Analyse financiere
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Analyse financiere

on

  • 8,795 views

cours analyse financiere

cours analyse financiere

Statistics

Views

Total Views
8,795
Views on SlideShare
8,583
Embed Views
212

Actions

Likes
15
Downloads
993
Comments
1

7 Embeds 212

http://net-cours.blogspot.com 182
http://net-cours.blogspot.fr 21
http://www.net-cours.blogspot.fr 3
http://talib.3owl.com 3
http://net-cours.blogspot.com.es 1
http://net-cours.blogspot.ie 1
https://m.facebook.com&_=1403137965456 HTTP 1
More...

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft Word

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
  • je veut telecharger les cours les exercices d'analyse financier s'iil te plait
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Analyse financiere Document Transcript

  • 1. PARTIE II APROCHE THEORIQUE LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DEL’ANALYSE FINANCIERE CHAPITRE I : I-1 - Le cycle financier I-2 - Le cycle d’exploitation I-3 – Le cycle d’investissement CHAPITRE II : Les objectifs et démarche de l’analyse et du diagnostic financiers II-1- Les objectifs de l’analyse et du diagnostic financiers II-2- la démarche de l’analyse et du diagnostic financiers II-2-1- Le diagnostic d’ensemble de l’entreprise II-2-2- Les points clés de l’analyse et du diagnostic financiers LES OUTILS DE L’ANALYSE FINANCIERE : CHAPITRE III : L’étude du bilan : I- le bilan comptable fonctionnel II- le passage du bilan fonctionnel au bilan financier ou bilan condensé : l’étude des principaux retraitements et reclassements à effectuer CHAPITRE IV : L’étude du compte de produits et charges I- Le compte de produits et charges II- L’état des soldes de gestion (E.S.G) III-Les concepts de capacité d’autofinancement (C.A.F) et d’autofinancement (A.F) LA MISE EN ŒUVRE DE L’ANALYSE FINANCIERE CHAPITREV : L’analyse financière statique : la méthode des ratios *Les ratios de structure *Les ratios de l’endettement *Les ratios de gestion *Les ratios de rentabilité CHAPITRE VI : L’analyse financière dynamique : le tableau de financement
  • 2. LES CONCEEPTS FONDAMENTAUX DE L’ANALYSE FINANCIERE CHAPITRE I : Nous allons maintenant voir un peu plus en détail les concepts de l'analyse financière. I-1- Le cycle financier Le principe est le suivant :  Les actifs acycliques nécessitent une transformation. L'entreprise va donc acheter des inputs qu’elle va transformer pour les revendre. Il s'agit d'une entreprise de type industrielle. Les actifs cycliques sont revendus en l'état : l'entreprise revend directement les inputs qu'elle achète. Il s'agit des entreprises commerciales. Cette notion de cycle est lié au bilan. La première approche du bilan est plutôt patrimoniale Immobilisations Actif circulant Rappel : - Le passif représente l'engagement de l'entreprise envers les autres. - Le passif est classé selon le critère d'exigibilité, - Et l'actif répond à un critère de liquidité croissante. Ressources financières Actifs : -cycliques -acycliques Ressources financières Capitaux propres Dettes à MT et LT Dettes à CT
  • 3. On utilise maintenant le critère unique de mobilité (PCG de 1982) On peut mettre en évidence deux types de cycles financiers : - Le cycle court ou cycle d’exploitation de l’entreprise - Le cycle long ou cycle des immobilisations. I-2- Le cycle d’exploitation : achat – production – vente Le début du cycle est l’achat. Débute alors une période de stockage plus ou moins long. - Si l’on paie comptant alors il y a répercussion immédiate sur les ressources financières. - Si l’on paie par crédit, la répercussion a alors lieu au niveau des dettes d’exploitation. Ensuite les opérations de production prennent le relais. Les coûts de production entraînent d’autres dettes (énergie, salaire …). La vente des stocks de produits finis permet à l’entreprise d’obtenir des créances d’exploitation. Par ailleurs, il y a un cycle par produit qui se renouvelle sans cesse. Ce cycle court est sujet à de nombreux aléas. Qu’une pénurie intervienne et il faut changer sa politique d’approvisionnement ce qui provoque des stocks supplémentaires. Qu’une crise intervienne et Actifs acycliques Actifs cycliques Ressources acycliques Ressources cycliques
