Traitement des matières résiduelles - Présentation Dorval

365 views
272 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
365
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Traitement des matières résiduelles - Présentation Dorval

  1. 1. Consultation publique sur l’implantation du Direction de Réduire l’environnement et du pour mieux Centre de traitementdéveloppement durable des matières organiques grandir dans le secteur ouest (CTMO Ouest) 9 novembre 2011
  2. 2. Direction de l’environnement et dudéveloppement durable Introduction Une responsabilité collective 1
  3. 3. Agglomération de MontréalMatières résiduelles générées par individu en 2010 2
  4. 4. Agglomération de MontréalMatières mises en valeur en 2010 Taux et tonnage récupéré Matières Agglomération Secteur Ouest Matières recyclables 53 % (159 008 t) 55 % (39 499 t) Résidus domestiques dangereux 56 % (3 325 t) 54 % (723 t) Matériaux secs et encombrants 59 % (143 035 t) 54 % (20 360 t) Matières organiques 10 % (41 891 t) 19 % (19 089 t) Taux global 37 % 38 % 3
  5. 5. La situation actuelle, enfouissement 109 voyages 25 des ordures Destination des ordures poste de transbordement vers le 25 109 voyages ménagères (2010) EBI à Montréal-Est de vers le poste de transbordement de EBI à Montréal-Est 226 046 t/a (37 % volume agglo.) 226 046 t/a (37 % volume agglo.) Réacheminées vers LET Saint-Thomas Réacheminées vers LET Saint-Thomas14 103 voyagesvers le poste de transbordementde Raylobecvoyages transbordement vers le posteVaudreuil 14 103 à de 31 973 voyages de Raylobec à Vaudreuil vers le poste de transbordement105 694 t/a 694 t/a (17 % volumeBFI 105 (17 % volume agglo.) Réacheminées vers LET agglo.) de Waste Management à Longueuil à LachenaieRéacheminées vers LET BFI 31 973 voyagesà Lachenaie 168 549 t/a (28 vers levolume àagglo.) % poste de transbordement de Waste Management Longueuil Réacheminées168 549 t/a (28 % volumeSainte-Sophie vers LET Sainte-Sophie Réacheminées vers LET agglo.) 112 366 t/a (18 % volume agglo.) 112 366 t/a (18 % volume agglo.) Kilométrage parcouru par an : 2 075 500 Km Réacheminées vers LET Saint-Nicéphore Volume transféré par an : 612Réacheminées vers LET Saint-Nicéphore 655 tonnes 4
  6. 6. Cadre d’actionPolitique québécoise de gestion des matières résiduelles Respect de la hiérarchisation des 3 RV-E Valorisation, à moyen terme, de 60 % des matières organiques putrescibles Bannissement de l’enfouissement des matières organiques en 2020 5
  7. 7. Cadre d’action (suite)Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles (PMGMR) de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) Principe d’autonomie régionale 6
  8. 8. Cadre d’action (suite)Plan directeur de gestion des matières résiduelles de l’agglomération de Montréal (PDGMR) Principe d’équité territoriale 7
  9. 9. Nos défisLes enjeux reliés aux matières organiques 1/2 des ordures ménagères Faible taux de récupération (10 %) Beaucoup de transportLa solution : Poursuivre les efforts entrepris Priorité à la valorisation des matières organiques 8
  10. 10. Nos défis (suite)Les résultats visés : Participation citoyenne aux collectes sélectives Matière première à transformer en compost et en énergie renouvelable Traitement près de son lieu de génération 9
  11. 11. Nos défis (suite)Les résultats visés : Réduire : • Enfouissement et ses nuisances associées • Gaz à effet de serre Contribuer à la revitalisation de secteurs industriels (technologie, innovation, architecture) 10
  12. 12. Outils à la dispositiondes citoyens ordures résidus résidus matières ménagères verts organiques recyclablesCollecte sélective résidus verts dans la majorité des territoires depuis 2008 résidus alimentaires depuis 2008 11
  13. 13. Nos gains au planenvironnemental et économiqueRéduction 219 000 tonnes d’ordures ménagères (8 logements et moins), destinées à l’enfouissement 710 000 km des distances parcourues (18 fois le tour de la terre) 1/3 des camions vers les lieux d’enfouissement (3 100 véhicules) De 21 000 tonnes de CO2e (GES) 12
  14. 14. Nos gains au planenvironnemental et économiqueCréation 40 nouveaux emploisProduction 8 millions de m3 de biométhane (1 m3 de biométhane = 1 m3 de gaz naturel = 1l de diesel) Capable d’alimenter 4 000 autos roulant 20 000 km par année chacune 65 800 tonnes de compost 13
  15. 15. Direction de l’environnement et dudéveloppement durable Section 1 Les technologies de valorisation des matières organiques 14
