Le parc des jardins d’Éole

2,879 views

Published on

"Le parc des jardins d’Éole, miroir d’un quartier : intérêts et limites de la maîtrise d’usage" a cura dell'Arch. Raffaello Scolamacchia

Bari 04 maggio 2012

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
2,879
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
215
Actions
Shares
0
Downloads
35
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Le parc des jardins d’Éole

  1. 1. Le parc des jardins d’Éole, miroir d’un quartier : intérêts et limites de la maîtrise d’usageENSP Versailles – Master2 TDPP – Année 2009/10Encadrant: M.Pierre DonadieuÉtudiant: Raffaello Scolamacchia
  2. 2. Thème du mémoire:La participation des citoyens au projet d’aménagement de l’espace publicSujet du mémoire:La maîtrise d’œuvre sociologique du parc des Jardins d’Éole.• Quel est le contexte socioculturel qui a favori l’introduction du dispositif de la maîtrise d’œuvre sociologique des Jardins d’Éole?• Quel est le contexte socioculturel et législatif qui a favori l’introduction du dispositif de la maîtrise d’usage en France?• Quelles sont les principes de fonctionnement de la maîtrise d’usage? • Dans quelle mesure on peut considérer la maîtrise d’œuvre sociologique une maîtrise d’usage?Démarche:Analyse comparative des deux dispositifs à l’aide des exemples des quelques démarches participatives mises en œuvre en France Outils:Analyse des textes, témoignages et comptes rendus des professionnels impliqués et des gestionnaires du parc des Jardins d’Éole 
  3. 3. La Convention d’Aarhus, signée le 25 juin 1998 par 39 États établit :«la participation du public commence au début de la procédure, c’est‐à‐dire lorsque toutes les options et solutions sont encore possibles et que le public peut exercer une réelle influence»Charte Constitutionnelle Française, Art.7:« Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, daccéder aux informations relatives à lenvironnement détenues par les autorités publiques et de participer à lélaboration des décisions publiques ayant une incidence sur lenvironnement »La Convention Européenne du Paysage, signée à Florence le 20.10.2000, définit le paysage un«processus social visant à produire une ressource : le bien‐être individuel et collectif»Les objectifs de qualité paysagère sont la  « formulation par les autorités publiques compétentes, pour un paysage donné, desaspirations des populations en ce qui concerne les caractéristiques paysagères de leur cadre de vie » 
  4. 4. La concertation préalable est un dispositif de participationcitoyenne aux choix d’aménagement du territoire.En France il y a deux types de concertation:• la concertation « objet »(Article L 300‐2 du code de l’urbanisme – 1986)La concertation est obligatoire pour « toute opération d’aménagement réalisées par la commune ou pour son compte lorsque, par son importance ou sa nature, cette opération modifie de façon substantielle le cadre de vie ou l’activité économique de la commune ». Elle « associe, pendant toute la durée de l’élaboration du projet, les habitants, les associations locales et les autres personnes concernées »• la concertation « permanente »(Loi Vaillant du 27.02.2002 relative à la démocratie de proximité)Les habitants s’associent dans des conseils de quartier qui « peuvent être consultés par le maire et peuvent lui faire des propositions sur toute question concernant le quartier ou la ville ».La loi s’applique aux communes de plus de 80000 habitants.
  5. 5. La concertation préalable s’applique aussi aux documents d’urbanisme (SCOT et PLU) pendant toute la durée de leur élaboration dans une perspective de continuité. Le souci d’une concertation continue se trouve aussi dans la LoiVoynet du 25.06.99 qui a créé les conseils de développement.La consultation du public en amont des décisions d’aménagement est obligatoire pour la Loi Barnier du 02.02.1995 afin de permettre un débat public avant l’arrêté prescrivant l’enquête publique ( Loi Bouchardeau du 12.07.1983).La Loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbains ) du 13.12.2000 créé les Schémas de Cohérence Territoriale (SCOT) et les Plans Locaux dUrbanisme (PLU) selon le modèle du développement durable.Principes:• équilibre entre la ville et l’espace rural• diversité des fonctions urbaines et la mixité sociale• utilisation équilibrée des ressources naturelles et la préservation de la qualité du cadre de vie
  6. 6. Les étapes de la participation des citoyens au processus  décisionnel Opportunité Débat public Parti d’aménagement Concertation préalable Projet Enquête publique Travaux Recours contentieux  Usage ?
  7. 7. Les acteurs du projet d’aménagement Les élus prennent des  décisions motivées par  lintérêt général Les concepteurs, « passeurs de projet »,  donnent forme à une  utopie, celle de la  qualité du cadre de  vie, du bien‐être  individuel et social Les populations possèdent la capacité à  formuler cette utopie
