Les bibliotheques numeriques
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Les bibliotheques numeriques

on

  • 9,499 views

La bibliothèque universelle : quel(s) modèle(s) ?

La bibliothèque universelle : quel(s) modèle(s) ?
Conférence donnée dans le cadre de l'université permanente de l'université de Nantes. 26 Mai 2011

Statistics

Views

Total Views
9,499
Views on SlideShare
3,823
Embed Views
5,676

Actions

Likes
6
Downloads
83
Comments
0

34 Embeds 5,676

http://affordance.typepad.com 4977
http://www.scoop.it 277
http://2033163609.nvmodules.netvibes.com 194
http://www.pearltrees.com 63
http://bibliomonde.canalblog.com 46
http://2028652285.nvmodules.netvibes.com 31
http://51y6la.widget.uwa.netvibes.com 13
http://51y9bd.widget.uwa.netvibes.com 12
http://webcache.googleusercontent.com 10
http://51y6vm.widget.uwa.netvibes.com 6
http://51y6qh.widget.uwa.netvibes.com 5
http://51y742.widget.uwa.netvibes.com 5
http://paper.li 5
url_unknown 3
http://www.affordance.typepad.com 3
http://51y6vn.widget.uwa.netvibes.com 3
http://51y6x7.widget.uwa.netvibes.com 2
http://51y6qg.widget.uwa.netvibes.com 2
http://51y6s7.widget.uwa.netvibes.com 2
http://51y6jl.widget.uwa.netvibes.com 2
http://74.6.238.254 2
http://51y92l.widget.uwa.netvibes.com 1
http://digimind-evolution.com 1
http://www.google.fr 1
http://51y6vg.widget.uwa.netvibes.com 1
http://51y6lc.widget.uwa.netvibes.com 1
http://www.freesafeip.com 1
http://51y72h.widget.uwa.netvibes.com 1
http://51y6qf.widget.uwa.netvibes.com 1
http://51y6op.widget.uwa.netvibes.com 1
http://51y6z2.widget.uwa.netvibes.com 1
http://51y6xe.widget.uwa.netvibes.com 1
http://51y6or.widget.uwa.netvibes.com 1
http://51y94b.widget.uwa.netvibes.com 1
More...

