L'art
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

L'art

on

  • 1,343 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,343
Slideshare-icon Views on SlideShare
1,135
Embed Views
208

Actions

Likes
0
Downloads
4
Comments
0

5 Embeds 208

http://nicolasrealchinois.blogspot.fr 177
http://nicolasrealchinois.blogspot.ch 16
http://nicolasrealchinois.blogspot.com 12
http://nicolasrealchinois.blogspot.com.au 2
http://nicolasrealchinois.blogspot.mx 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft Word

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    L'art L'art Document Transcript

    • Dossier de chinois sur l’Art Les domaines artistiques : 艺术 Yìshù1. (n.) Architecture, Bâtiment/ construction 建筑 jiàn zhù2. (n.) Sculpture 雕塑 diāo sù3. (n.) Peinture 油漆 yóu qī4. (n.) Danse 舞蹈 wǔdǎo5. (n.) Musique 音乐 yīnyuè6. (n.) Poème/poésie 诗 Shī7. (n.) Cinéma (le monde du cinéma) 影坛 yǐ ng tán8. (n.) Photographie 照片 zhào piàn ~1~
    • Les ustensiles et supports artistiques : 器皿及媒体艺术 Qìmǐ n jí méitǐ yìshù(n.) Tableau / peinture à l’huile 油画 yóu huà(n.) Pinceau 毛笔 máo bǐ(n.) Appareil photo 相机 xiàng jī(n.) Pellicule, film, bobine de film 胶卷 jiāo juǎn(n.) Caméra 相机 xiàngjī(n.) Plateau, scène 舞台 wǔ tái(n.) Dessin / peinture 画 tú huà(n.) Esquisse, croquis, faire un croquis 速写 sù xië(n.) Crayon 铅笔 qiān bǐ(n.) Feuille 纸 zhǐ(n.) Instrument de musique 乐器 yuè qì(n.) Partition de musique 乐谱 yuè pǔ(n.) Chorégraphie 舞蹈 wǔ dǎo(n.) Costume 服装 fúzhuāng ~2~
    • Les mouvements artistiques : 艺术运动 Yìshù yùndòng- Le symbolisme 象征主义 xiàng zhēng zhǔ yì 象徵主義- Le cubisme 立体主义 lì tǐ zhǔ yì 立體主義- Le futurisme 未来派 wèi lái pài 未來派- Le fauvisme 野兽派 yë shòu pài 野獸派- L’expressionnisme 表现主义 biǎo xiàn zhǔ yì 表現主義-Le constructivisme 构成主义 gòu chéng zhǔ yì ~3~
    • 構成主義- Le surréalisme 超现实主义 chāo xiàn shí zhǔ yì 超現實主義- L’expressionnisme abstrait 抽象派 chōu xiàng pài 抽象派 L’architecture 建筑 jiàn zhùLes styles architecturaux 建筑风格 Jiànzhú fēnggé- Le style roman罗马式 Luómǎ shì- Le style gothique哥特式 Gē tè shì- Le style flamand佛兰芒风格 Fú lán máng fēnggé- Le style baroque ~4~
    • 巴洛克 Bā luòkè- Le style classique经典 Jīngdiǎn- Le style néo-classique新古典主义 Xīn gǔdiǎn zhǔyì- Le style néo-gothique哥特式复兴 Gē tè shì fùxīng- Le style néo-flamand而新弗拉芒 Ér xīn fú lā máng- Le style éclectique折衷主义风格 Zhézhōng zhǔyì fēnggé- Le style industriel工业风格 Gōngyè fēnggé-Le style contemporain ~5~
    • 当代风格 Dāngdài fēnggéQuelques phrases 几句话 Jǐ jù huà- Cette église est de style roman.这教堂是罗马式的。Zhè jiàotáng shì luómǎshì de.- Ces vitraux sont de style gothique.这些彩绘玻璃窗是哥特式的。Zhèxiē cǎihuìbōlichuāng shì gētèshì de.- La France a été influencée par le style flamand.法国的艺术影响了弗拉芒风格。Fǎguó de yìshù yǐ ngxiǎng le fúlāmáng fēnggé.- Le style baroque vient d’Italie.巴洛克是从意大利来的。Bāluòkè shì cóng yìdàlì lái de.- Les architectes construisent de nouveaux espaces.建筑师创造新的建筑物。 ~6~
    • Jiànzhùshī chuàngzào xīn de jiànzhùwù.- Le surréalisme est un mouvement artistique.超现实主义是一种艺术的运动。Chāoxiànshízhǔyì shì yì zhǒng yìshù de yùndòng.- La danse est un domaine artistique.舞蹈是一种艺术。Wǔdǎo shì yì zhǒng yìshù.- Picasso était un peintre.Picasso 是画家。Picasso shì huàjiā.- Elle est danseuse.她是舞者。Tā shì wǔzhë.- Le musée du Quai Branly est célèbre.凯布朗利博物馆很有名。Kǎibùlánglì bówùguǎn hën yǒumíng. ~7~
    • La sculpture 雕塑 DiāosùQuelques mots de vocabulaire 一些詞彙 Yīxiē cíhuì- Sculpture : Diāosù 雕塑- Sculpteur : Diāosù jiā 雕塑家- Statue : Diāoxiàng 雕像- Pierre : Shícái 石材- Relief : Fúdiāo zhuāngshì 浮雕装饰- Bas-relief : Qiǎn fúdiāo 浅浮雕- Chapiteau : Xuǎnqǔ kuāng 选取框- Colonnes : Zhùzi 柱子 ~8~
    • - Sculpture funéraire : Péizàng diāosù 陪葬雕塑- Argile : Niántǔ 粘土- Bronze : Qīngtóng 青铜- Cire : Là 蜡- Porcelaine : Cíqì 餈器- Moule : Mújù 模具- Cuisson : Shèjí 射击- Coulée : Rónghuà 溶化- Tailleur de pierre : Shíjiang 石匠- Socle : Táizuò 台座- Mouler + qqch : Yòng mùzi zhìzào 用木子製造 + qqch ~9~
    • - Modeler : Sùzào 塑造- Effigie : Diāoxiàng 雕像- Céramique : Táocí 陶瓷- Elle fait une photo de la statue.Tā pāi le yì zhāng diāoxiàng zhàopiàn.她拍了一张雕像照片。- Il sculpte ses oeuvres dans le marbre.Tā zài dàlǐ shí shàng diāokè.他在大理石上雕刻。- Ils ont acheté deux gravures anciennes.Tāmen mǎi le liǎng fú gǔlǎo de bǎnhuà.他们买了两幅古老的版画。- Ils ont gravé cette pierre il y a plus de mille ans. ~ 10 ~
    • Tāmen diāokè de zhè shítou yǐ jīng yìqiān nián le.他们雕刻的石头已经一千年了。- Il a consacré sa vie à l’art.Tāmen diāokè de zhè shítou yǐ jīng yìqiān nián le.他把他的生命奉献给了艺术。- Il a un sens très artistique.Tā hën yǒu yìshùgǎn.他很有艺术感。- Le musée ouvre ses portes à 9 heures.Bówùguǎn jiǔdiǎn kāimén.博物馆九点开门。- J’ai vu ce spectacle trois fois déjà.Wǒ yǐ jīng kàn le sāncì zhè ge biǎoyǎn.我已经看了三次这个表演。 ~ 11 ~
    • - Je préfère la comédie à la tragédie.Wǒ juéde xǐ jù bǐ bēijù yǒu yìsi / yǒu qù.我觉得戏剧比悲剧有意思/有趣。- Combien y a-t-il de pièces (dans le sens de chambres) ?Yǒu duōshao ge fángjiān.有多少个房间。- Les français aiment l’art chinois.Fǎguórén xǐ huān zhōngguó yìshù.法国人喜欢中国艺术。- Il y a beaucoup de théâtres chinois.Zhōngguó jùyuàn hën duō.中国剧院很多。 ~ 12 ~
