Your SlideShare is downloading. ×
Web et logiques classificatoiresv.1
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Saving this for later?

Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime - even offline.

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Web et logiques classificatoiresv.1

6,770
views

Published on

Support de l'intervention au Séminaire Alma d'Angers

Support de l'intervention au Séminaire Alma d'Angers

Published in: Education

0 Comments
2 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
6,770
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
19
Comments
0
Likes
2
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Web etlogiquesclassificatoires Olivier Le Deuff. Séminaire Alma. Angers. 15 décembre 2011 1
  • 2. L’impensable?• « Quest-il donc impossible de penser, et de quelle impossibilité sagit-il ? » Foucault. Les mots et les choses.• La carte est-elle aussi le territoire ? 2
  • 3. Où l’impensé• La logique classificatoire devient inadéquate face à l’incommensurable ?• La mesure humaine cède la place à des métrologies 3
  • 4. Plan de l’intervention• 1. Le problème du document numérique• 2. Des tentatives classificatoires• 3. Une évolution documentaire• 4. Des espaces en expansion• 5. Faut-il vraiment des Dewey du web ? 4
  • 5. 1. Le problème du documentnumérique• Stabilité ?• Pérennité ?• Fiabilité ?• Frontières du web ? 5
  • 6. Le document comme monstre• Monstruosité dans l’ impossibilité de qualification ou de description du fait des mutations.• Se devant d’être vu et montré comme l’indique l’étymologie du mot. 6
  • 7. InterrogationsPeut-on qualifier tous les documents numériques comme desmonstres ?Les documents peu structurés et non indexés par des humainsconstituent la majorité des documents sur Internet. Leur caractèrefluctuant rend leur identification difficile.La volonté initiale de Paul Otlet de tout classifier constitue désormaisune mission impossible.Le document numérique ne doit pas néanmoins nous empêcher depenser et de catégoriser ces changements : vers une tératologie 7documentaire ?
  • 8. La redocumentarisation. Définitioncourte• La redocumentarisation consiste à retraiter un document ou un ensemble de documents numérisés de façon à les enrichir de métadonnées nouvelles et à réarranger et relier leurs contenus. fr.wikipedia.org/wiki/Redocumentarisation 8
  • 9. Définition longue• Pour définir la re-documentatisation, il faut commencer par sentendre sur le terme «documentarisation». Documentariser, cest ni plus ni moins traiter un document comme le font (...) les professionnels de la documentation (...) : le cataloguer, lindexer, le résumer, le découper, éventuellement le renforcer, etc. (...) Lobjectif de la documentarisation est doptimiser lusage du document en permettant un meilleur accès à son contenu et une meilleure mise en contexte. Le numérique, par nature, implique une re-documentarisation. Dans un premier temps, il sagit de traiter à nouveau des documents traditionnels qui ont été transposés sur un support numérique en utilisant les fonctionnalités de ce dernier. Mais le processus ne se réduit pas à cette simple transposition. En effet, bien des unités documentaires du Web ne ressemblent plus que de très loin aux documents traditionnels. Dans le Web 2.0 (...) la stabilité du document classique sestompe et la redocumentarisation prend une tout autre dimension. Il sagit alors dapporter toutes les métadonnées indispensables à la reconstruction à la volée de documents et toute la tracabilité de son cycle. Les documents traditionnels eux-mêmes, dans leur transposition numérique, acquièrent la plasticité des documents nativement numérique et peuvent profiter des possibilités de cette nouvelle dimension."• in La redocumentarisation : un défi pour les sciences de linformation. (Jean Michel 9 Salaïn, 2007. cité par Affordance.info)
  • 10. 2. Des tentatives classificatoires ?• Archéologie d’une logique en disparition ?• Traces et permanences de techniques de traitement de l’information 10
  • 11. La permanence de la listeOmniprésenteDiverse 11
  • 12. 12
  • 13. Les répertoires de signetsForme ancienne, illusoire etrapidement dépassée.Réinjectée parfois sur desplateformes comme deliciousExemple : les signets de laBNF 13
  • 14. Le portillon• Classement de sites et de ressources web en classification dewey 14
  • 15. L’univers netvibes en dewey• L’univers Netvibes « Ressources CDI dewey » 15
  • 16. Les métadonnées Dublin Coredevaient initialement permettre auxmoteurs de recherche d’indexer demanière plus efficace les ressources web.Ce ne fut pas le cas du fait des dérives demots-clés qui étaient en fait de véritablesspams. 16
