CHARTE EUROPEENNE                     DE L’INFORMATION JEUNESSE                     Adoptée à Bratislava (République Slova...
PRINCIPESLes principes suivants constituent des lignes directrices pour le travail en information jeunesse généraliste qui...
SOMMAIRE        2800 JEUNES NOUS ONT DIT…                                                         . . . . . . . . . . . . ...
L’EMPLOI      Les ressources financières des jeunes Bretons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...
2 800 JEUNES NOUS ONT DIT…    Le CRIJ Bretagne a fêté ses 30 ans en 2007 : le début dune histoire locale et régionale avec...
INTRODUCTIONL’étude sur “les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information” a été réalisée au cours du quatrièmetrimest...
Structures de passation    La passation des questionnaires s’est déroulée sur                                             ...
IDENTITÉ DES RÉPONDANTSL’échantillon est composé majoritairement de filles (60,2%).D’après l’Insee, les jeunes Bretons son...
Situation des jeunes par classe dâge     Les tranches d’âge ont été définies                                              ...
Notre échantillon est équitablement réparti au niveau des diplômes. Chaque catégorie de diplôme esten effet représentée pa...
COMMENT LES JEUNES S’INFORMENT-ILS ?                                            11                                        ...
COMMENT LES JEUNES S’INFORMENT-ILS ?  Les sources dinformations selon lâge                                                ...
COMMENT LES JEUNES S’INFORMENT-ILS ?                                            LES JEUNES SE SENTENT-ILS ÉCOUTÉS, AIDÉS, ...
COMMENT LES JEUNES S’INFORMENT-ILS ?LE TEMPS DE LA RECHERCHEDINFORMATION                                                  ...
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008

456

Published on

Dans le cadre de la préfiguration d'un Observatoire de la jeunesse orienté sur la question des stratégies d'information des jeunes bretons, le réseau Information Jeunesse Bretagne a mené en collaboration avec GECE une enquête auprès de 2792 jeunes Bretons âgés de 16 à 30 ans.

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
456
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Etude sur les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information - 2008

  1. 1. CHARTE EUROPEENNE DE L’INFORMATION JEUNESSE Adoptée à Bratislava (République Slovaque) le 19 novembre 2004 par la 15ème Assemblée générale de l’Agence européenne pour l’information et le conseil des jeunes (ERYICA). PRÉAMBULEDans des sociétés complexes et dans une Europe intégrée qui offre de nombreux défis et opportunités, l’accès à l’informationet la capacité à l’analyser et l’utiliser sont de plus en plus importantes pour les jeunes européens. Le travail en information jeu-nesse peut les aider à réaliser leurs aspirations et peut promouvoir leur participation comme membres actifs dans la société.L’information jeunesse doit être dispensée de manière à élargir les choix offerts aux jeunes et promouvoir leur autonomie ainsique leur capacité à penser et agir par eux-mêmes.Le respect de la démocratie, des droits de l’homme et des libertés fondamentales implique le droit, pour tous les jeunes, d’avoiraccès à une information complète, objective, compréhensible et fiable sur tous leurs questions et besoins. Ce droit à l’infor-mation a été reconnu dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, par la Convention relative aux Droits de l’Enfant,dans la Convention Européenne pour la Protection des Droits de l’Homme et par la Recommandation n° R (90) 7 du Conseilde l’Europe concernant l’information et les conseils à donner aux jeunes en Europe. Ce droit est également la base des actionsen information jeunesse entreprises par l’Union Européenne. INTRODUCTIONLe travail en information jeunesse généraliste couvre tous les sujets qui intéressent les jeunes et peut inclure un éventail d’ac-tivités : information, conseil et avis, orientation, aide, accompagnement, “coaching” et formation, travail en réseau, ainsi querenvoi vers des services spécialisés. Ces activités peuvent être dispensées par des centres d’information jeunesse, ou par desservices d’information jeunesse au sein d’autres structures, ou via des médias électroniques ou d’autres types de médias. Lesprincipes de cette Charte sont destinés à être appliqués à toutes les formes de travail en information jeunesse généraliste. Ilsconstituent une base de standards minimums et de mesures de qualité qui doivent être établis dans chaque pays, en tantqu’éléments d’une approche globale, cohérente et coordonnée du travail d’information jeunesse, ce dernier faisant partie dela politique de jeunesse.
