Rapport Général Forum de l'emploi Fessef 2012

  • 345 views
Uploaded on

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
345
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
4
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. F ORUM I NTERNATIONAL DE L ’ EMPLOI P ARIS , LE 10 NOVEMBRE 2012 RAPPORT GENERAL FESSEF novembre/2012
  • 2. novembre/2012 AVANT PROPOS La FESSEF tiens à remercier tous ceux qui ont participé à l’organisation du Forum de l’emploi des étudiants sénégalais en France. La FESSEF remercie aussi tous les participants au Forum : autorités diplomatiques, associations, bénévoles et candidats. Ce rapport a été rédigé avec le concours des membres de la Fédération des Etudiants et Stagiaires sénégalais de France (FESSEF) et Njàccaar Visionnaire Africain (NVA). Il présente la synthèse des travaux et échanges qui ont eu lieu lors du forum ; ainsi que des propositions qui permettront de faciliter l’insertion professionnelle des diplômés sénégalais. Ce rapport a été rédigé avec le concours de : Aissatou BADIANE (NVA) Arona CISSE (FESSEF) Salla DIAGNE (FESSEF) Amadou DIALLO (FESSEF) Ousmane Bocar DIALLO (FESSEF) Fatimata MBAYE (Mozaïk RH) Amara TOURE (FESSEF) Rama YAGUE (NVA) N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 1
  • 3. novembre/2012 SOMMAIRE AVANT PROPOS ................................................................................................................. 1 SOMMAIRE .................................................................................................................... 2 INTRODUCTION .................................................................................................................. 3 PARTIE 1 : TRAVAILLER, ENTREPRENDRE AU SENEGAL : CONTRAINTES ET OPPORTUNITES ..................... 4 a. Etat des lieux...................................................................................................................... 4 b. Problèmes .......................................................................................................................... 5 c. Contraintes liées au changement de statut ....................................................................... 6 d. Outils pour préparer son insertion professionnelle .......................................................... 8 e. L’emploi des jeunes: Tendances, caractéristiques et nouveaux défis à relever..............10 PARTIE 2 : DEROULEMENT DU FORUM ............................................................................ 14 A. Ouverture officielle et Présentation des différentes structures intervenant sur la question de l’emploi ...............................................................................................................14 B. Table Ronde : L’insertion professionnelle au Sénégal : contraintes et opportunités .....15 PARTIE 3 : PROPOSITIONS ET RECOMMANDATIONS ........................................................ 22 A. Propositions et recommandations sur le rôle de l’Etat...................................................22 B. Propositions et recommandations et actions de la FESSEF.............................................27 N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 2
  • 4. novembre/2012 INTRODUCTION Initié par la Fédération des Etudiants et Stagiaires Sénégalais de France, avec l'appui du gouvernement du Sénégal, le Forum international sur l'emploi a réuni le 10 novembre 2012 à Paris des responsables d'associations d'étudiants sénégalais en France, des représentants de l'Etat du Sénégal, des associations partenaires de la FESSEF, des étudiants et diplômés sénégalais en France. L'objectif du forum était de créer un cadre d'échanges propice pour doter les étudiants sénégalais d’outils leur permettant de connaitre le marché de l'emploi au Sénégal et les démarches à suivre pour entreprendre au Sénégal. Le Forum a été l’occasion de présenter aux participants les dispositifs d'accompagnement existants tant au niveau sénégalais que français pour les étudiants qui ont des projets orientés vers le retour. La première partie du rapport présente les contraintes et opportunités que représentent le retour au Sénégal après des études à l’étranger ; la deuxième partie revient sur le déroulement du forum et la troisième partie est consacrée aux propositions issues des échanges pour une amélioration des dispositifs pour l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 3
  • 5. novembre/2012 Partie 1 : Travailler, entreprendre au Sénégal : Contraintes et Opportunités Cette partie propose une étude succincte sur la population étudiante sénégalaise en France, les tendances globales du marché de l'emploi au Sénégal et les difficultés rencontrées dans le cadre du projet de retour au Sénégal. La population potentiellement active de 15 ans et plus, est passée de 5.678.497 à 7.299.215 entre 2002 et 2010, soit 202.000 nouveaux demandeurs d’emplois potentiels en moyenne annuelle. Quant au taux de chômage, il varie entre 10 et 14% selon les sources et reste très élevé chez les jeunes âgés de 15-34 ans. Cependant, le taux de sous-emploi visible qui était de 22% en 2006, serait descendu à 15,2% en 2010 alors que le taux d’activité globale est estimé à 50%. En effet, le secteur de l’emploi au Sénégal souffre d’innombrables contraintes parmi lesquels : le foisonnement des structures sans une réelle coordination ; la non articulation entre l’emploi, la formation professionnelle et la politique d’accompagnement pour l’auto-emploi ; la multiplicité des fonds pour des missions similaires ; un marché de l’emploi obscur et surtout sans système d’information qui faciliterait le suivi de la dynamique de l’insertion professionnelle dans le pays. a. Etat des lieux En France, 50% des étudiants sénégalais sortent du circuit universitaire avec au minimum le niveau bac +2, 30% avec un master et 10% un doctorat (cf. Tableau ci-dessous). N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 4
  • 6. novembre/2012 Tableau : Répartition des étudiants sénégalais dans l’enseignement supérieur en France Source : Ministère de l’enseignement supérieur (France) 2010 b. Problèmes Les autorités de tutelle ou autres structures en charge des étudiants ne disposent pas de chiffres ou statistiques fiables sur les études suivies par ces étudiants et leur insertion professionnelle, qui n’est pas facilité par la mobilité internationale d’une partie de ces derniers (France, Usa, Canada …). Leur insertion professionnelle est ralentie par le fait que ces étudiants, souvent, ont du mal à trouver des stages et donc finissent leurs études, avec certes, certains acquis et connaissances théoriques mais sans réelles compétences, ni connaissance du monde de l’entreprise. Les seules expériences possédées restent habituellement non valorisantes, car étant en inadéquation avec le projet professionnel (jobs étudiants pour financer les études comme le service dans la restauration, plonge, sécurité, vendange…). Par ailleurs, une fois la procédure de recherche d’emploi au Sénégal enclenchée, dans une perspective de retour, ils se retrouvent en concurrence avec les diplômés sénégalais sortis des écoles sur place, au sein N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 5