  • 17. Les métadonnéesLes métadonnées ne servent pas qu’à décrire des documents. Elles constituentdes supports bien plus complexes qu’une notice descriptive de catalogue.Autrefois contrôlées, c’est-à-dire produite par les autorités de manièrehiérarchique et descendante,les métadonnées deviennent de plus en plus ascendantes, cest-à-dire produitespar les usagers.Toutefois, cette « libération » ne signifie pas l’absence de contrôle, notammentles contrôles a posteriori et les recompositions 17
  • 18. Les annuaires ?• Chronique d’une disparition ?• L’évolution de Yahoo• Dmoz? 18
  • 19. 1997, l’annuaire de yahoo s’étoffe 19
  • 20. 2011 : Il n’existe plus du tout 20
  • 21. Des catégorisations• Sur dailymotion avec 2 ou 3 niveaux peu compréhensibles parfois (multicatégrisations possibles)• Une catégorisation sur l’ina moins apparente 21
  • 22. Ravelry, réseau social de loisirscréatifs 22
  • 23. Les extensions comme moyens declasser ?• ….classer ou censurer ? 23
  • 24. Bilan des folksonomies• Elles ne sont pas substituées aux taxonomies• Coexistence et complémentarité 24
  • 25. Facettes ?Présentes chez deliciousmais peu développéesUn jour chez Diigo? 25
  • 26. Les hashtags• La forme de tag la plus notable actuellement :• Indexation collaborative de l’actualité 26
  • 27. 3. Une évolution documentaire• Changement d’état du web :• Web de savoirs à un omniweb• Passage de l’autorité à la popularité 27
  • 28. Au profit du commercialIntérêt pour cataloguer lesindividus à des fins publicitairesCibler au plus près : Facebook 28
  • 29. Classification des individus• L’homme est un tag comme un autre :• On est tagué sur Facebook mais aussi sur les blogs, etc. 29
  • 30. Les nouvelles logiquesClassificatoires ou marchandes ?PopularitéIdentification (retour des autorités)Affinités 30
  • 31. L’homme-documentL’homme est un document comme unautreUn double numérique qui prendforme un peu avant la naissance et quise prolonge au-delà de l’existence 31
  • 32. Retour des autorités?• Améliorer les algorithmes de popularité. 32
  • 33. Google et ses autoritésReconnaissance des auteurs de sitesweb et des diverses ressourcesGoogle plus comme profil universelMême objectif pour Google Scholar enterme de recherche. 33
  • 34. Annuaires de personnes?Cerclonomies? (Google +)Listes d’ « amis » sur FacebookLes listes de twitter 34
  • 35. 35
  • 36. Etre recommandé• C’est être recommandable• Le « plussoiement » ou le like 36
  • 37. Etre bien classéLes top des blogsExemple : le top wikio devenuebuzzing labs…Avec des classements thématiquesdiscutables 37
  • 38. Etre un homme de valeurs• … facilement mesurables 38
  • 39. 4. Des espaces en expansionExtension des territoires des moteursDes distinctions moins évidentes : web privé/webpublicCloud computingGoogle desktop 39
  • 40. Des megacorpus• Le problème des digital humanities face à des entrepôts parfois colossaux 40
  • 41. Description de doc ou de soi ?Extension des effets produits par des actionsapparemment documentairesLe nuage de tags comme carte de visiteDis moi comment tu tagues et ce que tu tagues…De nombreux marqueurs identitaires 41
  • 42. 42
  • 43. Le projet du web de donnéesOntologiesReprise du Dublin CoreRéutilisation de thésaurus (SKOS) 43
  • 44. 5. Faut-il vraiment des Dewey duweb ?• L’architecture de l’information 44
  • 45. Les deux fossés (B.Bachimont) le fossé d’intelligibilité le fossé d’obsolescence 45
  • 46. Délégation ou médiation ?La délégation technologiquequi permet aux usagersd’exercer des prérogativesautrefois détenues par desprofessionnels (web 2.0)… ne s’accompagne pasd’une délégation dans lamaîtrise des savoirsnécessaires. 46
  • 47. Classifier ou évaluer ?• Une capacité à développer : nécessité d’une formation• Evaluer, c’est conférer de la valeur 47
  • 48. L’archivefoucaldienne• « Mais l’archive, c’est aussi ce qui fait que toutes les choses dites ne s’amassent pas indéfiniment dans une multitude amorphe, ne s’inscrivent pas non plus dans une linéarité sans rupture, et ne disparaissent pas au seul hasard d’accidents externes, mais qu’elles se groupent en figures distinctes, se composent les unes avec les autres selon des rapports multiples, se maintiennent ou s’estompent selon des régularités spécifiques »• (Foucault, L’archéologie du 48 savoir, 1969 p.170)
  • 49. Capacité de distance• "Par moments, lHomme a besoin de prendre le temps et de sarrêter pour réfléchir... et cela, seul lHomme est capable de le faire..."• (Masamune Shirow faisant parler Daisuke Aramaki dans le manga Ghost in the shell) 49
  • 50. Culture de l’information 50
  • 51. Illustrations• Alex Gorzen, Massive Wall of Organized Documents, mars 13, 2007, http://www.flickr.com/photos/zeusandhera/211206 9242/.• ross millar, mic, octobre 4, 2007, http://www.flickr.com/photos/rdmillar/1325739265/.• francescomucio, My Document, septembre 26, 2008, http://www.flickr.com/photos/mucio/2889899144/.• epSos .de, News Paper Origami Dragon Monster, juillet 24, 2009, http://www.flickr.com/photos/epsos/3777343342/.• sheldonschwartz, tags, mai 18, 2005, http://www.flickr.com/photos/mobileobjective/144 80348/. 51