Les jeunes bretons et leurs stratégies d'information - 3ème édition - 2014

1,236 views
1,115 views

Published on

Cette enquête commanditée par le CRIJ Bretagne a été réalisée par notre cabinet d'études et de sondages GECE. Près de 4000 jeunes ont été interrogés en face-à-face ou par Internet.

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,236
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
39
Actions
Shares
0
Downloads
13
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Les jeunes bretons et leurs stratégies d'information - 3ème édition - 2014

  1. 1. 2013 S Y N T H È S E D E S D O N N É E S I S S U E S D E L ' E N Q U Ê T E O B S E R VA T O I R E LES JEUNES BRETONS ET LEURS STRATÉGIES D'INFORMATION Réalisée par le Réseau Infor mation Jeunesse Bretagne www.ij-bretagne.com
  2. 2. 2
  3. 3. EDITO Cette troisième livraison de l'Observatoire sur les stratégies d'information des jeunes bretons est dorénavant connue, voire attendue par beaucoup, tant elle met en lumière des dimensions peu ou mal connues des pratiques des jeunes lorsqu'ils recherchent une information. Cette nouvelle édition, comme les précédentes, permet de suivre des évolutions dans les pratiques des jeunes, qu'il s'agisse de leur recherche d'information en général, de leur besoin dans le champ de l'emploi et de leur rapport au numérique en particulier. On voit d'emblée comment cet espace autrefois virtuel est entré dans la réalité quotidienne des jeunes générations. Quelques surprises attendent le lecteur et au-delà, les professionnels de l'éducation. Mais cette dernière étude porte également sur des domaines que l'Information Jeunesse place au coeur de sa propre démarche. Il s'agit des questions liées à l'engagement des jeunes, à leur prise d'initiative, à leur implication bénévole dans la société et à leur capacité à s'investir de façon désintéressée. Un citoyen libre et agissant n'est-il pas un citoyen possédant les (la) bonnes informations, au bon moment, fiables et exhaustives ? Le réseau Information Jeunesse Breton, comme l'ensemble du réseau "IJ" à l'échelle nationale, est en mesure de constater que les jeunes filles et jeunes gens sont capables de mobiliser de l'énergie, du temps, pour des projets individuels ou collectifs qui, à terme, leur donnent confiance, estime de soi et compétence. Leur orientation dans notre société passe par des expériences dont notre Observatoire met en évidence de façon flagrante tous les bénéfices qu'ils retirent, y compris lorsqu'il s'agit d'une orientation à des fins de travail. Ce constat, lié à celui de la présence au quotidien du Smartphone et de la tablette, montre des formes d'usages en matière de recherche d'information qui nécessitent des réflexions profondes sur nos pratiques professionnelles. Ces usages si rapidement évolutifs nous guident vers des modalités d'expression de besoins dont il faut percevoir l'intérêt pour les professionnels, mais aussi les limites pour les jeunes eux-mêmes. C'est pourquoi ce troisième Observatoire (2012-2013) ouvre de nouvelles perspectives dans la compréhension du lien entre des expérimentations que nous qualifions de propédeutiques et des choix de vie chez de nombreux jeunes Bretons. Il faut enfin saluer ici le travail méticuleux et en profondeur du cabinet d'études et de sondages GECE qui nous accompagne depuis la première édition et qui certifie notamment la qualité du travail réalisé par les professionnels du réseau. Elie Guéguen Président du CRIJ Bretagne Emmanuel Mourlet Directeur Général du CRIJ Bretagne 3
  4. 4. SOMMAIRE EDITO ..........................................................................................................................................................................................................................................................3 PASSATION ET PROTOCOLE DE PASSATION ..........................................................................................................................................6 n Passation du questionnaire ........................................................................................................6 n Le protocole de passation ..............................................................................................................6 IDENTITÉ DE L’ÉCHANTILLON ..........................................................................................................................................................................................7 n Identité de l’échantillon étudié ................................................................................................7 n Le redressement de l’échantillon 1 ..........................................................................................7 DE QUELLE MANIÈRE S'INFORMENT LES JEUNES BRETONS EN GÉNÉRAL ? n Le travail, les loisirs, la culture et les études et formations : premiers besoins d’information cités par les jeunes bretons..............................................9 n Internet : première source d’information pour les jeunes sans caractère d’exclusivité....................................................................................................10 n Les motivations du choix d’interlocuteur ..................................................................12 SYNTHÈSE ... ..................................................................................................................................................13 2 QUELLES UTILISATIONS D'INTERNET POUR LA RECHERCHE D'INFORMATION ? n Le temps passé sur Internet ..................................................................................................14 n Les moyens d’accès à Internet ........................................................................................15 n La navigation sur Internet ......................................................................................................16 n Internet plébiscité par les jeunes pour sa facilité d’utilisation et son immédiateté ......................................................................................17 n Les critères de fiabilité sur Internet ..............................................................................18 n Les supports utilisés pour les recherches d’information sur Internet ..............................................................................................................................................19 SYNTHÈSE ... ..................................................................................................................................................20 3 L'ORIENTATION PROFESSIONNELLE, LA RECHERCHE D'UN EMPLOI OU D'UN JOB ET LES BESOINS EN FORMATION n Connaissance des lieux ressources en matière d’orientation professionnelle ................................................................................................21 n L’orientation professionnelle ..................................................................................................23 n Les critères déterminants ............................................................................................................24 n Les freins ......................................................................................................................................................25 n L’entrée dans le monde professionnel..........................................................................25 n La construction de la vie professionnelle ..................................................................27 n Les besoins des jeunes bretons ............................................................................................27 n L’envie d’évoluer ou de changer de métier............................................................28 n Les besoins d’information lors de la recherche d’emploi ..........................29 SYNTHÈSE ... 4 ................................................................................................................................................30
  5. 5. 4 LES PRATIQUES D’ENGAGEMENT, DE BÉNÉVOLAT ET LES INITIATIVES n L’engagement des jeunes ........................................................................................................31 n Description et ressenti de l’expérience ........................................................................32 n Les moyens d’information ..........................................................................................................35 n Les impacts de l’expérience....................................................................................................36 n Le sentiment d’engagement ..................................................................................................39 SYNTHÈSE ... ....................................................................................................................................................40 5 EN MATIÈRE DE LANGUES DE BRETAGNE n L’utilisation de la langue bretonne chez les jeunes ..........................................42 n La compréhension et le niveau de pratique ..........................................................44 n L’apprentissage et la pratique de la langue bretonne ................................45 n Le souhait de se perfectionner/s’initier et les raisons de parler en breton ......................................................................................47 n Le sentiment sur la place de la langue bretonne ..............................................47 n Le gallo ........................................................................................................................................................48 SYNTHÈSE ... 6 ..................................................................................................................................................49 QUELLES PRIORITÉS POUR LES JEUNES BRETONS ? n Trois priorités sont mises en avant par les jeunes bretons : La famille (77%), les amis (75%) et le travail (61%) ........................................................................50 n En Bretagne, avez-vous envie de faire quelque chose ? ..............................51 n Bretagne 2030 ........................................................................................................................................51 REGARD PAR OLIVIER ALLOUARD n Gérant et Directeur de GECE (cabinet d’études et de sondages) ........................................................................................................................52 PERSPECTIVES PAR CHRISTOPHE MOREAU n Sociologue à JEUDEVI - Chercheur associé à la chaire de recherche sur la jeunesse / EHESP Rennes ......................................53 CHARTE EUROPÉENNE DE L’INFORMATION JEUNESSE ............................................................................................56 PRINCIPES POUR L’INFORMATION JEUNESSE EN LIGNE ......................................................................................57 CONTACTS Centres, Bureaux et Points Information Jeunesse en Bretagne ..............................................................................................58 5
  6. 6. PASSATION ET PROTOCOLE DE PASSATION n PASSATION DU QUESTIONNAIRE D’octobre 2012 à mars 2013, près de 4500 jeunes ont participé à cette enquête grâce au concours de 181 structures réparties sur toute la Bretagne. Plus de 400 questionnaires incomplets, n’ont pu être exploités et ce sont 3914 questionnaires au final qui ont été utilisés pour bâtir l’échantillon de cette étude. La répartition des répondants par type de structure nous indique que les deux tiers d’entre eux ont été sollicités par un établissement d’enseignement (collèges, lycées et Enseignement Supérieur). Le réseau Information Jeunesse Bretagne a permis de recueillir une part importante de questionnaires, représentant 17% de notre échantillon. Par ailleurs, 16% des jeunes interrogés l’ont été soit via des organismes de formation (CLPS, IFSI, CFA, CFAI, AFPA…) soit via des structures d’accompagnement des jeunes en matière d’accès à la formation, l’orientation scolaire ou professionnelle et à l’emploi (Mission Locale, PAE…) Enfin, 11% des jeunes ayant participé à cette enquête l’ont fait individuellement en répondant en ligne, en dehors de toute structure d’accompagnement. n LE PROTOCOLE DE PASSATION Un protocole de passation avait été mis en place pour expliquer la démarche et remettre cette étude dans son contexte. Ce protocole était relativement simple puisque > Répartition des répondants par type de structures de passation le questionnaire était construit de manière à pouvoir être rempli Le Réseau Information Jeunesse Bretagne 581 jeunes (17%) directement par Néanmoins, il les était jeunes. conseillé (pour les jeunes remplissant le Organismes de formation 460 jeunes (13%) Établissement d'enseignement 2225 jeunes (64%) questionnaire structure) au qu’un sein d’une professionnel reste disponible afin d’aider à Jeunes passés par une structure : 3473 (89%) la bonne compréhension des questions par les jeunes. Ces derniers ont complété euxmêmes leurs questionnaires, de manière individuelle. L’enquête et l’analyse à laquelle elle a donné Centres d'animation socio-Culturelle 48 jeunes (1%) AIOA et autres structures d'accompagnement (hors réseau IJ) 100 jeunes (5%) Autres 59 jeunes (2%) lieu respectent l’anonymat des intégralement participants. Enfin, le temps laissé en moyenne aux répondants était de l’ordre de 30 minutes environ. 6
  7. 7. IDENTITÉ DE L’ÉCHANTILLON n IDENTITÉ DE L'ÉCHANTILLON ÉTUDIÉ Dans notre échantillon, la part des importante des élèves et étudiants jeunes. Un ajustement a donc été femmes et la part des 15-19 ans sont s’explique par la forte mobilisation nécessaire pour faire correspondre surreprésentées. A l'inverse, la part des dans l’Éducation nationale et dans notre échantillon à la réalité de la jeunes âgés de 25 à 29 ans n'est pas l’enseignement supérieur pour la jeunesse bretonne eu égard du assez importante. Toujours au sujet de collecte des questionnaires. Précisons dernier recensement INSEE disponible. notre échantillon brut, c'est-à-dire issu à ce sujet que les établissements ont Il s’agit d’un redressement statistique du dépouillement seul des enquêtes, toujours été sollicités directement par opéré dans la plupart des études et à la part d’élèves et étudiants est très le Point ou Bureau Information laquelle notre enquête ne déroge importante comparée aux autres Jeunesse présent sur le territoire. Cette pas. Ce redressement a été réalisé par catégories socio-professionnelles mobilisation dans les établissements le cabinet d'études et de sondages sondées (actifs en emploi, chômeurs d’enseignement explique également GECE qui accompagne le CRIJ et inactifs). Cette présence trop la part importante prise par les plus Bretagne depuis la première enquête. > Répartition des jeunes par classe d’âge > Répartition des jeunes par sexe (Avant redressement) (Avant redressement) Âge % Sexe % 15 - 19 ans 72% Femmes 57% 20 - 24 ans 22% Hommes 43% 25 - 29 ans 6% > Répartition des jeunes répondants selon leur activité principale (Avant redressement) Elèves/étudiants 65% Actifs en emploi 25% Chômeurs Inactifs 9% 1% n LE REDRESSEMENT DE L’ÉCHANTILLON Pour rendre notre échantillon représentatif de la population étudiée, il a fallu le redresser à l'aide des chiffres issus du dernier recensement de l'INSEE en 2010. Les variables de redressement utilisées sont l'âge des jeunes, leur sexe, département d'habitation, activité exercée et type de commune d'habitation. Le tableau suivant permet d'observer les écarts entre notre échantillon et la population réelle des 15 - 29 ans en Bretagne. 7
  8. 8. IDENTITÉ DE L’ÉCHANTILLON > Tableau de redressement de l’échantillon Population réelle (d'après l’Insee) des 15-29 ans en Bretagne Identité des répondants Echantillon enquête Observatoire 2013 Sexe par âge Femmes Hommes Femmes Hommes Total 15 – 19 ans 40% 32% 72% 15 – 19 ans 17% 18% 35% 20 – 24 ans 13% 9% 22% 20 – 24 ans 16% 17% 34% 25 – 29 ans 3% 2% 6% 25 – 29 ans 15% 16% 31% Total 58% 42% 100% Total 49% 51% 100% Population des jeunes par département Côtes d’Armor Total % Sexe par âge Sexe par âge 11% Population des jeunes par département % Côtes d'Armor Départ. d'habitation 16% Finistère 37% Finistère 27% Ille-et-Vilaine 18% Ille-et-Vilaine 36% Morbihan 34% Morbihan 20% Type d'activité % Actifs ayant un emploi Type d'activité 25% Chômeurs Type d'activité % Actifs ayant un emploi Chômeurs 9% 49% 10% 38% Elèves, étudiants 65% Élèves, Étudiants Inactifs < 1% Inactifs 4% Type de commune d’habitation % Type de commune d’habitation % Type de commune d’habitation Commune d’une grande unité urbaine 26% Commune d’une grande unité urbaine 29% Commune d’une unité urbaine moyenne 22% Commune d’une unité urbaine moyenne 18% Commune d’une petite unité urbaine 29% Commune d’une petite unité urbaine 26% Commune rurale 23% Commune rurale 26% L’échantillon a donc été redressé afin chiffres clés issus du recensement et Toutes les analyses figurant dans d’obtenir des résultats réellement ceux relatifs à notre échantillon, cette étude ont donc été réalisées à représentatifs de la jeunesse bretonne. nous avons noté des écarts qui ont partir de cet échantillon redressé. Ce redressement a été fait dans le but donc été corrigés. Partant de ces De même lorsqu’il est fait référence de modifier le poids de sondage caractéristiques et dans la finalité aux études antérieures produites par des individus à partir de certaines d’être en cohérence avec la réalité le CRIJ Bretagne (2007, 2010) les variables fondamentales dans la démographique de la jeunesse échantillons de celles-ci avaient été description des jeunes bretons. bretonne, l’échantillon a donc été pondérés grâce aux données issues pondéré en utilisant les outils des recensements disponibles à ces L’ajustement de l’échantillon s’est dates. Ceci nous permet donc de de donner plus ou moins de poids faire des comparaisons entre ces trois sexe, l’âge, le type d’activité et le à certaines catégories de la popu- études. département. En comparant les 8 statistiques classiques permettant fait à partir de quatre variables : le lation étudiée.
