AGMQ 2011 : Les données libres et le territoire

1,335 views
1,272 views

Published on

Colloque annuel de l'Association de Géomatique Municipale du Québec (AGMQ) sur le thème "Les données libres et le territoire" organisé à l'Université Laval, Québec, le 3 mai 2011. Conférence introductive de Matthieu Noucher (France).

Published in: Technology
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
1,335
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
56
Actions
Shares
0
Downloads
28
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • Faire une parenthèse avec l’extrait de cours de Genève : à chacun sa façon de voir le monde.
  • AGMQ 2011 : Les données libres et le territoire

    1. 1. COLLOQUE DE L’AGMQ Les données libres et le territoire Concepts et Enjeux Matthieu Noucher PhD Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (CH) Chargé de cours Universités de Bordeaux, Orléans, St Etienne, Besançon (FR) Consultant en Géomatique, IETI Consultants (FR) Université Laval, Québec 3 mai 2011
    2. 2. Feuille de route <ul><li>Contextes : </li></ul><ul><ul><li>Pourquoi ? C’est quoi ? Pour qui ? Comment ? </li></ul></ul><ul><li>Exemples : </li></ul><ul><ul><li>Effet de mode ou tendance de fond ? </li></ul></ul><ul><li>Enjeux : </li></ul><ul><ul><li>Quels impacts et leviers pour les géomaticiens ? </li></ul></ul><ul><li>Mise en perspectives : </li></ul><ul><ul><li>Est-ce vraiment nouveau et massif ? </li></ul></ul><ul><li>Recherches : </li></ul><ul><ul><li>Des données ouvertes à l’innovation distribuée ? </li></ul></ul>
    3. 3. Contexte s
    4. 4. Les données libres, pourquoi ?
    5. 5. Les données libres, pourquoi ? <ul><li>Passer des sites web fonctionnellement riches… </li></ul><ul><ul><li>Mais dont les données sont encapsulées dans des environnements pré-paramétrés , </li></ul></ul><ul><li>… à des infrastructures simples, fiables et accessibles </li></ul><ul><ul><li>qui mettent à disposition les données publiques brutes . </li></ul></ul>« Informer, c’est bien. Informer et donner ses documents sources, c’est mieux ! »
    6. 6. Les données libres, pourquoi ?
    7. 7. Les données libres, c’est quoi ? <ul><li>Des définitions souvent différentes d’un organisme à l’autre (volet juridique). </li></ul><ul><li>Un cadre adapté des logiciels libres et de la FSF : </li></ul><ul><ul><li>Liberté 1 : utiliser les données, pour tous les usages </li></ul></ul><ul><ul><li>Liberté 2 : étudier les données, les adapter à ses besoins. </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Accès requis aux données et aux métadonnées. </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Liberté 3 : redistribuer des copies. </li></ul></ul><ul><ul><li>Liberté 4 : améliorer les données, publier les améliorations. </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Accès requis aux données et aux métadonnées. </li></ul></ul></ul>
    8. 8. Les données ouvertes, c’est quoi ? <ul><li>Des données qui doivent être des données sources : </li></ul><ul><ul><li>Un matériau brut , non interprété et réutilisable . </li></ul></ul><ul><ul><li>La valeur qualitative ou quantitative d’une variable . </li></ul></ul><ul><li>La multiplication des jeux de données variés . </li></ul><ul><ul><li>Les données étant réutilisables, l’ouverture des données encourage le partage de jeux de données variés : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Pour rendre possible des croisements de toute sorte </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Pour augmenter le potentiel de création de nouveaux usages. </li></ul></ul></ul>
    9. 9. Les données libres, pour qui ? <ul><li>Pour les entreprises : </li></ul><ul><ul><li>qui peuvent utiliser ces données pour enrichir leurs offres. </li></ul></ul><ul><li>Pour les développeurs : </li></ul><ul><ul><li>qui peuvent utiliser ces données pour créer de nouvelles applications sur votre smartphone, de nouveaux sites web, de nouveaux services informatiques </li></ul></ul><ul><li>Pour les journalistes : </li></ul><ul><ul><li>qui peuvent utiliser ces données pour les analyser en profondeur et enrichir leurs enquêtes. </li></ul></ul><ul><li>Pour les citoyens : </li></ul><ul><ul><li>qui peuvent y trouver une source d’information sur le fonctionnement des institutions publiques. </li></ul></ul>
    10. 10. Les données libres, comment ? <ul><li>Portail de téléchargement : </li></ul><ul><ul><li>Accès aux données brutes = fichiers à plat. </li></ul></ul><ul><li>Plate-forme de services web : </li></ul><ul><ul><li>Flux normés, interopérables = W*S de l’OGC </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Services web de type WMS, WFS, CSW-2… </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Mais aussi TJS (labellisé OGC depuis décembre 2010). </li></ul></ul></ul><ul><li>Application de consultation des données : </li></ul><ul><ul><li>Interface de programmation = API. </li></ul></ul>
