Your SlideShare is downloading. ×
TRT endoscopique du cancer de l'œsophage
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

TRT endoscopique du cancer de l'œsophage

1,070
views

Published on


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,070
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
24
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. TRT endoscopique du cancer de l’œsophage
    XIIIème Séminaire- Atelier National de formation en Hépato-gastroentérologie mai 2010
    Dr TIOURA
    Dr YAHIAOUI
  • 2. Introduction (I):
    Le Kc de l’œsophage = 3ièmeKc digestif ;
    Le carcinome épidermoide
    chirurgie = le TRT de choix du Kc superficiel de l’œsophage
    excellente alternative morbi-mortalité moindre .
    • Le plus fréquent
    • 3. Actuellement:
    Incidence
    ADK
    le développement de l’endoscopie thérapeutique
  • 4. Introduction (II):
    Pc : sombre  survie à 5 ans < 10%;
    Dans 60% des cas  diagnostic tardif
    TRT endoscopique palliatif
    rétablissement de l’état nutritionnel
    Amélioration de la qualité de vie.
  • 5. TRT endoscopique de l’œsophage
    TRT endoscopique curatif
    TRT endoscopique palliatif
  • 6. Le TRT endoscopique du Kc superficiel de l’oesophage
  • 7. qu’est ce qu’un Kc superficiel?
    « les Tm envahissant la muqueuse ou la sous muqueuse et respectant la couche musculaire propre , indépendamment du statut gg »
    « JapaneseGastroenterologicalEndoscopic Society»
  • 8. qu’est ce qu’un Kc superficiel?
    • Confinées à la muq:(T1a)
    • 9. m1: in situ,HGD
    • 10. m2: envahissement lamina propria
    • 11. m3: envahissement muscularismucosae
    • 12. Envahissant la smuq:(T1b)
    • 13. sm1: couche superficielle
    • 14. sm2: couche moyenne
    • 15. sm3: couche profonde
    • 16. Dépassant la s/muq:
    Risque de dissémination systémique.
  • 17. Qu’est ce qu’un kc superficiel?
    Risque d’envahissement sous-muqueux <5%
    Risque d’envahissement sous-muqueux >20%
    Risque d’envahissement
    sous-muqueux >85%
    Aspect des lésions superficielles du tube digestif selon la classification japonaise.
  • 18. type IIb
    type IIa
    type I
    type III
    type II a + c
    type IIc
  • 19. Le kc superficiel de l’oesophage
    La prise en charge thérapeutique endoscopique doit comporter :
    – une évaluation endoscopique de la lésion selon la classification japonaise des cancers superficiels ;
    – une coloration vitale permettant d’apprécier la taille de la tumeur et l’existence de foyers de dysplasie adjacents
    – et une évaluation écho-endoscopique par minisonde à haute fréquence.
  • 20. TRT endoscopique du Kc superficiel:
    Résection endoscopique
    Mucosectomie ++
    ESD
    Destruction
    Endoscopique
    • Thérapie photo dynamique
    • 21. Photo ablation au laser;
    • 22. Coagulation au plasma argon
  • METHODES DE RESECTIONMucosectomie endoscopique:
  • 23. Mucosectomie endoscopique:
    Traitement de référence des cancers superficiels+++;
    Initialement introduite au Japon au milieu des années 80
    constitue une option thérapeutique très prometteuse pour le TRT endoscopique curatif des cancers superficiels de l’œsophage ;
    Contrairement aux techniques de destruction, elle permet une exérèse complète et carcinologiquement satisfaisante permettant une étude histologique précise qui modulera ensuite l’attitude thérapeutique.
  • 24. Mucosectomie endoscopique: Quelles sont les indications?
    Les Kc intra-muqueux m1 ou m2 et à morphologie favorable: I, IIa, IIb <20mm , IIc <10mm
    Am J Gastroenterol 2006;101:653–663
    Gut 2007;56:1625–1634.
