La Révolution française

  • 7,373 views
Uploaded on

 

More in: Travel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
7,373
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
4

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. La Révolution française
  • 2. Quelques causes
  • 3. Arthur Young
  • 4. Impôts directs Impôts indirects Loterie Divers Dépenses militaires et diplomatiques Cour Travaux publics Autres dépenses civiles Service de la dette
  • 5.  
  • 6. Le Roi était endetté Le Roi veut augmenter les impôts Le Roi doit demander l’accord des Parlements Les Parlements refusent la demande du Roi Le Roi veut emprisonner le Parlementaires Le peuple défend ses représentants Émeute populaire Le Roi envoie les dragons Le peuple est mécontent du roi
  • 7. Les pays de grande gabelle (Normandie, Picardie, Champagne, Bourgogne ...) c'est là où les prix sont les plus élevés. Saint Martin de la Mer est dans cette zone. Les pays de petite gabelle (Languedoc, Rouergue, Velay, Vivarais, Dauphiné) les prix sont la moitié de la grande gabelle Les pays de petite saline (Alsace, Lorraine, Franche-Comté) ces pays payent une somme minimale. Les pays de quart-bouillon (Cotentin) il s'agit des régions où l'on obtient le sel en faisant bouillir l'eau de mer. Un quart de la production va au Roi. Les pays francs Ces régions ne sont pas soumises à la gabelle. Les pays redîmés (Poitou, Limousin, Auvergne, Périgord, Guyenne ...) Ces régions ont racheté les droits en payant une somme convenue avec le Roi.
  • 8. La convocation des états généraux
  • 9.  
  • 10. Vote par ordre Vote par tête CLERGE Tiers état NOBLESSE 1 voix 1 voix 1 voix 2 voix avec double représentation du tiers état CLERGE Tiers état NOBLESSE 2 voix 1 voix 1 voix 2 voix 2 voix 1 voix
  • 11. Doléances
  • 12. L’année 1789
  • 13. L’année 1789 Compléments Idée principale Contexte Date Nature Auteur Page du manuel La nuit du 4 août de 1789 La prise de la Bastille Le Serment de jeu de paume Titre
  • 14.   Fin du XVIII ème s. DISETTE DEFICIT BUGETAIRE OPPOSITION PARLEMANTAIRE 7 juin 1788 Début 1789 La Journée des Tuiles CONVOCATION DES ETATS GENERAUX RECUEIL DES CAHIERS DE DOLEANCES
  • 15. 5 mai LES ETATS GENERAUX CLERGE NOBLESSE TIERS ETAT 17 juin 20 juin ASSEMBLEE NATIONALE (Tiers état) SERMENT DU JEU DE PAUME 1 2
  • 16. 9 juillet ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUANTE (les 3 ordres réunis) 14 juillet PRISE DE LA BASTILLE juillet LA GRANDE PEUR
  • 17. 4 août ABOLITION DES PRIVILEGES 26 août DECLARATION DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN
  • 18. SERMENT DU JEU DE PAUME par Jacques Louis David
  • 19. SERMENT DU JEU DE PAUME par Jacques Louis David "L'Assemblée Nationale, considérant qu'appelée à fixer la constitution du royaume, opérer la régénération de l'ordre public et maintenir les vrais principes de la monarchie, rien ne peut empêcher qu'elle continue ses délibérations dans quelque lieu qu'elle soit forcée de s'établir, et qu'enfin, partout où ses membres sont réunis, là est l'Assemblée Nationale. "Arrête que tous les membres de cette assemblée prêteront, à l'instant, serment solennel de ne jamais se séparer, et de se rassembler partout où les circonstances l'exigeront, jusqu'à ce que la constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondements solides, et que ledit serment étant prêté, tous les membres et chacun d'eux en particulier confirmeront, par leur signature, cette résolution inébranlable."
  • 20. Le Serment du Jeu de Paume
  • 21. PRISE DE LA BASTILLE
  • 22. Destruction de la Bastille. (Cliché BnF : RC - A - 09409)
  • 23. La Grande peur (juillet-août 1789)
  • 24.  
  • 25. La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen
  • 26.  
  • 27. SYMBOLES: DES EXPLICATION
    • triangle rayonnant au centre duquel figure un œil. L’Être Suprême, la Raison ou symbole des Francs-maçons ( le triangle de l’égalité et l’œil de la raison )
    • les deux femmes (chaîne, sceptre, couronne, fleurs de lys)
      • dte : la liberté tenant le sceptre du pouvoir
      • gche : la France tenant les fers qu’elle a brisés-
    • La personne de gauche: la liberté brisant ses chaînes et la royauté-
    • La personne de droite représente la Philosophie des Lumière inspirant le texte.
    • Le sceptre de la raison. le bonnet phrygien pique et bonnet : symbole antique de la liberté pour les esclaves affranchis peuple
    • un faisceau (lance)c’est le symbole de la souveraineté de l’Assemblée du peuple et l’unité des provinces
    • Les nuages : Les nuages de l’erreur
  • 28. Une affiche patriotique (gravure de Petit Le Jeune, musée Carnavalet, Paris.)
  • 29. La fête de la Fédération, le 14 juillet 1790 (peinture de Ch. Thévenin, musée Carnavalet, Paris)
  • 30. La monarchie constitutionnelle
