multiples répertoires, correspondant par exemple: • à un gestionnaire de contacts Option SICE 17 Juin 1995
  • 19. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption • à un répertoire de courrier électronique • à un répertoire de télécopie Option SICE 18 Juin 1995
  • 20. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption Sans pour autant que les passages de l’un à l’autre soient aisés: import/export supportant des formats de représentation différents, impossibilité d’invoquer les applications de communication depuis un “centre de communications” commun, difficultés de mise à jour simultanée ou de synchronisation de tous les répertoires. 2.3.3 Atouts et limites de l’annuaire électronique L’annuaire électronique est un des moteurs de la télématique à la française, correspondant à un savoir faire d’opérateur unique, et qui illustre le type de service de fédération que peut rendre un réseau. Les terminaux se sont adaptés à ce nouveau service, et des émulateurs pour micros sont très vite apparus. Plus récemment ont vu le jour des outils de capture automatisée de celui-ci, comme Aldune de chez AltiSoft. Mais dans la plupart des cas, la mise à jour d’annuaires locaux au moyen de l’annuaire électronique reste très difficile, plus pour des raisons de formalisme des données que de codage de l’information. Il reste donc un fossé à combler entre les annuaires locaux et l’annuaire d’opérateur. 2.4 Conclusion Au terme de cette analyse de la situation, il convient d’essayer d’apporter des réponses concrètes au problème que nous avons décrit et exposé dans le détail. Il nous semble ainsi que les services fondés sur une maîtrise des annuaires recèlent de grandes opportunités de services à forte valeur ajoutée, services que les terminaux sont incapables de rendre seuls, mais qui exigent cependant de tenir compte des spécificités de ces terminaux. Dans les trois parties suivantes, nous allons élaborer des pistes de réflexion et des propositions dans ce domaine. La troisième partie expose et détaille les services à construire sur la base de la technologie d’annuaire électronique. Dans la quatrième, nous proposons un format de représentation qui permette de réconcilier les annuaires locaux et les annuaires d’opérateur. La cinquième partie développe un format de représentation enrichie du numéro de téléphone. Ces travaux, effectués à titre quasi-individuel, ne peuvent déboucher sur une proposition de standard de collaboration et d’échange de données de communication du fait même de leur contexte isolé. Nous évoquerons cependant à la fin de ce mémoire l’initiative Versit, développée par Apple, ATT, IBM et Siemens-Rolm (à noter qu’on retrouve ici des partenaires venant du monde de la micro, des télécommunications, des réseaux et des PABX), qui vise précisément à promouvoir des standards de coopération entre terminaux. Malheureusement, les premières spécifications PDI (Personal Data Interchange) relatives à ces questions d’annuaires n’ont été rendues publiques qu’il y a quelque jours, et nous avons juste eu le temps de constater qu’une partie de nos travaux y est largement abordée. Nous avons donc l’intention d’apporter notre contribution sous la forme du feedback dont a besoin Versit pour finaliser ces spécifications PDI. Option SICE 19 Juin 1995
  • 21. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption 3. Services d’annuaires La banalisation à moyen terme des terminaux intelligents et communicants (micros, PDA) s'accompagne de la généralisation des annuaires locaux. Par la souplesse de format qu'ils apportent, les fonctions de recherche et de retraitement qu'ils offrent, ceux-ci vont vite devenir un composant majeur dans tout terminal communicant, avec une migration à terme depuis les applicatifs vers les OS (cohérence et pilotage homogène des modules de communication). Les opérateurs de télécommunications doivent tenir compte de cette évolution, qui offre de nouvelles opportunités de services. L'annuaire électronique est une des technologies phares de France Telecom sur laquelle il est possible de capitaliser, en fournissant aux utilisateurs des services de: • Constitution d'annuaires locaux (à partir de la facturation détaillée par exemple) • Enrichissement de l'annuaire fédéral (rendu éditable, à l'exception du numéro de téléphone et du nom) • Synchronisation d'annuaires locaux avec l'annuaire fédéral (garantissant une mise à jour du premier) en se concentrant sur l'élimination de toutes les redondances, ressaisies, manipulations inutiles. 3.1 Constitution d'annuaires locaux Ce service permet d'initialiser les annuaires électroniques locaux (la constitution de ceux-ci à partir de listes papier étant souvent un frein au passage à l'électronique). Il se fonde sur la recherche inverse à partir de la facturation détaillée. Afin d'éliminer les artefacts, l'utilisateur peut choisir de récupérer tous les deux mois: • soit les coordonnées (nom, adresse, téléphone,...) correspondant à tous les numéros appelés plus de n fois (n>1) • soit les coordonnées précédentes filtrées par des critères tels que professionnels/particuliers, etc. Cette recherche inverse peut être couplée avec un service de synchronisation décrit un peu plus loin, afin d'éviter les redondances au bout de quelque temps. Et pour éviter les abus prévisibles (VPC, Impôts,...) les adresses référencées dans l'annuaires sont ainsi munies de trois nouveaux champs: • Un champ d'identification (N° de tel+date dernière mise à jour par exemple): il permet de vérifier la nécessité d'une synchronisation annuaire local<->annuaire FT • Un champ de type: Particulier/Professionnel, permettant de distinguer les personnes physiques des personnes morales • Un champ d'autorisation, modifiable par le propriétaire de l'adresse ou par FT sur demande de celui-ci, permettant de paramétrer les autorisations de synchronisation/constitution: ainsi un particulier ou une entreprise peut autoriser/interdire la synchronisation/constitution demandée par des particuliers et/ou des entreprises. Option SICE 20 Juin 1995
