Your SlideShare is downloading. ×
0
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs?

98

Published on

François Joseph CABRAL Université Cheikh Anta Diop CRES REPAD

François Joseph CABRAL Université Cheikh Anta Diop CRES REPAD

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
98
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Investissement, commerce et marchés régionaux : quels bénéfices pour les producteurs? François Joseph CABRAL Université Cheikh Anta Diop CRES REPAD
  • 2. Contexte et problématique • Les échanges internationaux ont été multipliés par 27 en valeur au cours de la période 1950-2005. Entre 2009 et 2010, malgré les effets de la crise, les exportations ont crû de 14,5% (CCI, 2011). • Plusieurs pays en développement ont pu tirer profit de la croissance exponentielle du commerce international. Ils ont ainsi réussi à construire un tissu d’industries compétitives à l’exportation qui ont drainé la croissance : République de Corée dans les années 60, Malaisie et Singapour au cours des années 70, Chine dans les années 80 et pays d’Amérique Latine durant les années 90. • Le dynamisme des secteurs d’exportation dépend en grande partie de l’effort d’accumulation de capital. En effet, le succès de ces pays s’appuie sur une politique commerciale assise sur la création d’un environnement propice aux affaires et la réalisation d’investissements judicieux. • Une agriculture tirant profit du commerce suppose les mêmes pré-requis : environnement favorable et investissements massifs.
  • 3. Contexte et problématique • Problème : • Les secteurs agricoles dont la croissance est par le commerce extérieur profitent t-ils aux ruraux ? • Questions : – Aperçu du lien théorique croissance-commerce – L’environnement des affaires est t-il propice au commerce des produits agricoles ? – Quel type de marché cibler ? Marché domestique, régional ou reste du monde ? – Les secteurs agricoles ouverts sur le marché extérieur contribuent t-ils significativement à la croissance et à la réduction de la pauvreté ?
  • 4. Aperçu du lien théorique investissement-croissance-commerce • Dynamique de l’économie drainée par l’investissement. Lien entre l’investissement et commerce peut donc être analysé au prisme du canal qui lie la croissance et le commerce. • Lien entre croissance et commerce : un champ inexploré jusqu’au début des années 80. En effet, les modèles de croissance étaient conceptualisés pour des économies fermées tandis que le commerce prenait rarement en compte la croissance. • Ce n’est que dans les années 80 que la relation entre la croissance et le commerce a été explorée, avec les travaux précurseurs de Bhagwati (1988). Ce dernier faisait remarquer qu’un développement de l’offre d’exportations d’un pays peut entraîner une baisse du prix relatif de ses exportations sur les marchés mondiaux et donc une détérioration des termes de l’échange susceptible de l’appauvrir.
  • 5. Aperçu du lien théorique investissement-croissance-commerce • Au-delà des gains d’efficacité établis par la théorie traditionnelle qui justifiaient une spécialisation des économies selon leurs avantages comparatifs ou dotations factorielles, l’analyse de la relation croissancecommerce a permis de mettre en évidence trois dimensions de ce lien : • la première est que la libéralisation des échanges stimule la concurrence. Justification course à l’innovation qui permet aux entreprises d’engranger des gains de productivité qui les prémunissent d’un processus « darwinien » qui élimine les acteurs les moins productifs. • la seconde est que le commerce international et l’investissement direct étranger sont des vecteurs de transferts de technologies et de savoir-faire. • la troisième est qu’en offrant un marché plus grand aux entreprises, le commerce leur permet de réaliser des économies d’échelle.
  • 6. L’environnement des affaires est t-il propice au commerce régional de produits agricoles ? • Obstacles règlementaires au commerce des services tel que retracés par l’Indice de restrictions au commerce des services sont sources d’entraves au commerce. Une concurrence est nécessaire à ce niveau pour réduire le coût du fret. Graphique N° 1 : Indice de restriction au commerce des services, tous secteurs et modes de prestation 19 Sénégal 27,1 Nigéria 28,6 Mali 18,4 Ghana 26,4 Côte d'Ivoire 51,7 Congo, Rep. Dém. 26,4 Cameroun 0 10 20 30 40 50 60
