Your SlideShare is downloading. ×
Chinois
Chinois
Chinois
Chinois
Chinois
Chinois
Chinois
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Chinois

420

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
420
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
19
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. CHINOISFinance : Les devises étrangères Tout d’abord définissons ce qu’est un fond souverain :- Un fond souverain est un fond détenu par un Etat. LEtat investit par lintermédiairede ce fond dans des actions et obligations.Ces investissements ont une optique de long terme et visent le plus souvent àsoutenir les entreprises nationales lorsque celles-ci ont besoin de fonds. A terme, cesont dimportantes plus-values.LEtat peut aussi investir dans des entreprises étrangères mais ne prendgénéralement pas de grosse participation dans ces entreprises.Les choix dinvestissement sont cependant très variables selon les fonds et surtoutselon lEtat qui les contrôlent. La plupart de ces fonds sinterdisent cependantdinvestir dans des sociétés trop risquées afin de minimiser les possibilités de pertes.Ils investissent essentiellement dans des entreprises stratégiques qui aideront audéveloppement économique du pays. La gestion de fonds reste dans certains casopaque. Cest le cas du fond chinois « China investment Corportation ». Il devraitnormalement y avoir de la transparence étant donné quil sagit dargent public. Cetargent à plusieurs sources ; il provient notamment de lépargne des ménages, delexploitation des matières premières, ou encore des réserves pour les retraites. Lesméthodes de financement varient selon les caractéristiques du pays et lesressources dont ils disposent. A présent, nous allons voir quelle est la stratégie géopolitique de la Chine :La Chine, puissance montante, développe une stratégie géopolitique de projectionplanétaire, notamment par le biais de l’intensification de ses relations avecl’Amérique latine et l’Afrique.En effet, Pékin déploie une diplomatie, notamment commerciale, très active à l’égarddu continent africain, bousculant et redessinant peu à peu la carte des influences
  • 2. traditionnelles « occidentales » sur fond de lutte pour le contrôle des gisementspétroliers avérés ou potentiels.Cette stratégie de positionnement « offensif » en Afrique répond à plusieurspréoccupations chinoises.La dimension économiqueDiversifier et multiplier ses sources d’approvisionnement en pétrole et en matièrespremières jugées stratégiques ; la diversification des fournisseurs est devenue unepriorité compte tenu de l’augmentation de la consommation chinoise et de lararéfaction des réserves de ses fournisseurs traditionnels (ex : Indonésie).La dimension politiqueLe positionnement de la Chine au Nord du Sahara se traduit également par desrépercussions politiques. « Si l’UE, et plus particulièrement la France, constitue ledébouché commercial traditionnel de ces pays d’Afrique du Nord, ces derniers voienten la Chine un véritable partenaire alternatif plus conciliant. En effet, Pékin neprésente pas d’exigences politiques particulières, si ce n’est la rupture de tout lienavec Taïwan, à la différence de la France ou des USA.La dimension multipolaireLa politique africaine de la Chine s’inscrit également dans le cadre plus large d’unestratégie de contournement et d’affaiblissement des puissances occidentales etprincipalement des USA, « dans une situation internationale décrite à Pékin commecomplexe, c’est-à-dire, pour décoder la terminologie officielle, peu favorable auxintérêts chinois ». Dans ce contexte, en dynamisant le dialogue Sud-Sud et enl’instrumentalisant afin de bien souligner sa spécificité, la Chine joue de son doublestatut de pays en développement et de grande puissance. Cependant une problématique se pose : Quelles sont les perspectives del’émergence chinoise ?
