Fracture du rachis thoraco.dr manzo norbert.
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Fracture du rachis thoraco.dr manzo norbert.

on

  • 2,082 views

NEUROSURGERON -CHU FORT DE FRANCE-NEUROCHIRURGIE

NEUROSURGERON -CHU FORT DE FRANCE-NEUROCHIRURGIE

Statistics

Views

Total Views
2,082
Views on SlideShare
2,081
Embed Views
1

Actions

Likes
0
Downloads
23
Comments
0

1 Embed 1

http://www.docshut.com 1

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Microsoft Word

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Fracture du rachis thoraco.dr manzo norbert. Document Transcript

  • 1. FRACTURE DU RACHIS THORACO-LOMBAIRE ETLOMBAIREDr MANZO Norbert.Les fractures du rachis thoraco-lombaire peuvent entraîner des conséquencestrès variées, allant de la simple gêne douloureuse à la paraplégie voire audécès. Les trois principales causes sont les accidents de la circulation, leschutes de lieux élevés, les accidents sportifs et les accidents du travailStratégie chirurgicaleLa stratégie chirurgicale repose sur un raisonnement précis et rigoureux : s’articulant sur 3 facteurs essentiels: Le statut neurologique • présence ou non de signes déficitaires conditionnantle pronostic.: La stabilité • savoir estimer la stabilité immédiate de la fracture ou l’originede l’instabilité (disco-ligamentaire définitive ou osseuse temporaire) avec l’aidedes classifications.: rachidienne Le retentissement sur la statique • mesure de la déformationinduite rapportée aux valeurs normales du segment rachidien considéré.Ces 3 facteurs décisionnels sont classiques et permettent une prise de décisionadaptée en urgence. Un 4ème facteur est important dans la stratégie etintervient souvent dans les suites de la prise en charge initiale, c’est le ». Il fautsavoir prévoir le risque de facteur « mécanique à long terme pseudarthrose etde perte de correction afin de proposer un geste chirurgical complémentaire degreffe antérieure pour pérenniser le résultat. a- Le statut neurologiqueC’est le facteur conditionnant le pronostic des fractures thoraco-lombaires.Deux scores sont universellement utilisés, le score ASIA (American SpinalInjury Association) donnant un niveau et un score de sensibilité et de motricité,et l’échelle de déficience ASIA (score de Frankel) permettant de classer lesblessés médullaires en catégories fonctionnelles et pronostiques.: Paralysie motrice et sensitive complète. Frankel A: Frankel B Sensibilité sous lésionnelle conservée.: Motricité partielle, non Frankel C fonctionnelle, majorité des muscles côtés àmoins de 3.: Motricité Frankel D fonctionnelle permettant la déambulation, majorité des
  • 2. muscles côtés à plus de 3.: motricité et sensibilité normales, réflexes pouvant être Frankel E anormaux.En cas d’atteinte neurologique, le traitement est pour nous toujours chirurgical.Globalement, les différents traitements permettent aux patients de Frankel(Argenson, Freslon). Cependant, il n’y a gagner en moyenne un stade de pas depreuve scientifique formelle de la supériorité de la décompression chirurgicalesur le traitement conservateur des burst fractures thoraco-lombairesaccompagnées de signes neurologiques. C’est ce que Boerger a mis en évidencedans une méta-analyse de 275 articles en 2000. Cet auteur a conclu que leslésions neurologiques survenaient lors de la déformation du rachis pendant letraumatisme et que le statut neurologique seul ne conditionnait pas l’indicationchirurgicale. En allant dans ce sens Wilcox, à l’aide d’une étude biomécanique, adémontré que la sténose canalaire objectivée par le scanner ne reflétait pasl’occlusion maximale et la compression médullaire maximale survenue aumoment de l’impact. Ces études nous fournissent des explications au devenirincertain du statut neurologique, mais l’attitude actuelle reste la même,traitement chirurgical devant la présence de signes neurologique dans le but deplacer la moelle ou les racines dans les meilleures conditions anatomiques derécupération.b- La stabilitéPlusieurs