  • 22. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption 3.2 Enrichissement de l'annuaire FT A l'exception du nom, de l'adresse, et du numéro de téléphone, l'utilisateur pourrait ajouter et modifier des informations telles que: ses différentes coordonnées e-mail, l'URL de sa page Web, les horaires auxquels il ne souhaite pas être appelé, d'autres numéros de téléphone (résidence secondaire, portable,...) France Telecom n'est en effet plus un opérateur de téléphonie au sens strict, mais bien un opérateur de télécommunications: il est donc souhaitable que l'annuaire ne se limite pas à l'adresse et au numéro de téléphone, mais soit étendu à tous les moyens par lesquels on peut communiquer avec un abonné. 3.3 Synchronisation d'annuaires locaux avec l'annuaire fédéral6 On consulte le 11 lorsqu'on cherche des coordonnées qu'on ne possède pas. Puis ces coordonnées sont le plus souvent notées dans un calepin, plus rarement saisies dans un répertoire électronique sur micro ordinateur. Ce dernier cas de figure est conduit à se développer, par les fonctionnalités de recherche, d'annotation et de retraitement qu'il offre (que l’on retrouve désormais sur micro dans les PIM, ou dans des terminaux portables de type PDA ou PIC) Mais on ne consulte pas le 11 régulièrement, afin de savoir si les personnes dont on possède les coordonnées ont déménagé. Qui plus est, le 11 actuel est incapable d'effectuer des recherches sur la métropole entière. Le prochain service à offrir, en conjugaison avec la constitution d'annuaire à partir de la facturation détaillée, est donc un service de synchronisation automatique. Sur base de l'identifiant proposé, l'annuaire FT vérifie à chaque connexion que l'annuaire local est à jour. Si ce n'est pas le cas, il offre à l'utilisateur la possibilité (y compris de manière transparente) de mettre à jour les fiches relatives à des personnes ayant changé d'adresse et/ou de numéro de téléphone. Cette mise à jour n'intervient que sur les informations publiques contenues dans l'annuaire fédéral, sans modifier les informations locales (annotations de l'utilisateur), et à la condition que les fiches en question autorisent cette manipulation. France Telecom peut ainsi offrir un service garantissant la mise à jour des annuaires locaux. 6 Le terme d’annuaire fédéral désigne, par opposition à l’annuaire local, le service rendu par un opérateur, que celui-ci soit un PABX, ou un opérateur de télécommunications. La fédération et la collaboration sont en effets des services clés que seuls les réseaux sont en mesure de rendre (à cause de l’externalité engendrée). Option SICE 21 Juin 1995
  • 23. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption Le système étudié met en relation un opérateur de télécommunications, un client principal, et des clients annexes (mis en relation avec le client principal via l’opérateur lors de l’établissement de communications téléphoniques, mais aussi lors de la synchronisation des annuaires respectifs). 3.4 Mise en œuvre Type d'échange Destinataire Informations Traitement Remarques transmises déclenché Changement Opérateur Coordonnées Mise à jour d'adresse minimales Annuaire opérateur Demande de Opérateur Demande de Facturation Service constitution de service, options détaillée sous nécessitant la répertoire particuliers/profes forme électronique facturation sionnels, seuil détaillée d'appels Demande de Opérateur Identifiants des Comparaison des Service synchronisation fiches répertoire identifiants et transparent répertoire/Annuaire concernées mise à jour si avec dialogue en nécessaire option Appel téléphonique Client annexe, Autre abonné: Facturation (avec incitation Opérateur caller ID détaillée. Message à se connecter (transparent) Opérateur: N° vocal si au service si appelé changement de abonné) numéro Autorisation de Opérateur Catégories Modification des Peut se panacher synchronisation d'abonnés pour droits dans la fiche avec des lesquels la annuaire de services de liste synchronisation est l'abonné rouge et orange autorisée/interdite Édition de la fiche Opérateur Informations Mise à jour annuaire supplémentaires Annuaire (adresses Opérateur électroniques, horaires d'appel,…) Matrice des échanges d’informations et de services On s’aperçoit que dans ce modèle, client principal et client annexe sont interchangeables, pour peu qu’ils bénéficient du même service. On peut alors construire un modèle générique des traitements pour chaque échange. Option SICE 22 Juin 1995