  • 3. la Chine émerge sans à-coups pour devenir lune des superpuissances du XXIesiècle, du fait de son développement économique, politique, et militaire, appuyé parlimportance de sa population et la force de sa civilisation.De plus, la Chine possède de nombreux atouts :- son économie connaît chaque année lune des plus fortes croissances au monde.- sa population (avec plus de 1,3 milliard dhabitants) et sa superficie.- son armée est la plus grande du monde ainsi que larme nucléaire.- la Chine est membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, ce qui luiconfère une influence diplomatique très importante.La Chine est actuellement la deuxième puissance économique mondiale. Daprès laBanque mondiale, la Chine pourrait devenir la première puissance économique de laplanète en dépassant les États-Unis entre 2020 et 2030.Elle est également une puissance spatiale depuis 2003 où elle a envoyé pour lapremière fois un homme dans lespace. La Chine peut par ailleurs sappuyer sur saprésence dans de nombreuses organisations, notamment lOrganisation mondiale ducommerce (OMC) depuis le 1er janvier 2002 ou encore lOrganisation de coopérationde Shanghai.De surcroit, la Chine se base sur un processus de développement classique fondésur les trois I :- Initiation : elle dispose d’une grande capacité de production ainsi que des coûtstrès bas.- Imitation : une contrefaçon qui se développe de plus en plus.- Innovation : la Chine consacre plus de 80 milliards de dollars à la recherche(nouvelles technologies, TV, électroménagers).Cependant, la Chine présente un certain nombre de faiblesses majeures, quipourraient handicaper sa montée en puissance : le pays présente des risquesdexplosion sociale, liés à linégalité entre régions côtières et villes dun côté,arrière-pays campagnard de lautre.De laveu même des dirigeants chinois, les huit cents millions dagriculteurs quecompte encore le pays obligent à considérer la Chine comme étant toujours un paysen voie de développement. Les tensions nées de cette situation sont accrues par lesinégalités sociales et la corruption notoire de certains hauts fonctionnaires.
  • 4. Par ailleurs, le pays reste encore très dépendant de létranger pour sa technologiecomme pour ses exportations.Enfin, les approvisionnements énergétiques ou limpact de la croissance surlenvironnement ne sont pas aujourdhui totalement maîtrisés. La chine sen prend au dollar :La réforme de larchitecture financière devrait être au menu des discussions du G20qui réunit les dirigeants des pays industrialisés et des économies émergentes, le 2avril à Londres. A une semaine de louverture du sommet, la Banque centrale deChine appelle à la révolution. Zhou Xiaochuan, le gouverneur de la Banque centrale, demande, dans un essaipublié lundi 23 mars, ladoption dune nouvelle monnaie de réserve internationale,pour remplacer le dollar, dans un système placé sous les auspices du Fondsmonétaire international (FMI).Le but serait de créer un nouveau système économique mondial, qui ne soit pasfacilement influencé par les politiques de certains pays, explique le gouverneur dansun texte publié sur le site Internet de linstitution. "Léclatement de la crise et sondébordement dans le monde entier reflètent les vulnérabilités inhérentes et lesrisques systémiques dans le système monétaire international", écrit-il.La Chine est dépendante du système actuel dominé par le dollar et suit de prèslimpact des politiques de relance de léconomie américaine décidées parladministration de Barack Obama, ainsi que ses conséquences éventuelles sur lesréserves de change chinoises. Une grande part de ces réserves — de près de 2 000milliards de dollars — sont aujourdhui en dollars et la Chine sest inquiétée àplusieurs reprises de lavenir de ces avoirs. Létablissement "dune nouvelle monnaiede réserve largement acceptée (...) pourrait prendre du temps", admet ZhouXiaochuan. Mais "à court terme la communauté internationale et particulièrement leFMI devraient au moins (...) faire face aux risques résultant du système actuel,conduire des contrôles réguliers et des évaluations".
  • 5. La Chine a été pendant 18 siècles la première puissance économique mondiale, onloublie trop.Elle tend à le redevenir aujourdhui, pour beaucoup : le seul débat qui a encore lieusur les capacités économiques de la Chine, cest la date à laquelle elle aura rattrapéles Etats-Unis en termes de poids du PIB.Et, alors quon la situait encore au sixième rang mondial fin 2005, elle vient de passerau quatrième rang aujourdhui après révision des statistiques.Le pays absorbe la moitié du ciment de la planète. Le revenu par habitant a étémultiplié par 5 en 25 ans. L’espérance de vie a gagné presque 10 ans en 35 ans.Et Shenzen, ville de 30 000 habitants en 1980 en compte aujourd’hui 6 millions.La demande pétrolière chinoise, représente 5% de la demande mondiale. Les risques financiersLe secteur financier est souvent décrit comme le point le plus faible dudéveloppement chinois. La finance a conservé de nombreuses caractéristiques pré-modernes, avec une gestion floue de largent, négligente avec la comptabilité.Officiellement, les créances douteuses monteraient à 20 % de lensemble des prêts.Selon Standard & Poors, elles atteindraient 40 à 45 %.Parallèlement, des bourses casinos et une bulle immobilière se sont formées.Dans ce système semi-autoritaire semi-libéral, les doublons sont la règle : lessurcapacités installées par les nombreux groupes qui se sont lancés danslautomobile, par exemple, seraient de 90 %.Heureusement, la Chine compense ces pertes en ligne et maintient un tauxdinvestissement particulièrement élevé grâce à labondance du capital disponiblequelle puise dans les surplus des exports et dans une épargne nationale forte. Maitrise de ses voisinsLa Chine regarde dabord vers ses voisins immédiats : le Japon et Taïwan.