  • 7. L’environnement des affaires est t-il propice au commerce régional de produits agricoles ? • L’indice confirme les besoins d’amélioration de la logistique en Afrique de l’ouest. Les services, qui concourent à l’efficacité des échanges, de même que les infrastructures matérielles, qui en permettent la réalisation sont indispensables pour assurer un dynamisme des échanges intra-régionaux de produits agricoles. Tableau 1. Indice de la logistique en Afrique de l’ouest Pays, statistiques 2012 Rang Score % du pays efficace Bénin 67 2,85 59,3 Côte d’Ivoire 83 2,73 55,4 Ghana 108 2,51 48,2 Nigeria 121 2,45 46,3 Sénégal 110 2,49 47,7 Togo 97 258 50,5 Singapour 1 4,13 100
  • 8. L’environnement des affaires est t-il propice au commerce régional de produits agricoles ? • Faiblesse transport multimodal, en particulier lien port-chemin de fer rend onéreux le coût du fret dans la région. Ex. entre Dakar et Bamako, le transport ferroviaire coûte environ 30 % moins cher que celui effectué par la route. Tableau 1. Les caractéristiques des principaux ports de l’Afrique de l’ouest Rubriques Dakar Abidjan Tema Lomé Cotonou Capacité d’accueil de navires 46 60 14 10 12 Connexion voie ferroviaire Avec le Mali Avec le Burkina Accra, Kumasi, Sekondi… Voie ferrée interne Avec le Niger Délais d’attente en rade 1,7 h 2 à 4h 12 à 14 h 25h 48 à 60h Cadence de traitement des 62EVP/h 45 à 60 EVP/h 30 à 40 EVP/h 30 EVP/h 25 à 30 EVP/h conteneurs
  • 9. L’environnement des affaires est t-il propice au commerce régional de produits agricoles ? • Indice d’accessibilité au capital atteste d’un accès très faible au marché des capitaux au sein des pays de la région. Indice construit sur la base de 7 composantes : l’environnement macroéconomique, l’environnement institutionnel, les institutions bancaires et financières, le marché des titres, des obligations d’Etat et des entreprises, les sources de financement alternatif, le financement international. Tableau 1 : Indice d’accès au Capital, Milken Institute 122 Pays Classés Sénégal Burkina Faso Bénin Mali Niger Togo Canada Tunisie Botswana Rang 2009 102 106 108 111 120 114 1 48 69 Valeur indice 2009 2,84 2,63 2,58 2,37 2,03 2,31 8,25 5,21 4,21 Source : Milken Institute, Capital Access Index 2009, Avril 2010
  • 10. L’environnement des affaires est t-il propice au commerce régional de produits agricoles ? • Agriculture : parent pauvre dans l’allocation des crédits aux économies de la région. Meilleurs élèves : Mali, Côte d’Ivoire, Burkina Faso (source : BCEAO. 2005) 18,00 17,00275578 16,00 14,00 12,00 10,00 8,00 6,00 4,31628373 4,407059394 4,354475182 4,00 3,101485161 2,365046665 2,00 0,989893895 0,785340314 0,046355985 0,00 Bénin Burkina Faso Côte d'ivoire Guinée Bissau Mali Niger Sénégal Togo UEMOA
  • 11. L’environnement des affaires est t-il propice au commerce régional de produits agricoles ? • Effort d’allocation des crédits à moyen et long terme à l’agriculture. Meilleurs élèves en 2005 : Côte d’Ivoire, Mali, Sénégal, Guinée Bissau. 25,0 21,1 20,0 15,0 13,5 Court terme Moyen terme 10,0 Long terme 5,7 4,8 5,0 4,0 3,0 2,9 3,4 1,1 0,1 0 Burkina Faso 2,4 1,1 Côte d'ivoire Guinée Bissau 0,2 0 0,6 0,0 Bénin 3,4 2,4 Mali Niger Sénégal Togo UEMOA
  • 12. L’environnement des affaires est t-il propice au commerce régional de produits agricoles ? • Par ailleurs, dissonances dans la poursuite des objectifs de politique commerciale • Ex TEC où les chefs d'États, se sont résolus, lors de ce sommet de Niamey, à adopter la création d'une commission mixte UEMOA-CEDEAO pour gérer la mise en œuvre du TEC de la CEDEAO. Une période de transition de deux ans avait alors été prévue afin de permettre au Comité pertinent de finaliser le TEC de la CEDEAO. • Flou dans la poursuite des objectifs de politique commerciale : quel est le niveau pertinent ? National, Uemoa, Cedeao ? • Les goulots d’étranglement auxquels font face les économies de la région, en particulier, leur secteur agricole sont donc multiples.
  • 13. Quel type de marché cibler ? Marché domestique, régional ou reste du monde ? • Marché domestique ? Investissements dans des secteurs de production de biens non échangeables ou des secteurs substituts de biens échangeables. Jusqu’à quel seuil de coût en ressources domestiques ? • Marché extérieur (économies région ou reste du monde hors région) ? Investissements dans des secteurs de production de biens échangeables • Arbitrage marché domestique, marché régional et marché du reste du monde dépend de plusieurs facteurs : – Incitations de prix, – poids relatif ventes domestiques vs ventes sur les marchés de la région ou hors de la région, – Facilité de passer d’un type de marché vers un autre (rigidités offre, facteurs hors prix), – Etc.
