Aux origines de la sociologie
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Aux origines de la sociologie

on

  • 141 views

 

Statistics

Views

Total Views
141
Views on SlideShare
141
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Aux origines de la sociologie Presentation Transcript

  • 1. 1 Université Sultan Moulay Slimane Faculté des Lettres et Sciences Humaines Béni Mellal Introduction à la Sociologie AUX ORIGINES DE LA SOCIOLOGIE L’EXEMPLE DE LA SOCIOLOGIE FRANCAISE AUX XIXe ET XXe SIECLES Réalisé par : Ottmane Oumani Youssef Najmi Encadré par : Mr.MOUHSINE IDALI
  • 2. –– IntroductionIntroduction -Définition de la sociologie-Définition de la sociologie --Les faits sociauxLes faits sociaux -M-Méthodeéthode De É. DurkheimDe É. Durkheim -Le S-Le Suicideuicide - Conclusion- Conclusion Plan
  • 3. 3 INTRODUCTION La tradition française: la naissance de la sociologie au 18e siècle,“ Siècle des Lumières ”, était celui de l’émergence d’idées basées sur une vision individualiste de l’être humain: la liberté et la démocratie. Mais au 19e siècle, suite à l’expérience de la Révolution française et à certaines conséquences néfastes de l’industrialisation, on assiste à la naissance d’une certaine nostalgie pour l’ordre traditionnel. Selon Nisbet (La tradition sociologique), la sociologie française fait partie du courant d’idées conservateur qui réagit contre les “ excès ” du libéralisme hérité du siècle précédent. La génération de Durkheim a connu la défaite de 1870 face à l’Allemagne, et se sent animée par un esprit profondément patriotique: elle souhaite participer, dans le cadre de la IIIe République, à la consolidation d’un Etat basé sur une morale laïque. C’est au travers du système d’enseignement que doivent être inculquées les valeurs morales permettant de former de bons citoyens.
  • 4. Emile Durkheim 4 • En développant une science des faits sociaux, Émile Durkheim invente une nouvelle discipline, la sociologie, dont l’un des objectifs affirmés est de réformer la vie sociale
  • 5. 5 Définition de la sociologie RaymondAron parlait de la difficulté de définir la sociologie C'est l'étude des hommes vivants en société, leurs normes, valeurs, comportement, institutions qui composent cette société la caractérise dans un espace et un temps donné. La sociologie est née dans un contexte historique et idéologique particulier : la seconde moitié du 19è siècle. changements fondamentaux en France, des hommes s'intéressent aux transformations de la société Révolution industrielle, exode rurale, urbanisation, nouveaux faits économiques, bouleversement de l'ordre social.
  • 6. 6 La société change et se pose des questions sociales. Des auteurs s'intéressent aux nouveaux problèmes de la société ( comme le manque de place dans les villes et l'augmentation de la pauvreté ) La naissance de la sociologie est indissociable de ce contexte historique.
  • 7. Les faits sociaux 7 • « Il faut traiter les faits sociaux comme des choses » : il n’est pas si arbitraire, finalement, de retenir de l’œuvre d’Émile Durkheim ce précepte choc, tiré de son livre- manifeste Les Règles de la méthode sociologique (1895). Il dit bien en effet le coup de force qu’il réalise en imposant dans le monde intellectuel l’idée que nous devons être face à la société comme le physicien observant un phénomène inconnu.
  • 8. Les faits sociaux 8 • Nous croyons connaître le monde social, mais nous ne savons rien du fonctionnement réel des institutions, des origines du droit et de ce qui fait tenir les individus ensemble. • L’ambition de É. Durkheim aura été de convaincre que les faits sociaux existent, qu’ils consistent en « manières d’agir,de penser et de sentir » qui s’imposent à l’individu, et qui ne sont réductibles ni à des faits de nature ni à une collection de faits individuels. • Ces faits relèvent d’une discipline nouvelle, la sociologie, qui doit enquêter et non se limiter à spéculer, et chercher à expliquer les faits sociaux par d’autres faits sociaux.
  • 9. 9 Les faits sociaux La société forme une entité qui dépasse et englobe l’individu. Le fait d’arriver à l’heure ne résulte pas d’un choix personnel mais de l’acquisition d’une éducation, intégration des normes. Selon Durkheim : il faut expliquer le social par le social ; Les faits sociaux sont radicalement distincts des faits individuels qui les constituent. L’association des individus engendre une réalité nouvelle dans la nature de cette réalité qu’il faut trouver la cause des faits.
  • 10. Méthode De É. Durkheim 10 Armé de ces intentions, É. Durkheim n’hésite pas à se faire remarquer en choisissant des sujets à l’occasion provocants. En 1897, il publie Le Suicide  : cet acte que tout le monde croit personnel, É. Durkheim montre qu’il varie en fonction de l’intégration de l’individu dans la vie sociale, de la religion, des saisons…
  • 11. Suicide 11
  • 12. Le Suicide 12  1897 émile durkheim  L'indice d'une misère morale. Durkheim établit alors une typologie des formes de suicide ; il distingue le suicide« altruiste », « égoïste » et « anomique ». Le premier est en perte de vitesse car il concerne des individus trop intégrés et qui ne supportent pas de faillir aux règles de leur groupe : les militaires de carrière, par exemple, se suicident plus que les civils. Les deux autres, en revanche, sont symptomatiques des transformations sociales de l'époque.Ainsi, le suicide égoïste (que l'on appellerait plutôt aujourd'hui « individualiste ») provient, lui, directement d'un défaut d'intégration, d'une perte de repères, d'un isolement (veufs, célibataires). Et si les protestants se suicident plus que les catholiques, c'est que leur religion laisse davantage l'individu face à lui- même. Le suicide anomique (anomie = absence de normes), quant à lui, met en évidence certains dérèglements des sociétés modernes qui conduisent les individus à trop espérer et à ne plus être capables de contenir leurs désirs (comme par exemple certains industriels qui se sont enrichis trop vite...)
  • 13. Le Suicide 13  altruiste et égoïste (régulation social) : plus intégré le suicide altruiste  par l’acceptation des normes, des coutumes, vieillard esseulé (isolé)  suicide égoïste.  Suicide de type égoïste : lien entre intégration des  individus et propension au suicide, il analyse le rapport entre le taux de  suicide et trois institutions, la religion, la famille, la communauté  politique (l’adversité subi en commun rapproche les gens…  Anomique et fataliste (intégration social) : les normes sont affaiblis à  leur contenu, imprécise, contradictoires, mal adaptés aux situations –  anomique : dépression et croissance. Le suicide fataliste : découle des  normes excessivement envahissantes, excès des normes, d’une  règlementation trop poussé. C’est le suicide de prisonnier, du désespoir  absolu.
  • 14. 14 Conclusion Durkheim arrive alors à la conclusion que « le suicide varie en fonction inverse du degré d'intégration des groupes sociaux dont fait partie l'individu », et que l'augmentation du suicide constatée tout au long du XIXe (19eme) siècle est « l'indice d'une misère morale » due à l'affaiblissement des anciens cadres de sociabilité. Resté dans l'ombre jusqu'aux années 60, Le Suicide est devenu depuis une référence en sociologie, comme exemple magistral d'application des règles de la méthode sociologique, que Durkheim avait définies dans un ouvrage précédent.A tel point d'ailleurs que d'autres études, comme celle du sociologue Maurice Halbwachs (Les Causes du suicide, 1930) qui remettait en question certains résultats de Durkheim, en furent totalement estompées.
  • 15. 15