Action Universitaire - Juin 2011

934 views
873 views

Published on

Published in: Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
934
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
6
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Action Universitaire - Juin 2011

  1. 1. l’Action UNIversitaire Le journal de l’Union Nationale Interuniversitaire nouvelle formule - juin 2011 - 4 eurosEntretien avec Agnès Verdier- Molinié propos recueillis par Inès Charles-Lavauzelle et Olivier Vial Dans l’esprit de Ce lobby est très fort car il bénéficie d’une alliance nombreux Fran- objective entre les hauts fonctionnaires et les syndicats. “Quand l‘Etat d’un côté çais, les fonction- D’une part les hauts fonctionnaires ont tout intérêt à essaie de ne pas remplacer naires sont conserver un statut qui leur permet notamment de faire un fonctionnaire sur deux garants du service de la politique sans risque. En effet, contrairement à leurs public. Pourquoi homologues d’autres pays, les hauts fonctionnaires partant en retraite, de leur dites-vous, c’est le français peuvent se faire élire en conservant leur statut, côté les collectivités lo- titre de votre livre, ce qui leur offre un formidable parachute en cas de cales embauchent encore que les fonction- défaite. naires sont contre plus de personnel.” l’Etat ? De l’autre côté, les syndicats défendent ce statut car ils bénéficient de financements très importants sur les deniers publics.En France, comme le dit le conseillerLes fonctionnaires se sont retournés contre l’intérêt d’Etat Hadas-Lebel, 80% des financements des syndicatsgénéral, car à force de vouloir sanctuariser leur statut, proviennent de la poche des contribuables, c’est-à-direleurs retraites différentes de celles du privé, etc… ils se des collectivités locales mais aussi directement de l’Etat,sont focalisés sur leur intérêt. C’est un système qui, des ministères, etc…finalement, devient tellement centré sur lui-même qu’iln’est plus au service de la collectivité, et donc plus au Rendons-nous compte qu’aujourd’hui, on ne saitservice de l’Etat. absolument pas combien de professeurs sont mis à 100% à disposition des syndicats ! L’éducation nationaleVous dites aussi que c’est le lobby le plus puissant. Que annonce le chiffre de 2000, mais à notre avis, le chiffredéfend ce lobby, avec quels intérêts, quels moyens ? est plus élevé. Pourquoi ne pas faire preuve d’un minimum de transparence sur ces sujets ? L ’Action Universitaire - page 1
  2. 2. Entretien avec Les fonction- Quand bien même son application n’est pas encore naires contre optimale, le service minimum a, je le note dans mon livre, l’Etat : le grand sabotage, beaucoup apporté. Pourtant une question reste en Albin Michel, suspens : tous les jours de grève ne sont-ils vraiment pas 202 pages, 17€ payés ? Rien n’est moins sûr. Si dans l’ensemble ça s’améliore, on a toujours l’impression qu’il faut avancer contre un lobby extrêmement fort et très organisé. Au moment de la La mondialisation va-t-elle... nous réforme des retraites, on a senti que les personnels tuer ? JC Lattès, 2008, 162 pages 9 euros publics étaient les plus déterminés, alors que la réforme adoptée était plutôt timide à leur encontre. Ce qu’il fal- lait faire, c’était une réforme universelle, c’est-à-dire un système de retraite universel, avec les mêmes règles pour tous. Sur ce sujet, nous faisons face à une véritable réti- cence, et ce, même au plus haut niveau des personnels Agnès Dans votre livre, vous publics qui ne veulent absolument pas disposer du même Verdier-Molinié dites que les fonction- système de retraite que le personnel du privé. En effet, Directeur de la Fondation iFRAP ils savent très bien que si le taux de remplacement est naires sont aussi sur le depuis décembre 2009, diplômée sensiblement identique aujourd’hui entre le public et le pavé, les alliés des syndi- d’Histoire économique contempo- privé, celui du privé va chuter dans les prochaines années raine. cats, car depuis quelques et ils ne veulent pas avoir à subir cette baisse. Auteur de : La mondialisation