  • 24. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption 3.5 Format de données L’étude des traitements génériques permet d’extraire les données nécessaires à l’établissement d’un modèle des données. On voit ainsi apparaître la nécessité de pouvoir distinguer les particuliers (ou personnes physiques) des professionnels (ou personnes morales, en incluant l’administration), et ce de manière fiable dès l’ouverture de ligne afin d’éviter les abus: profession libérale dans le secteur de la VPC demandant une ouverture de ligne à titre privé. Des questions juridiques sont donc soulevées par ce modèle, y compris en ce qui concerne le respect des lois Informatique et Libertés. Cependant, tant qu’on laisse le choix à l’utilisateur final, on peut espérer que cela “passe”. Les procédures proposées mettent également en valeur l’importance de deux catégories de données: 3.5.1 Identifiant des fiches annuaires L’identifiant va permettre de déclencher une mise à jour d’annuaire local lors d’un processus de synchronisation d’annuaires: cette mise à jour se produit soit lors d’un changement de numéro de téléphone, soit lors d’une mise à jour (provoquée par son “propriétaire”) de la fiche annuaire par édition de celle-ci. On peut donc en conclure que le numéro de téléphone suivi de la date de dernière mise à jour conviendrait. Mais ceci ne résout pas le cas du changement de numéro de téléphone, qui implique dans notre modèle un changement d’identifiant. Or le délai minimum de réattribution d’un numéro de téléphone est de deux mois. Un mécanisme de suivi semble déjà partiellement en place puisque dans certaines zones, un appel à un numéro qui n’est plus attribué aboutit sur un message vocal indiquant le nouveau numéro à composer. L’identification peut donc se faire sur le numéro le plus ancien, et deux cas de figure se présentent: • Numéro toujours valable: on consulte alors la date de dernière mise à jour • Numéro “désattribué”: il pointe alors sur une nouvelle fiche annuaire avec un nouveau numéro 3.5.2 Statut de l’abonné et droits d’accès Dans ce modèle où la mise à jour des annuaires locaux est ainsi simplifiée et automatisée, il faut assurer une garantie de protection contre la constitution de fichiers par des tierces parties commerciales ou administratives (fisc, police), afin de protéger les libertés privés. Cette question n’est pas récente (piratage du 11 par exemple) et était jusqu’ici résolue par la lenteur du réseau d’accès à l’annuaire et la nécessité de “veiller” activement pour essayer de détecter des changements d’adresse, Option SICE 23 Juin 1995
  • 25. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption ce dernier point étant lui-même compliqué du fait que l’annuaire électronique n’autorise pas de recherches à l’échelon national. Nous avons vu que l’adoption du numéro de téléphone (récent ou désattribué) comme identifiant permettait de s’affranchir de ces contraintes, et renforce ainsi la nécessité de protection. La première conséquence est qu’il faut pouvoir distinguer, parmi les abonnés, les personnes physiques (particuliers) des personnes morales (entreprises, professionnels, administrations,...). La prise de ligne téléphonique devrait donc s’accompagner d’une déclaration de “statut”, faite sur l’honneur, et dont le non respect pourrait entraîner des poursuites pénales lourdes. Sans aller jusqu’à cette extrémité, une segmentation commerciale pourrait inciter les “cas limite” (profession libérales, artisans, bref tout individu exerçant une activité professionnelle à domicile) à adopter un “statut” de personne morale. Cette discrimination est imparfaite et doit donc s’accompagner, pour tous les abonnés, d’une panoplie de droits d’accès par lesquels ils restreignent voire interdisent l’utilisation de leur fiche annuaire: il s’agit d’un “profil d’accès” défini par l’abonné, et transmis à l’opérateur d’annuaire lors de la procédure d’autorisation de synchronisation. Le profil est donné par la table suivante, à remplir par chaque abonné: O=Accès autorisé Consultation Couplage Synchro Remarques X=Accès Interdit annuaire facturation annuaire détaillée local Tous X-X-X -> Liste rouge particuliers professionnels O-X-X -> Equivalent de la liste Safran A partir de mon Permet de n'accorder des droits d'accès annuaire local qu'à ceux que l'on "connaît" déjà. tous Par exemple, tous ceux que je "connais" on le droit de synchro, les autres étant limités à la consultation particuliers professionnels Selon fiche Délicat, car suppose une gestion individuelle locale des droits, et des échanges lourds avec le service d'annuaires. Mais cette solution reste sans doute la plus sûre Profil d’accès Option SICE 24 Juin 1995
  • 26. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption 4. Modèle des données Les éléments précédents nous permettent donc de construire un modèle de données que nous centrerons autour de ce que nous appelons “fiche de contact”. Une fiche de contact est l’ensemble des informations représentant une personne (physique ou morale), assortis des moyens permettant d’entrer en communication avec cette personne. Dans un modèle d’assistant personnel (PIM), la fiche de contact est en effet le pivot de toute information qu’il s’agisse d’un rendez-vous, d’une tâche à accomplir, d’une prise de notes, de l’établissement d’une communication, ou d’un compte-rendu de communication. 4.1 Fiche de contact: principe De plus, certains éléments d’information sont nécessairement communs à l’organiseur local et à l’annuaire d’opérateur, tandis que d’autres sont strictement privés. On peut donc proposer un premier degré de définition des données de la manière suivante: PrivŽ Public (Pim) (Annuaire) Rendez-vous Description de Description de (Agenda) la personne la personne T‰che (To do list) Adresses Adresses Autre fiche (parentŽ, lien) Notes Infos supplŽ- Infos supplŽ- (Notes) mentaires mentaires Autre Fichier (liens externes) CatŽgories CatŽgories RelevŽ de comm¡ (TŽlŽphonie) Autres modules Fiche de contact Principe de la fiche de contact Option SICE 25 Juin 1995