    11. 11. Les données libres, comment ? <ul><li>Des points de convergences avec le Web 2.0 </li></ul><ul><ul><li>Au niveau technique : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Rechercher les données ( Tags ) </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Visualiser les dynamiquement ( RIA ), </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Communiquer les mises à disposition ( RSS ), </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Croiser les données ( mashup ) </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Au niveau des usages : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Potentiel collaboratif important. </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Partager des données, des flux, des services pour co-construire des représentations. </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Importance de la dimension géographique </li></ul></ul></ul>
    12. 12. Et le territoire dans tout ça !? <ul><li>80 % des données géolocalisées </li></ul>
    13. 13. Et le territoire dans tout ça !? <ul><li>La carte « reine des mashups » </li></ul>
    14. 14. Et le territoire dans tout ça !? <ul><li>La montée en puissance du géo-crowdsourcing </li></ul>
    15. 15. Et le territoire dans tout ça !? <ul><li>80 % des données géolocalisées </li></ul><ul><li>+ </li></ul><ul><li>carte « reine des mashups » </li></ul><ul><li>+ </li></ul><ul><li>montée en puissance du géo-crowdsourcing </li></ul><ul><li>= </li></ul><ul><li>données géographiques au cœur des dynamiques d’ouverture des données. </li></ul>
    16. 16. Exemple s
    17. 17. Exemple : Ville de Paris <ul><li>Fin janvier, la capitale a mis en ligne une série de données variées : </li></ul><ul><ul><li>Statistiques des prêts dans les bibliothèques, </li></ul></ul><ul><ul><li>Fréquence des prénoms relevés dans les registres d’état civil, </li></ul></ul><ul><ul><li>Implantation des arbres d’alignement… </li></ul></ul><ul><li>Un premier test… pour voir. </li></ul><ul><li>Un concours à venir… pour stimuler. </li></ul>
    18. 18. Exemple : Ville de Paris
    19. 19. Exemple : Ville de Paris
    20. 20. Valorisation des données de Paris
    21. 21. Valorisation des données de Paris
    22. 22. Valorisation des données de Paris
    23. 23. Exemple : Rennes, la pionnière <ul><li>Une démarche volontariste de la Ville et de la Communauté Urbaine, depuis 1er oct. 2010. </li></ul><ul><ul><li>Un portail : data.rennes-metropole.fr </li></ul></ul><ul><li>Mise à disposition de données sur la vie quotidienne , l’ urbanisme , les transports . </li></ul><ul><ul><li>Une quinzaine d’applications créées. </li></ul></ul><ul><li>Un concours doté de 50.000 € </li></ul><ul><ul><li>43 applications proposées. </li></ul></ul>
    24. 24. Rennes Open Data
    25. 25. Site Web Metropolis, Business Geographic
    26. 26. Vue « 3D » Metropolis, Business Geographic
    27. 27. App. Metropolis, Business Geographic
    28. 28. Modèle de flux de Metropolis
    29. 29. Valorisation des données : Isokron Source : http://blog.isokron.com/monday-in-rennes
    30. 30. Valorisation des données : Handimap
    31. 31. Itinéraire accessible : késako ? <ul><li>Les critères pris en compte aujourd’hui : </li></ul><ul><ul><li>Stationnement réservés aux personnes handicapées. </li></ul></ul><ul><ul><li>Passages piétons avec bordure de trottoir est surbaissée. </li></ul></ul><ul><li>Les critères pris en compte demain : </li></ul><ul><ul><li>Pente du terrain, </li></ul></ul><ul><ul><li>Obstacles sur le trottoir (mobilier urbain, végétation...) </li></ul></ul><ul><ul><li>Type de revêtement du trottoir. </li></ul></ul><ul><li>Comment récupérer ces critères : </li></ul><ul><ul><li>data.rennes-metropole.fr </li></ul></ul><ul><ul><li>+ plate-forme de crowdsourcing à venir. </li></ul></ul>
    32. 32. La Région Auvergne <ul><li>CRAIG : Centre Régional Auvergnat de l’Information Géographique. </li></ul><ul><li>Plate-forme de mutualisation pour l’ensemble des acteurs de la sphère publique. </li></ul><ul><li>Acquisition en 2010 d’une série d’ orthophotos . </li></ul><ul><li>Communiqué de presse en août pour l’ouverture d’un flux WMS pour une utilisation des données dans les outils d'édition OSM (josm, merkaartor..) à l’adresse http://wms.craig.fr/osm </li></ul><ul><ul><ul><li>Départements : Allier/Puy de Dôme à 30cm (~16000 km²) </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Montluçon : agglomération de Montluçon à 15cm (~180 km²) </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Moulins : agglomération de Moulins à 15cm (~760 km²) </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Vichy : agglomération de Vichy à 15cm (~ 330 km²) </li></ul></ul></ul>
