Échec scolaire et immigration                                                                                   la vérité ...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Echec scolaire et immigration, la vérité des chiffres

579
-1

Published on

Une tribune d'Olivier Vial, directeur du CERU, suite à la polémique autour des propos de Claude Guéant sur l'échec scolaire des enfants issus de l'immigration.

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
579
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Echec scolaire et immigration, la vérité des chiffres

  1. 1. Échec scolaire et immigration la vérité des chiffres Interview de Olivier Vial, président de l’UNI et directeur du CERU Publié le 26 mai par le site AtlanticoClaude Guéant a déclaré que "les deux tiers des échecs scolaires, cest léchec denfants dimmigrés". Selon Olivier Vial,président de lUNI, plusieurs études montrent la justesse des propos du ministre de lIntérieur.Atlantico : Claude Guéant a déclaré que "les deux tiers des échecs scolaires, cest léchec denfants dimmigrés". Les lycéensde lUNL et les parents délèves de la FCPE ont condamné ces propos en indiquant quils ne sappuyaient sur "aucuneréalité statistique". A quoi correspond la réalité ?Olivier Vial : Les statistiques sur ce sujet sont rares, mais grâce à lenquête PISA réalisée tous les trois ans par lOCDE auprèsdélèves de 15 ans, des chiffres pour lannée 2009 existent et ils sont éloquents. En compréhension de lécrit, par exemple,l’écart de résultat entre les élèves nés en France de parents français et ceux nés de parents étrangers est de 60 points en France,contre 43 en moyenne pour l’OCDE. Quand on sait quun écart de 40 points représente un retard d’une année scolaire com-plète, on ne peut que constater que les élèves issus de limmigration connaissent un échec scolaire important. En moyenne à15 ans, ils ont accumulé un an et demi de retard par rapport aux autres élèves.En France, les élèves issus de la première génération dimmigrés ont ainsi deux fois plus de risques de compter parmi les élèvespeu performants. La situation s’améliore pour les élèves de la deuxième génération, même si les écarts restent très élevés. Ainsi,35 % des élèves de la deuxième génération restent dans le groupe des élèves les plus faibles recensés par l’enquête PISA, contre17 % pour les autochtones et 42 % pour les élèves de la première génération.Les différences de résultats entre les immigrés et les Français ne procèdent-elles pas avant tout de différences sociales ?Les résultats de lenquête de lOCDE permettent de lever cette interrogation, puisquils présentent également les écarts deperformance entre élèves issus de limmigration et élèves autochtones en les corrigeant des variables socio-économiques. Aprèscette correction statistique, lécart de performance demeure très significatif. Les résultats des élèves issus de limmigrationrestent inférieurs de 30 points à ceux des élèves autochtones (contre 27 points en moyenne OCDE). Cela démontre que lesélèves issus de limmigration sont confrontés à dautres difficultés que celles liées à leur contexte socio-économique. Certainsauteurs, comme Malika Sorel, membre du Haut Conseil à lIntégration (HCI), pointent dautres facteurs comme, par exemple,les difficultés de maîtrise de la langue, limplication moins forte des familles, lopposition dans certains cas entre la "cultureenseignée à lécole" et celle transmise au sein de la cellule familiale.Parler "denfants dimmigrés" a-t-il du sens ? Cette expression correspond-elle à un tout homogène ?Les enfants issus de limmigration, surtout à léchelle des pays de lOCDE, ne constituent pas un ensemble homogène car, sil’ensemble des pays de l’OCDE connaissent tous des phénomènes d’immigration, la nature de limmigration dépend engrande partie de lhistoire et de la politique migratoire de ces pays.Ainsi, la Finlande, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Portugal, l’Espagne, le Royaume-Uni et la France pratiquent des politiquesmigratoires peu sélectives et connaissent des écarts de résultats scolaires importants. A l’inverse, lAustralie, le Canada, laNouvelle-Zélande et les Etats-Unis sont des pays où la politique d’immigration favorise les plus qualifiés. L’écart de résultatentre les élèves issus de l’immigration et les populations autochtones y est alors beaucoup plus faible. Centre d’études et de recherches universitaires 34, rue Emile Landrin - 92100 Boulogne

×