• Like
  • Save
Mémoire final du CESI
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Mémoire final du CESI

on

  • 1,253 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,253
Views on SlideShare
1,253
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft Word

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Mémoire final du CESI Mémoire final du CESI Document Transcript

    • Projet de déploiement en entreprise de la version linux SLED 11 Pour que l’automobile soit toujours un plaisir
    • Sommaire I. INTRODUCTION...............................................................................................................................................4 II. PRÉSENTATION DE L’ENTREPRISE.........................................................................................................5 A. HISTORIQUE ....................................................................................................................................................5 B. PRÉSENTATION DU GROUPE..............................................................................................................................7 1. Quelques chiffres ........................................................................................................................................7 C. LE GROUPE À L’INTERNATIONAL....................................................................................................................10 1. Une position de leader en Europe ............................................................................................................10 2. Une accélération du développement international...................................................................................11 D. ORGANISATION DU GROUPE...........................................................................................................................11 III. PRÉSENTATION DE L’INFORMATIQUE DU GROUPE......................................................................13 A. LA DSIN (DIRECTION DES SYSTÈMES D’INFORMATIONS).............................................................................13 1. DSIN en chiffres........................................................................................................................................15 B. LES PARTICULARITÉS INFORMATIQUES DU GROUPE.......................................................................................15 C. LA PRÉSENTATION DU MÉTIER DE PILOTE BUREAUTIQUE..............................................................................18 D. LES MISSIONS DE L’ASL................................................................................................................................19 E. L’ASSISTANCE BUREAUTIQUE.........................................................................................................................19 F. PRÉSENTATION DE L’APPLICATION V3-NET..................................................................................................20 G. LA PSAV3/PSAV4........................................................................................................................................23 1. Qu’est ce que la PSAV3/V4.......................................................................................................................23 2. Que se passe t-il pendant la mise à jour ? ...............................................................................................24 IV. LE PROJET....................................................................................................................................................25 A. POURQUOI UN PROJET LINUX.........................................................................................................................25 B. GENÈSE DU PROJET.........................................................................................................................................26 C. LES CHALLENGES PRINCIPAUX.......................................................................................................................26 D. POURQUOI NOVELL ?.....................................................................................................................................26 E. TECHNIQUE DE DÉPLOIEMENT........................................................................................................................26 V. LE CHOIX DE SUSE.......................................................................................................................................27 A. SUSE LINUX ENTERPRISE.............................................................................................................................28 B. CONFIGURATION SYSTÈME MINIMALE............................................................................................................29 C. PROBLÈMES ET AVANTAGES RENCONTRÉS DANS LE PROJET ACTUEL............................................................30 1. Avantages..................................................................................................................................................30 2. Inconvénients.............................................................................................................................................30 D. LIMITES FONCTIONNELLES DU POSTE.............................................................................................................31 E. PLANIFICATION DU PROJET.............................................................................................................................32 F. LA SOLUTION MATÉRIELLE PROPOSÉE............................................................................................................33 VI. L’ANALYSE DU PROBLÈME DE COMPATIBILITÉ OFFICE............................................................34 A. ANALYSE DES SOLUTIONS PROPOSÉES...........................................................................................................35 1. Les suites offices........................................................................................................................................35 2. Les suites bureautiques en ligne................................................................................................................36 3. La solution de WINE et de CITRIX...........................................................................................................39 VII. MISE EN APPLICATION PRATIQUE DES 2 SOLUTIONS.................................................................41 A. CITRIX..........................................................................................................................................................41 B. WINE..............................................................................................................................................................44 VIII. BILAN...........................................................................................................................................................49 ANNEXES.............................................................................................................................................................50 Pascal Leclercq Page 2 cesi tech’sup
    • REMERCIEMENTS Je tiens à remercier tous les gens qui m’ont aidé à développer mes compétences au cours de ces deux ans d’alternance et à rédiger ce projet. Mes remerciements vont particulièrement à toute l’équipe informatique du groupe, Jean-François GALIBERT et Jean-Louis BUATOIS en tête. Je remercie également Cyrille MACAIRE qui est le chef de projet de poste de travail LINUX dédié à la version OPEN LINUX SLED11. Je tiens évidemment à remercier aussi Bertrand MOY de ses remarques objectives concernant le projet de mémoire final. Pascal Leclercq Page 3 cesi tech’sup
    • I. Introduction. J’effectue mon alternance de formation de « Technicien Supérieur en Maintenance, Support et Réseaux Informatiques » au sein de l’équipe DSIN (Direction des Systèmes d’Information) qui s’occupe de l’informatique du groupe PCA (Peugeot Citroën Automobiles) au pole tertiaire de POISSY. Cette équipe s’occupe de faire du support au poste à tous les utilisateurs du pole tertiaire de Poissy qui englobe près de 5200 utilisateurs sur le site. Elle assure aussi l’évolution du réseau informatique à travers différents projets avec la participation d’autres cellules de PCA Peugeot Citroën. En effet,nous avons une informatique au sein du groupe qui est très segmentée et une entité ne possède que des connaissances axées sur le domaine concerné (Cellule Réseau, Cellule maintenance au poste, Cellule administration serveur,…). le tout est géré par une entité globale, la DSIN. Dans ce rapport nous présenterons en premier lieu le groupe PCA, puis la DSIN et mon rôle au sein de celle-ci. Nous consacrerons les parties suivantes au projet auquel j’ai participé pendant cette alternance, à savoir le déploiement d’un nouveau système d’exploitation dit OPEN SOURCE : nous présenterons dans un premier temps le projet au niveau du groupe PCA dans sa globalité, et dans un deuxième temps nous présenterons ma participation au projet qui consiste à analyser les problèmes de compatibilités entre les environnements de Microsoft et celui de Linux et les moyens d’y remédier. Nous analyserons les 2 solutions proposées et retenues pour l’instant dans le périmètre du groupe. Je donnerai en annexe des informations complémentaires liées au système d’exploitation utilisé à PCA. Pascal Leclercq Page 4 cesi tech’sup
    • II. Présentation de l’entreprise A. Historique L’aventure industrielle de Peugeot naît d’une fonderie d’acier installée dans un moulin à grains reconverti. Elle sera rapidement abandonnée pour une activité plus rentable, le laminage à froid, dont un brevet est déposé en 1818. Cette dernière débouche sur la fabrication d’objets manufacturés, des scies et des mécanismes d’horlogerie. Succès et prospérité sont au rendez-vous grâce à la qualité des produits, qui sont déjà exportés. Cette dernière sera symbolisée par l’emblème du lion. Peugeot se lance dans une diversification tous azimuts. La production embrasse une multitude d’outillages et de produits, qui représentent tous les métiers manuels du siècle. En 1840, la firme passe de l’atelier à la cuisine avec le premier moulin à café. Il sera fabriqué jusqu’en1975 après être devenu électrique dès le début des années trente. Le célèbre moulin entre également chez les professionnels, dans les épiceries et les cafés. Dans son sillage, suivra le moulin à poivre. Pratiquement inusable grâce à un système de taillage breveté, il est encore produit aujourd’hui après avoir été diffusé dans le monde entier à des millions d’exemplaires. Le monde féminin est tout aussi concerné par l’appétit du lion avec les crinolines et les baleines de corset, et, en 1867, les machines à coudre elles seront construites jusqu’en 1936. Le pays de Montbéliard ayant échappé aux armées prussiennes, la prospérité se poursuit. Le grand bi, les tricycles et bicyclettes y concourent. Tout comme ultérieurement les fers à repasser, les machines à laver le linge dès 1920, les postes de radio avec l’invention de la TSF et les appareils électroménagers dans les années soixante, dont le premier robot ménager, le Peugimix, et bien d’autres produits. Au milieu du XIXe siècle, de nouvelles usines sont sorties de terre à Valentigney et Beaulieu qui accueilleront plus tard les voitures. Pionnier de l’automobile, Armand Peugeot sait que l’avenir de l’automobile passe par le moteur à pétrole. Après le court intermède du tricycle à vapeur construit avec Serpollet, pour bénéficier de cette mécanique il passe un accord avec Gottlieb Daimler et la Sté Panhard et Levassor (détentrice de sa licence pour la France). Dès 1891 est lancée le Type 3 premier quadricycle Peugeot à pétrole fabriqué en série. Le succès ne va pas tarder. Mais avant cela, Armand Peugeot doit séparer l’activité automobile des autres productions de son cousin Eugène qui est hostile à l’automobile. Il fonde en 1896 la Société des Automobiles Peugeot et fait construire une nouvelle usine à Audincourt pour construire ses voitures. Aux termes de la séparation, il est interdit aux « Fils de Peugeot Frères », la société d’Eugène, de produire des automobiles et à la Société des Automobiles Peugeot de construire des outils, deux roues, tricycles et quadricycles dotés d’une selle. Les Fils d’Eugène vont néanmoins lancer en 1905 leur propre marque automobile baptisée Lion-Peugeot, des modèles populaires. Les choses rentreront dans l’ordre en 1910 avec la fusion des deux marques. Le premier utilitaire est sorti en 1895, le Type 13. Le premier moteur conçu et fabriqué par Peugeot est apparu l’année suivante. La première usine située Pascal Leclercq Page 5 cesi tech’sup