  • 4. les stocks de produits finis gonflent. Des décalages peuvent apparaître qui sont d’ordre physique (durée de stockage) ou d’ordre financier (durée de crédit). Enfin les ressources financières augmentent avec le déroulement du cycle : le bénéfice et les dotations aux amortissements créent la capacité d’autofinancement (CAF). I-3- Le cycle d’investissement Ce cycle est lui caractérisé par une grande stabilité. Il n’intervient que si l’entreprise réalise un investissement. Les hausses de capital résultent d’introduction en bourse ou d’augmentation de capital. Les baisses de capital résultent du versement de dividendes. Remarque : La CAF joue un rôle central car on la retrouve dans les deux cycles : elle permet d’augmenter les ressources pour les investissements. CHAPITRE II Les objectifs et la démarche de l’analyse du diagnostic financiers II-1-Les objectifs de l’analyse et du diagnostic financiers L'information comptable émise par une entreprise doit pouvoir être correctement comprise par l'utilisateur de cette information. Pour montrer l'enjeu de l'information comptable, nous allons en rappeler les principaux utilisateurs : - les banquiers et autres prêteurs et notamment les fournisseurs ; - les clients, qui dans certaines circonstances n'acceptent de travailler avec une
  • 5. entreprise que lorsque ses états financiers les assurent de sa pérennité ; - le personnel qui joue dans certains pays un rôle sur le plan économique et qui ne peut le faire que lorsqu'il dispose d'une information financière fiable ; - les services des impôts, car dans plusieurs pays, l'impôt sur le revenu des entreprises est calculé à partir du résultat déterminé par la comptabilité ; - les actionnaires qui individuellement ou par l'intermédiaire du marché boursier doivent prendre des décisions d'investissement ou de désinvestissement. L'entreprise est un vecteur de création de valeurs à l'attention de l'ensemble des investisseurs, des actionnaires et des créanciers. L’entreprise se situe donc dans une dynamique externe (c’est la vie des affaires) où des influences s’exercent. L’analyse financière doit en tenir compte. Celle-ci est l’étude de l’activité, de la rentabilité et de la structure financière de l’entreprise pour nous permettre d’apprécier et d’émettre un jugement sur cette firme. Pour cela nous aurons trois objectifs : S'assurer que l'entreprise crée de la valeur, Comprendre le processus de formation de la valeur pour identifier les causes d'inefficacité, Et proposer des moyens d'action pour résoudre les problèmes. Il n'y a en effet création de valeur que si les flux d'exploitation sont amènes de satisfaire les exigences des apporteurs de capitaux. Cette analyse est effectuée à partir du compte de résultat, du bilan et du rapport de gestion qui sont établis par les dirigeants de l’entreprise. Nous les utiliserons pour établir : Le bilan fonctionne l, Le tableau des Soldes Intermédiaires de Gestion, Des ratios, Et le tableau de financement. L’analyse financière permet : - De dégager des résultats, des indicateurs, des ratios et de les apprécier ; - De donner des informations sur l’évolution de l’activité, sur l’évolution de la structure financière et enfin sur les performances réalisées ; - D’interpréter ces informations à l’aide du diagnostic financier ; - D’effectuer des comparaisons entre le passé, le présent et le futur de l’entreprise, ainsi qu’avec d’autres entreprises du même secteur d’activité. Il existe plusieurs méthodologies pour construire un bilan : On peut adopter une approche patrimoniale, c'est-à-dire essayer de dégager le risque de faillite (approche liquidité), Ou adopter une approche fonctionnelle, qui est l'étude des différents cycles qui se déroulent au sein de l'entreprise. Il y aura donc trois dimensions centrales : La notion de risque d'exploitation La notion de risque financier La notion de risque de faillite. II-2-Ladémarche de l’analyse et du diagnostic financiers :
  • 6. L’analyse financière historique permet de comprendre l’évolution passée de l’entreprise ; à travers l’étude des ratios (analyse statique) et des flux financiers (analyse dynamique) ;et déclarer certaines décisions financières. Aussi l’analyse et diagnostic financiers sont indissociables du diagnostic d’ensemble de l’entreprise. Nous examinerons donc successivement les éléments essentiels du diagnostic d’ensemble de l’entreprise et les points clés de toute démarche d’analyse et de diagnostic financiers. II-2-1-lediagnostic d’ensemble de l’entreprise Les approches modernes du diagnostic d’ensemble tendent à considérer l’entreprise comme un système complexe ouvert sur son environnement. Le niveau actuel des performances de l’entreprise s’explique par l’interaction entre des différents paramètres qui facilitent également l’analyse des évolutions probables. II-2-2- Les points clés de l’analyse et du diagnostic financiers L’analyse et le diagnostic