  • 7. novembre/2012 desquels les formations dispensées répondent aux besoins du marché de l’emploi local. Les prétentions salariales de ces derniers sont plus avantageuses pour les entreprises locales que celles des diplômés sénégalais en France. A cette difficulté s’ajoute la concurrence avec les demandeurs d’emplois provenant de la sous-région et des autres continents. c. Contraintes liées au changement de statut L’étranger non-européen, qui souhaite travailler en France à l’issue de ses études, doit suivre une procédure de changement de statut d’étudiant à salarié. Un processus soumis à des règles selon des lois bien définies dans la juridiction Française. Dès lors qu'il est titulaire d'un contrat ou d'une promesse d'embauche en lien avec sa formation, cet étudiant peut demander un changement de statut afin d'obtenir une carte de séjour salarié. Accordons nous à dire que le changement de statut demeure, aujourd’hui, un parcours difficile pour de nombreux étudiants étrangers en recherche d’emploi en France. L’étudiant est confronté à certains obstacles qui viennent compromettre son insertion professionnelle.  Certains employeurs n’acceptent pas d’accompagner le salarié dans la procédure de changement de statut, ce qui revient à ne pas embaucher d’étudiants étrangers. Un facteur qui réduit fortement les chances de l’étudiant de trouver un emploi.  L’accès aux informations nécessaires au changement de statut (Liste des documents requis, préfecture de rattachement, …) est difficile. Il en est de même pour la collecte de certains documents, comme celui du Pôle Emploi justifiant les motivations de l’entreprise intéressée par le profil du candidat  Des contraintes horaires se posent (obligation de faire la queue pendant toute une nuit sans aucune place assise) ainsi que des conditions N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 6
  • 8. novembre/2012 d’accueil difficiles au niveau des préfectures (distribution d’un nombre limité de tickets malgré une très longue attente)  Pour éviter le licenciement, des employeurs décident de ne pas autoriser le jeune étudiant à exercer durant l’attente de réponse de la part des autorités françaises, même s’il a une carte de séjour qui l’autorise à travailler. D’autant plus que l’attente peut être très longue dans la mesure où la procédure peut durer de 3 à 6 mois d’une préfecture à une autre.  Des changements de lois au niveau des politiques de régulation de l’immigration peuvent sérieusement perturber les procédures et allonger la durée d’attente des réponses de la part des autorités. Nous pouvons ainsi citer la circulaire Guéant du 31 mai 2011, qui restreint la possibilité pour les étudiants étrangers diplômés de travailler en France. Cette circulaire a été abrogée mais les difficultés au niveau de la procédure restent les mêmes, à quelques variante près. Ces contraintes peuvent entraîner: - Un grand nombre d’étudiants sans papiers qui choisissent de ne pas prendre l’option du titre de séjour temporaire (6 mois), par peur de ne pas trouver d’emploi durant cette période. - Une démotivation chez l’étudiant à poursuivre son projet professionnel - Le stress pour l’étudiant de vivre en situation irrégulière sur le territoire Français, sachant que la fin des études coïncide généralement avec la date d’expiration de son titre de séjour - Le refus de la part des employeurs d’embaucher de plus en plus d’étudiants d’étranger, afin d’éviter les obstacles sociaux et financiers liés au changement de statut de l’étudiant étranger - Des difficultés financières suite à une longue attente de réponse, sans autorisation de travail sur le territoire français N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 7
  • 9. novembre/2012 - Un difficile retour vers le milieu professionnel après une longue rupture avec le monde du travail d. Outils pour préparer son insertion professionnelle La mise en place d’un projet professionnel est essentiel dans le choix de la formation et dans la finalité des études supérieures en France ou à l’international. Cela confère à l’étudiant une conviction personnelle d’atteindre ses objectifs « étude et métier ». La plupart des étudiants sénégalais en France ne savent pas ce qu’ils veulent faire à la fin de leurs cursus (cf. Tableau cidessous). Il est donc nécessaire de mener une politique d’accompagnement sur les projets professionnels des étudiants sénégalais en France. La question de l’insertion professionnelle on ne se la pose pas à la fin des études, mais tout au long de son parcours d’études qu’on peut moduler, de manière cohérente, en fonction de ce qu’on veut faire. L’insertion professionnelle, est en réalité une problématique qui doit préoccuper l’étudiant durant toute sa formation. Ainsi, il est conscient de ses choix et de ses orientations. Ce qui le prépare à une meilleure insertion professionnelle à la fin de son cursus. On fait des études pour réussir, TEKKI ! Réussite = atteindre un objectif qu’on s’est fixé en T – 1 Tableau : Projet d’avenir des étudiants étrangers en France Source : Enquête Condition de vie des étudiants, OVE (2007) N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 8