  • 25. Mucosectomie endoscopique: Matériel:
    • Vidéoendoscope de haute définition+/-Zoom optique;
    • 26. Vidéoendoscope à double canal opérateur;
    • 27. Bistouri avec endocoupe et argon;
    • 28. Colorants: lugol à 1% ;Indigo carmin à 0,2%.......
    • 29. Seringues et aiguilles à injection;
    • 30. Anses diathermiques( héxagonale petite ou grande selon l’ouverture ,à picot,à griffe……);paniers…
    • 31. Clips pour hémostase et tentative de suture de perforations;
    • 32. Sérum physiologique et adrénaliné.
    Mucosectomie œsophage SFED; Juin 2004
  • 33. Mucosectomie endoscopique: technique:
    Quatre étapes:
    1-Coloration et marquage:
    2-Décollement du plan musculaire:
    3-Section:
    4-Récupération ,contrôle de la zone de résection et fixation:
  • 34. Mucosectomie endoscopique: technique:
    1-Coloration et marquage:
    • Apprécier l’extension en surface de la lésion.
    • 35. Colorations vitales (indigocarmin: ADK, lugol:épidermoide);
    • 36. Zoom optique/NBI/Fice;
    • 37. marquer le contour lésionnel par des points de cauthérisations.
  • Mucosectomie endoscopique: technique:
    2-Décollement du plan musculaire:
    • Aspirer ou Tirer la lésion
    • 38. Injection sous muqueuse:
    Sérum physiologique ou sérum adrénaliné
    • Fournit des informations concernant la profondeur de l’infiltration de la lésion;
    • 39. Facilite la capture de la lésion et l’action du courant de section;
    • 40. limite le risque d’hémorragie et de perforation.
  • Mucosectomie endoscopique: technique:
    3-Section:
    • Sans dispositif d’aspiration:
    Tirer et couper
    Injecter et couper
    • Avec dispositif d’aspiration:
    Aspirer et couper simplifié
    Injection-aspiration-section
    Aspiration-ligature-section
    Gut 2007;56:1625–1634. doi: 10.1136/gut.2006.112110
  • 41. Mucosectomie endoscopique: technique:
    Tirer et couper:
    • Principe:Traction sur la lésion pour la soulever
    • 42. Materiel : endoscope à double canal opérateur+Anse diathermique+Pince à Bx
    • 43. Technique :
    Injection sous muqueuse;
    Placement de l’anse autour de la lésion;
    Traction du sommet de la lésion par la pince à Bx;
    Fermeture de l’anse;
    section diathermique.
    • Indication: Lésions I,IIa,IIb
  • Mucosectomie endoscopique: technique:
    Injecter et couper:
    • Matériel: Standard + Anses diathermiques de petite taille souples ou rigides; Anse à griffes ou à picot.
    • 44. Technique:
    Indication: petites lésions.
    Repérage
    Soulèvement:injection s/muq
    Anse enserre lésion
    Traction sur l’anse :s’assurer de la mobilité de la lésion / plan profond
    Section endocoupe; alternance section-coag; section pure.
  • 45. Mucosectomie endoscopique: technique:
    Aspirer et couper simplifié:
    • Principe:Aspiration de la lésion pour la pédiculiser dans une anse.
    • 46. Matériel :Anse diathermique pédiatrique rigide, monobrin+ Endoscope à gros canal opérateur .
    • 47. Technique:
    Indication: Petits cancers de l’œsophage .
    Anse diathermique est plaquée contre la lésion
    Fermeture progressive de l’anse autour de la lésion +aspiration douce
    Courant de
    coagulation pure
  • 48. Mucosectomie endoscopique: technique:
    Injection-aspiration-section:
    « technique du capuchon transparant »
    • Principe: Faciliter l’enserrement de la lésion à l’aide d’un capuchon d’aspiration.
    • 49. Matériel: Capuchon distal transparent cylindrique ou oblique+Anses souples asymétriques(mini-anses).