classifications existent permettant de juger de la stabilité d’unefracture (Vaccaro, Dai, Denis, Magerl). Les deux classifications les plus utiliséessont celle de Denis et celle de Magerl. Denis a divisé la vertèbre en 3 colonnes,la colonne antérieure (2/3 antérieurs du corps), la colonne moyenne (1/3postérieur du corps) et la colonne postérieure (pédicules, articulaires, lames).Cet auteur a ensuite classé les fractures en 4 groupes reposant sur lesmécanismes lésionnels principaux (compression, distraction, rotation) et sur lescolonnes atteintes.Nous utilisons préférentiellement la classification de Magerl qui est basée sur lemécanisme lésionnel, comportant 3 groupes principaux subdivisés. Le groupe Acorrespond à un mécanisme en compression (les lésions siégeant surtout auniveau du corps vertébral) allant de la simple fracture du plateau supérieur (A1)à la burst fracture (fracture comminutive) (A3). Le groupe B correspond auxfractures par distraction. Il est divisé en trois groupes distincts, les lésions enflexion-distraction postérieure à prédominance ligamentaire B1, les lésions enflexion-distraction postérieure à prédominance osseuse B2 et des lésions enhyperextension avec distraction antérieure B3. Enfin, le groupe C correspondaux lésions résultant d’un mécanisme en rotation ajouté aux mécanismes destypes A et B. Cette classification a un caractère pronostic, les subdivisions sontde gravité croissante.Les fractures de type A n’ont pas d’atteinte des structures disco-ligamentaires,la stabilité ne dépend que de l’importance de la comminution du corpsvertébral. Outre les problèmes neurologiques, l’indication chirurgicale reposesur ce facteur et sur la déformation locale. Un geste antérieur seul peut êtreréalisé.Les fractures de type B avec atteinte disco-ligamentaire prédominante sont »,nécessitant un geste chirurgical de définitives instables considérées «stabilisation avec arthrodèse.
  • 3. Les fractures de type B avec atteinte osseuse prédominante », un traitementorthopédique instables temporaires comme « considérées sont peut seconcevoir de même qu’une fixation (percutanée ou non) sans arthrodèse sur uncourt segment.Les fractures de type C sont toujours instables, nécessitant toujours un gestechirurgical par voie postérieure plus ou moins associé à une arthrodèse. Lachirurgie percutanée et les voies antérieures isolées ne sont pas indiquées.En pratique nous utilisons cette classification de Magerl par ordre de : gravitéet d’urgence thérapeutique décroissanteRecherche de signes de rotation caractérisant un type C.Si non, recherche de signe de distraction du type B qui peuvent être antérieurs(B3), postérieurs osseux (B2) ou ligamentaires (B1).Si non, caractérisation de la lésion corporéale, tassement A1, séparation A2,éclatement A3.Le retentissement sur la statique c- : rachidienneLa déformation induite par la fracture peut provoquer un déséquilibre du rachisdans le plan frontal (fracture tassement asymétrique), dans le plan sagittal(cyphose locale engendrée par la fracture) ou une déformation en rotationpouvant induire une véritable scoliose secondaire.La déformation sagittale de la fracture se mesure par l’angle de cyphosevertébral CV.La déformation régionale prend en compte la déformation de la vertèbrefracturée mais aussi la déformation engendrée par les éventuelles lésionsdiscales ou ligamentaires associées.Cet angle de cyphose régional CR permet le calcul de l’angle régionaltraumatique ART qui n’est que la soustraction de la déformation régionale CRpar l’angulation physiologique régionale du niveau vertébral fracturé.ART = CR mesurée –angulation physiologiqueCette angulation régionale physiologique nous est donnée par les abaques deStagnara (tableau ci-contre). Elle définit une angulation moyenne pour unniveau vertébral donné. Les données négatives définissent un angle en lordose.Pour nous c’est l’ART qui oriente le choix thérapeutique et la nécessité d’uneréduction de la fracture. La limite de 15° est admise pour imposer une réductionde la fracture dont les moyens seront divers (plâtre de réduction type Boehler,réduction à ciel ouvert par l’intermédiaire du matériel d’ostéosynthèse,réduction par manœuvres externes pour les synthèsespercutanées).