  9. 9. 1 DE QUELLE MANIÈRE S'INFORMENT LES JEUNES BRETONS EN GÉNÉRAL ? n LE TRAVAIL, LES LOISIRS, LA CULTURE ET LES ÉTUDES ET FORMATIONS : PREMIERS BESOINS D’INFORMATION CITÉS PAR LES JEUNES BRETONS re ét ud e tu • • • Le s cu l La l va i Le s tra Le • à égalité (26%) en tant que do- lo isi r les formations professionnelles suivent s loisirs (32%). La culture, les études et s/ fo sp rm or • at t Le io sv ns ac • Le anc e lo ge s • La men sa t nt é/ • pr L'i nt év er en na tio • t Le n s v iona sa oy nt l é ag • La es fa m ill e • Le st ra ns • La p po orts l it i qu • La e ju st ice • L'e nv iro • Le nne m bé en né t vo la t le travail (41%) juste avant de citer les Le un besoin d’information concernant > De manière générale, vos besoins d'information portent sur quels sujets ? • Plus de quatre jeunes sur dix expriment maines à propos desquels les jeunes s’informent prioritairement. Il est inté- 1 41% ressant de noter que pour les jeunes interrogés dans cette étude, l’épa32% 26% 26% conditionné par la réalisation d’une COMMENT S’INFORMENT LES JEUNES BRETONS ? nouissement n’est plus uniquement 24% carrière ou d’études mais qu’il passe aussi par des aspects alternatifs tels 14% 12% que les loisirs et la culture. L’enquête 12% 12% 11% 10% 10% 10% 8% 8% de 2010 donnait en effet, pour la 3% même question, des résultats relativement différents puisque le travail était Les besoins d’information chez les d’âge citent le travail comme théma- déjà désigné comme un besoin d’in- jeunes bretons varient énormément tique pour laquelle ils ont le plus formation prioritaire par un jeune sur selon l'âge, le sexe ou la situation. grand besoin d’information. De deux mais les études et formations Ainsi, même pour le travail, les écarts même pour la thématique santé/pré- venaient en deuxième position de- sont conséquents puisque pour la vention santé, les femmes s’informent vant les loisirs et la culture. Ce bascu- tranche d’âge des 15-19 ans les loisirs beaucoup plus en la matière que les lement trouve-t-il sa justification dans sont davantage cités par les hommes hommes, toutes tranches d’âge un contexte socio-économique de comme par les femmes (respective- confondues. crise de plus en plus prononcé ? ment 42% et 34%), les autres tranches > Besoins d'information selon le sexe et l'âge Le travail Les loisirs Le logement La santé / la prévention santé 50% 47% 45% 44% 42% 34% 31% 30% 30% 30% 29% 34% 19% 16% 15% 14% 13% 7% 7% 18% 17% 9% 7% 4% 15 à 19 ans 20 à 24 ans 25 à 29 ans 9
  10. 10. Par > Besoins d'information selon les catégories socio-professionnelles ailleurs d’autres différences notables apparaissent lorsque nous étudions les besoins Les études / formations Les loisirs cités en fonction des catégories La culture Le travail professionnelles. Les demandeurs socio- d’emploi, par exemple, se détournent 21% des loisirs (20%) et de la culture (16%) 31% 31% Actifs en emploi au 45% bénéfice des recherches d’information concernant le travail (70%) et les études/formations (35%). 35% Pour ce qui est des actifs en emploi, 16% 20% Demandeurs d'emploi près d’un sur deux continue à s’informer sur le travail dans un 70% souci d’évolution professionnelle, comme nous le verrons dans la 31% 1 24% Élèves / étudiants partie consacrée à l’orientation 38% professionnelle. De plus, la culture et 28% COMMENT S’INFORMENT LES JEUNES BRETONS ? les loisirs continuent de faire l’objet de recherches d’informations pour 26% 26% TOTAL un peu plus d’un jeune sur trois en 32% emploi. 41% n INTERNET : PREMIÈRE SOURCE D’INFORMATION POUR LES JEUNES SANS CARACTÈRE D’EXCLUSIVITÉ deux précédentes études (2,4 à Une analyse de l’évolution des chaque fois). De même, il n’y a référents prioritaires depuis 2007 que 3% des jeunes qui ne citent (date de notre première enquête) qu’une seule source contre 12% montre ces évolutions et notamment en 2010. l’explosion d’Internet chez les jeunes en l'espace de 6 ans. Pour la grande majorité des jeunes Bretons, Internet est une > Auprès de qui ou de quoi vous adressez-vous en priorité pour votre recherche d'information ? dresser le recherche constat que d’information la sur Str u d' ctu in re fo s rm at io n Nu m ou ér gr os at ve ui rts ts parents/famille) nous amène à M éd ia ou Pa re nt s, fa m ille (amis Am is l’entourage In te rn et ,m ob ile s Néanmoins, la part prise par En s an eign im an at ts eu , é rs du .... ca te ur s, source d’information prioritaire. 88% Internet, bien qu’en constante progression, est de moins en moins exclusive. 54% 50% 45% Cette observation est corroborée par le nombre de référents 26% 22% prioritaires cités par les jeunes (2,9) soit plus que lors de nos 10 1%
  11. 11. > Évolution des référents prioritaires depuis 2007 2010 (2ème édition de l'enquête) 2007 (1ère édition de l'enquête) 2013 (3ème édition de l'enquête) 88% 72% 56% 54% 52% 50% 48% 45% 42% 36% 33% 31% 26% 32% 27% 22% 18% 1 Internet, mobiles Parents, famille Média (TV, presse, Enseignants, éducateurs, Structures radio... etc) d'information animateurs.... Amis COMMENT S’INFORMENT LES JEUNES BRETONS ? 2% 1% 1% Numéros verts ou gratuits La part prépondérante d’Internet doit dégage, celle de l’importance prise de prescription qu’entretiennent les toutefois être relativisée au regard du par l’entourage recouvrant aussi bien jeunes lorsqu’ils s’informent. Les fait qu’aucune sous-catégorie n’était les amis que les parents et la famille. fonctions de partage sur ces sites proposée dans le questionnaire Ceci démontre les besoin de fiabilité servent, entre autres, à cela : susciter concernant Internet. Ainsi l’item et d’échanges qui sont ceux des une envie de s’informer, par exemple, Média jeunes parce qu’elle est recommandée par n’est cité que comme lorsqu’ils s’informent en quatrième source d’information par s’adressant les jeunes alors même qu’aujourd’hui proches. Par exemple, les amis La progression du nombre de notamment à leurs un tiers fiable. les médias sont tous présents sur comme source d’information ont référents prioritaires nous montre Internet. De même pour les structures progressé de également que de plus en plus de d’information dans lesquelles nous pourcentage par rapport à l’enquête jeunes s’informant à l’aide d’Internet constatons de de 2010. Nous observons qu’un jeune ont un besoin croissant de croiser une baisse de 18 points fréquentation physique au bénéfice aura tendance à faire plus confiance l’information avec d’autres sources d’une consultation plus importante à ce que lui dit un autre jeune plutôt comme nous le montre le tableau ci- des sites Internet (en ce qui concerne que de se fier à une source dessous, ne concernant que les le Réseau Information Jeunesse d’information mal identifiée. Les jeunes ayant coché Internet parmi Bretagne tout au moins). réseaux sociaux, dont nous parlerons les sources d’information auxquelles Par contre, une tendance forte se plus loin, ont bien compris ce besoin ils ont recours. Sources d'informations citées par tous les jeunes ayant cité Internet % Amis 54% Parents, famille 49% Médias (TV, presse, radio...) 45% Enseignants, éducateurs... 24% Structures d'information 21% Numéros verts ou gratuits <1% 11
  12. 12. n LES MOTIVATIONS DU CHOIX D’INTERLOCUTEUR © CRIJ Bretagne •L a gr at ui té •F di iab sp ilit on é d ib e le l'in •R fo ap rm di id at sp ité io o n • L nib de le l’in a pe fo rm rti ne at nc io •L n e a co nf ia •L nc a e qu al ité d'a •L cc a ue pr il e ox im td ité 'éc •L ou a te co nf id en •L tia e lité re sp ec td e l'a no ny m at > Quelles sont vos trois principales motivations pour choisir un interlocuteur ou un média (Internet, TV, presse) ? 54% 47% 46% 31% 31% 22% 16% 11% 8% Pour plus de la moitié des jeunes bretons, la gratuité est un élément clé dans le choix d’un interlocuteur pour une recherche d’information. Ce chiffre est à lier à celui du choix d’Internet comme source d’information prioritaire pour près de neuf jeunes bretons sur dix. Pour autant, en opérant des croisements selon les catégories socio-professionnelles, quelques nuances apparaissent. La confiance La qualité d’accueil et d’écoute La confidentialité Le respect de l’anonymat Secret Collégien/lycéen 34% 21% 17% 9% En apprentissage 39% 17% 14% 12% Etudiant en alternance 29% 17% 11% 7% Etudiant (hors alternance) © CRIJ Bretagne COMMENT S’INFORMENT LES JEUNES BRETONS ? 1 Secret 25% 17% 8% 6% Stagiaire de la formation pro continue 26% 25% 15% 7% Chômeur 33% 28% 12% 7% Les quatres modalités présentées En emploi 30% 23% 7% 8% dans ce tableau sont inhérentes à Ensemble des jeunes bretons 31% 22% 11% 8% l’interlocuteur support. plus qu’à un Notons que pour les collégiens, lycéens et apprentis la confiance et la confidentialité priment sur les autres motivations. Il en va de même pour les chômeurs qui placent au premier rang de leurs motivations, dans le choix d’un interlocuteur, la qualité d’accueil et d’écoute. 12
  13. 13. SYNTHÈSE LES BESOINS D’INFORMATION même s’il cherchait autre chose à consacre toute une partie de son n La jeunesse est protéiforme, riche l’origine. Il s’agit là d’un des défis de interface aux témoignages de jeunes de ses spécificités et diversités. De notre époque où l’information est ayant vécu des expériences à grandes différences devenue primordiale et accessible au l’étranger afin que ceux-ci puissent les apparaissent d’un âge à un autre, d’un sexe à plus grand nombre sans commune partager avec d’autres jeunes. Nous l’autre ou encore d’une catégorie mesure avec le passé. L’Information sommes ici encore dans le cadre de socio-professionnelle à l’autre. La Jeunesse s’attache à relever ce l’information par les pairs. première partie de cette étude nous challenge en proposant une montre bien que ces critères peuvent information fiable, neutre, exhaustive et être clivants au sein de la jeunesse actualisée comme le dispose la Charte LES MOTIVATIONS POUR CHOISIR UN INTERLOCUTEUR bretonne et qu’il faut donc être en Européenne de l’Information Jeunesse n Le choix d’un interlocuteur n’est capacité d’accompagner au mieux (adoptée le 19 novembre 2004). jamais laissé au hasard et répond à apporter la réponse appropriée selon LES SOURCES D’INFORMATION sont la gratuité (54%), la fiabilité de leurs besoins, parcours et situations. n Les stratégies d’information des l’information disponible (47%) et la n Ces distinctions d’âge, de statut et jeunes bretons revêtent plusieurs rapidité de l’information disponible 1 de situation influent sur l’accès à formes également bien qu’Internet se (46%). l’information et sur les sujets sur détache très clairement en tant que paraître contradictoires : la rapidité et lesquels les jeunes s’informent. Ainsi, source