    Gastroenterology Vol. 22, No. 5, pp. 929–943, 2008
  • 50. Mucosectomie endoscopique: technique:
    Technique:
    Injection sous muqueuse
    Introduire l’anse par le canal opérateur
    Aspiration de la lésion dans le capuchon transparent
    Fermeture de l’anse à la base de la lésion
    Section à l’aide d’un courant de section pur de haute fréquence.
  • 51. Mucosectomie endoscopique: technique:
    Aspiration-ligature-section:
    • Principe: Enserrement de la lésion à l’aide d’un élastique
    • 52. Matériel: dispositif de ligature des VO + Anse diathermique;Kit spécial de mucosectomie
    • 53. Technique:
    aspiration de la lésion dans l’app de ligature;
    mise en place de l’élastique;
    section avec anse diathermique placée autour de la zone enserrée par l’élastique.
    American Journal of Gastroenterology C 2006 by Am. Coll. of Gastroenterology
  • 54. Mucosectomie endoscopique: technique:
    Aspiration-ligature-section:
    Injection-aspiration-section:
    Endoscopic resection of early oesophageal and gastric neoplasia
    R. E. Pouw and J. J. G. H. M. Bergman
    Best Practice & Research Clinical Gastroenterology Vol. 22, No. 5, pp. 929–943, 2008
    Gut 2007;56:1625–1634. doi: 10.1136/gut.2006.112110
  • 55. Mucosectomie endoscopique: technique:
    4-Récupération,contrôle de la zone de résection et fixation:
    • Les fragments réséqués sont retirés grâce à des anses spéciales(tripodes,anses à panier…..).
    • 56. Rechercher des résidus tumoraux(Re-Coloration) et d’éventuelles complications.
    • 57. Étalement sur un support plan (en liège).
    • 58. Fixation au Formol.
    • 59. Si résection en piecemeal
    Reconstruire fidèlement la lésion.
  • 60. Mucosectomie endoscopique: quelles complications?
    Complications mineures :
    Douleurs rétro-sternales, nausées, épigastralgies.
    Complications précoces :
    Hémorragie
    Perforation
    Complications tardives :
    Sténose
    Peuvent être traitées endoscopiquement:
    • Sclérose au sérum adrénaliné
    • 61. Pose de clips hémostatiques
    • 62. Coagulation au plasma argon
    • 63. Dilatation par bougies ou ballonnet.
  • Mucosestomie endoscopique: résultats:
    • La mucosectomie ≡ la chirurgie en terme de survie à 5 ans (83 vs 86 % ) dans le cas des kcépidermoides
    • 64. Morbidité, mortalité quasi-nulle
    • 65. Le taux de récidive tumorale après mucosectomie est de 3 à 7 % à 5 ans.
    Gut 2007;56:1625–1634. doi: 10.1136/gut.2006.112110
  • 66. Mucosestomie endoscopique: résultats :
    Gut 2007;56:1625–1634. doi: 10.1136/gut.2006.112110
  • 67. Mucosectomie endoscopique: surveillance:
    Contrôle endoscopique à 3mois (lugol 1,5%++)
    /3 mois pendant 1 an
    /6 mois pendant 3 ans
    / an
    SFED oct 2004
  • 68. DISSECTION SOUS MUQUEUSE (ESD)
    • Nouvelle technique développée au japon;
    • 69. Résection monobloc des lésions superficielles quelque soit leur taille
    • 70. Analyse histologique précise;
    • 71. Méthodecomplexe nécessitant un opérateur très entrainé et un équipementspécialisé
    • 72. Complications ++++ (Perforations)
  • DISSECTION SOUS MUQUEUSE (ESD)
    a-Marquer la lésion
    b-Ouvrir la lésion après
    injection sous muqueuse
    c-Entailler la muqueuse à l’aide d’un couteau diathermique avec extrémité en porcelaine
    d-Ablation en un seul bloc de la lésion capturable dans une anse diathermique spéciale.
  • 73. DISSECTION SOUS MUQUEUSE (ESD)
    Gut 2007;56:1625–1634. doi: 10.1136/gut.2006.112110
  • 74. METHODES DE DESTRUCTION
  • 75. Photothérapie Dynamique PDT
    • Technique qui provoque une nécrose grâce à une énergie lumineuse spécifique.