    • hors de la Franche-Comté est née à Fives-Lille en 1897. Après la fusion, la puissance industrielle de l’ensemble est considérable avec quatre usines à Audincourt, Lille, Beaulieu et Valentigney. Avant la Première Guerre mondiale, Peugeot construit 10 000 voitures, soit la moitié de la production française. Peugeot connaît toutefois des difficultés financières après la guerre. Endettée, la firme emprunte et en 1926, les cycles, activité la plus rentable, reprennent leur indépendance juridique par rapport à l’automobile. Deux sociétés sont créées, Automobiles Peugeot et Cycles Peugeot. En 1925, la 100 000e Peugeot sort d’usine. Les moyens de production sont concentrés en 1929 sur le site de Sochaux, inauguré en 1912. La marque passera relativement bien la crise des années trente grâce au succès de la 201. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, une politique mono modèle est inaugurée avec la 203. Elle connaîtra son terme en 1965 avec le lancement de la 204. La même année voit la création de Peugeot SA, une holding contrôlant toutes les sociétés du groupe. Quatre ans plus tôt, a commencé la construction de l’usine de Mulhouse appelée à devenir le deuxième site de production de la marque. A l’aube des années 70, Peugeot est devenu le deuxième constructeur français avec 500 000 voitures produites. La marque signe un accord de partenariat avec Renault en 1966 dont l’un des fruits sera en 1971, avec l’apport de Volvo, la construction d’un moteur, qui deviendra le V6 PRV. Ce partenariat, qui suit l’inauguration avec Renault d’une usine commune à Douvrin, sera suivi de nombreux autres. Avec Fiat en 1981 pour la production d’utilitaires et de monospaces, puis avec Ford en 1998 pour le développement de moteurs diesel, enfin avec Toyota en 2001 pour des modèles de petites cylindrées et BMW l’année suivante pour des motorisations essence.. La prise de contrôle de Citroën achevée en 1976 amène à la création de PSA Peugeot-Citroën. Redoublant de voracité, le lion rachète deux ans plus tard les trois filiales européennes de Chrysler. PSA récupère en même temps les sites industriels de Poissy, Ryton en GrandeBretagne et Villaverde en Espagne. Mais la digestion de ces acquisitions répétées sur une courte période sera lourde. La tentative de ressusciter la marque Talbot en y intégrant les exfiliales Chrysler se soldera par un échec. Impératif vital dans le contexte de la mondialisation, la croissance de Peugeot à l’international est marquée par l’implantation en Chine en 1985, tandis que l’inauguration en 2001 de l’usine de Porto Real, au Brésil, après l’implantation en Argentine, renforce la présence de la marque au lion sur le marché du Mercosur. Pascal Leclercq Page 6 cesi tech’sup
    • B. Présentation du groupe PSA Peugeot Citroën est un constructeur automobile français privé, propriété de la famille Peugeot qui contrôle les marques automobiles Peugeot et Citroën. Le groupe est le 2ème manufacturier européen, derrière le groupe allemand Volkswagen AG et le 7ème mondial. La naissance de PSA Peugeot Citroën intervient en 1976, lorsque Peugeot SA fusionne avec Citroën SA (il s'agit en réalité d'une absorption de la seconde par la première). Puisque aussi bien chez Peugeot que chez Citroën, avec ses succès commerciaux (DS et CX), les finances ont été gérées soigneusement, l'entreprise PSA a réalisé de bons résultats de 1976 à 1979. Alors que Talbot disparaît en France en 1986, les deux autres marques du groupe se redressent grâce aux modèles Peugeot 205 et Citroën BX. Le Groupe, fort de deux marques généralistes, Peugeot et Citroën, au passé riche d'aventures tant automobiles qu'industrielles, s'est donné 3 objectifs sur les années à venir : l'innovation utile, centrée sur l'environnement, le confort et la sécurité ; la croissance de ses ventes soutenue par un développement accru à l'international; une croissance rentable lui permettant d'autofinancer ses investissements et de garder son indépendance. 1. Quelques chiffres • • • • • • • • 3,26 millions de véhicules vendus Présent dans 150 pays 2ème constructeur européen de véhicules particuliers + véhicules utilitaires légers 1er constructeur européen de véhicules utilitaires légers Leadership environnemental confirmé avec 1,1 million de véhicules vendus émettant moins de 140g de CO2/km Chiffre d'affaires : 54,4 milliards € Résultat opérationnel courant : 550 millions € 201 700 collaborateurs Pascal Leclercq Page 7 cesi tech’sup
    • Figure 1 : part de marché du groupe PCA au sein de l’Europe en 2009 Pascal Leclercq Page 8 cesi tech’sup
    • CHIFFRE D’AFFAIRES (en milliards d'euros) Autres activités Activité automobile Figure 2 chiffres d'affaire Outre l'activité automobile, le Groupe comprend également : • un équipementier, Faurecia, leader européen et numéro 2 mondial dans la plupart de ses métiers (sièges, échappements,…) • Gefco, entreprise de transport et de logistique, 2ème en France dans son domaine • des sociétés de financement fédérées par la Banque PSA Finance • Peugeot Motocycles (scooters et cyclomoteurs de 50 à 125 cm3), 3ème constructeur européen • Peugeot Citroën Moteurs (PCM) pour la vente de moteurs et de boîtes de vitesses à des clients extérieurs au Groupe • Process Conception Ingénierie (PCI) pour la conception et la réalisation d’équipements industriels pour le Groupe et d’autres constructeurs mondiaux. Banque PSA Finance assure le financement des ventes des véhicules Peugeot et Citroën. Elle finance les stocks concessionnaires des deux marques et propose une gamme complète de financements et de services associés. FAURECIA :Un des leaders de l’équipement automobile pour six modules du véhicule (sièges, cockpit,module acoustique, portes, bloc avant et échappement). GEFCO propose des solutions logistiques globales dans trois domaines différents : la logistique de véhicules, le transport de fret et la logistique internationale. CHIFFRE D’AFFAIRES CONSOLIDÉ (en millions d’euros) 2007 1 999 3 554 12 661 Pascal Leclercq (4 922) 58 676 Page 9 2008 2 088 3 536 12 011 (5 057) Banque PSA Finance Gefco Faurecia Autres activités et éliminations inter-activités Total PSA PEUGEOT CITROËN 54 356 cesi tech’sup
    • C. Le groupe à l’international 1. Une position de leader en Europe Avec 2,31 millions de véhicules vendus en Europe en 2006, PSA Peugeot Citroën a confirmé sa 1ère place sur les marchés français (31,3 %), espagnol (19,7 %), belge, portugais. Le Groupe se classe 2ème sur les marchés autrichien, néerlandais et danois. Au Royaume-Uni, en Italie et en Allemagne, les ventes de PSA Peugeot Citroën continuent de progresser avec respectivement 10,5 %, 9,5 % et 5,7 % de parts de marché. En Europe de l’Ouest : maintien des positions avec une part de marché stable à 13.8% Les principaux marchés pour le groupe sont : Allemagne. Argentine. Brésil. Chine. Espagne. France. Italie. Pologne. Royaume. Russie. Turquie. Figure 3 :implantations industrielles du groupe dans le monde Pascal Leclercq Page 10 cesi tech’sup
    • 2. Une accélération du développement international. Présent commercialement dans plus de 150 pays, PSA Peugeot Citroën oriente sa stratégie de développement international sur trois zones - l'Amérique latine, la Chine et l'Europe de l'est auxquelles vient s'ajouter le potentiel de développement de marchés où les marques Peugeot et Citroën sont actives, comme la Turquie et la Russie. PSA Peugeot Citroën a dépassé pour la 2ème fois en 2006 le cap de un million de véhicules vendus à l'international, soit une progression de 4 %, ces ventes représentant 31,8 % des ventes mondiales du Groupe. Elles ont notamment porté sur les marchés suivants : l'Amérique latine avec 215 100 unités, la Chine avec 202 500 unités et l'Europe de l'est avec 180 000 unités. PSA Peugeot Citroën dispose de plusieurs sites de production dans ces zones de développement, notamment au Brésil (Porto Real), en Argentine (Buenos Aires) et en Chine (Wuhan, usine en cours de doublement de capacité) et continue son développement à l’international.1 En 2008, 1 904 000 véhicules (véhicules montés + éléments détachés) ont été vendus dans le monde par la marque Peugeot. Après une montée en puissance réussie au 1er semestre, la Peugeot 308 progresse grâce au lancement de la 308 SW. De son côté la marque Citroën, affiche la vente de 1 356 000 véhicules (véhicules montés + éléments détachés). La Citroën C5 a dépassé ses objectifs dans un segment de marché en baisse. Figure 4 : résultat des ventes du groupe PCA et impact de la crise de l’automobile dans le monde D. Organisation du groupe 1 Une nouvelle usine est en cours de construction à KALOUGA a 180 KM au sud de MOSCOU dans l’objectif de produire 300 000 véhicules par an a partir de 2010.
    • Le Conseil de Surveillance de Peugeot SA a nommé un nouveau Directoire pour PSA Peugeot Citroën dont la mission est de faire de PSA Peugeot Citroën un groupe plus global et un acteur majeur de l’automobile mondiale. En date du début de juin 2009 en remplacement de Christian STREIFF. Au 17 juin 2009, il se compose de : • • • • • Philippe Varin, Président Jean-Marc Gales, Marques Guillaume Faury, Technique et Industriel Grégoire Olivier, Programmes et Stratégie Automobile Frédéric Saint-Geours, Finance et Développement Stratégique.
    • Le comité de direction générale est composé des personnalités suivantes • Jean-Claude Hanus, Secrétariat Général • Denis Martin, Ressources Humaines • Jean-Christophe Quémard, Achats Ce Comité de Direction Générale resserré de huit membres a en charge de définir la stratégie, de fixer les objectifs de performance et de suivre leur réalisation dans le cadre des ambitions du groupe fixées par Philippe Varin : faire de PSA Peugeot Citroën un groupe global, à l’avant garde des produits et services, référence dans ses modes de fonctionnement. III.Présentation de l’informatique du groupe A. La DSIN (Direction des Systèmes d’Informations) La DSIN, force de proposition, de conseil, d’arbitrage et de réalisation, a les missions suivantes: • Garantir la cohérence des architectures fonctionnelles et techniques qui composent les systèmes d'information du Groupe. • Assurer la bonne adéquation entre l'évolution des systèmes d'information et les objectifs du Groupe. • Rechercher en permanence, pour l'ensemble des systèmes d'information, le meilleur ratio performance / coût. Conformément à ces missions, les objectifs de DSIN sont de : • Contribuer à la mise en œuvre de la stratégie du Groupe, notamment en termes de croissance, innovation et rentabilité. • Garantir la bonne adéquation de l’évolution de nos systèmes d’information avec les possibilités économiques de l’Entreprise, ses enjeux et les priorités business. • Renforcer le rôle de proposition envers nos directions partenaires / utilisatrices et garantir la cohérence des systèmes d’information. • Répondre aux besoins des différents métiers du Groupe en tenant compte de leur spécificité et contexte. • Faire bénéficier le Groupe de l’utilisation de nouvelles technologies de l’information et de la communication.
