L'offre de textes numériques en bibliothèque

2,433 views
2,310 views

Published on

Support réalisé pour une formation donnée à des bibliothécaires à la Médiathèque de Belfort (CNFPT). Tous les liens renvoient aux références citées.

Published in: Internet
0 Comments
4 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
2,433
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
616
Actions
Shares
0
Downloads
32
Comments
0
Likes
4
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

L'offre de textes numériques en bibliothèque

  1. 1. L’offre de textes numériques en bibliothèque : appareils de lecture nomade, écosystème, limites juridiques Stage des 5 & 6 juin 2014 Médiathèque de Belfort (90) Carole Parisot, coordinatrice de projets de médiation Médiathèque de Poitiers
  2. 2. 2 Les objectifs du stage • Mieux appréhender l’écosystème du livre numérique en bibliothèque • Connaître les offres légales de textes • Télécharger des livres numériques sur des appareils nomades (surtout les liseuses) • Maîtriser les conditions juridiques pour la diffusion de ces contenus • Partager la réflexion à mener pour constituer une offre complémentaire au papier Commencer à réfléchir à un projet dans sa bibliothèque
  3. 3. 3 Les points abordés Préambule : tour de table et quiz 1. Le livre numérique : (petite) histoire et définition(s) 2. Les formats à connaître 3. Prise en main des appareils : test de téléchargement 4. Calibre : le logiciel libre de gestion des ebooks 5. Les limites juridiques 6. Des ressources à connaître 7. Constituer une offre en complément du livre papier 8. Pour quels publics et quels usages ? 9. Imaginer les actions possibles de médiation 10.Bilan du stage
  4. 4. 4 Quel âge a le livre numérique ?
  5. 5. 5 Un (bref) historique Le livre numérique a déjà 43 ans !  1er livre numérique fut mis en ligne par Michael Hart le 4 juillet 1971  en libre téléchargement La déclaration d’indépendance des Etats-Unis sur l’Arpanet (l’ancêtre d’Internet) Michael Hart (mort en 2011) : fondateur et animateur de Project Gutenberg, plateforme d’accès aux livres du domaine public (libres de droit). Pour consulter la ressource : http://www.gutenberg.org/
  6. 6. 6 Un essor très lent en France  1997 : l’encre électronique.  De 1995 à 2000 : arrivée d’Internet dans les foyers français.  2000 : la société Cytale (actuelle Bookeen) lance le marché des liseuses, mais l’opération ne prend vraiment qu’à partir de 2009 en France (après le lancement de la version internationale du Kindle d’Amazon fin 2009). Aujourd’hui, l’économie des ressources numériques est présente surtout dans les pays industrialisés. Un (bref) historique
  7. 7. 7 Définition(s) Les différents degrés du livre numérique : dématérialisation / multimédia / connectivité Le livre numérique homothétique (≠ numérisé) Le livre homothétique est la copie conforme en fichier numérique du livre papier : souvent proche du document « natif » qui a servi à l’imprimeur. Par ex. : un document « word » ou « pdf » est nativement numérique. Pour aller plus loin : http://www.arald.org/ressources/presentations/lelivrenumerique.html
  8. 8. 8 Le document numérisé Réalisé à titre de conservation, la numérisation d’un document physique correspond à une « photographie » ou une « océrisation » du contenu dans un format numérique (via un scanner). L’état de conservation du document original est représenté sous forme numérique. Océrisation (OCR, Optical Character Recognition) : terme qui correspond à une technique de numérisation qui permet la reconnaissance optique des caractères. Exemple : Le Graduel de Fontevrault http://www.bm-limoges.fr/
  9. 9. 9 Le livre enrichi ou application Conçu pour le multimédia, le texte d’origine est enrichi par des éléments autres que du texte (sons, photos, vidéos, animations, liens hypertextes… ). La lecture de ce type de livre reste linéaire mais elle est ponctuée de temps d’interactions. Dans la plupart des cas, le livre enrichi nécessite une connexion. Aussi, le livre connecté peut bénéficier de mises à jour. Autres appellations : le livre application / le livre applicatif / le book app / le livre connecté, etc. Exemples sur iPad : De Gaulle et la France libre ou La dernière chasse (gratuit) Coccinelle Gallimard Jeunesse L’Herbier des fées de Benjamin Lacombe Attention ! ne se lit que sur tablette, smartphone ou ordinateur (mais perd ses attributs multimédia sur liseuses).