  2. 2. PRINCIPESLes principes suivants constituent des lignes directrices pour le travail en information jeunesse généraliste qui vise à garantiraux jeunes le droit à l’information :1. Les centres et les services d’information jeunesse sont ouverts à tous les jeunes sans exception.2. Les centres et les services d’information jeunesse s’efforcent de garantir l’égalité d’accès à l’information à tous les jeunes,quels que soient leur situation, leur origine, leur sexe, leur religion, ou leur catégorie sociale. Une attention particulière doitêtre portée aux groupes défavorisés et aux jeunes ayant des besoins spécifiques.3. Les centres et les services d’information jeunesse doivent être accessibles facilement et sans rendez-vous. Ils doivent êtreattrayants pour les jeunes et offrir une atmosphère accueillante. Leurs horaires de fonctionnement doivent correspondre auxbesoins des jeunes.4. L’information fournie est déterminée par les demandes des jeunes, ainsi que par la perception de leurs besoins en informa-tion. Elle traite tous les sujets qui peuvent intéresser les jeunes et évolue constamment de manière à couvrir de nouveaux sujets.5. Chaque usager est respecté comme un individu à part entière et la réponse à chaque question est personnalisée. Cela doitêtre fait d’une manière qui permette à l’usager de renforcer sa capacité à penser et agir par lui-même, d’exercer son autonomieet de développer sa capacité à analyser et utiliser l’information.6. Les services d’information jeunesse doivent être gratuits.7. L’information est fournie de manière à respecter la vie privée de l’usager ainsi que son droit à ne pas révéler son identité.8. L’information est dispensée de manière professionnelle par du personnel qui est formé à cet effet.9. L’information fournie est complète, à jour, exacte, pratique, conviviale et facile d’utilisation.10. Tout est mis en œuvre afin d’assurer l’objectivité de l’information dispensée, et ce grâce au pluralisme des sources utiliséesainsi qu’à leur vérification.11. L’information dispensée doit être indépendante de toute influence religieuse, politique, idéologique ou commerciale.12. Les centres et les services d’information jeunesse s’efforcent d’atteindre le plus grand nombre possible de jeunes, en util-isant des moyens efficaces et appropriés selon les différents groupes et besoins. Ils doivent pour ce faire être créatifs et nova-teurs dans le choix de leurs stratégies, méthodes et outils.13. Les jeunes doivent avoir l’opportunité de participer, de manière adaptée, aux différentes étapes du travail en informationjeunesse, que cela soit au niveau local, régional, national ou international. Cela peut inclure, entre autres, une participation àl’identification des besoins en information, à la préparation et à la diffusion de l’information, à la gestion et à l’évaluation desservices et projets d’information, ainsi que des activités impliquant les pairs.14. Les services et les centres d’information jeunesse doivent coopérer avec d’autres services et structures de jeunesse, en par-ticulier dans leur localité, et travailler en réseau avec des intermédiaires et d’autres organismes qui interviennent auprès desjeunes.15. Les services et les centres d’information jeunesse doivent aider les jeunes à avoir accès à l’information par le biais des tech-nologies modernes de l’information et de la communication, ainsi qu’à développer leurs compétences à les utiliser.16. Aucune source de financement du travail en information jeunesse ne doit agir d’une manière qui empêche un service ouun centre d’information jeunesse d’appliquer l’ensemble des principes de cette Charte. © ERYICA – 2004