va-t- années le nombre de gré- elle...nous tuer ? et Les fonction- vistes dans la fonction naires contre l’Etat : le grand La France a-t-elle les moyens d’entretenir 5,2 millions publique est plus élevé sabotage de fonctionnaires ? que dans le privé. Le premier problème, c’est que ce nombre ne baisse pas,Absolument. Dans les années 70-80, 5% seulement des parce que quand d’un côté l’Etat essaiejours de grève étaient le fait du public, difficilement de ne pas remplacer unaujourd’hui le rapport s’est totalement Un élève dans l’enseigne- fonctionnaire sur deux partant en retraite,inversé. Désormais, plus de 60% des jours ment privé coûterait au de leur côté les collectivités localesde grève déclarés le sont dans le secteur moins 2000 euros de embauchent encore plus de personnel.public. C’est vraiment incroyable ! Par moins par an et par élève D’un côté, on supprime 33 000 postes etexemple, durant la réforme des retraites, à la collectivité par rap- de l’autre, on embauche 40 000les manifestants étaient principalement port à l’enseignement pu- personnes !des personnels des ministères, que ce soit blic.de l’Education nationale mais aussi des Les Allemands, dont les services publicsimpôts, de l’agriculture, ou des personnels sont appréciés, ont 30% de fonctionnaires de moins quedes grandes entreprises publiques. la France. On a donc un vrai défi à relever. Mais ce que l’on sait moins sur l’Allemagne, c’est que sur les 4,5 millions de fonctionnaires allemands - pourPour contourner la loi sur le service minimum, les 80 millions d’habitants - 60% sont embauchés sousgrévistes ont fait preuve d’innovation. Pouvez-vous contrat de droit privé.nous donner quelques exemples ? Dans mon livre, je propose de revenir sur l’extension duOui, bien sûr ! Ils s’adaptent aux changements du statut qui a été faite à l’ensemble des agents publics.système. Depuis le vote du service minimum en juillet Comme le font les Allemands et les Britanniques, on2007, ils ont mis au point des grèves de 59 minutes, qui pourrait garder un statut public recentré autour despermettent de faire moins d’une heure de grève et donc missions régaliennes de l’Etat (la défense, la police, lade ne pas avoir un jour entier non rémunéré. justice, une partie du budget et une partie de la diplomatie) et pour les autres, on les emploierait sous desCela permet, en contournant le système, par des grèves contrats de droit privé qui suivraient les mêmes règlestournantes, de désorganiser complètement le trafic, que ceux qui sont applicables à leurs concitoyensnotamment dans les transports en commun. salariés du privé. L ’Action Universitaire - page 2
  3. 3. Entretien avec Dans ce numéroC’est un vrai tabou car, aujourd’hui, si on propose cela en France, on a Entretien avec : p.1-3l’impression de dire un gros mot, quand bien même tous les autres paysd’Europe ont déjà réformé leur statut “à vie” du public. Il faut se dire que Agnès Verdier-Moliniéce statut est finalement un objectif de réforme très intéressant, notammentdans le cadre de 2012. Page de gauche p.4Comment peut-on évaluer la qualité du service public et la performance Spéciale SuperZérosde l’administration ? Page de droite p.5C’est très difficile car d’après les enquêtes d’opinion, on se rend compte queles Français ne sont pas si mécontents que cela. Avec 55% des dépenses Livresnationales pour la fonction publique, si les Français n’étaient pas contents, Le dictionnaire du Pr. Rougeotce serait absolument terrible. Cependant, quand on creuse un peu, on noteque seul 30% des Français sont satisfaits de leur service des impôts et qu’à Education p.6peine 18% le sont de Pôle Emploi. On peut donc légitimement dire qu’ilreste d’énormes efforts à accomplir. Echec scolaire et immigration : la vérité des chiffresIl est difficile d’évaluer les services publics. La meilleure façon de procéderconsiste encore à mettre les acteurs en concurrence. Il est donc nécessaired’établir des comparaisons. C’est ce que la fondation IFRAP a fait pour Des nouvelles de l’UNI p.7évaluer le coût de l’enseignement privé par rapport à l’enseignement