d’information prioritaire chez la fiabilité ne faisant pas toujours bon même si les besoins d’information des les jeunes (88%). En dehors d’Internet, COMMENT S’INFORMENT LES JEUNES BRETONS ? plusieurs motivations. Les plus citées ces jeunes, c’est-à-dire de leur ménage par exemple. La gratuité, Ces motivations peuvent jeunes bretons portent sur des sujets les jeunes bretons ont tendance à quant à elle, semble liée à Internet très variés, nous pouvons souligner faire appel à leur entourage (amis, et à son explosion ces dernières que la majorité d’entre eux s’informe parents et famille) pour s’informer années. Ces motivations répondent à sur les sujets ayant trait au travail, aux (respectivement 54% et 50%). Ceci un besoin d’immédiateté ou loisirs, à la culture, aux études et montre la pertinence du concept de d’instantanéité croissant chez les formations et au sport. Ce constat doit l’information par les pairs tel qu’il est jeunes tout comme dans la société bien évidemment être considéré à la développé par le Réseau Information dans son ensemble. lumière de l’observation précédente. Jeunesse Bretagne, entre autres. Ainsi n Pour tenter d’y faire face, les Il y a autant de manières de s’informer en 2012, 6700 témoignages de jeunes structures qu’il y a de typologies de jeunes, les ont été recueillis dans notre réseau sur proposent des horaires en phase actifs des que avec les besoins des jeunes, sur les fins l’orientation, les métiers, l’international, de journée et le week-end afin en emploi s’informent prioritairement sur le travail, les élèves thèmes aussi variés Information la citoyenneté, la prévention santé… d’accompagner Ces ensuite parcours d’information des jeunes. politiques jeunesses sur l’information valorisés sous différentes formes, soit Ceci permet de proposer une vraie des dans les médias, lors de rencontres fonction et étudiants formations. sur La les études pertinence jeunes est liée et des à témoignages sont au Jeunesse mieux le d’accueil, de conseil, et in l’information publiques, via des sites Internet dédiés d’accompagnement dispensée. Les jeunes s’informant (Paroles de jeunes dans le Finistère d’orientation. sur des sujets très variés et de plus par exemple) ou encore dans le en plus nombreux, la sérendipité cadre d’expositions. Dans le même la pluralité de devenue ordre d’idées, le site Internet « En route incontournable. C’est-à-dire qu’un pour le monde » (initié par le CRIJ jeune doit pouvoir arriver à une Bretagne et dédié à la mobilité information qui lui sera bénéfique fine internationale des jeunes bretons) de l’information est 13
  14. 14. 2 QUELLES UTILISATIONS D'INTERNET POUR LA RECHERCHE D'INFORMATION ? n TEMPS PASSÉ SUR INTERNET Près de quatre jeunes bretons sur > Dans le cadre de votre recherche d’information, quelle est votre utilisation quotidienne d’internet ? cinq passent plus d’une heure par jour sur Internet alors que seulement Entre 1h et 3h par jour 2% d'entre eux disent ne pas se Moins de 1h par jour connecter tous les jours. Ces chiffres 2 mettent en évidence le caractère QUELLES UTILISATIONS D'INTERNET POUR LA RECHERCHE D'INFORMATION ? incontournable d’Internet aujourd’hui, pour les professionnels 66% 20% 12% Plus de 3h par jour 2% Pas de connexion quotidienne de l’information, comme nous l’avons vu dans la partie précédente au sujet 19H et 21H et 42% d’entre eux vont sur des sources d’information prioritaires la toile entre 21H et minuit. Nous hébergement d’urgence). L’exemple chez les jeunes. Ceci souligne, si pouvons en tirer l’enseignement que scandinave est riche d’enseignements besoin était, l’importance et la les horaires auxquels les jeunes font en la matière puisque sur les pertinence de la présence sur les leurs recherches connaissent un pic domaines liés à la santé, par supports numériques (sites Internet, remarquable de 16H à minuit. Notons exemple, des professionnels réseaux sociaux…) lorsque l’on enfin que les jeunes se connectent tiennent des permanences souhaite également ces numériques nocturnes pour pouvoir L’analyse des chiffres sur les moments horaires, sans doute à l’aide de leurs répondre aux questions des jeunes d’utilisation dans la journée met en smartphones qui leur permettent de aux moments où ils utilisent le plus exergue une tendance lourde : la rester en ligne toute la journée, nous Internet. connexion à Internet en fin de y reviendrons. Ces éléments peuvent journée et en soirée. Ainsi, plus de questionner 43% de jeunes se connectent à d’accompagner Internet entre 16H et 19H. Pour 65% l’information sur ces temps décalés, des jeunes, la connexion se fait entre notamment pour des sujets liés à des informer les jeunes. en sur dehors la de situations bien précises nécessité l’accès à > Moments d’utilisation d’Internet en semaine De 6h à 8h 8% 23% De 14h à 16h 14 23% De 12h à 14h © Jérémie Lusseau De 8h à 12h 23% 43% De 16h à 19h De 19h à 21h 65% De 21h à 00h De 00h à 6h 42% 7% (santé,
  15. 15. n LES MOYENS D’ACCÈS À INTERNET Cette utilisation à divers moments de la journée (y compris sur des temps > L’évolution des moyens d’accès à internet scolaires ou professionnels) peut s’expliquer par la multitude de supports évoqués par les jeunes pour se connecter à Internet. En effet dans les moyens de connexion évoqués, nous constatons la présence exponentielle des 2010 (2ème édition de l'enquête) 2013 (3ème édition de l'enquête) smartphones (pour plus d’un jeune sur deux) que près de 60% des jeunes fran- •D 'u po n o rta rdi bl na e, te no ur te bo ok •D 'un or di na te ur fix •D e ' sm un m ar ob tp il ho e / ne çais disent utiliser aujourd’hui et dont la moitié se sert dans le cadre de recherche d’information (source Médiamétrie 2012). Nous sommes donc en présence d’un phénomène d’hyper-connectivité qu’il s’agit de pouvoir accompagner, d’une part en ayant une démarche d’éducation à 75% régulièrement actualisés. 62% 60% 2 55% 51% 16% Il est intéressant de noter l’évolution de ces moyens de connexion à Internet en comparant aux résultats produits par l’enquête précédente qui soulignent le glissement progressif d’une connexion > Vous vous connectez à partir : r r ok eu eu o at e b at in not in d d or e, or n bl n 'u rta 'u • D po •D 75% 55% sédentaire à des modes de connexion e fix / ile e ob hon m n tp 'u ar • D sm ne 'u •D tte le ab t cte ne net on ter c e in m à e ais n e m • J ja plus nomades (ordinateurs portables, smartphones…) ut •A re 51% 10% <1% <1% Cette montée en puissance du smartphone pose un nouveau défi aux acteurs de la jeunesse puisqu’il ne suffit plus d’être juste présent sur Internet, il faut aussi proposer des contenus compatibles avec les terminaux téléphoniques de nouvelle génération, voire des applications mobiles •D no 'un o teb rd oo ina k teu rp or tab le, •D 'un or din ate ur fix e •D 'un m ob ile /s m ar tph •D on 'un e et ab let te > Les moyens d’accès selon l’âge 83% 73% 70% 60% 60% 58% dédiées. Ces smartphones ne sont pas pour autant devenus des moyens 50% de connexion exclusifs à Internet, puisque seul un tiers des jeunes bretons 45% n’utilise qu’un moyen de connexion à Internet. La plupart des jeunes se 43% connectent à Internet à l’aide de plusieurs moyens d’accès. L’âge et la situation professionnelle déterminent quelque peu les usages et nous 14% montrent une fois de plus la nécessité d’être présents sur plusieurs supports 7% 7% lorsqu’il s’agit de dispenser de l’information à destination d’une jeunesse protéiforme et aux stratégies d’information variées. 15 - 19 ans 20 - 24 ans 25 - 29 ans 15 QUELLES UTILISATIONS D'INTERNET POUR LA RECHERCHE D'INFORMATION ? l’information numérique, d’autre part en proposant des contenus
  16. 16. Internet étant évolution, en les constante manières d’y naviguer sont multiples et évoluent énormément. navigation Les modes privilégiés par de les jeunes bretons sont les moteurs de recherche (72%) et le surf de site > Par quels moyens vous informez-vous sur Internet ? •P a de r le re s m ch o er teu •E ch rs ns e en ur sit fan e td es •E ite n au ac x s cè ite da s nt dir •P ec ar tem so le cia s r en és ux e t au •N x m ews ail le ing tte r • A -list s, à bon de n s f em lux en •A RS t ler S te /P us h n LA NAVIGATION SUR INTERNET 72% 63% en site (63%) devant l’accès direct 57% aux sites (57%) et les réseaux 48% sociaux (48%). En moyenne les jeunes 2 citent 2,7 modes de navigation. QUELLES UTILISATIONS D'INTERNET POUR LA RECHERCHE D'INFORMATION ? 10% 7% 7% En comparant avec les résultats de augmentation du surf de site en site de ce mode de navigation (+ 20%) l’enquête précédente (2010) nous (+32%) qui peut s’expliquer en partie peut s’expliquer par l’explosion de constatons d’importantes évolutions par une plus grande connaissance ces sites lors des deux, trois dernières en matière de navigation sur Internet. d’Internet, peut années (Facebook, Twitter…) On peut Il s’agit notamment de la forte baisse s’appliquer à la modalité accès penser également que les jeunes de la navigation par moteurs de direct aux sites (+ 21%). Pour ce qui est prennent de plus en plus d’assurance recherche (- 21%) et de la forte des réseaux sociaux, la forte poussée face à l’outil numérique. constat qui > Les principaux modes de navigation selon l’âge > L’évolution des modes de navigation sur Internet 93% 2010 (2ème édition de l'enquête) 2013 (3ème édition de l'enquête) 72% Par les moteurs de recherche 63% 57% En surfant de site en site 48% 31% 36% En accèdant directement aux sites 28% 9% 10% Par les moteurs En surfant de recherche de site en site En accèdant directement aux sites Par les réseaux Newsletters, sociaux mailing-list Par les réseaux sociaux 5% 7% Abonnement à des flux RSS L’âge des internautes conditionne fortement leur utilisation d’Internet. En effet, si les moteurs de recherche restent largement utilisés toutes tranches 78% 67%66% 59% d’âge confondues, la navigation en accédant directement aux sites et l’utilisation des réseaux sociaux diffèrent grandement selon l’âge. Ces 72% 71% 65% 60% 56% 47% 41% 37% derniers sont plus fréquentés par les plus jeunes (15-19 ans : 59%) que par les plus âgés (25 – 29 ans : 37%). La courbe s’inverse dès lors qu’il s’agit de la navigation par moteur de recherche ou l’accès direct aux sites qui est plus mis en avant par les plus âgés, très certainement du fait d’une meilleure connaissance d’Internet liée à une plus longue expérience. 16 15 - 19 ans 20 - 24 ans 25 - 29 ans
