Web2.0urfist

1,065 views
937 views

Published on

panorama employé dans diverses formations

Published in: Technology
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
1,065
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
35
Actions
Shares
0
Downloads
38
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Web2.0urfist

  1. 1. . Le web 2.0 Formation Urfist Rennes 15 mai 2007
  2. 2. Plan de l’intervention <ul><li>1. Historique et analyse du phénomène. </li></ul><ul><li>2. Personnalisation de l’information </li></ul>
  3. 3. 1.L’histoire. Début été 2004 <ul><li>Craig Cline de MediaLive </li></ul><ul><li>Le journaliste John Batelle (wired magazine) </li></ul><ul><li>Dale Dougherty, </li></ul><ul><li>membre de l’équipe </li></ul><ul><li>de Tim O’Reilly. </li></ul>
  4. 4. Selon O’reilly
  5. 5. Tableau du passage.
  6. 6. Tableau O’reilly du passage Tagging Directories Wikis Content Management Systems participation des utilisateurs Publication webmaster Web Services Screen scraping Cost per click Page Views Blog Site personnel Wikipedia Britannica Online Napster MP3.com BitTorrent Akamai Flickr Ofoto Google adSense Doubleclick Application Web 2.0 Application Web 1.0
  7. 7. Concept? <ul><li>Mot-valise, auberge espagnole </li></ul><ul><li>Etat d’esprit </li></ul><ul><li>Phénomène </li></ul><ul><li>Effet de mode </li></ul><ul><li>Stratégie marketing </li></ul><ul><li>Tentative de formaliser des évolutions </li></ul>
  8. 8. Révolution ou évolution? <ul><li>Les mots de révolution sont parfois employés par des sites dit web 2.0 et même des anciens comme pour yahoo et msn qui qualifient ainsi leur nouveau système de messagerie et messagerie instantanée : </li></ul><ul><li>Abus de langage. </li></ul><ul><li>ZDNet.fr: Quelle est votre définition du web 2.0? Tariq Krim: Le web 2.0, c'est un retour aux fondamentaux de l'internet: remettre l'utilisateur au centre de l'internet, lui faciliter ses relations avec les services et les autres utilisateurs, lui permettre de gagner du temps en allant à l'essentiel. C'est aussi un retour à la course à l'innovation dans les services et dans les outils internet qui s'était arrêtée après la &quot;bulle&quot;. Source : http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39330539,00.htm </li></ul>
  9. 9. Définition : ce qu’il n’est pas <ul><li>Qu'est-ce que le web 2.0 n'est pas ? </li></ul><ul><li>ce n'est pas une norme établie par un organisme tel que le W3C ou l'IETF (même si : http://web2.0validator.com/) </li></ul><ul><li>ce n'est pas un label décerné selon des critères précis par un organisme </li></ul><ul><li>ce n'est pas une méthode de travail dont les grands principes seraient définis (comme l'approche MVC en programmation par exemple) </li></ul><ul><li>Source : http://w3qc.org/presentations/20060130/ </li></ul>
  10. 10. Le retour des mythes
  11. 12. Quelles technologies? <ul><li>Des techniques fonctionnelles : </li></ul><ul><li>HTML et notamment XHTML qui sont des protocoles déjà fort anciens. </li></ul><ul><li>Les feuilles de style basé sur la recommandation CSS dont la CSS 2.0 date de 1998. </li></ul><ul><li>Les codes « Javascript » que Netscape a intégré à son navigateur en 1995. </li></ul><ul><li>XML dont la recommandation a été publiée en 1998. </li></ul><ul><li>Les possibilités de syndication ATOM et RSS qui a également été crée par Netscape en 1999. </li></ul><ul><li>Le protocole http dont la dernière version date de 1999 en attendant IPv6 </li></ul><ul><li>Les identifiants universels URI </li></ul><ul><li>Rest (representational state transfer) qui remonte à 2000 </li></ul><ul><li>Services web. API. </li></ul><ul><li>SQL crée à la fin des années 1970. </li></ul>
  12. 14. Autres mots-clés <ul><li>L’Ajax. </li></ul><ul><li>API (Application Program Interface) </li></ul><ul><li>Mashups (mixage) </li></ul>
  13. 15. Quelles visions? <ul><li>La vision commerciale </li></ul><ul><li>La vision ésotérique </li></ul><ul><li>L’absence de vision, le mémétisme. </li></ul>
  14. 16. Le buzz marketing <ul><li>Le web 2.0 est –il un buzz marketing? </li></ul><ul><li>Les sites de vote et de popularité permettent de suivre les « buzz » </li></ul><ul><li>Viral marketing </li></ul><ul><li>Agence de pub : http://www.culture-buzz.com/ </li></ul>
  15. 17. Quel modèle économique? <ul><li>Le rachat? Ex : flick, youtube </li></ul><ul><li>La revente de données. </li></ul><ul><li>La publicité contextuelle. (google adwords) </li></ul><ul><li>La publicité via l’audience. </li></ul><ul><li>Services en plus payants.(site d’hébergement de données, plateformes enrichies,etc.) </li></ul>
  16. 18. Le côté obscur
  17. 19. Nihil novi sub sole? <ul><li>Contre discours. </li></ul><ul><li>Evolution </li></ul><ul><li>Réflexions sur le site deuxzero.com : </li></ul><ul><li>www.deuxzero.com </li></ul>