    • - Il y a trois personnes qui portent des masques.Sān ge rén dài kǒuzhào.三个人带口罩。- Les fans aiment regarder les spectacles.Àihàozhë xǐ huān kàn jiémù.爱好者喜欢看节目。- La danse chinoise est un art.Zhōngguó wǔdǎo shì yì zhǒng yìshù.中国舞蹈是一种艺术。- Les costumes ont beaucoup de couleurs.Fúshì de sècǎi hën duō.服饰的色彩很多。- mon ami aime la musique chinoise.Wǒ péngyou xǐ huān zhōngguó yīnyuè. ~ 13 ~
    • 我朋友喜欢中国音乐。- Tu vas aller regarder un spectacle ?Nǐ yào qù kàn xìjù ma ?你要去看戏剧吗?- Ta petite amie fait du théâtre ?Nǐ nǚyǒu gǎo xìjù ma ?你女友搞戏剧吗?- Il pratique de l’art chinois.Tā gǎo zhōngguó yìshù.他搞中国艺术。 ~ 14 ~
    • L’art chinois 中國藝術 Zhōngguó yìshùLe cinémaIl semble loin le temps où les films chinois étaient projetés en Occident dans de petites sallesobscures réservées aux œuvres dart et dessai. Aujourdhui, le cinéma chinois simpose.Auréolés de prix, les réalisateurs se retrouvent sous les feux de la rampe de la scèneinternationale. Et la Chine offre un vivier de talents qui ne demandent quà être découverts.Le marché chinois du 7e Art semble donc encore avoir de beaux jours devant lui. Lapremière projection cinématographique en Chine a eu lieu en 1896, seulement un an aprèscelle des Frères Lumière. En 1905, La Montagne Dingjun est le premier documentairechinois tourné. Les films des années „20 mettent laccent sur le divertissement et les scènesde vie rurale alors que les œuvres aux couleurs nationalistes caractérisent plutôt les années30.Parallèlement, un cinéma de type hollywoodien se développe. Propagande et censuremarquent toute la période de la Révolution culturelle. Avant de révéler au grand jour « LesCinéastes de la cinquième génération » comme Chen Kaige et Zhang Yimou qui critiquentsubrepticement le Parti communiste. ~ 15 ~
    • Après 1989 surgissent « Les Cinéastes de la sixième génération », de jeunes artistestournant en ville, souvent clandestinement, qui sapparentent au « réalisme social ». Lecinéma chinois englobe aussi les films de Hong Kong et Taiwan décrits par le réalisateurchinois Yin Dawei comme « plus joyeux, plus sentimentaux» que ceux de Chine continentale.Hengdian, le Hollywood de ChineSitué près de Shanghai, Hengdian, ancien village pauvre est devenu en une décennie le plusgrand studio de cinéma au monde. 13 plateaux de tournage se répartissent sur 330 hectares.Hengdian rassemble des constructions en dur -ouvertes aux touristes- telles que la Citéinterdite et des décors de palais, temples et rues historiques. Le lieu qui a déjà accueilli plusde 300 équipes de tournage depuis sa création a été choisi par le réalisateur ChristopheGans(Le Pacte des Loups) pour Onimusha, son nouveau long métrage adapté du jeu vidéoéponyme dont la sortie est prévue en 2010.Un marché en plein boom402 films ont été produits en Chine en 2007, selon une source officielle. La Chine devientainsi le troisième producteur de films au monde derrière lInde et les Etats-Unis. Undynamisme qui se manifeste aussi auprès des distributeurs et producteurs chinois. AprèsChina Film Group, Shanghai Film Group (SFG) est ainsi le second studio de cinéma à avoirannoncé en mars son entrée en bourse.Les stars Gong Li : A 42 ans, légérie de Zhang Yimou et lambassadrice de LOréal et de lUnesco a réussi à simposer sur la scène internationale avec Chinese Box, Mémoires dune Geisha et Miami Vice. Zhang Ziyi a également débuté sa carrière avec Zhang Yimou en 1998. A 29 ans, la belle Pékinoise qui sest fait connaître dans Tigre et Dragon mène de front une carrière aux Etats-Unis et en Asie. Tony Leung : Lacteur hongkongais de 45 ans a commencé comme simple décorateur de plateaux de tournage. Avant de tourner pour les ~ 16 ~
    • plus grands réalisateurs hongkongais et taïwanais. Lust Caution est son dernier film en date.Les étoiles montantesTang Wei : Lactrice de 28 ans a été découverte pour la première fois dans Lust CautiondAng Lee, auréolé du Lion dor à Venise en 2007. Mais le film est censuré en Chine et lapublicité dans laquelle Tang Wei a tourné, purement bannie.Jay Chou : Ce chanteur et acteur taïwanais de 29 ans sest fait remarquer dans Cité interditede Zhang Yimou dans lequel il interprète lun des fils de Gong Li.Zhou Xun : Très connue en Chine pour ses chansons, séries télévisées et films, cette actricede 31 ans sest surtout fait remarquer à létranger dans Suzhou River ou Balzac et la petitetailleuse chinoise.Théâtre :Théâtre d’ombres chinoises :Le théâtre dombres chinoises remonte à plus de 2 000 ans. Une légende raconte que vers lafin de la dynastie Qin (221 av. J.C. à 206 ap.J.C.), les armées Chu et Han sont entrées enguerre. Liu Bang, chef de larmée