    33. 33. La Région Auvergne <ul><li>Bilan 9 mois après : </li></ul><ul><ul><li>Impact positif auprès de la communauté : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>http:// wiki . openstreetmap . org / wiki / WikiProject _France/CRAIG </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>30.000 objets avec le tag « craig » </li></ul></ul><ul><ul><li>Environ 200.000 requêtes WMS / mois </li></ul></ul>
    34. 34. Exemple : Bordeaux <ul><li>Regroupement : </li></ul><ul><ul><li>Communauté Urbaine de Bordeaux </li></ul></ul><ul><ul><li>Conseil Général de Gironde </li></ul></ul><ul><ul><li>Conseil Régional Aquitaine </li></ul></ul><ul><li>Lancement prévu en juin 2011. </li></ul><ul><li>En attendant… </li></ul><ul><ul><li>Un concours pour lancer la dynamique. </li></ul></ul><ul><ul><li>Des ateliers pour réfléchir à la démarche. </li></ul></ul>
    35. 35. Exemple de démarche en cours : Bordeaux <ul><li>Les questions qui se posent : </li></ul><ul><ul><li>Qui est le commanditaire ? </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Les thématiciens ? Les géomaticiens ? Les informaticiens ? Les élus ? La communication ? </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Quelles données publier ? </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Question paradoxale ! </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Quelles licences choisir ? </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Réutilisation commerciale possible ou pas ? </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Comment publier les données ? </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Téléchargement ? Quels formats ? Consultation ? Quels API ? Flux ? Quels W*S ? </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Où héberger les données ? </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>En interne ou sur le nuage ? </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Quelle organisation interne ? </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Qui fait quoi ? Qui décide ? Qui qualifie ? Qui maintient ? </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Quelle organisation externe ? </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Quel mutualisation possible entre les partenaires ? </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Quel niveau d’interaction avec les utilisateurs ? </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Quelle dispositif de remontée d’information et quelle réactivité ? </li></ul></ul></ul>
    36. 36. Certains n’ont pas attendu… : iBordeaux.fr
    37. 37. Enjeu x
    38. 38. Des enjeux (vraiment) nouveaux ? <ul><li>Des sollicitations nouvelles pour les géomaticiens… </li></ul><ul><li>… qui font resurgir </li></ul><ul><li>des problèmes parfois très anciens ! </li></ul><ul><ul><li>Quelle politique de diffusion des données ? </li></ul></ul><ul><ul><li>Comment qualifier les données ? </li></ul></ul><ul><ul><li>Comment maintenir la cohérence des données ? </li></ul></ul><ul><ul><li>Comment faire dialoguer amateurs et professionnels ? </li></ul></ul><ul><ul><li>Comment satisfaire besoins collectifs - usages individuels ? </li></ul></ul><ul><ul><li>Etc. </li></ul></ul>
    39. 39. Les tensions… à équilibrer Amateur Expert Qualité interne Qualité externe Grand Public Professionnel Autonomie Coordination Standardisation Personnalisation
    40. 40. Les données <ul><li>Constat sur les usages liés à l’observation des usages : </li></ul><ul><ul><li>La principale difficulté de la production dite « traditionnelle » est liée à la déconnexion entre le producteur (institutions ou sociétés privées) et l’utilisateur puisque ce dernier ne participe pas à la conception des données, souvent produites « sur étagère ». </li></ul></ul><ul><ul><li>Dans le cas de la production collaborative dite « crowdsourcing » la difficulté réside dans la dispersion des producteurs / utilisateurs qui parfois ne sont même pas authentifiés. </li></ul></ul><ul><li>Tension mise en évidence : </li></ul>Qualité interne Qualité externe
    41. 41. Les données : tension <ul><li>Qualité interne versus qualité externe : </li></ul><ul><ul><li>Qualité interne = niveau d’adéquation entre la donnée et ce qu’elle aurait dû être si elle était parfaite. </li></ul></ul><ul><ul><li>Qualité externe = niveau d’adéquation entre la donnée et les besoins de son utilisateur (« fitness for use »). </li></ul></ul><ul><li>Beaucoup de travaux des producteurs institutionnels sur la qualité interne mais peu de travaux se sont intéressés à la mesure de la qualité externe : </li></ul><ul><ul><li>Besoin de mieux comprendre les besoins des utilisateurs , le lien entre qualité interne et usage, etc. </li></ul></ul>
