Profil ertzscheid - copie

12,879 views

Published on

Intervention lors du colloque "Traces du corps". Paris. Juillet 2016

Published in: Internet
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
12,879
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
12,033
Actions
Shares
0
Downloads
9
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • S’appuyer sur « habitus » social (les algorithmes seront toujours moins « prédictifs » que nous ne sommes prévisibles)
  • S’appuyer sur « habitus » social (les algorithmes seront toujours moins « prédictifs » que nous ne sommes prévisibles)
  • Profil ertzscheid - copie

    1. 1. Traces du corps « Le corps comme interface : d'une économie de l'attention à une économie de l'occupation » Ertzscheid Olivier. Université de Nantes Laboratoire DICEN-idf www.affordance.info Paris. Juillet 2016 Creative Commons by / sa 1
    2. 2. Pitch • Le corps comme interface : d'une économie de l'attention à une économie de l'occupation • Disparition des écrans, multiplication des capteurs passifs, internet des objets, interfaces vocales et assistants intelligents : le web documentaire, après avoir été remplacé par celui des profils est en train de vivre sa troisième révolution en mettant le corps au centre d'un nouvel écosystème des données et des processus de monétisation et de socialisation afférents. La dimension "biologique" – des traces "médicalisables" au fantasme du transhumanisme en passant par le développement de la génomique personnelle – devient le centre de gravité d'une "nouvelle" économie qui vise moins à capitaliser sur notre temps d'attention (Herbert Simon) que sur des stratégies relevant d'une économie de l'occupation définie comme la somme du temps de captation passive de nos données physio- biologiques, du temps de mesure passive de nos comportements et du temps d'usage passif de dispositifs et/ou d'objets disséminés à même notre corps et/ou dans notre environnement cinesthésique direct, c'est à dire à portée de 3 de nos 5 sens. 2
    3. 3. Super Pitch • La génomique personnelle et l’internet du génome sont le web 4.0 • Le corps y devient une technologie « détachable » • Dont les « traces » fondent un bio-capitalisme de la surveillance 3
    4. 4. Demandez le programme. • 1. Resituer la notion de profil et de trace • 2. Voir comment nous sommes passés d’une économie de l’attention à une économie de l’occupation. • 3. questionner cette nouvelle « corporéité » des traces et leur exploitation marchande • 4. pour illustrer la transition d’un capitalisme linguistique et cognitif à un bio-capitalisme de la surveillance. 4
    5. 5. PRÉAMBULE 5 4 réseaux vont cohabiter dans les prochaines années.
    6. 6. 6 – va progressivement se scinder en deux sous-réseaux : le web "ouvert" d'un côté et de l'autre celui des plateformes propriétaires, des écosystèmes "fermés" qui fourniront à la fois l'accès et les contenus comme Facebook s'apprête à le faire en Inde avec son projet Internet.org. 1. Internet des profils et des documents (GAFA)
    7. 7. 7 – Révolution pour l'ensemble du paradigme économique actuel : nouvel âge du libéralisme dans lequel, au-delà duremplacement d'un grand nombre d'emplois par différents types d'automatismes robotiques – Digital Labor : de + en + complexe de savoir qui est l'employeur et qui est l'employé, à quel moment nous sommes en train de travailler (et pour qui ...) et à quel moment nous sommes "off-job ». 2. Internet des services (NATU)
    8. 8. • va systématiser des logiques d'automatisation (des voitures sans chauffeur, interfaces vocales, assistants « intelligents ») • échanger avec et/ou de posséder un robot et d’interagir vocalement avec lui sera aussi naturel qu’utiliser utiliser et/ou posséder un PC et de taper au clavier. 8 3. Internet des objets (IoT) et des (ro-)bots
    9. 9. 4. Internet de l’ADN, du génome 9 – faire abstraction de l'homme en tant que sujet pour se concentrer sur les services et les potentialités qu'il offre en tant que séquence génétique programmable, calculable, « computable ».