Han, sestalors retrouvé assiégé par ses ennemis dansune forteresse. Son conseiller, Zhang Liang,a alors eu lidée dériger en haut des mursfortifiés, des milliers de personnages en cuirpour décourager lennemi. Persuadé de seretrouver face à une armée imposante,Xiang Yu, chef de larmée Chu, fut forcé à laretraite. Inspiré par cette légende, lesgénérations suivantes ont donné naissanceau théâtre dombres chinoises.Le petit théâtre plein de monde. Le théâtre dombres chinoises Mengze de la ville de Xiogan,dans la province du Hubei, offre régulièrement au public des spectacles dombres chinoises.La silhouette du général qui se tient dignement en haut dune tour de garde, apparaît àlécran accompagnée de chansons Chu rythmées à renfort de cymbales et de gongs. Plus ~ 17 ~
    • dune centaine de spectateurs sont absorbés par le drame qui se déroule sous leurs yeuxébahis.«Qin Ligang joue particulièrement bien» témoigne lun dentre eux, qui ne rate pas uneoccasion de le voir depuis 20 ans. «A lexception de la période de la Fête du printemps,durant laquelle il ny a aucun spectacle, je viens regarder la pièce tous les jours et suis enquelque sorte devenu dépendant de ses ombres». Le district de Yunmeng dans lequel setrouve Xiaogan est réputé dans toute la province du Hubei pour son théâtre dombres.Daprès les statistiques du centre culturel du district, il nexisterait pas moins de 26 troupesprésentant toute lannée des spectacles dans les zones rurales ou dans les villes. La troupede Qin Ligang était autrefois la seule du district mais six autres ont déjà vu le jouraujourdhui. Pourtant, Qin est hors de compétition grâce à la qualité de ses spectacles qui,contrairement à ceux des autres troupes, rassemblent quotidiennement une centaine depersonnes parmi lesquelles certaines ont quitté le foyer à laube et marché pendant deskilomètres pour pouvoir se rendre au théâtre.Aujourdhui âgé de 55 ans, il sest passionné pour le théâtre dombres depuis son enfance. Ila commencé à jouer à la fin des années 1970 et, bien quil ne soit allé à lécole que pendant4 ans, la mise en scène de ses pièces est plus vivante que celle de nombreux autresprofessionnels car il possède un véritable talent dimitateur. Il a finalement réalisé son rêvedenfant en devenant le dernier disciple de Lu Yuan Chun, artiste du théâtre dombres le plusinfluent du district de Yunmeng. La plupart des drames joués par Qin sont les héritages de ses maîtres et mettentprincipalement en scène des histoires populaires comme La canonisation des Dieux, Lesdifférentes principautés de la dynastie des Zhou de lEst ou encore la Romance des dynastiesTang et Sui. Le répertoire du théâtre dombres est si vaste que Qin peut jouersuccessivement des drames différents pendant cinq ans. Les membres les plus âgés delaudience les considèrent comme de véritables manuels dhistoire. Daprès certainesestimations, plus dun million de personnes auraient déjà vu à ce jour les spectacles delartiste. Grâce au seul revenu des ventes de billets, Qin a pu inscrire ses trois enfants aucollège et bâtir un théâtre dombres moderne. Pourtant, avec le développement dInternet et des autres médias, les jeunes désertent lesthéâtres et le public devient de plus en plus âgé ce qui constitue une véritable menace pourcet art.Qin na pas ménagé ses efforts pour améliorer son répertoire, la musique et améliorer samanière de jouer mais rien na permis de changer la situation jusquà maintenant. Face à son ~ 18 ~
    • public de vieillards, passionnés de théâtre dombres, il ne peut sempêcher davoir le cœurserré (Tian Fei et Zhou Chao).L’opéra chinois :Marqués par des origines lointaines et une évolution complexe, les opéras traditionnelschinois n’ont cessé d’emprunter des éléments à la danse, à la musique, à la poésie, àl’acrobatie et aux arts martiaux pour finalement devenir un art en soi. Dès la haute antiquité,poésie, musique et danse tiennent une place importante. Des danses à caractère rituelétaient exécutées afin de louer les divinités, chasser les mauvais esprits et célébrer lesrécoltes. L’art théâtral chinois trouverait alors sa source dans ces cultes, synthèse de chantset de danses, composantes fondamentales de l’opéra chinois. Par la suite, ces diverses formes artistiques (chants, danses, acrobatie...) furenttraditionnellement rassemblées sous l’appellation des « Cent Jeux », dont lesreprésentations étaient le plus souvent données en plein air. Ces « Cent Jeux » devinrentprogressivement une forme artistique à part entière, comportant bientôt une intriguesimple. Notons également l’importance de la tradition orale (histoires et légendes) quiinfluença le développement du théâtre en nourrissant son inspiration. Sous la royauté desZhou (XIe s. - 221 avant notre ère) des orchestres accompagnent les danses rituelles.L’époque des Printemps et Automnes, puis celle des Royaumes Combattants, voientapparaître des acteurs spécialisés destinés à distraire princes et aristocrates. Une nouvelle ~ 19 ~