  • 27. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption 4.2 Fiche de contact: détail par blocs Nous allons maintenant affiner notre approche en détaillant chaque bloc de la fiche de contact. Pour chacun de ces blocs (Description de la personne, Adresses, Infos supplémentaires, Catégories), nous préciserons le contenu, les éventuels liens (internes ou externes), ainsi que le caractère privé (Annuaire local) ou “public” (Annuaire d’opérateur). 4.2.1 Description de la personne Ce bloc contient les informations relatives à la personne (physique ou morale) Description de Exemple Remarques Public la personne (Oui/Non/Option) Nom Dupont Oui Prénom Jean Oui Personnel Préfixe Monsieur Oui Suffixe Senior Option Surnom Dudu Option Date de naissance 19 Aout 1954 Non Liens et Madame-> Dans le PIM, permet de A voir autre fiche représenter des familles Entreprise Alcatel NV Non Professionnel Division/service DRH Non Titre/Poste Recruteur Non Une difficulté se pose pour représenter des liens notamment familiaux (Monsieur et Madame). On pourrait imaginer un lien de type famille Famille Même nom? oui époux/épouse • date de naissance • enfants non - prénom - nom (demi frères/sœurs) - date de naissance lien avec autre fiche de contact Option SICE 26 Juin 1995
  • 28. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption Si cette question peut sembler annexe dans le cadre de la gestion locale de l’information, elle reste plus problématique au sein de l’annuaire opérateur, dès lors qu’il s’agit de joindre Marianne Dupont, l’épouse de Jean, ou Mathieu leur fils: comment joindre par téléphone des individus différents vivant sous le même toit, sans avoir à créer autant de fiches annuaire lorsque ce n’est pas justifié (famille avec enfants). La question reste ouverte... Une autre distinction reste à effectuer pour les coordonnées professionnelles: dans le cas d’une personne physique, des coordonnées professionnelles figureront dans un annuaire local ou un PIM à l’issue d’un échange de carte de visite, dans le cadre de relations professionnelles, mais elles ne figurent pas dans un annuaire d’opérateur (à l’exception des professions libérales et entreprises individuelles). Reste à représenter des entités qui ne sont pas associées à des individus, mais à des services “anonymes”: • Standard téléphonique • Service clientèle • Guichet téléphonique d’une banque Une solution possible revient alors à distinguer deux types de fiches contact, celles qui sont personnelles et celles qui sont anonymes. C’est la démarche adoptée par General Magic pour son interface Magic Cap, et elle semble complémentaire de la distinction particuliers/professionnels (ou personnes physiques/personnes morales) effectuée dans les fiches contact “personnelles”. 4.2.2 Description des adresses Ce bloc contient les différentes adresses d’une personne, l’adresse étant entendue dans son sens le plus large, comme étant l’information nécessaire à l’aboutissement d’une communication, synchrone ou asynchrone, avec une personne. On constate dans un premier temps la nécessité de typer les adresses, ce qui est indispensable pour préciser soit des situations fonctionnelles/géographiques (domicile, bureau, vacances, GSM), soit des contraintes/fonctionnalités d’utilisation (fax, pager). C’est dans le même esprit que sont ajoutés des liens (dans le PIM) vers les applications gérant certaines adresses (télécopie, e-mail, browser Web) afin de permettre (si le terminal supporte cette architecture) l’établissement des communications par un simple clic sur l’adresse, ainsi que d’éventuels paramètres (protocoles supportés, type de terminal) dans le cas d’adresses électroniques pour simplifier à l’avance les procédures de connexion et ou de codage. Le cas du numéro de téléphone est traité à part, dans la mesure où la disparité de représentation des numéros, la variété des services téléphoniques, et la diversité des terminaux raccordés justifient l’inclusion directe à l’intérieur du numéro de téléphone d’une importante quantité d’informations supplémentaires. Ce cas est donc abordé séparément dans la partie 5. Option SICE 27 Juin 1995
  • 29. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption Nous pouvons ainsi décrire le bloc d’adresses de la manière suivante: Adresses au Exemple Remarques Public sens large (Oui/Non/Option) Type Domicile Standard (Domicile, selon type bureau, GSM) + spéciales (Vacances, ...) Rue 4 Rue Didot Texte, longueur variable, Oui, selon type éventuellement formatté (batiment, escalier,...) Ville Toulouse Oui, selon type Postale(s) Code postal F-31400 Code postal "normalisé" Oui, selon type Etat ou "Cedex" <vide> Etat pour les Oui, selon type confédérations, ou Cedex, ou champ équivalent Pays France Détermine la mise en page Oui, selon type des enveloppes selon l'usage local Type Domicile idem postal, + N° selon type + N° principal? (identifiant principal? annuaire opérateur) Téléphone(s) Numéro ()61.25.35.45 Représentation enrichie Oui, selon type (voir 5) Application Apple Phone lien avec l'application Non (purement local) locale de