2008 - Vers des données publiques ouvertes

1,573 views
1,550 views

Published on

Résumé de la Journée 2008 (pdf, 327 Ko)

Published in: Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,573
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

2008 - Vers des données publiques ouvertes

  1. 1. 18 E JOURNEE DE RENCONTRE DE L'OBSERVATOIRE TECHNOLOGIQUE Vers des données publiques ouvertes La 18è Journée de rencontre de l’Observatoire technologique organisée le 21 novembre 2008 était consacrée à l'ouverture des données publiques. Plus de 250 personnes ont assisté à la manifestation et ont pu découvrir les opportunités et les défis liés à cette problématique. La société de l’information dans laquelle nous sommes entrés depuis plus de dix ans a profondément modifié notre façon d'appréhender le monde, que ce soit au niveau de l’accessibilité facilitée à l’information, des interactions amenées par les réseaux sociaux ou de la découverte facilitée des nouveaux usages. Le Web permet un accès gratuit à un nombre croissant de données statistiques, géographiques ou scientifiques. Il nous ouvre les portes d’une médiathèque planétaire regroupant livres, articles de presse, publications académiques ou contenus multimédias. Son accessibilité et son ouverture sont à la base d’une grande partie de la connaissance disponible en ligne. L’accès aux informations et aux données produites par le secteur public joue un rôle important dans ce contexte. Il restitue le bénéfice d’usage aux citoyens et aux entreprises qui en ont financé la récolte et le traitement. Dans la mesure où une telle démarche est correctement cadrée, elle favorise la création de services innovants et facilite l’accès à la connaissance et aux nouvelles manières de l’acquérir. Elle contribue ainsi à l'élaboration des systèmes d'information sociétaux de demain. Le chemin est encore long et les défis sont nombreux. Mais plusieurs réalisations concrètes laissent entrevoir les réelles opportunités offertes dans des domaines variés. Quelques unes ont été présentées à l'occasion de cette 18è Journée de rencontre et ont permis à - Davantage d’informations sur ot.geneve.ch lors de cette Journée de rencontre et ont permis à l'auditoire de découvrir les divers points de vue amenés par les orateurs. Michel Briand est élu municipal de la ville de Brest, où il est en charge de l’Internet et du Multimédia. Il assure également la vice présidence de Brest Métropole pour les domaines de l’Économie sociale et solidaire et de l’Aménagement numérique du territoire. Steeve Ebener travaille à l’OMS où il est responsable de plusieurs projets liés à l’acquisition, la gestion, la modélisation et l’analyse des dimensions géographiques et temporelles de l’information sanitaire. Jean-Frédéric Jauslin est directeur de l'Office fédéral de la culture. En tant qu'ancien responsable de la Bibliothèque nationale suisse, il est particulièrement sensible à l'ouverture et à la pérennité des contenus publics. Jens Vigen est responsable de la bibliothèque du CERN. Il s’est considérablement impliqué dans le développement du service d’information scientifique du CERN, collaborant souvent avec de nombreux partenaires commerciaux. Robert Monin, secrétaire général du Département des constructions et des technologies de l'information ainsi que Jean-Marie Leclerc, directeur général du Centre des technologies de l’information se sont également exprimés sur les enjeux liés à l'ouverture des données publiques. UN OBSERVATOIRE TECHNOLOGIQUE, POUR QUOI FAIRE ? L’Observatoire technologique (OT) a pour principal mandat d'aider l'administration et les entités genevoises à intégrer une vision sociétale dans leurs réflexions liées aux technologies de l'information et de la communication. Cela passe par une veille stratégique et technologique, à l’intersection de la recherche, des technologies de pointe et de la société. De larges domaines sont ainsi explorés, au-delà des seules questions technologiques et tout en replaçant l’individu et la société au centre de la réflexion. C’est dans cette perspective que l’OT a élaboré en 2002 le « référentiel e-Société ». Dans le cadre des mandats ou des groupes de travail initiés avec ses partenaires, l’OT a mené ses réflexions en veillant à toujours suivre une démarche académique basée sur un travail de recherche approfondi. Une conception sociétale des technologies de l'information et de la communication doit privilégier les échanges pluridisciplinaires. Les membres de l'OT veillent ainsi à cultiver un réseau de contacts dans des domaines variés, hors de leur champ de compétence, tels que la sociologie, le droit, l'éthique ou la pédagogie. La confrontation de ces visions plurielles enrichit le débat et permet d'éviter l'écueil d'une approche techno-centrique. Novembre 2008 Département des constructions et des technologies de l'information Image: StockXpert