  10. 10. 10 Le livre enrichi Ce type de livres peut aussi tirer parti des ressources offertes par le multimédia et Internet : par exemple, l'œuvre est présentée en vidéo par son auteur ; la lecture du texte peut être accompagnée d'une musique d'ambiance adaptée ; une version audio, enregistrée par des acteurs, peut être écoutée en tant que telle mais aussi en synchronisation avec le texte ; l’histoire peut être lue, vue ou explorée ; des liens vers des services communautaires, comme Facebook et Twitter, permettent aux lecteurs de se retrouver et d'échanger... Le tout se présente sous la forme d’une simple application iPhone, iPad, ou Androïd. Exemple sur iPad : L’homme volcan ou Le garçon aux grandes oreilles (conte animé) Remarque Ce type de livre réinvente le dispositif de narration : il est parfois plus proche du film d’animation.
  11. 11. 11 Le livre à réalité augmentée Très loin du livre traditionnel, ce type de livres intègre l’expérience de la réalité augmentée ou réalité virtuelle. A mi-chemin entre le réel et le virtuel, ce type de livres (encore rares) nécessite un bon environnement informatique puisqu’il intègre des animations en 3D. Exemple sur ordinateur : http://www.dokeo-comprendrecommentcamarche.com/ Exemple sur iPad : La Douce http://bit.ly/Aa2l1p
  12. 12. 12 Le livre perpétuel Premier livre papier et numérique à la fois: impression de QR Codes dont chaque page renvoie à un lien Internet lui-même composé de texte et/ou d’images et/ou de sons, etc. Comme chaque page Internet peut être mise à jour par son auteur, le livre évolue à l’infini. Concept : narration non linéaire et aléatoire, basée sur le principe des probabilités du récit et de l’interactivité des lecteurs qui peuvent modifier le récit (réinscriptible et participatif). Par exemple QR1code, 1er livre perpétuel : http://www.myboox.fr/actualite/qr1book-le-premier- livre-perpetuel-ac-18549.html
  13. 13. 13 A RETENIR 1. Le livre numérique nécessite un appareil pour être lu : liseuse, tablette, smartphone ou ordinateur 2. Livre homothétique pour liseuses / Livre enrichi pour tablettes 3. Livre application : son contenu est codé comme un site web 4. Les métadonnées (données qui décrivent le support) peuvent être intégrées dans votre catalogue informatisé 5. Le livre numérique s’invente continuellement / objet non stable
  14. 14. 14 Liseuse ou tablette ? faire la différence Caractéristiques d’une liseuse (texte ou audio)  encre électronique  écran noir et blanc (généralement)  tactile (réactivité lente)  fonction lecture de texte et d’images essentiellement  option de synthèse vocale (pas tous les modèles)  option WIFI  téléchargement et copie possibles depuis un ordinateur (comme une clé USB)  Très grande autonomie (3 semaines minimum) Caractéristiques d’une tablette (multimédia)  écran LCD ou rétro-éclairé  écran couleur  tactile (réactivité rapide)  fonctions multimédia (images, vidéo, son, etc.)  connectivité  achat et téléchargement des livres numériques directement sur Internet  feuilletoir intégré ou via une application  Autonomie moyenne (7 à 12 h)