    • • Maintenir une infrastructure robuste et évolutive afin de garantir la qualité de service opérationnel et devancer les besoins liés aux futurs systèmes d’information. • Optimiser les coûts de développement et de possession en particulier par la stratégie du make or buy. • Renforcer la cohérence de nos processus et l’efficacité globale de la DSIN. • Assurer l’évolution des compétences en matière de systèmes d’information conformément aux besoins de l’Entreprise.
    • 1. DSIN en chiffres Voici quelques chiffres clés concernant la DSIN : • MAINFRAME o Puissance de 40000 MIPS sur 4 mainframes de type Z9 • SERVEURS o 2550 UNIX o 1530 LINUX o 1755 WINDOWS o 50 VMS o 29 tandem/guardian o 41 MVS • STOCKAGE o 3000 TO dont:  2150 TO dans le monde open (dont 1600 en mutualisé)  250 TO monde CAO  600 TO Mainframe • POSTES DE TRAVAIL o 77000 postes bureautiques o 4430 PC CFAO et 3830 stations UNIX CFAO B. Les particularités informatiques du groupe Les principaux serveurs de logon à PEUGEOT sont hébergés dans des fermes de serveurs. Il existe 2 principaux sites qui sont dédiés à cela (Achères et Bessancourt2 ) et des sites secondaires qui sont La Garenne / Bessoncourt et Sochaux / Poissy. Le parc informatique de la société PCA n’est composé que de postes en Windows 2000 professionnel qui seront tous désengagés et remplacés par des postes Windows VISTA d’ici juillet 2010.(date de fin du support technique de Windows 2000 par la société MICROSOFT.) 2 ACHERE est en région parisienne tandis que BESSONCOURT est dans l’est de la France (territoire de BELFORT)
    • Figure 5 répartition des différents noyaux de postes Windows au sein du parc.
    • Certains postes sont installés en OPEN SUSE LINUX version SLED 11 dans le cadre d’une migration en cours et elle ne concerne pour l’instant que très peu de postes. Il existe au sein de PSA un seul et unique domaine où s’authentifient tous les utilisateurs par LIGNE FILAIRE /WIFI ou par modem et carte 3G orange à l’extérieur du groupe. Il s’agit du domaine INETPSA. De même il n’existe qu’une seule stratégie de groupe définie au niveau du domaine. Toutes les installations et connexions d’imprimantes réseaux ou de connexions à des serveurs via le réseau sont à la seule charge de l’utilisateur. Il n’y a aucun script automatique qui l’aide à se connecter à une ressource informatique particulière en fonction de ses besoins ou de son appartenance à tel ou tel groupe administratif. L’ensemble des postes fixes et portables à PCA est loué à la société HP. Les postes fixes et portables sont renouvelés tous les 3 ans. Au niveau de l’architecture du réseau les différents sites sont reliés par des liaisons à fibre optique à 10 GBits/s. Les lignes sont louées à des opérateurs comme Cegetel ou orange. Les postes qui se connectent au réseau de PEUGEOT utilisent des serveurs DHCP3 qui vont utiliser des répartiteurs de charges. Les postes normaux sont en ligne en 10 MBPS tandis que les postes CFAO (conception et fabrication assistées par ordinateur) atteignent 100 MBPS. Les postes réseaux se connectent normalement sur des SWITCHS dont les ports sont configurés en auto négociation. Les postes se connectent en RJ45 qui sont tous brassés au niveau des prises quand il s’agit de sites d’activités tertiaires. Les activités de brassage sont réalisées par une équipe spécialisée qui s’appelle STX. A partir des prises utilisateurs il y a des Switchs de périphérie dotés de 48 ports RJ45 qui vont être connectés à des VLAN lesquels vont ensuite être reliés à des Switchs intermédiaires puis reliés à des Switchs de cœurs, le tout interconnecté ensemble par des fibres optiques. PEUGEOT a fait le choix de s’équiper en matériel entièrement CISCO pour la gestion de ses routeurs et Switchs. 3 Le serveur DHCP est un serveur permettant de distribuer automatiquement des adresses IP et donc permet au poste de se connecter a l’infrastructure réseau de PCA.
    • C. La présentation du métier de pilote bureautique Nous allons présenter maintenant le métier principal que j’ai été amené à effectuer au sein de la DSIN c’est à dire celui de pilote bureautique. Le pilote bureautique ou support local au poste est l’élément intermédiaire entre l’utilisateur et le service informatique. Il est responsable de son parc et prend des décisions pour la bonne marche de son parc micro informatique. Un support local au poste devra faire des installations de machines fixes ou portables en passant par une application spéciale développée à l’intention de PEUGEOT il s’agit de l’application l’application V3NET4. Il a aussi en charge les dépannages sur tous les environnements office (open office et office 2003). Il doit s’occuper de dépanner Windows 2000/vista et LINUX sur la SLED11, de la messagerie LOTUS, ainsi que de valider les demandes de certificats et de logiciels. Il a aussi en charge l’installation, la configuration et le dépannage du PALM PILOTE et du BLACKBERRY. Il doit lancer les interventions pour l’échange de matériel afin de dépanner les postes fixes et portables via une société externe qui fait intervenir plusieurs techniciens réalisant les changements de cartes mères et des différents matériels sur place. Un pilote bureautique prend toutes les décisions afférentes à l’assignation ou non de telle ou telle machine à telle ou telle personne et cela de façon programmée ou anticipée. Il peut aussi accorder des droits à une personne via l’intranet5 pour valider des certificats, l’utilisation de services applicatifs (comme VPN ou l’utilisation d’Internet) débloquer des comptes verrouillés, etc.… Le pilote bureautique peut aussi être Administrateur de Sécurité Logique (ASL) dont je vais décrire les missions dans le paragraphe suivant. La différence essentielle entre un pilote bureautique et un administrateur de sécurité logique et que le pilote bureautique fait de l’installation,migration ou du dépannage alors que l’ASL donne des droits a des utilisateurs. 4 5 V3NET est un outil référentiel d’installation de logiciels utilisé au sein de PCA. Service REUNIS
    • D. Les missions de l’ASL • • • • • • • L'ASL prend en compte les mouvements des utilisateurs de son périmètre d'administration, Il demande, autorise et retire les accès des utilisateurs aux systèmes d'information dont ils ont besoin pour accomplir leur mission, Il attribue les mots de passe et les certificats des utilisateurs de son périmètre d'administration, Il conseille les utilisateurs sur les règles et les moyens de protection de l'information, sur le choix et en particulier le bon usage d'un mot de passe, Il a la capacité de dépanner les mots de passe de tout utilisateur PSA à condition que celui-ci se fasse reconnaître "physiquement", Il analyse tous les incidents relatifs à la sécurité logique (tentatives d'accès illicite, ou d'intrusion dans les systèmes, etc.), Il peut être amené à réaliser des audits de sécurité sur les postes des utilisateurs afin de prévenir des risques informatiques, en coopération avec le Pilote Bureautique. E. L’assistance bureautique Nous allons présenter maintenant plus en détail le fonctionnement de l’assistance bureautique. Je suis dans l’organigramme sous la direction de mon tuteur Jean François Galibert qui est responsable des pilotes bureautiques de la DSIN. Je suis amené à travailler en OPEN SPACE avec 2 autres alternants et 2 autres pilotes bureautiques dirigés par Jean Louis Buatois. Quand un utilisateur a un souci qui touche son poste de travail ou son informatique il téléphone au 49000. Cette cellule de dépannage HOTLINE permet de régler 80 % des problèmes. Si elle échoue a résoudre elle-même l’incident, elle ouvre alors un incident référencé dans une application spéciale appelée SDI avec un identifiant dans la base (voir capture d’écran à la page suivante). J’interviens alors à ce niveau pour prendre en compte cet incident : J’ai 2 heures pour prendre en compte l’incident et 2 jours pour le solder. La résolution d’incident peut se faire en direct avec l’utilisateur en faisant venir l’utilisateur à mon bureau où en me déplaçant moi-même à son bureau où par prise en main à distance de son poste par NETMEETING pour Windows 2000 via E-MEETING/PC-CONTROL et l’outil VNC dans d’autres cas. Si j’échoue moi-même à régler l’incident je transfère ce dernier à une cellule d’assistance de niveau III.
    • Figure 6 capture d’écran de l’application SDI F. Présentation de l’application V3-NET L’application V3NET est l’épine dorsale du système informatique à PEUGEOT puisque il s’agit d’un outil de gestion de parc très performant qui permet d’avoir toutes les informations administratives en un temps donné sur n’importe quel matériel disposant d’une identité numérique qu’on appelle un FAN. V3 NET est une base de données d’applications qui liste une centaine d’applications homologuées qui peuvent être installées sur les postes. Chaque demande d’application peut être validée par un ASL si l’application demande une licence particulière.
    • Chaque application rentre dans une catégorie qui s’étale de 1 à 7. Les applications qui demandent des licences payantes sont validées par des personnes dans des directions détachées (souvent en tête de liste les chefs de produits). V3 NET permet donc aussi de demander des noyaux Windows 2000/VISTA ou LINUX et ceci dans 3 langues différentes qui sont l’anglais le français et l’espagnol. De même il est possible de demander des noyaux pour des produits en 32 bits et 64 bits. Ce sont des packages logiciels tout en un qui possèdent outre le noyau le service pack mais aussi les dernières mises à jour des systèmes Windows avec les applications de bases installées par défaut. L’installation d’applications V3NET est totalement automatisée. En effet quand un utilisateur a besoin d’une application spécifique il l’écrit en envoyant un mail au pilote bureautique ou à l’ASL dont il dépend. Si l’application dépend d’une validation particulière celle-ci est sollicitée. Puis après accord l’installation sur le poste est demandée. Il suffit alors à l’utilisateur de faire une montée de version de sa machine (via le menu de Windows ou par l’icône V3NET inscrite dans la barre des taches). Il n’y a pas de montée de version automatique il faut que l’utilisateur la fasse lui-même. Pour toute les nouvelles installations de poste et de nouvelles demandes d’installation logicielle la montée de version correspond à la dernière version.