  • 10. novembre/2012 Le tableau ci-dessus montre que 30% des étudiants originaires d’Afrique subsaharienne envisagent un retour dans leur pays d’origine après leurs études en France. 18% pense rester en France, 10% envisagent d’aller dans d’autres pays (Etats Unis, Canada en général), et la majorité reste hésitante quant à leur projet d’avenir (41%). On peut retenir de ce tableau que 3 étudiants subsahariens sur 10 sont susceptibles de rentrer dans leur pays d’origine à la fin de leurs études. Le Sénégal n’échappe pas à cette tendance. Malgré le manque de données officielles sur la question, les tendances observées sur le terrain confirment ces prédispositions. Des chiffres qui s’expliquent aussi par les pressions sociales que subissent certains étudiants de la part de leur entourage social (famille, amis, etc.). Il arrive très souvent que les parents d’étudiants mettent la pression à leurs enfants pour qu’ils restent en France pensant qu’un retour au Sénégal ne leur serait pas bénéfique. Cette pression se fait sans connaître les réalités de la vie de l’étudiant en France qui souvent survit à partir de petits boulots ou d’activités en complète déconnexion avec leur formation de base. Cette situation, même si elle permet aux parents de bénéficier d’un certain privilège social, constitue une double perte pour l’étudiant et le Sénégal. L’Etat sénégalais n’aura pas de retour sur un investissement effectué sur l’ensemble de la scolarité du jeune jusqu’à son baccalauréat. En ce qui concerne l’étudiant, il hypothèque, peut être, une carrière qu’il aurait pu développer au Sénégal avec une reconnaissance sociale plus forte par rapport à ce qu’il exerce comme métier en France. Il faut aussi mener une politique de sensibilisation sur les contraintes sociales existantes aussi bien au Sénégal qu’en France sur ce phénomène de perte de valeurs et de compétences liés à nos réalités sociétales. Il est donc nécessaire de définir son projet professionnel avant de s’engager sur une voie, seul ou avec l’aide d’un tiers. Il faut retenir que le projet professionnel doit être en adéquation avec les propres volontés de l’étudiant et non avec celles de leurs parents ou proches. N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 9
  • 11. novembre/2012  Effectuer des stages, s’engager dans l’associatif (la conduite de projets associatifs permet de développer un certain esprit d’équipe (montrer qu’on sait travailler en équipe), de concevoir et de conduire un projet à terme…).  Apprendre à développer un réseau (+80% des emplois de cadre en France sont obtenus par l’intermédiaire de réseaux, exemple associations d’anciens diplômés, réseaux des grandes écoles, parents, amis etc.)  Participer aux salons de l’emploi et apprendre à « se vendre » en un minimum de temps (entre 2 et 5 minutes maximum).  Il ne faut pas aussi hésiter à créer son propre business ou s’associer avec des amis pour lancer une activité, il ne faut pas compter seulement sur l’embauche. C’est non seulement enrichissant personnellement, mais c’est cela qui fait le développement du pays par la somme des innovations que les petites et moyennes entreprises font et les emplois qu’elles créent. e. L’emploi des jeunes: Tendances, caractéristiques et nouveaux défis à relever L’Enquête Sénégalaise auprès des Ménages (ESAM II, 2005) et les enquêtes annuelles (Situations Economiques et Sociales) de l’agence nationale de la statistique et de la démographie du Sénégal (ANSD) permettent d’avoir un aperçu de la situation de l’emploi au Sénégal même si depuis 1991 il n’y a pas eu d’enquêtes spécifiques sur l’emploi au niveau national.  Contraintes majeures du secteur Un ensemble d’acteurs hétérogènes intervient dans l’accompagnement à l’insertion professionnelle des jeunes sénégalais et le financement de projets. Il s’agit des :  Structures publiques d’accompagnement et de placement sur le marché de l’emploi : Agence Nationale pour l’Emploi des Jeunes (ANEJ), N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 10
  • 12. novembre/2012 Office pour l’Emploi des Jeunes de la Banlieue (OFEJBAN), Direction de l’Emploi, etc.  Structures de financement et de l’emploi des jeunes : Fonds national de Promotion de la Jeunesse (FNPJ), Fonds National d’Action pour l’Emploi (FNAE), Fonds de Promotion de l’Entreprenariat Féminin (FPEF), Fonds national d’Insertion des Jeunes (FNIJ), Fonds National pour la Promotion des Jeunes (FNPJ), Office pour l’Emploi des Jeunes de la Banlieue (OFEJBAN), etc. Cette dispersion des structures qui interviennent dans l’insertion professionnelle des jeunes n’aide pas à rendre claire l’information à destination des jeunes porteurs de projets ou ceux qui souhaitent être embauchés. Les télescopages constatés dans la communication de ces structures brouillent leur message, ainsi le public voit en eux que des relais politiques. Il serait intéressant qu’il y ait une fusion entre ces structures afin de simplifier les démarches pour les porteurs de projets ou les demandeurs d’emploi. Ceci permettrait de rendre l’action de l’Etat plus efficace pour l’insertion professionnelle des jeunes au Sénégal.  Un système d'information sur le marché de l'emploi peu fiable Les informations sur le marché de l’emploi ne sont pas fiables à cause de la disparité des données provenant de diverses sources. En effet, cela ne permet pas d’avoir une situation de référence sur les principaux indicateurs de l’emploi, notamment le niveau de chômage. La production des informations statistiques reste irrégulière, que ce soit les données des services administratifs en lien avec le secteur ou celles issues des enquêtes l’agence nationale de la statistique. La production de données reste largement tributaire des enquêtes auprès des ménages durant lesquelles le seul module « Emploi » inséré N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 11
  • 13. novembre/2012 dans le questionnaire, ne permet guère de dresser le contour du secteur. Il est urgent de mettre en place un système d’information efficace qui permette de connaitre la structure de l’emploi au Sénégal ; les besoins des secteurs, les taux d’insertion en fonction de la formation, les taux d’absorption en fonction des secteurs, etc. Cet outil constituerait un système d’aide à la décision que l’Etat, les opérateurs économiques et les étudiants pourraient utiliser ; les uns pour définir leur parcours de formation, les autres pour définir leur politique de l’emploi et d’investissement dans des bassins d’emploi.  La structure des salaires La méconnaissance de la structure des salaires au Sénégal fait partie des freins au retour pour beaucoup d’étudiants qui préfèrent rester à l’étranger. Ils sont nombreux à se limiter à une conversion « simpliste » de leur salaire en France en CFA. Par exemple gagner 1500 euros en France est pour certains, équivalent à 1 million de Franc CFA ; ce qui est inexact quand on résonne en parité pouvoir d’achat1 (PPA). Le rapport mondial sur les salaires 2010/2011 (BIT, décembre 2010) consacre une étude à l’évolution des rémunérations au Sénégal entre 1995 et 2006. Ces données concernant environ 1 000 entreprises immatriculées2 montrent que dans les entreprises formelles, les salaires moyens ont augmenté de 4,0 pour cent par an en termes nominaux et d’environ 2,6 pour cent en termes réels (et apparemment encore légèrement plus vite pour les femmes) en 10 ans3. Selon ces données, les rémunérations pour ce segment des salariés ont augmenté, 1 La parité de pouvoir d'achat (PPA) est un taux de conversion monétaire qui permet d'exprimer dans une unité commune les pouvoirs d'achat des différentes monnaies. Ce taux exprime le rapport entre la quantité d'unités monétaires nécessaire dans des pays différents pour se procurer le même « panier » de biens et de services. Il diffère du taux de change qui ne reflète que les valeurs réciproques de deux monnaies sur les marchés financiers internationaux et non leurs valeurs intrinsèques pour un consommateur. 2 Obtenues à partir des registres administratifs, dans le cadre du système de comptabilité de l’Afrique occidentale dit SYSCOA. 3 Ce qui est difficilement observable dans les pays occidentaux. N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 12