    • composante voit le jour avec la dynastie des Han (IIe s. avant - IIe s. après) : les wushu ouarts martiaux font désormais partie du spectacle.Aux Ve et VIe siècles, alors que la Chine est morcelée en de multiples royaumes, chaqueethnie contribue à la diversification de l’art théâtral en développant des formes d’opérasspécifiques et, dès le début des Tang (618-907), la cour institue le Jiafong, ou conservatoirede musique, chargé de la formation des artistes. A cette époque, la musique et la danseconnaissent un développement considérable et la richesse de la littérature influencedurablement l’évolution du théâtre en fournissant de nouveaux thèmes d’inspiration.L’empereur Minghuang (alias Xuanzong 712-756) participe au développement des artsscéniques par son soutien enthousiaste et crée, dans l’actuelle ville de Xi’ian, l’Académie du« Jardin des Poiriers », première institution officielle et professionnelle qui rassemble troiscents artistes émérites. Dès lors, les interprètes furent appelés « disciples du Jardin desPoiriers ». Autrefois il était fréquent de trouver l’effigie de Minghuang dans les coulisses desthéâtres, les artistes le considérant comme leur « saint patron ».Sous la dynastie des Song (960-1279), la création dans le domaine musical et théâtral fait deremarquables progrès. On assiste à l’apparition du zaju, drame poétique mis en musique, àune floraison de chefs-d’œuvre et au développement des quartiers d’amusements voués audivertissement.Avec l’époque de la dynastie des Yuan (1279-1368) par les envahisseurs mongols, l’opérachinois connaît son ultime évolution et parvient à sa forme définitive. Selon certainessources, la haine du conquérant favorise le développement de la chanson satirique, duconte, du roman et du théâtre, selon d’autres, la présence des Mongols facilite l’éclosiond’un genre littéraire facilement accessible aux Barbares ; deux explications qui ne sontd’ailleurs pas contradictoires. De plus, depuis les Tang et les Song, il existait un courantlittéraire proche de l’art du conteur dont les œuvres n’attendaient plus qu’une distribution,comme cela se faisait déjà dans les textes de scène bouddhiques.Sous le nom de Yuan Qu apparaissent donc des pièces qui mêlent le dialogue, le chant et lamusique avec les jeux de scène, mimiques, danses et acrobaties issus des spectacles publicsde variétés dont la tradition était déjà très ancienne.Sous les Ming (1368-1644), on assiste à l’épanouissement des opéras locaux au sein desdifférentes provinces, avec leurs particularités régionales. Le Yuan Qu est supplanté par laforme théâtrale de l’école du Sud, le Kun Qu au style plus raffiné et plus littéraire quidominera la scène chinoise jusqu’au XIXe siècle. ~ 20 ~
    • La naissance de l’opéra de Pékin interviendra sous la dynastie mandchoue des Qing (1644-1911). Il y a un peu plus de deux siècles, en 1790, l’empereur Qianlong donna l’ordre auxartistes les plus talentueux de chaque province de venir se produire à Pékin afin de célébrerses quatre-vingt ans. Le succès fut indéniable et plusieurs de ces diverses traditionsthéâtrales décidèrent de rester dans la Capitale. L’association de deux troupes théâtrales,originaires de Hubei et d’Anhui, aurait progressivement donné naissance à l’opéra de Pékin(Jingju) par la fusion de leurs disciplines respectives : techniques de jeu, musique, acrobatie.Cette synthèse est devenue une forme locale parmi d’autres et incarne aujourd’hui le genrethéâtral « national ». L’association en 1828 de deux troupes originaires du Hubei et del’Anhui, et installées définitivement à Pékin, aboutit à la naissance d’un nouveau stylethéâtral qui remporte un succès immédiat auprès du public pékinois. Par ailleurs, une gravecrise politique ayant précipité le déclin du Kun Qu, déjà quelque peu négligé par les lettrésalors plus férus de littérature, l’opéra de Pékin ou Kung Ju se met à rayonner aux quatrecoins de l’empire.L’opéra de Pékin renoue avec la tradition du Yuan Qu en autorisant des scènes de violence etde combats jusqu’alors proscrites dans le Kun Qu. Donnant lieu à un véritable travail demise en scène et d’acrobatie elles font les délices du public et assureront à l’opéra de Pékinsa réputation internationale.Les troupes se produisent dans la rue, montées sur des estrades de fortune, chez desparticuliers ou encore dans les maisons de thé dont plusieurs abdiqueront d’ailleurs leurvocation première pour devenir des théâtres permanents. Jusqu’à la chute de l’empire en1911, tous les rôles y compris les rôles féminins sont tenus par des hommes. Dans ceregistre, Mei Lan-Fang, né