Pourquoi la polygamie et le divorce en islam?
Une réflexion sous forme de dialogue entre un orientaliste et
un érudit
Par:...
Contents
Pourquoi la polygamie et le divorce en islam?....................................2
Une réflexion sous forme de di...
Introduction:
Vue de l’occident, la polygamie telle qu’elle est pratiquée en
islam est un acte systématiquement opposé aux...
Ce livre est la quintessence d’un duel pacifique, qui apporte une
lumière rayonnante sur les questions épineuses de la pol...
Pourquoi l’islam permet la polygamie?
- L’orientaliste: Loin d’être un fait banal, le mariage en
occident est un acte sacr...
- L’orientaliste En Europe, les familles des martyrs ont droit
aux allocations qui leur permettent de subvenir à leurs bes...
permis d’épouser deux, trois ou quatre femmes qui vous
plaisent[. Dans mon esprit, je continue à penser que le désir
sexue...
Avant de vous apporter des éclairages sur la haute sagesse que
recouvre la polygamie, je vous invite à réfléchir sur cet e...
- L’orientaliste: Vous avez attiré mon attention sur ce point
important. Je dois le reconnaitre, même les pays prétendumen...
l’homme doit assumer de façon équitable. Sur ce point précis, il
doit faire preuve d’impartialité en évitant de laisser à ...
définitivement ces difficultés qui relève par ailleurs de la vie sur
terre. Plus grave, on continue de s’engager dans des ...
que dans cette affaire, la nature instable de l’homme reste
préoccupante. Il est très souvent à la merci de ses sentiments...
En d’autres termes, ne vous penchez pas totalement vers une
des femmes en laissant de coté les autres. […au point de laiss...
- L’érudit: Le noble prophète était très fidèle à sa femme
Khadija. Les mariages qui interviennent après sa mort (elle ava...
souvenez-vous, avait injustement envahi les pays musulmans et
chrétiens, sauf l’Egypte. En solidarité à Maria la copte, l’...
apôtres, «des propagandistes » bref pour faire la Da’awa auprès
des femmes (appel à la foi en DIEU).
Le foyer du prophète ...
Prends donc désormais connaissance des femmes
du prophète (paix et bénédiction d’Allah sur
lui, sur ses épouses et ses com...
pour compenser le vide crée par la disparition de son mari. En ce
moment, sa famille est toujours hostile à l’islam. Ce ma...
les croyants d’épouser les femmes de leurs fils adoptifs
(esclaves affranchis) quand ceux-ci cessent toute relation
avec e...
la prit pour épouse. Il s’en suivra un renforcement des relations
avec les chefs juifs et leur peuple.
12- Oumou Habiba bi...
Ces versets expliquent clairement que le prophète ne se mariait
que sur ordre de Dieu ou avec son accord. Le Seigneur ne v...
l’esprit, des qualités qui d’après lui pouvaient faire d’elle des
guides spirituelles performantes.
Comme il a été dit pré...
Retenez donc cher monsieur que ce hadith n’est pas crédible, il
est faux donc ne peut être prouvé.
-L’orientaliste: Cher f...
Pourquoi l’islam permet-il le divorce?
- L’orientaliste: La séparation entre les époux unis par le
mariage est admis dans ...
manigances de son mari, elle va chercher elle aussi à aller voir
ailleurs. Tout cela pour quel résultat?
Il n’est pas néce...
chose exploitable dont on peut s’en débarrasser après usage. Je
crois savoir que chez vous, la séparation est verbale, on
...
- L’érudit: Alors, acceptez-vous la parole du créateur qui se
trouve dans le Coran ou préférez-vous vous contenter des
par...
de revenir à de meilleurs sentiments c’est-à dire à accepter de se
soumettre à son mari afin de retrouver le bonheur d’ici...
Attention! Il s’agit d’une correction légère (qui ne doit
provoquer aucuns dégât corporels)ou blâme qui invite
simplement ...
alors sur quel texte se fondent vos religieux pour prononcer
verbalement le divorce.
- L’érudit: Cette méthode n’est menti...
des conditions raisonnables ou la laissez dans des meilleures
conditions
[..Et s’ils reviennent (de leur serment) celui-ci...
[Et les femmes divorcées doivent observer un délai d’attente
de trois périodes menstruelles…]S.2: 228
L’épouse doit en eff...
[..Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs
obligations, conformément à la bienséance] S.2: 228
Elle doit ê...
en subir les conséquences. Il vaut mieux alors mettre fin à cette
navette. En islam, après trois divorces, la réconciliati...
(dernier)].le deuxième époux…[ la répudie alors les deux ne
commettent aucun péché en reprenant la vie
commune]S.2:230
Les...
[ Et quand vous divorcez d’avec vos épouses, et que leur
délai expire, alors, ne les empêchez pas de renouer avec leurs
ép...
- L’orientaliste: Merci d’avoir sur la question du divorce,
dissiper mes doutes. Toutes les ambigüités sont désormais
levé...
Extrait des écrits de son Eminence humaniste
Mohammad Amin Sheikho (que Dieu bénisse
son âme)
Voici les œuvres de son Emin...
- il explique dans son livre (les grandes écoles de la piété, les
perles des prescriptions: l’explication des piliers de l...
(Dieu égare qui il veut et guide qui il veut) sourate les abeilles:
93
Il démontre que ce choix appartient à l’homme qui v...
-Il a commenté dans son livre l’interprétation du parti Amma les
sens du dernier parti du coran et la signification du ver...
l’épouse viole les droits conjugaux ou si une mésentente se
répande entre eux.
- Il a donné une explication concernant l’o...
sources principales n’est pas la pluie qui descend du ciel. Cela
était inconnu dans l’occident comme dans l’orient. Il att...
dangereuses et virulentes quand on consomme ce bétail. Il a
déduit tout ce qu’on vient de parler dans les versets du coran...
souligne que le bon hijama doit être: exactement dans la partie
du dos entre les deux omoplates, vers la matinée, on doit ...
devenue répandue, aujourd’hui beaucoup de gens se dirigent
vers ce phénomène, c’est rare de trouver une maison sans qu’il ...
livre (la réalité sur l’intercession) que l’enfer pendant le jour de
la résurrection sera comme un hôpital pour soigner le...
au royaume de Dieu de la même manière qu’avec ses
compagnons qui suivaient ses actes et les pratiquaient en même
temps que...
prennent leur précaution sur lui, qu’ils s’engagent d’emprunter
la voie de Dieu, cette voie guidée par ses prophètes et d’...
l’égide du coran et de la sunna du prophète sans se baser sur les
Mazâ-hib (écoles juridiques islamiques) pour ne pas intr...
Bref aperçu sur la vie de son Eminence
Mohammad Amin Sheikho (que son âme soit béni)
(1384-1308) - (1890-1964)
Mohammad Am...
ans. Il exerce dans plusieurs postes de sécurité à Damas et dans
les districts environnants. Son passage à la direction de...
Sous l’occupation française, il est reconduit à la direction de la
police. Quand éclate la révolution Syrienne contre les ...
Suite à la disparition de Kaftaro, il prend le flambeau de l’appel
avec mérite et vigueur pour guider les aspirants.
On le...
L’œuvre d’Amin Sheikho (que son âme soit bénie) est immense.
La profondeur de ses réflexions l’inscrit parmi l’un des
meil...
voulait obtenir de lui les réponses à quelques questions qui lui
trituraient le cerveau concernant l’islam. Les deux se li...
Toute la vie de son Eminence Mohammad Amin Sheikho (que
son âme soit bénie) est consacrée à la lutte pour la vraie foi et ...
Bref aperçu sur la vie de A. K. John, plus connu
sur le nom de Al-Dayrani
A. K John, dit Dayrani est né le 24 juillet 1934...
Il a mis d’avantage en lumière le hijama (la saignée), une
méthode thérapeutique forte efficace qui permet de vaincre
même...
Pourquoi la Polygamie et le Divorce en Islam?
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Pourquoi la Polygamie et le Divorce en Islam?

1,629

Published on

Une réflexion sous forme de dialogue entre un orientaliste et un érudit.
Pourquoi la polygamie et le divorce en islam?
Allah nous a créés homme et femme afin que nous puissions réfléchir sur le bonheur qui émane de notre vie de couple sans réflexion, il nous sera difficile de découvrir la saveur du bonheur et même, nous serons plus assujettis à nos passions et à nos instincts.
Nous serons par conséquent une proie facile pour les guides égarés.
La réflexion (raison) est le symbole humain (on est Homme qu’à l’usage de sa raison) et l’Islâm, religion divine dans toute sa pureté, appelle intensément à la réflexion et à la médiation.
Celui qui suit avidement un prédicateur passionné, qui n’a ni lumière ni guidance et ne possède non plus un livre éclairant; en laissant sa raison se corrompre par des discours erronés, façonnés et contraires aux versets coraniques, à la générosité divine et à l’humanisme. Sous influence des Ignorants, celui – ci formera une famille conflictuelle et une descendance faible, attristée et dépourvue de son bonheur naturel…il fixera ainsi les jalons d’une société démunie, misérable et, maladive. Société qui, sera très enclin à terrifier et éconduire les observateurs dans leur appréhen-sion de l’islam ; religion qui selon eux serait tributaire d’une mentalité honteuse et peu recommandable.
Nonobstant, le constat est clair… la lumière est apparente, la vérité est mise au grand jour et la voie de la rectitude est conne par tout homme qui désir être guidé et veut le bonheur. Il n’y a plus d’argument à prendre de l’orient ou de l’occident après que la générosité et la sagesse di-vines aient éclaire les concepts de polygamie et de divorce telle que expliqués par l’érudit humaniste Mohammad Amin Sheikho dans son livre intitulé:
«Pourquoi la polygamie et le divorce en islam»

Published in: Spiritual
0 Comments
2 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
1,629
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
37
Comments
0
Likes
2
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Pourquoi la Polygamie et le Divorce en Islam?

  1. 1. Pourquoi la polygamie et le divorce en islam? Une réflexion sous forme de dialogue entre un orientaliste et un érudit Par: Le révérend érudit et éminent humaniste Mohammad Amin Sheikho (Qu’Allah sanctifie son âme) §§§§§ Présentée par: Prof. A. K. John Alias Al-Dayrani Chercheur et penseur islamique §§§§§ Traduction par: Tatba Mavie Aïssatou Yadouko Revu par Dr. Ibrahim Moubarak Mbombo Président du Programme Islamique pour l'Assistance Humanitaire (PIAH) §§§§§ Published by Amin-sheikho.com Copyright © amin-sheikho.com All Rights Reserved §§§§§ Nos sites web www.rchss.com-info@rchss.com www.amin-sheikho.com- info@amin-sheikho.com
  2. 2. Contents Pourquoi la polygamie et le divorce en islam?....................................2 Une réflexion sous forme de dialogue entre un orientaliste et un érudit...............................................................................................2 Contents..............................................................................................3 Introduction:........................................................................................4 Pourquoi l’islam permet la polygamie? ...............................................6 Prends donc désormais connaissance des femmes du prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui, sur ses épouses et ses compagnons):................................................................................18 Pourquoi l’islam permet-il le divorce?...............................................25 Extrait des écrits de son Eminence humaniste Mohammad Amin Sheikho (que Dieu bénisse son âme).................................................39 Bref aperçu sur la vie de son Eminence.............................................52 Un adolescent assidu.....................................................................52 L’epoque de l’appel vers dieu:.......................................................54 Bref aperçu sur son appel et ses exposés:.....................................55 Bref aperçu sur la vie de A. K. John, plus connu sur le nom de Al- Dayrani...............................................................................................59
  3. 3. Introduction: Vue de l’occident, la polygamie telle qu’elle est pratiquée en islam est un acte systématiquement opposé aux droits et à l’émancipation de la femme. Cette forme d’union à partenaires multiples réduit l’agent féminine au rang d’esclaves, astreintes à une multitude d’obligations, obligation de garder le foyer conjugal, obligation de faire des enfants autant que le souhaite le conjoint, obligation de se mettre entièrement au service du mari et surtout obligation de satisfaire ses désirs sexuels. Le droit exclusif réservé aux musulmans de contracter plusieurs unions et de vivre en même temps avec plusieurs épouses est perçu par les occidentaux comme une aberration, une maladresse, bref quelque chose de détestable. Ils soutiennent, à grand renfort « d’arguments » que la polygamie est un obstacle évident à l’épanouissement de la femme. Le sujet revient de façon récurrente dans les médias et toujours raisonnent les mêmes critiques contre l’islam, une religion aux pratiques rétrogrades, une religion qui nage encore dans les ténèbres de l’ignorance ce qui vaut aux nations musulmanes d’être mal classées sur la listes des « peuples civilisés», respectueux des droits de l’homme et des valeurs humaines. L’entretien proposé dans le présent ouvrage met aux prises l’Eminent Cheick Mohammad Amin Sheikho, descendant du Prophète Mohammad (Pbsl), un érudit syrien dont la réputation traverse les frontières de la Syrie et même du golfe arabo persique et un chercheur et diplomate anglais pourvu d’idées reçues, Sir Bennett, un citoyen anglais qui fut pendant de nombreuses années conseiller de l’émir de l’empire ottoman en Syrie. S’il connait l’orient, il ne retient de l’islam que l’image qu’on s’en fait en occident…
  4. 4. Ce livre est la quintessence d’un duel pacifique, qui apporte une lumière rayonnante sur les questions épineuses de la polygamie et du divorce en islam. Il a été mis en forme par le Prof. A. K John Al-Dayrani, témoin de ce dialogue enrichissant dont-il a tenu à faire partager au public musulman et non musulman les leçons qui s’en dégagent. N.B. (Pbsl) signifie: paix et bénédiction sur lui. Dr Ibrahim Moubarak Mb. Coordinateur national de l’Union Islamique du Cameroun
  5. 5. Pourquoi l’islam permet la polygamie? - L’orientaliste: Loin d’être un fait banal, le mariage en occident est un acte sacré par lequel les époux, unis devant Dieu et devant les hommes s’engagent à s’aimer et à rester fidèles l’un vis-à-vis de l’autre. Parce qu’ils se doivent fidélité, le mari ne peut contracter une autre union. Ce qui n’est pas le cas en islam où les hommes sont autorisés à prendre jusqu’à quatre femmes qu’ils gèrent à leur guise très souvent sans la moindre considération pour leur droit. Cher érudit qu’est ce que vous dites à la suite de ce constat? - L’érudit: vous auriez peut-être raison si le mariage était simplement une affaire de passion, si son but se réduisait à l’assouvissement des désirs sexuels. Le mariage a aussi un objectif social et humanitaire. - L’orientaliste: qu’entendez-vous par « objectif humanitaire »? Croyez-vous que l’humanisme est la proie d’une seule nation? - L’érudit: Le mariage est le lieu où se construit la famille, c’est le cadre idéal où celle-ci peut être préservée. Sa construction et sa préservation ne sont pas possible sans l’amour et l’altruisme. Dans le mariage, le côté humain doit prévaloir. Il doit être perceptible dans l’éducation des enfants, la protection des veuves qui peuvent avoir perdu leurs maris à la suite d’une guerre, la protection des veuves des martyrs qui peuvent avoir sacrifié leur vie à l’autel de l’honneur de la patrie. Ces martyrs méritent-ils que leurs épouses soient abandonnées, qu’elles soient privées d’une vie conjugale tout le restant de leur vie? Méritent-ils que leurs enfants vivent sans soins et sans protection?