  • 14. novembre/2012 passant d’environ 143 500 CFA (584 $EU PPA) par mois en 1995 à 221 000 CFA (873 $EU PPA) en 2006. La hausse des salaires dans la fonction publique a été légèrement moins rapide. Les sources administratives montrent que les salaires des fonctionnaires, sur la même période, ont augmenté de 2,5 pour cent en termes nominaux et de moins de 1,0 pour cent en termes réels, passant de 221 500 CFA (900 $EU PPA) à 240 700 CFA (950 $EU PPA). Enfin, dans le secteur informel, la stagnation semble être la norme. Deux enquêtes spécifiques menées par l’office national de statistique (ANSD) dans le secteur informel dans la région urbaine de Dakar en 1996 et en 2003, respectivement, montrent que les rémunérations nominales sont demeurées quasiment inchangées à environ 40 000 CFA (160 $EU PPA) par mois. N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 13
  • 15. novembre/2012 Partie 2 : DEROULEMENT DU FORUM A. Ouverture officielle et Présentation des différentes structures intervenant sur la question de l’emploi A l’occasion de la première édition du forum international de l’emploi de la FESSEF le samedi 10 novembre 2012 à Paris, se sont réunies différents acteurs pour une journée d’échanges sur la problématique de l’emploi des jeunes diplômés sénégalais en France. A 10h40, la journée est entamée par les discours d’allocution :  Discours du Président de la FESSEF (Ousmane Bocar DIALLO)  Présentation de la Fédération  Présentation de la journée  Discours du Ministre Conseiller BAYE MOCTAR DIOP (Ambassade du Sénégal en France)  Encouragement pour la tenue de ce forum de l’emploi de la FESSEF ;  Informe de la disponibilité de l’ambassade pour accompagner ce type de projets.  Discours du Chef du Service de Gestion des Etudiants sénégalais à l’Etranger (S.G.E.E.) Monsieur MALICK NDIAYE  Rappel le rôle du SGEE auprès des étudiants ;  Félicite et encourage la FESSEF, structure qu’il suit depuis sa création.  Souhaite que ce modèle puisse être dupliqué dans d’autres pays.  Discours de la directrice de la Direction d’Appui à l’Investissement et aux Projets (D.A.I.P.), NDEYE NGUENARE MBODJ  Présentation de la DAIP et des financements qu’elle octroie ;  Assure les étudiants de leur disponibilité pour les accompagner. N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 14
  • 16. novembre/2012  Discours d’Ibrahim GUEYE NAGO, Directeur d’entreprise, Président de l’association DIASPOSEN  Présentation de l’association DIASPOSEN et ses projets ;  Appel les étudiants et diplômés à s’investir pour le retour à l’image de la communauté israélienne.  Discours de Madame ROUGUI TALL Représentant Pôle emploi (France) B. Table Ronde : L’insertion professionnelle au Sénégal : contraintes et opportunités Participants :  Monsieur Ibrahima GUEYE, Directeur de l’emploi (en visioconférence depuis Dakar)  Monsieur Pascal CHARTREIZ, Directeur de l’O.F.I.I. (en visioconférence depuis Dakar)  Monsieur Doudou SIDIBE, Enseignant Chercheur, Paris.  Monsieur Jean DEDIEU, Professeur de Sociologie, Paris.  Modérateurs : Messieurs Abdoulaye CISSE (journaliste) et Arona CISSE (membre FESSEF) Résumé des échanges : I – Historique du forum de l’emploi des Etudiants Sénégalais en France La FESSEF, dans le cadre de ses objectifs sur la thématique de l’insertion professionnelle, s’est proposé d’organiser une première édition du forum de l’emploi des étudiants sénégalais en France. Ce forum vise à créer un espace de rencontres pour faire découvrir aux étudiants les opportunités de carrières qui s’offrent à eux au Sénégal, en Afrique et à l’international. Il s’agit de mettre en place un cadre d’échange entre étudiants et professionnels pour une bonne connaissance du marché du travail sénégalais N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 15
  • 17. novembre/2012 et de ses besoins, de préparer les étudiants à la recherche du travail et à l’entreprenariat et permettre aux entreprises de se faire connaître auprès des futurs diplômés en France. Cette démarche s’est matérialisée par la mise en place d’une banque de CV à destination des acteurs ayant besoin de compétences sélectionnées à l’issu d’un accompagnement personnalisé. Ce forum pourrait être un point de convergence idoine pour les étudiants chercheurs d’emplois, les entreprises privées et l’état du Sénégal. L’expertise qui découlera de ces travaux pourrait permettre à aboutir à la mise en place de stratégies correctrices du phénomène de chômage des diplômés sénégalais en France. Les étudiants sénégalais ayant choisi de poursuivre leurs études dans l’hexagone sortent la plupart diplômés en Bac +2 et Doctorat, il conviendrait de les absorber dans le marché de l’emploi au Sénégal et lutter ainsi au phénomène de « fuite des cerveaux ». Raison pour laquelle ce cadre s’articulera autour du manque criard d’informations sur le marché de l’emploi pour les étudiants Sénégalais en France et les solutions à préconiser. Les acteurs ayant participé à cet événement se sont attelés à répondre aussi aux différentes questions sur les opportunités, les contraintes et perspectives sur la question de l’insertion professionnelle. II – Intervention des participants Pour valoriser ce forum de l’emploi, la FESSEF, dans ses démarches, a essayé d’impliquer et de faire participer l’Etat du Sénégal, les entreprises privées, les organismes regroupant les acteurs économiques (MEDES, CNP, etc.) et les entreprises Françaises ayant des filiales au Sénégal. Nous avons pu enregistrer la participation de la délégation de l’ambassade du Sénégal, du Service de Gestion des Etudiants à l’étranger, de la Direction de l’emploi, de la direction d’Appui aux Investissements et aux projets du ministère des sénégalais de l’extérieur, du pôle emploi, de l’OFII, de l’OIM, du BIT migrant, du PAISD, du l’agence « Entrepreneurs en Afrique », des N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 16