financiers seront centrés ; soit sur l’étude de l’équilibre financier et de la solvabilité de l’entreprise sur la base de son bilan (analyse statique) et de son tableau de financement (analyse dynamique) ; soit sur l’analyse des performances ; eu égard aux flux d’activités ou aux moyens mise en œuvre par l’entreprise. LES OUTILS DE L’ANALYSE FINANCIERE CHAPITRE III : L’étude du bilan : I- Le bilan comptable fonctionnel Alors que l’analyse en termes de liquidité et d’exigibilité (Bilan Fonctionnel) voit dans le Bilan un état du patrimoine de l’entreprise, l’analyse fonctionnelle, qui a été développée par Meubriet de Barolet & Boulmer dans les années 70, considère le Bilan comme un état à un moment donné, côté passif des ressources à sa disposition, et côté actif, des différents emplois donnés à ces ressources, et cela indépendamment de la qualification juridique des emplois et des ressources. Pour ce qui est des emplois, l’entreprise doit faire face à deux catégories d’emplois : les emplois liés à des opérations d’investissement et les emplois liés à des opérations courantes. Le besoin de financement lié à des opérations d’investissement est mesuré par le montant brut des immobilisations. Le besoin de financement lié aux opérations courantes est mesuré par le montant brut des stocks et créances, déduction faite du montant des dettes courantes. Ce besoin est encore appelé besoin en fonds de roulement. On distingue le besoin en fonds de roulement d’exploitation (BFRE) et le besoin en fonds de roulement hors exploitation (BFRHE). Un besoin permanent de financement doit être financé par des ressources dites stables. Les ressources stables sont des ressources qui, quand l’entreprise a pu en disposer, étaient à moyen ou long terme. Elles comprennent les capitaux propres, mais aussi les amortissements et provisions de l’actif, les provisions pour risques et charges et enfin les emprunts et dettes auprès des établissements de crédits, quelles que soient leurs échéances, et à l’exclusion des concours bancaires courants et soldes créditeurs de banque. II- Les principaux reclassements : *pour l’actif :
  • 7.  Le stock outil : Correspond au stock minimum nécessaire ;retrancher son montant de l'actif circulant et le rajouter à l'actif immobilisé.  Les actifs à plus ou moins un an : Il s'agit de reclasser les éléments de l'actif en fonction de leur échéance  Les titres et valeurs de placement et les effets escomptables : Si ces titres sont aisément négociables, il convient de les assimiler à la trésorerie actif ; au même titre que les effets bancables ou escomptables.  Les immobilisations en non valeur : Il s'agit d'un actif fictif, il convient d'éliminer le montant correspondant de l'actif et des capitaux propres.  Les charges constatées d'avance : ils peuvent être éliminées de l'actif du bilan ainsi que des capitaux propres pour garder l'équilibre. Les plus values et les moins valus latentes : Les biens de l'entreprise sont pris dans le bilan financier pour leur valeur réelle et non comptable ; ainsi les plus values ou les moins values constatées devraient être respectivement ajoutées ou retranchées des capitaux propres. *pour le passif : • La répartition du résultat : Les dividendes à payer doivent être éliminés des capitaux propres pour être intégrés parmi le passif circulant hors trésorerie. •Les comptes courants d'associés : ils peuvent être généralement considérés comme des financements stables. •Dettes de financement : La partie des dettes de financement devenue à court terme doit être transférée au passif circulant . •Dettes fiscales différés ou latente : tel est le cas des provision pour risques et charges non justifiées. La dette fiscale doit être calculée au taux d'imposition de l'entreprise et elle sera assimiler, suivant son échéance à plus ou moins d'un an, dette de financement, soit au passif circulant Les engagements du crédit-bail : Au niveau de l'analyse financière, les immobilisants utilisées par l'entreprises et financées par crédit-bail sont ajoutées à la valeur brute des immobilisations pour une valeur égale à la valeur d'origine du bien à la date du contrat, la part d'annuité correspondant à la dotation aux amortissements est intégrée aux amortissements des immobilisations. Il y a également possibilité de prendre en considération ces engagements de crédit-bail parmi les immobilisations pour la valeur d'origine du bien à la date du contrat, la partie payée fera partie des capitaux propres, quant à la partie qui reste à payer, il convient de la prendre en compte parmi les dettes de financement.