  • 14. Quel type de marché cibler ? Marché domestique, régional ou reste du monde ? • Indice de concentration des exportations encore élevé pour beaucoup de pays qui atteste d’une faible diversification. Graphique N° 1 : Indice de concentration des exportations des pays de l’Afrique de l’Ouest 2007 2008 2009 2010 2011 u a ui ne a -B is sa bi am G G an ia M au rra rit on e o Si e C C Le V ap e To g er d e in Be n i M al eg al ôt e Se n oi re d' Iv ui ne a G ha n a 1.00 0.90 0.80 0.70 0.60 0.50 0.40 0.30 0.20 0.10 0.00 G percent Concentration index for selected western Africa countries
  • 15. Les secteurs agricoles ouverts sur le marché extérieur participent t-ils significativement à la croissance ? • Un effort d’investissement public relativement bas dans les pays relativement plus ouvert au commerce international… Tableau 1 : Indicateurs de performance économique Bénin Burkina Faso Mali Niger Sénégal Togo Score (1-100) Score (1-100) Score (1-100) Score (1-100) Score (1-100) Score (1-100) Commerce 22.4 51.2 46.2 50.5 43.8 22.2 Importations de marchandises en % du PIB 27.2 26.8 35.6 24.2 44.0 61.8 Exportations de marchandises en % du PIB 14.1 11.5 26.2 15.0 24.5 41.5 Capital humain et R&D 20.5 28.2 18.5 16.0 22.5 13.9 Education 36.7 39.8 35.2 29.4 37.0 29.7 Education tertiaire 4.6 28.1 3.4 18.6 8.7 10.9 R&D 20.1 16.6 n.d. 0.0 21.8 1.0 Infrastructur e 24.8 15.3 16.6 16.5 28.7 20.7 TIC 12.7 15.8 12.9 8.9 21.3 10.2 Infrastructure générale 30.2 29.7 35.6 39.3 34.0 19.4 Source: WIPO (2012), Global Innovation Report 2012, Geneva: World Intellectual Property Organization.
  • 16. Les secteurs agricoles ouverts sur le marché extérieur participent t-ils significativement à la croissance ? • Un effort d’investissement public relativement bas dans les pays relativement plus ouvert au commerce international… 20 FBCF globale Sé né ga l C ap Ve rt To go M al i ui né e G Be ni n G ha na d' Iv oi re in a Fa so G am bi e Bu rk ôt e Lé on e C ig er ra N Si er Li be ria ui né eB is sa u 0 10 13,7 moyenne Afrique S.S. G FBCF % PIB 30 40 Graphique N° 1 : Le taux d’investissement dans les pays de la CEDEAO (2000-2011) FBCF privée Note: La ligne rouge représente la moyenne du taux de FBCF privée pour l'Afrique au Sud du Sahara Source: A partir des données WDI de la Banque mondiale
  • 17. Les secteurs agricoles ouverts sur le marché extérieur participent t-ils significativement à la croissance ? • Dans le secteur agricole, une faiblesse investissement public induit des contraintes de plusieurs ordres : – – – – – Déficit en pistes rurales Accès limité aux facteurs spécifiques (eau, terre) Déficit en magasins de stockage Faible attractivité de l’agriculture pour l’investissement privé Etc.
  • 18. Les secteurs agricoles ouverts sur le marché extérieur contribuent t-ils significativement plus à la croissance ? • Etude de cas sur le Sénégal : – confrontation de la part des exportations dans la production sectorielle avec les contributions sectorielles à la croissance et à la réduction de la pauvreté…
  • 19. Enseignements • Le bénéfice que pourrait tirer les agriculteurs des productions tirées par le commerce extérieur, quelque soit leur destination, dépend, d’une part, de leur contenu relatif en valeur ajoutée et, d’autre part, des dotations factorielles des producteurs. • En conséquence, la diversification des exportations et un changement structurel constituent un enjeu vital pour l’agriculture des pays de la région. • Diversification : choix des secteurs par lesquels l’insertion sur le marché s’opère peut gouverner les options d’investissement. Les investissements seraient, en conséquence, fonction des option de politique commerciale. Ex Reva au Sénégal : offre de technologies d’irrigation goûte-à-goûte et/ou aspersion au profit de petits producteurs pour une production horticole destinée aux marchés du Nord. • Changement structurel : nécessité d’un passage à des productions et des exportations à fort contenu en valeur ajoutée. De même, indispensable d’identifier et de valoriser les différents segments de la chaîne de valeur agricole.

×