    • Figure 7 Capture d’écran de l’application V3-NET
    • G. La PSAV3/PSAV46 1. Qu’est ce que la PSAV3/V4 La PSAV3 est un ensemble de services associés : • • • • • Au matériel (postes fixes, portables, serveurs homologués) Aux systèmes d’exploitation Aux applications et logiciels A la gestion et au suivi du parc, postes et serveurs. A la sauvegarde des postes informatiques Elle garantit la stabilité du poste grâce aux mises à niveau logicielles. Elle propose les toutes dernières versions de l’antivirus. Elle garantit un niveau de sécurité maximal pour le poste. La PSAV3 met à disposition sur le poste un système d'exploitation adapté à PSA, et disponible en plusieurs langues. Les différents produits nécessaires à tous les collaborateurs PSA sont disponibles par défaut dans la PSAV3 et constituent ce qu'on appelle le 'noyau'. Il s’agit des logiciels les plus couramment utilisés et qui permettent de couvrir les fonctions principales du poste telles que : • la messagerie. • un navigateur web • la sauvegarde • le partage des postes à distance • la suite bureautique • la sécurité antivirale plus tous les outils annexes liées au fonctionnement général du poste (explorateur de fichiers, etc.). D'autres logiciels peuvent être demandés (dans le cadre de projet ou pour des besoins ciblés) et sont majoritairement soumis à une validation par un responsable de produit garant des contraintes budgétaires. Chaque mois, une nouvelle version de la PSAV3 est proposée en téléchargement. Tous les 3 mois, la version est dite "majeure", car elle fait évoluer les produits du noyau. 6 La PSAV4 est l’équivalent de la PSAV3 pour les postes VISTA et LINUX
    • 2. Que se passe t-il pendant la mise à jour ? Lorsque l'utilisateur déclenche une PSAV3 installation, il télécharge :  les mises à jour des logiciels déjà installés par la PSAV3 sur son poste de travail, si elles y sont dans une version antérieure.  les nouveaux logiciels dont il a effectué la demande et qui ont été validés. Les montées de versions ne téléchargent que le strict nécessaire sur le poste. Les montées de versions mineures sont généralement plus rapides que les versions majeures qui incluent également les mises à jour des produits du noyau. La PSAV4_Linux met à disposition sur le poste : • • • Un système d'exploitation Linux sous la forme de la distribution SUSE Linux Enterprise Desktop, adaptée à PSA, et disponible en 3 langues (français, anglais et espagnol). Les différents produits nécessaires à tous les collaborateurs PSA sont disponibles par défaut dans la PSAV4_Linux et constituent majoritairement le 'noyau'. Il s’agit des logiciels les plus couramment utilisés et qui permettent de couvrir les fonctions principales du poste telles que : o la messagerie (Lotus Notes) o l'accès à l'Intranet/Internet (navigateur Firefox, signature unique SSOX...), o la sauvegarde (Netbackup 6), o le partage des postes à distance (VNC), o la suite bureautique (OpenOffice), o la sécurité antivirale (Symantec antivirus ...) o tous les outils annexes liées au fonctionnement général du poste comme par exemple Beagle ou Nautilus. Les logiciels additionnels (dans le cadre de projet ou pour des besoins ciblés) peuvent être demandés et sont majoritairement soumis à une validation par un responsable de produit garant des contraintes budgétaires.
    • IV. Le projet Nous allons, dans cette partie, faire une présentation générale du projet de déploiement d’un nouveau système d’exploitation dit OPEN SOURCE, projet commun à l’ensemble du groupe PCA. Ma participation au projet sera traitée plus tard. Dès 2006, DSIN a engagé un chantier d'évolution du poste de travail pour renouveler la PSAV3/Windows 2000 vers une version PSAV4 déclinée sur deux usages : • le poste PSAV4/Linux pour la bureautique, • le poste PSAV4/Vista pour les cas d'usage avancés. Solution innovante et en rupture de coût, le poste PSAV4/Linux contribue directement à l'effort demandé à la DSIN dans le cadre de la réduction des coûts de maintenance. A. Pourquoi un projet linux Le contrat avec Microsoft comporte une limite à 75500 licences Windows non adhérentes au poste. Au delà, chaque poste supplémentaire (accroissement, renouvellement) induit l’achat d’une licence Windows supplémentaire • Enjeu: 100€ par poste Les licences «Office» augmentent proportionnellement à la croissance des ventes de véhicules, mais les opérations d'internalisation informatique (filiales, commerce) font augmenter le parc plus rapidement que la croissance business. • Enjeu: 300€ par poste PSA utilise déjà Linux (distribution maison) sur plus de 1500 serveurs. La distribution Novell remplacera cette distribution maison qui n'était pas supportée par les éditeurs de logiciels tiers. 2500 : C’est le nombre de serveurs prévus à fin 2009, lié à l'augmentation du parc dans le domaine du calcul et de la filière technologique LAMP (utilisée pour la mise en place de solutions Internet/Intranet), ainsi qu'à l'extension probable du périmètre Linux sur de nouvelles applications. Le Calcul représente à lui seul 2000 serveurs fin 2009. 20 000: • • 17.000 postes bureautiques existants correspondent aux critères fonctionnels de déploiement. Linux sera aussi déployé sur le poste «Terminal Industriel»dont le potentiel existant (remplacement des postes actuels) est de 7000 postes à cinq ans, dont 2500 d'ici fin 2009.
    • B. Genèse du projet Une étude « exploratoire » (août 2005) avec Mandriva et Bull avait pour but :  d’analyser le niveau de maturité de linux pour le poste de travail  d’analyser la capacité de PSA à gérer ce poste dans l'infrastructure existante Les résultats (Janvier 2006) indiquent que :  Linux est crédible sur un périmètre fonctionnel déterminé (bureautique standard).  PSA peut intégrer des postes Linux à sa gestion de parc actuelle.  La distribution Mandriva manque de visibilité chez les fournisseurs tiers (SAP, SYMANTEC...) C. Les challenges principaux Le coût Le projet a pour objectif d'éviter au maximum des coûts induits par des migrations. Les utilisateurs ciblés sont donc des utilisateurs standards bureautique. L'intégration dans l'environnement Windows évite d'avoir à toucher à l'infrastructure et permet de capitaliser sur le support existant. Gestion du Changement Éviter autant que possible de modifier les habitudes des utilisateurs Environnement Le poste étant intégré dans un environnement majoritairement Windows, il est important de mettre en place des processus permettant de garantir la compatibilité des deux environnements. D. Pourquoi Novell ? L'intégration dans l'environnement existant est un facteur clé.  La capacité de Novell à influencer la communauté Open Source pour développer les fonctionnalités requises  Les relations entre Novell et les éditeurs de logiciels. Exemple : IBM pour Lotus La distribution SLED10 est une référence sur le poste de travail et XGL un argument « marketing » réel auprès des utilisateurs pour vendre le poste Linux et éviter le syndrome du « poste du pauvre ». E. Technique de déploiement • • • Un seul outil de déploiement, commun à Windows et Linux : V3Net (développement interne PSA Peugeot Citroën). Les logiciels sont packagés en RPM7 et considérés comme des composants. Un produit peut comprendre plusieurs composants. Les utilisateurs lancent eux-mêmes les mises à jour (de manière manuelle ou programmée) o Installation des produits demandés et validés o Installation des mises à jour poussées par DSIN Un produit obligatoire, le « noyau PSAV4 Linux »comprenant l'OS et les produits de base • Installation automatisée via PXE 7 Red Hat Package manager
    • • Composé des produits de base : Gnome, OpenOffice,Firefox, Lotus Notes... La séquence d'installation est sous le contrôle d'un moniteur d'installation automatique (développement PSA Peugeot Citroën). Le reporting d'erreur est centralisé en temps réel. V. Le choix de SUSE openSUSE, anciennement SUSE Linux, est l'équivalent de l'historique « SUSE Linux Professionnal ». Elle dispose d'un cycle de développement théorique d'environ huit mois et une durée de vie (durée des mises à jour critiques) de deux ans à partir de la date de sortie. Elle est disponible en téléchargement gratuitement et sans délai en version complète, avec le choix d'obtenir ou non les logiciels propriétaires. Elle est également vendue en boîte auprès du grand public. Le 4 novembre 2003, Novell annonça qu'il désirait acquérir SuSE pour 210 millions de dollars. L'acquisition fut finalisée en janvier 2004 et le nom de l'entreprise fut changé en SUSE Linux après le rachat par Novell. « SUSE » n'a dès lors plus de signification officielle. Il existe 2 branches de la distribution SUSE Linux : openSUSE, et SUSE Linux Enterprise. Ainsi, s’il n’existe qu'une seule distribution openSUSE, elle se décline en plusieurs Editions pour les architectures x86, x86_64 et PPC (état pour la version 11.0) • openSUSE Download Edition : C’est la version ISO librement téléchargeable. Elle est disponible en version CD Live (en version KDE4 ou GNOME) installable sur le disque dur, et en version DVD-5 simple couche plus complet. Un CD additionnel contenant certains logiciels propriétaires est également disponible. Un CD supplémentaire contenant des fichiers d'internationalisation pour les langues moins courantes est aussi disponible. Elle ne comprend ni assistance technique, ni manuels imprimés.