  3. 3. SOMMAIRE 2800 JEUNES NOUS ONT DIT… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .6 Jean Lemesle, Président du CRIJ Bretagne INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7 IDENTITÉ DES RÉPONDANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .91 D’UNE MANIERE GENERALE, . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12 COMMENT LES JEUNES S’INFORMENT-ILS ? Les référents en matière de recherche d’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12 Les principales motivations de recherche d’un interlocuteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13 Les jeunes se sentent-ils écoutés, aidés, compris par les adultes ? Pensent-ils que les adultes se sentent concernés par leurs préoccupations ? . . . . . . . . . . . . .14 Le temps de la recherche d’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Les lieux fréquentés sur une année . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15 La satisfaction envers les services d’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Les motivations des jeunes pour se rendre dans un lieu d’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Les réponses apportées lors de la visite d’un lieu d’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 Le moment de la visite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 Zoom sur … les jeunes et leurs manières de s’informer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 EN CE QUI CONCERNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19 LE LOGEMENT, L’EMPLOI ET LA SANTE, COMMENT LES JEUNES S’INFORMENT-ILS ? LE LOGEMENT Le lieu d’habitation et la recherche d’un logement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Les freins et les solutions à l’accès à un logement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21 La connaissance des organismes d’information sur le logement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21 Les besoins d’information en matière de recherche de logement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 La sollicitation des organismes en matière de logement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 Sentiment d’être informé ou pas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23 Zoom sur … le logement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23
  4. 4. L’EMPLOI Les ressources financières des jeunes Bretons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24 Le budget des jeunes Bretons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24 La connaissance des organismes de recherche d’emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25 La sollicitation des organismes de recherche d’emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Les besoins d’information en matière de recherche d’emploi et sentiment d’information. . . . 26 Les freins à l’accès à un emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27 Zoom sur … l’emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27 LA SANTE Les professionnels de la santé rencontrés ces 12 derniers mois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28 La connaissance des organismes de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28 La sollicitation des organismes de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Les besoins d’information en matière de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Les référents en matière de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30 Les modes d’information souhaités en matière de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Zoom sur … la santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .323 LES JEUNES BRETONS ET LEUR ENGAGEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Les causes et les manières de se mobiliser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33 L’avenir des jeunes en Bretagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Zoom sur … l’engagement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34 REGARDS DE… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35 Olivier Allouard, chargé d’études à GECE PERSPECTIVES… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37 Christophe Moreau, sociologue à Jeudevi, chercheur au LARES/Université Rennes 2 CENTRE, BUREAUX (BIJ) & POINTS (PIJ) INFORMATION JEUNESSE EN BRETAGNE . . . . . . . . . . . . . . . . .42