public.Les écarts ont incroyables : le privé coûterait près de 2000 euros de moins Brèvespar an et par élève à la collectivité. En Images Histoire d’affichePour comparer, il faut avoir accès aux données et pouvoir chiffrer pourchaque service public ce qui est comparable. Le service de l’eau par exemple, En campagne p.8est-il moins cher s’il est géré par une régie publique ou par uneentreprise ? C’est un énorme travail et cela demande aussi de faire tomberdes tabous, car si l’on part toujours du principe que le privé sélectionne, Pétition contre la légalisationqu’il n’est pas ouvert à tous, qu’il ne fait que, par exemple, “privatiser les de la droguedividendes” et “nationaliser les pertes”, eh bien évidemment on est dans uneimpasse totale de réflexion et de discussion. Les autres Européens sont pluspragmatiques que nous. Les Suédois, par exemple, font gérer leurs hôpitauxpublics par des chaînes de cliniques privées et s’en trouvent très heureux.Finalement, on se rend compte que les Européens se fichent un peu que cesoit un personnel sous statut ou une entreprise sous monopole qui luidélivre un service. Avant tout, ce qu’ils veulent, c’est que le service soit àl’heure, qu’il soit efficace et que la qualité du service rendu soit à la hauteur L’Actionde l’argent dépensé. UNIversitaireLes Français sont, sans aucun doute, aussi pragmatiques que leurs voisins Directeur de la publication : Olivier Vialeuropéens, simplement cela fait des années qu’on leur dit des choses qui nesont pas tout à fait justes et je crois qu’il faut commencer par rétablir en la Rédactrice en chef adjointe :matière certaines vérités. Inès Charles-Lavauzelle Imprimé par nos soins - dépôt légal second trimestre Podcast 2011 - Mensuel Retrouvez l’intégralité de cet Une publication de l’UNI - entretien, ainsi que d’autres en 34, rue Emile Landrin - vidéo sur notre site, 92100 Boulogne - rubrique podcast. tél : 01.78.16.40.30 - fax. : 01.78.16.40.31 http://www.uni.asso.fr L ’Action Universitaire - page 3
  4. 4. Page de gauche... Aubry, candidate peu crédible Le fichage politique, Corrèze parmi une spécialité socia- les départements liste ? les plus endettés Jean-Marc Ayrault, le Avec 333 millions député-maire de Nantes d’euros, la et président du groupe dette du socialiste à lAssemblée département nationale, avait de la Corrèze demandé en 2007 à ses équivaut à 101,9% de militants de remplir une son budget fiche signalant les oppo- annuel ! sants politiques dans C’est le seul leur quartier. Avec de département dans ce telles compétences, ga- cas... Et comme il est geons quil trouvera sa peu peuplé, il pèse sur place dans lorganisation chaque Corrézien des primaires socialistes. 1 329 euros de dette. François Hollande est ainsi à la tête du département le plus endetté par habitant.Le 28 juin, Martine Aubry a "proposé sa candidature àl’élection présidentielle". Heureusement qu’elle ne s’adressequ’aux militants socialistes, car les Français, eux, semblentpeu disposés à l’imaginer à ce poste. Région Poitou-Selon, une enquête TNS Sofres / Canal +, publiée en juin Charentes : la Le livre programme2011, à peine 40 % des Français la juge "être bien préparée" dette explose dArnaud Monte-pour la fonction. de 61 % bourg fait un flop. Si la région Alors qu Poitou-Cha- Arnaud rentes, dont Montebourg a Ségolène Royal est lancé sa présidente depuis 2004, campagne avec connaît une un show et un augmentation de la clip à laméri- dette de 61,4%, elle le caine, son livre doit notamment à une programme augmentation sans "des idées et précédent du nombre des rêves", qui d’embauches. En effet, est pourtant au le conseil régional du coeur de sa Poitou ne connaît pas la campagne, lui crise : +95% d’effectifs fait un flop. (hors transferts) en cinq Entre le 6 et le ans, ce qui constitue unLe PS propose la création de 300 000 nouveaux 19 juin, seuls 97 exem- record, selon les plaires de ce livre ont données de l’associationemplois jeunes. Pour quoi faire ? La question été vendus en France des régions de France.reste toujours sans réponse. (Source Edistat). L ’Action Universitaire - page 4