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment
  • On m’a demandé de tenir en 10 ou 15 minutes.
  • Le 14 décembre 2004 Google annonce un partenariat avec 5 bibliothèques pour numériser des œuvre du domaine public
  • 9 ans et demi plus tard, on compte 20 bib contractantes, dont 1 état (italien) et une en France (BM de Lyon) Les fonds concernés représentent + 10 millions d’ouvrages
  • Bien ... Donc à défaut d’un plan B, essayons de voir la manière dont Google nous OBLIGE à réfléchir à la numérisation de masse
  • Voici des livres, des rayonnages, de l’espace, de l’espace. Ceci est une bibliothèque. OUI MAIS ...
  • En haut, un datacenter Google En bas des « rack » de serveurs dans une « salle blanche » Et voici des livres (numériques), des rayonnages (physiques), de l’espace (disque). Donc ceci est AUSSI une bibliothèque. Si vous n’êtes pas convaincu je vous propose un autre exemple Prenons un autre exemple ...
  • Voici Un moyen de propulsion, un attelage, des sièges pour plusieurs passagers, un espace pour les bagages : ceci est un moyen de transport en commun.
  • Voici Un moyen de propulsion, un attelage, des sièges pour plusieurs passagers, un espace pour les bagages : ceci est un moyen de transport en commun. Et là vous vous dites (si si je vois bien) : mais ou veut-il donc en venir ???!!!
  • Simplement au fait que l’on ne peut pas inventer le TGV en raisonnant comme on a inventé la diligence. Pas d’avantage que l’on n’arrivera à inventer la bibliothèque numérique « comme on a inventé » la bibliothèque physique. Pas davantage que l’on ne résoudra le problème de la numérisation de masse comme on a résolu le problème de la constitution des collections. Il est certes nécessaire de trouver des INVARIANTS, mais cela n’est pas SUFFISANT
  • il faut AUSSI accepter de CHANGER de POINT DE VUE. Se donner les moyens de contourner certains invariants. D’en inventer de NOUVEAUX. Bien. Reprenons maintenant au départ.
  • Nous disions donc : ceci est une bibliothèque numérique (avec un certain nombre d’invariants). Oui MAIS
  • Ceci est LEUR bibliothèque numérique. Y’a des dictionnaires, des encyclopédies, des images animées, des archives sonores ... Y’a même un petit coin « machine à café » (facebook) où on peut discuter et échanger ses trouvailles ou demander conseil. Et on voit bien à l’arrière cette énorme masse nuageuse numérique. Ces contenus stockés « dans les nuages ». L’informatique dans les nuages. Le « cloud computing »
  • C’est POUR ces 2 modèles qu’il faut réfléchir à ce que « numérisation de masse veut dire ». Alors la numérisation de masse, c’est d’abord ...
  • BIEN SUR le problème de l’INPUT (tas d’ouvrage) avec une nécessaire hiérarchisation, des « choix » bibliothéconomiques. A priori ... On sait faire  C’est ensuite ...
  • ENSUITE Le problème du process Je vous présente l’espresso book machine. Je vous rappelle que le 17 Septembre 2009, Google et OnDemandBooks signent un accord de partenariat pour imprimer et "fabriquer" tout ouvrage libre de droit , soit - pour l'instant - un catalogue de 2 millions de titres. Déjà  « installée » dans quelques bibliothèques américaines ...
  • Numérisation de masse c’est AUSSI et de PLUS EN PLUS la question - des Terminaux : smartphones ? Tablettes (ipad) ? Consoles (nintendo dsi XL) ? Liseuses ? - Des Prix et modèles de vente : location ? Location-vente ? Allocation ? Avec quelle commissions ? Quelles marges ? - Des Formats : pdf ? Epub ? Ouverts ? DRM ? - Des Plateformes ? Opérateurs ?
  • ET c’est ENFIN la question du public, la numérisation « pour les masses ». La question des publics La question de l‘accès Voici maintenant qques axiomes A MON AVIS essentiels :