  5. 5. 2 800 JEUNES NOUS ONT DIT… Le CRIJ Bretagne a fêté ses 30 ans en 2007 : le début dune histoire locale et régionale avec un réseau Information Jeunesse fier aujourdhui de ses 70 sites, Points ou Bureaux Information Jeunesse, et associations départementales répartis dans les 4 départements. La présente étude, réalisée par des dizaines de professionnels du réseau ou de partenaires, arrive au bon moment pour actualiser notre regard sur les jeunes Bretons de 15 à 25 ans, leurs pratiques, leurs pro- jets et notamment sur leurs manières de faire dans le domaine de la recherche dinformations (loge- ment/ressources financières – emploi et insertion – santé – projets d’avenirs…) Sur quoi envisagent-ils de s’engager ? 2800 jeunes nous ont fait part de leur point de vue fin 2006, leurs réponses nous apportent plusieurs raisons despérer : • ils privilégient leur avenir en Bretagne • ils sont plus de 20% prêts à sinvestir dans les associations... • 3 jeunes sur 4 trouvent les lieux daccueil et dinformations satisfaisants et adaptés • et ils sont 63% à apprécier dy rencontrer un professionnel qui les écoute et les conseille tout en étant nombreux à utiliser internet pour leurs recherches. Et pourtant ils sont nombreux encore à se sentir insuffisamment informés, doù leur inclinaison "naturelle" à solliciter les parents ou les copains... Ce document est une mine de données précieuses pour tous ceux qui, pour mieux agir, souhaitent dabord mieux comprendre. Ces informations vont nous aider à garder des ressources documentaires adaptées et des formes de communication plus ajustées à leurs pratiques. Ceci ne peut que renforcer nos desseins et nos convictions dans lexercice de notre mission dintérêt public : accueillir et informer tous les jeunes -gratuitement- sur tous les territoires, et sur tous les domaines de la vie qui les concer- nent et les aider à construire leur projet, sachant quils rêvent de les réaliser, en priorité, en Bretagne. Cest aussi loccasion pour nous dexprimer notre reconnaissance aux nombreux élus locaux, départe- mentaux, régionaux, aux militants associatifs, qui avec les services de lÉtat et de la Fédération bretonne des CAF, soutiennent nos services et notre développement. Cest aussi une invitation aux nouveaux élus qui vont être confrontés, après leur élection, à la nécessité de débattre des orientations de leur prochaine politique jeunesse. Linformation est une des clefs de l’autonomie personnelle, citoyenne des jeunes; elle nécessite de sappuyer sur des propositions diversifiées, proches, et respectant la charte européenne de l’Information Jeunesse, qui affirme des valeurs dégalité daccès et de respect des principes républicains. Jean Lemesle Président du CRIJ Bretagne Réseau Information Jeunesse Bretagne - 20086 LES JEUNES BRETONS ET LEURS STRATÉGIES D’INFORMATION
  6. 6. INTRODUCTIONL’étude sur “les jeunes Bretons et leurs stratégies d’information” a été réalisée au cours du quatrièmetrimestre 2006 auprès de 2 792 jeunes bretons âgés de 16 à 30 ans.Cette initiative est une première étape de la mise en place d’un observatoire portant sur les jeunes deBretagne et leurs comportements en matière d’information.L’objectif de cette démarche est de proposer un espace de parole aux jeunes afin de donner aux acteursdes politiques jeunesses, aux professionnels et aux élus, des éléments essentiels sur les besoins et préoc-cupations actuels des jeunes. Cette enquête a également la volonté de mettre en lumière les comporte-ments et les manières d’agir des jeunes en matière de recherche d’information.Cette étude a été conçue et mise en œuvre par le réseau Information Jeunesse Bretagne. Plus précisé-ment, elle a été portée par les Points Information Jeunesse de Pont-l’Abbé, Carhaix-Plouguer, Fougères,Vern-sur-Seiche, Lamballe, Lanvollon, Lannion, les Bureaux Information Jeunesse de Lorient et de Saint-Brieuc, les associations départementales Information Jeunesse des Côtes d’Armor et du Morbihan, ainsique par les missions Information Jeunesse en Finistère et Ille-et-Vilaine. L’opération a été coordonnéepar le CRIJ Bretagne et ses animateurs réseau.Christophe Moreau, sociologue à Jeudevi et au LARES (laboratoire de recherche en sociologie de Rennes 2),a eu pour mission d’animer et d’accompagner les participants sur une “formation-action”, avec comme pointde départ une meilleure connaissance du public.L’association GECE -Groupe d’études culturo-économiques- a ensuite accompagné le réseauInformation Jeunesse Bretagne en réalisant une analyse descriptive des données. Les réponses issues duquestionnaire de cette enquête constituent une base de plus de 320 000 données. C’est sur l’analyseréalisée par GECE que s’appuie notre rapport. Réseau Information Jeunesse Bretagne - 2008 LES JEUNES BRETONS ET LEURS STRATÉGIES D’INFORMATION 7