à la fin du siècle dernier occupera une place de premier plan tantcomme auteur et créateur de costumes que comme acteur. Et lorsqu’après la chute del’empire en 1911, les femmes seront enfin admises sur les planches et qu’en 1928 sera crééela première troupe mixte, l’art de Mei Lan-Fang servira de modèle à la plupart des actrices.L’absence de décors et une grande modération dans l’usage des accessoires montrentcombien l’opéra chinois a su préserver l’esprit d’une tradition autrefois itinérante.Le code gestuel ou liang xiang, auquel doit se plier l’acteur pour exprimer les nuances decaractère et les sentiments de son personnage est particulièrement complexe. Ce code règleles expressions de son visage, ses mouvements de manches, les positions de ses doigts et sespas. Outre son rôle signifiant, ce code gestuel contribue grandement à l’esthétique visuellede l’opéra chinois. Les acteurs de l’opéra chinois ont repris aux danseurs d’autrefois leslongues manches ondoyantes faites d’un morceau de soie blanche et légère cousue sur lamanche du costume et en ont fait un élément caractéristique du langage scénique. Pourindiquer à l’orchestre qu’il va commencer à chanter, l’acteur déplace son bras avec majesté,puis d’un mouvement de poignet, il soulève cette manche pour la faire retomber en arrière. ~ 21 ~
    • Le langage des doigts est un des plus élaborés qui soient et dans son genre il atteint la mêmeprécision, la même perfection que les mudra indiennes. On compte sept figures de basedont la dernière, le « doigt pointé » revêt à elle seule une trentaine de variantes. En ce quiconcerne la démarche, les femmes se déplacent à petits pas serrés, les pieds parallèles etrapprochés ; les vieilles femmes marchent d’un pas plus lent, plus large et un peu tremblant.Dans la démarche masculine, le pied est posé très en avant et l’on laisse apparaître lasemelle de la chaussure lorsque l’on veut faire preuve de distinction.L’opéra chinois est une combinaison savante de plusieurs disciplines : danse, musique,chant, littérature, acrobatie et mime. Plus de trois cents types d’opéras régionaux existentactuellement en Chine, les traditions de chaque Province s’exprimant par des opérasdifférents. L’opéra de Pékin est considéré comme le plus noble, mais d’autres formes, tellescelles des Kunqu et Yueju, sont très appréciées. Certains groupes ethniques possèdentégalement leur propre opéra local. La technique théâtrale et le répertoire sont néanmoinsfondamentalement identiques. L’originalité de chaque forme tient aux mélodies utilisées etaux dialectes employés.RépertoireLes représentations s’inspirent des pièces classiques, de la littérature populaire (histoiresfantastiques ou mythologiques), des biographies, légendes et événements historiques. Leursmessages sont souvent porteurs d’une morale. Les personnages incarnent ainsi les grandesvertus traditionnelles que sont le dévouement à la patrie, la fidélité envers l’empereur, lapiété filiale...La voix dans l’opéra chinoisL’opéra chinois distingue deux manières de poser la voix, tant pour les récitatifs que pour lechant. La voix de fausset est réservée aux personnages féminins jeunes et mûrs - héritagesans doute de l’époque où ces rôles étaient tenus par des hommes - et aux rôles de xiaosheng. Pour ces derniers, l’exercice est particulièrement difficile car l’acteur doit restituer lavoix brisée d’un adolescent qui mue.La voix naturelle est utilisée dans les rôles masculins et dans celui de vieille femme. Lesrécitatifs sont déclamés dans un style emphatique qui, grâce aux intonations de la langue - lechinois est une langue à tons - et à l’accentuation de certains mots, met en relief lessentiments et l’humeur du personnage. ~ 22 ~
    • La musique La musique fait partie intégrante de l’art théâtral chinois: elle permet de camper les personnages et de scander la narration. Elle comprend des chants et un orchestre. Ce dernier est dirigé par le joueur de tambour qui donne le rythme. Composé d’instruments à vent et à cordes (wenchang), et d’instruments à percussion (wuchang), il accompagne le jeu des acteurs en communion avec les chants. On peut toutefois observer, selon les régions, quelques variantes dans la composition de l’orchestre etdans l’utilisation des mélodies populaires locales.Alors que la technique théâtrale et le répertoire restent communs à l’ensemble des opéras,les instruments, les costumes et les dialectes varient en fonction des cultures régionales.L’orchestre traditionnel se distingue par son effectif très réduit. Les musiciens prennentplace sur le côté de la scène d’où ils observent le jeu des acteurs.Les instruments à percussion jouent un rôle prédominant, marquant la mesure, ponctuant lavoix et les gestes des acteurs.- Le tambour plat dan pi gu marque la mesure et souligne les déclamations et les chants.C’est lui qui dirige l’orchestre après avoir reçu le signal de l’acteur.- Le tambour tang gu était autrefois utilisé dans l’armée chinoise pour annoncer le débutdes combats. On l’entend surtout dans les pièces à caractère militaire, saluant l’entrée desgénéraux et des guerriers.- Le petit gong xiao luo accompagne l’entrée et la sortie des personnages importants.- Le grand gong da luo accompagne les mouvements des personnages héroïques et sert aussià marquer les sentiments forts : anxiété, tourment, emportement...- Les cymbales ou bo accompagnent l’entrée des personnages au tempérament fort et auxsentiments violents.Rôles et personnages ~ 23 ~