    10. 10. 1. Resituer la notion de profil et de trace. 10
    11. 11. « Profil ? Vous avez dit profil ? » • Profil comme notion structurante : – fonde la première grande transition de l’écosystème du web, le passage d’un web des documents à un web des profils, notamment grâce à l’avènement des réseaux sociaux. – c’est sur une économie des profils que s’est construite l’économie de la Data, du Big Data et des données notamment « personnelles ». • Profil comme notion « diluée » : – dans l’héritage de la notion de « trace » (MERZEAU, JEANNERET) – se décline en autant d’instances (économiquement) exploitables qu’il peut exister de variantes situationnelles liées • aux options ou aux orientations stratégiques et marchandes des écosystèmes les mettant en œuvre et collectant les données s’y rattachant. • À nos propres comportements ou désirs d’interactions • À la manière dont nos propres comportements ou désirs d’interaction sont instrumentalisés et traduits dans les orientations stratégiques et marchandes des écosystèmes qui les captent, les mesurent et en organisent la satisfaction ou la frustration. 11
    12. 12. Le profil en diachronie • Profil documentaire : individu qualifié par somme des traces documentaires produites et repérables (web 1.0) • Profil identitaire : individu qualifié ET quantifié par la somme des différents profils individuels permettant, par agrégation, de reconstituer la trace de son expression sur les réseaux et donc de son « identité numérique » (ERTZSCHEID) (Web 2.0) • Profilage algorithmique : profil documentaire + profil identitaire + explosion volumétrique (big data) + impératifs économiques d’un capitalisme linguistique (qui est aussi capitalisme de la trace) = « tentation algorithmique » de la bulle de filtre. Effet normatif de régimes de croyances et d’opinions artefactuels (= fabriqués) (PARISER / ERTZSCHEID).12
    13. 13. Profil = Pro. Fil • 1 Profil = instanciation d’une pro(fondeur) + (sur le) fil (de l’actualité / de son actualisation) • Le profil c’est l’articulation : – d’une profondeur dans l’indexation de données déclaratives et navigationnelles – et d’une contextualisation au regard de logiques attentionnelles contraintes (effet de nombre / impossibilité de « tout voir ») et contrôlées (satisfaction du besoin + élimination de la « friction » + fabrique de la pulsion). 13
    14. 14. Internet des objets : le profil obje(c)t(ivé) ? • Nouveau régime documentaire des profils qui s’amorce. • Chaque « objet connecté » et chaque « capteur passif » a vocation à collecter, traiter, accéder (en lecture et en écriture) à des traces appartenant à nos profils documentaires (combien de sucre dans le café), à nos profils identitaires (a liké pages commerce équitable, penser à lui suggérer d’acheter du café bio) au service d’une nouvelle itération d’un profilage algorithmique • Placer les données dans les objets, épars, triviaux, plutôt que dans des plateformes centralisées c’est accentuer l’illusion d’une dissémination qui diminuerait le danger de la surveillance en le diluant, alors qu’au contraire cela le renforce. On se méfie d’une caméra de surveillance. Pas de son frigo ou de sa cafetière. • Internet des objets est une forme « d’anecdotisation » de régimes de collecte, de captation et donc de surveillance toujours plus prégnants. 14
    15. 15. Internet du génome : le profil ADN • Web 4.0 ? • Dans les 10 technologies disruptives 2015 du MIT avec avènement à 2 ans https://www.technologyreview.com/s/535016/internet-of-dna/ • L'internet de l'ADN est un projet dont l'objectif est "de documenter chaque variation de chaque gène humain et de déterminer quelles sont les conséquences de ces différences." 15