communication Type e-mail Standard (E-mail, X400, Option WWW, ou URL) + spéciales (autre messageries) Adresse dupont@tele.fr Option Electronique(s) Paramètres SMTP, Mime Jeux de caractères, Option 1.0, Macintosh codage, type de terminal Application Eudora 2.1.1 lien avec l'application Non (purement local) locale de communication Les adresses postales, numéros de téléphone, et adresses “électroniques” peuvent être multiples dans l’annuaire local. Le numéro principal sert à constituer l’identifiant dans l’annuaire d’opérateur (voir partie 3). Les autres numéros de téléphone, ainsi que les adresses électroniques, font partie des informations “libres” que l’abonné peut rajouter à sa fiche annuaire. L’adresse postale principale est quant à elle identifiée pour les mêmes raisons, et couplée dans l’annuaire d’opérateur au numéro de téléphone principal. S’il y a des adresses multiples pour une même personne dans l’annuaire d’opérateur, elles sont traitées comme autant de fiches, avec une possibilité de lien entre les fiches si l’abonné le souhaite. Option SICE 28 Juin 1995
  • 30. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption 4.2.3 Informations supplémentaires Ce bloc contient des informations supplémentaires, non directement liées à la personne: Information Exemple Remarques Public supplémentaire (Oui/Non/Option) Date dernière maj 1995-07-01 Norme ISO 8601 Oui 18:56:03 souhaitable Moyens de AMEX, VISA, Y'a-t-il une norme de Oui (si commerçant) paiement acceptés CBPuce désignation? Code domicile (ou Code: AB 713 Non Interphone) Plan d'accès Image ou texte Contenu dans une note ou Non (mais pourquoi un fichier externe pas à terme) Notons que la date de dernière mise à jour est distincte de tout mécanisme envisagé en local pour la gestion du fichier de contacts. Elle concerne la partie “publique” ou partagée d’une fiche de contact (la fiche annuaire) et est exclusivement utilisée pour la mise à jour de cette partie publique entre l’annuaire d’opérateur et l’annuaire local. 4.2.4 Catégories Les catégories sont extrêmement utiles en local pour effectuer des recherches, des tris ou des vues partielles d’un fichier de contact. Elles sont au minimum au nombre de 2 (mais un minimum de 3 ou 4 serait souhaitable), et la plupart des PIM laissent l’utilisateur ajouter voire redéfinir les catégories à sa guise. Nous proposons qu’à ces catégories paramétrables soit ajouté deux catégories “en dur”, non-modifiables, qui permettent de rendre compte du statut de la personne: physique (particulier) ou morale (professionnel, administration). 4.3 Fiche de contact: conclusions Nous avons détaillé et formalisé le contenu d’une fiche de contact en tant que pivot d’un PIM local, et précisé la vue partielle de cette fiche qui permet de constituer une fiche annuaire. Il nous faut cependant revenir sur la question de l’identifiant. Du point de vue de l’annuaire d’opérateur, l’identifiant peut être constitué par le numéro de téléphone principal, avec le mécanisme que nous avons décrit en § 3.5.1. Mais qu’en est-il lors des échanges d’informations personnelles (point à point), lorsque deux personnes ou plus peuvent partager le même numéro de téléphone principal (familial ou professionnel): la fiche d’annuaire ne mentionne pas (du moins pour le moment) l’ensemble des individus “attachés” à un numéro de téléphone, et dans certains cas (personnes morales enregistrées sous leur raison sociale), aucun de ces individus n’y figure. Option SICE 29 Juin 1995
  • 31. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption L’identifiant retenu est donc insuffisant pour la gestion locale des fiches de contact. Dans ce cas, on peut faire appel à la norme ISO/IEC 9070 ou à X500 pour générer un identifiant globalement unique, par exemple la concaténation du numéro de téléphone principal, du prénom, et d’un nombre aléatoire tiré lors de la création de la fiche, cet identifiant étant maintenu y compris lors des modifications de cette fiche. A cet égard, le mécanisme proposé dans l’initiative Versit™ pourrait convenir. 4.4 Autour de la fiche de contact Les autres fonctionnalités d’un PIM: agenda, liste de tâches, prise de notes, liens externes (fichiers ou applications de communications) sont, nous l’avons vu au § 4.1, toutes articulées autour de la fiche de contact. Nous ne les détaillerons pas ici au delà de leur principe: • Rendez-vous: dates et horaires (simples, multiples) + texte + contacts +? liens externes • Note: texte + contacts +? liens externes • Anniversaire: date extraite de contact • Communication: initialisée via l’adresse (au sens large) d’un contact • Relevé de communications: dates + durées + contacts L’important est en effet de bien percevoir le potentiel que représente l’intégration de ces éléments d’information. C’est précisément cette intégration qui définit la plupart des PDA du marché, dont l’exemple le plus réussi est sans doute l’OS MagicCap. Le rapprochement de ces services du cœur des futurs OS est préfiguré dans le monde de la micro par l’architecture de catalogue proposée dans PowerTalk (Apple), et par la base de données intégrée au cœur de la Be-Box de Be, Inc. Option SICE 30 Juin 1995
