Rennes-archive-ertzscheid

15,559 views
16,241 views

Published on

Séminaire laboratoire ALEF. Rennes. De l'oeuvre à l'archive, de l'archive à l'oeuvre.

Published in: Education
0 Comments
2 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
15,559
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
13,232
Actions
Shares
0
Downloads
27
Comments
0
Likes
2
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • L’archive procède d’un travail de mémoire. La mémoire induit, à l’échelle d’un collectif humain, la nécessité d’une réflexion de nature archivistique. Je vais, dans cet exposé, leur supposer un substrat commun. Et m’autoriser à employer l’un pour l’autre, étant entendu que je n’aborderai que les questions liées à l’archive ou aux mémoires collectives.
  • Pangée documentaire. Pour pouvoir être archivé, il faut qu’un document soit indexable. Or aujourd’hui TOUT est document (nous sommes des documents) et tout EST indexé.
  • Si toutes ces questions se posent aujourd’hui, c’est parce que depuis ses débuts …
  • Les mass media n’ont pas de mémoire. Ils ne constituent pas leur propre archive. Ils délèguent cela à d’autres. Le problème est que l’archive du web n’est déléguée à personne.
  • Donc petit à petit, se constitue cette mémoire du web. Se construit cette archive. Mais, nous le verrons, la plus grande part de cette construction n’appartient pas à des « spécialistes » de l’archive.
  • Tout cela pour dire que la question de l’archive est elle même un prisme/
  • Il est possible de se souvenir de tout. De tout enregistrer. De réaliser une archive complète. Alors pourquoi perdre du temps à faire le tri ?
  • Avant, on "déclenchait" un processus d'archivistique documentaire soit au moment ou un document parvenait en fin de cycle de vie, soit au moment ou sa valeur historique était attestée ou signalée comme valant la peine d'être conservée. Avec l'archivage de Twitter aucune de ces deux conditions n'est remplie. Or si l'on entreprend d'archiver de manière systématique, globale, des silos documentaires avant même qu'ils ne remplissent l'une ou l'autre de ces deux conditions, on risque d'entrer dans un cycle de (re)production mémorielle inédit. On va produire de la mémoire sur de l'excès au lieu d'en produire pour répondre à un manque.
  • Ce qui nous est UTILE et bénéfique l’est également pour ceux qui nous le proposent et le mettent en œuvre. Prabhakar Raghavan , Head of Research and Search Strategy chez Yahoo!. Sept 2008 Deuxième phrase clé : " We don't need taxonomy of knowledge. We need taxonomy of desire ". Cela renvoie à toutes les analyses dérivées de la "base de donnée des intentions" de John Battelle. P. Raghavan parle également de la création d'une "place de marché des intentions" ( A marketplace of intent ).
  • Laisser les choix se faire à partir d’un choix de départ. Voilà comment le web choisit de bâtir son archive.
  • La question que je laisse ouverte, c’est celle de savoir ce qui relève du choix conscient d’engrammation, et ce qui relève de la programmation qui en est faite. Ce qui relève de la collection et de l’itération.
  • Et pour vous illustrer cette question ouverte, j’ai voulu poser quelques questions au plus grand dépositaire de la plus grande archive.
  • " Par archive, j’entends d’abord la masse des choses dites dans une culture, conservées, valorisées, réutilisées, répétées et transformées. Bref toute cette masse verbale qui a été fabriquée par les hommes, investie dans leurs techniques et leurs institutions, et qui est tissée avec leur existence et leur histoire. " Michel Foucault, Sur l’archéologie des sciences (1968)
  • Rennes-archive-ertzscheid

    1. 1. 15 Juin 2012Séance n°4 : L’archive et les nouvelles technologies. 15 Juin 2012. WEB & ARCHIVE.Des arts de la mémoire aux technologies du souvenir. 1
    2. 2. 1 |ar| |chi| |ve| ou mémoire(s) L’archive procède d’un travail de mémoire. La mémoire induit, à l’échelle d’un collectif humain, la nécessité d’une réflexion de nature archivistique.2
    3. 3. "Par archive, j’entends d’abord la masse des choses dites dans une culture,conservées, valorisées, réutilisées, répétées et transformées. Bref toute cette masseverbale qui a été fabriquée par les hommes, investie dans leurs techniques et leursinstitutions, et qui est tissée avec leur existence et leur histoire."Michel Foucault, Sur l’archéologie des sciences (1968) 3
    4. 4. « Par archive j’entends d’abord la masse des choses dites dans une culture • Lolcats • Opencourseware du MIT • Chuck Norris • Wikipédia • Etc … 4
    5. 5. « conservées »28 décembre 1537 1er Août 2006. Dépôt légal de l’internet 5
    6. 6. 1996« valorisées » 6
    7. 7. « réutilisées, répétées, transformées »Agencements collectifs d’énonciation.+ Circuits courts de publication.+ Ingénieries de l’éditorialisation (bouton like, +1, algorithmes) 7= stochastique de l’engrammation collective.