    42. 42. Les données : leviers <ul><li>Les métadonnées … oui, mais… </li></ul><ul><ul><li>Norme en vigueur trop complexe pour les amateurs. </li></ul></ul><ul><li>La gestion par tags … oui mais… </li></ul><ul><ul><li>Mots clés trop simples pour les professionnels. </li></ul></ul><ul><li>Piste possible : </li></ul><ul><ul><li>Une évaluation collaborative pour un usage collaboratif ? </li></ul></ul><ul><ul><li>Mettre à contribution les utilisateurs eux-mêmes. </li></ul></ul><ul><ul><li>Développer des moteurs de confiance </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Modèle d’e-bay. </li></ul></ul></ul>
    43. 43. Les outils <ul><li>Constat sur les usages observés : </li></ul><ul><ul><li>Des utilisateurs désormais habitués à voir des cartes et à utiliser des outils grand public . </li></ul></ul><ul><ul><li>Des acteurs nouveaux (Google, Microsoft) dont les outils deviennent la norme . </li></ul></ul><ul><ul><li>Des géomaticiens centré sur le potentiel fonctionnel plutôt que sur l’ utilisabilité du système : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>«  Degré selon lequel un produit peut être utilisé, par des utilisateurs identifiés, pour atteindre des buts définis avec efficacité, efficience et satisfaction, dans un contexte d’utilisation spécifié  » Norme 9241. </li></ul></ul></ul><ul><li>Tension mise en évidence : </li></ul>Grand Public Professionnel
    44. 44. Les outils : tension <ul><li>Comment valoriser les données géographiques de l’organisation dans des interfaces aussi simples et efficaces que Google Maps ? </li></ul><ul><li>Comment ne pas «  ringardiser  » le SIG ? </li></ul>?
    45. 45. Les outils : leviers d’action <ul><li>Pistes actuellement proposées par les éditeurs : </li></ul><ul><ul><li>Les Applications Internet Riches (RIA) </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Flex pour l’essentiel. </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Silverlight de plus en plus. </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Des géotags dérivés des métadonnées pour faciliter les recherches. </li></ul></ul><ul><ul><li>La gestion des données sous la forme de POI . </li></ul></ul><ul><ul><li>La simplification des interfaces / fonctions. </li></ul></ul>
    46. 46. Les acteurs <ul><li>Constat sur les usages observés : </li></ul><ul><ul><li>L’ externalisation de la production vers les consommateurs pose la question de la relation entre : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>la sphère professionnelle (qui réutilise et même dans certains cas alimente en fond de plan ces systèmes) </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>et la sphère des amateurs (qui crée, corrige et actualise ces systèmes). </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Difficulté de filtrer l’information pertinente et utile pour un besoin donné. </li></ul></ul><ul><ul><li>Risque d’ infobésité : Comment retrouver l’information géographique nécessaire et suffisante qui répondra à mon besoin ? </li></ul></ul><ul><li>Tension mise en évidence : </li></ul>Amateur Expert
    47. 47. Les acteurs : tension <ul><li>Le profil du néophyte : </li></ul><ul><ul><li>N’y connaît à priori rien en géomatique, en production de données et en cartographie, </li></ul></ul><ul><ul><li>Peut connaître parfaitement bien la zone qu’il cartographie. </li></ul></ul><ul><ul><li>Probabilité forte qu’il produise des données fausses et non conformes aux spécifications en termes de structuration. </li></ul></ul><ul><li>Le profil de l’ amateur insouciant : </li></ul><ul><ul><li>Peu soucieux de la responsabilité exercée automatiquement par son action de production de données. </li></ul></ul><ul><ul><li>« D’autres corrigeront mes erreurs » </li></ul></ul><ul><li>Le profil du vandale : </li></ul><ul><ul><li>Rare, mais actif et potentiellement dévastateur, </li></ul></ul><ul><ul><li>Contributeur anonyme détruisant la BD pour diverses motivations : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Jeu, terrorisme, idéologie, concurrence déloyale, vengeance personnelle, etc. </li></ul></ul></ul>Ce paragraphe est extrait d’un dossier de la revue Signature du CERTU (Mang, 2010) : http:// www . certu . fr / download . php ?file_ url =IMG/ pdf /signature_n_42. pdf