  • Arrêter de penser en terme d’offre. Les contenus sont déjà là. Penser en termes de valorisation de l’existant, de ce qui est «épars ». Arrêter de penser en terme de collection. Penser en terme « d’agrégation » . De parcours. Souvenez-vous du fiasco lors du lancement d’Europeana ... Une bibliothèque numérique européenne pour xxxxx millions d’habitants, calibrée, le jour de son ouverture, pour accepter xxxxx connexions simultanées.
  • La num de masse est ensuite une question de médiation, de PRESCRIPTION « les contenus sont dans les nuages
  • La numérisation de masse change les pratiques. Des INVARIANTS évoqués tout à l’heure, c’est sans doute celui qui est le plus bousculé. Avant, il fallait plusieurs mois entre le moment ou un texte arrivait dans une bibliothèque, celui ou il était indexé, et celui ou il devenait « cherchable » dans un catalogue et ou un usager pouvait se l’approprier. Aujourd’hui, dans une même session, dans un même moment cognitif, de manière presque simultanée, on recherche on consulte, on lit, on indexe (folksonomies), on partage (réseaux sociaux)
  • C’est donc bien d’un nouvel écosystème qu’il s’agit. Un écosystème....
  • Dont la mise ne place ne se fait pas sans heurts
  • D’où un certain nombre d’incompréhensions ...
  • Première concernée par ces heurts, la chaîne du livre qui DOIT changer de PARADIGME. On n’est plus dans une approche verticale, avec des métiers à proximité ou « de » proximité, entretenant entre eux des relations étroites (et pas simplement sur le plan commercial)
  • On est dans une NOUVELLE configuration, beaucoup plus HORIZONTALE, avec de nouveaux acteurs, de nouveaux « entrants », avec un volume et un rayon d’interaction BEAUCOUP plus large.
  • Ne pas perdre (trop) de temps à chercher « sa » place (sa chaîne). Prendre le temps de trouver LEUR place (celle des contenus et celle des usagers). La numérisation doit prendre le temps de trouver la meilleure proximité possible entre les contenus (qui existent déjà) et les usagers (qui les attendent déjà et/ou qui les consultent déjà ailleurs).
  • Tout cela pose bien sur plein de problèmes, mais il en est A MON AVIS toujours, 3 principaux
  • Le problème du droit : AVANT : Droit d’auteur, Droits voisins, Exceptions aux ... APRES : Fair Use Définition des « biens communs »
  • Ce problème du droit est en fait un problème de territorialité (ou de déterritorialisation). Des législations nationales NE PEUVENT prétendre réguler des pratiques internationalisées
  • LA PREUVE Récente affaire de Gallimard contre wikipédia à propos de textes français donc destinés à un usage français
  • Problème enfin de l’hébergement : De plus en plus se pose la question des contenus « DEPORTES »
  • DEPORTES Dans une stratégie de visibilité et/ou de facilité d’accès..
  • Mais ce qui pose la question de « comment garder la maîtrise de ces contenus » ??? Avec quelles garanties ??? Il faut certes aller cherche les utilisateurs là ou ils sont, mais il faut aussi et surtout essayer de les ramener dans un environnement DOCUMENTAIRE Et pas (potentiellement) PUBLICITAIRE.
  • Alors quelque soit le problème qu’on aborde, l’ombre de GOOGLE n’est jamais très loin. MAIS Google n’est ni un ange ni un démon. C’est un outil
  • QUI stigmatise 2 logiques : Logique de la gourde (rationnement/bib, organiser la rareté) contre celle du torrent (abondance/Google) : multiplier les points d’entrée à une profusion « organisée » JE PENSE QUE L’ON PEUT AISEMENT REMPLIR SA GOURDE A L’EAU D’1 TORRENT. Surtout dans la mesure ou l’eau du torrent (= les contenus libres de droit ou dans la zone grise) SONT des biens communs.