  • 8. Bilan financier condensé Actif à long terme Capitaux propres financiers Dettes à long terme Actif à court terme Stocks Valeurs réalisables Dettes à court terme Valeurs disponibles CHAPITRE V : L’étude du compte de produits et charges I-le compte de produits et charges : N° Produits et charges MONTANTS Produits d’exploitation Ventes de marchandises…………………………… _____________________________________________________ TOTAL(I) ______________________________________________________ Charges d’exploitation Achats revendus de marchandises……………………………… Autres charges externes…………………………………………. Impôts et taxes……………………………………………………. Charges de personnel……………………………………………. __________________________TOTAL(II_)__________________________ ___________ III Résultat d’exploitation I-II IV Produits financiers V Charges financières VI Résultat financier (Iv-v) VII Résultat courant III+VI VIII Produits non courants IX Charges non courantes X Résultat non courant VIII-IX XI Résultat avant impôts VII+X XII Impôt sur le résultat ----- XIII Résultat net d’impôts XI- XIII * Achat revendu des marchandises = Achat de la période + Stock au début de la période
  • 9. -- Stock de fin de période II- L’état des soldes de gestion : A – La marge commerciale Marge commerciale = Ventes de marchandises – (Σ achats de marchandises + ∆ Stocks de marchandises) B – La production Production = Production vendue + Production stockée + Production immobilisée C – La valeur ajoutée Valeur ajoutée (si activité mixte) = Production + Marge commerciale – Consommations intermédiaires Valeur ajoutée (si activité normale) = Production – Consommations intermédiaires Consommations intermédiaires = Matières premières consommées + Achats et charges externes D – L’Excédent Brut d’Exploitation (E.B.E.) Excédent Brut D’Exploitation1 (E.B.E.) = Valeur ajoutée + Subventions d’exploitation – (Impôts et taxes + Charges de personnel) E – Le résultat d’exploitation Résultat d’exploitation = E.B.E. – D.A.P. – Autres charges + R.A.P. (transferts de charges) + Autres produits E – Le résultat d’exploitation Résultat d’exploitation = E.B.E. – D.A.P. – Autres charges + R.A.P. (transferts de charges) + Autres produits 1
  • 10. F – Le résultat financier Résultat financier = Produits financiers – Charges financières G – Le résultat courant avant impôts Résultat courant avant impôts = Résultat d’exploitation + Résultat financier H – Le résultat exceptionnel Résultat exceptionnel = Produits exceptionnels – Charges exceptionnelles I – Le résultat net comptable Résultat net comptable = Σ Produits - Σ Charges ⇔ Résultat net comptable = Résultat courant avant impôts + Résultat exceptionnel – (Impôt sur les bénéfices annuel) III-Les concepts de CAF et de AF LA CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT Modes de calcul : Excédent brute d'exploitation (ou insuffisance brute d'exploitation) + Transferts de charges (d'exploitation) + autres produits d'exploitation - autres charges d'exploitation ± quotes-parts de résultat sur opérations faites en commun + produits financiers sauf reprises sur provisions - charges financières sauf dotations aux amortissements et aux provisions financiers + produits exceptionnels sauf : produits des cessions d'immobilisations, quote-part des subventions virée au résultat de l'exercice, reprises sur provisions exceptionnelles - charges exceptionnelles sauf : valeur comptable des immobilisations cédées, dotations aux amortissements et aux provisions exceptionnels - participation des salariées aux fruits de l'expansion - impôts sur les bénéfices = capacité d'autofinancement de l'exercice -Distribution bénéfice (dividendes) =Autofinancement Sur un plan pratique, la CAF est le plus souvent calculée à partir du résultat net par une approche additive. Celle-ci n'est pas explicative de la
