Synthèse étude des publics du festival Marsatac 2013

1,363 views
1,255 views

Published on

Plus de 1000 festivaliers ont été interrogés pendant le festival MARSATAC par le cabinet d'études et de sondages GECE, spécialisé dans la réalisation d'études des publics.

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,363
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4
Actions
Shares
0
Downloads
28
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Synthèse étude des publics du festival Marsatac 2013

  1. 1. Les études de publics GECE : Synthèses 1 PREAMBULE 4 années après sa dernière étude, en 2008, à lheure où Marsatac entameLe festival Marsatac une nouvelle phase de croissance en déployant un événement jumeau à Nîmes, le festival a souhaité faire le point sur son public, sa typologie, son niveau de satisfaction, ses moyens dinformation et comportements 14ème édition vis-à-vis du développement durable. A loccasion de cette 14° édition, qui se tenait du 20 au 30 septembre 2012 à Nîmes et à Marseille, et dont la fréquentation est un record (35 000 festivaliers au total - détrônant ainsi celui de 2008), que Marsatac a souhaité révéler à ses partenaires et proches contributeurs un état des lieux synthétique de ses publics. Le public du Marsatac – ce quil faut retenir Synthèse des principaux résultats issus del’étude des publics réalisée par le cabinet d’études et de sondages GECE à Marsatac 2012
  2. 2. Les études de publics GECE : Synthèses 2PROFIL DU PUBLIC Des actifs issus de catégories socioprofessionnellesUn public de plus en plus jeune « supérieures » 46% du public est actif dont 86% sont en emploi. 62% des actifsLe public de Marsatac est âgé de 25 ans en moyenne. Il a ainsi rajeuni appartiennent à une CSP+ (cadres, professions intellectuellesde 2 ans depuis 2008 et ce sont aujourd’hui près de 6 festivaliers sur 10 supérieures, professions libérales, chef d’entreprises et professionsqui sont âgés de moins de 25 ans. intermédiaires). Ainsi, la catégorie la plus représentée parmi les festivaliers est celle de cadre, profession intellectuelle supérieure etEn comparaison à d’autres festivals de musiques actuelles, urbains et profession libérale (44% des actifs) alors que ces derniers nede notoriété nationale, le public en 2012 est sensiblement plus jeune représentent que 11% de la population active française.(notre référentiel se situe plutôt entre 28 et 32 ans, tel que ce fut le cas Cette proportion importante parmi les actifs de catégoriessur l’étude réalisée en 2008). La programmation du vendredi (1995 et socioprofessionnelles qualifiées se constate dans une majeure partie desOrelsan notamment), combiné à la forte influence peuvent en être publics enquêtés dans le milieu culturel.l’explication.Des hommes encore majoritaires mais des femmes deplus en plus présentes55% du public est composé d’hommes. Pour autant, on observe unphénomène de féminisation du public puisque les femmes sont de plusen plus nombreuses à participer au festival (et notamment les jeunesfemmes). Elles sont donc 45% aujourd’hui alors qu’elles nereprésentaient que 35% du public en 2006 (+10 points en 6 ans) et 43%en 2008 (+ 2 points en 4 ans).Cette féminisation du festival n’est pas surprenante. Nous constatons lemême phénomène sur d’autres festivals similaires, notamment auprèsdes populations jeunes et participant à leurs premiers événements.1 festivalier sur 2 est étudiantLa moitié du public est composée d’élèves/étudiants alors que cesderniers ne représentent que 11% de la population française. En 2006 et Source : GECE- étude des publics Marsatac2008, ils n’étaient que 36% soit une forte augmentation (+11 points en 6ans).Ce résultat va dans le sens du rajeunissement du public expliquéprécédemment.
  3. 3. Les études de publics GECE : Synthèses 3 de festivaliers Bucco-rhodaniens MOTIVATIONSLe festival possède avant tout un rayonnement départemental : 75% dupublic habite les Bouches-du-Rhône. Plus de la moitié des festivaliers Une bonne programmation, passer un moment sympasont Marseillais et un peu moins de 10% Aixois, bassin des universités entre amis dans une bonne ambiance : voilà ce quiet de la population étudiante. séduit le public avant tout.Les autres festivaliers : 15% viennent principalement des départements Les festivaliers viennent avant tout pour la programmation musicalealentour (le Var, l’Hérault, le Vaucluse), 4% de Paris et 2% du Rhône. (91% d’entre eux), puis pour passer un bon moment avec des amis (71% d’entre eux) et enfin pour l’ambiance du festival (55% d’entre eux). Le critère du rapport qualité /prix a augmenté de 11.2 points depuis 2008. Source : GECE- étude des publics Marsatac