  5. 5. ... Page de droiteLivres verons encore. Rien de diabolique ou de condamnable là-dedans. En revanche, le mot phobie, issu du vocabulaire de la psychiatrie, La loi sur les évoque, plus ou moins confusément, des réac- Libertés et les tions anormales, démesurées, inquiétantes, qui Responsabili- risquent donc d’être dangereuses et dont il Phobie faut préserver la société en les condamnant et tés des Uni- versités sera Est-ce un délit que d’avoir peur de ce qui est en les réprimant. une des ré- semblable ? Aussi bizarre que cela puisse pa- formes les raître, si l’on prend les mots au pied de la lettre, Ces glissements de sens injustifiés, subreptices plus importantes à porter la réponse à cette question baroque est oui. En et irraisonnés, entraînent des conséquences au crédit du gouvernement. effet, l’homophobie (puisque c’est de cela qu’il pratiques extrêmement graves, en particulier Cet échange entre Valérie s’agit) est un mot composé de deux racines dans l’ordre judiciaire. Ils renforcent une ten- Pécresse et Axel Kahn per- grecques qui désignent la peur, une peur ir- dance pernicieuse, de plus en plus répandue, met de mieux connaître raisonnée et angoissante (phobie) et d’autre de la législation pénale qui consiste à prévoir cette loi, ce qu’elle a part ce qui est semblable (homo-). Jusqu’à une non seulement des actes, mais des sentiments, changé, mais aussi ce qu’il période récente, ces éléments étaient correc- ce qui relève d’une conception totalitaire de reste à améliorer afin de tement utilisés, chacun dans son emploi, par la justice. Après tout, j’ai le droit, ou du moins doter la France d’universi- exemple dans des mots comme « agoraphobie je devrais l’avoir, d’aimer, de ne pas aimer ou tés capables de rivaliser » (peur angoissante de la foule) ou « homo- même de haïr qui je veux, sans que les tribu- avec les meilleures du nyme » (mot ayant la même forme qu’un naux s’en mêlent. Là où je suis condamnable, monde. Un débat droite- autre). Dans homophobie, on trouve d’abord c’est si je passe à l’acte nuisible ou si j’incite gauche, sur l’université, la un glissement de sens, de peur à aversion, très d’autres à commettre de tels actes. croissance, la recherche. Et répandu aujourd’hui dans des mots de même donc sur l’avenir de la formation et surtout une absurdité étymolo- Ce glissement, inadmissible et vicieux dans France. gique, homo- étant pris comme abréviation son principe, entraîne des conséquences en- Axel Kahn, Valérie Pé- d’homosexuel. Dans la même lignée, on ren- core plus graves pour ses applications de fait. cresse, Controverses, NiL contre aussi transphobie : aversion (au moins En effet, si j’exprime une critique quelconque éditions, 254 p., 19 €. supposée) pour les transsexuels. envers l’homosexualité ou l’islam (car ce sont les deux sujets réellement en cause), je suis Immigration, Dans l’arsenal répulsif du politiquement cor- soupçonné de malveillance, d’aversion systé- Intégration, rect, et même du juridiquement correct, l’is- matique, mon jugement peut influencer d’au- longtemps ce lamophobie occupe aussi une place au tres personnes, qui, elles, se sentiront peut-être débat a été premier rang. Curieusement, la christiano- incitées à commettre des actes répréhensibles. piégé, interdi- phobie est à peu près absente du vocabulaire Voilà un exemple, hélas ! très concret, où, à sant ainsi de se bien-pensant, alors qu’il est avéré que, dans le partir d’un principe faux, une logique devenue poser les monde entier, les chrétiens sont de loin les folle peut entraîner des catastrophes. bonnes questions. Dès lors, plus persécutés en raison de leur religion. C’est par de tels procédés que, dans notre pays, comment s’étonner que les la liberté d’expression se réduit comme peau “solutions “ proposées de- Les déviations linguistiques sont rarement in- de chagrin. puis plus de trente ans se nocentes. C’est ce qui illustre, entre autres, la révélèrent toutes ineffi- prolifération des « -phobies ». Des mots Retrouvez d’autres définitions sur notre caces. Or, l’enjeu est im- comme