  • 11. formation de la capacité d'autofinancement ; elle est une modalité pratique de calcul. Résultat net + dotations aux amortissements et aux provisions : exploitation, financières et exceptionnelles - reprises sur amortissements et provisions : exploitation, financières et exceptionnelles + valeurs comptables des éléments d'actif - produits des cessions des éléments d'actif - subventions d'investissements virées au compte de résultat = capacité d'autofinancement de l'exercice -Distribution bénéfice (dividendes) =Autofinancement La CAF est un solde résiduel des flux générés par l'ensemble des opérations de gestion (d'exploitation, financière) et de certaines opérations exceptionnelles. N'en est déduit aucun élément comptable calculé (amortissements et provisions), y compris les provisions correspondant à un risque réel que l'entreprise devra supporter dans un avenir proche ou immédiat (exemple : provision pour dépréciation de l'actif circulant). Elle est un flux potentiel puisqu'elle est calculée indépendamment des délais de paiement propres à chaque opération ayant généré cette capacité. Elle est déterminée après impôt. Elle est donc influencée par la politique d'amortissements et de provisions et par la fiscalité (sur les plus-values). LA MISE EN ŒUVRE DE L’ANALYSE FINANCIERE CHAPITRE V : L’analyse financière statique : la méthode des ratios A – Les ratios de structure Ils font appel à des éléments du Bilan Financier :  Ratio de liquidité générale = Actifs < 1 an / Dettes < 1 an Si r > 1, alors le fonds de roulement est positif et réciproquement.  Ratio de liquidité réduite = (Actifs < 1 an – Stocks) / Dettes < 1 an Si r > 1, avec les seules créances et disponibilités, il serait possible de faire face aux dettes à court terme..  Ratio de liquidité immédiate = Disponibilités / Dettes < 1 an Si r > 1, il y a mauvais emploi des disponibilités.
  • 12. B – Les ratios de l’endettement  Dettes > 1 an / Capitaux Propres Ce ratio doit obligatoirement être inférieur ou égal à 1.  Dettes > 1 an / Passif du Bilan Financier Ce ratio donne une idée de l’importance de l’endettement bancaire dans la structure du passif.  Total Dettes / Total Passif Ce ratio donne une idée générale de l’endettement total de l’entreprise. C – Les ratios de gestion Ils ont pour but de vérifier l’efficacité de la gestion d’une entreprise.  Les ratios de stockage permettent d’avoir une idée de la durée moyenne des stocks. Durée moyenne stock de marchandises = (Stock moyen de marchandises / Coût d’achat des marchandises vendues) × 360 Durée moyenne stock de produits finis = (Stock moyen de produits finis / Coût de revient des produits finis) × 360 Stock moyen = (Stock initial + Stock Final) / 2  Ratio de la durée moyenne du crédit client = (Clients et Comptes rattachés / Ventes T.T.C.) × 360.  Ratio de la durée moyenne du crédit fournisseur = (Fournisseurs et Créances rattachées / Achats T.T.C.) × 360. D – Les ratios de rentabilité  Ratio de valeur ajoutée = [Valeur ajoutée / (Production + Ventes de marchandises)] × 100. C’est la proportion de la valeur ajoutée réalisée par l’entreprise à l’occasion de son activité industrielle.  Ratio de rentabilité d’exploitation = (E.B.E. / C.A. hors taxes) × 100. Il mesure la productivité de l’entreprise et permet d’en suivre l’évolution avant l’incidence de la politique d’amortissement et de la structure de financement. Privilégié pour les comparaisons interentreprises et même intersectorielles.  Ratio de rentabilité financière = (Résultat net / Capitaux propres) × 100.