    • Les interprètes doivent non seulement être des acteurs et des chanteurs accomplis, mais ilsdoivent également exceller dans l’art de la danse et de l’acrobatie et maîtriser la pratiquedes arts martiaux. Après une formation de base, qui commence très tôt, généralement verssept ou huit ans, les qualités propres au jeune acteur le destineront plus particulièrement àune certaine catégorie de rôle. L’acteur, ayant étudié sous l’autorité de son maître,enseignera à son tour son savoir sans jamais rompre la chaîne.L’opéra de Pékin comprend quatre types de rôles : 1. Le sheng, principal rôle masculin,comprend les rôles d’homme âgé reconnaissable à sa barbe (lao sheng), d’adolescent ou dejeune premier (xiao sheng), enfin de guerrier spécialisé dans les acrobaties (wu sheng).2. Les rôles féminins dan sont au nombre de cinq : le qing yi, femme vertueuse d’âge mur,le hua dan, coquette, le guimen dan, jeune fille demeurant encore chez ses parents, le wudan, femme intrépide voire guerrière, le lao dan, vieille femme.3. Le jing ou visage peint peut être aussi bien un bandit qu’un juge ou un général. Le choixdes couleurs de son maquillage exprime avec précision l’état ‘humeur ou le grade dupersonnage. Le caractère du jing, toujours violent et exalté, s’exprime parfaitement dans lesscènes de violence et dans les combats.4. Le chou ou bouffon est reconnaissable au disque blanc peint sur ses yeux et son nez. Dansles rôles bienfaisants ce peut être un personnage facétieux et excentrique ou bienfranchement stupide, dans les rôles malfaisants il peut s’avérer carrément méchant.Tous ces différents rôles requièrent une gestuelle, un maquillage et des costumes qui leursont propres.GestuelleL’acteur doit respecter une gestuelle minutieusement codée. Les mouvements obéissent àdes règles précises et servent à exprimer les nuances du caractère et les sentiments dupersonnage.Chaque geste induit une action. Quand ils ne suffisent pas à expliciter la scène, l’acteurutilise des accessoires : tenir un fouet à la main signifie, par exemple, que l’acteur est àcheval. Les postures sont aussi régies par des conventions gestuelles dont le déchiffrementest indispensable pour comprendre la représentation. Les acteurs utilisent des gestes debase, extrêmement stylisés, parfois exagérés, mais qui, tous, sont issus de la vie quotidienne.Ainsi, lorsque l’action se déroule en pleine nuit, les acteurs doivent faire en sorte que lespectateur perçoive les ténèbres autour de lui.Scène et Décor ~ 24 ~
    • On ne peut véritablement parler de décors, ceux-ci n’étant qu’une innovation récente liéeaux représentations au sein des théâtres modernes permanents. La simplicité des décorstémoigne d’une tradition autrefois itinérante, les troupes se produisant alors en plein air,dans la rue ou dans des maisons de thé.La scène est traditionnellement ouverte sur trois côtés et le jeu se fait devant un rideau uni.Aucun détail ne permet de situer l’époque ou le lieu de l’action, seul le jeu des acteurspermet de les découvrir. Faire le tour de la scène signifie, par exemple, « parcourir un millierde kilomètres ». Le décor est réduit à sa plus simple expression, le plus souvent une table etdeux chaises. Celles-ci possèdent en réalité plusieurs fonctions qui varient selon l’intrigue ;seul le jeu des artistes permet de leur attribuer leur sens véritable.Costumes Si le maquillage met l’accent sur le caractère psychologique et moral du personnage, le costume applique les mêmes principes à son statut social. On y trouve des armures, des habits de cour ou des robes de lettré, agrémentés de chapeaux souvent empanachés, de ceintures, de chaussures, de perruques et de barbes artificielles plus longues et plus belles que dans la réalité. Le port de la robe chez les hommes est le signe d’une condition sociale élevée, fonctionnaires civils, lettrés de haut rang et officiers en tenue de cérémonie. Au combat, la robe est remplacée par une longue armure dont le travail de broderie rappelle cependant la robe. Au contraire, les gens du peuple ne portent qu’une veste et un pantalon. La classification des couleurs de robes permet d’affiner le grade ou la fonction du personnage : on reconnait un empereur à lacouleur jaune, un haut dignitaire au rouge, un haut fonctionnaire au violet, au vert ou aubleu foncé. Enfin le costume est souvent agrémenté de manches extrêmement longues quijouent un rôle très important dans la gestuelle des acteurs. ~ 25 ~