    • 76. 1ères applications en cancérologie digestive en 1978
    • 77. Concept fascinant , de plus en plus reconnu comme une modalité efficace pour le cancer de l’œsophage superficiel et avancé.
  • 1ère étape
    Photophrin*
    Foscan*
    5 ALA*
    2ème étape
    Qlq h à
    48h après
    2à3jrs
    après
    nécrose grâce à une énergie lumineuse spécifique appliquée sur le tissu tumoral préalablement sensibilisés par un agent photo-sensibilisant sélectivement retenu .
  • 78. Photothérapie Dynamiquequelles indications?
    Bonne alternative TRT :
    • Kcoesophagiens précoces non accessibles à la résection endoscopique (tm circonférentielles et étendues)
    • 79. complément thérapeutique après RE incomplète ou récidive
    • 80. Risque chirurgical élevé
  • Photothérapie Dynamiquematériel:
    • Appareil utilisé : un générateur
    • 81. Sonde de diffusion cylindrique à usage unique passée à travers le canal opérateur, de taille variable
  • Photothérapie Dynamiquetechnique:
    • Injection d’un agent photosensibilisant: Photofrin®++:2mg/Kg en IV, 48h avant l’endoscopie (autres: 5ALA, mTHPC)
    • 82. Exposition des zones à détruire à une source lumineuse de longueur d’onde adaptée.
    • 83. Examen sous anesthésie générale.
    • 84. Endoscopie de contrôle à 48 h
  • Photothérapie Dynamique
    48H
    1 mois
    6 mois
    1 an
    3 mois
    Best Practice & ResearchClinicalGastroenterologyVol. 18, No. 1, pp. 61–76, 2004
  • 85. Photothérapie Dynamiquecomplications:
    • Photosensibilisation: Photofrin :30 j
    • 86. Protection cutanée et oculaire++
    • 87. Douleurs rétrosternale, dysphagie
    • 88. Sténoses oesophagiennes
    • 89. Fistules bronchiques ( ATCD radiothérapie)
  • Photothérapie Dynamiquerésultats:
    MayoClinProc, November 2002, Vol 77
  • 90. Photothérapie Dynamiquelimites:
    • Pas de spécimen pour l’étude histologiques
    • 91. Efficacité à long terme mal connue
    • 92. Recul insuffisant
    • 93. Coût++++;
    • 94. Contraintes liées à la photosensibilisation;
    Autres essais cliniques sont nécessaires
  • 95. Electrocoagulation par le plasma Argon (APC) :
    • C’est une coagulation monopolaire à effet thermique guidée par un flux d’argon sans contact direct avec le tissu cible.
    • 96. Présente une coagulation relativement superficielle (2 à 3 mm) et traite une large surface très rapidement.
    • 97. Le large développement de cette technique originale de coagulation s’explique par son efficacité, sa facilité d’emploi et son moindre coût par rapport au laser YAG.
    Gastroenterol Clin Biol 2003;27:447-449
  • 98. Electrocoagulation par le plasma Argon (APC) :
    • Indications:
    Les indications ne sont pas codifiées et sa place par rapport aux autres méthodes de destruction endoscopique, doit être précisée.
    Reste utile en complément d’une mucosectomie endoscopique.
    muq de Barrett +/- dysplasie+++
    • Limites:
    application très hétérogène;
    difficulté de surveillance de la Mq résiduelle en profondeur
    Nécessité de séances répétées
    • Complications: rares
    Pneumo médiastin , pneumopéritoine , emphysème sous cutané , douleur pseudo-angineuse ,perforation , hémorragies ,sténoses œsophagiennes.
    SeminRadiatOncol 17:10-21 © 2006 Elsevier Inc
  • 99. Photo Ablation : LASER ND-YAG
    Agit par effet thermique
    Le rayonnement du laser est transmis par une fibre souple, introduite dans le canal opérateur de l’endoscope.
