Your SlideShare is downloading. ×

Les 3 pièges de l'allocation d'autonomie

590

Published on

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
590
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Répliques Les 3 pièges de lallocation dautonomie, Contribution du CERU Octobre 2011 Centre d’études et de recherches de l’UNI       Lallocation dautonomie nest pas une idée neuve. Cest en 1946, lors du congrès  de  lUNEF  à  Grenoble,  quest  née  cette  idée  avec  ladoption  dune  charte  visant  à  reconnaître les étudiants comme de "jeunes travailleurs intellectuels" ayant droit à  ce  titre  à  un  "présalaire".  Depuis,  la  gauche  agite  régulièrement  ce  projet  sans  Contexte   jamais avoir réellement tenté de le mettre en oeuvre.(1)  A lapproche des présidentielles, tous les partis de gauche (du Front de gauche au PS  Les projets du PS et de Terra  en passant par  Europe Ecologie) présentent dans leur projet une variante de cette  nova  concernant  lallocation  dautonomie  font  courir  les  allocation.  Quelles  que  soient  les  modalités  retenues,  ce  type  de  mesure  reste  mêmes risques à la jeunesse.  "ruineux" pour les finances publiques, injuste socialement et constitue une trappe  à inactivité pour les jeunes.Deux versions de lallocation dautonomie pour un même danger   Montant  Public  Modalités de  Coût estimé de la  Observations  mensuel  concerné  versement  mesure  11 593 M € par an  pour le financement  500 €  Tous les  de la partie allocation  Suppression Terra nova  dallocation  étudiants   du quotient  50 mensualités   261 M € pour le  ALES  et  150 à 300 €  familial,  soit  financement de la  (10 mensualités par  (allocation  partie prêt.   des bourses  de prêt à taux 0  2 318 700  an pendant 5 ans)  détudes  garanti par  68 M € de frais de  sur critères supérieures)(2)  (en 2010)  lEtat  fonctionnement  sociaux    Modulation sous  conditions de  Le financement de  Tous les jeunes  Suppression   "Elle sera dun  ressources en se  cette mesure devra se  Projet   en formation   du quotient  montant  fondant sur la  faire à coût constant  du PS  soit  familial,   suffisant" (3)  situation propre de  la première année.        des bourses    2 880 218  chaque jeune,    Allocation  La première  sur critères  jeunes de plus    Une hausse du détudes dans le  année, elle sera  sociaux  de 18 ans   versée durant toute  montant de  cadre dun  en moyenne de   des aides au  parcours  scolarisés  les études avec  lallocation sera  131 euros(4).  logement  autonomie  (2009) (5)  prolongation  envisagée  (APL, ALS...)  possible dun an  ultérieurement.(6)  après.   Centre d’études et de recherches de l’UNI 34 rue Emile Landrin 92100 Boulogne – 01 78 16 40 30   
  • 2.   LALES de Terra nova, une mesure coûteuse et dangereuse  Un coût minimum de 11,922 milliards deuros par an     LALES (allocation détudes supérieures) concernerait lensemble des étudiants sans condition de ressources et se composerait  Terra nova  à la fois dune allocation de 500 euros par mois (chaque étudiant bénéficierait ainsi de 25 000 € versés en 50 mensualités), et  dun  prêt  à  taux  0  garanti  par  lEtat  dun  montant  variant  entre  150  et  300  €  selon  le  niveau  détudes.  Cette  proposition  ressemble à celle annoncée durant la campagne des primaires par François Hollande (qui bien sûr ne lavait pas chiffrée).    Toutes choses étant égales par ailleurs, cette mesure coûterait aux contribuables au minimum 11,922 millards deuros par  an,  dont  11,593  milliards  pour  financer  les  10  mensualités  de  500  €  pour  chaque  étudiant,  plus  261  millions  deuros  pour  garantir les défauts de paiements (avec un taux de défaut moyen de 5 %) liés à lattribution dun prêt moyen de 225 € par  mois  pour  un  montant  total  de  5,217  Md  deuros.  A  cela,  il  convient  dajouter  environ  68  millions  deuros  pour  les  frais  administratifs et le fonctionnement. Ces frais sont calculés au prorata par rapport à ceux programmés dans le PLF 2012 (Ce  dernier (7) prévoit 17,49 millions deuros de frais de personnels pour gérer 592 429 boursiers).  