  6. 6. - L’orientaliste En Europe, les familles des martyrs ont droit aux allocations qui leur permettent de subvenir à leurs besoins divers. - L’érudit Vous avez les allocations d’accord mais suffisent- elles à rendre une épouse heureuse? A assurer aux enfants une bonne éducation? Plus concrètement est ce que l’argent seul peut compenser l’absence d’un mari? - L’orientaliste: Nous ne pouvons dans nos sociétés pratiquer la polygamie. Elle y est strictement interdite. Toutefois vos explications me font prendre d’avantage conscience de la douleur qu’éprouvent les épouses des martyrs et leurs enfants. Je m’aperçois en effet que la société occidentale ne prend pas en compte l’aspect immatériel des problèmes auxquels les veuves et des orphelins peuvent être confrontés. Or en considérant ces aspects, on ne peut nier le fait qu’ils sont marginalisés. Au sujet des moyens de réconfort, que prévoit exactement la loi dans votre religion? - L’érudit Dans un lointain passé, nous étions comme vous mais Dieu qui a créé et planifié le bon chemin pour ses créatures nous a montré un plan qui permet de venir au secours de ces familles défavorisées. Voici ce qu’en dit le Saint Coran: ]Et si vous craignez, en épousant des orphelines, de n’être pas juste envers elles, …Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre femmes qui vous plaisent, mais si vous craignez de manquer d’équité à l’égard de ces épouses, n’en prenez alors qu’une seule[ Sourate 4: 3 - L’orientaliste: Je ne vois pas de rapport avec ma question qui est relative aux moyens de pallier les souffrances des veuves et des orphelins. Pouvez-vous déjà m’expliquer en termes simples le verset auquel vous faites référence? Vous dites ] …Il est
  7. 7. permis d’épouser deux, trois ou quatre femmes qui vous plaisent[. Dans mon esprit, je continue à penser que le désir sexuel reste le plus grand enjeu de la polygamie? Certains hommes enchainent des mariages avec des femmes jeunes dont ils exploitent la jeunesse et les abandonnent ensuite. Où est l’humanisme dans de telle attitude? Ou est l’humanisme dans votre charia? - L’érudit Vous allez vite en besogne. Vous faites des déductions trop hâtives. On reprochait déjà ce comportement à certains de nos savants. Ils considéraient une ou quelques parties d’un verset dont on ne pouvait en saisir le sens que pris dans sa totalité. Vous avez oublié de mentionner le début du verset ]…qui vous plaisent…[ or sa bonne compréhension est compromise sans cette partie. Si le texte(fragmenté) est mal compris, nécessairement on n’en fera pas bon usage. Vous avez juste cité la dernière moitié du verset: ]…Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre femmes qui vous plaisent…[ Cette partie est précédée de ceci: ]…et si vous craignez, en épousant des orphelines, de vous montrer injuste envers elles…[. Telle est la condition à remplir pour pratiquer la polygamie. Je ne saurais vous blâmer pour cette erreur que commettent parfois même les plus outillés des musulmans. La polygamie vise à assister les orphelins et leurs mères. Il a un but humanitaire. Le verset doit être pris en entier et non en partie. Remarquez que la particule arabe« ‫إن‬ » (Si) indique le conditionnel. Il existe des préalables pour épouser plus d’une femme. S’ils ne sont pas respectés ou ne peuvent être respectés autant n’en épouser qu’une seule. L’islam n’encourage pas l’injustice et l’oppression.
  8. 8. Avant de vous apporter des éclairages sur la haute sagesse que recouvre la polygamie, je vous invite à réfléchir sur cet exemple simple: au sortir d’un conflit, un pays qui comptait mille hommes en perd la moitié. Les victimes tombées au front au nom de la patrie sont tous mariés. Que deviennent les femmes et les enfants? Ces femmes sans mari risquent de rencontrer d’énormes difficultés dans leur vie. Les orphelins hériteront certes des biens de leurs parents mais il faudra bien un homme pour les assister et protéger l’héritage contre la faillite. Ces orphelins n’ont-ils pas besoin de beau-père pour veiller à leur éducation et redresser leur conduite en cas de dérive? On récompense le bien par le bien. Le martyr courageux qui a sacrifié sa vie pour la nation, (personne n’est plus généreux que celui qui offre son sang pour la nation) ne mérite pas que sa veuve soit abandonné à son sort, qu’elle soit exposée à la dégradation des mœurs et à la corruption sociale. Certes l'Islam a prévu des fonds de secours issus du trésor public d’où peuvent être prélevée la pension pour les veuves et les orphelins mais ce n’est pas suffisant. La femme a besoin d’un homme tendre à ses côtés, pour la compagnie, pour la satisfaction de ses besoins naturels de manière licite, c’est-à-dire agréé par Dieu. L’éducation des enfants à l’âge de l’adolescence - période de grande folie - exige une certaine fermeté que la mère toute seule ne peut pas toujours assurer. La femme étant de nature tendre, l’autorité de l’homme est nécessaire pour mieux gérer les caprices et prévenir les déviations d’une jeunesse en folie. Sans ces dispositions, l’adolescent peut flirter avec la délinquance aux conséquences imprévisibles. Est-ce dans ces situations catastrophiques que nous devons laisser les enfants de ceux qui ont sacrifiés leurs vies pour nous?
  9. 9. - L’orientaliste: Vous avez attiré mon attention sur ce point important. Je dois le reconnaitre, même les pays prétendument civilisés n’ont pas trouvé jusqu'à présent de solutions efficaces aux problèmes des familles des martyrs. Les veuves et les orphelins subissent durement les conséquences (la misère, le désespoir, la souffrance, l’oppression et l’infortune) des guerres qui leur sont imposées. N’avez-vous rien à ajouter sur ce point? - L’érudit: Un homme déjà marié peut contracter un autre mariage à condition de disposer les capacités financière, physique et intellectuelle nécessaires pour assurer une polygamie licites c’est-à-dire conforme aux enseignements du Prophète. Je rappelle une fois encore que l’institution de la polygamie est liée à la situation des orphelins et des veuves qu’il faut encadrer. Dans ce cadre, il importe d’être sage et loyal avant de s’y engager. Ces deux conditions nous permettent d’être équitables envers les épouses et les enfants. ] …Il est permis d’épouser…. Qui vous plaisent,[ Je résume en disant que pour être polygame, il faut répondre aux critères ci-après: - Premièrement, avoir les capacités financières. Le polygame doit pouvoir subvenir aux besoins matériels et en premier aux besoins alimentaires de sa famille et lui permettre de vivre dans la dignité. Le polygame ne doit pas exposer sa famille à la galère. La capacité financière, à elle seule, ne suffit cependant pas pour contracter plusieurs unions. - Deuxièmement, avoir les capacités physiques. En plus du pouvoir financier, l’homme doit jouir des capacités physiques nécessaires à la satisfaction des besoins sexuels de toutes ses épouses. Il s’agit en effet d’un devoir envers ses partenaires que
  10. 10. l’homme doit assumer de façon équitable. Sur ce point précis, il doit faire preuve d’impartialité en évitant de laisser à l’abandon une femme au profit d’une autre. - Troisièmement, gérer avec équité. La gestion équitable du foyer commande la sagesse et la loyauté. Cela suppose de pouvoir gérer sa famille avec justice en s’abstenant d’accorder ses faveurs à l’une ou quelques une des épouses au détriment de l’autre ou des autres. L’équité doit être appliquée en toutes circonstances, à tous les niveaux de la vie conjugale, dans la gestion de la l’habillement, de la nourriture, du logement, des causeries, de la tendresse…. Si ces directives sont respectées, il n’y aura pas de dissension au sein du foyer au contraire on n’y vivra dans l’amour et la solidarité. L’atmosphère familiale sera chaleureuse. Ce sont les familles unies qui font la société idéale. Vous avez voulu savoir quels sont nos solutions aux difficultés des veuves et des orphelins, c’est la polygamie sous la forme ordonnée par le prophète Mohammad (Pbsl). C’est l’acte d’un homme courageux, vertueux qui prend la place du père des orphelins en vue de les soutenir: «Les croyants dans leur amour mutuel et leur sympathie sont comme un seul corps, si une partie de ce corps se plaint tout le reste sent aussi la douleur au point d’empêcher le corps de dormir ». - L’orientaliste: Quand on regarde les difficultés de ces personnes et le niveau du progrès de notre société, il y a bien de quoi s’étonner. Voyez-vous, aujourd’hui les limites de la science sont sans cesse repoussées, l’homme n’arrête pas d’inventer dans tous les domaines, il n’arrête pas de scruter le ciel paradoxalement, aucune invention n’a permis de régler
  11. 11. définitivement ces difficultés qui relève par ailleurs de la vie sur terre. Plus grave, on continue de s’engager dans des guerres qui ne laissent derrière nous que des cris des milliers d’orphelins et de veuves vivant dans le dénuement et la précarité. C’est dommage, on oublie toutes ces personnes qui sont dans la détresse totale et en même temps, on ose s’incliner devant le Seigneur pour le prier. Revenons Cheick Amin si vous le voulez bien à notre sujet: vous dites que si les trois conditions ne sont pas réunies à savoir la capacité financière, la force physique et l’équité, la polygamie n’est pas envisageable, est-ce cela? - L’érudit: La polygamie n’est permise que si on réunit ces trois conditions qui sont indispensable à une vie familiale agréable, pour assurer la paix et l’harmonie entre les coépouses et entre les enfants, pour vivre dans la paix et bâtir une nation prospère. L’homme qui ne répond pas à ces préalables et s’engage dans la polygamie s’expose au péché donc au châtiment de l’Eternel... S’agissant de ce que vous nommez « mariage gustatif » (qui consiste juste à goûter au plaisir sexuel et passer ensuite à d’autres conquêtes.), il est contraire à l’islam. Il en va de même du mariage sensuel qui a pour seul objectif le plaisir. La polygamie doit viser autre chose que la libido, elle doit favoriser aux veuves et aux orphelins la reconstruction d’une nouvelle vie dans la dignité. Nous l’avons dit tantôt, il y va aussi du bien être de la société. Dieu le Très Haut dit dans le Saint Coran: ]…Mais si vous craignez de n’être pas juste (équitable), alors n’épousez qu’une seule[. Si vous doutez de ne pas assurer le droit des femmes (équité, nourriture, logement, habillement etc) alors contentez vous d’une seule, pas plus. - L’orientaliste: Ceci ne peut émaner que de Dieu, Le Miséricordieux. Maintenant, je voudrais vous faire remarquer
  12. 12. que dans cette affaire, la nature instable de l’homme reste préoccupante. Il est très souvent à la merci de ses sentiments. Avec plusieurs épouses, il y en aura toujours une vers qui il va le plus pencher même le Coran, votre livre sacré le reconnaît. Il peut lui arriver d’avoir une ou des préférences parmi ses épouses, d’avoir un faible pour la plus tendre ou la plus charmante. Que faire dans ce cas? Que faire de nos sentiments que nous ne parvenons pas toujours à contrôler, ces sentiments dont les orientations ne sont pas toujours prévisibles. Que vous inspire ma remarque? - L’érudit: Cher frère, ce que vous dites tient effectivement de la nature de l’homme. Il aimera toujours plus celle qu’il trouve « meilleure » ou « belle ». Dieu le Tout-Puissant l'a bien dit dans ce verset: ]Vous ne pouvez jamais être équitable entre vos femmes, même si vous en êtes soucieux…[ Sourate 4: 129. Il est absolument impossible pour un homme ayant plusieurs femmes d’être équitable avec elles. Mais on interprète ce verset aussi d’une autre manière. Parmi nos femmes, il peut arriver qu’il y ait une préférée dont la beauté et la tendresse ont conquis et apprivoisé notre cœur, cela ne dépend pas de notre volonté. Notre devoir cependant c’est de les traiter (à travers nos actes) avec bienfaisance et équité. On ne nous reproche pas nos préférences sentimentales mais nous sommes plutôt blâmés par la manifestation illégale de ces préférences car c’est aux hommes de juger les actions extérieures. On laisse les sentiments intérieurs à Dieu, C’est Lui qui connait le secret des cœurs. Toutefois Il invite, dans le verset ci dessous à la mesure. ] …Ne vous penchez pas tout à fait vers l’une d’elles, [ Sourate 4:129
  13. 13. En d’autres termes, ne vous penchez pas totalement vers une des femmes en laissant de coté les autres. […au point de laisser l’autre comme en suspens ] Sourate 4:129 On redoute que l’épouse ou les épouses mal aimée(s) soient abandonnée(s). Celles-ci pourraient se retrouver dans la situation embarrassante où elles ne sont pas bien traitées au foyer par l’époux et ne sont pas libres de se marier avec un autre homme. Ce qui est exigé du polygame est l’équité dans le traitement de ses épouses. L’équité renvoie aussi au partage des nuits et des biens, conformément aux recommandations de Dieu. - L’orientaliste: Vos explications sont si éclairantes… je veux discuter maintenant avec vous d’un sujet délicat, souvent objet de critiques sévères dans les sociétés occidentales, que certains de vos érudits s’abstiennent d’aborder. Il porte sur le nombre de femme qu’a eu le prophète. Il Parait qu’elles étaient 11 puis 9 à sa mort. Six parmi ces femmes issues de la tribu de Koraichi, quatre était arabes et une autre, Safiyatou était de la descendante des israélites. Selon un hadith, le prophète aurait fait cet aveu: (Il est arrivé que je n’aime dans votre monde que trois choses: le parfum, la femme mais ce que j’aime le plus c’est la prière). Ce hadith est en contradiction avec vos explications sur la grande sagesse de la polygamie selon l’islam. Généralement, on qualifie de frivoles les hommes qui ont une obsession pour les femmes. Ils sont traités «de coureurs de jupon», alors pourquoi votre prophète s’est marié avec ce grand nombre de femme? Et quelle est la crédibilité du hadith que je viens de citer?