  18. 20. Une courte définition <ul><li>Si on perçoit le web 2.0 de manière positive : </li></ul>Mettre l’usager au centre et notamment au centre de l’information. En ce sens le web 2.0 va dans le sens d’un système d’information orientée usager et pas seulement axé sur le contenu et les gestionnaires de l’information. Cf. le coadic
  19. 21. Quels changements? <ul><li>Personnalisation de l’information. (+ veille) </li></ul><ul><li>Production personnelle de contenus. </li></ul><ul><li>« Indépendance »? grandissante vis-à-vis des médias traditionnels. </li></ul><ul><li>Remise en cause des autorités et nouvelles légitimités : popularité et autoritativité. (cf. GDE et articles sur archivesic) </li></ul><ul><li>Augmentation du flux de données d’où infoabondance ou infopollution. </li></ul><ul><li>L’accessibilité. </li></ul>
  20. 22. 2. Exemples. <ul><li>2.1 Personnalisation de l’information : </li></ul><ul><li>Pages perso, RSS, etc. </li></ul><ul><li>2.2 Rechercher via la blogosphère. </li></ul><ul><li>2.3 Les folksonomies. </li></ul><ul><li>2.4 Stockage et bureautique en ligne. </li></ul>
  21. 23. 2.1 La personnalisation de l’info <ul><li>But : sélectionner ses sources intéressantes et pertinentes : stratégie de veille. </li></ul><ul><li>Les termes : veille, pages persos, agrégateurs, RSS, Atom </li></ul><ul><li>La « sérendipité organisée. » </li></ul>
  22. 24. Les flux rss, atom <ul><li>Syndication de contenus </li></ul><ul><li>Permet une veille active plus performante que les signets. </li></ul>
  23. 25. Définition <ul><li>« Un flux RSS ou fil RSS (&quot;RSS Feed&quot; en anglais), sigle de Really Simple Syndication ( syndication vraiment simple ), ou de Rich Site Summary (Sommaire d'un site enrichi) est un format de syndication de contenu Web » </li></ul><ul><li>La syndication en RSS consiste à accéder, reproduire ou diffuser un contenu </li></ul><ul><li>Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Really_Simple_Syndication </li></ul>RSS | Introduction
  24. 26. Le Format <ul><li>XML : Extensible Markup Language </li></ul><ul><li>« L'objectif initial de XML est de faciliter le partage de textes et d'informations structurées, par exemple au travers de l'Internet, en séparant le contenu (les données) du contenant (la présentation des données). » </li></ul><ul><li>Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Really_Simple_Syndication </li></ul>RSS | Introduction
  25. 27. D’autres formats <ul><li>ATOM basé sur xml </li></ul><ul><li>http://fr.wikipedia.org/wiki/Atom </li></ul>
  26. 28. Le Format RSS | Introduction http://www.lemonde.fr/rss/sequence/0,2-3224,1-0,0.xml Description du flux en lui même Description de chaque information (item)
  27. 29. Les agrégateurs. <ul><li>Définition de wikipédia : </li></ul><ul><li>Un agrégateur est un logiciel permettant de suivre un ou plusieurs fils de syndication , le plus souvent dans les formats RSS ou Atom . Les autres formats existant sont RDF , CDF , OCS , OPML et le podcasting . Il existe plusieurs types d'agrégateurs. </li></ul>
  28. 30. Les différents agrégateurs <ul><li>Les agrégateurs &quot;simples&quot; rapatrient les fils sur l'ordinateur de l'utilisateur. </li></ul><ul><li>les agrégateurs en ligne permettent de suivre une liste personnelle de fils même lorsque l'on n'utilise pas son propre ordinateur. </li></ul><ul><li>les agrégateurs intégrés dans certains navigateurs ou clients de messagerie. </li></ul><ul><li>les agrégateurs pour serveurs permettent de rendre les fils consultables par d'autres moyens (web, messagerie, etc.) </li></ul>
  29. 31. « Les pages perso » ou PAP (pages d'accueil personnalisées) <ul><li>Un type particulier d’agrégateur. </li></ul><ul><li>Plusieurs types de contenus. </li></ul><ul><li>« Guichet unique. » </li></ul><ul><li>Centralisation sur les désirs de l’usager. </li></ul><ul><li>Veille active. </li></ul><ul><li>Critiques : autarcie. </li></ul>
  30. 35. 2.2 recherche via les blogs. <ul><li>Une production de contenus en perpétuelle progression quantitativement. </li></ul><ul><li>Des moteurs spécialisés. News (google news et wikio) </li></ul><ul><li>Des moteurs pour les blogs : un point d’accès la blogbar </li></ul>
  31. 37. 2.4 stockage et autres <ul><li>Bureautique en ligne. </li></ul><ul><li>Stockage en ligne. </li></ul><ul><li>Permet de collaborer sur un même document. </li></ul><ul><li>Partager des documents. </li></ul>
  32. 38. Writely devenu http://docs.google.com/
  33. 39. Exemple : box.net
  34. 40. Box.net/lite <ul><li>Sans enregistrement à la façon de imagehack.us. </li></ul><ul><li>http://www.box.net/lite : </li></ul>
  35. 41. Videos en ligne et podcasts <ul><li>Youtube </li></ul><ul><li>Dailymotion </li></ul><ul><li>Podemus . </li></ul><ul><li>Google video. </li></ul><ul><li>Permet la recherche par tags et l’inclusion de vidéos au sein des blogs. </li></ul>
  36. 42. Panorama en ligne <ul><li>Slideshare . </li></ul><ul><li>http:// www.slideshare.net / oledeuff </li></ul>
  37. 44. Tableau de fred cavazza

×