  • 18. novembre/2012 associations partenaires de la FESSEF et des responsables associatifs venus de plusieurs villes françaises4. Cette démarche de ces participants sous-tend un partenariat en vue d’une mobilisation de l’ensemble des informations nécessaires pour faire bénéficier aux étudiants les actions menées par ces directions ou organismes , dans le cadre de l’entreprenariat et de l’insertion au Sénégal. Dans le développement de ce rapport, nous découvrirons les réponses apportées par ces organismes lors de la table du forum. Ces informations seront complétées par une recherche approfondie sur chacun d’entre eux. III – Table Ronde sur la thématique « Les diplômés Sénégalais face au défi de l’insertion professionnelle, opportunités et contraintes au Sénégal et à l’international » Les interventions ont commencé avec la Directrice du DAIP qui présente sa structure comme une direction mise en place par l’Etat du Sénégal pour promouvoir l’investissement et l’entreprenariat au Sénégal, en précisant que 105 projets ont été enregistrés et que leur dotation annuelle s’élevait à 320 millions de Francs CFA mais demeure insuffisante. Toutefois, la D.A.I.P. dispose d’une autonomie de fonctionnement. Les conditions de remboursement et d’attribution sont consultables avec le lien ciaprès. http://www.senex.gouv.sn/canevasda Pour le taux de réussite des projets financés, il faut attendre les résultats d’une étude récente (conclusions de l’étude en cours). Le directeur de l’emploi a présenté sa structure comme étant un détachement du ministère de l’emploi du Sénégal chargé de travailler sur les questions de l’emploi au Sénégal. Il a évoqué sa volonté de valoriser les compétences que le FESSEF pourrait mettre à sa disposition notamment sur 4 DAIP, OFII, BIT Migrant, OIM, PAISD, Direction de l’emploi, Entrepreneurs en Afrique : Voir présentation personnalisée en annexe. N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 17
  • 19. novembre/2012 les besoins identifiés concernant les marchés publics du Sénégal. Il a évoqué que l’administration publique sénégalaise est souvent sous-qualifiée. Il y a donc un besoin de diplômés compétents. Ils font recours souvent à l’expertise de consultants étrangers alors que ce sont les compétences nationales qui devraient être sollicitées. Il existe des diplômes plus utiles au Sénégal qu’en France comme ceux en Finances de marchés par exemple, mais la question est de mesurer l’enjeu de l’activité salariale, les risques et les contraintes sociales avant de s’insérer dans une entreprise. Il a précisé que le barème d’éligibilité pour la mise en place d’un projet d’investissement pouvait aller en 2 000 et 7000€/non remboursable. Base de données de la fonction publique : Le Directeur de la fonction publique a indiqué qu’il n’y avait pas de base de données pour accéder à la fonction publique, ni d’annonces publiées par l’Etat du Sénégal. Les nominations se font par pouvoir discrétionnaire : le ministre chargé de la fonction publique et le 1er Ministre désignent certains postes dans l’administration publique. Il conviendrait donc de valoriser en ce sens la base de données des diplômés Sénégalais en France en partenariat avec l’état du Sénégal. Il existe aussi un plan d’intégration pour les expatriés qui incombe à l’ambassade du Sénégal. Ce procédé n’est pas mis en avant par l’ambassade du Sénégal. Selon le Directeur de l’emploi, le projet de base de données accueil emploi est très intéressant, il faudrait voir comment la mettre en place très vite. Les manuels et guides vont également aider à se réinsérer plus facilement au Sénégal. Il faut voir avec l’Ambassade comment mettre en place un partenariat pour optimiser la réinsertion. Le ministre conseiller remarque aussi que parmi les chantiers de l’ambassade, existe une volonté d’inciter les Sénégalais à se renseigner spontanément sur les opportunités de carrières au Sénégal. Il existe néanmoins un programme de volontariat pour les jeunes Sénégalais nés en France sous forme de missions de courte ou moyenne durée au Sénégal. N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 18
  • 20. novembre/2012 L’Etat prépare aussi un forum national de l’emploi avec les 14 régions du Sénégal et une 15éme région qui sera la Diaspora ! Il va falloir exprimer les attentes des expatriés. Doudou Sidibé souligne que la question de l’emploi est très importante, elle constitue un véritable enjeu de société, il est important d’aider et d’accompagner les jeunes diplômés dans la voie de l’entreprenariat. Il faut sérieusement se pencher sur les contraintes de changement de statut en France pour les diplômés sénégalais. Pour entreprendre au Sénégal, il faut des fonds d’où l’utilité de connaître des structures qui financent les projets d’investissements. Il faut recenser le nombre d’étudiants boursiers qui ont fini leurs études pour les recruter au Sénégal. Il faut se positionner et récupérer les compétences qui quittent le pays d’où le phénomène de la fuite des cerveaux. Beaucoup de Sénégalais diplômés en France tentent de se présenter à la fonction publique pour faire valoir leur disponibilité mais, ils ont aucune visibilité sur la finalité de leur candidature d’où le choix de rester en France. Il n’y a pas de transparence sur les choix des compétences dans la fonction publique ni d’offre d’emploi à la portée des diplômés sénégalais en France. L’alternative pourrait être la promotion des initiatives privées dans le cadre du Co-développement dont les fonds ne dépendent pas forcément du gouvernement du Sénégal. III - Phénomène de fuite des cerveaux et comment récupérer les compétences pour la participation au développement économique ? Avec la politique d’immigration choisie par les pays du Nord, il est nécessaire que l’Etat investisse pour retenir les jeunes diplômés ou convaincre ceux qui sont expatriés de revenir. L’environnement est favorable mais les jeunes fuient les problèmes socio-économiques. Dans certains domaines, les diplômés préfèrent s’expatrier car l’exercice de leurs talents le nécessite, ce qui peut être normal. Mais dans d’autres N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 19