  • 4. La notion d’un équilibre physiologique du rachis est introduite par cette mesurede l’ART qui prend en compte les différentes courbures rachidiennes (cyphosethoracique, lordose lombaire allant croissante de L1 à L5). Cette notion reflèteune mesure moyenne de la lordose régionale pour une population donnée. Onsait que pour tout sujet il existe un équilibre de profil dicté par l’anatomiepelvienne et en particulier par l’incidence pelvienne. L’étude de Koller est lapremière à étudier à long terme le retentissement d’une fracture du rachislombaire ou thoracolombaire traitée orthopédiquement sur l’équilibre global durachis et sur le résultat clinique. Il semble souligner que le résultat clinique estpéjoré par l’importance de la cyphose régionale et par la comminutioncorporéale vertébrale bien que la cyphose locale soit compensée par lesmodifications des courbures thoracique et lombaire et de la version pelvienne.Cette étude confirme l’importance de la correction de la déformation sagittale,de la restitution d’une anatomie normale et de son maintien dans le temps pourobtenir un résultat clinique satisfaisant.Cette notion de nécessité du maintien de la correction dans le temps permet». mécanique à long terme d’introduire le facteur «Il comprend à la fois le risque de pseudarthrose (lésion ligamentaire »), lerisque de perte de correction du fait diabolo prédominante, fracture en « de lacomminution fracturaire ou du fait d’une correction de la cyphose faite dans lesdisques adjacents à la fracture.Il n’existe pas de critère permettant d’évaluer ce risque précisément. C’estpourquoi aujourd’hui, pour les fractures les plus comminutives, nousréalisons : un scanner post opératoire qui a un double objectifCelui de juger de la nécessité d’une décompression canalaire antérieurecomplémentaire en cas de trouble neurologique persistant,Celui de juger du risque de perte de correction en appréciantla comminution du corps vertébral,  •la qualité de la greffe postérieure et la quantité de résection osseuse • réaliséeau cours du temps de libération,« l’ouverture » des disques adjacents à la fracture. •Cette évaluation scannographique permet de définir la nécéssité d’une greffeantérieure complémentaire et de son étendue.Plutôt que de faire un catalogue des différentes techniques disponibles et deleurs indications, nous allons essayer d’appliquer le raisonnement décrit plushaut à des cas concrets. Ces exemples permettront de discuter les différentschoix possibles et l’option choisie.La base du raisonnement reste toujours la même,Existe-t-il un trouble • ? neurologique? Existe-t-il une instabilité •Quel moyen pour traiter • ? cette instabilité d’abord à court puis à long terme
  • 5. Quelle déformation • ? est à traiter? Existe-t-il une sténose canalaire •: De ces questions découle le choix du traitementFonctionnel • ;Orthopédique avec réduction dans un cadre de Cotrel type Boehler • ;: Quelle voie (postérieure le plus souvent, antérieure pour Chirurgical • les Ahors de l’urgence, miniinvasive).Ostéosynthèse, sur quels niveaux (2+1 pour la jonction thoarcolombaire, 1+1pour le rachis lombaire).manœuvres Réduction, par quel moyen (installation, peropératoires,manœuvres instrumentales). externesQuels niveaux fusionner et quand faire une fusion circonférentielle.libération nerveuse de Nécessité corporectomie secondairement). (laminectomie en urgence,A2 A3.1 A3.3
  • 6. B1 B2
  • 7. Fractures étagées de Fractures étagées de L1 T10 à L2 en rotation(Type B) (Type C).Avec paraplégie Traitéessequellaire. orthopédiquement.Cyphose douloureuse, Aspect de scolioselésion cutanée en regard secondaire dedu sommet de la cyphose. sommet T12.CONCLUSION