peur, ou même aversion, évoquent des site : uni.asso.fr mense. La cohésion sensations ou sentiments assez ordinaires, que Dérapage / Populisme / Républicain / nationale est menacée. nous avons tous éprouvés et que nous éprou- Parité / Diversité C’est pourquoi Malika Sorel, membre du Haut Conseil à l’Intégration Réactions de l’UNI suite au remaniement nous invite à tenir un lan- gage de vérité. Chose L’UNI se félicite de la nomination de Laurent Wauquiez aux qu’elle fait admirablement fonctions de ministre de l’Enseignement supérieur et de la Re- dans ce livre. cherche, avec qui elle a eu l’occasion de travailler en 2006 sur l’aide sociale étudiante. Malika Sorel, Immigration, Intégration, le langage de vé- L’UNI salue la promotion de Valérie Pécresse aux fonctions de porte-parole du Gou- rité, éditions Mille et une vernement, et surtout ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de Nuits, 282 p., 18 € l’Etat, fonction ô combien importante en cette période de sortie de crise. L ’Action Universitaire - page 5
  6. 6. Education Echec scolaire et immigration : la vérité des chiffres Claude Guéant a élèves peu performants. La situation limplication moins forte des familles, déclaré que "les s’améliore pour les élèves de la deuxième lopposition dans certains cas entre la deux tiers des génération, même si les écarts restent "culture enseignée à lécole" et celle échecs scolaires, très élevés. Ainsi, 35 % des élèves de la transmise au sein de la cellule familiale. sont léchec deuxième génération restent dans le denfants dim- groupe des élèves les plus faibles recensés Parler "denfants dimmigrés" a-t-il du migrés". Les par l’enquête PISA, contre 17 % pour sens ? Cette expression correspond-elle lycéens de les autochtones et 42 % pour les élèves à un tout homogène ? lUNL et les parents délèves de de la première génération.la FCPE ont condamné ces propos en Les enfants issus de limmigration,indiquant quils ne sappuyaient sur Les différences de résultats entre les surtout à léchelle des pays de lOCDE,"aucune réalité statistique". A quoi immigrés et les Français ne procèdent- ne constituent pas un ensemblecorrespond la réalité ? elles pas avant tout de différences homogène car, si l’ensemble des pays de sociales ? l’OCDE connaissent tous desOlivier Vial : Les statistiques sur ce sujet phénomènes d’immigration, la naturesont rares, mais grâce à lenquête PISA Les résultats de lenquête de lOCDE de limmigration dépend en granderéalisée tous les trois ans par lOCDE permettent de lever cette interrogation, partie de lhistoire et de la politiqueauprès délèves de 15 ans, des chiffres puisquils présentent également les migratoire de ces pays.pour lannée 2009 existent et ils sont écarts de performance entre élèves issuséloquents. En compréhension de lécrit, de limmigration et élèves autochtones Ainsi, la Finlande, la Grèce, l’Irlande,par exemple, l’écart de résultat entre les en les corrigeant des variables socio- l’Italie, le Portugal, l’Espagne, leélèves nés en France de parents français économiques. Après cette correction Royaume-Uni et la France pratiquentet ceux nés de parents étrangers est de statistique, lécart de performance des politiques migratoires peu sélectives60 points en France, contre 43 en demeure très significatif. Les résultats et connaissent des écarts de résultatsmoyenne pour l’OCDE. Quand on sait des élèves issus de limmigration restent scolaires importants. A l’inverse,quun écart de 40 points représente un inférieurs de 30 points à ceux des élèves l’ Australie, le Canada, la Nouvelle-retard d’une année scolaire complète, on autochtones (contre 27 points en Zélande et les Etats-Unis sont des paysne peut que constater que les élèves issus moyenne OCDE). Cela démontre que où la politique d’immigration favorisede limmigration connaissent un échec les élèves issus de limmigration sont les plus qualifiés. L’écart de résultat entrescolaire important. En moyenne à 15 confrontés à dautres difficultés que les élèves issus de l’immigration et lesans, ils ont accumulé un an et demi de celles liées à leur