  • 21. novembre/2012 domaines, comme celui de la santé par exemple, il y a un déficit à la base, déficit qui se creuse de plus en plus avec l’expatriation des jeunes diplômés, raison pour laquelle il faut créer des dispositifs favorisant le retour et à la fois avantageux pour le jeune expatrié et le Sénégal. Selon le Directeur de l’emploi, l’Etat doit dégager une stratégie pour contrer la fuite des cerveaux. Il faudrait dégager une expertise sur les potentiels existants et palier aux déficits par une insertion intelligente. La principale mission est axée sur une insertion des compétences identifiées selon les besoins de l’Etat. Dans le domaine de la recherche et développement, les grands groupes préfèrent financer la recherche en France plutôt qu’au Sénégal, ce qui fragilise les carrières dans ce domaine. L’Etat devrait intervenir en incitant ces groupes multinationaux à participer au développement de la recherche et développement via les universités. En ce qui concerne les étudiants qui suivent des études en sciences juridiques, leur retour est encore plus difficile car le milieu juridique est protégé et difficilement pénétrable, cela malgré le fait qu’il existe des besoins réels dans le domaine. Aux différentes propositions, s’ajoute celle de M. Blondin DIOP (Unesco), qui préconise une spécialisation dans les domaines où le Sénégal excelle et les développer exclusivement. Il faudrait aussi que l’Etat reste interventionniste puisque nous sommes encore un pays en développement. L’intervention de l’Etat doit prédominer au détriment des initiatives privées. Toujours dans le domaine de la santé, selon Félix Atchade (conférencier), en plus de l’éducation, il s’agit des domaines les mieux lotis en termes d’opportunités de carrières. En effet, il y a eu une réduction de la dette pour les pays du Sud en contrepartie de financements et d’investissements dans l’éducation et la santé. Donc il existe beaucoup d’offres dans le domaine de la santé mais pas assez de ressources humaines disponibles lors de ces dix dernières années. Il y a beaucoup d’investissements pour les structures N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 20
  • 22. novembre/2012 sanitaires mais pas assez de compétences. Il faudrait mettre en place une bonne politique sanitaire, sensibiliser et créer des opportunités d’emploi dans ce secteur. Selon Mr Gueye Ibrahima (Président de Diasposen), il faut exacerber chez les Sénégalais expatriés « l’amour du retour », les aider à vaincre la peur de se lancer et d’entreprendre car il y a beaucoup d’opportunités et de secteurs à développer au Sénégal. Il est important de disposer des informations nécessaires, sur les fonds existants etc. Les Sénégalais ayant une influence dans les multinationales devraient les attirer chez nous. Il a décrit l’exemple de Microsoft en Israël qui s’est installé sur la proposition du chef de service qui est israélien. Mme ROUGUI TALL du pôle emploi précise que néanmoins, il existe de plus en plus de Sénégalais qui montent leurs boîtes de consulting, il s’agit là d’une alternative sur la question du retour. Il faudrait que l’Etat valorise les consultants Sénégalais sur les missions d’expertise au détriment des compétences Européennes. Un gain sur le rapport qualité prix s’impose et devient bénéfique pour le Sénégal. Elle informe aussi que le pôle emploi travaille sur l’insertion des étudiants étrangers et apporte un appui dans le cadre de l’entreprenariat en Afrique. Enfin, Il y a beaucoup d’opportunités mais il faut voir ce qu’on peut apporter, quelle est notre valeur ajoutée ! Et surtout connaitre les secteurs qui ont besoin de main d’œuvre formée. N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 21
  • 23. novembre/2012 Partie 3 : PROPOSITIONS ET RECOMMANDATIONS A. Propositions et recommandations sur le rôle de l’Etat  Données sur le nombre de Sénégalais diplômés en France Le flux migratoire des étudiants du Sénégal vers la France devient de plus en plus important au fil des années, raison pour laquelle, il est nécessaire d’effectuer un suivi sur leur devenir à travers les structures françaises (Nombre de diplômés sénégalais inscrits au pôle emploi, déclarés à la préfecture, résidant encore dans le territoire Français après leurs études, etc.) et le service de gestion des étudiants Sénégalais (Nombre de diplômés n’ayant plus droit à la bourse d’étude). Les services français de l’immigration sont les structures qui détiennent aujourd’hui le plus d’informations sur le cursus universitaire des étudiants sénégalais en France. Il serait intéressant, voire même nécessaire de mettre en place une collaboration avec ces derniers afin d’obtenir ces données sur l’évolution de ces étudiants en premier lieu, puis ensuite mesurer de façon chiffrée le résultat de l’accord bilatéral sur les études supérieures entre le Sénégal et la France concernant la réussite de ces études. Ces données chiffrées permettraient de créer des indicateurs pour identifier les besoins par secteur, par compétences et par volonté de retour au Sénégal.  Accompagner l’orientation des étudiants Le problème de l’emploi est étroitement lié à celui de l’orientation des étudiants. Il faudrait mettre plus de moyens quant à l’orientation, notamment des centres d’orientations avec des conseillers auprès desquels les étudiants et futurs étudiants pourraient trouver les informations nécessaires sur les métiers et professions, le marché du travail, les secteurs en déficit, …  Identifier les métiers par secteur sur le marché du travail au Sénégal. N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 22
  • 24. novembre/2012 Il est important de connaître les données, les analyses sur l’emploi, la formation et le chômage par métiers avec une nomenclature pour chaque famille de métier professionnel. Cela permet de rapprocher les sources et d’identifier ainsi les opportunités de carrières par secteur, par voie (stage, formation professionnelle, emploi salariés, etc.) et les besoins de compétences dans les différents segments du marché de l’emploi du Sénégal.  Identifier clairement les besoins en matière d’emploi dans le cadre de la politique du retour Chez les expatriés : Le retour pour raisons professionnelles nécessite une bonne connaissance des démarches nécessaires ainsi que les avantages y étant afférents. Il est indispensable de disposer d’une plateforme Web (et/ou autre) qui mette en avant les informations sur les démarches administratives, les liens et contacts utiles, les avantages en termes de fiscalité, de niveau de vie, de pouvoir d’achat, bien-être et climat social avec des indicateurs comparatifs avec la France ou l’international. Ces derniers auraient également besoin que l’on mette en place des programmes d’informations pour les expatriés sur l’évolution des tendances économiques du Sénégal (emploi, chômage, croissance par secteur d’activité, nouveautés sur les fonds d’investissements, agences de références etc.) Au Sénégal : Le Sénégal fait souvent appel à des cabinets étrangers pour des missions d’expertise pour la plupart des projets à mettre en place, il serait opportun de diffuser des offres publics pour offrir un accès aux compétents sénégalais pouvant répondre à ces missions. Le Sénégal y gagnerait sur les coûts et disposerait ainsi d’un retour sur investissement puisqu’ayant contribué à la formation de ce dernier. Dans la même perspective, il serait intéressant d’ouvrir aux diplômés sénégalais en France, les possibilités d’emploi dans les secteurs de la santé et de l’éducation, secteurs qui bénéficient de beaucoup d’investissements dans le cadre des programmes d’appui au développement. N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 23