  15. 15. 15 Les formats de fichiers pour les liseuses Un bibliothécaire doit avant tout penser à l’interopérabilité des formats à acquérir : le format doit être normalisé et ouvert pour transférer le fichier d’un support à un autre…. Parmi les formats disponibles : Pour les textes > EPUB, PDF, HTML, TXT, RTF, Mobipocket… Pour les images > JPG, PNG, GIF, … Pour la musique et les textes lus > MP3, WMA, AAC… Pour la bande dessinée : CBZ, CBR… ATTENTION ! Les livres sous format propriétaire (comme AZW, Fb2,…) ne sont ni échangeables, ni transférables sur d’autres supports. C’est le cas du Kindle qui vous oblige à acheter sur Amazon, alors éviter le Kindle en lecture publique, aussi pour privilégier la librairie indépendante locale. > Informer le lecteur de ce risque
  16. 16. 1616 Pourquoi privilégier le format - Interopérabilité : le format EPUB est une sorte de code qui permet au livre numérique de s’adapter à tous types d’appareils nomades (smartphone, liseuse, tablette, console… ) et sur un ordinateur via le logiciel gratuit Adobe Digital Edition ou Calibre. - Ajustement à l’écran : c’est un format qui s’ajuste à la taille de l’écran de la liseuse quand on agrandit les caractères ! C’est le format qui s’impose actuellement. Le format PDF va petit à petit disparaître…
  17. 17. 17 ATELIER Prise en main des appareils  Découvrir les fonctionnalités  2 groupes pour : 1- Lister les intérêts d’une liseuse 2- Lister les limites de la liseuse  Identifier des usages et des publics spécifiques
  18. 18. 18 Les fonctionnalités d’une liseuse  Affichage par titre, auteur ou date de téléchargement => (re)trouver un livre  Navigation dans le texte par le menu (tactile ou bouton) => recherche dans le texte  Possibilité d’agrandir les caractères (zoom avec les doigts sur la Pocketbook) => confort visuel  Lecture de fichiers audio (selon les modèles) => écoute du texte  Lecture dans l’obscurité (option lampe selon les modèles)  Création de profils d’utilisateurs => plusieurs interfaces pour constituer des suggestions thématiques  Applications / options intégrées : horloge, jeux, lectures d’images, de musique et de flux RSS, calculatrice, sudoku… Pour comparer les modèles, consultez le blog ALDUS : http://aldus2006.typepad.fr/mon_weblog/2013/12/les-meilleures-liseuses-pour-lhiver-2013-2014.html
  19. 19. 19 Les intérêts d’une liseuse A RETENIR  Permet de stocker (beaucoup) de textes au format numérique (1000 à 5000 fichiers)  Interface plus mobile qu’un ordinateur  Grande autonomie (3 semaines / 1 mois)  Confort de lecture grâce à l’encre électronique (e-ink)  Légèreté de l’appareil (env. 150 gr.)  Interface de lecture adaptable : possibilité d’agrandir les caractères et de choisir sa police  Marques pages et système d’annotations intégrés (sur la plupart des modèles)  Accès rapide à des titres 24h sur 24h depuis n’importe où (si connecté)  Permet d’accéder plus facilement à des textes en VO (langues étrangères)
  20. 20. 20 Les limites d’une liseuse  Ecran petit et peu lumineux (selon les modèles)  Lecture en noir et blanc (donc appareil plutôt destiné aux romans, essais et… mangas ?)  On ne peut pas toujours régler le contraste (selon les modèles)  Ergonomie peu intuitive car affichage par dossier ou par titre  Peu de réactivité, lenteur…  Surf sur Internet très limité  Saisie de notes peu commode (selon les modèles) CONCLUSION : ne surtout pas la comparer à une tablette mais plutôt à un livre !