    16. 16. 2. Ce qui a changé dans l’économie de l’attention. 16
    17. 17. D’une économie de l’attention à 1 économie de l’occupation Via stratégies de prestidigita(lisa)tion 17
    18. 18. 18
    19. 19. Une économie de l’attention … en pleine mutation • Économie de l’attention a changé d’objet : – Non plus repérer (recommander) et à fixer (indexer) les traces documentaires produites – Mais les profils (d’individus ou de collectifs organisés – associations, médias, groupes d’opinion) les plus susceptibles de produire des traces documentaires capables de s’accorder avec notre propre profil (Filter Bubble) • Economie de l’attention a changé de stratégie : fonctions anciennes de « repérage », de « matching » (moteurs de recherche, indexation, algos de « pertinence ») remplacées par d’autres ingénieries reposant : – sur des capteurs en temps-réel (actifs ou passifs) dont le spectre s’étend de l’analyse de nos données physio-biologiques à celle de nos différents comportements et déplacements en-ligne ou hors-ligne, – sur l’imposition de nouvelles « cadences cognitives » par le relai de systèmes de notifications, véritables contremaîtres attentionnels (ERTZSCHEID / LICOPPE) 19
    20. 20. Les deux grandes figures de la Prestidigita(lisa)tion 20 « Le Turc mécanique » ou la grande (dés)illusion du « Digital Labor » « La femme coupée en deux » ou la persuasion technologique (Stanford University)
    21. 21. Prestidigita(lisa)tion : comment entretenir (et légitimer) cette impression de continuité, cette linéarité du fil ? 21 Profil(s) Habitus social Impression de continuité Données « personnelles » Données « préparées » PERSUASION TECHNOLOGIQUE (ET SES « PETITES ASYMÉTRIES DE LA PERCEPTION ») Prescription(s) « fil » d’information / mur / flux / etc S’appuyer sur « habitus » social (les algorithmes seront toujours moins « prédictifs » que nous ne sommes prévisibles) ESCAMOTAGE
    22. 22. Prestidigita(lisa)tion : comment entretenir (et légitimer) cette impression de continuité, cette linéarité du fil ? 22 Profil(s) Posture « contrainte » et normative (je vais bien, j’aime les chats Ou Tout fout le camp, je suis en colère) Habitus algorithmique Habitus social Impression de continuité Habitus algorithmique Données « personnelles » Données « préparées » Qui pour être efficient au sein des écosystèmes hôtes et bénéficier de « récompenses » ou de gratifications sociales Postule une … Qui entretient en retour une … PERSUASION TECHNOLOGIQUE (ET SES « PETITES ASYMÉTRIES DE LA PERCEPTION ») Prescription(s) « fil » d’information / mur / flux / etc S’appuyer sur « habitus » social (les algorithmes seront toujours moins « prédictifs » que nous ne sommes prévisibles) ESCAMOTAGE
    23. 23. Que cherche-t-on à escamoter ? 23 Par exemple : mur qui efface les migrants, images d’enfants morts, opinions politiques clivantes (http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2015/09/recherche-aylan-kurdi.html) En gros, la « friction » Il est des traces qu’il vaut mieux perdre.
    24. 24. Que vise cette persuasion technologique via ces « petites asymétries de la perception » ? 24 Des régimes de plus en plus « infra-attentionnels » • Documents > profil > objets > corps / ADN = Régimes de plus en plus infra-attentionnels • De la même manière que l’économie de l’attention a toujours cherché et fini par obtenir des stratégies du zéro clic (notifications), l’économie de l’occupation s’efforce de proposer des dispositifs de captation, de mesure et d’analyse ne nécessitant aucune démarche consciente.