contexte socio- populations autochtones y est alorsretard par rapport aux autres élèves. économique. Certains auteurs, comme beaucoup plus faible. Malika Sorel, membre du Haut ConseilEn France, les élèves issus de la première à lIntégration (HCI), pointent dautres Entretien paru le 26 maigénération dimmigrés ont ainsi deux facteurs comme, par exemple, les 2011 sur le site Atlantico.fois plus de risques de compter parmi les difficultés de maîtrise de la langue, En Images Ecole de la transmission le 25 mai 2011 Colloque du CERU Jacques Legendre, Claude Président de la commis- Boichot sion de la culture, de Claire Mazeron Hervé Mariton Inspecteur léducation et de la Vice-présidente Député général communication du SNALC Olivier Vial Claudine Caux Albert-Jean Armelle Dugue Président de l’UNI Présidente de la Mougin Directrice des Directeur du PEEP Vice-président partenariats de CERU du SNALC l’OFQJ L ’Action Universitaire - page 6
  7. 7. Des nouvelles de l’UNI Depuis son origine, l’UNI s’est Histoire d’affiche engagée dans la dénonciation du trafic de drogue qui s’est fortement développé après mai 1968. A l’époque, ces campagnes de terrain (affiches et tracts) ont occasionné quelques incidents, car les dealers en questionLe CERU sur France Ô La jeunesse n’est plus n’entendaient pas être privés de leurOlivier Vial, directeur du ce qu’elle était... tant gagne-pain criminel. En 1993,CERU, est intervenu mieux ! l’UNI a lancé les comités d’actionlors de l’émission 49 % des Français ont lycéens contre la drogue, avec“Toutes les Frances” sur une image négative de la comme slogan “Dealer c’est tuer”.l’emploi des jeunes dans jeunesse. De nombreux La pétition nationale quiles quartiers. préjugés se sont ainsi dé- accompagnait cette campagne a rencontré un formidable succès. veloppés finissant par poser un véritable pro- Les arguments développés restent pertinents, au moment où blème politique. certains envisagent de dépénaliser le cannabis : - Il n’y a pas de drogue douce, s’il existe une différence entre leLe MET sur Europe 1. Cette note du CERU cannabis et l’héroïne, ce n’est pas une différence de nature. “LeRémi Martial, président s’attaque à lever cinq de cannabis est une drogue piège, et il n’est pas un seul consommateurdu MET, branche étu- ces préjugés, comme, par d’héroïne qui n’ait un jour commencé par le cannabis”, notait-ondiante de l’UNI, était exemple : les jeunes sont alors.l’invité de Pierre-Louis de gauche, les jeunes - la drogue conduit à la dépendance (y compris le cannabis) maisBasse sur le thème : “les veulent devenir fonc- également à la dégradation, à l’avilissement et à la marginalité.indignés sont-ils conta- tionnaires, les jeunesgieux ?” sont pessimistes... Cette campagne avait marqué un coup d’arrêt. A partir de 1994, le nombre de morts tués par la drogue a commencé à baisser, pour Une fois, ces préjugés remonter au milieu des années 2000. Cela doit nous inciter à la levés, la droite compren- fermeté (cf. pétition en dernière page). dra-t-elle qu’elle peutL’UNI a participé à une parler aux jeunes sansrencontre autour de travestir ses valeurs et 15 juillet 2, 3 et 4 septembre 20 septembreierry Mariani et de son message. Agendaplusieurs responsables Fermeture des Université d’été de Sortie prévue dud’organisations classées à Olivier Vial, La jeunesse bureaux de l’UNI, livre projet de l’UNI l’UMP à Marseille. n’est plus ce qu’elle était ... le temps de sur l’éducation.la droite de la majorité L’UNI y sera tant mieux !, édition quelques semainesafin de trouver le moyen représentée. BOD, 54 p., 5 € de vacances.de faire entendre la voix Bon de commandede la droite de convic- en dernière pagetion en 2012. Réunion de formation des cadres de l’UNI Réunion de formation Les militants sont allés à la à Lyon rencontre des étudiants lors des épreuves du concours sciences-politiques L ’Action Universitaire - page 7