  16. 16. Choix des technologies :trois grands principesValorisation à la place de l’éliminationTaille des infrastructures planifiée en fonction des besoins de l’agglomérationDes technologies adaptées au contexte montréalais éprouvées 15
  17. 17. Agglomération : deux grandeszones au profil distinctifPopulation : 427 500 personnes Population : 1 473 000 personnes Population : 427 500 personnesDominance d’habitations Dominance d’habitations non détachées de type unifamilial Dominance d’habitations de type unifamilialou détaché détaché%)%) ou (95 (95 Population : 1 473 000 personnes Abondance de résidus vertsEspaces extérieurs aménagés restreints (RV) Dominance d’habitations non détachéesAbondance % de résidus alimentaires (RA)(RV) de résidus verts Espaces extérieurs aménagés restreints 40 Plus grande quantité de résidus alimentaires40 % de résidusdealimentaires (RA) pour 60 % résidus verts (RV) Plus grande quantité de résidus alimentairespour 60 % de résidus verts (RV) résidus alimentaires verts (RV) 60 % de (RA) 60 % de résidus alimentaires (RA) pour 40 % de résidus Collecte combinée RA + RV pour 40 % de résidus verts (RV) Collecte séparée RA/RV 16
  18. 18. Un projet : 5 infrastructures Secteur Nord Étape 1 : Compostage bâtiment fermé Étape 2 : Compostage andains recouverts 29 000 t/an (RV+digestat (pré-compost)Secteur OuestOuest SecteurCompostage bâtiment fermé Compostage bâtiment fermé 50 000 t/an (RA+RV+digestat (pré-compost))50 000 t/an (RA+RV+digestat (pré-compost)) Secteur Est Biométhanisation en bâtiment fermé 60 000 t/an (RA) Centre pilote de prétraitement Secteur Sud en bâtiment fermé Biométhanisation bâtiment fermé 25 000 t/an (OM) ordures ménagères 60 000 t/an (RA) Collecte combinée RA + RV Collecte séparée RA/RV 17
  19. 19. Une stratégie d’ensemble Centres de traitement des matières organiques (CTMO) fonctionnant à pleine capacité CTMO Nord Centre de compostage Intrants des collectes D = 25 000 t/aRésidus verts RV = 18 725 t/atraités hors Extrants C = 15 400 t/ade lîle RV = 14 725 t/a56 000 t/a CTMO Ouest Centre de compostage CTMO Ouest CTMO Est Centre de biométhanisation Intrants desdecollectes Centre compostage Intrants des collectes RA = 60 000 t/a D = 11 000 000 t/a D = 11 t/a Intrants des collectes RV = 19 550 t/a RA + RV (mixte) 39 000 t/a 000 t/a RA + RV (mixte) = = 39 Extrants Extrants CTMO Sud B = 4 000 000 m3 Extrants C = 28 000 t/a Centre de biométhanisation D = 18 000 t/a RV = 19 550 t/a C = 28 000 t/a Intrants des collectes RA = 60 000 t/a Centre pilote de RV = 21 725 t/a prétraitement D : Digestat (pré-compost) OM = 25 000 t/a Extrants OM : Ordures ménagères B = 4 000 000 m3 RA : Résidus alimentaires D = 18 000 t/a RV : Résidus verts RV = 21 725 t/a B : Biométhane 18
  20. 20. 2 filières technologiquescomplémentairesProcédé biologique Compostage Biométhanisation Environnement avec air sans air Intrants résidus organiques résidus et pré-compost alimentaires (digestat)Principaux extrants compost méthane et digestat (pré-compost) Avantages plus simple produit de l’énergie et moins coûteux renouvelable 19
  21. 21. Centre pilote de prétraitementdes ordures ménagèresDévelopper notre expertise pour devenir encore plus performant au plan environnemental en retirant des ordures ménagères les fractions de matières : Pouvant être compostées Pouvant produire de l’énergie Pouvant être recyclées 20
  22. 22. Direction de l’environnement et dudéveloppement durable Section 2 Choix des sites 21
  23. 23. Processus de sélectiondes sites11 sites ont fait l’objet d’analyses détaillées4 sites présentant les conditions optimales ont été retenus 22
  24. 24. Critères de sélectiondes sitesExigences du Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) Sauf dans le cas d’infrastructures existantes, comme au CESM, distance de 500 mètres entre l’infrastructure et toute zone résidentielle ou commerciale, des habitations et des lieux publics Étude de dispersion des odeurs obligatoire 23
  25. 25. Critères de sélectiondes sites (suite)Exigences du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) Distance de 60 mètres d’un cours d’eau, 30 mètres de tout ouvrage de captage (eaux souterraines) et de 300 mètres d’un lac Niveau de bruit compatible au zonage hôte Impact limité du camionnage sur la circulation dans le voisinage 24