  • 13. L’analyse financière dynamique :le tableau de financement I- L’intérêt du tableau de financement : On va s’intéresser à une analyse dynamique du risque de faillite de l’entreprise. Elle permettra d’examiner, d’analyser la situation de la trésorerie de l’entreprise au cours de plusieurs exercices. Ceci est possible par confrontation de bilans successifs et surtout par l’évolution des BFR et des fonds de roulement. Dans ce cadre, il est fait appel à des tableaux de financement, encore appelés tableaux de flux2 . 1- Synthèse des masses du bilan Masses Exercice (1) Exercice précèdent (2) Emplois (3) Ressources (4) + - Financement permanent (1) Actif immobilisé (2) = Fonds de roulement fonctionnel (3) = (1) – (2) + - Actif circulant hors trésorerie (4) Passif circulant (5) = Besoin de financement global (6) = (4) – (5) + - Trésorerie actif (7) Trésorerie passif (8) = Trésorerie nette (9) = (7) – (8) = (3) - (6) Exercice Exercice précédent Emplois Ressources Emplois Ressources I RESSOURCES STABLES DE L'EXERCICE (FLUX) AUTOFINANCEMENT (A) Capacité d'autofinancement - Distribution de bénéfices CESSIONS ET REDUCTIONS D'IMMOBILISATIONS (B) Cessions d'immobilisation incorporelles Cessions d'immobilisation corporelles Cessions d'immobilisations financières Récupérations sur créances immobilisées AUGMENTATION DES CAPITAUX PROPRES ET ASSIMILES (C) Augmentation de capital, apports Subvention d'investissement AUGMENTATION DES DETTES DE FINANCEMENT(D) 2
  • 14. (Nettes de primes de remboursement) Total I : Ressources stables (A+B+C+D) II – EMPLOIS STABLES DE L'EXERCICE (FLUX) ACQUISITIONS ET AUGMENTATIONS D'IMMOBILISATIONS (E) Acquisitions d'immobilisations incorporelles Acquisitions d'immobilisation corporelles Acquisitions d'immobilisation financières Augmentation des créances immobilisées RMBOURSEMENT DES CAPITAUX PROPRES (F) REMBOURSEMENT DES DETTES DE FINANCEMENTS (G) EMPLOIS EN NON-VALEURS (H) Total II : Emplois stables (E+F+G+H) III – VARIATION DU BESOIN DE FINANCEMENT GLOBAL (B.F.G) IV – VARIATION DE LA TRESORERIE NETTE Total général APPROCHE PRATIQUE : CHAPITRE I A- Le tableau des retraitements : Eléments AI AC TA FP PC TP STOCKS VR KP DLMT Totaux 157287372.23 131391658.6 170650157.6 18986814.26 87546720.11 181047876.1 200976483.93 8744922.64 E.C.P.D * _ _ _ +108803.09 -108803.09 _ _ E.C.P.C * _ _ _ _ +49040.59 _ -49040.59 _ Emprunts _ _ _ _ _ -139212724.82 +139212724.82 _ Effets à recevoir _ -76322306 +76322306 _ Crédit bail +220888142.01 +96229954.85 +124658187.2 E.C.A * -67753.16 -67753.16 Totaux 378107761.1 131391658.6 94327850.94 95309120.92 183866765.4 166384535.4 340140168.2 8744922.64 *Ecarts de conversion passif durables * « « « circulants * « « actif (immobilisé)
  • 15. B-le bilan financier : Eléments 2006 % Eléments 2006 % AI 378107761.1 54.08 KP 183866765.4 26.29 Stocks 131391658.6 18.80 DLMT 166384535.4 23.78 V. réalisables 94327850.94 13.49 PC 340140168.2 48.65 TA 95309120.92 13.63 TP 8744922.64 1.25 Total 699136391.6 100% Total 699136391.6 100% *FDRF=-27856460.2 *BFDR=-114420658.7 *TN=86564198.5 C- L’état des soldes de gestion A-le tableau de formation des résultats(TFR) Signes Mode de calcul Exercice Exercice Perec 1 2 + - Vente de marchandises en l'état Achat revendus de marchandises I = MARGE BRUTE SUR VENTES EN L'ETAT (1-2) 3 4 5 + + ou - + Ventes de biens et services produits Variation de stocks de produits Immobilisation produites par l'entreprises pour elle-même 1407856699.23 -7349411.84 1260691813.59 -14868479.07 II = PRODUCTION DE L'EXERCICE (3 + 4 + 5) 1400507287.39 1245823334.52 6 7 + + Achats consommés de matières et fournitures Autres charges externes 1127123601.57 138478140.80 1001889656.23 117544907.49 III = CONSOMMATION DE L'EXERCICE (6 + 7) 1265601742.37 119434563.72 I II III + + - Marge brute sur ventes en l'état Production de l'exercice Consommation de l'exercice IV = VALEUR AJOUTEE (I + II – III) 134905545.02 126388770.80 8 9 10 + - - Subvention d'exploitation Impôt et taxes Charges de personnel 1831216.02 103010040.15 3387580.06 86548580.03 V = = EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION (E.B.E) ou INSUFFISANCE BRUTE D'EXPLOITATION (I.B.E) 30064288.85 36002610.71 V 11 12 13 14 + - + - Autres produits d'exploitation Autres charges d'exploitation Reprises d'exploitation, transferts de charges Dotations d'exploitation 624189.46 17946324.91 619442.18 20120325.79
  • 16. VI = RESULTATS D'EXPLOITATION (V+11-12+13-14) 12742153.40 16501727.10 15 16 + - Produits financiers Charges financières VII = RESULTAT FINANCIER (15 – 16) -3911110.61 -2036602.05 17 18 ± ± Résultat d'exploitation Résultat financier -3911110.60 -2036602.05 VIII = RESULTAT COURANT (17 – 18) 8831042.79 14465125.05 19 20 + - Produits non courants Charges non courantes IX = RESULTAT NON COURANT (19 – 20) -71765.60 -11517928.07 21 22 23 ± ± - Résultat courant Résultat non courant Impôt sur les résultats -71765.60 6955206.55 -11517928.07 X = RESULTAS NET DE L'EXERCICE (21 ± 22 ± 23) (Résultat après impôt) 1804070.64 2947196.98 D- Capacité d’autofinancement – Autofinancement Signe Mode de calcul + + + + - - - - + Résultat net de l'exercice Dotations d'exploitation (1) Dotations financières (1) Dotations non courantes(1) Reprises d'exploitation(2) Reprises financières(2) Reprises non courantes(2) (3) Produits des cessions d'immobilisations Valeurs nettes d'amortissement des immobilisations cédées 1804070.64 17946324.91 888083.38 68713.51 126400.00 Capacité d'autofinancement (C.A.F) 20443365.42 - Distribution de bénéfices (Bénéfices mis en distribution) Autofinancement (A.F) 20443365.42 1) A l’exclusion des dotations relatives aux actifs et passifs circulations et à la trésorerie : Il s’agit donc des dotations aux amortissements et des dotations aux provisions sur actif immobilisé, des dotations aux provisions durables et aux provisions réglementées . 2) A l’exclusion des reprises relatives aux actifs et passifs circulants et à la trésorerie. 3) Y compris reprises sur subvention d’investissement. E-Le tableau de financement I- synthèse des masses
  • 17. II- Ressources et emplois : Exercice Emplois Ressources I RESSOURCES STABLES DE L'EXERCICE (FLUX) AUTOFINANCEMENT (A) Capacité d'autofinancement - Distribution de bénéfices 20443365.42 20443365.42 CESSIONS ET REDUCTIONS D'IMMOBILISATIONS (B) Cessions d'immobilisation incorporelles Cessions d'immobilisation corporelles Cessions d'immobilisations financières Récupérations sur créances immobilisées AUGMENTATION DES CAPITAUX PROPRES ET ASSIMILES (C) Augmentation de capital, apports Subvention d'investissement 150000 AUGMENTATION DES DETTES DE FINANCEMENT(D) (Nettes de primes de remboursement) 152888230 Total I : Ressources stables (A+B+C+D) 173481595.4 II – EMPLOIS STABLES DE L'EXERCICE (FLUX) ACQUISITIONS ET AUGMENTATIONS D'IMMOBILISATIONS (E) Acquisitions d'immobilisations incorporelles Acquisitions d'immobilisation corporelles Acquisitions d'immobilisation financières Augmentation des créances immobilisées 28390796.13 3364250 33000 Masses Exercice précèdent (2) Exercice (1) Emplois (3) Ressources (4) + - Financement permanent (1) Actif immobilisé (2) 237848560.80 128527161.49 268594596.18 157287372.23 28760210.8 30746035.3 = Fonds de roulement fonctionnel (3) = (1) – (2) 109321339.4 111307223.9 1985884.5 + - Actif circulant hors trésorerie (4) Passif circulant (5) 268214939.92 193723008.37 302041816.29 200976483.96 33826876.3 7253475.6 = Besoin de financement global (6) = (4) – (5) 74491931.6 101065332.96 26573400.7 + - Trésorerie actif (7) Trésorerie passif (8) = Trésorerie nette (9) = (7) – (8) = (3) - (6) 34829467.77 10241891.62 24587576.15