    À une puissance modérée (40 à 60 watts), la réaction tissulaire obtenue est une nécrose de coagulation (blanchiment);
    A une puissance plus élevée (80 à 100 watts), la réaction est une vaporisation des tissus .
    Ponctuelle et trop profonde (risque de perforation+++)
  • 100. TRT endoscopique du kc de l’œsophage avancé:
    Dilatations
    Endoprothéses
    Destruction tumorale
  • 101. TRT palliatif du Kc de l’œsophage:
    Buts:
    Maintenir la perméabilité de la filière digestive
    Restaurer la nutrition orale
    Soulagement de la douleur
    Éliminer le reflux et la régurgitation
    Amélioration de la qualité de vie
  • 102. Les dilatations:
    • Le plus ancien TRT de la dysphagie;
    • 103. Svt le 1ier temps d’autres TRT endoscopiques ou en attente d’un TRT oncologique.
    • 104. Principe: Exercer des forces d’étirement radiales ou axiales sur la sténose étirement / déchirure tissulaire
    • 105. Technique simple , rapide ,peu couteuse et disponible dans la plupart des centres; cependant le risque perforatif est non négligeable et l’efficacité est transitoire nécessitant des séances répétées.
  • Les dilatations:
    Matériel:
    les bougies souples de SAVARY et GUILLARD:
    Sondes souples de polyvinyl; de calibre croissant;
    Marqueur radio opaque à l’extrémité
    Avantage:sécurité et facilité d’emploi
    Inconvénient:non stérilisables.
    le dilatateur à olives d’EderPuestow
    Fil guide (guide wire)
  • 106. Les dilatations:
    Technique:
    Mise en place du fil guide en aval de la sténose sous contrôle endoscopique ou radioscopique;
    Retrait de l’endoscope avec maintient du fil guide sous tension;
    Introduction des bougies à calibre croissant;
    Retirer le fil guide en même temps que la dernière Bougie
    Bougienage and balloondilatation.ThérapeuticEndoscopy
  • 107. Les prothèses:
    Matériel:
    • Prothèse plastique:
    • 108. Prothèsesmétalliques auto-expansibles:
    • 109. couvertes:
    • 110. Non couvertes:
  • Les prothèses:
    Prothèse plastique:
    • les premières mises sur le marché (1990)
    • 111. Efficace et peu coûteuse
    • 112. actuellement abandonnées :
    Difficulté de mise en place.
    Taux élevé de perforation
    Nécessité d’une dilatation préalable
  • 113. Les prothèses:
    Prothèsesmétalliques auto-expansibles:
    • Constituées d’un acier allié ou d’un métal à mémoire
    • 114. de formes différentes : treillis, spirale ou en Z.
    • 115. Diamètre réduit par un système de contrainte (cathéter, gélatine, membrane), pour faciliter leur pose.
    • 116. Une fois libérées, elles dilatent progressivement la sténose tumorale .
    • 117. Leur supériorité sur les prothèses en plastique :
    la moindre nécessité de dilatation de la sténose, le risque de perforation
    Leur augmentation de diamètre après libération;
    Une pose possible sous simple sédation ;
  • 118. Les prothèses:
    Non couvertes:
    Utilisées si Tm peu exophytique avec risque d’envahissement peu important.
    Inconvénients:
    • Obstruction+++
    • 119. Croissance tumorale à travers les mailles ou au delà des extrémités
    • 120. Bourgeons charnue aux pôles
    • 121. Impaction alimentaire
    • 122. nécessité des réintervention endoscopique dans 50% des cas
  • Les prothèses:
    Couvertes:
    But
    - Empêcher la pénetrationtumorale
    - Obstruer les fistulesœso-trachéales.