    48. 48. Les acteurs : leviers d’action <ul><li>Pour intégrer le néophyte : </li></ul><ul><ul><li>Wiki, listes de diffusion, forums, documents d’aide et de spécifications clair et incontournable </li></ul></ul><ul><ul><li>Ergonomie assistée (par ex., contrôle à la volée de la topologie) </li></ul></ul><ul><ul><li>Métadonnées obligatoires </li></ul></ul><ul><li>Pour aider l’ amateur insouciant : </li></ul><ul><ul><li>Sensibilisation, formation. </li></ul></ul><ul><li>Pour contrer le vandale : </li></ul><ul><ul><li>Prévention des robots : demande de saisie manuelle anti-spam </li></ul></ul><ul><ul><li>Détection des modifications « denses » : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Nombre important de modifications d’objets existants dans un temps relativement court et/ou sur une zone relativement concentrée. </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Moteur de confiance (modèle eBay) </li></ul></ul>Ce paragraphe est extrait d’un dossier de la revue Signature du CERTU (Mang, 2010) : http:// www . certu . fr / download . php ?file_ url =IMG/ pdf /signature_n_42. pdf
    49. 49. Les organisations <ul><li>Constat sur les usages observés : </li></ul><ul><ul><li>Difficulté de mettre à disposition un service suffisamment standard pour intéresser le maximum d’utilisateurs et suffisamment personnalisable pour que chacun se l’approprie ? </li></ul></ul><ul><ul><li>Risque d’ éparpillement : Comment veiller au maintien de la cohérence des productions ? </li></ul></ul><ul><li>Tension mise en évidence : </li></ul>Autonomie Coordination
    50. 50. Les organisations : tension
    51. 51. Les organisations : leviers d’action <ul><li>Levier sur les données : </li></ul><ul><ul><li>S’appuyer sur des référentiels qui serviront de dénominateurs communs entre les auto-productions. </li></ul></ul><ul><li>Levier sur les processus organisationnels : </li></ul><ul><ul><li>Mettre en place des dispositifs participatifs de remontée d’information qui facilitent la confrontation entre auto-producteurs. </li></ul></ul>Comité d’Orientation Stratégique Comité de Suivi Technique Groupe Thématique Groupe Thématique Utilisateurs des Différents Services Présentation Orientation Orientation Animation Participation
    52. 52. Les représentations <ul><li>Constat sur les usages observés : </li></ul><ul><ul><li>Distribution de la production vers les communautés de pratique. Production générée par la confrontation des points de vue d’experts sur une thématique donnée. </li></ul></ul><ul><ul><li>Bien souvent la thématique est à la frontière entre plusieurs domaines de compétences d’ organisations différentes (enjeux stratégiques) et à la frontière entre différents métiers du territoire (enjeux cognitifs). </li></ul></ul><ul><li>Tension mise en évidence : </li></ul>Standardisation Personnalisation
    53. 53. Les représentations : tension Adapté de Maurel (2001) ESPACE PHYSIQUE REPRESENTATIONS SPATIALES EXTERNES RAISONNEMENT SPATIAL REPRESENTATIONS SPATIALES INTERNES Interprétation Médiatisation COMMUNICATION Références individuelles et sociales et pratique de l’espace Outils d’acquisition (capteurs) De l’individuel… … au collectif Les enjeux de la co-production
    54. 54. Les représentations : leviers d’action <ul><li>Des logiques de compromis (PPDC)… </li></ul><ul><li>… au consensus différencié. </li></ul><ul><ul><li>Partir d’un porter à connaissance des # pour découvrir les typages cognitifs des acteurs. </li></ul></ul><ul><ul><li>Affirmer et affiner progressivement les visions métier. </li></ul></ul><ul><ul><li>Comprendre et légitimer les actions de ses partenaires mais aussi ses propres actions. </li></ul></ul><ul><ul><li>Concevoir la coproduction de données géographiques comme un processus d’apprentissage et de créativité qui permet de : </li></ul></ul>«  La nomenclature doit faire apparaître les usages  » VERSUS «  La nomenclature doit révéler ce qui se voit sur une photo  » Faire émerger des solutions alternatives Rapprocher des points # seulement en apparence Affirmer définitivement les différences Confirmer les points communs
    55. 55. Nouveaux enjeux : conclusion <ul><li>Nécessité de réfléchir aux usages qui découlent des nouveaux modes de production de données géographiques pour envisager les dispositifs adéquats qui doivent nécessairement les accompagner. </li></ul><ul><li>Impacts sur les données : </li></ul><ul><ul><ul><li>Des référentiels davantage documentés (métadonnées)… </li></ul></ul></ul><ul><li>Impacts sur les outils : </li></ul><ul><ul><ul><li>Des IHM + interactives, + dynamiques, + immersives… </li></ul></ul></ul><ul><li>Impacts sur les méthodes d’animation : </li></ul><ul><ul><ul><li>Des logiques d’action à plus forte valeur ajoutée… </li></ul></ul></ul><ul><li>Impacts sur les processus organisationnels : </li></ul><ul><ul><ul><li>Des dispositifs plus participatifs… </li></ul></ul></ul>
    56. 56. Mise en perspective s
    57. 57. Est-ce vraiment nouveau ?