  17. 17. n INTERNET PLÉBISCITÉ PAR LES JEUNES POUR SA FACILITÉ D’UTILISATION ET SON IMMÉDIATETÉ Les jeunes bretons mettent en avant trois raisons principales pour faire des recherches sur Internet. La facilité d’utilisation est la modalité la plus citée (72%) talonnée par la possibilité d’accès à toute heure (70%) et la rapidité de l’information (70%). Ces deux dernières modalités ont trait à l’immédiateté proposée par Internet dans le cadre d’une recherche d’information. La multitude d’informations (45%), la gratuité (45%) et la liberté d’utilisation (37%) peuvent également être qualifiées de critères déterminants du fait qu’ils ont été cités par plus d’un tiers des jeunes. La fiabilité enfin, n’est évoquée que par un jeune sur dix, ce qui porte à croire que les jeunes bretons considèrent que le croisement de l’information obtenue sur Internet avec d’autres sources suffit à assurer la fiabilité ainsi que le montre la première partie de ce rapport avec la part prise par l’entourage en tant que référent prioritaire. Cela signifie évidemment aussi que les jeunes bretons savent prendre la distance nécessaire avec l’information trouvée sur Internet. 72% 70% •L a de ra pi di té •L a •L a •L a fa cil té po ss ib ilit é d'u tili sa tio n d'a cc ès à to ut e he l'in ur fo e rm m ul at titu io n de d' in •L fo a rm gr at at io ui ns té •L a lib er té d'u tili •L sa 'an tio n on ym at •L a fia bi lité de l'in fo rm at io n > Toujours dans le cadre de votre recherche d’information, pour quelles raisons utilisez-vous Internet ? 66% 45% 45% 10% © Jérémie Lusseau 37% 10% chiffres sont à mettre en corrélation facilité d’utilisation d’Internet est avec ceux relatifs à l’utilisation passée quotidienne d’Internet montrant que 2% des jeunes bretons seulement se toute connectent moins d’une fois par jour. heure et les rapidité de l’information) du fait d’une plus a devant •L notions d’immédiateté (possibilité d’accès à a à po to s ut sib e il he ité ur d •L e 'ac a cè de ra s l'in pid fo ité rm at io n précédente nous enseigne que la > L’évolution des atouts d’Internet nombre croissant de bretons. Ces par 72% •L l’enquête produits d'u tili sa tio n grande maitrise de l’outil par un résultats fa cil ité Une comparaison rapide avec les 73% 70% 65% 66% 48% NB : nous avons choisi de ne comparer que les modalités les plus citées, les autres n’ayant que très peu évolué 2010 (2ème édition de l'enquête) 2013 (3ème édition de l'enquête) 17 QUELLES UTILISATIONS D'INTERNET POUR LA RECHERCHE D'INFORMATION ? 2
  18. 18. n LES CRITÈRES DE FIABILITÉ SUR INTERNET La fiabilité de l’information disponible sur Internet n’est citée que par un jeune sur dix comme raison de chercher de l’information sur ce support ainsi que nous l’avons vu précédemment. Plusieurs critères sont mis en avant pour juger de la fiabilité d’une information trouvée sur la toile. > Quels sont vos critères pour juger de la fiabilité de l’information ? 57% 51% 44% 41% © Jérémie Lusseau QUELLES UTILISATIONS D'INTERNET POUR LA RECHERCHE D'INFORMATION ? 2 9% Selon la source En croisant du site l'information Selon le contenu Selon la date de mise à jour Pas de critères 6% Selon le design et le graphisme du site Nous pouvons classer ces critères en deux sous-catégories : les critères dits « fiables » (selon la source du site, en croisant l’information, selon le contenu et selon la date de mise à jour) et les critères « non fiables » (pas de critères et selon le design et le graphisme du site). Une fois de plus certaines disparités apparaissent lorsque nous nous intéressons de plus près aux réponses selon le profil des jeunes. En effet, l’âge par exemple, conditionne particulièrement le fait de vérifier l’information en la croisant puisque les 25 – 29 ans (72%) utilisent deux fois plus ce critère de fiabilité de l’information que les 15 – 19 ans (33%). > Le fait de croiser l'information selon l'âge > Nombre de critères fiables selon l'âge Deux critères fiables ou plus Un critère fiable 75% Pas de critère fiable 72% 67% 56% 33% 27% 49% 23% 17% 21% 11% 5% 15 - 19 ans 20 - 24 ans 25 - 29 ans 15 - 19 ans 20 - 24 ans 25 - 29 ans Il en va de même pour le nombre de critères fiables utilisés dans le cadre d’une recherche d’information sur Internet qui varie beaucoup selon l’âge des internautes. 18
  19. 19. A l’instar des clivages apparaissant selon l’âge, le niveau de diplôme des actifs est également déterminant pour vérifier la fiabilité de l’information. Sans grande surprise, plus le niveau de diplôme des actifs est élevé plus le recours à des critères fiables est important. C’est donc en priorité à ces jeunes les plus en difficulté qu’il faut s’adresser. Niveau de diplôme des actifs Selon la source du site En croisant Selon Selon la l’information le contenu date de mise à jour Pas de critère Selon le design et Graphisme du site 40% 30% 40% 30% 21% 6% CAP- BEP 38% 36% 28% 37% 19% 5% Bac général ou techno ou pro 55% 49% 48% 43% 7% 2% Bac +1 ou +2 67% 74% 49% 51% 2% 7% Bac +3 ou plus 67% 82% 40% 50% 2% 2% 2 QUELLES UTILISATIONS D'INTERNET POUR LA RECHERCHE D'INFORMATION ? Brevet des collèges/sans diplôme n LES SUPPORTS UTILISÉS POUR LES RECHERCHES D’INFORMATION SUR INTERNET Les jeunes bretons ont recours à âgés. Dans cette tranche de notre baisse d’activité dès mai 2011 plusieurs supports pour s’informer échantillon, le recours à ces sites aux sur Internet. Si les réseaux sociaux communautaires sociaux Occidentale. Par ailleurs, une sont bien présents parmi les est en baisse par rapport à explosion de ces sites qui se sont supports les plus utilisés par les notre enquête de 2010 (-10%). multipliés jeunes, ils le sont de moins en Ce tassement peut s’expliquer dernières moins pour les plus âgés. A de plusieurs manières : il y a sociaux professionnels, liés à la contrario les sites web spécialisés tout phénomène photographie…), peut expliquer sont moins consultés par les plus d’essoufflement constaté à l’échelle une diminution de la présence jeunes. planétaire sur plusieurs de ces des jeunes sur ces plateformes du pouvons noter un tassement des sites fait d’une offre trop importante. réseaux sociaux chez les plus Facebook, qui Globalement nous d’abord dont ou un le plus a célèbre, connu Etats-Unis et et en Europe thématisés années ces (réseaux une > Les types de support utilisés selon l’âge 15 - 19 ans 20 - 24 ans 25 - 29 ans 71% 65% 58% 55% 45% 44% 43%45% 39% 36% 30% 23% Sites web spécialisés Réseaux sociaux Mail Forum NB : Seules apparaissent dans ce graphique les modalités les plus citées. 19
  20. 20. SYNTHÈSE LE TEMPS PASSÉ SUR INTERNET de notre enquête de 2010. Le Réseau réseaux n Internet est devenu un élément Information Jeunesse a su s’adapter programme régional de formations. incontournable de la vie des jeunes. à ces nouvelles pratiques en lançant Ceci permet à ces professionnels de Principal courant 2012 son application mobile rester en phase avec leurs publics sur ces outils (Facebook, Twitter…) moyen d’accès à sociaux à travers son l’information (pour près de neuf s’informer pu partie touchant à la vie des jeunes en LES ATOUTS D’INTERNET précédente), il fait partie intégrante 2 « IJ Bretagne » qui permet de jeunes sur dix ainsi que nous avons Bretagne en permettant tout à la fois n Internet est plébiscité par les jeunes l’observer dans la sur différents sujets qui mettent en avant d’accéder à une primo-réponse sur bretons des sujets centraux, de contacter plusieurs atouts pour rechercher de de quatre jeunes sur cinq passent directement les professionnels dans l’information sur le web. Ils placent en plus d'une heure sur Internet alors les structures ou encore de filtrer les tête que seuls 2% des jeunes bretons contenus pour n’accéder qu’à ceux d’utilisation disent ne pas se connecter tous les QUELLES UTILISATIONS D'INTERNET POUR LA RECHERCHE D'INFORMATION ? de la vie de ceux que certains ont baptisé « génération Internet ». Près relatifs à son territoire de vie. d’accès à toute heure (70%) et la de ces atouts la (72%), la facilité possibilité rapidité de l’information (66%). Parmi jours à la toile. Pour faire face à ce besoin croissant d’information sur LA NAVIGATION SUR INTERNET ces raisons invoquées pour utiliser une pluralité de thèmes, le Réseau n La navigation sur Internet suit Internet, la dernière est la fiabilité de Information Jeunesse Bretagne a l’évolution des usages liés à ce l’information disponible, ce qui pose multiplié sa présence sur Internet en média, elle se fait principalement par un problème certain du point de vue administrant, par exemple, une moteurs de recherche pour plus des professionnels de l’information plateforme de blogs donnant la de sept jeunes sur dix. Ce mode de des jeunes puisque la source la plus possibilité navigation à chacune des 70 a tout de même citée par les jeunes pour s’informer (-21%) est jugée peu fiable par ces mêmes enquête jeunes. Fort heureusement, les jeunes structures du Réseau de dispenser considérablement baissé une information en lien direct avec par notre rapport à les territoires de vie des jeunes. précédente. A contrario les jeunes bretons font appel à plusieurs critères Jeunes qui utilisent Internet à tous les surfent de plus en plus de site en site pour pour croiser l’information trouvée sur moments avec accéder à l’information recherchée, Internet, cette tendance s’accentuant évidemment des pics en fin de cette modalité concerne plus de six avec l’âge. L’enjeu est bien de de la journée jeunes bretons sur dix avec une pouvoir progression de 32% comparativement à d’éducation à l’information afin LES MOYENS D’ACCÈS À INTERNET l’enquête précédente. La recherche d’accompagner les plus jeunes dans n Les moyens d’accès à Internet ont d’information passe aussi par les réseaux leur parcours d’information. Cette journée et en soirée. proposer une forme ces sociaux pour près d’un jeune sur deux démarche est entreprise notamment dernières années notamment du fait avec ici encore une forte progression avec le travail d’un groupe « TIC » de l’entrée en force du smartphone par rapport à 2010 (+20%). Ces régional, composé de professionnels dans réseaux sociaux ont connu une du réseau IJ breton, qui prend la considérablement le changé paysage numérique, bouleversant quelque peu le modèle progression fulgurante chez les plus forme de la création d’un outil précédent fait d’ordinateurs de jeunes ces dernières années ce qui d’animation et d’un guide « Comment salons, de câbles et de prises impose une présence sur ces médias bien s’informer sur Internet ». murales. Ainsi ces smartphones sont pour les professionnels de la aujourd’hui le moyen d’accès à Jeunesse Bretagne a entrepris depuis sur deux avec une progression de quelques années une démarche de 36% en comparant aux chiffres issus 20 jeunesse. Le Réseau Information Internet privilégié par plus d’un jeune professionnalisation sur l’usage des