  14. 14. - L’érudit: Le noble prophète était très fidèle à sa femme Khadija. Les mariages qui interviennent après sa mort (elle avait alors 65ans) ne sont pas des mariages d’amour. Le prophète va prendre d’autres épouses pour des raisons purement philanthropiques. Rappelons au passage que le vrai musulman n’a pas à courir derrière les plaisirs corporels car la première occupation de son cœur est l’amour de son Seigneur. Le prophète se mariait avec les femmes pour les guider vers la bonne voie et pour les rendre heureuses ici-bas et dans l’au-delà. Le prophète est le grand maitre de ceux qui prônent l’humanisme et la clémence. Il a mené toute sa vie dans la lutte pour sauver l’humanité. Les motivations premières de ses actes étaient de plaire à son Seigneur. Le prophète avait un cœur pur qui ne le prédisposait qu’aux actes nobles. Il est resté aussi pur que la neige et noble dans ses actes durant toute sa vie. Il n’a jamais contracté d’union sans l’ordre de Dieu. Ses mariages s’inscrivaient dans le cadre des stratégies de propagande islamique. Certains ont pu éviter à la communauté l’effusion de sang. Les liens de parenté par gendre ont souvent beaucoup d’impact dans les sociétés tribales. Le mot gendre en arabe (Al-moussaharah) signifie littéralement s’allier à ou s’apparenter à. Vous constaterez que les mariages de raison sont une pratique courante dans les royautés. Il peut s’agir de relation matrimoniale entre des familles amies ou ennemies ou de mariages exogamiques (les époux ne sont pas de la même tribu) dont les motivations sont essentiellement stratégiques. L’histoire de l’expansion de l’islam dans ce qu’on nomme aujourd’hui le monde arabo-musulman, abondent de ce type d’union qui, à défaut de souder les peuples, les empêchent de tomber dans les conflits armés et meurtriers. Les mongoles,
  15. 15. souvenez-vous, avait injustement envahi les pays musulmans et chrétiens, sauf l’Egypte. En solidarité à Maria la copte, l’épouse du prophète, les égyptiens se sont levés pour défendre l’islam contre cette expédition barbare et ce, au moment où tout le monde avait perdu espoir. Ils ont âprement combattu les mongoles et les tatars après la chute des armées syriennes, Iraquiennes et de l’ensemble du monde islamique. Toute l’Egypte en coalition avec Jaahir Biris et Qataj s’y est engagée, hommes et femmes, chacun selon ses moyens. Il était arrivé à des égyptiennes de vendre leurs bijoux pour venir en aide à l’armée qui faisait face à l’ennemi. L’avancée des troupes mongoles sera ainsi stoppée par les compatriotes de Maria. N’eût été l’intervention égyptienne, le monde musulman aurait sans doute fini entre les mains des mécréants mongoles. Vous comprenez combien salutaire a été le mariage du prophète avec la femme égyptienne chrétienne. Il a pu mettre la communauté à l’abri de l’effusion de sang et du déshonneur pour les tribus arabes. Il a favorisé la poursuite de l’expansion de l’islam. Mais avant, le mariage du prophète avec cette chrétienne copte a amélioré les relations entre musulmans et chrétiens tout autant que l’union avec les juives Safiyatou et Raihana ont consolidé les liens avec les tribus juives et leurs chefs qui vivaient alors dans la péninsule arabe et pas toujours en bonne intelligence avec leurs voisins arabes. Les mariages du prophète ont largement contribué au rayonnement de la foi comme ce fut au temps de David et de Salamon. Le prophète (pbsl) était en effet une grâce pour le monde entier. Les épouses du prophète (pbsl) étaient quant à elles des relais du message prophétique notamment dans l’univers des femmes. Elles étaient préparées par le Messager pour être des guides, des
  16. 16. apôtres, «des propagandistes » bref pour faire la Da’awa auprès des femmes (appel à la foi en DIEU). Le foyer du prophète était l’école d’où sortaient les formateurs, hommes et femmes dont la mission était la propagation de l’islam à travers toutes les contrées du monde. Le message porté par le prophète a ainsi été entendu bien loin de Médine ou de la Mecque. L’action de ses femmes a été capitale dans la diffusion de l’islam. Trois d’entre elles, trois de ses bienheureuses épouses rendront l’âme en cours de mission, en Syrie, éloignée de la terre de Médina (Oumou Salama, Oumou Habiba, et Hafza). Elles sont venues dans la terre de Cham (Syrie) après sa conquête pour appeler les femmes syriennes à embrasser l’islam. Elles l’ont fait jusqu’au dernier souffle de leur vie (que Dieu leur accorde sa miséricorde). Cette période bénie qui connu l’islamisation du plus du quart de la population de Damas sera considérée comme l’âge d’or de la propagande islamique. Pour revenir à la vie conjugale du prophète, (pbsl) j’insiste sur le fait qu’il ne s’est jamais marié, au printemps de sa vie, qu’avec une seule femme, la vertueuse Khadija qui était de 15 ans son ainée. Malgré cet écart, il n’a pas contracté un autre mariage de son vivant et leur vie conjugale était des plus harmonieuses. Le prophète a été un mari exemplaire, un parfait modèle de fidélité et d’honnêteté. Il n’a jamais serré la main d’une autre femme pour la salutation. Dieu a gardé son âme pure depuis la période d’avant la Révélation. Les femmes qu’il épouse après la mort de Khadija répondent à un besoin stratégiques à savoir unir les nations et les peuples pour qu’ils vivent ensemble dans la voie du salut.