Les bibliotheques numeriques Presentation Transcript

  • 1. La bibliothèque universelle : quel(s) modèle(s) ? Olivier Ertzscheid McF sciences de l’information. Université de nantes. IUT de La Roche sur Yon http://www.Affordance.info Université permanente. 26 Mai 2011. Amphi Kernéis.
  • 2. Au menu
    • "Lancé en 2004, le programme Google Books s’affirme aujourd’hui comme un élément incontournable de l’accès aux savoirs, supplantant parfois le rôle habituellement dévolu aux bibliothèques. Pourtant, l’entrée fracassante d’un acteur commercial sur le marché de la numérisation de masse, conjuguée à l’évolution des pratiques de lecture contemporaines ainsi qu’aux bouleversements que le livre numérique occasionne sur l’ensemble de la chaine du livre, soulève un grand nombre de questions juridiques, politiques, culturelles et sociétales."
    Bibliothèques Google Numérique « Numérisation de masse » Interfaces Œuvres Téléchargement Auteurs Technique Avenir Pratiques Envies Risques
  • 3. (petite) Chronologie (de l’informatisation)
    • 1935 : premières machines mécanographiques pour recherche documentaire
    • 1959 : Conférence Unesco : traitement numérique de l’information
    • 1963 : premières recherches en texte intégral
    • 1969 : ARPANET
    • Années 70 : informatisation bibliothèques
    • Années 80 :
      • nouveaux systèmes de gestion informatisée (prêt, catalogage, enregistrement …)
      • Apparition CD-ROM : documents numériques objets d’acquisition et d’intégration dans les collections.
    • Années 90 : Internet.
    • 1995 : 1ers programmes de numérisation de fonds d’ouvrages, en mode image.
    • 2004 : lancement du projet Google Books.
    • 2005 : année de la bibliothèque numérique (Google, BnF, BNUE, etc …)
  • 4.
    • Plus de 500 000 bibliothèques,
    • 15.000 km de rayonnages de bibliothèques,
    • Plus de 500 000 connections à Internet dans les bibliothèques,
    • 1,5 trillions de prêts chaque année
      • 1 500 000 000 000 000 000 000
    • 2,5 milliards de lecteurs inscrits.
    L’existant : les bibliothèques dans le monde 
 Source : manifeste IFLA ( http://www.ifla.org )
  • 5. Rappel
    • Aujourd’hui les bibliothèques sont en RÉEL danger mais ...
    • pas par la faute du numérique ou des moteurs de recherche.
    http://www.losinglibraries.org/
  • 6. A quoi ça sert une bibliothèque ??
  • 7.
    • Article 3
      • La bibliothèque est un service public nécessaire à l’exercice de la démocratie. Elle doit assurer l’égalité d’accès à la lecture et aux sources documentaires pour permettre l’indépendance intellectuelle de chaque individu et contribuer au progrès de la société.
    • Article 6
      • La consultation sur place des catalogues et des collections doit être gratuite pour l’usager.
    • Article 7
      • Les collections des bibliothèques des collectivités publiques doivent être représentatives , chacune à son niveau ou dans sa spécialité, de l’ensemble des connaissances, des courants d’opinion et des productions éditoriales.
    • Accumulation : construction des collections. Savoir cumulatif
    • Diffusion de culture livresque (ouverture des docs au publics) : tous publics et tous documents
    • Aide aux études : formation scolaire, universitaire, professionnelle ET personnelle
    • Documentation récente (actualité)
    • Source http://www.enssib.fr/autres-sites/csb/csb-char.html
  • 8. Quels enjeux pour la numérisation ? « Rétrécir le temps et élargir l’espace. » J.F. de la Vega.
    • Rendre accessible : Livres rares, épuisés, confidentiels, anciens, difficiles d’accès …
    • Rendre « cherchable » : Capacité à « entrer » dans le texte
    • Démocratisation des savoirs, des accès, des accès aux savoirs
    • Confronter le lecteur avec de nouveaux codes (écrit => multimedia)
    • Réservoir de documents (traçabilité)
    • Conservation de documents (patrimoine du temporaire ?)
    • Organisation des connaissances (logiques classificatoires ou dictature du mot-clé)
    • Mise en ligne de services (ask a librarian)
  • 9. Quelles frontières ?
    • Bibliothèque : la collection
      • Collection limitées
      • Coordonnées (en réseau)
      • Catégorisées (métadonnées, interopérabilité)
      • Indexation raisonnée
      • Un public à (re)conquérir
      • sélection et choix raisonné.