Un  effet  pervers  qui  pourrait  entraîner  un  doublement  du  coût de la mesure  Le  statut  détudiant  peut  faire    Une mesure aussi "généreuse" risquerait de créer un effet dopportunité  économiser jusquà 422 euros par mois    très  important  et  conduire  de  nombreux  étudiants  à  différer  leur  entrée  En  plus  des  aides  directes,  le  statut  détudiant  sur  le  marché  du  travail  jusquà  ce  quils  aient  consommé  lintégralité  de  permet  de  bénéficier  de  certaines  aides  indirectes  leurs 50 mensualités, dautant plus que le statut détudiant offre dautres  ou de réduction.  avantages (cf encadré ci‐contre). Cela conduirait à une hausse artificielle    Logement étudiant :  du  nombre  détudiants.  Actuellement  la  durée  moyenne  des  études  Le prix moyen d’une chambre de 9 m2 meublée en  supérieures en France est de 2,6 ans, elle pourrait ainsi presque doubler.  résidence CROUS est de 117 à 161€ par mois, alors  Dans un tel cas, le nombre dallocataires exploserait ainsi que le coûts de la  quil est en moyenne de 432.99€ par mois dans le  mesure. Si seulement 30 % des étudiants choisisaient de prolonger leurs  parc privé (le prix moyen du mètre carré en octobre  études  en  raison  de  cette  opportunité,  cela  alourdirait  la  facture  de  2011 à Paris (8) était de 48.11€).     lALES de plus de 3,57 millards deuros.  Etre  étudiant  permet  dêtre  logé  en  résidence    Crous  et  déconomiser  ainsi  près  de  271.99€  par  A ces sommes importantes, il faudrait également ajouter un surcoût pour  mois.  les  établissements  (effet  induit)  qui  devraient  accueillir  plus  détudiants.    Celui‐ci, peut sévaluer à  7,8 millards deuros, puisque une hausse de  Financement des repas étudiants :    30  %  du  nombre  détudiants  conduirait  à  une  hausse  de  695  610  Un  repas  au  restaurant  universitaire  coûte  étudiants avec un coût moyen pour un élève du supérieur 11 260 euros.  réellement  4.97€.  L’état  subventionne  chaque    repas à hauteur de 2.02€     Le  coût  de  cet  effet  pervers  se  monte  à  11,37  Md  (3,57  Md  deffet  Etre  étudiant  permet  de  manger  au  restaurant  dopportunité + 7,8 Md deffets induits). Il double ainsi la facture de lALES.  universitaire  et  ainsi  de  bénéficier  dune  subvention  indirecte  pouvant  aller  jusquà  Lallocation dautonomie maintient les jeunes dans lassistanat. 121,2€/mois.      Les transports :  Lallocation  dautonomie  proposée  par  Terranova  constituerait  lexemple  Sur Paris, par exemple, le coût mensuel d’une carte  type de ce que les économistes nomment "une trappe à inactivité" et qui  orange deux zones est de 62€, quand le coût d’une  est constituée des désincitations que connait une personne sans emploi à  carte  imagine’R  nest  que  de  33.16€.  Cette  en  trouver  un,  notamment  en  raison  de  la  perte  de  revenus  dassistance  dernière permet même de se déplacer partout en  suite à lobtention dun emploi.  Ile  de  France  pendant  le  week‐end  ou  les  Cela sappliquerait totalement au cas de certains étudiants qui pourraient  vacances !     ainsi  bénéficier  dun  revenu  mensuel  maximum  de  1  222  euros  (500  €  Etre  étudiant  permet  déconomiser  28.84€  par  dallocation + 300 € de prêt + 422 € déconomie), soit de 14 % supérieur au  mois, pour les transports  SMIC.  Dans  de  telles  conditions,  certains  étudiants  pourraient    rationnellement préférer poursuivre des études plutôt que de rechercher  un emploi. La facture totale de lALES pourrait sélever à 23,2 milliards deuros et constituer une véritable trappe àinactivité. Centre d’études et de recherches de l’UNI 34 rue Emile Landrin 92100 Boulogne – 01 78 16 40 30   