    8. 8. Bref toute cette masse verbale qui a été fabriquée par les hommes 8
    9. 9. et qui est tissée avec leur existence et leur histoire. » • 2 milliards d’internautes • 500 millions de sites web (source : http://news.netcraft.com/) • 1000 milliards d’URL indexés par Google (Juillet 2008. Source : http://blog.veronis.fr/2008/07/google-mille-milliards.html) • 1 site web (Facebook) : 850 millions d’utilisateurs 9
    10. 10. 2 Ce qui pose … 10
    11. 11. indexé 1er problème : Pangée archivistique non-indexé Web public Web privé Web extime Web personnel Web intime (blogs) (Desktop) (Mail)2011 Web public Web privé Web personnel Web intime Web extime (Desktop) (Mail) (blogs)2005 Web public Web privé Web personnel Web intime Web « invisible » (Desktop) (Mail) 111995
    12. 12. Comment (et pourquoi) Cloud computing Faire mémoire ? Trouver sa place ? Retrouver et contrôler ses traces ?Vagues algorithmiques Traces & fragments mémoriels2nd problème : notre positionnement Bouleversement mémoriel semblable à celui du passage de l’oralité à l’écriture. 12
    13. 13. 3ème problème : dresser une carte de l’archive à l’échelle du territoire de la mémoire. Réponse de l’archiviste : NON. Choix. Sélection. Réponse de l’algorithme : OUI (si je dispose de suffisamment de ressources « mémoire ») "13
    14. 14. 3 Comment en est-on arrivé là ? 14
    15. 15. Le web : média demémoire 15
    16. 16. L’histoire commence en 1945• http://mediateur.free.fr/web/hist_aswemaythink_fr.htm• MEMEX = Memory Extender.• « Imaginons un appareil de lavenir à usage individuel, une sorte de  classeur  et  de  bibliothèque  personnels  et  mécaniques.  (…)  Un  memex, cest un appareil dans lequel une personne stocke tous ses  livres,  ses  archives  et  sa  correspondance,  et  qui  est  mécanisé  de  façon à permettre la consultation à une vitesse énorme et avec une  grande  souplesse. Il sagit dun supplément agrandi et intime de sa mémoire. » Vannevar Bush• Le parcours importe au moins autant que le lien. 16
    17. 17. Années 2000 : Le web devient un média « de masse »« le Web s’impose aux médias et les transformeen industries de la mémoire, par leur accèstransversal et leur archivage permanent. »Jean-Michel Salaün 17 Source de l’image : http://www.flickr.com/photos/adamcrowe/3810700931/sizes/o/in/photostream/
    18. 18. Les mass-média n’ont pas de mémoire Les livres ont besoin du dépôt légal. La radio et la télé ont besoin de l’INA. Le web a besoin d’une archive. 18
    19. 19. Question de sémantique ?• Google, Apple et Amazon STOCKENT les livres que j’ai lus.• Archive.org CONSERVE mon vieux skyblog d’il y a dix ans• Facebook DISPOSE de la trace des mes conversations d’il y a 8 ans.• La bibliothèque du Congrès ARCHIVE Twitter. 19
    20. 20. • Poser la question de LA mémoire DU web a un sens. PATRIMONIAL.• Poser la question de LA mémoire DE Facegoog en a un autre. Privauté des espaces semi-publics. CULTURE NUMÉRIQUE.• Poser la question de NOS mémoires SUR Facegoog. Celui du droit à l’oubli. Existe depuis le projet Safari années 70. LÉGISLATIF.• Poser la question de NOS mémoires sur LE web. La légitimité du droit de ne pas se souvenir. La question de la transparence. POLITIQUE. Question de point de vue 20
    21. 21. 4Nouvelles dynasties.Nouveaux empires. Les dynasties de l’archive (recollection) bâtissent Les industries de la mémoire … (recall / rappel) à l’aide des technologies du souvenir … (taux de précision) 21
    22. 22. 1 fantasme : la complétude, l’exhaustivité • Star wars syndrome. • Obi-Wan Kenobi : Cest impossible. Peut-être les archives sont-elles incomplètes ? • JOCASTA NU : Les archives sont complètes et totalement sécurisées, mon jeune Jedi. (…) si quelque chose napparaît pas dans nos archives, cest quil nexiste pas ! • Fantasme déjà ancien (mythologie fondatrice des 1ères bib – Alexandrie – Borges & bib de Babel, etc …) • Fantasme désormais vécu comme possibilité atteinte. 22