  7. 7. Structures de passation La passation des questionnaires s’est déroulée sur le el différents lieux et structures d’information. Ainsi, nn E sio PA ne es ns es ou ur ag outre le réseau des PIJ et BIJ bretons (un peu moins tio of ia , oc s rie et le ss ne pr ca Br pé , A jeu es és n lo d’1/3 des jeunes interrogés ont répondu au sein su IJ io ol sit rs s n at au isi ce es es Éc er io rm se Lo pa cé iss et iv tr T Ré Un Fo Au Ly d’une vingtaine de structures IJ), le questionnaire a Es M FJ • • • • • • • • été diffusé dans plus de 100 structures : dans des 897 800 lycées (1/3 des enquêtés), écoles supérieures et uni- versités, des Missions Locales, des CIO, des PAE, des Foyers de jeunes travailleurs, des organismes de formation professionnelle, des équipements de quartiers et autres lieux accueillant des jeunes 237 177 173 régulièrement. 157 142 107 Nb 22 Côtes dArmor 1003 Ainsi, 2792 jeunes ont répondu à cette enquête à travers la Bretagne. L’analyse des données a écarté une centaine de ques- 29 Finistère 664 tionnaires difficiles à traiter. L’analyse des données se base au final 1 sur 2690 questionnaires . 35 Ille-et-Vilaine 742 Si la passation n’est pas équitablement répartie sur l’ensemble 56 Morbihan 281 des départements, chacun d’entre eux est représenté par au moins un pays. Total 2690 (Voir graphique ci-dessous). Ce rapport restitue les résultats de cette enquête en deux grandes parties. La première permet de mieux saisir comment, en général, les jeunes s’informent aujourd’hui. La seconde, si elle concerne aussi leurs stratégies d’information, se veut plus précise sur les questions du logement, de l’emploi et de la santé. Une dernière partie restitue les résultats des questions abordant le thème de l’engagement. Nombre de passations par Pays o uc e lle el nd p rie Go es ai m ia ix ou es t-B es èr nt ga gn e or ne n él la n ta tr e nn nn ug t rie do rn é in in na eg oc es or ag re en tr Co Re Va Sa Gu Fo Re Lo Br Di Br Tr Vi M et tB C o de de de de de du re u de de de de es du al de de de de t-M e Br nt d in d ys ys ys ys ys ys ys ys ys Ce ays ys ys ys Ou ays ys ys Sa ays Pa Pa Pa Pa Pa Pa Pa Pa Pa Pa Pa Pa Pa Pa P P P • • • • • • • • • • • • • • • • • 467 464 380 351 247 190 154 91 86 85 58 54 20 16 15 10 2 Note 1 : Certaines questions ont été traitées à partir de la totalité des 2792 questionnaires retournés. Une mention est indiquée sur les graphiques concernés. Réseau Information Jeunesse Bretagne - 20088 LES JEUNES BRETONS ET LEURS STRATÉGIES D’INFORMATION
  8. 8. IDENTITÉ DES RÉPONDANTSL’échantillon est composé majoritairement de filles (60,2%).D’après l’Insee, les jeunes Bretons sont représentés par autantde filles que de garçons. Il y a ainsi une sur-représentation du 39,8% 60,2%sexe féminin au sein de l’échantillon.Ce chiffre est à mettre en parallèle avec la fréquentation desstructures d’information où la proportion fille/garçon estproche de ce rapport. Répartition par sexe(Le réseau Information Jeunesse Bretagne a par exempleaccueilli en 2006 58,5% de filles pour 41,5% de garçons*)*Chiffre calculé sur 108 987 jeunes pour une fréquentation totale du réseau IJ Breton en 2006 de 280 900 visites).Effectifs des classes dâges s an s e lu 18 ns s s tp En termes de classe d’âge, les 18-21 ans sont largement an an po de se 25 21 ré ns an à n à oi représentés avec 44,4% du total des répondants. Les autres No 22 18 26 M • • • • • classes ne sont pas négligeables puisque les moins de 18 ans 1194 représentent 28,7% des enquêtés et les 22-25 ans 20,1%. Les plus de 26 ans constituent la classe d’âge la moins représentée 773 avec 6,4% des jeunes ayant participé à cette étude. 541 171 11 0,4% 28,7% 44,4% 20,1% 6,4% Réseau Information Jeunesse Bretagne - 2008 LES JEUNES BRETONS ET LEURS STRATÉGIES D’INFORMATION 9