  21. 21. 21 GRATUITS PAYANTS > Œuvres tombées dans le domaine public = en général plus de 70 ans après la mort de l’auteur (en France) > Œuvres originales pour se faire connaître = en général à compte d’auteur > Œuvres publiées sous Creative commons = licence libre Donc, copiables sans restriction > Œuvres sous droits. Les droits d’auteur protègent l’auteur (et l’éditeur) de toute copie non autorisée. Pour limiter la copie, on a inventé des « verrous » numériques = les DRM Mais surtout… des limites juridiques !
  22. 22. 22 Liseuse ou tablette : commencez par valoriser le domaine public en bibliothèque Le premier rôle de médiation du bibliothécaire est de faire connaître les ressources gratuites tombés dans le domaine public (en général, plus de 70 ans après la mort de l’auteur). Chaque année, ce sont plusieurs auteurs qui rejoignent le domaine public. Voir le site Journée du domaine public Par ex., viennent de tomber dans le domaine public, Apollinaire, Zweig, Musil… Lire l’article de Slate  Citez trois ressources de livres numériques libres de droit à télécharger http://www.gutenberg.org/ http://gallica.bnf.fr/ http://www.ebooksgratuits.com/
  23. 23. 23 Le domaine public : des ressources à (faire) connaître Le plus populaire Livres pour tous Bib. électronique du Quebec Patrimoine numériséUn travail de qualité, des formats divers A éviter en bibliothèque
  24. 24. 24 Valorisez les ressources libres de droit en bibliothèque Wikisource : La bibliothèque libre Comme Wikipédia, Wikisource est un projet collaboratif mais de mise à disposition de textes classiques à lire soit en streaming, soit en export : http://wsexport.fr.nf/index.php/fr.html Mise en valeur : lien vers Wikisource depuis votre portail documentaire ou bien créer des QRcodes pour permettre aux usagers d’accéder directement au texte en ligne sans devoir le chercher. Pour découvrir des bibliothèques numériques, acquérir l’ouvrage de Chloé Martin et Adeline Pécout : Le guide des bibliothèques numériques, FYP éditions, 2011
  25. 25. 25 Exercice de recherche pour télécharger un ebook gratuit Un lecteur vous demande de lui télécharger sur sa liseuse le fichier numérique de deux titres tombés dans le domaine public : Poil de carotte de Jules Renard ; Le Jardin des supplices d’Octave Mirbeau ; Le Conte de Pierre Lapin de Beatrix Potter en anglais. Vous disposez d’un accès à Internet, quelle requête faites-vous ?
  26. 26. 26 Outils de recherche à privilégier pour les œuvres du domaine public www.noslivres.net
  27. 27. 27 Librairies/diffuseurs qui proposent aussi quelques oeuvres originales libres de droit
  28. 28. 28 Gérer ses téléchargements d’ebooks Si vous achetez à l’unité, pour une gestion professionnelle des ebooks, il faut télécharger les fichiers sur son ordinateur pro sur lequel est installé un logiciel de gestion d’ebooks. Deux logiciels sont pratiqués actuellement en bibliothèque : - Adobe Digital Edition (ADE) : logiciel propriétaire mais gratuit - Calibre : logiciel libre et gratuit Pour plus de compatibilité, il est préférable de choisir CALIBRE. Démonstration en vidéo (tutoriel de Dimitri Régnier) : https://www.youtube.com/watch?v=hP5NCuSoS6g
  29. 29. 29 Constituer une offre de textes numériques payants avec CAREL
  30. 30. 30 Tablettes en bibliothèque Des questions à se poser !  Est-ce vraiment judicieux d’en prêter ? Privilégier la consultation sur place.  Faut-il les sécuriser avec des cadenas anti-vols (comme les « show rooms » des magasins) ? Ces appareils sont censés être nomades… Adaptez ce service dans le sens de cet usage.  Quelle plus-value documentaire une tablette peut-elle apporter dans l’offre documentaire aux bibliothèques ?  A-t-on les droits de diffusion pour une consultation en bibliothèque ? A priori non, rien n’est vraiment établi pour la diffusion en bibliothèque. En attendant, on expérimente. > Le livre enrichi mérite d’être découvert en bibliothèque, n’est-ce pas aux professionnels de se faire médiateur de ces nouveaux objets culturels ?