    Inconvénient :
    Migration+++
  • 123. Les prothèses:
    Technique de mise en place:
    • SousSédation
    • 124. Repérer le pôle > et < de la tumeur par rapport aux AD
    • 125. dilatation préalable si sténose infranchissable
    • 126. Introduction du fil guide à travers la lésion
    • 127. Retrait de l’endoscope
    • 128. Faire decendre la PEM surfil guide souscontrôlescopique
    • 129. Le largage se fait selon le modèle
    • 130. la PME s’ouvre en 24 à 72 h (14j)
    • 131. Règles hygiéno-diététiques après pose +++
  • Les prothèses:
    Complications :
    • Liée à la pose de la prothèse:
    Mauvais positionnement de la prothèse (4 %)
    Migration : PME couvertes : 4,6 – 41 %
    PME non couvertes : 0,1 - 3 %
    Les perforations : 2 %,
    • complications immédiates: dl thoraciques 16 %., hgie , compression trachéale
    • 132. Cpc tardives:
    • 133. hémorragies(5,6 %),
    • 134. l’obstruction (9,8 %).
    • 135. pneumopathie d’inhalation (7,6 %)
    Gastroenterol Clin Biol 2006;30:253-261
  • 136. Les prothèses:
    Résultats:
    diminution significative du score de dysphagie de 2,5 points selon la classification d’Atkinson,
    taux de succès variant de 94 à 98 %.
    mortalité allant de 0,5 à 1,5 %
    Taux de ré-interventions endoscopiques inférieur par rapport à d’autres méthodes
    Taux de cpc < 8%
    Fistules oeso-trachéales: augmentation de la survie avec fermeture dans 70-100% des cas
    GastrointestEndosc 2000;51:134-8.
    Gastroenterol Clin Biol 2006;30:253-261
  • 137. Les prothèses:
    Q J Med 2008; 101:545–548
  • 138. le laser Nd-YAG:
    • Rapporté comme efficace dans le traitement palliatif des cancers de l’oesophage pour la première fois en 1982 par Fleischer D et al.
    • 139. Rythme: Après une phase d’attaque 2-3 séances/ sem, un Trt d’entretient au rythme d’une séance/mois est souhaitable afin de prévenir les récidives
    • 140. Permet une amélioration rapide de la dysphagie :70 à 80% des malades en 3 à 5 séances en moyenne
    • 141. Les facteurs prédictifs de réussite: bon état général , sténose courte (5 à 8 cm) , tumeur bourgeonnante , tumeur du 1/3 inférieur de l’œsophage.
    • 142. complications : perforations ,hgies et fistules : de 1,4 à 9% selon les séries
    • 143. Inconvénients: non disponible dans tous les centres ,couteux , séances répétées ,
    Gastroenterol Clin Biol 2006;30:253-261
    Gut 2002
  • 144. le laser Nd-YAG:
  • 145. La photothérapie dynamique:
    Indications :
    • sténoses très serrées indilatables+++
    • 146. Tm exophytiques ou plates
    • 147. Tm longues difficiles à traiter par le laser Yag
    • 148. permet une nécrose suffisamment efficace pour pallier à la dysphagie après une à deux séances
    • 149. meilleur résultat que le laser
    Heier S K et al. Gastroenterology 1995
    Luketich J D et al., Surg. Endosc. 2000
    Gastroenterol Clin Biol 2006;30:253-261
  • 150. L’électrocoagulation par plasma d’argon:
    • Des résultats intéressants ont été rapportés pour la désobstruction palliative des cancers de l’oesophage et du cardia.
    • 151. Indications: Tm longues et infiltrantes++
    • 152. Complications:pneumomédiastin , hémorragie digestive, perforations.
    Scand J Gastroenterol 1998;33:21-3.
    EndoscSurgAlliedTechnol 1994;2:42-6.
  • 153. PLASMA ARGON
  • 154. L’électrodestruction bipolaire (à la sonde Bicap®):
    • utilise un courant bipolaire .
    • 155. L’effet thermique a une profondeur de 2 à 4 mm
    • 156. Peut nécessiter une séance de dilatation au préalable
    • 157. Améliore la dysphagie (70 - 89%) après 1 ou 2 séances
    • 158. les meilleures indications sont les tumeurs circonférentielles longues, notamment de l’oesophage cervical.