  21. 21. 3 L'ORIENTATION PROFESSIONNELLE, LA RECHERCHE D'UN EMPLOI OU D'UN JOB ET LES BESOINS EN FORMATION n CONNAISSANCE DES LIEUX RESSOURCES EN MATIÈRE D’ORIENTATION PROFESSIONNELLE un contexte de crise économique accompagné d’un taux de chômage élevé et de lutte contre le décrochage > Parmi ces organismes et supports, lesquels sont pour vous des lieux ressources pour se faire aider en matière d’orientation scolaire ou professionnelle ? scolaire, à la 35% Pôle emploi - PAE - APEC orientation est en réalité plurielle tout 35% Mission Locale importance toute particulière. Cette s’agit 48% Internet l’orientation professionnelle revêt une puisqu’il 3 28% Presse (Ouest-France, Télégramme...) fois 26% CIO - SUIO- SICF - CDI d’orientation professionnelle donc 23% CRIJ, BIJ, PIJ mais aussi d’orientation scolaire, de 17% Cité des métiers recherche d’emploi ou d’un job. En 16% Agences d'interim résulte un fort besoin en formation lié L’ORIENTATION PROFESSIONNELLE, L’EMPLOI ET LES BESOINS EN FORMATION Dans Non réponse 7% à un marché du travail toujours plus Maison de l'emploi 6% exigeant du fait d’une demande Centre de bilan de compétences 6% bien supérieure à l’offre. Il convient Autre 5% de prime abord de faire un état des Association d'aide aux demandeurs d'emploi 4% lieux de la connaissance que Point d'accueil MFP 4% peuvent des AGEFIPH - Cap Emploi 3% ressources et des FONGECIF 3% d’information à leur MGI/MIJEC 2% CIDFF 2% avoir organismes supports les jeunes disposition en la matière. de jeunes le citant pour une citent immédiatement après, la recherche générale, à 48% pour Mission Locale et le Pôle Emploi (et une recherche liée à l’orientation autres professionnelle ou scolaire. Mais auprès des demandeurs d’emploi) nous ne pouvons pas exclure du fait qu’il s’agit d’un passage organismes intervenant qu’Internet soit cité y compris pour obligatoire des supports démarches pour les jeunes arrivant ce (presse) qui étaient proposées aux sur le marché de l’emploi. Enfin, à graphique : Internet arrive en répondants. Il convient également peu près un jeune sur cinq identifie première position, certes mais en de noter qu’un jeune sur deux n’a la presse, les services d’orientation comparant à la question portant pas cité cette modalité. Les jeunes scolaire (CIO, SUIO…) et le Réseau sur la recherche d’information en ont recours à plusieurs sources Information général dans la première partie de pour leur orientation, qu’elle soit ressources pour son orientation. cette étude, Internet passe de 88% professionnelle Quelques observations sur organismes ou ou en terme Jeunesse de comme scolaire. Ils 21
  22. 22. Cette pluralité d’interlocuteurs dix connaissent ainsi soit de 2 à 3 identifiés par les jeunes bretons lieux ressources (45%) ou 4 lieux pour leur orientation se vérifie ressources ou plus (28%). Un jeune lorsque nous nous intéressons au sur cinq connait au moins un lieu nombre de lieux ressources ou ressource et moins d’un jeune sur supports identifiés. En effet, ceux- dix n’en cite aucun (7%). > Nombre de lieux ressources cités 4 lieux ressources et plus 28% De 2 à 3 lieux ressources 45% Aucun lieu ressource 7% 1 lieu ressource 20% ci citent en majorité au moins 2 lieux ressources. Sept jeunes sur 3 En moyenne : 2,7 lieux connus En croisant ces données avec la que situation connaissent qui citent le plus de lieux ressources. lieux Ici encore ceci s’explique par leur jeunes, nous nous apercevons sans ressources que la moyenne des situation au moment où la question surprise réelle que les demandeurs jeunes bretons, ce qui peut laisser leur a été posée. d’emploi qui penser que leur orientation n’est lieux pas achevée et qu’ils souhaitent ressources dans la mesure où ils peut-être à plus ou moins long sont L’ORIENTATION PROFESSIONNELLE, L’EMPLOI ET LES BESOINS EN FORMATION emploi terme professionnelle sont connaissent en le des ceux plus recherche de active au les actifs en plus changer de de métier ou moment où ils ont été interrogés. A évoluer professionnellement, nous y l’inverse les reviendrons. Parmi ces actifs en lycéens se préoccupent moins de emploi, il convient de souligner que > Nombre moyen de lieux ressources selon la situation professionnelle les collégiens et ces questions, au cœur de leur ce cursus scolaire. Nous observons 3,4 Demandeur d'emploi Actifs en emploi Élèves / étudiants 3,15 formation professionnelle continue sont les stagiaires Pôle emploi Mission PAE – APEC Internet APECITA Locale de la Réseau IJ Presse 2,3 CIO – SUIO Agences SICF – CDI d’intérim Brevet des collèges/sans diplôme 52% 43% 25% 15% 11% 34% CAP – BEP 70% 53% 36% 21% 20% 14% 30% Bac général ou techno ou pro 64% 41% 39% 27% 27% 16% 24% Bac +1 ou +2 49% 48% 48% 46% 32% 29% 22% Bac + 3 ou plus 32% 47% 54% 28% 32% 37% 13% Ensemble des actifs Le 83% 52% 47% 46% 29% 27% 25% 21% varie une forte majorité des jeunes n’ayant pas de diplôme considérablement selon le niveau de diplôme des type plus élevé que le baccalauréat, la Mission Locale est le actifs. En effet plus celui-ci est élevé plus l’autonomie lieu ressource le mieux identifié. A contrario, les jeunes des jeunes est grande. Ainsi le niveau de diplôme a une de niveau bac+3 ou plus, placent Internet au premier influence de lieux ressources prépondérante dans cités la recherche d’information en matière d’orientation puisque pour 22 rang, très certainement car ce support nécessite une grande autonomie dans la recherche d’information.
  23. 23. n L’ORIENTATION PROFESSIONNELLE sont sant de distinguer l’orientation référents auxquels ont recours les multiples lorsqu’il s’agit d’orienta- Les relais d’information scolaire de l’orientation profes- jeunes lorsqu’il s’agit d’orientation tion professionnelle, les jeunes sionnelle pour s’attarder sur cette professionnelle, référents physiques bretons interrogés identifient bien dernière. Ainsi que nous l’avons ou supports d’information. Les les différents lieux ressources. Pour fait dans la première partie, nous résultats ci-dessous sont éloquents. affiner ces résultats, il est intéres- nous sommes attachés aux > Auprès de qui ou de quoi vous êtes-vous adressé pour vous informer sur votre orientation professionnelle ? 3 57% Internet, mobiles L’ORIENTATION PROFESSIONNELLE, L’EMPLOI ET LES BESOINS EN FORMATION 56% Enseignants, éducateurs, animateurs 49% Parents, famille 41% Amis 35% Structures d'information 15% Média (TV, Presse, Radio...) 3% Non réponse D’emblée, nous pouvons noter un donc d’une baisse de 30 points exprimées. En analysant les réponses tassement d’Internet dans les pour les recherches concernant en considérant la classe d’âge des recherches d’information dès que l’orientation professionnelle. Ce jeunes, nous observons la baisse celles-ci sont plus précises. C’était chiffre vient en résonnance de du recours à l’entourage chez les déjà le cas dans la question celui d’un jeune sur dix choisissant plus âgés et à l’inverse une plus évoquée plus haut sur les lieux Internet pour sa fiabilité (toujours grande fréquentation des struc- ressources, organismes et sup- dans la partie Recherche d’infor- tures d’information avec un rapport ports. Rappelons qu’au début de mation sur Internet). En matière du simple au double. Les modalités ce rapport, à la question « Auprès d’orientation professionnelle, la enseignants/éducateurs et Inter- de qui ou de quoi vous adressez recherche est davantage couplée net/mobiles varient moins en fonc- vous votre avec d’autres interlocuteurs au tion de l’âge et demeurent à un recherche d’information ? », près en priorité premier rang desquels émerge niveau élevé. de dix l’entourage (Parents, famille et Amis) s’agit qui recueille 65% des réponses neuf répondaient jeunes pour sur Internet. Il > Choix de l’interlocuteur en matière d’orientation professionnelle selon l’âge 15 - 19 ans 20 - 24 ans 25 - 29 ans 75% 61% 57% 59% 53% 56% 56% 60% 55% 39% 42% 24% Entourage Enseignants, éducateurs... Internet, mobiles Structures d'information 23
  24. 24. n LES CRITÈRES DÉTERMINANTS > Parmi ces critères, lesquels ont été déterminants pour choisir votre formation ou votre métier ? Le choix d’une formation ou d’un métier est déterminé par des critères très dissemblables allant Vos centres d'intérêt des centres d’intérêt, cités par 3 25% Les conditions de travail 21% Le soutien familial (aides, encouragements...) formation, Le coût de la formation de l’emploi) et aux contraintes La durée de la formation 19% matérielles et temporelles (le coût Revenus attendus 19% et la durée de la formation) ont La proximité de la formation, de l'emploi 19% déterminé les choix de formation La pression familiale (parents, amis...) ou de métier de deux jeunes sur Non réponse dix seulement pour chacune de Autre 20% 5% 4% 2% ces modalités. Les réponses diffèrent bien évidemment quelque peu selon l’âge. Nous constatons que les centres d’intérêt sont plus déterminants pour les 25 – 29 ans (80%) que pour les autres. Par ailleurs, la proximité de la formation ou de l’emploi et le © CRIJ Bretagne L’ORIENTATION PROFESSIONNELLE, L’EMPLOI ET LES BESOINS EN FORMATION la 33% Le/Les secteur(s) d'activité 5% des jeunes uniquement. Les éléde 37% Les débouchés, sécurité de l'emploi pression familiale évoquée par proximité 43% Vos compétences plus de sept jeunes sur dix à la ments inhérents à la mobilité (la 72% coût de la formation varient quasiment du simple au double selon la classe d’âge des jeunes. Les compétences propres, enfin, > Critères déterminants pour choisir une formation ou un métier selon l’âge ? 15 - 19 ans 20 - 24 ans sont plus importantes aux yeux de ceux qui sont les plus à même de 25 - 29 ans les avoir acquises, à savoir les 80% plus âgés. 72% 66% 49% 39% 25% 14% Vos centres d'intérêt 24 41% 24% 24% 17% 13% La proximité de la Le coût de la formation formation, de l'emploi Vos compétences