  • 6. Malgré les intérêts économiques croisés, la Chine et le Japon ont en effet atteint leslimites de leurs intentions pacifiques.Tout contribue à tendre les relations sino-japonaises : lantagonisme traditionnel, lescontentieux historiques, les litiges territoriaux, la rivalité régionale, lalignement plusétroit du Japon sur la politique de sécurité américaine dans la région qui va jusquàinclure Taïwan dans le périmètre sécuritaire japonais.Dailleurs, le Japon est le premier pays (avec la Corée du Sud) à manifester sesdoutes sur le caractère pacifique de la montée en puissance chinoise, à mesurerlambition chinoise despace vital, notamment en direction du Pacifique, et à réagir enconséquence.Face à des conflits dintérêts de moins en moins évitables, Pékin continuera à réagirpar les méthodes de la stratégie indirecte : négociations, dialogue, promesses,utilisation dalliés de circonstance ayant en commun avec Pékin des contentieuxavec Tokyo : Corée du Sud, Corée du Nord pour commencer. Construction dune alliance financière sino-américaine durableLe partenariat entre la Chine et les États-Unis sest soldé en 2005 par 212 milliard dedollar daffaires en commun. Elle est le second fournisseur étranger derrière leCanada. A linverse, lexcédent commercial chinois vis-à-vis des Etats-Unis atteint201 milliard de dollars en 2005 sur un total de 726 milliard de dollars (6% du PIB) !En 2005, lexcédent commercial chinois global était de 102 milliard de dollars (il aété multiplié par 3 en un an !).Cest dans une large mesure le gouverneur de la Banque centrale chinoise quidécide de la valeur du dollar en achetant ou en vendant des dollars et des bons duTrésor grâce à ses formidables réserves de change que lui procure sa balancecommerciale. Elles atteignaient en 2005, 800 Milliard de dollars de réserve dechange.Surtout, la Chine détient une quantité gigantesque de bons du Trésor américains : 10% du total !Aujourdhui, dune certaine manière, l’Amérique achète à la Chine avec largent quela Chine lui prête. Et elle na pas intérêt à une baisse du dollar ou à un yuan plus fortparce que cela signifierait une perte en valeurs des actifs chinois en dollars.
  • 7.  Construction de fronts unisLa stratégie chinoise :Développer des fronts unis avec des pays autres que les grandes puissancestraditionnelles.Cette stratégie répond à trois objectifs : dabord, consolider l’accès de la Chine auxmatières premières. Les tournées régulières des grands dirigeants chinois enAfrique, dans le Golfe ou en Amérique latine répondent au souci aujourdhui constantde sécuriser les sources dapprovisionnement énergétiques.En 2003, la Chine est devenue le deuxième consommateur mondial et le troisièmeimportateur de pétrole. Pékin importe aujourdhui 40 % de son pétrole, chiffre quipourrait doubler en 2025. La sécurisation des routes dapprovisionnementénergétique est donc un enjeu vital pour la Chine.Depuis longtemps, le président chinois, Hu Jintao, vante les mérites dune"coprospérité sino-africaine", ainsi quun principe "gagnant-gagnant" dun genreparticulier : quand les bailleurs de fonds, tels que le FMI et la Banque mondiale,imposent des conditions drastiques avant de débloquer le moindre prêt, Pékinpropose le plus souvent des dons.En échange de quoi, le pays sengage à lui réserver la priorité sur des gros contratsindustriels ou sur ses matières premières.Quelques chiffres :La Chine détient une quantité gigantesque des bons du trésor américain 10% autotal !La Chine est devenue le deuxième consommateur mondial et le troisièmeimportateur de pétrole.

×