  2. 2. LES INTERVENTIONS EN BREF Qu'ils aient abordé la création collaborative de contenus locaux, le partage de données géographiques, la publication académique, l'accès à la culture ou la co-production de services à destination des citoyens et des entreprises, les orateurs de cette 18è Journée de rencontre se sont accordés sur le fait que l'ouverture des données et des informations publiques doit impérativement se traduire par un véritable bénéfice sociétal. Les interventions brièvement résumées ci-dessous illustrent certaines pistes à suivre pour y parvenir ainsi que les défis qui nous attendent. Rédaction: Patrick Genoud – Observatoire technologique – Tél: +41 (22) 388 13 50 – Fax: +41 (22) 388 13 57 – E-mail: ot@etat.ge.ch - Site Web: http://ot.geneve.ch Centre des technologies de l'information – Département des constructions et des technologies de l'information – République et canton de Genève Michel Briand Élu municipal de la ville de Brest, en charge de l’Internet et du Multimédia. Michel Briand évoque la politique d'ouverture et de partage des contenus publics lancée par la ville de Brest. En s’appuyant sur une mise en réseau des acteurs locaux et en leur proposant les outils favorisant la collaboration et la co-création, la ville a lancé plusieurs projets dont le but est notamment de "donner à voir ce que font les gens" (Écrits publics) et de "donner à voir et raconter le territoire" (Multimédia au pays de Brest). En toile de fond de la démarche, la volonté de tisser le lien social local est clairement affichée. Dans un souci de cohérence la ville de Brest a lancé une centaine de PAPI, des points d’accès publics à Internet qui proposent un accès accompagné aux technologies du Web. Elle publie également ses contenus sous licence Creative Commons. Robert Monin Secrétaire Général du Département des constructions et des technologies de l’information de la République et Canton de Genève Robert Monin souligne l’importance que jouent des espaces de réflexion tels que cette Journée de rencontre qui permet de prendre du recul par rapport aux technologies et contribue à éviter de se retrouver comme trop souvent dans un mode réactif. La société de l’information est une réalité que l’administration genevoise doit intégrer dans ses modes de fonctionnement. Et la gestion du changement constitue de ce fait un des défis majeurs auquel elle doit s’atteler. Robert Monin rappelle également que ce changement de paradigme implique de replacer au cœur de la dynamique des axes forts tels que l’ouverture vers le citoyen et les entreprises ou la nécessité de considérer l’information comme une ressource stratégique. Jens Vigen Directeur de la bibliothèque du CERN Jens Vigen rappelle qu’au CERN le libre accès est avant tout le résultat de l’esprit visionnaire des fondateurs de l’institution en 1953. L’ouverture a ainsi été la clef de voûte de succès essentiels du CERN tels que le World Wide Web, le GRID ou le libre accès aux publications scientifiques. De manière générale, ce dernier domaine entame actuellement une mutation vers une plus grande ouverture. A l’heure des réseaux et des contenus numériques il est grand temps de repenser le mode de publication des recherches académiques qui constituent un véritable patrimoine sociétal. Jens Vigen affirme qu’en consacrant 2% des budgets de recherche à la publication ouverte et en transposant le modèle Open Access en vigueur au CERN vers toutes les disciplines académiques, on pourrait garantir un libre accès planétaire a cette masse de connaissances. Steeve Ebener Responsable de projet à l'OMS Jean-Marie Leclerc Directeur général du Centre des technologies de l'information de la République et canton de Genève Les données et les informations gérées par les administrations publiques constituent selon Jean-Marie Leclerc la ressource autour de laquelle nous construisons les services à l’usage des citoyens et des entreprises. Beaucoup de ces services restent cependant à inventer, bien souvent dans une démarche de co-création et de co-production qui ne peut prendre toute sa valeur que dans la mesure où l’on a su ouvrir et partager cette ressource, tout en garantissant sa qualité et sa pérennité. Jean-Marie Leclerc affirme que données et informations constituent la matière première des systèmes d’information sociétaux de demain. Il insiste sur la nécessité d’aborder ces systèmes en gestation sous leurs multiples facettes de manière à en garantir un développement riche et durable. Jean-Frédéric Jauslin Directeur de l’Office fédéral de la culture Jean-Frédéric Jauslin insiste sur la nécessité d’aborder les problématiques actuelles dans une approche pluridisciplinaire où la culture a naturellement sa place. L’ouverture des données culturelles est selon lui intimement liée aux enjeux mêmes de la politique culturelle en Suisse. Elle doit notamment permettre une meilleure valorisation de la créativité culturelle et, plus largement, favoriser l’accès à la culture. Jean-Frédéric Jauslin affirme que le traitement de l’information numérique constitue un élément essentiel de la vie de notre pays, ce dont le monde politique devrait être beaucoup plus conscient. Plus spécifiquement il estime, en évoquant la préservation des données culturelles, qu'il est impératif de lancer en Suisse une réflexion approfondie sur la Mémopolitique ("la mémoire du pays" ). Steeve Ebener est convaincu que l’ouverture des données (géographiques) publiques peut se traduire par un véritable bénéfice sociétal, que ce soit en permettant une meilleure prise de conscience de notre environnement et du lien physique qui nous unit tous, en participant à la transparence des institutions, en améliorant la réutilisabilité de ces données ou en favorisant l’innovation. Selon lui, la route vers des données publiques ouvertes est encore longue avant d’aboutir à une solution globale prenant en compte des problématiques aussi variées que la qualité et la validation de ces données, le respect et la reconnaissance des mandats des institutions étatiques, le droit du public à avoir un libre accès à des données qu’il a financées ou la capacité grandissante de ce public à récolter ses propres données.

×