  26. 26. Critères de sélectiondes sites (suite)Autres critères de l’agglomération Idéalement une propriété municipale Superficie adéquate Disponible à court terme Proximité des grandes artères et autoroutes Capacité de branchement au réseau de Gaz Métropolitain (centre de biométhanisation) 25
  27. 27. Sites retenus Secteur Nord CESM Arrondissement Villeray—St-Michel – Parc-Extension Secteur Est Site de l’ancienne carrière Demix Ville de Montréal-Est Secteur Ouest Terrain Aéroports de Montréal Secteur Sud Site de l’ancienne usine Solutia Arrondissement LaSalleCollecte combinée RA + RVCollecte séparée RA/RV 26
  28. 28. Direction de l’environnement et dudéveloppement durable Section 3 CTMO Ouest 27
  29. 29. Site de l’Aéroport de MontréalPierre-Elliot-TrudeauRespecte les lignes directrices du MDDEP(avis préliminaire du MDDEP émis le 6 avril 2010)Terrain : location à long termeSituation optimale pour le transport intra secteurÉtude sur le péril aviaire concluante 28
  30. 30. Conformité aux lignes directricesdu MDDEP – distance 29
  31. 31. Schéma de procédé – OuestRA+RV 39 000 t/an Opérations en bâtiment fermé Opérations en bâtiment fermé Affinage 28t/an 28 000etD 11 000 t/an Réception Réception Compostage8 logements et moins PrétraitementCollecte combinée Compostage Prétraitement en tunnels en tunnels Affinage et Compost t/an Maturation Maturation 000 CompostRA et RV de 20 à 28 jours 4 à 6 sem. de 20 à 28 jours 4 à 6 sem. 30
  32. 32. Implantation au sol actuel 31
  33. 33. Implantation au soldu CTMO Ouest 32
  34. 34. Direction de l’environnement et dudéveloppement durable Section 4 Ajustements requis au règlement de zonage 33
  35. 35. Ajustements envisagésAffectation actuelle : « industrielle »Zonage actuel : « activités industrielles »Usage envisagé : centre de traitement (non prévu dans la réglementation actuelle d’urbanisme) 34
  36. 36. Ajustements envisagés (suite)Article 89 de la Charte : Le Conseil d’agglomération, de qui relève le traitement des matières résiduelles, peut autoriser cet usage par le biais d’un règlement spécifique qui s’ajoute alors à la réglementation localeConditions : des dispositions ou normes particulières sont proposées afin de mieux encadrer le projet 35
  37. 37. Ajustements (suite)Usage autorisé : Centre de traitement des matières organiques par compostage en bâtiment fermé 36
  38. 38. AjustementsConditions : A. Occupation des espaces extérieurs Les dispositions réglementaires locales s’appliquent, sauf : – Stationnement : 20 espaces max. 37
  39. 39. Ajustements (suite)Conditions : B. Aménagement paysager En plus des normes locales, s’appliquent : – Plan d’aménagement requis avant le début des travaux – 12 mois max pour l’aménagement après la fin des travaux de construction 38
  40. 40. Ajustements (suite)Conditions : B. Aménagement paysager En plus des normes locales, s’appliquent : – Maintien d’un caractère végétal sain – Aménagement d’un écran végétal sur les limites latérales et arrière sauf si déjà en place 39
  41. 41. Ajustements (suite)Avis du Comité d’architecture et d’urbanisme (CAU) Le Comité d’architecture et d’urbanisme appuie le principe d’autoriser les cinq centres de traitement des matières organiques 40
  42. 42. Direction de l’environnement et dudéveloppement durable Section 5 Résultats des études effectuées pour le CTMO Ouest 41
  43. 43. CirculationNombre de camions/jour pour les centres opérant à pleine capacité 42
  44. 44. CirculationBases de la simulation des déplacements sur la circulation locale Déplacements des matières intrants et extrants, des employés et des fournisseurs ont été pris en compte et multipliés par un facteur de sécurité de 1,5 43
  45. 45. Circulation (suite)Bases de la simulation des déplacements sur la circulation locale Simulation correspond à la pire des conditions : heure de pointe du matin à la période qui compte le plus grand nombre de déplacements (octobre et novembre) En réalité, la période de réception des MO se situera en dehors de l’heure de pointe matinale du réseau routier environnant 44
  46. 46. Circulation (suite)Conclusion de l’étude Les nouveaux déplacements ont été distribués sur le réseau routier à proximité du projet Cette étude démontre que si le CTMO était en opération aujourd’hui, le faible nombre de déplacements occasionnés par ses opérations auraient un impact minime sur la situation actuelle du réseau Aucune mesure au niveau du transport routier n’est donc requise en lien avec les activités du CTMO 45