  • 18. RMBOURSEMENT DES CAPITAUX PROPRES (F) 495000 REMBOURSEMENT DES DETTES DE FINANCEMENTS (G) 139212724.82 EMPLOIS EN NON-VALEURS (H) Total II : Emplois stables (E+F+G+H) 171495770.9 III – VARIATION DU BESOIN DE FINANCEMENT GLOBAL (B.F.G) 26573400.7 IV – VARIATION DE LA TRESORERIE NETTE 24587576.15 Total général 198069171.6 198069171.6 CHAPITRE II LES RATIOS *Ratios de structure financière : Ratios 2004/2005 2005/2006 R1 :Ratio d’endettement total Capitaux propres/T.passif 20.03% 26.29% R2 :Endettement à terme Captaux pr/financeent perma 36.84% 52.49% *Ratios de liquidité : Ratios 2004/2005 2005/2006 R3 : Liquidité générale AC/dettes à – d’un an 72.72% 64.69 R4 : Liquidité réduite AC-stocks/dettes à- d’un an 61.63% 57.03% *Ratios de gestion : Ratios 2004/2005 2005/2006 R5 :délai d’écoulement des stocks de mat .1ères 46j 38.9j R6:délai d’écoulement des stocks de produits finis 7.4j 7.56j R7 : délai moyen de 21j 29.13j
  • 19. recouvrement des créances R8 : délai moyen de règlement des dettes fournisseurs 50.21j 51.77j *Ratios de rentabilité : Ratios 2004/2005 2005/2006 R9 :Rentabilité d’exploitation E.B.E/C.A.H.T 2.85% 2.13% R10 :Rent. Financière Résultat net/capitaux propres 3.36% 2.06% R11 : Rent. Economique E.B.E/(Immobilisation+B.F.R) 17.73% 11.63% Commentaire *cette situation est déséquilibrée car les ressources de financement couvrent la trésorerie nette de l’entreprise et une partie de l’actif immobilisé (FDR<0). Autrement dit ; les capitaux permanents ne parviennent pas couvrir intègralement l’actif immobilisé. *structure financière : Les ratios calculés signalent une perte d’autonomie(R1) due à la fois à l’accroissement sensible des dettes du passif circulant en (2005/2006) et à réduction du montant du résultat net. L’endettement à terme (R2) devient faible au fur et à mesure en (200/2006) puisque les capitaux propres ne représentent que presque 52.49% du total du financement permanent . *Liquidité : La liquidité générale (R3<1) traduise l’absence du FDR net . La liquidité réduite (r4) confirme l’incapacité de l’entreprise à faire face au rembourcements de ses dettes à court terme *le délai d’ écoulement des stocks est très faibles entre (38j et46j) pour les matières premières et 7j pour les produits finis . La durée du crédit clients R7) accuse une augmentation faible (21j à29j) entre (2004/2005)et(2005/2006) . Aussi la durée des crédits fournisseurs restent presque stable avec une augmentation de 1j. *rentabilité L’analyse de l’EBE (R9) traduit une situation de mantien de la rentabilité de l’entreprise en (2004/2005)et(2005/2006). La rentabilité économique (R11) connaît également une diminution défavorable en (2005/2006) par rapport à (2004/2005) qui due à l’augmentation de l’actif immobilisé et diminution de l’EBE ce qui revient à l’augmentation des charges de personnels en(2005/2006).
  • 20. La rentabilité financière est dimine de (3.36%à2.06%) ce qui revient à la dégradation des indicateurs de performances en amont (résultat d’exploitation en 2005/2006 par la suite l’augmentation des charges d’exploitation en 2005/2006).