    • • • • openSUSE Retail Edition : C'est la version d'openSUSE vendue en boîte. Elle contient un DVD-9 (double-couche) comprenant les version 32 et 64 bits, ainsi qu'une documentation sur support papier, une assistance utilisateur de 90 jours et 2 autocollants. Le support de la version Retail est ainsi un peu différent des ISO téléchargeables, mais tous les logiciels présents dans la boîte et non dans les versions Download sont inclus sur les serveurs FTP et librement accessibles. openSUSE FTP : Il existe également un petit ISO permettant d'installer directement openSUSE depuis les FTP (installation par le réseau). Il y a sur les miroirs deux arbres FTP différents : l’un pour les paquets opensource (oss), un second FTP pour les paquets non-opensource ou dont la licence est restrictive (non-oss). Les FTP peuvent être utilisés pour compléter les versions CD/DVD. openSUSE Factory : C'est la version de développement permanent, à partir de laquelle l’équipe de développement sort régulièrement des snapshots (alpha, bêta puis RC) pour aboutir à la version openSUSE stable. A. SUSE Linux Enterprise Novell conçoit des versions de la distribution pour son secteur d'activité entreprise et construites à partir d'openSUSE. Elles se différencient par le fait qu'elles sont beaucoup plus ciblées, ont une espérance de vie supérieure (5 ans, extensible à 7), un cycle de développement plus long (24 à 36 mois - gage de stabilité, au détriment des nouveautés) et sont disponibles uniquement à la vente (mises à jour payantes), la licence incluant un support plus long. • • • • SUSE Linux Enterprise Server - SLES, une version orientée serveur d'entreprise. SUSE Linux Enterprise Desktop - SLED, une version orientée bureautique d'entreprise. SUSE Linux Enterprise Real Time - SLERT, une version spécialisée dans le support "low latency" pour des opérations où le facteur temps est critique. SUSE Linux Enterprise Thin Client - SLETC, une version modifiée de SLED et ciblée pour l'utilisation de clients légers LINUX n’est plus à l’état de beta test depuis la version 1.0 en date du 14 mars 1994,les bugs etant corrigés au fur et a mesure. La convention de numérotation des versions de linux est la suivante : X.Y.Z Dans cette convention, y est une valeur paire pour désigner une version stable, alors qu’une valeur impaire désigne une version en beta test. Quant à z, il est incrémenté a chaque correction d’un bug. En janvier 2002, la version stable est la version 2.4.16. La prochaine version beta-test sera donc la 2.5, et donnera naissance à la prochaine version stable qui sera la version 2.6. On utilise la commande uname –n pour connaître les informations de version sous linux.
    • Figure 8:copie d'écran du bureau de gnome d'une SLED 11 B. Configuration système minimale • • • • Ordinateur avec processeur Intel Pentium III 500 MHz ou version supérieure Mémoire RAM de 512 Mo 3 Go d'espace disque disponible Résolution d'affichage 800 x 600 Configuration système recommandée • 1 Go de mémoire RAM • Résolution d'affichage 1 024 x 768 Processeurs recommandés • x86 • AMD64 • Intel 6
    • C. Problèmes et avantages rencontrés dans le projet actuel 1. Avantages Le fait de passer d’une version à une autre n’entraînera pas de reformatage du poste (à partir de la version SLED 11) Le coût technique d’un déploiement comme linux est simplifié (exemple l’utilisation du netbook pour installation unique avec SLED 11). Il n’y a pas de problèmes récurrents d’écran bleu comme dans les environnements Windows, pas de plantage système, peu d’incidents concernant cet environnement principalement centré sur la plateforme open office. La distribution office de Windows est remplacée par open office et Internet explorer par Firefox. Il est possible de récupérer des données de disque défectueux et illisible pour l’environnement Windows via le réseau implémenté sous linux (pour les pilotes bureautiques principalement.). Il est simple à prendre en main et de bonne interactivité avec l’utilisateur. Un nouveau projet validé à PSA serait de prendre en compte l’installation de LINUX sur des NETBOOK (coût matériel réduit). 2. Inconvénients Les inconvénients suivants peuvent être cités : Des Difficultés à trouver des bons pilotes. Un nouvel environnement entièrement à réapprendre mais moins complexe que Windows vista. Problèmes de compatibilité entre les environnements office et open office .8 Impossibilité de développer en environnements .NET et de développer des bases de données en .MDB c'est-à-dire en access. Difficultés d’avoir un support technique cohérent et suivi dans le temps. Pas de possibilité d’avoir des droits administrateur sur la machine y compris pour les pilotes bureautiques ce qui pose des problèmes pour le dépannage. 8 Il existe des solutions de contournement comme d’implémenter un client citrix sur le poste linux pour attaquer tout de même les environnements office
    • D. Limites fonctionnelles du poste Ici nous étudions plus en détail les critères qui peuvent empêcher un poste Windows d’être migré en LINUX. Critères d’exclusion (par rapport à la couverture fonctionnelle du noyau PSAV3 Windows) : • Utilisation des logiciels : o Base de données Access Il n’existe pas a l’heure actuelle d’équivalent a la base Access en environnement open office, il y a donc un gros problème de transposition et les projets de contournement actuel s’appuie soit sur des clients déportés en CITRIX ou par la rédaction de nouveaux projets via le projet LAMP9. o Visualisation de schémas MS VISIO o développements autour de la filière .Net Microsoft se base sur plusieurs technologies : • • • • • • • • • des protocoles de communication basées sur Le Framework .NET et non plus COM, OLE un langage plus simple que C/C++, Visual Basic, Java, J# comme le langage C# une bibliothèque compatible framework .NET et non plus MFC, GDI… une machine d'éxécution architecture basée sur la CLI libre,portable et multi-langage un outil de gestion de projet ouvert MSBuild avec plusieurs compilateurs. un IDE de développement plus performant (Métaprogrammation) et compatible Visual C++ sous le nom de Visual Studio un ensemble de bibliothèques haut niveau et robuste Windows Live ID, Framework .NET une portabilité pour les systèmes d'exploitation Windows et Windows Mobile des composants facilitant le développement de services (MapPoint) et d'applications aussi bien locales que web (ASP.NET) Critère d’exclusion temporaire (service prévus avant la fin du pilote) : • Utilisation du service RTC ou 3G (dans un premier temps) • Synchronisation PDA : dans un premier temps non disponible En cas d’adhérence « faible » à Windows détectée après migration, des solutions seront disponibles afin d’éviter un retour arrière (Client Citrix). 9 9 définition du mot LAMP , Linux Apache MySQL PHP. Label attribué aux serveurs web (l'OS, le serveur web, le SGBD et le générateur de pages web dynamiques) qui utilisent ces composants dans leur configuration
    • E. Planification du projet Il existe aujourd’hui sur a peu près les 75000 postes informatiques déployés dans le groupe environ 500 postes en LINUX. Les postes fixes sont des PC HP de la série DC 7600 et supérieur qui peuvent tous recevoir des solutions LINUX. Les portables HP ou LENOVO sont capables de recevoir la SLED 11. Le déploiement de LINUX se fera dans un premier temps dans le périmètre unique de la DSIN. Tout poste détecté et confirmé comme compatible par le pilote informatique sera migré en Linux. Toute nouvelle affectation de poste à un prestataire ou un stagiaire sera désormais livrée en PSAV4/Linux, sauf exception justifiée. La solution LINUX ne sera implémentée sur le poste que si le pilote bureautique en consultant V3NET vérifie la conformité logicielle des applications installées précédemment sur le poste WINDOWS dans le cas d’une migration. C'est-à-dire que si une personne demande à migrer d’un poste Windows à LINUX cela ne sera possible qu’à partir du moment où les applications reportées sur le poste LINUX sont capables de fonctionner comme si c’était en environnement WINDOWS sinon il n’y aura pas de migration. Le but étant de passer plus tard à d’autres services que la DSIN et de généraliser à hauteur de 10 ou 20 % le nombre de postes LINUX sur la totalité des groupes.
    • F. La solution matérielle proposée. La solution NETBOOK Le Netbook PSA répond aux utilisateurs souhaitant disposer d'un poste léger, à forte autonomie répondant à des besoins bureautiques standards : messagerie Lotus Notes, navigation Internet/Intranet, bureautique (hors macro) et sans Microsoft Access. Il est fournit avec un écran externe afin de permet un plus grand confort d'utilisation pour les usages sédentaires. Le Netbook représente une alternative au portable standard bureautique PSA plus polyvalent et disponible en Linux et Windows. Figure 9:utilisation du NETBOOK Ce modèle offre : une autonomie de plus de 4 heures, une taille (26 x 18 x 3 cm) et un poids (1,3 kg) réduits, un écran 10 pouces au format 16/10, 1 Go de mémoire RAM, un disque dur 160 Go, un pavé tactile Touchpad avec zone de défilement, un port réseau filaire + Wi-Fi, un modem interne 3G, 3 ports USB. Il n'offre pas : Il est livré avec : de lecteur CD ou DVD-ROM, un disque dur externe pour les sauvegardes de port RTC pour prise téléphone, PSABackup, de port série ou parallèle, un écran additionnel 19 pouces 16/10. de port PCMCIA ou Xpress-card.