  • 25. novembre/2012 Concernant le domaine des infrastructures, de l’agriculture et de la pêche qui constituent un moteur essentiel à la croissance économique du Sénégal, notre pays dispose d’un certain nombre de jeunes ingénieurs dans ces secteurs prêts à retourner travailler au Sénégal mais un fossé réel existe entre les opportunités et l’accès à l’information. Le fait d’offrir la possibilité de faire valoir ces compétences dans ces secteurs d’activités confèrerait un sentiment du devoir accompli avant de proposer ses services dans le pays d’accueil.  Rôle de l’état sur le recensement de compétences sénégalaises Le marché de l’emploi doit être mieux encadré et structuré, l’offre d’emploi doit également être plus lisible et plus accessible. Cela nécessite des moyens et de l’accompagnement de la part de l’état, c’est une de ses compétences. Pour pallier au manque d’expertise (ou de compétences) dans certaines instances, l’Etat, peut ouvrir une agence rattachée ou sous sa tutelle et y embaucher des jeunes diplômés et des plus expérimentés.  Permettre aux expatriés de pouvoir participer aux concours d’accès à la Fonction Publique sénégalaise à partir de leur pays de résidence. La participation au concours d’accès à l’Ecole Nationale d’Administration du Sénégal n’est possible que sur place, à Dakar. Or, bien souvent, les délais entre la publication officielle annonçant l’ouverture des inscriptions pour le concours, et la tenue du concours lui-même sont très courts, et ne laissent pas suffisamment de temps au jeune expatrié afin qu’il s’organise pour venir passer le concours au Sénégal. D’après les retours que nous avons obtenus des étudiants, plusieurs d’entre eux souhaiteraient passer ce concours et ainsi intégrer le corps de la fonction publique sénégalaise mais ne peuvent le faire, du fait qu’ils n’aient pas la possibilité de pouvoir se déplacer (contraintes budgétaires, liées au temps etc.) Dès lors, il nous semble important que l’ENA autorise la tenue du concours dans les ambassades et consulats sénégalais à l’étranger, afin que les étudiants N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 24
  • 26. novembre/2012 expatriés, qui ont le droit de participer au concours au même titre que les étudiants vivant à Dakar puissent y concourir, s’ils le souhaitent. Cela permettrait non seulement d’attirer de nouveaux talents dans le corps de la Fonction Publique sénégalaise mais constituerait également un jalon supplémentaire pour faciliter le retour au Sénégal des étudiants expatriés.  Création d’un service dédié à la création d’entreprise au Sénégal dans les services de représentations diplomatiques Il est nécessaire de mettre à disposition des personnes qui veulent tenter l’entreprenariat toutes les infos, et rendre possible la création à partir d’ici (toutes les ambassades au sens large), un service dédié à la création d’entreprises sénégalaises (par extension d’emplois) au consulat. La mise en place tout d’abord d’une plateforme Web qui centralise les informations sur l’entreprenariat, les appels d’offres, les partenaires financiers potentiels, les rendez-vous des programmes de sensibilisation, etc. semble urgente.  Journées Portes Ouvertes pour l’entreprenariat au Sénégal. Pour la promotion de l’entreprenariat au Sénégal, organiser des journées portes ouvertes sur l’entreprenariat au Sénégal serait un tremplin pour les diplômés Sénégalais désirant entreprendre. Cette action pourrait être menée par les agences dédiées à la création de l’emploi en partenariat avec la FESSEF.  Faciliter les délais de remboursement sur le financement des projets Le différé de remboursement accordé semble insuffisant selon les critères fixés par la Direction d’Appui aux Investissements et aux Projets. A N+1, dans la plupart des cas les entrepreneurs commencent à peine à amortir le fonds investi dans la création de l’entreprise. Il serait important d’accorder un délai plus important à ces jeunes entrepreneurs, le temps qu’ils commencent à rentabiliser l’investissement. Il en est de même pour les financements des banques privées implantées au Sénégal et des agences françaises du Codéveloppement. N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 25
  • 27. novembre/2012  Accord de partenariat sur l’utilisation de quotas de compétences sénégalais par les multinationales ayant des filiales au Sénégal. Dans le cadre des négociations avec les bailleurs de fonds sur les investissements au Sénégal ou les Entreprises Françaises ayant des filiales au Sénégal, l’Etat pourrait proposer le recrutement de diplômés Sénégalais ayant l’expérience et les compétences requises pour répondre à leur besoin. Cela permettra de répondre positivement à la politique du retour et lutter ainsi au phénomène de fuite des cerveaux.  Accompagner les étudiants diplômés en recherche d’emploi dans leur procédure de changement de statut Suite aux nombreux problèmes liés au changement de statut évoqués plus en hauteur dans ce rapport, nous avons eu à constater que l’étudiant a tendance à cultiver en lui un certain détachement du monde du travail pour enfin sombrer vers un périple propice à l’échec total de son projet professionnel. Le travail demeure un droit humain pour toute personne ayant les aptitudes et les compétences nécessaires pour exercer un métier. C’est à cette occasion que nous interpellons les autorités Françaises et Sénégalaises à œuvrer pour mettre les étudiants étrangers dans les meilleures dispositions pour leurs démarches liées à leur insertion professionnelle, ce qui inclut obligatoirement de leur faciliter la procédure de changement de statut. Cela passe par : - La renégociation du délai de 6 mois pour trouver un employeur (délai plus long pour certains pays) - Un allègement de coûts liés au changement de statuts pour les employeurs pour les inciter à recruter les diplômés étrangers - La mise en place des dispositifs (budget pour le retour, prise en charge voyage, mise à disposition des opportunités de carrières etc), pour accompagner les diplômés désirant retourner à leur pays d’origine. - Une autorisation de la réorientation de l’étudiant dans les métiers porteurs après avoir éprouvé des difficultés à trouver un emploi dans son secteur. N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 26
