EVOLUTION DES ORGANISATIONS PAYSANNES EN AFRIQUE
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

EVOLUTION DES ORGANISATIONS PAYSANNES EN AFRIQUE

on

  • 436 views

Yaoundé le 03 Décembre 2013

Yaoundé le 03 Décembre 2013
Briefing continental
Mamadou GOÏTA
IRPAD

Statistics

Views

Total Views
436
Views on SlideShare
433
Embed Views
3

Actions

Likes
0
Downloads
5
Comments
0

1 Embed 3

http://pafo-africa.org 3

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

EVOLUTION DES ORGANISATIONS PAYSANNES EN AFRIQUE EVOLUTION DES ORGANISATIONS PAYSANNES EN AFRIQUE Presentation Transcript

  • EVOLUTION DES ORGANISATIONS PAYSANNES EN AFRIQUE Yaoundé le 03 Décembre 2013 Briefing continental Mamadou GOÏTA IRPAD
  • Il CONSIDERATIONS PRELIMINAIRES est important de définir les FINALITES de l’Agriculture en Afrique. Ceci n’est pas le cas dans beaucoup de pays africains actuellement. Cet exercice de définition de la finalité ou des finalités des activités agricoles, pastorales, halieutique et de foresterie est un point de départ indispensable pour aborder les autres aspects importants de la vision des pays.
  • RAPPEL HISTORIQUE Quatre grandes périodes depuis les indépendances : De 1960 à1970 : première décennie du développement proclamée par les Nations Unies. Mise en œuvre de grands projets de développement appelés par la suite « les éléphants blancs » à cause de leur surdimensionnement par rapport aux capacités de reprise des pays bénéficiaires. C’est la période de pré-organisation des OP dans leur configuration actuelle à partir des formes traditionnelles et souvent révolutionnaires.
  • RAPPEL HISTORIQUE (Suite) De 1970 à 1980: début de l'ère de la reconnaissance de la satisfaction des besoins fondamentaux. C’est la deuxième décennie du développement proclamée par les Nations Unies. C’est le début de la période d'endettement et de la crise qui s’en est suivie. Cette période a aussi été marquée au Sahel par la grande sécheresse du début des années 70’. La première génération des OP de différentes natures a commencé à émerger pour faire face aux problèmes dont l’agriculture commençait à faire face.
  • RAPPEL HISTORIQUE (Suite) De 1980 à 1990: crise de l'endettement et mise en œuvre des Programmes d'Ajustement Structurel (P.A.S). Les premiers résultats des P.A.S sont apparus et plusieurs acteurs ont enclenché des réflexions sur la dimension sociale à inclure dans les P.A.S. Période de prolifération des OP de développement pour tenter de prendre en charge les actions jadis entreprises par les états. Cette période a été marquée par une exacerbation du phénomène de la pauvreté et de l’injustice sociale.
  • RAPPEL HISTORIQUE (Suite) De 1990 à nos jours: renforcement de l’idéologie de la globalisation de l'économie avec une place prépondérante accordée au marché en tant qu’acteur. Apparition de mouvements sociaux au Sud et au Nord pour proposer une autre forme de mondialisation. Les OP ont vite compris qu’elles ne peuvent pas rester isolées pour agir: mise en place des faîtières nationales et réflexion pour les réseaux régionaux.
  • RAPPEL HISTORIQUE (Suite et fin) Il faut signaler que le début des années 2000 a connu l’apparition des réseaux d’OP au niveau régional et au niveau panafricain avec la naissance de: © ROPPA en 2000, © EAFF en 2001 © SACAU en 2003 © PROPAC en 2004 © UMAGRI en 2008. @ La PAFO a vu le jour en 2010 pour prolonger les fonctions NB: Ces réseaux régionaux se sont construits sur des plateformes nationales qui commençaient à défendre sur les territoires nationaux les intérêts des producteurs. 
  • LES GRANDES FONCTIONS DES OP Les OP jouent plusieurs fonctions et dans certains cas ces fonctions ont évolué dans le temps. Il s’agit entre autres :  Fonctions économiques : Production, transformation, commercialisation des biens et des services, gestion des facteurs de production, fourniture de services économiques… Fonctions sociales : Culture, éducation, formation, santé, entraide…
  • LES GRANDES FONCTIONS DES OP (Suite et fin) Fonction de représentation et de défense des intérêts : Défense des intérêts des groupes et plaidoyer à l’échelon local et parfois régional, national et international. Fonctions de partage de l’information et de renforcement des capacités : Communication interne et externe et renforcement des capacités Fonctions de coordination : Etablissement de liens aux échelons local et mondial et cela dans plusieurs domaines