  9. 9. Situation des jeunes par classe dâge Les tranches d’âge ont été définies Moins 18 ans selon les situations ou activités des 8,4% 89,4% jeunes au moment de l’enquête : 18 à 21 ans La tranche d’âge “Moins de 18 ans” 13,2% 10,1% 67,5% 6,3% représente 28,7% de l’échantillon. Ce sont principalement des étudiants et sco- 22 à 25 ans laires (89,4% de cette tranche d’âge 15,1% 30,6% 30,2% 15,3% 8,8% sont étudiants ou scolaires) 26 ans et plus La tranche d’âge “18 à 21 ans” est 6,2% 25,3% 12,9% 22,5% 33,1% également représentée en majorité par les étudiants et scolaires. Ainsi, encore 2 jeunes sur 3 âgés de 18 à 21 ans sont Apprenti ou stagiaire FP Demandeur demploi étudiants ou scolaires. 1 sur 10 est demandeur d’emploi. Étudiant - Scolaire Salarié CDD - Salarié intérim Salarié CDI La tranche d’âge “22 à 25 ans” représente 20,1% de l’échantillon. Elle est surtout représentée par des demandeurs d’emploi (30,6%) et des étudiants (30,2%). La tranche d’âge “26 ans et plus” représente 6,4% des répondants. Les catégories de salariés domi- nent sensiblement cette tranche d’âge : Les plus représentés sont les salariés en CDI avec 33,1%. Un peu plus loin, les demandeurs d’emploi et les salariés en CDD ou en intérim sont également présents avec respectivement 25,3% et 22,5% de cette classe d’âge. Proportion des jeunes ayant répondu par activité principale exercée Salarié CDD Demandeur demploi Salarié intérim 67,4% 12,7% 5,8% Étudiant - Scolaire 13,6% Apprenti ou stagiaire FP 8,2% Salarié CDI Les étudiants et scolaires composent principalement la population enquêtée : 2 jeunes sur trois ayant participé à cette enquête sont en cours d’étude. La part des jeunes pour chaque autre classe d’activité reste significative. Le nombre de jeunes par catégorie (plus de 150 par exemple pour les salariés) est suffisant pour permettre une interrogation par activité. Réseau Information Jeunesse Bretagne - 200810 LES JEUNES BRETONS ET LEURS STRATÉGIES D’INFORMATION
  10. 10. Notre échantillon est équitablement réparti au niveau des diplômes. Chaque catégorie de diplôme esten effet représentée par environ 20% à 29% des répondants.En premier lieu, la plupart des scolaires et étudiants ont un diplôme inférieur ou équivalentau baccalauréat (64,7%).Au sujet des apprentis et stagiaires de la formation professionnelle, la plus grande partie d’entre euxpossèdent un CAP, un BEP ou un diplôme de niveau équivalent (41,7%). Près d’un quart n’ont aucundiplôme ou le brevet des collèges. Ceci est logique puisqu’ils sont en cours d’accès à un diplôme.Pour les demandeurs d’emploi, même si environ 50% d’entre eux ont le baccalauréat ou un diplômesupérieur au baccalauréat, il faut tout de même noter la présence conséquente de jeunes en possessiond’un CAP ou d’un BEP (35%).Les salariés en CDD ou en Intérim sont plus de 2 sur 3 à posséder un baccalauréat ou un diplôme del’enseignement supérieur (69,8%).Enfin, les salariés en CDI sont composés de 52,9% de diplômés de l’enseignement supérieur et 23,2%diplômés du baccalauréat. Ils ne sont qu’une petite partie à ne posséder aucun diplôme ou le niveaubrevet des collèges (3,2%). Étudiant Apprenti ou Demandeur Salarié CDD Salarié CDI ou Scolaire Stagiaire en FP demploi ou intérim 33,1% 23,1% 15,2% 7,4% 3,2% 14,9% 41,7% 35% 22,8% 20,6% 31,6% 23,7% 22,3% 30,7% 23,2% 20,4% 11,4% 27,5% 39,1% 52,9% Aucun diplôme ou Bac pro et général - 29,2% brevet des collège - 27,1% CAP, BEP - 20,4% Diplôme de lenseignement supérieur - 23,3% (en italique, pourcentages calculés à partir de la totalité de la population enquêtée) Réseau Information Jeunesse Bretagne - 2008 LES JEUNES BRETONS ET LEURS STRATÉGIES D’INFORMATION 11
  11. 11. COMMENT LES JEUNES S’INFORMENT-ILS ? 11 D’UNE MANIÈRE GÉNÉRALE, COMMENT LES JEUNES S’INFORMENT-ILS ? Auprès de qui vous adressez-vous en priorité pour votre recherche dinformation ? n io at rm ul LES REFERENTS EN MATIERE DE se fo ) TV in ts e RECHERCHE D’INFORMATION ill d ts r o, ui ve ou di es dé e, at os br ra et ur e n s En matière de recherche d’informa- nt m on gr ér rn re ia e, ct is re ou m (p éd je ers te ss ru Am Nu Pa tions, les jeunes questionnent In St M P • • • • • • • d’abord leurs parents (60%), inter- net (51,7%) et leurs amis (49,1%). Les médias et les structures d’informa- 60% tions sont prioritaires pour environ un jeune sur trois. Les numéros verts 51,7% 49,1% ou gratuits sont très peu utilisés puisque seulement 1,5% d’entre 31,3% 30,6% eux y font référence. 22,1% 1,5% Pourcentages calculés sur la base des 2792 enquêtés. Somme des pourcentages supérieure à 100 du fait des réponses multiples. 12 Réseau Information Jeunesse Bretagne - 2008 LES JEUNES BRETONS ET LEURS STRATÉGIES D’INFORMATION