  8. 8. Un exemple de participation Au nord de Paris, un  quartier de 35 000  habitants, parmi les  plus populaires,  délimité par deux  grand faisceaux de  voies ferrées (Gares  du nord et de l’est)
  9. 9. La Chapelle‐Flandre: un quartier en voie de requalification Le parc des Jardins  d’Éole se place au  cœur d’un quartier en  pleine transformation Élaboration graphique d’Arnaud Beaumont reprise  de : Beaumont, A., Les Jardins d’Éole : la  réhabilitation d’un quartier par un jardin public ?,  mémoire de Master1, Magistère d’Urbanisme et  d’Aménagement, Université Paris1, 2008
  10. 10. Un paysage « ordinaire »…Un quartier populaire…Un paysage urbain marqué par les voies ferrées
  11. 11. 1997: Un débat public locale démarre Le droit de pétition loi du 4 février 1995 dorientation  pour laménagement du territoire (Loi Voynet du 25.06.99) « Un cinquième des électeurs dune  commune, qui souhaitent participer aux  décisions de leur collectivité pourront  le faire en exerçant leur droit de pétition  ou dinitiative populaire […] »
  12. 12. 1999 – 2001 : Des manifestations revendicatives dans la cour du Maroc
  13. 13. 2000: Consultation des riverains La phase de maîtrise d’ouvrage a été  singulière dans la mesure où une  association a engagé la consultation des  riverains avant que cela ne soit  entreprit par la municipalité. Par l’expression de la volonté des  habitants, le programme a pris une  importance considérable pour un projet  de jardin public, qui révélait les fortes  attentes qui étaient placées en lui
  14. 14. 2002: Approbation du programme La persévérance de l’association  Les Jardins d’Éole à travers la légitimité  qu’elle a acquis par la mobilisation des  riverains autour du projet de jardin a  permis d’exercer une pression continue  sur les élus, les représentants de l’État  et de la SNCF, pour réussir à obtenir en  2002 le vote au conseil de Paris de la  création d’un espace vert de 4,2ha sur la Cour du Maroc
  15. 15. Un changement d’acteurs MAIRIE Adjoint à l’urbanisme Les  Propriétairepopulations SNCF Services techniques APUR
  16. 16. Un changement d’acteurs MAIRIE Mairie propriétaire Adjoint aux  espaces verts Les populations Services techniques DEVE
  17. 17. 2002: L’instauration d’une maîtrise d’œuvre sociologiqueLa Ville de Paris a demandé à ce que soit intégré un sociologue à chaque équipe de maîtrise d’œuvre en lice pour la phase 2 du concours, en plus des paysagistes, architectes, éclairagistes et BET. Sa mission débutait une fois le projet lauréat désigné et se déroulait pendant les phases Étude et Chantier et reposait sur la poursuite de trois objectifs :• Informer les riverains sur l’avancement du chantier et sur le futur parc lui‐même,• Prévoir des animations sur et autour du site, dans la lignée de celles existantes,• Accompagner les habitants et les associations à la préfiguration d’un projet de vie du parc
  18. 18. De nouveaux interlocuteurs MAIRIE Les populations Adjoint aux  espaces verts Paysagistes Maître d’œuvre Services  Mission  techniquessociologique DEVE
  19. 19. 2003: Le projet gagnantConcepteurs: Michel Corajoud, Claire Corajoud, ADR Architectes, Georges DescombesEn collaboration avec: Carmen Perrin (artiste), Isaac Joseph, Stéphane Tonnelat, Yann Renaud (sociologues) 
  20. 20. Une approche trans‐thématique au territoire Une gestion nécessairement novatrice Locaux DEVE Concessionnaire privé d’une buvetteVoirie DASCO DEVEDPS Association Régie de quartier DPVI Jardin partagé
  21. 21. 2003‐2007: durée de la maîtrise d’œuvre sociologiqueQuelle est la place des sciences sociales dans les projets urbains?Les sociologues ont  bientôt pris conscience de l’impossibilité d’avoir un impact directe sur la conception du projet, pour des raisons de calendrier et dans la mesure où le dessin du parc avait été validé par le concours, ce qui les a amenés à chercher une autre voie, celle du projet de vie du parc pour permettre son bon fonctionnement Instaurer un lieu de discussion pour les différents acteurs Constituer un outil d’animation citoyenne localeOrganisation  Résoudre  les éventuels conflits d’usage du parcd’une mission  Reconnaître les différents  publics et leur donner la capacité sociologique de s’exprimer « Qualifier » les gardiens et les jardiniers du parc (« gardiens  du lien social »)CO‐GESTION CHARTE du BON FONCTIONNEMENT du parcun jardin est toujours coproduit par les usages qui s’en font…