  25. 25. Seuls trois critères déterminants évoluent les moins diplômés ont-ils moins de plus diplômés se sentent au fond moins de manière significative selon le niveau latitude à faire valoir leurs centres d’intérêt concernés puisque leurs diplômes de diplôme. Il s’agit d’une part des ou leurs compétences au bénéfice des devraient leur permettre d’échapper à la centres d’intérêt qui varient du simple au conditions de travail pour lesquelles les pénibilité au travail. double selon que l’on soit titulaire d’un brevet des collèges ou d’un Bac +3 ou > Les critères déterminants selon le niveau de diplôme des actifs plus (respectivement 48% et 87%). Il s’agit d’autre part des conditions de travail qui Centres d'intérêt Conditions de travail Compétences sont deux fois plus importantes aux yeux des titulaires d’un CAP ou d’un BEP que 87% 61% compétences déterminent beaucoup pour les titulaires d’un Bac +1 ou +2 que 34% pour les moins diplômés. Il s’agit ici de 33% 60% 48% 50% 47% 40% 28% 32% 27% CAP BEP Bac général ou techno ou pro 22% critères qui peuvent apparaître comme discriminants car il est évident que les n LES FREINS Le principal frein pour choisir sa formation ou son métier est lié au (39%). Près d’un jeune sur cinq se sent freiné par un manque d’information en la matière. Notons que 26% des jeunes interrogés n’ont Bac +1 ou +2 Bac +3 ou plus > Parmi les éléments suivants, lequel vous a freiné pour choisir votre formation ou votre métier ? n tio ma r e nfo nt ns d'i nt me po e e ité é me qu nc bil nr e o o an ina og •N •M •F •L •M 39% pas répondu à cette question notamment les collégiens/lycéens et les 26% apprentis (37% de chacune de 26% 21% 16% © Jérémie Lusseau financement Brevet des collèges/ sans diplôme •A u tr e moins diplômés n’ont pas moins de centres d’intérêt que les autres. Peut-être ces catégories). 5% n L’ENTRÉE DANS LE MONDE PROFESSIONNEL L’entrée dans le monde professionnel revêt plusieurs formes, qu’il s’agisse d’un stage de fin d’études, d’un premier emploi ou encore d’un stage obligatoire pour les élèves de 3 ème . Elle est globalement plutôt bien vécue par la majorité des jeunes bretons (48% plutôt bien et 34% très bien). Aucune expérience (ou non répose) 10% très bien 48% Plutôt bien 48% Plutôt mal 6% Très mal 1% > Comment s’est déroulé votre entrée dans le monde professionnel ? 25 L’ORIENTATION PROFESSIONNELLE, L’EMPLOI ET LES BESOINS EN FORMATION plus les choix d’orientation professionnelle 3 72% 72% des plus diplômés (40% et 22%). Les
  26. 26. En s’intéressant de plus près au mais la des de longue durée ont trouvé leur stage, qui demeure l’un des professionnels de l’information est tuteur peu ou pas préparé, peut- moyens les plus courants de un une être du fait d’attentes élevées en découvrir le monde du travail, impression que amont, contre 11% de la totalité nous constatons que moins d'un beaucoup de jeunes vivent les des jeunes qui ont ressenti ce jeune sur deux (45%) dit avoir démarches liées à la recherche manque de préparation. rencontré des difficultés lors de d'un stage assez difficilement. 20% son stage. Ce chiffre est important de ceux ayant effectué un stage peu perception différente avec générale > A quelles difficultés avez-vous été confronté lors de ce stage ? 3 50% Aucune difficulté rencontrée 21% Difficulté à trouver l'entreprise 13% Manque d'accompanement (pendant) L’ORIENTATION PROFESSIONNELLE, L’EMPLOI ET LES BESOINS EN FORMATION Difficultés financières (stage non rémunéré) 12% Tuteur ou maitre de stage peu ou pas préparé à l'accueil 11% Stage non préparé (par l'école, l'entreprise...) 6% Non réponse 5% Entreprise non adaptée 3% Autre 2% > Attentes liées aux stages selon la situation socio-professionnelle Avoir des S’adapter à la vie Trouver sa Découvrir Passer de la Se créer Etre Rien responsabilités, d’une entreprise : vocation embauché de spécial un secteur théorie à la des relations/ assurer horaires, d’activité pratique un réseau la conduite encadrement… professionnel d’un projet Collégien/ lycéen 61% 34% 19% 25% 38% 35% 7% 11% En apprentissage 35% 34% 23% 30% 32% 29% 26% 8% Etudiant en alternance 45% 47% 23% 33% 24% 23% 26% 6% Etudiant (hors alternance) 61% 63% 41% 37% 33% 30% 5% 4% Stagiaire de la formation pro continue 64% 42% 50% 29% 26% 26% 28% 2% Chômeur 58% 45% 37% 32% 29% 32% 16% 6% En emploi 48% 60% 48% 31% 20% 21% 20% 3% Ensemble des jeunes ayant fait un stage 56% 47% 35% 30% 30% 28% 15% 7% Cette question des difficultés rencontrées lors d’un formation professionnelle continue sont ceux qui stage renvoie à celle des attentes placées sur cette placent le plus grand espoir dans une embauche à entrée dans le monde professionnel. Ainsi, 26% des l’issue de leur stage (28%), espoir somme toute bien jeunes ayant effectué un stage de plus de 6 mois modeste et qui reste à l’image de l’ensemble des espèrent être embauchés, ce qui semble bien peu, eu jeunes qui ne se font guère d’illusions sur cette égard de leur investissement dans l’entreprise. Les possibilité (15%). Enfin, nous pouvons noter que pour étudiants expriment un fort besoin de passer de la plus d’un jeune breton sur deux, la finalité d’un stage théorie à la pratique (63%) ce qui souligne le manque peut s’avérer déterminant dans la construction de son dans la plupart des filières. Les stagiaires de la 26 est la découverte d’un secteur d’activité, élément qui de lien entre études supérieures et monde du travail projet professionnel.
  27. 27. n LA CONSTRUCTION DE LA VIE PROFESSIONNELLE Les jeunes bretons s’appuient sur après par une part importante des plusieurs éléments pour construire jeunes, respectivement 42% et 35%. leur Si Ces deux dernières modalités se l’expérience professionnelle est la distinguent des autres dans la mesure modalité la plus citée (59%), suivie de où elles ne sont pas liées à la près pratique vie professionnelle. par la rencontre de d’un métier et nous montrent que les jeunes élargissent études (47%), la passion et la leurs horizons pour construire leur vie construction d’un projet personnel © CRIJ Bretagne professionnels (49%), l’école et les professionnelle. 3 L’ORIENTATION PROFESSIONNELLE, L’EMPLOI ET LES BESOINS EN FORMATION (hors scolaire) sont évoquées juste > Les principales différences selon le niveau de diplôme des actifs Ecole, études Témoignage vu ou entendu Conseils et échanges avec l'entourage Pause dans le cursus 49% 38% 36% 35% 32% 29% 27% 26% 23% 18% 21% 16% 16% 14% 14% 11% 7% 6% 5% 2% Brevet des collèges/ sans diplôme CAP – BEP Bac général ou techno ou pro Bac +1 ou +2 Bac + 3 ou plus n LES BESOINS DES JEUNES BRETONS Pour leur orientation professionnelle, les jeunes bretons ont besoin > Pour vous aider dans votre orientation professionnelle, quels seraient vos besoins ? d’un plus grand lien avec le monde du travail. Ils nous le disent en plaçant la rencontre avec des Rencontre des profesionnels du monde du travail 55% Effectuer davantage de stages en entreprise 43% Rencontrer des professionnels de l'information et de l'orientation 28% en première position et ce pour plus d’un jeune sur deux (55%). Cette tendance est confirmée par les 43% de jeunes qui expriment le Participer à des forums/ salons sur l’orientation professionnelle 18% Connaître les lieux ressources et sites Internet ressources 15% besoin d’effectuer davantage de stages en entreprise. Rencontrer des professionnels de l’information Ne sais pas 13% Non réponse Autre professionnels du monde du travail 7% 2% et de l’orientation est quant à lui un besoin exprimé par près d'un tiers des jeunes bretons. 27
  28. 28. n L’ENVIE D’ÉVOLUER OU DE CHANGER DE MÉTIER A l’orée > Avez-vous envie d’évoluer ou de changer de métier ? de leur carrière professionnelle ou l’ayant Ne sais pas ou non-réponse 10% débutée depuis quelques années seulement, les jeunes souhaitent évoluer (51%) ou changer de Oui, j’ai envie d’évoluer 51% Non 26% métier (13%). Cette question ne concernait que les jeunes en © CRIJ Bretagne L’ORIENTATION PROFESSIONNELLE, L’EMPLOI ET LES BESOINS EN FORMATION 3 activité professionnelle au moment de l’enquête (catégorie Oui, j’ai envie de changer de métier 13% des actifs en emploi). > Les raisons de cette envie f ns iso a •R e ièr nc ina Plusieurs raisons sont invoquées nd po e os res s h or te ie ec ec n nv u tr i n atte d'e sir u s ra q e i oi loi me qu la rv an de p ou mp as à •E p •P • M ou 49% s par •S s de nt e tim en r ne tag les jeunes bretons pour changer le cours de leur vie professionnelle selon qu’ils veulent changer ou évoluer. Les plus significatives ayant retenu notre attention sont l’emploi qui 41% 36% 39% ne correspond pas aux attentes 33% (49%), 28% 29% les raisons (41%) ou encore le manque d’envie ou de plaisir (33%) pour 16% ceux qui expriment le besoin de 10% 8% changer de métier. Les jeunes qui souhaiteraient Envie d’évoluer financières Envie de changer de métier simplement évoluer citent l’envie de voir autre chose (39%), les raisons financières également (36%) et le sentiment de stagner (28%). . 68% 64% 59% 54% Une comparaison avec les résultats de l’enquête de 2010 sur la même question montre des différences assez prononcées avec globalement une plus forte 2010 (2ème édition de l'enquête) envie d’évoluer ou de changer. Les modalités envie d'évoluer et envie de changer de métier ont été additionnées 2013 (3ème édition de l'enquête) CDI CDD Envie d'évoluer ou de changer de métier 28
  29. 29. > L’envie d’évoluer ou de changer de métier selon le niveau de ressources Le niveau de ressources donne plus de 1500 euros par mois, une autre lecture de ces envies gardent cette envie d’évolution. d’évolution Envie d'évoluer Envie de changer de métier Non Plus de 1500 € Situé entre 1000 € et 1500 € niveau de ressources et notons expriment la plus grande envie que plus de trois jeunes sur dix touchant plus de 1500 euros par envie concerne tous les niveaux mois de chez changement ressources les confondus y compris les plus élevés puisque n’ont pas envie de leur vie dans 3 professionnelle. quatre jeunes sur dix gagnant n LES BESOINS D’INFORMATION LORS DE LA RECHERCHE D’EMPLOI > Les besoins d’informations lors de la recherche d’emploi Nous avons analysé précédemment trois d’orientation professionnelle. Dans renseignés le Non d’informations d’ordre pratique et les besoins d’information en matière Oui démarches possibles. 43% 42% 49%33% 33% 31% 25% de leur d’emploi, Ne sais pas ou non réponse cadre les jeunes 26% sur dix leurs se sont droits et bretons sur la législation du travail, les démarches possibles ou encore des Informations d’ordre pratique sur peuvent être amenés à s’informer 18% Législation du travail recherche jeunes Droits et démarches besoins d’ordre pratique (rédaction d’un CV, définition d’un projet professionnel, création d’entreprise…). En ce qui concerne la législation du travail, un peu plus © CRIJ Bretagne de trois jeunes sur dix disent avoir eu besoin de ce type d’information à un moment donné. Près d’un jeune sur deux a eu besoin > Si vous avez eu besoin d’informations sur vos droits et démarches possibles, quelles informations avez-vous recherchées ? de i 'ai plo nà n d l'em o io à e pti i at u r à cri plo ides uch loc to SA Ins e Em A ba Al u re • ôl • em •R • a P l' Il est intéressant, ici encore, de 44% 42% 33% 31% 27% 18% était inhérentes au RSA. L’ensemble de ces modalités a été plus cité dans cette 2010. Une dix il s’agit enquête que dans la de précédente au détriment de la modalité « autre », ce qui peut nous au Pôle Emploi, quatre jeunes sur 23% sur précision recherches relatives à l’inscription 5% 2010 (2ème édition de l'enquête) 2013 (3ème édition de l'enquête) bretons effectuent des recherches de jeunes 41% comparer nos résultats avec ceux recherches, pour près de six 59% l’emploi (41%) et 27% des jeunes demandée sur la nature de ces e utr •A laisser imaginer que les jeunes dix s’informent aussi bien sur les ciblent mieux leurs recherches aides à l’embauche (42%) que sur aujourd'hui. l’allocation d’aide au retour à 29 L’ORIENTATION PROFESSIONNELLE, L’EMPLOI ET LES BESOINS EN FORMATION Inférieur à 1000€ 12% quant à elle varie peu selon le d’évoluer (53% et 60%), cette 20% 12% 18%19% 36% L’envie de changer de métier les plus bas sont bien ceux qui 40% jeunes bretons. Si les jeunes aux revenus 60% 53%