  4. 4. Les études de publics GECE : Synthèses 4SATISFACTION Un nouveau format qui plaît mais un accueil mitigé sur la création d’un pass Nîmes/MarseilleUn public séduit : les festivaliers sont très satisfaits de 86% du public est satisfait du nouveau format Nîmes/Marseille. Le public n’est pas largement favorable à la mise en place d’un pass globalleur expérience du festival et ont bien l’intention de Nîmes/Marseille (50% du public favorable seulement). En effet, si 72%revenir l’année prochaine du public était au courant qu’il existait des concerts programmés ailleurs qu’à Marseille dans le cadre du festival, la quasi-totalité d’entreLa note globale attribuée au festival par le public est de 7.8/10. La eux ne sont pas allés à Paloma pour autant.programmation proposée par le festival obtient la meilleure note desatisfaction avec une moyenne de 8/10. COMMUNICATION LES FESTIVALIERS ET L’INFORMATION CULTURELLE Le bouche à oreille, Internet et les réseaux sociaux : les trois principales sources d’information culturelle des festivaliers Pour s’informer sur la culture, c’est vers leur entourage que se tournent le plus les festivaliers (72%). C’est ensuite sur le web qu’ils s’informent en se tournant pour 64% d’entre eux vers les sites officiels des lieux de programmation (sites des festivals, des salles de théâtre, associations…) et pour 63% d’entre eux sur les réseaux sociaux. Source : GECE- étude des publics Marsatac7 festivaliers sur 10 ont l’intention de revenir l’annéeprochaineA l’issue du festival, 71% des participants déclarent avoir l’intention derevenir l’année prochaine, 14% ne s’étaient pas encore décidés etseulement 4% n’avaient pas l’intention de revenir l’année prochaine.
  5. 5. Les études de publics GECE : Synthèses 5La moitié des festivaliers lit régulièrement un Plus de la moitié du public a consulté au moins unemagazine culturel fois le site internet du festivalLes deux magazines préférés du public sont les« Inrockuptibles » (lu 55% du public a consulté au moins une fois le site Internet. 95% despar 29% du public) et Télérama (lu par 17% du public). On retrouve visiteurs du site ont été satisfaits.ensuite Trax, Tsugi, Rock and Folk, Vibrations… A noter que la part dupublic lecteur de magazine culturel est en très forte diminution depuis2008 où ils étaient les 2/3 à lire régulièrement un magazine. Tendancequi est en phase avec le rajeunissement du public du festival. Le Facebook du festival apprécié des jeunes internautesLES OUTILS UTILISÉS PAR LES FESTIVALIERS POUR Les réseaux sociaux du festival ont été consultés au moins une fois parS’INFORMER SUR LE FESTIVAL 42% du public. Le Facebook du festival est de loin le réseau social préféré (36% du public). 82% de ceux qui l’utilisent sont fans.Le bouche-à-oreille, le site Internet du festivalMarsatac, les réseaux sociaux du festival sont les 3principales sources utilisées pour s’informer sur le Une newsletter à laquelle 10% des festivaliers sontfestival. abonnés et dont les abonnés sont pleinement satisfaits 1 festivalier sur 5 a téléchargé l’application Marsatac 63% du public possède un smartphone permettant de télécharger l’application. 32% des possesseurs de smartphone ont téléchargé l’application soit environ 20% de l’ensemble du public. Les utilisateurs en sont satisfaits. Source : GECE- Etude des publics
  6. 6. Les études de publics GECE : Synthèses 6DDS Plus de la moitié du public a utilisé les transportsUN PUBLIC GLOBALEMENT ENGAGÉS EN FAVEUR DUDÉVELOPPEMENT DURABLE ET SOLIDAIRE collectifs Les transports collectifs ont été utilisés par 53% du public, et notamment par 61% des élèves/étudiants. En 2008, le festival étaitUn programme d’action en faveur du développement organisé sur l’esplanade du J4. A l’époque, 47% du public était venu endurable et solidaire encore peu connu voiture, 30% à pied, et seulement 10% en transports collectifs.Seuls 22% des festivaliers sont informés de l’engagement du festivaldans un programme d’actions en faveur d’un développement durableet solidaire Méthodologie • Enquête par internet - Echantillon final de 1116Pour le public, Marsatac s’engage avant tout au niveau festivaliers présents au Dock des Suds à Marseille – Redressement des données selon le type de billet achetédes transports • Comparaisons effectuées à partir de l’étude des publics réalisées en 2008 par GECE.D’après les festivaliers le festival s’engage avant tout au niveau destransports (navettes Car13, Covoiturage, plus de tramways, garage à Réalisationvélo,...), de la prévention (actions de prévention et dinformation sur les Directeur de cabinet : Olivier Allouard -comportements à risque) et de la restauration (% progressif Chargés d’études : Aurélia Gérolami, Arnaud de ladapprovisionnement en alimentation biologique, privilégier les circuits Villarmois Rédaction : GECEcourts, contrôler lénergie consommée par les restaurateurs,...). Références GECE Une trentaine d’études des publics à travers la FranceUn public concerné par la démarche et qui a trié ses réalisées pour des structures culturelles : Vieilles Charrues (29), Chorus (92), les Trans Musicales (35), Art Rock (22),déchets au cours du festival Scopitone (56), les Escales (44), Garorock (47), le lieu unique (44), Arts Vivants en Ille-et-Vilaine (35), Chorus…83% du public se sent concerné par cette démarche et 69% du publicdéclare avoir trié ses déchets au cours du festival, surtout par habitude Retrouvez plus d’informations sur le site www.gece.frou conviction.

×