  • 8. Pour résumer, le raisonnement est basé sur quatre questions dont découle letraitement,? Existe-t-il un trouble neurologique •Existe-t-il une • ? instabilitéQuel moyen pour traiter cette instabilité d’abord à court puis à long ? terme? Quelle déformation est à traiter •Existe-t-il une sténose • ? canalaire: Chacune de ces interrogations appelle plusieurs réponsesL’atteinte • neurologique dicte le degré d’urgence et le type de voie d’abord.Le type • d’instabilité (Magerl) dicte la voie d’abord à utiliser ainsi que lanécessité de réaliser une arthrodèse.La déformation, mesurée à l’aide de l’ART, • guide le choix thérapeutique entrenécessité de réduction ou non.La • sténose canalaire dicte la nécessité de réaliser une libération du nevraxe.En pratique une fracture avec atteinte neurologique nécessite une : unelibération du intervention en urgence. Cette intervention a pour but nevraxe,une stabilisation vertébrale associée à une réduction de la déformation.Les fractures les plus instables (Type C) nécessitent elles aussi une réductionfixation associée selon l’atteinte neurologique et la sténose à une libération.; Pour les factures de Type B, tout dépend du type d’instabilité osseuse uneconsolodation peut être attendue, un traitement orthopédique est envisageable,ligamentaire une arthrodèse doit être réalisée pour palier à cette lésiondurablement instable.Les discussions les plus importantes tournent autour des fractures de type A.Dans ces cas, l’importance de la déformation, les sous types de fractures, lesmoyens disponibles localement (synthèse percutanée, kyphoplastie) et lasténose canalaire entrent dans la discussion pour choisir la meilleure option.Mais toutes ces techniques ont les mêmes buts, réduire la fracture, stabiliser leslésions discoligamentaires durablement dans le temps.
  • 9. Patiente de 24 ans. Fracture de L2 paraplégie incomplète. Syndrome de queue de cheval complèteet persistance L5 à 4/5.Fracture de type C de L2.Indication opératoire en urgence du fait de l’atteinte neurologique.Voie postérieure : Libération par laminectomie.Abord postérieur classique.Réduction fixation au moins 1+1 voir 2+1. Arthrodèse postérolatérale avec le produit delaminectomie.Tdm post op : Compression antérieure résiduelle.Comminution antérieure.Peu de zone de greffe du fait d’unearthrectomie complète à gauche.Bonne réduction de la cyphose.Indication à temps antérieur de : Libération/fusion/stabilisation.Corporectomie, greffe aux dépens deproduit de corporéctomie, cage titane.
  • 10. Patiente de 21 ans. Fracture de L1. Absence de troubles neurologiques.Scanner : Fracture de L1 en flexion.Trait passant par les pédicules de L1 et la lame de L1.Fracture type B2 de L1.Fracture à haut potentiel d’instabilité mais à instabilité “temporaire” (consolidation possible dutrait de fracture).ART=16°Pas de sténose canalaire.Divers options : Traitement : Réduction et contention. Orthopédique, technique de Boehler.Réduction et synthèse percutanée. Réduction synthèse à ciel ouvert sans libération ni greffe.Postop immédiat : Choix de la synthèse percutanée. Après réduction en décubitus ventral etmanoeuvres externes de réduction.Recul de 1 an : Consolidation de la fracture. Les deux niveaux synthésés peuvent être libéréspar l’ablation de matériel.
  • 11. Patiente de 35 ans. Fracture de L1. Absence de trouble neurologique.Scanner : Absence de signes de rotation ou de distraction.Fracture type A3.1ART = 17°Sténose canalaire 30%Traitement : Réduction et contention.Divers options :Orthopédique, technique de bohler.Synthèse percutanée puis scanner postopératoire afin d’évaluer lanécessitéde greffe antérieure.Réduction et synthèse à ciel ouvert associé à une greffe postérolatéralepontantle disque lésé (T12L1).Postop immédiat :Choix du traitement classique.Synthèse T11, L2, pontant la charnière.Les prises pédiculaires de L2 protégées par deux crochets sous lamaire L2.La réduction est obtenue par l’installation et le matériel de synthèse.Une greffe postérolatérale entre T12 et L1 est réalisée par avivement desarticulaires et des lames puis greffe iliaque autologue.Scanner post opératoire :Restitution de la courbure physiologique.Peu de comminution du corps vertébral.Bonne zone de greffe postérieure.Peu de sténose résiduelle.Pas de greffe antérieure complémentaire.