  30. 30. SYNTHÈSE LA CONNAISSANCE DES LIEUX professionnelle. Ainsi en matière de intéressant de noter qu’un jeune sur deux RESSOURCES supports, Internet arrive encore une n’a rencontré aucune difficulté au cours fois en première position, cité par 57% de ce stage. Les attentes placées derrière professionnelle nécessite une bonne des jeunes. Cependant l’entourage, ces stages sont multiples et varient selon connaissance des organismes et lieux (regroupant parents/famille et amis) la situation des jeunes. Pour les ressources. En la matière, les jeunes est l’interlocuteur privilégié par les collégiens et lycéens, il s’agit avant tout bretons s’appuient sur Internet (48%) et jeunes puisque 65% d’entre eux citent de découvrir un secteur d’activité (pour sur la Mission Locale pour 35% d’entre au moins une de ces sources. Les 61% d’entre eux) alors que les étudiants n 3 L’orientation scolaire ou les PAE et l’APEC. Même si Internet arrive professionnels et employeurs sont cités en première position, il convient de L’ORIENTATION PROFESSIONNELLE, L’EMPLOI ET LES BESOINS EN FORMATION eux et à égalité avec le Pôle Emploi, enseignants, quant à eux par 56% des jeunes. Dans éducateurs, référents expriment fortement le besoin de passer de la théorie à la pratique (63%). remettre ce chiffre en perspective avec les modalités les plus citées par les LES BESOINS DES JEUNES BRETONS celui sur la recherche d’information en jeunes, notons que 35% d’entre eux n Pour leur orientation professionnelle, général dans la première partie de disent structures les jeunes bretons ont besoin d’un plus notre enquête. Là où près de neuf d’information, ce choix étant plus mis grand lien avec le monde du travail. Ils jeunes sur dix nous disaient s’informer en avant par les actifs que par les autres nous le disent en plaçant la rencontre grâce à Internet, ce chiffre chute composantes de notre échantillon. s’adresser aux avec des professionnels du monde du travail en première position et ce pour considérablement dès qu’il s’agit d’une recherche sur un sujet un peu plus LES CRITÈRES DÉTERMINANTS plus d’un jeune sur deux (55%). Pour ce précis comme l’orientation. Les jeunes n Le choix d’une formation ou d’un faire, le réseau Information Jeunesse citent en moyenne 2,7 lieux ressources métier est déterminé par des critères très Bretagne met par exemple en place pour s’informer en matière d’orientation dissemblables centres des actions de découverte des métiers scolaire ou professionnelle bien que d’intérêt pour 72% des jeunes interrogés « PIJ-tu …les métiers de… » organisées des différences apparaissent selon le à la pression familiale pour 5% d’entre par les PIJ de Ploërmel et de Guer. Ces statut des personnes interrogées. Le eux. Ces critères évoluent énormément rencontres rassemblent des jeunes, des niveau de diplôme est également un selon le niveau de diplôme : pour 87% professionnels et des organismes de critère discriminant dans le choix de son des plus diplômés, les centres d’intérêt formation pour faire émerger et valider interlocuteur, ainsi les moins diplômés sont le principal critère pour choisir une (ou non) un projet d’orientation. allant des ont tendance à s’appuyer pour une formation ou un métier alors que ce écrasante majorité sur le réseau des critère n’est mis en avant que par moins Missions Locales alors que les plus d’un jeune sur deux chez les moins L’ENVIE D’ÉVOLUER OU DE CHANGER DE MÉTIER diplômés, jouissant d’une plus grande diplômés. Il en va de même pour les n Les jeunes en activité professionnelle autonomie, privilégient Internet pour compétences citées par 33% des souhaitent évoluer (51%) ou changer de s’orienter. titulaires d’un brevet des collèges ou métier (13%). En ce qui concerne l’envie sans diplôme alors que 60% des titulaires d’évoluer, elle correspond à une envie d’un bac +1 ou +2 les mettent en avant. de voir autre chose pour près de quatre n L’orientation professionnelle s’appuie L’ENTRÉE DANS LE MONDE pour 36% d’entre eux. Ces mêmes sur une pluralité d’interlocuteurs au PROFESSIONNEL raisons financières sont invoquées par premier émerge n L’entrée dans le monde professionnel 41% des jeunes formalisant une envie de l’entourage du jeune. Il convient de est bien vécue par une très grande changer de métier. Cette même envie distinguer les organismes identifiés par majorité des jeunes bretons (48% plutôt trouve sa source dans un emploi ne les jeunes comme ressources des bien vécue et 34% très bien). Une des correspondant pas aux attentes pour supports utilisés pour les recherches principales modalités d’entrée dans la 49% des jeunes. d’information en termes d’orientation vie professionnelle étant le stage, il est LES INTERLOCUTEURS POUR L’ORIENTATION 30 rang jeunes sur dix et à des raisons financières desquels
  31. 31. n L’ENGAGEMENT DES JEUNES > Avez-vous déjà réalisé une expérience de bénévolat, d’engagement ou d’initiative ? Non 45% 4 Oui 55% LES PRATIQUES D’ENGAGEMENT, DE BÉNÉVOLAT ET LES INITIATIVES 4 LES PRATIQUES D’ENGAGEMENT, DE BÉNÉVOLAT ET LES INITIATIVES Plus d’un jeune sur deux dit avoir déjà réalisé une expérience de bénévolat, d’engagement ou d’initiative. Ce chiffre est à mettre en perspective avec la courbe du taux d’engagement selon la classe d’âge. En effet en croisant la réponse à cette question avec la tranche d’âge, le chiffre des jeunes ayant déjà réalisé une expérience de bénévolat, d’engagement ou d’initiative passe à 71% chez les plus âgés. Ce chiffre peut s’expliquer de plusieurs manières : tout d’abord notre questionnaire ne demandait pas de préciser le moment de la réalisation de l’expérience, ainsi un jeune entre 25 et 29 ans peut très bien avoir répondu oui tout en se référant à une expérience réalisée des années plus tôt. De même, l’âge aidant, il est peut-être plus facile de formaliser une expérience d’engagement en tant que telle. > Taux d’engagement selon la classe d’âge 71% 56% 41% 15 - 19 ans 20 - 24 ans 25 - 29 ans Il convient d’apporter d’autres éclaircissements à ces données. Pour un certain nombre de domaines, la majorité est une condition sine qua non à l’engagement, ce qui de fait exclut les plus jeunes. Par ailleurs, ces derniers ne se sentent pas toujours capables de s’engager, ils sont parfois plus inhibés d’où souhaitent. Enfin, les professionnels de la jeunesse constatent que l’on peut très souvent parler de parcours d’engagement pour les jeunes qui s’engagent, confortant l’idée que l’engagement est souvent le fruit d’un cheminement sur plusieurs années. © Jérémie Lusseau l’importance de l’accompagnement vers l’engagement pour ceux qui le 31
  32. 32. Le niveau de diplôme est un critère discriminant pour puisque des modalités d’engagement les passé. De même, les établissements sont favorisent d’enseignement supérieur (post-bac) étudiants qu’ils soient en filières sociales l’engagement, ceci s’explique en ne sont pas en reste en la matière ou en écoles de commerce... partie du fait des opportunités offertes > Taux d’engagement selon le niveau de diplôme des actifs conditions apprécier bac par rapport à ceux ne l’ayant pas qui également proposées aux 79% par les établissements scolaires pour 72% s’engager. En effet plusieurs filières 4 (Economie, Gestion, entre autres) 62% incitent les lycéens à monter des projets d’actions qu’ils pourront présenter au baccalauréat. Il s’agit le plus souvent internationale. Ceci explique en partie LES PRATIQUES D’ENGAGEMENT, DE BÉNÉVOLAT ET LES INITIATIVES le bond constaté chez les titulaires d’un 39% 39% Brevet des collèges/ sans diplôme CAP – BEP Bac général ou techno ou pro n DESCRIPTION ET RESSENTI DE L’EXPÉRIENCE Afin d’étudier l’engagement des jeunes, nous leur avons demandé de préciser le domaine dans lequel s’était déroulée l’expérience. Le questionnaire proposait de cocher 3 modalités dans un ensemble de 18 propositions. Nous avons procédé au regroupement suivant (graphique ci-contre) : 20 - 24 ans 25 - 29 ans 28% •C ito ye nn et é •A ut re t 6% • « Culturel » regroupe les modalités : culturel/artistique, festival et groupe de musique 55% 41% 43% 19% •S po r •S •C ul tu re l oc ia le ts ol id ai re 15 - 19 ans Bac + 3 ou plus > Les domaines d’engagement des jeunes bretons 48% > Les domaines d'engagement selon l'âge Bac +1 ou +2 •C ult ur el •S oc ia le ts oli •S da po ire rt •C ito ye nn et •A é ut re d’autofinancer des actions de solidarité • « Social et solidaire » regroupe les modalités : humanitaire, solidarité, handicap, insertion sociale et santé/prévention santé 44% 43% 44% 38% 34% • « Citoyenneté » regroupe les modalités : Droit/justice/accès aux droits, droit au logement, politique, syndical et écologie/environnement 27% 24% 22% 20% 10% 6% 9% 7% • « Autre » regroupe les modalités : religion, projet personnel et expérience internationale ; nous avons choisi de laisser le sport seul du fait de la spécificité de ce type d’engagement. Notons que près d’un jeune sur deux regroupements faits domaine culturel, celui-ci est croissant s’engage dans le domaine culturel, uniquement en fonction du domaine avec l’âge ; à l’inverse les jeunes ont plus dix d’engagement et non par rapport à la tendance à moins s’engager dans le s’engagent dans le domaine social et motivation de cet engagement à domaine social et solidaire en de quatre jeunes sur ont été solidaire, près de trois jeunes sur dix laquelle nous nous intéresserons plus vieillissant. Le constat est le même pour sont impliqués dans le sport et que loin dans ce rapport. l’engagement dans le sport. Les moins d’un jeune sur cinq dit s’être En confrontant ces données à l’âge expériences dans le domaine de la engagé des jeunes, nous constatons plusieurs citoyenneté, enfin, suivent une courbe dans un domaine se rapportant à la citoyenneté. Il convient, 32 tendances. enfin, concernant l’engagement dans le de préciser que ces En premier lieu, similaire à celle des expériences dans le domaine culturel.