    • 159. complications :perforations, hémorragies, fistules et sténoses thermiques secondaires.
    Encyclopédie Médico-Chirurgicale 9-205-A-30 (2004)
  • 160. Destruction chimique:
    • Injection intra tumorale directe transendoscopique d’alcool absolu , agents sclérosants ou de chimiothérapie
    • 161. Offre un TRT palliatif (-) coûteux avec (-) de cpl // méthodes de destruction Tm
    • 162. Indications: Tm exophytiques molles situé prés du criycophayngé
    • 163. CI: prothèse
    • 164. Cpc: fistules , perforation
    • 165. Recul insuffisant pour évaluer l’efficacité
    Étude * :32 patients traités par L’injection d’éthanol absolu a permis la nécrose tissulaire avec diminution du caractère exophytique des lésions et amélioration de la dysphagie du gd 3 au grade 1 pendant une durée de 30 jours.
    Une à trois séances séparées de 3 à 5 jours sont nécessaires,
    Pas de cpc
    Des résultats similaires ont été rapportés avec l’utilisation d’un dérivé de la bléomycine.
    Encyclopédie Médico-Chirurgicale 9-205-A-30 (2004)
  • 166. Destruction chimique:
    Avant TRT
    Tm obstruant la lumiére
    Dysphagie grade 4
    7j après TRT
    Dysphagie gd 0
    doi:10.1136/gut.35.3.299 Gut 1994;35;299-303
  • 167. La radiothérapie endocavitaire:
    • Utilise une source d’Iridium 192 placée dans la lumière oesophagienne à travers la Tm
    • 168. Seule ou le + svt combinée a la RT ext.
    • 169. Même chez les patients en état général altéré
    • 170. deux à quatre séances sont effectuées à une semaine d’intervalle.
    • 171. Une anesthésie générale ou au minimum une sédation est conseillée pour le confort du malade.
    • 172. Résultats encourageants> méthodes de destruction locales,
    • 173. Amélioration plus prolongée de la dysphagie , peu de cpc , meilleurequalité de vie et toxicité systémique moindre que la radiothérapie externe
    • 174. Cependant , implique une infrastructure lourde et coûteuse.
    Lancet 2004;364:1497-504.
  • 175. Au total:
    • Le choix parmi les différentes techniques est guidé par les caractéristiques de la tumeur , l’expérience de l’opérateur, le matériel disponible et l’état du patient;
    • 176. les prothèses sont actuellement le traitement endoscopique le plus utilisé; Les prothèses métalliques auto-expansives ont supplanté les prothèses plastiques qui ne sont plus utilisées;
    • 177. la dilatation est svt le 1ier temps d’autres traitements endoscopiques ou complémentaire d’un traitement médical.
    • Les autres traitements sont moins disponibles et moins utilisés :
    l’électrocoagulation à la sonde Bicap : les tumeurs circonférentielles+++
    l’irradiation endocavitaire est aussi efficace que les prothèses
    la photothérapie dynamique ; la photothérapie laser sont beaucoup moins utilisées du fait de la nécessité de répéter les séances ;
    • Enfin , ces différentes techniques peuvent être utilisées pour le traitement des récidives de la dysphagie après mise en place d’une prothèse métallique auto-expansive
  • Conclusion (I):
    • La mucosectomie endoscopique représente à l’aube du IIIème millénaire un traitement efficace des carcinomes superficiels de l’oesophage.
    Néanmoins, cette technique doit être réalisée après un bilan d’extension locorégional précis au sein d’une équipe expérimentée en endoscopie thérapeutique.
  • 178. Conclusion (II):
    • Malgré les progrès thérapeutiques, le pronostic des cancers de l’oesophage reste sombre et la plupart des cas de cancers de l’œsophage sont diagnostiqués et pris en charge tardivement.
    • 179. L’efficacité des traitements endoscopiques a supprimé les indications de la chirurgie dans un but palliatif pur
    Les prothèses métalliques auto-expansives ont détrôné les prothèses en plastiques en raison de leur facilité de pose et du risque réduit de complications immédiates