  8. 8. En campagne Pétition Non à la légalisation du cannabisAnnée après année la drogue tue davantage : 1 jeune en 1969, - la consommation de cannabis chez les jeunes induit de lourdes250 en 1988, 500 en 1992, 564 en 1994. La politique de conséquences en termes d’échec scolaire, de démotivation,fermeté conduite au milieu des années 1990 a permis d’enrayer d’absentéisme, d’inattention et bien sûr de santé...cette hausse continue du nombre de morts, due directement àla drogue, mais “ le nombre de décès annuels liés à l’usage de - la consommation de cannabis implique également dessubstances illicites (305 décès en 2008) tend à nouveau à comportements de passivité excessive ou au contraire deaugmenter depuis 2003, après une forte baisse dans la seconde violence avec de graves répercussions sur les vies professionnellesmoitié des années 1990 (128 décès en 1999)” (source Francoscopie et familiales des consommateurs.2010, éditions Larousse). - l’argument selon lequel une légalisation du cannabisSi l’on peut tirer une leçon de ces chiffres, c’est que la fermeté entraînerait automatiquement une diminution du trafic estpaye. C’est pourquoi, nous devons rejeter l’appel lancé par quant à lui parfaitement démagogique : la délinquance, parplusieurs personnalités de gauche en faveur de la principe, recherche les zones de non-droit et le trafic ne feraitdépénalisation du cannabis et rappeler que : que se déplacer sur d’autres drogues ou d’autres marchandises illégales.Parce qu’une légalisation du cannabis ferait peser un grave danger sur notre société et sur lajeunesse. Signez la pétition contre la légalisation du cannabis. L’Action 34 rue Emile landrin 92100 Boulogne UNIversitaire Tel : 01.78.16.40.30 Fax : 01.78.16.40.31 Vos réglements sont à faire par chèque à l’ordre de l’UNI Nom :....................................................................................................... Prénom : ............................................................................................................................................................ Adresse : .................................................................................................................................................................................................................................................................................. ...................................................................................................................................................................................................................................................................................................... Code postal : .......................................................................... Ville : ................................................................................................................................................................................. Tel : ..............................................................................................E-Mail : .......................................................................................................................................................................... 1 Désire signer la pétition de l’UNI contre la légalisation du cannabis 1 Désire s’abonner gratuitement à la revue quotienne de web 1 Désire souscrire un abonnement à l’Action Universitaire nouvelle formule (11 numéros) - 30 euros Aidez-nous à diffuser nos idées et à maintenir notre indépendance et notre liberté de ton. En adhérant à l’UNI : 1 50 euros 1 lycéens : 10 euros 1 étudiants : 20 euros En faisant un don à l’UNI : 1 25 euros 1 50 euros 1 100 euros 1 ........ euros Vous pouvez déduire jusqu’à 66 % du montant de vos cotisations ou de vos dons de vos impôts. Ainsi, pour 100 euros de dons, votre effort réel est de 34 euros, et vous pourrez déduire 66 euros de vos impôts. Vous recevrez un reçu fiscal par retour de courrier. Boutique de l’UNI Je désire commander : Ah ! Laissez-nous respirer ! La jeunesse n’est plus ce Contre la censure des bien- qu’elle était...tant mieux ! Pin’s de l’UNI pensants. Olivier Vial Pr. Jacques Rougeot 1 ...........livre(s) 1 ...........livre(s) 1 ...........pin’s à 10 euros l’unité à 5 euros l’unité à 3,5 euros l’unité

×