  • 31.
    • A partir du document 3 page 71, dites quelles sont les 3 idées sur laquelle repose la Constitution de 1791.
    • A partir du manuel, complétez le tableau ci-contre.
    Religieuse Économique Financière Judiciaire Administrative Décisions concrètes Réorganisation
  • 32. 1 / ……………..…. La République La chute de la royauté A partir du document 2 page 75 et du cours page 74, expliquez la phrase de Fontanges extraite de ses « Relations » marquant le retour du roi à Paris le 21 juin 1791 : « Celui qui applaudira le Roi aura des coups de bâton, celui qui l’insultera sera pendu ».
  • 33. Fuite de Varennes
  • 34.  
  • 35.
    • " Je courus aux Champs-Elysées : d'abord parurent des canons [...] puis, au milieu d'une horde de tout âge et de tout sexe, marchaient à pied les Gardes du Corps. [...] Ensuite venait la députation de l'Assemblée nationale ; les voitures du roi suivaient : elles roulaient dans l'obscurité poudreuse d'une forêt de piques et de baïonnettes [...]. Des chiffonniers en lambeau, des bouchers tabliers sanglants aux cuisses, couteaux nus à la ceinture, manches de chemises retroussées, cheminaient aux portières [...]. On tirait des coups de fusil et de pistolet ; on criait : "Voici le boulanger, la boulangère et le petit mitron !" " F. R. de Chateaubriand , Mémoires d'outre-tombe , tome 1, 1849.
  • 36. 2 / La prise des Tuileries
    • Après avoir fait des recherches dans votre manuel, dites qui est pour et qui est contre le Roi le 10 août 1792.
    Contre le Roi Pour le Roi
  • 37. La salle des Manèges envahie par la foule, le 10 août 1792 (dessin de François Gérard, XVIIIe siècle musée du Louvre, Paris)
  • 38. l'assaut des Tuileries, le 10 août 1792 par les sans-culottes parisiens et les fédérés venus de toutes la France. Peinture de Jean-Duplessi-Bertaux datée de 1793. Musée du chateau de Versailles.
  • 39. La Convention girondine suivie de la convention montagnarde
  • 40.  
  • 41. Le procès du Roi Louis XVI
    • Les accusateurs
    • Les défenseurs
    Quels arguments peut-on avancer ?
  • 42. La République en danger
  • 43.  
  • 44. Le manifeste de Brunswick (1) ( 25 juillet 1792)
    • " Un but qui tient au cœur des deux souverains, c'est d'arrêter les attaques portées au trône et à l'autel 2 , de rétablir le pouvoir légal, de rendre au Roi la sécurité et la liberté dont il est privé.      La ville de Paris et tous ses habitants seront tenus de se soumettre sur le champ et sans délai au Roi, de lui rendre sa pleine et entière liberté, et de lui assurer, ainsi qu'à toutes les personnes royales, le respect que doivent les sujets à leur souverain. Si le château des Tuileries est attaqué, s'il est fait la moindre violence, le moindre outrage au Roi, à la Reine ou à la famille royale, alors leurs majestés impériale et royale 3 en tireront une vengeance exemplaire et à jamais mémorable : ils livreront la ville de Paris à une exécution militaire, et les révoltés coupables d'attentats auront les supplices qu'ils méritent. " 1 . Brunswick est le chef des armées prussienne et autrichienne. 2 .L'autel, c'est-à-dire l'Église.  3 . Le roi de Prusse et l'empereur d'Autriche.
  • 45. Composé par Rouget de Lisle, à Strasbourg en 1792, le "Chant de guerre pour l'armée du Rhin" devint la Marseillaise et fut décrété hymne national en 1795. Paroles et musique.
  • 46.  
  • 47. L'opposition entre Girondins et Montagnards
    • " Les désorganisateurs sont ceux qui veulent tout niveler, les propriétés, l'aisance, le prix des denrées, les services, etc., qui veulent que l'ouvrier reçoive l'indemnité du législateur ; qui veulent niveler même les talents, les connaissances, les vertus, parce qu'ils n'ont rien de tout cela ! [...] Le peuple est fait pour servir la Révolution, mais quand elle est faite, il doit rester chez lui et laisser à ceux qui ont plus d'esprit que lui la peine de la diriger. " Brissot , Discours à la Convention , 24 octobre 1792. " Ce sont les intrigants de la République qui ne veulent constituer la République que pour eux-mêmes. [...] Ils s'appliquent à modifier la forme du gouvernement suivant les principes aristocratiques et l'intérêt des riches. [...] n'entendent gouverner que dans l'intérêt des riches et des fonctionnaires publics. [...] Ils sont les honnêtes gens, les gens comme il faut de la République. Nous sommes les sans-culottes et la canaille. " D'après Robespierre , Discours aux Jacobins , (28 octobre 1792).
  • 48. L'assassinat de Marat (13 juillet 1793) (gravure anonyme, BNF, Paris)
  • 49. Le gouvernement révolutionnaire (1793-1794)
  • 50. Un tribunal révolutionnaire juge un bourgeois (gravure de J. B. Huet, 1793, BNF, Paris)
  • 51. Robespierre guillotine le bourreau après avoir fait guillotiner tous les Français (Gravure de 1793, musée Carnavalet, Paris)