  47. 47. Étude de dispersiondes odeursMéthode pour déterminer le taux d’émission d’odeur Évaluation basée sur une banque de données de plus de 400 cas comparables en opération 46
  48. 48. Étude de dispersiondes odeurs (suite)Exigences du MDDEP en termes de détection des odeurs à la limite de la zone résidentielle, commerciale Respect de 1 u.o, 98 % du temps Ne dépassant pas 5 u.o, 99,5 % du temps 47
  49. 49. Étude de dispersiondes odeurs (suite)Comparaison Personne parfumée : 20-50 u.o. Gazon fraichement coupé : 250 u.o. Vieille poubelle : 500 u.o. Barbecue : 2 500 u.o. 48
  50. 50. Conformité aux lignes directricesdu MDDEP-odeursAucun compromis Étude de dispersion des odeurs intégrée au processus de sélection Conformité aux lignes directrices du MDDEP condition sine qua non au choix d’un site 49
  51. 51. Conformité aux lignes directricesdu MDDEP-odeurs (suite)Mesures prévues : Bâtiments fermés sous pression négative Réception des matières organiques dans un endroit clos Lavage des roues de camions avant leur sortie de l’aire de réception Traitement de l’évacuation de l’air à l’aide de filtres performants Monitoring des odeurs, en cours d’opération 50
  52. 52. Constats préliminaires– Péril aviaire Il existe des précédents : • Winnipeg (site d’enfouissement depuis 96) Échanges promoteur-aéroport-Transport Canada à l’étape planification Mesures d’atténuations Risques bien gérés (Transport Canada) • Toronto (centre de compostage fermé) Opère généralement avec portes ouvertes Pas de risque supplémentaire observé (Autorités de l’aéroport) 51
  53. 53. Constats préliminaires– Péril aviaire Il existe des précédents (suite) : • Ottawa (centre de compostage fermé) Pas d’effet perceptible sur le péril aviaire (Autorités de l’aéroport) Observation : • “Une installation fermée de transfert de déchets, adéquatement gérée n’attire pas les oiseaux” Gestion de la faune aux aéroports, Bulletin no 38-ÉTÉ 2007 (Transport Canada) 52
  54. 54. Mesures de précaution– Péril aviaire1. Contrôle des odeurs Bâtiment sous pression négative et filtration de l’air – pas d’odeur attirante Toutes les activités à l’intérieur2. Gestion préventive de la faune à implanter 53
  55. 55. Mesures de précaution– Péril aviaire (suite)3. Autres moyens d’atténuations • Site nettoyé régulièrement et lavage des roues de camions • Aménagement paysager planifié pour réduire perchoirs • Monofilament et bandes à pics pour empêcher les oiseaux de se poser sur le toit 54
  56. 56. Conclusions– Péril aviaireUn centre fermé élimine les risques que les oiseaux et autres mammifères viennent s’y alimenter, car aucune nourriture n’est accessibleLe centre fermé, conçu et opéré selon les normes et conditions projetées ne devrait pas avoir d’incidence sur les risques associés au péril aviaire 55
  57. 57. Étude sur le bruitCritères de référence : Règlements de la Cité de Dorval Règlement 01-283 exigences du MDDEPMéthode : Simulations de déplacements des camions de transport des matières organiques 56
  58. 58. Étude sur le bruit (suite)Conclusion : Résultats obtenus sont en deça des seuils fixés par les divers règlements Équipements liés au traitement des matières organiques sont tous à l’intérieur du bâtiment – Aucun bruit n’est audible à l’extérieur 57
  59. 59. Qualité architecturaleet aménagement paysagerUne contribution au patrimoine architectural Insertion dans l’appel d’offre, d’exigences en matière de design architectural Doit bonifier le caractère architectural du secteur 58
  60. 60. Qualité architecturaleet aménagement paysager (suite)Une vitrine technologique et écologique Construction avec certification LEED Toit vert Aménagement paysager avec entretien approprié 59
  61. 61. Illustration de l’insertion desinfrastructures projetées – avant 60
  62. 62. Illustration de l’insertion desinfrastructures projetées – après 61
  63. 63. Illustration de l’insertion desinfrastructures projetées – avant 62
  64. 64. Illustration de l’insertion desinfrastructures projetées – après 63
  65. 65. Prochaines étapesDépôt du rapport de l’OCPM hiver 2012Adoption du règlement par le Conseil d’agglomération hiver 2012Création d’un comité de suivi en 2012 64
  66. 66. Prochaines étapes (suite)Lancement de l’appel d’offres été 2012Début de construction prévu hiver 2014Mise en opération prévue été 2015 65
  67. 67. Direction de l’environnement et dudéveloppement durable Vos questions 66

×