  • 12. Patiente de 19 ans, fracture de L2. Absence de trouble neurologique.Scanner : Absence de signes de rotation ou de distraction.Fracture type A3.1ART = 22°Sténose canalaire 50%Divers options :Traitement : Réduction et contention.Orthopédique, technique de boehlerSynthèse percutanée puis scanner postopératoire afin d’évaluer lanécessité de greffe antérieureRéduction et synthèse à ciel ouvert associées à une greffe postérolatéralepontant le disque lésé (T12 L1)Synthèse et greffe structurelle par voie antérieurs unique.Postop immédiat :Choix du traitement percutané associé à une greffe antérieure. SynthèseL2, L4 percutanée.La réduction est obtenue par l’installation et les manœuvres de réductionexterne peropératoire.Une greffe antérieure est d’emblée associée du fait de la comminution dela fracture et donc du risque de perte de correction.Une greffe intersomatique L2 L3 structurelle est réalisée. Réalisée parlombotomie gauche qui est préférée à la voie antérieure pure pour lesétages au dessus du disque L2 L3.Scanner post opératoire :
  • 13. Restitution de la courbure physiologique.Une fois la fusion L2 L3 obtenue, la synthèse pourra être retirée pour libérer l’étage L3 L4indemne de lésion.
  • 14. Patient de 42 ans. Fracture de L2. Absence de troubleneurologique.Scanner : Absence de signes de rotation ou de distractionTrait corporéal frontal.Fracture type A2ART = 20°Pas de sténose canalaireTraitement : fracture à risque de pseudarthrose.Divers options :Synthèse percutanée et temps antérieur de greffe L1 L3Réduction et synthèse à ciel ouvert associées à une greffepostérolatérale pontant les disques lésés (L1 L3).Synthèse et arthrodèse antérieure par une greffe structurelle(greffe tricorticale ou cage remplie d’os autologue).Postop immédiat :Choix du traitement antérieur pur.Synthèse L2, L4.La réduction est obtenue par l’installation et les manœuvresde réduction externes peropératoires.Une greffe antérieure est d’emblée associée plutôt par unecage remplie du produit de corporectomie du fait de lamorbidité liée au prelèvement de greffons tricorticauxvolumineux.Réalisée par lombotomie gauche.Scanner à 6 mois : Restitution de la courbure physiologique.Fusion acquise, travées continues à travers la cage decorporectomie.
  • 15. Patient de 43 ans. Fracture de L2 non neurologique.Scanner : Absence de signes de rotation ou de distractionFracture corporéale comminutive.Fracture type A3.3ART = 37°. Déformation frontale.Sténose canalaire < 30%Traitement : Réduction et contentionDivers options :Synthèse percutanée et temps antérieur de greffe L1 L3.Synthèse percutanée et cimentoplastie du corps de L2.Réduction et synthèse à ciel ouvert associées à une greffe postérolatéralepontant les disques lésés (L1 L3) puis scanner en prévision d’une greffeantérieure complémentaire.Synthèse et arthrodèse antérieure par une greffe structurelle (greffetricorticale ou cage remplie d’os autologue).Postop immédiat :Nécessité d’une réduction dans le plan frontal et sagittal, mieux contrôléepar voie postérieure en réduisant sur le matériel de synthèse.Choix du traitement classique.Synthèse T12, L3, pontant la charnière.Les prises pédiculaires de L3 sont protégées par deux crochets souslamaire L3.La réduction est obtenue par l’installation et le matériel de synthèse.Une greffe postéro latérale entre L1 et L3 est réalisée par avivement desarticulaires et des lames puis greffe iliaque autologue.Scanner post opératoire :Restitution de la courbure physiologiqueSténose résiduelle 50%, mais possibilité de remodelage.Nécessité de greffe antérieure structurelle malgré greffe postérieuresatisfaisante.Radio à 6 mois :Restitution de la courbure physiologique.Réduction pérenne dans le temps.Absence de troubles neurologiques.Scanner post opératoire d’un autre choix thérapeutique :