  17. 17. Prends donc désormais connaissance des femmes du prophète (paix et bénédiction d’Allah sur lui, sur ses épouses et ses compagnons): 1-Khadija bint khouwailid. Elle s’est mariée avec le prophète (pbsl) avant la Révélation. Elle avait alors 40 ans et le prophète 25. Il n’a contracté d’autres mariages qu’après sa mort. Le prophète était alors âgé de 50 ans. 2-Sawda bint jam’a: Elle n’était ni belle, ni jeune, ni riche, ni issue d’une grande famille. A priori, rien en elle ne pouvait attirer le prophète. Rien ne présageait une union avec Sawda, mais il l’épousera après la mort de son mari survenue en Ethiopie pendant l’exil des musulmans. Ne pouvant retourner à la Mecque dans sa famille mécréante très hostile à l’islam, elle était restée seule dans ce pays éloigné. Que fallait faire le prophète? Ce mariage était juste un geste humain. 3-Aïchatou bint Aboubakar, le prophète a épousé la fille de Aboubakar pour consolider leur relation politique et amicale avec celui qui deviendra le premier calife à la tête de la communauté. Cette parenté par le mariage a consolidé la confiance entre Aboubakar et le Messager d’Allah. Dieu dit dans le coran: « Cramponnez-vous tous au câble d’Allah et ne soyez pas divisés » S. 3: 102. Le prophète est le câble de Dieu qui nous tire vers le bien et sa lumière qui nous montre le chemin du bonheur. 4-Hafza bint Omar, les motivations du mariage avec Hafza fille de Omar, sont également du même ordre que le précédent. Omar sera le deuxième calife après Aboubakar. 5- Zaïnab bint Khoujaima, elle était la femme de Aubayd ibn Hâriç mort en martyr le jour de Badar. Le prophète l’a épousé
  18. 18. pour compenser le vide crée par la disparition de son mari. En ce moment, sa famille est toujours hostile à l’islam. Ce mariage malheureusement ne durera. Zaïnab meurt deux mois seulement après. 6- Oumou salama, Elle perd son mari pendant la guerre d’Ouhoud. Une fois passée le délai de viduité (4 mois 10 jours après la mort du mari), le prophète se propose de l’épouser. Elle émit des réserves du fait du grand nombre de ses enfants et de son âge très avancé. Le prophète pris l’engagement de veiller sur ses enfants. La ¨cause des orphelins, leur prise en charge est en réalité le fondement de ce lien. C’est ce qu’explique ce verset: « …et si vous craignez de n’être pas juste envers les orphelins, il est permis d’épouser deux, trois ou quatre femmes qui vous plaisent ». sourate 4:3. 7- Zaïnab bint Jahche, elle était issue d’une famille de rang très élevé dans la péninsule arabique. Sur proposition du prophète, elle épouse Zaïd ibn Hariç, son esclave affranchi devenu son fils adoptif. Le prophète voulait mettre un terme aux discriminations que subissaient les enfants adoptés. La société arabe était minée par la discrimination. En toute circonstance, il fallait faire la distinction entre les arabes de souche et les autres or un arabe n’est meilleur qu’une autre personne que par la piété et vis versa. On avait peu de considération pour les esclaves affranchis. Le préjudice subi était tel que ceux-ci perdaient leur nom de famille. A la suite du divorce de Zaïd et Zaïnab, DIEU ordonna au prophète de se marier avec cette femme question de renverser les préjugés entretenus au sujet des enfants adoptés. Dieu dit dans le coran: « Puis quand Zaïd eut cessé toute relation avec elle, Nous te la fîmes épouser, afin qu’il n’y ait aucun empêchement pour
  19. 19. les croyants d’épouser les femmes de leurs fils adoptifs (esclaves affranchis) quand ceux-ci cessent toute relation avec elle, le commandement d’Allah doit être exécuté »S.33:37. 8-Jouairia, bint Khâriçe Moustalaq, son mariage avec le prophète a provoqué la conversion de sa tribu Bani-moustalaq jadis ennemi des musulmans. Lorsque son père, chef de cette tribu est informé de la nouvelle du mariage de sa fille avec le prophète (elle était parmi les prisonnières de la guerre), il se senti honoré. Il ira sans tarder se convertir et suivre le prophète en disant: « il n’y a pas une fille de la tribu bénie à partir d’aujourd’hui plus que ma fille ». 9- Maria cobtia (Maria la copte), elle faisait parti des « offres » donnés au prophète par le Roi d’Egypte Moukhawkiss. Esclave au départ, Maria la copte deviendra l’épouse du prophète. Elle était digne d’être parmi celles qui vont répandre le message de l’islam. Cette alliance a produit des fruits. Ce sont les beaux-frères, belles-sœurs, beaux- pères et belles- mères du prophète qui vont contrer les Tatars. Grâce à ce mariage, l’Egypte, pays chrétiens par le passé se convertit à islam peu à peu au fil du temps. 10- Safiétou bint Souf-yane, chef de la tribu Ahtab. Elle était de la descendance du prophète Moïse et pour cela, il fallait lui éviter d’épouser un mécréant. L’homme n’a de valeur qu’avec la foi. 11- Raihana bint Houraija, elle était avec Safiétou parmi les captives ramenées sur le champ de bataille contre les mécréants. Elle se convertit par son propre gré. Le prophète l’affranchit et
  20. 20. la prit pour épouse. Il s’en suivra un renforcement des relations avec les chefs juifs et leur peuple. 12- Oumou Habiba bint d’Abou-Soufyane: Elle est la raison de la conversion de son père, le chef des Qouraiches, à l’islam. Jusque-là, il comptait parmi les meilleurs ennemis de cette religion. Ce mariage a sauvé le sang des Qouraiches avant leur rentrée dans l’islam « Ô prophète! Nous t’avons rendu licite tes épouses que tu as dotées et les captives qu’Allah t’a accordées au titre de butin de guerre, comme Nous te permettons d’épouser les filles de ton oncle paternel, les filles de tes tantes paternelles, les filles de ton oncle maternel, et les filles de tes tantes maternelles, - celles qui avaient émigré en ta compagnie, - ainsi que toute femme croyante si elle fait don de sa personne au prophète, pourvu que le prophète consente à se marier avec elle: c’est là un privilège qui t’est accordé, à l’exclusion des autres croyants. Nous connaissons les règles que Nous leur avons prescrites au sujet de leurs épouses et de leurs esclaves, et ce afin qu’aucun tort (ni grief) ne te soit fait. Allah est Indulgent et Miséricordieux. Tu es libre de faire attendre qui tu veux d’entre elles (épouses), et tu héberge chez toi qui tu veux puis il t’est fait aucun grief si tu invites chez toi l’une de celle que tu avais écarté. Cela est de nature à les consoler, à leur épargner la tristesse et à les rendre toutes heureuses des faveurs que tu pourras leur accorder ; Allah lit réellement dans vos cœurs et Allah est Omniscient et Compatissant. Il ne t’est plus permis désormais de prendre d’autres femmes, ni de changer d’épouses, même si leur beauté te plait, à l’exception des esclaves que tu possèdes. Rien n’échappe à la vigilance d’Allah » S.33:50-52
  21. 21. Ces versets expliquent clairement que le prophète ne se mariait que sur ordre de Dieu ou avec son accord. Le Seigneur ne veut que le salut et le bonheur de ses créatures ici-bas et dans l’au- delà. Il n’y a aucun intérêt à ce que les gens s’entretuent. Toutes les créatures sont créées par Dieu et celui que Dieu aime le plus est celui qui est le plus utile pour ses créatures. Le prophète est l’ami choisi de son Seigneur étant donné qu’il est l’homme le plus utile pour les créatures de Dieu. Cela dit, ces mariages du prophète étaient consentis au profit des hommes de son époque et des générations qui vont suivre. Son intention était de former dans son école des guides, des formatrices. Aussi appréciait-il davantage la vivacité d’esprit chez les femmes, qualité indispensable pour pratiquer l’appel vers Dieu. La transmission des enseignements prophétiques à leurs camarades nécessitaient en effet cette aptitude. On trouve dans le verset 52 de la sourate 33 (al Ahzab) l’interdiction faite au prophète de se remarier une nouvelle fois or Dieu lui avait donné auparavant carte blanche afin qu’il se marie à sa guise. Dieu, Celui qui connait tout, qui connait le délai des termes, savait que l’heure du prophète est proche raison pour laquelle il ne souhaitait pas une nouvelle alliance qui selon Son plan ne devrait pas faire long feu. En fait, le temps qu’il restait au prophète sur terre était insuffisant pour pouvoir assurer une formation efficace à une nouvelle épouse. « Il ne t’est plus permis désormais de prendre d’autres femmes, ni de changer d’épouses, même si leur beauté te plait … » La beauté dont il est question ici n’est pas celle du corps. Il s’agit de la chasteté et de la pureté de l’âme. Chez la femme, le prophète n’appréciait que la pureté du cœur et la vivacité de
  22. 22. l’esprit, des qualités qui d’après lui pouvaient faire d’elle des guides spirituelles performantes. Comme il a été dit précédemment, le prophète s’est remarié deux ans après la mort de Khadîdja, soit à l’âge de 52 ans. Il s’est marié de plusieurs femmes mais ces mariages avaient une fin politico-humanitaire. Il avait pour but de faire triompher la vérité. Et ce n’est pas ce que traduit ce hadith falsifié au sujet de l’Envoyer de d’Allah. « Je n’aime dans votre monde que trois choses: le parfum, la femme mais.» Ceci n’est que la parole des comploteurs qui ont cherché à détruire sa noble réputation, la réputation de l’homme le plus noble des créatures de Dieu. Ils ont cité la « prière » que le prophète aimait beaucoup dans ce hadith pour faire diversion et faire accepter aux gens non instruits ce mensonge grossier. Le Messager d’Allah ne mérite pas cette posture. Le prophète n’était passionné que de son Seigneur, il aimait se mettre en retrait, dans un lieu éloigné qui s’appelle Hira pour se consacrer à son amour sublime, Allah. Les khouraiches finiront par dire: « Mohammad est tombé amoureux de son Seigneur ». La vérité en est que le prophète était loin d’être captivé par les femmes, par contre son amour illimité envers Dieu n’a jamais été ébranlé. Il disait dans ses serments: « je jure par celui qui détient mon âme par sa main ». Son cœur était avec Dieu pas avec les femmes contrairement aux propos ordurier de ceux qui tentent de nous faire avaler le hadith satanique. Le prophète est une grâce pour l’univers tout entier. Sa grâce était partagée avec toutes les créatures et pas seulement avec les femmes sans les hommes ou avec les êtres humains sans les djinns et les animaux. Il aimait toutes les créatures du monde.
  23. 23. Retenez donc cher monsieur que ce hadith n’est pas crédible, il est faux donc ne peut être prouvé. -L’orientaliste: Cher frère musulman, maintenant je suis édifié sur la question de la polygamie. Tout est clair désormais. J’ai compris et approuvé le sens de la polygamie institué par l’islam. Vos explications sont une lumière qui doit éclairer tous ceux qui voit en islam une religion rétrograde. Cette image est erronée. Cette religion est régie par des lois cohérentes, des règles qui guident l’âme vers le Bien. Son Eminence Mohammad Amin Sheikho vous avez toutes les raisons de ne considérer que ce qui est conforme au Kur-ân (Coran).Vous avez déconstruit l’image barbare que certains ignorants ont de votre religion. Certains musulmans suivent hélas aveuglement les malfaiteurs qui n’ont aucune croyance en Dieu et qui complotent contre l’islam.
  24. 24. Pourquoi l’islam permet-il le divorce? - L’orientaliste: La séparation entre les époux unis par le mariage est admis dans votre religion. Je m’en étonne. Il ne me paraît pas juste qu’une femme qui a laissé sa famille et s’est engagée auprès d’un homme soit répudiée du jour au lendemain. Celui-ci a le droit de le mettre à la porte après avoir usé de sa beauté et de sa jeunesse? Il est pourtant affirmé dans un hadith que « l’acte permis le plus détesté par Dieu est le divorce » alors quel est votre avis sur la séparation d’une union considéré comme sacré? - L’érudit: Que faites-vous si vous avez à choisir entre deux situations désagréables? Entre le mal et le pire, on choisit le mal. De deux maux, on ne peut choisir que le moindre. Imaginons le cas d’un homme qui aime une femme pour sa beauté et sa gentillesse, quelques temps après le mariage, on s’aperçoit que leurs tempéraments, leurs comportements, leurs mœurs sont totalement incompatibles tandis que leurs ambitions s’opposent radicalement. Plus grave, le foyer est transformé en un ring où se « battent » inlassablement les époux, où la rudesse chasse l’affection, où la dissension prend la place de la tendresse, où la relation charnelle n’a point d’appétit. Les conjoints donnent l’air d’être plutôt des adversaires que des amoureux. Dans ce type de foyer sans amour, il n’y a aucun espoir de paix entre les époux. Si à défaut du bonheur espéré, le mariage devient un enfer, la résiliation du contrat de mariage apparait alors comme ce qui y a de meilleur pour les parties. Insister à vouloir vivre sous le même toit peut devenir un réel risque pour la famille. Le mari va commencer à fuir la maison pour s’épanouir ailleurs, peu importe pour lui que la voie qu’il emprunte soit licite ou non. Quand la femme sera au courant des
  25. 25. manigances de son mari, elle va chercher elle aussi à aller voir ailleurs. Tout cela pour quel résultat? Il n’est pas nécessaire, en tout état de cause d’obliger des partenaires à vivre une relation où tout est contrainte. Il est logiquement inacceptable d’obliger des gens qui se détestent à vivre sous un même toit, à contre cœur. Ce qui est nettement meilleur est que chacun d’eux cherche un autre conjoint qui lui convient pour le rendre heureux. La contrainte est rejetée par les hommes d’esprits et par tous les pays civilisés. Dieu n’oblige pas ses serviteurs à vivre dans la contrainte. Après le constat d’une vie paisible impossible, il n’y a pas d’autre alternative que le divorce, acte désagréable mais nécessaire en cas d’absence de solution. - L’orientaliste: merci de m’éclairer encore. Je suis du genre à accepter la vérité quelqu’en soit la provenance. Je déteste l'hypocrisie. Ce que vous dites est si plein de bon sens… Un foyer sans amour ni paix est un gâchis et peut être un désastre pour les enfants à qui les parents imposent de façon permanente une atmosphère détestable, marquée par la haine et les querelles. Je suis, dans de pareil cas, d’accord pour le divorce. Je le trouve même obligatoire. La vérité mérite d'être suivie. L’interdiction absolue du divorce dans la religion chrétienne mérite d’être revue. J’ai néanmoins une autre préoccupation quant à la manière de divorcer en rapport avec les valeurs qui sont les vautres. - L’érudit: De quoi parlez-vous concrètement? - L’orientaliste: la manière de divorcer ne reflète pas à mon sens les valeurs sublimes de l’islam, les intérêts de la femme ne comptent pas… en plus tout se fait de façon cavalière et à son détriment. Déjà, dans les esprits, elle ne vaut pas plus qu’une
  26. 26. chose exploitable dont on peut s’en débarrasser après usage. Je crois savoir que chez vous, la séparation est verbale, on prononce juste trois fois cette phrase: « je divorce » et c’est terminé. Le mariage est dissout, la partenaire d’hier peut s’en aller où elle veut. La famille disloquée encourt le risque d’une existence difficile. Les enfants payent presque toujours les frais de la cassure. Le divorce ne semble pas être régi par une loi. Il y a à déplorer le fait que chez vous, le cheval ait plus de considération que la femme. Voyez-vous, si un propriétaire veut vendre son cheval pour s’en débarrasser, la loi l’oblige à rédiger un acte de vente qui porte le prix et la signature de deux témoins sinon le nouveau propriétaire est considéré comme un voleur. Ce processus s’applique dans le cas d’un animal pourtant, dans la société musulmane, on n’est beaucoup moins exigeant lorsqu’il s’agit d’une femme, créature honorée par Dieu. Elle est traitée au rabais simplement parce qu’elle est femme. Devant Dieu, la différence qui compte porte sur les bonnes œuvres. Mesurez-vous l’impact de ce vocable ignoble, Talâq (divorce). - L’érudit: cher frère de l’occident, il y a aucune personne (aussi stupide soit-elle) qui peut accepter la pratique de ce genre de divorce. Avant de vous répondre, pouvez-vous me rassurer que ce que vous décrivez quant à la méthode de la répudiation relève de l’islam Est-ce ce que vous avez lu dans le Saint Coran? - L’orientaliste: Je ne suis pas un expert de l’islam, j’en ai juste quelques connaissances par contre, j’observe avec attention ce qui se passe autour de moi? J’observe ce que font les musulmans, je constate que vos imams ou alors certains d’entre eux ont adopté cette façon de faire. Si je me suis trompé, je m'en excuse.