  22. 22. Les outils de la mission sociologiqueL’intervention sociologique s’est déroulée sur 4 axes:• AXE 0: enquête préalable (juill.‐nov. 2004)Objectifs: reconnaître les acteurs; diagnostiquer leur état d’esprit ainsi que leur attentes et inquiétudes• AXE 1: dispositif de suivi de chantier ( la « baraque », mars 2006)Objectifs: informer les riverains sur le projet et sur l’avancement des travaux; organiser des visites sur le terrain• AXE 2: groupes de parole (élus, services techniques, gestionnaires, habitants)Objectifs: entamer des discussions sur les usages du parc afin de résoudre les conflits d’usage; qualifier les gestionnaires vis‐à‐vis des usagers• AXE 3: comité de suivi(élus des administrations en charge du chantier du futur parc)Objectifs: encadrer la mission sociologique de la maîtrise d’œuvre; favoriser le meilleur fonctionnement possible du parc
  23. 23. La philosophie de la mission sociologiquePhase du diagnostic: La réflexion  sociologique a conduit à considérer le futur parc de la Cour du Maroc comme un espace public au plein sens du terme. En cherchant à définir les acteurs impliqués sur le terrain et de reconnaître leurs compétences, la mission sociologique a abouti à la constitution d’une nouvelle « expertise », celle des habitants.Phase de proposition: Les sociologues ont fait des questions relatives aux usages ( et mésusages) du parc une « affaire commune », un sujet de discussion ouvert, un bien public. Leur posture consistant en « reconnaître qu’un espace public ne fonctionne pas seul mais est régulé et co‐produit par une pluralité d’acteurs […] et faire droit à leur capacité à s’investir dans une réflexion partagée, partenariale et plurielle sur l’affaire commune de sa bonne marche. »Renaud Y., Tonnelat S. La maîtrise d’œuvre sociologique des Jardins d’Éole, dans Les Annales de la recherche urbaine, n105, oct. 2008, p.64
  24. 24. Le parc des Jardins d’Éole est un espace public avantd’être un jardin, en raison de:• son intégration au paysage urbain• la priorité donné à la cohabitation des usages locaux• le rôle fonctionnel du végétal
  25. 25. Associations et  population Association  Jardin partagéDPVIDEVE Dispositif de  Régie du quartierDASCO suivi DPS Police
  26. 26. Les étapes de la participation des citoyens au processus  décisionnel Opportunité Débat public Parti d’aménagement Concertation préalable Projet Enquête publique Travaux Recours contentieux  Usage Dispositif de suivi
  27. 27. Un troisième pôle dans les pratiques d’aménagement prescriptions prescriptions • les usagers • les jardiniers • les gardiens Maîtrise  Maîtrise  Maîtrise  d’ouvrage d’usage d’œuvre« ce serait une manière de créer un troisième pôle dans l’aménagement entre maîtrise d’œuvre et maîtrise d’ouvrage, qui serait une mission d’accompagnement sociologique, non pas indépendante puisque financée par la maîtrise d’ouvrage mais sur un pied d’égalité avec la maîtrise d’œuvre et ses impératifs de design, esthétique, de calendrier et d’un autre côté la maîtrise d’ouvrage avec ses impératifs de gestion, politiques et financiers. Cela permettrait à la fois de s’appliquer plus tôt à la préparation des usages de l’espace public et par ce biais d’avoir éventuellement une influence sur le dessin et sur l’espace »  S. Tonnelat
  28. 28. Un troisième pôle dans les pratiques d’aménagementLa démarche participative:A. Identification du projet  d’aménagement ou  d’équipement et relative  présentation au bureau  d’animationB. Présentation du projet en  assemblée plénière. En cas  de vote favorable, démarrage  de la démarche participative  avec le choix de l’animateur qui s’occupe de la recherche  du budget 1.Le maître d’ouvrage communique aux habitants son intention de projetC. Constitution d’un groupe de  2.Le Conseil de quartier organise une maîtrise d’usage sur le projet: la  travail sur la base du  démarche participative volontariat et de la  disponibilité 3. Le maître d’ouvrage insère le cahier des préconisations de la maîtrise  d’usage dans son propre cahier des charges techniquesD. Déroulement de l’étude participative 4. La maîtrise d’usage se rapproche du maître d’œuvre retenu pour  communiquer sa vision et les préconisations des usagersE. Élaboration d’un document  de cohérence: le cahier de  5. Le maître d’œuvre opère un « transfert de connaissances » vers la  préconisation maîtrise d’usage  Un dispositif de suivi 6. Le maître d’œuvre remet au maître d’ouvrage un projet partagé avec  accompagne les habitants au  la maîtrise d’usage long de la veille des projets
  29. 29. Rapports entre les deux dispositifs de participationMaîtrise d’œuvre sociologique  Maîtrise d’usage du parc des Jardins d’Éole restitution du travail d’étude  enquête préalable participative auprès des  habitantsdispositif de suivi de chantier groupes de travail groupes de parole groupes de travail Association des groupes de  comité de suivi travail (es. L ’Atelier 13)
  30. 30. Un quartier en voie de gentrification?
  31. 31. Le maintien de la relation de « connivence » entre usagers et lieu de  vie requiert un suivi de l’évolution sociologique du quartier.  Les usages du parc doivent s’adapter aux habitants tout en gardant  l’esprit originaire du parc…merci pour l’attention …merci pour l’attention

×