  • 28. novembre/2012 - L’accès aux dispositifs mises en place pour l’emploi pour les français (contrats de professionnalisation, contrats aidés, etc.) afin d’augmenter les opportunités pour les étudiants étrangers dans le cadre de l’insertion professionnelle. B. Propositions et recommandations et actions de la FESSEF La FESSEF entend désormais organiser un forum de l’emploi chaque année afin de créer un cadre d’échanges entre étudiants et professionnels pour une meilleure connaissance du marché de l’emploi. En premier lieu, il s’agira d’identifier les contraintes, opportunités ainsi que les solutions adéquates à mettre en place en se rapprochant des personnes ou structures ressources pour arriver à des résultats concluants. Ensuite un accompagnement et un suivi en continu concernant les actions entreprises concernant la question de l’emploi seront mis en place.  Valorisation de la Banque de CV auprès des secteurs privé et public La FESSEF se propose de mettre en place une base de données des étudiants diplômés Sénégalais en France pour plusieurs raisons : o Identifier les besoins d’emploi par compétence et par Secteur o Mettre à disposition ces compétences aux recruteurs pour les entreprises partenaires et l’Etat du Sénégal o Etre un relais entre recruteur et chercheur d’emploi lors de son forum annuel avec une mutualisation des offres d’emploi disponibles o Proposer une alternative sur les démarches de recherche d’emploi avec un coaching sur les méthodes de recherche et une préparation face à une opportunité d’emploi o Créer une rubrique de recensement des étudiants (inscription) diplômés sur le site pour disposer d’une base de données pouvant permettre d’analyser les fluctuations des besoins d’emploi et l’évolution des besoins. La mise en place est prévue courant 2013. N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 27
  • 29. novembre/2012  Promouvoir la communication sur le recensement des CV et sur le suivi et la mise à jour de la base de données (CV Thèque). La FESSEF s’engage dans le cadre de ses objectifs sur l’insertion professionnelle, à travailler sur une valorisation des demandes d’emplois des diplômés Sénégalais, de garantir leur promotion auprès des structures ou entreprises ayant des besoins sur le marché. Ce travail sera piloté par la commission chargée de l’insertion professionnelle.  Démarcher les entreprises pour une mise à disposition des compétences et talents à disposition La mise à disposition d’une base de données de demandeurs d’emplois, la valorisation de leurs compétences auprès des recruteurs par la FESSEF permettrait à ces derniers d’être plus attractifs auprès des entreprises. Cette action se ferait grâce aux partenariats noués pour la promotion des étudiants diplômés auprès des entreprises privées et de la fonction publique.  Implication des organisations du patronat (MDES, CNP, CNES) et du Ministère de l’emploi sur la politique d’insertion de la FESSEF Il existe des structures qui regroupent l’ensemble des entreprises privées et celles qui travaillent pour une promotion de l’emploi au Sénégal. Il serait opportun de les impliquer dans la politique d’insertion de la FESSEF en nouant ou consolidant un partenariat pour les prochaines éditions du forum de l’emploi.  Mise en place d’une plateforme Web mutualisant les demandes d’emploi des étudiants sénégalais diplômés et les opportunités de carrières au Sénégal (Montage et financement de projets, accompagnement et démarches administratives, offre fonction publique, etc.) La FESSEF se propose de mettre en place une plateforme web avec une rubrique regroupant l’ensemble des informations recueillies auprès de ses partenaires sur l’emploi. Cela permettra de promouvoir les opportunités d’emploi et d’entreprenariat auprès des étudiants. Cette rubrique pourrait être lancée courant 2013 avec un suivi sur l’évolution des informations. N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 28
  • 30. novembre/2012  Inclusion des thématiques de l’insertion professionnelle dans les rencontres des associations étudiantes (conférence, débat, colloque etc.) Il sera proposé aux associations membres de la FESSEF une charte visant à promouvoir la thématique de l’insertion professionnelle dans leurs activités et diffuser les informations sur l’orientation et les opportunités de carrières au Sénégal.  Système de parrainage entre Salarié Sénégalais et Etudiant ayant la même vocation. Il serait bénéfique pour les jeunes étudiants que la FESSEF mette en place un système de parrainage permettant un suivi dans le choix de la spécialisation de l’étudiant et un accompagnement dans la recherche d’une première expérience professionnelle. Objectif à réaliser courant 2013.  Communiquer sur les contraintes sociales qui peuvent constituer un blocage sur le retour. Discuter des contraintes sociales pouvant constituer un frein au retour pour certains diplômés et proposer des solutions relatives aux réalités sociétales existantes.  Constituer une base d’ouvrages de références - Guide / Manuel sur l’emploi au Sénégal. Guide pour les porteurs de projets à destination du Sénégal. Guide pour le retour et la réinsertion socioprofessionnelle. Guide sur les formations adaptées aux besoins du marché de l’emploi N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 29
  • 31. novembre/2012 Annexe Ce document a été réalisé à partir des échanges effectués dans le cadre du Forum de l’emploi du 10 novembre 2012. Les informations et chiffres donnés sont issus des remontés de terrain de la part des associations adhérentes à la FESSEF ainsi qu’aux études et rapport publiés par certains organismes sénégalais et français (disponibles sur Internet) : Agence nationale de la statistique et de la démographie du Sénégal (ANSD) ; Organisation International du Travail (OIT), Observatoire Français de la vie étudiante (OVE) ; Office Français de l'Immigration et de l'Intégration (OFII). N° Siret : 130009186 00011- Code APE N° : 5813 Z – N° de récépissé : W 94 100 51 33 Journal officiel des associations n° 20090025 du 20/06/2009 annonce n° 2122 Courriel : fesef.france@gmail.com / Facebook : FESSEF France Site web: www.fessef.fr Tel: 06 25 42 33 63 / 06 69 56 05 37/06 48 26 83 86 30