    • Moteurs : la thésaurisation ($)
      • Aggrégations illimitées
      • Non-coordonnées
      • Non-catégorisées (syndrôme « tête de gondole »)
      • Indexation marchande
      • Immense public « captif » => effet de masse. Vortex numériques.
      • on prend tout, l’usager fera le tri.
  • 10. Quelles limites ??
    • Alberto Manguel :
      • « Au musée de Naples, on peut encore lire sur les cendres d’un papyrus sauvé de Pompéi. En revanche, beaucoup de mes disquettes vieilles de 5 ans sont déjà inutilisables. Les technologies modernes nous condamnent à nous occuper d’elles en permanence. » in Internet, le cauchemar de Babel, L’express 28/03/05
    ANS ???
  • 11. Quels garde-fous ??
    • Modèle marchand de la bibliothèque ?
      • Financé par publicité
      • Que devient l’accès raisonné ?
      • « laisser les utilisateurs et les chercheurs décider par eux-mêmes, par leurs choix, de la hiérarchie. »
      • http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2005/09/google_accepte_.html
      • Mein Kampf au rayon jeunesse ??
      • Risques : ouvrages les plus consultés, pas de roulement du fonds, ouvrages oubliés, nouvelle forme d’enfer ?
  • 12. Quels changements ?
    • "On cherche partout à la fois.
      • métacollection contre collection
    • On cherche avec ses propres mots
      • langage naturel contre langages documentaires
    • On veut de l'information primaire
      • bibliothèque contre catalogue
    • On fait tout avec le même outil
      • le flou contre la frontière
      • généralisme contre spécialisation
    • On veut accéder de chez soi, de partout
      • atopisme contre lieu dédié
    • (Source : http://www.abf.asso.fr/IMG/ppt/lahary.ppt )
  • 13. Quelles conséquences ?
    • Traitement de flux énormes d’informations
      • Exemple des volumes des collectes de l’Internet
    • Nouvelles unités documentaires
      • Application de techniques archivistiques aux sites web
    • Des techniques bibliothéconomiques industrielles
      • traitements documentaires automatiques
      • échantillonnage des contrôles qualité et alertes automatiques
      • protocoles de recyclage des problèmes
  • 14. Comment ça marche ??
    • Numérisation :
      • Mode image / Mode texte (OCR)
    • Rétablir le lien avec le document matériel :
      • Métadonnées (Dublin Core)
    • Question des coûts $$$$
      • Google welcome :-)
  • 15. http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/bibliotheques_numeriques_gallica/a.numerisation_masse_bnf.html
  • 16. Petite visite guidée
  • 17. Projet Gutenberg : http://www.gutenberg.org/ 1971. Fondé par Michael Hart aux EU (Université Illinois). Alimenté depuis par milliers de volontaires.
  • 18. Bibliothèque Universelle : http://abu.cnam.fr/ Avril 1993 : première bibliothèque électronique francophone
  • 19. Bibliothèque électronique de lisieux http://www.bmlisieux.com/ Juin 1996 par Olivier Bogros
  • 20. 1996. Internet Archive : http://www.Archive.org
  • 21. Gallica : http://gallica.bnf.fr Fondée en Octobre 1997
  • 22. 2004. Google Books : http://books.google.com
  • 23. 2005. Open content alliance http://www.openlibrary.org/
  • 24. 2006. Europeana = http://www.europeana.eu
  • 25. 2010. Google Ebooks http://books.google.fr/ebooks
  • 26. Toutes des bibliothèques numériques permettant de ...
    • lire, consulter, rechercher ...
  • 27. Oui mais ... Bénévoles // professionnels Textes libres de droits // textes sous-droits Documents téléchargeables // consultables en ligne Gratuit // payant Avec publicité // sans publicité Classement raisonné // moteur de recherche Texte intégral // métadonnées uniquement Que des textes // images, sons, vidéos, textes ... En français // dans d’autres langues Textes du 18 ème siècle // de toutes les périodes Initiative locale // internationale Pouvoirs publics // acteurs privés
  • 28. Comment en est-on arrivé là ??
  • 29. L’annonce. Octobre 2004. Foire du livre de Francfort Annonce de GBS Projet OCEAN > Google Print > Google Books
  • 30. 14 / 12 / 2004 : 5 bibliothèques et 1 moteur  Ouvrages libres de droit uniquement  Numérisation entièrement à la charge de Google  Choix des ouvrages à la charge des bibliothèques
  • 31. Le procès
    • The Authors Guild, Inc., et alii vs. Google Inc. , Affaire n° 05 CV 8136 (S.D.N.Y.)
