Your SlideShare is downloading. ×
Article Presse Colon Tour - AFP - 17 Novembre 2010
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Article Presse Colon Tour - AFP - 17 Novembre 2010

35

Published on

Santé‐cancer‐côlon …

Santé‐cancer‐côlon
Cancer colorectal: un grand côlon gonflable pour deux jours à Paris

Published in: Health & Medicine
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
35
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Santé‐cancer‐côlon
 


Cancer
colorectal:
un
grand
côlon
gonflable
pour
deux
jours
à
Paris
 



 


PARIS,
17
nov
2010
(AFP)
‐
Un
grand
côlon
gonflable
rose
constellé
de
polypes
s'est
arrêté
pour
deux
jours
à
Paris
à
 l'entrée
de
l'hôpital
Georges
Pompidou
(HEGP)
pour
inviter
au
dépistage,
offert
tous
les
deux
ans
à
toute
la
population
 de
plus
de
50
ans.
 


Jusqu'à
jeudi
soir,
le
"Côlon
tour
2010"
permet
aux
Parisiens
d'entrer
dans
le
gros
intestin
et
de
s'informer
sur
les
 polypes
qu'il
contient,
de
diverses
importances
et
gravités
(polype
en
forme
de
champignon,
gros
polype
invasif,
polype
 sessile
ou
sans
pied...).
 


Des
gastro‐entérologues
fournissent
des
informations
sur
le
développement
du
cancer
colorectal
et
sur
le
rôle
du
 dépistage.
On
peut
visionner
un
petit
film
(visible
aussi
sur
www.sfed.org
<http://www.sfed.org>
).
 


Cette
opération
pilote,
déjà
venue
à
Marseille
et
qui
se
poursuivra
à
Bordeaux,
Toulouse
et
Lille,
devrait
se
développer
 en
2011
dans
l'ensemble
de
la
France.
 


Le
cancer
colorectal
est
le
deuxième
cancer
pour
la
fréquence,
aussi
bien
chez
les
femmes
(après
le
cancer
du
sein)
 que
chez
les
hommes
(après
le
cancer
de
la
prostate).
Plus
de
37.000
cas
sont
diagnostiqués
chaque
année
et
plus
de
 18.000
personnes
en
meurent.
 


Or,
selon
le
Pr
Christophe
Cellier,
gastroentérologue
à
l'HEGP,
le
cancer
du
côlon
est
"le
seul
cancer
qu'on
peut
 prévenir"
en
ôtant
les
polypes
à
partir
desquels
il
se
développe,
évitant
ainsi
dans
90%
des
cas
le
développement
d'une
 tumeur.
 


Le
dépistage
se
fait
en
général
par
un
test
hémoccult,
visant
à
repérer
dans
les
selles
des
traces
occultes
de
sang.
 Quand
le
test
est
positif
(2
à
3%
des
cas),
la
personne
doit
se
soumettre
à
une
coloscopie,
un
examen
fait
sous
 anesthésie.
 


Dans
un
peu
moins
d'un
cas
sur
deux,
la
coloscopie
après
hémoccult
positif
montre
la
présence
de
polypes
qu'il
faut
 enlever
pour
"tuer
le
cancer
dans
l'oeuf".
On
peut
les
supprimer
au
moment
même
de
la
coloscopie.
 


Pour
les
personnes
à
risque
très
élevé
(facteurs
génétiques)
qui
souffrent
du
syndrome
de
Lynch,
ou
pour
celles
à
 risques
élevés
(cancer
colorectal
dans
la
famille,
certains
polypes...),
on
ne
fait
pas
d'hémoccult
préalablement
à
la
 coloscopie.
 


Organisé
depuis
deux
ans
dans
toute
la
France,
le
dépistage
ne
touche
actuellement
que
42%
des
personnes
des
50‐75
 ans
invités
gratuitement
à
y
participer.
Selon
le
Pr
Cellier,
développer
le
dépistage
pourrait
permettre
d'ici
5
ans
de
 sauver
5.000
vies.
 


chc/jca
 
 

 

 


×