  31. 31. 31 Tablettes en bibliothèque A privilégier pour les animations ? Avant de devenir « applithécaire », chercher à définir un vrai projet : - Pourquoi et pour qui veut-on acheter des tablettes ? - Proposer des animations qui peuvent avoir plusieurs vocations :  faire découvrir le livre enrichi et les jeux créatifs multimédia ;  utiliser la tablette comme une régie reliée à un vidéoprojecteur (mais attention aux connectiques qui ne sont pas toujours compatibles) ;  faire ce qu’on ne peut faire avec aucun autre appareil : par exemple, atelier de création musicale sur iPad, atelier d’écriture d’après des notes de lecture numérique, l’heure du conte numérique, l’heure du conte en langues étrangères, etc.  faire des comparaisons narratives entre les différentes versions d’un conte populaire entre numérique et papier, etc. Poursuivez la réflexion en suivant le blog de Biblionumericus
  32. 32. 32 Quel système choisir ? Apple, Androïd ou Windows ?
  33. 33. 33 Quel système choisir ? APPLE : système IOS fermé mais qui présente actuellement de nombreuses applications de qualité ; ANDROÏD : système ouvert et libre qui est en voie d’extension ; WINDOWS : système à éviter pour l’instant, le marché d’applications étant trop restreint.
  34. 34. 34 Télécharger des applications sur tablettes Système Androïd Système IOS Apple
  35. 35. 35 Oui, mais comment acheter en ligne pour la bibliothèque ?  Etablissez un bon de commande au montant de la carte souhaitée (15€, 25€ ou 50€).  Achetez la carte en magasin.  Indiquez dans les réglages de votre tablette les codes liés au montant d’acquisition (dans votre Compte).  Recherchez l’appli dans Google play (système Androïd) ou dans l’Appstore (système IOS d’Apple).  Téléchargez.  Vous disposez de l’application immédiatement.
  36. 36. 36 Exemple d’achat d’applications sur Google play
  37. 37. 37 Précisions sur les droits de diffusion du livre numérique Les DRM « Digital Rights Management » ou « Gestion des droits Numériques » ont été créés pour préserver les droits commerciaux et intellectuels des ayant droits (restriction ou interdiction de la copie privée, identification par tatouage, watermarking… ). La loi française (loi DADVSI) reconnaît cet accès conditionnel comme mesure de protection et punit les usagers qui contournent les DRM. Pourquoi ? Pour les éditeurs > Cela sert à limiter le piratage et contrôler cette nouvelle part de marché. Pour les bibliothèques > Cela conditionne la diffusion et le prêt. Les DRM sont difficiles à gérer car 1 fichier = 5 copies maximum (donc 1 pour 5 liseuses) ATTENTION : Il n’existe pas encore de droit de prêt numérique en bibliothèque.
  38. 38. 38 Le droit de prêt en bibliothèque pour le livre numérique sous droit Contrairement au livre papier, soumis à la Loi du Droit de prêt en bibliothèque (2003), aucune loi n’existe encore pour envisager ce droit pour le livre numérique. Déclaration d’Aurélie Filippetti à ce propos (Livres Hebdo du 14 mars 2014) : « Une exception [ au droit d’auteur ] pour le prêt du livre numérique en bibliothèque […] pourrait exercer un évident effet d’éviction sur la commercialisation des livres numériques ». L’offre légale pour les bibliothèques est très insuffisante. De ce constat, la ministre a missionné un groupe de travail composé d’acteurs de la chaîne du livre en 2013. Leur rapport devrait être disponible en septembre 2014, après le congrès de l’IFLA. Les représentants des bibliothécaires espèrent bien obtenir les principes suivants :  le double accès : depuis les postes informatiques de la bibliothèque et à distance depuis l’ordinateur de l’internaute abonné à cette dernière,  la coexistence, au sein d’une même offre, du téléchargement et de la lecture en ligne (streaming),  l’accès aux statistiques de connexion aux serveurs des éditeurs, afin de suivre les usages des abonnés à la bibliothèque.