  12. 12. COMMENT LES JEUNES S’INFORMENT-ILS ? Les sources dinformations selon lâge Selon les tranches d’âge, les réponses varient de manière importante. Moins 18 ans Logiquement la sollicitation des parents 22,3% 13,2% pour s’informer diminue avec l’âge. 29,2% 20,7% 7,2% 6,9% Parallèlement, les structures d’informa- tion sont sollicitées de manière plus 18 à 21 ans importante avec l’âge : les jeunes de 26% 19,9% 20,5% 11,9% 8,1% 13,1% plus de 22 ans utilisent près de 3 fois plus les structures d’information 22 à 25 ans que les moins de 18 ans. 17,6% 20,8% 18,5% 13% 12,2% 17,1% De même, les jeunes âgés de plus de 22 ans ont une tendance plus grande à 26 ans et plus se débrouiller seuls pour s’informer. 12,7% 23,6% 17,1% 15,4% 13,2% 17,1% Les différentes expériences vécues sont 1 autant d’acquis permettant de se débrouiller de manière plus autonomePourcentages calculés par la suite. Cette tendance est à modérersur la base des 2792 enquêtés. quant on sait qu’ils sont toujours plus de 85% à “ne pas se débrouiller seuls”, même Parents Amis Internet Médias (presse, radio, TV) à partir de 26 ans. Personne, je me débrouille tout seul Structures dinformation Les sources d’information “Amis”, “ internet” et les “médias” évoluent peu selon les tranches d’âge. La référence aux numéros verts, vu laLES PRINCIPALES très faible sollicitation comme sourceMOTIVATIONS DE RECHERCHE d’information, a été évincée de ceD’UN INTERLOCUTEUR graphique.Les principales motivations Les motivations des jeunes pour choisir leurs interlocuteurs(ce qu’ils apprécient le plus) desjeunes lorsqu’ils vont à la n io n at at iorencontre d’un interlocuteur m rm at il ny ue rm te fo no(parents, amis, structures d’in- cc é ou in fo lit la la le l in éc tia ib de e le l de e ité dformations, etc.), ce sont la td nc en ib de té té ité im ité ec ia id sp di ui on té al nf ox al sp nf di pi on atqualité d’écoute (49%), la con- sp ili qu co qu Ra co gr pr re di iab La La La La Le La La • Ffiance (48%) et la fiabilité de • • • • • • • •l’information disponible (46%).Ensuite, la gratuité est égale- 49,4% 48,1%ment un élément non néglige- 46,2%able dans leur motivation (plusd’un jeune sur trois compte € 35% Secretdans ses principales motivations 31,1%la notion de gratuité). Enfin, la 26,2% 25,5%confidentialité, le respect de 19%l’anonymat ainsi que la rapidité 12,8%de l’information restent impor-tants pour les jeunes. Pourcentages calculés sur la base des 2792 enquêtés. Somme des pourcentages supérieure à 100 du fait des réponses multiples. Réseau Information Jeunesse Bretagne - 2008 LES JEUNES BRETONS ET LEURS STRATÉGIES D’INFORMATION 13
  13. 13. COMMENT LES JEUNES S’INFORMENT-ILS ? LES JEUNES SE SENTENT-ILS ÉCOUTÉS, AIDÉS, COMPRIS PAR LES ADULTES ; PENSENT-ILS QUE LES ADULTES SE SENTENT CONCERNÉS t n PAR LEURS PRÉOCCUPATIONS ? n te s se us ne u s ou t te éc n nt vo en vo e so né e er s s nt l s pr s tr ls m i l nc i l d e i vo i ai . q u co . q u à . qu co q u Le regard des jeunes vis-à-vis ... En général, diriez-vous... .. .. .. • • • • des adultes varie en fonction des parents de la place que ces adultes (famille, proches, ...) occupent auprès des jeunes. Les parents sont ainsi des professionnels hors milieu scolaire logiquement très présents (animateurs sportifs ou culturels, animateurs jeunesse, ...) auprès des jeunes (validant les réponses de la question des professionnels en milieu scolaire page 11). Ce sont les inter- (professeurs, CPE, infirmières, ...)1 locuteurs prioritaires en des professionnels matière de recherche d’infor- en entreprise (patrons, employeurs, salariés, ...) mation générale. Les jeunes jugent très posi- des élus politiques tivement la qualité d’écoute, (maire, conseiller municipal ou général, ...) l’intérêt qu’ils portent à leurs préoccupations, l’aide apportée Le terme "Daccord" regroupe les réponses et leur compréhension "Tout à fait daccord" et "Plutôt daccord" ; de même, le terme "Pas daccord" regroupe (respectivement 85%, 78%, les réponses "Pas du tout daccord" et "Plutôt pas daccord" 84% et 66%). La relation avec les professionnels hors milieu sco- Seulement 38% des jeunes se sentent écoutés laire (animateurs sportifs ou culturels, animateurs dans le monde professionnel. jeunesse,…) semble être appréciée des jeunes. Que l’individu