  • 32. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption 5. Numérotation enrichie Nous avons conclu le § 4.2.2, qui traitait des adresses au sens large, par la nécessité de décrire le numéro de téléphone non plus comme une chaîne de caractères mais comme une structure enrichie de nombreuses informations. 5.1 Rappel sur les usages Un numéro de téléphone décrit (pour quelques temps encore) un lieu auquel est attaché un terminal (le plus souvent téléphonique) à l’extrémité duquel on s’attend à trouver la personne ou le service auquel ce numéro est attribué; c’est d’ailleurs à ce titre qu’on parle de numéro “de domicile”, ou de “numéro de bureau”, la même personne pouvant être jointe, selon les jours ou l’heure, à un de ces numéros. Cette apparente banalité sert cependant à éclairer la question de la signification contenue dans le numéro dans le contexte d’une téléphonie “intelligente” (ou assistée par ordinateur), qui vise à affranchir l’utilisateur du problème du “comment” en raccourcissant la chaîne de traitements qui aboutit au résultat souhaité : établir une communication avec la personne ou le service dont on a le numéro. Or, dans les deux usages que l’on fait d’un numéro (le composer ou le communiquer à autrui), cette signification varie : le numéro que l’on compose est très souvent différent de celui que l’on a reçu. Dans le meilleur des cas, un traitement (préfixage) sera suffisant, mais il faudra parfois puiser à l’extérieur (dans une carte de visite par exemple) pour obtenir l’information utile. Nous avons déjà évoqué le lien désormais nécessaire entre terminaux intelligents et communicants et représentation “commune” de nombre d’informations personnelles comme par exemple les “adresses” , dont le numéro de téléphone. Or de nos jours, il suffit de consulter une dizaine de cartes de visites pour constater qu’un numéro de téléphone n’est jamais représenté deux fois de la même manière, et rarement selon la recommandation X.121 du CCITT(ITU). Les habitudes culturelles nationales, les cultures d’entreprise, l’ouverture plus ou moins internationale des individus modifient tour à tour la représentation qu’ils utilisent pour transmettre, par voie orale, écrite, ou électronique, leur numéro de téléphone à autrui; certains se contentent du numéro, d’autres y ajoutent souvent l’area code, et rares sont ceux qui utilisent l’indicatif du pays. Les numéros de téléphone ainsi communiqués possèdent donc une densité d’information variable, aussi peu pratique à exploiter “manuellement” qu’automatiquement. En effet, pour pouvoir préfixer correctement, il faut parfois avoir recours à des informations externes sur la région ou le pays d’où provient le numéro, et cette nécessité devient exigence dès qu’on veut définir une base de numéros personnels indépendante du lieu d’utilisation. De même, certains numéros de téléphone incluent de manière implicite le choix d’un opérateur longue distance (comme le préfixe 1 aux Etats- Unis qui renvoie à la compagnie longue distance que vous avez choisie lors de l’ouverture de votre abonnement téléphonique local), choix qu’il convient d’isoler. Ceci risque d’ailleurs d’empirer si la Option SICE 31 Juin 1995
  • 33. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption boucle locale est elle aussi dérégulée : pour joindre une personne ou un service, trois choix successifs seront nécessaires dans le pire des cas: la compagnie locale au départ, l’opérateur longue distance, puis la compagnie locale à l’arrivée. Ceci a plusieurs conséquence en matière de téléphonie “informatisée”. Premièrement, et à supposer que tous les numéros soient décrits exhaustivement (de manière internationale), il n’est pas nécessaire de les afficher dans leur intégralité, et ceci est même plutôt pénible, car l’utilisateur est habitué à mémoriser des numéros dans leur version locale. Deux stratégies de saisie s’opposent d’autre part : la première consiste à laisser le choix à l’utilisateur, quitte à ajouter par défaut les codes (pays et area) de l’endroit où il se trouve, ou à les extraire de la “carte de visite” dont ce numéro fait partie, afin de revenir à un format canonique7 . Ceci permet la saisie de numéros à la volée, avec les risques de représentation erronée ou incomplète inhérents à ce type de saisie. L’autre approche (adoptée par exemple dans Magic Cap) consiste à s’assurer, étape par étape, que le numéro est saisi d’emblée sous cette forme canonique, au détriment de l’ergonomie. Les choses se dégradent encore dès qu’il s’agit d’échanger un numéro de téléphone par voie électronique, que ce soit par e-mail ou part interrogation d’une base de données. En effet, la plupart du temps, il n’existe pas de représentation type. Et des mécanismes de conversion, souvent manuels, sont alors à mettre en œuvre. Enfin, les numéros de téléphone contiennent parfois des informations non explicites (non formalisées) sur leur nature (type de terminal connecté) ou sur leur tarification : il en est ainsi en France des numéros commençant par 36 (fonction et tarif) , des numéros de téléphone cellulaire (fonction et tarif), des numéros verts (tarif). Cette absence de formalisation est un autre frein à l’exploitation intelligente de la téléphonie. En conclusion, la téléphonie “intelligente” ne pourra se généraliser qu’au prix suivant : • Une représentation canonique et géographique standardisée • la description formelle d’éventuelles informations liées au terminal attaché au numéro 5.2 Un exemple : la numérotation à dix chiffres Ainsi par exemple, la numérotation à dix chiffres, dont les spécifications sont désormais publiques, risque-t-elle de poser problème. En effet, à cette date, les français apprendront, composeront, et communiqueront leur numéro de téléphone comme une entité à 10 chiffres. Or, pour appeler un de ces numéros de l'étranger, il faudra enlever le 0. Cette modification obligera tous les systèmes de téléphonie intelligente à réserver un traitement spécial à tout numéro français, ce qui revient à rajouter un degré de complexité par rapport à la simple comparaison de chaînes de caractères. Le zéro est donc ici un “faux code interurbain”, ce qui risque de plonger dans la confusion de nombreux correspondants à l’étranger. 7 Format canonique: format de représentation complète d’un numéro de téléphone, au sens des API de téléphonie tels que Microsoft TAPI ou Apple Macintosh Telephony Architecture. Option SICE 32 Juin 1995