  39. 39. 39 Les modèles actuels d’offres légales En France, que peuvent les bibliothèques publiques ? Les collectivités ont obligation de se tourner vers les fournisseurs d’offres légales. La plupart est référencée par le réseau CAREL. Il existe trois grands types de modèles d’accès : > Les offres en streaming Aujourd’hui, l’accès au livre numérique en bibliothèque se fait surtout en streaming via des fournisseurs de bouquets (par ex. Publie.net, Bibliovox, La Souris qui raconte, etc.). Dans ce cas, on offre à l’usager un accès en ligne via le portail de la médiathèque mais il ne peut pas télécharger le fichier. Ce n’est donc pas un prêt mais une licence d’accès. > Le prêt chronodégradable Certains fournisseurs proposent à la fois du streaming (lecture en ligne) et du téléchargement, autrement dit du prêt chronodégradable (le fichier est téléchargé sur le terminal de l’abonné et disparaît à la fin du délai de prêt). Pour cela, la bibliothèque paie un abonnement avec un certain nombre d’accès simultanés possibles, à distance (par ex. : Numilog).
  40. 40. 40 > L’expérimentation PNB de DILICOM Le Prêt Numérique en Bibliothèque (PNB) est une expérimentation menée actuellement à Grenoble, Montpellier, Levallois-Perret et Aulnay-Sous-Bois. Reprenant le modèle de la chaîne du livre papier, l’idée est que DILICOM joue le rôle de distributeur numérique au côté du libraire (diffuseur), tout en préservant le rôle du bibliothécaire (libre d’acquérir à l’unité). La librairie partenaire est FEEDBOOKS. La bibliothèque achète une licence d’accès qui correspond à un nombre de prêts maximum (30 ou 50) sur une durée limitée (1, 3 ou 6 ans). Pour plus d’infos : http://blog.feedbooks.com/fr/2014/05/22/pnb-les-licences-de-pret/ Le droit de prêt en bibliothèque pour le livre numérique sous droit
  41. 41. 41 Quid de la chaîne du livre ?
  42. 42. 42 Quid du cadre législatif ? Deux textes sont à connaître en ce qui concerne le livre numérique 2011 : Loi sur le Prix Unique du Livre Numérique (PULN) La TVA du livre numérique alignée sur celle du livre papier : 5 %
  43. 43. 43 Quid de la conservation des fichiers ? Le stockage de fichiers numériques n’est pas immatériel puisqu’il repose sur des serveurs physiques ou en ligne (Cloud).  Les fichiers ne sont plus forcément la propriété de la bibliothèque  On privilégie l’accès et le flux plutôt que la constitution d’un fonds pérenne  La conservation des fichiers entraîne des coûts de stockage  La conservation patrimoniale par la numérisation relève de l’informatique documentaire (volatilité des fichiers : prévoir des migrations) Dans ce cas, peut-on encore parler de livre ? (cliquez sur la vidéo ci-contre)
  44. 44. 44 Les actions possibles de la bibliothèque dans ce nouvel écosystème  Offrir des ressources en streaming in sotu et à distance (cf. le CAREL)  Prêter des liseuses pré-chargées  Mettre à disposition des tablettes en consultation sur place  Proposer des bornes de téléchargement  Veiller, s’informer et orienter les lecteurs vers des ressources (valeur de service public)  Produire du contenu numérique pour en maîtriser les droits de diffusion (par ex. Le Caillou céleste publié par la BM de Toulouse)
  45. 45. 45 Pour quels publics ? Quels usages ?  Les gens mobiles ou voyageurs  Les gens qui n’ont pas les moyens de s’offrir ce type d’appareils  Les gens qui veulent emprunter plusieurs livres en même temps sans s’encombrer  Les gens qui veulent relire ou (re)découvrir des classiques  Les gens qui veulent lire en langue étrangère  Les gens qui sont hospitalisés  Les gens à mobilité réduite ou publics empêchés (portage à domicile, prison, etc.)  Les gens qui sont déficients visuels (gros caractères + livres audio)  Les adolescents qui aiment bien lire sur écran  Les gens intimidés par le volume d’un livre et tous les autres pour des raisons diverses auxquelles on ne pense pas !…