soit salarié ou non salarié, il dit des Environ deux jeunes sur trois se sentent écoutés et professionnels de l’entreprise qu’ils ne se sentent un jeune sur deux se sent aidé et compris. D’autre pas concernés par leurs sujets de préoccupations part, un jeune sur deux estime que ces profession- (51%), qu’ils n’apportent pas d’aide (43%) et nels se sentent concernés par leurs problèmes. qu’ils ne comprennent pas leurs situations (46%). Ainsi, les animateurs des structures accueillant des Cette tendance négative est encore plus nette jeunes jouent un rôle significatif. Leur lien social lorsque l’on observe les salariés. Par exemple, 2/3 direct avec ces populations leur permet d’en- des salariés en CDI ne se sentent pas du tout aidés tretenir des relations étroites avec eux. par les employeurs. La relation avec les professionnels en milieu sco- La relation des jeunes avec les élus (maire, con- laire (professeurs, CPE, infirmières,…) est ressentie seiller général…) est considérée très négative- de manière plus mitigée. ment. Tout d’abord, 20% n’en connaissent aucun. D’un côté, les jeunes jugent plutôt positivement Ensuite, entre 50% et 60% des jeunes jugent l’écoute et l’aide apportée par ces professionnels l’écoute, la compréhension, l’aide et l’implication (respectivement 60% et 54%). Alors que de très peu à l’avantage des élus. l’autre, ils jugent négativement la considération et Ainsi, seulement 10% à 20% des jeunes ont une la compréhension de ces professionnels (près de 50%). vision plutôt positive des élus. La relation des jeunes avec les professionnels en entreprise (patrons, employeurs, salariés) est jugée plutôt négativement. 14 Réseau Information Jeunesse Bretagne - 2008 LES JEUNES BRETONS ET LEURS STRATÉGIES D’INFORMATION
  14. 14. COMMENT LES JEUNES S’INFORMENT-ILS ?LE TEMPS DE LA RECHERCHEDINFORMATION Quand vous cherchez une information, cest : % obs.Lorsque les jeunes recherchent une information, c’est Une information que vous naviez pas encore 57,0%surtout une information qu’ils n’ont pas encore (57%) et Compléter une information que vous aviez 20,7%pour certains pour compléter une information qu’ils Vérifier une information que vous aviez déjà 14,9%avaient déjà (20,7%). Quand vous cherchez Proportion des jeunes effectuant une recherche une information, cest plutôt : dinformation au dernier moment ou trop tard par classe dâge. 40% 28,9% 38,3% 35,9% 35,9% Au dernier moment ou trop tard 29,1% 26,9% 26,4% 25,3% 25,9% 65,4% 1 Longtemps à lavance ou en temps et en heure 0% Moins de 18 ans 18 ans à 21 ans 22 à 25 ans 26 ans et plusLorsque les jeunes recherchent une information c’est surtout longtemps à l’avance ou en temps et enheure (65,4%). S’informer suppose une organisation préalable : cette information, les jeunes saventqu’ils vont en avoir besoin, ils s’organisent comme ils le souhaitent pour aller la chercher. Les jeunesfilles semblent mieux s’organiser que les jeunes garçons (71% contre 61,5%). Cet écart tend à dis-paraître avec l’âge.Ces graphiques mettent en évidence une donnée importante : près d’un jeune sur trois admet s’in-former au dernier moment ou trop tard.LES LIEUX FREQUENTESSUR UNE ANNEED’une manière générale, plus de Fréquentation des Missions Localesdeux jeunes sur trois n’ont jamais salarié CDI 7% 10,3% 15,5% 67,1%fréquenté les lieux d’information Salarié CDD 11,3% 18,1% 17,2% 53,4%sur les sujets de l’emploi et du Salarié intérimlogement (PIJ, BIJ, CRIJ, Mission Apprenti ou 21,7% 22,9% 13,8% 41,6% stagiaire en FPlocale et ANPE) mis à leur disposition. Demandeur demploi 32,7% 24,8% 17,7% 24,8%Cette proportion est encore plus Etudiant - scolaire 8% 87,4%élevée quant il s’agit du planningfamilial, des assistantes socialeset/ou des travailleurs sociaux Fréquentation du réseau Information Jeunesse(Plus de 80%). salarié CDI 13,5% 14,2% 10,3% 61,9% Souvent Salarié CDD (plus dune fois par mois) 10% 21,3% 11,8% 57% Salarié intérim De temps en temps (moins dune fois par mois) Apprenti ou 9,1% 16,7% 70,4% stagiaire en FP Une fois (sur les douze derniers mois) Demandeur demploi 13,6% 14,4% 20,2% 51,8% Jamais (sur les douze derniers mois) Etudiant - scolaire 9,8% 13,2% 73% Réseau Information Jeunesse Bretagne - 2008 LES JEUNES BRETONS ET LEURS STRATÉGIES D’INFORMATION 15

×