    • En 2005 les deux plus grosses associations américaines d'éditeurs (AAP) et d'auteurs (Authors Guild) engagent une action en justice ( .pdf ) contre Google Books.
    • réclament un système d'opt-in en lieu et place du système d'opt-out pour les ouvrages sous droits ET les oeuvres orphelines.
  • 32. 29 / 03 / 2010 : 1 moteur et ... 20 bibliothèques, 1 état + de 10 millions d’ouvrages dont 60 % d’œuvres orphelines, 20% d’œuvres du domaine public et 20% d’œuvres sous droits
  • 33.
    • Quantitatif : Avantage Google
      • Plus, plus vite, et moins cher que tout le monde
    • Qualitatif : Avantage Google
      • Presque aussi bien que tout le monde
    • Accès : Avantage Google
      • Plus rapide, plus efficace, plus « pratique », plus central.
    Google et la numérisation de masse
  • 34. « And the winner is ... » Google. Fin de l’histoire. Merci de votre attention.
  • 35.  
  • 36. Ceci est une bibliothèque ... Des livres, des rayonnages, de l’espace ...
  • 37. Ceci est (aussi) une bibliothèque (numérique) Ceci est (aussi) ... une bibliothèque (numérique) ... Des livres (numériques), des rayonnages (physiques), de l’espace (disque) ...
  • 38. Ceci est un moyen de transport en commun. Un moyen de propulsion, un attelage, des sièges pour plusieurs passagers, un espace pour les bagages
  • 39. Ceci est (aussi) un moyen de transport en commun. Un moyen de propulsion, un attelage, des sièges pour plusieurs passagers, un espace pour les bagages
  • 40. Ce n’est pas grave ... #fail
  • 41. Si on accepte d’adopter un AUTRE point de vue ... #not_fail
  • 42. Ceci est UNE bibliothèque
  • 43. Ceci est LEUR bibliothèque Masse nuageuse numérique
  • 44. Ceci ne tuera pas (nécessairement) cela
  • 45. masse à numériser ... Problème de l’INPUT
  • 46. What else ? 100 000 $. 1 ouvrage relié de 300 pages en moins de 5 minutes.
  • 47. Problème de l’OUTPUT TERMINAUX ? FORMATS ? PRIX ? PLATEFORMES ? Numérisation de masse : « sur la terre comme au ciel »
  • 48. Numérisation ... « pour les masses » numérisation ... « pour les masses » Le public est DEJA là. Reste le problème de l’accès.
  • 49. # La numérisation de masse est d’abord une question d’accès. Les contenus sont DEJA là. Révolution de la consultation.
  • 50. #La numérisation de masse est ensuite une question de médiation La médiation ne peut que s’effectuer à proximité des contenus Les contenus sont « dans les nuages » donc ...
  • 51. # La numérisation de masse CHANGE les pratiques R E C H E R C H E R E P E R A G E L E C T U R E C O N S U L T A T I O N I N D E X A T I O N P A R T A G E
  • 52. Un nouvel écosystème
  • 53. qui se met difficilement en place ...
  • 54. Des tensions ... Palpables ...
  • 55. Ceci est la chaîne du livre (« traditionnelle ») Des interactions « étroites » Des compagnons de fortune Des métiers « de/à proximité » Des relations « verticales »
  • 56. Ceci est la (nouvelle) chaîne du livre (numérique) Des interactions « larges » Des compagnons d’infortune ? Des métiers « à distance » (dans le nuage) Des relations « horizontales »
  • 57. Ne pas oublier chaîne de la numérisation ...
  • 58. Ça fait beaucoup de chaînes ... 
  • 59. Couper le nœud Gordien ?
  • 60. Les 3 problèmes (principaux) de la numérisation de masse
  • 61. Le problème des DROITS 1
  • 62. Le problème du périmètre d’application 2 Législations nationales ... Pour pratiques internationales ?
  • 63. EXEMPLE ...
  • 64. Le problème de l’hébergement 3 Quels serveurs pour quels clients ? Contenus déportés ? « embedded » ?
  • 65. EXEMPLE ...
  • 66. AUTRE EXEMPLE ...
  • 67. GOOGLE : ange ou démon ?
  • 68. Logique de la gourde Contre celle du torrent
  • 69. Alors ... Quelle est la bibliothèque idéale ? Je n’en sais rien Alors ... Quelle est la femme idéale ? Je n’en sais rien Mais il existe quelques idéaux partagés Mais il existe quelques stéréotypes répandus
  • 70. mais ... Quelle est MA bibliothèque idéale ? J’en ai une petite idée Le numérique comme point d’observation privilégié Le numérique comme occasion de passer aux travaux pratiques Les opportunités l’emportent sur les risques.
  • 71. Merci ... To @ Source des images : FlickR (cc) http://www.flickr.com Retrouvez cette présentation sur http://www.slideshare.net/olivier Retrouvez-moi sur http://www.Affordance.info Contactez-moi sur [email_address]