  46. 46. 46 Des (nouveaux) usages intéressants Coté lecteur  Emporter plusieurs livres à la fois pour le même poids  Agrandir la taille des caractères et changer la police ou la luminosité de l’écran (écriture blanche sur fond noir)  Accéder au dictionnaire pendant la lecture (mini traducteur)  Lire plusieurs livres à la fois, prendre des notes et les partager Côté bibliothèque  De nouveaux accès à la lecture (complémentarité)  Faire découvrir des textes peu médiatisés (par ex. les grands classiques, Publie.net… )  Une offre constituée par la bibliothèque (par ex. constituer des liseuses thématiques : romans policiers, biographies, textes de théâtre, textes lus, etc.)
  47. 47. 47 Usages des lecteurs de livres numériques Deux enquêtes Le Motif Observatoire du livre et de l’écrit (île de France)  Qui ? Des grands lecteurs aux habitudes bien ancrées (6 livres/mois en moyenne)  Des personnes suffisamment autonomes sur le plan informatique  16 % des propriétaires de tablettes déclarent lire des livres  Pas d’équivalent de la relation au libraire sur le web  La majorité achètent sur les plateformes des grands opérateurs (Fnac, Amazon, Apple…)  Mais progression des plateformes dites pure player comme ePagine, Imatériel ou Feedbooks…  43 % ont l’habilité technique de supprimer les DRM  3 points qui freinent l’achat de livres num : prix trop élevé, présence de DRM, incompatibilité des formats.  Clivage entre les lecteurs traditionnels et les défenseurs du libre te du gratuit  Question : quelle est la valeur du livre numérique pour les gens ? Enquête à télécharger sur le site du Motif ou de l’ENSSIB http://www.lemotif.fr/fr/etudes-et-donnees/
  48. 48. 48 Les usages du livre numérique en France Les chiffres du baromètre 2014 http://www.sne.fr/telechargements/barometre-sofia-sne-sgdl-sur-les-usages-du-livre-numerique.html • 5M d’ebooks vendus en France en 2013 (source GFK) • 500 000 liseuses • 6,5M tablettes  Surtout les grands lecteurs (+ 20 livres/an) = 15% de la pop. française Qui ? surtout des hommes et diplômés (bac + 2 et plus)  Marché de niche/préférence pour la littérature de genre  De + en + de lecteurs sur smartphones et liseuses Conclusion de l’enquête Lecteurs fortement attachés au livre imprimé (usage complémentaire à celle du papier). Développement de nouvelles offres de diffusion (streaming...) et usages qui respectent le droit d’auteur (préférence pour le paiement à l’acte).
  49. 49. 49
  50. 50. 50 La lecture sur smartphone progresse Lire l’article suivant : http://www.lemonde.fr/livres/article/2014/02/19/lire-sur smartphone-est- tellement-addictif-que-j-ai-arrete-les-livres-papier_4369688_3260.html ill.FabriceMontignier
  51. 51. 51 Mais alors, que peut apporter la bibliothèque? Pour bien intégrer ces nouvelles pratiques en bibliothèque, il est nécessaire de proposer aux publics : • Des temps de présentation et d’échanges • Des démonstrations > montrer des bibliothèques numériques en ligne, comment fonctionne une liseuse, une tablette… • Des ateliers : le conte « numérique » en projetant un livre enrichi, atelier comparatif livre papier/livre numérique pour les enfants, revue de presse sur tablettes, organiser un rallye de QRcodes, atelier de création musicale sur iPad, etc. • Séances de recherche d’ebooks gratuits, etc. Si vous faites ça, vous ferez déjà beaucoup !