  27. 27. - L’érudit: Alors, acceptez-vous la parole du créateur qui se trouve dans le Coran ou préférez-vous vous contenter des paroles de ses créatures? - L’orientaliste: Je suis évidemment intéressé par ce qui est mentionnée dans votre livre sacré, le Coran. - L’érudit musulman: Eh bien, prêtez-moi vos oreilles, je vais vous donner la stricte prescription divine sur le divorce. D’abord, nous partons de ce postulat: le Coran est notre guide, il n’y a point de polémique autour de ses versets. Comme le mariage, le divorce est l’aboutissement d’un processus qui passe par plusieurs étapes. Pour qu’un mariage contracté en bonne et dû forme soit déclaré dissout, il faut bien plus que cette simple déclaration: « je divorce ». Il y a des règles à suivre. Lorsque la mésentente entre le mari et la femme persiste et prend une certaine ampleur (l’épouse par exemple ne répond plus aux recommandations divines comme la satisfaction des besoins sexuels et que cela devient insupportable), Dieu recommande de suivre ces quatre étapes du divorce: 1-donner de bons conseils à sa femme. 2-s’éloigner de son lit. 3-appliquer des blâmes légères ou corrigez-les. 4- solliciter l’arbitrage des deux familles, celles de l’époux et de l’épouse Si au bout de cette démarche, les époux ne s’accordent toujours pas, on peut recourir à la répudiation. Il existe à ce niveau encore une possibilité de retourner au domicile dans le cas où la femme consent à revivre avec son mari. Toutes ces étapes, longues par ailleurs, permet à la femme
  28. 28. de revenir à de meilleurs sentiments c’est-à dire à accepter de se soumettre à son mari afin de retrouver le bonheur d’ici-bas et dans l’au-delà. Si aucun changement n’est observé alors la répudiation devient une nécessité. Dieu, le Tout-Puissant dit: [Les hommes ont la charge et la direction des femmes, en raison des avantages qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils effectuent pour assurer leur entretien. Les épouses vertueuses demeurent fidèles à leurs maris pendant l'absence et préservent leur honneur, conformément à l’ordre qu’Allah a prescrit. Quant à celles dont vous craignez la désobéissance….] S.4: 34 [..exhortez-les] S.4: 34 « Rappelez-leur, la mort, l'au-delà, la récompense des vertueux, l’importance de pratiquer de bonnes œuvres, le paradis » …. Si cela ne marche pas, vous passez à la deuxième étape: l'éloignement. Dieu le Tout-Puissant dit: [.. ignorez-les dans votre lit conjugal...] S.4: 34 C'est-à-dire lui tourner le dos au lit pour manifester votre colère mais avoir néanmoins à son égard un comportement décent. La durée maximale de cette période suspensive de l’acte sexuel est de quatre mois. Dieu dit: [Pour ceux qui font le serment de se priver de leurs femmes, il y a un délai d’attente de quatre mois.] S.2: 226 C’est la période maximale de sa patience. Elle ne peut pas supporter plus de quatre mois parce qu’elle a le droit aux désirs sexuels …Si cet étape est sans effet, on passe au troisième stade qui consiste à la frapper – doucement- Dieu dit: [..et corrigez-les]Al Nisa 34
  29. 29. Attention! Il s’agit d’une correction légère (qui ne doit provoquer aucuns dégât corporels)ou blâme qui invite simplement la femme à prendre la mesure de la détermination du mari. A ce niveau, si elle éprouve encore le moindre amour pour son mari, elle va changer de comportement. S’agissant de ce verset, il est important de souligner que d’une manière générale, l'islam interdit strictement de frapper un être humain, excepté ce cas particulier. Si les frappes légères ou blâmes n’entrainent pas de changement, il faut en déduire que la femme ne veut plus rester avec le mari. En revanche, si la situation se normalise et que renaisse à nouveau l’amour comme dit le coran: […Mais dès qu’elles redeviennent raisonnables, ne leur cherchez plus querelle.] S.4: 34 En effet quand elle change de comportement et accepte de suivre son mari alors le processus du divorce doit être arrêté. Dans le cas contraire, on passe à la quatrième étape. Dieu le Tout-Puissant dit: [Si vous craignez le désaccord entre les deux époux..] S.4: 35 C'est-à-dire si la famille de la femme redoute une séparation. [..Envoyez alors un arbitre de sa famille à lui et un arbitre de sa famille à elle. Si les deux veulent la réconciliation, Allah rétablira l'entente entre eux. Allah est certes, Omniscient et Parfaitement Connaisseur] S.4: 35 Les deux juges tenteront de susciter la réconciliation pour éviter la séparation. -L’orientaliste: permettez-moi de vous interrompre pour vous dire ma satisfaction. La clarté de vos propos est si évidente mais
  30. 30. alors sur quel texte se fondent vos religieux pour prononcer verbalement le divorce. - L’érudit: Cette méthode n’est mentionnée nulle part dans le livre de Dieu. Il s’agit d’une pratique innovante sans relation avec l’islam sachez que seule la parole de Dieu est véridique. -L’orientaliste: Ces religieux font malheureusement croire que le prophète est leur seul référence. - L’érudit: Le prophète Mohammad est le Messager d'Allah, il est son ambassadeur sur terre. Il a porté aux hommes le message de Dieu et s’est employé à le leur expliquer. La transmission de la Révélation fut sa mission. Dieu dit dans la sourate Younous (Jonas): [..Dis: il ne m’appartient pas de le changer de ma propre initiative. Je ne fais que suivre ce qui m’est révélé…]S.10:15 ici, est une particule de restriction en grammaire arabe. Cela signifie que le prophète n’ajoute, ni ne modifie rien de son propre gré sur les paroles de son Seigneur. Revenons au divorce pour rappeler cette parole d’Allah. [Ô Prophète! Quand vous répudiez les femmes, répudiez-les en respectant leur délai de viduité, dont vous compterez les jours avec soin.. ] S.65:1 Il s’agit de la période d'abandon qui fait parti des conditions à remplir pour conclure un divorce. L’abandon concerne l’intimité, l’homme doit s’abstenir de faire des rapports sexuels avec la femme pendant quatre mois même si l’obligation lui est faite par Allah de la traiter décemment soit vous la gardez dans
  31. 31. des conditions raisonnables ou la laissez dans des meilleures conditions [..Et s’ils reviennent (de leur serment) celui-ci sera annulé]S.2:226 Si les deux parties sont tombées d’accord de revivre dans la paix. [..Allah est certes Pardonneur et Miséricordieux] S.2: 226 [Mais s’ils se décident au divorce, (celui-ci devient exécutoire) car Allah est certes Audient et Omniscient]S.2: 227 Cette parole de Dieu est bel et bien à l’opposé de ce que vous nommez « prononciation verbale ». Un divorce ne peut être confondu à un rejet. Tant qu’il ne respecte pas les étapes sus- cités, il n’est pas agrée par Dieu. Il n’y a pas de divorce sauf si ces règles (les 4 étapes) sont respectées. Quand bien même, on jurerait en prononçant le divorce, il faut réparer le parjure par l’expiation c’est à dire nourrir une dizaine de personnes selon ses moyens. La parole de Dieu doit être au dessus de toute autre parole. En résumé le divorce passe par 4 étapes que sont: le conseil, l’éloignement, le blâme, la consultation des deux familles. - L’orientaliste: Ce sujet est passionnant. Il met une fois encore en lumière la capacité de l’homme à prendre ses désirs pour la parole de Dieu. … - L’érudit: Ceux qui jettent l’opprobre sur notre religion gagneraient à la connaître, à connaître ses préceptes et ses valeurs. Le divorce, vous en doutez, ne marque pas encore la fin. Car Dieu dit:
  32. 32. [Et les femmes divorcées doivent observer un délai d’attente de trois périodes menstruelles…]S.2: 228 L’épouse doit en effet séjourner dans la maison de son mari trois cycles menstruels. […et il ne leur est pas permis de taire ce qu’Allah a créé dans leurs ventres, si elles croient en Allah et au jour dernier] S.2: 228 Il doit abandonner sa femme quatre mois pendant le processus de divorce comme on l’a déjà démontré, puis il reste avec elle après le divorce dans son propre domicile trois mois (les trois cycles menstruels -), ces deux états font à peine sept mois de rupture (quatre mois dans le mariage et trois mois après le divorce). Elle doit être bien traitée durant cette rupture, seul le contact sexuel est privé durant cette période de cohabitation. Ainsi au cas où elle serait enceinte on se rendra compte subitement de son état et elle ne pourra pas nier sa grossesse pour éviter son séjour dans le domicile conjugal. Parce que la période du délai de viduité (période d’attente avant de se marier avec un autre homme) et dans ce cas le délai de viduité doit s’allonger jusqu’à l’accouchement de l’enfant du mari. Lorsque la grossesse apparait peut être les deux conjoints vont réfléchir sur le sort de l'enfant. Ainsi il est probable que la femme revienne à la raison et que le mari annule le divorce. C’est cela que Dieu prévoit dans toute cette longue procédure. [..Et leurs époux seront plus en droit de les reprendre pendant cette période, s’ils veulent la réconciliation] S.2: 228 Le mari a plus le droit de reprendre la femme qu’un autre homme à cause de l’enfant qu’ils ont eu ensemble pendant toute la durée des trois menstrues.
  33. 33. [..Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance] S.2: 228 Elle doit être traitée pendant cette période du délai de viduité comme épouse. Le mari peut la reprendre si elle consent à revivre avec lui, si c’est le cas, ils continuent à vivre normalement comme par le passé. Dieu a bien précisé dans le coran qu’on ne doit pas chasser la femme divorcée du domicile conjugal durant la période du délai de viduité. Le juge doit superviser l’exécution de cette instruction afin qu’elle s’opère conformément à l’ordre de Dieu. [Tu ne sais pas si d’ici là Allah ne suscitera pas quelques chose de nouveau]S.65:1 Peut-être pendant le séjour dans la maison de son mari, elle peut changer d’avis. Eu égard au traitement humain dont elle a fait l’objet pendant la période de viduité de la part d’un mari qui craint Dieu, elle peut réviser sa position et opter pour la réconciliation. - L’orientaliste: En islam un couple divorcé peut annuler le divorce et se réconcilier de nouveau pour essayer de construire une nouvelle vie conjugale harmonieuse. Mais si la femme récidive pourra-t-on la répudier une fois de plus et la récupérer une deuxième, une troisième, une quatrième, une cinquième fois? - L’érudit: Trois répétitions sont assez à l’esprit humain pour comprendre les normes. D’après le Saint Coran, le nombre de divorce est légalement fixé à trois. Après trois divorces, il n’est plus permis de se réconcilier avec sa femme, la réconciliation devient impossible. Certains hommes, alternant divorce et réconciliation, s’installent dans l’instabilité. Pendant ce temps naissent des enfants qui vont
  34. 34. en subir les conséquences. Il vaut mieux alors mettre fin à cette navette. En islam, après trois divorces, la réconciliation n’est plus possible exception faite dans deux cas: si l’épouse divorcée s’est remariée avec un autre homme qui décède ou la répudie. Après le divorce avec le deuxième mari, elle peut choisir entre les deux avec lequel, elle doit se remarier. Elle peut retourner avec le premier s’ils pensent ensemble que cela est mieux pour eux. Toute chose à des limites. Dieu le Très -Haut dit: [La répudiation est permis pour seulement deux fois. Alors, c’est soit la reprise conformément à la bienséance, ou la libération avec gentillesse]S.2:229 Il est possible de reprendre la femme après le premier divorce comme aussi après le deuxième divorce tout en respectant les normes. [Et il ne vous est pas permis de reprendre quoi que ce soit de ce que vous leur avez donné, - à moins que tous deux ne craignent de ne point pouvoir se conformer à l’ordre imposés par Allah. Si donc vous craignez que tous deux ne puissent se conformer aux ordres d’Allah. ]S.2: 229 Pendant la période du délai de viduité qu’elle reste dans la maison de son mari, s’il survient un différend encore et qu’elle ne veut plus rester avec lui ou qu’elle craigne de commettre l’interdit de même que son mari, elle peut donner une rançon pour se libérer ou « si elle veut se marier avec un autre homme » (s’il divorce) encore une troisième fois après les deux réconciliations [S’il divorce avec elle (la troisième fois) alors elle ne lui sera plus licite tant qu’elle n’aura pas épousé un autre. Et si ce
  35. 35. (dernier)].le deuxième époux…[ la répudie alors les deux ne commettent aucun péché en reprenant la vie commune]S.2:230 Les deux conditions indispensables du mariage: 1- l’intention de rester ensemble toute la vie 2- payer la dot à la femme Si on examine les deux conditions indispensables du mariage, on se rendra compte de la nullité du ce qu’on appelle le mariage , « le mariage de l’ânesse », c’est le cas du mari qui a divorcé avec sa femme trois fois qui n’a plus le droit de se réconcilier avec elle, alors, il complote avec un autre homme qui se marie avec elle (son ex-femme avec l’intention de la répudier après un court délai). Quand la femme se marie de façon légitime différemment du mariage que nous venons d’évoquer avec un deuxième mari et qu’elle se sépare à nouveau avec lui conformément aux étapes de procédure de divorce (conseils, éloignement, blâme, deux arbitres), elle va éviter cette fois de commettre les erreurs du passé, elle va donner plus de respect à son mari qu’auparavant, ils vont entreprendre une nouvelle vie meilleure que la précédente. Après le divorce, il n’est pas permis au mari de garder la femme dans le but de la torturer ou d’abuser de sa richesse. Dieu a interdit cet acte ignoble. [Mais ne les retenez pas pour leur faire du tort ; vous transgressez alors et quiconque agit ainsi se fait du tort à lui- même] S.2: 231 Dieu a également interdit de l’empêcher de se remarier avec un autre après le divorce, en essayant de salir sa réputation dans la société.