  • 34. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption En conclusion, nous atteignons un point où l'utilisation intelligente d'un numéro de téléphone suppose quelques contraintes dans sa représentation. Des solutions logicielles “propriétaires” verront sans doute le jour , mais n’apporteront aucune véritable interopérabilité. 5.3 Le numéro enrichi Nous proposons donc de modifier le format du numéro de téléphone, et de passer d’une simple chaîne de caractères à une représentation structurée qui permettent d’ajouter dans le numéro toutes les informations pertinentes qui y sont implicitement rattachées. Le propos est ici celui d’un formalisme, indépendant de la représentation physique des données ou de leur compilation: nous décrivons simplement une structure logique8 . { //----------------------------- Full number ------------------------------------ Local Number: CALL BOFA, // short (display?) version. May support letters area/city code: 408, // Or City Name (heavier) country: USA, // We might even add the country code Xtension: nil, // extension if any //----------------------------- Number's "official" info ------------------------ Label: B of A automated // Identifier for this number Owner: Bank Of America, // To retrieve "who's behind" when number is alone Date created: 03/28/95, // Useful for updating a number coming from a VBC Valid thru: 03/28/99, // For special numbers like commercial offers Purpose: professional, service, // personal/professional, individual/service,… Edit: private, editable, // Password allows to view/edit this number Password: **** // To restrict access to inside info Rate: normal // Optional info about the cost of call: 800, 900, //----------------------------- What is "behind" this number -------------------- Terminal: analog, // Can be analog, ISDN, fax, modem, cellular, Minitel… Features: faxback // Or V42 bis, PPP, 8-N-1, anything that might help… MaxTime per Call: 10:00 // after this delay, terminal will hang up Local time: -8, // Time zone to GMT (default zone for mobile users) Date/Time: Mo-Su 00-24, // Local time when person/service is available CallerID: enabled, // Terminal attached can process callerID //----------------------------- DTMF strings handled by this number -------------- Dialable strings: 5, // for a service, an answering machine,... "Access Code": xxyyzz, // This allows people to "forget" all kinds of access "Password": ****, // codes, and lets the terminal build a small GUI with "Account balance": 1, // buttons. This proposal can be enhanced to include "Recent deposits": 3, // basic navigation features (handling the whole "Goodbye": 9, // navigation tree) on the terminal's side } 8 Les spécifications PDI de Versit proposent un mécanisme de transport fondé sur la technologie de conteneurs Bento, du consortium OpenDoc. Option SICE 33 Juin 1995
  • 35. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption 5.3.1 Numéro complet C’est le numéro de téléphone “éclaté” selon ses différentes composantes: internationale, longue distance, extension. La transformation de ces informations en numéro effectivement composé est à la charge du terminal, qui y ajoute des informations sur l’appelant (localisation, moyen de paiement) afin d’obtenir le bon préfixage. Pour des raisons d’ergonomie, il est improbable que le numéro entier soit affiché sur l’écran du terminal, ce qui ne correspond pas aux habitudes de mémorisation, de représentation, et d’utilisation des abonnés, et encore moins lorsque nous passerons en France à 10 chiffres: +33 01 46 03 41 47, c’est un peu long. C’est pourquoi il est vraisemblable que seul le numéro “local” sera représenté à l’écran. Malgré l’absence de standard dans le traitement de l’extension, ainsi que dans les correspondances alphanumériques sur les claviers, il nous semble également utile d’ajouter ici ces informations. 5.3.2 Informations “officielles” sur le numéro Label: permet d’attribuer un nom à ce numéro de téléphone Owner: c’est le créateur de ce numéro (valeur non modifiable) Date created: Date de création/dernière mise à jour Valid thru: Date limite de validité (numéros commerciaux, numéros “à essayer”) Purpose: Le “statut” du créateur du numéro: particulier/professionnel, automate/individu,... Edit: Précise les droits de consultation/d’édition du contenu du numéro Password: Mot de passe en cas d’édition autorisée par le détenteur du numéro Rate: Informations explicites sur la tarification liée à ce numéro Certaines de ces informations ne sont pas modifiables: elles sont définitivement établies lors de la création du numéro afin de préserver son intégrité. 