    • MaquillagesL’opéra chinois a élevé la technique du maquillage au rang d’art. Plus quetout autre composant du rôle, il permet de reconnaître dès son entrée enscène les nuances d’un personnage. Au premier coup d’œil, le spectateurdoit savoir à quel genre d’individu il a affaire : loyal, perfide ou bienveillant.Le maquillage met en évidence le caractère psychologique et moral despersonnages. On distingue deux types de « visages » : les visages poudrés etles visages peints. Les visages poudrés sont les plus courants. Yeux cernés denoir, sourcils étendus d’un trait rejoignant la racine des cheveux, lèvresrouge vif, moins marquées cependant chez les vieillards et les hommes d’âgemûr.Mais c’est dans les visages peints que l’art du maquillage en Chine confine à la démesure.Chez les jing et, à un moindre degré, chez les chou, le maquillage aboutit à un véritableremodelage du visage de l’acteur, à l’élaboration d’un masque vivant qui représente à luiseul le raccourci symbolique du personnage.Le trait dominant du caractère est exprimé par une couleur principale et nuancé par descouleurs secondaires et par le dessin :- Le rouge correspond à la loyauté et à la raison, c’est la couleur des héros. - Le violet, considéré comme une sous-catégorie du rouge, signale les mêmes qualités mais atténuées. - Le blanc est signe de ruse, de caractère complexe. Utilisé seul, il désigne le traître. - Au contraire, le noir est utilisé pour les personnages droits et honnêtes et, combiné à d’autres couleurs, indique diverses sortes de caractères loyaux mais rudes. - Le bleu est la couleur des personnages courageux, arrogants voire féroces. - Le jaune associe à ces caractères l’intelligence.- Le marron est la couleur des esprits malfaisants et des tempéraments instables.- L’or et l’argent sont celles des êtres surnaturels. ~ 26 ~
    • 中国艺术电影:这似乎是一个很长时间的时候,在中国电影人在艺术和测试工作保留小暗间西预测。今天,中国电影是必要的。冠价格,董事在国际舞台聚光灯下。而中国提供了丰富的人才只是等待被发现。中国市场是第七艺术似乎仍然有光明的前途他。 在中国的第一部影片放映了 1896 年的地方,仅一年后,卢米埃尔兄弟。 1905 年,山定军中国是第一个纪录片拍摄。在 20 年代的电影注重娱乐和农村生活场景,而在民族色彩的作品,而不是为特征的 30 年代。与此同时,好莱坞类型电影的发展。宣传和审查纪念文革时期。在您带来光明“的制片人的第亓代”作为陈凯歌和张艺谋谁批评共产党秘密。 1989 年后出现的年轻艺术家“的第六代的电影人”转向城市,经常秘密,类似于“社会现实主义”。中国电影还包括描述为“更快乐,更情绪化”,由中国导演尹答危比那些来自中国大陆香港和台湾 ~ 27 ~
    • 电影。 横店,中国好莱坞 位于上海附近,横店,在十年前穷村已成为世界上最大的电影制片厂。 13 集电影的传播超过 330 公顷。横店建设带来永久开放,如紫禁城和宫殿,寺庙和历史的街道装饰游客。场地已举办 300 多队从一开始就由导演克里斯多夫甘斯(狼的兄弟)为鬼步者,他的新电影在发布 2010 年同名影片改编的游戏选择。 一个蓬勃发展的市场 402 片产于中国,2007 年,据官方消息。中国成为世界第三电影生产国,仅次于印度和美国。一个动力,这也是从中国生产商和经销商明显。经过中国电影集团,上海电影集团(SFG),是第二个电影制片厂将在三月公布其首次公开招股。明星 巩俐:一个 42 岁的张艺谋的缪斯和欧莱雅和联合国教科文组织大使成功地建立了具有中国盒,艺伎回忆录和迈阿密副国际舞台本身。 章子怡也已开始在 1998 年他与张艺谋的职业生涯。在 29 日,美丽的哈巴狗谁成为卧虎藏龙众所周知,藏龙发生前在美国和亚洲的职业生涯。 ~ 28 ~
    • 梁朝伟:香港演员 45 年开始作为一个简单的装饰套。在谈的香港和台湾最大的电影制片人。色戒是他的最新影片。新星 汤唯:在 28 岁的女演员被发现在色,由李安第一次警告,在 2007 年威尼斯金狮晒太阳。但在中国电影审查和广告中,汤唯变成纯粹的禁止。周杰伦:这个台湾歌手和演员 29 年会上指出,在张艺谋的诅咒中,他发挥了巩俐的儿子 周迅:在中国非常著名的他的歌曲,电视剧和电影中,31 岁的女演员,主要是观察到国外或在苏州河巴尔扎克和小裁缝中国。剧院:•中国影剧场:中国的影子播放超过 2000 年。相传是对秦王朝(公元前221 年,公元前 206 AD)楚汉两军结束了战争。刘邦,汉军团长,发现自己被敌人包围在一个堡垒。他的顾问,张良,那么有想法建立在皮革强化墙壁,数千人阻止敌人。说服与气势宏伟的军队面对项羽,楚军团长,被迫退休。这个传说的启发,后人催生了中国影戏。 ~ 29 ~
    • 小剧场挤满了人。中国的皮影戏蒙自 Xiogan 市湖北省提供定期公开皮影戏。一般概述这是一个守卫塔高尊严举行,似乎伴随着楚的锣钹和加强节奏的歌曲。一百多名观众的吸收,在他们的眼皮底下展开戏剧。秦离冈发挥特别好,”从一个侧面反映了他们,谁没有错过机会看到了 20 年。着春节的,其间没有仸何展览期间例外,我只是看的部分每天都变得有些依赖于它的阴。”区这是孝感市云梦是闻名全国的湖北的皮影戏。据该区文化中心的统计,将有不低于 26 部队在整个农村或城市显示年。秦哩罡的剧团曾经是唯一的地区,但六人已造就了今天。然而,秦是竞争出来的,其性能,它不同于其他部队的人,每天聚集百余人,其中一些已经离开家在黎明和走了公里,到达质量剧院。现年 55 岁,他制定了阴影从小剧场激情。他开始在 70 年代后期打,虽然这是连续 4 年去 ~ 30 ~
    • 上学,他的戏剧舞台,是比许多其他专业活着,因为它有一个真正的天才模仿者。他终于实现了成为陆吁广春,影剧场艺术家的最具影响力的区云梦最后弟子他儿时的梦想。由秦所扮演的电视剧大多是他的主人的遗产,并主要针对如神,周代东方的或者是隋唐演义各公国封圣流行的故事。阴影的戏剧剧目是如此巨大,可以播放亓年秦先后不同的戏剧。观众的年龄较大的成员认为他们真正的历史书。据估计,超过一百万的人已经看到最新显示了艺术家。由门票收入只有收入,秦可包括她的三个孩子上大学,建设现代皮影戏。然而,随着互联网和其他媒体的发展,青年离开战区和公众正在成为老这是一个真正的威胁,这门艺术。秦一直努力提高自己的剧目,音乐,提高他的出场,但并没有帮助改变这种状况至今。面对老部下,皮影爱好者的观众,他不禁有一个沉重的心脏(田与翡翠周超)。中国戏曲: ~ 31 ~
    • 古老的起源和演化的复杂为标志,中国传统戏曲继续借用舞蹈,音乐,诗歌,杂技和步术本身,并最终成为一门艺术。 从远古时代,诗歌,音乐和舞蹈是重要的。分别在仪式舞蹈表演,以租金神,赶走恶灵,庆祝丰收。中国戏剧艺术的再发现这些邪教,歌曲和舞蹈的合成,中国戏曲的基本组成部分它的来源。随后,这些艺术(歌曲,舞蹈,杂技... ...)各种形式的传统聚集在“百游戏”,其通 在露天演出给标签。这些“百场”逐渐成为一个在自己的权利,很快形成了一个简单的艺术情节。还要注意的口头传统(故事和传说)的影响培育了他的灵感的戏剧发展的重要性。根据该周(11世纪- 公元前 221 年)统治阶陪仪式舞蹈。春秋和战国,天看到了专门为乐趣的玩家诸侯和贵族的出现。创建一个新的组件是与汉族王朝(公元二世纪之前 - 之后的第二世纪:步术或步术现在是表演的一部分。 ~ 32 ~
    • 第亓和第六世纪,而中国是分散成许多王国,每一个民族的发展作出贡献的具体形式多样化的戏曲戏剧和初唐(公元 618-907 年)时,法院确立了嘉丰或音乐学院,为艺术家的培训工作。当时,音乐和舞蹈的蓬勃发展和影响力的文学财富,提供新的主题为灵感的戏剧的可持续发展。皇帝凰(又名玄宗 712-756)参与了表演艺术的发展他的热情支持和创建,在 Xiian,以“梨花园”学院,第一次正式机构和专业目前的城市汇集了 300 杰出艺术家。因此,表演者被称为“的梨园弟子。”以前是很普遍的寻找凰背后的戏剧场面,艺术家考虑作为他们的“守护神”它的形象。在宋代(960-1279),在音乐和戏剧创作取得了令人瞩目的进展。我们目睹了杂剧,集音乐诗剧的出现,在开花的杰作的乐趣和娱乐专用区的发展。随着元代(1279-1368)由蒙古侵略者的时候,中国戏曲知道其最终演变和达到其最 形式。 据消息人士透露,该征服者仇恨促进了讽刺歌曲,讲故事,浪漫和戏剧发展, ~ 33 ~