  36. 36. [ Et quand vous divorcez d’avec vos épouses, et que leur délai expire, alors, ne les empêchez pas de renouer avec leurs époux, s’ils s’agréent l’un l’autre, et conformément à la bienséance. Voilà à quoi est exhorté celui d’entre vous qui croit en Allah et au jour dernier. Ceci est plus décent et plus pur pour vous.] S.2:231 Si après le divorce, vous traitez votre ex-femme de manière digne vous aurez la récompense de Dieu « c’est plus pur » et c’est mieux aussi pour la purification de nos cœurs. [Et Allah sait, alors que vous ne savez pas] S.2:231 La femme divorcée a droit à une pension pour subvenir à ses besoins élémentaires jusqu’à son prochain mariage ou à l'expiration du terme c’est à dire le délai de viduité réglementaire pour ceux qui craignent Dieu. Quiconque contrarie les dispositions divines sera éprouvé par le malheur. Dieu dit: [Que des cités ont refusé avec insolence le commandement de leur Seigneur et de Ses messagers! Nous leur en demandâmes comptes avec sévérité, et les châtiâmes d’un châtiment inouï ]S.65: 8 L'islam est une religion humanitaire, une religion complète qui n’a rien laissé. Tous les recommandations de Dieu sont au compte du bien-être de l’homme et pour que les hommes entretiennent mutuellement des bonnes relations. Les bonnes œuvres seront parfaitement récompensées par Dieu. Ceux qui accompliront de bonnes actions seront contentes de la récompense de leur Seigneur et ceux qui feront le contraire auront aussi le contraire de la récompense.
  37. 37. - L’orientaliste: Merci d’avoir sur la question du divorce, dissiper mes doutes. Toutes les ambigüités sont désormais levées. Louange à Allah, Seigneur de l'Univers
  38. 38. Extrait des écrits de son Eminence humaniste Mohammad Amin Sheikho (que Dieu bénisse son âme) Voici les œuvres de son Eminence l’humaniste Amin Sheikho que Dieu béni son âme. Ses connaissances impressionnantes n’ont laissé aucun domaine qu’il s’agit des sciences divines surtout quand il s’agit du coran ou scientifiques raison pour laquelle il a le respect des érudits comme aussi des intellectuels. En usant ce que Dieu lui offre comme science coranique, il blanchit dans son livre (l’immunité des prophètes) tout ce qui s’oppose à l’intégrité, à la plénitude et à la pureté des prophètes, en même temps explique aussi les grandes œuvres qu’ils sont réalisés en lançant le message de Dieu, ces guides qui ont montré la bonne voie à suivre. il a aussi rejeté particulièrement dans un livre de deux tomes les paroles et les récits qui s’opposent à l’immunité du prophète (PBSL) qui s’appelle: (La réalité du prophète Mohammed (pbsl) se manifeste pendant le vingtième siècle) et dans l’autre livre (L’amour du prophète et la visite de sa tombe: son impact sur l’élévation spirituelle du musulman) - Il a élucidé dans son livre (les secrets des sept versets « Fatiha ») et dans l’autre livre (l’interprétation fidèle du saint coran) la sagesse des versets du coran et tous les prescriptions que Dieu nous recommande, il a donné une explication impressionnante concernant les lettres alphabétiques qui se trouvent au début de certaines sourates qui embarrassent l’esprit de tous les érudits, il a mis en lumière les miracles du sourate Fatiha, le préambule du coran c’est à dire les secrets de sa récitation au début des prières ce qui a fait halte aux érudits et aux élus de Dieu.
  39. 39. - il explique dans son livre (les grandes écoles de la piété, les perles des prescriptions: l’explication des piliers de l’islam) Il déduit dans le saint coran les heures et la sagesse qu’on peut tirer dans les cinq prières et le secret de se diriger vers le Kaaba (Mecque). Par la même occasion il déduit le pourcentage de la zakat (aumône) à 2,5% dans les versets du coran. Il expose aussi dans ce livre la notion du Tahwa (piété) et comment on peut l’acquérir pendant le Ramadan, en même temps il développe le sens de la nuit alhadri (la nuit du destin) et pourquoi le coran est descendu dans cette nuit bénie Il démontre également les secrets du pèlerinage et les sagesses de chaque action du pèlerin à la Mecque. Il indique aussi le chemin de la foi sincère parce que pour lui la croyance ce n’est pas tout simplement de prononcer l’attestation ou reconnaitre l’existence de Dieu mais c’est plutôt prouvé son existence ainsi il donne le sens de: (J’atteste qu’il n’y a point d’autre divinité que dieu) -Il a mis en lumière les énigmes « de la fatalité et de la volonté divine » ces questions qui ont troublé l’esprit des érudits, des philosophes grecques, romains, des Jabrya, des Mouhtajila, les juifs et les chrétiens. il a clarifié sa conception dans les versets: (Dieu pardonne à qui il veut et il châtie qui il veut) sourate 3: 129. Et le verset
  40. 40. (Dieu égare qui il veut et guide qui il veut) sourate les abeilles: 93 Il démontre que ce choix appartient à l’homme qui veut s’engager dans le chemin de la vérité, qui prend la route de la direction morale et qui évite les tentations tout en désirant l’agrément de Dieu, de la vérité et de la religion. Il affirme le libre choix des hommes dans cette vie présente de choisir leur chemin. -il détaille dans son livre (les gigantesques découvertes scientifiques: la réalité effroyable des sept cieux et des six jours) le sens des jours mentionné dans le saint coran concernant le verset (Votre Seigneur, c’est Allah qui a créé les cieux et la terre en six jours puis s’est établi sur le trône) Ah raf: 54 ce verset qui a fourvoyé les savants religieux juifs, chrétiens et même musulmans. Il explique dans ce livre le sens des dix nuits et des sept cieux mentionnés dans le coran -il a démontré de manière logique la louange que mérite l’honneur du prophète dans la sourate Abasa (il s’est renfrogné) quand il s’est renfrogné l’homme des caractères nobles (PBSL) devant l’aveugle Abdoullah ibn Maktoum alors que tous les interprétateurs du coran affirment que le prophète a commis une erreur face à ce aveugle au début de cette sourate, il a également contredit les machinations qu’on a dit et écrit sur le personnage du prophète (PBSL) et il décrit sa vrai personnage pur et intègre.
  41. 41. -Il a commenté dans son livre l’interprétation du parti Amma les sens du dernier parti du coran et la signification du verset: « sur quoi s’interrogent-ils mutuellement » de manière très détaillée, dans son livre (interprétation du parti 30) -Il a décrit dans son livre (l’islam: pourquoi le voile, le divorce et la polygamie) la réalité et la clémence que l’on trouve dans le litige de la polygamie dans les premiers versets de la sourate Nisa. il a dénoué la situation embarrassante de cette affaire et il a renversé toutes les déclarations qui caractérisent l’islam comme une religion de sensualité (avidité sexuelle) en donnant les hommes la permission de se marier jusqu'à quatre femmes sans prendre le verset dans son entier et sans parler le contexte du verset parce que si on regarde bien le contexte du verset on voit qu’on a droit de se marier qu’a une seule femme. Quant à la deuxième, la troisième et la quatrième femme il faut suivre les conditions qui se trouvent au début du verset qui sont totalement négligés par les érudits... il y a une condition qui s’impose si on veut faire la polygamie: la femme doit être veuve avec des enfants orphelins. l’objectif de la polygamie est entièrement humain c’est uniquement pour le soin des veuves et des orphelins afin d’édifier une société juste mais pas pour tirer plaisir chez les femmes comme l’interprète beaucoup de gens et la pratique sans prendre tout le contexte du verset du début jusqu'à la fin; à cause de cela ils sont souillés le nom de l’islam et des musulmans, maintenant au regard de certain notre religion est la religion de la sensualité mais pas une religion de portée humanitaire. - Il a aussi démontré dans le même livre les codes qui concernent le divorce tout en se basant sur le coran, il explique comment on applique ses règles et ses conditions au cas ou
  42. 42. l’épouse viole les droits conjugaux ou si une mésentente se répande entre eux. - Il a donné une explication concernant l’objectif de la création de l’univers par le Seigneur, les causes de la création et la venue de l’homme dans cette terre, il explique aussi la préexistence, la première créature, la prise de la responsabilité (charger de faire le bien et d’éviter le mal) et comment l’homme va à l’encontre de ses responsabilités, il explique la question prodigieuse, pourquoi on nait avec la prophétie? Sur quelle base les prophètes sont prédestinés à être des prophètes avant même leurs naissances? Il a développé de manière étonnant la loyauté de Dieu de façon logique, les raisons de la pauvreté, des maladies, des calvaires, des épreuves et tous ceux qui arrivent à l’homme dans la vie qu’il soit bon ou mauvais. Il a donné la différence qui existe entre l’être et l’âme, la différence entre l’esprit et la pensée en montrant la spécificité de chacun. Il a donné ces explications lors de la conversion en islam du célèbre anglais J.G.Bennett quand il est venu chez lui pour le demander des questions dont il n’arrivait pas à trouver leurs réponses nulle part durant son existence. Cette rencontre était à Damas il lui demanda de grandes questions et tout ce qui tournait dans son esprit concernant l’islam et ses règles: le jeûne, le pèlerinage, l’aumône et la sagesse qu’on peut tirer dans tout cela. Pendant cet entretient le cheikh lui demanda est ce que par votre science vous connaissez la source de cette verre d’eau que vous buvez? G. Bennett lui répond « sa provenance principale c’est l’eau des pluies ». Le cheikh dans sa réplique lui dit: « l’eau des pluies c’est pour les plantes et les animaux » et il lui donne des arguments irrésistibles déduites dans le coran attestant que l’eau des fontaines, des lacs et des fleuves leurs
  43. 43. sources principales n’est pas la pluie qui descend du ciel. Cela était inconnu dans l’occident comme dans l’orient. Il atteste que la source des fontaines et des fleuves est beaucoup plus abondante que les eaux des pluies car leurs véritables sources provienne des deux pôles: pôle nord et pôle sud. Il appuya cette thèse scientifique par plus de trente versets coraniques. C’est étonnant. G.benett après avoir écouté et discuté avec lui se point, déclara sans hésité sa conversion dans l’islam disant: « c’est étonnant cela ne m’est jamais venu à l’esprit durant toute ma vie ». Quand il retourna dans son pays, il professa sa célèbre phrase devant une foule d’homme cultivé et d’intellectuel: « tout ce que nous avons comme science n’est rien par rapport à l’océan de science que j’ai rencontré au moyen orient. » -Il a expliqué dans son livre (l’origine des eaux de source et découverte des secrets de la circoncision) les raisons de la circoncision pour les garçons et les causes de la formation du gland de l’homme depuis qu’il est dans le fœtus, dans le ventre de sa mère et pourquoi on doit l’enlever après la naissance. Personne ne lui devance sur cette découverte que ça soit des médecins modernes ou anciens. -Il a délivré les bêtes en expliquant dans son livre (Dieu est grand: de la pitié pour les bêtes) l’utilité de prononcer le nom de Dieu pendant l’abattage du bétail la phrase: (Dieu est grand) car ces bestiaux lors de l’abattage en entendant ce nom glorieux leur sang bouillonne simultanément, ils sursautent pour rejeter tout le sang qui était dans le corps. C’est ainsi que Dieu nous offre une viande saine, désinfecté et sans bactérie. Dans le cas contraire si on néglige de prononcer le nom de Dieu, les bactéries resteront dans le corps de la bête ce qui peut provoquer des maladies
  44. 44. dangereuses et virulentes quand on consomme ce bétail. Il a déduit tout ce qu’on vient de parler dans les versets du coran. Un groupe de médecin dans le moyen orient, a essayé de vérifier l’authenticité de cette thèse, ils ont fait des testes dans les laboratoires comparant les bestiaux abattus en prononçant le nom de Dieu et les animaux abattus sans prononcer le nom de Dieu. Par conséquent le résultat était conforme à la parole de son Eminence Amin Sheikho « les virus et les bactéries restent dans la chair du bétail abattu sans la prononciation du nom de Dieu » cet information scientifique a était publiée par les radios, les télévisions, par le satellite les agences de presse, les journaux et les magazines pour avertir les gens de ne plus égorger les bestiaux sans prononcer le nom de Dieu. Mais c’est dommage et malheureux beaucoup de gens ne respectent pas ces conseils c’est pourquoi nous sommes exposés aujourd’hui à de nombreuses maladies telle la vache folle, la grippe aviaire, l’épidémie des bétails…c’est ce que le docte, le Cheikh M. Amin Sheikho avait déjà avertit en s’appuyant sur la parole de Dieu: « …et des bêtes sur lesquelles ils ne mentionnent pas le nom d’Allah. Des inventions contre lui! Il les rétribuera pour ce qu’ils sont inventaient comme mensonges » sourate des bestiaux: 138 -Il a redonné vie la sunna du prophète après l’oubli et l’abandon des livres anciens. Dans son livre (le remède étonnante qui guérit les maladies mortelles: le cardiaque, le cancer, la paralysie, la migraine « le hijama une médecine du prophète dans sa nouvelle vision ») Il a chassé les maladies incurables en remettant l’utilisation du hijama (faire la saignée, poseur de ventouse). il a montré la voie à suivre pour que le hijama ne produise plus des effets néfastes sur la santé des pratiquants, il