  • 3.   Lallocation dautonomie du PS, un saupoudrage injuste  4,539 Md pour les  étudiants et leur famille.  Au moins un tiers des étudiants sera lésé par lallocation proposée par le PS    Le PS évoque  (9)  la création dune allocation dautonomie sans en préciser ni les modalités de  Le budget consacré à laide  versement  (quels  critères  de  ressources  seront  retenus,  puisque  les  revenus  des  parents  sociale étudiante se décline  semblent  exclus  ?  ),  ni  le  montant  (se  contentant  daffirmer  qu"elle  sera  dun  montant Parti socialiste en trois grands ensembles :  suffisant").  Quant  au  coût  de  la  mesure,  le  PS  affirme  que  la  première  année,  celle‐ci  sera    intégralement  financée  par  la  fusion  de  lensemble  des  aides  existantes  destinées  aux   1,763  Md  consacrés  étudiants, soit 4,54 Mds (cf encadré).  aux  aides  directes  étudiants (bourses sur  Si tel était le cas, cela signifierait que lallocation moyenne ne dépasserait pas 131 euros par  critères  sociaux,  mois (ce qui correspond à peine à lechelon 1 des bourses sur critères sociaux). Est‐ce cela un  bourses au mérite..)  montant suffisant ?   1,359  Md  consacrés  Au  delà  de  leffet  dannonce,  la  proposition  du  PS  ne  sera  quune  mesure  de  saupoudrage  aux aides au logement  faisant  de  nombreuses  victimes,  au  premier  rang  desquels  les  373  625  boursiers  les  plus  (APL, ALS, ...)   pauvres, ainsi que les 671 478 étudiants (100 597 d’entre‐eux touchent l’APL et 570 881 l’ALS)   1,417  Md  consacrés  qui percoivent les ALS et les APL, dont le montant moyen est de 159 € par mois (chiffres de  aux  aides  fiscales  2009).  (quotient famillal, ...)  Une mesure "ruineuse"    Lallocation  dautonomie  est  par  essence  une  mesure  très  onéreuse.  Prétendre,  comme  le  fait  le  PS,  mettre  en  oeuvre  cette  Les 3 pièges de lallocation mesure à coût constant reviendrait comme nous lavons montré à saupoudrer des aides de façon injuste. Si le PS appliquait sa  proposition en létat, on peut parier que les revendications des mouvements étudiants aboutiraient à une forte réévaluation de  lallocation. Au final, celle‐ci sétablirait dans une fourchette de coût proche de celle de lALES, cest‐à‐dire de 11,9 Md à 23,3 Md  deuros.  Il est important de noter que le coûts liés aux effets pervers (effet dopportunité et effet induit) peuvent rapidement égaler le  coût de la mesure en tant que telle.    Une mesure injuste Quelque soit le scénario retenu, cette mesure est injuste. A coût constant, elle défavorisera mécaniquement les étudiants dont  les  familles  sont  les  moins  aisées.  Dans  le  cas  dun  fort  investissement  financier  dans  cette  allocation,  cela  reviendrait  à  faire  financer par tous les contribuables, y compris ceux qui nont pas fait détudes, la scolarité des étudiants, alors même que ceux là  bénéficieront grâce à leurs diplômes dun niveau de revenu supérieur et de meilleurs conditions dinsertion.     Une mesure dangereuse   Enfin cette mesure est dangereuse, car elle peut enfermer artificiellement une partie de la jeunesse dans lassistanat. Comment  espérer quun jeune fasse les efforts nécessaires pour sinsérer sur le marché du travail quand la qualité détudiant lui assure un  revenu compris entre 800 et 1220 euros par mois ? De plus, cette mesure qui est toujours accompagnée dune suppression du  quotient familial risque de déstabiliser bien des familles, alors que ces dernières restent le principal soutien des étudiants.  Notes : Contact Presse (1) Le projet dallocation dautonomie a été présenté en 1951 et en 1957 au parlement sans succès. En 2001, une commission  Inès Charles Lavauzelle   nationale avait été mise en place afin détudier la  mise en oeuvre dune allocation dautonomie pour tous les jeunes de 16 à  25 ans. Les conclusions de cette commission avaient été très "mesurées" et la mesure, une nouvelle fois enterrée.  Directrice des études, et chargée  (2) Terra nova, Faire réussir nos étudiants, faire progresser la France, août 2011  des relations presse du CERU  (3) Projet égalité réelle, p 18  (4) (Total des aides (4,540 Md €)/ nombre de jeunes scolarisés (2 880 218))/12 mois = 131 €  01 78 16 40 30  (5) INSEE ‐ Repères et références statistiques ‐ édition 2010  (6) Projet égalité réelle p.19  Ines.charleslavauzelle@uni.asso.fr  (7) PLF 2012 http://www.performance‐publique.budget.gouv.fr/farandole/2012/pap/html/DBGPGMJPEPGM231.htm  (8) http://immo.trovit.fr/155000/prix‐location‐immobilier‐paris  (9) Cette mesure est annoncée aussi bien dans le projet "Egalité réelle" pp 18‐19, que dans le Changement, projet 2012 du  parti socialiste pp. 26‐27  Centre d’études et de recherches de l’UNI 34 rue Emile Landrin 92100 Boulogne – 01 78 16 40 30   

×