    • VI. L’analyse du problème de compatibilité office. Nous avons fait dans les parties précédentes une présentation générale du projet du groupe PCA de déploiement d’un nouveau système d’exploitation dit OPEN SOURCE. Ma participation à ce projet est limitée puisque je n’ai pas de pouvoir décisionnaire sur les projets en cours parfois de plusieurs années précédant mon arrivée à la société PCA. Je suis cependant amené à faire des migrations de postes vers la SLED 11, je possède donc une vision des problèmes et des différences avec un poste Windows, et je peux faire remonter les dysfonctionnements, en particulier les problèmes de compatibilité office. Le périmètre de mon projet porte donc sur l’analyse de ces problèmes de compatibilité, et les propositions de solutions de contournement qui peuvent y être apportées. À propos de compatibilité: Peut-on ouvrir un document créé avec MS Office sur un poste équipé d’OpenOffice.org? La réponse est "oui" dans presque tous les cas. Par contre, si vous protégez par exemple une feuille Excel par un mot de passe, OpenOffice.org Calc ne saura pas l'ouvrir. Il en sera de même pour les utilisateurs de macros. À noter qu'en sens inverse, le problème se pose aussi: un document protégé et une macro créés sous Open Office ne seront pas lus par les logiciels de Microsoft. Cela dépend aussi du format sous lequel l'entreprise enregistre ses fichiers: avec du .RTF ou du .PDF (relativement universels), la manipulation des documents ne posera pas de soucis. Mais tout utilisateur ne sait pas nécessairement enregistrer sous tel ou tel format à partir de son poste de travail. Outre cela il existe des problèmes permanents de compatibilité entre les polices de caractères utilisées dans les documents Windows et qui sont propriétaires de MICROSOFT et les substitutions de police de caractère que propose OPEN OFFICE. Toute la mise en page du document est décalée et le document dans son intégralité doit être retravaillé, même problème pour l’intégration de nombreux document qui ont des macros ou des procédures écrites en VBA, sans parler des problèmes pour convertir les bases de données Access en MDB. Pour l’instant impossible de le faire avec OPEN OFFICE, en attendant une meilleure compatibilité entre les deux systèmes ;la solution préconisée consiste à gêner le moins possible les utilisateurs et à leur faire perdre le moins de temps possible et surtout à éviter autant que faire ce peut les pertes de données. Nous présentons dans le tableau suivant un récapitulatif des différences entres les deux environnements. .
    • - MS Office Open Office Avantages: - Disponible sur toutes les versions de Windows (même mobile) - Intégration de nombreux programmes tiers (Adobe Acrobat, Traducteurs, etc.) Formats d'enregistrement et d'export - Export PDF intégré - Coût de licence nul - Nombreux additifs disponibles - Multi plates-formes Inconvénients: - Pas de synchronisation avec les PDA - Tarifs élevés: en moyenne de 170 euros (version éducation) à plus de 700 euros (version "pro") - Formats propriétaires A. Analyse des solutions proposées 1. Les suites offices Nous présentons dans ce tableau les différences entre les différentes versions d’office payantes et non payantes. Aujourd’hui le problème des solutions payantes pour PCA est de payer les licences et d’être tributaire d’une seule distribution (c’est a dire office 2003) et l’ensemble de la société pour passer en version d’OPEN OFFICE proposée par LINUX est obligée de convertir l’ensemble des documents en version OPEN OFFICE ou de migrer des solutions qui imposent l’utilisation de base Access vers des solutions transversales type LAMP. (LINUX/APACHE/MYSQL/PHP). Logiciels propriétaires • • • • iWork Microsoft Office StarOffice Lotus Symphony Logiciels libres • • • • • Gnome Office Go-OO KOffice OpenOffice.org Siag Office La solution proposée a l’heure actuelle est d’utiliser sous la version SLED 11 uniquement OPEN OFFICE.
    • 2. Les suites bureautiques en ligne Ces solutions ne sont pas envisagées dans le groupe PCA car trop récente et surtout les suites en ligne ne peuvent pas rivalisées encore avec les suites office 2003 de Microsoft par exemple. Elles ne sont donc pas réalistes pour l’instant mais pourrait l’être dans l’avenir quand elles auront intégrées plus de fonctionnalités. Google Docs, Zoho et Buzzword superposés. DR Internet continue de modifier les usages de l’informatique. Depuis l’apparition des webmails comme Gmail, Yahoo Mail ou Hotmail, les logiciels de messagerie ont perdu de l’intérêt. Et les prochains sur la liste pourraient bien être les logiciels de bureautique. Le domaine de la bureautique, largement dominé par Microsoft Office, reste un domaine très cloisonné. Même la suite bureautique libre et gratuite OpenOffice.org a toutes les peines du monde à trouver son public. Sur le net, la lutte bureautique est menée par Google, qui continue de tailler des croupières à Microsoft partout où il le peut. Actuellement, il existe principalement trois sites pouvant faire concurrence à Word et aux divers produits de Microsoft Office : Google Docs, Zoho et Buzzword. Tous trois sont en fait assez différents, avec des buts et des fonctionnalités distincts. Google Documents Google Docs, parfois nommé Google Documents, est le plus utilisé. Il s’agit d’une mini-suite bureautique en ligne. Pour l’instant, on y trouve uniquement un traitement de texte, un tableur et un outil de création de diaporamas. Les trois applications sont encore assez basiques et n’ont pas été développées en interne par Google, qui a préféré racheter des start-ups pour intégrer leur offre. Les interfaces et fonctionnalités des trois outils présentent donc quelques petites différences. Mais ces petites particularités n’ont finalement pas grande importance. Les trois outils bénéficient d’une utilisation très simple. Pour Google Docs, il suffit d’avoir un
    • compte Google, que de nombreux internautes possèdent déjà (pour l’email, l’agenda, les vidéos sur Youtube...). Une fois inscrit, la page d’accueil de Google Documents affiche la liste des derniers documents créés ou modifiés, et propose d’en créer de nouveaux. Mais la vraie force de Google Docs, outre la simplicité de son interface, c’est la possibilité de « partager » ses documents. Les envoyer par email, ou, surtout, travailler à plusieurs en même temps sur un même document. Toutes les modifications sont enregistrées, et il est même possible de consulter l’historique des modifications. Buzzword et Zoho proposent également de faire de même. Hélas, ils n’ont pas l’avantage d’être aussi répandus que Google, et il faudra donc probablement que chaque collaborateur doive se créer un compte supplémentaire. Ce qui ne va pas forcément de soi. Le traitement de texte de Google Documents. Zoho La suite Zoho ne présente pas la même simplicité d’utilisation que Google Docs, mais elle propose en revanche beaucoup plus d’applications. On y retrouve aussi un traitement de texte, un tableur et un outil de création de présentations, mais aussi un wiki, un outil de planification de réunions, un agenda, un outil de création de bases de données, un bloc-notes, un gestionnaire de projets et un salle de discussions. Cette abondance de bien est hélas contrebalancée par une certaine complexité d’utilisation. L’interface de Zoho, assez lente, rappelle celle des outils Office : beaucoup de boutons, de listes déroulantes et de menus, dans lesquels on se perd parfois. Alors que Google Docs semble clairement avoir été créé pour attirer le plus grand nombre possible d’utilisateurs, Zoho semble lui se destiner principalement aux professionnels et aux habitués de la bureautique. L’intérêt principal serait alors de supprimer le coût de Microsoft Office et de le remplacer par celui, bien moindre, de Zoho (certains outils très avancés sont payants). Avec l’avantage de pouvoir accéder à ses documents avec un simple accès Internet, depuis n’importe quelle machine. Zoho propose par ailleurs une fonctionnalité bien pratique, mais absente chez ses concurrents : la possibilité d’accéder à tous ses documents même sans être connecté. Il faudra auparavant prévoir quelques minutes pour tous les télécharger.
    • Le traitement de texte de Zoho. Buzzword Dernier arrivé sur le terrain de la bureautique en ligne, Buzzword est aussi le plus discret. Ici, pas de suite bureautique, juste un logiciel de traitement de texte en ligne. Mais contrairement à ses concurrents, Buzzword a intégralement été réalisé en Flash, ce qui lui confère une apparence unique et une interface nettement plus agréable. A tel point qu’Adobe, maisonmère de Flash, a annoncé il y a quelques semaines le rachat de Buzzword, jusqu’alors développé par une petite start-up. En tant que traitement de texte, Buzzword est bien conçu. Comme ses compères, il intègre un correcteur orthographique, qui ne prend toutefois en compte que l’anglais pour l’instant. Bien que le développement de l’application soit encore loin d’être terminé, il intègre déjà la plupart des fonctionnalités indispensables. Il lui manque peut-être la possibilité d’enregistrer des documents au format PDF, certaines polices de caractères sont hélas absentes, mais à part quelques petits soucis de cet ordre, Buzzword semble plutôt bien parti. Le traitement de texte Buzzword
    • Gratuité, simplicité d’accès et d’utilisation, disponibilité permanente, partage de documents, fonctionnement sur tous les ordinateurs (sous Windows, Mac OS X ou Linux), ces suites de logiciels multiplient les avantages par rapport à la coûteuse suite logicielle Microsoft Office, ou même par rapport à ses alternatives gratuites et libres comme OpenOffice.org. Seul gros souci, à l’exception de Zoho : il faut pour l’instant impérativement être connecté à Internet pour travailler sur ses documents. Un problème qui ne devrait pas durer, puisque Google Docs et Buzzword comptent proposer des versions offline dans les mois à venir. 3. La solution de WINE et de CITRIX. Suite aux différentes solutions proposées sur le marché, la meilleure solution proposée aujourd’hui et de passer par des émulateurs qui sont légers et permettent de contourner le problème en passant par des serveurs de production. Pour cela 2 solutions existent : WINE et CITRIX. La solution de wine Wine est une implémentation des API issues de Windows aux systèmes Unix. L’objectif de l’application est de permettre une compatibilité des applications destinées au système de Microsoft avec les environnements Unix. Le programme ne nécessite pas la licence de Windows, le développement est totalement libre et n’utilise aucun code Microsoft ! Wine est néanmoins en mesure d’utiliser les DLL native de Windows. Le logiciel propose également une panoplie d’outils afin de porter le code d’applications Windows. Ces outils permettent ainsi d’utiliser de nombreux programmes sur les systèmes Linux, FreeBSD et Solaris, sans les modifier. Wine est une couche de traduction (un chargeur de programme) capable d'exécuter des applications Windows sous Linux et d'autres systèmes d'exploitation compatibles POSIX. Les programmes Windows exécutés par Wine agissent comme le feraient des programmes natifs, c'est à dire sans pénalités de performances ou d'utilisation de mémoire (ce qui serait le cas avec un émulateur) et avec un aspect et une utilisation similaire aux autres applications de votre environnement de travail. Le projet Wine a débuté en 1993 comme un moyen d'exécuter des programmes Windows 3.1 sous Linux. Bob Amstadt était le coordinateur à l'origine, mais Alexandre Julliard a rapidement pris le relais et continue de gérer le projet jusqu'à aujourd'hui. Au cours des années le projet a été porté pour d'autres Unix et le support pour les applications Win32 a été ajouté au fur et à mesure que celles-ci sont devenues populaires. Nous allons ici parler de Wine, qui est une solution intéressante pour executer des logiciels Windows sous Linux. Il faut avant tout savoir que Wine n'est pas à proprement parler un émulateur. Il n'émule pas Windows, mais transforme les appels aux fonctions Windows en appels de fonction Linux ou X. Wine est encore en plein développement, c'est pourquoi de nombreux programmes peuvent encore ne pas être pris en charge, mais généralement, ceux qui fonctionnent aussi bien que dans leur environnement d'origine
    • La solution de CITRIX Citrix XenApp (anciennement connu sous le nom de Citrix MetaFrame puis Citrix Presentation Server) est un produit de la société Citrix systems basé sur le protocole Independent Computing Architecture (ICA). Il s'agit d'un logiciel serveur permettant de déployer des applications ou des services sur un réseau et d'y accéder à distance à partir de clients légers. On parle de « solution d'infrastructure d'accès ». Par exemple l'installation d'une application se fait sur le serveur et se lance sur celui-ci. L'application s'exécute donc sur le serveur, en utilisant les ressources (CPU, mémoire, espace disque) du serveur. L'affichage et les commandes de clavier/souris sont transmis au poste de travail de l'usager via un réseau local. Cela a pour but de réduire le travail du poste client, permettant ainsi d'utiliser un poste de capacité réduite pour exécuter des applications nécessitant beaucoup de ressources. Pour lancer une application, on se connecte à un portail web contenant les applications auxquelles on a accès. On peut aussi installer sur le poste client un agent qui servira à afficher les applications disponibles à l'utilisateur. Le logiciel client initie la connexion au serveur en spécifiant l'application désirée. L'affichage ainsi que les commandes clavier/souris sont transmises via le réseau local en utilisant un protocole appelé ICA. Celui-ci permet un transfert rapide des données grâce à une méthode de compression développée par Citrix. Ce système permet donc de rendre disponible des applications diverses sans avoir à les installer dans chacun des postes clients qui le nécessitent.