  45. 45. souligne que le bon hijama doit être: exactement dans la partie du dos entre les deux omoplates, vers la matinée, on doit être à jeun c’est dire on ne doit pas manger avant l’application du hijama, cela doit être aussi pendant la période du printemps quand la lune commence à décroitre c'est-à-dire après le 17eme jour du mois lunaire à cause de son impact effectif par rapport à la terre. Pour vérifier cela un groupe composé de médecin et de professeur dans le moyen orient qui sont presque au nombre de 350 s’est levé pour étudier la thèse qu’il a donné sur le hijama pendant trois années successives. Les résultats ont été approuvés de manière spectaculaire dans le domaine de la médecine. L’intérêt du hijama (la saignée) s’augmente de jour en jour, il est devenu même une préoccupation mondiale à cause de son efficacité, beaucoup de lettres d’encouragements et de gratitudes sont venus partout dans le monde pour appuyer ce mode de remède à cause de son efficacité pour tout le monde pour les musulmans comme pour les non musulmans. Ce programme concernant le hijama aussi a était diffusé par les agences de presses, les télévisions et les magazines, des conférences et des forums ont été organisés à son sujet, les centres médicaux aussi ont parlé de son efficacité sur beaucoup de maladie -Il mit en lumière l’affaire des magiciens, des charlatans et des imposteurs qui coopèrent avec les satans pour nuire les gens par leur magie dans son livre (découverte des secrets de la magie). Il explique clairement leurs manipulations et leurs fantaisies pour faire le charlatanisme. Beaucoup de gens ignorent la réalité du charlatanisme, ils ne savent pas que ces charlatans sont liés avec les satans qui les informent des mystères fausses. La magie est
  46. 46. devenue répandue, aujourd’hui beaucoup de gens se dirigent vers ce phénomène, c’est rare de trouver une maison sans qu’il y est quelqu’un qui est manigancé par le charlatanisme résultat du fait de croire à ces satans, particulièrement aux charlatans qui apparaissent dans les écrans des télévisions qui essayent de les donner des renseignement sur leurs avenirs, leurs travails, leurs relations amoureuses, leurs santés, ainsi les pauvres spectateurs et les participants de ces émissions les croient aveuglement sans savoir que le charlatan est en accord avec son « harine » (son conjoint djinn) qui lui donne ses informations. Dans le même livre il démontre la solution et la voie à suivre pour se délivrer et se soigner de cet affection sans faire recours à quelqu’un d’autre ou au soit disant guérisseur par les versets du coran alors qu’ils n’ont aucune science sur les choses -Il a aussi exposé les deux états de l’homme au moment de rendre l’âme: l’état des hommes vertueux et l’état des malveillants. Comme il commenta aussi l’état après sa mort dans la tombe (barzaq) (intervalle entre la mort et la résurrection) -il a expliqué aussi les versets qui parlent de la balance des œuvres le jour de la résurrection, à ce sujet il confirme que tous les actions de l’homme sont inscrites dans les carnets de son âme et le jour du jugement il verra ses actions en face de lui comme un statut. -Il a expliqué également dans son livre par des preuves logiques (l’interprétation du saint coran) et l’autre (l’interprétation fidèle) que le vrai paradis c’est le regard de la face de son Seigneur sa majesté, le glorieux, et que les autres délices qu’on trouve au paradis ne sont rien comparé avec cette grande délice c’est à dire la vision de la face de Dieu, comme il a aussi expliqué dans son
  47. 47. livre (la réalité sur l’intercession) que l’enfer pendant le jour de la résurrection sera comme un hôpital pour soigner les gens qui avaient le cœur malade (les gens qui ne voulaient pas suivre la vérité, les gens qui n’ont aucun principe moral) dans cette vie présente, les gens qui ont accompli des œuvres dégradantes devant Dieu, ils seront ce jour là dans un état honteux et ignoble. Ils seront honte lors du jugement devant Dieu jusqu'à vouloir rentrer en enfer une bonne fois toute afin de ne plus rester cet état ignoble. Dans ce contexte le prophète dit dans un hadith rapporté par Jabir: . « La honte (œuvre non agréée par dieu) poursuit l’homme le jour de la résurrection constamment jusqu’à ce qu’il dit: Seigneur je préfère rentrer en enfer que de rester avec ce qui me poursuit alors qu’il connait la douleur des châtiments de l’enfer» Ces explications se trouvent aussi dans d’autres de ses livres ainsi que dans ses débats avec Dr Moustafa Mahmoud et Dr Youssouf Qardawi concernant la vérité sur l’intercession, ce sujet qui a fait égarer beaucoup d’érudits qui pensent que l’intercession c’est l’intervention voire l’iniquité parce que pour eux le prophète sortira qui il veut de l’enfer, cette compréhension incite les gens à commettre des péchés en espérant l’intercession le jour du jugement dernier Quant à Cheikh Amin il professe en se basant sur les versets du coran que l’intercession c’est l’alliance, l’accouplement de deux personnes par leurs œuvres comme l’origine du mot l’indique (apparier) faire couple avec. C’est-à-dire la conjonction de l’âme (action) du croyant avec l’âme du prophète afin que nos âmes puissent monter avec son âme (PBSL) pur ensemble
  48. 48. au royaume de Dieu de la même manière qu’avec ses compagnons qui suivaient ses actes et les pratiquaient en même temps que lui. C’est pourquoi ils seront avec lui pendant l’au- delà. Celui qui ne suit pas les actions du prophète dans cette présente vie n’aura jamais l’intercession du prophète le jour du jugement dernier. L’intercession est seulement le vœu de ceux qui veulent perpétrer les actions interdites. Le coran nous avertit que toutes nos actions, petites ou grandes, en secret ou en public seront jugées car c’était devant celui qui voit tout. Ceux qui œuvraient le bien auront le paradis et ceux qui œuvraient le mal auront l’enfer. Le prophète n’a aucun droit sur leur sort, lui (PBSL) sa mission c’est de rappeler et de montrer la bonne voie, il n’a aucun pouvoir sur le sort des hommes ni même de sa propre personne « Dis je ne détiens pour moi rien qui peut me nuire ou me profiter excepté ce qu’Allah veut » S.10: 49 « Le jour où aucune âme ne pourra rien en faveur d’une autre âme. Et ce jour là le commandement sera à Allah » S.82:19 « Et bien quoi, celui contre qui s’avère le décret du châtiment… Est-ce que tu sauves celui qui est dans le feu? » S.39:19 Il a aussi donné des éclaircissements sur la réalité concernant l’expulsion du père de l’humanité Adam au paradis, la cause pour laquelle il a mangé le fruit de l’arbre interdit et dans quel état ils étaient lui et Eve avant de toucher l’arbre. Le cheikh démontre que c’est à cause de son grand amour envers son Seigneur qu’il a oublié la recommandation de Dieu de ne pas toucher l’arbre. Cette scène était l’aménagement de Dieu pour sortir Adam de ce paradis pour lui donné d’autres paradis lui et ses enfants et pour lui avertir aussi que lui et ses enfants, qu’ils ont un ennemi hostile (Satan) qui les guettent partout afin qu’ils
  49. 49. prennent leur précaution sur lui, qu’ils s’engagent d’emprunter la voie de Dieu, cette voie guidée par ses prophètes et d’éviter ses stratagèmes et les actions interdites. -Il a également montré la réalité sur la notion de la foi et le chemin correcte indiqué par le coran et par les prophètes. -Il a expliqué dans son livre (l’explication fidèle) les raisons du grand nombre de récits dans le coran qui parlent de l’histoire des israéliens et leurs discussions sans cesse entre Moise...il déduit dans ces récits que rien ne sert à montré des prodiges ou des choses miraculeuses si l’homme n’est pas disposé a prendre le bon chemin, donc c’est pas nécessaire de montrer aux musulmans à leur tour des miracles comme c’était le cas avec les Israéliens pour les rendre pieux ou de faire la peine de donner beaucoup de preuves irrésistibles. Pour lui ce qui guide l’homme vers la bonne voie, la voie de la vérité, la voie du savoir: c’est l’objectivité de son esprit. -Il a noté les signes du dernier jour et les preuves du retour de Jésus dans le Coran. Ainsi tout ce que nous venons de voir n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan par rapport à ce que cet érudit (savant musulman) l’humaniste a commenté dans ses écrits. Ceci n’est qu’un petit aperçu des œuvres qu’il a offert à l’humanité de sa science coranique car ces pages ne nous permettent pas d’énumérer tout ce qu’il a écrit. Les domaines divers qu’il a traité et ces recherches en est preuve. Beaucoup d’érudits ont fait des compliments et des louanges sur lui à cause de sa connaissance solide du coran et sa façon de faire la déduction sur les versets. Ils ont attesté sa sincérité dans son appel car il mettait tous les paroles venues des érudits sous
  50. 50. l’égide du coran et de la sunna du prophète sans se baser sur les Mazâ-hib (écoles juridiques islamiques) pour ne pas introduire dans son appel islamique les polémiques sans fin des écoles parce que ceux sont ces divergences qui ont éteint la flamme de la religion du prophète. Aujourd’hui les musulmans n’écoutent plus les recommandations du Coran mais ils suivent l’héritage des écoles juridiques raison pour laquelle nous avons maintenant plusieurs communautés religieuses au lieu d’une seule communauté comme c’était auparavant dans l’époque du prophète et de ses compagnons, ils ont laissé la voie de la vérité, le chemin de Dieu pour suivre des groupes religieux et des sectes et chacun d’entre eux se croit le détenteur de la vérité. Ils ont tombé dans la ruse des imposteurs. Pour vérifier cela il faut ouvrir leurs livres, c’est rempli d’erreurs, de polémiques, des fausses interprétations incompatibles avec la sagesse de Dieu et à l’intégrité des prophètes. Le musulman d’aujourd’hui ne sait plus dans quel chemin il droit prendre à cause des divergences des écoles religieuses, des sectes, il est perdu, pire il s’éloigne de la religion et se dirige entièrement vers la vie première sans penser à la vie dernière. Le Dr Moustafa Mahmoud dit en s’adressant d’Amin Sheikho: « le coran a été abandonné avant l’apparition de ce grand savant Mohammad Amin Sheikho. Sa connaissance brille comme une lumière et ses explications sont logiques, je n’ai jamais lu dans ma vie des mots comme ses écrits ». Il a fait un livre sur lui qui s’appelle: (Regards sur les écrits de son Eminence Mohammad Amin Sheikho)
  51. 51. Bref aperçu sur la vie de son Eminence Mohammad Amin Sheikho (que son âme soit béni) (1384-1308) - (1890-1964) Mohammad Amin Sheikho nait en 1308 de l’hégire à Damas. Il est d’une beauté légendaire et la précocité de son intelligence est impressionnante. Ces qualités sont certainement pour beaucoup dans l’immense amour que son père, un commerçant damascène (de Syrie) éprouve pour lui. Amin Sheikho est un enfant plein de gaité, sa personnalité influencent fortement ses parents qui prennent spécialement soin de lui et le couvre de tendresse. Il n’en profite pas pour longtemps malheureusement. Son père décède de suite d’une longue maladie. Cette disparition affecte gravement le petit Sheikho qui n’a alors que sept ans. Malgré son jeune âge, il se trouve en devoir de prendre en charge sa mère, veuve qui doit en plus de la mort de son mari, surmonter l’absence de son fils Salim, le frère de Sheikho partie en Turquie. Il a la lourde responsabilité de consoler sa mère et de subvenir à ses besoins matériels. Il se montre courageux et endurant face aux difficultés qui surviennent après le décès de son père. Jadis aisée, sa famille va connaitre la misère. Un adolescent assidu Quand il atteint l’âge de l’adolescence, il va résider au quartier résidentiel de Charoja appelé « petit Istanbul » habité par les responsables du gouvernement turc. Etant Connu comme descendant de la lignée du prophète, il va bénéficier de leurs faveurs. Il s’inscrit à la faculté royale turque Anbar à Damas où il se distingue par son travail. Il en sort officier de police à 18
  52. 52. ans. Il exerce dans plusieurs postes de sécurité à Damas et dans les districts environnants. Son passage à la direction de la police à Damas eut pour conséquence l’éradication de l’insécurité dans cette métropole. Vigilent, déterminé contre les fauteurs de troubles, il ne ménage pas d’efforts pour défendre et protéger sa zone. Certains criminels préféraient se rendre à Sheikho quand il était à leurs trousses. Ils le trouvaient juste. Beaucoup de détenus fondaient sur lui l’espoir d’être un jour affranchis. Il faut rappeler le contexte pour souligner qu’à cette époque l’empire ottoman commence à perde du terrain, son autorité est remise en question, le rayonnement de l’islam en prend un coup. Le désordre s’installe presque partout, de jour comme de nuit dans la région sauf à Damas et ses banlieues où régnait un certain Mohammad Amin Sheikho. De tout son cœur et de toutes ses forces, celui-ci put établir la sécurité dans son unité de compétence. il n’y tolère pas l’anarchie encore moins le crime. L’un des faits marquants de sa carrière, l’arrestation à Damas d’un chef de gang lui vaut le surnom de « Aslan », c’est-à-dire Le Lion. Il est l’un des rares officiers à afficher une implacable détermination contre l’injustice et la terreur. En ce temps déjà, il a déjà totalement confiance en son Seigneur, celui qui donne la victoire. De promotions en promotions, il devient le directeur général de la sécurité à Damas. Un jour, il décide ou alors prend le risque de libérer des milliers de prisonniers pour les inciter à lutter contre les mécréants. Il mit ainsi fin à la pratique de la pendaison instituée par Jamal bacha Sifaah dans les marchés de la ville. Il s’est maintes fois exposé à la mort pour ses prises de position contre ces pendaisons et contre les injustices de Jamal bacha mais Dieu le sauve pour la grandeur de son âme et sa clémence.