    23. 23. Fantasme vécu comme possibilité atteinte Une caméra frontale enregistrant notre vie pendant 70 ans = 27,5 TB = 450 Ipods de 60 GB Loi de Moore : dans 70 ans, il sera possible de stocker l’enregistrement continu d’une vie sur un grain de sable (projet M4L). 23
    24. 24. 1 stratégie• le contrôle de lengrammation, de ce qui "fait mémoire", constituera la prochaine clé de leur suprématie, et donc de leur survie. 24
    25. 25. Dynastie de la mémoire 25
    26. 26. Font collection•Google : collection des accès (personnalisation)•Wikipédia : collection des savoirs (accumulation)•Facebook : collection des profils humain (sollicitation)•… De tous les SUPPORTS de mémoire • Mémoire des textes : Google Books • Mémoire des conversations : Facebook, Twitter • Mémoire de la presse : Google News • Mémoire photographique : Flickr / Flickr Commons • Mémoire topographique : Google Maps • Mémoire computationnelle (mémoire « vive », mémoire de la  mémoire) : data centers • Etc … 26
    27. 27. Sur tous les territoires documentaires. • Territoires de socialisation : mémoires affectives « personnelles, sociales » (mes amis, mes amours, mes emmerdes) • Territoire du marketing : mémoires « actionnables », intentionnelles (achat, déplacement, sorties, restaurant) • Territoire de la qualification : mémoires documentaires (textes, statuts, articles, photos, vidéos, tags ...) 27
    28. 28. Les arts de la mémoire ont cédé la place aux technologies du souvenir • Caractéristiques des cycles mémoriels « du » numérique : • engrammation contrainte. • Opt-out mémoriel. On renverse la charge de la preuve : nous nous souvenons de tout, à vous de n’avoir rien à vous reprocher. • Mémoire produite sur de l’excès et non plus pour répondre à un manque. On crée de la mémoire sur de la mémoire. Alors que depuis des siècles, on avait appris à créer de la mémoire sur de loubli. Plus précisément, on avait appris à créer de la mémoire pour pallier loubli. • 3 conséquences MAJEURES • Patrimoine du temporaire • on contrôle de moins en moins le processus d’engrammation, c’est-à-dire le choix du support de mise en mémoire et celui de sa restitution • Ensuite, on ne maîtrise plus le processus d’activation, de rappel : ce sont les algorithmes de Facebook qui nous “disent” quand se souvenir de l’anniversaire de nos amis. 28
    29. 29. POURQUOI ? 29
    30. 30. 5 L’archive est un pharmakon • « Terme de la Grèce ancienne, le pharmakon – le médicament – , dans le Phèdre de Platon, y désigne l’écriture, à la fois remède et poison, « ce  qui remédie aux failles de la mémoire et ce qui  affaiblit cette mémoire » (Stiegler, « Prendre  soin », p. 19). • Le pharmakon, pour Stiegler, désigne aujourd’hui l’ambivalence des technologies de la mémoire actuelles, notamment des technologies numériques. » Alexandre Serres 30
    31. 31. La mémoire de la « Base de donnée des intentions » (John Battelle) « We don’t need taxonomy ofknowledge. We need taxonomy of desire, a marketplace of intent » Prabhakar Raghavan.Head of Research and Strategy chez Yahoo! Sept. 2008 De la mémoire au désir. Du désir de faire mémoire. Mémoires actionnables reposant sur des archives « suggestives » C-O-N-C-R-È-T-E-M-E-N-T 31
    32. 32. L’archive entre itération et collection. LOGIQUE ALGORITHMIQUE : ITÉRATION : laisser les choix se faire à partir d’une formule (un choix) de départ.LOGIQUE ARCHIVISTIQUE : COLLECTION : Disposer d’un cadre à l’intérieur duquel on fait des choix. 32
    33. 33. L’archive comme oscillation ti on ARCHIVISTE. uc Watching explicite (vue sur le monde) éd conditionne le Matching (capacité des documents à être retrouvés) R si on o rALGORITHME. i stMatching impose un Watching implicite, dissimulé (ex :Google Bombing, Google Suggest, etc …) d 33
    34. 34. En- gram ma tion collection collectioncollection Tension à l’œuvre itération itération Pro- gram ma tion itération 34
    35. 35. Faire œuvre d’archive, c’est aujourd’hui savoir ce qui relève de l’engrammation et ce qui ressort 35 d’une programmation.