  52. 52. 52 Garantir notre rôle de médiateur Communiquer et transmettre Comme toute technologie, le numérique est neutre. Son impact dépend de ce que l’on en fait. C’est pourquoi il doit être au service des relations humaines que l’on vaut défendre dans un projet d’établissement. • Communiquez sur vos ressources • Prévoyez des temps de formation et d’accompagnement • Faites des liens avec les documents physiques de votre bibliothèque • Construisez vos actions avec les usagers
  53. 53. 53 La veille numérique … pour les grands Sur les supports et les enjeux de la lecture numérique, quelques blogs à suivre : Hervé Bienvault Aldus ou Silvère Mercier (+ théorique) Bibliobsession Thomas Fourmeux http://biblionumericus.fr/author/thomas-fourmeux/ Alice Bernard http://geekstardust.blogspot.fr/2014/01/choisir-sa-liseuse.html et sur Slideshare : http://fr.slideshare.net/zerby/supports-nomades-en-bibliothque Sur les contenus, outre les médias traditionnels, quelques blogs et plateformes : La cause littéraire : http://www.lacauselitteraire.fr/ Romans policiers et fantastiques : http://www.zonelivre.fr/blog/ http://livrespapieretlivresnumeriques.blogspot.fr/ Le blog d’ePagine : http://www.epagine.fr/
  54. 54. 54 La veille numérique … pour les petits http://www.declickids.fr/ : avec filtre par âge, par domaine ou par support (Apple ou Androïd) ; divertissement mais à vocation éducative. http://bibapps.com/applications.html : catalogue d’appli jeunesse http://www.lasourisquiraconte.com/ : créations littéraires assez poétiques pour enfants ; dimension éducative ; histoires originales à lire, à écouter, à regarder. http://www.applimini.com/le-concept : de bons conseils d’applications ludiques par âges, par exemple pour les + 2 ans : Pango, Sago mini, Toca, Wonderkind, Avokiddo… http://www.idboox.com/ : site très promotionnel qui oriente davantage vers les grands éditeurs (Gallimard jeunesse, Bayard…) mais intéressant pour découvrir. http://www.totam.fr/ : le meilleur du numérique jeunesse La sélection d’applications du SLPJ pour la Tablette XXL
  55. 55. 55 Au final, qu’est-ce qu’on fait ? ... On expérimente ! En s’appuyant sur l’expérience des autres • Expériences de bibliothèques référencées dans le wiki BIBLIOPEDIA • Projet du CRL Midi-Pyrénées depuis 2012 : Tab en BIB • Médiathèques départementales : Lot-et-Garonne (Patrice Auvinet), Jura (France Dufay), Charente-Maritime (Martine Leclerc), Cher (Christine Perrichon)… • Médiathèque d’Albi : http://mediatheques.grand-albigeois.fr/1028-atelier- decouverte-des-tablettes-numeriques-.htm Et pour les enfants, se mettre en contact avec la Petite bibliothèque ronde http://www.lapetitebibliothequeronde.com/La-bibliotheque/Nos-projets/Anticiper-l- evolution-des-pratiques
  56. 56. 56 Un livre à consulter : Le guide pratique du livre numérique en bibliothèque de Alain Patez, éd. Klog Editions 2012
  57. 57. 57 Une très bonne synthèse à lire :
  58. 58. 58 Merci de votre participation ! parisotcarole@gmail.com Twitter @CaroleParisot Retour au quiz via QUIZITY : La liseuse

×