  53. 53. Sous l’occupation française, il est reconduit à la direction de la police. Quand éclate la révolution Syrienne contre les français, il soutient sans réserve les révolutionnaires. L’amour pour son Seigneur et son pays est plus fort. Il va causer l’insomnie aux Français lorsqu’il donne la plus grosse cargaison d’armes venue d’Hexagone et déposée dans l’entrepôt de hanjar (au Liban) aux révolutionnaires. L’objectif est de faire triompher les croyants dans le conflit qui les oppose aux Français. Le général Catroux est terrifié lorsqu’il apprend la nouvelle. Il prononce la peine de mort contre Mohammad Amin Sheikho mais Dieu par sa grâce le sauve. L’epoque de l’appel vers dieu: Amin Chekhou est très impressionné par la grande sagesse de l’Eminent savant Cheikh Amin Kaftaro ; Il restera à ses côté 21 ans durant pendant lesquelles il se met entièrement à son service. A l’âge de 40 ans, Dieu lui ouvre le cœur. Il se met à l’apprentissage auprès de Kaftaro. Chez ce savant de grande renommé, il commence par le commencement autrement dit par la «Fatiha», la sourate de L’ouverture. Sa passion pour la connaissance du Très haut se mesure à son assiduité et son dévouement. La mort de Amin Kaftaro fit en lui un choc. Il se souviendra à jamais de ce grand maitre. Il va avoir toujours présent à l’esprit, ce temps passé ensemble, ces moment de prière et de méditation qu’ils ont vécu ensemble, bref de cette compagnie qui a définitivement changé sa vie en l’incitant à emprunter le chemin qui mène à Dieu, La voie qui est conforme aux prescriptions d’Allah, le Coran et la Sounnah.
  54. 54. Suite à la disparition de Kaftaro, il prend le flambeau de l’appel avec mérite et vigueur pour guider les aspirants. On le surnomme Mohammad Amin Bey (que Dieu béni son âme). Bey mot d’origine turque qui signifie pureté. Les gens venaient de partout (Syrie, Irak, Liban…) pour s’abreuver de son savoir et vivre dans l’atmosphère de piété et de révérence qu’il créait autour de lui. En référence à ses qualités morales, un poète disait: « Quand on parle de moral dans notre horizon c’est à Bey qu’on se réfère. Bref aperçu sur son appel et ses exposés: Les cours qu’ils dispensaient étaient d’autant plus captivants que ses propos étaient splendides. La clarté de ses idées et l’intransigeance des vérités qu’il enseignait étaient remarquables. Il maitrisait l’art de la pédagogie. Il trouvait presque toujours la bonne formule pour que le message atteigne les oreilles des apprenants sans blesser leur cœur. Il a éclairé les ténèbres de l’ignorance par sa science. Il a anéanti totalement les écoles de comploteurs et leurs discussions stériles qui détruisaient les relations entre les fidèles et leur Seigneur. Il a instruit les fidèles sur le Créateur du monde et sur ses attributs « …le Seigneur miséricordieux, sage, loyal, généreux, qui n’a point besoin de nous pour exister, le Seigneur de la gratitude et de la plénitude, celui qu’on doit remercier à tout instant même dans les moments difficiles car sa gratitude ne tarde jamais à venir, celui qui n’a pas besoin de notre adoration pour exister mais nous avons besoin de sa lumière pour échapper au péché et aux malheurs qui en découlent ».
  55. 55. L’œuvre d’Amin Sheikho (que son âme soit bénie) est immense. La profondeur de ses réflexions l’inscrit parmi l’un des meilleurs savants du monde musulman contemporain. Loin d’être un enchainement de théories, ses cours étaient vivants et parsemé d’exemples. Il a été dans sa vie le modèle des valeurs qu’il a toujours prêché. Il a traité dans ses exposés des sujets divers et variés parfois dans des domaines jamais explorés auparavant. Il a apporté des réponses précises aux questions du genre: Qu’est-ce que l’être? Qu’est-ce que l’âme? Qu’est-ce que l’esprit? La nature de l’enfer? La nature du paradis? Qu’est-ce que la fatalité et la prédestinée? Qu’est-ce que la préexistence? Pourquoi sommes- nous créés? Pourquoi ce grand univers? Quelle est l’intérêt des rites religieux? Pourquoi la privation pendant le jeûne? Quel est l’intérêt de la prière? Pourquoi on pratique le pèlerinage dans un endroit désertique sans eaux et sans arbres? Dans un monde où La course effrénée aux matériels et l’attachement aux mondanités font figure de priorité, ces questions ne préoccupent par outre mesure les esprits. Ils oublient que le jour de la résurrection chacun sera face à ses œuvres secrètes ou publiques. … A propos de son grand esprit le célèbre intellectuel anglais John Bennet disait « tout ce que nous avons reçu de science n’est rien devant l’océan de science que j’ai rencontré dans le Moyen orient » Sir Bernnet était un homme politique et un diplomate expérimenté. Il assurait la fonction de conseiller dans l’empire ottoman quand celui-ci est à son apogée. Il était de nationalité anglaise mais travaillait pour le compte de la Turquie. Un jour il vint à la rencontre de son éminence Amin Sheikho à Damas. Il
  56. 56. voulait obtenir de lui les réponses à quelques questions qui lui trituraient le cerveau concernant l’islam. Les deux se livrèrent à d’interminables échanges. Sir Bennett fut édifié et en sorti converti. plus abondante que les eaux des pluies car leurs véritables sources provienne des deux pôles: pôle nord et pôle sud. Il appuya cette thèse scientifique par plus de trente versets coraniques. C’est étonnant. G. Bennett après avoir écouté et discuté avec lui se point, déclara sans hésité sa conversion dans l’islam disant: « c’est étonnant cela ne m’est jamais venu à l’esprit durant toute ma vie». Quand il retourna dans son pays, il fit savoir aux anglais que: « tout ce que nous avons comme science n’est rien par rapport à l’océan de science que j’ai rencontré au moyen orient. » Lorsqu’il rentre dans son pays, il s’investit dans l’étude de la philosophie et de l’astronomie. Les livres qu’il écrit sont lus à travers le monde. ***
  57. 57. Toute la vie de son Eminence Mohammad Amin Sheikho (que son âme soit bénie) est consacrée à la lutte pour la vraie foi et à la recherche de l’agrément de son Seigneur. Entré en état de communion avec Lui, il va avoir l’inspiration qui lui a permis de réaliser des œuvres honorables pour la cause de l’humanité. Il reste un modèle pour ceux qui veulent faire triompher la vérité contre le mensonge. Le souci constant de Cheick Amin Sheikho aura été de libérer dans la mesure de ses possibilités son prochain de la peine et de tristesse. Il ne lésinait pas sur les moyens (physique, financier, matériel) à consacrer à la Da’awa. Il ira jusqu’à la démission de son travail pour se mettre au service de l’homme et de Dieu. Au cour d’une nuit son Seigneur lui ouvre les porte de son royaume. Il accède au monde sacré grâce à sa sincérité et à l’amour du prophète. Les portes de ce royaume ne sont pas fermées, elles sont ouvertes à tous les aspirants qui aiment Dieu sincèrement. Mohammad Amin Sheikho va quitter ce monde un jour de rabi 1384 de l’hégire (1964) comme il est venu, avec dignité. Pouvait-il en être autrement pour cet érudit qui s’est investi à fond dans la connaissance de l’être suprême. On peut à juste titre relever à juste titre que le Cheikh a accompli sa mission car il est demeuré dans l’esprits de ses milliers d’étudiants à travers le monde cette boussole qui indique la voie. Son corps repose au cimetière du prophète Zhul-kufli dans le quartier de Salihia à Damas. « Et qui profère plus bonne parole que celui qui appelle à Allah, fait bonne œuvre et dit « je suis du nombre de musulmans » S.41:23
  58. 58. Bref aperçu sur la vie de A. K. John, plus connu sur le nom de Al-Dayrani A. K John, dit Dayrani est né le 24 juillet 1934. Par la grâce de Dieu, il est issu d’une famille d’érudits. Son père, le Cheikh Mohammad Dayrani (que Dieu lui accorde sa miséricorde), spécialiste des hadiths fait ses études (comme mourides aspirant) chez le célébrissime Cheikh Badrou Dine Housseini (que Dieu lui accorde sa miséricorde). Pétri dans le moule de son père, il est comme prédestiné à devenir un grand religieux. Dès son jeune âge, il commence à apprendre tous les livres écrits par son père. Sa rencontre avec Mohammad Amin Sheikho (que Dieu bénisse son âme) pendant ses années de lycée crée en lui un déclic. Il reste sous sa tutelle académique près d’une décennie, des années à jamais gravés dans sa mémoire. Il dit avoir appris plus auprès de lui qu’à l’université d’où il est sorti bardé de diplômes (dix au total). « Tout ce que j’ai comme savoir, je l’ai reçu de mon guide, son Eminence Mohammad Amin. … ». Dayrani qui éprouve le sentiment d’être le dépositaire d’un savoir générateur de sagesse et par conséquent du bonheur humain va se décider à mettre à la disposition du monde musulmans et des non musulmans, le prestigieux héritage de Mohammad Amin Sheikho, c’est la matière des ouvrages qu’il publie. Pour la postérité, il a mis en forme le savoir qu’il a reçu de son éminent professeur, lequel a passé au crible de la raison de nombreux sujets dans plusieurs domaines de connaissances. Il a ainsi pu démontrer que la prononciation du nom de Dieu pendant l’abattage désinfecte les bactéries de la viande de l’animal, diminue les douleurs de la bête et protège contre les maladies incurables comme la vache folle ou la grippe aviaire.
  59. 59. Il a mis d’avantage en lumière le hijama (la saignée), une méthode thérapeutique forte efficace qui permet de vaincre même les maux déclarés incurables. Avec 55 ouvrages déjà publiés par A. K. John sur les enseignements de Mohammad Amin Sheikho, on ne parle plus de l’un sans penser à l’autre. Les deux noms vont ensemble. Damas, le 22 /8 /1428 de l’hégire soit 4/9/2007

×