    • 根据他人,对蒙古人的存在促进了文学体裁访问的野蛮人,出现了两种解释这也并不矛盾。此外,自唐,宋,有一个文学运动接近的说书人,其作品在等待一个多分布艺,佛教在场景中的文本了。出现在屈原作品的名称,以便从品种相结合的古老传统,已经公开表演对话,歌曲和音乐场面集,默剧,舞蹈和杂技。在明(1368-1644),还有就是在不同省份的地方剧种的发展,与区域特色。屈原是由学校戏剧形式所取代,南坤曲风格更加细化和文学中国主宰直到十九世纪的场景。京剧的诞生将根据满族清朝(1644-1911)的地方。 有一个小两个多世纪以来,在 1790 年,乾隆皇帝下令每个省的最有才华的艺术家来发生在北京庆祝他 80 年。的成功是不可否认的,这些不同的戏剧传统的许多决定留在首都。两个剧团从安徽,湖北,组合也逐渐导致了京剧(京剧)通过各自学科的合并:表演技巧,音乐,杂技。这种合成已成为当地的形式等,代表当今戏剧流派“国家”。 ~ 34 ~
    • 两个部队在 1828 年从湖北,安徽,落户北京永久的结合导致了一个新的戏剧风格,与公众狮子狗一炮打响的诞生。此外,严重的政治危机,促成了昆曲衰落,有些学者已经不再热衷于文学的忽视,京剧和龚菊开始向全国各地辐射的帝国。京剧复兴的沉溺暴力场面,在以前禁止昆曲战斗屈原的传统。造成了分期和杂技他们是市民的喜悦,并确保其国际声誉京剧真正的工作。部队出现在大街上,临时搭建的看台上展开,在私人或在茶馆也有几个放弃自己的使命,成为第一个永久的剧院。直到 1911 年帝国灭亡,所有角色,包括女性角色是由男性扮演。在此登记,梅兰芳,在上个世纪末诞生占据既作为一个作家和服装设计师和演员一个突出的地方。而当,后在 1911 年帝国灭亡,女性会在最后阶段,将在 1928 年获准建立的第一个混合部队,艺术的美蓝方将是大多数女演员的典范。 ~ 35 ~
    • 的风景,并在使用的配件非常温和的情况下表现如何,中国歌剧保留了一个老的传统旅游精神。 符号代码或梁湘,必须产生的演员来表达他的性格特征和感情的细微差别是特别复杂。此代码设置的面部表情,动作的比赛,他的手指的位置和他的脚。除了它的显著作用,代码签名大大有助于中国戏曲的视觉美感。在过去的舞者恢复了中国戏曲的玩家挥舞着白色丝绸和服装上的袖子缝一块长袖子轻量级,并就现阶段的语言功能。要告诉大家,该乐团将开始唱,演员动作双臂庄严,然后手腕的运动,它提出了这一轮,使其回落。手指的语言是最发达的,而在它的方式达到同样的精度,为印度手印一样完美的。七个,包括最新的基本数字,“手指指着”本身就是一个三十变化。 至于过程中,女性正在慢慢地紧,两脚平行并拢,老妇女走慢了一步,更广泛,有点不稳了。在男性的办法,脚被放置好前进,它揭示了鞋底当你想以示区别。 中国戏曲是几个学术学科的结合:舞蹈,音乐,歌曲,文学,杂技和哑剧。超过300 种的地区运营商目前存在于中国,每个省的传统表达了不同的运营商。京剧被视为最崇高的,但其他形式,如 ~ 36 ~
    • 昆曲和越剧的,都十分赞赏。一些少数民族也有自己的地方戏。剧目的舞台技术和仍基本相同。每个表格原来是用于旋律和方言使用。曲目 该演出的灵感来自古典作品,通俗文学(幻想故事或神话),传记,传说和历史事件。他们的消息经常开展道德。人物和体现,如奉献给祖国,忠君,孝伟大传统美德... ...在中国戏曲的声音 中国戏曲两种方式把歌曲都为宣变调的声音。假声是年轻和成熟的女性角色 - 一个当这些角色是由男性扮演的遗产也许时间 - 和萧生的角色。对于他们来说,运动是特别困难的,因为球员必须返回一个少年动了谁破了嗓子。自然的声音是用在男性角色和老女人。 这些故事是背诵在言之凿凿的风格,通过对语言语调 - 中国是声调语言- 以及某些词重读,突出的感受和人物的心情。 ~ 37 ~
    • 音乐 音乐是中国戏剧艺术的组成部分:它允许字符营地,高喊旁白。它包括歌曲和乐队。后者是由带领的鼓手谁设置的步伐。管乐器和字符串(文昌)和打击乐(步昌)组成,他陪在共融的歌曲行事。但是,我们可以观察,按地区,在乐队的组成和在当地民间曲调使用一些变化。虽然舞台技术和剧目是所有歌剧,乐器,服装和方言根据不同地区的文化。 传统乐团的特色就是它的非常小职员。音乐家们坐在舞台的一侧,他们观看了演员。 打击乐器发挥主导作用,标志着位置,标点声音和演员的手势。•扁平鼓蛋皮区品牌测量和突出了朗诵和歌曲。这是他谁收到后进行信号的演员乐团。•鼓堂区曾在中国军队使用,宣布战斗开始。你听,特别是在具有军事性质的部分吧,欢迎将军和战士条目。•小龚晓罗伴随着人们的重要入口和出口。•伟大的罗大锣伴随的英雄人物的动作,同时也是庆祝的强烈感受:焦虑,痛苦,愤... ... ~ 38 ~
    • •钹或博伴随着带有浓厚的感情气质和暴力的人入境。角色和人物 口译员不仅要演员和歌手了,但他们也擅长的舞蹈和杂技艺术,掌握步术。经过基本训练,开始得很早,通常在七,八年,旨在更特别为某种类型的角色的年轻演员的素质。演员,谁在他的主人的权威研究,反过来教他的知识从来没有打破。京剧有四种角色类型:1。而生,主要演员,包括他的胡子(老盛),少年或青年第一(肖生),最后一个战士在杂技(吴生)专业认可老人的角。2。丹女性角色亓个号码:清漪,贤惠的中年妇女,花旦,娇媚的,在柜门丹,女孩仍生活与他的父母,吴丹,甚至勇敢的女战士,老挝担,老女人。3。京或涂在脸上可以是强盗法官或一般。颜色的选择表示她的妆容正是情绪状态或人物等级。在京,总是暴力和崇高的,性格完美地表达了暴力和战斗场面。 ~ 39 ~
    • 4。白菜或丑角是识别白盘在他的眼睛和鼻子画。在什么有益的作用可能是滑稽和古怪的性格,或坦率地说愚蠢,它可以在角色简直是讨厌邪恶。所有这些角色需要一个手势,化妆和自己的服装。手势 演员必须按照精心编码的手势。变动遵循特定的规则,是用来表达人物的性格和感情的细微差别。每一个动作一个动作诱导。当他们是不足以解释的场景,演员使用配件:保持鞭手段,例如,在马背上的演员是。这个姿势也受与破译身体语言的协议必须了解的表现。队员们使用基本手势,很程式化,有时夸张,但是,所有这些都从日常生活来。因此,当行动发生在夜间进行,演员们必须确保观众感知他周围的黑暗。舞台和装饰 人们不能谈论真正的风景,这是只有在现代永久剧院最近创新相关的陈述。简单的饰反映了古老的传统旅游,在街上或在茶馆的部队,然后生产户外。 现场 ~ 40 ~
    • 是传统的三面开放和游戏是由墙壁加入。没有细节可以找到时间或地点的行动,只有行动者可以发现它们。周围的场景驱动方式,例如,“走千里。” 该装饰减少到最简单的形式,通常一张桌子和两把椅子。他们实际上已针对不同游戏的阴谋几个功能只允许艺术家们将其分配给他们的真正含。服饰 如果化妆的心理品格和道德品质的重点,对服装适用相同的原则,他们的社会地位。有铠甲,法院礼服或裙装的学者,往往与羽毛装饰的帽子,腰带,鞋子,假发和人工胡须更长,更比现实美丽。穿着礼服的男人是一种很高的社会地位,公务员,学者和粉墨高级官员的标志。在战斗中,着装是很长的编织刺绣取代工作,但是,请记住礼服。相反,普通百姓不穿上衣和裤子。外套颜色的分类可以细化的字符级或立场:它承认皇帝的颜色黄色,红色,在高级官员,在紫色,绿色或深蓝色的高级官员。最后,服装往往装饰着很长的袖子从而起到了演员的身体语言的重要作用。 ~ 41 ~
    • 化妆 中国戏曲有升高的化妆艺术,一门艺术。比仸何其他成分的作用更多,它可以识别从登场人物的细微差别。乍一看,观众需要知道什么样的人,他是处理:忠诚,善良或险恶。妆突出了人物的心理和思想品德。有两种“面孔”类型:面粉和涂面。在脸上涂脂抹粉,是最常见的。黑眼睛眉毛延长线环状加入细线,鲜红的嘴唇,但是,少的中老年人和中年男性明显。 但它涂在脸上的化妆艺术上超过中国的边界。在京,并在较小程度上,在白菜,化妆到一个对生活在一个面具,表示该快捷方式本身的性格演员象征性的发展真正面临重塑的线。 占主导地位的性格特征是表达了主色和辅助色和绘图合格:•红色是忠诚的原因是英雄的色彩。•紫色,认为是红子类别,表示相同的特质,但衰减。•的狡猾,复杂的性格白色标志。单独使用时,指叛徒。•相比之下,黑色用于公平和诚实的字符,并与其他颜色组合,说明文字忠诚,但各种困难。.蓝色是色彩的人物勇敢,傲慢,甚至凶猛。 ~ 42 ~
    • •与这些人物相关的情报黄色。•棕色是邪恶的精神气质和不稳定的颜色。•黄金和白银是鬼神的人。 Paragraphe en chinois : Français :1) J’aime l’art en général.2) Je pratique la peinture, le théâtre et la sculpture.3) Cette année je suis rentrée dans une école d’art.4) Tous les samedis je prends des cours de sculpture avec mes amies.5) Ce soir nous allons voir une pièce de théâtre à Annecy.6) J’aime les artistes contemporains.7) La photographie est un art.8) La semaine prochaine nous allons voir une exposition.9) Le théâtre est un moyen d’expression.10) Mon frère fait des études de cinéma. Pinyin :1) Wǒ xǐhuān yìshù.2) Wǒ huìhuà, yǎnxì hé diāokè. ~ 43 ~
    • 3) Wǒ jīnnián kǎojìn le yìshù xuéxiào.4) Měige xīngqī liù, wǒ gēn hǎo péng yǒu yī qǐ qùxué diāokè.5) Wǒmen jīntiān wǎnshàng yào qù kàn xì.6) Wǒ xǐhuān xiàndài yìshùjiā.7) Shèyǐng shì yī zhǒng yìshù.8) Xiàxīngqī wǒmen yào qù kàn zhǎnlǎn.9) Yǎnxì shì yīzhǒng biǎoyǎn fāngshì.10) Wǒ dìdì yánjiū diànyǐng. Caractères :1) 我喜欢艺术。2) 我绘画,演戏和雕刻。3) 我今年 进了艺术学校。4) 每个星期六,我根好朋友一起去学雕刻。5) 我们今天晚上要去看戏。6) 我喜欢现代艺术家。7) 摄影是一种艺术。8) 下星期我们要去看展览。9) 演戏是一种表演方式。10) 我弟弟研究电影。 ~ 44 ~