    • VII. Mise en application pratique des 2 solutions Nous allons dans ce chapitre passer en revue les 2 solutions de contournement qui permettent d’éliminer au moins temporairement les problèmes de compatibilités entre les deux systèmes d’exploitations c'est-à-dire WINDOWS et LINUX dans sa version SLED11. A. CITRIX CITRIX permet d’attaquer des logiciels office déportés en réseau. Elle est basée sur le protocole ICA.(independent computing architecture).le protocole ICA fonctionne en mode multi canal,c’est-à-dire qu’il gère séparément les flux en fonction de leur type (affichage ,impression,mouvement de souris,frappe au clavier,etc) et il peut prioriser un type de flux si la charger de la ligne devient trop importante. Nous allons voir comment se fait l’installation et le paramétrage d’un client ICA dans la société PCA : 1er opération : on fait une demande de logiciel via V3NET pour demander le client ICA 2ème opération : on fait une montée de version pour l’installer. Ce logiciel n’étant pas soumis à validation par un responsable, il s’installe alors tout de suite.
    • 3ème opération : on configure ce logiciel notamment en mappant une lettre réseau vers le répertoire /HOME de l’utilisateur sous la SLED 11. Cette opération servira à enregistrer les documents office dans le répertoire mappé que l’on aura indiqué.
    • 4ème opération : on lance l’application proprement dite via firefox à l’adresse www.citrix.inetpsa.com on a alors le choix sous linux comme si on était en présence d’un office 2003 professionnel avec un cout modéré puisque on ne paye que la Licence citrix+office 2003.
    • B. Wine WINE permet lui de faire la même chose que citrix mais avec des applications windows installées en local sur le poste et donc sans le réseau. C’est une solution complémentaire pour des applications de tests non proposées sous V3NET. On télécharge l’application wine du site internet de WINE. http://www.winehq.org/download/ il existe des solutions WINE pour toutes les installations LINUX. Puis on se logue en ligne de commande sous un terminal en tant que super utilisateur Il faut donc avoir les droits de ROOT. Une fois connecté au site Internet on va downloader le paquet et le décompresser (détarer) le paquet exemple : Le paramètre Z de tar va automatiquement décompressé le .gz tar xvzf Wine-20001026.tar.gz Cela va créer un répertoire wine-20001026 dans laquelle on va rentrer dedans pour le compiler. ./configure make depend make Et en tant que root : make install Ou utilisez plus simplement wineinstall en tapant la commande : tools/wineinstall qui lancera toutes ces commandes d'installation et qui construira un fichier de configuration adapté à votre système. Il faut que la partition Windows soit montée et que wineinstall soit lancé en tant que root. L'installation place les exécutables sous /usr/local/bin, les bibliothèques sous /usr/local/lib et le fichier de configuration wine.conf est installé sous /usr/local/etc. La ligne /usr/local/lib est ajoutée au fichier /etc/ld.so.conf et la commande ldconfig a été lancée. Il est possible de changer l'emplacement du fichier de configuration et d'installation : A l'installation, il faut lancer "configure" avec l'option suivante : ./ configure --prefix=/usr/share pour l'install sous /usr/share ./configure --sysconfdir=/etc pour wine.conf dans /etc. Wine va s'installer dans le répertoire de l'utilisateur ~/.wine ; par exemple, si votre identifiant est toto, wine sera installé dans /home/toto/.wine , .wine est un dossier caché. On rentre dans ce dossier . Dans ce dossier est créé un simili disque C (appelé drive_c) dans lequel il installera notamment les API Windows et les programmes que l’on installaera par la suite. ces derniers seront placés dans le dossier "Program Files".
    • Il créera aussi le dossier "Dos devices". Celui-ci sert à configurer les paramètres des lecteurs. Vous pourrez rajouter vos autres partitions avec winecfg. Celles-ci seront baptisées par des lettres selon la coutume Windows. C'est cette lettre qui sera utilisée notamment pour tous les programmes qui seront ultérieurement lancés avec Wine. En principe si vous avez utilisé wineinstall, dans un premier temps vous n'aurez pas besoin de modifier wine.conf Les paramètres par défaut de chaque utilisateur seront sauvegardés dans son répertoire $HOME/.wine La commande à taper sera du type wine /mnt/C/Windows/prog.exe Si vous avez monté la partition "C:Windows" sous /mnt/winc, tapez ceci : wine /mnt/winc/windows/notepad.exe Cela fonctionne, alors essayez avec cette commande : wine c:/windows/notepad.exe Ou celle-ci : wine c:windowsnotepad.exe Pour lancer une application se trouvant sur un autre disque "D:" par exemple, cette partition doit être montée, et vous devez tapez le chemin complet, comme indiqué à la section [Drive D] de wine.conf. wine d:mon_repmon_app.exe Il ne reste plus qu'à paramétrer wine pour tous les utilisateurs réels de l'ordinateur, et indiquer que le disque c se trouve à /home/wine/.wine avec la commande winecfg. Pour lancer la fenêtre de configuration on fera: Applications→Wine→Configure Wine ou dans un terminal: winecfg
    • Tester WINE Vérifier que Wine est opérationel en lui demandant sa version : wine -v Pour commencer, essayez avec un petit programme qui fonctionne, comme le solitaire (Jeux de carte) en supposant que la partition Windows (C:) est montée sous /mnt/win, tapez dans un xterm, la commande : wine /mnt/win/windows/sol.exe Le chargement sera plus long que sous Windows, mais l'utilisation doit être aussi rapide. Les chemins " à la windows" avec des espaces, n'oubliez pas d'utiliser le slatch () qui annonce un caractère spéciale à pendre en compte comme pour le slatch windows ( c: ) par exemple :wine c:Program FilesAccessoireswordpad.exe ou avec les guillemets :wine c:"Program Files"Accessoireswordpad.exe Installation d'un logiciel sous WINE : L'installation d'un logiciel se fait normalement en console de la façon suivante :
    • Tout simplement, en cliquant dessus depuis une fenêtre de l’explorateur de linux.on cherche le fichier en exe dans les dossiers et on double clique dessus. Ou alors, dans un terminal : wine /le/chemin/du/fichier/setup.exe ##(ou install.exe) ou wine /media/cdrom/setup.exe ##pour l'installation depuis un CDROM(ou cdrom0 à la place de cdrom) ou install.exe Lancer un programme Windows Type «.exe» Pour lancer les logiciels installés dans le répertoire wine, il y a deux solutions possibles : • • on crée avec l’explorateur de fichiers une association de fichier entre wine et les suffixes de type .exe. Il suffira ensuite d'ouvrir l’explorateur, de naviguer jusqu'au programme puis de cliquer sur le fichier .exe pour lancer ce programme avec Wine. Ou alors on crée un lanceur utilisant la commande suivante (attention, guillemets indispensables). wine "c:program filesdossier_du_programmenom_du_programme.exe" ou alors env WINEPREFIX="/home/votre_login/.wine" wine "C:Program Filesdossier_du_programmenom_du_programme.exe" our tester si tout fonctionne normalement, j’essaye de lancer le Notepad de Windows avec $ wine /chemin/du/notepad.exe Normalement, après quelques lignes de lancement, on devrait voir s'afficher le notepad. Si c'est le cas, c'est que tout est ok. Il se peut aussi que wine ne soit pas dans le path et qu'il ne se lance pas. Si c'est le cas, il faut ajouter /usr/local/bin au path. On se relogue et on réessaye.
    • figure 10 copie d'ecran de wine sous une SLED pour lancer une base de données.