  33. 33. •P de ar e so sp lid rit ar ité •P ou de r s c ap ho pr se en s dre •E au xem to pl ur e d •D em oi m ans on le pr of pa ca es rc dr sio ou e d nn rs e •P el ar op po rtu ni té •P ou m r on ch qu an ot ge id r •A ie n ut re •P ar pl ai sir > Qu’est-ce qui vous a incité ou motivé ? 57% 4 40% 35% 28% La notion de plaisir est la plus souvent 23% évoquée comme motivation à 23% 20% l’engagement (57%), quatre jeunes sur dix se sont engagés par esprit de solidarité et 35% de jeunes se sont engagés pour LES PRATIQUES D’ENGAGEMENT, DE BÉNÉVOLAT ET LES INITIATIVES 2% apprendre des choses. En croisant ces données avec les domaines d’engagement, nous relevons que dans les domaines culturels et sportifs, le plaisir prévaut sur les autres motivations à s’engager. Cette notion de plaisir, bien que moins évoquée pour les jeunes s’engageant dans le domaine social et solidaire, est néanmoins évoquée par un jeune sur deux. Par plaisir Pour Exemple Par Par esprit de apprendre autour opportunité solidarité des choses de moi Dans le Pour cadre de mon changer parcours mon professionnel quotidien Culturel 66% 32% 36% 34% 26% 20% 22% Social et solidaire 50% 58% 38% 27% 24% 32% 20% Citoyenneté 57% 53% 39% 32% 25% 23% 22% Sport 62% 38% 32% 29% 20% 18% 14% Autre 44% 24% 37% 21% 20% 28% 22% Tous domaines confondus 57% 40% 35% 28% 23% 23% 20% 33
  34. 34. > Comment avez-vous réalisé cette expérience ? Les modes de réalisation, la durée et l’engagement les territoires où se déroulent les concerne que 19 % des jeunes. Nous expériences bénévolat, avons regroupé sous le terme d’initiatives engagement collectif les modalités montrent bien qu’il existe de multiples suivantes : « en groupe de plus de 10 formes d’engagement. » (29%), « en petit groupe » (25%), « de d’engagement 4 et réalisé seul ne Seul 19% Collectivement 81% avec des amis » (21%), « en famille » Pour ce qui est du mode de réalisation (4%) et « autre » (9%). tout d’abord, plus de huit jeunes sur LES PRATIQUES D’ENGAGEMENT, DE BÉNÉVOLAT ET LES INITIATIVES dix s’engagent collectivement, > Globalement, quelle a été la durée de cette expérience ? 44% La durée de l’engagement dépend réalise de plusieurs paramètres (le domaine cheminement. d’expérience, l’âge…). 44% des S’engager modestement dans un expériences premier temps peut donner envie de des jeunes durent sous la forme d’un 31% quelques heures ou quelques jours s’engager de plus en plus par la suite alors que pour un jeune sur quatre au l’expérience s’étale sur plus de 2 ans. expériences Ceci 25% enrichissantes. conforte l’hypothèse d’un fur et à mesure que deviennent les plus Quelques heures, quelques jours parcours d’engagement qui se Entre 1 mois et 1 an Plus de 2 ans > Sur quel territoire s’est déroulée l’expérience ? National 5% International 7% Régional 15% Départemental 17% Local (commune) 56% Ces expériences se déroulent pour plus de la moitié d’entre elles au niveau local. Les jeunes sont de plus en plus incités à s’investir localement grâce à de nombreux dispositifs mis en place ces dernières années par les communes et communautés de communes. Quel que soit l’âge des jeunes interrogés, l’engagement se fait toujours majoritairement à un niveau local (63% des 15-19 ans, 56% des 20-24 ans et 54% des 25-29 ans). Cet engagement, de plus en plus développé au niveau local, est une nouveauté notamment par rapport à des représentations qui associaient pendant longtemps engagement et international, ce qui de fait ne destinait que très peu de jeunes à l’engagement. Il ne faut pas sous-estimer pour autant l’engagement supra-local qui concerne 44% des jeunes en associant tous les autres territoires de réalisation de l’expérience. 34
  35. 35. n LES MOYENS D’INFORMATION > Dans le cadre de cette expérience, auprès de qui ou de quoi vous êtes-vous informés ? Dans la perspective de la réalisation (35%) et Internet (29%). Ce dernier chiffre est relativement •A m is devant les enseignants, éducateurs •M pr édi es as se (T , r V, ad io. ..) •N ou um gr éro at s ui ve ts rt s source d’information (52%) loin •E n éd sei an ucagna im te nt at ur s, eu s, rs ... •I nt er ne t, m ob ile •S s tru d' c in tu fo re rm s at io n •P fa are m nt ille s, d’un projet, les amis sont la principale faible comparativement à celui de 88% des 4 52% jeunes ayant recours à Internet pour recherche d’information générale (en première partie de ce rapport). Nous pouvons dresser le même constat que pour l’orientation 35% 29% 21% scolaire et professionnelle : lorsque les 21% 16% jeunes recherchent une information LES PRATIQUES D’ENGAGEMENT, DE BÉNÉVOLAT ET LES INITIATIVES une relative à un domaine très précis ils ont tendance à moins privilégier 1% Internet comme source. La comparaison avec les réponses à la question sur la recherche d’information en général est intéressante également pour les autres modalités. Ainsi, les amis restent une source d’information stable puisqu’ils étaient cités à 54% pour la recherche d’information d’ordre général. Les parents et la famille chutent, de 50% dans un cadre général, à 21% ici. Un besoin d’émancipation vis-à-vis de la cellule familiale, lorsqu’il s’agit d’engagement, pourrait constituer un élément d’explication de cette tendance. Les enseignants, éducateurs, animateurs sont plus sollicités dans le cadre de besoins d’information sur l’engagement (35%) que pour une recherche générale (26%). Les médias, quant à eux ne sont pas perçus comme des sources d’information en la matière (16%) alors qu’ils demeurent bien identifiés pour les recherches d’information en général (45%). nous d’éducation à l’engagement, voire était perçu auparavant, c'est-à-dire un montrent l’importance d’un contact d’éducation populaire. La notion de engagement humain pour s’informer lorsque les plaisir est primordiale aux yeux des religieux ou syndical au sens d’une projet jeunes qui s’engagent (57%). L’idée de mobilisation pour une grande cause. Il des plaisir peut s’interpréter ici comme un est intéressant de noter que d’un point recherches d’information en général désir de s’engager sans contrainte par de vue sémantique, le plaisir renvoie pour lesquelles les jeunes multiplient les opposition à l’engagement tel qu’il souvent à la notion d’individualité Globalement, jeunes ces chiffres portent d’engagement à un l’inverse souvent politique, sources et supports. Les pratiques de bénévolat, d’engagement et les initiatives se réalisent plutôt en groupe (54% des expériences), localement pour plus de la moitié des jeunes et les amis sont le premier moyen de s’informer sur ces questions (52%). Nous voyons émerger à travers ces chiffres la notion de parcours d’engagement que les professionnels de la jeunesse doivent être en capacité d’accompagner dans un cadre 35
  36. 36. (jouissant de ce plaisir) alors qu’en la la durée de l’engagement et son s’engageant seuls que par ceux matière, l’engagement se réalise le mode de réalisation (collectif ou seul). réalisant leur expérience à plusieurs. plus souvent en groupe. Les dernières Près des trois quarts des actions sur le L’engagement avec des amis se fait études sur le sujet et notamment celle long terme ont été réalisées par plaisir dans deux tiers des cas par plaisir. réalisée par France Bénévolat « La (71%). Les actions durant entre 1 mois L’esprit de solidarité est plus évoqué situation du bénévolat en France » (juin lors apprendre des choses, pour un tiers motivations n’évoluent par contre formes d’engagement et confirme d’entre elles (33%). Ces expériences qu’assez peu en fonction du territoire surtout le fait que les jeunes s’engagent 4 et 1 an ont plutôt été faites pour 2013) montrent bien ces nouvelles entrent dans le parcours professionnel de réalisation si ce n’est que l’envie de d’actions en groupe. Ces des jeunes et près d’un tiers d’entre eux changer son quotidien qui est plus part le plaisir comme motivation, les les ont réalisées pour changer leur forte autres modalités ayant encouragé ces quotidien. Ces trois raisons sont l’international que chez les autres. expériences varient également selon LES PRATIQUES D’ENGAGEMENT, DE BÉNÉVOLAT ET LES INITIATIVES de plus en plus (+32% en 3 ans). Mis à largement plus citées par ceux lors d’une expérience à n LES IMPACTS DE L’EXPÉRIENCE Les expériences de bénévolat, d’engagement et les initiatives des jeunes produisent plusieurs effets sur le parcours de vie des jeunes. Ces expériences ont permis aux jeunes de faire des rencontres pour deux tiers d’entre eux et d’acquérir de nouvelles compétences pour plus de la moitié d’entre eux. Seul 1% des engagés estime avoir perdu son temps. Près de •J 'ai fa it d es > Quel a été l’impact de cette expérience ? re •J nc 'ai on ac tre qu s is de •J no 'ai uv m el ur le i/g sc om ra •J nd pé e i m te nc e se es ns ut •J ile e da m e ns su la is so ép •J cié an 'ai té ou dé i co uv er •C td 'au el a tre m sc 'a ai ul dé tu •J re à 'ai s tro pe uv rd er u m m •A a on vo ut te ie re m ps quatre jeunes sur dix disent avoir muri grâce à cette expérience. 66% 55% 39% 38% 34% 21% 15% 1% 1% L’acquisition de nouvelles compétences est à rapprocher de la modalité « aide à trouver une voie professionnelle » citée par 15% des jeunes. Cela montre que ces expériences peuvent avoir un impact dans un parcours global d’orientation et d’insertion professionnelle. Le sentiment d’utilité dans la société et l’épanouissement, cités par près de quatre jeunes sur dix, participent par ailleurs à l’estime de soi et conduisent vers une plus grande autonomie. Tout ceci confirme le besoin d’une approche transversale sur l’engagement, posture de plus en plus adoptée aujourd’hui par les professionnels de la jeunesse. 36
  37. 37. En étudiant l’impact de l’expérience à la lumière de la durée de cette expérience, nous observons que plus l’expérience est longue plus le bénéfice est grand pour le jeune engagé. Cependant, il est intéressant de noter que même pour les expériences les plus courtes, près de quatre jeunes sur dix disent avoir acquis de nouvelles compétences. Ce phénomène s’observe lors des © Jérémie Lusseau expériences de bénévolat sur les festivals d’été notamment, pour lesquelles de nombreux jeunes souhaitent s’engager pour découvrir un secteur d’activité 4 (régie du spectacle, restauration, accueil artistes…) J'ai acquis de nouvelles compétences J'ai muri/ grandi Quelques heures / Quelques jours 60% 38% 24% D'un mois à un an 60% 60% 51% Plus d'un an 76% 71% 51% Total 66% 55% 39% LES PRATIQUES D’ENGAGEMENT, DE BÉNÉVOLAT ET LES INITIATIVES J'ai fait des rencontres Durée de l’expérience Un croisement des données de l’impact de l’expérience avec le domaine d’engagement, permet de s’apercevoir que le bénéfice reste important pour les impacts les plus fréquemment cités quel que soit le domaine dans lequel l’expérience a été réalisée. J'ai fait des rencontres J'ai acquis de nouvelles compétences J'ai muri/ grandi Culturel 75% 68% 48% Social 76% 65% 60% Citoyenneté 70% 78% 64% Sport 67% 70% 32% Autre 69% 64% 51% Total 72% 69% 50% © CRIJ Bretagne Domaines d’engagement 37

×