    58. 58. Est-ce vraiment nouveau ?
    59. 59. Est-ce vraiment un phénomène de masse ?
    60. 60. Est-ce vraiment un phénomène de masse ?
    61. 61. Recherche s
    62. 62. Des SIG en silos… à l’information géographique en réseaux <ul><li>Les SIG : catalyseurs de l’ouverture inter-organisationnelle. </li></ul><ul><ul><li>Développement des Infrastructures de Données Géographiques (IDG). </li></ul></ul><ul><li>Les données SIG libres : catalyseurs de l’ouverture inter-individuelle. </li></ul><ul><ul><li>Développement des Communautés de Pratique (CoP). </li></ul></ul>
    63. 63. Des Données Ouvertes à l’Innovation Ouverte <ul><li>L’ innovation ouverte (ou innovation distribuée) a été théorisée par Chesborough et se définit comme un mode d'innovation basé sur le partage, la collaboration et la sérendipité. </li></ul><ul><li>L’ouverture des données publiques peut conduire les utilisateurs à se placer dans une logique de coproduction de services d’où peuvent émerger des innovations. </li></ul><ul><li>En balayant les travaux de chercheurs (comme Flichy ou von Hippel), on peut plus particulièrement à mettre en évidence le potentiel collaboratif de ces innovations. </li></ul>
    64. 64. La sérendipité (1/2) <ul><li>La sérendipité est le fait de réaliser une découverte inattendue au cours d'une recherche dirigée initialement vers un objet différent de cette découverte. </li></ul><ul><li>Concept qui traduit également la transformation de nos usages du Web : </li></ul><ul><ul><li>De la recherche… à la découverte. </li></ul></ul>
    65. 65. La sérendipité (2/2) <ul><li>Quatre constructions possibles de la sérendipité (selon Nothaft, 2010) : </li></ul><ul><ul><li>Sérendipité éditoriale : combinaison suscitée par une personne extérieur qui présupposent des connexions thématiques possibles. </li></ul></ul><ul><ul><li>Sérendipité sociale : combinaison suscitée par les réseaux sociaux (recommandations). </li></ul></ul><ul><ul><li>Sérendipité crowdsourcée : combinaison suscitée par la popularité du contenu (hits). </li></ul></ul><ul><ul><li>Sérendipité algorithmique : combinaison suscitée par du croisement de base de données externes et personnelles. </li></ul></ul>
    66. 66. Perspectives de recherche (1/3) <ul><li>De l’innovation distribuée… </li></ul><ul><li>… à la cognition distribuée </li></ul>Pour une recherche sur l’ usage des données libres.
    67. 67. Perspectives de recherche (2/3) <ul><li>De développeurs… </li></ul><ul><li>… aux facilitateurs </li></ul>Pour une recherche sur les nouvelles compétences à développer.
    68. 68. Perspectives de recherche (3/3) <ul><li>Des plates-formes de diffusion… </li></ul><ul><li>… aux outils de négociation </li></ul>Pour une recherche sur les interfaces de production collaborative et argumentée
    69. 69. Mardi 3 mai 2011 Colloque AGMQ - Université de Laval, Québec. Matthieu NOUCHER [email_address] https://sites.google.com/site/matthieunoucher/ Merci de votre attention !

    ×