5.3.3 Usage et propriétés du numéro La troisième série de propriétés concerne le terminal attaché au numéro: sa nature (téléphone, fax, analogue ou numérique), ses fonctionnalités (vitesse maximale dans le cas d’un modem ou d’un fax, les protocoles disponibles, combiné téléphone/fax/répondeur, faxback 9 ,...), la durée maximale de l’appel, le décalage horaire par rapport au fuseau de Greenwich, ses plages horaires de disponibilité, ainsi que sa capacité à exploiter ou non la présentation d’appel (caller ID). Ceci permet : • D’appeler à temps (horaires de disponibilité, signaler les appels à 3h du matin), • De composer le bon numéro (domicile ou bureau) au bon moment, • De savoir quel terminal est connecté (et de préparer l’appel en conséquence), ce avant même d’avoir composé le numéro de téléphone. 9 Le faxback est la faculté qu’a un serveur vocal de vous renvoyer, sous forme de télécopie et au numéro que vous avez indiqué, des informations (catalogue, plan d’accès, relevé de compte) sélectionnées par navigation DTMF dans un menu. Option SICE 34 Juin 1995
  • 36. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption 5.3.4 Chaînes DTMF De nombreux terminaux utilisent désormais la signalisation DTMF pour enrichir un appel téléphonique de fonctions de navigation. Il s’agit bien entendu de tous les services vocaux, mais également des répondeurs interrogeables à distance, des terminaux multifonctions proposant un basculement en mode répondeur ou télécopie, et des boîtes vocales en entreprise. Dans un avenir proche, l’intégration de la téléphonie et de la micro-informatique s’accompagnera de multiples fonctionnalités de navigation s’appuyant sur la DTMF, solution la plus répandue. Or ces fonctions supposent la mémorisation de nombreux codes et “menus” de navigation, et malgré les recommandations de divers laboratoires d’ergonomie, aucun standard n’est apparu. Toute utilisation efficace suppose donc soit un manuel, soit une mémorisation, soit le rappel systématique de toutes les options disponibles: “pour consulter ceci, faites le 1. Pour revenir en arrière, appuyer sur *, ...”. Il est donc nécessaire d’inclure la navigation DTMF dans une structure de numéro enrichi, en laissant au terminal la responsabilité, en fonction de ses possibilités de calcul et d’affichage, de présenter une interface de navigation (sous forme de boutons par exemple) pour simplifier l’utilisation du service ou de la consultation. L’accès au contenu de ces chaînes DTMF est à protéger (par cryptage et mot de passe) en fonction du numéro, afin d’en restreindre la consultation ou l’édition. 5.4 Usages possibles du numéro “enrichi” Ces numéros peuvent être transmis par voie électronique entre deux terminaux, soit sans conversion (deux terminaux “comprenant” ce format enrichi), soit sous forme "flattened" pour d'autres transactions (comme l'e-mail)10 . C'est ensuite au terminal de tirer parti ou non des informations supplémentaires, le minimum étant l'affichage du numéro, le maximum étant une interface vous permettant de le composer et de l'utiliser de manière graphique. Des utilitaires permettront l’édition, lorsqu’elle est autorisée, de ces champs supplémentaires, directement sur le terminal. Dans les entreprises, votre numéro vous serait remis (préconfiguré pour la gestion de votre messagerie vocale) le jour de votre embauche, une version "diffusable" étant disponible pour vos collaborateurs (sans interrogation de votre voice-mail). De même, vous pourriez stocker quelques numéros "intelligents" sur votre carte à puce (carte de téléphone) afin de les communiquer ou même de les utiliser dans la prochaine génération de publiphones. Enfin, dans le cas de votre banque, le numéro d'appel (sous forme cryptée) pourrait être stocké dans votre carte bleue et vous être ainsi remis lors de l’ouverture de votre compte. Cette dernière hypothèse est bien sûr dépendante de la pénétration des lecteurs de carte à puce dans le micros. Une fois l’appel établi, la connaissance des champs supplémentaires autoriserait alors, si le terminal est capable d’exploiter ceux-ci, une consultation via une interface graphique évitant la mémorisation de codes et de procédures DTMF. 10 Une déclinaison “flattened” des Bentograms est prévue par les spécifications PDI de Versit: les “Simplegrams”. Option SICE 35 Juin 1995
  • 37. Terminaux & RŽseaux MŽmoire dÕoption Conclusion Ce travail est incomplet dans la mesure où il ne permet pas dans l’état actuel de déboucher sur des propositions concrètes. Cependant cette réflexion a permis de mettre en place un formalisme, de soulever des questions qui sont d’actualité, et de proposer des éléments de solution. L’actualité du problème semble confirmée puisque le consortium Versit11 vient de publier une première spécification concernant l’échange de données personnelles (PDI, Personal Data Interchange) sous forme de carte de visite électronique (VersitCard), spécification qui recoupe de manière importante nos travaux personnels, en y ajoutant des mécanismes de transport et de codage (Bentograms et Simplegrams). La prochaine étape prévue est donc de reformuler ceci dans le cadre des spécifications de Versit. 11 Versit™ est une initiative conjointe d’Apple, ATT, IBM, et Siemens Rolm pour promouvoir l’interopérabilité entre systèmes de téléphonie et systèmes informatiques, dans les domaines de la communication et de la collaboration. Informations: http://www.versit.com Option SICE 36 Juin 1995