    25. 25. 3. A la recherche du corp(u)s perdu 25
    26. 26. Nobody is no-body • manque de corps problématique : – sur le plan économique (comment « monétiser » les données issues directement de notre corps) – sur le plan technologique (avènement de la réalité « augmentée », Oculus Rift, qui mobilise notre corporéité autant que nos fonctions cognitives) – Sur le plan situationnel (que faire – et comment – de ces nouvelles sources de données). • Ce manque est aujourd’hui en passe d’être résolu : – En surface (World Wide Wear - Google glasses, projet Jacquard, apple watch, quantified-self …) – En profondeur (internet du génome) 26
    27. 27. Notre corps peut-il devenir un objet technique comme un autre ? • Simondon : "Un objet technique est produit quand il est détachable ; il y a, dans d'autres cultures, des formes de cette séparation entre l'homme et l'objet autres que la condition de vénalité ; la transmission héréditaire, nécessitant apprentissage et continuité du savoir sous peine d'évacuation du sens fonctionnel de l'outil, en est une. Mais, dans note culture, la vénalité est la forme la plus répandue de cette libération qui intervient lorsque l'objet a été produit (...). • Le cyborg ou l’homme augmenté est déjà l’instanciation d’un corps détachable. • On parle déjà de bio-capitalisme, de bio-hacking, de bio-design … • L’internet du génome c’est la vision du corps comme objet technique détachable (cf ciseaux à couper l’ADN) • Dans le même temps les plateformes techniques, les technologies visent à produire toujours plus d’attachement. 27
    28. 28. Notre corps peut-il devenir un objet technique comme un autre ? 28
    29. 29. Notre corps peut-il devenir un objet technique comme un autre ? 29
    30. 30. Traces cognitives et traces du corps • Problématique de la trace dans l’économie de l’attention : – dimension active (ou « semi-consciente ») de l’usager – fondée sur traçabilité et historicité de routines cognitives – Régimes documentaires de « l’inscription » • Problématique de la trace dans l’économie de l’occupation : – dimension passive de l’usager – fondée sur traçabilité de nos comportements et constantes biologiques – Régimes documentaires de la « souscription » (sub-scribere : écrire en-dessous). Forme d’écriture automatique, pas toujours consentie, souvent subie. 30
    31. 31. 31 Big Picture
    32. 32. 4. Tout ça pour quoi ? 32
    33. 33. • Si notre corps est devenu le dispositif de traçage et de collecte ultime, l'aliénation produite nous contraint soit à nous y soumettre sans mot dire, soit à systématiser des stratégies d'évitement de plus en plus « organiques » • lorsque l'on ne voulait pas être tracé au moyen de sa carte bleue, on pouvait payer en liquide ; lorsque l'on ne veut pas être tracé par nos smartphones ou nos ordinateurs ou "le réseau" on peut les éteindre ou les patcher avec différentes techniques de cryptage ou utiliser des réseaux alternatifs (Tor par exemple). • Mais comment et que peut-on faire lorsque l'on ne veut plus que notre corps nous trace ? • On ne peut ni « éteindre » ni « éviter » son corps. • L'idée des industries des Big Data et le Graal d'une omniscience des marchés au travers de leur principal thuriféraire (le marketing) est de nous amener à ce point au-delà duquel il devient bien plus financièrement coûteux, cognitivement complexe, socialement castrateur et physiquement impossible pour un individu de refuser la collecte et le traçage plutôt que de s'y soumettre tout en le déplorant. Et elles y sont presque parfaitement parvenues. Et s’apprêtent à franchir un pallier supplémentaire. 33
    34. 34. La « trace » comme matière première. La mise en concurrence des exploitants de la trace La dérégulation des marchés (économie de la citation > économie de l’attention > économie de l’occupation) La spéculation comme paradigme transformatif capitalisme linguistique / cognitif > capitalisme de la surveillance > bio-capitalisme Capitalisme linguistique organise spéculation sur la langue Capitalisme cognitif organise spéculation sur rentes cognitives attentionnelles Capitalisme biologique organise spéculation sur le corps (traces extra-corporelles (= capteurs) et intra-corporelles (= marqueurs au sens génétique) De la même manière qu’il nous a fallu répondre à la question de la « pertinence » et donc de la « valeur » d’un document, puis à celle de la « pertinence » et donc de la « valeur » d’un profil, il nous faudra répondre à la question de la « pertinence » et de la « valeur » d’un corps. 34
    35. 35. Merci de votre attention  35

    ×