  • LES RÔLES SPECIFIQUES DES OP Fournir des services économiques aux membres à différents niveaux; Informateur et éducateur des différents acteurs impliqués dans les dynamiques du développement; Formateur des populations à la base et des Organisations Paysannes en vue de renforcer leurs capacités d’analyse et d’action;  
  • RÔLES SPECIFIQUES DES OP (Suite et fin) Capitalisation des expériences en vue de proposer des alternatives au développement;  Chercheur pour mieux clarifier les perceptions des acteurs par rapport aux différentes problématiques Agricoles; La mise en réseaux / alliances des organisations à différents niveaux. 
  • UN POINT DE DEPART EN AFRIQUE: LES DEFIS A RELEVER le sens du combat est d’arriver à créer une plus grande synergie d’action entre les différents types d’OP à différents niveaux. Elles sont confrontées à plusieurs défis dont entre autres :  Le défi de l’organisation;  Le défi de la proposition d’alternatives;   Le défi de la création d’alliances avec d’autres acteurs au profit des OP;   Le défi de la socialisation de l’information et de la communication;  Le défi du financement et de la sécurisation des ressources;   La faiblesse de l’industrialisation (industrie agroalimentaire) ©
  • LES RISQUES DONT FONT FACE LES EF EN AFRIQUE
  • DIFFERENTS NIVEAUX DE STRATIFICATION DES INVESTISSEMENTS
  • QUELQUES REVENDICATIONS POUR LES INVESTISSEMENTS Domaines d’investissement
  • SCHEMA GLOBAL DE LA LUTTE PAYSANNE
  • QUELQUES COMBATS SPECIFIQUES        Soutenir l’agriculture familiale pour qu’elle puisse être plus performante et plus moderne dans une optique de durabilité. Il faut signaler qu’en Afrique, c’est cette agriculture familiale qui nourrit les populations et donc assure la sécurité alimentaire. Soutenir la mise en place des stocks de souveraineté alimentaire avec une priorité à l’approvisionnement avec la production locale, nationale, régionale. Mettre en place des mécanismes de soutien à l’agriculture africaine (sous forme de subventions à la production et de subvention à la consommation) pour prendre en charge les investissements, la maîtrise de l’eau de façon durable ainsi que d’autres contraintes majeures. Il est impératif de développement les alternatives agro-écologiques au détriment du model d’agriculture industrielle. Les mouvements sociaux en Afrique doivent combattre cette forme d’agriculture prônée par les multinationales et certains pays riches qui ne pourra être que destructrice car exclusive pour l’exploitation agricole familiale qui est la forme dominante de l’agriculture en Afrique. Assurer une meilleure organisation des marchés locaux, sous-régionaux et régionaux de céréales à travers entre autres les bourses de céréales qui mettent les producteurs et les consommateurs en lien et qui ne sont pas des bourses spéculatives. Donner des revenus rémunérateurs aux producteurs pour assurer des investissements dans les exploitations mais aussi pour les permettre de prendre en charge les besoins liés aux services sociaux de base.
  • AUTRES SOLUTIONS ALTERNATIVES -Suite-      Promouvoir la sécurité sociale pour les producteurs et mettre en place des fonds de calamités, des fonds d’assurance récolte pu d’assurance agricole qui constituent des modes de gestion du changement climatique et ses conséquences ; Mettre en place des fonds de transformation/valorisation des produits locaux et assurer la promotion de ces produits. Mettre en place des programmes de recherches participatives et les intégrer dans le dispositif national de la recherche. La souveraineté de la recherche doit être affirmée. Assurer la formation et l’installation des jeunes agriculteurs, pêcheurs et pastoralistes/éleveurs dans une logique de création d’emplois, de création de richesses et de renouvellement des chefs et cheffes d’exploitations. Régler les questions foncières ou agraires en prenant en compte les réalités de chaque pays. Il sera important d’éviter la « titrisation » des terres qui ne peut que conduire à la privatisation du patrimoine foncier national. Le bradage du patrimoine foncier ne peut conduire à des conflits difficiles à gérer. Il faut avoir un moratoire sur la vente des terres des pays africains qui devient un phénomène inquiétant dans les différents pays.
  • AUTRES SOLUTIONS ALTERNATIVES -Suite et finElaborer et mettre en œuvre des politiques agricoles basées sur la souveraineté alimentaire qui fait de l’alimentation, la production et d’autres sujets liés, des questions de droits humains.
  • C’EST TOUT POUR LE MOMENT!!!