    36. 36. Citations & sources• Sur l’archive et la mémoire du web• Ertzscheid Olivier, « Total Recall, Silico transit memoria mundi. » Septembre 2011. En ligne : http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2011/09/total-recall.html• Ertzscheid Olivier, « industries des données et écritures industrielles »,Juillet 2009. En ligne : http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2009/07/industrie-donnees-et-ecritures-industrielles.html• Ertzscheid Olivier, « Twitter : un patrimoine superflu(x) ? », Mai 2012. En ligne : http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2010/05/twitter-le-patrimoine-du-superflux-.html• Ertzscheid Olivier, « Nos mémoires de valent pas un cloud. » Juin 2011. En ligne : http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2011/06/nos-memoires-ne-valent-pas-un-cloud.html• Sur l’œuvre numérique et la littérature hypertextuelle• Ertzscheid Olivier, Les enjeux cognitifs et stylistiques de l’hypertexte. Le lieu, le lien, le livre. Thèse de doctorat. Lettres modernes. Université Toulouse Le Mirail. Septembre 2002. En ligne : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00006260• Autres sources• BNF, « Un instantané du web français en 2011 », http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2012/02/08/un-instantane-du-web-francais-en-2011/• Kieron OHara, Richard Morris, Nigel Shadbolt, Graham J Hitch, Wendy Hall and Neil Beagrie, "Memories for life: a review of the science and technology"J. R. Soc. Interface 2006 3, 351-365 En ligne : http://rsif.royalsocietypublishing.org/content/3/8/351.short• Lesk Michael, « How much information is there in the world ? » 1997. En ligne : http://www.lesk.com/mlesk/ksg97/ksg.html• Salaün Jean-Michel, « Vu, lu, su : résumé et couverture », Novembre 2011. En ligne : http://blogues.ebsi.umontreal.ca/jms/index.php/post/2011/11/22/Vu,-lu,-su,-couverture-et-r%C3%A9sum%C3%A9• Credits photographiques.• Flickr.com / Toutes les images sous licence creative commons. 36
    37. 37. • Stratégiquement – Laissons au Web le rôle de sédimenter, d’agglutiner « l’archive » Foucaldienne• Politiquement – Confions aux archives publiques le rôle de DOCUMENTER cette mémoire, ces traces, cette archive.• Collectivement – Veillons à ce que le web reste une mémoire « supplétive » et ne puisse pas devenir une mémoire « privative »• Individuellement – Ayons conscience, en entrant sur le web, « d’entrer en documentation de soi » – Ne pas oublier limportance de se souvenir même lorsqu’il est devenu possible de tout se remémorer. 37
    38. 38. Wikipédia & le griot"Jai rencontré un jour un griot, un homme âgé, circulant de village en village, racontant depuis toujours des histoires interminables, notamment sur les épopées des familles nobles de son pays, des histoires fourmillant de détails. Et je lui demandai comment il faisait pour se souvenir de cet ensemble de détails, pour nen oublier aucun. Il me dit alors quil y avait toujours dans lassistance, quelquun qui lui-même avait été bercé avec ces mêmes histoires, les avait entendues depuis son enfance, et le corrigeait dès quil faisait une erreur ou oubliait quelque chose." À propos du « faire mémoire » 38

    ×