    • VIII. Bilan Durant les 2 années à la DSIN en tant que pilote bureautique j’ai pu mettre en pratique mes connaissances antérieures tant au niveau technique que relationnel. Sur le plan technique, j’ai utilisé mes savoirs au mieux pour pouvoir installer dépanner et configurer des postes pour une utilisation fonctionnelle du poste. Il m’a fallu parfois être très réactif pour juger des ordres de priorités au niveau des traitements des incidents et éviter ainsi une rupture de chaîne et être dépassé par le traitement des incidents en cours. Les métiers de l’informatique sont traités différemment selon le type de l’entreprise, la taille, son secteur d’activité et son professionnalisme. L’informatique n’est pas le cœur de métier de PEUGEOT qui est centré sur l’activité métallurgique. Mais l’informatique est utilisée au pole tertiaire comme étant un outil rationalisant les coûts et permettant au maximum le développement des métiers pratiqués a PCA. Il y a peu de discontinuités réseaux a PEUGEOT non pas que le matériel soit plus fiable qu’ailleurs mais l’organisation des activités à PEUGEOT est très structurée, organisée et hiérarchisée. Ce qui permet de prendre des décisions longtemps à l’avance et très en amont des utilisateurs. Ce système pourrait ne pas être très réactif mais l’utilisateur qui a un problème matériel avec son PC attend au maximum une journée avant d’être dépanné (dans le pire des cas). Des applications spécifiques à PEUGEOT ont été développées pour PEUGEOT comme l’outil V3NET qui est l’épine dorsale pour la DSIN. C’est un passage nécessaire pour une compagnie aussi importante en taille et qui traite un nombre considérable d’informations. En ce qui me concerne le métier de support local au poste que l’on peut définir aussi comme assistant micro informatique n’est pas une découverte puisque j’ai déjà eu une expérience antérieure de plusieurs années dans une société de service américaine. J’ai pu découvrir un autre environnement informatique et la pratique d’un métier comme support local au poste dans une entreprise de grande taille amène forcément des développements de compétences. De plus j’ai découvert le fonctionnement d’un logiciel de messagerie totalement nouveau pour moi c'est-à-dire la messagerie LOTUS NOTES d’IBM. Cette pratique du métier de pilote bureautique pourrait être un tremplin idéal vers des fonctions touchant plus à des fonctions réseaux puisque notre formation touche beaucoup à des fonctions d’administration réseau.
    • Annexes OpenOffice.org (souvent abrégé en OpenOffice ou OOo) désigne à la fois une suite bureautique libre, une communauté de développeurs, et le site Internet hébergeant l’ensemble du projet. Le but énoncé est « de créer, en tant que communauté, la suite bureautique internationale leader, tournant sur les principales plates-formes, et fournissant l’accès aux fonctionnalités et aux données via des composants et API ouverts et un format de données XML ». OOo est divisé en plusieurs modules pouvant interagir entre eux et partageant des concepts généraux communs : • • • • • • Writer : traitement de texte ; Calc : tableur ; Impress : présentations multimédia ; Draw : dessin vectoriel ; Base : bases de données ; Math : formules mathématiques.
    • Le logiciel est fondé sur le code source de la version 5.2 de StarOffice, rendu public par son acquéreur, Sun Microsystems, en juin 2000. Le projet résultant, connu sous le nom d’OpenOffice.org, est disponible sous plusieurs licences (la LGPL et, jusqu’à la version 2.0beta2 non incluse, la SISSL), et fonctionne sur plusieurs plates-formes dont Microsoft Windows, de nombreux Unix : Linux, Solaris, ou Apple Mac OS X. OpenOffice.org est une suite bureautique, c’est-à-dire un ensemble de logiciels pour créer et modifier des documents bureautiques, tels que des articles, des lettres, des tableaux de chiffres, ou des présentations. Le logiciel se compose de plusieurs modules partageant des concepts communs. Ces modules sont : Writer Destiné aux documents essentiellement textuels, il est de loin le module le plus couramment utilisé. Writer permet de gérer en plusieurs langues les paragraphes et mettre en forme les documents, tant au niveau de leur contenu sémantique que de leur mise en page. Calc Il s’agit d’un tableur de 1024(*) colonnes par feuille, qui dispose de nombreuses fonctions : de multiples utilisateurs peuvent travailler sur la même feuille de calcul, traitement de certaines macros d'Excel, traitements et analyses de données, génération de graphiques. Permet de composer des présentations sous forme de suites de diapositives. Impress Celles-ci visent à mettre en valeur visuellement les points importants d’un exposé oral. Base Présent à partir de la version 2.0, permet de créer des bases de données. Draw Outil de dessin vectoriel pour les schémas et les illustrations simples. Il permet de manipuler des primitives graphiques simples (flèches, figures géométriques, étiquettes, cotations) par l'utilisation de calques (ou couches) et d’objets. Math Outil pour la composition de formules mathématiques. Les formules peuvent être incluses dans les autres documents OpenOffice.org.
    • Le format de documents utilisé nativement par OpenOffice.org à partir de sa version 2, donc depuis octobre 2005, est OpenDocument. OpenDocument est basé sur le XML. Ce format permet de refléter la structure interne du document et de séparer le contenu et la mise en forme. Il a été admis comme standard par l’OASIS puis normalisé ISO 26300. Sa nature normalisée, claire, concise et librement utilisable, facilite grandement sa manipulation par de nombreux outils externes, ou même des utilisateurs expérimentés. Connaître le format de stockage OpenDocument est utile non seulement pour les programmeurs bénévoles d’OpenOffice.org, mais aussi pour les développeurs d’outils de traitements de données documentaires. Cela amène aussi les professionnels à considérer OpenDocument comme le format préférentiel d'archivage de documents, car il rend le fichier indépendant du logiciel choisi. Pour de nombreuses administrations et entreprises, il constitue la première motivation de l’adoption d’OpenOffice.org. Concrètement, les fichiers produits par OpenOffice.org sont des archives compressées « zip » de plusieurs fichiers XML, organisés comme suit : meta.xml : informations sur le document (auteur, date d’accès…) ; styles.xml : les styles utilisés dans le document ; content.xml : le contenu principal (texte, tableaux, éléments graphiques) ; settings.xml : les informations spécifiques aux réglages du logiciel. • • • • En plus de ces fichiers, tous les objets intégrés au document sont sauvegardés dans leur format original, XML pour des objets OpenOffice.org, et binaires pour la plupart des autres objets, placés dans des répertoires consacrés, dans l’archive zip. OOo 1.1 OOo 2.0+ (OpenDocument) Writer .sxw .odt Impress .sxi .odp Draw .sxd .odg Calc .sxc .ods Module
    • Formula .sxm .odf master-documents .sxg élément Base .odb - Le «x» central de la branche 1.x est remplacé par un « t » lorsqu’il s’agit d’un modèle (template en anglais). De même, le « d » central de OpenDocument est remplacé également par un « t » lorsqu’il s’agit des modèles. a) Import des documents au format Microsoft Office [modifier] Toutes les versions d'OpenOffice.org permettent l'import des documents enregistrés dans les anciens formats binaires (extensions en .doc, .xls, .ppt), et disposent également d'une option d'enregistrement dans ces mêmes formats afin de permettre l'interopérabilité avec les utilisateurs ne disposant pas d'une suite bureautique compatible OpenDocument, notamment les utilisateurs de MicrosoftOffice. A partir de sa version 3, OpenOffice.org permet également l'import des documents enregistrés au format Microsoft Office 2007 (extensions en .docx, .xlsx, .pptx).
    • PSAV4 Linux - Couverture fonctionnelle Services standard du poste de travail Service utilisateur Système d'exploitation Outil PSAV3_Windows Outil PSAV4_Linux Windows 2000 Linux SLED 11 Explorateur de fichiers Explorer Nautilus Moteur de recherche A l'étude Beagle Compression de fichiers Winzip File Roller Messagerie Client Lotus Notes V7 Client Lotus Notes V8 Navigateur web Internet Explorer 6 Firefox Firefox Prise de notes Bureautique - TomBoy Office 2003 OpenOffice V2 Traitement de texte Word Writer Tableur Excel Calc Présentation Powerpoint Impress Dessin Paint OpenOffice Draw Visualiseur d'image ACDSee Eye Of Gnome Effets d'affichage 3D - XGL (sauf IBM X30, X31 et X32) VLC Lecteur multimédia Windows Media Player VLC Antivirus Symantec Symantec Sauvegarde PSABackup PSABackup
    • Accès Wireless Clients radios spécifiques Network Manager WiFi Prise de contrôle à distance Netmeeting VNC Réunions virtuelles internes eMeeting eMeeting Accès distant VPN Contivity PSA Connect Network Manager VPN PSAConnect Linux Autres services... Service utilisateur Outil PSAV3_Windows Outil PSAV4_Linux Réunions virtuelles externes Webex Webex Affichage de sessions et d'applications déportées Exceed Affichage distant Synchronisation PDA Palm Synchro Pocket PC Hot Sync + Easy Sync Synchro PDA Active Sync + Easy Sync (export, contact, agenda) Gestion de projet Microsoft Project GANTT Project (GANTT Project à terme) Base de données locale / usage mono-utilisateur Access Non encore disponible (Base non isofonctionnel avec Access) Développement de pages web NVU* Frontpage NVU* Gimp Photoshop (licences limitées) Gimp Retouche de photos Client FTP FileZilla FileZilla Terminal sécurisé SSH Putty Putty Gestion des incidents SDI SDI Emulateur Pcom 3270 X3270
    • LIENS utiles concernant l’environnement OPEN SUSE LINUX. Presentation de LINUX SLED 11 sur la page de NOVELL a l’adresse suivante : http://www.novell.com/fr-fr/linux/ téléchargement de LINUX SLED 11 sur le lien suivant : http://www.novell.com/fr-fr/linux/download_linux.html différents liens d’entraide sur les versions linux de Novell. http://www.opensuse.org/fr/ http://software.opensuse.org/ http://fr.opensuse.org/Bienvenue_sur_openSUSE.org http://www.alionet.org/ http://frenchsuse.free.fr/ http://www.kameleon-facile.org/ http://www.novellmania.com/portal.php